Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie II. Un parti en quête d’un espace à gauche

Le congrès des 23, 24 et 25 juin 1967 : vers un nouveau PSU ?

Laurent Jalabert

Texte intégral

  • 1 Le PSU compte quatre élus.
  • 2 Ce texte est disponible dans les archives du PSU dans plusieurs fonds, notamment le Fonds Brisset, (...)

1Le congrès du PSU des 23, 24 et 25 juin 1967 qui a lieu à Paris à la Maison des Métallos consacre l’arrivée sur la scène politique d’un nouveau leader, Michel Rocard. Ce dernier est élu secrétaire national du parti dans un contexte interne de divisions profondes, tandis que la gauche parlementaire connaît un important renouveau après l’élection présidentielle de 1965, et les élections législatives de 19671. Socialistes et radicaux se sont regroupés dans la Fédération des gauches démocrates et socialistes (FGDS), et mènent une politique de rapprochement avec le Parti communiste français (PCF). Alors que le gaullisme montre ses premiers signes d’essoufflement depuis le début de la Ve République, seuls des rapprochements entre les diverses forces de gauche semblent laisser entrevoir la possibilité d’une alternance. La question des alliances est donc aussi posée au PSU depuis l’élection présidentielle. Ce n’est pourtant qu’à la suite des élections législatives de mars 1967, que son Comité politique national (CPN), le 19 mars 1967, décide d’organiser un congrès, les 23-24-25 juin 1967, pour « déterminer l’orientation générale de la politique du Parti2 ».

La question de l’union de la gauche source de divisions au PSU (1962-1967)

  • 3 Sur Alain Savary, cf. Maryvonne Prévot, Alain Savary, le refus en politique, Paris, Renaissance du (...)
  • 4 Sur ces tensions, et sur cette tendance du PSU, une approche serait à approfondir notamment grâce (...)

2La question du rapprochement des forces de gauche est un vieux refrain au PSU en 1967. Une fois la question algérienne disparue, dès 1962-1963, les multiples tendances qui s’étaient réunies dans le PSU pour contester la politique coloniale française, affichent leurs désaccords sur la stratégie à suivre contre la politique gouvernementale. Le congrès d’Alfortville de janvier 1963, où sept tendances s’opposent, est le reflet de ces tensions internes. Celle menée par Alain Savary réclame un rapprochement avec les clubs ou les autres forces de gauche. Minoritaire, ce dernier choisit de quitter le parti dont il fut l’un des fondateurs3. La majorité des militants conçoit bien le PSU comme une force autonome, distincte des autres forces de gauche, dans la continuité des années fondatrices4.

  • 5 Et plus globalement opposé à la Constitution de 1958.
  • 6 Lors du congrès de Gennevilliers en juin 1965, le PSU s’est prononcé contre la candidature éventue (...)
  • 7 Selon les Renseignements généraux (RG), l’idée d’une candidature Mayer est relancée autour du 6 se (...)
  • 8 Il aurait même dit : « Mitterrand candidat ? La droite ne présente pas Pesquet ! » Voir le témoign (...)
  • 9 AN 19 820 599, article 9, Bulletin quotidien du 1er octobre. Selon la police les ralliements publi (...)
  • 10 Sur l’ensemble de ces points, y compris le refus de la candidature Mitterrand au PSU, cf. Michel R (...)
  • 11 Voir son propre récit dans son livre, Une stratégie pour la gauche, Paris, Fayard, 1969, et le liv (...)
  • 12 Les deux hommes connaissent alors de vifs conflits, ce dont témoignent les mémoires de Michel Roca (...)

3Le problème est de nouveau posé à l’automne 1965 au moment de l’élection présidentielle. Faut-il présenter un candidat pour le parti, ou faut-il jouer une stratégie de soutien au candidat de gauche le mieux placé ? Pierre Mendès France ayant fait savoir qu’il refusait toute forme de candidature personnelle, hostile au mode de désignation du chef de l’État par le biais du suffrage universel direct5, le PSU hésite à désigner son propre candidat6. Si le nom de Daniel Mayer, président de la Ligue des droits de l’homme, est régulièrement avancé pendant l’été, l’annonce de la candidature de François Mitterrand comme candidat unique de la gauche en septembre, impose au PSU de se déterminer7. Les divisions apparaissent à nouveau : Gilles Martinet pousse pour que son parti soutienne le député de la Nièvre, tandis que Marc Heurgon8 s’y oppose9. Il est vrai que François Mitterrand est mal aimé au PSU, sa candidature ayant même été refusée en 1960 compte tenu de ses attitudes dans les gouvernements de la IVe République auquel il a participé, notamment celui de Guy Mollet en 1956. Un conseil national, le 17 octobre 1965, confirme les divisions. L’amendement Servet (pseudonyme de Michel Rocard) permet finalement de trouver un compromis : le PSU soutient le candidat unique de la gauche, afin de ne pas affaiblir l’opposition au général de Gaulle, mais mène une campagne électorale autonome, afin de promouvoir ses idées et d’afficher sa différence par rapport aux autres forces de gauche10. Le PSU mène plus de deux cent quarante meetings avant le premier tour, en insistant plus sur son opposition à de Gaulle que sur son appui à François Mitterrand. Ce compromis bancal permet de masquer la profondeur des désaccords internes aux yeux de l’opinion. Car en effet, des clivages croissants se dessinent entre la majorité en place et la tendance animée par Jean Poperen, qui demande l’ouverture de négociations avec les autres forces de la gauche11. Ce dernier, évincé de sa fonction de secrétaire à la Formation, est remplacé par Michel Rocard12. Ce choix traduit la conviction de la majorité des militants : le PSU doit s’attacher à maintenir et à affirmer son autonomie.

  • 13 Cf. ses entretiens avec Georges-Marc Benamou, op. cit., p. 104 et suiv.

4La question de l’unité des gauches est pourtant régulièrement posée sur les marges du parti aux principaux leaders. Questionné par ses amis du Club Jean-Moulin, Michel Rocard, quelques semaines avant les élections législatives de 1967, affiche son refus d’intégrer la FGDS, arguant qu’elle lui paraît être une coalition électorale sans projet et non un espace de discussions constructives pour la transformation des gauches13. Il refuse donc toute affiliation vers les autres composantes de la gauche à l’image de la majorité de son parti. Pourtant, au mois de mars 1967, le PSU accepte quelques jours avant le scrutin législatif des accords de désistements réciproques, avec les candidats de la FGDS et avec ceux du PCF. Il obtient ainsi quatre députés : Pierre Mendès France à Grenoble ; Guy Desson (un proche de Jean Poperen), à Sedan ; Yves le Foll à Saint-Brieuc et Roger Prat à Morlaix.

Le congrès de 1967 : trois motions, le choix de la voie autonome

  • 14 Chiffre repris de l’ouvrage, Le PSU et l’avenir socialiste de la France, Paris, Le Seuil, 1969. Le (...)
  • 15 Il le justifie dans un article de Tribune socialiste le 27 avril 1967. Sa décision est dictée, dit (...)

5L’enjeu du congrès de 1967 est donc posé bien amont. Le PSU compte alors 11 599 militants14. S’y ajoute, quelques semaines avant sa tenue, un second enjeu, la succession d’Édouard Depreux qui annonce à ses amis qu’il a décidé de quitter le secrétariat général15. Le PSU est à l’heure d’un choix décisif quant à son avenir. Trois motions s’opposent dans une ambiance qui sent la poudre. Contacté par Nathalie Poperen au nom des militants du Ve arrondissement de Paris pour qu’il participe aux débats préparatifs du congrès, Pierre Mendes France lui répond qu’il ne souhaite pas s’y impliquer :

  • 16 CHT, Fonds Poperen, POPJ30. Lettre du 16 mai 1967 en réponse à la lettre du 27 avril 1967.

« J’aimerai beaucoup que ce dernier ne prenne pas la forme d’un affrontement aigre entre deux tendances. Là encore, malheureusement, il est difficile de se faire entendre, et cela ne donne pas très envie, vous devez le comprendre, de participer à des débats qui sont viciés d’avance par des méfiances et des dissentiments personnels16. »

La tendance Martinet

  • 17 Deux femmes signent aussi ce texte dans la liste publiée par Tribune socialiste le 27 avril, Chris (...)
  • 18 Tel est le sentiment qui ressort de ce congrès de juin 1965, cf. Note RG, AN, 19 820 599, article (...)

6Gilles Martinet est le principal dépositaire de la première motion, appuyé par Claude Bourdet, Serge Mallet, Victor Fay, Robert Verdier, Pierre Bérégovoy, François Tanguy-Prigent, Alain Brisset, Gérard Denecker, Jean-Franços Kesler17… Il est l’homme fort du PSU depuis le précédent congrès qui a eu lieu deux ans plus tôt18. Il défend l’idée d’un rapprochement avec le reste de la gauche socialiste, notamment dans le cadre électoral, dans la continuité de l’élection présidentielle de 1965 : « Notre objectif principal doit être le développement du courant politique favorable aux solutions socialistes, étant entendu que les idées et les initiatives de ce courant – si novatrices et si fécondes qu’elles soient – n’ont de chance de s’imposer que si elles s’insèrent dans le grand mouvement d’union de la gauche. Une des principales leçons des élections législatives c’est que les forces nouvelles, les hommes nouveaux ne peuvent s’imposer en dehors de l’unité des gauches », peut-on lire dans le texte de la motion A. Gilles Martinet développe à la tribune du congrès trois arguments pour défendre ses positions.

  • Il se place tout d’abord dans la perspective des élections législatives prévues pour 1972. Pour lui, le clivage politique, de par l’adoption du scrutin majoritaire en 1958, se forge plus que jamais autour de deux blocs qui opposent droites et gauches. Il considère que la division des gauches est un cadeau fait à la droite. Il rappelle que le PSU a été conçu comme une force de rassemblement et qu’il deviendrait malheureux d’en faire une force de division. Pour Gilles Martinet, la victoire des gauches en 1972 dépend de leur capacité à s’unir.
  • Il n’entend cependant pas voir le PSU se disloquer dans la FGDS. Il demande à ses amis la possibilité de pouvoir négocier avec le reste des partis de gauche, la création d’une structure « confédérale », où chacun garderait son âme. Et il ajoute à la tribune du congrès, « il n’est pas question d’être dans le même parti que Guy Mollet », ce qu’il affirme depuis les premiers jours de la préparation du congrès19. Il souhaite dans un premier temps créer une « association » avec la FGDS20, et multiplier les discussions avec le PCF, en vue d’un rapprochement. La motion évoque la création « d’une confédération de toute la gauche », mais « le but ultime [reste] la constitution d’un seul grand parti des travailleurs ».
  • Enfin, d’un point de vue de la stratégie idéologique, il considère que le programme de la FGDS ne peut évoluer dans le sens que souhaite le PSU, seulement si celui-ci accepte une discussion. Ce n’est pas de l’extérieur que le PSU pourra faire évoluer les idées de la FGDS. C’est bien en étant à l’intérieur d’une structure confédérale que les militants appartiennent au PSU pourront, lors des rencontres locales et nationales, faire évoluer la pensée de leurs amis socialistes et des autres partis ou clubs. La motion envisage la création d’un « contrat de gouvernement » avec la FGDS, dont le PSU pourrait être le moteur. Elle présente même l’esquisse d’un programme de gouvernement.
  • 21 Il dénonce chez les amis de Marc Heurgon un réflexe anti-SFIO, qui masque la démarche unitaire eng (...)
  • 22 Voir sa tribune le 25 mai dans Tribune socialiste.

7Gilles Martinet soutient que seule une stratégie de rapprochement vers le reste de la gauche socialiste peut permettre au PSU de se maintenir et de défendre avec efficacité ses idées. Il réunit à l’issue du vote des militants 28,95 % des mandats, obtenant le soutien de Jean Poperen21 et de Daniel Mayer22.

La tendance Heurgon/Rocard

8Le texte 2 se déclare dans la continuité de la jeune histoire du PSU : l’objectif du parti à long terme est d’unifier la gauche socialiste, mais, l’heure de l’unité est loin d’être venue, car la FGDS n’est considérée que comme un conglomérat de partis soumis à la SFIO de Guy Mollet, que le PSU combat depuis sa création. Le PSU doit donc se maintenir dans la vie politique française comme un courant autonome. Les signataires de la motion le revendiquent dès son introduction : « Un parti socialiste sérieux ne remet pas en cause à chaque congrès sa stratégie fondamentale. Nous sommes persuadés que les grandes options du congrès de Clichy (1961) restent justes. »

  • 23 Ils bénéficient du soutien timide d’Édouard Depreux, secrétaire national sortant, qui avoue dans l (...)

9Le principal animateur de ce courant est Marc Heurgon, soutenu par un plus discret Michel Rocard lors de la préparation du congrès. On trouve aussi parmi les premiers signataires Jean Arthuys, Georges Gontcharoff, Jacques Kergoat, Jacques Malterre, Pierre Naville, Jean-Marie Vincent23… Le congrès de 1967 se résume pour les tenants de cette ligne à expliquer pourquoi le rapprochement avec la FGDS est une erreur. Se défendre contre une adhésion à la FGDS ou refuser la création d’une confédération d’un type proche, constituent la grande ligne de ces hommes pendant ces trois journées.

10Quatre arguments se détachent chez les défenseurs de cette motion.

11– Le PSU affirme dans ses principes qu’il souhaite rompre avec le capitalisme, ce qui n’est pas le cas de la FGDS, notamment des radicaux ou des conventionnels de François Mitterrand. Les désaccords idéologiques sont criants selon Marc Heurgon. Dans ses divers entretiens mémoriels, Michel Rocard se rappelle qu’il existait au PSU une volonté de défendre des idées peu acceptées par certains caciques de la FGDS : l’opposition à la société de consommation, la question féminine, les positions sur la laïcité, la régionalisation, etc., autant d’idées que le PSU veut continuer à défendre, tant contre la droite que contre la FGDS. Dans le cas d’un rapprochement avec la FGDS, le risque est de voir de telles idées noyées dans un flou absolu.

12– Le PSU cherche à privilégier des accords sur des idées, un programme éventuellement, mais certainement pas des accords stratégiques électoraux. Le rapport moral du secrétaire général sortant, Édouard Depreux, qui a rappelé ce principe, doit rester la ligne de conduite du parti. La motion est d’ailleurs très féconde sur quatre thématiques : l’emploi, le logement et la vie urbaine, l’enseignement et la jeunesse, et la lutte contre l’impérialisme américain. La motion propose un vrai programme politique, qui doit être le préalable à toute discussion avec les autres forces de gauche.

13– La motion rappelle que le PSU cherche un rapprochement avec les forces syndicales (Marc Heurgon y insiste beaucoup à la tribune lors de ses interventions), ce que la FGDS n’envisage pas et au-delà avec toute la gauche. « Le PSU n’a pas à réduire son horizon à la seule gauche non communiste » note la motion, qui s’en prend directement à Pierre Bérégovoy qui lors d’un comité politique national a évoqué la nécessité de créer un grand parti socialiste face au PCF. La stratégie qui consisterait à réunir d’abord la gauche socialiste, puis l’ensemble de la gauche, est totalement refusée. L’avenir immédiat est donc porté vers les forces sociales :

« Il y a là, pour le PSU, des secteurs d’influence et d’expansion qui sont aussi importants que celui des forces politiques ; c’est en déterminant les moyens appropriés pour y intervenir, c’est en fixant les mots d’ordre qui permettent de dépasser la simple action revendicative pour mettre en cause les structures de la société que le PSU fera un choix, ce qui est tout le contraire d’une politique d’isolement, puisqu’elle renoue avec la stratégie du Front socialiste, définie au congrès de Clichy. »

  • 24 Michel Rocard. Entretiens avec Judith Waintraub, op. cit., p. 53.

14– Enfin, le refus, selon la motion, relève des attitudes internes à la FGDS, qui ne fait que reproduire les vieilles guérillas d’appareils si nombreuses du temps d’une SFIO puissante et unifiée au début de la IVe République. Michel Rocard rappelle ce qu’était sa perception de la fédération en 1967 : « Les statuts de la FGDS n’avaient rien de démocratiques et cet organisme était de pure forme ; la réalité du pouvoir restait dans les appareils fédéra24 », notamment la SFIO. Il évoque le risque de « marginalisation, sans aucune influence sur les décisions ». Plutôt que de se fondre dans un conglomérat de forces politiques aux comportements d’un autre temps, la motion préconise au contraire de refonder les structures du PSU, en donnant notamment une place plus importante à la jeunesse. En outre, la motion suggère de reconnaître l’échelon régional dans l’organigramme du parti.

15Autant de raisons qui expliquent que, pour la motion 2, « le PSU doit conserver une stratégie socialiste autonome ». L’objectif est bien l’union de la gauche et la création d’un grand parti de gauche, mais l’heure n’est pas venue. Pour les tenants de la motion 2, le PSU doit d’abord devenir le principal animateur de la gauche socialiste avant de songer à l’unité. La tendance réunit 48,35 % des mandats. Elle est incontestablement la plus représentative du PSU et s’impose largement à la tendance Martinet.

La motion 3 : un sous-marin de la motion 2 ?

  • 25 Dans un courrier aux militants du 11 juin, Pierre Ringuet écrit : « Nous te redisons notre crainte (...)

16Une troisième motion, issue de la Fédération de Paris du PSU est rendue publique dans Tribune socialiste le 25 mai 1967, un mois avant la tenue du congrès. Elle est portée par Pierre Ringuet. Ses rédacteurs, venus de la région parisienne, développent pour principal argument le refus du choix binaire entre deux motions contradictoires, qui rappellent trop les pratiques gaulliennes. Ils refusent la partition du parti en deux groupes distincts et dénoncent un clivage d’appareil qui amène à oublier les militants de base. Ils se montrent pourtant surtout critiques avec la motion Martinet à laquelle ils reprochent de minorer le risque de dissolution des idées du PSU dans la FGDS. Ils sont plus conciliants pour la motion 2, dont ils sont proches, mais déplorent le flou de celle-ci sur les modalités d’action qu’elle propose dans le dialogue avec les divers partenaires politiques et sociaux : clubs, syndicats, partis de gauche. Ils préconisent donc de limiter les débats d’appareil et de multiplier le dialogue dans les structures de base, notamment les entreprises25. Ils formulent cinq propositions pour l’année à venir :

  • Le PSU doit relancer les discussions sur le programme. » La motion propose de rouvrir le dialogue avec la FGDS, mais aussi le PCF et les syndicats de gauche. Elle réclame la multiplication des débats publics sur les questions de l’actualité (politique européenne, Vietnam, démocratie régionale, etc.), notamment par le biais de rencontres du type de celle de Grenoble.
  • Le PSU doit relancer l’action sur les sujets prioritaires. » Il n’est plus seulement question de discuter comme le préconise le texte II, mais d’agir dans les entreprises, les quartiers…
  • Le PSU doit proposer à toute la gauche la création de comités de liaison permanente ». Ces comités doivent réunir, partis, syndicats de gauche aux échelons national, régional, local. Le PSU, dont la vocation est unitaire, doit lancer les initiatives.
  • Le PSU doit proposer à la FGDS la création de Comités consultatifs locaux. » Avant toute idée de fusion nationale, les discussions doivent se faire à la base, chez les militants.
  • Le PSU doit se donner rendez-vous dans un an pour juger du résultat de ces initiatives. » Alors seulement, il sera temps de discuter du rapprochement avec la FGDS.
  • 26 Hervé Hamon, Patrick Rotman, L’Effet Rocard, Paris, Stock, 1980, p. 94.

17On devine une forte proximité entre cette motion et les amis de Marc Heurgon. La motion obtient 21,49 % des mandats. L’issue du second tour de scrutin ne laisse guère de doute. La tendance Martinet est minoritaire après le ralliement de la motion 3 au courant Heurgon/Rocard. La motion 1 ne gagne qu’1 % avec 29,9 % des mandats, contre 67,5 % à la motion 2. Le PSU poursuit son histoire dans une voie autonome, tout rapprochement avec la FGDS est rejeté. Il ne reste plus qu’à désigner le premier responsable à la place d’Édouard Depreux. Pour Marc Heurgon, qui se confie aux journalistes Hervé Hamon et Patrick Rotman dans un entretien le 30 mars 197926, deux solutions s’imposent : lui-même ou Michel Rocard. Il se considère trop comme un homme d’appareil, avec une image de sectarisme qui nuirait à son parti, notamment dans les médias. Michel Rocard est donc la seule alternative, et ce d’autant plus qu’il épouse l’image de la modernité en politique : appartenant à la génération algérienne, il a l’avantage d’avoir un passé militant déjà lointain dans le socialisme, par son engagement chez les jeunes et les étudiants de l’UNEF où il a pris des positions contre les guerres coloniales, mais aussi parce qu’il a rompu avec les générations antérieures, notamment Guy Mollet. Il est aussi poussé par Robert Chapuis, et Hubert Prêvot. Il sort donc de l’anonymat, abandonne le pseudonyme de Servet et devient secrétaire national du PSU le 25 juin 1967.

L’impact du congrès

18Au lendemain de ce Ve congrès, le PSU, tout en ayant maintenu sa ligne politique, est-il le même, ou ce congrès de 1967 est-il celui de l’apparition d’un nouveau PSU comme le laissent entendre les éditorialistes de la presse écrite des lendemains ?

Un nouveau PSU ?

19Le premier changement concerne les hommes, avec une hémorragie des dirigeants historiques, qui décident de s’éloigner plus ou moins discrètement du parti. Certaines figures qui avaient rejoint la motion défendue par Gilles Martinet et qui appartenaient au bureau national, décident de s’en aller. C’est le cas de Pierre Bérégovoy et de Robert Verdier qui rejoindront Alain Savary, parti quatre ans plus tôt. Ils sont suivis par Gérard Denecker en janvier 1968, qui, après avoir essayé de structurer un courant d’opposition, préfère ne pas reprendre sa carte. Daniel Mayer, figure historique de la gauche socialiste, s’en va plus discrètement, mais dans les mêmes conditions.

  • 27 Comme le dit Michel Rocard à Georges-Marc Bénamou : « Il est resté au PSU et s’est mis à nous pour (...)
  • 28 Combat, 6 et 7 novembre 1967.
  • 29 Selon un rapport très complet des RG de novembre 1967, il aurait essayé de reprendre le PSU en oct (...)

20Jean Poperen fait le choix de l’opposition frontale. Il utilise la presse pour critiquer la nouvelle direction27, ce qui lui vaut une procédure d’exclusion devant la commission des conflits à l’automne 196728. Il sera exclu avec ses amis et crée un club, l’Union des groupes et clubs socialistes (UGCS), qui rejoint la FGDS en février 1968. Gilles Martinet enfin accepte le choix des militants, mais se range dans une opposition interne durable29, qui perdure jusqu’à son départ pour le PS de François Mitterrand en 1972. Enfin, le grand absent de ce congrès, Pierre Mendès France, qui a refusé de s’engager dans les luttes fratricides, prend de la distance, prétextant des ennuis de santé. Le visage du PSU change considérablement, bien des figures majeures disparaissent.

  • 30 Le conflit entre Israël et les principaux États arabes de la région (Égypte, Syrie, Jordanie, Irak (...)
  • 31 Michel Rocard, Le Cœur à l’ouvrage, Paris, Odile Jacob, 1987, p. 47. Un autre témoignage est donné (...)
  • 32 Venu du PCF, il est aussi passé au RPF. Il est très opposé à la SFIO et au PCF.
  • 33 D’obédience trotskiste, celui-ci dirigera Tribune socialiste avant de rejoindre la Ligue communist (...)
  • 34 Le bureau se compose de : Jean Arthuys, André Barthélémy, Manuel Bridier, Gérard Carles, Robert Ch (...)
  • 35 Roland Cayrol, « Le choix du PSU », Revue française de science politique, no 5, 1967, p. 931-938.
  • 36 Cf. Robert Chapuis, Si Rocard avait su… témoignage sur la deuxième gauche, Paris, L’Harmattan, col (...)

21Cela signifie-t-il que de nouvelles figures fortes émergent dans l’appareil ? Les nouveaux équilibres sont précaires à l’intérieur de la majorité. Au lendemain de la guerre des Six Jours30, à la toute fin du congrès, comme il le rappellera quelques années plus tard dans son livre Le cœur à l’ouvrage, Michel Rocard est confronté à une opposition de la frange la plus à gauche de sa majorité qui le pousse à tenir une position pro-palestienne, alors qu’il est lui-même favorable au droit d’Israël d’exister31. Ce débat révèle les lignes de divergences internes à la majorité entre la direction, considérée comme modérée, et les groupes plus à gauche. Le principal opposant à Michel Rocard est alors Manuel Bridier32, qui lors du congrès a été ovationné à la tribune lorsqu’il a demandé à ce que le PSU soit « une avant-garde ouvrière indépendante ». Il s’effacera vite, laissant sa place à d’autres militants, tel Jean-Marie Vincent33 ou Pierre Naville, qui représentent les franges gauchistes du parti, desquelles Marc Heurgon se rapprochera. Ces tensions internes seront particulièrement marquées en Mai 1968 et agitent désormais la vie du parti. Pourtant, le nouveau bureau national est acquis à la cause de Michel Rocard, puisque selon les observateurs de l’époque, douze des dix-sept membres34 ont voté comme lui régulièrement au sein des instances dirigeantes dans les cinq dernières années35. Il n’en demeure pas moins qu’un vrai renouvellement se dessine au lendemain du congrès de 1967. Parmi les premiers responsables, au secrétariat, certains ont adhéré après la guerre d’Algérie. C’est par exemple le cas de Robert Chapuis, en charge des questions éducatives, qui ne milite au PSU que depuis 196436. Une autre ère s’ouvre, il reste à ce nouveau PSU à se repositionner à l’intérieur de la gauche.

Quelle place pour le PSU à gauche ?

  • 37 Une telle logique visant à stimuler le débat d’idées est présente chez d’autres socialistes à la m (...)
  • 38 Tout au moins dans certains récits, notamment ceux de Michel Rocard, op. cit. Ces éléments seraien (...)

22En choisissant la voie de l’autonomie, le PSU doit réaffirmer sa place à l’intérieur de la gauche, notamment par rapport à la FGDS et au PCF. Refusant les stratégies électorales, la direction choisit de faire du PSU une tête de pont du débat idéologique. Pour Michel Rocard, il faut poursuivre la stratégie qui s’est développée au moment des rencontres de Grenoble. À partir du mois de septembre 1967, le PSU préconise une réflexion autour des quatre axes directeurs définis dans la motion 2 : l’emploi dans les pays industrialisés et notamment en France ; les problèmes urbains ; la question de la jeunesse (et celle de l’enseignement) ; et enfin les modalités de la lutte anti impérialiste, notamment contre les États-Unis. L’objectif est de faire du PSU un espace de production d’idées neuves dans la continuité des clubs. Le PSU cherche ici à se dissocier de la FGDS comme du PCF, en demandant à ses militants d’aborder ces thèmes par des analyses neuves, venus de la base, sur le modèle des « Rencontres de Grenoble ». Faire du PSU un laboratoire intellectuel de la gauche devient pour Michel Rocard et son entourage une préoccupation constante37, au point d’en faire un véritable mythe dans la mémoire collective de la gauche socialiste38.

  • 39 Les ESU sont majoritaires à l’UNEF au congrès de Lyon en juillet 1967. Les étudiants du PSU ont pr (...)

23En parallèle, Marc Heurgon presse ses amis du secrétariat national pour qu’ils soient plus impliqués dans les mouvements sociaux. Il faut que les militants du PSU se montrent présents sur le terrain social aussi bien dans les conflits ouvriers (via la CFDT souvent) que paysans (via « les paysans travailleurs »). En outre, Marc Heurgon préconise aussi que les étudiants du PSU trouvent un appui plus important de la direction39. Les dirigeants du PSU après le congrès de 1967 se placent bien dans la logique de la motion qu’ils ont défendue : affirmer leur différence par rapport aux autres partis de la gauche, tant par les idées qu’ils avancent, que par les stratégies mises en œuvre pour occuper le terrain politique en dehors du champ électoral. Ils souhaitent créer ainsi une nouvelle dynamique susceptible de permettre de replacer le parti au cœur du jeu politique de la gauche. Marc Heurgon s’occupe donc de l’organisation de l’appareil partisan, et apparaît comme le bras droit d’un jeune secrétaire national plutôt enclin à la réflexion intellectuelle.

  • 40 Le Monde, Le Figaro, ou encore la presse de province, notamment, Ouest-France, Le Sud-Ouest, La Dép (...)

24La posture de la nouvelle direction du PSU n’est pas le choix de la facilité comme le remarque le journal Combat dans son éditorial du 26 juin 1967. La solution que proposait Gilles Martinet était finalement la plus facile et s’inscrivait dans la meilleure des logiques politiques, notamment après l’apparentement des quatre députés du PSU au groupe de la FGDS quelques semaines plus tôt. L’intégration progressive du PSU dans la FGDS en vue des prochaines échéances électorales, prévues en 1972 (une double élection, législative et présidentielle), ne pouvait que renforcer la gauche selon d’autres éditoriaux40. Pour autant, ceux-ci s’interrogent sur la représentativité réelle du PSU : ce choix de l’autonomie sera-t-il un obstacle à l’unité des gauches, ou le choix des militants ne risque-t-il pas de créer les conditions de sa marginalisation ?

  • 41 Voir sur ces divisions, le récit accessible en ligne de Roger Barralis, jeune militant, www.cime-u (...)

25À 37 ans, Michel Rocard dirige donc un PSU qui choisit de maintenir son autonomie à l’intérieur de la gauche. Le congrès de 1967 est un instant décisif de l’histoire du PSU qui tourne définitivement la page des années algériennes, plus en raison de l’érosion accélérée qui touche les militants historiques, que de par ses choix en terme de stratégie politique. Il a bien été celui de la discorde entre les figures historiques41, mais il permet aussi de clarifier les positions de la direction. Le PSU reste dans la ligne de sa fondation : renouveler la gauche loin de la SFIO, la FGDS ne changeant guère la donne selon la majorité des militants. Ces derniers quant à eux sont soumis au lendemain de ce congrès au choix de rester dans la structure renouvelée ou à celui de suivre les leaders en partance. La question est encore brûlante quand surviennent les événements de Mai 1968. La donne va s’accélérer.

Notes

1 Le PSU compte quatre élus.

2 Ce texte est disponible dans les archives du PSU dans plusieurs fonds, notamment le Fonds Brisset, Centre d’histoire du travail (CHT), Nantes, Fonds Brisset 1. Résolution du CPN du 19 mars 1967.

3 Sur Alain Savary, cf. Maryvonne Prévot, Alain Savary, le refus en politique, Paris, Renaissance du livre, 2003.

4 Sur ces tensions, et sur cette tendance du PSU, une approche serait à approfondir notamment grâce au fonds Maurice Klein (581/AP/251 à 254).

5 Et plus globalement opposé à la Constitution de 1958.

6 Lors du congrès de Gennevilliers en juin 1965, le PSU s’est prononcé contre la candidature éventuelle de Gaston Defferre et contre tout projet de Grande Fédération de la gauche incluant les centristes.

7 Selon les Renseignements généraux (RG), l’idée d’une candidature Mayer est relancée autour du 6 septembre 1965. Archives nationales (AN), 19 820 599, article 8. Bulletin quotidien des RG, 6 septembre 1965.

8 Il aurait même dit : « Mitterrand candidat ? La droite ne présente pas Pesquet ! » Voir le témoignage de Michel Rocard, Si la gauche savait. Entretiens avec Georges-Marc Bénamou, Paris, Robert Laffont, 2005, p. 82-83. Robert Pesquet, ancien député poujadiste, a été le principal protagoniste du sordide « faux-attentat » de l’Observatoire en octobre 1959. François Mitterrand est alors victime d’une tentative d’assassinat. Une semaine après les faits, Pesquet, lors d’une conférence de presse, se déclare l’auteur de l’attentat et accuse François Mitterrand de l’avoir lui-même organisé. L’affaire, mal élucidée alors, fait scandale quelques semaines avant de se noyer dans les procédures judiciaires. François Mitterrand en pâtira quelques temps.

9 AN 19 820 599, article 9, Bulletin quotidien du 1er octobre. Selon la police les ralliements publics de Pierre Mendès France et Daniel Mayer à François Mitterrand affaiblissent la position de Marc Heurgon et Jean Verlhac, les plus hostiles à celui-ci. Un rapport du 17 novembre (AN 19 820 599, article 10) signale l’opposition de Michel Rocard à François Mitterrand.

10 Sur l’ensemble de ces points, y compris le refus de la candidature Mitterrand au PSU, cf. Michel Rocard. Entretien avec Judith Waintraub, Paris, Flammarion, coll. « Mémoire vivante », 2001, p. 50-51.

11 Voir son propre récit dans son livre, Une stratégie pour la gauche, Paris, Fayard, 1969, et le livre d’Emmanuel Maurel, Jean Poperen, une vie à gauche, Paris, L’Encyclopédie du socialisme, 2005.

12 Les deux hommes connaissent alors de vifs conflits, ce dont témoignent les mémoires de Michel Rocard dans ses entretiens avec Georges-Marc Benamou, op. cit., p. 86-87 et plus loin : « Durant toute cette période, Jean Poperen a été mon ennemi intime », p. 114.

13 Cf. ses entretiens avec Georges-Marc Benamou, op. cit., p. 104 et suiv.

14 Chiffre repris de l’ouvrage, Le PSU et l’avenir socialiste de la France, Paris, Le Seuil, 1969. Le PSU a connu une profonde chute de ses effectifs après la guerre d’Algérie, passant de 15 000 adhérents à 12 000 en 1963, puis 9 964 en 1964 après son congrès de la discorde. Les effectifs sont en lente progression depuis cette date, 10 300 en 1965, 11 300 en 1966 et donc 11 599 en 1967.

15 Il le justifie dans un article de Tribune socialiste le 27 avril 1967. Sa décision est dictée, dit-il, par « l’état civil », l’heure du retrait étant pour lui arrivée. Il avait d’ailleurs annoncé sa décision deux ans plus tôt lors du précédent congrès.

16 CHT, Fonds Poperen, POPJ30. Lettre du 16 mai 1967 en réponse à la lettre du 27 avril 1967.

17 Deux femmes signent aussi ce texte dans la liste publiée par Tribune socialiste le 27 avril, Christiane Mora et Jeannine Parent.

18 Tel est le sentiment qui ressort de ce congrès de juin 1965, cf. Note RG, AN, 19 820 599, article 66, Rapport hebdomadaire du 16 juin 1965.

19 Courrier du 2 juin 1967 adressé à ses amis, CHT, Fonds Brisset. Il ajoute dans ce courrier que « trop longtemps les militants du PSU ont sous-estimé les chances d’une unité de la gauche ».

20 Il parle dans le courrier du 2 juin d’un « pacte d’association qui comporterait un engagement commun pour le programme de la gauche et pour la confédération de toute la gauche. Le pacte est donc un acte de politique générale pour le renouvellement de l’unité de toute la gauche ».

21 Il dénonce chez les amis de Marc Heurgon un réflexe anti-SFIO, qui masque la démarche unitaire engagée depuis 1965. Parmi ses amis, seul Bernard Ravenel ne le suit pas.

22 Voir sa tribune le 25 mai dans Tribune socialiste.

23 Ils bénéficient du soutien timide d’Édouard Depreux, secrétaire national sortant, qui avoue dans la lettre aux militants du 27 avril que sa préférence va à la motion dont le premier signataire par ordre alphabétique est Jean Arthuis.

24 Michel Rocard. Entretiens avec Judith Waintraub, op. cit., p. 53.

25 Dans un courrier aux militants du 11 juin, Pierre Ringuet écrit : « Nous te redisons notre crainte de voir le PSU périr dans un affrontement équivoque. » CHT, Fonds Brisset 1.

26 Hervé Hamon, Patrick Rotman, L’Effet Rocard, Paris, Stock, 1980, p. 94.

27 Comme le dit Michel Rocard à Georges-Marc Bénamou : « Il est resté au PSU et s’est mis à nous pourrir la vie. À la moindre occasion, il canonnait. Après chaque bureau national, il y avait un communiqué de Jean Poperen défaisant tout ce que nous faisions. Il y allait fort. On l’exclura du PSU », op. cit., p. 114.

28 Combat, 6 et 7 novembre 1967.

29 Selon un rapport très complet des RG de novembre 1967, il aurait essayé de reprendre le PSU en octobre 1967, en s’appuyant sur une coalition très hétérogène (Bérégovoy, Bourdet, Desson, Poperen, Verdier, Tanguy-Prigent), via un « Comité national de liaison pour l’unité et le renouveau socialiste », (comité qui le 6 octobre 1967 publie son manifeste). Il aurait l’appui de militants de la CFDT et de la FEN. AN, 19 820 599, article 88, rapport mensuel de novembre 1967, « Dossier PSU ».

30 Le conflit entre Israël et les principaux États arabes de la région (Égypte, Syrie, Jordanie, Irak) a lieu du 5 au 10 juin 1967.

31 Michel Rocard, Le Cœur à l’ouvrage, Paris, Odile Jacob, 1987, p. 47. Un autre témoignage est donné par Bernard Ravenel dans le journal Pour la Palestine, no 54, 2007 et dans un article intitulé, « PSU, la recherche de l’équité », dans Confluences Méditerranée, « La Palestine en débat 1945-2010 », Paris, L’Harmattan, 2010/1, no 72.

32 Venu du PCF, il est aussi passé au RPF. Il est très opposé à la SFIO et au PCF.

33 D’obédience trotskiste, celui-ci dirigera Tribune socialiste avant de rejoindre la Ligue communiste révolutionnaire en 1973.

34 Le bureau se compose de : Jean Arthuys, André Barthélémy, Manuel Bridier, Gérard Carles, Robert Chapuis, Claude Dubois, Michel Fontès, Daniel Frachon, Georges Gontcharoff, Christian Guerche, Marc Heurgon, Jacques Malterre, Pierre Marchi, Jean-François Perthus, Pierre Ringuet, Michel Rocard, et Jean-Marie Vincent. (En italique les membres sortants renouvelés).

35 Roland Cayrol, « Le choix du PSU », Revue française de science politique, no 5, 1967, p. 931-938.

36 Cf. Robert Chapuis, Si Rocard avait su… témoignage sur la deuxième gauche, Paris, L’Harmattan, coll. « Des poings et des roses », 2007.

37 Une telle logique visant à stimuler le débat d’idées est présente chez d’autres socialistes à la même époque, notamment au CERES, même si les stratégies sont différentes dans la mise en œuvre des débats idéologiques.

38 Tout au moins dans certains récits, notamment ceux de Michel Rocard, op. cit. Ces éléments seraient à analyser par les historiens.

39 Les ESU sont majoritaires à l’UNEF au congrès de Lyon en juillet 1967. Les étudiants du PSU ont pris le bureau national de l’UNEF en janvier.

40 Le Monde, Le Figaro, ou encore la presse de province, notamment, Ouest-France, Le Sud-Ouest, La Dépêche du Midi.

41 Voir sur ces divisions, le récit accessible en ligne de Roger Barralis, jeune militant, www.cime-u.fr/,MVE002/050.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search