Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La voix des dominés

 | 
Laure Verdon

Chapitre I. Manifeste méthodologique, engagements historiographiques

Volltext

« Prise dans sa généralité et son universalité, l’enquête peut se définir comme un processus de description ou de découverte méthodique de tel ou tel aspect de la réalité, opéré en requérant l’avis ou le témoignage de tiers. […] La prolifération des espèces sous un genre aussi largement défini est grande, […] c’est (de la sorte) une grande partie des sources de l’histoire sociale, économique et politique du Moyen Âge qui s’engouffre dans le genre de l’enquête. »
Boureau A., Introduction, dans L’Enquête au Moyen Âge, Gauvard C. (dir)., Rome-Paris, coll. EFR 399, 2009, p. 1-2.

  • 1 Pour une définition juridique de l’enquête, voir notamment Mattéoni O., « Enquêtes, pouvoir princi (...)

1Définie comme la procédure de manifestation de la « vérité1 » par le recours à des témoins qui énoncent leur déposition à la première personne du singulier, l’enquête médiévale revêt de multiples visages. Enquête domaniale, administrative, de réforme, générale, ou encore historique, telles sont les formes que les historiens ont cru pouvoir identifier, qui en disent la diversité des usages et la pluralité des visées.

La « révolution de l’inquisitoire »

  • 2 Niermeyer J.-F., Mediae Latinitatis Lexicon Minus, Leiden-New York-Köln, 1976 (réédition 1997), l’ (...)

2L’enquête médiévale est, en effet, un objet complexe, dont l’ambivalence et la plasticité apparaissent bien dans la définition même du terme inquisitio, qui sert le plus souvent à la désigner dans les textes2. Cette complexité est due, d’une part, à la procédure sur laquelle elle est établie : l’enquête peut, en effet, résulter d’une procédure judiciaire au sens strict dont la finalité est de produire un jugement, mais aussi de la volonté de publier une information, voire d’un « appel d’offres » émanant d’une institution pour établir la vérité d’un fait ou d’une pensée. Ses objets, d’autre part, sont aussi divers, et peuvent toucher tant aux domaines de l’administration, de la fiscalité, de la justice que du savoir ou de la foi ; ses usages, enfin, s’étendent à partir du XIIIe siècle, du recensement de terres et de droits à l’instauration d’une procédure de contrôle des officiers, en passant par le règlement des contentieux juridictionnels, sans oublier la « révolution » en matière judiciaire qu’est censée avoir entraîné l’essor de la procédure inquisitoire dans les cours de justice, sous l’influence, selon les historiens du droit, de l’Inquisition.

  • 3 Les deux premières ont été éditées par Édouard Baratier : Enquêtes sur les droits et revenus de Ch (...)

3La Provence n’échappe pas à ce constat : l’enquête devient un acte courant dans les archives comtales à partir de la seconde moitié du XIIIe siècle. Les plus importantes sont les enquêtes domaniales établies par l’administration angevine à partir du règne de Charles Ier (1246-1285)3. Menées de manière régulière dès cette date, ces procédures publiques et solennelles se transforment en enquêtes générales dès le règne de Charles II, une évolution qui concerne tant la forme de l’acte que son fonds. L’accession à la royauté des Angevins, combinée à l’essor du notariat public dans cette région puis à la fixation des archives à Aix, transforment en effet les contours de la documentation souveraine. Les princes, à l’écoute des plaintes de leurs sujets quel que soit leur statut, vont utiliser l’enquête de vérité pour exercer bonne justice et adopter ce mode de règlement dans tout contentieux qui les oppose aux seigneurs. Ainsi se clarifient, en même temps qu’ils se stabilisent, les rapports de force à l’intérieur du comté.

4Mais l’enquête peut également devenir un outil de construction et d’affirmation de l’autorité seigneuriale, un instrument de sa légitimation. Car les seigneurs eux-mêmes peuvent être à l’origine d’une enquête qui, en faisant appel à la parole des notables notamment dans le cadre d’un conflit de juridiction, devient une pièce maîtresse du processus d’établissement des droits seigneuriaux. Ainsi, contrairement à ce que l’on pourrait croire, les seigneurs ne sont nullement hostiles à l’usage de la procédure inquisitoire, et la sollicitent souvent comme nous le verrons.

  • 4 Pécout T., « Les actes de reconnaissances provençaux des XIIIe-XIVe siècles : une source pour l’hi (...)
  • 5 Aurell M., Actes de la famille Porcelet d’Arles (972-1320), Paris, CTHS, 2001, p. XXXIII : « Une a (...)

5Le XIIIe siècle, et plus spécifiquement la période qui voit la dynastie angevine s’installer en Provence, soit les règnes de Charles Ier et son fils Charles II (1285-1309), est également marqué par l’apparition d’un autre type d’acte, dont la forme aussi bien que les modes d’élaboration relèvent de l’enquête et sont peut-être inspirées des pratiques souveraines : ce sont les reconnaissances de tenure qui reposent sur l’aveu du tenancier4. Les archives seigneuriales, à leur tour, conservent ainsi la trace d’enquêtes de plus en plus nombreuses qui permettent d’aborder de multiples aspects de l’exercice du pouvoir5.

  • 6 C’est notamment l’option choisie par Michel Hébert dans « Les ordonnances de 1289-1294 et les orig (...)
  • 7 Sur ce point, voir Verdon L., « La paix du prince. Droit savant et pratiques féodales dans la cons (...)
  • 8 Les mêmes méthodes sont employées au même moment par l’Église : Shatzmiller J., Justice et injusti (...)

6Les usages de l’enquête par le pouvoir souverain en particulier sont un aspect fécond de la recherche provençale. Perçue comme un véritable instrument de gouvernement, la procédure inquisitoire devient l’outil de contrôle régulier qui permet de garantir les droits et revenus du monarque dès le milieu du XIIIe siècle. Elle est, de la sorte, le complément indispensable à l’instauration d’un véritable pouvoir souverain en Provence ; les historiens n’ont d’ailleurs pas manqué de rapprocher l’essor des enquêtes domaniales de la construction de l’État angevin et de la mise en place des différents organes de gouvernement, d’abord à Naples puis en Provence même dès la fin du XIIIe siècle, notamment ceux liés aux finances et à la fiscalité6. La volonté d’obtenir des ressources régulières, d’imposer l’éminence de l’autorité comtale en matière de justice, de garantir la paix dans le comté7 auraient ainsi guidé la politique des premiers Angevins ; le contentieux avec les puissants, tant laïques qu’ecclésiastiques, serait né de cette avancée inexorable des droits du roi au détriment du pouvoir seigneurial, et l’on aurait adopté la voie de la procédure inquisitoire pour le résoudre en signe de bonne justice8. Ainsi, l’enquête serait-elle avant tout la marque de l’emprise de plus en plus prégnante du pouvoir souverain et un instrument de la mise en ordre opérée par le prince.

Enquête et transactions sociales

  • 9 Gauvard C., « Introduction », Pécout T. (dir)., Quand gouverner c’est enquêter. Les pratiques poli (...)
  • 10 Sur cette articulation entre « réalité », faite de pratiques empiriques révélées par la parole, et (...)
  • 11 Cerutti S., « Normes et pratiques, ou de la légitimité de leur opposition », Lepetit B. (dir)., Le (...)

7La procédure inquisitoire, dont relève tout type d’enquête9, n’est cependant pas simplement un outil de coercition entre les mains du prince et de ses légistes, son objectif n’est pas uniquement d’établir un jugement ou de faire avouer une domination. En cherchant à prouver la « vérité » des faits, en faisant référence à la « réalité des choses10 », elle contribue à produire une norme sur laquelle reposent les règles du jeu social. En ce sens, la procédure devient structurante du politique, car elle « crée un espace juridique à travers des pratiques11 ». Au-delà, elle se trouve porteuse également d’une certaine idée du Bien commun, forgée tant par la procédure qu’exprimée par les témoins eux-mêmes conduits à énoncer ce qui, selon eux, est conforme à la justice et à la « vérité ».

  • 12 Sur l’importance attribuée par les historiens à « l’accord » dans la formation du lien social, une (...)

8Les pratiques, ou usages, liés à l’enquête sont donc au cœur de notre propos. Ces éléments fondent, en effet, le lien social, « l’être ensemble », en même temps qu’ils définissent les contours de l’accord, du compromis, sur lequel repose la société. Les normes, constamment réactualisées pour demeurer opérantes, nécessitent une forme d’accord entre les acteurs dont la procédure inquisitoire peut représenter une facette12.

  • 13 Offenstadt N., « Le témoin et l’historien », Historiographies, II. Concepts et débats, Delacroix C (...)
  • 14 C’est dans ce contexte d’interactions, dont l’observation est au fondement même de l’enquête anthr (...)
  • 15 Sur les procédés de formatage de la parole des témoins, voir notamment le cas particulier des proc (...)
  • 16 Albert Rigaudière attribue ainsi à « toute déposition, partout et en permanence, une fonction d’ex (...)

9La transaction mise en œuvre par l’enquête repose principalement sur l’usage social et politique de la parole publique, en l’occurrence celle du témoin qui dépose et engage par là même sa personne tout entière par l’énoncé d’une « expérience » individuelle ou collective13. Dès lors, il s’agit pour l’historien qui entend utiliser le témoignage comme source historique de reconstituer le contexte d’interactions dans lequel a été recueillie la parole testimoniale14. Pour aller vite, on peut résumer les choses en disant que l’on voit généralement dans cette parole, formatée et conditionnée sous la forme écrite par laquelle elle nous est parvenue, l’expression de la reconnaissance voire du consentement à l’exercice de l’autorité. Les caractéristiques de la parole testimoniale sont en effet désormais bien connues de l’historiographie. Elles se révèlent en premier lieu par le biais de leur mise en forme et en écriture par la plume notariale15 ; au-delà, elles énoncent aussi les règles de la transaction sociale opérée par l’enquête16.

  • 17 Pécout T., « Les actes de reconnaissance… », art. cit., p. 278-279.
  • 18 Le livre IV du Grand Coutumier de France, par exemple, ouvrage rédigé vers 1388, énonce que l’on d (...)
  • 19 « À côté des censiers, terriers et autres registres de fiefs, les comptes constituent une part de (...)

10Selon la finalité de l’acte écrit qui résulte de l’enquête, les différentes phases de l’inquisitio peuvent en effet être, ou non, enregistrées. Dans les enquêtes domaniales et administratives provençales, par exemple, il faut attendre la fin du XIIIe siècle pour que la procédure de convocation des témoins et les interrogatoires des hommes soient intégrés à l’instrument public. L’absence apparente de ces éléments dans les enquêtes antérieures ne doit pas, pour autant, faire conclure trop vite que « l’enquête [avant 1297] n’est nullement structurée autour de l’aveu, contrairement à l’acte de reconnaissance [seigneuriale] où cet élément constitue le cœur de la procédure »17. L’omission de l’interrogatoire des témoins dans l’instrument public final peut, en effet, être liée au respect des normes de présentation du registre ; cette pratique se retrouve ainsi préconisée dans la procédure qui prévaut en droit coutumier dans le cadre de l’enregistrement des preuves lors d’une affaire criminelle18. En outre, des similitudes grandes peuvent être trouvées entre les finalités d’une enquête domaniale et celles poursuivies par une procédure de vérification des comptes : dans les deux cas, le résultat de l’enquête, transcrit dans un registre selon un mode d’énoncé souvent bref mais ordonné, vise tant à affirmer les droits du prince qu’à en conserver la mémoire19.

  • 20 Par exemple à Rognonas, à propos du consentement avant aliénation des parts de seigneurie (affar), (...)

11Outre le fait que la transcription dans un registre transforme la nature du document parvenu jusqu’à nous (mais pas ce qui a présidé à son élaboration, selon nous : l’inquisitio avec son jeu de questions-réponses et ses aveux est bien au cœur de la démarche) en n’en conservant que le résultat « comptable » si l’on peut dire, des traces de l’interrogatoire peuvent se trouver, néanmoins, dans quelques cas. Ainsi, pour l’enquête domaniale de c. 1251, il s’agit, en premier lieu, de conserver trace de l’aveu de la possession du majus dominium – c’est-à-dire la seigneurie majeure – par le comte, par la formule « juravit et dixit », dans les baillies de Grasse, Aix et Digne notamment. Il s’agit aussi des cas pour lesquels le comte entend affirmer une prérogative et obtenir, par l’aveu, ou la délation, l’information la plus précise possible20. La preuve testimoniale sert alors de référence, fixe le droit et est, pour cette raison, conservée par l’instrument public. Il est vrai, cependant, que l’intégration des éléments de procédure au document notarié, à partir du règne de Charles II, souligne le rôle que le pouvoir entend désormais assigner à l’enquête. D’une manière générale, cependant, la forme « dialoguée », alternant questions et réponses, structure le document rédigé par un notaire public.

  • 21 De nombreux exemples de cette procédure, pour le XIIe siècle, peuvent être trouvés dans la documen (...)
  • 22 En Catalogne, on a recours aux témoignages dans les conflits relatifs aux questions de propriété d (...)
  • 23 La Grande Assise de Clarendon, en 1179, prévoit le recours à 12 chevaliers jurés dans ce genre d’a (...)
  • 24 Lemesle B., « Premiers jalons et mise en place d’une procédure d’enquête dans la région angevine ( (...)

12Les formes de l’enquête peuvent également influer sur la nature des témoignages et leur mode d’enregistrement. L’usage d’entendre des témoins pour résoudre un conflit n’est pas nouveau au XIIIe siècle ; c’est même un procédé courant dans le cas d’un arbitrage, par exemple, au cours duquel le ou les arbitres tranchent un différend après avoir entendu les arguments et les témoins fournis par les deux parties21. Dans le cadre de cette procédure, cependant, l’enquête elle-même n’apparaît pas et les témoins ne sont pas interrogés suivant un questionnaire préétabli. Les textes qui vont nous occuper dans cet ouvrage, en revanche, retranscrivent les paroles énoncées afin de leur conférer valeur probatoire. Leur enregistrement, contrairement à ce que l’on pourrait croire, n’est pas purement mécanique et formel : certains détails, a priori inutiles car répétitifs ou n’apportant aucun élément neuf d’information, sont pourtant portés dans l’instrument public. Il convient donc de s’interroger sur la finalité recherchée. Car l’enquête, quels que soient son objet et sa forme, judiciaire, administrative ou domaniale, est toujours entendue, au XIIIe siècle, comme une enquête « de vérité » qui consiste à fournir au pouvoir une information sûre et claire susceptible d’établir, ou de restaurer, un droit. Cette forme d’enquête, que l’on peut nommer « de pays » ou « jurée », se rencontre dès le XIIe siècle en certaines régions, comme l’Angleterre, l’Anjou ou encore la Catalogne22. Elle est, ainsi, à l’origine de la formation des jurys, en Angleterre, dès le règne d’Henri II Plantagenêt, chargés notamment de régler les conflits relatifs aux cas de saisine des fiefs23. Il faut, à l’évidence, rapprocher cette mesure, qui s’inspire du droit romain car elle distingue entre la propriété et la possession, de la doctrine contenue dans les Libri feudorum, notamment l’obligation de produire des témoins dans les cas pouvant entraîner une commise, ainsi que la distinction clairement établie sur le fief entre domaine éminent et domaine utile. En Anjou, l’enquête de pays ressurgit dans le premier quart du XIIe siècle. Il s’agit, dès lors, de régler des conflits civils (conflits de juridiction et de bornage notamment) par le recours à des témoins qui viendront exposer le contenu de la mémoire collective. Bruno Lemesle voit dans cette pratique une volonté, manifestée dès le XIIe siècle, d’accéder à la vérité par le recours à un cadre procédural hérité de l’époque carolingienne ; « la résurgence de l’enquête est cependant liée à l’importance nouvelle accordée peu à peu au cours du XIIe siècle aux témoignages. […] La production de la vérité passait par eux. Aussi l’enquête jurée s’inséraitelle dans un dispositif appelant d’autres forces que les forces instituées et fonctionnait-elle comme une sorte de coalition momentanée, jouant l’une contre l’autre24 ».

  • 25 Morsel J., « Quand faire dire, c’est dire. Le seigneur, le village et la Weisung en Franconie du X (...)
  • 26 Bourdieu P., Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, 1982, p. 103-1 (...)
  • 27 La parole du témoin répond, en effet, aux trois critères du discours d’autorité : elle est prononc (...)

13La « mécanique probatoire » à laquelle donne lieu l’enquête met l’accent sur l’enregistrement de la parole des témoins, sous une forme « dialoguée » qui, même si le questionnaire qui leur est soumis n’est pas reproduit, se fonde toujours sur un jeu de questions/réponses. Cette étape doit être conservée par l’enregistrement, car elle est essentielle à la construction de la valeur probatoire du témoignage oral. Ici encore, l’enjeu de la mise en forme écrite des témoignages dépasse la seule volonté de résumer de manière formelle les propos des témoins. Comme le souligne, en effet, Joseph Morsel, à propos des actes de Weistümer dans la Franconie du bas Moyen Âge, l’enregistrement par l’écrit de la forme dialoguée, par l’emploi de verbes qui transcrivent la réalité orale de l’action (interrogare, dicere, respondere) est une forme d’affirmation et de pérennisation de la domination : « L’interaction question/réponse est […] une pratique essentielle dans laquelle c’est moins le contenu de l’information qui compte que le devoir de donner l’information. […] On a donc affaire à un entrelacement de l’écrit et de l’oral, qui montre que la mise par écrit ne signifie en aucun cas la disparition de la prestation orale25. » Car la parole du témoin a également pour objectif d’énoncer une relation d’autorité, ce que le sociologue Pierre Bourdieu nommait l’efficacité du discours rituel26. La parole, énoncée dans un contexte social de domination, revêt, en effet, une dimension symbolique qui vise à construire la réalité en faisant reconnaître, et accepter par le groupe, la structure de l’autorité par l’acte public et ritualisé de nomination. Ainsi, la parole du témoin n’est-elle pas prononcée à titre personnel, même si elle engage bel et bien le locuteur, mais se trouve normalisée à la fois par les cadres publics de son énoncé (qui en forment le « rituel social ») et sa mise en forme, a posteriori, par le notaire. Ce double processus de normalisation lui confère son caractère « performatif », accentué par la position sociale du témoin qui prend la parole : interroger les notables ou un ensemble de personnes représentatives d’une communauté, recueillir leurs « aveux », c’est engager, par les réponses obtenues, la communauté dans son ensemble ; c’est aussi conférer à cette parole un caractère d’autorité, reconnu par le groupe, et qui induit sa force probatoire27.

  • 28 Généralement par la formule : « dixit idem quod proximus », ou « dixit idem quod X » ce qui peut r (...)
  • 29 « Dixit se nichil scire », ce qui sous-entend qu’il ne peut apporter aucune contradiction à l’affi (...)

14Dès lors on comprend mieux l’enregistrement de témoignages qui n’apportent aucune information réelle. Noter que le témoin dit la même chose que le précédent28, ou qu’il ne sait rien sur le titre qui lui est posé29, revient à construire la « voix unanime » qui, par le nombre de témoignages accumulés, légitimera le droit contesté et le fondera juridiquement comme une coutume, c’est-à-dire le transformera en « vérité ».

  • 30 Le notaire prend note également des défaillances de la mémoire individuelle, car elles dessinent l (...)

15Cependant, les témoins ne parlent pas toujours d’une voix unanime. L’interrogatoire ouvre, de ce fait, un espace de « dialogue » au sens propre du terme, que le notaire enregistre car il contient l’information précise dont a besoin l’autorité à l’origine de l’enquête. Peuvent ainsi apparaître, en premier lieu, des divergences dues à des expériences personnelles différentes ou à une mémoire individuelle plus ou moins profonde, qui contribueront à apporter des détails supplémentaires, généralement introduits par la formule « et addidit quod ». Les témoignages peuvent également se révéler contradictoires sur certains points30, ou partiels. Le notaire enregistre alors ces informations complémentaires, qui ajoutent un détail ou une précision chronologique et fixent l’exercice d’un droit, par la formule « dixit idem, salvo quod ».

  • 31 Le juge ou l’enquêteur demande, en effet, toujours au témoin de justifier ses dires, généralement (...)
  • 32 Ainsi de ce témoin interrogé dans l’affaire qui oppose, en 1359, Sybille de Cabris à la compagnie (...)
  • 33 Parmi les plus complètes, voici la question que l’on pose aux témoins, en 1265, dans l’affaire qui (...)

16Les interrogatoria, établies par le défendeur, peuvent, enfin, être l’occasion de véritables contre enquêtes. Selon la procédure savante, le juge ou l’enquêteur doit, en effet, s’assurer de la fiabilité et de la solidité de l’information fournie par le témoin, en le poussant dans ses retranchements afin de lui faire dire d’où il tient ce qu’il sait, voire à provoquer des contradictions31. Ce peut être, ici aussi, l’occasion d’un espace de « dialogue » où le témoin pourra déployer une parole pas toujours contenue dans le cadre strict du questionnaire ni toujours sereine face aux questions posées32. Cette parole vise, en premier lieu, à s’assurer de l’impartialité du témoin et à écarter tout risque de subornation, en lui faisant redoubler son serment par une formule qui porte sur les motivations de son témoignage33. On peut également rencontrer le cas d’un témoin qui revient sur son témoignage pour le compléter après coup : ainsi dans l’affaire du démêlé des droits respectifs de l’archevêque d’Aix, des Porcelet et des autres coseigneurs sur le quartier de la ville des Tours d’Aix, en octobre 1253, l’un des témoins produits par l’archevêque précise :

  • 34 Actes de la famille Porcelet., no 399, p. 315 : dicit testis quod comites qui pro tempore fuerint (...)

« Le témoin dit que les comtes qui ont été jusqu’à présent n’ont pas, ni ne doivent avoir, dans la ville des Tours plus de XXV livres à titre d’albergue [l’équivalent du droit de gîte] ; si les comtes ou le roi, ou quiconque les représentant, a acquis plus jusqu’à présent, il l’a fait de manière indue et non de droit. Interrogé s’il veut ajouter quelque chose à ses propos, il répond que non. Le même jour, le même témoin se rend devant Guillaume Garnier, juge d’Aix, et Guillaume Nicolas, notaire, qui l’ont déjà entendu, et déclare qu’il se souvient d’avoir omis de préciser dans son précédent témoignage que le mère empire [la haute justice] revient au comte de Provence sur la ville des Tours d’Aix. Il ajoute qu’il a entendu raconter par son oncle Bertrand Pelagallo et par plusieurs autres personnes comment un certain Lachuga et Guillaume Gat blessèrent avec un couteau un sien oncle nommé Tore Nova et comment, pour cette raison, la cour du comte les fit arrêter et pendre au Cridors où se trouvaient les fourches34. »

17Que penser de cette mémoire revenue comme par miracle, et fort à propos, prouver le droit de mère empire du comte ! Doit-on ici incriminer la crainte de la justice comtale s’il s’avérait que le droit souverain de mère empire soit reconnu, des pressions de quelque sorte exercées sur le témoin, ou une réelle, bien que difficile à croire, défaillance passagère de sa mémoire ?

  • 35 Duby G., L’histoire continue, Paris, 1989, p. 70.

18On le voit, l’enquête est loin de ne représenter qu’une mécanique bien huilée au service de l’autorité. En s’attachant à préserver, au moins de façon formelle, l’expression du consentement, elle entrouvre également la porte sur les règles du jeu social, un terrain sur lequel « l’imagination de l’historien35 » se doit de se déployer pour proposer une nouvelle lecture de l’archive inquisitoire.

La « sensibilité » de l’Histoire et de l’historien

  • 36 Wahnich S., Les émotions, la Révolution française et le présent. Exercices pratiques de conscience (...)

19Dans un ouvrage récent, l’historienne moderniste Sophie Wahnich consacre plusieurs pages à définir ce qu’elle nomme une « histoire sensible », attentive aussi bien aux émotions qui traversent l’historien à l’œuvre qu’à celles dont les acteurs du passé ont laissé la trace, « une manière […] de les honorer, en écoutant leurs questions, celles qu’ils se posaient et celles qu’ils nous posent36 ».

  • 37 Ibid., p. 37.

20Rendre l’histoire « sensible », tenter d’accéder à l’univers sensible de ceux dont plusieurs siècles nous séparent, leur (re)donner la parole en quelque sorte, ne se conçoit pas, cependant, comme un simple exercice de style. Il ne s’agit pas, non plus, d’un jeu intellectuel qui viserait à réduire l’écart avec le présent. C’est considérer, au contraire, que l’archive est réellement porteuse d’une « trace » émotionnelle que l’historien doit savoir décrypter. Si les intuitions de celui-ci – ou son imagination – sont, dans le cadre de cette démarche, « embrayeuses de questions », la référence au présent, ou tout au moins aux mécanismes sociaux, voire psychiques, qui peuvent présider à l’énonciation d’un témoignage à l’époque contemporaine, devient dès lors un bon point de départ. Cet anachronisme est « contrôlé37 », dans le sens où il ne vise pas à relire le passé à l’aune du présent, mais bien à forger les outils afin de percevoir, derrière la mécanique procédurale en l’occurrence, le jeu des pratiques sociales.

  • 38 Ricœur P., La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 108.
  • 39 L’autre motivation majeure à l’œuvre dans ce processus est le sentiment de fidélité due aux généra (...)
  • 40 Sur ce point, voir notamment les remarques de Florian Mazel dans « Aristocratie, église et religio (...)
  • 41 Pour ce philosophe, en effet, identités personnelles et identité collective se constituent dans le (...)

21Ainsi, le philosophe Paul Ricœur a-t-il insisté sur les mécanismes psychologiques à l’œuvre dans la production du témoignage. Il souligne, notamment, l’idée de « dette » qui est intrinsèquement contenue dans la mémoire : nous sommes redevables de ce que nous sommes à ceux qui nous ont précédés. De là naît ce que le philosophe appelle le « devoir de mémoire », lié à celui de rendre justice, qui entretient ce sentiment à l’égard des autres38. Si l’on tente d’appliquer ce mécanisme aux témoins d’une enquête, on peut considérer que la dette émotionnelle qui est en jeu dans l’énoncé du témoignage est, pour partie, le sentiment de gratitude due au lignage bienveillant pour la communauté, ou à l’autorité qui lui est supérieure, et transmis de génération en génération39. Or, c’est précisément cet aspect affectif que sollicite le pouvoir en multipliant les occasions au cours desquelles les hommes vont être conduits à éprouver de l’attachement envers leur seigneur40. C’est la mémoire de cette émotion, on peut le supposer, que le témoin sollicite lorsqu’il fait le récit des rituels auxquels il a participé. Il paye, de la sorte, sa « dette » mais l’entretient en même temps par la réitération du même sentiment. Paul Ricœur avance également l’idée d’une forme d’appropriation individuelle de la mémoire commune qui repose sur le mécanisme actif de la quête du souvenir41. Cette appropriation se perçoit notamment, dans les enquêtes, lorsque le témoin illustre un propos général, qui ressortit à la coutume, par une expérience personnelle. Elle vient, de la sorte, renforcer par l’implication directe de la personne la légitimité des pratiques seigneuriales. La coutume, donnée par l’individu comme ce qui se fait en général acquiert ainsi un caractère universel, à l’échelle de la seigneurie, par l’accumulation d’expériences singulières. En outre, la honte que l’on peut éprouver à devoir énoncer publiquement le souvenir d’une condamnation par exemple, s’atténue par la confrontation au témoignage et à l’expérience d’autrui. Le partage obligé des émotions individuelles, positives ou négatives, auquel le témoignage contraint se transforme en expérience affective collective. Celui-ci devient trace d’une expérience humaine transmissible parce qu’accessible à tout homme en situation de dominé.

  • 42 Voir notamment Ginzburg C., « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », Mythes, emblèmes, trace (...)

22Les archives inquisitoires concernant la seigneurie sont-elles, pour autant, les plus pertinentes pour rendre la sensibilité médiévale déployée dans ce contexte ? Carlo Ginzburg est plusieurs fois revenu sur sa méthode historique qui consiste à déterminer le degré de pertinence d’une archive par la recherche de ce qu’il nomme le « paradigme indiciaire ». La mise au jour des mécanismes anthropologiques qui sous-tendent la production de celle-ci, des « mécaniques probatoires » à l’œuvre dans le tissage des liens sociaux – ce que l’on peut également nommer les pratiques sensibles –, doit ensuite, selon lui, guider l’historien dans l’interprétation des documents42.

  • 43 Ricœur P., La mémoire…, op. cit., p. 202.
  • 44 Voir notamment Anheim É., « Singulières archives », Fabrique des archives, fabrique de l’histoire, (...)

23Rechercher la « preuve » de l’échange émotionnel dans le lien social noué au sein de la seigneurie, c’est donc avant tout tenter de constituer un corpus susceptible de le donner à voir ; c’est aussi s’interroger sur les documents qui, par nature, pourraient représenter cette preuve. Une réflexion préalable sur les sources inquisitoires, ou plus généralement sur les actes produits par une enquête, quels que soient son objet et sa finalité, apparaît ainsi nécessaire. C’est du côté de la philosophie, à nouveau, que les idées les plus stimulantes proviennent en ce domaine, notamment dans la liaison que certains philosophes font entre le témoignage et l’archive. Ainsi, Paul Ricœur définit-il le témoignage comme « la phase déclarative et narrative de la restitution des traits de l’événement43 », placé par sa nature même au cœur de la constitution de l’archive. Celle-ci est, en effet, uniquement conçue comme une « trace » qui n’a de valeur probatoire qu’en ce qu’elle est la mémoire des témoins, volontaires ou non, recueillie par l’écriture. Cette conception très restrictive de l’archive est à l’évidence, pour l’historien, sujette à polémiques et remises en cause, et il ne s’agit pas pour nous de la prendre au pied de la lettre44 ; cependant, une telle définition des finalités de l’archive et du caractère performatif de l’oralité acquis grâce à la mise en forme écrite se révèle très pertinente pour ce qui concerne les actes produits à la suite d’une enquête. Dans ce cas de figure, en effet, le « témoin » voit ses qualités spécifiques définies par le droit et la justice ce qui le transforme en producteur d’archive, si l’on peut dire, dans la mesure où la vérité – établie sous la forme de la preuve judiciaire – va être conservée par l’écrit. La mémoire mise par écrit sous la forme d’un acte authentique, celle de la coutume comme celle des faits, se trouve ainsi au fondement de l’établissement du lien social. L’essor des usages de la procédure de l’enquête « de vérité » et du recours aux témoins signe, de la sorte, une évolution des pratiques de pouvoir mais révèle également, et dans le même temps, la mémoire des échanges symboliques sur lesquels repose la preuve du lien de domination seigneuriale.

24Les conditions publiques et rituelles d’énonciation, le contenu du témoignage, le jeu perceptible des pressions et rapports de pouvoir, le temps et le lieu, définissent ainsi un contexte sensible qui révèle autant que le cadre juridique procédural sur le mécanisme de la domination, et offre un mode nouveau de relecture du lien social.

Relire le lien social dans le cadre de la seigneurie : proposition de méthode

25Restituer le contexte sensible de la seigneurie n’équivaut certainement pas à nier le caractère contraignant de cette structure de pouvoir. Nous utiliserons cet angle d’approche résolument comme un simple outil d’analyse, susceptible de révéler le cadre formel du rapport de pouvoir, un cadre que les acteurs historiques sont toujours à même de faire évoluer, et non comme une explication systémique. Ce biais méthodologique vise plutôt à approcher la seigneurie d’une autre manière, dégagée de l’équation dépendance/fiscalité à laquelle l’ont trop souvent cantonnée les historiens.

  • 45 Hévin P., Consultations et observations sur la coutume de Bretagne, Rennes, 1734, cité par Grinber (...)

26Selon l’analyse juridique classique en effet, le pouvoir fiscal exercé par le seigneur contient intrinsèquement le lien de dépendance qui s’établit donc prioritairement sur un mode contractuel privé. En termes juridiques, ce contrat doit reposer sur l’équilibre de la relation établie ; cela signifie notamment que la fiscalité qui en résulte ne doit pas être considérée comme injuste ou arbitraire, mais comme une forme de réciprocité. Ainsi, à l’époque moderne, les feudistes considéreront certaines redevances comme étranges, irrationnelles et vexatoires. C’est qu’alors le rituel, qui met en scène un échange et fonctionne sur la notion de réciprocité, leur est devenu totalement étranger ; il est perçu comme « vaine cérémonie » et ne sert qu’à « vexer les sujets45 ».

27Au Moyen Âge pourtant, tout rapport de domination s’établit à la fois par la rédaction d’un acte authentique à valeur probatoire – comme peut l’être le contrat foncier – et par un rituel. Les deux vont de pair, l’un ne domine pas ou n’est pas considéré comme plus légitime que l’autre dans l’établissement juridique de la domination, même si un décalage chronologique peut s’établir entre les deux. Ainsi, il convient de prendre en considération cette « ritualisation » du rapport de domination, dont l’objet est de conférer à la relation un caractère public et collectif. Il faut donc s’interroger sur le caractère public du lien de dépendance et sur les dynamiques de l’interaction qui s’opère alors entre les deux parties.

28Les anthropologues distinguent deux types d’échanges potentiels dans une société donnée, lesquels mettent en œuvre deux logiques différentes et produisent deux systèmes socio-économiques distincts : le système du marché repose sur une conception utilitaire et intéressée de l’échange noué entre deux individus totalement étrangers l’un à l’autre, cependant que le système du don permet, selon la finalité assignée à l’échange, d’établir une stricte égalité, ou au contraire, une relation de compétition entre les parties. Ce dernier, cependant, implique toujours le principe de la réciprocité induit par l’acceptation du don qui entraîne l’obligation de fournir un contredon. À ces deux systèmes, l’anthropologue Alain Testart a ajouté un troisième type qu’il nomme « échange » à proprement parler :

Définition juridique

Mode conventionnel et juridique entre les parties

Mouvement des biens

vente

contrat

Transfert total ou partiel de la propriété et/ou des biens

échange

Entrée volontaire dans l’échange

Transfert réciproque

don

Acceptation de la donation

Transfert de la pleine propriété

  • 46 D’après Testart A., Critique du don. Études sur la circulation non marchande, Paris, 2007, p. 218.

Tableau 1. – Les trois modes de circulation des biens materiels et symboliques46.

29Alain Testart préfère donc parler d’échange plutôt que de don si la relation repose sur la réciprocité et trouve, par là, son équilibre. Cet aspect juridique de l’échange est fondamental pour les historiens puisque déséquilibrer volontairement la relation revient à instaurer délibérément une situation de dépendance, c’est-à-dire un pouvoir.

  • 47 Le Goff J., « Le rituel symbolique de la vassalité », Simboli e simbologia nell’alto Medioevo, Set (...)
  • 48 La question de la définition du lien de dépendance et des rapports qu’il convient d’établir entre (...)

30Si la théorie du don/contredon a, dans un premier temps, été appliquée par les historiens à la relation vassalique47, rien n’empêche de la voir également à l’œuvre dans le cadre de la domination seigneuriale, dans la mesure où celle-ci recèle ce que Marcel Mauss nommait la « logique d’autorité » du don et que l’on peut résumer de la sorte : l’obligation de rendre le don reçu entraîne une dette de la part du receveur, qui court tant que le contredon n’a pas été fourni. Certains médiévistes ont ainsi vu dans cette dette la marque de la dépendance et la possibilité offerte aux seigneurs de déployer des stratégies en maintenant de manière permanente ou réitérée les personnes soumises à leur domination dans une situation de débiteurs48. Les rituels seraient une forme de reconnaissance publique de cette dette.

  • 49 Testart A., Critique du don…, op. cit., ch. 2 « Les trois modes de transfert », p. 52-56.
  • 50 Ibid., p. 24.
  • 51 Ibid., p. 29.

31Or, Alain Testart a très récemment émis une vive critique des tentatives des médiévistes pour rendre compte de la relation de dépendance, vassalique ou seigneuriale, en termes d’échange49. Pour lui en effet, un échange se caractérise nécessairement par un double transfert, lequel transfert se définit par « le fait qu’un bien, qui était à l’origine à la disposition d’un agent social […] quelle que soit sa nature, passe au sein d’une société à la disposition d’un autre agent, et cela quelle que soit la façon dont il passe pourvu que cette façon soit considérée comme légitime par cette société50 ». Chacun des biens faisant l’objet d’un transfert implique obligatoirement une contrepartie ; c’est même là la caractéristique essentielle de l’échange : le transfert ne peut se concevoir qu’à condition qu’il y ait contrepartie. Celle-ci satisfait à une demande, qui peut être formulée explicitement ou implicitement, qui s’impose comme légitime. Elle fonde ainsi, en droit, l’obligation de la contrepartie, ce qu’Alain Testart résume de la sorte : « L’échange, c’est donc l’ensemble de deux transferts inverses par lesquels deux parties s’obligent réciproquement, l’obligation de l’une étant source de l’obligation de l’autre. […] C’est aussi un phénomène de droit, avec deux obligations, deux dettes qui se répondent et doivent s’annuler51. » Cette vision des choses présente le mérite de réviser la notion de dette, en ne la considérant pas du point de vue temporel – la dette engendrée par le temps nécessaire à l’accomplissement du contredon ou au paiement de la redevance – mais de celui de la nature même de l’acte d’échange : la dette existe à cause de l’échange et elle est double, elle concerne les deux parties du fait même du caractère double du transfert opéré.

  • 52 Ibid., p. 55.

32Cette théorie séduisante ne pourrait cependant, selon son auteur, s’appliquer à l’interprétation de la seigneurie. À cela deux obstacles : le premier est lié à la théorie même telle qu’elle est appliquée par Alain Testart au lien seigneurial : celui-ci n’est appréhendé que sous son angle juridique, c’est-à-dire par les formes du contrat synallagmatique et du changement de statut qu’il provoque. Ainsi, le lien de dépendance, qui est une caractéristique parmi d’autres de la domination seigneuriale, serait un lien qui par nature impliquerait des transferts dus de façon obligatoire et non conditionnelle. D’autre part, le type de biens envisagés pour ces transferts est de nature uniquement fiscale. Leur cause est à rechercher non dans l’échange et la contrepartie qu’il engendre, mais dans le statut même de dépendance : « La réciprocité ou l’idée de contrepartie peut bien être considérée comme la justification de ce lien, ce n’est pas la cause des obligations de chacun : la cause en est ce lien lui-même52. » L’auteur a alors beau jeu d’affirmer que la protection accordée par le seigneur ne peut être considérée comme une contrepartie acceptable au paiement d’une redevance, puisque ces deux « biens » ne sont pas de même nature et ne peuvent, dès lors, correspondre à aucune réciprocité.

33L’idée défendue par Alain Testart est en fait d’ordre général : il s’agit de dire que tout contrat n’est pas obligatoirement de type échangiste et, qu’en sens inverse, la forme contractuelle n’est pas toujours pertinente pour rendre compte des formes politiques de la vie sociale. Cependant, il n’est pas obligatoire de réduire le lien seigneurial à sa seule dimension juridique contractuelle, comme l’ont fait les feudistes de l’époque moderne ; au demeurant, c’est cet a priori qui empêche de considérer le lien seigneurial comme fondé sur un véritable échange. S’il y a bien échange, au sens strict que donne Testart à ce terme, c’est dans le double transfert de « biens » de même nature qu’il convient de le chercher, et à partir d’une documentation qui ne soit pas de nature strictement fiscale. Par ce « filtre » méthodologique, la documentation inquisitoire peut acquérir un sens nouveau, et révéler les mécanismes sociaux à l’œuvre dans le cadre de la domination seigneuriale.

Enquêtes et historiographie de la seigneurie provençale

34Les contours de la documentation seigneuriale provençale revêtent quelques caractéristiques propres : absence de cartulaires laïques, prégnance à partir du XIIIe siècle des aveux et reconnaissances de tenures, faibles traces des actes de la pratique judiciaire sont autant d’éléments qui confèrent aux enquêtes un intérêt historique singulier.

  • 53 L’entreprise d’édition des registres de l’enquête générale menée dans le comté de Provence par Leo (...)
  • 54 Duby G., « La seigneurie et l’économie paysanne. Alpes du sud, 1338 », Études rurales, 1961, p. 5- (...)
  • 55 Telles que les entreprises d’édition de sources (Beaucage B., Visites générales des commanderies d (...)
  • 56 C’est notamment l’objectif poursuivi par Rodrigue Lavoie dans : « Les statistiques criminelles et (...)

35C’est dans le domaine de l’histoire de l’économie rurale que les enquêtes concernant la seigneurie ont été, jusqu’à présent, le plus sollicitées par les historiens de la Provence médiévale53. Ceci résulte de la qualité et de la typologie des documents conservés, ainsi que de l’héritage de traditions historiographiques qui ont mis l’accent, dans un premier temps, sur la rente seigneuriale et l’économie domaniale. À la suite de Georges Duby, et de son article pionnier sur la seigneurie et l’économie paysanne dans les Alpes du Sud d’après l’enquête hospitalière de 133854, une série de travaux universitaires des années 1960-2000 (DES, DEA, maîtrises, Master) mais aussi de recherches de plus grande ampleur55 ont mis l’accent, de manière plus ou moins prononcée, sur l’économie seigneuriale et le système de la coseigneurie qui dilue a priori les droits seigneuriaux et leur rentabilité. L’étude des revenus financiers issus de l’exercice du pouvoir seigneurial fut également le biais adopté en ce qui concerne le thème plus particulier de la justice, une approche rendue possible en Provence grâce à un document exceptionnel : la série des registres de sentences criminelles émanant de l’exercice de la justice seigneuriale par les Hospitaliers à Manosque entre le milieu du XIIIe siècle et celui du XVe siècle56.

  • 57 Une thèse importante en ce domaine historiographique est celle de Florian Mazel, La noblesse et l’ (...)

36Plus récemment, l’intérêt pour l’histoire de la seigneurie s’est élargi et étendu à d’autres aspects, en particulier aux rapports, parfois conflictuels, que l’aristocratie laïque entretiennait avec l’Église et le pouvoir souverain. D’autres types de sources ont alors été mis en œuvre. Ainsi, en ce qui concerne le thème de la constitution du patrimoine seigneurial et de sa transmission, que ce soit sur la base de l’étude des cartulaires ecclésiastiques ou émanant des ordres militaires, ou encore de la (re)constitution de recueils d’actes de la pratique pour certaines familles de la noblesse. C’est, de la sorte, l’emprise progressive de la seigneurie, à partir du XIIe siècle, à la fois sur les campagnes et sur les villes qui a été mise en lumière. C’est aussi la question de la définition de la noblesse qui apparaît, dans ses multiples aspects touchant aux structures de la parenté, à la spiritualité, aux mentalités57.

  • 58 Seuls Florian Mazel et Thierry Pécout s’interrogent véritablement sur cette question, le premier d (...)

37Ce sont, désormais également, les pratiques du pouvoir seigneurial qui retiennent l’attention, ainsi que leurs supports idéologiques. Cependant, les modes « rituels » d’affirmation de l’autorité seigneuriale, en dehors du cas spécifique de la justice et du caractère terrifiant que peuvent revêtir les supplices, n’ont encore que peu suscité d’études58. Ce sont pourtant des « traces » indubitables de la relation de domination tissée dans le cadre seigneurial, labiles jusqu’au XIIIe siècle, car elles reposent sur l’oralité, mais que les procès verbaux des enquêtes contribuent à transformer en preuves et, par là même, en archives. Les enquêtes apparaissent, ainsi, comme une source de première importance pour pénétrer au cœur du pouvoir et en comprendre les différents modes de fonctionnement. Le témoignage, en effet, que l’on envisagera dans le cadre de cet ouvrage tant sous l’angle de sa constitution que des informations historiques qu’il peut contenir, se prête à une analyse étayée des apports méthodologiques d’autres sciences sociales : le droit permet de comprendre comment se construit la preuve en justice et sur quels éléments repose la « vérité » que l’enquête cherche à atteindre, la sociologie et la philosophie portent l’attention sur les mécanismes de la parole publique ainsi que sur les enjeux de la mémoire individuelle et collective, l’anthropologie, quant à elle, envisage les dynamiques de l’échange à l’œuvre dans une relation de pouvoir.

*

38L’enquête sera ainsi envisagée dans les pages qui suivent comme une source historique exploitable à trois niveaux : par son contenu strictement informatif tout d’abord, qui révèle notamment les rituels du pouvoir seigneurial ; par le contexte d’interaction qu’elle construit ensuite entre enquêteurs et témoins, dévoilant les règles du jeu social à l’intérieur de la communauté ; par son usage comme preuve de la seigneurie enfin et indice par là même des enjeux contenus dans les rapports de force à l’œuvre dans le cadre de l’instauration de la souveraineté en Provence. Notre ambition est de parvenir à articuler ces trois niveaux de manière à offrir un tableau de la seigneurie provençale renouvellé et en prise avec l’historiographie politique la plus récente.

Anmerkungen

1 Pour une définition juridique de l’enquête, voir notamment Mattéoni O., « Enquêtes, pouvoir princier et contrôle des hommes dans les territoires des ducs de Bourbon (milieu du XIVe siècle-début du XVIe siècle) », dans Gauvard C., op. cit., p. 364.

2 Niermeyer J.-F., Mediae Latinitatis Lexicon Minus, Leiden-New York-Köln, 1976 (réédition 1997), l’article “Inquisitio” ne recense pas moins de neuf définitions du terme : enquête, enquête par interrogatoire de témoins, enquête judiciaire par interrogatoire de témoins, redevance de nature publique, instance, poursuite, acquisition, intention, requête.

3 Les deux premières ont été éditées par Édouard Baratier : Enquêtes sur les droits et revenus de Charles Ier d’Anjou en Provence (1252 et 1278), Paris, 1969. Pour une mise au point historiographique sur l’enquête en Provence, voir Pécout T., « Présentation liminaire », dans Pécout T. (dir)., Butaud G., Bouiron M., Jansen P., Venturini A., (éd), L’Enquête générale de Leopardo da Foligno en Provence orientale (avril-juin 1333), Paris, éditions du CTHS, 2008, p. XIII-XX.

4 Pécout T., « Les actes de reconnaissances provençaux des XIIIe-XIVe siècles : une source pour l’histoire du pouvoir seigneurial », Le médiéviste devant ses sources, Taviani Carozzi H., Carozzi C. (dir.), Aix-en-Provence, PUP, 2004, p. 278-279, ici p. 277. L’émergence de ce type d’acte dans la documentation seigneuriale à partir du XIIIe siècle est soulignée dans Bautier R.-H., Sornay J., Les sources d’histoire économique et sociale du Moyen Âge, Provence, Comtat Venaissin, Dauphiné, États de la Maison de Savoie, tome 1 (archives des principautés et seigneuriales), Paris, 1971, p. 564-580.

5 Aurell M., Actes de la famille Porcelet d’Arles (972-1320), Paris, CTHS, 2001, p. XXXIII : « Une autre source, précieuse pour l’historien, apparaît désormais dans les chartriers et les cartulaires : l’enquête au sujet d’un litige, pour laquelle on fait appel à de nombreux témoins […] ; grâce à elle, l’exercice de la justice seigneuriale, l’utilisation des communaux, les techniques de la pêche ou l’organisation de l’élevage profitent d’un récit circonstancié de première main » ; les tableaux relatifs à la nature juridique des actes contenus dans les archives des Porcelet montrent bien l’émergence de ce type de source à partir du milieu du XIIIe siècle (p. XXIX-XXXI).

6 C’est notamment l’option choisie par Michel Hébert dans « Les ordonnances de 1289-1294 et les origines de l’enquête domaniale de Charles II », Provence Historique, t. 36, fasc. 143, 1986, p. 45-57 et « L’ordonnance de Brignoles, les affaires pendantes et la continuité admistrative en Provence sous les premiers Angevins », Boudreau C., Gauvard C., Fianu K., Hébert M. (dir.), Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004, p. 41-56.

7 Sur ce point, voir Verdon L., « La paix du prince. Droit savant et pratiques féodales dans la construction de l’État en Provence (1250-1309) », Revue historique, no 654, 2010, p. 291-336.

8 Les mêmes méthodes sont employées au même moment par l’Église : Shatzmiller J., Justice et injustice au début du XIVe siècle. L’enquête sur l’archevêque d’Aix et sa renonciation en 1318, Sources et documents d’histoire du Moyen Âge, 2, Rome, 1999. Le thème de l’influence de la justice d’Inquisition sur l’adoption de la procédure d’enquête de vérité par les puissances laïques est d’ailleurs désormais couramment admis par les historiens.

9 Gauvard C., « Introduction », Pécout T. (dir)., Quand gouverner c’est enquêter. Les pratiques politiques de l’enquête princière (Occident, XIIIe-XIVe siècles), Paris, De Boccard, 2010.

10 Sur cette articulation entre « réalité », faite de pratiques empiriques révélées par la parole, et « vérité », construite par la procédure inquisitoire, on se référera aux remarques d’Olivier Mattéoni dans « Enquêtes, pouvoir princier… », art. cit., p. 364. La question est, de fait, d’ordre juridique et définit le rôle précis de l’enquête comme procédure productrice de normes : la « nature des choses », énoncée par les témoins, doit fonder la « vérité des faits », c’est-à-dire le jugement ou la décision politique que l’enquête aide à produire. Cette voie juridique correspond à une tradition ancienne qui confère au fait une force équivalente à celle du droit dans la recherche de l’équité. Sur ce point, voir notamment Giordanengo G., « De l’usage du droit privé et du droit public au Moyen Âge », Droits et pouvoirs, CRM, 7/2000, p. 45-66, ici plus particulièrement p. 51-52 et Schiavone A., Ius. L’invention du droit en Occident, Turin, 2005, édition française : Paris, 2008, chap. XVI : « Légitimité et pouvoir : le jusnaturalisme », p. 299-320. Pour une réflexion stimulante sur la distinction de principe entre droit naturel et droit positif dans la pensée juridique médiévale, on se reportera à Boureau A., « Droit naturel et abstraction judiciaire. Hypothèses sur la nature du droit médiéval », Annales HSS, 56/6, 2002, p. 1463-1488. L’auteur montre notamment en quoi la procédure inquisitoire, telle qu’elle s’élabore à partir du XIIe siècle, est l’outil pertinent qui permet de transformer la réalité en faits juridiquement qualifiables.

11 Cerutti S., « Normes et pratiques, ou de la légitimité de leur opposition », Lepetit B. (dir)., Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, 1995, p. 127-149.

12 Sur l’importance attribuée par les historiens à « l’accord » dans la formation du lien social, une approche qui a contribué à renouveller l’histoire sociale depuis une vingtaine d’années, voir la contribution en forme de prise de position historiographique de Bernard Lepetit, « Histoire des pratiques, pratique de l’histoire », Lepetit B. (dir)., op. cit., p. 16-22.

13 Offenstadt N., « Le témoin et l’historien », Historiographies, II. Concepts et débats, Delacroix C., Dosse F., Garcia P., Offenstadt N. (dir)., Paris, Folio, 2010, p. 1242-1252, ici p. 1244.

14 C’est dans ce contexte d’interactions, dont l’observation est au fondement même de l’enquête anthropologique, et des éléments de sa reconstitution que repose sans doute la part la plus spéculative de l’usage historiographique du témoignage. C’est également là que se trouve la limite des croisements possibles entre histoire et anthropologie, comme le suggère Michel Naepels dans un article récent : « Anthropologie et histoire : de l’autre côté du miroir disciplinaire », Annales HSS, juillet-août 2010. Pourtant, l’historien n’est pas totalement démuni, d’un point de vue méthodologique, pour aborder ce contexte et ne doit pas s’en remettre uniquement à son imagination.

15 Sur les procédés de formatage de la parole des témoins, voir notamment le cas particulier des procès de canonisation étudié par Didier Lett dans « La langue du témoin sous la plume du notaire : témoignages oraux et rédaction de procès de canonisation au début du XIVe siècle », L’autorité de l’écrit au Moyen Âge (Orient-Occident), Paris, Publications de la Sorbonne, 2009, p. 89-106.

16 Albert Rigaudière attribue ainsi à « toute déposition, partout et en permanence, une fonction d’exutoire. Elle permet aux langues de se délier avec une volonté de gommer un passé difficile et de le reconstruire de manière quelque peu idéale. […] Les informateurs ont alors tendance à répondre en fonction d’une finalité précise, ce qui peut les entraîner à témoigner exclusivement à charge ou à ramener le contenu de leurs dépositions à des considérations toujours valorisantes sur leur situation personnelle » (Rigaudière A., « Conclusions », Quand gouverner c’est enquêter, op. cit., p. 533-578, ici p. 560).

17 Pécout T., « Les actes de reconnaissance… », art. cit., p. 278-279.

18 Le livre IV du Grand Coutumier de France, par exemple, ouvrage rédigé vers 1388, énonce que l’on doit enregistrer les confessions « sans superfluité de langage, le plus bref qu’[on] pourr[a], sans incorporer esdites sentences actes ne aultres non necessaire ». De plus, « en confession d’un homme criminel on ne doit mettre aucuns interrogatoires » (Vincent-Cassy M., « Comment obtenir un aveu ? Étude des confessions des auteurs d’un meurtre commis à Paris en 1332 », L’Aveu. Antiquité et Moyen Âge, Paris-Rome, coll. EFR no 88, 1986, p. 382).

19 « À côté des censiers, terriers et autres registres de fiefs, les comptes constituent une part de la matière mémoriale, la part vivante que les comptables ont pour mission de tenir à jour chaque année et les gens des comptes pour mandat de protéger », Mattéoni O., « Vérifier, corriger, juger. Les chambres des comptes et le contrôle des officiers en France à la fin du Moyen Âge », Revue historique, 641, 2007, p. 31-67, ici p. 56.

20 Par exemple à Rognonas, à propos du consentement avant aliénation des parts de seigneurie (affar), un droit que Charles Ier tend à vouloir imposer en Provence : « Interrogati si aliquis possidens in dicto castro pro domino comite vendidit aliquid alicui, dicunt quod Guill. De San Jurs vendidit affare suum domui Pontis sine consensu ; item R. Girec vendidit nuper affare suum Po. R. Girencle sine consensu » (Baratier É., Enquêtes sur les droits et revenus…, op. cit., p. 380, no 649).

21 De nombreux exemples de cette procédure, pour le XIIe siècle, peuvent être trouvés dans la documentation ecclésiastique provençale, par exemple dans la Gallia Christiana Novissima, au tome II (Marseille). Les seigneurs ont donc l’habitude de ce genre de pratiques, ce qui peut expliquer leur adhésion à la procédure de l’enquête.

22 En Catalogne, on a recours aux témoignages dans les conflits relatifs aux questions de propriété dès le IXe siècle. Il faut voir là, nous semble-t-il, un héritage du droit et des pratiques wisigothiques plutôt qu’une influence carolingienne. Voir sur ce point Bowman J., « L’alchimie de la preuve », Annales du Midi, juillet-septembre 2006, p. 333-351. L’enquête « de pays » relève, par ailleurs, de la procédure accusatoire, par le biais de l’aprise. L’enquête est également utilisée en Catalogne et en Languedoc dès le XIIe siècle comme outil de la justice féodale (Débax H., « Le lien d’homme à homme au féminin. Femmes et féodalité en Languedoc et Catalogne [XIe-XIIe siècle] », http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00498793/fr/).

23 La Grande Assise de Clarendon, en 1179, prévoit le recours à 12 chevaliers jurés dans ce genre d’affaires. Nous n’insisterons pas sur la symbolique évidente du chiffre 12. Voir, sur cette question, Turk E., « Les intellectuels et la réforme judiciaire d’Henri II Plantagenêt en Angleterre : l’exemple de Gautier de Map », B. Lemesle (dir)., La preuve en justice de l’Antiquité à nos jours, Rennes, 2003, p. 49-67, ainsi que Jacob R., « Le serment des juges ou l’invention de la conscience judiciaire (XIIe siècle européen) », R. Verdier (dir)., Le serment, vol. 1, Paris, 1991, p. 439-457. Cet auteur fait le point, dans cet article, sur les questions historiographiques relatives à l’apparition du jury en Angleterre et la résurgence de l’enquête jurée dans la France du nord à partir du début du XIIe siècle.

24 Lemesle B., « Premiers jalons et mise en place d’une procédure d’enquête dans la région angevine (XIe-XIIe siècle) », La Preuve en justice…, op. cit., p. 92-93. Voir aussi : Idem, « L’enquête contre les épreuves. Les enquêtes dans la région angevine (XIIe -début du XIIIe siècle) », L’Enquête au Moyen Âge…, op. cit., p. 41-74. Il convient également de rapprocher l’essor de l’usage de l’enquête, à partir du XIIe siècle, des éléments procéduraux relatifs à l’inquisitio rencontrés dans le droit canonique dès le début de ce siècle, qui fixent les formes et les fins du serment judiciaire notamment et accordent une nette préférence à la preuve testimoniale plutôt qu’à l’ordalie. Voir sur ce point Gaudemet J., « Le serment dans le droit canonique médiéval », Le serment, vol. 2, p. 63-75, et Jacob R., « Le pape, l’enquête et la coutume », L’Enquête au Moyen Âge…, op. cit., p. 89-120. Ce dernier auteur voit dans l’essor de l’usage de la technique de l’inquisitio une affaire essentiellement cléricale au XIIe siècle.

25 Morsel J., « Quand faire dire, c’est dire. Le seigneur, le village et la Weisung en Franconie du XIIIe au XVe siècle », dans L’Information…, op. cit., p. 316-317.

26 Bourdieu P., Ce que parler veut dire. L’économie des échanges linguistiques, Paris, 1982, p. 103-120.

27 La parole du témoin répond, en effet, aux trois critères du discours d’autorité : elle est prononcée par une personne légitime, c’est-à-dire reconnue comme habilitée à la produire (en vertu des critères qui définissent le témoin digne de foi), elle est énoncée dans une situation légitime (établie par le cadre de l’enquête), elle est émise, enfin, dans des formes légitimes (garanties par le serment préalable et l’obligation de dire la « vérité »). Sur ces critères, ibid., p. 111.

28 Généralement par la formule : « dixit idem quod proximus », ou « dixit idem quod X » ce qui peut renvoyer au nom du témoin précédent ou à un autre, une indication indirecte sur la reconstruction, a posteriori par l’acte écrit, de l’ordre dans lequel les témoins ont été entendus. Cette formule se rencontre dès la première enquête connue pour la Provence, celle de 1164 à propos des droits des évêques de Marseille sur la cité.

29 « Dixit se nichil scire », ce qui sous-entend qu’il ne peut apporter aucune contradiction à l’affirmation contenue dans la question posée, ou qu’il ne connaît pas le fondement juridique du droit mis en cause. On ne peut, en outre, dans ces cas écarter l’hypothèse d’une certaine défiance du témoin vis-à-vis de l’autorité qui l’interroge, ce que, pour l’Ancien Régime, les historiens du droit nomment le témoin « réticent », qui refuse sciemment de donner une information précise. Dans le cas des enquêtes diligentées par le comte, lors de conflits de juridiction, cette motivation négative a pu jouer en faveur des seigneurs dont les droits pouvaient être reconnus comme légitimes par la communauté car fondés sur la coutume.

30 Le notaire prend note également des défaillances de la mémoire individuelle, car elles dessinent les contours incertains de la coutume et induisent, ou non, la transformation du droit en un fait connu de tous par la fama publica.

31 Le juge ou l’enquêteur demande, en effet, toujours au témoin de justifier ses dires, généralement par la formule : « interrogatus quomodo scit », qui induit le recours à la vue ou à l’ouïe. Ce peut être aussi l’occasion, pour le témoin de auditu, de rapporter des paroles entendues sous la forme d’un véritable dialogue qui sera retranscrit par le notaire (exemple dans les Actes de la famille Porcelet…, no 419, p. 354). Ce genre de paroles, qui fondent le témoignage dans le cadre de la procédure savante, doivent pour cette raison être retranscrites telles qu’elles ont été prononcées. Voir sur ce point Mausen Y., Veritas adiutor. La procédure du témoignage dans le droit savant et la pratique française (XIIe-XIVe siècles), Milan, 2006 et Hamel S., « Informer les juges. Les enquêtes judiciaires à Saint-Quentin aux derniers siècles du Moyen Âge (XIIIe-XVe siècles) », L’Information…, op. cit., p. 339-360.

32 Ainsi de ce témoin interrogé dans l’affaire qui oppose, en 1359, Sybille de Cabris à la compagnie des Buonaccorsi, excédé par les inutiles répétitions auxquelles on le contraint et qui finit par « exploser » en lachant un « buff ! » de colère, qu’il justifie comme une « réponse stupide, [car] à question idiote, réponse idiote ! » Coulet N., Affaires d’argent et affaires de famille en haute Provence au XIVe siècle. Le dossier du procès de Sybille de Cabris contre Matteo Villani et la compagnie des Buonaccorsi, Rome, 1992, p. 54-55.

33 Parmi les plus complètes, voici la question que l’on pose aux témoins, en 1265, dans l’affaire qui oppose Rainaud Porcelet au viguier – c’est-à-dire au représentant de l’autorité comtale – de la ville de Tarascon à propos de la connaissance d’un cas d’homicide perpétré sur le territoire de Sénas dont Rainaud est le seigneur (Actes de la famille Porcelet, no 419, p. 352-358) : « À la question de savoir s’il est instruit de quelque manière sur cette affaire, il répond que non, qu’il ne témoigne ni par amour ni par haine, ni qu’il a obtenu ou espère obtenir un quelconque avantage » (Requisitus si est doctus vel instructus perhibere testimonium super predictis, dixit quod non nec hodio vel amore non diceret nisi suam veritatem, nec habuit nec sperat inde habere comodum aliquid).

34 Actes de la famille Porcelet., no 399, p. 315 : dicit testis quod comites qui pro tempore fuerint usque ad hec tempora non habent nec debent habere in villa de turribus nisi XXV libras pro albergua et, si ultra acceptaverunt comites vel rex vel alii nomine ipsorum usque ad hec tempora, hec fecerunt injuste et non de jure. Interrogatus si vult aliquid plus dicere, dicit quod non. Eodem die dictus testis venit ad dominum Guillemum Garnerium, judicem Aquensem, et ad Guillemum Nicholaum, notarium, qui audiverant dictum testem, et dixit quod super quibusdam fuerat recordatus que non dixerat in suo testimonio que pertinent et pertinere debent ad dominum comitem Provincie in villa de turribus et dixit quod dominus comes Provincie habet merum ymperium in dicta villa de turribus et dixit quod pro eo quia audivit dici ab avunculo suo condam Bertrando Pelagallo et a pluribus aliis quod quidam qui vocabatur Lachuga et quidam alius qui vocabatur Guillemus Gat vulneraverunt cum cultellis quemdam avunculum suum qui vocabatur Tore Nova et quia fecerunt curia domini comitis cepit eos et fecit eos suspendi in Cridors, ubi tunc erant furche.

35 Duby G., L’histoire continue, Paris, 1989, p. 70.

36 Wahnich S., Les émotions, la Révolution française et le présent. Exercices pratiques de conscience historique, Paris, Éditions du CNRS, 2009, p. 13. Le paragraphe consacré au « plaidoyer pour un historien sensible » se trouve p. 28-58. Le titre même du paragraphe indique combien cette option peut surprendre, voire choquer, et combien il convient de justifier une approche qui peut paraître anachronique. Ajoutons que notre démarche se distingue de celle de l’auteur en ce sens que nous ne visons pas à la réactualisation de l’espace sensible de l’époque étudiée, mais à sa mise au jour.

37 Ibid., p. 37.

38 Ricœur P., La Mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 108.

39 L’autre motivation majeure à l’œuvre dans ce processus est le sentiment de fidélité due aux générations précédentes qui ont été soumises aux mêmes formes de contraintes.

40 Sur ce point, voir notamment les remarques de Florian Mazel dans « Aristocratie, église et religion au village en Provence (XIe-XIVe siècle) », L’Église au village. Lieux, formes et enjeux des pratiques religieuses, cahiers de Fanjeaux, 40, 2005, p. 163-210, ici plus particulièrement p. 182.

41 Pour ce philosophe, en effet, identités personnelles et identité collective se constituent dans le même mouvement. Ricœur P., La mémoire…, op. cit., p. 152-153. Marc Bloch souligne déjà en 1925, dans le compte rendu qu’il livre dans la Revue de synthèse de l’ouvrage du sociologue Maurice Halbwachs, Les cadres sociaux de la mémoire, que « l’idée d’une mémoire individuelle, absolument séparée de la mémoire sociale, est une pure abstraction, à peu près vide de sens » (« Mémoire collective, tradition et coutume. À propos d’un livre récent », Revue de synthèse, t. XL, décembre 1925, repris dans Bloch M., L’Histoire, la guerre, la Résistance, Paris, 2006, p. 335-346, ici p. 342). Sur cette question et le débat historiographique qu’elle suscite, voir en dernier lieu Joytard P., « Mémoire collective », Historiographies II, op. cit., p. 779-791.

42 Voir notamment Ginzburg C., « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », Mythes, emblèmes, traces. Morphologie et histoire, Paris, Flammarion, 1989, p. 139-180 et id., Un seul témoin, Paris, Bayard, 2007.

43 Ricœur P., La mémoire…, op. cit., p. 202.

44 Voir notamment Anheim É., « Singulières archives », Fabrique des archives, fabrique de l’histoire, Revue de Synthèse, t. 125, 2004, p. 155-182.

45 Hévin P., Consultations et observations sur la coutume de Bretagne, Rennes, 1734, cité par Grinberg M., Écrire les coutumes. Les droits seigneuriaux en France, Paris, PUF, 2006, p. 173. L’avocat au Parlement de Bretagne Pierre Hévin fait cette remarque à propos des aveux et hommages que l’on ne doit pas, selon lui, être contraint de prêter verbalement.

46 D’après Testart A., Critique du don. Études sur la circulation non marchande, Paris, 2007, p. 218.

47 Le Goff J., « Le rituel symbolique de la vassalité », Simboli e simbologia nell’alto Medioevo, Settimane di studio del Centro italiano di studi sull’alto Medioevo, XXIII, Spolète, 1976, p. 679-788 ; repris dans Pour un autre Moyen Âge, Paris, Gallimard, 1999, p. 333-399.

48 La question de la définition du lien de dépendance et des rapports qu’il convient d’établir entre stratégies seigneuriales et nature des droits imposés par l’autorité a été abordée par un colloque récent : Bourin M., Martinez Sopena P. (dir)., Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes médiévales (XIe-XIVe siècles). Réalités et représentations paysannes, Paris, Publications de la Sorbonne, 2004. Le second volet de cette approche, paru en 2008 sous le titre Pour une anthropologie du prélèvement seigneurial dans les campagnes de l’Occident médiéval. Les mots, les temps, les lieux, aborde plus précisément la question de la dette. Dans un article récent, Julien Demade propose même de voir dans la relation entre un seigneur et un dominé une forme chrétienne de dette : le terme utilisé dans la région de Nüremberg au bas Moyen Âge pour désigner l’ensemble des devoirs du dominé – die Schuld – désigne, en effet, à la fois la dette et la faute avouée. Au fondement du rapport de domination seigneuriale ne peut donc qu’être la grâce, le pardon du seigneur qui se manifeste par l’accord d’arréages. Voir sur ce point Demade J., « La fonction de l’endettement et de la justice dans le rapport seigneurial, ou la grâce comme contrainte (Franconie XVe siècle) », http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00120336_v3 (22-06-2007).

49 Testart A., Critique du don…, op. cit., ch. 2 « Les trois modes de transfert », p. 52-56.

50 Ibid., p. 24.

51 Ibid., p. 29.

52 Ibid., p. 55.

53 L’entreprise d’édition des registres de l’enquête générale menée dans le comté de Provence par Leopardo da Foligno à l’instigation du roi Robert Ier, entre 1332 et 1334, contribue cependant à renouveller considérablement, à l’heure actuelle, les méthodes et les modes d’interprétation de ce genre de documentation. Trois volumes sont déjà parus, sous la direction de Thierry Pécout : L’Enquête générale de Leopardo da Foligno en Provence orientale, op. cit. ; Pecout T. (dir)., Portier C. (éd)., avec la collaboration de Michel Hébert, Anne Mailloux et Claude Roux, L’Enquête générale de Leopardo da Foligno dans la viguerie de Tarascon (janvier-février 1332), Éditions du CTHS, Paris, 2010 et Pecout T. (dir)., Michaud F., Roux C., Verdon L. (éd)., L’Enquête générale de Leopardo da Foligno en Provence centrale (mai-décembre 1333), Paris, CTHS, 2011. Le volume suivant, sur Digne, devrait paraître au printemps 2012.

54 Duby G., « La seigneurie et l’économie paysanne. Alpes du sud, 1338 », Études rurales, 1961, p. 5-36.

55 Telles que les entreprises d’édition de sources (Beaucage B., Visites générales des commanderies de l’ordre des Hospitaliers dépendantes du grand prieuré de Saint-Gilles [1338], Aix-en-Provence, 1982), les monographies familiales (Aurell M., Une famille de la noblesse provençale au Moyen Âge : les Porcelet, Avignon, 1986), ou encore les thèses portant sur une seigneurie particulière (Carraz D., L’ordre du Temple dans la basse vallée du Rhône [1124-1312]. Ordres militaires, croisades et sociétés méridionales, Lyon, PUL, 2005).

56 C’est notamment l’objectif poursuivi par Rodrigue Lavoie dans : « Les statistiques criminelles et le visage du justicier. Justice royale et justice seigneuriale en Provence au Moyen Âge », Provence historique, 28, 1979, p. 3-20.

57 Une thèse importante en ce domaine historiographique est celle de Florian Mazel, La noblesse et l’Église en Provence, fin Xe-début XIVe siècle. L’exemple des familles d’Agoult-Simiane, de Baux et de Marseille, Paris, CTHS, 2002. La version non éditée comprend un volume de regestes des actes de ces trois familles pour la période considérée.

58 Seuls Florian Mazel et Thierry Pécout s’interrogent véritablement sur cette question, le premier dans « Aristocratie, église et religion au village en Provence (XIe-XIVe siècle) », L’Église au village. Lieux, formes et enjeux des pratiques religieuses, Cahiers de Fanjeaux, 40, 2004, p. 163-210, et le second dans « Confessus fuit et recognovit in veritate se tenere. L’aveu et ses enjeux dans les reconnaissances de tenanciers en Provence, XIIIe-XIVe siècle », Faggion L., Verdon L. (dir)., Quête de soi, quête de vérité du Moyen Âge à l’époque moderne, Aix-en-Provence, PUP, 2007, p. 173-197. L’historiographie du pouvoir seigneurial en Provence se renouvelle cependant à l’heure actuelle grâce à l’entreprise d’édition des registres de l’enquête de Leopardo da Foligno, dont les volumes comportent chacun une riche introduction pour chaque registre.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Lesen

Exklusiver Zugang

open access

Angeboten von L’éditeur de ce site