Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie I. Les composantes culturelles, identitaires et sociales du PSU

« Un coin dans leur monde » ? Le PSU et les femmes (1960-1981)

Bibia Pavard

Texte intégral

Je remercie Laure Bereni pour sa lecture attentive et ses remarques toujours très utiles.

  • 1 Claire Duchen, Feminism in France from May’68 to Mitterrand, London, Boston and Henley, Routledge (...)
  • 2 Laure Bereni, « Lutter dans ou en dehors du parti ? L’évolution des stratégies des féministes du p (...)
  • 3 William Guéraiche, Les Femmes et la République. Essai sur la répartition du pouvoir de 1943 à 1979(...)

1Un coin dans leur monde est le titre d’un ouvrage d’Huguette Bouchardeau publié en 1980. Alors première secrétaire du Parti socialiste unifié, elle porte un regard critique sur son parcours et sur la place des femmes dans son parti. Et pourtant, le PSU est souvent présenté comme l’un des partis français les plus ouverts à la question des femmes et l’un des plus impliqués dans les luttes féministes1. Il est aussi le premier parti français à avoir une femme à sa tête. Comment expliquer de tels décalages de perception ? C’est sans doute que le PSU est le laboratoire des transformations politiques qui concernent les femmes dans les années 1960 et 1970, caractérisées par des avancées majeures et la permanence de verrous. On retrouve des mécanismes existant dans d’autres partis de gauche, le parti socialiste en particulier2, c’est-à-dire l’organisation progressive des femmes à l’intérieur du parti, l’attention grandissante aux questions féminines sous leur impulsion et leur entrée, cependant très limitée, dans les instances dirigeantes du parti. Des travaux existent sur les relations entre féminisme et socialisme de la fin du XIXe siècle jusqu’à la guerre tandis que dans le sillage des mobilisations pour la parité, des études, surtout en science politique, ont défriché la place des femmes en politique3. L’implication et le rôle des femmes dans les partis politiques français en revanche n’ont donné que très peu d’études et le PSU reste, à ce sujet, un terrain en friche. Et pourtant, le PSU est un observatoire privilégié dans la mesure où il s’agit d’un petit parti, davantage préoccupé par la proximité avec le mouvement social que par les échéances électorales. Il semble de ce fait avoir particulièrement absorbé les transformations majeures des années 1960 et 1970. S’intéresser aux relations entre le PSU et les femmes, c’est donc à la fois interroger la place de celles-ci dans le parti et les engagements du parti pour la cause des femmes. Trois grandes périodes se dégagent entre la date de sa création et 1981, date à laquelle Huguette Bouchardeau est la candidate du parti pour les élections présidentielles. De 1960 à 1970, le PSU s’intéresse à la place des femmes dans la société à travers les questions du travail et du contrôle des naissances. Cependant, la place des femmes y reste très marginale. À partir de 1971, l’émergence d’un mouvement de libération des femmes en dehors des instances partisanes agit comme un stimulus et contraint le PSU à réagir. Le parti s’engage sur la question de l’avortement libre et gratuit mais les transformations vont surtout venir du Secteur femmes qui réfléchit au lien entre l’action partisane et le mouvement autonome des femmes, jusqu’à remettre en cause la doctrine socialiste et la modifier de l’intérieur. L’histoire interne du parti, qui voit le départ des rocardiens rejoignant le parti socialiste en 1974, la fusion puis la séparation avec l’Alliance marxiste révolutionnaire (AMR), favorise l’audience donnée à la question des femmes. Ainsi une troisième période commence en 1975 pendant laquelle le féminisme devient partie intégrante du programme du PSU et où les militantes obtiennent une meilleure représentation au sein des instances dirigeantes, Huguette Bouchardeau devenant Première secrétaire en 1979.

« Pour la défense de l’indépendance sociale de la femme » (1960-1971)

  • 4 Sylvie Chaperon, Les Années Beauvoir, Paris, Fayard, 2000.
  • 5 Tribune socialiste, no 311, Spécial programme, janvier 1967.

2Dès le premier congrès national du PSU, du 24 au 26 mars 1961, la motion majoritaire comporte un alinéa revendiquant « la défense de l’indépendance sociale de la femme ». Il s’agit de l’obtenir premièrement par « le plein accès de la femme à toutes les professions ; une formation professionnelle des jeunes filles réellement adaptée, etc. », et deuxièmement par une « législation abrogeant les articles 648 et 649 du code de la Santé publique qui interdisent les procédés propres à prévenir la grossesse – et instituant des centres où les couples recevront des conseils, prendront conscience de leurs responsabilités et pourront, grâce à la maternité volontaire, assurer un meilleur équilibre de leur foyer ». Ce positionnement correspond à la manière dont le PSU traite de la « question des femmes » jusqu’au début des années 1970, à travers deux axes principaux : la vie professionnelle et la vie familiale. Ils intéressent également le mouvement des femmes à cette période, après le tournant que représente la publication du Deuxième Sexe de Simone de Beauvoir4. De ce fait, le parti accompagne le renouveau du féminisme dans les années 1960, même si le mot n’est pas alors prononcé. Il est le premier parti à prendre ouvertement position en faveur du libre accès au contrôle des naissances et il défend la participation des femmes à la vie active. L’idée sous-jacente est que « la collectivité toute entière ne peut être libre tant qu’une catégorie de ses membres si peu que ce soit est privée de liberté. Une participation équitable des femmes à la vie publique est indispensable car la société ne peut laisser inemployée une partie des forces qui pourrait être à son service5 ».

  • 6 Sur Colette Audry (1906-1990), voir Séverine Liatard, Colette Audry (1906-1990). Engagements et id (...)
  • 7 Ibid., p. 134
  • 8 Sylvie Chaperon, Les Années Beauvoir, 1945-1970, op. cit., p. 307.
  • 9 Francis Lebon, Pierre Moulinier, Jean-Claude Richez et Françoise Tétard, Un engagement à l’épreuve (...)
  • 10 Pour en donner quelques exemples : « Revendications. Travail Masculin-féminin », Tribune socialist (...)

3Cette attention à la question des femmes est liée à l’action d’un petit nombre de féministes dans le parti et à la commission nationale d’étude des problèmes féminins. On songe en particulier à Colette Audry6 qui milite à l’Union des gauches socialistes puis au PSU dès sa création. Elle publie notamment des articles de sensibilisation au planning familial dans Perspectives socialistes puis Tribune socialiste. Elle tente « d’instiller les idées féministes dans des partis de gauche dépourvus de toutes réflexions et prises de positions sur ces questions7 ». Parallèlement, elle a un rôle central dans le Mouvement démocratique féminin, club spécifiquement féministe et sorte de « nouvelle gauche des femmes8 », créé en 1962, dans la mouvance de la Convention des institutions républicaines de François Mitterrand. Geneviève (Poujol) Rocard9 produit également de nombreux articles dans Tribune socialiste sur la question des femmes sous le pseudonyme de Geneviève Servet10. Née en 1930 dans une famille protestante, elle est d’abord active chez les éclaireuses unionistes, milite au PSA puis au PSU aux côtés de son mari Michel Rocard, en même temps qu’au mouvement d’éducation populaire Peuple et culture où elle est responsable de la commission féminine à partir de 1961. Elle a également été proche du mouvement féminin protestant Jeunes femmes, de Colette Audry et d’Évelyne Sullerot, co-fondatrice de l’association Maternité heureuse en 1956, l’ancêtre du Mouvement français pour le planning familial.

  • 11 Guy Nania, Le PSU avant Rocard, Paris, Roblot, 1973, p. 119-120.

4Dans ce contexte, quelques voix s’élèvent pour dénoncer la place réduite des femmes dans les instances dirigeantes du parti. En 1963, les femmes représentent 20 % des adhérents et seulement 4,3 % des cadres11. Denise Franck signe ainsi un plaidoyer « pour un militantisme féminin » dans Tribune socialiste en décembre 1965, après la campagne présidentielle. Elle note que :

  • 12 Denise Franck, « Pour un militantisme féminin », Tribune socialiste, no 263, 4 décembre 1965.

« Tous les partis s’intéressent beaucoup actuellement aux votes des femmes. Ils se disent, du moins certains, pour le planning familial, pour l’égalité des salaires, etc. Mais que font-ils à l’intérieur de leur propre parti (quel que soit le parti et surtout l’UNR) pour favoriser l’égalité des responsabilités entre leurs militants et leurs militantes. […] Non les femmes ne se sentent pas les coudées franches dans des partis politiques mixtes ; la preuve en est qu’elles se sentent obligées de créer des mouvements féminins tel le Mouvement démocratique féminin dont notre camarade Colette Audry fait partie12. »

  • 13 Séverine Liatard, Colette Audry, op. cit., p. 258-259.

5À la suite de cela, en 1965 une « page féminine » est intégrée au journal Tribune socialiste et au printemps 1966, six femmes du parti, dont Colette Audry et Geneviève Rocard, créent une commission nationale d’études des problèmes féminins13.

6Néanmoins, il semble bien que le « métier » de militant socialiste reste un métier d’homme. La culture politique du PSU, comme l’ensemble des cultures politiques de gauche en France, reste marquée par le caractère combattant et s’illustre dans une imagerie virile : des hommes, fusil au poing, faisant la révolution. L’étude, même sommaire, des couvertures de l’hebdomadaire du parti, Tribune socialiste, est très significative. Elles sont peuplées d’hommes de premier plan du parti ou de révolutionnaires de sexe masculin du monde entier. Les femmes y sont extrêmement rares sur la période 1960-1970 et celles qui sont présentes sont des anonymes qui font presque office d’allégories : de la jeunesse (plusieurs numéros consacrés aux jeunes comportent des jeunes filles en couverture), de la consommation (Tribune socialiste, no 390 du 28 novembre 1968, titré « Le pourrissement », illustré par une femme devant un distributeur tenant 400 francs dans sa main). De manière générale, les figures féminines apparaissent davantage dans les pages « culture » que les pages « politique ». Le PSU ne fait guère exception de ce point de vue au sein du champ politique français.

  • 14 Roland Cayrol et Yves Tavernier, « Sociologie des adhérents du Partis socialiste unifié », Revue f (...)
  • 15 Séverine Liatard, Colette Audry, op. cit., p. 259.

7Cette invisibilité relative des militantes est pourtant en décalage avec la sociologie du PSU qui est en pleine évolution après les événements de mai et juin 1968. Roland Cayrol et Yves Tavernier qui ont analysé 1 329 cartes d’adhérent-e-s (sur 15 511 membres) en 1968 montrent que la part des femmes augmente. Elle est de 25,2 % alors que les femmes représentaient 20 % des effectifs en 1960, proportion équivalente à celle du parti communiste et supérieure à celle des femmes à la SFIO. Surtout, en 1968, les femmes représentent 27,7 % des nouveaux adhérents contre 24 % les années antérieures. La fédération de la région parisienne est particulièrement féminisée avec 30,4 % de femmes contre 22,4 % pour les autres régions, en moyenne. Les femmes représentent donc une part importante des forces vives qui affluent au PSU. Elles ont une activité professionnelle (21,9 % de non-actives). Elles exercent les mêmes emplois que les hommes du parti : 18,20 % sont professeures, 13,27 % institutrices ; 18,51 % sont employées tandis que seulement 0,9 % sont ouvrières14. Pourtant, elles ne représentent qu’une part extrêmement réduite des dirigeants et des élus. Ainsi, certaines militantes décident d’agir en dehors du parti, voire de quitter le parti. C’est le cas de Colette Audry pour laquelle se succèdent le temps de protestation, le temps de réflexion pour tenter d’intégrer davantage les femmes aux structures dirigeantes et le temps de la séparation, puisqu’elle quitte le PSU pour le PS en 197115.

« Nous n’aurons que ce que nous prendrons » (1972-1974)

  • 16 Bibia Pavard, Contraception et avortement dans la société française (1956-1979) : histoire d’un ch (...)

8La véritable rupture à la fois dans la place des femmes dans le parti et dans les relations au féminisme ne vient pas de l’intérieur du parti mais de l’extérieur avec l’irruption du Mouvement de libération des femmes (MLF) sur la scène politique. Le Mouvement de libération des femmes est un mouvement qui se veut radical, autonome de tout parti ou syndicat et non mixte. Il revendique une lutte spécifique des femmes, qui ne peuvent s’en tenir à la lutte des classes pour éliminer non seulement le capitalisme mais aussi le patriarcat. Divers groupes se rendent visibles en publiant des textes et en menant plusieurs actions en 1970, mais c’est avec la revendication de l’avortement libre et gratuit, et notamment le manifeste des 343 femmes ayant déclaré avoir avorté dans Le Nouvel Observateur le 5 avril 1971, que le MLF devient un acteur politique majeur et qu’il attire l’attention des partis politiques16. Le PSU est l’un des premiers partis à soutenir ouvertement cette revendication. La couverture de Tribune socialiste du 8 avril 1971 est explicite : elle affirme en lettres rouges « Avorter est un droit » (cf. illustration 1). Dans le corps du journal, un encadré de la rédaction justifie ce positionnement vis-à-vis des militant-e-s :

  • 17 Tribune socialiste, 8 novembre 1971.

« Aussi curieux que cela puisse paraître, l’avortement restera le fait social et politique dominant de cette semaine. La publication dans Le Nouvel Observateur d’un manifeste comme les polémiques qu’il a suscitées ont alimenté les conversations dans des milieux très larges. On aurait tort de prendre le problème à la légère. La lutte des femmes de couches sociales diverses pour se libérer du poids ancestral de la maternité obligatoire est un fait politique17. »

Ill. 1 : « Une » de Tribune socialiste, 8 avril 1971, no 492.

  • 18 Déposition de Monsieur Michel Rocard au procès de la mère de Marie-Claire le 8 novembre 1972, dans(...)
  • 19 Idem, p. 64-65.

9Ainsi, le PSU reconnaît le caractère politique de la revendication de l’avortement libre, qui n’était pas a priori évidente pour des militants socialistes. Mais la position du parti n’est pas exactement celles des militantes féministes. Tribune socialiste publie également une lettre de Michèle Legendre intitulée « Les pièges de la contraception et de l’avortement ». Elle tient à rappeler les distinctions de classe face à la contraception et à l’avortement et s’oppose donc implicitement à la position du MLF qui affirme au contraire une unité de l’expérience des femmes, au-delà des classes sociales. Ce n’est que dans la mesure où la lutte des classes rejoint celle des femmes que le PSU s’engage en faveur de l’avortement libre. C’est notamment le cas des procès de Bobigny en 1972, pendant lesquels l’avocate féministe Gisèle Halimi défend la jeune Marie-Claire, 16 ans, sa mère qui l’élève seule et ses collègues de la RATP qui l’ont aidée à avorter. Gisèle Halimi, dans son argumentation, met l’accent sur l’oppression des femmes qui ne sont pas libres du choix de donner la vie et sur les inégalités sociales devant l’avortement clandestin. Elle invite ainsi à la barre Michel Rocard en tant que député des Yvelines et signataire de la proposition de loi qu’elle a rédigée18. Il dénonce « une situation à [s]es yeux inique, dans laquelle une jeune femme se voit interdire le choix fondamental qui est celui de donner ou de ne pas donner la vie ». En tant que « militant socialiste révolutionnaire », il note que « pour les personnes qui disposent de revenus suffisants, il est possible de se faire avorter dans les pays étrangers. Pour les personnes qui ne disposent pas de tels moyens, on en est réduit, en France à des dispositions clandestines, qui sont, en l’état actuel, réprimées19 ».

  • 20 La première réunion de la Commission nationale femmes a lieu le 11 septembre 1971 pour préparer le (...)
  • 21 Thérèse Carette, « Les femmes et la politique », dans PSU, Des militants du PSU, Paris, Épi, 1971, (...)

10Sur cette même ligne ambiguë par rapport au mouvement féministe, un numéro spécial de Tribune socialiste est publié le 16 décembre 1971. Entièrement consacré aux luttes féminines, il a été préparé par la nouvelle Commission nationale femmes20. Cette commission est dirigée par Thérèse Carette, militante du Nord, venue du militantisme populaire familial et ayant adhéré au PSU en 1968 avec son mari à l’âge de quarante ans. La Commission nationale femmes n’est donc pas l’œuvre d’une nouvelle génération de militantes, mais de femmes qui, à l’image de Thérèse Carette, se sont progressivement aperçues, dans le contexte de l’après-1968, que dans leurs sections, « les femmes n’avaient pas tellement la parole21 ». Il s’agit du premier numéro du journal consacré entièrement aux femmes et il a la volonté d’aller à l’encontre d’idées reçues à l’intérieur du mouvement ouvrier. Comme le rappelle un texte non signé :

« Il est de tradition, dans la classe ouvrière, de souligner le manque de combativité des femmes, l’indifférence à la lutte radicale, bref la passivité des femmes. Et pourtant, ces dernières années, nombre de luttes témoignent du contraire. […] Il est grand temps que les organisations ouvrières, et plus encore les réactionnaires, en tirent les conséquences. »

  • 22 Compte rendu de la Commission nationale femmes du 16 octobre 1971, Archives nationales (CARAN), 58 (...)

11L’éditorial rédigé par la Commission nationale femmes, intitulé « Nous n’aurons que ce que nous prendrons », lance un appel vibrant : « Camarades, nous ne devons compter que sur nous-mêmes. Ce que nous ne ferons pas, les autres ne le feront pas pour nous. Si nous voulons notre place, il faut que nous la prenions. » Il s’agit de créer localement des groupes de femmes, et de faire connaître leurs actions au niveau national. De plus, l’éditorial annonce des assises régionales puis nationales sur « les problèmes femmes ». Elles seront destinées à réfléchir plus globalement sur « 1) l’organisation du mouvement féminin : dans le parti ; hors du parti : Mouvement de masse ; quels rapports avec le MLF/2) […] sur la famille, sur la place des femmes dans la révolution etc.22 ».

12Cependant, la position des militantes reste marquée par la prédominance de la lutte des classes sur la lutte des femmes et sur l’impossibilité de reconnaître les femmes comme une « classe ». Certains textes rédigés par des militantes en témoignent :

  • 23 Texte rédigé par des déléguées régionales du Nord-Finistère, Morbihan, Haute-Normandie, Provence, (...)

« Sur le plan de l’aliénation spécifique des femmes, toutes les femmes veulent-elles la même libération ? Pour nous qui pensons que seule la révolution prolétarienne supprimant la division travail manuel, travail intellectuel et le profit permettra une réelle égalité des femmes, quelles femmes sont nos amies, quelles femmes sont nos ennemies23 ? »

13L’approche des militantes du PSU associe la « libération des femmes » à la « société socialiste » : les différents articles s’intéressent à des questions classiques chez les penseurs du socialisme (la famille comme lieu de reproduction du capitalisme), à l’exploitation économique des femmes et aux luttes sociales que mènent les ouvrières, les paysannes ou les employées (secrétaires, infirmières). Le MLF est certes évoqué, mais dans le cas des États-Unis et du Royaume-Uni, alors même que l’équivalent existe en France depuis plus d’un an, comme le montre la photographie de couverture tirée d’une manifestation du MLF français qui n’est pourtant jamais cité (illustration 2).

Ill. 2 : « Une » de Tribune socialiste, 16 décembre 1971, no 578.

  • 24 Ibid.

14Ainsi, ce qui est recherché c’est « un mouvement de masse de libération des femmes de la classe ouvrière et du peuple », qui s’appuie sur les ouvrières et non pas sur « les petites bourgeoises regroupées au sein du MLF ou du PSU24 ». Une distance est donc prise vis-à-vis d’un mouvement féministe autonome.

  • 25 Huguette Bouchardeau, « De la Résistance des femmes aux réticences des hommes », Tribune socialist (...)

15Cependant, progressivement le positionnement de la Commission nationale femmes évolue, les militantes du PSU se trouvant plus directement au contact des discours et des militantes féministes du MLF. Tout d’abord, à partir d’avril 1973, le PSU prend part à la formation du Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC), créé à l’initiative de médecins d’extrême gauche, de Simone Iff du Planning familial et de Jeannette Laot de la CFDT, avec pour but de revendiquer l’avortement libre et gratuit. Le MLAC est une sorte de cartel d’organisations : son bureau national comprend des représentant-e-s des différents partis, associations et syndicats qui participent à sa fondation. C’est Irène Charamande qui y représente activement le PSU et participe à la rédaction de la charte de l’association. De même, localement, de nombreux groupes MLAC se créent, auxquels les militant-e-s du PSU participent. C’est ainsi l’occasion d’agir concrètement avec des militant-e-s venu-e-s d’organisations diverses et du MLF. Ensuite, les militantes de l’Alliance marxiste révolutionnaire, organisation trotskyste qui se rapproche du PSU en 1973 pour finalement fusionner avec lui en 1974 au moment du départ des rocardiens pour le parti socialiste, ont sans doute joué un rôle dans la radicalisation féministe des militantes du PSU. Huguette Bouchardeau se souvient que les militantes de l’AMR « avaient une expérience importante du mouvement de libération des femmes », et notamment de ses assemblées parisiennes, contrairement à la plupart des militantes du PSU « peu armées dans le vocabulaire et l’argumentation féministe25 ».

16Cette circulation d’idées et de personnes conduit les militantes du PSU à interroger de manière croissante leur place dans le parti et à repenser la lutte des femmes. Le malaise des militantes est par exemple bien exposé dans le compte rendu de l’Assemblée régionale femmes de la région parisienne des 20 et 21 octobre 1973 :

  • 26 Texte rédigé par des déléguées régionales du Nord-Finistère, Morbihan, Haute-Normandie, Provence, (...)

« Toutes les réflexions et les actions partent de constations faites par les femmes sur leur situation à l’intérieur du parti. Il s’avère que les femmes y ont des difficultés à s’exprimer et même à y militer. Beaucoup de femmes ressentent un “blocage” (dans les réunions de section par exemple) par rapport aux hommes qu’on accuse de se cantonner et de se complaire dans des débats théoriques difficiles à saisir. […] En outre, à cause de problèmes d’organisation (pas de possibilité de faire garder les enfants), les femmes sont moins libres de venir aux réunions et militer. […] Enfin dans de nombreuses sections les “problèmes des femmes” (ce terme reste à définir l’unanimité est loin d’être faite sur son contenu) n’ont jamais été évoqués ou alors sont considérés comme mineurs26. »

17Les solutions pour résoudre ces problèmes sont recherchées. Deux positions s’affrontent sans que l’une d’entre elles ne s’impose. Certaines sont favorables au maintien de la mixité hommes-femmes pour « constamment porter les problèmes femmes devant les hommes ». D’autres, au contraire, mettent en avant la nécessité de créer des groupes de femmes autonomes pour laisser les femmes s’exprimer et prendre conscience de leurs problèmes spécifiques malgré le risque de s’enfermer dans un ghetto. Ces réflexions montrent en tout cas l’émergence d’une critique de plus en plus marquée de certaines militantes vis-à-vis du parti et de son organisation. Le PSU est perçu comme « un parti dominé par les mâles ». Des demandes très concrètes son ainsi exprimées, comme par exemple la mise en place de garderies pour les enfants. Lors de l’Assemblée régionale Femmes, la garde des enfants a par exemple été assurée par des hommes volontaires qui considéraient cette tâche comme une tâche politique. Mais le compte rendu fait remarquer « qu’on organise des garderies uniquement pendant les réunions de femmes ; or elles seraient tout aussi nécessaires quand ce sont les hommes qui se réunissent, sinon leurs femmes sont “condamnées” à garder les enfants ».

  • 27 « Rapport du mouvement des femmes au projet autogestionnaire », Document non daté et non signé, Ce (...)

18Ainsi, le slogan « Nous n’aurons que ce que nous prendrons » lancé en 1972, qui était d’abord un appel à la participation des femmes à la lutte des classes, change de sens pour devenir un appel aux militantes à se faire reconnaître dans le parti et à l’obliger à intégrer la lutte des femmes dans son programme. Parallèlement, une évolution se dessine dans la manière de considérer cette dernière. Le mouvement féministe autonome, qui ne se confond pas avec le mouvement ouvrier, est reconnu et considéré comme décisif dans la mesure où « la lutte des femmes pour leur libération ne se réduit pas à la lutte du prolétariat contre la bourgeoisie, elles ont aussi à lutter contre leur oppression spécifique due à leur rôle traditionnel dans le cadre familial27 ». Le contexte se prête particulièrement à ce changement de perspective. Les années 1973 et 1974 sont marquées par une importance croissante des mobilisations féministes en général et plus particulièrement du mouvement pour l’avortement libre, qui culmine avec les discussions sur la loi dite Veil en décembre 1974. Les partis de gauche et d’extrême gauche, du PS à la Ligue communiste, investissent alors la question des femmes. Le PSU a une place à prendre dans cette atmosphère concurrentielle et cela permet au Secteur femmes de changer de stratégie pour désormais valoriser le mouvement des femmes dans le programme autogestionnaire de leur parti.

« Les femmes en annexe, ça suffit » (1975-1981)

  • 28 Entretien avec Huguette Bouchardeau, 5 février 2008.

19En 1975, Huguette Bouchardeau prend la tête du Secteur femmes. Elle est représentative de ces militantes du PSU qui participent localement aux « groupes femmes » autonomes et mènent un combat féministe en parallèle de leur engagement dans le parti. Née en 1935, professeure agrégée de philosophie, militante à l’UNEF puis à la FEN, elle entre aussi à l’Union de la gauche socialiste puis au PSU. Elle est d’abord très active dans la Loire où elle habite : trésorière fédérale en 1966, candidate en 1970 aux élections cantonales pour la circonscription de Saint-Étienne Nord, elle devient secrétaire de la fédération en 1974. Parallèlement, elle milite au Planning familial puis au Groupe pour la liberté de l’avortement et de la contraception stéphanois (GLACS). Elle entre en 1974 au secrétariat national et demande à prendre la tête de la Commission nationale femmes en 1975, affirmant que c’est la seule position de direction qu’elle n’ait jamais désiré obtenir28. Cette configuration conduit à des changements dans les revendications du Secteur femmes. Comme le résume une militante :

  • 29 Hedda Jullien, « Réflexion après le week-end du Secteur femmes du PSU des 24 et 25 avril 1976 », C (...)

« Depuis trois ans, le Secteur femmes du PSU a beaucoup évolué. En 1973, une partie d’entre nous seulement (minoritaire) considérait le mouvement autonome des femmes comme une nécessité. Aujourd’hui tout le monde s’accorde à affirmer que ce mouvement, bien que très éclaté et tout à fait informel, est d’ores et déjà une réalité et que nous en sommes partie prenante. […] Il revêt une importance particulière pour le courant autogestionnaire dont le PSU se réclame29. »

20Si dans un premier temps il s’agissait d’associer les luttes des femmes à la lutte des classes, il s’agit de montrer, dans un second temps, comment la lutte des femmes doit transformer la lutte des classes. Pour cela, il faut intégrer la question des femmes au programme du PSU et non plus seulement l’y adjoindre. Le contexte de la préparation des élections législatives de mars 1978 s’y prête particulièrement. La concurrence avec le parti socialiste joue à plein. Le parti d’Épinay faisant face au mécontentement de ses militantes a concédé la création d’un secrétariat national chargé des droits des femmes en 1977 et la tenue d’une convention nationale qui a lieu le 15 janvier 1978, prenant pour thème « Féminisme, socialisme, autogestion ». À la suite de cela, un supplément du Poing et la Rose de février 1978 publie le « Manifeste du Parti socialiste sur les droits des femmes » adopté par la convention et qui présente « le socialisme et le féminisme comme indissociables ». Il s’agit assurément d’un tournant dans le discours du parti. Pourtant les législatives constituent un moment de crise. À l’automne 1977, Gisèle Halimi décide de se lancer, avec son association Choisir la cause des femmes, dans la campagne électorale. Elle présente un « Programme commun des femmes » et des listes uniquement constituées de femmes qui représentent une critique explicite des partis de gauche et notamment au parti socialiste. Il y a donc un espace pour le PSU qui se présente comme le parti le plus authentiquement proche du mouvement féministe. En février 1978, un numéro de Tribune socialiste est consacré aux « droits des femmes » (cf. illustration 3).

Ill. 3 : « Une » de Tribune socialiste, 9-15 février 1978, no 773.

21Un éditorial signé collectivement par le Secteur femmes du PSU dénonce « le travers du discours politique masculin lorsqu’il tente d’intégrer les préoccupations féministes. Travers qui consiste à “ajouter” les droits des femmes aux catalogues des revendications de telle ou telle catégorie de travailleurs. […] Ainsi nous retrouvons-nous coincées, dans les phrases des beaux discours entre les immigrés, les jeunes, les handicapés ou les vieillards, au choix ». Pour les signataires, au contraire, « pour faire entrer dans la réalité les droits des femmes, on ne peut se contenter de réformes sociales de détail. Ce sont la production, le travail, les formes de vie qui doivent être différentes ».

22Le ton de ce numéro spécial tranche avec celui de 1971. Il évoque la position réservée des socialistes vis-à-vis du pouvoir des femmes de Blum à Mitterrand, il demande si « ce qu’on appelle “vie privée” sera […] un jour intégré au social, au syndical, au politique » et dénonce dans le contexte de la crise le « droit de cuissage » que doivent subir les femmes qui cherchent un emploi. La revendication d’un accès égal au travail pour les femmes est toujours présente mais sous une autre formulation : « Un travailleur sur trois est une travailleuse. Un chômeur sur deux est une chômeuse. 35 h pour tous, pour partager les tâches ménagères pour s’occuper ensemble des enfants. » Autrement dit, il s’agit d’un discours très proche de celui du MLF qui avait le premier lancé le mot d’ordre : le privé est politique.

  • 30 Laure Bereni, « Lutter dans ou en dehors du parti », art. cité, p. 72.
  • 31 PSU Information, no 85, février 1978, p. 7.

23Par ailleurs, les élections législatives sont l’occasion pour le Secteur femmes de formuler la demande d’une meilleure représentation des femmes dans les instances dirigeantes et sur les listes électorales. Cela fait écho à la mise en place au parti socialiste d’un quota de 10 % au moins de femmes à tous les niveaux de l’organisation et sur les listes électorales, relevé à 15 % en 1977 alors que les militantes espéraient 20 %30. Au PSU, le pourcentage est d’emblée plus élevé : le Secteur femmes demande autant de candidatures féminines que masculines aux législatives et finalement les femmes représentent 40 % environ des candidats31. En décembre 1978, dans le cadre du XIe congrès du PSU qui se tient à Saint-Étienne, le Secteur femmes va plus loin dans ses demandes pour « changer la politique », thème du congrès. Il exige « 35 % de militantes dans toutes les instances du parti et des méthodes de travail plus démocratiques ». Est ainsi dénoncé un certain « élitisme » dans les discours théoriques, pour lesquels une élaboration collective est souhaitée, et une certaine opacité de fonctionnement. Par exemple, le Secteur femmes demande « qu’un mode d’emploi simple des congrès soit fourni à chaque délégué : explication des travaux, des votes, des termes utilisés ». Par ailleurs, il souhaite davantage de femmes déléguées de section et donc « il faut impérativement qu’au niveau fédéral soient résolus les problèmes familiaux qui jusqu’alors justifiaient trop l’absence de femmes ». Il s’agit d’adapter le fonctionnement du parti pour permettre une meilleure représentation des femmes à tous les niveaux. Au congrès de Saint-Étienne, chaque liste de candidats à la direction politique nationale doit avoir une composition conforme à celle du parti et comporter 37 % de femmes. Le résultat n’est pas atteint mais reste probant : à la direction politique sont élues vingt femmes sur soixante-dix postes, elles représentent 28,5 %. Le bureau national du parti en revanche ne comporte que quatre femmes pour vingt postes. Selon Huguette Bouchardeau, cela s’explique par le fait que la plupart des femmes militantes n’ont pas voulu de ces postes :

  • 32 Huguette Bouchardeau, Un coin dans leur monde, Paris, Syros, 1980, p. 75.

« Les femmes acceptent donc d’être candidates à la direction politique, qui ne se réunit que tous les deux mois, et à laquelle on peut assister sans forcément intervenir, tout en pesant par les votes sur les décisions elles-mêmes. Mais, il est difficile de penser que l’on va devoir suivre le rythme de la réunion hebdomadaire du bureau politique, surtout quand on vient de province, ou que l’on a des enfants encore petits32. »

24Huguette Bouchardeau, elle, a accepté le poste de secrétaire nationale qui lui a été proposé. Elle est élue à l’issue du congrès de Saint-Étienne, et prend ses fonctions en janvier 1979 (cf. illustration 4). À cette date, le PSU est donc l’un des partis qui a le plus absorbé les revendications féministes, dont les militantes sont les plus actives dans le mouvement des femmes et qui a le plus intégré les femmes dans ses instances : il est ainsi le premier parti en France à avoir pour Premier secrétaire une femme et qui plus est une féministe autoproclamée. Et pourtant, Huguette Bouchardeau reste très critique vis-à-vis des partis politiques en général et de son parti en particulier. Elle est l’auteur d’un ouvrage publié en 1980 à mi-chemin entre l’autobiographie, l’analyse sociologique et le pamphlet politique qui s’intitule Un coin dans leur monde, se référant ainsi à la place des femmes dans la vie politique. Elle y explique notamment les circonstances de son élection comme secrétaire nationale :

  • 33 Ibid.

« Mes camarades du bureau national du Parti Socialiste Unifié me demandent de reprendre le secrétariat national dont Michel Mousel est démissionnaire. Je dis mon inquiétude de n’être pas à la hauteur. Et je me vois opposer un certain nombre d’arguments parmi lesquels : “Tu es une femme… ce sera très bien.” J’ai eu envie de traduire “ça fera très bien”, au sens de “ça présentera bien pour le parti”, car la phrase avait exactement ce sens-là33. »

  • 34 Huguette Bouchardeau, Tout le possible, Paris, Syros, 1981, p. 12.

25En effet, à cette date, et dans la perspective de l’élection présidentielle, le fait d’être une femme peut représenter un atout sur la scène politique de gauche. Huguette Bouchardeau incarne le projet autogestionnaire. Dans cet ouvrage, elle se présente comme extérieure aux cercles du pouvoir alors même qu’elle est secrétaire nationale. Elle se distingue du milieu des intellectuels alors qu’elle est professeure agrégée de philosophie, qu’elle enseigne à l’université, qu’elle a écrit plusieurs ouvrages et qu’elle dirige une collection chez Syros. Elle ne se décrit pas comme une professionnelle de la politique alors qu’elle est une militante expérimentée. En revanche, elle ne cesse de répéter son implication, réelle, dans le mouvement des femmes, ce qui lui permet de revendiquer une action à la base autant qu’au sommet et le fait de s’exprimer au nom d’un collectif. Elle se trouve donc dans la position de renouveler l’offre politique et de distinguer le PSU du parti socialiste ou du parti communiste qui ont à leur tête des hommes, politiciens de premier plan. Ainsi, alors qu’elle est candidate PSU aux élections présidentielles de 1981, elle dénonce cette élection : « Est-il permis de dire que l’on n’aime pas ces jeux-là ? […] Qu’il n’y a rien de plus anti-politique que cet exercice qui consiste à ôter la politique de la bouche à ces milliers de voix qui pourraient, devraient s’exprimer, au lieu d’avoir à passer silencieusement par les urnes34. » C’est un positionnement plutôt inhabituel pour une personnalité arrivée à son niveau, mais c’est une posture qui est valorisable au sein du PSU, parti qui revendique la volonté de faire de la politique autrement.

Ill. 4 : « Une » de Tribune socialiste, 16-23 janvier 1979, no 810.

  • 35 « Huguette Bouchardeau », Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social, ( (...)
  • 36 Il s’agit du groupe Psychanalyse et Politique qui appelle à voter pour François Mitterrand dès le (...)
  • 37 Huguette Bouchardeau, Un coin dans leur monde, op. cit., p. 45.

26Huguette Bouchardeau obtient finalement 1,1 % des voix à l’élection présidentielle de 198135. Elle n’est pas soutenue par la totalité du mouvement des femmes : une partie des militantes du MLF36, tout comme le Mouvement français pour le planning familial, par exemple, appellent à voter Mitterrand dès le premier tour. Ce très faible score tend à confirmer l’impression de la candidate qui voyait dans sa désignation à la tête du parti le signe du déclin du PSU : « Si le PSU se donnait une femme comme secrétaire nationale, c’est que ce parti ne représentait pas un enjeu de pouvoir suffisant. […] Je pense que s’il permettait de faire carrière, la bousculade pour les postes de direction serait bien plus grande37. »

27Cela résume tous les paradoxes des femmes au PSU : tant au niveau de l’intégration du féminisme que de la place des militantes dans le parti, les progrès sont considérables tout au long des années 1970. Le positionnement pour la cause des femmes est un moyen pour ce parti d’affirmer sa spécificité, notamment vis-à-vis du parti socialiste : il se veut proche des mouvements sociaux. En revanche, ces avancées majeures ne semblent possibles que dans la mesure où il s’agit d’un petit parti, peu intégré dans les logiques électorales et au moment où il amorce un déclin. Cette hypothèse demanderait cependant à être vérifiée par une comparaison poussée avec d’autres partis politiques : le parti socialiste qui connaît des dynamiques similaires, le parti communiste qui reste beaucoup plus fermé au discours féministe jusqu’à une période tardive et les partis d’extrême gauche trotskyste et maoïstes.

  • 38 Je remercie Laure Bereni pour sa lecture attentive et ses remarques toujours très utiles.

28De plus, cette première chronologie demanderait à être étoffée par des recherches plus approfondies permettant d’une part de mesurer précisément le nombre de femmes militantes et leur représentation dans les différences instances du parti et d’autre part de percevoir des évolutions qui ont sans doute joué un rôle dans l’ouverture du parti aux questions féministes. Enfin, il semble important de mener une enquête orale auprès d’anciennes militantes au niveau national et local. Cela permettrait de percevoir les enjeux de courants, les désaccords qui ne sont que peu perceptibles dans les sources officielles du parti et, plus généralement, de recueillir une expérience qui risque de tomber dans l’oubli38.

Notes

1 Claire Duchen, Feminism in France from May’68 to Mitterrand, London, Boston and Henley, Routledge and Kegan Paul, 1986.

2 Laure Bereni, « Lutter dans ou en dehors du parti ? L’évolution des stratégies des féministes du parti socialiste (1971-1997) », Politix, no 73, janvier 2006, p. 187-209.

3 William Guéraiche, Les Femmes et la République. Essai sur la répartition du pouvoir de 1943 à 1979, Paris, Éd. de l’Atelier, 1999.

4 Sylvie Chaperon, Les Années Beauvoir, Paris, Fayard, 2000.

5 Tribune socialiste, no 311, Spécial programme, janvier 1967.

6 Sur Colette Audry (1906-1990), voir Séverine Liatard, Colette Audry (1906-1990). Engagements et identité d’une intellectuelle, Rennes, PUR, 2011. Agrégée de lettres, enseignante et écrivaine, elle est engagée dès sa jeunesse dans les années 1930, d’abord syndicalement puis dans la tendance socialiste révolutionnaire de Marceau Pivert à la SFIO. Elle est ensuite militante à l’Union des Gauches Socialistes puis au PSU dès sa création. Elle rentre au PS en 1971 où elle siège au comité directeur pendant dix ans et s’engage dans le secteur formation. Parallèlement elle a un engagement féministe continu dès la lecture du Deuxième sexe de Simone de Beauvoir, au sein du Planning familial, du Mouvement démocratique féminin, et en créant la collection « Femmes » chez Denoël-Gonthier en 1964.

7 Ibid., p. 134

8 Sylvie Chaperon, Les Années Beauvoir, 1945-1970, op. cit., p. 307.

9 Francis Lebon, Pierre Moulinier, Jean-Claude Richez et Françoise Tétard, Un engagement à l’épreuve de la théorie. Itinéraire et travaux de Geneviève Poujol, Paris, L’Harmattan, 2008.

10 Pour en donner quelques exemples : « Revendications. Travail Masculin-féminin », Tribune socialiste, no 320, 23 février 1967 ; « Femmes au travail. À l’âge de l’électronique », Tribune socialiste, 1er juin 1967 ; « Femmes. Des chefs de famille », Tribune socialiste, no 335, 6 juillet 1967, etc. Pour une liste complète de ses publications, voir Francis Lebon, « Liste des travaux publiés par Geneviève Poujol (1960-2005) », dans Francis Lebon, Pierre Moulinier, Jean-Claude Richez et Françoise Tétard, Un engagement à l’épreuve de la théorie. Itinéraire et travaux de Geneviève Poujol, op. cit., p. 237-250.

11 Guy Nania, Le PSU avant Rocard, Paris, Roblot, 1973, p. 119-120.

12 Denise Franck, « Pour un militantisme féminin », Tribune socialiste, no 263, 4 décembre 1965.

13 Séverine Liatard, Colette Audry, op. cit., p. 258-259.

14 Roland Cayrol et Yves Tavernier, « Sociologie des adhérents du Partis socialiste unifié », Revue française de science politique, vol. XIX, no 3, juin 1969, p. 699-707.

15 Séverine Liatard, Colette Audry, op. cit., p. 259.

16 Bibia Pavard, Contraception et avortement dans la société française (1956-1979) : histoire d’un changement politique et culturel, thèse de doctorat d’histoire, Institut d’études politiques de Paris, 2010.

17 Tribune socialiste, 8 novembre 1971.

18 Déposition de Monsieur Michel Rocard au procès de la mère de Marie-Claire le 8 novembre 1972, dans Choisir la cause des femmes, Le procès de Bobigny, Paris, Gallimard, 1973, 2006, p. 64.

19 Idem, p. 64-65.

20 La première réunion de la Commission nationale femmes a lieu le 11 septembre 1971 pour préparer le numéro spécial de Tribune socialiste, Archives nationales (CARAN), 581 AP/47/Chemise 196.

21 Thérèse Carette, « Les femmes et la politique », dans PSU, Des militants du PSU, Paris, Épi, 1971, p. 25-32, p. 26.

22 Compte rendu de la Commission nationale femmes du 16 octobre 1971, Archives nationales (CARAN), 581 AP/47/Chemise 196.

23 Texte rédigé par des déléguées régionales du Nord-Finistère, Morbihan, Haute-Normandie, Provence, Champagne, Midi-Pyrénées et Lorraine dans le cadre des Assises nationales femmes des 17 et 18 juin 1972, Centre d’histoire du travail, PSU 39/Dossier IV.

24 Ibid.

25 Huguette Bouchardeau, « De la Résistance des femmes aux réticences des hommes », Tribune socialiste, mensuel de l’autogestion, no 11, mars 1980.

26 Texte rédigé par des déléguées régionales du Nord-Finistère, Morbihan, Haute-Normandie, Provence, Champagne, Midi-Pyrénées et Lorraine dans le cadre des Assises nationales femmes des 17 et 18 juin 1972, Centre d’histoire du travail, PSU 39/Dossier IV.

27 « Rapport du mouvement des femmes au projet autogestionnaire », Document non daté et non signé, Centre d’histoire du travail, PSU 39/Dossier IV.

28 Entretien avec Huguette Bouchardeau, 5 février 2008.

29 Hedda Jullien, « Réflexion après le week-end du Secteur femmes du PSU des 24 et 25 avril 1976 », Centre d’histoire du travail, PSU 39/Dossier IV.

30 Laure Bereni, « Lutter dans ou en dehors du parti », art. cité, p. 72.

31 PSU Information, no 85, février 1978, p. 7.

32 Huguette Bouchardeau, Un coin dans leur monde, Paris, Syros, 1980, p. 75.

33 Ibid.

34 Huguette Bouchardeau, Tout le possible, Paris, Syros, 1981, p. 12.

35 « Huguette Bouchardeau », Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier et du mouvement social, (1940-1968), t. 2.

36 Il s’agit du groupe Psychanalyse et Politique qui appelle à voter pour François Mitterrand dès le premier tour au nom du MLF, voir Génération MLF, 1968-2008, Paris, Éditions des femmes, 2008.

37 Huguette Bouchardeau, Un coin dans leur monde, op. cit., p. 45.

38 Je remercie Laure Bereni pour sa lecture attentive et ses remarques toujours très utiles.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search