Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les parlementaires, acteurs de la vie provinciale

 | 
Hervé Leuwers
, 
Serge Dauchy
, 
Sabrina Michel
, 
et al.

Troisième partie. Les parlementaires entre intérêts privés et enjeux publics

Les parlementaires flamands et la terre

Sébastien Bocquillon

Texte intégral

  • 1 A. Colombet, Les parlementaires bourguignons à la fin du XVIIIe siècle, Dijon, 2e édition, 1937, p (...)
  • 2 Avilier, L’explication des termes d’architecture ; cité par M. Figeac, Châteaux et vie quotidienne (...)
  • 3 N. Elias, La société de cour, Paris, 1974, p. 257-270.
  • 4 L. C. Vacher de Saint-Géran, Esquisse historique, archéologique et statistique sur la commune d’Au (...)

1La terre occupe dans les fortunes des parlementaires douaisiens une place quelquefois privilégiée, très souvent importante, rarement médiocre. La terre ne constitue pas seulement, pour les magistrats un moyen de faire prospérer les fortunes elle est aussi le symbole d’un idéal de vie noble1. En effet, si les magistrats résidaient en ville pour assurer leurs fonctions, ils profitaient des vacances parlementaires pour rejoindre leur domaine, constitué soit d’un château ou d’une maison de maître entourés de terres cultivables. Le vocabulaire architectural du XVIIIe siècle s’enrichit pour rendre compte de ces nouvelles réalités et pour désigner les châteaux, dépouillés de tout attribut défensif où les élites venaient surveiller leurs domaines fonciers tout en se délassant des soucis de la ville. Le château devient alors la maison de campagne, la maison de plaisance, « où les fossés ne servent que d’ornement... C’est à la campagne le château d’un seigneur, ou la maison d’un particulier qui sert de séjour agréable pendant la belle saison. Elle est ainsi nommée parce qu’elle est plutôt destinée au plaisir qu’au profit de celui qui la possède2. Les parlementaires participaient ainsi au rêve d’un retour à la liberté de la vie des champs qui caractérise l’ensemble de la noblesse comme l’a montré Norbert Elias3. Car les magistrats ne se désintéressaient ni des terres agricoles qui entouraient la propriété ni des hommes qui les cultivaient et subissaient autant que leurs paysans « l’emprise toute puissante du sol ». Cet attachement est particulièrement manifeste pour certains magistrats qui se firent inhumer sur leur terre. C’est ainsi que le premier président Blondel d’Aubers fut inhumé le 5 octobre 1767, dans le chœur de l’église du village d’Aubers dont il était le seigneur. En 1784, le cœur de son beau-père, le premier président Louis-Joseph-Dominique de Calonne était déposé dans le caveau de la famille d’Aubers4.

2La possession de domaines, le soin tout particulier apporté à leur gestion, à l’édification ou à l’embellissement des châteaux, sont autant de signes qui fondent l’identité parlementaire au XVIIIe siècle. Les parlementaires douaisiens ne font pas exception et notre étude entend montrer comment les parlementaires flamands ont constitué leur domaine, le soin qu’ils y ont-apporté, la manière dont ils l’ont géré contribuant ainsi à la « douceur des lumières ».

La constitution du patrimoine foncier

3Acquérir une seigneurie procurait souvent un nom et du prestige à une famille. Indissociables de la grandeur familiale, les terres étaient transmises au fils aîné. 71 % des familles parlementaires possédaient un ou plusieurs fiefs, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, signe d’une intégration de Messieurs dans les structures féodales.

Les achats de seigneuries et fiefs

4L’étude des actes notariés des tabellions de Lille et Douai, nous a permis de retrouver 21 contrats d’acquisition de terres conclus par les magistrats, entre 1757 et 1784, d’un montant total de 937 418 livres de France. Le faible nombre de contrats retrouvés ne permet en aucun cas une étude exhaustive mais cet échantillon permet toutefois l’ébauche d’une tendance d’ensemble. Dans 23 % des cas, il s’agissait d’une première acquisition, la majorité des contrats ayant pour but de renforcer et d’accroître leur patrimoine foncier.

  • 5 A.D.N., J 1739/19.
  • 6 A.D.N., 2 E 13/1323.

5Une minorité de magistrats ont acquis entre 1757 et 1784, un premier bien foncier. En 1761, le conseiller Adrien-Nicolas Marescaille faisait l’acquisition de « toute la terre à clocher et seigneurie de Courcelles en Lens », ainsi que le « fief et seigneurie vicomtière dite la seigneurie Bruneau » s’étendant audit Courcelles, auprès du comte de Spontin, Beauffort, chambellan de leurs majestés impériale et royale, lieutenant-gouverneur de la province de Namur moyennant 44 000 livres de France5. En 1762, le conseiller C-A-H Cordier achetait « toute la terre à clocher et seigneurie de Caudry située dans le ressort du baillage du Quesnoy » auprès des héritiers de F-I-G de Taffin, sieur de Troisville et Caudry, moyennant 25 000 livres de France6.

  • 7 A.D.N., C 4396.
  • 8 A.D.N., J 1584/7.
  • 9 S. Vigneron, Les relations villes-campagnes dans la France du Nord de Louis XIV à la Révolution, T (...)

6C’est le cas également des conseillers Hennet et Leboucq. Le premier acheta en 1779, « toute la terre et seigneurie du village de Rocq sur Sambre » auprès du marquis d’Aoust, moyennant 47 262 livres de France7. Quant au conseiller Leboucq, il se rendit acquéreur en 1782, du fief et seigneurie-vicomtière du Grand-Rupilly, tenant et mouvant de la baronnie d’Avelin, auprès de M-J-H de Mortagne Landas, veuve du marquis de Sin et de Jumelle moyennant 62 000 livres8. Le marché des fiefs et seigneuries était particulièrement convoité par la noblesse récente qui voyait « dans l’acquisition d’une seigneurie une consécration magistrale9 ».

  • 10 A.D.N., 2 E 13/1559.
  • 11 A.D.N., 2 E 13/748.
  • 12 A.D.N., C 3495.

7Néanmoins, la majorité des contrats rendent compte de la volonté des magistrats flamands de renforcer et d’accroître leur patrimoine foncier. L’acte financièrement le plus important que nous ayons retrouvé est celui de l’achat en 1783, par le conseiller Hennet de deux seigneuries et deux fiefs pour 232 000 livres de France10. Il avait ainsi acquis la seigneurie de Bernoville relevant de la baronnie d’Estrée, la terre et seigneurie d’Aisonville relevant du prince de Condé à cause de son duché de Guise, du fief de Cessereux relevant dudit prince de Condé et du fief de Grougies relevant du marquis Delaplenoye pour sa terre de Wadincourt. Ainsi, plusieurs magistrats accrurent leurs possessions : on se souvient du premier président Blondel seigneur d’Aubers, qui entre 1757 et 1765 faisait l’acquisition de plusieurs terres pour plus de 100 000 livres ou encore du procureur général de Casteele, qui en l’espace de deux années achetait deux seigneuries pour 180 000 livres. Ces deux familles ont accru leur patrimoine foncier dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, à l’image de la plupart des familles parlementaires douaisiennes. Le président de Forest, seigneur de Lewarde acheta en 1763, « toute la terre et seigneurie de Vésignon lez Lewarde » pour 20 000 livres11. Le président Bruneau gros propriétaire terrien de la région de Lille, acheta en 1766 la seigneurie de Beaumetz les Cambrai12 à Charles de Rohan, prince de Soubise. On ne connait toutefois pas la valeur de ce bien.

Superficie et localisation des domaines parlementaires

  • 13 A.D.N., E 2295.
  • 14 A.D.N., C (fiefs) 2375.
  • 15 A.D.N., 2 E 13/458.
  • 16 A.D.N., C (fiefs) 3868, 3869 & 3870.
  • 17 S. Vigneron, op. cit., t. 2, p. 499.
  • 18 A.D.N., Cumulus 14698, 3 G 662.
  • 19 Vovelle M., Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle, Paris, Plon, 1973.
  • 20 A.D.N., Cumulus 15374.
  • 21 TH. Leuridan, Statistique féodale du département du Nord, La châtellenie de Lille, Lille, 1901, 5  (...)
  • 22 TH. Leuridan, op. cit., p. 62.

8De l’étude des dénombrements de fiefs, ressort l’étendue des terres parlementaires. Les grandes familles possédaient les domaines les plus étendus. Considérable était la propriété foncière des Blondel, Bruneau, de Buissy, de Forest, Marescaille ou Pollinchove. Le président Maximilien Louis de Buissy possédait à Vieux Berquin les seigneuries de Molleghem et de Secq Bois couvrant 477 mesures (168,38 hectares). Le fief et seigneurie de Molleghem était tenu et mouvant de la baronnie de Guisen dit Coutsy à Langhemarcq pays de Flandre et comprenait une ferme de 126 mesures auxquelles s’ajoutaient 272 mesures de terres à labour13. La seigneurie vicomtière de Secq Bois était tenue du roi de France à cause de son château de la Motte au Bois et couvrait 79 mesures de terres labourables14. Le conseiller Adrien-Nicolas Marescaille outre sa seigneurie de Courcelles, possédait sur Divion 342 mesures15 (146,74 hectares) pour deux seigneuries. Les Pollinchove outre leurs terres de St-Python et Haussy, possédaient dans le Pas de Calais, quatre fiefs (Cotehem, Clairboudin, Herbon, Beaurain) couvrant ensemble 383 mesures16 (144,89 hectares). La propriété foncière des trois branches de la famille de Francqueville était également considérable puisqu’elle couvrait 1365 hectares17, dans le Cambrésis. À côté de ces grandes familles détentrices d’imposants domaines, il faut souligner la place toute aussi importante tenue par le procureur général de Casteele qui possédait dans le Pas de Calais 173 mesures (62,57 hectares) pour deux fiefs auxquels il faut ajouter les 8 à 900 mencaudées (312,8 à 351,9 hectares) pour sa terre de Saint-Souplet18. Bref, le poids foncier des Francqueville, comme d’autres familles parlementaires, était le résultat d’une progression sociale lente construite sur plusieurs décennies grâce à une politique d’acquisition et aussi à une stratégie matrimoniale qui permettait d’accroître régulièrement un domaine. De son mariage, avec Marie-A.-F. Ingillard des Wattines, le président Jean-Baptiste-F.-N. de19 Forest seigneur de Lewarde fit entrer dans l’escarcelle de sa famille le fief de la Haubrie à Frelinghem, du Plouich à Lomprez, des Wattines à Linselles et du Forest à Bondues ainsi que quelques pièces de terres à Estaires et Fâches-Thumesnil20. Le chevalier d’honneur Louis Robert de Crény seigneur de Bailloeul aux Cornouailles, Monchy Breton possédait dans la châtellenie de Lille, la seigneurie de Cappelle en Pevèle et le fief de Touwart audit Cappelle, par son mariage avec Marie Louise Bonne du Béron, acquise en 1719 par son père pour 16 250 livres21. Le chevalier d’honneur Valérien-A.-C.-L. de Lagrange seigneur de Murauvaux, Masthove fit entrer dans sa famille la seigneurie du Fay à Cobrieux, située dans la châtellenie de Lille par son mariage avec Claire-L. de Bassecourt, dame du Fay22. Et l’on pourrait ainsi donner d’autres exemples.

9Quelle était la répartition géographique des terres parlementaires ?

Carte 1. – Les principales propriétés foncières des parlementaires douaisiens à la fin du XVIIIe siècle.

  • 23 A. Young, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, trad. H. See, Paris, 1934 ; cité par A. Lottin,(...)

10Les terres parlementaires se situaient essentiellement dans les environs de Douai et de Lille à l’instar de toutes les villes parlementaires qui concentraient dans leurs environs les principaux domaines des magistrats. Dans les provinces septentrionales, les domaines parlementaires étaient majoritairement situés sur les plaines fertiles de la Flandre « qui sont un sol aussi beau qu’il est possible d’en trouver pour récompenser l’industrie des hommes... Ce sont des terres friables et moelleuses... et à cause de leur origine maritime, abondant en particules qui ajoutent à leur fertilité naturelle23 ». Le second endroit privilégié était la plaine fertile du Cambrésis, où dominait la céréaliculture. La propriété parlementaire était en revanche faible voire inexistante dans l’Avesnois, l’Artois et le Boulonnais. Ce qui peut s’expliquer par l’éloignement du siège du parlement.

  • 24 A. L. de La Grange, Généalogies des familles Louis de La Grange et Quellerie de Chanteraine, Tourn (...)

11Quelques rares familles possédaient également des terres en dehors de la province : les Pollinchove, Lagrange, Jacquerye, Bisschop détenaient des terres en Belgique. Les barons de Lagrange étaient seigneurs de La-Grange-aux-ormes, Murauvaux, Montois-la-Montagne, Masthove... Leurs domaines se situaient en Lorraine puisqu’en 1726, François-Louis fit reprise de sa seigneurie de Montois au Duc de Lorraine et en 1736, il fit hommage au roi pour sa terre et seigneurie de Murauvaux en Verdunois, enregistré à la chambre des comptes de Metz24.

La gestion des domaines parlementaires

Le mode d’exploitation des domaines

  • 25 C. Coulomb, Les Pères de la patrie. La société parlementaires en Dauphiné au temps des Lumières, P (...)

12Le bail à ferme était le mode normal de gestion des terres parlementaires car le métayage était inconnu dans les Pays-Bas. Le fermage était également utilisé sur les terres des parlementaires grenoblois et aixois25.

La nature des terres parlementaires

  • 26 A. Lottin, P. Guignet, op. cit., p. 309.

13Au regard du graphique de La répartition des terres parlementaires, on constate sur les terres parlementaires une prédominance des labours, sur les pâtures et les bois. Le travail de la terre était enfermé dans un ensemble de conditions juridiques, techniques et sociales. Dans le Nord comme l’Est, de la France, le terroir était divisé en trois soles, quartiers ou saisons, dont l’une cultivée en blé d’hiver, l’autre en grains de printemps, la troisième demeurait en jachère. Cependant en Flandre, l’inculture disparut au profit des plantes fourragères et des oléagineux. Dès le XIIIe siècle, les légumineuses (pois, vesces, fèves) avaient été introduites entre les ensemencements classiques de blé et d’avoine et furent un facteur décisif dans l’enrichissement des terroirs grâce à la fixation d’azote dans la couche superficielle de l’humus. Ces sols furent ainsi préparés à recevoir des cultures plus épuisantes et rémunératrices, tout en épargnant aux producteurs le recours à la jachère. En Flandre maritime et intérieure, la part de la jachère tomba à 3,2 % des superficies en 1745, puis continua à baisser pour ne plus représenter que 1,6 % des surfaces en 176526. Le contraste est important entre les assolements en usage en Flandre française et ceux qui se maintiennent plus au sud vers Arras et St-Pol où le triennal domine toujours. Les assolements du système lillois frappent par leur complexité lorsqu’ils associaient, pendant six ou sept ans, les céréales hivernales, les oléagineux, les plantes industrielles et les fourrages industriels.

Graphique 1. – La répartition des terres parlementaires.

  • 27 A. Lottin, P. Guignet, op. cit., p. 308.

14Dans la châtellenie de Lille, s’observe le passage d’un élevage sur prés à l’élevage à l’étable, où le bétail était nourri grâce aux produits des prairies artificielles, aux cultures fourragères, aux résidus industriels, aux tourteaux et aux drèches de brasserie. Même en dehors de la Flandre, les rendements des provinces françaises du Nord étaient de nature à susciter l’envie de la majeure partie du royaume. Ces performances étaient le fruit d’un long héritage de siècles de labeur acharné d’une paysannerie méticuleuse vouée à une agriculture intensive27.

Les baux de location

  • 28 A.D.N., Cumulus 15256.

15Il faut distinguer les baux selon leur objet : la majorité des contrats (127 actes) portait sur de simples parcelles de terre, tandis que d’autres intéressaient les fermes, bâtiments et terres attachées. Les parlementaires ne louaient pas seulement leurs terres cultivables, mais également leurs prairies (10 actes), leurs bois, ainsi que leurs moulins. Le procureur-général de Casteele louait le moulin à eau de Polincove, pays de Bredenarde, « à usage de moudre blé et autres grains, ensemble la maison et bâtiments en dépendant » pour 2150 livres28.

  • 29 G. Lefebvre, Les paysans du Nord pendant la Révolution française, Éditions Laterza, 1959, p. 277.
  • 30 M. Cubells, op. cit., p. 167.
  • 31 C. Coulomb, op. cit., p. 181.
  • 32 A.D.N., 2 E 3/2137.
  • 33 A.D.N., 2 E 3/4185.
  • 34 A.D.N., 2 E 3/2950.

16Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les magistrats affermaient leurs biens fonciers pour une durée de 9 ans (97 %) ou 6 ans (1 %). Les baux de 3 ou 6 ans constituaient une minorité (2 %). Les baux de 9 ans étaient le mode normal de location des terres à labour29. En Flandre, les neuf années se subdivisaient en périodes de trois années : à la fin de chacune d’elles, le bailleur pouvait résilier le bail. Les loyers payés en argent dominaient très largement : 98 % des contrats mentionnaient uniquement un prix en argent. 88,5 % des prix des baux étaient inférieurs à 500 livres ; 8,3 % compris entre 500 et 999 livres et 3,2 % au-dessus d’un millier de livres. Les prix des baux étaient bien moindres que ceux de Provence où M. Cubells a trouvé de nombreux contrats entre 3000 et 4000 livres et un seul en dessous de 1000 livres30. L’écart se resserre toutefois avec le Dauphiné où 46 % des prix des baux étaient inférieurs à 500 livres31. Les prix les plus élevés concernaient les contrats de location de fermes, bâtiments et terres attachés : le président Bruneau louait sur la Chapelle d’Armentières, en 1764, une ferme de 30 bonniers (42 hectares, 52 ares) au prix de 1625 livres32. Le président de Forest louait en 1785, la ferme des Wattines située à Linselles couvrant 32 bonniers de terre (45 hectares, 36 ares) au prix de 2750 livres33. Le chevalier d’honneur de Creny louait sur Lompret, en 1773, une ferme de 20 bonniers (28 hectares, 35 ares) au prix de 1658 livres34.

  • 35 A.D.N., 2 E 3/2102.
  • 36 A.D.N., 2 E 13/123/1.

17Quant aux redevances en nature, quelques parlementaires en percevaient. Le chevalier d’honneur de Lagrange louait 812 livres une ferme à Sequedin, auquel s’ajoutait « un sac de pommes des plus beaux fruits » et « au terme de Noël de chaque année deux paires de pouilles grasses35 ». Le président de Forest percevait pour la location de six rasières de terre à labour sur Lambres, « vingt rasières de blé bon payable en nature à la mesure de Douai et grenier du seigneur bailleur aux dépends du preneur, ou en argent sur le pied de la prisée qui se fait la vieille de Saint-André de chaque année audit Douai au choix dudit seigneur bailleur, d’un cens de jerbes et d’une corvée avec ses chevaux et chariots, le tout chaque année36 ».

  • 37 A.D.N., 2 E 3/7143.
  • 38 A.D.N., 2 E 3/7152.
  • 39 P. Rosset, Les officiers du Bureau des Finances de Lille (1691-1790), Lille 3, 1981, p. 261.
  • 40 A.D.N., 2 E 3/2129.
  • 41 A.D.N., 2 E 3/2950.
  • 42 A.D.N., 2 E 3/5154.
  • 43 A.D.N., 2 E 3/5262.
  • 44 A.D.N., E 2295.
  • 45 A.D.N., Cumulus 15374.
  • 46 A.D.N., 2 E 3/2950.

18Les fermages stagnèrent durant le premier quart du XVIIIe siècle. Après 1725, une nouvelle période de stagnation s’ouvrit, qui dura jusqu’aux années 1760. En 1748, Eugène-Roland-Joseph Blondel d’Aubers louait un bonnier de terre (soit 1 hectare) sur Aubers, 80 livres37. Neuf ans plus tard, il renouvelait ce bail pour le même loyer38. Après s’amorça une hausse générale qui atteignit son paroxysme à la veille de la Révolution39. En 1756, le chevalier d’honneur de Creny louait une ferme de 20 bonniers (28 hectare, 35 ares) sur Lompret, 1375 livres40. En 1773, il louait la même ferme 1658 livres41. En l’espace de 17 ans, le loyer avait augmenté de 20,5 %. En 1781, le chevalier d’honneur de Lagrange louait sur Cobrieux, 17 cens de terre, 85 livres42. En 1788, cette même quantité de terre se louait 90 livres, soit une augmentation de près de 6 % en sept ans43. En 1788, la location de la ferme du Forest à Bondues et Tourcoing (7e année du bail) contenant 25 bonniers (35 hectare), par le président de Forest lui rapportait 1750 livres44. En 1789, il renouvela le bail au prix de 2 000 livres, soit une hausse de 14 % en sept ans45. Dans la majorité des contrats, le preneur devait s’acquitter de son loyer à la Saint-Rémy et dans de très rares cas, il devait s’en acquitter en « deux termes et payement égaux en l’an tels que St-Rémy et mi mars46 ».

  • 47 A.D.N., Cumulus 15374, E 229538, E 2254, E 229437.
  • 48 A.D.N., 2 E 3/7672.

19Le système de location des terres procurait au propriétaire un revenu régulier. Même en cas de mauvaises récoltes, les baux consultés ne prévoyaient aucune baisse de loyer. Le président de Forest toucha 7500 livres en 1784, 1786, 1788 et 1789 provenant de la location de 5 fermes et de quelques pièces de terre situées dans la châtellenie de Lille47. Le président de Francqueville d’Inielle touchait en 1785, quelques 2108 livres de la location de ses terres, situées à Quesnoy sur Deûle, châtellenie de Lille48.

Leurs rapports à la terre

20Comme leurs homologues de Grenoble ou d’Aix, les magistrats du Parlement de Flandre se préoccupaient de la gestion de leurs terres. Les baux de location nous renseignent sur l’administration de leurs terres et les rapports qu’ils entretenaient avec celles-ci et ceux qui la cultivaient.

L’administration de leurs terres

  • 49 A.D.N., E 2299/6, 2 E 3/2133, 2 E 3/2137, 2 E 3/2142, 2 E 3/2143, 2 E 3/2144.
  • 50 A.D.N., 2 E 3/4185, 2 E 3/418650. A.D.N., 2 E 3/7143, 7152 & 7153.

21Lorsque les propriétés foncières s’éparpillaient sur l’ensemble de la province, voire plus loin, il était nécessaire d’en confier l’administration à un « procureur général et spécial » ou à un bailli. André-François Lawille assuma cette fonction pour le compte du chevalier d’honneur de Creny de 1759 à 1789. Nicolas Duriez, bailli et receveur en la ville de Lille administra les biens du président Bruneau, situés dans la châtellenie de Lille, entre 1760 et 177549. Le président de Forest confiait quant à lui la gestion de ses biens, situés dans la châtellenie de Lille, à un ancien notaire de cette ville50. Le bailli était le principal agent du seigneur, le représentant de sa personne et de ses droits. Il était souvent choisi parmi les personnes versées dans la connaissance des lois et des usages du pays. Mais d’une manière générale, les magistrats s’occupaient eux-mêmes de leurs terres, profitant des vacances parlementaires : dans les actes notariaux, ce sont nos Messieurs du Parlement, et non leurs représentants, qui arrentaient leurs terres.

Des parlementaires soucieux de bien gérer leurs terres

  • 51 S. Dormard, Hamel, Histoire économique et social d’un village du Douaisis, Cambrai, 2006, p. 118.
  • 52 S. Dormard, op. cit., p. 118.
  • 53 A. Lottin, P. Guignet, op. cit., p. 309.
  • 54 S. Dormard, op. cit., p. 118.
  • 55 A.D.N., Cumulus 15256.
  • 56 A.D.N., 2 E 13/417.

22Les parlementaires flamands étaient de bons gestionnaires, soucieux de maintenir ou d’améliorer les rendements de leurs domaines. La très grande majorité des baux consultés insistait sur le fait que les paysans devaient « bien fumer, labourer, cultiver et ensemencer les terres à coutume du pays ». Seul le président Blondel d’Aubers semble avoir laissé ses paysans « labour(er) et cultiv(er) (ses) terres comme (ils leur) apparten(ait) ». La question des fumures était très importante en Flandre. Dans un contrat de location d’une ferme, située à Sequedin, le chevalier d’honneur de Lagrange stipulait à son fermier, de « renfermer dans la cense toutes les pailles provenant des terres et de les convertir en fumier pour en fumer et engraisser toutes les terres51 ». Pour enrichir le sol, les paysans des Pays-Bas français utilisèrent toutes sortes d’engrais organiques et minéraux. Ils usèrent massivement des fumiers, de la fiente de pigeons ou des résidus de pressage des oléagineux appelés tourteaux. À Hamel, les fumiers en usage sont les fumiers de cheval, de vache ou de mouton52. Les paysans flamands attachaient beaucoup d’importance aux boues des rues des villes qu’ils considéraient comme un engrais très puissant sur les sols froids et humides. Dans la région de Lille, les paysans répandaient sur leur exploitation la « gadoue ou courte graisse » que leur fournissaient les vidanges de fosses d’aisance53. À cela, s’ajoutaient divers engrais minéraux copieusement déversés (cendres de tourbe ou de terre, suies, marne ou chaux...). À Hamel, on utilisait beaucoup les cendres de tourbe, appelées facons ainsi que le marlage. Cette technique consistait à creuser un puis profond afin d’en extraire la « marle » et à la répandre sur les champs. La marle étant riche en calcaire constituait une sorte de chaulage de la terre. Ce procédé permettait ainsi d’enrichir le sol argileux, pauvre en carbonates et assurait ainsi un équilibre dans la composition chimique de la terre54. L’utilisation des légumineuses (pois, vesces, fèves) pour enrichir les sols, semble se maintenir au XVIIIe siècle sur certaines terres parlementaires. Le chevalier d’honneur de Creny recommandait à ses fermiers de semer blé et froment sur des sols fumés par les fèves55. Nos Messieurs semblaient également se préoccuper de la qualité des semences. Le conseiller Merlin d’Estreux stipulait dans un contrat notarial, daté de 1762, l’utilisation sur ses terres, de bonnes semences56.

Les parlementaires et leurs paysans

  • 57 A.D.N., 2 E 3/7143.

23Les parlementaires se déchargeaient sur leurs locataires, des redevances et impositions. En juin 1748, Blondel d’Aubers louait deux bonniers (~3 hectares) de terre à labour sur Aubers à Floris Cuvelier chirurgien et fermier audit lieu. L’acte notarial stipulait bien, que le preneur serait « tenu de charger et acquitter les dites terres et héritages de tous vingtièmes, demitiers, quart, taille et généralement quelconque les impositions tant ordinaires, qu’extraordinaires mises et à mettre ledit bail durant57 ».

  • 58 A.D.N., 2 E 3/2950.
  • 59 A.D.N., 2 E 3/2159.
  • 60 A.D.N., 2 E 3/7143.
  • 61 A.D.N., 2 E 3/4185.
  • 62 A.D.N., 2 E 3/2144.
  • 63 A.D.N., 2 E 3/2950.
  • 64 G. Lefebvre, op. cit., p. 274.

24Incombait également au locataire l’entretien des bâtiments, chemins et cours d’eau. En mars 1773, le marquis de Crény louait sur Wavrin, une ferme de 21 bonniers (29 hectares) à M-J Buisine labourière audit lieu. Elle était tenue « d’entretenir annuellement à ses dépens tous les édifices, couvertures, portes fenêtres, combles et autres parties servantes à l’occupation de la preneuse » ainsi que « les bois, ferrailles, briques, cailloux, vitres et autre choses en telle sorte qu’ils soient en bon état58 » à la fin du bail. En 1785, le procureur général Bruneau louait sur Hallennes les Haubourdin, 5 bonniers (7 hectares) de terre à labour à Florent-Joseph Serrurier, fermier audit lieu. Ce dernier devait entretenir « tous chemins, fossés, cours d’eau, ponts et carrières à ses dépens, risques et périls d’amende, le bail durant59 ». Le bailleur se gardait le droit de veiller à l’état des arbres plantés sur ses terres. À Aubers, les locataires ne devaient en aucun cas « fourcher les arbres montans60 » sans la permission du seigneur dudit lieu. Sur les terres du président de Forest, les locataires ne pouvaient en aucun cas, « toucher aux couronnes des arbres montants ni (celles) (des) arbres à fruit sauf pour le nettoyage et s’il arrivait que quelques arbres à fruit viendraient à (être) fauchés, il appartiendra aux preneurs d’en replanter d’autres à leurs frais de la même espèce et qualité61 ». Les parlementaires se réservaient également la liberté de faire abattre, et planter tels arbres sur leurs terres quand bon leur semblerait, sans pour autant en diminuer le loyer. En plus de leur loyer, les locataires étaient assujettis à certaines corvées. Dans l’acte notarial passé entre le président Bruneau et Marie Barbe Bracaval au sujet de la location de la cense de Quevaucamps, située à Leers, cette dernière devait « faire deux corvées avec ses chevaux et chariots de deux jours par an, lorsqu’elle en ser(ait) requise62 ». Dans celui passé entre le marquis de Crény et Marie-Jacqueline Buisine, labourière à Wavrin, cette dernière était également « tenue de faire chaque an, deux journées de voiture avec chariot et chevaux ou bon semblera au bailleur par-dessus le rendage et sans diminution63 » de celui-ci. Ainsi, la corvée se retrouvait dans tous les baux de location, notamment pour les exploitations importantes64.

  • 65 A.D.N., 2 E 3/7672.
  • 66 G. Lefebvre, op. cit., p. 275.

25Il était souvent prévu, dans le bail, le versement d’un pot-de-vin, au moment de l’entrée en jouissance, égal à une année ou une demie-année de loyer. Les baux de location passés par le marquis de Crény prévoyaient toujours le versement d’un pot de vin qui correspondait à une demie-année de loyer. Ce fut le cas également de ceux demandés par le président Bruneau, pour la location de ses terres situées dans la châtellenie de Lille. En revanche, les pots de vin demandés par le président de Francqueville d’Inielle, pour la location de ses terres situées à Quesnoy, correspondaient toujours à une somme symbolique comprise entre 21 livres pour le plus bas et 123 livres pour le plus élevé65. À l’origine, « le pot-de-vin n’était pas différent (du) cadeau aux domestique et on le buvait même effectivement, ou bien il représentait les frais de déplacements des agents du bailleur66 ». Mais au XVIIIe siècle, il avait pris une grande importance : le propriétaire avait alors grand avantage à exiger sous cette forme l’augmentation du fermage qu’il jugeait convenable, puisqu’il touchait le pot-de-vin à l’avance.

À la campagne, une certaine « douceur de vivre »

  • 67 F. Bluche, La vie quotidienne de la noblesse française au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1973, p. (...)

« Les magistrats des cours ne se différencient guère des courtisans ou autres gentilshommes, si on les surprend, en septembre ou octobre, dans leurs châteaux de la région parisienne, recevant brillante compagnie, chassant à courre ou à tir, organisant la comédie de société dans leur théâtre particulier67. »

Des parlementaires châtelains

  • 68 A.D.N., C (fiefs) 3946.
  • 69 P. A. du Chastel de la Howarderie, Notices généalogiques tournaisiennes, 3 t., Tournai, 1887, t. 1 (...)

26Le baron de Briffoeil possédait sur Busigny, un château avec bâtiments, remises, écuries et deux pigeonniers. Cet ensemble contenant une avant cour ou place devant et sur le côté du château, un jardin à feuilles et des vergers s’étendait sur 3 hectares68. Avec sa seigneurie du Grand-Rupilly, le conseiller Leboucq possédait « une maison de campagne, très bien et solidement bâtie avec granges, écuries, pigeonnier, clos, jardin, vergers entourés d’eaux, plantis, drèves plantées de très-beaux montans, contenant ensemble 3 bonniers69 ».

  • 70 A.D.N., 2 E 13/1335.
  • 71 Le château de Lewarde, Les Amis de Douai, t. 12, 1997, p. 486.
  • 72 Le château de Lewarde, op. cit., t. 12, 1997, p. 485.
  • 73 Grandeur et décadence du château de Lewarde, Les Amis de Douai, t. 7, 1977, p. 46.
  • 74 A.D.N., 2 E 13/1335.

27À Lewarde, la famille de Forest possédait un château, que le président Jean-Baptiste-F-N fit reconstruire en 1765. Le château s’élevait, comme un îlot, au centre d’une plaine légèrement vallonnée, entouré d’un jardin à la française et d’un parc aux allées ombragées. Il comprenait deux étages. Le premier étage regroupait les salles d’apparat et de réception avec le grand salon et la salle à manger. Le grand salon était meublé de « huit fauteuils de sicilienne vert, six de satin à fond blanc, une petite table avec son dessus de marbre, une table à jouer et deux consoles à dessus de marbre70 ». Dans la salle à manger, au-dessus de la cheminée de marbre, présidait le portrait du président Jean-Baptiste-F-N de Forest71. Dans la bibliothèque, des scènes mythologiques se déroulaient sur des gobelins aux couleurs atténuées. La ligne régulière du classique est ici partout répétée72. L’escalier d’honneur avec sa rampe de fer ouvragé, typique du XVIIIe siècle et son sol de marbre amenait au deuxième étage73 où se trouvaient six chambres et un cabinet dont une « chambre au lit jaune » et une « chambre à alcôve74 ».

  • 75 S. Dormard, op. cit., p. 35-36.
  • 76 S. Dormard, op. cit., p. 81.

28Le conseiller Renard venait passer, chaque année à la fin de l’été, quelques jours dans sa maison de campagne à Hamel. Elle était située à l’ouest du village, le long de la rue allant au marais d’Hamel, en face du château de Lassus. À la fin du XVIIIe siècle, elle s’étendait sur quelques 2 hectares de terres aménagées en jardins et vergers75. Le président Paul-Bon-Martin Vernimmen fit complètement raser l’ancien château de Lassus, situé à Hamel et construire à la fin du XVIIIe siècle, une belle maison de campagne. Elle se trouvait dans un enclos entouré de fossés et comprenait des jardins, vergers et parties boisées. Le château, construit en briques et couvert d’ardoises, possédait une forme rectangulaire. Il comprenait deux étages. Au rez de chaussée, se trouvait le salon, deux salles à manger, une grande et une petite, chacune avec office, un cabinet de travail et une chambre à coucher avec alcôve. Les étages étaient composés essentiellement de chambres, celles des domestiques se trouvant à l’étage supérieur76.

  • 77 S. Dormard, op. cit., p. 81.

29Les dépendances du château de Lassus se divisaient en plusieurs corps de bâtiments. Le plus important, construit en briques et couvert d’ardoises, comprenait au rez de chaussée, les cuisines et à l’étage une grande et une petite salle. Un autre bâtiment tout en longueur, perpendiculaire au précédent, comprenait l’habitation du jardinier, les écuries, étables, remises et pigeonnier77.

30Le château du marquis de Creny, situé à Capelle en Pévèle, s’élevait sur deux étages et comprenait 35 pièces. L’inventaire du château de Capelle répertorie pas moins de 274 meubles. Son mobilier de groupe très important (236 meubles), fait de ce château, une demeure vouée aux réceptions puisqu’elle comprenait pas moins de deux grands salons, l’un au premier étage, l’autre au deuxième. D’ailleurs, le grand salon d’en haut était meublé de :

  • 14 fauteuils dont douze de tapisserie ;
  • deux canapés de damas vert ;
  • dix chaises de damas ;
  • trois tables à jouer garnies d’étoffes vertes ;
  • deux bergères garnies de leur coussin et boudin de toile peinte ;
  • une pendule avec tous ses ornements et clef ;
  • un trumeau à la boiserie de la cheminée à cadre doré ;
  • douze tableaux à cadre doré ;
  • quatre tableaux de dessus de porte et cheminée ;
  • trois rideaux blancs78.

31L’exemple des Forest à Lewarde, Vernimmen à Lassus ou du marquis de Creny à Capelle, montre l’attachement de cette haute noblesse de robe à ses châteaux, qui lui apportaient prestige et légitimité. Les familles de Forest et Vernimmen n’hésitèrent pas comme d’autres familles parlementaires à se lancer dans la construction d’un château moderne, symbole de leur réussite sociale. Ce souci de prestige et de légitimité est parfaitement représenté par le premier président Blondel d’Aubers qui fit de ses châteaux d’Aubers et de Vendin, le symbole de sa réussite sociale.

Les châteaux d’Aubers et de Vendin, symbole d’une réussite sociale

32Le premier président Eugène-Roland-J. Blondel possédait deux châteaux, l’un sur Aubers (châtellenie de Lille) et l’autre sur Vendin. Après sa mort en 1767, sa femme établit son domicile en sa terre de Vendin. La construction du château d’Aubers commença avec Roland Blondel aïeul d’Eugène-Roland-Joseph et fut achevée par le père du premier président au parlement de Flandre.

  • 79 A.D.N., 1 Q 498, 1Q 516/2.
  • 80 A.D.P.d.C., 1 Q 918, 1 Q 994.

33Lors de sa mise en vente en 1794, il s’étendait sur neuf hectares et comprenait une trentaine de pièces sur deux étages79. Quant au château de Vendin, il s’étendait sur cinq mesures lors de sa vente en 1795, et comptait vingt-six pièces sur deux étages80.

  • 81 M. Figeac, La douceur des Lumières, Mollat, 2001, 311 p, p. 130.

34À Aubers, les cuisines se trouvaient au rez-de-chaussée. Le premier étage qui constituait l’étage noble, regroupait la bibliothèque, la chapelle, les salles d’apparat et de réception avec le grand salon, la salle à manger et les appartements privés de M. et Mme d’Aubers, avec le salon bleu. Le bleu était avec le jaune et le vert, la couleur des appartements privés81. Quatre pièces donnaient sur le jardin, dont une salle d’apparat. Dans l’inventaire des biens du château de Vendin, dressé en 1792, la disposition des salles n’est nullement mentionnée.

L’intérieur des châteaux et la disposition des pièces

  • 82 M. Figeac, Châteaux et vie quotidienne de la noblesse de la Renaissance à la douceur des Lumières,(...)
  • 83 A.D.N., 1 Q 516/2.

35Le salon conférait toute sa noblesse à la demeure et s’il avait perdu de sa hauteur par rapport au Grand Siècle, il demeurait bien souvent la plus grande pièce de la maison. Dans le dictionnaire de Trévoux, le salon est défini comme « une grande pièce au milieu d’un corps de logis, plutôt qu’à la tête d’une galerie, ou d’un grand appartement, laquelle doit être symétrique en toutes ses faces82 ». La distribution des pièces devait désormais évoquer le souci de confort et d’agrément de la noblesse. À Aubers, les deux salons semblaient être réservés à la vie mondaine et comprenaient ensemble83 :

  • un grand trumeau de deux pièces et trois autres plus petits ;
  • une cheminée ;
  • cinq tables de marbre ;
  • une pendule à ressort et son globe de verre ;
  • treize estampes en cadre doré ;
  • sept tableaux ;
  • quatre canapés. (deux dans chaque salon) ;
  • les rideaux de croisés en indienne (pour le grand salon) ;
  • les rideaux de croisés en taffetas (pour le salon avec vue sur le jardin) ;
  • vingt huit fauteuils ;
  • une tapisserie de haute lisse ;
  • un devant de cheminée en cadre doré ;
  • une lampe de cristal ;
  • deux branches en faïence (dans le grand salon) ;
  • deux autres en porcelaine (dans le salon avec vue sur le jardin) ;
  • un baromètre.

36La fonction de réception était privilégiée dans le cadre du salon, objet de toute l’attention. On remarque ainsi la multiplication des sièges (quatre canapés et vingt-huit fauteuils) nécessaires à la réunion d’une abondante compagnie. La vie sociale ne s’organisait plus uniquement dans le cadre de somptueux repas, mais autour de la conversation, de la musique, de jeux ou de lectures collectives.

  • 84 M. Figeac, La douceur des Lumières, p. 119.
  • 85 M. Figeac, op. cit., p. 119.

37Au château d’Aubers, le deuxième étage était occupé par une partie du personnel domestique, dont six chambres, sur une trentaine de pièces que comptait ce château, leur étaient réservées. Cette distribution de l’espace répondait au besoin « de tenir la domesticité à distance84 », art de vivre venu des hôtels urbains où le besoin d’intimité exigeait de pouvoir se retirer du regard des autres. Le seigneur d’Aubers n’hésita pas à redécouper l’espace, à diviser des pièces pour aménager une garde-robe, un corridor, un garde meubles, un cabinet. De la bibliothèque au cabinet de travail, de la salle à manger au salon bleu, du salon bleu au cabinet de toilette, apparaît sous la plume des officiers municipaux d’Aubers « toute une nouvelle dénomination qui traduit un double mouvement de développement des sociabilités et d’aménagement d’une sphère de l’intime85 ».

  • 86 A.D.N., 1 Q 516/2.

38Les jardins et pièces d’eau du château d’Aubers auraient été dessinés par Le Nôtre ou d’après ses dessins. Selon Michel Figeac, la possession d’un jardin d’agrément restait un luxe aristocratique qui se traduisait dans l’art des terrasses et des jets d’eau, la capacité à aménager des zones ombragées propres à la discussion et à la rêverie. Dans l’inventaire dudit château, « plusieurs bancs de jardin86 » furent répertoriés, prouvant ainsi ce désir de détente et de flânerie.

  • 87 A.D.N., 1 Q 516/2.

39Le président Blondel possédait en son château d’Aubers, un cabinet de bain avec baignoire87. La mode des bains renaît dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle et reste l’apanage des plus aisés.

Mobilier et décor intérieur, reflet d’un certain art de vivre

  • 88 J. Feray, Architecture et décoration intérieure en France des origines à 1875, Paris, Berget-Levra (...)

« Une société raffinée recherche pour son plaisir un décor élégant où tout [...] jusqu’aux plus petits détails, vise à l’harmonie et à la perfection et cette société donne le ton à l’Europe88. »

  • 89 ADN., 1 Q 516/2.
  • 90 M. Figeac, op. cit., p. 132.

40Les deux inventaires dressés au moment de la Révolution restent très discrets sur la décoration des pièces, la nature des essences de bois, la vaisselle ou encore les tissus d’habillement. À Aubers, seules treize salières de cristal sont répertoriés89 et rien sur Vendin. Il est vrai, que sous la Révolution tous les objets en argent furent saisis et immédiatement portés au Dépôt national afin d’y être fondus. Par ailleurs, les plus belles pièces furent souvent cachées, emportées en émigration voire vendues par leurs propriétaires afin de se procurer de l’argent rapidement90.

  • 91 M. Figeac, op. cit., p. 212.

41Au total, 209 éléments de décor furent relevés par les officiers municipaux d’Aubers et de Vendin chargés de dresser l’état des biens et effets de l’émigré Calonne d’Aubers. À cela s’ajoute, une harpe et plusieurs cahiers de musique repris dans l’inventaire du château d’Aubers. Jouer de la musique était devenu une figure obligée du milieu parlementaire, selon Michel Figeac91.

  • 92 M. Figeac, Destins de la noblesse bordelaise (1770-1830), Bordeaux, Fédération historique du Sud-O (...)

« La quête de la lumière passait par une accumulation de glaces, trumeaux et autres miroirs, car les miroirs sont au centre de toute une geste aristocratique, ils captent et réfléchissent la lumière, agrandissent les pièces, sont le symbole du paraître et de la fête, du faste comme de la luxure92. »

42Les trumeaux quant à eux devaient refléter la lumière des lustres même si les deux inventaires n’en font pas mention. Ce nouveau style dans l’architecture intérieure venait des hôtels parisiens de la Chaussée-d’Antin, faubourg Saint-Germain et Saint-Honoré où s’était épanoui un type de décor intérieur alliant les boiseries peintes en blanc et or, les trumeaux et les miroirs.

43Les tableaux gardent une place essentielle dans le décor et leur nombre reste remarquable (129 pour le seul château d’Aubers). Le tableau, outre ses qualités esthétiques et sa valeur marchande, avait une valeur affective puisqu’il immortalisait la mémoire familiale. À côté de ce capital affectif important pouvait correspondre un véritable attrait pour l’art. On pense alors à des scènes mythologiques ou à des sujets religieux. Magistrat très chrétien, le président Blondel devait sans doute posséder bon nombre de tableaux à caractère religieux mais les sources restent très imprécises à ce sujet.

  • 93 A.D.P.d.C., 1 Q 994.
  • 94 A.D.P.d.C., 1 Q 994.
  • 95 A.D.N., 1 Q 516/2.

44Les deux inventaires répertorient 258 meubles. Le mobilier de groupe est plus abondant au château d’Aubers (160 meubles), que dans celui de Vendin (57 meubles). Aubers apparaît donc comme le château voué aux réceptions qu’un premier président se devait d’organiser, tandis que celui de Vendin semble plutôt réserver au cadre familial puisqu’on y trouve la chambre à coucher de Madame, de Monsieur et des enfants93. La commode s’adaptait bien aux salons et aux pièces les plus intimes. Elle présentait un mode de rangement plus rationnel que le coffre. Dans les intérieurs nobiliaires le lit, qui était au XVIIe siècle un des meubles les plus coûteux, reste essentiel. Blondel d’Aubers possédait en son château de Vendin, un lit à la turque94. Les lits à dénomination étrangère, comme ceux à la turque ou à la polonaise ne se retrouvaient que dans les intérieurs les plus aisés à cause de leur prix très élevé. La table à jouer était un objet de grande valeur, un objet précieux. Le président d’Aubers en possédait quatre dont une table en damier, ainsi qu’un billard95. Les tables à jeux, qu’elles soient à trictrac, à roulette, à damier, à whist, à cadrille ou à baston traduisaient un véritable mode de vie fondé sur le plaisir. Les marbres, le cristal, la faïence et la porcelaine inventoriés dans les châteaux d’Aubers et de Vendin, traduisaient, eux, un goût pour l’élégance et le raffinement. Les tissus employés, le taffetas et les indiennes indiquaient le luxe de ces pièces. D’ailleurs, la soie, le taffetas et le velours étaient devenus les garnitures obligées des plus beaux meubles d’apparat, alors que les sièges des pièces secondaires étaient en paille.

  • 96 G. Lefebvre, op. cit., p. 232.

45Les parlementaires douaisiens étaient propriétaires de seigneuries et fiefs dans une large proportion. Les labours dominaient les terres parlementaires. Les Messieurs du Parlement de Flandre louaient généralement leurs terres pour une durée de neuf ans. Ce système leur procurait un revenu régulier, qui ne baissait pas même en cas de mauvaises récoltes. Il leur permettait surtout de maintenir une forme de domination sur leurs paysans. Les parlementaires flamands se préoccupaient comme leurs homologues de Grenoble ou d’Aix, de la gestion de leurs terres. S’ils n’étaient pas insensibles aux lumières physiocratiques, ils restaient cependant attachés aux traditions agricoles de leur province. D’ailleurs, la majorité des grands propriétaires de la province ne se préoccupaient pas trop des progrès de l’agriculture96. Les présidents Blondel d’Aubers, de Forest ou Vernimmen ainsi que le marquis de Creny, avaient fait de leur château, de leur maison de campagne le symbole de leur réussite sociale, de ce nouvel art de vivre à l’image du procureur général du Parlement de Normandie Godart de Belbeuf dont le château était devenu :

  • 97 O. Chaline, Godart de Belbeuf, le Parlement, le Roi et les Normands, Luneray, 1996, p. 147.

« la traduction dans l’espace de son système de représentations. Autour, s’organisent et s’entrecroisent les différents réseaux de parenté, d’influence et de clientèle [...] qui constituent l’autorité du procureur général sur la société normande et sont indispensables à l’action du parfait magistrat97 ».

46Attachés à leur terre, les magistrats du parlement de Flandre résidaient cependant la plus grande partie de l’année à Douai, où ils firent l’acquisition de belles demeures dont les intérieurs traduisaient également cette « douceur des Lumières ».

Notes

1 A. Colombet, Les parlementaires bourguignons à la fin du XVIIIe siècle, Dijon, 2e édition, 1937, p. 104.

2 Avilier, L’explication des termes d’architecture ; cité par M. Figeac, Châteaux et vie quotidienne de la noblesse de la Renaissance à la douceur des Lumières, Armand Colin, 2006, p. 41.

3 N. Elias, La société de cour, Paris, 1974, p. 257-270.

4 L. C. Vacher de Saint-Géran, Esquisse historique, archéologique et statistique sur la commune d’Aubers, Moulins, C. Desrosier imp lib, 1866, p. 35-45.

5 A.D.N., J 1739/19.

6 A.D.N., 2 E 13/1323.

7 A.D.N., C 4396.

8 A.D.N., J 1584/7.

9 S. Vigneron, Les relations villes-campagnes dans la France du Nord de Louis XIV à la Révolution, Thèse, Lille 3, 3 t, t. 2, p. 688.

10 A.D.N., 2 E 13/1559.

11 A.D.N., 2 E 13/748.

12 A.D.N., C 3495.

13 A.D.N., E 2295.

14 A.D.N., C (fiefs) 2375.

15 A.D.N., 2 E 13/458.

16 A.D.N., C (fiefs) 3868, 3869 & 3870.

17 S. Vigneron, op. cit., t. 2, p. 499.

18 A.D.N., Cumulus 14698, 3 G 662.

19 Vovelle M., Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle, Paris, Plon, 1973.

20 A.D.N., Cumulus 15374.

21 TH. Leuridan, Statistique féodale du département du Nord, La châtellenie de Lille, Lille, 1901, 5 t., t. 3, p. 44.

22 TH. Leuridan, op. cit., p. 62.

23 A. Young, Voyages en France en 1787, 1788 et 1789, trad. H. See, Paris, 1934 ; cité par A. Lottin, P. Guignet, Histoire des Provinces françaises du Nord de Charles Quint à la Révolution française (1500-1789), Artois Presses Université, collection Histoire, 2006, vol 3, p. 307.

24 A. L. de La Grange, Généalogies des familles Louis de La Grange et Quellerie de Chanteraine, Tournai, 1882, 52p, p. 13.

25 C. Coulomb, Les Pères de la patrie. La société parlementaires en Dauphiné au temps des Lumières, PUG, 2006, p. 181 ; M. Cubells, La Provence des Lumières. Les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle, Maloine, Paris, 1984, p. 16.

26 A. Lottin, P. Guignet, op. cit., p. 309.

27 A. Lottin, P. Guignet, op. cit., p. 308.

28 A.D.N., Cumulus 15256.

29 G. Lefebvre, Les paysans du Nord pendant la Révolution française, Éditions Laterza, 1959, p. 277.

30 M. Cubells, op. cit., p. 167.

31 C. Coulomb, op. cit., p. 181.

32 A.D.N., 2 E 3/2137.

33 A.D.N., 2 E 3/4185.

34 A.D.N., 2 E 3/2950.

35 A.D.N., 2 E 3/2102.

36 A.D.N., 2 E 13/123/1.

37 A.D.N., 2 E 3/7143.

38 A.D.N., 2 E 3/7152.

39 P. Rosset, Les officiers du Bureau des Finances de Lille (1691-1790), Lille 3, 1981, p. 261.

40 A.D.N., 2 E 3/2129.

41 A.D.N., 2 E 3/2950.

42 A.D.N., 2 E 3/5154.

43 A.D.N., 2 E 3/5262.

44 A.D.N., E 2295.

45 A.D.N., Cumulus 15374.

46 A.D.N., 2 E 3/2950.

47 A.D.N., Cumulus 15374, E 229538, E 2254, E 229437.

48 A.D.N., 2 E 3/7672.

49 A.D.N., E 2299/6, 2 E 3/2133, 2 E 3/2137, 2 E 3/2142, 2 E 3/2143, 2 E 3/2144.

50 A.D.N., 2 E 3/4185, 2 E 3/418650. A.D.N., 2 E 3/7143, 7152 & 7153.

51 S. Dormard, Hamel, Histoire économique et social d’un village du Douaisis, Cambrai, 2006, p. 118.

52 S. Dormard, op. cit., p. 118.

53 A. Lottin, P. Guignet, op. cit., p. 309.

54 S. Dormard, op. cit., p. 118.

55 A.D.N., Cumulus 15256.

56 A.D.N., 2 E 13/417.

57 A.D.N., 2 E 3/7143.

58 A.D.N., 2 E 3/2950.

59 A.D.N., 2 E 3/2159.

60 A.D.N., 2 E 3/7143.

61 A.D.N., 2 E 3/4185.

62 A.D.N., 2 E 3/2144.

63 A.D.N., 2 E 3/2950.

64 G. Lefebvre, op. cit., p. 274.

65 A.D.N., 2 E 3/7672.

66 G. Lefebvre, op. cit., p. 275.

67 F. Bluche, La vie quotidienne de la noblesse française au XVIIIe siècle, Paris, Hachette, 1973, p. 110.

68 A.D.N., C (fiefs) 3946.

69 P. A. du Chastel de la Howarderie, Notices généalogiques tournaisiennes, 3 t., Tournai, 1887, t. 1, p. 105.

70 A.D.N., 2 E 13/1335.

71 Le château de Lewarde, Les Amis de Douai, t. 12, 1997, p. 486.

72 Le château de Lewarde, op. cit., t. 12, 1997, p. 485.

73 Grandeur et décadence du château de Lewarde, Les Amis de Douai, t. 7, 1977, p. 46.

74 A.D.N., 2 E 13/1335.

75 S. Dormard, op. cit., p. 35-36.

76 S. Dormard, op. cit., p. 81.

77 S. Dormard, op. cit., p. 81.

78 A.D.N., C 2466.

79 A.D.N., 1 Q 498, 1Q 516/2.

80 A.D.P.d.C., 1 Q 918, 1 Q 994.

81 M. Figeac, La douceur des Lumières, Mollat, 2001, 311 p, p. 130.

82 M. Figeac, Châteaux et vie quotidienne de la noblesse de la Renaissance à la douceur des Lumières, Armand Colin, 2003, p. 238.

83 A.D.N., 1 Q 516/2.

84 M. Figeac, La douceur des Lumières, p. 119.

85 M. Figeac, op. cit., p. 119.

86 A.D.N., 1 Q 516/2.

87 A.D.N., 1 Q 516/2.

88 J. Feray, Architecture et décoration intérieure en France des origines à 1875, Paris, Berget-Levrault, 1988, p. 267.

89 ADN., 1 Q 516/2.

90 M. Figeac, op. cit., p. 132.

91 M. Figeac, op. cit., p. 212.

92 M. Figeac, Destins de la noblesse bordelaise (1770-1830), Bordeaux, Fédération historique du Sud-Ouest, 1996, 2 vol, p. 169.

93 A.D.P.d.C., 1 Q 994.

94 A.D.P.d.C., 1 Q 994.

95 A.D.N., 1 Q 516/2.

96 G. Lefebvre, op. cit., p. 232.

97 O. Chaline, Godart de Belbeuf, le Parlement, le Roi et les Normands, Luneray, 1996, p. 147.

Table des illustrations

Légende Carte 1. – Les principales propriétés foncières des parlementaires douaisiens à la fin du XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133509/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Légende Graphique 1. – La répartition des terres parlementaires.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133509/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540