Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les territoires du politique

 | 
Jean Garrigues
, 
Bernard Lachaise
, 
Gilles Richard

Première partie. Figures et parcours

Charles de Gaulle, historien moderniste

Michel Figeac

Texte intégral

  • 1 Cité par A. Larcan, De Gaulle inventaire. La culture, l’esprit, la foi, Paris, Bartillat, 2003, p. (...)

« Retenez cette leçon, l’Histoire n’enseigne pas le fatalisme, il y a des heures où la volonté de quelques hommes brise le déterminisme et ouvre de nouvelles voies. Quand vous déplorerez le mal présent et que vous craindrez le pire, on vous dira : ce sont les lois de l’histoire, ainsi le veut l’évolution ; on vous l’expliquera savamment ; redressez-vous, messieurs, contre cette savante lâcheté1. »

  • 2 A. Larcan, op. cit., p. 615.
  • 3 Ch. de Gaulle, Lettres, notes et carnets, Paris, Plon, p. 474.
  • 4 Sylvie Guillaume fut en effet recrutée à l’université en 1975 comme assistante en histoire moderne

1C’est avec ces mots quelque part prémonitoires que le jeune capitaine de Gaulle affirmait en 1921 à ses élèves saint-cyriens, son refus du fatalisme et de tout déterminisme historique. Cette croyance dans la capacité des hommes à infléchir le destin, mettait l’histoire au cœur des événements et il ne faut pas oublier que l’auteur de l’Appel du 18 juin s’appuyait sur une véritable réflexion puisée dans une excellente connaissance de l’histoire de France. « L’idée centrale du gaullisme était bien que l’histoire était au centre des événements », affirme à ce sujet Alain Larcan2. Professeur adjoint d’histoire à Saint-Cyr, de Gaulle a laissé des leçons entièrement rédigées sur les grandes campagnes de la Révolution et du XIXe siècle, mais c’est surtout dans ses essais majeurs de l’entre-deux-guerres que l’on voit poindre l’historien. Le fil de l’épée, Vers l’armée de métier tiraient les leçons de l’histoire, mais c’est surtout dans La France et son armée qu’il entend « considérer mille ans d’Histoire de France, dégager l’esprit et la figure de notre armée, telles que l’ont façonnée aux différentes époques, le tempérament national, le caractère du temps, la politique de l’État3 ». C’est dans ces pages que Charles de Gaulle se livre à un vaste panorama de l’histoire de l’armée française, révélant par là même une bonne maîtrise des réalités de la France d’Ancien Régime et de la Révolution. C’est à la lecture de ces pages que se consacrera l’historien moderniste pour les restituer dans l’évolution de l’historiographie. Sans oublier jamais que Sylvie Guillaume fut d’abord historienne des Temps modernes4, avant de consacrer sa carrière aux contemporains de Charles de Gaulle.

Une vision de l’Ancien Régime au travers de son histoire militaire

2Dans le cadre d’un exposé diachronique rigoureux, on découvre un rappel des événements politiques nécessaires à la compréhension des guerres, ce qui permet de préciser en creux la lecture que De Gaulle se faisait de l’évolution de l’Ancien Régime.

La Renaissance ou les prolégomènes de l’époque classique

3Dans l’esprit de De Gaulle, la Renaissance fut une époque intermédiaire qui annonçait le siècle suivant et jetait les bases d’un renouveau. Dans son découpage, ne l’a-t-il pas intégré dans le chapitre sur Les origines avec la période médiévale et non dans celui intitulé Ancien Régime ?

  • 5 Charles de Gaulle, La France et son armée, Plon, 1938, rééd. Genève, Édito-Service, 1972, p. 48.

« Dans l’ordre guerrier, comme dans les autres, la Renaissance a préparé l’époque classique. Si l’instrument militaire n’a pas encore atteint la perfection qu‘il offrira plus tard au génie de Gustave-Adolphe, puis au talent de Turenne, enfin à l’art de Frédéric, du moins contenait-il déjà les germes des futurs chefs-d’oeuvre5. »

  • 6 Ibid., p. 42-43.
  • 7 François de la Noue, Discours politiques et militaires, Genève, Droz et Paris, Minard, 1967, p. 23 (...)

4Son évocation des grands capitaines Bayard, Blaise de Monluc ou François de La Noue est ici tout à fait significative d’une phase de transition6. Le héros des guerres d’Italie est effectivement le dernier modèle du preux chevalier. Tenu d’être loyal et soumis aux règles de l’honneur, il avait obligation à secourir les pauvres pour se conformer à la mission que Dieu avait confiée aux nobles. Au moment où il part vers l’Italie, Blaise de Monluc est encore enivré de cet idéal, mais il l’oublie quand il massacre sur les sentiers de Guyenne au temps des Guerres de Religion et le protestant François de La Noue note avec nostalgie que ces valeurs remontaient alors au « temps de nos grands-pères7 ». L’évocation des champs de bataille témoigne de cette situation intermédiaire dans l’art de combattre :

« Piques hautes, couverts d’essaims d’arquebusiers, traînant quelques pièces légères, les bataillons de tête s’avancent avec précaution. La crise commence avec les premières décharges. Boulets et balles tracent dans les rangs des sillons d’autant plus profonds qu’on ne peut, d’ordinaire, se disperser ni même se coucher par crainte de la cavalerie […]. Voici venu l’instant de l’abordage. Les arquebusiers s’effacent. Au commandement s’abaissent les piques, que l’on tient à deux mains, la tête et le corps inclinés pour mieux appuyer sur les armes […]. Ainsi se déroule la bataille avec une violence que la place croissante de l’artillerie ne cesse d’augmenter. »

  • 8 Charles de Gaulle, op. cit., p. 35.
  • 9 Voir Olivier Chaline, « Faire la guerre au temps de la Renaissance » dans Jean-Pierre Poussou (dir (...)

5Nul mieux que De Gaulle, avec ses qualités de style, ne sait faire renaître l’environnement sonore du choc où les cris des hommes et le hennissement des chevaux se mélangent au bruit du métal, au sifflement des flèches, au fracas des boulets et des arquebusades. Même si l’artillerie est loin d’être encore le facteur décisif, De Gaulle, toujours sensible au progrès technique, se complaît à en souligner les perfectionnements : « Peu à peu, des pièces de bronze, lançant des boulets de métal, prennent la place des bombardes de fer et de leurs projectiles en pierre. Canons légers, faucons, serpentines […] ont assez de puissance et de mobilité pour que leur action devienne redoutable8. » Il oublie là, qu’une fois délivré le bombardement, les artilleurs devaient bien souvent se retirer à la course et abandonner leurs pièces sur le champ de bataille en espérant que l’adversaire n’aurait pas l’occasion de retourner les armes contre leurs propriétaires. Cette situation devait du reste se prolonger jusqu’au roi de Suède, Gustave-Adolphe, qui utilisa dans les années 1630 des canons de moindre calibre mais beaucoup plus mobiles9.

Le « Grand Siècle » ou la grandeur militaire de la monarchie

  • 10 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 73.
  • 11 Ibid., p. 63.
  • 12 Ibid., p. 61.
  • 13 Sur l’ensemble de ces aspects, voir les pages très claires d’André Corvisier dans Philippe Contami (...)

6« Le mouvement général des esprits favorisait, au XVIIIe siècle notre puissance militaire. La société française, après les Guerres de Religion et au lendemain de la Fronde, éprouvait le besoin de la règle10. » Dans ces deux courtes phrases, tout est dit. N’oublions pas que dans son Testament politique, Richelieu avait dressé un tableau consternant de l’armée française et son plus grand mérite avait été de comprendre la nécessité de créer une armée capable d’obéir à des règles de fonctionnement rigoureuses. De Gaulle est ici en plein accord avec les spécialistes actuels : c’est au « Roi Soleil » que revient l’initiative de mettre en place un début de professionnalisation. Dès 1664, la vénalité fut supprimée pour les Gardes du Corps et dans tous les régiments, les capitaines devaient être tirés des lieutenants. Ainsi était ébauchée pour ceux qui pouvaient acheter la compagnie, puis le régiment, une sorte de carrière militaire. De Gaulle retient en 1675 l’importance de la création de l’ordre du Tableau qui décide que « les promotions auront lieu d’après l’ordre de ce tableau11 ». Cette mesure, qui frappa beaucoup la Cour ne fit que révéler un usage qui s’était introduit pour les grades subalternes. La guerre de Hollande exigea des promotions nombreuses et Louvois dressa des listes de promouvables à chaque grade suivant l’ordre d’ancienneté dans celui qu’ils occupaient. L’auteur souligne par ailleurs une meilleure discipline à l’intérieur des troupes, même si des débordements restaient à déplorer. Le casernement y fut pour beaucoup, car Louvois « fit construire les premières casernes et prescrit de les édifier à la périphérie des villes. À Paris, Lourcine, La Pépinière, La Courtille, Babylone, Le Roule, Courbevoie datent de ce temps12 ». Le casernement était effectivement considéré comme un élément de la discipline et c’est à partir de 1668 que Louvois et Vauban amorcèrent le mouvement de construction. Au total 160 casernes furent édifiées sous Louis XIV, la plupart dans des places fortes. Cet effort était néanmoins insuffisant pour loger une armée qui ne descendit guère au-dessous de 200 000 hommes et le logement chez l’habitant resta prépondérant. Les troupes étaient également, selon De Gaulle, mieux équipées, mieux armées, mieux payées et mieux approvisionnées13. Il reconnaît chez Louis XIV et ses ministres, particulièrement Louvois, une véritable capacité à avoir su créer et administrer une armée qui atteignait alors une taille sans précédent. Cependant, malgré la véracité de ses observations, il ne les approfondit jamais, se situant plutôt dans la perspective de l’essayiste qui propose un parcours très synthétique pour tirer la leçon des événements. Selon lui, une armée n’est puissante que sous l’effet d’un idéal. Or incontestablement, le Roi de Guerre avait su lui insuffler ce rêve car « la France ne peut être la France sans la grandeur ». Il avait rendu possibles les réformes de Louvois, car aucune grande œuvre n’est réalisable sans « l’alliance du temps ». Cependant, l’histoire était faite de hauts et de bas et selon ce schéma, le siècle des Lumières correspondait dans la France et son armée à une phase de décadence.

Le déclin des Lumières

  • 14 Charles de Gaulle, op. cit., p. 73.

« Le siècle suivant vit naître et grandir le flot d’idées et de sentiments qui devait emporter les institutions de l’Ancien Régime, après en avoir miné les fondements. Le scepticisme et la corruption, effets naturels de ce déséquilibre, dissolvent le loyalisme et paralysent l’autorité14. »

  • 15 Ibid., p. 74.
  • 16 Ibid.

7Pris au pied de la lettre, ce passage pourrait être interprété comme une nostalgie de la monarchie emportée par les critiques de philosophes. En réalité, Charles de Gaulle a cessé très jeune d’être royaliste, mais république ou monarchie, il a toujours voulu que le régime en place soit doté d’un pouvoir exécutif fort. Cela, il ne le distingue ni chez Louis XV, ni chez son successeur qu’il oppose à Frédéric II qui a toute son admiration. Autant Louis XIV avait su mettre en place une véritable administration de la guerre sous la férule du clan Le Tellier, autant le désastre de la Guerre de Sept ans lui apparaît comme « le résultat de l’incurie et de l’impuissance de l’administration abandonnant le ravitaillement à des traitants malhonnêtes15 ». Le désordre, l’insubordination et la désertion, plaie des armées d’Ancien Régime, n’apparaissent à tel point que « le jour de Rossbach, l’armée commandée par Soubise, forte de 18 000 hommes, compte 6 000 déserteurs hors des rangs qui font autant de prisonniers16 ». Tous les clichés surgissent et il ne retient du maréchal de Richelieu que « le père la maraude », oubliant volontiers le vainqueur de Fontenoy en 1745, le défenseur de Gênes en 1747 ou le triomphateur de l’imprenable Port-Mahon en 1756.

  • 17 Ibid., p. 80.

8Le seul moment qui trouve grâce à ses yeux est « la guerre d’Indépendance américaine qui allait fournir à l’armée française l’occasion de prouver qu’elle reprenait le premier rang17 ». Ce redressement apparaît totalement incompréhensible quand on suit le propos de l’auteur qui oublie entre 1762 et 1770, l’œuvre réformatrice de Choiseul. Dans un souci de meilleure professionnalisation et d’efficacité, l’ensemble des réformes tendent en effet à mieux séparer civils et militaires et à mieux contrôler l’administration d’une armée entièrement tenue en main par le roi. Les régiments sont recomposés, le nombre des compagnies par bataillon diminué et donc, le nombre d’officiers réduit. Équipement, nourriture, armement dépendent du roi qui verse les fonds sous la forme d’une régie. Gribeauval, qui est le seul nom que retient alors de Gaulle, est nommé inspecteur général de l’artillerie et il engage en 1765 une œuvre considérable de réforme de cette arme : uniformisation, maniabilité, précision. La marine bénéficie aussi d’un effort considérable si bien que dès 1770, elle est de nouveau prête à affronter l’ennemie héréditaire. Tout cela passe totalement par profits et pertes sous la plume de De Gaulle, également limité par l’historiographie de son époque.

Les hommes acteurs de la grandeur militaire

Le Panthéon des grands capitaines

  • 18 Charles de Gaulle, op. cit., p. 41.
  • 19 Olivier Chaline, Regards sur les sociétés du XVIIe siècle, Angleterre, Espagne, France, Paris, Sed (...)
  • 20 Charles de Gaulle, op. cit, p. 71.

9Le texte du général de Gaulle s’articule en effet autour des actes de bravoure des grands chefs de guerre, sorte de fil conducteur de l’état militaire du royaume. Il distingue les modestes gentilshommes de province sortis de l’anonymat par leurs hauts faits d’armes (Bayard, La Noue), « les chefs que leur naissance ou l’occasion portent aux grands commandements » (La Trémoille, Bonnivet, Montmorency) « rompus à la guerre, bons juges de leurs adversaires, experts en fait de terrain ». Enfin les princes (Gaston de Foix, les Guise, les Condé) qui « traitent la fortune avec l’audace, ou mieux la désinvolture que leur permettent leur jeunesse, leur naissance et leur crédit18 ». Pour De Gaulle, « la noblesse a le goût et la tradition de la guerre ». Cette fermeté du cœur et du corps que les hommes du XVIe siècle appelaient la générosité et qui consistait essentiellement à ne pas perdre la face au milieu des pires dangers et à forcer l’adversaire à reconnaître leur valeur, voilà ce qui pour eux était la qualité humaine la plus admirable, le véritable critère de la noblesse. Brantôme raconte la déception de son frère et de ses compagnons à l’avènement d’Henri II lorsque, découvrant que la paix sévissait en France, ils préférèrent aller chercher la guerre contre le Turc en Hongrie. Pour un jeune homme riche et bien né de l’époque, la guerre est une fête, l’accomplissement de ce qui fonde dans les esprits sa supériorité sociale. L’honneur d’un gentilhomme est le puissant ressort et « la présence du roi ou d’un prince à l’armée pousse à prendre tous les risques et à rechercher les occasions de se faire remarquer par des prouesses, parfois les plus folles19 ». Le meilleur exemple est sans doute le Grand Condé pour lequel De Gaulle trouve toute sa verve stylistique quand il décrit une charge de cavalerie derrière « ce grand capitaine, qui au jeu de la guerre joue et gagne en grand seigneur20 ». Même perclus de douleurs à Seneffe, Condé était un mythe vivant pour toute une génération nourrie du souvenir de Rocroi et charger derrière lui était « le comble de l’honneur. Condé s’élance sur son rival à la tête de l’avant-garde ». Seneffe fut un bain de sang, mais l’ennemi fut stoppé net. De Gaulle sait parfaitement comparer les qualités de Condé et celles de Turenne, distinguer entre les triomphes de l’un et de l’autre.

  • 21 Ibid., p. 71-72.

« Cependant, la manière de Turenne répond mieux aux conditions d’une époque militaire qui s’applique à borner le but et à limiter les moyens […]. Turenne, pauvre d’effectifs, s’en montre avare, soucieux de conserver l’ordre parmi des troupes qui en tirent toute leur valeur, et n’entreprend qu’à bon escient […]. Ses manœuvres sont complexes, mais toujours opportunes […]. D’autres victoires ont eu, sans doute, plus d’éclat et plus d’étendue, dont les conséquences s’effacèrent pourtant ; mais les siennes ont duré, comme durent, dans leurs nobles et régulières proportions, les chefs-d’œuvre littéraires et les monuments de son temps21. »

10L’image est forte, le parallèle audacieux, mais tout à fait bien venu. Il est vrai que Turenne savait tirer le meilleur parti de moyens réduits. On pense, par exemple, quand de 1653 à 1658, il lui incombe la rude tâche de mettre fin, avec des troupes limitées, à la guerre franco-espagnole. Il bat Condé et les Espagnols à la bataille des Dunes en 1658, prend Dunkerque et contraint Philippe IV à signer la paix des Pyrénées. Turenne ne croit pas à la guerre de position et n’aime pas la guerre de sièges ; c’est, dans son siècle, un des derniers adeptes de la guerre de mouvement, même s’il n’est pas un partisan acharné de la bataille. Il faut en livrer peu et, lorsqu’on est à peu près sûr de vaincre, ce que De Gaulle avait parfaitement compris, avec son sens de la stratégie. Le ressort profond qui pousse ces grands nobles aux actes de bravoure les plus insensés n’est pas forcément la patrie, à la différence des généraux révolutionnaires, mais leur honneur, valeur suprême du second ordre. On n’obéit que si ce n’est pas offensant pour son honneur, y compris au Roi. Le sentiment de soi et l’orgueil de son rang peuvent mener à toutes les désobéissances, et l’on pourra quitter le service du Roi pour passer à l’ennemi sans éprouver le sentiment de la trahison. Condé est parti chez les Espagnols en 1652, ce qui ne facilitera pas son retour après 1659. Ce genre de comportement rend en tout cas plus que jamais nécessaire pour Louis XIV le recours à une autre noblesse, bureaucratique et administrative, qui doit toute son ascension au Roi et qui lui permet de faire en sorte que son armée soit bien la sienne et non celle des Grands.

Le rôle essentiel des administrateurs civils

11Un nom incarne pour De Gaulle la montée en puissance et la place d’une administration de la guerre, celui de Louvois. Le secrétaire d’État de Louis XIV est, pour l’auteur, responsable des grandes mutations de l’armée d’Ancien Régime, il le met au pinacle bien avant les plus grands maréchaux du régime, car c’est lui qui ramena la discipline dans l’armée, vertu cardinale du soldat pour De Gaulle.

  • 22 Charles de Gaulle, op. cit., p. 59-60.

« Ces tendances à l’indiscipline, chez le soldat et chez le chef, eussent ruiné l’armée française de l’Ancien Régime s’il ne s’était trouvé, pour les contenir, un ministre qui sut réaliser tout le possible en faisant rempart à l’inévitable […]. Louvois fut le ministre de la Guerre qui convenait par excellence à l’Ancien Régime22. »

  • 23 Ibid, p. 103-104.

12Effectivement, quoiqu’homme de robe, avec ou sans le Roi, le marquis de Louvois participa à nombre de campagnes, il donnait son avis au moment des conseils et jouait un rôle important lors des sièges. En 1673, Turenne et Condé se liguèrent contre ce robin qui se mêlait de stratégie et il fallut la mort du premier et le retrait du second pour lui laisser le champ libre. Fils de Michel Le Tellier qui l’avait soigneusement préparé à lui succéder, très proche du Roi, travailleur infatigable et bureaucrate autoritaire, il sut transformer une armée dont les effectifs étaient passés de 55 000 hommes en 1662 à 400 000 en 1690. « Pour discipliner la troupe, Louvois s’applique à la faire vivre dans des conditions qui favorisent la subordination23. » Effectivement, l’entretien des troupes progresse beaucoup grâce à celui qui était surnommé « le grand vivrier ». Munitionnaires et étapiers sont mieux surveillés. L’ordonnance de 1689 fixe les soldes et les rations : le soldat reçoit désormais cinq sous par jour. L’uniforme s’améliore peu à peu, dans chaque régiment, puis dans chaque arme, pour les hommes puis pour les officiers. « Il oblige les troupes à s’instruire, crée des inspecteurs de l’infanterie, de la cavalerie, de l’artillerie, qui passent des revues, assistant aux exercices et aux manœuvres. » Louvois est incontestablement le portrait qui est traité avec le plus de précision et de finesse, ce qui suffit à le désigner comme le grand artisan de l’armée moderne.

13Rapprochement fort, il semble être mis sur le même piédestal que Lazare Carnot, le grand organisateur de la victoire sous la Révolution.

  • 24 Charles de Gaulle, op. cit., p. 103-104.

« Certes, le Comité ne manquait, avant l’arrivée de Carnot, ni de résolution, ni de pouvoirs. Mais le mérite du " délégué à la Guerre" est d’éclairer cette résolution jusqu’alors aveugle et de féconder ces pouvoirs, frappés, avant lui, de stérile confusion [….] En outre, Carnot est un homme du métier, ingénieur militaire, qui, depuis vingt années, étudie les problèmes que comporte la guerre. Représentant du peuple et commissaire aux armées, il lui a été donné d’observer l’état des troupes, d’apprécier ce qu’elles ont de bon et ce qui leur manque […]. Ainsi, Carnot apporte au gouvernement à la fois le don et l’expérience, et c’est par là qu’il tire la victoire du chaos24. »

  • 25 Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, t. I, L’appel, Paris, Plon, 1954, p. 16.

14Effectivement, né en 1753, Carnot avait fait de brillantes études à l’Ecole royale du génie de Mézières. En avril 1794, il contrôle à peu près totalement les affaires militaires. Parallèlement à son action politique, il accomplit un travail impressionnant, dont l’essentiel concerne l’organisation de l’armée. S’il n’a pu obtenir, contre le principe de l’amalgame, l’incorporation de toute nouvelle recrue dans les unités préexistantes, il remodèle l’incroyable désordre fait de régiments anciens et de bataillons de volontaires, en 11 grandes armées interarmes soumises à une unité de commandement. Il impose également le retour à la discipline, prônant l’obéissance passive qu’il a autrefois condamnée et il combat sévèrement l’hémorragie provoquée par les désertions. De Gaulle loue sa faculté à s’entourer de « collaborateurs excellents », notamment au sein de « la commission des armes, poudres et mines » où il mobilise des savants comme Monge, Chaptal ou Fourcroy pour produire des poudres et des munitions. Comme De Gaulle devait l’écrire dans ses Mémoires de Guerre, pour gagner la guerre en 1939-1940, il aurait fallu « un Louvois ou un Carnot » capables de réformer totalement l’armée25. Deux finalités politiques radicalement antithétiques, mais deux serviteurs de l’État, deux travailleurs acharnés qui rationalisent l’armée, qui mobilisent toutes les énergies pour défendre le sol national. C’était bien là un idéal gaullien.

L’armée au cœur de la Nation

Les limites de la société d’Ancien Régime

  • 26 Charles de Gaulle, La France et son armée, op. cit., p. 54.

« Dans cette société d’Ancien Régime, mille privilèges, contrats, traditions limitent, enchevêtrent, nuancent les droits de chaque groupement : classes, provinces, bonnes villes, corps de l’État, corporations. On ne pourrait imposer à quelque catégorie la charge militaire sans déchirer cette trame26. »

15L’idée est très claire : les privilèges qui tissent la société d’Ancien Régime enlèvent beaucoup de son efficacité à l’armée royale. La guerre est en effet dans le contexte de la tripartition, l’affaire exclusive de la noblesse qui monopolise en particulier les hauts grades. La défense du territoire ne mobilise donc jamais la totalité de la population. Pour faire face à l’inflation des effectifs au XVIIe siècle, les capitaines ont plus que jamais recours à des mercenaires comme les Suisses ou les lansquenets allemands. À plusieurs reprises, De Gaulle fait sentir toutes les limites de ce recrutement qui prive l’armée de tout substrat national et donc du patriotisme, puissante motivation des soldats au combat.

16En ce sens, les réformes de Louvois marquent un tournant décisif, car elles intègrent mieux la société française dans l’armée. Il y a par exemple désormais, une véritable promotion militaire pour les officiers de fortune, une carrière. La création d’une autre filière de recrutement des officiers généraux avec la mise en place de fonctions non vénales d’aide-majors et de majors, puis le grade de lieutenant-colonel permettant, concurremment avec celui de colonel, de devenir brigadier-premier des officiers généraux commandant deux régiments. En 1675, par l’ordre du tableau, l’ancienneté en grade cherche à mettre un terme au privilège de la naissance. Dans sa longue évocation des réformes de Louvois, De Gaulle privilégie également la création des Invalides qui a en réalité pour but de prendre le soldat âgé à la charge de la société reconnaissante.

« Que va-t-il devenir, rendu à cette société civile à laquelle rien ne l’attache ? […] Souvent, il ne peut s’adapter à cette existence. il lui faut l’atmosphère militaire, la troupe et le règlement. Alors, il entre aux Invalides, revêt à nouveau l’uniforme, fait partie d’une compagnie, salue des chefs, observe des consignes, vit avec des camarades, continuant de participer à la gloire des armes. Louvois, le dur Louvois, fondateur de l’Hôtel des Invalides, permit au soldat de terminer dans l’honneur une vie amère. »

17Le style elliptique du Général demande quelques explications pour mesurer l’ampleur du projet. L’édit du 24 février 1670 avait annoncé la création d’un hôtel des soldats estropiés qui devint par l’édit de fondation du mois d’avril 1674, l’Hôtel royal des invalides. Ce bâtiment, qui était ouvert aux soldats malades, diminués physiquement ou qui avaient servi très longtemps (10 ans puis 18 ans), était aussi un bâtiment à la gloire du Roi et de son ministre puisqu’une architecture de prestige avait été imaginée par Libéral Bruant et par Hardouin-Mansart. Dans l’hôtel, les vétérans étaient accueillis, logés, nourris, instruits dans la religion et ceux qui étaient aptes recevaient de petits travaux à accomplir. Initialement conçu pour abriter 1 500 soldats, le bâtiment dut rapidement en loger plus de 4 000, preuve d’un véritable besoin qui ne pouvait que s’accroître avec une guerre qui s’éternisait. C’est en tout cas le meilleur symbole d’un pouvoir politique qui, de l’engagement à la mort, en passant par la vie à la caserne, cherchait à mieux intégrer ses soldats dans la société.

La Révolution ou la victoire de la nation combattante

18De Gaulle n’avait, on s’en doute, que peu de sympathie pour la Révolution et pourtant, après la période de désorganisation qu’il considère comme le règne de l’anarchie, il discerne en elle cette capacité à galvaniser l’âme nationale, à mobiliser l’intégralité d’une population pour la conduire à la victoire :

  • 27 Charles de Gaulle, op. cit., p. 118.

« Cette armée, née de l’enthousiasme, avait dû, peu à peu, au contact du réel, se plier à son tour aux lois éternelles de l’action. Il lui avait fallu former une hiérarchie, observer la discipline. Apprentissage qui n’alla point sans dépenses d’hommes, heureusement nombreux, ni sans pertes d’énergie, par bonheur inépuisable. […] L’ordre militaire, changeant en vertus pratiques les passions effrénées de l’époque, forgeant son outil dans la flamme nouvelle, mais suivant les règles de toujours, avaient ensuite accompli au profit de la patrie, une œuvre grandiose27. »

  • 28 Jean-Paul Bertaud et William Serman, Nouvelle histoire militaire de la France, 1789-1919, Paris, F (...)

19Une armée n’était puissante que par l’effet d’un idéal. Or l’idée de propager la révolution en Europe fournissait aux troupes contrôlées par les représentants en mission un irrépressible élan. Un peuple qui se mobilise pour défendre l’idée de patrie portée à un sommet d’incandescence, rend la nation invincible comme l’apprend le chant national. Avec la Révolution, tous les citoyens deviennent soldats et l’armée a en quelque sorte la pédagogie la plus achevée d’une République en lutte contre les « tyrans ». « Tout doit tendre à la régénération de l’homme afin qu’il devienne un citoyen vertueux28. » La régénération morale est, pour ses instigateurs, inséparable de la Révolution, et c’est pour cela qu’ils déploient leurs efforts pour restaurer la discipline parmi les troupes.

  • 29 Olivier Chaline, « L’armée de terre française, les révoltes et la Révolution » dans Jean-Pierre Po (...)

« À un moment donné quand la patrie paraît sur tous les étendards, quand elle s’incarne dans le général qui conduit les soldats et qui accomplit l’idéal commun de gloire militaire, la tentation du coup d’État peut devenir grande. Le mépris à l’égard des politiques incapables d’assurer l’approvisionnement devient tel que la vertu républicaine semble s’être réfugiée dans les armées et elles seules. Le soldat est alors l’accomplissement du citoyen29. »

20Dans le raisonnement de De Gaulle, il est temps de changer de chapitre pour passer à la période napoléonienne.

*

21S’adressant en 1921 aux saint-cyriens, de Gaulle leur disait :

  • 30 Cité par Alain Larcan, op. cit., p. 615.

« Retenez cette leçon, l’Histoire n’enseigne pas le fatalisme, il y a les heures où la volonté de quelques hommes brise le déterminisme et ouvre de nouvelles voies. Quand vous déplorerez le mal présent et que vous craindrez le pire, on vous dira : ce sont les lois de l’histoire, ainsi le veut l’évolution ; on vous l’expliquera savamment ; redressez-vous, Messieurs, contre cette savante lâcheté. C’est plus qu’une sottise, c’est le péché contre l’esprit30. »

22La lecture que le Général nous suggère dans La France et son armée s’intègre totalement dans cette conception de l’Histoire, une Histoire faite d’allers et retours, d’une alternance de succès inespérés et de défaites spectaculaires, sorte d’évolution cyclique qui avance au rythme des grands hommes qui la servent et qui, au service d’une conception mystique quasi charnelle de la Patrie, font rebondir la Nation vers les sommets. Turenne et Condé, Vauban et Louvois. Carnot, Hoche et Bonaparte. Demain, Gambetta. Puis Foch et Clemenceau. Puis un certain De Gaulle, un jour de juin 1940.

Notes

1 Cité par A. Larcan, De Gaulle inventaire. La culture, l’esprit, la foi, Paris, Bartillat, 2003, p. 615.

2 A. Larcan, op. cit., p. 615.

3 Ch. de Gaulle, Lettres, notes et carnets, Paris, Plon, p. 474.

4 Sylvie Guillaume fut en effet recrutée à l’université en 1975 comme assistante en histoire moderne.

5 Charles de Gaulle, La France et son armée, Plon, 1938, rééd. Genève, Édito-Service, 1972, p. 48.

6 Ibid., p. 42-43.

7 François de la Noue, Discours politiques et militaires, Genève, Droz et Paris, Minard, 1967, p. 232-233.

8 Charles de Gaulle, op. cit., p. 35.

9 Voir Olivier Chaline, « Faire la guerre au temps de la Renaissance » dans Jean-Pierre Poussou (dir.), La Renaissance des années 1470 aux années 1560, Paris, Sedes, 2002, p. 225-318. La meilleure synthèse récente sur le sujet.

10 Ch. de Gaulle, op. cit., p. 73.

11 Ibid., p. 63.

12 Ibid., p. 61.

13 Sur l’ensemble de ces aspects, voir les pages très claires d’André Corvisier dans Philippe Contamine (dir.) Histoire militaire de la France, 1. Des origines à 1715, Paris, PUF, 1993, p. 394-413.

14 Charles de Gaulle, op. cit., p. 73.

15 Ibid., p. 74.

16 Ibid.

17 Ibid., p. 80.

18 Charles de Gaulle, op. cit., p. 41.

19 Olivier Chaline, Regards sur les sociétés du XVIIe siècle, Angleterre, Espagne, France, Paris, Sedes, 2007, p. 269.

20 Charles de Gaulle, op. cit, p. 71.

21 Ibid., p. 71-72.

22 Charles de Gaulle, op. cit., p. 59-60.

23 Ibid, p. 103-104.

24 Charles de Gaulle, op. cit., p. 103-104.

25 Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, t. I, L’appel, Paris, Plon, 1954, p. 16.

26 Charles de Gaulle, La France et son armée, op. cit., p. 54.

27 Charles de Gaulle, op. cit., p. 118.

28 Jean-Paul Bertaud et William Serman, Nouvelle histoire militaire de la France, 1789-1919, Paris, Fayard, 1998, p. 88.

29 Olivier Chaline, « L’armée de terre française, les révoltes et la Révolution » dans Jean-Pierre Poussou (dir.), Le bouleversement de l’ordre du monde, Paris, Colin, 2004, p. 369.

30 Cité par Alain Larcan, op. cit., p. 615.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540