Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie II. Un parti en quête d’un espace à gauche

Le PSU dans la gauche (1962-1967)

Alain Bergounioux

Texte intégral

  • 1 Marc Heurgon, Histoire du PSU, t. I, Paris, La Découverte, 1994, et Guy Nania, Le PSU avant Rocard(...)

1Le parti, né en avril 1960, de la fusion entre des courants différents de la gauche, avec des cultures politiques propres et nourries d’expériences historiques qui les avaient souvent opposées, a été porté pendant deux années par une opposition déterminée à la guerre d’Algérie1. Il a ainsi joué un rôle actif dans les manifestations de la gauche politique et sociale sans que les problèmes de son avenir n’aient vraiment la nécessité d’être posés. Mais les accords d’Évian, en avril 1962, qui ont mis fin à la guerre proprement dite, et la conclusion de la crise politique de l’automne, avec l’adoption par référendum de l’élection du président de la République au suffrage universel, changent la donne pour le PSU, mais également pour tous les partis. Devant la logique majoritaire installée désormais au cœur des institutions et de la vie politique, la question du regroupement des forces divisées de la gauche, face à une droite gaulliste qui mène le jeu, devient un problème majeur et complexe. La force des oppositions façonnées par la guerre froide, et celles, non moins violentes, créées par la guerre d’Algérie et l’attitude à adopter face au nouveau régime rendaient la tâche ardue.

L’impossible « front socialiste »

2Les militants qui avaient fondé ce PSU ont eu l’ambition, pour un grand nombre, de « changer » une gauche dominée encore par le Parti communiste et la SFIO, dans des proportions différentes, même s’ils avaient perdu de leur légitimité et de leur force, et, pour tous, du moins de faire du neuf. Les transformations qu’a connues la société française dans cette décennie, dans ses structures économiques et sociales, avec les changements qu’elles entraînaient dans l’équilibre des forces sociales, permettaient de l’espérer. Le renouvellement de la vie politique était d’ailleurs un thème largement débattu dans toute la diaspora des clubs politiques créés après 1958 et dans une part du syndicalisme, le réseau Reconstruction notamment qui a nourri la minorité grandissante de la CFTC et la jeune CFDT après 1964. La confrontation entre les différents projets de reconstitution de la gauche occupe presque tous les débats de la gauche dans ces années. Tous les cas de figure ont été quasiment explorés depuis la fin de l’année 1962. Le PSU a pensé pouvoir y jouer un rôle majeur. C’est cette question stratégique qui a commandé sa vie interne et ses divisions, au point de lui faire connaître des crises importantes. Il ne faut pas cependant que la connaissance de son échec final après 1971, avec le succès du Parti socialiste d’Épinay, interdise de voir qu’en 1962 beaucoup de choses étaient encore ouvertes et que le PSU avait des atouts dans une gauche française marquée par ses échecs successifs depuis 1956.

  • 2 Serge Mallet, Le Gaullisme et la gauche, Paris, Le Seuil, 1965 et La Nouvelle classe ouvrière, Par (...)

3Le congrès de naissance du PSU, en avril 1960, avait surtout été la traduction des laborieuses négociations qui avaient eu lieu préalablement entre ses composantes qui représentaient des traditions différentes dans la gauche française. Sa préoccupation politique principale – en dehors des équilibres internes… – avait été de doter le nouveau parti d’une définition identitaire permettant de disputer la légitimité du socialisme à la SFIO et au PC. La « transition au socialisme » que le PSU se donnait comme ambition avait les accents de l’orthodoxie doctrinale la plus pure, tout juste se permettait-elle de remplacer la notion de « prolétariat » par celle de « monde du travail ». Les débats sur la guerre d’Algérie, en fait, ont occupé l’essentiel de l’activité du parti, tout particulièrement la question de l’insoumission qui fit jouer les clivages entre la plupart des ex-PSA et des ex-UGS. Le positionnement dans la gauche française fut véritablement abordé au premier congrès ordinaire, celui de Clichy, des 24 et 25 mars 1961. Une minorité, qui s’était déjà identifiée dans les mois précédents, les « mendésistes », amenée par Pierre Bérégovoy – même si Pierre Mendès France lui-même ne voulait pas se mêler des débats internes du parti – plaida pour un parti ouvert, capable de réunir autour de quelques principes une ample coalition, comme cela avait été tenté avec l’Union des forces démocratiques en 1958. La majorité, structurée par les ex-UGS, mais dont les anciens du PSA et les ex-communistes avec Jean Poperen faisaient partie, avança la proposition de constituer un « Front socialiste » qui puisse unir toutes les forces susceptibles de concourir à la transformation socialiste de la société française. Elle fondait cette démarche, qui fut adoptée par le congrès, sur les analyses que commençait de développer Serge Mallet, un ancien communiste qui s’était rapproché de Gilles Martinet et des ex-UGS, de la nature nouvelle du régime gaulliste, expression d’un néo-capitalisme qui amenait des transformations sociales profondes, avec la montée et le rôle de « couches nouvelles », ouvriers professionnels, techniciens, employés, cadres, qui pouvaient être au cœur des luttes politiques dans les années à venir2. Celles-ci devaient se sentir représentées dans la vie politique. Les réformes de structure nécessaires, les nationalisations particulièrement, devaient tenir compte de l’état nouveau de la société et allaient de pair avec une profonde démocratisation à tous les niveaux de la société, dans les entreprises, les communes et les régions. Le changement politique devait être également un changement social. Le front, que le PSU appelait de ses vœux, concernait tout autant les partis de gauche que les syndicats. Il le concevait même sur un pied d’égalité. Face à un parti communiste et, également, à une SFIO, beaucoup plus forts électoralement et socialement, le PSU, en faisant fond sur les syndicats et les groupements associatifs, espérait se donner une influence que ses seules forces ne lui permettaient pas d’atteindre. Ses relations privilégiées avec ce qui devenait la majorité de la CFTC, l’UNEF, dont la plupart des anciens et actuels présidents étaient membres du parti, le CNJA, lui permettaient alors de l’espérer.

4La volonté d’entraîner le PC et la SFIO paraissait une tâche difficile, tant les oppositions demeuraient fortes en ce début des années 1960. Les initiatives prises par le PSU pour mettre en œuvre des actions communes contre la guerre en Algérie, si elles ont connu quelques succès dans l’organisation de manifestations, faisant la preuve ainsi de la détermination du parti, et si elles ont permis d’attirer de nouveaux militants, parmi les jeunes étudiants notamment, n’ont pas fondé pour autant une volonté unitaire. La mission de médiation que se donnait le PSU paraissait ardue et demandait pour le moins du temps. La notion de « Front socialiste » avait certes l’avantage d’être acceptable par les différentes composantes du parti, mais elles y mettaient des perspectives différentes. Les mendésistes pouvaient y voir les prémisses d’un large rassemblement de la gauche non communiste permettant l’action propre de Pierre Mendès France. Alain Savary et une partie des militants de l’ex-PSA privilégiaient l’hypothèse d’une entente avec une SFIO rénovée. Le gros des ex-UGS derrière Gilles Martinet, mais également Édouard Depreux, avec des jeunes responsables venus du PSA, comme Michel Rocard, pensaient qu’il était possible de constituer un courant politique propre qui changerait ensuite la donne des rapports à gauche. Enfin, les plus attachés au dialogue avec le PC, avec Jean Poperen et des militants venus surtout de l’ex-UGS mais aussi de l’ex-PSA, pouvaient se satisfaire de l’appel fait aux communistes. Les divergences inévitables que ces présupposés entraînaient ont commencé à se traduire dans les débats internes au fil des mois. Le comité politique national du 30 septembre 1961 tenta un recadrage autour de la conception majoritaire qui visait sans les nommer Pierre Mendes France et Alain Savary. Le rapport adopté indiquait :

  • 3 Tribune socialiste, 30 septembre 1961.

« Ni fronde parlementaire, ni un syndicat des anciens de la IVe République, ni une union nationale sans programme et sans perspective, mais une grande force populaire autour des syndicats ouvriers, des mouvements de jeunesse, des partis se réclamant du socialisme, un programme et des objectifs dépassant le cadre de la défense anti-fasciste en ouvrant la voie à une transformation profonde de la société3. »

5Les évènements dramatiques qui ont ponctué la fin de la guerre d’Algérie, la campagne de plasticage de l’OAS, les violences de la police parisienne contre les Algériens, le 17 octobre, au métro Charonne, le 8 février, ont créé des situations d’urgence qui ont amené les partis de gauche à se retrouver, sans que la démarche unitaire n’ait progressé pour autant. La SFIO avait toujours l’idée que face à de Gaulle une union avec la droite parlementaire était nécessaire. Le « déjeuner de l’Alma », le 16 janvier 1962, qui vit la rencontre de Guy Mollet, d’Antoine Pinay, de Maurice Faure et d’André Colin, se tint au moment où le PSU avait pris l’initiative de constituer un Comité national d’action contre l’OAS ouvert au PC, provoquant l’opposition de la SFIO.

  • 4 Le Monde, 16 novembre 1962, Déclaration du Bureau national du PSU.
  • 5 Le Monde, 17 décembre 1962.

6Quand s’acheva la guerre avec les accords d’Évian en mars, rien n’était réglé à gauche. Le référendum qui suivit vit la SFIO et le PC appeler à voter « oui », avec des attentes différentes, alors qu’au PSU, pris entre les partisans du « oui » et du « non », la majorité opta pour un vote nul, pour dire « oui à la paix », « non au pouvoir gaulliste », et mener une campagne propre. Un peu plus d’un million de votes se porta quand même sur le « nul », 4,06 % des inscrits face à plus de 90 % de « oui ». La base d’influence du PSU existait, mais elle était modeste à un moment où le ciment de la guerre d’Algérie allait manquer pour assurer l’unité du parti. Les élections législatives de novembre commencèrent, en effet, de changer la donne. Et, cela de deux manières. Elles ont, d’abord, opposé deux camps, pour ou contre le nouveau régime, et donc pour ou contre de Gaulle, traduisant finalement ainsi pour la première fois dans les faits la logique binaire de la Ve République. Elles ont, ensuite, pour ce faire, remis en marche une union électorale de la gauche. Le 12 novembre, dans la déclaration de Souchy, Guy Mollet appela à voter, au deuxième tour, pour le candidat capable de faire battre celui de l’UNR. Il pouvait s’agir d’un candidat de la droite non-gaulliste mais aussi d’un candidat communiste. La guerre froide électorale était ainsi terminée, même si évidemment les préventions demeuraient. Le PSU bénéficia de ces désistements et il eut deux élus. Mais sa stratégie de « Front socialiste » était prise en défaut. Aussi marqua-t-il, malgré tout, ses réserves. Son bureau national4 condamna « les éphémères combinaisons électorales ». Les rapports de force à gauche étaient cependant nets, 66 députés pour la SFIO, contre 43 en 1958, 41 pour le PCF et 2 pour le PSU. Ils expliquent que pour le Parti communiste, qui n’appréciait pas les « leçons » que le PSU lui donnait, la priorité était d’approfondir un accord avec la SFIO. Celle-ci, de son côté, comprenait qu’elle ne pouvait rester immobile sous peine de perdre pour longtemps l’initiative. Son conseil national, du 16 décembre 1962, prit la décision de principe, sous l’insistance du Secrétaire général adjoint, Georges Brutelle, d’ouvrir des discussions avec les autres forces de la gauche, d’abord, avec la gauche non communiste, sous forme de colloques5, pour examiner les problèmes communs, et, quelques mois plus tard, le congrès d’Issy-les-Moulineaux annonçait la tenue d’un « dialogue idéologique » avec les communistes.

  • 6 Le Monde, 4 février 1963, conférence nationale du Parti communiste, 3 février 1963.

7Ainsi, à la fin de 1962 et dans les premiers mois de l’année 1963, des initiatives diverses virent le jour à la SFIO, au PC aussi, qui élabora la proposition qu’il fit ensuite d’un « programme » commun6, dans les clubs également, au Club Jean-Moulin particulièrement qui posa la question de la préparation de la future élection présidentielle, au club des Jacobins, de Charles Hernu qui a quitté le PSU et s’est éloigné de Mendès France pour se lier à François Mitterrand. Le mot d’ordre de la « novation » s’imposa partout qu’on la souhaite ou qu’on la redoute. Cela fut encouragé par un climat social tout à fait différent des années de guerre, marqué désormais par une volonté revendicative affirmée – la grande grève des mineurs qui défia le pouvoir est de février-mars 1963 – et par les derniers épisodes de la transformation de la CFTC, qui donna naissance majoritairement à la CFDT en novembre 1964, et annonça, en même temps rechercher les voies d’un accord avec les autres centrales syndicales, Force ouvrière mais aussi la CGT.

La crise de 1963 : « un parti désunifié »

  • 7 Deux autres textes ont été proposés par deux fédérations, ce qui fait sept motions au total pour l (...)
  • 8 Courrier du PSU, septembre et décembre 1962. Et pour les textes de témoignage, Édouard Depreux, Ser (...)

8La mise en mouvement du paysage politique à gauche offrait une opportunité au PSU de jouer le rôle médiateur qu’il s’était donné, et qu’il avait exercé partiellement dans les mois précédents. Mais il allait être handicapé par une crise interne d’ampleur qui le paralysa pendant presque toute l’année 1963. Le problème stratégique a été la dimension clef de cette crise et il a commandé la nature des divisions parmi les « socialistes unifiés ». Le malaise visible depuis des mois éclata, en effet, dans la préparation du congrès, qui se tint à Alfortville du 28 au 30 janvier 1963. Cinq textes principaux s’opposaient devant les militants ; le premier (texte A) proposé par Alain Savary et ses amis, représentait l’orientation de l’ancien PSA, affaibli depuis deux ans par des départs et désireux de renouer avec la SFIO ; le deuxième (texte B) derrière Édouard Depreux et surtout Gilles Martinet, et la majorité des anciens UGS, rejoints par Marc Heurgon, Michel Rocard, Serge Mallet, voulait refonder la gauche en privilégiant le projet ; le troisième texte derrière Jean Poperen, rejoint par Claude Bourdet, mettait l’unité au-dessus de tout, avec la volonté de conserver un équilibre entre les communistes et les non-communistes ; le quatrième texte, gauchisant, était animé par d’anciens trotskystes, enfin le cinquième, plus sectoriel, faisait de l’enjeu laïque une priorité7. Les motions présentaient des propositions nombreuses mais le clivage majeur – et compris comme tel par les acteurs –, portait sur deux visions du rassemblement à venir : la première (texte B pour l’essentiel) mettait l’accent – non comme un préalable mais comme une condition – sur les « couches nouvelles », ces nouvelles classes moyennes salariées, pour leur offrir autre chose que ce que pouvaient représenter la SFIO et le PC, la seconde (texte C principalement), privilégiait avant tout un « contrat d’unité politique » entre les partis, représentant l’ensemble des salariés8. Aucun compromis ne fut trouvé au congrès même. Surtout la motion B n’eut qu’une majorité relative et le parti entra dans une crise de direction durable. Une « Délégation permanente » fut mise en place dans un premier temps sans pouvoir empêcher la coexistence conflictuelle de deux directions nationales rivales dans la préparation d’un nouveau congrès inévitable. Une « révolte » d’une vingtaine de secrétaires fédéraux, les « colonels » de province, imposa un bureau provisoire remplaçant les dirigeants historiques. À la fin de l’année, le congrès de La Grange aux Belles, du 9 au 11 novembre, simplifia les débats : au « contre-plan » proposé par la motion Depreux, et Martinet, qui reçut l’appui des mendésistes derrière Pierre Bérégovoy, en accord, avec Pierre Mendès France, qui, depuis, l’automne précédent, menait campagne sur les thèmes de son ouvrage, La République moderne, fit face le « contrat d’unité » de Jean Poperen qui regroupa l’essentiel des minorités de gauche. La justesse des résultats – 341 mandats pour l’ancien courant B contre 280 et 40 abstentions – permit au parti de retrouver une direction mais non d’éteindre le débat.

  • 9 France Observateur, 3 février 1963.

9Les coûts de ces mois de division parurent d’emblée importants. Ce fut immédiatement visible avec l’annonce du départ d’Alain Savary et de ses amis, dès la fin du congrès d’Alfortville, traduisant ainsi l’effacement d’une part importante de l’ancien PSA, suivi de l’éloignement progressif de personnalités et de militants, comme François Furet par exemple. Le second problème concerne l’opinion. Ce « parti désunifié » pour reprendre le titre d’un article de Gilles Martinet9, désorienta une opinion à gauche qui avait regardé avec sympathie les premiers pas du nouveau parti, et ce d’autant que les clivages internes n’étaient pas facilement lisibles. La nouvelle majorité donnait certes une priorité à un projet en prise avec les évolutions économiques et sociales, mais elle ne prônait pas l’isolement pour autant ; au contraire elle voulait diversifier le plus possible le dialogue à gauche, espérant convaincre par des perspectives renouvelées. La minorité critiquait le « révisionnisme » potentiel de la majorité au nom de l’unité, mais restait réservée en dehors de ce qui ne venait pas des partis installés. Le troisième problème – rapidement évident – fut que le PSU se retrouva, pour l’essentiel, dans la situation de devoir réagir à des initiatives politiques prises par d’autres que lui.

Face à la présidentielle de 1965

  • 10 Le Monde, 17 décembre 1963.
  • 11 Pour deux récits opposés, voir Georges Suffert, De Defferre à Mitterrand la campagne présidentiell (...)

10À la fin du mois de février 1963, l’initiative des Colloques socialistes, organisés par Georges Brutelle prit corps. Plusieurs courants du PSU y participèrent : Alain Savary et ses amis, en instance de départ, Pierre Bérégovoy et les mendésistes, surtout, Gilles Martinet, Michel Rocard, Serge Mallet, représentants de la majorité. Ils y retrouvèrent le courant « moderniste » de la SFIO, autour de Georges Brutelle, de Gérard Jacquet, d’Albert Gazier, les animateurs des clubs, Charles Hernu et François Mitterrand, qui travaillaient à la constitution d’un Centre d’action institutionnel, préfiguration de la Convention des institutions républicaines, créée l’année suivante, Georges Suffert et des membres du Club Jean-Moulin, etc. D’autres réunions eurent lieu, tout au long des mois suivants jusqu’au printemps 1964, mais elles allaient rester sans lendemain. Car la candidature de Gaston Defferre à l’élection présidentielle polarisa l’essentiel des débats à gauche à partir de la fin de l’année. Née dans le Club Jean-Moulin, présentée dans son principe, dans un Manifeste pour l’élection présidentielle, en décembre, qui parvint à réunir plusieurs clubs, mais également des dirigeants de la CFTC et du CNJA, elle fut relayée fortement par Jean-Jacques Servan-Schreiber. Son hebdomadaire, L’Express, innova en dessinant le portrait du candidat idéal, capable d’unir les courants de l’opposition non communiste, le courant socialiste et le courant chrétien, amenant ensuite l’électorat communiste à apporter une part de ses voix au deuxième tour10. Le portrait de ce « Monsieur X » laissa vite la place au nom de Gaston Defferre – après que Pierre Mendès France sollicité par les animateurs du Club Jean-Moulin eut refusé. Celui-ci obtint l’investiture de la SFIO, le 1er février 1964, en contraignant Guy Mollet qui n’entendait pas, cependant, perdre le contrôle du parti, au moment où il entamait un « dialogue idéologique » avec les communistes11.

  • 12 Tribune socialiste, 8 juin 1965, Congrès du PSU, tenu à Gennevilliers, les 8 et 9 juin 1965.

11Le PSU, dans ses différentes tendances cette fois, marqua son opposition dès les premiers développements de la campagne Defferre, où il retrouvait quelques hommes qui l’avaient accompagné au début, comme Georges Suffert, secrétaire général du Club Jean-Moulin, et l’ont critiqué par la suite. Surtout, la stratégie de Defferre et de son comité « Horizon 80 » contredisait directement la perspective d’un « contrat socialiste » et tout espoir d’une unité d’action avec le Parti communiste. L’idée d’une « Grande fédération », lancée après les élections municipales de mars 1965, laissait complètement le PSU de côté. Il ne fut donc pas étonnant que les socialistes unifiés aient tendu à plaider pour une candidature unique de la gauche qui devait cependant trancher avec les « formules classiques12 ».

12L’échec final de Gaston Defferre en juin 1965, face à l’impossibilité d’arriver à un compromis entre le MRP et la SFIO, fut donc loin de fâcher le PSU qui pensait avoir à nouveau le champ libre. Mais, en fait, le terrain n’était pas pour autant dégagé. La tentative de Gaston Defferre, en effet, avait montré que la « rénovation » n’était pas l’apanage du PSU. Et l’attitude des clubs, favorables à l’élection du président de la République au suffrage universel et parties prenantes dans la campagne présidentielle, en était une preuve. Surtout, la création, 7 juin 1964, de la Convention des institutions républicaines, autour de François Mitterrand, créait un nouvel acteur qui avait également l’intention de jouer sa partie dans la structuration de la gauche. Les évolutions de la SFIO, de Guy Mollet et du Parti communiste, après la mort de Maurice Thorez, en 1964, dont la force maintenue avait été encore mesurée aux élections municipales, montraient qu’ils demeuraient incontournables.

  • 13 Pour un récit sur l’histoire de la FGDS, voir Claude Estier, Journal d’un fédéré, Paris, Stock, 19 (...)
  • 14 « Fédération démocrate et socialiste » qui a pris, dans les semaines suivantes, l’appellation de « (...)
  • 15 Le Monde, 18 octobre 1965.

13Ces difficultés, le PSU allait les éprouver dès la rentrée 1965 avec une autre candidature, celle de François Mitterrand, qui, elle, voulait réunir d’abord la gauche, et posait ainsi de tout autre problème13. Il avait pourtant espéré convaincre Pierre Mendès France de se porter candidat. Malgré les appels et les rencontres, celui-ci persista dans son refus de principe. Le Bureau national du PSU, souhaitant pourtant tenter une candidature PSU, capable de s’imposer à gauche, porta alors ses espoirs sur Daniel Mayer, devenu président de la Ligue des droits de l’homme, d’autant plus que le nom de François Mitterrand commençait de circuler et suscitait de fortes préventions. Le veto de Guy Mollet et les réserves du parti communiste qui ne souhaitait pas qu’un rôle fût donné au PSU ont constitué un handicap majeur. L’habileté de François Mitterrand fit le reste. Sa relative solitude était un atout. Il n’engageait pas les grands partis, persuadés de toute manière que la prochaine élection était perdue d’avance. Daniel Mayer découragé, Pierre Mendès France le soutenant sans conviction, aucune autre personnalité ne se dégageant, l’accord déclaré de Guy Mollet et tacite du PC étant acquis, François Mitterrand put déclarer sa candidature le 9 septembre et annoncer dans la foulée la création d’une « Fédération démocrate et socialiste » dont les statuts furent immédiatement déposés14. Le 15 septembre, le comité directeur de la SFIO et le 22 septembre, le Comité central du parti communiste apportèrent explicitement le soutien de leurs partis. Placé devant le fait accompli, le PSU dut se décider. Le conseil national des 16 et 17 octobre fut houleux. Il marqua un reclassement des forces. Une part, en effet, de la majorité, les mendésistes, rejoignirent Jean Poperen et son courant – qui perdit cependant une fraction de sa gauche trostkysante, hostile à la candidature Mitterrand – pour défendre la « candidature unitaire », alors que la majorité, affaiblie, réservée face à François Mitterrand, en arriva finalement à appeler à le soutenir, mais sans s’associer à sa campagne15. Un amendement proposé par Michel Rocard renforça le caractère « autonome » de la campagne du PSU, provoquant une rupture avec les « unitaires ». Ce compromis, qui ne satisfaisait, au fond, aucun des courants, soulignait la situation malaisée dans laquelle se trouvait le PSU.

En dehors ou dans la FGDS ?

  • 16 Jean Poperen, L’Unité de la gauche (1965-1973), Paris, Fayard, 1975, p. 20-21.
  • 17 Janine Mossuz, Les Clubs et la politique en France, Paris, Armand Colin, 1970 et pour les interven (...)

14Les résultats inattendus de l’élection, qui placèrent de Gaulle en ballottage, et du second tour, donnant 45,5 % des suffrages exprimés à François Mitterrand, constituèrent désormais la donnée essentielle. La gauche non communiste était encore divisée, mais elle avait un leader et un début d’organisation. S’associer ou non à la FGDS fut la question concrète, qui occupa tous les débats majeurs du PSU jusqu’à provoquer une nouvelle grave crise en juin 1967, lors de son Ve congrès. La pression sur le PSU fut forte. L’Union des clubs pour le renouveau de la gauche, présidée par Alain Savary, demanda rapidement son adhésion à la FGDS. Le PSU allait-il se déliter par morceaux ? La perspective des élections législatives au printemps 1967 rendait de toute manière nécessaire de trouver des accords à gauche, seuls, les socialistes unifiés ne pouvaient pas avoir d’élus. Seulement, les deux grandes sensibilités qui se partageraient le parti allaient commencer par prendre des initiatives propres, qui ne réunissaient pas l’ensemble du parti. Jean Poperen et ses amis, qui avaient déjà constitué un « Comité pour une candidature unique de la gauche », présidé par Jean Vilar, lancèrent « un Appel du Mouvement national pour l’union de la gauche », qui ne proposait rien de moins que des candidatures uniques de la gauche pour les prochaines élections législatives16. C’était pour le moins prématuré, mais indiquait pour la principale minorité du PSU, que la préoccupation était maintenant la réalisation de l’union de la gauche. Tout en déclarant avoir le même objectif, la majorité composite voulait conforter d’abord la ligne politique définie depuis quelques années et faire la preuve que le PSU pouvait aussi rassembler. Ce fut l’objet de l’important colloque réuni à Grenoble, en avril 1966, dans la ville symbole de la « gauche nouvelle », conquise l’année précédente par Hubert Dubedout et une équipe où le PSU était fortement représenté, autour notamment de Jean Verlhac. Il avait été organisé par les animateurs de la majorité, Gilles Martinet, Michel Rocard, Serge Mallet et les représentants de la gauche des clubs. François Mitterrand et Guy Mollet n’avaient pas été invités. Et les représentants de la CIR et de la SFIO y vinrent seulement à titre d’observateurs. La présence de responsables syndicaux, de la CFTC, du CNJA, de l’UNEF, d’animateurs d’associations, de personnalités de la gauche intellectuelle, de la presse amie fit du colloque un succès17. Il représentait bien la réunion des « forces vives » que la majorité du PSU appelait de ses vœux. Les interventions de Pierre Mendès France, qui était incontestablement la figure de proue de ce rassemblement, et celles de Michel Rocard, qui frappèrent les observateurs par la volonté d’unir le réalisme et la cohérence économique avec l’ambition démocratique et sociale, donnaient un programme à la « gauche moderne » qui synthétisait les travaux antérieurs du PSU et tout l’apport du « contreplan ». Les rencontres régionales qui suivirent se présentèrent comme autant de manifestes pour faire du renouveau idéologique et programmatique une condition pour le rassemblement de la gauche.

  • 18 Gilles Martinet, Cassandre et les tueurs, Paris, Grasset, 1986, p. 16.
  • 19 Édouard Depreux, op. cit., p. 197-210.
  • 20 Kathleen Evin, Michel Rocard ou l’art du possible, Paris, Jean-Claude Simoën, 1979.

15Mais que faire de ce succès ? Le rassemblement de Grenoble ne faisait pas un parti. François Mitterrand et Guy Mollet escomptaient que des ralliements continueraient à se produire, comme cela avait été le cas avec l’UCRG. Le Parti communiste n’était évidemment pas favorable à un parti qui lui contestait son rôle et considérait que les rapports de force en faisaient au mieux une force d’appoint. Et, surtout en plus de l’existence d’une minorité fortement décidée à privilégier l’unité de la gauche, il apparut, dès après Grenoble, que la majorité du PSU elle-même était divisée. En effet, Gilles Martinet, secrétaire général adjoint depuis le congrès de Gennevilliers, qui paraissait devoir succéder à Édouard Depreux, en 1967, avec d’autres responsables, comme Pierre Bérégovoy, avaient conclu après l’élection présidentielle que, non seulement le dialogue avec la FGDS devant être maintenu, mais que le PSU avait désormais plus de chance d’exercer une influence dans la FGDS que de l’extérieur. Dans ses mémoires, Cassandre et les tueurs, Gilles Martinet a résumé ce qu’était alors son état d’esprit et le projet qu’il avait proposé à la direction du parti : « 1/Faire la démonstration de l’importance du courant que nous représentons. Ce sera le colloque de Grenoble. 2/Nous entendre avec la FGDS sur une répartition des circonscriptions pour les élections de 1967. 3/Entamer des pourparlers sur les conditions de notre éventuelle adhésion à la FGDS18. » Le troisième volet de ce plan trouva l’opposition de tous ceux qui estimaient que la FGDS telle qu’elle était ne présentait pas de garanties socialistes suffisantes avec, au premier rang d’entre eux, Marc Heurgon, secrétaire à l’organisation. Les textes de Grenoble s’étaient voulu comme une critique du programme de la FGDS jugé par beaucoup de militants PSU comme « attrape-tout ». Surtout, le réflexe de méfiance contre la SFIO de Guy Mollet demeurait fort. Édouard Depreux, qui avait travaillé pourtant depuis six années en bonne harmonie avec Gilles Martinet, refusait la perspective d’une entrée dans la FGDS19. Pierre Mendès France, enfin, quitte à diverger avec plusieurs de ses soutiens, jugeait que la FGDS était trop engoncée dans la politique traditionnelle, n’hésitant pas même parfois à parler de formes de « poujadisme20 » – et vivait également une rivalité, qui ne disait pas son nom, avec François Mitterrand.

  • 21 Le Monde, 22 décembre 1966.

16Ainsi, non sans paradoxes, compte tenu des oppositions antérieures, Gilles Martinet, Pierre Bérégovoy et leurs amis furent amenés à se rapprocher de Jean Poperen et de ceux qui avaient déjà choisi l’adhésion avec la FGDS. Ces reclassements déterminés par des perspectives stratégiques différentes rendent compte des difficiles relations du PSU avec les autres forces de gauche dans la préparation des élections législatives. François Mitterrand avait fixé l’objectif d’arriver à des accords électoraux pour toute la gauche. Le 20 décembre 1966, un accord politique (« un constat de convergences ») et un accord électoral étaient conclus entre la FGDS et le PC. Gilles Martinet jugea le fait « très positif21 ». Du coup, la pression devenait forte pour le PSU. Qui plus est, dans les rencontres avec François Mitterrand et Guy Mollet, la délégation du PSU ne présenta pas un front uni. Jean Poperen plaidait pour un « accord politique ». Édouard Depreux et Marc Heurgon ne voulaient pas de ce qui serait un premier pas vers l’association à la FGDS mais proposaient de lier les accords électoraux à un « programme commun » précis. François Mitterrand ni ne le voulait, ni ne le pouvait compte tenu de l’hétérogénéité de la FGDS et de la priorité qu’il donnait à ce qui avait élaboré avec les communistes. En revanche, il tenait à un accord électoral global pour éviter les « désistements à la carte ». La conclusion de ces laborieuses négociations ne fut ratifiée que par la majorité du Bureau national du PSU, mais son secrétaire général, Édouard Depreux, Marc Heurgon, Michel Rocard, Jean Arthuys, votèrent contre… La majorité avait éclaté. La négociation avec le Parti communiste fut comparativement plus aisée, même si, au second tour, les communistes ne firent aucune concession au PSU, alors qu’ils se retirèrent dans douze circonscriptions pour des « fédérés » arrivés derrière leurs candidats.

  • 22 Jacques Chapsal, La Vie politique sous la Ve République, Paris, PUF, 1981, p. 23.
  • 23 Édouard Depreux, op. cit., p. 206.
  • 24 Le Monde, 21 décembre 1967, interview de Michel Rocard : « Il n’est pas exact que nous ayons dit “n (...)

17Les résultats des élections de mars précipitèrent la crise qui couvait. Ceux-ci, en effet, légitimaient la stratégie de la FGDS. La majorité gaulliste ne s’était sauvée que de peu. Les rapports de force traduisaient un rééquilibrage entre le PC, 22,4 % des suffrages exprimés au premier tour, et la FGDS, 18,7 %. Le PSU, quant à lui, ne regroupait que 2,2 % des suffrages exprimés (et encore, en comptabilisant les voix des autres candidats d’extrême gauche). Il avait certes quatre élus contre deux en 1962, mais le PC en avait 72 et la FGDS 11722. La dynamique était du côté de la FGDS, et les « vieilles organisations », SFIO et PCF, avaient montré leur capacité de résistance. François Mitterrand poussa les feux ; une « Délégation permanente des gauches » fut constituée au Parlement et le débat sur la fusion des composantes de la FGDS fut ouvert. Les difficultés étaient certes nombreuses pour calculer la représentativité des uns et des autres. Mais la perspective était tracée. En être ou ne pas en être ? Telle fut la question désormais sans échappatoire possible qui domina le congrès du PSU, tenu à Paris, des 27 au 29 juin 1967. Il vit la victoire des tenants de « l’autonomie » du PSU. Gilles Martinet, pourtant majoritaire au Bureau national, avec l’appui de Jean Poperen, fut battu au Congrès. Une majorité de militants avaient adhéré depuis 1960 pour la différence que représentait le PSU. Le gros des militants chrétiens de gauche fut désorienté par le choix de Gilles Martinet. Le renfort de Pierre Bérégovoy et de ses amis suffisait d’autant moins que Pierre Mendès France, absent du congrès lui-même, n’était pas pour l’adhésion. Une coalition nouvelle porta au Secrétariat national, Michel Rocard, avec l’appui d’Édouard Depreux et de Marc Heurgon23. Une autre période de la vie du PSU s’ouvrait. Non que la question de l’adhésion à la FGDS fut abandonnée. Michel Rocard ne l’excluait pas pour l’avenir, mais il entendait avant tout peser davantage sur le renouveau doctrinal de la gauche24. Les ambiguïtés persistaient donc avec une part de ses soutiens au congrès qui avaient en tête la construction d’un parti révolutionnaire. Et si, Jean Poperen et ses amis, allaient constituer, un nouveau club, « l’Union des groupes et clubs socialistes », en octobre, et être exclus, Gilles Martinet demeurait dans le parti, en regroupant ses soutiens, dans une tendance, « Pouvoir socialiste », attachée à continuer de chercher une collaboration entre le PSU et François Mitterrand. Mai 1968 interrompit le débat pour un temps. Mais il reprit sous d’autres formes en 1969 pour ne trouver une conclusion qu’en 1974…

18Ainsi, 1962 a été le début des difficultés pour le PSU. Constitué sur un réflexe démocratique et une volonté éthique, la conjoncture de la guerre d’Algérie lui avait été favorable. Les pesanteurs organisationnelles comptaient alors moins que la détermination. Il en a été différemment par la suite. Les institutions politiques de la Ve République ont été une donnée majeure. Elles ont mis en place une logique majoritaire qui a recomposé le système des partis. Cela aurait pu être une chance pour un parti qui mieux que les autres avait compris les caractères nouveaux de la période. Mais, l’élection présidentielle au suffrage universel poussait à l’organisation de la vie politique autour de deux pôles principaux et contraignait par là-même à l’entente des partis à droite comme à gauche. La principale faiblesse du PSU – et qu’il ne put jamais compenser – fut tout simplement son absence de taille critique électorale. Son influence réelle idéologique dans des réseaux syndicaux, associatifs, intellectuels et médiatiques ne put suffire. L’adhésion de Pierre Mendès France fut pour beaucoup une promesse de succès. Mais sa volonté de ne pas prendre part aux premières tentatives de regroupements partisans nourrit finalement une illusion de force. 1965 fut évidemment de ce point de vue un tournant décisif. Au fur et à mesure que prenait corps la réalité d’un rapprochement de la gauche non communiste, les divergences entre les cultures politiques, et les personnalités (nombreuses) qui les incarnaient, s’accusèrent. Le second handicap du PSU qui accentua le premier, sa faiblesse électorale, fut ses divisions qui ne cessèrent de croître de 1963 à 1967, amenant un premier éclatement important. C’était peut-être le prix d’une cohérence idéologique assumée – comme le manifesta le colloque de Grenoble – qui allait irriguer, de fait, la gauche française dans les années ultérieures. Mais, en 1967, un nouveau système de partis était à peu près en place, que mai 1968 ne fit finalement que bousculer, et le PSU, qui n’en était pas le pôle majeur, retrouva, après 1969, les contradictions qui ont marqué les années 1963-1967.

Notes

1 Marc Heurgon, Histoire du PSU, t. I, Paris, La Découverte, 1994, et Guy Nania, Le PSU avant Rocard, Paris, Gedalge, 1966.

2 Serge Mallet, Le Gaullisme et la gauche, Paris, Le Seuil, 1965 et La Nouvelle classe ouvrière, Paris, Le Seuil, 1969, reprenant des articles écrits depuis 1961. Voir également, un autre théoricien du PSU, sur les mêmes thèmes, Pierre Belleville, Une nouvelle classe ouvrière, Paris, Le Seuil, 1963.

3 Tribune socialiste, 30 septembre 1961.

4 Le Monde, 16 novembre 1962, Déclaration du Bureau national du PSU.

5 Le Monde, 17 décembre 1962.

6 Le Monde, 4 février 1963, conférence nationale du Parti communiste, 3 février 1963.

7 Deux autres textes ont été proposés par deux fédérations, ce qui fait sept motions au total pour le congrès.

8 Courrier du PSU, septembre et décembre 1962. Et pour les textes de témoignage, Édouard Depreux, Servitude et Grandeur du PSU, Paris, Syros, 1974 et Jean Poperen, La Gauche française, Le nouvel âge (1958-1965), Paris, Fayard, 1972.

9 France Observateur, 3 février 1963.

10 Le Monde, 17 décembre 1963.

11 Pour deux récits opposés, voir Georges Suffert, De Defferre à Mitterrand la campagne présidentielle, Paris, Le Seuil, 1966 et Jean Poperen, op. cit.

12 Tribune socialiste, 8 juin 1965, Congrès du PSU, tenu à Gennevilliers, les 8 et 9 juin 1965.

13 Pour un récit sur l’histoire de la FGDS, voir Claude Estier, Journal d’un fédéré, Paris, Stock, 1971 et pour une étude suggestive, Olivier Duhamel, La Gauche et la Ve République, Paris, PUF, 1980.

14 « Fédération démocrate et socialiste » qui a pris, dans les semaines suivantes, l’appellation de « Fédération de la gauche démocrate et socialiste ».

15 Le Monde, 18 octobre 1965.

16 Jean Poperen, L’Unité de la gauche (1965-1973), Paris, Fayard, 1975, p. 20-21.

17 Janine Mossuz, Les Clubs et la politique en France, Paris, Armand Colin, 1970 et pour les interventions, Tribune socialiste, no 285, 7 mai 1966.

18 Gilles Martinet, Cassandre et les tueurs, Paris, Grasset, 1986, p. 16.

19 Édouard Depreux, op. cit., p. 197-210.

20 Kathleen Evin, Michel Rocard ou l’art du possible, Paris, Jean-Claude Simoën, 1979.

21 Le Monde, 22 décembre 1966.

22 Jacques Chapsal, La Vie politique sous la Ve République, Paris, PUF, 1981, p. 23.

23 Édouard Depreux, op. cit., p. 206.

24 Le Monde, 21 décembre 1967, interview de Michel Rocard : « Il n’est pas exact que nous ayons dit “non jamais à la FGDS”. Nous lui avons dit plutôt, “Peut-être”, mais il faut réserver l’avenir. »

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search