Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie III. Le PSU au carrefour des années 68 et 70

Introduction

Texte intégral

1Mis en difficultés, depuis 1965, par sa volonté de rester en marge des grands partis, le PSU a vu, entre autres, depuis 1967 partir ou se retirer nombre de ses fondateurs historiques. Il se trouve cependant en mai-juin 1968 plus en phase que les autres forces de gauche avec la contestation qui bouscule la société gaulliste, au point que des rapports de police le posent abusivement en « chef d’orchestre clandestin ». Après Mai, il retrouve une deuxième jeunesse dans tous les sens du terme et peut légitimement revendiquer, haut et fort, l’héritage et l’esprit du temps. Ses militants participent à la France en luttes en revendiquant eux aussi le « contrôle ouvrier » et en intervenant dans les grands conflits des années 1970 : Lip, le Joint Français et le Larzac notamment. Or les conséquences pour le PSU sont multiples. D’une part, sa gauchisation n’est pas sans effets sur sa chimie et ses équilibres internes ; d’autre part, il occupe une position de parti pivot, voire de « marginal sécant », non seulement entre les partis traditionnels, mais aussi entre ces derniers et les formations gauchistes. Il est ainsi tiraillé entre deux cultures : refusant l’électoralisme, mais sans être absent de ce terrain, toujours extérieur à l’Union de la gauche en formation, mais attiré puis marginalisé par elle, le PSU, qui se présente un temps comme un parti révolutionnaire ou le représentant d’une Troisième gauche, se trouve confronté à des opportunités contradictoires.

2Cette troisième partie analyse, par conséquent, l’action du PSU et ses limites dans le mouvement de Mai, puis évalue dans quelle mesure il appartient ensuite au monde gauchiste, lequel agit jusqu’en son sein, et si, au-delà, il ne participe pas au gauchisme culturel par un renouvellement idéologique et des pratiques en cours. Se fait-il l’interprète d’une nouvelle sensibilité politique issue de l’émergence d’une nouvelle société post-industrielle et post-matérialiste, en se définissant en réaction à une culture politique classique devenue repoussoir ? « Parti de l’autogestion » et « laboratoire d’idées », a-t-il alors fait de la politique « autrement » ? La mise en question de l’État centralisateur, la volonté de changer la politique, de l’articuler au social, à l’économique et au culturel et de l’ouvrir aux questions sociétales, ne sont pas allées sans difficultés et il s’agit d’aller au-delà d’une reconstruction mémorielle qui n’est pas exempte de clichés.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search