Version classiqueVersion mobile

Les territoires du politique

 | 
Jean Garrigues
, 
Bernard Lachaise
, 
Gilles Richard

Troisième partie. Le social et le politique

Quelques réflexions sur la question des classes moyennes et ses retombées politiques

Serge Berstein

Texte intégral

1Dans la riche production historiographique que constitue l’œuvre de Sylvie Guillaume, ses recherches sur les classes moyennes et la politique occupent une place à part. Celle-ci tient au fait que la question illustre de manière spectaculaire le poids écrasant des idées reçues sur la production historique d’une époque donnée et la nécessité pour l’historien de s’en affranchir s’il entend rendre compte avec honnêteté de ce que lui apprennent les archives sur la vision de la réalité sociale de l’époque qu’il étudie et éviter l’anachronisme consistant à lire le passé à travers le prisme des grilles de lecture contemporaine.

  • 1 Pierre Guillaume (dir.), Regards sur les classes moyennes XIXe-XXe siècles. La professionnalisatio (...)
  • 2 Sylvie Guillaume, Antoine Pinay ou la confiance en politique, Paris, Presses de la Fondation natio (...)
  • 3 Sylvie Guillaume, Le petit et moyen patronat dans la nation française de Pinay à Raffarin (1944-20 (...)
  • 4 Sylvie Guillaume, Les classes moyennes au cœur du politique sous la IVe République, Talence, Éditi (...)
  • 5 La parution en 1983 par les Presses de la Fondation nationale des Sciences Politiques sous la dire (...)

2Dans ce segment de ses recherches, il est certes impossible de dissocier les recherches de Sylvie Guillaume de celles réalisées, dans une perspective internationale, sous la direction de Pierre Guillaume, dans le cadre de l’équipe de recherche en histoire contemporaine de l’université Michel de Montaigne-Bordeaux-III1. Mais, dans ce cadre général, l’apport des travaux de Sylvie Guillaume est bien spécifique et centré sur le cas particulier de la France. À partir de sa thèse sur Antoine Pinay, petit industriel et homme politique du centre-droit2, il se déploie en effet selon un axe double, celui des données économiques et sociales3 et celui de la place des classes moyennes en politique4. Apport d’autant plus important à la recherche historique qu’il apparaît comme une nouveauté dans un paysage historiographique qui entendait ignorer le problème et jugeait même malséant de l’évoquer jusque dans les années 19805.

3Comment rendre compte de ce paradoxe étonnant d’une volonté délibérée de spécialistes des sciences humaines d’ignorer une réalité qui constitue une donnée majeure de la société française depuis le XIXe siècle ?

Taxinomie et réalité sociale

4Tous les historiens conduits à travailler sur la société française des XIXe et XXe siècles n’ont pu que constater l’extraordinaire complexité de sa composition sociale comme des évolutions qu’elle connaît au cours du XXe siècle, et plus précisément après la Seconde Guerre mondiale. Il est évident que cette complexité résulte d’une convergence de paramètres difficiles à cerner dans leur totalité puisqu’on y trouve pêle-mêle des causes techniques, économiques, culturelles, que la conjoncture d’un moment s’y combine avec des structures en perpétuel changement pour rendre malaisée une lecture exacte et signifiante de cette diversité. Aussi est-il nécessaire au chercheur d’opérer un classement, nécessairement réducteur, pour tenter d’analyser une réalité aussi difficile à cerner et en comprendre le sens. Mais il est essentiel de prendre conscience que ce classement constitue une commodité et de ne pas le confondre avec la réalité étudiée.

5La longue prégnance de l’idéologie marxiste dans le monde intellectuel français au cours du XXe siècle permet, précisément à propos de l’analyse des classes moyennes, d’illustrer les dangers du phénomène signalé. En considérant que le seul clivage significatif des sociétés tenait au rapport de leurs membres à la propriété des moyens de production, les marxistes mettaient en évidence un facteur certes important des clivages sociaux, mais en décidant qu’il était la clé universelle d’explication des structures sociales, ils aboutissaient à donner une image incomplète, voire fausse, de la réalité sociale. À partir du moment où se trouvait surimposée de manière dogmatique sur la complexité sociale une grille de lecture la réduisant à l’affrontement séculaire entre deux classes antagonistes, la bourgeoisie et le prolétariat, cette grille abolissait tout ce qui ne rentrait pas dans les deux cases préétablies et réifiait celles-ci. En d’autres termes, la réponse au problème de la structure de la société était déjà incluse dans l’instrument taxinomique utilisé pour l’analyser.

6Or comment prétendre fonder une analyse sur l’étude scientifique de la société et ignorer une de ses composantes essentielles, celle des classes moyennes ? Car, pour l’observateur impartial de la réalité sociale, il apparaît clairement que les mutations économiques et sociales de la seconde moitié du XIXe siècle et de la première moitié du XXe siècle n’ont pas eu pour seul résultat de faire de la bourgeoisie le groupe social dominant et de provoquer une expansion spectaculaire du monde ouvrier, mais qu’elles ont multiplié les catégories intermédiaires de petits et moyens indépendants mais aussi de salariés de niveaux divers, depuis le petit employé jusqu’au cadre d’entreprise ou à l’ingénieur.

  • 6 Maurice Duverger (dir.), Partis politiques et classes sociales en France, Paris, Presses de la Fon (...)

7L’argumentation selon laquelle, parce qu’ils ne sont pas propriétaires des grands moyens de production, ces groupes constitueraient des éléments déclassés en voie de prolétarisation (les indépendants) ou des prolétaires qui s’ignoreraient (les salariés) n’apparaît guère convaincante dans la mesure où elle impliquerait de la part de l’observateur extérieur, examinant une situation a posteriori, une expertise et une lucidité qui manqueraient aux individus concernés dans leur vécu quotidien. Il est vrai que l’imparable réponse sur « l’illusion idéologique » constitue un argument d’autorité efficace. Dans ces conditions, la période des années 1950-1980, qui est celle du marxisme dominant, règle d’un coup de plume prolétarien le problème des classes moyennes dans lesquelles Maurice Duverger voit un mythe permettant de dissimuler les grandes entreprises capitalistes derrière le visage rassurant des petites entreprises familiales et de lier ces dernières aux cadres salariés6. Non moins catégorique, Luc Boltanski affirme, au moment même où se trouve remise en cause par les intellectuels français la domination exclusive des analyses marxistes :

  • 7 Luc Boltanski, Les cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Éditions de Minuit, 1982.

« sachant que le rassemblement des classes moyennes est une arme contre le mouvement ouvrier, on comprend l’acharnement avec lequel est débattue la question du poids relatif des classes moyennes […]. Le dénombrement des classes moyennes constitue en effet un enjeu majeur de la lutte idéologique entre les classes7 ».

8Il faut enfin ajouter que, dans ces années d’après-guerre, l’idée généralement répandue qu’en Italie et en Allemagne, les classes moyennes ont fait le lit du fascisme et du nazisme par crainte de la prolétarisation, contribue très largement à discréditer l’idée même de classe moyenne et à rendre suspects d’attentat contre une classe ouvrière sanctifiée ceux qui s’aviseraient de l’évoquer.

9Et, pour ajouter à la difficulté d’aborder la question, il faut évoquer la quasi-impossibilité de définir avec quelque précision l’objet « classes moyennes », laquelle a largement contribué à jeter le doute sur leur réalité.

Comment appréhender les classes moyennes ?

10Il en va des classes moyennes comme de l’ensemble des autres catégories sociales. Dès qu’on examine de manière précise les groupes qui les constituent, la belle homogénéité qui préside aux analyses sociologiques disparaît pour laisser place à un puzzle de situations différentes entre lesquelles il est souvent difficile d’établir un lien concret, des situations communes, des aspirations partagées. La remarque s’applique certes aux classes moyennes, mais elle vaut pour la classe ouvrière » comme pour la bourgeoisie, définies l’une et l’autre par des critères économiques abstraits plus que par des traits communs concrets.

11Le problème posé par ces difficultés d’approche est double. D’une part, elles rendent malaisée une définition précise et donnent le sentiment qu’on est en présence d’une nébuleuse constituée de groupes hétérogènes, arbitrairement rassemblés pour faire nombre (et on a vu qu’il s’agissait là de l’argument majeur des marxistes). D’autre part, elles posent à l’historien un problème difficile, celui de découvrir les sources fiables permettant de conduire une recherche sur le sujet, dès lors que n’existent pas d’organisation représentative susceptible de parler au nom de l’ensemble des classes moyennes.

  • 8 Pierre Guillaume, La professionnalisation des classes moyennes, op. cit.
  • 9 Sylvie Guillaume, La Confédération générale des petites et moyennes entreprises, un autre syndicat (...)

12Dès lors, l’approche la plus commode consiste à tenter de juxtaposer les études sur la professionnalisation des classes moyennes à travers les organisations professionnelles dont chacune exprime une parcelle de la réalité vécue et dont la réunion permet d’appréhender dans une certaine mesure une part de leurs problèmes, de leurs aspirations, de leur vision du monde. C’est probablement à Pierre Guillaume qu’on doit la tentative la plus aboutie à cet égard8. Mais le fait d’étudier séparément des groupes professionnels solidement constitués ne nous dit rien sur une éventuelle solidarité entre leurs membres qui les ferait se considérer les uns et les autres comme membres des classes moyennes. En étudiant une des organisations représentatives des classes moyennes, la Confédération générale des petites et moyennes entreprises (CGPME), Sylvie Guillaume a franchi une étape supplémentaire9, mais qui se limite aux classes moyennes indépendantes et ne nous permet pas d’y agréger le monde des employés, cadres d’entreprise, fonctionnaires, etc.

  • 10 Cette organisation est étudiée dans la thèse de Marie-Hélène Olivier, sous la direction de Pierre (...)

13Quant aux groupes à visée plus globale, la Confédération générale des classes moyennes, créée par les radicaux en 1937 dans le cadre de leur opposition à la politique sociale du Front Populaire, ou le Comité national des classes moyennes fondé par Roger Millot10, leur représentativité reste à démontrer.

14Malaisé à cerner, sauf par une approche professionnelle qui ne permet d’aboutir qu’à des conclusions partielles, le monde des classes moyennes est encore plus difficile à définir. Cette nébuleuse de groupes intermédiaires comprend un kaléidoscope d’activités professionnelles diverses depuis la masse des petits commerçants, industriels, artisans, propriétaires exploitants agricoles, de travailleurs indépendants, de membres des professions libérales jusqu’aux employés et fonctionnaires. La diversité se retrouve au niveau de leur statut social puisque les petits et moyens propriétaires côtoient les salariés. Il n’est pas davantage possible de fixer un niveau de revenus à partir duquel on serait membre des classes moyennes et une frontière supérieure qu’on franchirait pour être considéré comme bourgeois. Les employés de bureau sont fréquemment moins rémunérés que les ouvriers qualifiés et tel avocat ou médecin de province dispose d’une aisance qui ne permet guère de le distinguer de la bourgeoisie. À dire vrai, la définition économique paraît inapte à caractériser les classes moyennes comme l’appartenance professionnelle semble insuffisante pour rendre compte de leur identité.

  • 11 On peut ici se référer à l’excellent ouvrage de Jean Ruhlman, Ni bourgeois ni prolétaires, La défe (...)
  • 12 Serge Berstein, « Les classes moyennes devant l’histoire », Vingtième siècle, revue d’histoire, no(...)

15Dès lors faut-il renoncer à appréhender un objet qui paraît se dérober à toute analyse approfondie, à toute définition trop précise et dont, de surcroît, l’étude suscite le soupçon d’intellectuels engagés ? Deux données majeures s’y opposent. En premier lieu, le fait qu’il est impossible à l’historien de tenir pour nulles les affirmations répétées, issues des sources historiques, qui témoignent d’une conscience d’appartenance aux classes moyennes de multiples acteurs de l’histoire11. En second lieu parce que l’évaluation numérique des groupes concernés révèle qu’on est en présence d’une masse considérable qui représenterait peu ou prou la moitié de la population française au cours du XXe siècle. Sans doute, rappelons-le encore une fois, cet ensemble est hétérogène et il serait erroné de le doter artificiellement de l’unité qui lui manque. De surcroît, il a considérablement évolué au cours du XXe siècle. Alors qu’au début du siècle la classe moyenne indépendante représentait quelque 42 % de la population active de la France, sa part tombe à 15 % vers 1975. Mais on assiste en revanche à la croissance de la classe moyenne salariée qui passe de 7 % de la population active en 1906 à 37 % en 1975. À ce stade d’importance numérique, la volonté d’ignorance des classes moyennes n’est plus tenable, sauf à donner une image faussée de la société française12.

16Si on a insisté jusqu’ici sur l’hétérogénéité professionnelle et sociale des groupes constituant les classes moyennes, il est désormais temps de s’interroger sur ce qui constitue leur identité. De quoi est faite cette conscience de classe moyenne qui justifie l’intérêt de son étude pour l’historien ? En premier lieu d’une conception de la société à peu près totalement opposée à la société duale telle que la conçoivent les marxistes à partir des classes antagonistes du prolétariat et de la bourgeoisie. Les membres des classes moyennes se représentent la société, en concordance avec les principes républicains, comme un ensemble fluide où chacun peut, en vertu de ses efforts, de son travail, de ses mérites, accéder à l’échelon supérieur, améliorer son sort, promettre à ses enfants un avenir meilleur. Et les membres de la classe moyenne considèrent qu’ils ont franchi les premières étapes de cette promotion sociale, qu’ils ont quitté les rangs des plus démunis et acquis un patrimoine qui leur permet d’envisager l’avenir avec plus de sérénité. La notion de patrimoine est évidemment fondamentale pour comprendre l’identité des classes moyennes. Celui-ci peut être, surtout au début du XXe siècle, une propriété, celle de la terre dans le monde rural, de la boutique ou de l’échoppe dans le monde commercial ou artisanal, d’une petite ou moyenne entreprise industrielle, mais il peut aussi revêtir l’aspect d’une compétence professionnelle attestée par un diplôme (et c’est pourquoi l’école et l’acquisition des diplômes constituent (au moins jusqu’à la fin du XXe siècle) le moteur essentiel de la promotion sociale.

17À ce stade, le désir de la classe moyenne de s’agréger aux groupes dominants de la société française se marque par la volonté d’imitation du mode de vie de celles-ci. Durant la première moitié du XXe siècle, l’habitation, le vêtement, l’éducation des enfants tentent de se rapprocher autant qu’il est possible des comportements bourgeois. Dans la seconde moitié du siècle, le modèle social a changé. Plus que le patrimoine immobilier, c’est le revenu qui fonde désormais la considération sociale et l’archétype à imiter est celui du cadre supérieur de l’entreprise privée avec son costume trois-pièces, son attaché-case, sa voiture du dernier modèle et sa résidence secondaire.

18Toutefois, il est évident que les classes moyennes sont parfaitement conscientes de la fragilité de l’ascension qu’elles ont entamée et du fait que le début de promotion sociale qu’elles ont acquis peut se trouver remis en question par une modification de la conjoncture économique, une crise soudaine ou les retombées de décisions politiques défavorables. Et c’est pourquoi elles attendent de l’État qu’il garantisse les avancées qu’elles ont réussi à obtenir, qu’il les protège contre les coups du sort, qu’il établisse une législation favorisant de nouveaux progrès et permettant la poursuite de la promotion sociale.

  • 13 Sylvie Guillaume, Les classes moyennes au cœur du politique…, op. cit.

19Par là, et comme l’avait bien vu Sylvie Guillaume, par exemple pour la IVe République13, la question des classes moyennes constitue l’une des clés de lecture les plus heuristiques de l’histoire politique de la France de la fin du XIXe siècle au début du XXIe siècle, à la fois en raison de leur importance numérique (bien que celle-ci ait toujours été largement sous-évaluée du fait de l’hétérogénéité de leur composition) et de leur extrême sensibilité aux décisions gouvernementales.

Classes moyennes et politique

20La fin du XIXe siècle constitue la grande époque de l’expansion des classes moyennes dans la société française à la fois du fait des retombées de la deuxième révolution industrielle sur la société française et de la concordance des aspirations de ses membres avec le modèle républicain institué à partir des années 1880 et surtout 1900. En mettant en place un modèle social fondé sur l’extension de la petite propriété, en envisageant une démocratie de citoyens maîtres de leurs instruments de travail, en imaginant un avenir qui verrait l’abolition du salariat, la République allait au-devant d’un idéal social hérité d’un passé révolutionnaire idéalisé. Mais surtout, en choisissant la méthode progressive de l’opportunisme telle que l’avaient conçue Jules Ferry et Léon Gambetta, plutôt que le bouleversement prôné par le radicalisme, les dirigeants républicains avaient su rassurer le monde des classes moyennes, attaché à la paix sociale, et promouvoir une législation répondant à ses souhaits et favorisant l’acquisition de la propriété. La grande crainte des classes moyennes est alors la menace pesant sur la petite propriété du fait de la concentration capitaliste. Et c’est pourquoi elles s’abritent derrière la protection de l’État républicain et se situent clairement à gauche de l’échiquier politique. Des années 1880 aux années 1930, les classes moyennes constituent ainsi l’assise sociale de la IIIe République.

  • 14 Serge Berstein, Léon Blum, Paris, Fayard, 2006.

21Sans doute existe-t-il à leurs yeux une autre menace, celle provenant des milieux socialistes qui préconisent la transformation du régime social de la propriété par la suppression de la propriété privée et le passage à la propriété collective. Mais pendant longtemps, même si le socialisme progresse dans les régions ouvrières, il reste très minoritaire et ses projets, d’ailleurs combattus par le pouvoir républicain, apparaissent comme une utopie sans conséquence. Les choses changent au cours des années 1930 avec la montée en puissance du socialisme dans le monde politique. L’arrivée au pouvoir en 1936 du socialiste Léon Blum qui se déclare marxiste, va représenter un motif d’alarme pour le monde des classes moyennes indépendantes, encore majoritaires à l’époque. Le nouveau président du Conseil considère que sa mission prioritaire est avant tout de résoudre la crise économique qui atteint alors la France par l’augmentation du pouvoir d’achat des salariés et, avant tout, du monde ouvrier. Si sa sollicitude s’étend aux paysans pour lesquels il conçoit l’Office du blé, il n’accorde pas d’attention particulière aux autres catégories des classes moyennes. À cela deux raisons majeures. La première tient à sa fidélité aux conceptions marxistes qui dominent la direction du parti socialiste SFIO. Les classes moyennes lui apparaissent comme un ensemble de catégories résiduelles, condamnées par l’évolution historique décrite par Marx à une disparition prochaine et destinées à se fondre dans le prolétariat. Dès lors, il n’appartient pas à un gouvernement conduit par les socialistes de contrecarrer le mouvement de l’histoire en prolongeant artificiellement l’existence des « déclassés ». Aussi, sauf quelques mesures ponctuelles, le président du Conseil, laissera-t-il sans compensation pour le petit patronat les retombées des lois sociales de l’été 1936 (hausse des salaires, quarante heures, congés payés) qui aboutiront à une hausse de 30 % des coûts salariaux, acculant ainsi à la faillite un nombre important de petites et moyennes entreprises. Mais il existe une seconde raison expliquant la politique de Léon Blum vis-à-vis de cette catégorie sociale : la polémique qui l’oppose en 1933 à Marcel Déat sur le problème des classes moyennes. Conscient qu’en se faisant le porte-parole exclusif de la classe ouvrière, le parti socialiste se condamne à demeurer minoritaire au sein de la société française, Marcel Déat, sociologue de profession, préconise une alliance avec les classes moyennes, victimes elles aussi de la crise du capitalisme. Proposition que Léon Blum rejette farouchement, refusant que le parti socialiste, parti de classe, devienne un parti de « déclassés » et trahisse ainsi son identité. On sait que la polémique aboutit à l’exclusion de la SFIO des « néo-socialistes », partisans de la révision du marxisme et de la participation au pouvoir bourgeois. Comment Léon Blum pourrait-il se déjuger en appliquant au pouvoir des idées qu’il avait aussi fermement condamnées peu d’années auparavant14 ?

  • 15 Serge Berstein, Histoire du parti radical, vol. 2, Crise du radicalisme, Paris, Presses de la Fond (...)

22Les conséquences de l’épisode ont été capitales pour le comportement politique des classes moyennes. Celles-ci, encouragées il est vrai par l’opposition de droite et une partie des radicaux opposés au Front populaire qui leur propose une lecture apocalyptique de la politique de Léon Blum, voient bientôt dans celle-ci les prémisses d’une révolution rampante destinée à poser les bases de l’expropriation de la propriété privée. La collectivisation prendrait ainsi les formes de l’expropriation violente par les occupations d’entreprises et de fermes, à l’occasion des interminables grèves de la période, ou de l’expropriation légale par les lois sociales conduisant à la faillite les entreprises écrasées de charges. Le résultat immédiat en sera l’opposition farouche des classes moyennes indépendantes au Front Populaire, entraînant la prise de distance du parti radical par rapport à la majorité de 1936 et la dislocation progressive de celle-ci15. À plus long terme, la période du Front Populaire fait désormais considérer aux classes moyennes indépendantes que le danger principal se situe à gauche, dans les projets marxistes du parti socialiste SFIO et du parti communiste, rejetant vers les partis du centre-droit la grande majorité de leurs membres.

23Ce tournant fondamental s’avère durable. Durant la IVe République, ce sont bien les partis du centre et de la droite, du parti radical au Centre national des Indépendants en passant par le RPF qui se font les porte-parole du monde des classes moyennes indépendantes et il en ira de même sous la Ve République. Mais en même temps, les évolutions économiques entraînent une considérable diminution numérique des petits et moyens propriétaires-travailleurs urbains et ruraux, et c’est davantage par des poussées de révolte sommaire que se manifeste l’agonie d’un univers en voie de disparition. Les mouvements conduits par Pierre Poujade sous la IVe République, Gérard Nicoud sous la Ve, ressortissent moins du politique que du désespoir et du populisme.

24Pour autant, la substitution d’une classe moyenne salariée à une classe moyenne indépendante en voie de disparition ne change pas fondamentalement la nature du problème. La difficulté d’individualiser clairement au sein d’un salariat généralisé les seuils à partir desquels il est possible de déterminer une position de classe moyenne éminemment floue, l’importance numérique d’un groupe sans doute majoritaire dans la population, mais de composition hétérogène, les graves conséquences de politiques qui peuvent aisément léser des groupes toujours fragiles, pèsent de manière déterminante sur la société française du début du XXIe siècle comme sur la vie politique. Et ce poids est particulièrement lourd en raison de la distorsion entre l’importance capitale de catégories malaisées à cerner et les cultures politiques de droite et de gauche, qui font l’élection et qui puisent leur clientèle la plus stable dans le monde de la grande entreprise d’une part, dans la classe ouvrière de l’autre.

Notes

1 Pierre Guillaume (dir.), Regards sur les classes moyennes XIXe-XXe siècles. La professionnalisation des classes moyennes. Histoire et historiographie des classes moyennes dans les sociétés développées, Talence, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, respectivement 1995, 1996, 1998.

2 Sylvie Guillaume, Antoine Pinay ou la confiance en politique, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences Politiques, 1984.

3 Sylvie Guillaume, Le petit et moyen patronat dans la nation française de Pinay à Raffarin (1944-2004), Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 2004.

4 Sylvie Guillaume, Les classes moyennes au cœur du politique sous la IVe République, Talence, Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine, 1997.

5 La parution en 1983 par les Presses de la Fondation nationale des Sciences Politiques sous la direction de Georges Lavau, Gérard Grunberg et Nonna Mayer de l’ouvrage L’Univers politique des classes moyennes à partir d’une Table ronde organisée par l’Association française de Science politique en 1980, fait figure en ce domaine d’élément fondateur.

6 Maurice Duverger (dir.), Partis politiques et classes sociales en France, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences Politiques, 1955.

7 Luc Boltanski, Les cadres. La formation d’un groupe social, Paris, Éditions de Minuit, 1982.

8 Pierre Guillaume, La professionnalisation des classes moyennes, op. cit.

9 Sylvie Guillaume, La Confédération générale des petites et moyennes entreprises, un autre syndicat patronal, 1944-1978, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, 1987.

10 Cette organisation est étudiée dans la thèse de Marie-Hélène Olivier, sous la direction de Pierre Lévêque, Roger Millot 1909-1973 et l’avènement des classes moyennes, Dijon, 1995.

11 On peut ici se référer à l’excellent ouvrage de Jean Ruhlman, Ni bourgeois ni prolétaires, La défense des classes moyennes en France au XXe siècle, Paris, Le Seuil, (L’Univers historique), 2001.

12 Serge Berstein, « Les classes moyennes devant l’histoire », Vingtième siècle, revue d’histoire, no 37, janvier-mars 1993.

13 Sylvie Guillaume, Les classes moyennes au cœur du politique…, op. cit.

14 Serge Berstein, Léon Blum, Paris, Fayard, 2006.

15 Serge Berstein, Histoire du parti radical, vol. 2, Crise du radicalisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences Politiques, 1982.

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search