Version classiqueVersion mobile

Les territoires du politique

 | 
Jean Garrigues
, 
Bernard Lachaise
, 
Gilles Richard

Introduction

Bernard Lachaise, Gilles Richard et Jean Garrigues

Texte intégral

  • 1 Sylvie Saunier, La formation politique d’un poète : Léopold Sedar Senghor, maîtrise d’histoire con (...)

« Léopold Sedar Senghor […] appartient à cette première génération des élites africaines conduisant leur pays à l’indépendance […] ; si ces intellectuels noirs luttent pour une cause commune, ils n’en demeurent pas moins des individualités originales […]. Devant le processus de « personnalisation » du pouvoir en Afrique noire, il nous paraît nécessaire d’étudier la personnalité de ces nouveaux « chefs » […]1. »

1Quelques axes majeurs de l’œuvre scientifique de Sylvie Guillaume et de l’histoire politique renouvelée durant ces dernières décennies sont ici annoncés : « élites », « génération », « intellectuels ». La place rendue à l’individu, aux acteurs de l’histoire, et notamment aux élites, grâce à la biographie et à la prosopographie, l’ouverture de l’histoire politique à l’histoire culturelle et la réflexion sur la personnalisation du pouvoir constituaient autant de thèmes neufs il y a quarante ans, largement analysés depuis, et toujours d’actualité.

2À l’heure du bilan du parcours professionnel de Sylvie Guillaume, il est agréable de rappeler à grands traits toutes les facettes d’une belle carrière d’historienne dans la recherche, l’enseignement et l’administration.

3En réalisant son premier travail de recherche sur un poète et homme politique africain, Sylvie Saunier renoue avec l’Afrique, ce continent où elle a commencé ses études au lycée de Pointe Noire au Congo. Mais un tel choix ne surprend pas à Bordeaux, ville où elle achève ses études secondaires, après un passage à Nîmes. Bordeaux a des liens historiques et encore très étroits avec l’Afrique dans les années 1960. C’est dans la capitale de l’Aquitaine que Sylvie Saunier effectue toutes ses études supérieures et réussit un brillant parcours, du concours d’entrée à l’IPES en 1967 – où elle est reçue au 1re – jusqu’aux concours de l’enseignement (CAPES d’histoire-géographie en 1970 à la 2e place, agrégation d’histoire en 1971 à la 54e place) et aux doctorats (3e cycle en 1975 et d’État en 1981).

4Après deux années dans l’enseignement secondaire au collège Paul Langevin de Mérignac, Sylvie Saunier, devenue Sylvie Guillaume par son mariage avec l’historien Pierre Guillaume, devient assistante à l’université de Bordeaux 3 en 1974. C’est le début d’une carrière universitaire entièrement bordelaise, d’abord comme maître assistante en 1982, maître de conférences en 1983 et professeur à compter du 1er janvier 1985. Sylvie Guillaume achève sa carrière à l’automne 2009 à la classe exceptionnelle et devient professeur émérite en 2010.

5L’œuvre de Sylvie Guillaume est riche comme en témoignent les publications : plus d’une cinquantaine d’ouvrages, individuels ou collectifs, et à peu près le même volume d’articles ou contributions à colloques. Ce n’est toutefois pas l’abondance qui compte mais plutôt la marque laissée dans l’historiographie. L’Institut universitaire de France a reconnu l’excellence du dossier scientifique de Sylvie Guillaume en l’intégrant comme membre en 2002.

6De Senghor à Adenauer en passant par les parlementaires d’Aquitaine sous la Troisième République, Sylvie Guillaume a inscrit son nom dans l’historiographie des élites politiques contemporaines.

  • 2 Antoine Pinay ou la confiance en politique, Presses de la FNSP, 1984.

7Elle a consacré sa thèse d’État à Antoine Pinay et écrit, bien des années plus tard, une biographie du chancelier allemand Konrad Adenauer. Son nom est associé au renouvellement de l’histoire politique, à travers le genre biographique. N’était-il pas très neuf de soutenir en 1982 un doctorat sur Antoine Pinay, trente ans après son entrée à Matignon, sur un homme politique vivant, avec des sources essentiellement orales ? Mais le plus original était sans doute le cœur de la thèse : une réflexion sur le mythe Pinay, élaborée notamment sur la base d’une étude de la personnalité de l’homme de Saint-Chamond, sa façon de travailler, ses relations avec ses conseillers, ses ministres, la classe politique, et la perception par les Français de son action2. L’attention portée à l’entourage du président du Conseil de la IVe République annonçait d’autres travaux ultérieurs sur les entourages des hommes politiques.

8Par sa participation active à l’histoire des parlementaires d’Aquitaine sous la IIIe République, Sylvie Guillaume passe de la biographie au collectif. Elle contribue au développement d’une méthode neuve en histoire politique contemporaine dans les années 1980, la proposopographie.

9Mais l’originalité des objets de recherche choisis par Sylvie Guillaume se manifeste peut-être avec le plus d’éclat dans ses travaux sur le centrisme et les classes moyennes.

10Deux objets qui ont longtemps et trop souvent rebuté les historiens, marqués peu ou prou par une certaine conception du marxisme, assez éloignée d’ailleurs du marxisme des études historiques concrètes menées par K. Marx lui-même. Deux objets fort peu courus en tout cas, et pourtant essentiels en histoire politique. Par leur importance objective tout d’abord. Ainsi, faut-il rappeler que les classes moyennes ont toujours représenté la majorité absolue de la population française, et donc du corps électoral ? Mais essentiels plus encore peut-être par les remises en cause des schémas de pensée classiques que leur étude implique. Ainsi, le centrisme oblige-t-il à repenser de façon plus subtile qu’on ne le fait souvent le clivage – au demeurant fondamental – entre droites et gauches qui marque la vie politique française depuis plus de deux siècles.

  • 3 La Confédération générale des petites et moyennes entreprises, un autre syndicalisme patronal, Pres (...)
  • 4 « Le CNIP et les classes moyennes », dans François Roth (dir.) Les modérés dans la vie politique f (...)

11La contribution de Sylvie Guillaume à l’histoire des centres et du centrisme a incontestablement été déterminante, et doit être directement associée à ses travaux sur le syndicalisme des petites et moyennes entreprises et sur les classes moyennes3. Antoine Pinay, à l’image de sa famille politique n’apparut-il pas, pendant de nombreuses années, comme leur meilleur représentant4 ?

  • 5 Le Centrisme en France aux XIXe et XXe siècles : un échec ?, Maison des sciences de l’Homme d’Aquit (...)

12À partir de cette connaissance parfaite des milieux du centre droit libéral, au confluent du champ social et du politique, Sylvie Guillaume a lancé, dans le cadre de l’Institut Universitaire de France, un programme de recherche consacré au tropisme du centre dans la vie politique française. La première étape de ce programme a été l’organisation d’un colloque organisé à la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine à Bordeaux, les 25 et 26 mars 2004, et dont les actes ont été publiés5. Ce colloque national s’interrogeait en effet sur les difficultés de la tradition centriste confrontée à une culture politique française marquée par le conflit et par le clivage droite-gauche. Il a permis d’identifier et d’analyser la généalogie historique de plusieurs courants du centre depuis la première moitié du XIXe siècle.

  • 6 Ce second colloque, organisé à Paris en mai 2005, a été publié sous le titre Centre et Centrisme e (...)

13Partant de cette exception française, Sylvie Guillaume a étendu sa réflexion en organisant, en compagnie de Jean Garrigues, un colloque international destiné à mettre en évidence la dimension européenne des centres et du centrisme, notamment dans les pays de forte tradition libérale ou démocrate-chrétienne6. Il a permis de confronter des chercheurs venus de toute l’Europe autour de quatre séances chrono-thématiques mettant en évidence les moments forts du centrisme européen. Ces deux colloques ont tracé le sillon d’un champ historiographique jusque-là beaucoup trop négligé, et qui constitue désormais l’un des horizons de recherche les plus féconds pour l’histoire et la science politique. Ce dernier ouvrage a manifestement comblé une lacune historiographique : si les études sur les partis identifiés et structurés de gauche ou de droite abondent, il en va en effet tout autrement pour les partis centristes. Pourquoi cette difficulté des centres à s’imposer en France, alors même que le tropisme centriste y est récurrent ? Pourquoi les cultures centristes se sont-elles installées en Allemagne, en Italie, en Espagne ou en Belgique ? Quelle est la structure de l’offre politique de pays dans lesquels les partis socialistes ont fait le choix du réformisme et proposent le social-libéralisme, comme l’Allemagne ou la Grande-Bretagne ? Tels sont les enjeux que les travaux pionniers de Sylvie Guillaume ont contribué de façon décisive à porter au premier plan de la recherche historique.

14Comme l’ont montré les recherches impulsées sur le centrisme en Europe, Sylvie Guillaume n’a jamais limité ses horizons à la France. Elle a constamment mené une histoire comparée, à l’échelle européenne et internationale, depuis la thèse de 3e cycle sur « Les Québécois et la vie politique française, 1914-1969 », soutenue en 1975, jusqu’à ses manuels universitaires sur l’histoire des démocraties européennes et américaines de 1945 à 1989. Force est, d’ailleurs, de souligner ici ce qui constitue une des marques de l’œuvre scientifique de Sylvie Guillaume, sa contribution et son attachement à l’histoire du temps présent.

15Depuis la maîtrise sur Léopold Sedar Senghor, l’ouverture vers l’international ne s’est jamais démentie, principalement vers le Canada et l’Allemagne. Et nombre de ses travaux – sur le Québec notamment – comme sur les relations franco-allemandes ou sur les forces ou hommes politiques français et allemands depuis 1945 font autorité.

16Tout ce parcours de chercheuse, Sylvie Guillaume l’a intégré dans la recherche nationale ou la participation à l’animation de la recherche collective en France. Qu’il soit permis ici d’en citer trois exemples de partenaires qui, s’ils ne résument pas l’ensemble de ses collaborations scientifiques, sont toutefois assez emblématiques de ses préoccupations et de ses orientations : le Centre d’histoire du XIXe (Paris Sorbonne) pour l’enquête sur les parlementaires de la IIIe République dans les années 1980-1990 (sous les directions de Jean-Marie Mayeur, Alain Corbin et Jean-Pierre Chaline) ; le Comité d’histoire parlementaire et politique, cette association (dirigée par Jean Garrigues) et sa revue Parlement(s) si précieuses pour l’histoire politique ; le Centre d’histoire de Sciences Po (dirigé par Jean-François Sirinelli) pour divers séminaires ou colloques.

17Mais le parcours universitaire de Sylvie Guillaume ne saurait se résumer à celui d’une chercheuse. Il est aussi celui d’une enseignante, dynamique et passionnante, qui a marqué, à Bordeaux 3, des générations d’étudiants. Trois mots conviennent pour décrire cette facette de sa carrière : le talent pédagogique, l’ouverture et l’efficacité. L’art de la clarté et de la synthèse dont témoignent les cours du professeur Sylvie Guillaume, a été unanimement apprécié des étudiants bordelais, de la Licence à la préparation aux concours. Autre qualité de l’enseignante, non moins saluée, son refus d’un enseignement étroitement replié sur son domaine de recherche, pourtant large il est vrai. Ainsi, ses cours de Licence ont alterné, par exemple, des enseignements sur l’histoire politique française et des enseignements sur les démocraties européennes dans la seconde moitié du XXe siècle (ex : France/Grande-Bretagne/Allemagne depuis 1945), ou sur l’Extrême-Orient du milieu du XIXe à 1945. Enfin, l’efficacité de l’enseignante Sylvie Guillaume peut se mesurer à l’encadrement de la recherche : environ 220 mémoires de maîtrise dirigés, soit à peu près dix par an, une centaine de DEA et masters et, bien sûr, dix-sept thèses et deux HDR. Et comment ne pas comprendre la satisfaction de Sylvie Guillaume d’avoir vu quelques-uns de ses disciples intégrer l’enseignement supérieur (Catherine Pomeyrols à Nantes, Christine Bouneau-Bouillare et Claire Laux-Huetz de Lemps à Bordeaux 3, Matthieu Trouvé à Sciences Po Bordeaux, Andy Makindey à Libreville) ?

18Enfin, le portrait de l’universitaire Sylvie Guillaume serait incomplet si étaient oubliées les responsabilités administratives importantes qu’elle a exercées très tôt. Pour ne citer ici que les principales, ce fut, d’abord, la direction de l’UFR d’histoire de Bordeaux 3 entre 1989 et 1992. À son actif figure aussi la direction d’une équipe d’accueil, créée par elle en 1990 : l’ERHPC (Équipe de recherche en histoire politique contemporaine). Cette équipe devint CARHC (Centre aquitain de recherche en histoire contemporaine), en élargissant une première fois ses horizons à l’ensemble de la période historique, toujours sous la même direction de 1990 à 1997. Entre 1999 et 2002, Sylvie Guillaume dirige la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine. À nouveau, de 2005 à 2008, Sylvie Guillaume dirigea un « laboratoire » de recherche bordelais, le CAHMC (Centre aquitain d’histoire moderne et contemporaine), devenu en 2006 CEMMC (Centre d’études des mondes moderne et contemporain), qui fédère désormais l’ensemble des historiens modernistes et contemporanéistes de Bordeaux 3.

19En deux temps, dans les années 1990 puis à la fin de la première décennie du XXIe siècle, Sylvie Guillaume a donc dynamisé la recherche historique à Bordeaux 3, en l’organisant, en la fédérant et en contribuant largement, à la fois à titre personnel et collectivement, à sa visibilité.

20Couronnement logique des engagements administratifs au service de l’UFR et de la recherche, Sylvie Guillaume a finalement exercé, entre mai 2008 et avril 2009, la fonction de vice-présidente du Conseil scientifique de l’Université de Bordeaux 3, cela dans une période difficile, entre deux présidences, et son action fut unanimement saluée par l’ensemble des élus et des personnels de l’Université.

21Professeur émérite depuis novembre 2010, Sylvie Guillaume poursuit son activité de chercheuse et les contributions scientifiques qui font ce livre, écrites par des collègues et amis qui l’ont, d’une façon ou d’une autre, accompagné ou ont collaboré avec elle dans le domaine scientifique – et parfois, pédagogique et administratif –, veulent être avant tout un hommage chaleureux à une historienne qui a, incontestablement, laissé une marque à l’université de Bordeaux 3 et dans l’historiographie française contemporaine.

Notes

1 Sylvie Saunier, La formation politique d’un poète : Léopold Sedar Senghor, maîtrise d’histoire contemporaine, sous la direction de Georges Dupeux, Université de Bordeaux, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, 1970, p. IV et 141.

2 Antoine Pinay ou la confiance en politique, Presses de la FNSP, 1984.

3 La Confédération générale des petites et moyennes entreprises, un autre syndicalisme patronal, Presses universitaires de Bordeaux, 1987 ; Les classes moyennes au cœur du politique sous la IVe République, Presses universitaires de Bordeaux, 1997.

4 « Le CNIP et les classes moyennes », dans François Roth (dir.) Les modérés dans la vie politique française (1870-1965), Presses universitaires de Nancy, 2000, p. 455-465.

5 Le Centrisme en France aux XIXe et XXe siècles : un échec ?, Maison des sciences de l’Homme d’Aquitaine, 2005.

6 Ce second colloque, organisé à Paris en mai 2005, a été publié sous le titre Centre et Centrisme en Europe aux XIXe et XXe siècles. Regards croisés. (S. Guillaume et J. Garrigues (dir.), Peter Lang, 2006).

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search