Version classiqueVersion mobile

Les territoires du politique

 | 
Jean Garrigues
, 
Bernard Lachaise
, 
Gilles Richard

Première partie. Figures et parcours

Jacques Bardoux et l’union des modérés à Paris et à Clermont-Ferrand sous la IVe République

Mathias Bernard

Texte intégral

  • 1 Mathias Bernard, « À la recherche des militants : la droite républicaine du Puy-de-Dôme sous la II (...)
  • 2 Fonds Bardoux (FB), Archives départementales du Puy-de-Dôme (ADPD), 142J. Ce fonds considérable co (...)

1Depuis la fin du XIXe siècle, le département du Puy-de-Dôme est un fief de la gauche, radicale jusqu’aux années 1930, socialiste ensuite. C’est pourtant là que Jacques Bardoux, un ami d’André Tardieu, bien intégré dans la grande bourgeoisie libérale parisienne et dans des réseaux intellectuels européens, construit dans l’entre-deux-guerres une organisation politique autonome dont les structures, le recrutement militant et la durée tranchent avec les comités que constituent dans d’autres régions des notables modérés. Créée en 1925, la Fédération républicaine et sociale du Massif Central – qui, contrairement à ce que pourrait laisser penser son intitulé, n’est pas directement rattachée à la Fédération républicaine de Louis Marin – connaît une réelle dynamique : elle rayonne sur cinq départements ; dans le Puy-de-Dôme, son organisation, le Parti républicain fédéral, revendique à la fin des années 1930 plus de 10 000 adhérents et compte sur un réseau d’élus locaux qui permet, en 1938, de faire élire Jacques Bardoux au Sénat. Si les ressorts de cette dynamique commencent aujourd’hui à être mieux connus1, son évolution dans un contexte plus difficile, celui des lendemains de la Seconde Guerre mondiale et de la IVe République, n’a pas encore été écrite. Fondée sur le dépouillement d’un très riche fonds privé déposé aux Archives départementales du Puy-de-Dôme2, la présente contribution s’attachera donc au rôle joué par Jacques Bardoux dans la renaissance et l’implantation de ce parti départemental et régional, en relation avec l’action qu’il continue de mener au Parlement.

Jacques Bardoux et la renaissance de la Fédération (1945-1946)

  • 3 Lettre de J. Bardoux à R. Thomas, 6 octobre 1944, ADPD, 142J374.
  • 4 Déclaration de constitution de la Fédération des unions sociales du Massif Central, 25 août 1940, (...)
  • 5 Voir notamment, dans un contexte pré-électoral, les articles de La Voix du Peuple, 28 septembre et (...)
  • 6 Celle-ci frappe, par exemple, l’ancien sénateur Albert Buisson, un radical indépendant proche de R (...)

2Dès l’automne 1944, Jacques Bardoux cherche à reprendre position sur la scène politique locale. Il s’appuie sur Robert Thomas, secrétaire général de la Fédération républicaine et sociale du Massif Central (FRSMC) depuis sa création, pour relancer le parti, dans le Puy-de-Dôme au moins, en s’appuyant sur les anciens réseaux modérés, épurés des éléments les plus compromis dans le soutien à Pétain et Laval3. Là se situe en effet la première difficulté à laquelle Bardoux lui-même est personnellement confronté. Le 23 juin 1945, il obtient d’un jury d’honneur la levée de l’inéligibilité qui l’a frappé comme l’ensemble des députés et sénateurs ayant voté le 10 juillet 1940 les pleins pouvoirs au maréchal Pétain. Cette décision n’efface que partiellement ses ambiguïtés initiales à l’égard de Pétain et de sa Révolution nationale. En août 1940, n’a-t-il pas transformé son organisation politique régionale en une Fédération des unions sociales du Massif Central afin de continuer à agir dans le cadre de l’État français4 ? Cette nouvelle fédération est animée par les mêmes hommes que l’ancienne. Elle fait la part belle aux collaborateurs habituels de Bardoux (Robert Thomas, secrétaire général ; le bâtonnier Pialoux, comme trésorier ; ou encore le médecin clermontois Franck Bellet), ainsi qu’à des personnalités influentes dans le nouveau régime (Robert Garric et surtout Raymond Lachal). Si Bardoux lui-même prend progressivement ses distances avec ce régime, il reste suspect de vichysme aux yeux de certains de ses adversaires politiques – notamment des communistes5. La renaissance du parti modéré à la Libération suppose donc une attitude nette face à l’État français et une véritable épuration interne6 : les positions personnelles de Bardoux mais aussi les particularités régionales (la proximité de Vichy, l’influence de Pierre Laval) expliquent sans doute que, dans le Puy-de-Dôme, la campagne pour l’amnistie des personnes condamnées en raison de leurs activités pendant la Seconde Guerre mondiale ait été particulièrement discrète.

  • 7 Lettre (23 janvier 1946) de J. Bardoux à R. Thomas, ADPD, 142J375.
  • 8 Lettre (juillet 1945) de J. Bardoux à Th. Steeg, ADPD, 142J375.
  • 9 Lettre de R. Thomas à J. Bardoux, 28 septembre 1944, ADPD, 142J374. La Fédération ne peut plus com (...)
  • 10 Lettre de Mgr Piguet à J. Bardoux, 21 mars 1946, ADPD, 142J375.
  • 11 Voir son compte rendu de mandat parlementaire à l’occasion des législatives de novembre 1946, ADPD (...)
  • 12 Lettre (23 janvier 1946) de J. Bardoux à R. Thomas, 142J375. 600 personnes sont abonnées à cette é (...)
  • 13 Sur l’action de Camille Laurens et la situation des Indépendants dans le Cantal, voir Gilles Richa (...)

3Bardoux refuse d’ailleurs de se situer à droite ou même parmi les modérés ; il rejette l’affiliation de la FRSMC au Parti républicain de la liberté (PRL), alors même que pourraient être ainsi résolues de lancinantes difficultés financières7. Une fois son éligibilité retrouvée, il cherche d’ailleurs à rallier le parti radical qui, écrit-il au sénateur Théodore Steeg8, peut jouer « un rôle essentiel » « dans les élections prochaines et les assemblées futures pour la défense des droits civiques et des institutions libres ». Lui-même se dit fidèle à la tradition de centre gauche, illustrée par son père Agénor, et rappelle qu’il a été, avant la guerre, vice-président du Parti radical indépendant. Les discussions qu’il engage alors avec le docteur Chassaing, président de la fédération départementale du parti radical, afin de rapprocher, voire de fusionner leurs deux structures, n’aboutissent pas. Cet échec place la FRSMC en position de fragilité face au nouveau MRP qui peut compter d’une part sur son image résistante, d’autre part sur l’appui d’un journal, L’Éclair, qui, aux dires de Robert Thomas, serait dominé par les « syndicats chrétiens » et les « jocistes9 ». En dépit de sa relative proximité avec l’évêque de Clermont, Mgr Piguet, Bardoux n’obtient pas de ce journal l’affichage d’un soutien véritable : en mars 1946, Mgr Piguet lui écrit d’ailleurs que L’Éclair « continuera à servir les partis politiques conformes à ses principes essentiels, mais sans se lier à aucun, et gardera sa totale indépendance et son entière liberté10 ». C’est donc vers le Parti paysan dirigé par son ami Paul Antier qu’il se tourne. Il adhère au groupe parlementaire de ce parti, pour des raisons autant « sentimentales » (l’attachement à la petite paysannerie et aux « masses rurales ») que « politiques » (la force de l’électorat paysan dans le Massif Central, son ancrage au centre gauche)11. Au cours de l’hiver 1945-1946, il fonde avec Joseph Dixmier une fédération départementale du Parti paysan, qui « sera naturellement une section de notre fédération » ; en échange, Antier envisage de doter son hebdomadaire L’Unité paysanne d’une édition propre au Massif Central12, à laquelle Camille Laurens est également associé13. C’est là un atout appréciable dans un contexte marqué par de multiples échéances électorales.

  • 14 Circulaire non datée, ADPD, 142J374.
  • 15 Lettre de J. Bardoux à J. Saigne, rédacteur en chef de L’Éclair, 23 mai 1946, ADPD, 142J375.
  • 16 C’est pour rallier le MRP que la candidature du bâtonnier Pialoux, conseiller juridique de la Fédé (...)

4L’activité de la FRSMC se concentre sur la préparation des différentes élections. C’est à l’occasion des cantonales de septembre 1945 qu’elle précise son programme politique par un communiqué qui défend « la restauration des libertés, la réforme de l’État et la défense de la paysannerie » et qui dénonce « sept années d’une étouffante servitude – car le régime des décrets-lois n’était pas, avant-guerre, un régime républicain14 » : n’y a-t-il pas là une manière de relativiser la rupture introduite par l’État français du maréchal Pétain ? Le bilan de ces premières élections n’est pas désastreux pour la Fédération qui ne perd qu’un élu sur sept au Conseil général et renforce sa représentation parlementaire : élu à la première Constituante, en octobre 1945, Bardoux est rejoint en juin 1946 par Joseph Dixmier, alors même que ses efforts pour constituer une liste commune avec le MRP ont échoué15. C’est en revanche une candidature conjointe de la FRSMC et du MRP qui permet l’élection, en décembre 1946, du bâtonnier Pialoux au Conseil de la République16. Dans un département qui n’est pas à proprement parler un fief de la droite modérée et où le MRP, sous l’impulsion de son président André Noël, adopte une attitude particulièrement offensive, ces résultats semblent encourageants.

Un engagement politique national

  • 17 Lettre de J. Bardoux à S. Blatin, 16 novembre 1945, ADPD, 142J375.
  • 18 Lettre de J. Bardoux à Ch. de Gaulle, 25 juin 1951, ADPD, 142J377.
  • 19 Lettre de J. Bardoux à A. Pinay, 12 mars 1952, ADPD, 142J120. Bardoux félicite Pinay pour son « be (...)
  • 20 Deux exemples : une brochure intitulée Pour la paix, contre la guerre – Pour l’Europe d’Aristide B (...)
  • 21 Voir le compte rendu de son entretien avec René Coty le 19 mars 1954 (ADPD, 142J307), qui porte es (...)

5Dès sa première élection à l’Assemblée constituante, à l’automne 1945, Jacques Bardoux privilégie ses activités parlementaires par rapport à son engagement local. Il acquiert assez rapidement une influence dans une Assemblée dont il souligne la « jeunesse » et le « caractère entièrement nouveau ». Le vieux parlementaire semble pourtant étranger à ce monde qu’il décrit ainsi à son amie Suzanne Blatin17 : « Cette jeunesse n’a aucun respect pour les vieux. Bien au contraire. Et, d’autre part, elle n’a rien lu. Elle n’a aucune déférence pour les spécialistes laborieux. Mais cette génération a, au moins, une qualité : elle est, avant tout, dynamique. » Et pourtant, il est élu président de la Commission du règlement lors de la première Constituante. Il intervient à plusieurs reprises dans les débats sur les projets de Constitution, notamment pour défendre le principe de la liberté de l’enseignement. Fort de ses relations dans divers groupes parlementaires (paysans, indépendants, radicaux et même gaullistes), il se fait volontiers le chantre de l’union des modérés et d’un rapprochement avec les gaullistes. Au lendemain des législatives de 1951, il propose à de Gaulle une véritable union parlementaire autour d’un programme commun : « réforme électorale, révision constitutionnelle, redressement monétaire et réorganisation industrielle18 ». Et il s’attribue à mots couverts un rôle décisif dans l’investiture de Pinay comme président du Conseil en mars 195219. Il apparaît comme un spécialiste reconnu des relations internationales, plus particulièrement des questions européennes et coloniales, au sujet desquels il multiplie les discours parlementaires, dont certains sont publiés sous forme de brochure par la FRSMC20. Il obtient alors des fonctions qui constituent une sorte d’apothéose à sa carrière publique : il est ainsi nommé membre suppléant au Conseil de l’Europe et devient président de la Commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale en février 1952. Sur ces questions notamment, il entend exercer une influence sur l’exécutif : il entretient des contacts réguliers avec les présidents du Conseil (Pinay et Laniel principalement) et entre en relation avec René Coty au lendemain de son élection à la présidence de la République21.

  • 22 Sur ces questions, voir Gilles Richard, Le Centre national des indépendants et paysans (1948-1962) (...)
  • 23 Lettre de J. Bardoux à A. Lanote, 1er avril 1949, ADPD, 142J307 ; voir aussi la lettre de Boivin-C (...)
  • 24 Lettre de J. Bardoux à R. Duchet, 19 juin 1951, ADPD, 142J515. Il adresse le même jour un courrier (...)
  • 25 Voir la lettre qu’il rédige le 26 décembre 1953 et qu’il adresse à une liste de parlementaires ADP (...)
  • 26 Lettre de Joseph Dixmier à Jacques Bardoux, 31 décembre 1953, ADPD, 142J307.
  • 27 Dans deux lettres distinctes, adressées le 5 janvier 1954 (ADPD, 142J307).

6Cette activité parlementaire fait de Jacques Bardoux une personnalité nationale. Membre du Parti Paysan d’Union sociale, comme nombre de parlementaires modérés de la région (Joseph Dixmier dans le Puy-de-Dôme, Camille Laurens dans le Cantal et le président du parti, Paul Antier, en Haute-Loire), il en devient le vice-président. C’est lui qui, avec Dixmier, organise le premier congrès national de ce parti, qui se tient à Riom en août 1947. Il milite ensuite pour une fusion des organisations politiques et des groupes parlementaires indépendants et paysans, tout en étant lui-même membre de l’intergroupe RPF à l’Assemblée nationale. Au printemps 1949, de concert avec André Liautey, il cherche à convaincre ses collègues Christiaens et Boivin-Champeaux, ainsi que Paul Reynaud, de la nécessité de prolonger au niveau parlementaire le processus enclenché quelques semaines plus tôt par la création du Centre national des indépendants et paysans22. En vain. Ses interlocuteurs jugent son initiative « non seulement prématurée, mais dangereuse » car elle risque de détourner des groupes modérés les parlementaires du centre gauche et les démocrates chrétiens23. Reynaud lui-même estime qu’il faut s’en tenir à une simple collaboration des groupes parlementaires existants. C’est au moment des législatives du printemps 1951 que s’effectue d’une part le rapprochement politique entre indépendants et paysans, d’autre part la création du groupe parlementaire des Républicains indépendants, auquel Bardoux décide d’adhérer. Au lendemain du scrutin, il adresse un courrier à Roger Duchet pour le féliciter de cette « magnifique et victorieuse campagne qu’il vient de diriger, d’organiser et de ravitailler » et l’informer de sa démission du groupe paysan et de son ralliement aux indépendants24. Toutefois, il se sent progressivement marginalisé au sein d’un groupe dont le président, Emmanuel Temple, a d’ailleurs refusé de renouveler son mandat à la tête de la Commission des Affaires étrangères. En décembre 1953, il quitte les républicains indépendants pour s’inscrire au Centre démocratique et social, apparenté au groupe paysan. C’est pour le compte de ce groupe et de ses amis Paul Antier et André Liautey qu’il envisage de créer et de présider une fédération nationale regroupant les « radicaux indépendants, démocrates libéraux et républicains paysans25 ». Cette initiative ne rencontre que peu d’écho. Devant la réaction très hostile de son collègue Joseph Dixmier, qui l’accuse de « louvoyer au gré des circonstances ou des affinités personnelles26 », Jacques Bardoux renonce à ce qui est sa dernière tentative pour jouer un rôle politique national. Il s’en explique à ses amis Théron et Liautey27 : « Je ne puis m’exposer, dans mon département, ni à une rupture avec mon co-équipier, ni à une crise dans mon organisation départementale » pour présider « un groupe de quatre députés ».

Les difficultés locales

  • 28 Voir, par exemple, la lettre de J. Bardoux à F. Condat, 6 janvier 1954, ADPD, 142J378.

7Dans l’esprit de Jacques Bardoux, engagement national et action locale restent liés ; et il reste constamment attentif aux conséquences que ses prises de position parisiennes pourraient avoir sur son image à Clermont-Ferrand. Il reste le président incontesté de la FRSMC, même si le temps passé à Paris et une santé de plus en plus fragile l’obligent à s’appuyer sur le bureau du parti, lequel est inégalement sollicité. La fonction de « président adjoint », à laquelle accèdent les autres parlementaires du parti (le député Joseph Dixmier et, jusqu’en 1952, le sénateur Pialoux ainsi que l’adjoint au maire de Clermont-Ferrand Armand Faure), est très largement symbolique – comme celle de « vice-président » qui permet surtout d’associer les élus locaux : à la fin de l’année 1953, sur neuf vice-présidents, huit sont conseillers généraux ou maires. En revanche, le trésorier du parti, Dominique Audollent, est en contact régulier avec Jacques Bardoux. Il lui fait part des difficultés croissantes de financement du parti, que pallie partiellement l’appel à quelques donateurs privilégiés (les entreprises Michelin et Bergougnan et la propre famille de Jacques Bardoux). Le président délègue surtout ses fonctions au secrétaire général, Robert Thomas d’abord, Francisque Condat ensuite. Deux ou trois fois par an, il lui donne des instructions précises dans des courriers très formels qui portent à la fois sur le pilotage des différentes instances du parti (Conseil d’administration, Commission exécutive, bureau…), sur la forme et le rythme des actions de propagande, sur la préparation des élections28… Le secrétaire général représente le président dans la plupart des réunions et il lui sert d’intermédiaire auprès des cadres locaux du parti. Il gère également les services de la FRSMC, dont les bureaux sont ouverts au public tous les après-midi, sauf les dimanche et lundi.

  • 29 Voir sa lettre à J. Bardoux, 29 décembre 1954, ADPD, 132J378.
  • 30 Rapport financier présenté à la réunion de bureau de la FRSMC du 8 janvier 1954, ADPD, 142J378.
  • 31 Voir, par exemple, sa lettre adressée à J. Bardoux le 1er mars 1952 (ADPD, 142J515), à l’issue d’u (...)
  • 32 Voir le dossier sur ces élections, ADPD, 142J515.
  • 33 Lettre de P. Godonnèche à J. Bardoux, 23 avril 1955, ADPD, 142J378.

8L’efficacité de cette organisation, qui perd rapidement son caractère régional pour se recentrer sur le seul département du Puy-de-Dôme, semble s’affaiblir au début des années 1950. Les séjours de Bardoux à Clermont-Ferrand s’espacent, ses amis les plus proches expriment leur fatigue et leur lassitude (c’est notamment le cas du président adjoint Armand Faure29…) ; et il entretient des relations plus distantes avec Francisque Condat qu’avec Robert Thomas. Les réunions du bureau ne rassemblent souvent que cinq ou six personnes, et les difficultés financières traduisent en fait une chute du nombre d’adhérents. Selon le rapport établi par le trésorier Dominique Audollent à la fin de l’année 1953, 46 des 120 administrateurs auraient versé leur cotisation ; et sur 875 « correspondants et sympathisants » auxquels un rappel a été adressé, seulement 49 ont régularisé leur situation. La FRSMC compte ainsi moins d’une centaine de cotisants. Et le trésorier de conclure : « Nous sommes loin actuellement des 11 000 cotisants qui figuraient sur nos registres il y a une vingtaine d’années30. » Bardoux tente de rajeunir et de redynamiser l’encadrement du parti en confiant au printemps 1951 la charge de délégué général à la propagande à Raymond Chirent, maire et conseiller général dans le canton rural de Veyre-Monton. Chirent entreprend alors d’importantes tournées de propagande auprès de sections cantonales qui, le plus souvent, n’ont pas reçu de visite depuis la fin des années 193031. Il semble parfois empiéter sur les attributions du secrétaire général, en proposant à Bardoux des programmes d’action ou des conseils stratégiques. Il ralentit toutefois son activité au bout d’un an, pour de multiples raisons : lassitude devant la relative inertie des cadres dirigeants du parti, hostilité sourde de certains notables qui s’exprime notamment lors de la préparation des élections sénatoriales de 1952, échec de Chirent comme tête de liste lors de ces mêmes élections32… L’absence de réel renouvellement justifie le sévère constat que le conseiller général Paul Godonnèche adresse à Bardoux en 1955 : « l’œuvre que vous avez conçue et créée est maintenant inférieure à son passé », la FRSMC est aujourd’hui « sous-dirigée33 ».

  • 34 Lettre de J. Bardoux au docteur Fric, 13 janvier 1954, ADPD, 142J378.
  • 35 Lettre de J. Bardoux au député Godin, président de l’intergroupe RPF, 29 janvier 1951, ADPD, 142J3 (...)

9C’est donc un parti affaibli qui subit la concurrence de forces politiques nouvelles. En effet, la FRSMC n’exerce plus de monopole sur la droite départementale. Si elle avait réussi, à la fin des années 1930, à contenir les assauts du PSF, elle doit composer avec la fédération locale du MRP qui, jusqu’en 1951 au moins, rejette les accords politiques que Bardoux propose à plusieurs reprises à son principal dirigeant, le député André Noël. Même s’il ne bénéficie pas de la même audience électorale que dans d’autres régions, le RPF menace les positions de la FRSMC en attirant certains de ses cadres locaux qui voient en lui une organisation plus efficace, mieux implantée dans les classes moyennes. À l’exception notable du docteur Fric, leader des gaullistes à Clermont et ami personnel de Jacques Bardoux qui voit en lui un possible successeur34, les dirigeants de ce parti manifestent une indépendance à l’égard de la FRSMC, qui se mue en véritable hostilité à l’approche des échéances électorales. En janvier 1951, la fédération départementale du parti gaulliste vote à l’unanimité une motion qui réclame l’exclusion de Bardoux de l’intergroupe parlementaire du RPF en la justifiant par des divergences à la fois stratégiques et politiques35. Après son échec aux législatives de 1951, le RPF ne s’impose pas plus durablement que le MRP sur la scène politique départementale, mais la FRSMC n’est plus en mesure de tirer le moindre bénéfice des difficultés de ses rivaux.

Un leadership contesté

  • 36 Procès-verbal de la réunion du bureau de la FRSMC, 10 décembre 1954, ADPD, 142J378.
  • 37 Voir les lettres convergentes d’A. Faure (6 mai 1955), de D. Audollent (6 mai 1955), de R. Pialoux (...)

10Lors des cantonales de mars 1955, la FRSMC subit un revers électoral qui révèle à ses dirigeants l’ampleur d’une crise qui touche aussi bien le recrutement militant, les ressources financières, le renouvellement des cadres, la définition d’une stratégie que l’autorité même de Jacques Bardoux. En effet, le vieux député reste attaché à l’autonomie de son groupement par rapport au CNIP, ce que contestent de plus en plus ouvertement certains de ses collaborateurs. Lors d’une réunion du bureau qui s’est tenue en son absence le 10 décembre 1954, Audollent, Dixmier et Pialoux ont livré un compte rendu enthousiaste du congrès national du CNIP auxquels ils avaient assisté36. Pour ces dirigeants, mais aussi pour Armand Faure, qui est pourtant un vieil ami de Bardoux, seul un ralliement officiel au CNIP permettra à la FRSMC de sortir du marasme et de conquérir de nouveaux adhérents37. Bardoux refuse cette évolution, comme il l’explique à Raymond Chirent :

« Vous n’êtes pas le seul à penser que la Fédération républicaine et sociale, sous sa forme actuelle, a vécu et que sa transformation en une fédération départementale d’un groupement national est indispensable pour sa durée et son rayonnement. Mais je suis absolument hostile à sa transformation en une fédération départementale du Centre des indépendants et paysans (parti Laniel, Pinay, Garret et consorts). Je crois ce groupement atteint par la vague d’impopularité antiparlementaire et par son immobilisme social et diplomatique. Ces hommes me paraissent usés. »

  • 38 Lettre de J. Bardoux à R. Chirent, 9 mai 1955, ADPD, 142J378.

11Et Bardoux de plaider pour la création d’un nouveau parti national, situé au centre gauche entre le parti radical et le MRP, auquel la FRSMC pourrait adhérer plutôt que « de marcher à la remorque d’un groupement de droite usé et ravagé38 ». Il se tourne vers les anciens élus du RPF, venus des rangs modérés (Godonnèche, Joyon), pour tenter d’imposer une option désormais minoritaire. À l’automne 1955, la FRSMC devient le « centre départemental du Puy-de-Dôme » de l’« Union des républicains indépendants et paysans », première étape vers la transformation en une Fédération des indépendants et paysans du Puy-de-Dôme, dont la première réunion a lieu le 13 juillet 1957.

  • 39 Voir les deux lettres qu’il adresse aux administrateurs de la FRSMC, 9 et 11 mai 1951, ADPD, 142J5 (...)
  • 40 Voir la lettre très sèche de F. Condat à J. Bardoux, 15 octobre 1955, ADPD, 142J378.
  • 41 Lettre de J. Bardoux à F. Condat, n.d. (fin octobre 1955), ADPD, 142J378.
  • 42 Voir ses lettres à Joyon (12 janvier 1956) et Chirent (19 janvier 1956), dans lesquelles il affirm (...)

12Cette défaite personnelle entre dans un processus de fin de règne, que Bardoux lui-même a enclenché dès 1951 : il a alors annoncé qu’il ne solliciterait pas le renouvellement de son mandat de député et qu’il démissionnerait de la présidence de la FRSMC39, avant de se raviser sous la pression savamment orchestrée de ses partisans et de présenter sa candidature moins d’un mois avant le scrutin. À la fin de l’année 1954, il fait une déclaration comparable, sans toutefois donner l’impression de préparer sa succession. Et en octobre 1955, il envisage à nouveau une ultime candidature. Cette nouvelle palinodie suscite une réaction violente de ses anciens amis. Le secrétaire général de la FRSMC, Francisque Condat, lui présente sa démission40, tandis que Joseph Dixmier refuse de se présenter sur la liste qu’il conduirait. Bardoux est donc contraint de confirmer sa retraite politique, non sans amertume : « Il appartient désormais à Dixmier de constituer la liste, d’en dresser le programme, de diriger la campagne et de trouver l’argent. Je reviens avec joie à mes chères études et reprends ma plume de journaliste », écrit-il à Condat41. Il cherche à conserver la présidence du parti départemental42, qu’il doit toutefois abandonner au cours de l’année 1956. L’heure de la retraite a vraiment sonné même si, aux yeux de l’opinion, son œuvre est poursuivie par son petit-fils Valéry Giscard d’Estaing, député du Puy-de-Dôme et vice-président de la Fédération des indépendants et paysans du département.

13Le bilan de l’action régionale et nationale de Jacques Bardoux sous la IVe République est finalement très contrasté. Le vieux député du Puy-de-Dôme n’a pas ménagé ses efforts pour apparaître comme l’un des chefs de file du courant modéré à Paris et pour conserver le contrôle des forces de droite dans son département. Mais il n’a pas réussi à s’inscrire réellement dans le processus de regroupement des modérés qui s’impose non sans difficultés dans les années 1950. Attaché à l’indépendance des notables, récusant un discours trop bipolaire, cultivant aussi bien l’héritage du centre-gauche que le particularisme des élus « paysans », Bardoux a semblé hésiter et louvoyer – ce qui a finalement bloqué aussi bien sa carrière nationale que l’indispensable modernisation de l’organisation politique départementale qu’il avait fondée trente ans plus tôt.

Notes

1 Mathias Bernard, « À la recherche des militants : la droite républicaine du Puy-de-Dôme sous la IIIe République », Siècles, no 11, p. 113-130 ; Jean-Étienne Dubois, « Le Puy-de Dôme, terre de mission pour les modérés de l’entre-deux-guerres : Jacques Bardoux et le Parti républicain fédéral », dans François Dubasque et Éric Kocher-marboeuf (dir.), Fief, bastions, terres de mission et déserts électoraux, à paraître aux Presses universitaires de Rennes.

2 Fonds Bardoux (FB), Archives départementales du Puy-de-Dôme (ADPD), 142J. Ce fonds considérable comporte 533 cartons relatifs à la vie politique, intellectuelle et familiale de Jacques Bardoux et de certains de ses parents (notamment Agénor Bardoux, son père).

3 Lettre de J. Bardoux à R. Thomas, 6 octobre 1944, ADPD, 142J374.

4 Déclaration de constitution de la Fédération des unions sociales du Massif Central, 25 août 1940, ADPD, 142J373.

5 Voir notamment, dans un contexte pré-électoral, les articles de La Voix du Peuple, 28 septembre et 2 novembre 1946.

6 Celle-ci frappe, par exemple, l’ancien sénateur Albert Buisson, un radical indépendant proche de Raymond Grasset, ministre de la Santé, premier chef de la Légion française des combattants dans le département.

7 Lettre (23 janvier 1946) de J. Bardoux à R. Thomas, ADPD, 142J375.

8 Lettre (juillet 1945) de J. Bardoux à Th. Steeg, ADPD, 142J375.

9 Lettre de R. Thomas à J. Bardoux, 28 septembre 1944, ADPD, 142J374. La Fédération ne peut plus compter sur L’Avenir du Puy-de-Dôme, qui doit interrompre sa publication.

10 Lettre de Mgr Piguet à J. Bardoux, 21 mars 1946, ADPD, 142J375.

11 Voir son compte rendu de mandat parlementaire à l’occasion des législatives de novembre 1946, ADPD, 142J374.

12 Lettre (23 janvier 1946) de J. Bardoux à R. Thomas, 142J375. 600 personnes sont abonnées à cette édition régionale, lancée au cours de l’été 1946 (lettre de Pierre Guillaume à J. Bardoux, 23 août 1946, ADPD, 142J375).

13 Sur l’action de Camille Laurens et la situation des Indépendants dans le Cantal, voir Gilles Richard, « Parti paysan et société rurale dans la France d’après-guerre », Histoire et sociétés rurales, no 16, 2e semestre 2001, p. 141-176.

14 Circulaire non datée, ADPD, 142J374.

15 Lettre de J. Bardoux à J. Saigne, rédacteur en chef de L’Éclair, 23 mai 1946, ADPD, 142J375.

16 C’est pour rallier le MRP que la candidature du bâtonnier Pialoux, conseiller juridique de la Fédération républicaine mais de sensibilité démocrate chrétienne, a été préférée à celle de Paul Godonnèche, conseiller général pourtant bien implanté dans les campagnes du département.

17 Lettre de J. Bardoux à S. Blatin, 16 novembre 1945, ADPD, 142J375.

18 Lettre de J. Bardoux à Ch. de Gaulle, 25 juin 1951, ADPD, 142J377.

19 Lettre de J. Bardoux à A. Pinay, 12 mars 1952, ADPD, 142J120. Bardoux félicite Pinay pour son « beau succès » et se dit « heureux d’avoir pu y contribuer peut-être par ma démarche auprès du président Soustelle ». Dans une lettre adressée à Pinay le 31 mars 1952, Bardoux affirme s’employer « à décider le RPF à voter pour votre budget et à joindre leurs voix aux nôtres ».

20 Deux exemples : une brochure intitulée Pour la paix, contre la guerre – Pour l’Europe d’Aristide Briand et contre l’Europe d’Adolf Hitler, qui reprend un discours prononcé le 24 janvier 1953 ; ou une brochure, intitulée Pour un armistice en Indochine, compilation de ses interventions parlementaires dans les semaines qui ont précédé Dien Bien Phu.

21 Voir le compte rendu de son entretien avec René Coty le 19 mars 1954 (ADPD, 142J307), qui porte essentiellement sur des questions diplomatiques.

22 Sur ces questions, voir Gilles Richard, Le Centre national des indépendants et paysans (1948-1962) ou l’échec de l’union des droites françaises dans le parti des modérés, Presses universitaires du Septentrion, 1999.

23 Lettre de J. Bardoux à A. Lanote, 1er avril 1949, ADPD, 142J307 ; voir aussi la lettre de Boivin-Champeaux à Bardoux, 11 avril 1949.

24 Lettre de J. Bardoux à R. Duchet, 19 juin 1951, ADPD, 142J515. Il adresse le même jour un courrier à Paul Antier où il l’informe de sa démission de sa fonction d’administrateur du Parti paysan, dont il souhaite toutefois rester membre.

25 Voir la lettre qu’il rédige le 26 décembre 1953 et qu’il adresse à une liste de parlementaires ADPD, 142J307.

26 Lettre de Joseph Dixmier à Jacques Bardoux, 31 décembre 1953, ADPD, 142J307.

27 Dans deux lettres distinctes, adressées le 5 janvier 1954 (ADPD, 142J307).

28 Voir, par exemple, la lettre de J. Bardoux à F. Condat, 6 janvier 1954, ADPD, 142J378.

29 Voir sa lettre à J. Bardoux, 29 décembre 1954, ADPD, 132J378.

30 Rapport financier présenté à la réunion de bureau de la FRSMC du 8 janvier 1954, ADPD, 142J378.

31 Voir, par exemple, sa lettre adressée à J. Bardoux le 1er mars 1952 (ADPD, 142J515), à l’issue d’une première tournée de propagande dans le canton de Combronde.

32 Voir le dossier sur ces élections, ADPD, 142J515.

33 Lettre de P. Godonnèche à J. Bardoux, 23 avril 1955, ADPD, 142J378.

34 Lettre de J. Bardoux au docteur Fric, 13 janvier 1954, ADPD, 142J378.

35 Lettre de J. Bardoux au député Godin, président de l’intergroupe RPF, 29 janvier 1951, ADPD, 142J376.

36 Procès-verbal de la réunion du bureau de la FRSMC, 10 décembre 1954, ADPD, 142J378.

37 Voir les lettres convergentes d’A. Faure (6 mai 1955), de D. Audollent (6 mai 1955), de R. Pialoux (8 mai 1955) et de J. Dixmier (9 mai 1955) à J. Bardoux, ADPD, 142J378.

38 Lettre de J. Bardoux à R. Chirent, 9 mai 1955, ADPD, 142J378.

39 Voir les deux lettres qu’il adresse aux administrateurs de la FRSMC, 9 et 11 mai 1951, ADPD, 142J515. Bardoux met en avant des raisons de santé et présente Pialoux comme son successeur.

40 Voir la lettre très sèche de F. Condat à J. Bardoux, 15 octobre 1955, ADPD, 142J378.

41 Lettre de J. Bardoux à F. Condat, n.d. (fin octobre 1955), ADPD, 142J378.

42 Voir ses lettres à Joyon (12 janvier 1956) et Chirent (19 janvier 1956), dans lesquelles il affirme vouloir « prendre au sérieux » sa fonction de président.

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search