Version classiqueVersion mobile

Le Parti socialiste unifié

 | 
Noëlline Castagnez
, 
Laurent Jalabert
, 
Jean-François Sirinelli
, 
et al.

Partie I. Les composantes culturelles, identitaires et sociales du PSU

Pourquoi le PSA s’est-il évaporé dans le PSU ?

Gilles Morin

Texte intégral

  • 1 Marc Heurgon, Histoire du PSU, Paris, La Découverte, 1994. Marc Heurgon fut l’un des fondateurs du (...)

1Dans son Histoire du PSU, dont il n’a malheureusement achevé que son premier tome, Marc Heurgon1 a naturellement consacré un nombre important de pages au Parti socialiste autonome (PSA), qui a été numériquement la principale composante du PSU, caractérisant ses hommes comme des « sociaux-démocrates ». Ce cliché politique, commun dans la littérature sur ce parti, est intéressant, car révélateur de ce qui est parfois perçu dans le parti unifié comme une sorte de double péché originel : avoir été membre de la SFIO et donc réformiste.

2Le PSA, de son vrai nom Parti socialiste SFIO autonome, est né d’une scission minoritaire de la « vieille maison » qui s’est produite au congrès d’Issy-les-Moulineaux de la SFIO en septembre 1958. Dans une période de profond recul de la gauche, agrégeant d’autres courants qui se réclament du socialisme et notamment les mendésistes, il a constitué, en dix-huit mois, une organisation de près de 8 500 adhérents, soit l’un des plus forts mouvements se situant entre le PCF et la SFIO de toute l’histoire du socialisme français, et sans conteste la plus notable des scissions depuis celle des néo-socialistes en 1933. Mais, la scission n’a pas répondu aux espérances de ses fondateurs, conduisant le secrétaire général du parti, Édouard Depreux, à organiser son dépassement par la fusion avec l’Union de la gauche socialiste (UGS) et Tribune du communisme pour fonder le PSU en avril 1960.

3Le PSA est original à plusieurs titres : par ses racines, par le fait que sa construction qui s’est étalée sur une année a touché significativement le milieu socialiste et ses réseaux, et par sa grande diversité. Trois questions principales seront abordées ici. Puisque les origines du PSA dépassent celles de la « vieille maison » socialiste, est-il resté un reflet en mineur de la SFIO comme le suggère Marc Heurgon ou n’est-il pas plutôt une forme de transition vers le PSU, voire le Parti socialiste de Savary et Mitterrand ? Quels hommes, quelles cultures et quels réseaux le PSA a-t-il apporté au PSU ? Pourquoi l’influence de ce qui a été numériquement sa principale composante s’est-elle si rapidement évaporée ? En effet, ses hommes ont joué un rôle transitoire dans le PSU, la plupart des fondateurs du PSA n’étant plus dans ce parti en 1968. L’aspect composite politiquement, sociologiquement et culturellement du parti nouveau n’y est pas étranger.

Origines et étapes d’une autonomisation

  • 2 Cette thèse fut reprise par Gilles Pudlowski, dans Jean Poperen et l’UGCS, Paris, Saint-Germain-de (...)
  • 3 Roger Quilliot, La SFIO et l’exercice du pouvoir, 1944-1958, Paris, Fayard, 1972, p. 501. Mais là (...)

4Les origines de la scission de septembre 1958 ont fait l’objet de différentes appréciations. Les mollétistes et quelques analystes la présentaient comme l’aboutissement d’une longue opposition interne des battus du congrès de 1946, derrière Daniel Mayer et Robert Verdier, et, en l’occurrence, une revanche ratée de ceux-ci2. Le fait est contestable, même s’il recèle une part de vérité pour quelques cas individuels. Dans l’ensemble, la majorité des « vaincus » de 1946 a participé, à partir de 1948 et du déclenchement de la guerre froide, au rapprochement avec Guy Mollet. Sous l’égide des « blumistes » du Nord et notamment d’Augustin Laurent, une fraction de ceux-ci s’est même intégrée à la direction mollétiste du parti ; surtout, le lien entre les deux événements distants de onze années n’est certainement pas direct. Roger Quilliot était plus proche de la réalité lorsqu’il notait des éléments de continuité entre l’opposition qui s’est manifestée lors de la crise de la CED et la minorité, à l’exception des « nationalistes » opposés à la CED3. Mais, là encore, il faut relativiser les continuités : une moitié environ des parlementaires hostiles à la CED a rejoint le PSA, l’autre moitié a accepté de soutenir la politique de Robert Lacoste et Guy Mollet en Algérie et est demeurée à la SFIO après 1958. Le lien entre l’opposition socialiste à la guerre d’Algérie et le PSA est lui incontestable, même si la scission se fait sur un événement collatéral : après le coup de force d’Alger du 13 mai 1958, les futurs membres du PSA refusent le ralliement de la SFIO aux institutions de la Ve République.

5La minorité réticente, puis hostile, envers la politique du gouvernement de Front républicain en Algérie apparaît publiquement avec la présentation d’un premier texte à un conseil national en juin 1956 et commence à se structurer en fraction dès janvier 1957, avec la formation du Comité socialiste d’études et d’action pour la paix en Algérie (CSEAPA), puis la publication, un an plus tard, du mensuel Tribune du socialisme. Cette minorité recueille environ 10 % des mandats aux différents congrès et conseils nationaux, réussissant parfois à faire cause commune avec ceux qui refusent la participation gouvernementale après la chute du gouvernement Guy Mollet en mai 1957. Elle obtient d’autres soutiens en faveur d’une plus grande liberté de discussion dans le parti, alors que, déjà, André Philip dénonce Le Socialisme trahi. Après le 13 mai 1958 et l’instauration de la Ve République, les minoritaires franchissent un nouveau pas vers l’autonomie en organisant des conférences minoritaires en juin et juillet et en participant à la construction d’un cartel électoral, l’Union des forces démocratiques (UFD), avec d’autres opposants de gauche à la Ve République et en appelant à voter « non » au référendum constitutionnel dès avant le congrès national du parti prévu en septembre. Mais, ils conservent l’espoir d’un redressement du parti socialiste SFIO, en accord avec le courant de Gaston Defferre, et avec ceux qui se détachent de la majorité, comme Albert Gazier et même Pierre Commin, le secrétaire général adjoint du parti. Le ralliement de Defferre au général de Gaulle, et donc à la majorité du parti, permet à celle-ci de reprendre la main. L’espoir de réaliser un redressement intérieur s’achève avec le congrès d’Issy-les-Moulineaux des 11 au 14 septembre 1958, conduisant les plus résolus à la scission.

  • 4 Ibid., p. 739.

6L’analyse fine des parcours personnels de ceux qui vont de la SFIO au PSA, ou qui au contraire restent, montre la part des choix individuels – pensons à André Philip ancien champion de la CED devenu opposant emblématique à Guy Mollet –, mais aussi des logiques de distanciation à l’appareil. Les sanctions prises contre les principaux indisciplinés sur la CED, puis celles prises durant les débats sur l’Algérie contre les minoritaires, ont fait se relâcher les liens de fidélité au parti de certains cadres de l’appareil socialiste, ne permettant plus de compenser et de supporter les dissensions idéologiques. Deux longues années d’affrontements cristallisent les positions et rendent insupportable la cohabitation. Alain Savary, pourtant très porté à la modération, déclare lors du congrès d’Issy-les-Moulineaux : « Personnellement je ne peux plus respirer4. »

Un rassemblement de minoritaires

  • 5 Voir Gilles Morin, L’Opposition socialiste à la guerre d’Algérie et le Parti socialiste autonome, (...)

7Si, dans une certaine mesure, le PSA achève le combat de la minorité née en 1956 contre la politique du gouvernement Guy Mollet en Algérie5, il ne prolonge pas exactement cette minorité. Il réalise de fait un regroupement partiel de minoritaires. Par défaut tout d’abord – car nombre de minoritaires restent à la SFIO ou abandonnent le combat politique –, parce qu’il a bénéficié ensuite d’autres apports de socialistes anciennement majoritaires sur l’Algérie mais hostiles à la Ve République et, enfin, parce qu’il a rassemblé au-delà du parti et même du mouvement socialiste classique.

  • 6 Pour s’en tenir aux parlementaires, citons Camille Titeux, membre actif du Comité socialiste d’étu (...)

8Le PSA ne fait pas le plein des militants socialistes qui condamnent la majorité, loin s’en faut. Trois raisons principales peuvent être avancées. Outre le découragement devant la défaite de la gauche en mai-juin 1958 – qui entraîne des abandons du combat militant –, des minoritaires, comme Roger Quilliot, marquent leur refus de quitter leur organisation pour se lancer dans l’aventure d’une scission ; d’autant que certains minoritaires ont déjà fait la cruelle expérience de scissions précédentes. Puis, le retour du général de Gaulle redistribue les priorités : des militants de la minorité ne suivent pas leurs camarades pour ne pas affaiblir encore la gauche6. Enfin, dans les petites fédérations du parti, qui vivent déjà en position de forteresses assiégées, se séparer des autres socialistes condamne à l’impuissance. Ainsi, dans nombre de départements, seule une poignée de militants minoritaires suit leurs anciens camarades scissionnistes.

  • 7 Citons encore Pierre Mazuez, ancien député de la Saône-et-Loire, et pour ceux qui ont adhéré au PS (...)

9À l’inverse, le PSA voit venir à lui des cadres et adhérents socialistes qui ont suivi la majorité du parti sur l’Algérie. François Tanguy Prigent, ancien député du Finistère et ministre à la Libération, est la figure emblématique de ces hommes, majoritaires jusqu’en mai 1958, mais qui rejoignent le PSA en 19597. La raison en est simple : ce n’est pas sur la guerre d’Algérie que la scission s’est faite, mais plutôt sur le refus du retour au pouvoir du général de Gaulle et de la naissance de la Ve République en 1958. D’autre part, le PSA reçoit l’adhésion d’anciens militants socialistes, qui avaient quitté le parti avant 1956 ou aux premiers temps de la guerre d’Algérie, et qui espèrent retrouver un parti plus pur. Citons Andrée Viénot, ancienne députée des Ardennes qui a démissionné au moment de l’expédition de Suez en octobre 1956, Michel Lucas de la Sarthe et bien d’autres.

  • 8 C’est en large partie parmi ces seize anciens membres du comité directeur de la SFIO que sont recr (...)
  • 9 Plus deux anciens parlementaires de la Nièvre d’avant 1940, Arsène Fié et Henri Gamard.
  • 10 Édouard Depreux, Charles Lancelle et Mireille Osmin ont été secrétaires fédéraux de la Seine, Arbe (...)

10Au total, le PSU hérite via le PSA d’une fraction différenciée de l’appareil socialiste. Les itinéraires des principaux responsables du PSA issus de la SFIO sont éclairants. La plupart ont cumulé dans la vieille maison les mandats politiques et partisans depuis la Libération. Sur un échantillon de cinquante personnalités ont pu être décomptés 8 anciens ministres ou secrétaires d’État, 16 membres du comité directeur sur 87 survivants en 19588, 3 anciens présidents du groupe parlementaire, 34 députés9, 6 sénateurs et 6 conseillers de l’Union française. Ajoutons que pratiquement tous les membres de la CAP (Commission administrative permanente) et beaucoup de responsables départementaux du PSA ont appartenu aux commissions exécutives de leurs fédérations10. Sans oublier de nombreux élus locaux, de la Seine et de province, au premier rang desquels des conseillers généraux.

  • 11 Lucien Sfez, pour un travail universitaire, avait envoyé un questionnaire auquel seules trois fédé (...)

11Le PSA ne se réduit pas à une fraction de la base et de l’appareil socialiste ; il rassemble aussi des hommes et femmes qui ne sont pas issus de la SFIO, même si tous acceptent de se référer à l’identité socialiste. S’y rencontrent de nouveaux venus à la politique en nombre non négligeable11 bien sûr, mais aussi de véritables réseaux de la mouvance socialiste et surtout les radicaux proches de Pierre Mendès France. Ces apports sont multiples, mais quelque peu contradictoires, en termes de contenu politique.

  • 12 Les prises de carte de la fin 1959 sont connues, mais ne donnent pas d’informations probantes. D’u (...)

12L’adhésion de Pierre Mendès France et des siens est la plus médiatisée mais il est difficile de chiffrer le nombre de militants venus du parti radical à l’automne 1959, via le Comité d’action démocratique (CAD), fondé après la mise hors parti radical du député de l’Eure au printemps 195912. Incontestablement, ils représentent plusieurs centaines d’hommes et des cadres éprouvés, tels les anciens députés Charles Hernu et Léon Hovnanian, qui bénéficient des réseaux du club des Jacobins, ou encore Paul Anxionnaz, ancien secrétaire du parti radical et éminent franc-maçon puisqu’il sera Grand Maître du Grand Orient de France. Il leur est demandé de démontrer, en section ou comité de section, leur attachement à l’idéal socialiste, ce que rappellent tous les auteurs d’histoire du PSU et de la gauche. Charles Hernu doit ainsi attendre quelques mois pour se faire admettre et l’adhésion de Brigitte Gros, sœur de Jean-Jacques Servan-Schreiber, est épique. Mais, ce fait doit être relativisé : si leur adhésion est parfois difficile, il ne semble pas qu’il y ait eu pour finir de refus.

  • 13 Cartel électoral composé dans l’été 1958 des opposants hostiles à la Ve République, l’UFD affirme (...)

13Mais le mendésisme n’est pas l’unique apport « républicain » au socialisme minoritaire. Le PSA n’aurait probablement pas existé sans la pression des réseaux socialisants républicains en rupture avec la vieille maison. Avec les encouragements de Denis Forestier, puissant patron du syndicat des instituteurs, des enseignants de sensibilité socialiste particulièrement hostiles à la politique de Guy Mollet en Algérie et à la Ve République perçue comme menaçant les libertés et la laïcité, s’engagent dans le jeune parti. À ceux-là s’ajoutent des militants de la Ligue des droits de l’homme (LDH) qui ont significativement élevé à sa présidence Daniel Mayer au printemps 1958, et des francs-maçons pour les mêmes motifs. De plus, rejoignent le PSA des intellectuels et d’autres hommes de la « gauche non communiste », entérinant l’échec de la transformation en parti de l’Union des forces démocratiques (UFD13). Il y aurait un rapprochement à faire avec la scission néo-socialiste de 1933, dans laquelle les réseaux laïques républicains, des grandes ligues de gauche et des milieux enseignants et de la maçonnerie ont joué un rôle essentiel. La sensibilité de ces militants est socialiste ou socialisante, mais relativement modérée.

  • 14 Bruno David, Récurrences et figures de l’autonomie ouvrière. Histoire sociale du Pivertisme, thèse (...)

14Le PSA voit venir enfin à lui des hommes de sensibilité plus « révolutionnaire », parmi lesquels d’anciens piverstistes qui n’avaient pas rejoint la SFIO depuis la Libération, des communistes dissidents, soit trotskistes (ces derniers de la tendance lambertiste pour l’essentiel), soit anciens du PCF, et des hommes qui ont connu tous les combats minoritaires de la petite gauche depuis les années 1930, en France ou à l’étranger. La part des immigrés d’Europe centrale n’est ainsi pas négligeable dans la région parisienne. Sur ce plan, le PSA connaît des apports qui rappellent ceux qu’a reçus le PSOP (Parti socialiste ouvrier et paysan) en 193814.

L’apport militant du PSA au PSU

15Chronologiquement, il est possible d’identifier deux PSA. Le premier comprend les adhérents de la scission à l’automne 1959. Le second voit un double apport, celui des mendésistes et celui d’une deuxième vague collective de militants venus de la SFIO autour d’une dizaine d’anciens parlementaires. Le PSA gagne alors environ 3 000 adhérents (probablement un millier du fait des mendésistes et le double du fait de cette deuxième scission).

16Les effectifs du premier PSA sont concentrés dans une dizaine de départements, avec une fédération de la Seine (comprenant la banlieue proche) dominante, puis quelques fédérations moyennes, anciens bastions minoritaires (Côtes-du-Nord, Ardennes, Seine-Maritime, Isère, Haute-Garonne, Aude, Gard…). Ailleurs, il rassemble une fraction minime des adhérents de la SFIO et notamment de ses forteresses du Nord et du Sud-Est, autour des Bouches-du-Rhône. Les apports de l’automne 1959 ne bouleversent pas les équilibres du parti : ils élargissent simplement un peu sa surface.

  • 15 Dans les neuf premières fédérations (Seine, Seine-et-Oise, Côtes-du-Nord, Haute-Garonne, Ardennes, (...)
  • 16 Le cas de la fédération de la Seine-et-Oise est original : les adhérents du PSA sont relativement (...)
  • 17 Charente-Maritime, Calvados (l’adhésion de Margueritte en octobre 1959 rassemble tous les minorita (...)

17À la veille de la fusion, en mars 1960, le PSA dépasse la centaine d’adhérents dans quatorze départements. La continuité avec la minorité y est éclatante : dans tous, hormis l’Eure, d’anciens parlementaires ou d’anciens secrétaires fédéraux de la SFIO ont adhéré au PSA15. La région parisienne reste dominante en dépit de l’élargissement du parti en province16. Dans quinze autres départements, les effectifs du PSA sont moins importants, mais la continuité ne fait pas de doute avec les réseaux du CSEAPA17. Le PSA perce moins bien dans ces départements que dans ceux précédemment cités, mais il y compte plus de cinquante adhérents. Ces deux groupes comptant vingt-neuf fédérations concentrent plus des trois quarts des effectifs du premier PSA et les deux tiers de ses effectifs maximum.

18Si dans le PSA se retrouvent la plupart des bastions minoritaires, les principaux échecs se situent dans les fédérations où des parlementaires minoritaires sont restés à la SFIO, ainsi dans l’Aisne, la Meurthe-et-Moselle et l’Ardèche. La scission est partiellement ratée dans l’Ain (avec Adrien Chatagner), le Jura, le Loiret (avec Maurice Combes), le Bas-Rhin (avec Marcel Brun), la Savoie, l’Hérault, le Puy-de-Dôme, les Deux-Sèvres, la Vendée, et le Vaucluse (avec Charles Lussy).

19Dans l’ensemble, l’apport des mendésistes se « dilue » dans le fonds de l’ex-SFIO, car, hormis l’Eure, ils sont surtout nombreux dans les départements de la région parisienne, déjà bastions du parti. Ils auraient représenté 15 % des effectifs environ si l’on en croit une fraction du fichier de la Seine.

  • 18 Voir infra la contribution de François Prigent.

20Au total, le PSA apporte au PSU des effectifs qui reproduisent en mineur l’implantation de la SFIO, avec une part de ses zones de force autour du bassin méditerranéen, ou en Isère, et en Haute-Garonne par exemple, mais aussi ses zones de faiblesse, l’Ouest intérieur et l’Est surtout. Les trois gros bastions de la SFIO – Nord, Pas-de-Calais et Bouches-du-Rhône – ont une moins grande importance au PSA, alors que la région parisienne et la Bretagne tiennent une plus grande place. Plus qu’une continuité géographique entre les deux organisations, c’est une part de la légitimité militante qui provient du PSA, avec les références au mouvement ouvrier français, à un siècle de combat partisan et – mais cela n’est pas moindre – à un réseau d’élus locaux, avec plus de quarante anciens députés et autant de conseillers généraux en exercice dans les premières années du PSU notamment18. Cette dernière caractéristique distingue elle aussi le PSA des autres composantes qui forment le PSU.

Le pluralisme du PSA

  • 19 Pierre Vidal-Naquet, « Une fidélité têtue, la résistance française à la guerre d’Algérie », Vingti (...)

21Politiquement, le PSA est pluraliste. Les scissionnistes ne correspondent pas à un courant homogène de la SFIO, encore moins à une tendance (statutairement les tendances n’ont plus le droit de cité dans le parti depuis 1946) et les différents apports que nous venons de rappeler ont encore compliqué cette mosaïque politique. Si l’on s’en tient pour la démonstration à la direction du PSA ou aux dirigeants du PSU qui venaient de la SFIO, on trouve des militants venus de toutes les sensibilités de ce parti. On rencontre au PSA deux des trois types idéaux relevés par Pierre Vidal-Naquet concernant « la résistance française à la guerre d’Algérie » : les « bolcheviks » et les « dreyfusards », le troisième, les tiers-mondistes, étant peu représenté au PSA19. Les « bolcheviks » et ceux qui se réclament du marxisme sont certainement les plus nombreux, et contrairement à l’avis de Pierre Vidal-Naquet, ils relèvent de « l’extrême gauche socialiste ». On y trouve des pivertistes (de Charles Lancelle à Georges Suant), l’ancien kominternien Victor Fay, des vétérans trotskistes militant depuis longtemps à la SFIO (Pierre Rimbert, Paul Parisot, Maurice Laval administrateur de France-Observateur, ou Jean Rous). Ils côtoient d’autres militants qui se sont réclamés de la « gauche » du parti, les anciens députés Raymond Badiou, maire de Toulouse, Jean Charlot du Var, Antoine Mazier des Côtes-du-Nord, Louis Astre, syndicaliste enseignant, et des hommes et femmes du « centre » du parti, avec le secrétaire national Édouard Depreux ou des guesdistes de vieille tradition, comme Mireille Osmin et André Joublot. Les « dreyfusards », jaurésiens, blumistes et diverses personnalités se réclamant de l’humanisme, relèvent d’une autre tradition classée plus « à droite », avec Daniel Mayer, ancien secrétaire du parti clandestin, son adjoint de l’époque Robert Verdier, Alain Savary qui avec le précédent est secrétaire adjoint du PSA, le trésorier Maurice Klein, mais aussi Roger Priou-Valjean, Charles Lussy, le juriste André Hauriou, Jean Binot et d’autres. Un homme comme Oreste Rosenfeld, ancien bolchevik et marxiste convaincu, mais ami de Blum, fait le lien entre les deux groupes. André Philip est quelque peu inclassable, à la charnière lui aussi de plusieurs sensibilités, voire du tiers-mondisme.

22Le caractère politiquement et culturellement composite de ces milieux empêche de situer précisément le PSA sur un axe droite-gauche, par rapport à la SFIO. Les scissions précédentes étaient marquées par une plus grande cohérence idéologique. Elles se situaient vers la gauche du parti pour la scission du PSOP en 1938 ou celles de 1947 qui avaient vu la naissance de l’Action socialiste révolutionnaire (ASR) d’Yves Dechezelles et du Parti socialiste unitaire. Elles s’étaient produites sur la droite du parti le plus souvent dans l’entre-deux-guerres, avec notamment les scissions du Parti socialiste français en 1919 puis celle des néo-socialistes en 1933. Le PSA conjugue, lui, des sensibilités et des réseaux qui se sont souvent affrontés dans le passé, autour d’un noyau issu du cœur de l’appareil socialiste, bien représenté par Depreux, ancien membre de la CAP avant-guerre, responsable du parti clandestin dans la région parisienne durant l’Occupation, qui a été depuis 1944 membre du comité directeur, ministre et président du groupe parlementaire de la SFIO.

23Le ciment de la minorité dans la SFIO a été double : le réflexe contre la politique coloniale de Mollet-Lacoste, alors que la colonisation a toujours été un enjeu secondaire pour ce parti, et des questions plus consensuelles, telles que la liberté d’expression au sein du parti, la défense républicaine et le refus du gaullisme. Pour importantes que soient ces questions, elles ne permettent pas de fonder le nouveau parti sur un socle idéologique solide, cohérent et ce manque d’unité se révélera au PSU par delà la fin de la guerre d’Algérie et la stabilisation institutionnelle du nouveau régime.

Diversité sociologique et effets de générations

24La diversité du PSA ne se mesure pas seulement en termes politiques. Elle est aussi forte au plan de la sociologie et surtout en termes de générations politiques.

25Premier point remarquable, la présence - que l’on peut estimer d’après les échantillons connus, deux fois plus importante de femmes qu’à la SFIO, avec près d’un quart de militantes. Cette féminisation semble devoir être reliée à la forte présence dans le parti de véritables familles militantes. Sur ce plan, PSA et UGS ont une caractéristique commune, même si les traditions diffèrent, entre familles laïques dominantes et familles chrétiennes dominantes.

  • 20 Gilles Morin, op cit.
  • 21 Marc Sadoun, « Sociologie des militants et sociologie du parti, le cas de la SFIO sous Guy Mollet  (...)

26Il est difficile de dégager une image sociale cohérente du PSA20. Plus encore que la SFIO, il est le parti « de l’entre-deux » pour reprendre l’expression de Marc Sadoun21, mais les moyennes gomment des différences entre des milieux spécifiques et surtout entre son bastion de la Seine et le reste de la France. Dans la région parisienne, héritier de la SFIO, le jeune parti comme l’ancien reste très populaire. Mais l’éloignement de la SFIO se vérifie dans plusieurs domaines : moindre importance des ouvriers et des retraités, plus grand nombre d’employés et de cadres, d’étudiants et de femmes… Déjà partiellement éloigné de la SFIO, le PSA préfigure l’évolution qui mène au Parti socialiste des années 1970. En province, le PSA est aussi un parti de l’entre-deux, formé par des couches sociales moyennes dominées, avec une faible base ouvrière. Dans l’ensemble, il n’y a pas de rupture sociologique avec la SFIO et les éléments de continuité restent importants.

27En termes de générations, le PSA présente plus de spécificités. Comme la SFIO, il est un parti d’hommes mûrs, les trois quarts des adhérents ont plus de 35 ans et la moitié plus de 45 ans. Mais, par-delà cette apparente continuité, la moyenne cache deux caractéristiques : la forte présence de cadets et à l’opposé, une part non négligeable de vétérans.

  • 22 Lucien Sfez, op. cit.

28Les mouvements de Jeunesses et surtout d’Étudiants socialistes ont joué un rôle important dans la minorité, surtout dans la région parisienne. Un échantillon représentatif de militants de la fédération PSA de la Seine montre qu’un tiers d’entre eux a moins de 35 ans, la majorité moins de 40 ans ; soit ici une vraie différence positive par rapport à la SFIO. Ailleurs, comme dans la Haute-Garonne, la relative jeunesse du parti semble partiellement liée aux nouveaux adhérents22. Il n’en va pas de même dans les fédérations provinciales qui comptent dans le parti, comme les Côtes-du-Nord, les Ardennes ou le Finistère. Plus traditionnelle, la part des petits notables du monde rural est loin d’être négligeable. Par-delà l’aspect quantitatif, on insistera là encore sur la diversité et sur l’aspect qualitatif. On rencontre au PSA de jeunes hommes – parfois trentenaires comme Michel Rocard – qui ont joué un rôle important dans l’UNEF et qui en joueront plus tard un majeur dans le PSU et pour certains dans toutes les familles de l’extrême gauche, comme Emmanuel Terray, Alain Badiou, ou Jean-Jacques Marie. Pour autant, on hésitera à parler de génération unique car ces militants n’ont pas d’homogénéité politique, entre Étudiants et Jeunesses (ESA et JSA) notamment, mais aussi en terme de date d’engagement, entre ceux qui sont « nés en politique » à l’apogée de la guerre froide, comme Michel Rocard (né en 1930), et ceux qui se sont engagés contre la guerre d’Algérie, comme Jacques Pomonti (né en 1938), futur secrétaire général du Club Jean-Moulin. Aussi, peuvent être distinguées grossièrement, parmi les « jeunes » du PSA, quatre strates, qui ne se sont que partiellement fondues dans le parti.

29Le noyau d’anciens cadres des Étudiants socialistes, autour de Michel Rocard, Jacques Moreau (le futur président de la coopération) et Serge Hurtig, est premier. Engagés dès la fin des années 1940 ou au début des années 1950, ils ont été influencés, tout d’abord par le marxisme, par des hommes comme Victor Fay et les pivertistes, puis ont été tentés par le mendésisme (tout en étant nettement plus anticolonialistes et internationalistes), avant de se rapprocher d’Alain Savary et de Robert Verdier entre 1956 et 1960.

30Puis viennent les militants des Jeunesses et des Étudiants socialistes qui ont adhéré à la SFIO et milité immédiatement dans la minorité avant d’être des constructeurs du PSA. Ils sont plus « radicaux », dans le sens américain du terme, et pour beaucoup seront des cadres des mouvements « gauchistes », maoïstes (Alain Badiou, Emmanuel Terray), ou trotskistes (Jean-Jacques Marie à l’OCI, Jacques Kergoat à la LCR).

31Troisièmement, les jeunes mendésistes ont pour une part rejoint le PSA avec leur leader. Parmi eux Claude Nicolet et François Stasse.

32Enfin, des jeunes pour lesquels l’adhésion au PSA est le premier engagement, comme Jack Lang.

33La forte part de vétérans est une autre caractéristique du PSA. Ils mènent là leur dernier combat, raison fondamentale de leur engagement minoritaire, et le savent. On retrouve ici, une fraction de la vieille garde socialiste, avec des blumistes et le noyau pivertiste quasiment au complet, qui pousse à la scission afin de transmettre aux plus jeunes leurs « héritages ». Rosenfeld, l’homme clé de l’organisation de la minorité qui incite ses camarades parlementaires à se radicaliser, exprime clairement ce souhait dès la réunion de fondation du CSEAPA en janvier 1957. Georges Boris, Charles-André Julien, Édouard Depreux, Tanguy Prigent développent le même thème à divers moments et refusent de renoncer. Faut-il voir dans cet effet de génération la source d’une caractéristique du parti, le culte du passé, le regret d’un âge d’or quelque peu mythique et idéalisé du vieux socialisme ? Par exemple, la référence permanente au parti de « Blum-Jaurès-Guesde » est une simple transposition de « parti de Jaurès-Vaillant-Guesde » des années 1920, après la scission communiste. Cette nostalgie se retrouve jusque dans les statuts du PSA : la direction du parti est confiée à une CAP, comme avant 1940. Le nom du parti exprime aussi cette fidélité face à la direction mollétiste qui a « trahi » la vieille SFIO.

34Le PSA, en moins de deux ans, a constitué une organisation transitoire dont le rôle principal a été de devenir la principale composante à l’origine du PSU, à la fois numériquement et par le rayonnement de ses militants, cadres et élus. Fraction autonomisée du parti et de l’appareil de la SFIO, il n’en est pourtant pas une simple reproduction en mineur, car il possède des caractéristiques propres, notamment une proportion plus forte de jeunes et de femmes, et parce qu’il a su agréger des composantes exogènes, les mendésistes, des syndicalistes enseignants, etc. Même si son existence est liée à l’influence de réseaux socialistes qui ont poussé à la scission, dans la mesure où ses racines ouvrières, syndicales et coopératives sont limitées au monde enseignant pour l’essentiel, il ne peut être réduit à une composante « social-démocrate » – caractère déjà contestable et contesté pour la SFIO. De plus, il intègre en son sein d’autres références idéologiques que le réformisme, nombre de ses militants se réclamant de traditions révolutionnaires.

35De sorte que le PSA n’a pas de cohérence forte : à la différence des scissions passées, il est composite idéologiquement et sociologiquement, avec des générations militantes non brassées. La fusion avec l’UGS et Tribune du Communisme, précipitée par la volonté de Depreux, ne laisse pas aux anciens minoritaires socialistes et à ceux qui les ont rejoints le temps de renforcer leur cohésion, de dépasser leurs différences, et de se forger une culture d’organisation et une identité propres. Celle-ci s’est avérée trop superficielle pour que les hommes et femmes venus du PSA acquièrent une solidarité durable et constituent une composante majoritaire dans le futur PSU, voire au moins un facteur d’ordre lorsque celui-ci se divise dès 1963, et connaît l’échec et l’éclatement que l’on sait.

  • 23 581/AP/9, lettres de Georges Gontcharoff des 29 décembre 1969 et 5 janvier 1970.

36C’est peu dire que le PSU post-1968 n’avait plus grand-chose à voir avec le PSA et avec celui né moins de dix ans auparavant. Dans la direction nationale du parti élue au congrès de 1969, il ne demeurait qu’une poignée d’anciens du PSA, deux en vue, Michel Rocard et Henri Leclerc, et trois autres proches du secrétaire national issus de l’UNEF et des Étudiants socialistes. Et, si la mémoire des formations fondatrices perdure encore dans la nouvelle organisation, celle des fondateurs du PSA de deuxième rang s’est alors effacée. Ainsi, en vue des élections cantonales de 1970, une recherche est faite par des responsables nationaux du parti pour savoir qui sont les conseillers généraux que les statistiques officielles attribuent au PSU. Il est demandé par exemple aux secrétaires fédéraux de l’Aveyron, de la Haute-Savoie et de l’Eure de les éclairer sur des élus méconnus. Les animateurs de la campagne nationale ne savent pas que « le Rouquette » maire de Decazeville est l’héritier de Ramadier. Ni que « ce monsieur » Briffod dont on ne retrouve plus de trace au fichier, se trouve être un ancien député ayant pourtant siégé dans la direction nationale du parti huit ans auparavant. Ils ignorent encore que celui qu’ils désignent comme un « certain Forcinal », est un ancien député radical, mais surtout un ancien déporté et un véritable héros de la Résistance23. Cruelle amnésie collective et gâchis de compétences et de notoriété se mêlent.

37La trajectoire des responsables du PSA au PSU est double. D’une part, ce dernier a été l’ultime lieu d’affirmation pour une génération vieillie et vite disparue, celle, par exemple, d’Oreste Rosenfeld, Georges Boris ou des pivertistes. D’autre part, PSA et PSU ont été tous deux des formations de transition vers les mouvements gauchistes pour certains jeunes et vers le PS pour la plupart des anciens du PSA. Ainsi, avant de fournir ses principaux contingents au PSU, le rôle historique du PSA a probablement été d’offrir un lieu de repli transitoire pour un courant en rupture avec le mollétisme, mais non avec le socialisme.

Les matrices du PSU depuis la Libération

Les matrices du PSU depuis la Libération

Les matrices du PSU depuis la libération

Notes

1 Marc Heurgon, Histoire du PSU, Paris, La Découverte, 1994. Marc Heurgon fut l’un des fondateurs du PSU, venu lui de l’UGS, qui s’en fit un historien engagé.

2 Cette thèse fut reprise par Gilles Pudlowski, dans Jean Poperen et l’UGCS, Paris, Saint-Germain-des-Prés, 1975.

3 Roger Quilliot, La SFIO et l’exercice du pouvoir, 1944-1958, Paris, Fayard, 1972, p. 501. Mais là encore, la filiation entre les deux crises est discutable. Notons que les « nationalistes » du parti de 1954, comme Max Lejeune et Robert Lacoste, furent au contraire à la pointe de la majorité dans l’affaire algérienne et que des « cédistes » convaincus comme André Philip ont été à la pointe du combat minoritaire. On trouvera des notices correspondants à tous les noms cités dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier, mouvement social (Maitron).

4 Ibid., p. 739.

5 Voir Gilles Morin, L’Opposition socialiste à la guerre d’Algérie et le Parti socialiste autonome, un courant politique de la SFIO au PSU (1954-1960), thèse d’histoire, université de Paris 1, 1992.

6 Pour s’en tenir aux parlementaires, citons Camille Titeux, membre actif du Comité socialiste d’études et d’action pour la paix en Algérie, Émile Aubert, Pierre Bloch, Jean Bouhey, Pierre Doutrelot et Pierre-Olivier Lapie. Ce dernier, comme Juskiewienski du Lot, se ralliant au gaullisme.

7 Citons encore Pierre Mazuez, ancien député de la Saône-et-Loire, et pour ceux qui ont adhéré au PSA dès 1958, Pierre Lamarque, secrétaire fédéral de la Haute-Marne.

8 C’est en large partie parmi ces seize anciens membres du comité directeur de la SFIO que sont recrutés les dirigeants du PSA : Badiou, Charlot, Depreux, Mayer, Osmin, Rimbert, Rosenfeld, Rous, Verdier appartiennent à la CAP élue à Montrouge, Lancelle à la CAP provisoire désignée en septembre 1958, Tanguy Prigent à la direction élue par le congrès de fusion. Le CD de la SFIO a compté 103 élus entre 1944 et 1958 dont 8 sont décédés et 8 autres ont démissionné sans rallier le PSA (Élie Bloncourt, Yves Dechezelles, Andrée Marty-Capgras, Paul Rivet et Léopold Senghor avant la formation du PSA, Vincent Auriol, Félix Gouin et Marcel Edmond Naegelen peu après celle-ci).

9 Plus deux anciens parlementaires de la Nièvre d’avant 1940, Arsène Fié et Henri Gamard.

10 Édouard Depreux, Charles Lancelle et Mireille Osmin ont été secrétaires fédéraux de la Seine, Arbeltier, de la Seine-et-Marne, Mazier des Côtes-du-Nord, Charlot du Var, Astre, Humblot, Rous ont été fédéraux-adjoints…

11 Lucien Sfez, pour un travail universitaire, avait envoyé un questionnaire auquel seules trois fédérations du PSA avaient répondu. Apparaissait une forte proportion d’adhérents n’ayant jamais appartenu à un parti politique auparavant : 160 sur 355 en Haute-Garonne, 63 sur 106 en Seine-et-Marne, près du tiers dans les Ardennes. Lucien Sfez, Les Idées constitutionnelles des socialistes français de 1945 à 1962, DESS de sciences politiques, faculté de droit et des sciences économiques de Paris, 1962.

12 Les prises de carte de la fin 1959 sont connues, mais ne donnent pas d’informations probantes. D’une part, adhérent en même temps que Mendès France en octobre 1959 une dizaine d’anciens parlementaires socialistes et leurs proches, d’autre part, le processus d’adhésion, avec accord nécessaire des sections, étale les adhésions sur plusieurs mois.

13 Cartel électoral composé dans l’été 1958 des opposants hostiles à la Ve République, l’UFD affirme la permanence d’une identité de gauche en dehors du PCF. Elle fédère des organisations, l’UGS et l’UDSR de Mitterrand, et des courants minoritaires dans leurs partis (les minoritaires socialistes, les radicaux mendésistes), ainsi que des intellectuels comme Henri Laugier, Francis Perrin, Laurent Schwartz et le doyen Albert Chatelet. Elle bénéficie du soutien de la Ligue des droits de l’homme, qui abrite ses réunions dans ses locaux rue Jean Dolent. Le Cartel parraine des candidatures aux élections législatives de novembre 1958, celle de Chatelet à la présidence de la République en décembre 1958 et aux municipales et sénatoriales de 1959.

14 Bruno David, Récurrences et figures de l’autonomie ouvrière. Histoire sociale du Pivertisme, thèse EHESS, 1996. Si l’on peut discuter sa thèse selon laquelle la fondation du PSOP est le fruit de la dynamique d’une partie des minorités révolutionnaires plus que l’expression de la radicalisation de secteurs de la SFIO, il a mis en relief, par une analyse prosopographique et politique, l’importance de cet apport militant extérieur à la SFIO.

15 Dans les neuf premières fédérations (Seine, Seine-et-Oise, Côtes-du-Nord, Haute-Garonne, Ardennes, Gard, Haute-Savoie, Isère, Aude), la minorité obtenait au moins dix mandats en septembre 1958 pour le 50e congrès de la SFIO et la permanence des équipes est incontestable. Dans les quatre autres fédérations (Oise, Rhône, Seine-Maritime, Seine-et-Marne) dépassant les cent adhérents, l’implantation du jeune parti est aussi liée essentiellement à l’influence de la minorité qui disposait d’une base locale plus modeste, mais solide, passée au PSA.

16 Le cas de la fédération de la Seine-et-Oise est original : les adhérents du PSA sont relativement nombreux alors que l’influence de la minorité était modeste, et cela en l’absence de leader minoritaire connu dans la fédération. Il y a plusieurs raisons à cela nous semble-t-il mais, ce succès semble surtout être lié à la présence d’une équipe de jeunes minoritaires dynamiques.

17 Charente-Maritime, Calvados (l’adhésion de Margueritte en octobre 1959 rassemble tous les minoritaires), l’Aveyron (docteur Granier), les Vosges (où le mauvais résultat de la minorité en 1958 était à relier à l’exclusion de Poirot en décembre 1957), le Cher (Coffin et la section de Bourges).

18 Voir infra la contribution de François Prigent.

19 Pierre Vidal-Naquet, « Une fidélité têtue, la résistance française à la guerre d’Algérie », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1986-1, p. 3-18.

20 Gilles Morin, op cit.

21 Marc Sadoun, « Sociologie des militants et sociologie du parti, le cas de la SFIO sous Guy Mollet », RFSP, juin 1988, p. 348-369.

22 Lucien Sfez, op. cit.

23 581/AP/9, lettres de Georges Gontcharoff des 29 décembre 1969 et 5 janvier 1970.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search