De l'argent à soi

Les préoccupations sociales des femmes à travers leur rapport à l'argent

Laurence Bachmann
Le sens social

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Présentation

Séparer scrupuleusement dans son porte-monnaie son argent personnel de l'argent du couple, acheter une maison familiale avec deux hypothèques séparées ou vouloir contribuer autant que son mari au compte du ménage alors qu'on gagne moins que lui. Ces pratiques, pouvant a priori être considérées comme futiles, dérisoires, voire irrationnelles, et qui sont parfois dénigrées comme bassement calculatrices par les partenaires masculins, nous renseignent sur les préoccupations des femmes. Par la mise en oeuvre de ces usages de l'argent, elles intègrent au quotidien les notions d'égalité et d'autonomie. Leur rapport à l' argent révèle un souci de soi, une réflexivité permanente sur leurs pratiques, qui leur permet de façonner leurs dispositions et de se construire comme sujet. L'appropriation de l'idéal démocratique d'égalité et d'autonomie par les femmes relève ainsi d'un véritable travail personnel de transformation de soi. En montrant qu'aujourd'hui les femmes travaillent leur émancipation sur un mode individuel et non collectif, et sans mobiliser la critique des rapports sociaux de sexe, cette recherche qualitative renouvelle la question de l'héritage du féminisme des années 1970. L'argent parle. Dans cet ouvrage éclairant, profond et remarquablement écrit, Laurence Bachmann explore ce que l'argent dévoile sur les relations entre hommes et femmes. Jusqu'à présent, l'argent des hommes, hautement patriarcal, a toujours dit : « Tu as besoin de moi ; fais ce que je dis. » L'argent des femmes actives professionnellement rétorque soit : «  Je garde le silence, je t'obéirai encore », soit « Je n'ai pas besoin de toi » et « Tu ne devrais pas avoir besoin de moi. » Mais cette recherche met en évidence la nécessité de questionner la base culturelle de l'individualisme de marché, de fonder l'égalité des sexes sur une vision de communauté morale partagée, de sorte que l'argent puisse plus souvent dire, en toute honnêteté : « Voici mon présent pour nous tous. »

© Presses universitaires de Rennes, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540