Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie III. Le PSU au carrefour des années 68 et 70

Un « chef d’orchestre » ? Le PSU en mai-juin 1968

Xavier Vigna

Texte intégral

  • 1 Archives nationales (AN), Centre des archives contemporaines (CAC) Fontainebleau, 860581/25.

1En juillet 1968, la Direction centrale des renseignements généraux (DCRG) consacre un long rapport aux événements qui ont secoué le pays depuis mai1. Elle y passe en revue les différentes organisations suspectées d’avoir joué un rôle subversif et pose le PSU en « chef d’orchestre », avant de pointer le rôle particulièrement trouble de Marc Heurgon.

2On peut s’esclaffer et ironiser sur la propension des Renseignements généraux à chercher des complots lorsqu’il doit faire face à des mouvements sociaux. L’UNEF étant tenue par des dirigeants des Étudiants socialistes unifiés (ESU), et ceux-ci se trouvant placés sous la direction de Marc Heurgon, la construction d’une causalité diabolique s’avérait commode.

3Mais cette focalisation de la DCRG, jusqu’alors concentrée surtout sur le danger communiste, illustre aussi combien le mouvement de mai-juin 1968 bouscula les cadres politiques et syndicaux traditionnels. Mon propos, dans les lignes qui suivent, est de montrer, malgré des sources et une historiographie lacunaires, combien le PSU – à la différence des autres formations de la gauche traditionnelle – fut à l’aise dans le mouvement, et parvint à en saisir l’esprit, sans jamais prétendre en prendre véritablement la tête.

Faiblesses et atouts du PSU à la veille de la crise

Un parti différent de la société française

  • 2 Note d’information no 11, 22/1/1968, Archives du PSU, Centre d’accueil et des recherches des Archi (...)
  • 3 Tudi Kernalegenn et alii (dir.), Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, mouvement politique, laborat (...)
  • 4 Jean-François Kesler, De la gauche dissidente au nouveau parti socialiste : les minorités qui ont (...)
  • 5 Alexis Bonnet, « L’autogestion et les cédétistes lyonnais », dans Geneviève Dreyfus-Armand et alii(...)

4La principale faiblesse du PSU résulte de ses différences avec la société française. Certes, en dépit de la crise de 1967, le parti poursuit sa progression, avec quelques 11 540 adhérents à la fin de 1967, soit 1 553 de plus qu’en 1966. Parmi les départements où la progression est spectaculaire, apparaissent les Bouches-du-Rhône, le Nord, l’Isère et Paris qui rassemble 1 089 adhérents contre 8942. Pourtant, cette hausse n’empêche pas une répartition en archipel3. En simplifiant, le PSU est bien implanté en région parisienne, en Bretagne et en région Rhône-Alpes. Ailleurs, il apparaît encore singulièrement malingre et chétif. En outre, son empreinte sociologique le singularise nettement : parti d’enseignants (un quart de ses membres), de membres des professions libérales (11,5 % en 1966), et faisant une large place aux étudiants (6,5 %). En revanche, il accueille peu d’ouvriers (11,5 %, soit moins de trois fois leur poids sociologique)4. À tous égards, sa composition tranche par conséquent avec la réalité de la société française. Toutefois, le parti entretient un lien fort avec le syndicalisme salarié : au-delà des cadres parisiens, tous les responsables de l’UD-CDFDT du Rhône appartiennent par exemple au PSU5, tandis que dans le Doubs, le PSU Georges Minazzi est secrétaire adjoint du syndicat CGT de Sochaux.

Une implantation dans le milieu étudiant et une attention à son évolution

  • 6 Étienne Pingaud, « Le PSU dans les universités parisiennes (1960-1968) », dans Tudi Kernalegenn et (...)
  • 7 Henri Rouillaut, « Un témoignage sur le rôle de l’UNEF et des étudiants du PSU en mai-juin 1968 », (...)

5La bonne implantation du PSU en milieu étudiant traduit l’activité des ESU depuis la guerre d’Algérie, qui a permis de conquérir des places fortes, notamment dans les universités parisiennes6. Mais l’activisme des quelques six cents ESU à la veille du printemps 1968 assure, dans le même temps, le contrôle des instances locales de l’UNEF (les AGE) dans huit villes de province, parmi lesquelles Caen, Rennes, Lyon, Grenoble, Aix-Marseille, et Dijon enfin dont est issu Jacques Sauvageot7. Une telle mainmise traduit le rôle des ESU qui ont pris le contrôle d’une UNEF en crise et déliquescente depuis 1967. « Cornaqués » par Marc Heurgon, les ESU n’investissent guère le syndicalisme étudiant, mais développent plutôt une critique sévère de l’Université. Les ESU lyonnais expliquent ainsi à la fin avril 1968 :

  • 8 Alain Schnapp et Pierre Vidal-Naquet, Journal de la commune étudiante, Paris, Le Seuil, 1988 (1e é (...)

« Notre affaire, c’est de combattre l’Université bourgeoise, c’est de dérégler la grande machine de l’oppression intellectuelle, c’est de placer les travailleurs scientifiques et intellectuels aux côtés des ouvriers. […] Comme à Berlin, il s’agit de marcher vers la contre-université critique en s’alliant à la fraction progressiste du corps enseignant et de l’intelligentsia8. »

  • 9 Tribune socialiste, no 364, 14/3/1968, p. 4-5.
  • 10 Daniel Alexander Gordon, « A “Mediterranean New Left” ? Comparing and Contrasting the French PSU a (...)

6De fait, le projet est essentiellement politique, mais témoigne d’une vive attention aux contestations étudiantes contemporaines. Cette attention correspond aux pratiques de Tribune socialiste qui informe précocement ses lecteurs : le 14 mars 1968, elle consacre deux articles copieux à l’Italie et à l’Allemagne où sont, par exemple, pointés les rôles éminents de Rudi Dutschke et de Herbert Marcuse9. Une telle attention traduit également les liaisons que le parti entretient au niveau international, notamment avec son homologue italien, le Parti socialiste italien d’unité prolétarienne (PSIUP10). Mais ces informations précises peuvent également fonctionner comme des incitations, quand le mouvement étudiant en France en est à ses balbutiements, notamment en mars à Nanterre.

Une saisie fine des transformations sociales et des difficultés qui les accompagnent

  • 11 Voir les contributions d’Olivier Kourchid et Frank Georgi, dans Jean-Michel Chapoulie et alii (dir (...)
  • 12 Serge Mallet, La Nouvelle classe ouvrière, Le Seuil, coll. « Points », 1969 (1e éd. 1963), p. 87.
  • 13 Patrick Massa, « Les classes moyennes vues par le PCF et le PSU (1962-1968) », Vingtième Siècle. R (...)
  • 14 Pierre Belleville, Une nouvelle classe ouvrière, Paris, Julliard, 1964.

7Enfin, des cadres du PSU et le parti lui-même étudient les transformations à l’œuvre dans la société, et se démarquent par là des autres partis de gauche souvent marqués par une véritable sclérose intellectuelle. C’est ainsi que deux militants, Serge Mallet et Pierre Belleville, travaillent la thématique de « la nouvelle classe ouvrière ». Leurs deux livres, publiés à une année de distance avec des titres voisins, diffèrent cependant11. Serge Mallet vient du journalisme et du communisme, avant de se faire sociologue : il étudie les recompositions technologiques en cours dans l’industrie la plus moderne (la chimie, l’informatique…) qui fait émerger un nombre croissant d’ouvriers hautement qualifiés, de techniciens, d’ingénieurs. Or, selon Serge Mallet, ces salariés promeuvent un nouveau syndicalisme qui « oriente le mouvement syndical vers les revendications de contrôle de la gestion de l’entreprise12 ». De son côté, Pierre Belleville, venu du catholicisme, livre un diagnostic différent : s’il prête attention aux luttes des techniciens et des cadres en consacrant, par exemple, un chapitre à la grève chez Neyrpic à Grenoble en 1963, il entend à la fois réfuter la thèse d’une « moyennisation » de la société française et de l’extinction de la classe ouvrière sous l’effet de l’enrichissement, et celle de la paupérisation encore défendue par le parti communiste et la CGT13. De ce fait, si Belleville souligne l’accès progressif et limité au confort dans les milieux ouvriers, il se montre très attentif aux difficultés dans le Nord et en Lorraine (où il vit), et notamment à celle des mineurs14.

  • 15 Jacques Malterre, « La France des travailleurs », Tribune socialiste, no 366, 28/3/1968, p. 3.

8Mieux, l’écart par rapport à la doxa d’une prospérité générale est repris par le PSU lui-même, lors du conseil national des 30 et 31 mars 1968 consacrées aux luttes sociales. Ce conseil est préparé par de nombreux rapports qui remontent de tout le pays et qui précisent, entre autres problèmes : l’exode rural, le « déclin de certaines industries traditionnelles (ganterie à Millau, bassin minier de Carmaux) dans des régions où le régime n’a pas su créer des activités nouvelles », la modicité des salaires et le caractère « réactionnaire » du patronat dans les PME, etc.15. Ce conseil national adopte ensuite une « résolution sur le problème de l’emploi » présentée par Pierre Belleville, laquelle propose quatre mesures immédiates à caractère défensif (dont le retour aux 40 heures sans baisse de salaire), et sept mesures de réformes plus ambitieuses. Parmi ces dernières, la cinquième envisage le

  • 16 Tribune socialiste, no 367, 4/4/1968.

« droit d’intervention des travailleurs dans la gestion des entreprises. Pour qu’ils puissent contrôler par eux-mêmes l’application du Plan et ses effets dans leur entreprise : cette participation des travailleurs devrait s’exercer en priorité sur les conditions de travail, l’embauche et les projets d’investissement qui conditionnent l’avenir de leur emploi. Elle devra également s’exercer au sein d’organismes chargés de contrôler l’opportunité et les conditions des reconversions d’entreprises et des branches industrielles16 ».

  • 17 Roland Cayrol et Jacques Capdevielle, « Les groupes d’entreprise », Revue française de science pol (...)

9Dans le même temps, le PSU se décide à développer ses groupes d’entreprise, jusqu’alors plutôt embryonnaires17.

10Ainsi, le parti dispose de contacts et de relais dans le monde étudiant ; il s’est en outre montré attentif aux difficultés du monde du travail et désireux de nouer des relations croissantes avec les organisations syndicales, notamment la CFDT tout juste déconfessionnalisée. C’est pourquoi, en dépit de sa faiblesse, le parti est plutôt bien préparé pour saisir le mouvement de mai-juin 1968 et y intervenir.

Au cœur du mouvement

  • 18 Voir, à cet égard, les contributions de Jean Vigreux et Fabien Conord, dans Xavier Vigna et Jean V (...)
  • 19 Pierre Mendès France à Grenoble, Yves Le Foll et Roger Prat en Bretagne, tandis que Guy Desson des (...)

11Fort de ses caractéristiques, le PSU joue son rôle pendant les semaines de contestation échevelée de mai-juin. Pour essayer de l’évaluer, il faut à la fois repérer son action propre quand c’est possible, mais aussi la comparer aux autres organisations de gauche, PCF et SFIO notamment18. À cet égard, la spécificité forte du PSU tient à sa faiblesse parlementaire, puisqu’il ne lui reste plus guère que trois députés en mai19. C’est pourquoi, il ne peut que délaisser l’arène parlementaire et privilégier une stratégie mouvementiste.

Mobiliser les militants et orienter le mouvement

  • 20 Tribune socialiste, no 372, 16 mai 1968, p. 6-7.

12Le PSU ne semble se mobiliser véritablement qu’à partir de la deuxième semaine du mois de mai, alors que le mouvement étudiant a déjà gagné la majeure partie des universités. Le 9 mai, en effet, un premier communiqué fait part de la « solidarité totale » du parti qui « appelle ses militants dans les Facultés et dans les Lycées à se mobiliser toujours plus intensément sous la direction que le mouvement étudiant s’est donnée et qui est la seule qualifiée pour déterminer les formes de son combat ». Le 11, au lendemain de la nuit des barricades, le PSU élargit sa cible : désormais, il appelle « tous ses militants et tous les travailleurs à manifester leur solidarité avec les étudiants sur le plan matériel comme sur le plan politique, et à se tenir prêt à participer à l’immense protestation collective que vont organiser les dirigeants du mouvement étudiant20 ». Le 16 mai enfin, alors que les grèves ouvrières commencent à s’étendre, l’appel est plus impérieux et opère une première caractérisation du mouvement : désormais « mobilisés », les militants et « tous les hommes libres » doivent « renforcer le grand courant socialiste qui, parti des barricades de la rue Gay-Lussac, doit s’étendre à toute la France et à tous les pays capitalistes ».

13Pour sa direction, le PSU ne saurait rester à l’écart de la mobilisation sociale, mais plus encore il doit s’efforcer de l’infléchir. Après une réunion de son Bureau national dans la nuit du 16 au 17, une lettre d’orientation destinée à ses cadres propose une première analyse qui entend éviter une double erreur : « sous-estimer la portée générale des mouvements », et « surestimer les possibilités d’une issue politique à court terme et d’une évolution inévitable vers une situation directement révolutionnaire ». Dans cet entre-deux, les militants sont invités à accomplir trois tâches immédiates :

« 1o. Apporter son soutien inconditionnel aux revendications des étudiants, des ouvriers et des paysans, en respectant l’autonomie des organisations représentatives. Les militants du parti doivent participer aux actions dans le cadre de leurs organisations syndicales ou d’organismes de base. Le parti en tant que tel doit soutenir publiquement ces actions sans chercher à les canaliser ni à s’y substituer.
2o. Diffuser dans tous les milieux les thèmes politiques d’ensemble du mouvement, dans le but de réduire tout décalage entre l’action des étudiants et des secteurs sociaux de pointe d’une part, l’ensemble de la population d’autre part. […]
3o. Approfondir le contenu politique du Mouvement, en insistant sur les thèmes communs entre les luttes étudiantes, ouvrières et paysannes, c’est-à-dire essentiellement sur la contestation de l’autoritarisme et la revendication du pouvoir, de contrôle direct des étudiants, des travailleurs, des citoyens, sur les décisions qui les concernent. »

  • 21 Note d’information no 12, 17 mai 1968, Archives du PSU, AN 581 AP/8.

14Plus concrètement, la note recommande de prendre contact avec les autres organisations et de créer des comités, mais met en garde contre une possible mainmise communiste21.

15À mesure que le mouvement s’étend et que la contestation s’amplifie, le PSU affine ainsi ses analyses. Ce qui semble très caractéristique est sa volonté de « chevaucher le tigre », et de participer au mouvement, sans jamais prétendre ni l’incarner à lui seul, ni le diriger. Cette absence de prétention tient évidemment à sa faiblesse intrinsèque, mais sans doute également à une certaine culture démocratique. Michel Rocard ouvre encore Tribune socialiste du 23 mai, veille de l’ouverture des négociations de Grenelle, par un article programmatique intitulé « Pouvoir populaire », qui appelle à la « généralisation des occupations des lieux de travail » et à « l’adoption de mots d’ordre précis, sur l’établissement de véritables structures de pouvoir populaire », notamment pour les étudiants, les ouvriers et les paysans. Dans cette optique, et plutôt que de lancer des incantations à rejoindre le PSU, il invite « à la constitution de Comités d’actions populaires », dans les universités, les entreprises, dans les quartiers, les grands ensembles, etc.

16La direction du parti tente ainsi d’infléchir le mouvement, en le caractérisant d’une part, et en incitant ses militants à y participer à plein d’autre part. Il reste cependant à mesurer la traduction concrète de ces appels.

Le parti du mouvement ?

  • 22 Tribune socialiste, no 372, 16/5/1968, p. 6.
  • 23 Note de la DCRG sur les comités d’action révolutionnaire, 14/8/68, CAC 19910194/5.

17À cet égard, s’il est impossible de cerner l’action de l’ensemble des militants, on s’aperçoit cependant que ces derniers participent à plein au mouvement. Ils sont évidemment au cœur des manifestations, notamment parisiennes. On lit ainsi un récit, presque de l’intérieur de la nuit des barricades dans Tribune socialiste, dans lequel le rédacteur anonyme cite à la fois Herbert Marcuse, Jacques Berque, Henry Miller, et évoque la Commune et la Révolution allemande ! Mieux, il connaît sans doute les analyses célèbres de Simone Weil sur les grèves du Front populaire, car il en démarque la structure sans pour autant la citer22. Le récit, assez elliptique sur la manifestation même, renseigne cependant largement sur l’identité sociale des contributeurs du journal… En outre, les militants du PSU se retrouvent dans les comités d’action, plus denses en région parisienne (450) qu’en province (175) selon une estimation policière23.

  • 24 La collection du journal est disponible aux archives de la CFDT, 7 H 48.

18Mais l’on retrouve la trace de l’activité des militants du PSU dans un certain nombre d’actions beaucoup plus caractéristiques du mouvement de mai-juin 1968. À Nantes par exemple, sous l’impulsion de Bernard Lambert, une liaison forte entre les syndicalismes paysan et salarié a pu s’établir, qui favorise ensuite le blocage de la ville et le ravitaillement populaire par les agriculteurs. À Lyon, des militants de l’UNEF, du PSU et de la CFDT, réalisent, entre le 24 mai et le 27 juin, Le Journal du Rhône, qui entend faire pièce à la feuille conservatrice locale, et contribuer à la circulation de l’information au ras du mouvement. Le Journal relaie par exemple le développement des grèves ou l’éclosion des comités d’action sur l’agglomération lyonnaise24.

  • 25 Robert Chapuis, Si Rocard avait su : témoignage sur la deuxième gauche, Paris, L’Harmattan, 2007, (...)
  • 26 Georges Minazzi, En marche. 30 ans de lutte à Peugeot-Sochaux. Itinéraire d’un militant, Paris, Sy (...)

19En outre, il faut compter tous les militants qui animent les comités de grève dans les établissements scolaires, les universités, les entreprises, les villes, etc., tel Robert Chapuis dirigeant l’occupation de son lycée à Nanterre25. De même, Georges Minazzi anime la grève chez Peugeot-Sochaux et y soutient les formes les plus audacieuses de prises de parole, notamment le « forum », sans pour autant afficher son militantisme au PSU26. C’est pourquoi, le PSU apparaît effectivement comme le parti du mouvement, en décalage saisissant avec la prétention du PCF à contrôler le mouvement des salariés, via ses liens avec la CGT, mais aussi avec la SFIO et la FGDS beaucoup plus réservées face à une mobilisation qui s’écarte du cadre partisan traditionnel. Mieux, son passé lui vaut un brevet à la fois de parti de gauche et anti-stalinien ; son côté laboratoire d’idées lui a permis d’entrevoir certaines aspirations du mouvement, comme la lutte contre toutes les formes de bureaucratie, l’interrogation sur les structures délégataires, l’intérêt pour l’autogestion ; et ses prises de position audacieuses et démocratiques enfin contrastent avec celles de ses rivaux. De ce fait, il recueille alors une vague d’adhésions, parmi lesquelles celles d’André Barjonet, économiste de la CGT, qui en claque la porte le 24 mai. Parti du mouvement donc, le PSU endosse-t-il alors le rôle d’un chef d’orchestre ?

Audace ou radicalisation ?

20Cette inscription à plein dans le mouvement conduit à une audace croissante, perçue par d’autres militants comme une radicalisation. Ce processus connaît deux étapes majeures. Le lundi 27 mai, se déroule le meeting de Charléty, co-organisé par l’UNEF, le PSU, la FEN et le Snes-sup, et auquel participe une délégation de la CFDT. Alors que le constat de Grenelle est rejeté depuis le matin par un nombre croissant de grévistes, infligeant ainsi un camouflet à la direction de la CGT, une alliance syndicale et politique se dessine ou tente de se dessiner pour offrir un débouché au mouvement. Le lendemain, dans un communiqué, la direction du PSU constate « l’impuissance croissante du régime gaulliste et de la direction communiste à faire rentrer les choses dans l’ordre et à sauver le gouvernement. La vacance du pouvoir est de plus en plus évidente. La tâche la plus urgente aujourd’hui est donc de provoquer la mise en place d’un pouvoir de transition vers le socialisme. Pour le préparer sur des bases démocratiques, il faut organiser le mouvement actuel en multipliant les Comités d’action populaire, instruments tout à la fois de lutte contre le régime gaulliste et d’élaboration des futures structures du pouvoir ».

  • 27 Table ronde « Pierre Mendès France et mai 1968 », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 63- (...)

21Au-delà de la dénonciation conjointe du gaullisme et du communisme, les dirigeants du PSU constatent une vacance du pouvoir. Dans ce cadre, cependant, ils n’offrent pas de solution politique classique, mais persistent à vouloir développer les comités d’action. Une telle audace le conduit toutefois à demeurer à l’écart des jeux politiques traditionnels et surtout lui interdit de peser, alors que l’État gaulliste vacille entre le 28 et le 30 mai. De fait, cette audace relève peut-être également de l’impuissance : celle de n’avoir pu convaincre Mendès France de se proposer comme alternative27.

22L’annonce de la dissolution de l’assemblée le 30 mai et la campagne pour les élections législatives début juin n’entament pas la radicalisation du parti. Le 7 juin par exemple, à la suite de l’intervention des forces de l’ordre à Flins, il publie un communiqué dans lequel il assure les ouvriers de son « entière solidarité » et « souhaite que toutes les forces ouvrières puissent organiser ensemble une grande manifestation pour rendre les usines de Flins aux travailleurs qui l’occupent. » C’est à tout le moins espérer une épreuve de force pour enrayer le reflux sur le front des usines. De même, après la dissolution des organisations d’extrême gauche par le pouvoir le 12, un communiqué du Bureau national explique que le PSU tient ces mesures « pour nulles et non avenues ». De fait, il choisit de continuer à incarner la position d’adversaire irréductible du gaullisme et de défenseur des organisations du mouvement.

  • 28 « La Sorbonne par elle-même. Mai-juin 1968 », Le Mouvement social, no 64, juillet-septembre 1968, (...)

23Mais ces prises de position cristallisent des oppositions latentes en interne, notamment venant de Pierre Mendès France, personnalité la plus connue et la plus respectée. Sa seule prise de position manifeste un retrait par rapport à son parti. Le 19 mai, en effet, il analyse le mouvement autour de deux questions : « celui de la dignité et de la souveraineté de l’homme qui travaille et qui produit », et la question du sous-emploi. Il en appelle certes au retrait du régime, mais semble ne guère percevoir les oppositions sociales que le mouvement révèle pourtant. C’est aussi pourquoi, le 29 mai, alors qu’Eugène Descamps en appelle à Mendès France, et redonne du crédit à une hypothétique solution Mendès, le secrétariat des ESU publie un tract vengeur, le même jour, qui refuse une telle solution : aux yeux des ESU, le combat à l’ordre du jour est pour la « révolution socialiste ». Dès lors, ils ne sauraient « admettre que ce combat soit confisqué par les tenants du rétablissement de la démocratie parlementaire et bourgeoise. Mendès France, ou Mitterrand : la perspective est la même, c’est celle de la gestion loyale des intérêts de la bourgeoisie28 ». Manifestement, la solidarité de parti ne fonctionne qu’approximativement au PSU… Au-delà, ces divergences témoignent que le parti connaît une mue accélérée.

Une mutation d’ampleur

Des progrès inégaux aux législatives de juin

  • 29 Lettre de Michel Rocard à Jean-François Kesler, 3/6/1968, Archives du PSU, AN 581 AP/8.
  • 30 Archives du PSU, AN 581 AP/32, dossier 115.
  • 31 Et c’est sans compter Serge Mallet et Jacques Kergoat définis comme journalistes.

24Le 2 juin, « compte tenu du refus communiste de candidature unique de toute la gauche au premier tour », le Bureau national décide de présenter des « candidats du PSU, ou soutenus par le PSU, sans aucun cumul d’investiture, dans toutes les circonscriptions de France. Cette consigne ne souffre pas d’exception29 ». Toutefois, le parti ne nourrit guère d’illusion sur l’issue des résultats. Michel Rocard, dans le Tribune socialiste du 13 juin, commence son éditorial ainsi : « Le gaullisme a failli sombrer. » C’est donc qu’il est bien vivant. Dès lors, « la bataille électorale n’est donc qu’un épisode, et peut-être pas le plus important, d’une lutte commencée et qui continue à se développer sur d’autres terrains, celui des usines toujours en grève et celui des universités notamment ». Malgré de maigres espoirs, le PSU choisit de manifester son rôle dans le mouvement en augmentant encore le nombre de ses candidats par rapport aux élections législatives de l’année précédente : il en présente ou soutient ainsi 31730. L’analyse des professions indiquées permet de retrouver des profils sociologiques très particuliers, voire une distorsion : sur 287 candidats dont la profession est indiquée, 92 appartiennent au monde enseignant et à la recherche31, soit presque un tiers, sans compter 15 autres candidats qui relèvent de l’Éducation nationale (surveillants généraux, conseiller d’orientation psychologue, etc.). De ce fait, dans le Calvados, dans la Loire ou la Savoie, tous les candidats présentés par le PSU sont enseignants ! De même, l’on compte 15 médecins, 7 avocats, et même 2 auditeurs à la Cour des comptes. En revanche, les ouvriers et cheminots sont 27 seulement, soit moins de 10 %. Ce déficit se retrouve chez les étudiants : tout juste 6 candidats, mais la barrière de l’âge a sans doute constitué un frein rédhibitoire.

25En outre, après avoir tenté de bloquer la parution de Tribune socialiste en mai par l’intermédiaire du syndicat CGT du Livre dans la campagne, le parti communiste entend faire payer au PSU son choix mouvementiste et la « tentative Mendès France ». À la suite d’une réunion du Bureau politique du PCF le 17 juin, le relevé de décisions précise :

  • 32 Archives du PCF, AD Seine-Saint-Denis, 261 J 4/25.

« Bien situer et dénoncer le rôle de division du PSU ; son soutien à toutes les manifestations aventuristes ; son appui aux groupes gauchistes et ses liens avec eux ; sa campagne anticommuniste qui, objectivement, favorise les gaullistes et autres réactionnaires32. »

26Malgré ces handicaps, les résultats du premier tour sont honorables, surtout si on les compare à la débâcle de la gauche traditionnelle. Il recueille, en effet, 874 000 voix (soit 3,94 %), et en gagne de ce fait près de 378 800 (1,73 %) par rapport à l’année précédente. Ce gain électoral s’explique en partie par le plus grand nombre de candidats (103), mais pas seulement. Il progresse, en effet, fortement dans les métropoles et les banlieues ouvrières, notamment en région parisienne ; il obtient également de bons scores en Bretagne, en Meurthe-et-Moselle ou dans le Calvados. En revanche, ses résultats demeurent médiocres dans le Nord, dans le Sud-Ouest et le long du littoral méditerranéen. Ainsi, malgré ces progrès, le PSU demeure encore un parti à l’implantation nationale parcellaire.

  • 33 Christian Bougeard, « Origines et implantation du PSU en Bretagne : les fédérations des Côtes-du-N (...)
  • 34 « Pierre Mendès France et mai 1968 », op. cit., p. 162.
  • 35 Lettre de Michel Rocard à Yves Tavernier, 5/8/1968. Archives du PSU, AN 581 AP/8.

27Pis, malgré son appel à voter en faveur du candidat de gauche arrivé en tête au premier tour, le PSU perd tous ses députés : Yves Le Foll et Roger Prat sont battus en Bretagne33, tandis que Pierre Mendès France perd son siège face à Jean-Marcel Jeanneney à Grenoble pour 132 voix, en raison du mauvais report des communistes. Cette défaite accélère d’ailleurs son départ du PSU qu’il annonce à Michel Rocard le 15 juin34. En cause, selon le récit qu’en donne Rocard, « la multiplicité des candidatures […] et la polémique qui nous [le PSU] a opposé au PC35 ».

Recomposition militante et stratégique

28Dans l’éditorial de Tribune socialiste, le 27 juin, Rocard anticipe la défaite et justifie a posteriori en théorisant la stratégie mouvementiste :

« La lutte électorale et parlementaire est indispensable, parce qu’elle est un moyen d’explication à l’opinion et parce qu’elle oblige à donner la forme la plus concrète aux objectifs du socialisme. Mais elle ne peut suffire à tout régler. La grève, l’occupation des locaux, la manifestation publique sont d’autres moyens d’action de la force socialiste. Un véritable parti socialiste doit savoir utiliser l’une et l’autre forme d’action, et les relier toutes deux à son combat fondamental, qui vise le pouvoir. À défaut de savoir donner toute sa dimension politique à la lutte populaire, un parti de gauche cesse tout bonnement d’être socialiste. »

  • 36 Voir le cas des fédérations de Loire-Atlantique, de la Drôme et de l’Hérault, dans Tudi Kernalegen (...)
  • 37 Archives du PSU, AN 581 AP/8.
  • 38 Yves Tavernier, Roland Cayrol, « Sociologie des adhérents au PSU », RFSP, vol. 18, no 3, 1969, p.  (...)

29Une telle stratégie correspond sans doute largement à la recomposition militante à l’œuvre mais suppose aussi de nouer d’autres alliances. De fait, le PSU connaît une vague d’adhésions assez spectaculaire dans toutes les fédérations36. Au plan national, il passe de 11 597 à 15 511 adhérents entre 1967 et 1968, soit une progression d’un tiers, et qui correspond quasiment à son apogée historique. Marc Heurgon, secrétaire à l’organisation, pilote cette progression en tentant de créer des sections ou des fédérations (à Cahors, Dunkerque ou dans les Landes par exemple) afin d’asseoir l’implantation du parti37. Cette vague d’adhésions rajeunit aussi le parti, dont un tiers des adhérents a désormais moins de trente ans38. Il est loisible de penser que les grèves et les manifestations, préconisées par Michel Rocard, satisfont davantage ces jeunes adhérents que les réunions des commissions parlementaires…

  • 39 Bulletin de la DCRG, 20/8/1968, AN 19820599/44.

30Mais ce faisant aussi, de nouvelles alliances se dessinent. D’un côté, la direction du PSU entend affermir ses liens avec le monde syndical. Tel est le sens des invitations lancées à André Barjonet (ancien responsable CGT), Robert Cottave (secrétaire de la fédération des ingénieurs et cadres de Force ouvrière), Frédo Krumnow et Edmond Maire (dirigeants des fédérations Hacuitex et Chimie de la CFDT) et Jacques Sauvageot (UNEF) de participer aux travaux du Comité politique national destiné à faire le bilan des événements du printemps à la fin d’août 1968. Localement aussi, d’autres alliances se nouent : à Rouen par exemple, les ESU participent avec la JCR, emmenée par Gérard Filoche, à la création d’un comité de liaison Étudiants-Ouvriers39. Entre réformisme offensif et tentation révolutionnaire, le dilemme du PSU apparaît clairement en septembre 1968.

31Le rôle du PSU pendant les semaines échevelées de mai-juin 1968 ne fut donc pas mince, sans jamais avoir pu être décisif, faute sans doute d’un poids politique suffisant. Il ne fut jamais en mesure d’être un « chef d’orchestre » et répugna sans doute à endosser cet habit. Pourtant, à la différence de la FGDS et surtout du PCF qui préférèrent résorber un mouvement, faute de le maîtriser, le PSU fut presque comme un poisson dans l’eau, grâce à la direction de l’UNEF, mais plus encore, parce que certaines aspirations correspondaient à des thématiques qu’il avait élaborées en son sein. L’admirable article de Claude Bourdet, « La révolution dans la démocratie », dans le Tribune socialiste du 13 juin, manifeste aussi comment certaines de ses grandes figures appréhendèrent la contestation, sans la mépriser.

32Deux questions subsistent toutefois qui n’ont pu être éclaircies. Dans quelle mesure la navigation du frêle esquif du PSU a fait tanguer en interne ? Combien, par exemple, de militants emboîtent le pas à Mendès France et quittent le PSU ? Combien, tout en y demeurant, s’y sentent moins à leur aise ? Reste, enfin, une interrogation sur le rôle exact de Marc Heurgon et de toute l’aile gauche (Manuel Bridier, Abraham Béhar) qu’il aurait fallu pouvoir soupeser, afin d’écarter définitivement l’hypothèse complotiste émise par la police en juillet 1968.

Notes

1 Archives nationales (AN), Centre des archives contemporaines (CAC) Fontainebleau, 860581/25.

2 Note d’information no 11, 22/1/1968, Archives du PSU, Centre d’accueil et des recherches des Archives nationales (Caran) 581AP/32. Dossier 112.

3 Tudi Kernalegenn et alii (dir.), Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950-années 1980), Rennes, PUR, 2010.

4 Jean-François Kesler, De la gauche dissidente au nouveau parti socialiste : les minorités qui ont rénové le PS, Toulouse, Privat, 1990, p. 408.

5 Alexis Bonnet, « L’autogestion et les cédétistes lyonnais », dans Geneviève Dreyfus-Armand et alii (dir.), Les Années 68, le temps de la contestation, Bruxelles, Complexe, 2000, p. 369.

6 Étienne Pingaud, « Le PSU dans les universités parisiennes (1960-1968) », dans Tudi Kernalegenn et alii (dir.), op cit., p. 261-275.

7 Henri Rouillaut, « Un témoignage sur le rôle de l’UNEF et des étudiants du PSU en mai-juin 1968 », dans Roger Barralis et Jean-Claude Gillet (dir.), Au cœur des luttes des années soixante. Les étudiants du PSU, Paris, Publisud, 2010, p. 206.

8 Alain Schnapp et Pierre Vidal-Naquet, Journal de la commune étudiante, Paris, Le Seuil, 1988 (1e éd. 1969), p. 365-366.

9 Tribune socialiste, no 364, 14/3/1968, p. 4-5.

10 Daniel Alexander Gordon, « A “Mediterranean New Left” ? Comparing and Contrasting the French PSU and the Italian PSU », Contempory European History, 2010 (19), p. 309-330, que j’ai plaisir à remercier pour m’avoir fait parvenir son article.

11 Voir les contributions d’Olivier Kourchid et Frank Georgi, dans Jean-Michel Chapoulie et alii (dir.), Sociologues et sociologies. La France des années 60, Paris, L’Harmattan, 2005.

12 Serge Mallet, La Nouvelle classe ouvrière, Le Seuil, coll. « Points », 1969 (1e éd. 1963), p. 87.

13 Patrick Massa, « Les classes moyennes vues par le PCF et le PSU (1962-1968) », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 37, 1993, p. 45-54.

14 Pierre Belleville, Une nouvelle classe ouvrière, Paris, Julliard, 1964.

15 Jacques Malterre, « La France des travailleurs », Tribune socialiste, no 366, 28/3/1968, p. 3.

16 Tribune socialiste, no 367, 4/4/1968.

17 Roland Cayrol et Jacques Capdevielle, « Les groupes d’entreprise », Revue française de science politique, 1972, vol. 22, p. 89-90.

18 Voir, à cet égard, les contributions de Jean Vigreux et Fabien Conord, dans Xavier Vigna et Jean Vigreux (dir.), Mai-Juin 1968. Huit semaines qui ébranlèrent la France, Dijon, EUD, 2010.

19 Pierre Mendès France à Grenoble, Yves Le Foll et Roger Prat en Bretagne, tandis que Guy Desson des Ardennes, qui a suivi Poperen, a été exclu du PSU en 1967.

20 Tribune socialiste, no 372, 16 mai 1968, p. 6-7.

21 Note d’information no 12, 17 mai 1968, Archives du PSU, AN 581 AP/8.

22 Tribune socialiste, no 372, 16/5/1968, p. 6.

23 Note de la DCRG sur les comités d’action révolutionnaire, 14/8/68, CAC 19910194/5.

24 La collection du journal est disponible aux archives de la CFDT, 7 H 48.

25 Robert Chapuis, Si Rocard avait su : témoignage sur la deuxième gauche, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 41.

26 Georges Minazzi, En marche. 30 ans de lutte à Peugeot-Sochaux. Itinéraire d’un militant, Paris, Syros, 1978, p. 89-115.

27 Table ronde « Pierre Mendès France et mai 1968 », Matériaux pour l’histoire de notre temps, no 63-64, 2001.

28 « La Sorbonne par elle-même. Mai-juin 1968 », Le Mouvement social, no 64, juillet-septembre 1968, p. 173-174.

29 Lettre de Michel Rocard à Jean-François Kesler, 3/6/1968, Archives du PSU, AN 581 AP/8.

30 Archives du PSU, AN 581 AP/32, dossier 115.

31 Et c’est sans compter Serge Mallet et Jacques Kergoat définis comme journalistes.

32 Archives du PCF, AD Seine-Saint-Denis, 261 J 4/25.

33 Christian Bougeard, « Origines et implantation du PSU en Bretagne : les fédérations des Côtes-du-Nord et du Finistère », dans Tudi Kernalegenn et alii (dir.), op. cit., p. 45-57

34 « Pierre Mendès France et mai 1968 », op. cit., p. 162.

35 Lettre de Michel Rocard à Yves Tavernier, 5/8/1968. Archives du PSU, AN 581 AP/8.

36 Voir le cas des fédérations de Loire-Atlantique, de la Drôme et de l’Hérault, dans Tudi Kernalegenn et alii (dir.), op. cit.

37 Archives du PSU, AN 581 AP/8.

38 Yves Tavernier, Roland Cayrol, « Sociologie des adhérents au PSU », RFSP, vol. 18, no 3, 1969, p. 699-707.

39 Bulletin de la DCRG, 20/8/1968, AN 19820599/44.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search