Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie II. Un parti en quête d’un espace à gauche

Le PSU et les questions agricoles

Fabien Conord

Texte intégral

  • 1 Bernard Lambert, Les Paysans dans la lutte des classes, préface de Michel Rocard, Paris, Le Seuil, (...)

1À sa naissance en 1960, le PSU trouve dans son berceau une implantation rurale discontinue mais significative et compte parmi ses fondateurs l’une des figures les plus emblématiques du socialisme rural français au XXe siècle, Tanguy Prigent, le ministre de l’Agriculture de la Libération, dont le nom reste associé à l’adoption du statut du fermage et du métayage. Pourtant, dix ans plus tard, c’est à un autre homme qu’est identifié le PSU en matière agraire, Bernard Lambert, dont le livre manifeste Les paysans dans la lutte des classes est publié en 1970, avec une préface de Michel Rocard1, l’année même de la mort de Tanguy Prigent. De Tanguy Prigent à Bernard Lambert, l’objet de ce travail est de restituer les évolutions doctrinales du PSU en matière agricole. Il permet de faire la part des héritages et des novations dans la construction d’une identité politique et d’une doctrine économique mais aussi de distinguer plusieurs niveaux de lecture des mutations sociologiques du monde rural, selon les régions d’origine et de militantisme des auteurs concernés.

  • 2 Pour une vue globale sur la gauche et cette question, voir Fabien Conord, Rendez-vous manqués. La (...)

2Après une rapide mesure de l’implantation rurale du PSU, la synthèse réalisée entre les composantes du PSU en matière agraire durant la première moitié des années 1960 sera mise en lumière, puis seront exposés les thèmes qui font débat pendant la seconde moitié de la décennie. L’accent portera enfin sur la critique formulée au sujet de l’intégration capitaliste des productions hors sol, apport fondamental du PSU au débat sur les structures agraires2.

Une implantation rurale non négligeable

3Le PSU bénéficie d’une implantation rurale non négligeable. Elle est particulièrement sensible au regard des élus du PSU. Le seul député PSU de la législature 1962-1967, après la défection de Raoul Bleuse, est précisément Tanguy Prigent, élu du Finistère rural. En 1967, sur quatre députés PSU, trois au moins sont redevables au monde rural de leur élection : Guy Desson dans les Ardennes et surtout Yves Le Foll dans les Côtes-du-Nord et Roger Prat, successeur de Tanguy Prigent dans le Finistère. L’essentiel des conseillers généraux du PSU sont également élus en zone rurale. Un tournant se produit toutefois en 1967, après l’échec des unitaires au sein du PSU. Un tiers des élus ruraux du parti le quittent alors : c’est le cas des quatre conseillers généraux de la Creuse et des deux conseillers généraux du Lot-et-Garonne qui rejoignent la FGDS. Le même phénomène de désaffection est observable dans les Ardennes ou les Basses-Alpes. L’implantation rurale du PSU se rétracte alors sur un noyau breton.

  • 3 Sa moyenne nationale s’élève à 2,8 % des inscrits : il obtient 3,2 % dans le Puy-de-Dôme, 3,8 % da (...)

4Pourtant, lors des élections présidentielles de 1969, Michel Rocard enregistre des scores supérieurs à sa moyenne nationale dans les départements des Côtes-du-Nord et du Finistère certes, mais aussi dans d’autres départements comme les Basses-Alpes ou le Gers3.

5Le monde rural, et particulièrement les questions agricoles, représentent donc un enjeu important pour le PSU. Le petit parti apparaît en la matière lieu de confrontation mais aussi d’innovation.

La première moitié des années 1960 : le PSU lieu de synthèse

6Le PSU réunit des militants venus d’horizons divers (communistes dans leur version trotskiste ou issus du PCF, socialistes SFIO, chrétiens de gauche). Ses textes doctrinaux – les motions de congrès notamment – portent la marque de cette diversité, mais illustrent aussi la présence de quelques points d’accord permettant une synthèse en matière agraire.

  • 4 Christian Bougeard, Tanguy Prigent, paysan ministre, Rennes, PUR, 2002, « Dernières années diffici (...)

7Il convient toutefois de noter que le brassage ne semble pas complet. Un exemple en donne la mesure. Les archives de Bernard Lambert et Tanguy Prigent – consultables au Centre d’histoire du travail à Nantes – contiennent leurs correspondances respectives. Aucun échange de courrier entre eux n’est repérable dans ces cartons. Or, les deux leaders appartiennent au même parti et sont issus de la même région. Trois éléments les distinguent. Tanguy Prigent représente la Bretagne la plus occidentale, et Bernard Lambert milite en Basse-Loire. Une différence de génération les sépare. La culture politique, enfin, les éloigne : Tanguy Prigent est un laïc, militant socialiste depuis l’entre-deux-guerres, tandis que Bernard Lambert est un chrétien, qui a participé à la mouvance MRP. Les deux hommes ne siègent pas en même temps au Parlement. Bernard Lambert est député de 1958 à 1962 ; or, c’est justement la seule législature entre 1936 et 1967 durant laquelle Tanguy Prigent ne siège pas à l’Assemblée nationale. Enfin, Bernard Lambert adhère au PSU en 1966, lorsque Tanguy Prigent entre dans une retraite progressive4. Les deux hommes ont certainement eu l’occasion de discuter ensemble, peut-être même de s’écrire. Pourtant, leurs correspondances ne conservent aucune trace de tels échanges. Cette absence témoigne de la fusion incomplète réalisée par le PSU entre ses adhérents, fussent-ils issus de la même région et spécialistes des mêmes questions.

  • 5 Le Courrier du PSU, janvier-février 1961.
  • 6 OURS, E5 164 BD, textes PSU.
  • 7 La Voie socialiste, no 3, novembre 1962.
  • 8 L’Avenir. Organe régional bimestriel Cantal-Corrèze-Creuse-Haute-Vienne (PSU), éd. de la Creuse, av (...)
  • 9 Le Combat socialiste [Côtes-du-Nord], 7 mai 1966.
  • 10 L’Avenir pour l’unité et le renouveau de la gauche, octobre 1967.

8De sa matrice socialiste, le PSU retire trois points forts en matière agricole : la défense des petits exploitants, le recours aux Offices et l’exaltation des formes coopératives. Ces éléments sont très visibles dans le programme publié par le parti en 1961. La coopération est toujours perçue comme l’élément essentiel du projet agraire, puisqu’elle « commande le passage de l’agriculture archaïque à une agriculture moderne non capitaliste5 ». En 1962, le texte C (signé par Tanguy Prigent) se prononce pour « l’encouragement à la coopération » et la « formation d’un secteur socialisé de la distribution des produits agricoles », associant producteurs et consommateurs6. Les professions de foi et journaux militants du PSU en province témoignent de la même sensibilité. Dans les Basses-Alpes, la fédération propose lors des élections législatives de 1962 un plan général de valorisation du sol français (orientation, modernisation, mise en valeur des régions sous-développées), accompagné d’une réorganisation du circuit de distribution, projet assez proche de la loi-cadre agricole du gouvernement de Front républicain. L’encouragement aux coopératives « de travail et de production » s’inscrit dans la même veine. L’octroi de crédits pour la vulgarisation, l’enseignement agricole et le « développement des institutions culturelles dans les campagnes : foyers ruraux, maisons de jeunesses et de la culture », sont eux aussi fidèles aux programmes de la SFIO. Le PSU des Basses-Alpes réclame enfin l’extension des « avantages sociaux » aux ruraux et l’établissement des salaires des ouvriers agricoles « au niveau des salaires industriels de même qualification7 ». L’ancien député radical-socialiste de la Creuse Pierre Ferrand, devenu PSU, plaide sans surprise pour la coopération, l’agriculture familiale et la politique des prix8. En 1966, Yves Le Foll exalte également le rôle des coopératives dans un périodique breton du PSU9. En 1967, Jean Feyfant demande la création d’un Office de la viande et un label pour le veau de lait dans les colonnes de l’organe limousin du parti10. Toutes ces suggestions sont semblables à celles de la SFIO depuis les années 1950, durant lesquelles ce parti tente de généraliser le système mis en place en 1936 avec l’Office du Blé.

  • 11 OURS, E5 164 BD, textes PSU.

9La défense de l’exploitation familiale et des petits producteurs, qui rencontre aussi bien l’assentiment des anciens de la SFIO que des anciens radicaux-socialistes venus dans le sillage de Pierre Mendès France, est même partagée par la fraction la plus révolutionnaire du PSU, ce dont témoigne le texte E signé par des militants trotskistes en vue du congrès de 1962. Ses auteurs considèrent qu’« il n’y a pas une, mais plusieurs couches paysannes fortement diversifiées, à la fois dans leur structure, leurs intérêts et leur conscience » et estiment que le PSU doit « gagner à la cause du socialisme les éléments les plus déshérités de la paysannerie ». Selon eux, le parti ne doit « à aucun prix », « sous prétexte de productivité », se désintéresser « des revendications des petits exploitants acculés à la misère par suite de l’intensification de la concurrence mondiale et de la pression grandissante du capital dans les campagnes », car il « doit prendre garde de ne pas laisser le PCF se présenter dans les campagnes comme le seul défenseur de ces couches de paysans prolétarisés11 ». Ce relatif consensus entre les divers courants idéologiques qui composent le PSU éclate durant le milieu des années 1960, sur deux des trois points qui viennent d’être mentionnés. Commence alors pour le PSU un temps de confrontation et d’innovation.

La seconde moitié des années 1960 : le PSU lieu de confrontation et d’innovation

  • 12 Le Combat socialiste [Côtes-du-Nord], 7 mai 1966.
  • 13 L’Avenir pour l’unité et le renouveau de la gauche, mai 1967.
  • 14 Le Combat socialiste [Côtes-du-Nord], 7 mars 1970.

10La défense des petits producteurs ne rencontre plus l’adhésion unanime des responsables du PSU. Yves Le Foll déclare ainsi, non sans courage et provocation, devant la FDSEA des Côtes-du-Nord le 28 avril 1966 que les réformes structurelles suivantes doivent être engagées : « Renoncer aux exploitations trop petites, remembrer les terres, adopter des méthodes de gestion plus rationnelles, chercher dans les différentes formes d’association des structures nouvelles12. » Jean Feyfant, éditorialiste de l’organe limousin du PSU, défend pour sa part le remembrement des parcelles, regrettant la résistance des petits paysans, qu’il met au compte des liens qui unissent l’agriculteur et la terre, « sur le plan sentimental d’abord et dans ce domaine l’abus non gratuit des louanges de l’exploitation familiale n’a pas réduit ce lien13 ». En 1970, un rédacteur du Combat socialiste des Côtes-du-Nord écrit que ceux qui prétendent, « comme semble le faire le MODEF, que l’on peut défendre la petite exploitation sous sa forme actuelle, font une démagogie de gauche14 ». Des voix multiples s’élèvent donc au PSU, y compris en province, pour critiquer l’usage de l’expression « exploitation familiale » et remettre en cause ce qui semblait être un dogme jusque-là : la défense des petites structures agraires.

  • 15 Corentin Canévet, La Coopération agricole en Bretagne, étude géographique, Saint-Brieuc, PU Bretag (...)
  • 16 Le Combat socialiste [Côtes-du-Nord], 24 décembre 1966.
  • 17 Bernard Lambert, Les Paysans dans la lutte des classes, op. cit., p. 76-84 et p. 139-147.

11Le PSU rompt l’orthodoxie sur un autre point, en critiquant le fonctionnement de la coopération agricole. C’est Bernard Lambert qui joue un rôle déterminant à cet égard. L’ancien député, qui a rejoint le PSU en 1966, formule de sévères constats sur la coopération. Ils sont nourris par son expérience du syndicalisme et son observation du phénomène coopératif dans l’Ouest français où il est particulièrement développé15. Dans cette région, la coopération est partagée entre deux courants. Le plus ancien est aux mains des élites conservatrices, et s’incarne dans la Coopérative des agriculteurs de Bretagne, dite Coopérative de Landerneau. Face à cette structure, les tenants d’une vision progressiste fondent UNICOPA dans les années 1960. La pratique coopérative brise certaines illusions généreuses et montre ses limites dans la constitution d’une alternative au capitalisme libéral. Lors du colloque de Saint-Brieuc, le 27 novembre 1966, Bernard Lambert prononce un discours critique sur la démocratie dans les coopératives, où les salariés ne sont pas représentés au conseil d’administration16. Il développe son analyse en 1970, dans son ouvrage Les Paysans dans la lutte des classes. Les titres choisis17 sont significatifs : « Les équivoques de la coopération » et « La démocratie coopérative ».

12Bernard Lambert estime que les coopératives sont utilisées « comme de simples courtiers » par les firmes privées qui contrôlent « l’industrialisation des productions animales ». Il constate aussi la faiblesse de nombreuses coopératives, qui constituent autant d’« organismes dépassés », d’« outils branlants », que la « bourgeoisie rurale » abandonne aux paysans, « attachés sentimentalement à la cause de la coopération ». Selon l’auteur, « il faut se méfier de ces cadeaux douteux ». Il écrit surtout qu’il

« faut dénoncer les illusions soigneusement entretenues par le courant réformiste issu du CNJA qui présente la coopération efficace comme la “solution”, la panacée qui permet de transformer le système économique de l’intérieur sans secousses ni violences ».

  • 18 Ibid., p. 78-84.

13En effet, pour Bernard Lambert, les coopératives ne peuvent « changer la nature du système économique », car elles sont contraintes « d’adopter les mécanismes capitalistes, de subir les aléas du marché et des contraintes bancaires », et doivent donc « obligatoirement jouer le jeu de la prolétarisation des paysans exploités18 ». L’auteur démonte le mécanisme de fonctionnement des coopératives, montrant que lors des assemblées générales « les volontés du directeur et du conseil d’administration, dont les membres sont pratiquement élus à vie, puisqu’ils ne sont pas soumis en permanence aux suggestions et critiques des agriculteurs, sont purement et simplement entérinées ».

  • 19 Ibid., p. 139-141.
  • 20 Le Combat socialiste [Côtes-du-Nord], 21-27 décembre 1970.
  • 21 Le Combat socialiste [Côtes-du-Nord], 28 décembre 1970-3 janvier 1971.

14Bernard Lambert voit dans cette démocratie formelle un piège. D’après lui, les coopératives, « favorisant les plus riches, font autant de mal, sinon plus, que les firmes capitalistes » : « parce qu’elles sont “coopératives” en titre, personne n’ose les contester ouvertement », ce qui empêche « toute prise de conscience politique, toute remise en cause du système ». Elles « ne sont pas autre chose que les courroies de transmission du capitalisme, et le moyen de le mieux faire accepter ». C’est pourquoi il estime nécessaire, « sans hésitations ni scrupules », d’aider les paysans exploités à exprimer leur mécontentement légitime à l’égard de ces organismes19. Le 13 décembre 1970, une assemblée régionale ouvriers-paysans, réunie à Mûr-de-Bretagne, présente les coopératives comme « un masque et un tampon », « un instrument aux mains du capital qui exploite les petits et moyens paysans ». Selon les participants, « l’apprentissage de la gestion socialiste ne peut se faire que dans un contexte de lutte de classes en se situant en face de la coopérative ». Stratèges, ils ajoutent toutefois, qu’en raison de l’attachement des paysans à la coopération, il ne faut pas « attaquer de front la coopérative » mais « porter le combat sur les industries alimentaires privées20 ». La semaine suivante, l’un des rédacteurs du Combat socialiste use à son tour du même vocabulaire et affirme que « la coopération n’offre aucune issue définitive dans le système capitaliste », mais « sert de tampon entre le petit agriculteur et le grand capitalisme auquel elle rend service en collectant les produits ». Elle ne constituerait donc qu’« un moindre mal, une réformette à double sens21 ». En octobre 1970, les éleveurs laitiers vont jusqu’à s’en prendre à leurs propres coopératives, Entremont et Landerneau. Bernard Lambert semble avoir joué un rôle déterminant dans le divorce entre une partie du mouvement socialiste et la coopération. Sa réflexion est irriguée par les combats syndicaux conduits durant les années 1960, et son ouvrage traduit certainement l’état d’esprit de nombreux militants. Il est donc tout à la fois le produit et l’accélérateur d’une mutation idéologique, qui affecte l’un des dogmes les mieux établis de la doctrine agraire socialiste, à savoir l’érection de la coopération en horizon indépassable de l’action militante et du projet socialiste.

15Une dernière évolution doctrinale fait davantage consensus au sein du PSU. Il s’agit de l’analyse réalisée assez précocement dans les rangs du parti d’une pratique nouvelle, celle de l’intégration de l’agriculture dans les circuits de l’industrie agro-alimentaire.

L’intégration de l’agriculture dans les circuits capitalistes : un élément majeur de la réflexion du PSU en matière agraire

  • 22 Jean-Paul Diry, L’Industrialisation de l’élevage en France. Géographie des filières avicoles et po (...)

16L’industrialisation des filières avicole et porcine constitue l’une des mutations agricoles les plus spectaculaires des années 196022. Elle insère de nombreux agriculteurs dans un processus de production et de commercialisation, dont ils ne constituent que l’un des maillons, et dans lequel ils sont tout à la fois entrepreneurs et salariés. Un exploitant agricole passe un contrat avec une firme agro-alimentaire, qui lui fournit de l’alimentation animale, les animaux eux-mêmes, et les lui achète à l’issue d’un processus de production contrôlé par la firme (qui fixe le calendrier). L’agriculteur, outre son travail, doit fournir le terrain et les bâtiments d’élevage, le plus souvent financés par le moyen de crédits (parfois octroyés par la firme elle-même). Le succès de contrats aussi léonins s’explique par le besoin de revenus complémentaires de petits paysans, peu soucieux de leur temps de travail, quelque peu abusés par les facilités d’installation et séduits par la perspective de rentrées d’argent régulières.

  • 23 Le 25 mars 1957, Antoine Mazier déclare à l’Assemblée nationale que l’installation d’un poulailler (...)

17Très tôt, des voix s’élèvent au PSU pour mettre en garde les agriculteurs contre ces pratiques23. Dans une motion déposée au comité politique national du PSU, les 17 et 18 juin 1961, Tanguy Prigent et Serge Mallet invitent les

  • 24 CHT, PRI 20.

« élus ruraux à élever le niveau de l’action paysanne en la faisant déboucher sur la revendication de réformes de structures tendant à assurer le contrôle par la paysannerie de ses activités économiques et l’élimination du capitalisme commercial du circuit des produits agricoles24 ».

  • 25 L’Avenir. Organe régional bimestriel Corrèze-Creuse-Haute-Vienne (PSU), éd. de la Creuse, mai 1964.
  • 26 Le Combat socialiste [Côtes-du-Nord], 24 décembre 1966.
  • 27 Le Combat socialiste [Côtes-du-Nord], 18 février 1967.
  • 28 Jean-Paul Diry, L’industrialisation de l’élevage en France. Géographie des filières avicoles et po (...)

18Le 26 mai 1964, Serge Cléret dépose un vœu au conseil général de la Creuse pour le lancement d’une campagne de prévention « auprès des agriculteurs » contre « l’intégration néo-capitaliste » qui « est un des plus graves dangers qui menace actuellement l’agriculture ». Dans sa chronique paysanne, Jean Feyfant flétrit un système dans lequel le paysan « hérite des risques de production sans être aucunement associé à la transformation et à la vente des produits, opérations dans lesquelles la concentration industrielle possible fait naître les plus beaux bénéfices25 ». Lors du colloque de Saint-Brieuc, le 27 novembre 1966, Bernard Lambert estime que la concentration industrielle « conduit à la création d’un sous-prolétariat26 ». En 1967, Jean Bars dénonce « la colonisation » de l’agriculture, par le biais de cette intégration capitaliste, où le producteur n’est pas autonome, et ne perçoit que l’équivalent de bas salaires27. Les exploitants qui ont accepté le système de l’intégration sont liés à leurs fournisseurs par des contrats préétablis et ne disposent d’aucune marge de manœuvre réelle. Ils font l’objet d’une certaine commisération de la part des exploitants agricoles de certaines régions. C’est ainsi que Jean-Paul Diry analyse la faiblesse du hors-sol dans le Sud-Ouest, « fief du radicalisme où l’exploitation, familiale et indépendante, a toujours constitué une référence », où l’on « méprise un peu ces paysans “qui ne prennent pas le temps de vivre” et qui, selon l’un d’eux, “après avoir subi les seigneurs et les curés supportent maintenant les intégrateurs”28 ». Cette faible présence du hors-sol dans leurs régions de forte implantation explique peut-être le peu d’intérêt accordé par le parti radical-socialiste et la SFIO à la condition de ces nouveaux prolétaires sécrétés par l’évolution économique du monde paysan. L’attention portée par le PSU aux paysans engagés dans l’intégration agro-alimentaire nourrit en revanche son discours de lutte des classes. En 1962, le texte signé par Tanguy Prigent pour le congrès national du PSU prône

  • 29 OURS, E5 164 BD, textes PSU.

« une action systématique pour amener les paysans exploitants à dépasser le cadre de la propriété privée, à centrer leurs efforts contre le capitalisme agraire et contre le système gaulliste qui s’efforce de le développer sous des formes nouvelles, à mettre en avant des revendications qui puissent être celles de toute la paysannerie travailleuse, à nouer enfin une alliance avec les travailleurs salariés pour un programme d’ensemble commun29 ».

  • 30 Bernard Lambert, Les Paysans dans la lutte des classes, op. cit., p. 68-74.

19L’analyse de la prolétarisation du monde paysan par le biais de l’intégration est enfin au cœur de l’ouvrage de Bernard Lambert, Les Paysans dans la lutte des classes30. Il s’attache à démontrer que ce phénomène illustre et amplifie les contradictions internes du monde agricole. Son action militante et ses écrits constituent un plaidoyer pour une formule de production qui permette aux travailleurs agricoles d’accéder à la maîtrise de leurs outils et moyens de production.

  • 31 Yannick Drouet, Jean-Philippe Martin, « Un militantisme paysan à gauche. Des réseaux paysans de Be (...)

20Durant les années 1970, à la faveur de son livre manifeste, Bernard Lambert résume à lui seul le programme agraire du PSU. En dix ans, le parti passe d’un corpus agraire relevant d’un socialisme fidèle aux orientations de la Libération à une doctrine novatrice, mais très dépendante des enjeux du moment et notamment de ceux de l’Ouest français. Le reflux électoral du PSU, son repli régional et l’identification de sa doctrine agraire à Bernard Lambert sont lourds de conséquence. Lorsque le militant breton quitte le PSU pour frayer avec l’extrême gauche, le petit parti se trouve démuni de son principal théoricien31. Privé d’une base électorale solide en milieu rural depuis le ralliement des conseillers généraux limousins et méridionaux à la FGDS, le PSU est coupé des aspirations du monde des campagnes, qu’il ne parvient plus à relayer avec efficacité durant les années 1970 et 1980. Il demeure toutefois un lieu de réflexion sur les évolutions des conditions de production et d’intégration de l’agriculture dans le marché, sujet sur lequel son apport des années 1960 est le plus novateur. La sensibilité aux questions environnementales émerge en revanche plus tardivement au PSU qu’au PS qui, en 1970, produit plusieurs rapports sur l’agriculture accordant une large place à ces aspects.

Notes

1 Bernard Lambert, Les Paysans dans la lutte des classes, préface de Michel Rocard, Paris, Le Seuil, 1970.

2 Pour une vue globale sur la gauche et cette question, voir Fabien Conord, Rendez-vous manqués. La gauche non communiste et la modernisation des campagnes françaises, Pessac, PU Bordeaux, 2010.

3 Sa moyenne nationale s’élève à 2,8 % des inscrits : il obtient 3,2 % dans le Puy-de-Dôme, 3,8 % dans les Côtes-du-Nord, 3,6 % dans le Finistère, 2,9 % dans les Basses-Alpes, 3,3 % dans le Gers, 3,5 % en Haute-Garonne…

4 Christian Bougeard, Tanguy Prigent, paysan ministre, Rennes, PUR, 2002, « Dernières années difficiles (1967-1970) », p. 327-341.

5 Le Courrier du PSU, janvier-février 1961.

6 OURS, E5 164 BD, textes PSU.

7 La Voie socialiste, no 3, novembre 1962.

8 L’Avenir. Organe régional bimestriel Cantal-Corrèze-Creuse-Haute-Vienne (PSU), éd. de la Creuse, avril 1966.

9 Le Combat socialiste [Côtes-du-Nord], 7 mai 1966.

10 L’Avenir pour l’unité et le renouveau de la gauche, octobre 1967.

11 OURS, E5 164 BD, textes PSU.

12 Le Combat socialiste [Côtes-du-Nord], 7 mai 1966.

13 L’Avenir pour l’unité et le renouveau de la gauche, mai 1967.

14 Le Combat socialiste [Côtes-du-Nord], 7 mars 1970.

15 Corentin Canévet, La Coopération agricole en Bretagne, étude géographique, Saint-Brieuc, PU Bretagne, 1972.

16 Le Combat socialiste [Côtes-du-Nord], 24 décembre 1966.

17 Bernard Lambert, Les Paysans dans la lutte des classes, op. cit., p. 76-84 et p. 139-147.

18 Ibid., p. 78-84.

19 Ibid., p. 139-141.

20 Le Combat socialiste [Côtes-du-Nord], 21-27 décembre 1970.

21 Le Combat socialiste [Côtes-du-Nord], 28 décembre 1970-3 janvier 1971.

22 Jean-Paul Diry, L’Industrialisation de l’élevage en France. Géographie des filières avicoles et porcines, thèse d’État réalisée sous la direction d’André Fel, université Clermont-Ferrand-II, 1984.

23 Le 25 mars 1957, Antoine Mazier déclare à l’Assemblée nationale que l’installation d’un poulailler est un « excellent moyen de lutter contre l’exode rural ». Cette première mention de l’industrialisation de l’agriculture lui est donc clairement favorable.

24 CHT, PRI 20.

25 L’Avenir. Organe régional bimestriel Corrèze-Creuse-Haute-Vienne (PSU), éd. de la Creuse, mai 1964.

26 Le Combat socialiste [Côtes-du-Nord], 24 décembre 1966.

27 Le Combat socialiste [Côtes-du-Nord], 18 février 1967.

28 Jean-Paul Diry, L’industrialisation de l’élevage en France. Géographie des filières avicoles et porcines, thèse d’État réalisée sous la direction d’André Fel, université de Clermont-Ferrand-II, 1984, p. 559.

29 OURS, E5 164 BD, textes PSU.

30 Bernard Lambert, Les Paysans dans la lutte des classes, op. cit., p. 68-74.

31 Yannick Drouet, Jean-Philippe Martin, « Un militantisme paysan à gauche. Des réseaux paysans de Bernard Lambert (au PSU) à ceux de l’OC-GOP (années 1960-années 1970) », dans Tudi Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier (dir.), Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950-années 1980), Rennes, PUR, 2010, p. 291-304.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search