Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie II. Un parti en quête d’un espace à gauche

« Décoloniser la province » : le PSU et les collectivités locales dans les années 1960 et 1970

Maryvonne Prévot

Texte intégral

  • 1 Frédéric Sawicki, Les Réseaux du parti socialiste. Sociologie d’un milieu partisan, Paris, Belin, (...)
  • 2 Maryvonne Prévot (coord.), Les Agences d’urbanisme en France : l’expérimentation, l’innovation et (...)
  • 3 Ainsi, Roger Beaunez a été membre du bureau national de l’UGS puis de la CPN du PSU en 1960-1963 ; (...)

1Empruntant partiellement son titre à la brochure éponyme signée Michel Rocard et publiée en 1966, cette contribution n’a pas l’ambition d’étudier finement les positions d’un parti composite tel que le PSU relatives à l’octroi et l’exercice du pouvoir à tous les échelons territoriaux, mais de proposer, plus modestement, trois clés de lecture pour comprendre qui, au sein du PSU, investit ces thématiques et comment les idées portées par le PSU diffusent bien au-delà du parti lui-même. Pour ce faire nous nous placerons au croisement jusqu’alors peu exploré d’une socio-histoire des partis politiques en termes de réseaux1, avec une socio-histoire des organismes d’études, d’ingénierie urbaine, de planification, de conseil et de développement des territoires, publics et privés, qui s’amorce véritablement depuis quelques années2. Le rôle joué par des membres majeurs de la direction du PSU3, dans la formation des élus et dans la création desdits organismes et des premières formations professionnelles en aménagement et urbanisme, donne une première indication de l’importance de ce sujet trop méconnu.

Compenser une faiblesse électorale par une militance multiple dans divers réseaux et influencer le débat par des actions de formation et d’information des élus

La faiblesse électorale

  • 4 Cf. PSU préparation de la Rencontre nationale d’action municipale des 11 et 12 janvier 1969, actua (...)
  • 5 Sur les zones de force et de faiblesse du PSU, lire Tudy Kernalegenn, François Prigent, Gilles Ric (...)
  • 6 La littérature est assez abondante sur ce thème, de Pierre Mendès France à Jean-Jacques Servan-Sch (...)
  • 7 Michel Rocard ou Jacques Delors au Commissariat au Plan mais aussi Gabriel Mignot au Conseil d’Éta (...)
  • 8 On pourrait y voir l’effet déformant des recherches que nous menons actuellement, au travers de la (...)

2Des années 1960 jusqu’après les élections municipales de 1977, le PSU a un nombre constamment faible d’élus locaux : un millier environ4. Un changement notable entre les deux décennies concerne toutefois leur caractère de plus en plus urbain : de cent quarante maires ruraux en 1969 et seulement deux maires de villes moyennes – Saint-Brieuc et Saint-Dié – on passe, en 1977, à des élus dans cinquante et une villes de plus de 30 000 habitants. Le cas – unique en 1965 – de Grenoble, où le « phénomène » des Groupes d’action municipale (GAM) est arrivé au pouvoir allié au PSU, ne s’amplifie que peu aux municipales de 1971 avec Hérouville-Saint-Clair, Meylan, et Gaillon dans l’Eure. Ailleurs, quelques membres des GAM locaux deviennent conseillers municipaux comme à Longuyon ou de Commercy, par exemple. D’un point de vue géographique, l’extrême diversité des situations est aussi de mise, depuis quelques départements et régions où l’implantation est dense jusqu’à ceux où le PSU est tout à fait absent5. Ce n’est donc pas électoralement parlant que le PSU pèse. L’influence de ses thèses sur l’octroi et l’exercice du pouvoir par les collectivités locales aux différentes échelles s’explique plus par un contexte politico-intellectuel et institutionnel6, par la multi-appartenance et par la plasticité militante de ses membres et responsables, véritables « passeurs d’idées » investis dans des réseaux, nationaux – au cœur de l’appareil d’État compris7 – et locaux, dont il nous faut, pour nombre d’entre eux, souligner les origines chrétiennes8.

La figure de Roger Beaunez et le poids des réseaux de militants et techniciens d’origine chrétienne

  • 9 Issues de la JOC.
  • 10 Néry est lui-même venu au PSU via la JEC, la Nouvelle Gauche puis l’UGS et fonde, avec quelques au (...)

3La figure charismatique de Roger Beaunez, venu du MLP et passé au PSU via l’UGS, paroissien actif et conseiller municipal de Colombes, membre du Comité consultatif économique et social de la région parisienne, militant de la fédération PSU de Seine Banlieue, fondateur et délégué national de l’ADELS, rédacteur de son bulletin Correspondance municipale ; animateur, enfin, de la collection « Pouvoir local » aux Éditions ouvrières9 incarne ces diverses caractéristiques et l’influence du PSU bien au-delà du parti lui-même. Un courrier de Beaunez à Claude Néry, en date du 1er juin 196010, est riche d’enseignements, dans lequel on apprend qu’il travaille depuis plus d’un an sur le plan du Conseil municipal de Paris et du conseil général de la Seine :

« Je me rends compte – écrit-il – de la multiplicité des problèmes qui dépassent le cadre de ce département. Nous sommes d’ailleurs saisis d’un plan d’aménagement et d’organisation de la région parisienne qui prévoit d’importantes transformations. Il est important dans cette perspective d’évolution de se situer à un niveau plus large que la Seine […]. Il nous semble nécessaire et urgent de mettre rapidement en place un instrument qui, sous forme d’association déclarée, aura comme objectif : l’étude des divers problèmes de la région parisienne, la formation de cadres, l’information de la population. À la suite de nombreux contacts, et compte tenu du concours qui nous a déjà été apporté par des militants compétents et spécialisés, nous sommes persuadés que nous avons la possibilité de faire converger des efforts jusqu’ici dispersés et d’associer à cette initiative un bon nombre de techniciens et de militants… »

  • 11 Cf. Jean-Louis Palierne et alii, La Décentralisation industrielle et le Bassin parisien (jusqu’à 2 (...)
  • 12 Témoignage de Michel Marié sur la liquidation du STCAU après les événements de Mai 1968, dans Mich (...)
  • 13 Bureaux d’études et organismes de réalisation. Archives interfédérales de la CFDT à Paris, cote 1U (...)

4Un autre courrier, du 20 juin 1960, énumère ces contacts : l’École moderne et les Centres d’entraînement aux méthodes d’éducation active (CEMEA), le Mouvement de libération ouvrière (MLO), la Vie Nouvelle, la Confédération syndicale des familles (CSF), Peuple et Culture (PEC), l’Institut de culture ouvrière (ICO), la Confédération générale du logement (CGL). Quant aux techniciens, nous en avons repéré au moins un avec certitude en la personne de Jean-Louis Palierne, membre du GAM de Massy, qui intègre à cette époque l’équipe de l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région parisienne11 (IAURP) autour de Paul Delouvrier, puis le Service technique central d’aménagement et d’urbanisme (STCAU) – véritable « think tank » du ministère de l’Équipement, où il fut très actif en mai 196812 – et devient, toujours à la même époque, la figure de proue, au sein d’une CFDT fraîchement déconfessionnalisée, de la structuration et de la défense d’une branche professionnelle – celle de l’ingénierie et du conseil – par la création du BETOR, auquel Beaunez adhère13.

Des sessions de formation des élus en réseaux

  • 14 Tribune socialiste du 25 janvier 1964.
  • 15 Bernard Barraqué et Jean-Pierre Gaudin, « La charité doit devenir technicienne ». Analyse des lien (...)
  • 16 Tribune socialiste du 18 avril 1964.
  • 17 Entretien de l’auteur avec Bernard Archer à Grenoble le 3 janvier 2011. Bernard Archer rejoint ens (...)
  • 18 Bernard Archer esr le co-rédacteur d’un ouvrage intitulé Communes et démocratie, Éd. ouvrières, 19 (...)
  • 19 L’Enquête urbaine : l’analyse du quartier et de la ville, Paris, PUF, 1955. Un des auteurs, aux cô (...)
  • 20 Denis Pelletier, « 1905-2005. Un siècle d’engagements catholiques », dans Bruno Duriez, Étienne Fo (...)

5Par ailleurs, le dépouillement de Tribune du socialisme en 1964-1965 révèle qu’outre la préoccupation dominante du logement, envisagé de manière quantitative, l’autre thème de prédilection est la bonne gestion municipale14. Tribune du socialisme fait une large place aux sessions de formation des élus sur des nombreux problèmes d’urbanisme, organisées par l’ADELS, elle-même liée aux GAM. Rappelons que Georges Gontcharoff, actif aux côtés de Rogez et Jeannette Beaunez dans les paroisses missionnaires de Colombes, passé par Jeune République (JR) et l’UGS avant d’adhérer au PSU, exerce des responsabilités dans les trois structures/réseaux : PSU, ADELS et GAM. Ces sessions sont souvent organisées en commun avec d’autres organismes : le Comité de liaison et d’Information des Organisations d’usagers de la Région parisienne (CLIPAR), le Centre de culture ouvrière (CCO), PEC et la Vie Nouvelle encore, Citoyen 60, Jeunesse et Culture15. Si le Club Jean-Moulin est critiqué pour son manque de base politique populaire, ses propositions sont jugées intéressantes : développer la participation des citoyens, réformer les institutions communales et régionales. En effet, pour Tribune du socialisme, et en réaction au « pouvoir personnel » gaullien, un aménagement du territoire démocratique conduit à rechercher des collectivités locales vivantes « à taille humaine16 ». Cela correspond à peu près à la politique des contrats « Villes Moyennes » qui se développera à partir du Ve Plan. Planification et participation, c’est la technicisation locale du politique que défend au fond le PSU, avec la nécessaire éducation des classes populaires à la rationalité des aménageurs, parfaitement illustrée, à nos yeux par l’ouvrage de Roger Beaunez et Lorraine Chenot, Villes et citoyens. Méthodes d’enquête pour la connaissance et l’analyse d’une ville, publié en 1969. S’appuyant sur des travaux de la première agence d’urbanisme de province, la SORETUR – créée à Rouen en 1963, et son directeur, Bernard Archer, n’est rien moins qu’un ancien de la JEC, camarade de promotion à l’École Centrale de Claude Neuschswander en 195617 et président de l’UNEF quelques mois en 195918 –, cet ouvrage est proche, dans la démarche intellectuelle et pratique, du Manuel d’enquête urbaine19 du père Lebret d’Économie et Humanisme (E & H) et témoigne, là encore, de ce que l’expertise et la recherche de compétence – héritages d’une tradition ancienne chez les catholiques – sont au cœur de la plasticité de leurs dispositifs militants20. Enfin, Gontcharoff s’est livré à une analogie fort intéressante entre le renouveau liturgique entrepris alors autour du concile Vatican II, et le rôle pédagogique de « traducteur » des choses complexes (textes de lois, rapports officiels, documents techniques), le souci du « niveau de langage » observable dans les publications de l’ADELS et dans les écrits de Beaunez à l’intention des élus et des militants :

  • 21 Témoignage écrit de Georges Gontcharoff du 12 février 2009, dans le cadre de la préparation aux jo (...)

« C’est d’abord le langage ésotérique, la langue de bois politique, le parler technocratique qui empêchent le peuple d’exercer une citoyenneté active, car il ne peut pas comprendre les dossiers et les enjeux politiques si on ne les lui traduit pas dans sa langue ; de même que le peuple ne peut pas accéder à l’Église si elle parle en latin et s’entoure de mystérieux rituels21. »

Le plaidoyer pour des territoires fonctionnels, gouvernés démocratiquement à la bonne échelle, et des périmètres d’action pertinents

Obsolescence du département et promotion de l’intercommunalité

  • 22 Le texte « Décoloniser la province », a été republié récemment dans, La Revue socialiste, no 37, d (...)
  • 23 Cf. Louis Ergan, Laurent Loeiz, Vivre au pays comment guérir le mal français de la concentration d (...)
  • 24 Cet agrégé d’histoire entre dans la Résistance par les Jeunes chrétiens combattants, puis Union de (...)
  • 25 Fusion du SIEPURG et du SIRG (Syndicats intercommunaux de la réalisation de la région grenobloise)
  • 26 Simon Lambersens, Développer et rénover la ville. Grenoble (1965-1983), l’utopie réaliste de Jean (...)

6Nous ne reviendrons pas ici longuement sur la brochure collective mais signée Michel Rocard Décoloniser la province, ne serait-ce que parce d’autres l’ont fait il y a peu22. Ce sur quoi nous souhaitons mettre l’accent, c’est sur le fait que le PSU pose, de manière anticipatrice, la question des territoires fonctionnels qui ne seraient pas toujours en adéquation et devraient donc, en quelque sorte, détrôner certains découpages politiques établis depuis longtemps. C’est ainsi qu’il faut comprendre, nous semble-t-il, la charge portée sur le département, déjà perceptible dans le courrier de Beaunez : « Le département est un cadre inadapté au monde d’aujourd’hui. […] Il est facile de montrer, en partant d’exemples locaux, à quel point le découpage ne correspond plus aux réalités d’aujourd’hui, tant en ce qui concerne les communications et les télécommunications qu’en ce qui concerne les unités économiques et sociales » peut-on encore lire dans le dossier « spécial cantonales » publié par le mensuel Directives (no 179) du 18 janvier 1970. La dénonciation de l’obsolescence du département s’accompagne d’un plaidoyer pour de nouveaux périmètres d’action pertinents : le « pays23 », envisagé aussi sous l’angle fonctionnel et statistique du bassin de vie et d’emploi, et l’agglomération, dans sa dimension de coopération intercommunale. On retrouve, et ce n’est pas un hasard, la nécessité de la coopération intercommunale dans de nombreux documents des GAM. C’est ainsi dans la perspective de réalisations urbaines importantes qu’est créé, sous la houlette de Jean Verlhac24, adjoint PSU à l’urbanisme d’Hubert Dubedout à Grenoble, le SIEPURG (Syndicat intercommunal d’études des problèmes d’urbanisation de la région grenobloise – qui fusionnera bientôt en SIEPARG25 le 2 janvier 1973), dans lequel vingt et une communes se regroupent en février 1967. Un principe original fut décidé qui consistait à ne pas léser les communes périphériques par l’adoption d’un système proportionnel à la population, mais par la mesure une ville/une voix. Toutes étaient jugées sur un pied d’égalité, sauf Grenoble qui disposait tout de même de deux voix en sa qualité de ville-centre. Verlhac devint vice-président du SIEPARG en 1973 tout en siégeant aux nombreuses commissions en son sein. De manière générale, Verlhac a consacré de nombreuses notes aux structures de coopération intercommunale26.

Des collectivités locales restructurées, disposant d’un réel pouvoir de planification et d’expertise

  • 27 Claude Neuschswander vient de publier une autobiographie, Une vie de militance (s), Paris, Adels/Y (...)
  • 28 Ainsi, à la parution du Schéma Directeur de la Région Parisienne (SDAURP), le PSU est pour le prin (...)

7Le PSU, les GAM et l’ADELS (mais aussi le CERES) élaborent donc peu à peu, en faisant circuler les hommes et les idées, un programme de changement des structures au niveau des collectivités locales qui suit d’assez près le livre du Club Jean-Moulin, Les Citoyens au pouvoir, 12 régions, 2000 communes publié au Seuil en 1968. Le principe de subsidiarité – cher aux chrétiens – en est la base, qui doit faire coïncider le niveau où peuvent être valablement prises les décisions et les structures démocratiques qui devraient en avoir la responsabilité. Les collectivités locales doivent être restructurées pour prendre en charge, non seulement la gestion des agglomérations urbaines de plus en plus vastes mais aussi celle des zones rurales polarisées autour de quelques centres et leurs zones d’influence. Cela revient à s’appuyer à la fois sur l’intercommunalité, là encore, sur des régions redécoupées et devenues collectivités locales à part entière, et sur des districts qui remplaceraient les départements avec comme principale mission de régler les rapports entre les villes et les campagnes. Dans la nouvelle distribution des compétences, les collectivités de base devraient avoir une maîtrise totale des équipements et des services à leur population. L’aménagement du territoire et l’aménagement urbain sont des attributions des collectivités locales que la loi doit articuler avec le développement économique qui reste une prérogative de l’État. La planification doit être le moyen d’assurer une concertation entre les collectivités et entre celles-ci et l’État, la loi d’orientation foncière (LOF) de 1967 ayant institué le principe de l’élaboration conjointe des nouveaux documents d’urbanisme réglementaire : le Schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme (SDAU) à l’échelle des agglomérations de plus de 10 000 habitants et le Plan d’occupation des sols (POS) à l’échelle communale. Pour autant, nous allons le voir, la condition concrète de toute décentralisation véritable, même limitée, et de traduction opérationnelle du couple prévision/concertation doivent résider dans l’existence d’un pouvoir d’expert placé à la disposition des communes sous la forme de structures d’études et de planification. De la même manière, la fonction publique devrait être décentralisée, et tous les niveaux de collectivités locales disposer de leur propre administration autonome afin de ne plus devoir passer par l’administration de l’État. Enfin, la redistribution de l’impôt entre l’État et les collectivités locales devrait correspondre à la redistribution des compétences, et la péréquation entre les collectivités locales riches et les collectivités locales pauvres devrait être assurée par une subvention globale de l’État inversement proportionnelle à la richesse de la collectivité et calculée selon des critères objectifs. Au niveau de base, l’échelon pertinent de décision pour les problèmes touchant d’au plus près les citoyens est le quartier. On connaît l’implication des militants PSU, à Grenoble tout particulièrement, dans les Unions de quartiers autour de la figure PSU/ADELS de François Hollard, ou les conseils de résidents de Sarcelles, autour de Claude Neuschwander27. On devrait peut aussi voir dans l’attention portée à cette échelle fine du quartier, une résurgence du « basisme » paroissial et de son territoire, qui prend en charge les gens là où ils vivent dans toutes les dimensions de leur vie quotidienne. Deux derniers points méritent d’être soulignés, qui transparaissent dans les écrits de ces réseaux et qui expliquent pour partie la dernière clé de lecture proposée : la conviction partagée que des études techniques doivent, sinon toujours précéder, à tout le moins accompagner l’action politique, et la culture ou la méthodologie du « contre-projet28 », solidement étayé et donc validement opposable aux projets dénoncés.

Outiller intellectuellement et techniquement les collectivités locales : les militants PSU dans les organismes d’études publics et privés et dans les premières formations professionnelles en urbanisme

Les militants PSU dans les OREAM et les agences d’urbanisme

  • 29 La Basse-Seine au début du XXIe siècle, Rapport de l’enquête-consultation janvier, juin 1967. Don d (...)
  • 30 Maryvonne Prevot et alii, « Les agences d’urbanisme : perspectives de recherche et premiers résult (...)
  • 31 Gérard Blanc est devenu depuis délégué général de la Fédération nationale des agences d’urbanisme (...)

8Pour toutes les raisons évoquées dans les deux premières parties de cette contribution, et par adhésion à une forme de géographie volontaire pas toujours éloignée de celle des hérauts gaullistes de l’aménagement du territoire et de son administration de mission (Pisani), des militants PSU ont investi des organismes d’études – publics, parapublics ou privés, à différents niveaux. Au niveau régional, c’est par exemple le cas de Pierre Bourguignon qui intègre la Mission d’études de la Basse-Seine (MEBS) à Pâques 1967. Originaire de Sotteville-lès-Rouen et formé à la sociologie à Nanterre, il y rejoint des connaissances professionnelles et militantes comme le sociologue Gérard Héliot, membre du PSU et président de PEC à Rouen ou Bernard Écrement, géographe de formation qui vient alors de succéder à Bernard Archer à la tête de la SORETUR. C’est d’ailleurs en s’inspirant directement des méthodologies d’enquête dite de « participation » de PEC, mais aussi de la Vie Nouvelle, que Pierre Bourguignon et Gérard Héliot lancent une vaste enquête-consultation pour le compte de la MEBS29 : « C’était moins le fait d’avoir un retour précis aux questions que de créer les conditions et le cadre d’un débat ouvert aux personnalités, aux mouvements sociaux, au tissu associatif. Dans l’éducation populaire, on savait faire cela. » Pierre Bourguignon insiste sur l’originalité du contact avec les « forces vives », et notamment les CODER, ce qui a abouti, avec le soutien du préfet Chaussade, à la création d’un Établissement public foncier sur le modèle de celui que Gérald Hanning, l’ancien directeur de l’agence du Plan d’Alger, avait mis sur pied au sein de l’IAURP. Faute de pouvoir multiplier les exemples, revenons brièvement aux agences d’urbanisme. En France, elles constituent un cas exceptionnel d’outil commun aux collectivités locales et à l’État. Disposant de la personnalité morale, elles ont dès l’origine une double finalité : technique (élaboration et suivi des documents d’urbanisme réglementaire, études sur tout ce qui a trait à l’aménagement et suivi desdites études) et politique : la concertation, préfigurant aussi la décentralisation, à tout le moins technique30. L’agence d’urbanisme de Grenoble, agence municipale d’abord, créée en février 1966, puis d’agglomération (1967) et régionale (1973) enfin, compte donc parmi les premières. Elle accueille notamment en son sein Gérard Blanc, membre du bureau fédéral PSU de l’Isère31, d’abord impliqué dans la rénovation du quartier ancien taudifié et immigré de Très-Cloîtres, mais aussi l’économiste Jean Videcocq, ancien militant de l’UNEF et de la MNEF, élu PSU du quartier de l’« Abbaye » et engagé dans les études économiques sur la Villeneuve de Grenoble-Échirolles l’architecte Pierre Sicard, ancien de l’UNEF lui aussi, ou encore le sociologue de formation Bernard Delbard, hommeclé de la relation ville-agence. Dans les années 1970, d’autres militants ou cadres PSU, comme Renée Feltin, Jean-Marie Allain ou Umberto Battist intègrent respectivement les agences d’urbanisme de Reims puis Orléans ou de Maubeuge. Mais en 1974 deux d’entre eux – Feltin et Battist – ont rejoint le PS tandis que Jean-Marie Allain reste au PSU jusqu’en 1983.

Les militants PSU dans les centres de recherche en province et dans les formations professionnelles en urbanisme et aménagement

  • 32 Fatiha Belmessous, « L’émergence d’une expertise en sociologie urbaine à Lyon dans les années 1970 (...)

9Par ailleurs, des militants PSU ont rejoint ou créé trois autres types de structures pourvoyeuses d’expertises en province et en région parisienne. Deux d’entre elles sont en lien avec le CNRS ou l’enseignement supérieur. C’est, par exemple, le cas d’Andrée Chazalette. Cette catholique, proche d’E & C et des méthodologies d’enquêtes de Chombart de Lauwe, créé le Groupe de sociologie urbaine (GSU) à Lyon fin 1968-début 196932 avec Henri Coing, Maurice Chevallier, Michel Freyssenet ou Jean-Claude Barthes, ancien prêtre incardiné à la Misson de France. C’est encore le cas, d’après le témoignage d’André Micoud, du Centre de recherches et d’études sociologiques appliquées (CRESAL) – de Saint-Étienne, association créée en 1958 dans la mouvance d’E & C elle aussi :

  • 33 Delphine Dejeans, Aurélie Dumain, Alexandre Lambelet, « Entretien avec André Micoud : un herméneut (...)

« Quand j’y suis entré, on était en plein dans les années post-68, avec le modèle de l’autogestion comme idéal. Sauf que, s’il y avait des ouvriéristes, des gauchistes, des maoïstes, des réformistes avec des configurations variables, c’était loin d’être homogène et il y avait aussi des restes d’un catholicisme plus paternaliste. […] C’est le moment de la lutte des Lip à Besançon. On disait “On cherche, on vend, on se paie”. De fait, comme je ne devais pas tarder à l’apprendre, le CRESAL est une officine du PSU, et pas seulement au niveau local, c’est aussi une boîte à idées pour les instances nationales de ce petit parti un peu atypique (on avait parfois Rocard ou Delors au téléphone)33. »

  • 34 Aujourd’hui devenu l’Institut d’urbanisme de Grenoble (IUG).
  • 35 Michel Micheau, Former des urbanistes : histoire du cycle d’urbanisme à Science Po (1969-2009) : u (...)

10En lien avec l’université et les IEP – à Paris et Grenoble – soulignons ensuite l’investissement précoce des militants PSU dans l’ouverture de formations professionnelles en aménagement et urbanisme. Verlhac – avec la complicité de Jean-Louis Quermonne puis de Claude Domenach – crée ainsi l’UER d’urbanisation et aménagement34 dès 1969, conçu comme la traduction logique de la volonté de la municipalité d’encourager une structure universitaire nouvelle sur un champ de théories et de pratiques nouvelles. À Paris, Pierre Gaudez, ancien président de l’UNEF, met sur pied, avec Michel Micheau, un troisième cycle en urbanisme à Sciences Po Paris où pendant plusieurs années Gontcharoff enseigne35.

Le conseil et l’assistance à maîtrise d’ouvrage auprès des élus : un marché nouveau et prometteur pour les techniciens militants du PSU

  • 36 Créé en 1976 à l’initiative du Mouvement de recherche et d’action critique (le MARC), le MAS est p (...)
  • 37 Entretien de l’auteur avec Monique Gresset du 9 novembre 2010. Lire aussi Sylvie Tissot, L’État et (...)
  • 38 « Développement local et réseaux », entretien de Neuschswander avec Jean-Marc Offner dans Flux, no(...)
  • 39 Basée à Écully, en région lyonnaise, elle a longtemps été dirigée par Jean Clément, par ailleurs p (...)

11La mise sur pied de ces formations révèle et accompagne tout à la fois la naissance d’un marché professionnel encore balbutiant mais très prometteur : celui du conseil et de l’assistance à maîtrise d’ouvrage auprès des élus, marché dans lequel les techniciens militants, voire certains cadres du PSU et de l’ADELS vont s’engouffrer précocement. Pierre Bourguignon, membre du secrétariat national du PSU, en charge du Cadre de vie avec François Soulages, quitte la MEBS en 1971 pour devenir pendant quelques années salarié du bureau d’études – la Société d’études de développement et d’aménagement (SEDA) – créé quelques années auparavant par l’ADELS pour alimenter les caisses du réseau, en plus des sessions de formation d’élus. Il travaille, entre autres, avec Pierre Belleville, sur le projet d’aménagement du lac de Vassivière dans le Limousin, en lien avec le tourisme social. Quant à Monique Gresset, militante au MAS36 dans ses années de formation à l’IEP de Grenoble entre 1974 et 1977, elle intègre le troisième cycle d’urbanisme à Science Po Paris et s’inscrit au PSU dans le XIVe arrondissement. Elle consacre son projet individuel de fin d’études, en 1978, à son implication dans la naissance du la coopérative d’études Acadie37 animé par Daniel Béhar – qu’elle avait connu au MAS précisément. Hélène Mathieu, la fille de Gilbert Mathieu, Sigrine Genest, militante PSU dans le IIIe arrondissement, et un couple d’architectes et urbanistes formés à Sciences Po avec elle, constituaient l’équipe initiale. Leur travail de fin d’études avait consisté en une réponse à la demande d’expertise et de contre-projet émanant de la petite commune d’Étiolles, afin de créer les conditions d’un débat avec les villes nouvelles des alentours : Évry et Melun-Sénart. C’est le début d’une aventure prospère pour Acadie jusqu’à nos jours. Comment ne pas souligner, enfin, le parcours professionnel de consultant privé de Neuschswander dès 1976, peu de temps après l’épisode « Lip ». Conjuguant capital militant et capital professionnel, il fonde le Groupe TEN et TEN Conseil qui connaît son heure de gloire auprès des collectivités locales et des agences d’urbanisme dans les années 1980-199038 avant d’être partiellement absorbé par la société internationale de conseil en management Algoé39.

  • 40 Lire Maryvonne Prévot et Christophe Leclercq, « La ZAC du Courghain à Grande-Synthe (59) : espace (...)
  • 41 Notabilisation observée et dénoncée dès avril 1977 pour les « Jacistes », dans Esprit, no spécial (...)

12Si, à court terme et politiquement parlant, la composante chrétienne du PSU – dont on a vu l’importance sur ces questions – quitte majoritairement le parti entre 1971 et 1976, mal à l’aise avec la radicalisation et la « marxisation » de son discours après 1968, le PS qu’elle rejoint reprend à son compte, dès 1972, la « stratégie en tenaille » du PSU qui vise à attaquer l’exploitation et le capitalisme là où il se déploie le plus, c’est-à-dire à la fois dans l’entreprise et dans l’usine, mais aussi dans la Ville par le biais des syndicalismes « de l’habitat » et du « cadre de vie40 ». Avec les hommes arrivent donc aussi les idées – de la participation citoyenne au développement économique local en passant par l’intercommunalité – mais aussi les pratiques. L’aménagement et l’urbanisme apparaissent ici concrètement comme les lieux privilégiés de la « compétence » pour ces militants et professionnels d’origine chrétienne. À travers eux, c’est la technicisation/professionnalisation des élus et la notabilisation des techniciens41 qui s’amorce au PSU puis se renforce au PS dans les décennies qui suivent.

Notes

1 Frédéric Sawicki, Les Réseaux du parti socialiste. Sociologie d’un milieu partisan, Paris, Belin, 1997.

2 Maryvonne Prévot (coord.), Les Agences d’urbanisme en France : l’expérimentation, l’innovation et leurs limites, no spécial de la revue Territoire en mouvement, 2007, Maryvonne Prévot et alii, « Les agences d’urbanisme : perspectives de recherche et premiers résultats autour d’un nouvel objet », dans Métropoles, no 3, 2008, (http://metropoles.revues.org), p. 1-26, Frédéric Saunier, Histoire d’une pionnière (1965-2010). L’agence d’urbanisme du Havre et de l’Estuaire de la Seine, Fécamp, Éd. des Falaises, 2011.

3 Ainsi, Roger Beaunez a été membre du bureau national de l’UGS puis de la CPN du PSU en 1960-1963 ; Pierre Bourguignon a été membre de la direction nationale du PSU de 1967 à 1974 ; tout comme Georges Gontcharoff, de 1963 à 1971, ou Jean Verlhac de 1960 à 1973, après avoir été membre du bureau national de l’UGS (cf. supra).

4 Cf. PSU préparation de la Rencontre nationale d’action municipale des 11 et 12 janvier 1969, actualisation par Georges Gontcharoffd’éléments parus pour les élections de 1965, un texte préparé à l’époque par Roger Beaunez pour la fédération Seine-Banlieue et publié dans Directives (no 88) d’octobre 1964 (archives personnelles de Roger Barralis). Les chiffres pour les municipales de 1977 et 1983 ont été donnés par Yannick Drouant lors de son intervention au colloque le 9 novembre 2010.

5 Sur les zones de force et de faiblesse du PSU, lire Tudy Kernalegenn, François Prigent, Gilles Richard, Jacqueline Sainclivier et alii (dir.), Le PSU vu d’en bas. Réseaux sociaux, mouvement politique, laboratoire d’idées (années 1950-années 1980), Rennes, PUR, 2010.

6 La littérature est assez abondante sur ce thème, de Pierre Mendès France à Jean-Jacques Servan-Schreiber en passant par Robert Laffont, Michel Phliponneau, Alain Savary ou le Club Jean Moulin. Quant au contexte législatif, et pour la seule année 1966, citons la création des communautés urbaines, des OREAM (cf. supra), des missions d’études des villes nouvelles ou encore de la caisse d’aide à l’équipement des collectivités locales (CAECL) par la Caisse des dépôts et consignations (CDC).

7 Michel Rocard ou Jacques Delors au Commissariat au Plan mais aussi Gabriel Mignot au Conseil d’État. Bien d’autres hauts fonctionnaires, à l’image de Jean-Pierre Duport ou Robert de Caumont, fréquenteront des militants PSU au sein de l’ADELS mais aussi du Club Jean-Moulin. Cf. Maryvonne Prévot, « Les militants d’origine chrétienne dans la fabrique de la ville des années 1960 à nos jours : un objet pertient ? », dans L’Information géographique, no 76, mars 2012, p. 11-27.

8 On pourrait y voir l’effet déformant des recherches que nous menons actuellement, au travers de la conception puis de la coordination du programme de recherche pluridisciplinaire intitulé : « Christiana. De l’urbanisme au développement, les militants d’origine chrétienne dans la fabrique de la Ville, des années soixante à nos jours. France/Belgique », MESHS Lille (USR 3 185)/CPER Nord-Pas-de-Calais 2009-2011, puis d’une HDR en cours d’achèvement, mais les lignes qui suivent tendent à démontrer que cette influence fut fondamentale et que le croisement – quasi inexploré – d’une histoire des recompositions religieuses et militantes avec celle de la « fabrique » politique, sociale et intellectuelle de la Ville contemporaine et des territoires est riche de découvertes. Cf. infra.

9 Issues de la JOC.

10 Néry est lui-même venu au PSU via la JEC, la Nouvelle Gauche puis l’UGS et fonde, avec quelques autres, en mai 1958, le Centre de recherches économiques et sociales de la Région parisienne (CRESAP) – structure à laquelle songe Roger Beaunez dans ces courriers – puis l’ADELS (archives personnelles de Jean Risacher. Je remercie Gilles Morin de m’avoir transmis ce dossier concernant le CRESAP).

11 Cf. Jean-Louis Palierne et alii, La Décentralisation industrielle et le Bassin parisien (jusqu’à 250 km de Paris), étude réalisée pour le compte de l’IAURP, Serge Goldberg (dir.), 1966. Jean-Louis Palierne se distinguera par la suite en qualité de théologien de la religion orthodoxe.

12 Témoignage de Michel Marié sur la liquidation du STCAU après les événements de Mai 1968, dans Michel Marie, Les Terres et les mots. Une traversée des sciences sociales, Paris, Méridiens Klinncksieck, 1989 et témoignage écrit de Charles Bachofen à l’auteur, du 25 novembre 2010.

13 Bureaux d’études et organismes de réalisation. Archives interfédérales de la CFDT à Paris, cote 1U53.

14 Tribune socialiste du 25 janvier 1964.

15 Bernard Barraqué et Jean-Pierre Gaudin, « La charité doit devenir technicienne ». Analyse des liens entre action culturelle et aménagement urbain dans la gestion du cadre de vie à Annecy, Ministère de l’Environnement et du Cadre de Vie, décembre 1979, 331 pages. Document ronéoté, p. 123.

16 Tribune socialiste du 18 avril 1964.

17 Entretien de l’auteur avec Bernard Archer à Grenoble le 3 janvier 2011. Bernard Archer rejoint ensuite le Bureau d’études et de réalisations urbaines (BERU) de Max Stern et André Pescayre ; ce même BERU qui a été à l’initiative de la création de la SORETUR, en partenariat avec la Société centrale d’équipement du territoire (SCET). En sa qualité de professionnel, il enseigne ponctuellement dès 1970 au sein de l’UER d’aménagement et d’urbanisme créé par Jean Verlhac à Grenoble (cf. supra) avant de devenir, en 1977, directeur des services techniques de la ville de Grenoble, en charge de leur redéploiement dans les quartiers.

18 Bernard Archer esr le co-rédacteur d’un ouvrage intitulé Communes et démocratie, Éd. ouvrières, 1965.

19 L’Enquête urbaine : l’analyse du quartier et de la ville, Paris, PUF, 1955. Un des auteurs, aux côtés du père Lebret, est Huguette Hollard épouse de François Hollard, militant du PSU et de l’ADELS, membre du Conseil consultatif économique et social de l’Isère au début des années soixante. Huguette Hollard intègre l’agence d’urbanisme de Grenoble (AURG) (cf. supra) à la fin des années 1960.

20 Denis Pelletier, « 1905-2005. Un siècle d’engagements catholiques », dans Bruno Duriez, Étienne Fouilloux, Denis Pelletier, Nathalie Viet-Depaule (dir.), Les Catholiques dans la République 1905-2005, Paris, Les Éd. de l’Atelier, 2005, p. 46-47.

21 Témoignage écrit de Georges Gontcharoff du 12 février 2009, dans le cadre de la préparation aux journées d’études des 6 et 12 juin 2009 à Paris (CHS) consacrées au cinquantième anniversaire de l’ADELS. Françoise Tétard, qui coordonna ces deux journées, avait intégré, dès le départ du projet, l’équipe de recherche « Christiana ».

22 Le texte « Décoloniser la province », a été republié récemment dans, La Revue socialiste, no 37, du 16 février 2010. Présentation par Alain Bergounioux. Voir aussi, Fabrice Marzin, « Les parlementaires et les maires PSU face à la question bretonne (des années 1950 aux années 1970 » et Tudi Kernalegenn, « Le PSU et la question régionale à travers l’exemple de la Bretagne », dans Le PSU vu d’en bas…, op. cit., p. 113-148.

23 Cf. Louis Ergan, Laurent Loeiz, Vivre au pays comment guérir le mal français de la concentration des hommes, de l’argent, du pouvoir, Les Sables d’Olonne, éd. Le Cercle d’or, 1977 (cet ouvrage a reçu le prix Futuribles cette année-là).

24 Cet agrégé d’histoire entre dans la Résistance par les Jeunes chrétiens combattants, puis Union des chrétiens progressistes (UCP) créée en 1947 par des partisans d’une alliance entre chrétiens et communistes. Il est aussi rédacteur du bimensuel La Quinzaine dont le Saint-Office interdit la publication en février 1955 après avoir condamné l’expérience des prêtres-ouvriers en 1954.

25 Fusion du SIEPURG et du SIRG (Syndicats intercommunaux de la réalisation de la région grenobloise).

26 Simon Lambersens, Développer et rénover la ville. Grenoble (1965-1983), l’utopie réaliste de Jean Verlhac, maîtrise d’histoire sous la direction d’Éric Vial, Grenoble, université PMF, 2004, p. 28.

27 Claude Neuschswander vient de publier une autobiographie, Une vie de militance (s), Paris, Adels/Yves Michel Éd., 2011.

28 Ainsi, à la parution du Schéma Directeur de la Région Parisienne (SDAURP), le PSU est pour le principe des Villes Nouvelles mais critique les aspects techniques du schéma et propose l’élaboration d’un contre-plan régional (Tribune socialiste, divers numéros de 1965).

29 La Basse-Seine au début du XXIe siècle, Rapport de l’enquête-consultation janvier, juin 1967. Don de Pierre Bourguignon à l’auteur lors de l’entretien du 9 novembre 2010 dans les bureaux de l’AN. Pour tout ce qui concerne la SORETUR et la MEBS, et plus généralement l’histoire de l’aménagement de la Basse-Seine, lire la remarquable thèse de Frédéric Saunier, L’Aménagement de la Basse-Seine de 1940 à 1977 : un territoire d’expériences, sous la direction de Danièle Voldman, Paris 1, 2007.

30 Maryvonne Prevot et alii, « Les agences d’urbanisme : perspectives de recherche et premiers résultats autour d’un nouvel objet », dans Métropoles, no 3 (http://metropoles.revues.org), p. 1-26.

31 Gérard Blanc est devenu depuis délégué général de la Fédération nationale des agences d’urbanisme (FNAU), directeur de l’agence d’urbanisme de Lyon puis de celle de Dunkerque (AGUR) aujourd’hui.

32 Fatiha Belmessous, « L’émergence d’une expertise en sociologie urbaine à Lyon dans les années 1970 », dans Fabien Bardet, Le Nouvel âge de la rationalisation du gouvernement. De l’expertise d’État à l’expérience des marchés de la conception des politiques urbaines, PU Lyon, 2010.

33 Delphine Dejeans, Aurélie Dumain, Alexandre Lambelet, « Entretien avec André Micoud : un herméneute en prise avec ses objets », Ethnographiques. org, no 9, février 2006. www.ethnographiques.org/2006/Dumain,et-al.html.

34 Aujourd’hui devenu l’Institut d’urbanisme de Grenoble (IUG).

35 Michel Micheau, Former des urbanistes : histoire du cycle d’urbanisme à Science Po (1969-2009) : un projet intellectuel en actes, La Tour d’Aigues, Éd. de l’Aube, 2009.

36 Créé en 1976 à l’initiative du Mouvement de recherche et d’action critique (le MARC), le MAS est proche de la CFDT et prône l’autogestion.

37 Entretien de l’auteur avec Monique Gresset du 9 novembre 2010. Lire aussi Sylvie Tissot, L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris, Le Seuil, 2007, p. 233 et suiv.

38 « Développement local et réseaux », entretien de Neuschswander avec Jean-Marc Offner dans Flux, no 20, avril 1995, p. 46-49.

39 Basée à Écully, en région lyonnaise, elle a longtemps été dirigée par Jean Clément, par ailleurs proche d’E&C et aujourd’hui membre du conseil de développement de l’agglomération lyonnaise.

40 Lire Maryvonne Prévot et Christophe Leclercq, « La ZAC du Courghain à Grande-Synthe (59) : espace témoin ou discours témoin ? », Lieux communs, no 12, 2010, p. 94-114.

41 Notabilisation observée et dénoncée dès avril 1977 pour les « Jacistes », dans Esprit, no spécial sur « Les militants d’origine chrétienne ».

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search