Versión clásicaVersión móvil

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie II. Un parti en quête d’un espace à gauche

Introduction

Texto completo

1Né en réaction à la guerre d’Algérie et à l’instauration de la Ve République, le PSU se trouve confronté à la fois à de nouveaux défis et enjeux politiques et à ses propres contradictions à partir de 1962, dès lors que la paix est revenue et que de Gaulle stabilise et légitime les institutions en faisant approuver par référendum l’élection du président de la République au suffrage universel.

2Quelle place trouver alors pour un parti jeune, pluraliste et très minoritaire dans la société et même dans la gauche – puisqu’il ne parviendra jamais à atteindre le chiffre symbolique de 20 000 adhérents –, et qui ne dispose que d’une implantation très discontinue ? Doit-il chercher à tout prix à être une composante à part de la gauche, ou doit-il être son ferment unitaire et se fondre en son sein ? Doit-il s’adapter à la société en s’appuyant sur une jeunesse grandissante, sur l’UNEF et la nouvelle CFDT ? Doit-il être un parti ouvrier, un parti de la « nouvelle classe ouvrière », ou un « parti intellectuel » ? Comment doit-il se positionner à partir de 1965, face à la FGDS de François Mitterrand, candidat unique de la gauche malgré le PSU et Guy Mollet, repoussoir absolu pour certains fondateurs du parti ? Quelle place attribuer à Pierre Mendès France et aux notabilités du parti, comme les dirigeants de France-Observateur ? Ces questions, ainsi que les non-dits de l’unification et les méfiances culturelles, manquent de faire éclater l’organisation à deux reprises, au congrès de 1963 puis à celui de 1967.

3Pourtant, par-delà cette crise quasi permanente, le parti ne cesse de renouveler ses pratiques et d’occuper un espace politique original. Sa base activiste s’emploie à maintenir sa spécificité, et il peut s’appuyer sur des réseaux et ressources électives, certes modestes, mais non négligeables. « Petite gauche ouverte à des réseaux pluriels », écrit l’un de nos auteurs, il n’est pas sûr que ces derniers ne lui échappent pas quelque peu, car il éprouve des difficultés à leur donner une cohérence. Il a reçu, en héritage du PSA, un vivier électoral notable dans le monde rural, de tradition socialiste et radicale, mais celui-ci se délite progressivement et il ne se préoccupe que trop tard de le faire fructifier. Dans le même temps, il se dote d’un véritable réseau d’expertises, grâce à ses militants d’origine chrétienne. Mais en proie à une série de déchirements internes, le PSU voit ses militants être régulièrement renouvelés. Jusqu’au choc de 1968, il n’en demeure pas moins un creuset fécond et un lieu de débats ardents, où s’expriment des cultures socialistes déjà quelque peu libertaires. La question classique de « la rupture ou de la continuité » ne se pose-t-elle pas en permanence pour lui ?

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search