Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Oubli des peines

 | 
Guillaume Garnier

Troisième partie. Réussir à dormir

Chapitre VI. Les pratiques individuelles du sommeil

Texte intégral

« Comme on fait son lit, on se couche »

  • 1 M. Perrot, Histoire de chambre, op. cit.

1En faisant mal son lit, on risque de passer une mauvaise nuit, à cause des draps qui s’entortillent, aux dormeurs d’en assumer les conséquences et de mieux le faire le lendemain matin. Chaque homme est maître de son sommeil. Il peut en faire varier la durée, la quiétude, la présence de rêve. Le lieu d’accueil a aussi une part très importante dans la prise de repos. Michelle Perrot en réalisant une Histoire de Chambres, a démontré la pluralité des fonctions qui lui sont associées1. Si bien des chemins mènent à la chambre (repos, sommeil, naissance, désir, amour, méditation, lecture, écriture, quête de soi, Dieu, la réclusion, voulue ou subie, la maladie, la mort…) tous ne peuvent nous séduire. Sa fonction première : accueillir le sommeil mérite bien entendu notre intérêt. La chambre s’organise en partie en fonction de ce rôle.

2La répartition des meubles qui la composent suit une certaine logique. Le lit, élément central à plus d’un titre, trouve sa place dans cet univers intérieur. Chambre et lit sont indéniablement liés. Le sommeil voit dans cette combinaison sa meilleure expression. Pour autant, il s’agit d’un modèle qui est parfois bien loin de la réalité. Le lit notamment, n’est pas toujours le nid douillet dont on rêve. Les formes adoptées par le lit au cours des siècles reflètent les transformations sociales, et par contrecoup, celles de la vie privée, mais aussi des conditions sociales. Tour à tour ruelle, alcôve, couchette, hamac, canapé et bientôt siège ; placé de côté, au milieu, dans un angle, transformable, puis escamotable ; habillé à l’antique, à la duchesse, à la polonaise, à la turque, à l’impériale. Le lit, suivant les lieux, les climats ou la fortune, révèle un art de vivre et occupe une place non négligeable dans l’histoire des civilisations. Étudier le lit c’est aussi ne pas oublier que les amateurs de lits comme Gilles Durant de la Bergerie ne les regagnent pas uniquement pour dormir :

  • 2 G. Durant De La Bergerie, Veille de Vénus, recueillie par Fernand Fleuret dans Les Amoureux Passet (...)

« Ô ! Combien de gaillardises,
Ô ! Combien de mignardises,
Aperceurent ceste nuit,
Et le flambeau et le lit,
Seuls tesmoins de nos délices,
Seuls tesmoins de nos malices,
Lors qu’estroitement pressez
Nous nous tenons embrassez2. »

  • 3 Cf. sur ce point : P. Ariès et G. Duby, (dir.), Histoire de la vie privée. De la Renaissance aux L (...)

3Le lit épouse donc des formes diverses, mais il demeure l’élément central qui participe à part entière à la mise en scène du repos nocturne. Pour autant, un lit n’est qu’un meuble et il ne permet pas à lui seul de connaître comment les hommes y prennent leur sommeil, comment ils « l’habitent ». À la variété de lits, il faut ajouter la diversité des comportements qui y sont associés. Rechercher alors quelles sont les logiques de coucher, de lever, de la durée du sommeil, nécessite de faire des choix. Il est trop aisé de croire qu’elles évoluent peu, ou bien qu’elles suivent les préceptes de l’époque. Conscient donc des limites de vouloir fixer des moyennes de durée de sommeil et de donner des exemples particuliers, il nous faut pour autant être synthétique et tenter de rassembler par catégories de dormeurs : l’âge, le sexe, l’activité, le rang dans la société sont autant de facteurs qui déterminent des habitudes différentes. En aucun moment, ce travail ne peut être exhaustif, mais il éclaire la structuration du quotidien, notamment nocturne, et même sur les sociabilités. La question des heures du coucher et du lever nous entraîne aussi de plain-pied dans l’histoire de l’intimité3. Il s’agit d’une prise de décision dont on essaye de comprendre si elle est dictée par la pression sociale, morale ou chrétienne. Se préparait-on à l’époque à dormir comme on nous l’avait appris ? Ou bien, étions-nous maître de notre corps et même à son écoute ? L’interrogation sur ces sujets est légitime, mais les réponses sont inégales. La promiscuité, le communautarisme, et l’esprit de voisinage imposent le respect de certaines règles auxquelles on ne déroge pas, au risque de se voir soi-même par la suite troublé dans son sommeil.

4La question des sources est aussi essentielle : si la chambre et le lit ont laissé beaucoup de traces, il est plus difficile de construire un corpus. Si les égo-documents s’imposent pour comprendre comment une communauté fait le choix d’adopter un rythme plus qu’un autre, ils demeurent aussi comme une source avec laquelle il faut rester prudent. Si l’apport de sources plus théoriques (traités de médecine, de civilité…) n’est pas à négliger, le contenu est bien souvent consensuel, offrant plus un modèle qu’une réalité. Aussi, avons-nous décidé de nous pencher sur des témoignages recueillis dans des affaires judiciaires, qui ont souvent l’avantage de laisser la parole à des individus qui n’ont pas forcément intérêt à mentir sur l’heure de leur coucher ou de leur lever.

5Un dernier point reste à évoquer : dans cette partie il s’agit de comprendre les comportements individuels, en opposition à l’espace communautaire où se mettent en place des règles plus strictes souvent suivies de près. Étudier comment un corps va évoluer dans l’espace de la chambre, puis se reposer dans un lit particulier qui coïncide souvent à la condition sociale, correspond bien à un acte individuel. L’endroit est clos – outre certaines chambres de parade – et l’acte est privé. Rien n’empêche donc un individu qui l’aura souhaité de connaître le repos dont il a besoin. Cette liberté de mouvement n’est pas à ignorer et elle ne transpire d’ailleurs pratiquement jamais dans les sources lorsque l’acte en lui-même n’est pas répréhensible.

La culture matérielle du sommeil

  • 4 M. Perrot, Histoire de chambres, op. cit., p. 13. Pour la définition et l’origine du mot chambre, (...)

6Les intérieurs français sous l’Ancien Régime nous sont maintenant assez bien connus, que l’on parle de la chambre d’un chanoine de Saint-Hilaire, de celle du Roi, ou encore de celle d’un bourgeois poitevin ou d’un paysan saintongeais. Les écrits et monographies se succèdent et donnent une vue d’ensemble, voire régionale, des différents modes et lieux de vie, même s’il est évident que les chambres du roi et du gentilhomme sont plus familières. Depuis longtemps, les démographes et les historiens de la famille, se sont interrogés sur la place de la chambre. Tous ceux qui ont présenté les intérieurs n’ont pas manqué d’en fournir une description détaillée. De la même manière, définir à nouveau la « chambre à coucher » reviendrait à paraphraser ce que Michelle Perrot, à la suite notamment d’Annick Pardailhé-Galabrun, ou de Pascal Dibie a réalisé remarquablement, le but n’étant pas d’être exhaustif sur la question, mais de montrer en quoi la chambre est un lieu privilégié et déterminant du sommeil. Tout juste, pourrait-on rappeler qu’à la période étudiée dans ce livre, la chambre « exprime la pièce d’un appartement destinée au sommeil4 » qui présente des caractéristiques différentes selon les époques, les régions, les catégories sociales. C’est donc surtout la chambre privée, où l’on couche, mais aussi où on se représente pour les catégories sociales les plus élevées, ou pour être plus proche de la réalité, la pièce où l’on dort, ce qui n’est pas réellement la même chose. Car ce qu’on considère actuellement comme une chambre n’est bien souvent qu’une pièce unique.

  • 5 Voir la synthèse récente de C. Rosselin, M.-P. Julien, La culture matérielle, Paris, La Découverte (...)

7Lieu de prestige, de réception, d’accueil du sommeil, la chambre n’est rien sans le mobilier qui l’habite et la personnalise. Il s’agit plus qu’un décor et le lit en est la pièce maîtresse à plus d’un égard. Il constitue bien souvent le meuble ayant la plus grande valeur, il est comme nous le savons, le lieu qui donne la vie et le lieu de mort. Il est aussi bien entendu l’endroit où l’on se retrouve pour les couples et l’endroit où l’on dort, seul ou à plusieurs. Omniprésent, le lit n’a pas lui aussi échappé à l’œil vigilant des historiens qui ont démontré (surtout dans des études régionales ou locales), comment la pièce unique ou la chambre pouvaient s’organiser autour de lui. L’histoire de la culture matérielle est à ce titre d’une aide majeure5.

8Si le lit constitue un élément déterminant de l’affirmation sociale, il est avant tout l’espace structurant la condition et la qualité de sommeil. L’histoire de la chambre à coucher est également propice pour montrer que la force des usages est liée à la transformation des objets, entraînant habitudes sociales, capacité technique des fabricants. Derrière les apparitions de nouveaux objets et le maintien des anciens, jouent des chaînes de logique qui s’imbriquent. Quatre systèmes d’usage et de valeurs se combinent pour construire l’espace d’une chambre : les conditions matérielles de chauffage et d’aménagement libèrent le lit de son rôle d’isolat et de calfeutrage protecteur ; le vêtement de nuit renvoie à des pratiques de confort, de goût et de mœurs ; l’éclairage joue entre l’utilité et la pudeur ; l’économie corporelle et les nécessités biologiques imposent vase de nuit et pot de chambre, alors que les latrines et les lieux d’aisances sont souvent inexistants ou rejetés en dehors de la maison ou du logement populaire, soit une majorité de l’habitat de l’époque. On conçoit que le déplacement de l’un des variables modifie les autres, le vêtement et le chauffage en priorité, l’eau ensuite.

  • 6 Cité par H. Juin, op. cit., p. 19.

9L’exemple de la chambre à coucher montre ainsi clairement l’imbrication des choix, la rencontre des stratégies de lutte contre la nécessité avec celles du mieux-être, l’indétermination entre le culturel et le technique. Loin d’être triviale, l’histoire du mobilier et des décors populaires est un lieu de rencontre qui joue un rôle très important dans la compréhension des habitudes de sommeil et de la notion même de qualité de sommeil longtemps ignorée. La question matérielle relègue ainsi les plus pauvres à leur miséreuse existence. Si on leur attribue volontiers les faveurs du bienfait du sommeil, ils n’en gouttent qu’une partie dans la mesure où leur lieu d’accueil est précaire, et quand on sait l’importance d’un bon repos, on ne peut douter que ces conditions ont aggravé leur santé et leur espérance de vie. Comme le rappelle le poète Siméon-Guillaume de La Roque (1551-1611), le doux repos ne se goutte que si le lit est de qualité : « Sommeil, fils de la Nuit, doux repos de notre âme/Qui fait ma belle Nymphe en son lit reposer6. »

Chambre à coucher et histoire

« Un lit nous voit naître et nous voit mourir. C’est le théâtre variable où le genre humain joue tour à tour des drames intéressants, des farces risibles et des tragédies épouvantables. C’est un berceau garni de fleurs ; c’est le trône de l’amour : c’est un sépulcre. »
Xavier de Maistre, Voyage autour de ma chambre, édition José Corti, 1984.

10Dans cette description, Xavier de Maistre oublie sans doute à ce moment de dire que pour lui, la chambre est avant tout un asile, une cellule. Selon celui qui l’occupe et la raison pour laquelle il l’occupe, la chambre épouse tour à tour plusieurs fonctions. Sans vouloir toutes les détailler, les rapports directs de la chambre à coucher avec le sommeil seront surtout abordés : disposition, composition, environnement, structure… Aussi, tenterons-nous d’abord d’en retracer grossièrement l’historiographie, ce qui nous permettra de définir la chambre et de comprendre comment elle s’est structurée autour de la place centrale du lit et du repos qui y est associé. Étudier comment les historiens en sont venus à approcher la chambre va revenir aussi à comprendre comment ils se sont inscrits dans une histoire du sommeil. Car si la chambre comme objet d’histoire est un concept qui s’est imposé depuis presque un demi-siècle, son rapport étroit avec le sommeil n’a pas toujours été au cœur des réflexions. Dans la période qui nous intéresse la chambre à coucher ne s’est d’ailleurs toujours pas généralisée et elle demeure une exception pour les classes moyennes et populaires. Aussi, le fait que le sommeil soit accueilli principalement dans une pièce unique, n’a-t-il pas masqué sa singularité et son importance. La définition même de la chambre à coucher ne se conçoit-elle pas autour de la perception individuelle et non de la conception architecturale ? Si le lit est de bonne qualité, ne permet-il pas de faire abstraction du lieu dans lequel il a été placé ? Pour répondre à toutes ces interrogations, il faut être conscient que beaucoup de facteurs rentrent en compte : l’orientation de la chambre, son isolation, la répartition des meubles, la température, les odeurs, la promiscuité…

11La chambre à coucher n’est donc pas une structure couchée sur le plan d’un architecte : elle est « vivante » et ressent des « influences ». Il faut donc suivre un cheminement qui nous fait passer par toutes les figures de la chambre pour espérer comprendre en quoi elle est un élément déterminant du sommeil.

L’historiographie de la chambre : une richesse pour l’histoire du sommeil ?

  • 7 M. Foisil, Le Sire de Gouberville, Paris, Aubier « Histoire », 1981.
  • 8 A. Pardailhé-Galabrun, La Naissance de l’intime. 3 000 foyers parisiens XVIIe-XVIIIe siècles, Pari (...)

12De nombreux travaux historiques ont permis de mieux comprendre les fonctions et l’organisation de la chambre à coucher sous l’Ancien Régime et sa double fonction : chambre à coucher et salle de réception. Annick Pardailhé-Galabrun présente plutôt la chambre comme un espace privilégié de la sociabilité. Elle constate ainsi que vers les années 1550-1560, le gentilhomme normand, Gilles de Gouberville, avait l’habitude de recevoir ses invités dans sa chambre, en son manoir du Mesnil-au-Val, dans le Cotentin7. Dans les maisons parisiennes des XVIIe et XVIIIe siècles, la surabondance des sièges inventoriés dans la chambre du défunt, dépasse couramment la vingtaine. Elle s’élève même jusqu’à trente chez un maître ordinaire de la Chambre des Comptes en 1759, mettant en lumière l’importance de cette pièce comme lieu traditionnel de l’hospitalité. Ses conclusions les plus pertinentes, dépendantes surtout des sources, portent surtout sur les foyers les plus aisés. Dans ces milieux, au XVIIe siècle, la chambre peut revêtir l’aspect d’une pièce d’apparat : on en rencontre un exemple chez un secrétaire ordinaire au Conseil d’Etat et direction des finances, en 1654, où une chambre, richement meublée, autre que celle du défunt, est tapissée d’une tenture de deuil. Dans la demeure d’un secrétaire des finances, décédé en 1666, il y a une chambre dite « italienne », renfermant 24 sièges et un beau mobilier, où personne ne semble coucher8. C’est donc tout le paradoxe de ce nouvel usage de la chambre, de cette facette paradoxale que soulignait aussi à juste titre François Bluche :

  • 9 F. Bluche, La Vie quotidienne au temps de Louis XIV, Paris, Hachette, 1984, p. 76.

« L’influence de Versailles, plus visible dans les châteaux de ces privilégiés que dans leurs hôtels, apparaît avec la disposition nouvelle des pièces. Chacun imite le Roi dans les vingt dernières années du règne, en doublant les grandes pièces de réception par de petits appartements qui préparent les intimités du XVIIIe siècle9. »

13Même si ces deux historiens ont mis en avant que cette chambre d’apparat était bien l’endroit où l’on dormait généralement, les nobles qui recherchaient surtout l’intimité pouvaient se déplacer vers une autre pièce où ils pouvaient être tranquilles et y rester dormir. Louis XV notamment, ne dormira jamais dans la chambre royale où il exécutait son coucher officiel car il y faisait beaucoup trop froid.

  • 10 M. Éleb-Vidal, A. Debarre-Blanchard, Architecture de la vie privée XVIIe-XIXe siècles, Bruxelles, (...)
  • 11 Ibid., p. 40.
  • 12 C. Jombert, Architecture moderne ou l’art de bien bâtir pour toutes sortes de personnes, Paris, Jo (...)

14C’est dans cette intersection de l’histoire de l’architecture et de l’histoire des mentalités, que Monique Eleb-Vidal et Anne Debarre-Blanchard nous invitent sur les traces des petites et grandes transformations qui ont produit en France du XVIIe siècle au XIXe siècle plusieurs types essentiels de bâtiments d’habitation, tel l’hôtel particulier, puis l’immeuble de rapport et aboutissent à des conclusions comparables10. Laissons de côté la partie bien maigre sur le sommeil, pour s’attarder sur l’étude « d’une distribution plus ménagée » des intérieurs bourgeois et nobles au XVIIIe siècle. Enrichissant leur ouvrage de nombreux plans et d’illustrations, ces deux auteures démontrent comment les différents aménagements ont connu leur répartition dans une logique répondant aux usages de la vie quotidienne dans l’habitation en un savoir qui fonde « l’art de la distribution11 », ignorant quasiment les logiques propres à l’hygiène et la qualité du sommeil. Eleb-Vidal et Debarre-Blanchard mettent en lumière cette transformation observée plus haut. Avant le XVIIe siècle, la composition des espaces intérieurs de la maison était régie par des règles d’ordonnancement, principes géométriques, lois de proportion… ayant peu de rapport avec des règles d’usage. Dès lors, ces dernières vont imposer des dispositions spatiales qui bousculent les principes de composition du plan déjà établi. À la distribution s’attache de façon privilégiée dès le XVIIe siècle, la qualité de commodité, qui précise ou remplace le terme « utilité ». La commodité est la traduction de ce qui serait appelé aujourd’hui le confort domestique, nouvelle exigence dans l’habitation. La distribution doit obéir aux principes anciens de convenance qui sont fonction du statut social du propriétaire et aux principes de commodité et de beauté qui se situent et dégagent chaque pièce « suivant l’usage qui lui est propre12 ». C’est donc dans cette ère de spécialisation de ces pièces et de l’enluminure et l’embellissement de ces dernières que vont naître des nouvelles utilisations de la chambre.

  • 13 P. Dibie, op. cit.

15C’est donc à Pascal Dibie, ethnologue français, que nous devons la première véritable histoire de la chambre à coucher13. Reprenant dans une étude condensée, l’usage de la chambre à coucher dans les différentes sociétés, il nous raconte le triomphe de la chambre-parade :

  • 14 Ibid., p. 107.

« C’est installé dans son lit de parade en sa qualité de représentante de la maison, que la femme accueille les visiteurs officiels venus la soigner. Véritable sanctuaire de civilité classique, le lit, le chevet adossé à la muraille, trône au milieu de la pièce. Parfois placé sur une estrade et protégé par une balustrade ou un paravent qui délimite la ruelle où l’on trouve des tabourets et des pliants pour les invités, le lit incite aussi les “coureurs de ruelle” à s’y asseoir, à s’y allonger et parfois même à s’y vautrer14. »

  • 15 O. Ranum, « Les refuges de l’intimité » dans P. Ariès et G. Duby, (dir.), Histoire de la vie privé (...)
  • 16 D’autres études viennent notamment compléter notre savoir et notre connaissance de l’habitat des m (...)

16Il ne faut pas pour autant y voir uniquement un lieu à « demi public ». Mais ce qui fait la force de l’ouvrage de Pascal Dibie, c’est qu’il tente de dépasser les cérémonieuses réceptions, pour montrer que la chambre s’affirme aussi comme un lieu de vie privée. On y dormait plus aussi souvent avec ses domestiques et comme le fait remarquer Orest Ranum, on peut dès la fin du Moyen Âge s’y enfermer : « La chambre est une pièce où se trouve un grand lit avec rideaux, au-delà de la salle et séparée d’elle par une porte ayant une serrure ou un verrou15. » Mais l’intimité naissante de la chambre a été consacrée aussi grâce à la présence des espaces de retrait qui lui sont annexés, comme les antichambres. Le cabinet permet les réunions, la lecture, voire les négociations « commerciales ». Les domestiques ne vont d’ailleurs plus dormir avec leurs maîtres, mais dans une chambre séparée. Dans les châteaux, ils se retirent dans les « garde-robes ». Ils ne dormiront alors plus comme il était coutume avec les enfants, puisque ces derniers se verront installer dans des chambres particulières, améliorant ainsi leurs conforts16. Néanmoins, Dibie comme beaucoup d’autres d’ailleurs, se retrouve face au problème des sources. L’habitat populaire reste toujours difficile à décrire, tant les sources sont parfois difficilement exploitables.

  • 17 G. Audisio, Les Français d’hier. Des paysans, XVe-XIXe siècles, Paris, Armand Colin, t. 1, 1998, p (...)
  • 18 Une partie de la chambre chez les exploitants de Montaillou, était réservée aux animaux. Alazaïs A (...)

17Avant l’ouvrage synthétique de Michelle Perrot, on retrouvait quand même beaucoup de commentaires sur l’habitat populaire et sur la description de son intérieur. Les historiens de la vie quotidienne ne pouvaient pas délaisser cette question, mais il était assez difficile d’en tirer des conclusions généralisables. Prenons par exemple l’étude de la paysannerie du XVe au XIXe siècle, Gabriel Audisio, nous présente clairement en cinq ou six pages les contraintes matérielles de nos ancêtres17. Les maisons rurales sont par leur aspect, très différentes de celles des villes, de par leur forme, maisons à plusieurs étages dans les villes, et de part leur composition, en fonction de son emplacement géographique et de ses matériaux. La pièce unique était presque la règle, encore que l’espace, à niveau social égal manquât moins qu’en ville. Il en résultait une promiscuité entre bêtes et gens d’une part et entre personnes de tous âges et des deux sexes d’autre part dont nous mesurons encore assez mal les conséquences diverses18. Il faut donc considérer le sommeil d’une partie de la paysannerie – et cette idée sera développée par la suite – comme un sommeil ponctué de réveils pour surveiller, ou pour subir les animaux.

  • 19 D. Roche, Le Peuple de Paris : essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, Paris, Aubier, 198 (...)

18Pour les milieux populaires des habitations urbaines, l’unique pièce semble aussi de mise. Nous devons à Annick Pardailhé-Galabrun et à Daniel Roche des descriptions des habitats populaires parisiens. Sans revenir sur le constat de la polyvalence de la chambre et de l’unique pièce, le grief à l’égard des logis urbains touche à leur salubrité. Sébastien Mercier et ses contemporains critiquaient l’existence de modernes insulae dépassant cinq à six étages qui nuisent à l’ensoleillement, obligent le peuple à vivre dans l’obscurité, menacent de s’effondrer et favorisent l’entassement19. Les différents hygiénistes reviendront sur cet état. Et cette moiteur se perçoit dans le sommeil. Les hommes et les femmes, peuvent se retrouver hors de leur foyer la journée, mais au moment de dormir, le lit ne les accueille pas dans des bonnes dispositions. Le peu d’ouverture ne permet pas d’évacuer les odeurs et l’humidité retenues dans la literie. Et il n’est pas rare qu’un couple se couche le soir dans des draps souillés de sueur ou autres excrétions. Selon certains médecins du début du XIXe siècle, ces désagréments se retrouvaient dans la forme et l’organisation même de la chambre.

  • 20 A. Dechambre, Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, Paris, 1876.

« L’alcôve a de nombreux inconvénients : elle circonscrit en effet une atmosphère dont l’air se renouvelle difficilement où la lumière n’a guère accès et qui est un foyer d’humidité et de miasmes. Les alcôves ou ruelles dans lesquels les mécènes du XVIIe siècle recevaient les beaux esprits avaient au moins l’avantage de proportions spacieuses20. »

  • 21 M. Perrot, Histoire de chambres, op. cit., p. 27-52 pour la chambre du roi et p. 257-306 pour les (...)

19Finalement, c’est avec Michelle Perrot que ce survol historiographique sera conclu. Après avoir réalisé une excursion dans les dictionnaires pour définir son sujet, elle s’attelle à décrire, à rechercher les fonctions, l’utilisation des chambres à coucher, qu’elles soient individuelles ou communautaires. Esquissant une histoire globale, sur la longue durée, elle présente pour la première fois les différents types de chambre qui vont déterminer des rythmes de sommeil distincts. Dans la chambre du roi, la chambre communautaire, particulière, d’enfant, des dames, d’hôtel, d’ouvriers… on dort. Les chambres sont bien le résultat d’expériences collectives et individuelles. Chaque chambre évoquée par Michelle Perrot conçoit une pratique particulière de sommeil et un regard spécifique sur les catégories de personnes qui les fréquentent. C’est en cela que l’ouvrage de Michelle Perrot est riche : car elle donne une catégorisation des chambres qu’elle a établie et son travail est une base essentielle et solide à l’histoire du sommeil. Son analyse étant d’une extrême richesse, il serait présomptueux de s’y substituer. Entrant par « majesté » dans son histoire par la chambre du roi et donc de la mise en scène qui l’habite, elle n’oublie pas d’évoquer les chambres ouvrières qui s’y opposent21. Remarquant elle aussi plusieurs fois la spécialisation des pièces et l’importance de son apparence que nous avons déjà évoquées, elle prend aussi le risque de parler des chambres de servantes, des ouvrières à domicile, dont la précarité est difficilement perceptible… C’est ce dernier point, celui des chambres des plus humbles et des expériences très particulières du sommeil qu’elles offrent, que nous nous proposons d’évoquer à notre tour.

La chambre commune et pièce unique

  • 22 Ibid., p. 54.

20« Avant la chambre, il y eut la salle22. » Rudimentaire, cette salle qui accueille lieu de vie et lieu de mort, ne va s’améliorer qu’avec l’enrichissement des campagnes au XIXe siècle. Cette salle unique est donc, dans la période qui nous intéresse, le principal espace d’accueil du sommeil. Il faut par ailleurs noter que l’étude de la pièce à vivre ne se confond pas avec le constat de l’entassement, du rudimentaire de la promiscuité, opposés aux libertés des nobles et des riches ; elle a ses logiques et sa capacité d’imagination, voire de goût.

  • 23 Ibid., p. 55.
  • 24 Ibid.
  • 25 C. Audoire-Mouna, La Société rurale civraisienne à travers les inventaires après-décès 1815-1924, (...)
  • 26 D. Roche, Histoire des choses banales, op. cit., p. 186.

21Les historiens ont réalisé maintenant beaucoup de sondages permettant d’affirmer que « la salle commune primordiale, intergénérationnelle, multifonctionnelle formait la majorité des populations rurales23 ». Ainsi, en 1870, 70 % des logements ruraux en Touraine ne comportaient encore qu’une principale « chambre à feu » où tout était rassemblé dans une superficie allant jusqu’à 40 mètres carrés24. Au milieu du XIXe siècle, la grande majorité des demeures rencontrées (plus de 50 %) dans les inventaires après décès civraisiens (Civray est une ville du sud du département de la Vienne) font état d’une seule pièce principale ou chambre commune25. 75 % des foyers populaires parisiens sont au XVIIIe siècle concentrés dans une salle commune26. Elle est donc sans nul doute la chambre la plus répandue et il faut donc se familiariser avec sa structure. La salle commune se prête à des diversifications fonctionnelles : on recherche l’espace libre par un rangement calculé (les meubles sont placés contre les murs), on partage la surface par un cloisonnement de lits et d’armoire pour obtenir une autonomie des membres de la famille, on repousse une partie des fonctions vers une pièce annexe, dès que possible. On y trouve l’âtre ou le poêle, ainsi que les ustensiles de cuisine, table, tréteaux, bancs, tonneaux vides et sacs de comestibles… Le sommeil subit donc une cohabitation forcée avec des meubles et des ustensiles dont les fonctions sont assez éloignées du repos, provoquant même certaines nuisances.

  • 27 E. Bernard, L’Habitat des élites rurales de la fin du XVIIe siècle et au XVIIIe siècle dans les re (...)

22Dans les campagnes du XVIIIe siècle, la chambre et aussi l’unique pièce, pouvait même se trouver dans le corps des bâtiments d’exploitation entre la grange et l’écurie ou ailleurs. Dans sa chambre, hors du logis du maître, le métayer bénéficiait d’un peu plus d’intimité, mais dans des conditions parfois précaires. En effet, une pièce lui était réservée, à laquelle il accédait sans contrainte. Le mur comptait une fenêtre et le sol était couvert de bouzilly27. La pièce comportait une cheminée pour les repas et le chauffage, puis un ou plusieurs lits. Cette organisation simple était propre à toutes les chambres de métayers logés dans des corps d’exploitation. L’organisation dans les fermes isolées n’est guère différente. Un officier d’état-major décrit en 1839 une ferme du Cantal :

  • 28 J.-P. Houssel (dir), Histoire des paysans français du XVIIIe siècle à nos jours, éd. Horvath, 1976 (...)

« Les maisons sont fort grandes et n’ont généralement qu’un étage à la campagne. Au rez-de-chaussée sont des écuries, étables et l’habitation des fermiers, composée généralement d’une seule chambre avec une grande cheminée et une seule croisée pour donner un peu de jour. Autour de cette grande chambre, existe une boiserie formant de petites niches, de cinq pieds et demi de large. On met dans ces niches des feuilles sèches ou de la paille et on ne connaît pas d’autres matelas dans le pays ; ces niches sont fermées par des portes à coulisse, ordinairement par de mauvais rideaux28. »

23Cet extrait symbolise bien cet entassement des fonctions de la salle commune : lieu de vie et lieu de repos des trois générations autour de l’âtre central et du lit, meuble imposant physiquement mais aussi de signification. Le temps ne semble pas avoir avancé et on a l’impression d’assister à une scène vieille de plusieurs décennies.

  • 29 H. Mendras, La Fin des paysans, Paris, coll. « U », Armand Colin, 1970, p. 306.

24Pour autant, il est très difficile de généraliser et d’établir des schémas types. Ce qui semble certain dans toutes les études qui ont été réalisées sur les intérieurs poitevins, c’est que les lits étaient placés dans les coins. Même si « l’apparente stabilité des sociétés poitevines traditionnelles n’interdisait pas toute innovation29 », par habitude ou peur du changement, les ruraux préféraient conserver le mode de vie et le cadre de vie des anciens. La notion même d’intimité paraît dans cette configuration spatiale très difficile. À Mulhouse, le docteur Louis René Villermé constate en 1840 que la situation en ville n’est pas meilleure et les ouvriers

  • 30 L.-R. Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de (...)

« s’entassent dans des chambres, où pièces, petites, malsaines, mais situées à proximité de leur travail. […] J’ai vu de ces misérables logements où deux familles couchaient chacune dans un coin sur de la paille jetée sur le carreau et retenue par deux planches30 ».

  • 31 Dumont De Bostaquet, Mémoires, Paris, M. Richard éd., 1968, p. 77.
  • 32 Encyclopédie, vol. 14, p. 431.
  • 33 J.-C. Bologne, Histiore de la pudeur, Paris, Hachette, 1986, p. 151.

25Néanmoins, les Français sous l’Ancien Régime avaient aménagé un espace entre le mur et le lit connu pour être particulièrement intime : la ruelle. À proximité du lit, il est un lien avec celui-ci où l’on conserve les biens de valeur à portée de bras du lit, ce que témoigne Dumont De Bostaquet dans ses mémoires : « J’avais de grandes armoires à la ruelle de mon lit, où mes habits étaient, et ce que j’avais de plus considérable, des titres de ma maison31. » Dans l’Encyclopédie, la ruelle peut être prise pour une alcôve, ou « un lieu paré où les femmes reçoivent des visites familières, soit au lit, soit debout32 ». Les « précieuses » du temps de Louis XIV tiennent salon dans la ruelle de leur chambre. Les femmes prennent ainsi l’habitude de recevoir allongées ou assises dans leur lit33.

  • 34 O. Ranum, op. cit., p. 222.

26Les alcôves sont, comme les ruelles, des espaces au-delà du lit, loin de la porte qui donne accès à la salle (ou à l’antichambre dans les maisons d’élite). Thomas Jefferson a fait faire une cloison autour de son lit pour fermer complètement par des portes la petite pièce au-delà du lit, pièce que lui seul pouvait gagner en descendant de son lit du côté de la ruelle34. Cet espace pouvait aussi être réservé pour les enfants comme le laisse entendre Victor Hugo dans les premiers vers de son poème Dans l’alcôve sombre :

  • 35 V. Hugo, Dans l’alcôve sombre, 1831 dans le Recueil Les feuilles d’automne, Paris, 3e éd., Eugène (...)

« Dans l’alcôve sombre,
Près d’un humble autel
L’enfant dort à l’ombre
Du lit maternel.
Tandis qu’il repose,
Sa paupière rose,
Pour la terre close,
S’ouvre pour le ciel35… »

27Alcôves et ruelles n’empêchent pas la cohabitation dans la salle commune. C’est ce que résume parfaitement Michelle Perrot :

  • 36 M. Perrot, Histoire de chambres, op. cit., p. 58.

« Séparées par des rideaux d’indienne, les générations dorment côte à côte ; retirés dans l’alcôve, dans le grand lit de bois, les parents s’aiment, la mère accouche, les vieux meurent. Au moment de l’accouchement, lors du décès, on éloigne les jeunes enfants ; les autres membres de la famille demeurent36. »

28On sent ici toute la complexité de cette promiscuité. À part quelques rideaux jouant le rôle de limite, la séparation entre l’espace de veille et l’espace consacré au sommeil est plutôt symbolique. On préserve les lieux destinés au sommeil selon des règles bien précises. La salle ne doit pas être aérée pour conserver la chaleur, on gomme toute trace d’intimité en évitant de laisser le lit défait puisque celui-ci est impudique.

29Finalement, la promiscuité et la cohabitation forcée avec parfois des animaux, peuvent paraître un luxe pour une grande partie des plus pauvres pour qui trouver un lieu pour dormir est une activité récurrente, surtout l’hiver. Pour les vagabonds, pas de chambres, il s’agit d’obtenir l’hospitalité d’une grange ou d’un grenier à foin, ou bien tenter de s’y introduire subrepticement. Parfois, on recourt à un café pour y dormir, la tête appuyée sur la table, mais l’on est réveillé à heure fixe pour consommer :

  • 37 Cyril-Berger, Les Têtes baissées, Paris, 1913, p. 85 cité par A. Gueslin, Gens pauvres. Pauvres ge (...)

« Au 9 de la rue Montorgueil, à Paris, c’est un débit orné de peintures murales brouillées par la fumée. La chaise se paie 10 centimes (2 sous). Il faut commander un verre en arrivant, un nouveau à 3 heures et un dernier à 5 heures du matin. […] A 5 heures du matin, on vide la salle37 ? »

  • 38 À noter qu’au début du XXe siècle, certains lieux d’accueil comme les dortoirs font l’objet d’une (...)

30Pour le vagabond ou le mendiant, l’autre alternative est de trouver un dortoir d’une œuvre caritative ou d’un asile de nuit (quand ceux-ci commencent à apparaître, essentiellement dans les très grandes villes, à Paris notamment), c’est au pis une cellule de prison. En effet, le vagabondage étant un délit, ces pauvres itinérants séjournent régulièrement en prison, certes, pas très longtemps, du fait de l’encombrement, et parce que le délit reste mineur38.

La spécialisation des chambres à coucher

31La spécialisation de la chambre n’est véritablement effective que dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, comme l’atteste l’usage de plus en plus fréquent du terme « chambre à coucher », dans les actes notariés. Sur 75 logements de la paroisse Saint-Germain-l’Auxerrois inventoriés entre 1768 et 1790, 49 logements (ou 65,5 % d’entre eux) disposent d’une réelle chambre à coucher. Quand le nombre de pièces est suffisant, les enfants ont une chambre séparée de celle de leurs parents. Outre la chambre du défunt, le notaire signale dans un foyer « la chambre des garçons », ou dans un autre, « la chambre de Mademoiselle ». Mais il convient de souligner que cette spécialisation de la chambre est étroitement liée à la taille du logement et au nombre de ses habitants. C’est en effet dans la mesure de la place disponible que les divers besoins du corps, et les activités journalières peuvent s’accomplir dans un espace spécifique.

  • 39 É. Bernard, op. cit., p. 40.

32Il est aussi possible de se rendre compte de la spécialisation des pièces en étudiant par exemple l’habitat des élites rurales dans les ressorts de Châtellerault et de Chauvigny, deux communes du département de la Vienne. L’analyse réalisée par Élodie Bernard aux XVIIe et XVIIIe siècle donne une bonne vision de la place de la chambre. Ainsi dans les « maisons seules », c’est-à-dire un corps de logis avec parfois des bâtiments d’exploitation, où logent généralement le maître et le métayer, la chambre de ce dernier se trouve dans 77 % des cas au rez-de-chaussée du bâtiment principal. Donc, dans 23 % des cas restant, il trouve sa chambre dans un bâtiment d’exploitation39. Les métayers possèdent alors une certaine chance d’avoir une pièce spécialisée qui leur est consacrée. On remarque qu’ils logent toujours au rez-de-chaussée pour pouvoir être les premiers à accéder à leur lieu de travail, dans la mesure où ils sont amenés aussi à se lever la nuit pour s’occuper des animaux.

  • 40 Ibid.
  • 41 Ibid., p. 41.
  • 42 Ibid., p. 41-42. Bien entendu, on ne tient pas compte de la chambre du métayer.

33Dès lors où le métayer est installé dans l’habitation principale, on retrouve le maître dans 71 % des cas à l’étage, séparant ainsi distinctement sa chambre de celle de ses employés40. Ce type de maison et de répartition, est le modèle le plus rencontré dans les inventaires après décès de la région. En fait, le rez-de-chaussée n’était pas totalement réservé au métayer, puisque généralement l’appartement du maître y débutait. On y trouvait alors une grande salle avec des croisées et une cheminée, lieu de rencontre entre le seigneur et ses interlocuteurs extérieurs. Parfois, à côté de cette pièce se présentait une chambre basse qui était réservée au maître41. À l’étage, l’appartement continuait avec une première chambre haute avec une cheminée, c’était le seigneur qui l’habitait, et à côté se trouvait une autre chambre. Ces deux chambres hautes bénéficiaient de croisées. Les chambres étaient séparées les unes des autres par une porte ou une antichambre. Dans cette typologie la moyenne de chambre était de 1 à 2 et plus fréquemment 2 chambres basses42.

  • 43 Ibid., p. 45.

34Dans les cas où métayers et maîtres cohabitaient au rez-de-chaussée, la disposition est bien entendu très différente. En règle générale, le maître occupait deux chambres basses dont une était au moins réservée au coucher et le métayer dans une chambre. Ces deux ensembles étaient aussi souvent séparés par une pièce au moins, le cellier ou le cabinet. Enfin, lorsque le maître occupait tout le rez-de-chaussée, il bénéficiait d’un espace plus large : deux chambres basses, deux pièces d’habitation et un grenier43. Bien entendu, le nombre de pièces de cette maison, ainsi que la spécialisation de quelques pièces comme la salle ou la chambre à coucher, montre un réel écart et une hiérarchie entre ce modèle et ceux dont nous avons parlé précédemment.

  • 44 Ibid., p. 56.
  • 45 Ces métairies étaient composées d’un corps de logis et de bâtiments agricoles puisqu’étant des gro (...)
  • 46 É. Bernard, op. cit., p. 64.

35On peut donc finalement constater que la chambre à coucher existait bel et bien chez les élites rurales du XVIIIe siècle, même si elles n’étaient pas dénommées de cette façon. En effet, si l’on se penche plus précisément sur les « maisons et métairies », cette spécialisation apparaît encore. Globalement, les maisons et les métairies étudiées par Élodie Bernard étaient en majorité organisées selon le modèle où le maître avait son appartement avec des chambres hautes et des chambres basses, et que le métayer bénéficiait dans sa métairie d’au moins une chambre haute et une chambre basse où il demeurait, puisque la chambre était réservée à son maître de passage44. Le métayer par son statut social échappait donc au droit de posséder sa chambre à coucher, mais le maître dans le haut Poitou possédait bien ce privilège. On peut noter toutefois, que dans le cas où la métairie était seule et donc non adjointe à la maison d’un maître, le nombre de chambres pouvait être supérieur pour les métayers45. Dans 50 % des cas, la métairie pouvait être composée de deux chambres basses et deux cas sur six ont d’ailleurs fait apparaître la présence une fois d’une chambre haute et une autre fois de deux chambres hautes en plus46. Même si ces cas de métairies seules sont assez rares (6 rencontrées dans le haut Poitou), ils démontrent bien que l’idée même de la séparation de la pièce à vivre et de la chambre à coucher devient une réalité.

36Les inventaires après décès sont une source inestimable, puisqu’ils font ainsi apparaître la spécialisation des chambres, d’autant plus que dans les milieux populaires, il est assez difficile de trouver d’autres sources aussi pertinentes. Effectivement, au-delà de la littérature, l’iconographie paraît être la seule source exploitable, même si les représentations d’intérieurs sont peu nombreuses. La gravure de Nicolas Delaunay (1739-1792) La sentinelle endormie offre une vision bien particulière de l’espace consacré au sommeil. L’habitation modeste (peut-être un atelier) offre une topographie intéressante. On y voit un jeune homme rejoindre discrètement le lit d’une jeune fille pendant le sommeil du père de cette dernière. S’agit-il d’une chambre particulière ? Le dessin n’est pas explicite, mais la position de la porte au dos du lit semble indiquer qu’il existe d’autres pièces, puisqu’il était inconcevable de placer le lit près d’une telle ouverture. Ces deux membres de la même famille cohabitent-ils dans la même pièce ? Difficile à dire si l’on prend en compte que la porte et les rideaux épais dessinent une séparation nette avec le lit de la jeune fille. On voit donc grâce à cette gravure que l’aménagement des espaces peut se faire sans cloisons fixes et de manière à délimiter de façon précise les espaces intimes.

Ill. 3 : La sentinelle en défaut, Nicolas de Launay, d’après Pierre-Antoine Baudouin (1723-1769), vers 1770, gravure, 50 x 65 cm, BnF, Département des Estampes et de la photographie, Réserve EF-42 (1)-FOL-IFF 72

  • 47 E. Barbieri, Montmorillon et ses campagnes à partir des inventaires après décès (1740-1789), Poiti (...)

37Quoiqu’il en soit, les intérieurs qui ont la possibilité de réserver une pièce uniquement pour le sommeil ne sont pas nombreux et s’il n’est pas essentiel de trop s’attarder sur ce point, il est nécessaire de remarquer qu’il s’agit encore au XVIIIe siècle d’une organisation réservée à la noblesse, voire à la haute bourgeoisie. En fait, les maitres dont nous avons parlé précédemment ne connaissent pas réellement un espace très privilégié et l’existence de deux chambres à coucher ne tient pas compte du nombre de membres de la famille. Aussi, afin de comprendre la constitution d’une structure de spécialisation des pièces, prendrons-nous rapidement l’exemple du château de Régnier, ancien fief de La Trimouille, il fût construit vers 1339 par la famille Loubes demeure du chevalier de Saint-Georges près de Montmorillon dans le département actuel de la Vienne. Il existe plusieurs pièces dont la fonction semble être exclusivement dévolue au sommeil et parmi celles-ci : « la chambre appelée “chambre de l’Indienne” qui renferme deux lits à l’impériale garnis d’indienne, six fauteuils de même étoffe, deux tables en chêne et une tapisserie d’indienne également47 ».

  • 48 M. Perrot, Histoire de chambres, op. cit., p. 141.

38Dans cette spécialisation des chambres, on peut évoquer ce qui est très difficile à cerner : les chambres d’enfants, encore très rares au XVIIIe siècle. Il ne semble pas que ce phénomène ait pour finalité de séparer les générations, puisque ce fractionnement n’intervient que chez les plus aisés. Pour se faire une idée même de ce que pouvait être à l’époque une chambre d’enfant, il faut alors scruter les aménagements de Versailles. Louis XIV fut alors un des premiers à réclamer à proximité de lui ses enfants, légitimes ou non. À l’époque de Louis XV, l’aile des princes, au premier étage fait figure de nursery. De 3 à 7 ans, les enfants possèdent chacun leur chambre où l’on retrouve trois lits : un pour l’enfant, un pour la nourrice et le dernier pour la gouvernante48. En fait, la chambre d’enfant se rencontre surtout avec irrégularité dans les châteaux d’une aristocratie experte habituée à séparer les âges et les sexes. Toutefois, jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, les architectes ignorent quasiment l’enfance dans les plans raisonnés qu’ils élaborent.

  • 49 Mémoires de la Reine Hortense, Le Temps retrouvé, Mercure de France, 2006, p. 73.

39La chambre d’enfant est en effet l’aboutissement d’un processus de différenciation des espaces, amorcé au XVIIIe siècle et qui s’affirme au XIXe siècle, du moins pour les strates supérieures de la société. Car avant, l’espace enfantin est éclaté : le bébé dans les milieux aisés, dort près de sa mère ou près de sa nourrice, et l’enfant lorsqu’il grandit est parfois relégué avec les domestiques. Tout au plus quand une chambre existe, elle se situe souvent dans la partie la moins noble de l’appartement : « J’occupais un appartement fort petit, qui tenait au cabinet de toilette de ma mère » explique Hortense de Beauharnais dans ses Mémoires, elle a alors treize ans en 180049. Beaucoup d’enfants vont être cantonnés dans des réduits, des coins, des annexes, des débarras, des soupentes, parfois derrière des paravents.

L’hygiène de la chambre à coucher

  • 50 A ce sujet lire le chapitre « Le culte de la chambre à coucher » p. 141-180, dans P. Debie, op. ci (...)
  • 51 M. Perrot, Histoire de chambres, op. cit., p. 259.
  • 52 Cf. « Éducation et hygiène du corps à travers l’histoire », actes du colloque… Dijon, 26 et 27 sep (...)

40Si la spécialisation de la chambre à coucher va surtout se faire sentir à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle, c’est aussi parce qu’elle correspond aux préoccupations hygiénistes et aux stratégies sanitaires qui prônent des théories « aéristes » pour l’architecture50. En 1770, le Dr Lépecq de la Clôture était horrifié par l’habitat des cardeurs et tondeurs de drap de Louviers, auquel il attribue l’épidémie de fièvre pestilentielle51. Le plan de la future construction doit désormais faire apparaître l’obligatoire domestication de courants d’air frais pour chasser toute exhalaison putride de la maison. Il faut alors avoir égard au fait que le voisinage des étangs et des marais trouble la pureté de l’air. Il en est de même dans les villes de celui des égouts, des cimetières et certaines industries, qui nécessitent, de la part des autorités publiques, des mesures de police spéciales destinées à sauvegarder la santé des citoyens. D’ailleurs, les habitations rustiques sont toujours plus salubres que les demeures citadines52.

  • 53 P. Dibie, op. cit., p. 141.
  • 54 Ibid., p. 142.

41Pour aérer le plus possible on pouvait avoir recours à des adages anciens. Il était préconisé en hiver de tendre sur les murs des tapisseries, et de couvrir le sol de nattes. On parfumait aussi les chambres avec des parfums chauds, clous de girofle, cannelle, encens, mastic, safran, thym, marjolaine, menthe, serpolet, romarin ou hysope. En été, l’air est corrigé en répandant partout des fleurs et des rameaux verts, ou en aspergeant les murs et le plancher d’eau fraîche étendue de vinaigre. À l’intérieur de la demeure bourgeoise, le comportement olfactif se trouve concerné plus étroitement que naguère par le souffle vital ; dès 1844, le Dr Michel Lévy un des plus grands hygiénistes de l’époque met en garde contre les méfaits des détritus gazeux de la famille53. C’est ainsi que la répulsion croissante pour les émanations de l’autre, érigée en principe d’individualisation, après la victoire du lit individuel, contribua à promouvoir, au moins chez les plus riches, la chambre individuelle. Dès lors, elle est un moyen d’échapper aux vapeurs hostiles, mais elle promeut un type de sommeil bien particulier, laissant la part belle aux prescriptions hygiéniques. Afin de mieux aérer la chambre à coucher, les hygiénistes prescrivent de lutter contre les recoins et les espaces clos. L’alcôve, très appréciée pour l’intimité et le plaisir qu’elle offre, va dans cette lutte être maintenant proscrite. Elle peut effectivement dans toutes les demeures être remplacée par un simple rideau. Le lit aussi devient l’objet d’une attention toute particulière : il va falloir concevoir les pièces dans le but de pouvoir déplacer le lit et le mettre au milieu de la pièce si besoin. Même les garnitures les plus répandues vont être mises à l’index : le lit de plume, l’oreiller, l’édredon, les couvertures activent les sécrétions et favorisent la masturbation et sont donc à supprimer54.

  • 55 Régime de Vivre-1, 1556, cité par E. Wickersheimer, op. cit., p. 215.

42Par ailleurs, comme on le remarquait déjà à la Renaissance, la chambre doit être chauffée et pour chauffer les chambres en hiver, il faut brûler les bûches ou les fagots. La plupart des Français se servaient de cheminées ; les habitants des provinces de l’est et du nord usent plus volontiers de poêles. Il est bon d’allumer des feux de bois ordinaire ou de bois odoriférant, genièvre ou romarin, dans les chambres restées longtemps inhabitées par des malades. Cet adage est très ancien et on le mettait déjà en valeur au XVIe siècle : « Dormir en lieu voulté sans ouverture, avec du feu de charbon » est dangereux. « Car comme dit maistre Benoist de Mursia docteur en médecine, aucuns de son temps sont morts soudainement de la fumée et des vapeurs vénimeux du feu de charbon55. » Le manque d’ouvertures et donc de fenêtres dans les chambres est pourtant un problème assez facile à résoudre, mais il implique des techniques d’isolation que beaucoup ignorent, ne maîtrisent pas, ou bien tout simplement ne peuvent pas installer faute de moyen. Cependant, il n’est pas le seul grief que pouvaient évoquer les hygiénistes. Les odeurs très présentes (cuisson, feu, alimentation, exhalaisons corporelles…) ne facilitent pas le repos dans un espace si clos, même si l’habitude et la fatigue permettent sans doute de passer outre. Participant au paysage olfactif de la chambre, la cohabitation forcée avec les animaux doit aussi être évoquée. Si elle permet leur surveillance et une production de chaleur naturelle, elle est aussi une gêne pour toutes les raisons que nous pouvons imaginer. Dans son étude des élites rurales, Élodie Bernard a ainsi constaté que les métayers partageaient fréquemment leur logement avec une partie des animaux.

  • 56 P. Dibie, op. cit., p. 148.

43Enfin, la bourgeoisie surtout au XIXe siècle traque les microbes, la tuberculose et la syphilis, et déclenche une grande croisade pour la santé et la propreté, arguant du fait que la propreté est le commencement de la vertu. Le « monde du sixième », monde dangereux coupé des maîtres et souvent objet de fantasme sur ses bonnes en liberté, que décrit Anne Martin Fugier dans la Place des bonnes, est visé par cette campagne56. À ceux qui n’y vont jamais, les manuels de la maîtresse de maison comme celui de Mme Pariset publié en 1821 recommandent :

  • 57 Ibid., p. 148.

« L’habitude de surveiller de temps en temps […] la tenue et la propreté de ces chambres est une des meilleures et des plus nécessaires que vous puissiez prendre. Non seulement elle fera partie de l’ordre que vous maintiendrez dans votre maison, mais avec cette inspection inattendue vous pourrez peut être découvrir quelques petites infidélités qui, sans elle, ne viendraient jamais à votre connaissance57. »

  • 58 Ibid., p. 149.

44Maladies de poitrine, tuberculose, chlorose et anémies dues à l’absence de sanitaires corrects et de chauffage sont finalement soulignées par le syndicat national des employés et par la ligue contre la tuberculose, qui en 1906, dénonce « l’asphyxie lente des bonnes58 ».

  • 59 E. Croy-Solre, Journal inédit du duc de Croÿ, Paris, t. 2, éd. Flammarion, 1906-1921, p. 30.
  • 60 Hézecques, Souvenir d’un page, p. 161-169, extrait de A. Maurepas, F. Brayard, Les Français vus pa (...)

45La chambre est donc bien un lieu essentiel qui va s’installer progressivement dans les intérieurs et qui va instaurer en principe, un environnement propice au sommeil. Les plus riches vont pouvoir ainsi affirmer leur puissance, non pas seulement en la montrant, mais en la prêtant. Ces paroles du duc De Croÿ sont à elles seules très caractéristiques de cette démarche : « Le coucher se fit chez nous, sans cérémonie. Je laissais mon appartement libre, ce qui, avec celui vis-à-vis, que ma mère avait fait accommoder, faisait bien voir la beauté et commodité de notre belle maison59. » Mais on peut aussi remarquer que certaines chambres, aussi luxueuses soient-elles, n’étaient pas réservées qu’aux privilégiés. Le garde suisse chargé de surveiller le salon « l’Œil de Bœuf » qui précède la chambre du roi, installait chaque soir son lit (assez peu confortable il est vrai), pour s’endormir dans un décor extraordinaire, au milieu des glaces. Et au point du jour, son œil entrouvert pouvait contempler les chef-d’œuvres de Lebrun60.

Le lit : lieu d’accueil du sommeil

« Mieux vaut une conscience tranquille qu’une destinée prospère. J’aime mieux un bon sommeil qu’un bon lit. »
Victor Hugo

46Victor Hugo a sans doute raison en déclarant qu’il vaut mieux un bon sommeil qu’un bon lit. Car si ce dernier participe dans une certaine mesure à la qualité du sommeil, il n’en est pas pour autant le seul élément. Retracer l’histoire du lit aux XVIIIe et XIXe siècles peut s’avérer être une tâche très ambitieuse en raison de la présence d’une très grande diversité de ce meuble. D’autant plus que si des grands modèles se distinguent, leur constitution et leur structure évoluent selon les classes sociales et les régions qui les fabriquent. À cela, il faut aussi ajouter que le lit se traduit dans une multitude de spécificités selon les besoins et selon les ressources. Aussi, tendrons-nous plutôt vers l’étude des logiques, des fonctions, des structures et du sens donnés au lit, plutôt que sur un catalogue exhaustif de tous les modèles existant à l’époque étudiée.

  • 61 Il ne faut pas oublier aussi que dans la tradition chrétienne, le lit ne signifie pas seulement un (...)

47Il convient donc de commencer par le sens même du mot « lit ». Il vient donc du latin legere, qualifiant le geste d’amasser ou de faire un tas. Dans un premier temps, à partir du XIIIe siècle, il ne s’applique qu’à l’ensemble de la literie, alors que le terme de « châlit » définit le meuble en chêne, en noyer ou en bois blanc. Le châlit (contraction de « châssis » et de « lit ») est fabriqué par le menuisier, la literie l’est par le tapissier et le drapier. À partir de 1570, le mot « châlit » n’est plus employé à Paris, mais reste cité dans les inventaires notariés de la province beaucoup plus tardivement : il apparaît encore en Bretagne au XIXe siècle ! De même, le mot « linceul » est utilisé jusqu’au milieu du XVIIe siècle pour désigner le drap de lit, puis endosse uniquement son aspect funéraire. Dans son Dictionnaire universel de commerce, Jacques Savary des Bruslons décrit tout simplement le lit comme « un meuble qui sert à coucher la nuit, où à se reposer le jour. » Cette définition dans sa simplicité convient tout à fait quand il s’agit d’étudier le lit dans sa fonction première qui est de dormir. Nous pourrions aussi remarquer que Jacques Savary des Bruslons fidèle moralisateur, précise que le lit sert au repos la journée et non au sommeil, puisque le temps qui est réservé à ce dernier est la nuit61.

48Les travaux de Daniel Roche et d’Annick Pardailhé-Galabrun entre autres, ont notamment permis de confirmer la place importante du lit. Avec le lit et sa fonction de repos, apparaît une double médiatisation. Le lit élève l’individu au-dessus du sol, protège le dormeur du froid, mais surtout il assure à l’intimité du couple et à la sexualité, une clôture impossible à créer dans l’espace de la cohabitation traditionnelle. Dans la salle commune, le lit oppose l’espace privé et nocturne à l’étendue diurne et collective, son transfert dans la chambre à coucher va souligner la tendance à la privatisation, au repliement sur la vie conjugale. Cette double valeur – protection et isolement – se traduit dans le meuble lui-même, lit clos de bois breton que ferment des portes coulissantes ajourées et décorées, ou lit fermé par une architecture de piliers, de rideaux, et de ciel de lit qui dominent dans les intérieurs parisiens, comme dans ses équipements accumulés avec plus ou moins de luxe et de richesse, draps, couvertures et oreillers. La coupure signifiée par le lit, rendant la relation sexuelle relativement secrète, introduit à une sphère différente, sacralisant la reproduction par l’amour, inséparable d’une nouvelle conception de la famille. Le lit lui-même fait l’objet d’une attention toute particulière ; lieu du non-dit de la sexualité, il est nécessaire d’en effacer chaque matin les traces qui pourraient s’y rapporter. À toutes les époques, le lit est un meuble essentiel, au centre de la vie des hommes. Selon Amboise Paré, les hommes et les femmes se sont toujours allongés afin d’effacer « par oubliance les passions et les fâcheries et de guérir les lassitudes du corps faites par grand labeur ». Le lit est aussi le lieu où nous tentons de guérir la maladie, il est la scène où prennent place les rêves, il est omniprésent de notre naissance à notre mort, il est même un lieu de travail. Winston Churchill travaillait alité pendant la Seconde Guerre mondiale ; Matisse âgé, dessinait sur les murs qui entouraient son lit avec des morceaux de fusain fixés à une canne ; Rossini y composa plusieurs opéras et Colette y a écrit bon nombre de romans.

  • 62 L. S. Mercier, op. cit., p. 255-257.
  • 63 Les exemples qui vont suivre viennent de l’étude des inventaires après décès du Montmorillonnais, (...)

49Sentimentalement ou même financièrement, le lit tenait une place très chère dans les foyers. Les historiens qui se sont penchés sur les inventaires après décès estiment que chez les plus démunis le lit représentait couramment un tiers du budget des foyers. Bien sûr, pour ceux qui ne possèdent rien, la misère touche aussi le lit : « Les meubles en totalité ne valent pas vingt écus ; et tous les trois mois les habitants changent de trou, parce qu’on les chasse faute de paiement du loyer. Ils errent ainsi et promènent leurs misérables meubles d’asile en asile62. » Cette description de Louis Sébastien Mercier vise une population des plus miséreuses, alors que certains laboureurs, artisans, vignerons ou marchands possédaient des lits de grande valeur. Sur ce point, on peut se référer à François Dagognet qui a très bien illustré cette conception d’art populaire, où le lit se pose en tant que travail d’artiste. Quelle que soit l’époque, il y a toujours deux extrémités sensibles : les lits des plus riches et des nobles, largement élaborés et ceux des populations plus ordinaires survenant tant bien que mal à la nécessité de dormir. On est d’ailleurs frappé par la valeur de ces lits qui représentent à eux seuls dans certains cas 65 % du coût total des meubles63. C’est un objet coûteux, 50 livres en moyenne, on dénombre 3,5 lits par intérieurs. Le lit occupe une place centrale : 68 % du mobilier chez les ecclésiastiques et les marchands, 67 % chez les notables, 65 % chez les laboureurs, 63 % chez les artisans et 60 % chez les nobles. Cette uniformité ne doit pas masquer les disparités sociales en ce qui concerne la valeur de ce bien. Il est en moyenne deux fois plus cher chez un noble que chez un laboureur : 80 livres contre 40 livres. Le nombre de lits est également proportionnel au niveau social à la fortune : 1,5 lit par intérieur pour les laboureurs contre 6,8 chez la noblesse.

50Cette dernière remarque enseigne donc qu’il existe réellement une très grande hétérogénéité des lits. Selon les époques, il épouse des formes, des couleurs, des matières et des structures différentes auxquelles il ne faut pas voir naïvement des volontés d’améliorer les conditions de sommeil. Le lit est aussi objet de mode, un apparat, avant d’être un lieu pour dormir. Aussi, pour comprendre comment les lits accueillaient le sommeil nous ne pouvons nous soustraire à le voir comme une parure et une mise en scène du sommeil. Quelles sont donc les logiques de composition de ce meuble ? Qu’est-ce qui permet de distinguer les différents types qui se sont succédés aux XVIIe et XVIIIe siècles ? Le lit, comme élément indiscutable de distinction sociale répond-il aussi à des logiques de qualité de sommeil ?

51Ces interrogations, aussi légitimes soient-elles, ne nous font pas oublier que l’histoire du lit ne peut être menée d’une manière exhaustive. Cela amène donc à faire des choix parfois arbitraires. Pour se faire, nous avons donc décidé de présenter d’une manière générale les différents types de lits, formes, structures et composition, qui se sont substitués et qui ont été recensés par différents historiens dans la période moderne et préindustrielle. Cette hétérogénéité ne peut bien entendu être présente que chez les plus aisés, mais il est important d’en parler car eux aussi dorment, et surtout parce que la constitution même du lit est à mettre en rapport avec les pratiques du coucher, de lever et de la civilité qui les accompagnent. Il sera aussi question de voir dans quelle mesure les lits appréciés par les classes sociales élevées se sont diffusés chez les milieux populaires et comment ils constituent souvent l’élément central de la principale pièce d’habitation.

Formes et structures du lit

52Afin de comprendre comment se sont structurés les lits et sous quelle forme, il faut remonter au Moyen Âge. À cette époque l’usage du lit, raffiné et extravagant, qui existait dans les civilisations anciennes pour les plus aisés, va continuer sous d’autres formes. Les lits médiévaux à baldaquin avec ses drapés sont une constante des enluminures. Ils étaient aussi conçus de manière à ce que l’on puisse dormir en position assise, avec des coussins pour surélever la tête. Le lit va désormais être réservé au sommeil et il devient un élément indispensable aux chambres. Par la suite, les tentures entourant le lit vont prendre de plus en plus d’importance et devenir des lieux de déploiement de richesse, mais aussi permettre une plus grande intimité au couple. Avec la Renaissance, les chevets de lit vont devenir des supports de décors sculptés, et c’est donc en partie à l’époque moderne que le lit va s’affirmer comme l’ouvrage de deux corps de métiers : les menuisiers qui réalisent toute la garniture de bois, comme le châssis ou la couchette, le chantourné, l’impériale et les avant bois ; puis les tapissiers qui complètent avec les matelas, les paillasses, les lits de plumes, les couvertures ou courtepointes, et ce qu’on appelle le tour de lit qui consiste en rideaux, pentes, bonne-grâces, dossier, ciel, chantourné… Le menuisier fabrique donc le chevet, terme utilisé pour qualifier la tête de lit, il s’agit souvent d’un panneau plus élevé que le panneau du pied. Il désigne aussi la planche rembourrée ou en bois qui est placée au chevet du lit. Le reste du lit se compose alors d’un court pan : traverse du chevet, ou du dossier de lit, reliant les pieds ; d’un pied de lit : extrémité du châlit d’un lit ; d’un longeron : pièce longitudinale du lit, c’est l’élément horizontal qui raccorde les chevets ; et enfin le châlit : cadre du lit (longs pans et traverses) en bois ou en métal, fermé par le chevet et le pied de lit, relié par les battants.

53Le tapissier quant à lui ornementera le lit d’aigrettes : panaches des pavillons de lits qui forment les dais et les baldaquins à l’époque médiévale jusqu’au XVIIIe siècle ; d’un baldaquin (ou ciel de lit) : élément de couverture de lit, d’origine orientale, il est généralement formé d’un châssis en bois reposant sur des colonnes et est revêtu d’une pièce de tissu retombant en drapé ; de dais, c’est-à-dire des étoffes drapées tendues au-dessus du lit, souvent ornées de panaches disposés aux quatre coins ; et enfin d’une courtine : tenture servant à séparer une pièce ou une partie de pièce de l’espace environnant, parfois même à isoler certains meubles comme les lits à baldaquin.

54Si tous les lits ne sont pas composés de tous ces éléments, on retrouve fréquemment la même base et bien souvent les seules différences remarquables portent sur une forme ou une couleur différente du baldaquin par exemple. Ainsi, le lit à hauts piliers était souvent l’apanage des plus aisés, alors que le lit à bas piliers était réservé plutôt au peuple. L’agencement de ces éléments et la place occupée par le lit dans la pièce permirent de distinguer plusieurs types de lits bien différenciés, ainsi que leur double fonction : sommeil ou apparat, deux rôles très distincts, dont il est parfois difficile d’en saisir les nuances.

Modèles de Cour : lits de sommeil et lits d’apparat de Louis XIV à Louis Philippe

  • 64 A. Burgess, Sur le lit, Paris, Denoël, 1982, p. 81.

55On sait que William Shakespeare légua à sa veuve le second de ses lits par ordre de préférence. On a cru voir là une intention de la blesser ou de l’humilier : pourquoi ne pas lui avoir légué son lit préféré ? La raison en est simple. La fille de Shakespeare, Susannah et son mari, le Dr John Hall, devaient hériter de la grande maison de New Place, à Stratford et naturellement y occuper la chambre principale où se trouvait le meilleur lit. Ann Shakespeare, la veuve, se retrouva donc placée dans la situation d’une douairière à qui échoit le second lit de la maison, et non le troisième et le quatrième. Le lit qui lui était destiné était sans doute celui-là même sur lequel elle et William avaient rêvé leurs rêves de jeunesse et consommé leur amour. Devenu riche Shakespeare s’acheta un meilleur lit, plus propre à recevoir les hôtes distingués qu’à se livrer aux occupations maritales, et l’autre, relégué désormais au second rang, « n’abritait plus sous un grand ciel de lit d’espoir que le matelas de pétales de roses des souvenirs64 ». Cette anecdote relatée par Anthony Burgess est représentative de ce que devient le lit au XVIIIe siècle : lieu de plaisir, lieu de nostalgie mais avant tout lieu de représentation de soi.

  • 65 Un meuble d’apparat est un meuble exécuté dans des bois précieux avec un soin particulier et figur (...)
  • 66 É. Littré, op. cit., article « lit ».

56Ainsi le lit, lieu de souvenir, lieu de l’intimité n’est peut-être pas celui que l’on montre. On dort dans un lit plus simple et on reçoit dans celui d’apparat65. À la fin du siècle des Lumières, il existe deux types de chambres, l’une de représentation et d’apparat, l’autre de dimensions plus petites pour la vie privée. Dans chaque cas, la chambre à coucher possédait un rôle important de caractère public et représentatif. Il fallait donc un mobilier luxueux, élégant, somptueux et le lit devait s’imposer. Parfois, on dresse même un « lit de parade ». Utilisé après le lit de travail, suite à l’accouchement, mère et enfant étaient transportés dans ce type de lit pour recevoir famille, amis et visiteurs. Il était habituel de baptiser les nouveau-nés sur des lits de parade décorés ou dans un lit d’apparat, appelé parfois « lit de parade » qui était, si l’on en croit le Littré, un lit tendu dans une chambre « plutôt pour l’ornement que pour l’usage » et sur lequel on exposait parfois plusieurs jours, « certains morts, rois, princes, grands seigneurs, hommes illustres66 ». C’est donc un lit honorifique dans lequel une personnalité peut être installée pour recevoir ou être placée à son décès. Souvent, il est monté sur une estrade. Au XVIIIe siècle, les efforts vont surtout se concentrer sur les dais, ciels de lit ou baldaquins. Les étoffes des dais et baldaquins drapées et brodées, établies au plafond depuis les coins des pièces, permettaient d’assurer chaleur et intimité. La condition sociale du résidant était désignée par la longueur du dais : les dais de la dimension du lit étaient réservés aux nobles, alors que les dais de dimension moindre étaient destinés à la petite aristocratie. Les modèles de lit les plus célèbres redoublent alors d’originalité.

57Ajoutons que beaucoup de grands seigneurs avaient dans leurs châteaux, des chambres et des lits spécialement destinés à recevoir les membres de la famille royale, si, par hasard – ce qui avait lieu rarement – il eut pris fantaisie au souverain ou à sa proche parenté de leur faire visite. Lorsque le comte de Toulouse reçut le dauphin à son château de Rambouillet,

  • 67 H. Havard, Dictionnaire de l’ameublement et de la décoration : depuis le XIIe siècle jusqu’à nos j (...)

« le lit où Monseigneur coucha, écrit le Mercure, parut d’une extrême beauté. L’or, qui fait la principale matière de l’étoffe, est la moindre partie de ce lit. La finesse de l’ouvrage, le dessin et les portraits qui s’y trouvent, ainsi que dans la tapisserie, qui est du même goût, charment les yeux de tous ceux qui les voient67 ».

  • 68 Pour avoir une vision plus complète de tous les modèles de lits, voir le Dictionnaire d’ameublemen (...)

58Mais il faut surtout avoir à l’esprit que les styles de lits étaient surtout influencés par le choix que faisaient les souverains. Chaque roi s’entourait d’artisans spécialisés chargés de caractériser le règne de chacun d’entre eux avec des styles recherchés et parfois innovants. Étudier les différents lits que l’on trouvait à la tête de l’Etat, ne permet pas de savoir quels choix faisait la population quant à son repos, mais de comprendre les logiques d’apparat, de décoration, de mise en valeur et de représentation, mais aussi la mise en scène de l’intimité ou de la recherche du plaisir. Car peut-on vraiment parler de différence de qualité de sommeil quand on change de style ou de décoration de lit ? À proprement parler bien sûr que non, ce n’est donc pas tant le sommeil en soi que l’on veut comprendre, mais sa mise à disposition au regard d’un public, qui se doit de découvrir le spectacle du lit. L’intimité n’est donc peut-être pas le mot à utiliser. On pourra néanmoins rétorquer que les rideaux aux lits ne manquent pas et qu’ils sont souvent signes de mise à l’écart et de pudeur chez les plus modestes. Toute l’ambiguïté de l’utilisation et de la représentation du lit se situe là. Le lit d’apparat offre un double regard : être vu par ceux qui viennent voir les personnes de haut rang, qui choisissent d’y recevoir, et à ce moment-là, les rideaux offrent une vision esthétique non négligeable, présentant un relief et un travail d’orfèvre parfois inestimable ; mais ce lit présente aussi un caractère de non vu, où les rideaux semblent vouloir dégager un moment d’intimité. Néanmoins, lorsque l’on est un souverain, les rideaux sont-ils réellement utiles si l’on veut se cacher du regard des autres. Il faut donc être prudent et ne pas appliquer systématiquement aux rideaux la recherche d’intimité que l’on voudrait se procurer dans les couches les plus basses de la société, où la cohabitation et la promiscuité sont une réalité non recherchée. Comme nous allons le voir les styles de lits dénotent plus un style de travail, l’expression des évolutions de techniques et de supports dans les professions. Les lignes qui suivent vont offrir un bref aperçu chronologique des différents lits et si l’approche paraît quelque peu descriptive, elle demeure néanmoins essentielle pour connaître les principaux lits évoqués dans ce travail68.

Le XVIIe siècle : siècle des beaux lits

  • 69 En ce qui concerne la décoration des tentures, l’Encyclopédie méthodique, développe particulièreme (...)
  • 70 Annonces, affiches et avis divers, chez Donail, Paris, 28 mars 1768.
  • 71 H. Havard, op. cit., p. 24.
  • 72 S. Mouquin, article « lit », p. 278, dans M. Figeac (dir.), L’Ancienne France au quotidien. Vie et (...)
  • 73 Ibid., p. 278.
  • 74 On peut par exemple en trouver encore une belle illustration au château de Bazoches où est conserv (...)

59Sous Louis XIV, le travail du lit était surtout l’œuvre des tapissiers, puisqu’à son époque on travaillait encore rarement le bois. Trois types de lits étaient surtout très répandus : les lits à quenouilles, le lit d’ange et le lit à la duchesse. Le lit à quenouilles était d’une composition assez simple puisqu’il s’agissait de quatre montants supportant un ciel très orné. On peut aussi l’appeler lit à quatre colonnes et il deviendra à la fin du XVIIe siècle, le lit à la française. Ce dernier était richement garni de tissus précieux et présentait un baldaquin soutenu par un dais appuyé contre le chevet du lit ou contre le mur, surplombant la couche entière. On va jusqu’à placer aux quatre coins du ciel de lit bouquets de plumes et vases en passementerie. Les lits à la duchesse étaient sans quenouilles et richement décorés et ils vont petit à petit supplanter les lits à la française69. Si l’on en croit ces deux citations : « Un lit à l’impériale ou à la duchesse avec les pentes, le dedans, la couverture, le tour de satin blanc brodé », emprunté à l’Inventaire du chevalier de Piré (Rennes, 1719), et « Une impériale et couchette à la duchesse, de quinze pieds de haut richement sculptées », à vendre chez le sieur Donail, sculpteur, rue Thévenot à Paris70, il semble bien que les deux qualificatifs impériale et duchesse avaient fini par être quelque peu synonymes71. En fait, la forme du lit à la française était devenue la règle au début du règne de Louis XIV et lorsque la garniture est venue recouvrir tous les bois y compris le chevet, et que les piliers disparurent, le lit à la duchesse prit naissance72. On en retrouvait chez les plus grands aristocrates. Le lit à la duchesse devint le modèle des lits de parade, même s’il n’éclipsa jamais complètement le lit à la romaine ou même l’antique lit à piliers73. Il devint tout de même un véritable objet d’art, dont toute la beauté reposait en la préciosité de sa garniture, souvent une riche broderie, d’autant plus qu’il était mis en scène sur une estrade et, dans les appartements royaux, séparé par la pièce de la balustrade74. Le marquis de Dangeau ne manque pas en effet de faire état des « magnifiques » lits à la duchesse qu’il vit avec le roi Louis XIV chez le Maréchal de Boufflers en septembre 1698 :

  • 75 MM. Soulie, Dussieux De Chennevieres, Mantz De Montaiglon, Journal du marquis de Dangeau, avec les (...)

« De cette salle on entrait dans une chambre où il y avait un lit à la duchesse, de damas cramoisi, tout garni de galons d’or et la tapisserie de même le lit […] Il y avait outre cela des tentes dressées au bout du jardin : elles consistaient en une grande salle, avec des pavillons aux extrémités, qui se communiquaient par de petits passages, le tout doublé d’une étoffe des Indes rayée. On découvrait, du milieu de cette galerie, une chambre magnifique où il y avait un lit à la duchesse, de satin des Indes à fond blanc avec toutes sortes de figures. Ces tentes étaient doublées de même satin. On y trouvait tout ce qu’on pouvait souhaiter dans une chambre. Il y avait un fort grand nombre de gentilshommes, écuyers et aides de camp pour en faire les honneurs75. »

Ill. 4 : Dame de qualité en déshabillé reposant sur un Lit d’ange, estampe de Saint-Jean, Jean Dieu de (1655 ?-1695). Dessinateur, Éditeur : Se vend à Paris sur le quay Pelletier, à la Pomme d’Or, au troisième appartement. Avec Privilège du Roy. 1686, BnF.

Ill. 5 : Femme de qualité en déshabillé reposant sur un Lit à la Duchesse, estampe du XVIIe siècle, Paris chez Trouvain rue St. Jacques au grand Monarque, BnF.

  • 76 É. Littré, op. cit., article « lit ».
  • 77 J. Deville, Dictionnaire du tapissier : critique et historique de l’ameublement français, depuis l (...)
  • 78 Il semble que les lits à quenouilles étaient très présents dans la famille royale à l’époque de Lo (...)

60En fait, ce type de lit à la duchesse n’était qu’un développement des lits d’ange qui étaient « sans quenouilles ou piliers, et dont on retroussait les rideaux » retenus par des embrasses à nœuds dits galants76. Il s’agit d’une pièce de mobilier semblable au lit à la duchesse mais de dimensions plus modestes, baldaquin moins élevé et hauteur du chevet plus élevée que celle du pied77. On s’aperçoit que les deux types de lits représentés dans les estampes (ill. 4 et 5) sont très proches et les différences ne sont pas frappantes. Il faut noter par ailleurs que pour le lit à la duchesse, le ciel est fixé au mur et il doit donc être adossé à un mur alors que pour un lit à colonnes ou à quenouilles, il n’est pas nécessaire de l’adosser à un mur. Les dossiers de lits en bois pouvaient être quelques fois chantournés et décorés. Louis XIV en possédait plus de quatre cent, pour la plupart ornés de chevets et de garnitures très ouvragés78. À la fin de son règne, il aimait rester au lit et tenait souvent audience dans sa chambre, où il délivrait ses ordonnances dans une position de repos. Ajoutons que ce n’est pas seulement par leur somptuosité que les lits se distinguent à l’époque, d’ailleurs très difficilement, mais aussi par cette extrême variété de leurs formes et la nouveauté de leur aspect qu’il est très difficile à retranscrire. Le Mercure de mars 1673 note sur ce point :

  • 79 H. Havard, op. cit., p. 424.

« On ne se sert presque plus, que de lits d’anges, dont les couches sont remplies de sculptures et toutes dorées. Ces sortes de lits, qu’on ne faisait autrefois que d’une manière, sont présentement de cent façons différentes, et comme ils sont tous diversement retroussés, on n’en voit presque pas un qui ressemble à l’autre, soit par la manière dont ils sont faits et retroussés, soit pour les trophées qu’on emploie pour les faire79. »

  • 80 Au même titre que les lits de Louis XIV, peu de lits de cette époque sont parvenus jusqu’à nous. S (...)
  • 81 H. Havard, op. cit. p. 486.
  • 82 P. Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français historique, géographique, myth (...)
  • 83 S. Mouquin, op. cit., p. 278-279.
  • 84 Le lit à la Turque était un lit de repos, à l’aspect d’un divan massif, à accoudoirs arrondis, car (...)

61Sous Louis XV, les lits vont suivre une certaine évolution en devenant des meubles de menuiserie. Les sculpteurs sur bois vont alors participer au travail des menuisiers sans pour autant signer leur œuvre80. Ils peuvent aussi exécuter les décors des lambris et des trumeaux comme Nicolas Pineau ou réaliser des œuvres sculptées d’une fantaisie incroyable comme Jacques Verbeckt (1704-1771). Par ailleurs, on constate aussi que les lits deviennent moins encombrants et plus gracieux. Alors que l’on retrouve toujours sous Louis le Bien-Aimé, des lits à la duchesse (avec toujours pour rôle de parade) et le lit d’ange (ce dernier connut un grand succès sous les règnes de Louis XV et de Louis XVI), le lit à quenouilles même s’il demeure très luxueux, présente le sérieux désavantage d’être trop grand et il va alors disparaître. Il va être remplacé par les lits de bout ou de milieu surmontés d’un ciel, où seul le chevet est adossé à un mur81. Comme on peut le lire dans le Larousse, on voit aussi apparaître les lits « d’alcôve » ou de « travers » qui étaient placés parallèlement au mur. Leur apparition se fait vers 1740, ils étaient de petites dimensions et de proportions élégantes. Les montants sont égaux, les traverses et les pieds sont en bois peint ou parfois en bois doré pour être assortis aux lambris. Ces lits étaient surmontés d’un baldaquin dont la forme varie suivant le lit. Les tentures restent à peu près les mêmes : un mélange de modèle romain et de modèle de la Renaissance82. On préférait donc ces types de lit dans les appartements privés pour les disposer dans des niches, parallèlement au mur. D’après Laugier, ces lits de travers répondaient à la recherche d’agrément poursuivie par le XVIIIe siècle : « On y est mieux renfermé et plus chaudement. D’ailleurs l’ameublement de la chambre à coucher est plus facile et plus gracieux quand il y a une alcôve qui sépare le lit de la chambre83. » Ces meubles permettaient une plus grande liberté et une plus grande innovation dans les formes. C’est donc à cette même époque que les lits à la turque et à la polonaise vont devenir à la mode84.

  • 85 La découverte d’Herculanum et de Pompéi fait fleurir la mode étrusque. Fêtes, robes, décors et meu (...)
  • 86 É. Bayard, Art de reconnaître les meubles anciens, 1920, p. 224.

62La période Louis XVI va être marquée par la conception de lits toujours à tête droite et présentant des éléments décoratifs avec des amphores et des pommes de pin sur les montants. Là encore, les lits font partis des meubles de menuiserie. Ornemanistes, menuisiers et sculpteurs joignirent leurs efforts pour renouveler formes et décors. Georges Jacob (1739-1814) est le menuisier et ébéniste de Paris le plus brillant du XVIIIe siècle. Il va créer des meubles à lyre, à gerbe, à l’étrusque85. Il sera aussi accompagné de Jean-Baptiste Boulard (1725-1789), artisan inspiré qui réalise des sculptures très soignées. Les lits à quenouilles vont disparaître chez les courtisans et ils ne vont subsister que dans les appartements royaux, dans la mesure où la garniture fût renouvelée. Pour Émile Bayard, le lit Louis XVI a perdu l’allure monumentale précédente. Il est « d’une modestie charmante dans l’alcôve et sans morgue sous les courtines. […] Néanmoins le lit de Louis XVI à Versailles, poursuit plus noblement plus sévèrement, mais non moins somptueusement, les coquets ajustements du règne précédent86. »

Ill. 6 : lit en double tombeau, dans Le Dictionnaire Pratique de Menuiserie – Ébénisterie – Charpente, par J. Justin Storck, éd. de 1900, article « Lit ».

  • 87 Le lit à la Polonaise était une sorte de lit à baldaquin, mais avec cette différence que non-seule (...)
  • 88 Ibid., p. 205.
  • 89 H. Havard, op. cit., p. 494.

63Globalement, la période des Louis ne renouvelle pas beaucoup les styles de lits. Les lits à la Polonaise87, à la turque et les lits d’ange, placés « debout » remportent un franc succès. On rencontre aussi le lit en tombeau qui n’était pas un lit consacré aux défunts. Ce lit des XVIIe et XVIIIe siècles avait pour caractéristique de voir sa courtine tomber obliquement du baldaquin et se diriger vers le pied. Le lit à Tombeau ne peut mieux se traduire que par la dénomination de « lit de coin ». Au milieu du XIXe siècle, il ne se fait plus et il ne sera admis que dans des chambres secondaires88. En province, notamment en Bretagne et en Alsace, le lit clos fut le modèle préférentiel. Pour Henry Havard, le lit en tombeau était un de ceux que l’on rencontrait le plus au XVIIe siècle89. On pouvait aussi trouver des lits en double tombeaux (ill. 6).

64Enfin, le lit de la Révolution est en général un lit similaire au lit Louis XVI et seuls les motifs diffèrent puisqu’ils ont un caractère patriotique. Les colonnes sont des faisceaux surmontés d’un bonnet phrygien. À la fin de la révolution, on va voir apparaître le lit directoire constitué de deux dossiers de hauteur égale. Le bandeau des dossiers assez large s’enroule vers l’arrière et est décoré en son centre d’un losange étiré dans le sens de la longueur et garni d’une soupière.

Vers les débuts de l’industrialisation du lit

  • 90 Ibid., p. 494.
  • 91 Les conquêtes impériales vont aussi être à l’origine d’un autre type de lit : le lit à flèche. Les (...)

65Sous l’Empire, c’est le regard du visiteur sur le lit qui change vraiment. Placés ou non dans une alcôve, les lits doivent être vus d’un seul côté. Ils ont souvent une face décorée. Le modèle principal est bien évidemment le lit à l’impérial que l’on trouve aussi sous le nom de lit à la grecque ou à la romaine90. Le lit est alors appuyé à la paroi sur le côté le plus long. Il est surmonté d’une couronne ou d’une coupole d’où partent des drapés qui couvrent le fond du mur, alors que les courtines s’appuient à la tête du lit pour retomber légèrement au sol. Sur les baldaquins et sur les coupoles, on érige des emblèmes ou des trophées militaires (aigles, urnes, vases et autres symboles impériaux…). Le tissu utilisé change aussi car on se sert alors en général de soie91.

  • 92 P. Larousse, op. cit., p. 567.
  • 93 H. Havard, op. cit., p. 486.

66Du règne de Louis XVIII à celui de Charles X, les lits vont toujours être destinés à être appliqués au mur dans le sens de la longueur92. On ne constate pas de véritable révolution dans les structures des lits. Les lits à bateau semblent être particulièrement à la mode tout comme les lits à nacelle très proches de ces derniers. Par rapport au lit bateau, les montants sont plus arqués vers l’extérieur, il est souvent placé sur une petite estrade et reste l’apanage des installations luxueuses. On désigne sous ce nom des lits dont le bois avait une vague ressemblance avec une nacelle. Suivant l’idée poétique du temps, « ils aidaient à traverser le fleuve de la vie93 ».

Ill. 7 : Lit à la romaine (XVIIIe siècle) dans Le Dictionnaire Pratique de Menuiserie – Ébénisterie – Charpente, par J. Justin Storck, éd. de 1900, article « Lit ».

67Enfin, les lits Louis Philippe se caractérisent plutôt par l’affirmation d’un style bourgeois. Les personnes cherchent à améliorer leur confort tout en cherchant à conserver des lettres de noblesse. Cette époque va exercer une certaine méfiance de ce qui est moderne, et la création artistique ne sera donc pas de mise. Peu importe l’originalité (on déguisera d’ailleurs toute innovation), il faut du confort. On va par ailleurs prendre ce que l’on peut des autres époques, et on va se lancer dans l’imitation. Globalement donc, les lits Louis-Philippe sont similaires à ceux de la Restauration, mais leur aspect est plus lourd et plus massif. On va trouver assez fréquemment des lits bateau avec ou sans baldaquin, ou bien des lits à dossiers droits avec des colonnes surmontées de boules.

68Comme le remarque Henry Havard, la première moitié du XIXe siècle n’a guère inventé de formes bien nouvelles de modèles de lits :

  • 94 Ibid., p. 498.

« On s’est borné à copier les modèles anciens. Peut-être est-ce le meilleur parti qu’on avait à prendre. Le commencement du siècle, toutefois, est à son heure d’originalité. On chercha à embellir les lits par une profusion d’ornements d’une opportunité assez discutable94. »

69À noter tout de même qu’à cette période, le lit devient un élément de mobilier plus intime et fonctionnel. Pour une classe bourgeoise ou de petite noblesse en plein essor, les artisans vont proposer de nouvelles variantes de lit, car la façon de se reposer s’apprécie différemment selon les moments de la journée, de la vie et des lieux : ainsi la pratique des lits jumeaux se multiplie à la fin du XVIIIe siècle pour permettre aux couples de dormir au frais pendant les mois d’été. De même, apparaissent les lits en fonte et les matelas de coton, deux éléments qui contribuent à rendre le lit moins attirant pour les insectes nuisibles (punaises).

70La mise en place de modes de production annonce les productions en série. Au début du XIXe siècle, c’est l’époque où l’on voit la première utilisation du ressort et l’apparition des premiers meubles populaires en fer forgé. L’heure est désormais à l’industrialisation. On assiste à la création d’un nombre impressionnant d’ateliers où la machine-outil (chaudière à vapeur) permet toutes les audaces : découper le bois, le fendre, le tourner, le blanchir, le polir, le mortaiser, le percer ; fabriquer des tenons, des queues d’aronde mécaniques, des tourillons ; en un mot, confectionner toutes les composantes d’un meuble. De nouvelles formes voient le jour : des lits muraux encastrés, des berçantes mobiles sur plate-forme, des fauteuils à crémaillère au dossier adaptable, des divans-lits, etc. Les techniques de rembourrage sont grandement améliorées et augmentent le confort.

  • 95 P. Larousse, op. cit., p. 567.

71Pierre Larousse dans la deuxième moitié du XIXe siècle précise que l’industrie du fer, en se développant a donné des produits bon marché, solides, relativement légers, avec l’avantage d’être peu embarrassants, puisqu’ils étaient conçus de telle sorte que les parties pouvaient se replier l’une sur l’autre et tenir ainsi dans un petit espace95. Pour Henri Havard, on peut supposer sans grande erreur, que les lits en métal eurent pour point de départ les lits de camps :

  • 96 H. Havard, op. cit., p. 473.

« Le grand avantage que le lit de fer présente est d’être infiniment moins encombrant que le bois, la facilité qu’on a d’articuler aisément les meubles de métal durent faire rechercher le fer et le cuivre pour la fabrication des lits qu’on emportait avec soi96. »

Les lits de repos

  • 97 Ibid., p. 470.
  • 98 F. Motteville, Mémoires de Madame de Motteville sur Anne d’Autriche et sa cour, Paris, G. Charpent (...)

72Un autre meuble mérite aussi notre attention, puisqu’il peut lui aussi être source de sommeil. Le lit de repos, logiquement d’un usage bien différent du lit traditionnel, fit son apparition vers 1630, mais ne se développa que dans la seconde moitié du XVIIe et surtout au XVIIIe siècle. Mazarin, qui paraît n’avoir pas été étranger à leur introduction, en possédait de forts beaux dans son mobilier97. L’assignation apposée à ce lit, le mot de « repos », est tout emblématique de la fonction que l’on y réserve, mais aussi du manque de sincérité envers son utilisation. Officiellement, ce meuble accueille la relaxation, le délassement, mais n’a pas dans le but de voir son occupant dormir. Utile le jour, il a bien entendu accueilli des adeptes de la sieste, mais comme cette pratique n’était pas reconnue dans les hauts rangs de la société et par l’Église, on ne pouvait le nommer autrement. Pourtant, comme le canapé de nos jours, il accueille bien deux types d’individus : des dormeurs et des non dormeurs. Madame de Motteville, racontant l’arrestation des princes en 1650 écrit : « Le prince de Conti ne parla point du tout. Il demeura toujours assis sur le petit lit de repos qui était dans la galerie, sans montrer ni peur, ni chagrin98… »

  • 99 S. Mouquin, op. cit., p. 279.
  • 100 Ibid., p. 279.
  • 101 Les Heures du jour. Dans l’intimité d’une famille de la haute société, de Louis XIV à la IIIe Répub (...)

73Il semble que les lits de repos se soient multipliés à la fin de l’Ancien Régime. Ressemblant plus à des sièges qu’à de véritables lits, leurs noms sont multiples : lit de repos, la duchesse, à un chevet, la duchesse brisée (en plusieurs éléments), la veilleuse à dossier asymétrique, la paphose et la sultane à deux dossiers en crosse, la méridienne, le sopha99… La chaise longue aussi devint un meuble incontournable. La Palatine rapportait que « Madame d’Orléans s’est fait faire une chaise longue sur laquelle elle est étendue pour jouer au lansquenet […] elle joue étant couchée, elle mange, elle lit couchée100. » Mais elle n’y dort pas ! Au XVIIIe siècle, il est fréquent que les Dames se retirent dans le tout nouveau boudoir, pièce spécifiquement féminine où elle peut s’isoler et recevoir ses proches amis101. L’eau-forte de Helman nous montre la maîtresse de maison, allongée sur une méridienne, glissée dans une alcôve tapissée de miroirs, recevoir trois de ses amis dans l’intimité de son boudoir. Si l’attitude est en apparence décontractée, tout en réalité est convenu, de la tenue de l’éventail jusqu’aux doigts agiles qui s’exercent gracieusement au métier à rubans.

  • 102 H. Havard, op. cit., p. 472.

74Jusqu’à la Révolution, le lit de repos demeure en honneur, bien que si l’on en croit Henry Havard, il a vu les chaises longues, les ottomanes, les duchesses, prendre place à ses côtés et peu à peu se substituer à lui102. Il fut même chanté par les poètes, comme on peut le comprendre dans cette chanson de Rougemont, datant de 1812 et intitulée Le lit de repos et qui commence ainsi :

  • 103 Le Caveau moderne ou Le Rocher de Cancale. Chansonnier de table, Paris, sixième volume, Journal de (...)

« Meuble discret, pierre d’attente,
Reposoir de la volupté,
C’est sur toi que Lise tremblante
Rêve au bonheur qu’elle a goûté.
Du sommeil et de la tendresse,
Tour à tour comblant le désir, Tu fus nommé par la paresse,
Débaptisé par le plaisir103. »

75Du plaisir et du bonheur de ce type de lit, les contemporains du XIXe siècle n’en gardèrent qu’un souvenir, puisque ce dernier ne semble plus avoir les faveurs du siècle de l’industrialisation.

Posséder un lit pour dormir aux XVIIIe et XIXe siècles

76Cette présentation des structures du lit ne nous permet pas pour autant d’avoir une idée précise de sa représentativité dans les foyers d’autrefois. Tous les différents types de lit évoqués précédemment représentent des tendances lancées à la cour du roi et relayées chez les plus riches. Nous avons donc une image assez précise des influences décoratives des aristocrates des XVIIIe et début XIXe siècles, sans bien entendu pouvoir étudier au cas par cas, chacune des demeures de la noblesse. Un point nous échappe par ailleurs, c’est la place du lit dans les chaumières de la masse que représentent les plus pauvres. Cette question amène aussi à s’interroger sur la présence même du lit. Sa grande valeur n’est-elle pas un frein ? Quels sont donc alors les lits de fortune ? Ruraux et urbains les plus modestes relaient-ils les tendances sur les types de lit, ou bien s’organisent-ils selon leur propre logique ?

  • 104 Dictionnaire de l’Académie française, Paris, t. 2, chez les Libraires Associés, 1765, p. 192.
  • 105 Le Grand Vocabulaire français, Paris, t. 23, Hôtel de Thou, Rue des Poitevins, 1773, p. 49.

77En voulant aborder les conditions matérielles des plus pauvres, il nous semble bon de réfléchir d’abord sur la base même de la possession du lit. Il semble évident qu’une partie de la population française jusqu’au milieu du XIXe siècle ne possédait pas de meuble de lit. Pour les plus pauvres, les lits les plus courants étaient un sac de toile, de la paille et un endroit où dormir. Le Dictionnaire de l’Académie française est très explicite sur la question. L’usage est banal et répandu, la paillasse est « un amas de paille enfermé dans de la toile, pour servir de lit104 ». De par sa conception, on comprend qu’il était d’usage pour les plus pauvres de dormir sur ce lit de fortune. Si l’on en croit Le Grand Vocabulaire français, le roi de Pologne Stanislas (1677-1766) s’était endurci à la fatigue et « avait fortifié son esprit en fortifiant son corps. Il couchait toujours sur une espèce de paillasse, n’exigeant jamais aucun service de ses domestiques auprès de sa personne105 ». Épreuve nécessaire pour ce prince futur monarque, mais réalité bien répandue chez les plus pauvres. Quoi qu’il en soit, ce témoignage révèle bien le confort sommaire de ce type de couche. Les premières avancées de l’industrialisation n’ont pas réduit les contrastes sociaux qui s’expriment toujours dans les possessions matérielles. Guy Thuillier a remarqué à juste titre, qu’une part de la population rurale ne couchait pas sur un lit et que ce constat touchait surtout certaines catégories professionnelles comme les bûcherons, les fendeurs et charbonniers qui couchaient dans des loges, des huttes de branchage, sur des lits de fougères souvent plein de vermines :

  • 106 Docteur Fichot, Causeries, 1882, p. 53.

« Les médecins protestaient contre ce mode d’habitation : “le charbonnier, note le docteur Fichot, couche dans une hutte, sur la paille. Il est forcé de sortir de temps en temps de sa cabane. Il est alors exposé au vent, à la pluie, aux bronchites”106. »

  • 107 N. Truquin, Mémoires et aventures d’un prolétaire à travers la révolution, Paris, 1888, rééd. 1977 (...)
  • 108 Selon Roger Semet, les mariniers couchaient tout habillés sur un lit de fougères ou une paillasse (...)
  • 109 Ils couchaient sur des balasses, sacs remplis de paille d’avoine (ainsi au fourneau de Raveau en 1 (...)
  • 110 Les mendiants « dorment où ils peuvent, souvent sur le bord des routes, dans les taillis. L’hiver, (...)
  • 111 Journal de ma vie, Jacques Louis Ménétra, Compagnon vitrier au XVIIIe siècle, présenté par D. Roche (...)
  • 112 J. Gérando, op. cit., p. 223.

78Norbert Truquin, peigneur de laine vers 1840, dormait durant son apprentissage dans le charbonnier de son maître107. On peut aussi citer les bateliers108, les ouvriers de hauts-fourneaux ruraux109, les mendiants de toutes sortes110 ou bien encore les colporteurs. Dans son tour de France, Jacques-Louis Ménétra ne recherche pas (et ne trouve pas) toujours un lit : « Je couchais la plupart du temps dans les broussailles. J’étais presque nu et plein de vermine111. » Coucher sur la paille, est la pratique de l’extrême misère et elle est très répandue dans le prolétariat comme le remarque le baron de Gérando durant ses visites. De la même manière, il se permet même de considérer la paille comme « le lit le plus économique, elle est un lit fort agréable et ce qui essentiel, un lit très sain, pourvu qu’elle soit fraîche et par conséquent fréquemment renouvelée112 ». Très accessible pour les plus pauvres qui ne dépenseront pas plus de 1 fr. 25 c. pour de la bonne toile à paillasse, une couverture de laine neuve à 10 ou 11 fr. et ce que l’on appelle une Thibaude (tissu grossier dont on se sert pour doubler), à 4 fr. Toujours selon le baron de Gérando, il était aussi très rare que les indigents puissent posséder des draps.

  • 113 Poussereau note que le magne est « formé de planches reliées par des cordailles (brin de bois tord (...)
  • 114 ADV, 2 U 545.
  • 115 J. Renard, « Le vigneron dans sa vigne », Œuvres, t. I, 1927, p. 796.
  • 116 ADV, 2U 544.

79Les domestiques ne possédaient pas non plus de mobilier et quand ils étaient attachés à une famille, il était fréquent de les rencontrer dormant dans la paille des étables ou sur des planches de magne113 près des animaux, ce qui avait le double avantage de les loger mais aussi de permettre la surveillance des bêtes. Ainsi, François Obligy, âgé de vingt ans, domestique chez le sieur Gilot, aubergiste de l’oie rouge à Saumur déclarait en 1821 coucher habituellement dans le grenier à foin de son maître114. Les domestiques qui apparaissent dans les œuvres littéraires ont les mêmes habitudes : « Moi, je n’ai pas couché dans un lit avant de me marier – Vous couchiez avec les bêtes ? – Oui, et la paille est préférable aux draps sales. Je ne faisais qu’un somme jusqu’à minuit, où les bêtes me réveillaient115. » En fait, il semble que l’âge et la position au mariage soient les deux facteurs qui permettent de déterminer le lieu de sommeil chez les domestiques. Les jeunes s’accommodent de paille et n’ont pas encore constitué un assez grand pécule pour détenir un lit. Il est aussi plus rare de rencontrer des couples et leurs enfants qui ne préfèrent pas s’établir au moins dans une chambre. Par ailleurs, il semble que l’on réserve plus volontiers la paille aux hommes. Les servantes, elles, couchaient au lit et souvent une petite chambre pour la servante était annexée au logis. Ou bien encore, elles pouvaient partager la chambre des enfants. On peut aussi être contraint de dormir exceptionnellement dans la paille et généralement on s’en accommode assez bien comme cet individu que Joseph Talleron, journalier aux Trois Moutiers ne put accueillir chez lui et qui fut contraint de dormir dans un chaumier116.

  • 117 Chambon, Dictionnaire du savoir-vivre, Paris, Le Thielleux, 1907, p. 159.
  • 118 Ibid., p. 159.

80Il semble toutefois que la situation soit en voie de s’améliorer à la fin du XIXe siècle. En effet, Chambon dans son dictionnaire du savoir-vivre précise qu’il faut particulièrement veiller au bien-être des serviteurs, de leur fournir une nourriture et un coucher, leur témoigner de l’humanité et de la bonté117. Et il conclut par ces mots plein de sens : « Ils ont charge d’âmes ; ils ne sont point des têtes de bétail ; il n’est pas permis de s’en désintéresser au point de vue moral118. »

Coucher répond à des exigences séculaires

  • 119 L’habitat traditionnel du marais vendéen, la bourrine représentait un abri peu onéreux de la fin d (...)
  • 120 G. Thuillier, op. cit., p. 84.
  • 121 M. Perrot, op. cit., p. 58.
  • 122 Ibid., p. 59.

81En ce qui concerne les foyers qui disposent de lits, on s’aperçoit que le coucher continue de répondre à des exigences séculaires et les lits évoluent peu dans les intérieurs les plus modestes entre le début du XVIIIe siècle et le début du XIXe siècle. Omniprésent dans toutes les habitations, s’il apparaît surtout dans la chambre, il peut trouver sa place aussi, dans la salle, le cabinet, la soupente, jusque dans la cuisine et même la boutique, et occupe encore les endroits les plus exigus, les plus inattendus comme les retranchements, un passage, un recoin sous l’escalier, etc. Le lit s’impose là où il y a de la place, quelle que soit sa forme et son importance. Dans toutes les catégories socioprofessionnelles, le lit du maître de maison est situé au plus près de la source principale de chaleur119. Les lits étaient beaucoup plus simples et moins décorés que dans la noblesse, mais souvent plus grands, puisque le sommeil pouvait être à cette époque une activité communautaire. On remarque donc peu de changement dans les intérieurs. Dans le Nivernais par exemple, on trouve en majorité des lits en cerisier avec quatre grandes colonnes entourées de gros rideaux jaunes ou verts. Les foyers populaires n’ayant pas connu d’amélioration dans leurs conditions de vie, la présence de rideau est toujours essentielle, préservant du froid et offrant de l’intimité, comme un cabinet de toilette, quand il y a plusieurs ménages dans la même chambre120. Le lit breton est très représentatif de cette fonction chaleureuse. Avec ses panneaux historiés, qui représentent l’enfer, la terre, le paradis, chaque lit clos constitue à lui seul un petit appartement privé : « quand le dormeur est entré dedans, quand il a refermé les deux portes à glissières, il est chez lui121 ». La place n’est pas excessive, il est impossible de s’allonger complètement : on dort à moitié assis entre draps de chanvre et édredon bourré de balles122. Mais pour mieux comprendre comment l’évolution de la possession des types de lit pouvait retranscrire notamment la recherche d’intimité, trois exemples poitevins allant du début du XVIIIe siècle à la moitié du XIXe siècle serviront d’exemple et nous pourrons déterminer une certaine logique dans la détention des lits. Les familles, selon leur appartenance à une catégorie sociale possédaient des meubles correspondant bien sûr à leurs rangs et dans une certaine mesure à la recherche d’intimité puisque la cohabitation et la promiscuité étaient la règle.

  • 123 E. Barbieri, op. cit., p. 100.

82À Montmorillon, au XVIIIe siècle, le lit qui apparaît le plus répandu est « le lit à quenouille », même s’il est difficile d’établir une proportion puisque bien souvent le notaire ne mentionne pas dans les inventaires après décès le style du lit123. Ce lit a notamment été rencontré dans la demeure de René Bost, chanoine à Montmorillon :

  • 124 Ibid.

« un lit composé de son châlit, à quatre quenouilles, une paillasse, une couette de plumes d’oies et volaille garnie de coutil, un traversin de mêmes plumes, deux pinceaux de ferrasse de trois aulnes, deux couettes de laine, une courtepointe, et des rideaux de trémières vertes ainsi que des tringles de fer, le tout très usé estimé à 56 livres124. »

83La valeur moyenne de ce type de lit était alors de 65 livres. Il est ainsi invariablement présent dans les intérieurs, quelle que soit la catégorie sociale et se trouve être dans de nombreuses études sur les inventaires après décès du XVIIIe siècle, le lit le plus répandu. Il convient toutefois de signaler qu’à Montmorillon, la noblesse semblait parfois réserver ce genre de lit à ses domestiques. Les lits à duchesse apparaissent aussi, mais ils étaient surtout présents chez les plus aisés. Ainsi, Marguerite Babert en possède un qui est estimé à 164 livres. S’il est traditionnellement signe d’émancipation et d’amélioration de l’intimité, il ne s’est pas encore totalement généralisé dans le montmorillonnais, du fait sans doute qu’il s’agit d’un des lits les plus chers, soit près de 130 livres. Les autres types rencontrés ne l’ont été que d’une manière ponctuelle : deux lits à l’impériale, quelques lits à la polonaise, un lit à tombeau (très rare coût était estimé à 50 livres et il semblait réservé aux domestiques comme lit d’appoint). En règle générale, le nombre de lits était en moyenne de 1 à 2 par foyer dans le montmorillonnais. L’exemple de Parthenay durant la même période est intéressant dans la mesure où il aboutit à des conclusions quasi similaires, tout en marquant des spécificités logiques lorsque l’on parle de culture matérielle et que l’on possède des échantillons de témoins différents.

84Si la moyenne de lits par intérieur est plus élevée qu’à Montmorillon, elle n’est pas non plus étonnante. Les familles parfois nombreuses héritent aussi du mobilier des ascendants, sans que les lits s’entassent pour autant dans les chaumières. Ainsi, on ne retrouve en moyenne qu’entre 2 ou 3 lits par foyer pour des familles d’artisans ou de paysans. À Parthenay aussi, les lits représentent une part massive et importante dans les budgets. Celle-ci s’échelonne à environ 6 % des fortunes jusqu’à plus d’un quart des fortunes indiquées dans les inventaires après décès de Parthenay.

  • 125 Il se peut notamment que les coutumes locales attribuent des noms différents à des types de lits q (...)
  • 126 Il faut par ailleurs faire attention à cette dernière remarque dans la mesure où il n’y avait que (...)
  • 127 Ibid., p. 28.

85Le cas de Parthenay est aussi particulièrement intéressant puisque la question de la literie apparaît complexe et beaucoup plus hétéroclite, soit près de 17 mentions de lits différentes125. Se détachent alors sans surprise les lits à quenouilles (7,8 % des recensés), néanmoins, nombreux sont ceux qui ne sont pas aussi sophistiqués, légèrement plus de 14 % ne sont que des vulgaires couchettes ou bien de vulgaires châlits (28, 45 %), ceux-ci sont particulièrement nombreux dans les catégories socio-professionnelles représentées par les métiers de la terre, les divers et marchands. Ce type de lit est une force d’appoint, nécessaire pour les enfants, voire les domestiques. Les paillasses sont elles-mêmes très nombreuses. Par contre, les lits plus sophistiqués ne sont évidemment présents que dans une certaine catégorie socio-professionnelle. Les lits à la duchesse (6,62 % du total), plus élaborés et onéreux, ne sont présents que chez les nobles126. Le bois de construction reste souvent le noyer, le cerisier et parfois le poirier. L’utilisation de bois fruitier est notamment caractéristique du département de la Vienne. Quelque fois les essences sont mélangées, le noyer et le cerisier sont souvent associés127. On s’aperçoit tout de même que malgré la persistance de l’importance des lits à quenouilles, le lit à la duchesse connaît un prodigieux développement. Dépourvu de colonnes aux pieds, il n’est donc pas entièrement clos. Cette étape, amorcée plus précocement dans d’autres régions de France, est fondamentale dans le domaine du coucher, puisque si le lit ouvert commence à se profiler, c’est que l’on commence sans doute à réserver une pièce spéciale pour le coucher. Ainsi, comme le tableau ci-dessous nous le montre à Civray, le nombre de lits à la duchesse a été multiplié par dix entre 1815 et 1885, alors que le nombre de lits à quenouilles ne fait que doubler. On assiste aussi dans ce milieu rural à une plus grande diversité de types de lits.

Tableau 1 : répartition des types de lits à Civray entre 1815 et 1885.

  • 128 C. Audoire-Mouna, op. cit., p. 27.

86Le tableau suivant présente quant à lui ce que l’on pouvait déjà distinguer, à savoir que la moyenne de lits par foyer rencontrée dans la région de Civray entre 1815 et 1885, démontre une volonté d’équipement en lits durant le XIXe siècle, preuve de confort et d’une légère amélioration du niveau de vie128.

Périodes

Inventaires

Nombre de lits

Moyenne

1815-1830

22

31

1 à 2 par foyer

1840-1855

34

88

2 à 3 par foyer

1870-1885

62

157

2 à 3 par foyer

Tableau 2 : Nombre de lits par foyer à Civray entre 1815 et 1885.

87Les inventaires possédant un seul lit sont très rares ; ils touchent les jeunes couples ou les personnes âgées. Même pour ces dernières, il est fréquent de trouver un lit dans la maison et un autre dans les bâtiments d’exploitation. Il est plus courant d’avoir, en revanche deux ou trois lits dans la même demeure, comme on peut le remarquer dans le tableau précédent, d’autant plus si la famille est nombreuse. Ainsi, parents, enfants et parfois autres membres de la famille dorment côte à côte de temps en temps dans la même pièce, il est courant que plusieurs personnes partagent le même lit, surtout les enfants. Il est fréquent de trouver seulement deux lits dans un inventaire alors qu’il y a quatre enfants. Il faut donc prendre en compte les habitudes de vie pour comprendre les habitudes de sommeil. Le partage du lit et de l’espace sont des témoins de la vie en communauté et de la solidarité familiale. Les mentalités et les traditions veulent que le lit soit partagé.

Garnir son lit : draps, oreiller et couettes

  • 129 Ibid., p. 28.
  • 130 A. Fillon, Comme on fait son lit, on se couche. 300 ans d’histoire du lit villageois, article publ (...)
  • 131 M. Dinet, Culture matérielle et vie quotidienne à Loudun et ses campagnes (1642-1691), mémoire de (...)
  • 132 « À la fin du XVIe siècle, pendant tout le XVIIe siècle et dans le premier tiers du XVIIIe siècle, (...)

88Les longs inventaires permettent aussi de présenter les garnitures de ces lits. Dans les Deux-Sèvres, le matelas ou paillasse est généralement dans les campagnes de confection artisanale. Il est rembourré à l’aide de feuilles de maïs séchées ou autres végétaux comme l’avoine ; rencontrés sous le nom de balles dans les prisées. Les oreillers et les traversins sont aussi élaborés à la maison par les femmes. Ils sont faits de toile de pays ou droguet et remplie de plumes. Parfois, il est mentionné des couettes garnies de plume d’oie ou des courtes pointes129. On doit notamment à Anne Fillon, à l’aide de « 500 visites domiciliaires aux lisières » durant 300 ans, d’avoir démontré que cette literie au cours des trois siècles de l’Ancien Régime a connu une évolution marquée : plus de confort, plus de chaleur, plus de couleur. Jusqu’en 1740 environ, la couette est presque invariablement garnie de plumes d’oie, souvent déclarée par le notaire « vieille », « usée » ou « mi-usée130 ». Bien que la plume d’oie soit chère, elle est majoritairement utilisée par les riches et les pauvres. À partir de 1740, les transformations de la literie viendront d’abord par l’introduction de la plume de poule dans la literie, puis de l’arrivée du « couettil », lequel deviendra coutil – tissu croisé et suffisamment serré pour empêcher le duvet de sortir de la couette – et enfin l’apparition de nouvelles couleurs, passant de l’invariable blanc au vert. Le couettil est d’ailleurs une marque de condition sociale. Ce constat apparaît dans bon nombre d’études sur les inventaires après décès. Marina Dinet l’a effectivement mis en valeur dans la paroisse de Loudun : 80 % des intérieurs bourgeois en possèdent, 60 % des intérieurs marchands et seulement 30 % des intérieurs d’artisans131. Anne Fillon constate ensuite un allongement des draps132.

  • 133 J. Gerando, op. cit., p. 37.

89Nicole Pellegrin s’est posée la question pour le Poitou de la si grande taille des draps, et elle a imaginé un « drap replié faisant le dessus et le dessous ». Anne Fillon conçoit par ailleurs deux autres solutions : une, dans l’esprit de protéger tous les éléments de la literie, l’autre facteur plus mental, le désir de montrer qu’on a les moyens et l’envie de se démarquer des groupes inférieurs. La question de la couleur des draps mérite aussi notre attention. Dans les inventaires après décès poitevins, la couleur blanche représente la couleur primordiale. Derrière elle, s’esquissent la pureté et la tranquillité du foyer conjugal. Le vert arrive en deuxième position dans cette palette de teinte. Le vert est le signe de la jeunesse, de la fécondité. La couette et les traversins sont souvent rayés. Le jaune est cité pour les rideaux. Sur ce point on se rapproche (sans que cela soit tout de même identique) des conclusions plus étayées (grâce notamment à un corpus beaucoup plus vaste) d’Annick Pardailhé-Galabrun. Au niveau des couleurs, celle qui domine en règle générale est sans conteste le vert sur les tentures, couleur prédominante jusqu’au XVIIIe siècle, qui symbolise sans doute la fécondité et la joie. Il faut aussi avoir à l’esprit que la possession de drap est aussi une marque de condition sociale. Les indigents n’en possèdent pas et de Gérando dans ses visites ne peut que se lamenter de voir cette femme qui « expire sur la paille, n’ayant pas même de draps à son lit133 ».

  • 134 Ibid., p. 28.

90Les cotonnades sont les autres garnitures présentes. Ce sont les rideaux, le ciel de lit, le tour de lit. Leurs motifs et leurs coloris sont multiples. Toiles légères dont les motifs sont presque toujours des carreaux rouges et blancs, ou bleus et blancs. Il y a parfois pour les plus aisés, des toiles d’indiennes sont les motifs sont plus complexes avec des fleurs et diverses couleurs134. La garniture complète d’une couche comprend une enfonçure, c’est-à-dire un assemblage de petites lattes et de sangles, parfois un sommier en crin couvert de toile grise, une paillasse, un ou plusieurs matelas, un lit, un traversin, un ou deux oreillers, une ou plusieurs couvertures, un couvre-pieds dans certains cas, et une courte-pointe faite d’étoffe doublée, rembourrée de laine ou de coton, servant de dessus de lit. Le tour, ou housse de lit se compose aussi de multiples éléments : de bonnes grâces ou rideaux étroits, qui descendent le long des piliers, un fond ou ciel, des pentes ou bandes de tissus disposées horizontalement autour du ciel pour dissimuler les tringles, les unes simples, d’autres doubles, un dossier ou pièce d’étoffe placé verticalement le long du chevet, un soubassement ou garniture d’étoffe au bas du lit et enfin des rideaux qui font le tour du lit ; ceux-ci coulissent sur des tringles, à moins d’être en housse ; dans ce cas ils sont immobiles et se retroussent pour être retenus par une embrasse.

91Finalement, on s’aperçoit que la question matérielle du lit paraît aussi simple qu’elle est complexe. Il existe bien entendu des types de lit, des structures, des formes, des matières et des couleurs plus répandues. On les retrouve aux deux extrémités sociales et il existe moins de diversité chez les plus pauvres. Mais par ailleurs, selon les régions, les catégories sociales, les goûts, les matériaux à disposition, il peut exister une multitude de variétés, richesse même de ce patrimoine, ce qui rend plus compliqué le travail de l’historien. Un autre point mérite aussi que l’on y revienne : celui de la valeur même du lit qu’il faut relativiser. Le bois de lit (que l’on se transmet et que l’on ne divise pas), ou son armature n’a en général qu’une faible valeur. C’est la garniture du lit qui en fait le prix. Certains à Parthenay dépassent même les 100 livres, somme importante, symbole de sa primauté dans le foyer. Mais cette richesse de la garniture fait-elle pour autant la richesse du sommeil ? La question même que l’on se pose actuellement lorsqu’on veut acheter un lit est celle de la qualité même du meuble, or chez nos ancêtres elle ne semble pas apparaître ? Doit-on dire qu’elle n’existait pas ? Pour autant qu’on puisse le croire, il est évident que ce point est à prendre compte. Directement, les lits au XVIIIe siècle notamment, offraient un certain confort aux dormeurs par l’adjonction d’un matelas au bois de lit au lieu d’une simple paillasse, d’une certaine chaleur par toutes les garnitures, mais aussi par le fait qu’ils élevaient l’individu du sol et de sa froidure. Indirectement, ils offraient une sensation de sécurité et d’intimité non négligeable. Nous manquons par ailleurs de sources pour savoir si la qualité de lit est un facteur indéniable dans le choix de la couche. Toutefois, certains ont tout de même réfléchi à la question, comme le philosophe John Locke. Même s’il ne s’est intéressé qu’au couchage des enfants, son avis doit s’appliquer à l’âge adulte. Il faut ainsi que les enfants des classes populaires soient couchés durement plutôt que sur des lits de plume. Car

  • 135 J. Locke, op. cit., p. 44-45.

« un lit dur fortifie les membres : mais un lit mollet où l’on s’ensevelit chaque nuit dans la plume, fond et dissout, pour ainsi dire tout le corps, ce qui cause des faiblesses, et est comme l’avant coureur d’une mort prématurée. […] D’ailleurs celui qui est tout accoutumé à coucher durement chez lui, ne perdra pas le sommeil faute d’un lit mou et d’un oreiller bien placé, durant les voyages que le dormir lui est le plus nécessaire135 ».

92Autrement dit, puisque ces enfants de par leur condition sociale ne pourront jamais connaître le luxe d’un lit douillet, autant les préserver et éviter de les frustrer dès le plus jeune âge !

Le berceau

  • 136 D. Roche, Histoire des choses banales, Fayard, 1997, Chap. « Meubles et objets », p. 183. Voir aus (...)
  • 137 M. Perrot, op. cit., p. 140.
  • 138 C. Rollet, Les Enfants au XIXe siècle, Paris, Hachette Littérature, 2001, p. 92.

93À Pau, au Musée National du château de Pau se trouve une étrange carapace de tortue marine, sans doute la plus célèbre et la plus ornée de France. Elle est parée d’un trophée de lances et de drapeaux brodés d’or aux armes de France et de Navarre, surmonté d’un panache en plumes d’Autruche. Et pour cause, ce n’est pas n’importe quelle carapace de tortue, c’est le berceau d’Henri IV ! Enfin, le berceau supposé. Car c’est aussi la carapace la plus controversée de l’histoire de France. Personne ne peut prouver que le futur roi a dormi dedans quand il était enfant, mais personne ne peut non plus prouver le contraire. Néanmoins, il est avéré qu’Henri IV est né en 1553 au château de Pau, or l’inventaire du trésor de Navarre effectué en 1561-1562 mentionne la présence d’une carapace de tortue. Mais ce berceau reste exceptionnel. Quoiqu’il en soit, le berceau présente un itinéraire très différent de celui du lit. Comme le remarque notamment Daniel Roche, la mention du lit d’enfant est tardive et peu générale ; c’est presque la même chose pour le berceau, « meuble pratiquement inconnu des notaires du Vexin français » au XVIIIe siècle136. Le berceau est un lit pour jeunes enfants que l’on peut déplacer pour garder et surveiller l’enfant durant son sommeil. On dit aussi berceau à barattin, bercelonnette ou berceaunette. Dans les familles les plus pauvres, le berceau, même rudimentaire est un luxe ignoré, et le petit enfant n’a d’autre lit que celui de ses parents. Souvent, il n’existe qu’une couchette, donc tout le monde partage la même chaleur, les mêmes puces et les mêmes épanchements. Pourtant, le fait de séparer le coucher des parents et celui des enfants est un critère de morale et de décence que guettent les enquêteurs quand ils pénètrent dans le logis du pauvre, flairant les promiscuités de la misère137. Une pratique répréhensible mais qui ne peut être évitée tant le mobilier est peu répandu dans certains foyers. C’est donc du côté des nourrices que l’Église va tenter de légiférer. Les anciens règlements des nourrices, repris au XIXe siècle, obligent celles-ci à disposer d’un berceau et d’un garde-feu138.

  • 139 P Goubert, La Vie quotidienne des paysans français au XVIIe siècle, Paris, Hachette, 1982, p. 62.
  • 140 C. Rollet, op. cit., p. 92.

94De temps à temps, on découvre la mention de deux lits dans les prisées, l’un parfois décrit nommément « à usage d’enfant ». Serait-ce alors un berceau ? Pas forcément. Mais le fait de ne pas rencontrer de berceau ne veut pas pour autant signifier que cette fonction n’existait pas : on peut supposer qu’on utilisait les hottes à vendange, suspendues, ou quelques planches grossièrement assemblées ; le vrai berceau qui oscille au pied n’est presque jamais cité à la campagne, ou bien il est postérieur au XVIIe siècle139. Pour autant, chaque milieu, chaque région, produit ses modèles, ses éléments décoratifs, ses symboles protecteurs qu’ils soient en bois, en osier ou en fer. Les berceaux traditionnels se passaient de génération en génération, berceaux en bois dans lesquels l’enfant petit est solidement attaché, décorés de motifs géométriques au fort pouvoir protecteur140.

  • 141 ADV, 2 U 1506.
  • 142 M. Perrot, Histoire de chambres, op. cit., p. 137.

95Toutefois, en Alsace, plus riche et souvent mieux équipée, le lit d’enfant est mentionné une fois sur deux. Au début du XIXe siècle, on le rencontre parfois lorsque l’on ne s’y attend pas. Ainsi, René Huguet, aubergiste à Lathus, témoignant dans une affaire de vol, déclare avoir été vérifié dans la nuit si sa fille de deux ans et demi dormait paisiblement dans son berceau141. Pourtant, le berceau est un objet fort ancien, dont les peintures médiévales livrent des images, surtout pour « la naissance de la Vierge ». Le musée de Fécamp en possède une magnifique collection. Souvent en bois, mobile, il est parfois muni d’une pédale qui permet à la mère de bercer en travaillant142. Rousseau ne l’aimait pas :

  • 143 J.-J. Rousseau, Émile, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade » (...)
  • 144 Ibid., p. 278.

« Je suis persuadé qu’il n’est jamais nécessaire de bercer les enfants et que cet usage leur est souvent pernicieux143. » Il recommande de « placer l’enfant dans un grand berceau bien rembourré où il puisse se mouvoir à l’aise et sans danger144. »

  • 145 C. Rollet, op. cit., p. 93.

96Comme pour les vêtements, le blanc devient la couleur dominante, avec ses mousselines pour le voile, la toile fine et les dentelles pour les draps et la taie d’oreiller, la laine pour les couvertures. On utilise souvent le voile de la mariée pour le voile du berceau et on accroche une médaille en métal à l’effigie d’un saint ou de la Vierge, ou une croix en cristal. Les matelas ou les paillasses sont confectionnés avec des végétaux locaux : pailles, fougères, balle d’avoine, feuilles de maïs ou de hêtre145. L’enfant peut alors dormir tranquillement dans le berceau, après avoir été bercé.

  • 146 E. Tourtelle, J.-N. Halle, op. cit., p. 367.
  • 147 A. Pinard, La Puériculture du premier âge, Paris, Armand Colin, 5e éd., 1912, p. 53.
  • 148 C. Rollet, M.-F. Morel, Des bébés et des hommes. Tradition et modernité des soins aux tout-petits,(...)

97Dans la première moitié du XIXe siècle, les hygiénistes rentrent aussi dans le débat de l’utilité du berceau et des précautions qu’il faut prendre pour préserver la qualité de développement physiologique de l’enfant. La première règle, valable aussi pour les adultes concerne le lieu de disposition du berceau. Il doit être aéré pour éviter un air corrompu et vicié. Cela implique d’éviter de les installer dans des pièces trop petites ou bien encore dans des alcôves pourtant très réputées au XVIIIe siècle. Quant à la qualité du lit, les exigences ne sont en soi pas inaccessibles. Tourtelle et Halle recommandent en 1838, de coucher durement les enfants sur un lit un matelas et même sur une paillasse, plutôt que sur un lit de plume ou de laine. Effectivement, un lit dur donne de la force et de la vigueur, alors qu’un lit mou affaiblit et énerve146. Pour autant le débat sur le berceau tournera court à la fin du XIXe siècle puisque l’injonction de ne plus bercer les enfants, au nom de leur santé va finir par s’imposer : « Le meilleur berceau est celui que l’on ne peut pas bercer », explique le docteur Pinard à la fin du siècle147, mettant provisoirement fin à deux siècles de controverses148.

Des objets qui traînent dans la chambre

98Nous sommes tous habitués à nos rituels, à notre confort et réduire le lit au seul bien matériel assurant un bon sommeil serait réducteur. Pour les individus qui regagnaient leur lit, les préoccupations étaient les mêmes aux XVIIIe et XIXe siècles que de nos jours : ils souhaitaient aussi avoir accès aux commodités si le besoin se faisait sentir et le « pot de nuit » trouve alors ici toute sa fonction. Par ailleurs, le sommeil ne s’accompagne pas uniquement de ce bien-être essentiel. Pour les plus aisés, dormir nécessite d’avoir avec soi des objets quotidiens qui par la suite vont se répandre dans la société.

Les pots de chambre

99Le pot de chambre ou pisse-pot, ou pot de commodité ou vase de nuit est un récipient non couvert, en céramique, ovale ou circulaire servant à recueillir les excréments : il est muni d’une anse verticale latérale et son bord supérieur forme un large rebord horizontal plat ou arrondi. Il repose soit sur son fond, soit sur un pied bas et est en général non couvert. On trouve aussi l’urinal (pistolet) qui est un récipient en verre, métal ou céramique, constitué par un réceptacle fermé, plus ou moins arrondi, muni d’un large goulot latéral oblique, permettant à un homme d’uriner couché.

  • 149 P. Dibie, op. cit., p. 116.
  • 150 Ibid..

100Le pot de chambre en faïence, appelé encore bourdaloue (ou thomas) même s’il connaît son âge d’or à partir du XVIe siècle connaît une histoire très longue. Sur le deuxième nom attribué à ce vase de nuit, Pascal Dibie note qu’il ne faut vraisemblablement pas suivre Pierre Larousse qui dans son dictionnaire du XIXe siècle attribue ce surnom en référence à Louis Bourdaloue, prédicateur jésuite et confesseur des dames de la Cour. Ces vases de nuit de forme ovale et de petites dimensions sur le fond desquels était peint un œil entouré souvent de légende grivoise furent donc appelés ainsi par allusion aux confidences de toutes sortes que recevait Louis Bordaloue149. Selon Roger-Henri Guerrand dans son Histoire des commodités, Pierre Larousse, instituteur laïc et anticlérical ne voulait pas rater le parallèle entre l’objet et le nom d’Église sur lequel s’épanchaient les femmes. Il serait donc plus probable d’envisager le fait que les bigotes, très nombreuses à venir écouter les longs sermons de Bourdaloue dans l’Église des jésuites, rue Saint-Antoine, se munissaient par précaution d’un petit vase, chose assez banale à l’époque, que les femmes ne portant pas de culottes sous leurs grandes robes dissimulaient150.

  • 151 R.-H. Guerrand, L’Europe des Vases de nuit, In-Folio, 2007.
  • 152 Archives départementales du Finistère, 4 E 106/212

101Quelque soit le nom que l’on lui donne, le pot de chambre tient une place très importante dans les foyers151. Dans les classes populaires, on retrouve souvent son existence dans les archives judiciaires ou dans les mémoires. En effet, uriner dans les cendres de l’âtre ou bien encore jeter le contenu de son pot de nuit par la fenêtre et dans la rue ne choque personne. Les inventaires après décès sont aussi très riches de renseignements. À Landivisiau (commune du Finistère), Joseph Gourmelon, tanneur, décède le 6 novembre 1824. La description et l’estimation de son mobilier feront apparaître 2 pots de chambre estimés à 1 franc et 25 centimes pour 2 pièces à priori réservées au sommeil152. La logique minimale semble ainsi respectée. Pour autant, il faut l’avouer, de telles descriptions des pots de chambres sont assez rares et dans le Poitou, si l’on ne peut nier son existence, on ne remarque que des pots à différents usages non identifiés, remplissaient la fonction de pots de nuit.

  • 153 P. Dibie, op. cit., p. 116.
  • 154 Ibid., p. 116.

102Pour autant, le nombre de pots de chambre démontre autant l’importance d’un lieu que sa fréquentation. Objet de première nécessité à un prix accessible ou bien objet d’art, il est un élément indispensable. L’occupation du château de Chambord par Maurice de Saxe coïncide à une période intense et faste. Chaque chambre disposait d’une chaise de commodité et d’un nécessaire de toilette. Au total, on comptait environ 80 pots de chambre et autant de pots à eau, assortis de cuvettes. Certains pots de chambres avaient une très grande valeur. Lorsque Madame de Choiseul (la femme du ministre) offrit une très belle pièce à Madame du Deffand, ses domestiques lui conseillèrent d’en faire une soupière153. Tous les pots n’ayant pas une esthétique particulière, on prit même l’habitude de les enfermer dans une table de nuit. Ce sont les Anglais qui vont vider les premiers la table de nuit pour le cacher dans les murs, ou au contraire les mettre en valeur dans des meubles extravagants. Les Français se contentent quant à eux dans les campagnes du « pot à la mariée » dont l’obscénité du motif et de l’utilisation célèbre le moment. Sans doute, est-ce la raison qui explique que les pots de chambre soient autant présents dans les scènes de ménage154.

Les réveils

  • 155 A. Burgess, op. cit., p. 46.

103La question du lever amène aussi à se poser la question du réveil matinal. Quelques gens pouvaient se permettre d’apprivoiser un jeune coq. Dans le monastère, le réveil des résidents était la tâche du bedeau, mais lui-même devait se faire réveiller. Il l’était parfois grâce à cette chandelle graduée dont on doit l’invention à Alfred le Grand : de minuscules grelots étaient coulés dans la cire et, au fur et à mesure de sa fusion tombaient avec bruit dans une coupe de métal. Une autre méthode consistait à suspendre une charge pesante au bout d’une ficelle passée à travers le pied d’une chandelle. En achevant de se consumer, celle-ci communiquait le feu à la corde et la charge s’écrasait avec fracas155. Le réveil est la complication la plus ancienne de l’horlogerie. On pense même que vers le XIIe siècle des « réveils monastiques » destinés à rappeler les offices dans les couvents ont précédé l’apparition des aiguilles pour indiquer l’heure. Mais du mécanisme monumental à la montre-bracelet qui sonne, il a fallu quelques siècles de progrès et une bonne dose d’ingéniosité. Le véritable réveille-matin mécanique remonte aux environs de 1400. C’est aux Français que l’on doit les plus ingénieux modèles, sans doute grâce aux encouragements royaux, Louis XIII en possédait une véritable collection.

  • 156 Ibid., p. 47.

104Après ces premières expériences monacales, le réveil a accompagné les progrès de la miniaturisation de l’horlogerie dite de petit volume. Ainsi, au XVe siècle, les horloges de table étaient souvent munies d’un réveil sonnant sur une petite cloche. En 1601, la Corporation des Horlogers de Genève imposait la fabrication d’une « petite horloge à réveille-matin » à quiconque voulait devenir Maître. Et dès le XVIe siècle, on trouve des montres de poche réveil dont le couvercle, ajouré d’élégantes arabesques, favorisait le passage du son, subtile observation acoustique dont l’idée sera reprise bien plus tard. Au XVIIe siècle, une version très aboutie de réveil apparaît sous la forme de la montre dite de carrosse : il s’agit d’une montre de dimension respectable, 8 à 12 cm de diamètre, munie en général d’une sonnerie « au passage » et d’un réveil pour que les voyageurs de l’époque, harassés par les pénibles conditions de transport, ne ratent pas leur correspondance. Sous Louis XIV, apparaît aussi la pendule de nuit, dite aussi « pendule religieuse », qui doit son nom au portique d’église auquel elle fait songer par sa forme. Placée à portée de main, elle comporte un cordon que l’on tire afin de déclencher aussitôt une sonnerie. D’abord résonnent les coups des heures puis, dans une autre tonalité, ceux des quarts. Dès 1702, M. Musy, de Paris, fabriquait une veilleuse qui dispensait une lumière tamisée toute la nuit, sonnait chaque heure, tenait en permanence du potage et du café au chaud et réveillait enfin le dormeur au son d’un véritable tintamarre. En 1781, M. Morques, de Marseille, invente une horloge qui le matin allume une chandelle, tire les rideaux et ouvre la fenêtre. Quant au Viennois Joseph Tich, il conçut une pendule dont l’alarme allumait une charge de poudre. On croit savoir que l’une d’elles fut utilisée par Casanova, pour qui un prompt réveil se révélait essentiel, surtout lorsque – ce qui n’était pas rare – il ne dormait pas dans son propre lit156. L’Illustration offre un aperçu parfois sarcastique des mœurs américaines. Le journaliste rapporte cette expérience de réveil un peu fantasque, grandiose à la mode américaine :

  • 157 L’Illustration, Journal officiel, années 1849-1859, p. 242.

« Pour ceux qui ont le sommeil lourd, on a inventé un réveille-matin infaillible : ce n’est pas simplement une pendule comme chez nous, c’est le lit lui-même qui est chargé de ce soin. Il ne se contente pas, comme elle, de sonner plus ou moins longtemps à vos oreilles, c’est un charivari complet qu’il vous donne. Si par impossible vous résistez à cette première sommation, vous en recevez une seconde plus énergique encore ; enfin, si malgré tout, la paresse vous retient entre vos draps, alors recouvrant à un argument irrésistible, le lit fait la bascule et vous force à vider les lieux, c’est le cas où jamais de le dire157. »

  • 158 Nouveau Dictionnaire d’histoire naturelle appliquée aux Arts, t. 25, Déterville, 1817, p. 263.
  • 159 Bontius, Historiae naturalis et medicae Indiae orientalis, p. 64, cité par le Nouveau Dictionnaire (...)

105Plus tard, les pendulettes d’officier seront toujours munies d’un réveil et la Fabrique L’Épée a même produit à la fin du XIXe siècle des montres de poche intégrant une boîte à musique qui réveillait en jouant un petit air militaire. Les réveils vont acquérir des formes et des structures originales. On connaît bien entendu la place importante que pouvait tenir les coqs dans les campagnes, mais cet animal n’est pas le seul à pouvoir être utilisé comme réveille-matin. Il existe une perdrix connue aussi sous le nom de « Caille Réveil-matin » qui selon les auteurs du Nouveau Dictionnaire d’histoire naturelle se retire au coucher du soleil dans un trou, où elle s’enveloppe avec ses ailes, pour s’échauffer dans la nuit. Elle n’en sort qu’au lever du jour en émettant des cris qui réveillent tout ce qui repose autour de lui158. Jacobus Bontius, (1599-1631) médecin qui en 1626 fut chargé de l’inspection chirurgicale des Indes néerlandaises assurait qu’il tenait ces oiseaux en cage exprès pour servir de réveil matin159.

106Si l’on trouve plus de références au réveille-matin ou à la pendule-réveil au milieu du XIXe siècle, il faut néanmoins noter que ces symboles de la vie moderne – et de ses désagréments – ne connaîtront le succès et ne se généraliseront qu’après 1900.

Réchauffer son lit…

  • 160 R. Lecoq, Les Objets de la vie domestique. Ustensile en fer de la cuisine et du foyer des origines (...)

107Au-delà des réveils et des pots de nuit, on pouvait trouver aussi parfois d’autres objets censés améliorer la prise de repos. Les lanternes, lampes à huiles et bougies ornaient les tables de nuit ou non, mais il ne s’agit pas d’un élément propre au sommeil et nous n’allons pas nous attarder sur ces luminaires. Par contre, on pouvait trouver même chez les ruraux, des moines, des bassinoires ou des bouillottes qui avaient l’agréable particularité de réchauffer un lit parfois hostile. On utilisa dans les campagnes françaises jusqu’en 1950 environ, cet appareil nommé « moine » : il comprenait un récipient métallique contenant les cendres chaudes du feu de bois de la pièce principale, isolé entre deux luges de bois permettant de le glisser quelques minutes dans un lit sans roussir les draps160. Son effet était apprécié pour réchauffer les draps et les rendre bien secs avant le coucher.

108On trouvait aussi une variante du moine nommée bassinoire, qui ne comportait pas de glissières et était tenue au bout d’un manche. Il fallait dans ce deuxième cas une grande habileté pour ne pas risquer d’abîmer les draps. Le Musée de la Vie Wallone à Liège détient notamment une bassinoire du XVIIIe siècle d’une grande valeur en cuivre à manche de bois tourné, avec un couvercle doré gravé aux Armes de France qui servait à réchauffer les draps. Pour Mme Millet-Robinet, la bassinoire ou le moine (moins coûteux et tout aussi connu) sont indispensables dans un ménage, d’autant plus que leur utilisation est assez aisée :

  • 161 C. Millet-Robinet, op. cit., p. 63.

« Il faut avoir soin de mettre une assez grande quantité de braise, et surtout de la cendre rouge, lorsqu’on veut chauffer un lit, et la laisser s’échauffer avant de l’introduire, sans quoi le feu s’étoufferait promptement et le lit ne s’échaufferait pas161. »

  • 162 R. Lecoq, op. cit., p. 105.

109Néanmoins, il faut faire aussi très attention à promener sans cesse la bassinoire pour éviter de roussir les draps. Enfin, les lits pouvaient être équipés de bouillottes. Ces récipients étanches servaient à contenir de l’eau chaude, généralement utilisée pour tenir une personne au chaud, notamment lorsque celle-ci est dans son lit ou malade. La bouillote pouvait être utilisée simplement pour réchauffer le lit avant de se coucher162. Les anciennes bouillottes étaient en métal, voire en vessie de porc.

  • 163 A. Chastel, F. Salet, Objets civils domestiques : vocabulaire, Paris, Réd. par Catherine Arminjon (...)

110Néanmoins, l’imagination des hommes pour réchauffer leurs lits est sans limite, puisque l’élément le plus ancien était sans doute les « pierres chaudes » ou « briques chaudes » de sections rectangulaires, circulaires, cylindriques, colorées ou naturelles, brutes ou vernies, percées ou non. On les glissait dans un journal, une housse, un torchon, une serviette, un morceau de tissu. Objet ordinaire, force est de constater que les influences sociales, régionales, économiques, culturelles, ou d’usage, ont modelé de nombreuses variétés de bouillottes, tant par les matériaux utilisés, seuls ou alliés, que par les formes et les tailles, les couleurs et les décorations163. Le très sobre et très répandu « bidon » en aluminium filé des régions industrielles n’a que son rôle de contenant en commun, avec la brillante ovale en cuivre rouge et son bouchon de laiton, des maisons bourgeoises.

Des objets divers

  • 164 Cf. A. Perret, Peinture sur porcelaine. Décors traditionnels et contemporains, Dessain et Tolra, 1 (...)

111Les nouveaux lits sans rideaux, placés au milieu de la chambre, étaient flanqués comme nous l’avons vu de table de nuit avec lampes et réveils, mais aussi parfois de veilleuses tisanières. Une tisanière est composée d’un récipient à tisane, d’une lampe à huile utilisée comme réchaud et montée sur un socle. Vers la seconde moitié du XVIIIe siècle, les lampes à huile se transformèrent en veilleuses. Elles permettaient d’avoir un peu de lumière la nuit, grâce à leur récipient cylindrique percé de trous et servaient aussi à tenir au chaud les tisanes ou les bouillons. Les veilleuses-tisanières du XVIIIe siècle sont aujourd’hui presque introuvables ; la plupart font partie de collections. D’abord simple ustensile utilitaire, dépouillée aussi bien dans sa forme que dans son ornementation, la veilleuse-tisanière se transforma peu à peu. Il fallut cependant attendre le XIXe siècle pour qu’elle soit vraiment à la mode. Au début de la période de l’Empire, elles sont en porcelaine blanche unie, simplement ornée d’un liseré. Rondes, carrées, rectangulaires, très classiques de ligne, elles s’ornent de décors variés et sont cernées d’or164.

  • 165 Ibid., p. 7.

112Sous Louis XVIII, leur décor se modifie, ce sont des reproductions de tableaux d’œuvres célèbres. Sous Charles X apparaissent des tisanières en forme de cathédrale ; les décors sont des scènes historiques, militaires, bibliques, mythologiques. Sous le règne de Louis-Philippe, le système d’éclairage est amélioré et permet aux fabricants d’utiliser un simple godet comme réservoir à huile. Vers 1830, Jacob Petit, un artiste peintre de l’atelier de Gros, réagit avec vigueur contre la rigueur de l’Empire et contre toutes les formes classiques qu’il connaît parfaitement, et il impose hardiment les lignes capricieuses et les décors compliqués du style rocaille. Posée sur la table de nuit, la veilleuse-tisanière est donc de plus en plus utilisée : aussi décorative éteinte qu’allumée, elle est appréciée pour son double usage. Elle est parfois accompagnée d’une clochette qui sert à appeler la femme de chambre qui dort souvent dans le cabinet voisin165.

  • 166 A. Dion-Tenenbaum, M.-N. Grandy, op. cit., p. 185.
  • 167 Ibid., p. 185-186.

113Mais si la veilleuse vient à s’éteindre, si la nuit est sans lune et que les braises sont mortes dans le foyer, comment vaincre l’obscurité, comment savoir l’heure ? L’usage des briquets reste très compliqué. Des objets – diffusés en peu d’exemplaires – avaient été mis au point pour la nuit, telle « la montre à tact » de l’horloger Bréguet, permettant de lire sans lumière et sans déclencher de sonnerie166. Aussi, un nouveau type d’allumettes va transformer la vie. Jusque-là, elles servaient uniquement à transmettre le feu d’un point à un autre ; leur bout enduit de soufre permettait de les enflammer plus facilement. Les allumettes pyrogènes, inventées par Charles Sauria et commercialisées en 1832, s’enflamment par simple friction. Des présentoirs en bronze patiné ou doré, comportant à leur base une couronne de petites dents très pointues, servent de grattoir167.

Tomber dans les bras de Morphée : réalités sur les heures de sommeil

« Il est prouvé que c’est toujours au moment de se lever qu’on a le plus envie de dormir. Donc l’homme devrait attendre qu’il se lève pour se coucher. »
Georges Faydeau, Tailleur pour dames

114Aborder tour à tour la chambre et le lit, invite inexorablement à vouloir dormir. Ces derniers ne sont que des lieux d’accueil du sommeil, ils appartiennent à la culture matérielle et finalement ne sont qu’une invitation au confort et non à l’acte lui-même. Même s’ils véhiculent beaucoup de symbolismes derrière eux, ils sont vides de sens si le corps ne s’y repose pas. Pour autant, de toutes les raisons qui amènent l’homme et la femme au lit, le sommeil est bien la première. Cette partie sera en elle-même toute simple : vérifier cet adage dont nous avons déjà parlé : « un homme passe en moyenne un tiers de sa vie au lit ». Le discours savant, qui en fait ne capte qu’une pensée médicale et son héritage à un instant donné, n’est plus l’objet d’étude. Et même si ce dernier est parfois agrémenté d’exemples concrets, il n’est souvent qu’un modèle : une rencontre entre le savoir des érudits et la lecture supposée du corps qui en est faite.

115Notre approche va donc être tout autre : essayer de capter, et d’en faire état, cette « consommation » du sommeil propre aux hommes et aux femmes du XVIIIe au début du XIXe siècle : heure de coucher, de lever, durée de sommeil, segmentation du sommeil… qui caractérisent une culture de sommeil. Ces réflexions sont essentielles puisqu’elles véhiculent par ailleurs des modèles de comportement de veille. Elles répondent aussi à la question même du besoin de sommeil, celle que nous nous posons d’ailleurs individuellement. Si nos ancêtres ont pris certaines habitudes de sommeil, c’est qu’elles répondaient aussi à des besoins naturels de se reposer. Dès lors, la question même du contrôle du corps et de la moralité face à l’abus de sommeil, ne sont peut-être pas des données majeures. Enfin, capter les véritables comportements du dormir permet aussi de faire face au problème souvent évoqué du sommeil-refuge. Face aux dangers de la nuit et à la faible luminosité artificielle, l’évidence imposait l’idée qu’il ne restait plus à une grande majorité de la population qu’à dormir. Pourtant, aucune étude sociale ne venait le prouver.

  • 168 G. Thuillier, op. cit., p. 83.

116Cette anthropologie du sommeil vécu est sans doute un des points les plus complexes de cette étude, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, il faut tenir compte du fait que cette pratique universelle touche tout le monde et que chacun conçoit sa propre vision du sommeil, son propre besoin, voire ses propres habitudes. Il est ainsi difficile de vouloir caractériser le sommeil d’une société, sachant qu’il est avant tout la somme des sommeils individuels. Donc, plutôt que de réalités de sommeil, nous préférerons parler des habitudes quotidiennes partagées par une communauté, voire de tendance de repos. Le deuxième point que nous devons évoquer a d’ailleurs trait au premier. Il est très difficile de sonder toute la population au regard des sources dont nous disposons. Il serait merveilleux de croire que nous pourrions disposer d’enquêtes nationales sur le sujet aux XVIIIe et XIXe siècles. Aussi, doit-on contourner le problème. Guy Thuillier s’était d’ailleurs posé la question d’une manière assez pessimiste : « Comment peut-on étudier un phénomène aussi quotidien, aussi singulier, aussi chargé de signification, les sources sont quasi inexistantes168. » Depuis, le sommeil n’est plus « une terre inconnue ». Deux grands types de sources permettent d’apporter des éléments de réponse. D’un côté, des sources plutôt directes peuvent être consultées : des mémoires, des journaux intimes et même la littérature. Le sommeil y est abordé comme un aspect du quotidien, et parfois est mis en valeur. Bien entendu, il faut toujours rester prudent dans la mesure où le sommeil peut être mis en scène dans les mémoires ou dans la littérature, afin d’exalter un comportement ou bien au contraire dans le but de le réprouver. Par ailleurs, en travaillant sur ce type de sources on s’aperçoit très vite qu’il ne permet de saisir principalement qu’une catégorie de population assez érudite, qui pouvait écrire et donc par la même occasion assez aisée. Des journaux intimes des couches populaires comme celui de Ménétra sont ainsi très rares Et lorsque des auteurs abordent les classes populaires, ils jettent bien souvent un regard biaisé de ce qu’ils imaginent plutôt que de ce qu’ils ont observé. C’est pour tenter d’éclairer aussi les habitudes de sommeil des plus pauvres qu’il est essentiel de se tourner vers des sources plus indirectes à savoir les archives judiciaires. En effet, elles regorgent de témoignages divers et variés sur les habitudes de sommeil, retranscrites par le greffier, mais émanant de la bouche des plus nombreux y compris les plus illettrés. Ces détails apparaissent souvent sans importance pour le déroulement de l’affaire, mais ils permettent de construire une réflexion non moins pertinente sur le repos nocturne de la juridiction étudiée.

Le sommeil du Juste : les archives judiciaires comme témoin

  • 169 Il faut noter par ailleurs que pour la période allant de 1690 à 1790, nous avons dépouillé plus pr (...)

117Pour capter les habitudes de sommeil du peuple, les archives judiciaires poitevines et plus précisément les minutes du présidial de Poitiers de 1690 à 1790 ainsi que les dossiers de procédure de la cour d’assise de 1814 à 1835 ont été d’un grand recours169. Dans ce corpus nous avons choisi de ne dépouiller que des affaires nocturnes, puisqu’un premier sondage dans les affaires diurnes a montré que sur plus d’une centaine de témoignages, seul un homme a déclaré se coucher à 9 h du matin, ce dernier revenant d’une nuit de guet. Écarter les affaires diurnes ne réduit pas pour autant le champ d’action même si on peut partir du principe que le sommeil diurne est assez rare et peu représenté. Les affaires nocturnes demeurent quand même assez nombreuses, même s’il faut aussi définir ce qu’on appelle « affaire nocturne ». Dans le cas qui nous intéresse, en l’occurrence capter les habitudes de sommeil, il ne faut pas se restreindre à la définition juridique de la nuit et il a été préférable de déterminer des limites à partir de sondages. Ainsi, il était inutile de rechercher des personnes dormant avant 8 h du soir, même en hiver, et n’étant pas levées après 8 h du matin. Cette marge reste tout de même très large et nous verrons qu’en fait les affaires nocturnes sont réduites le plus souvent à une fourchette allant de 10 h du soir à 5 h du matin.

  • 170 Voir à ce sujet l’ouvrage de Simone Delattre, op. cit.

118Par ailleurs, travailler globalement sur Poitiers et sur le département de la Vienne permet de saisir les habitudes de sommeil en campagne qui paraissent plus calmes qu’en milieu urbain. Ville moyenne, 22 000 habitants environ en 1790, au XVIIIe et au début du XIXe siècle, Poitiers n’est pas équipée d’un éclairage public régulier, ce qui permet de saisir les comportements du sommeil urbain dans la période préindustrielle. Les données auraient été différentes s’il avait été question de travailler sur une ville comme Paris qui connaît une vie nocturne particulière et un éclairage nocturne régulier dans une grande partie de ses quartiers170. En effet, l’apprivoisement d’une lumière artificielle pour les plus pauvres, détermine de nouvelles manières de dormir.

119Durant la nuit et dans cet espace géographique, les affaires judiciaires sont nombreuses puisqu’à priori toute forme de plaintes peut offrir des renseignements. Expositions d’enfants, infanticides, vols, rixes, assassinats… apportent indéniablement des informations sur le sommeil. Avant la création de la cour d’assises, le document le plus intéressant était l’information qui retranscrit les paroles des témoins et le témoignage de la victime. Quant à l’interrogatoire de l’accusé, il est parfois riche d’enseignement puisqu’il explique pourquoi il n’était pas couché, ou bien encore dans l’hypothèse où il serait coupable, avec quel alibi il tente de se justifier. Les dossiers de procédure de la cour d’assise après 1811 sont parfois volumineux et très riches. Les interrogatoires, les témoignages, les actes d’accusation permettent de restituer les faits et de donner la parole à de nombreux témoins. Deux éléments de la procédure sont particulièrement intéressants : l’acte d’accusation qui permet de resituer les faits et de connaître la position de la victime et de l’accusé, et les déclarations des témoins. Au contraire, les autres éléments de la procédure comme les réquisitoires ne sont pas étudiés s’ils ne permettent pas d’éclairer plus l’affaire ou les habitudes nocturnes.

Des témoins « endormis » : l’exploitation des témoignages

  • 171 Seuls les témoignages précis, indiquant des horaires exacts ont été relevés. En effet, beaucoup de (...)

120À partir de plusieurs sondages entre 1690 et 1835, un échantillon de 320 déclarations précises sur les heures de sommeil a été dégagé171. Ces données ont été regroupées dans deux tableaux distincts, permettant pour le premier de comptabiliser les témoignages propres au coucher et dans un second, ceux relatifs au lever. Il faut noter toutefois que les deux font apparaître des comportements orignaux.

Tableau 3 : Indications de l’ensemble des témoins sur l’heure du coucher entre 1690 et 1835.

  • 172 En ce qui concerne la ligne : « dorment ou sont couchés », Il s’agissait de préciser les deux type (...)
  • 173 Voir J.-P. Aron, Le Mangeur du XIXe siècle, Paris, Robert Laffont, 1973.
  • 174 J.-L. Flandrin, « Les heures des repas en France avant le XIXe siècle », dans M. Aymard, C. Grigno (...)

121Afin de mieux comprendre le sens de ces valeurs, il convient de ne pas les étudier séparément, chacune pour ce qu’elles sont, mais de les comparer. Ainsi, ce sont bien les écarts entre ceux qui ne dorment pas et ceux qui sont couchés à une heure précise qu’il faut décrire172. Jusqu’à 11 heures du soir, le nombre de témoins déclarant ne pas être couché est toujours supérieur à ceux qui déclarent dormir. Il existe donc des personnes se couchant tôt (entre 8 h et 11 h du soir), mais ce qui est intéressant, c’est qu’il demeure jusqu’à minuit une très grande part d’hommes et de femmes non couchés, et qui eux sont majoritaires. Et la plupart des témoignages semblent indiquer qu’il ne s’agit pas d’une situation exceptionnelle, ce qui laisse penser que l’heure de coucher est plus tardive qu’on pourrait le croire et qu’elle se situe entre 11 h du soir et minuit. Ces données sont cohérentes avec les études sur l’heure du souper que l’on peut situer selon les groupes sociaux des classes populaires entre 8 h et 10 h du soir173. Selon Jean-Louis Flandrin d’ailleurs, le moment du souper n’a semble-t-il pas ou peu évolué entre le XVIIIe et XIXe siècle, ce qui peut en partie expliquer que le coucher ne se soit pas non plus décalé dans la même période174.

122Les données concernant la colonne « 1 h du matin » pourraient par ailleurs remettre en cause notre raisonnement. Il n’en est rien si l’on regarde le type de témoignages : sur les 10 déclarants qui ne dormaient pas à cette heure, 7 sont liés à une seule information judiciaire et accusés de vol ou de tapage nocturne. Et dans ces affaires, il n’y eut pas de témoins entendus. Car pour toutes les autres heures (comme à 2 h du matin notamment), les témoignages surtout pris en compte sont ceux de personnes n’étant ni victimes, ni prétendues coupables.

  • 175 J. Léonard, Archives du corps, op. cit., p. 12.
  • 176 ADV, 2 U 544.

123Ce premier constat sur l’heure de coucher révèle donc que les Français à l’époque ne semblaient pas considérer la nuit comme un véritable temps de sommeil et qu’ils n’étaient pas astreints à résidence. Ces résultats remettent d’ailleurs en cause certains jugements de chercheurs. Effectivement, comme le pensait Jacques Léonard, les gens avaient l’habitude de se coucher aussitôt après le repas du soir vers 9 h du soir comme semblaient le suggérer des proverbes moralisateurs175. Certes, ce schéma n’est pas à exclure. Jean Lunet, cabaretier à Loudun déclare ainsi le 21 décembre 1821 : « sur les huit à neuf heures nous nous couchâmes comme à l’ordinaire, je m’endormis de faite176 ». Cet homme, se couchant d’ailleurs très tôt pour un cabaretier, ne représente pas non plus le seul comportement acceptable et d’autres témoins démontrent qu’il existe bien un temps de sociabilité entre le souper et le coucher, décalant substantiellement les heures de sommeil. Il est certes difficilement quantifiable, mais il est indéniable, quelque soit sa forme : rencontres sur le pas de la porte, veillées, soirées au cabaret ou tout simplement rester autour du feu chez soi. Partager un moment avant de dormir est donc un élément essentiel de la « culture du sommeil » au XVIIIe siècle et début du XIXe siècle. Les Français en avaient besoin et en avaient conscience. Bien sûr, certains laboureurs devaient s’effondrer tôt après être revenus chez eux, à peine capable en raison d’une anesthésiante fatigue de prendre un repas du soir, particulièrement dans les régions rurales durant l’été où les travaux d’été devenaient plus durs. Il est difficile de dresser des règles d’heures de coucher selon les catégories socio-professionnelles, mais on peut remarquer que ceux qui fréquentent les cabarets et donc par déduction ceux qui les tiennent, sont ceux qui se couchent le plus tard.

  • 177 ADV 2, U 544.

124Le deuxième point important à noter est la récurrence avec laquelle on trouve des gens qui ne dorment pas en plein cœur de la nuit : entre 11 h du soir et 3 h du matin. Et là aussi, les déclarants rencontrés sont juste témoins de l’affaire et ils étaient réveillés à l’heure du délit ou déjà affairés. Il existait donc des raisons concrètes et personnelles pour que des hommes, plus souvent que les femmes d’ailleurs, soient debout à une heure où la moralité et la sécurité ne le permettent pas normalement. Nous discuterons des raisons que nous pouvons avancer pour l’expliquer, en même temps que nous remarquerons aussi qu’il ne s’agit tout de même que d’une trentaine de cas rencontrés sur un siècle. Les premières évocations de personnes réveillées n’apparaissent qu’à 3 h du matin. On en trouve quelques cas, mais il s’agit presque toujours d’hommes devant quitter leur domicile pour rejoindre un lieu assez éloigné et généralement des foires. Ainsi, Jean Lunet a déclaré aux enquêteurs avoir quitté son domicile de Loudun à 3 h du matin le 21 décembre (ce qui semble très tôt pour les autorités qui l’interrogent) : « Parce que les jours étant court [il] voulait arriver dans le jour à Saumur177. » Il ne faut pas pour autant croire qu’il s’agit de cas très rares. Le duc de Croÿ lui-même pouvait se lever à trois heures du matin (dans d’autres cas il se couchait), pour admirer le lever du soleil :

  • 178 E. Croy-Solre, op. cit., p. 66.

« Le 3 juin, je m’éveillai par la maladie, comme toujours à trois heures. Je me levai. Je vis la belle aurore, le beau lever de soleil, avec ces superbes vues de ma chambre, et presque de solstice, que je marquai, les premiers rayons qui dorent Paris, le tapage des oiseaux, la fraîcheur, le parfum de chèvrefeuille, tout cela m’enchanta178. »

125À cela, on peut rajouter qu’en été, le soleil pouvait commencer à se lever à trois heures et donc que tous les témoignages que nous n’avons pu étudier, mais qui existent, et qui stipulent que certains Poitevins se réveillaient « au lever du soleil » peuvent donc correspondre à cet horaire.

  • 179 N. Truquin, op. cit., p. 18.

126Par contre, à partir de 4 h du matin, le résultat est très significatif. Les témoins sont très nombreux à être levés à 4 h du matin. Bien souvent d’ailleurs, ils précisent qu’ils se sont levés à 4 h du matin et il est très rare de trouver des observateurs qui ne sont pas encore levés à 5 h du matin. Ce lever qui peut nous paraître bien matinal n’est pas surprenant. Norbert Truquin, peigneur de laine à Reims en 1840 était réveillé à trois heures par son maître « suivant son habitude » pour pouvoir commencer à travailler à 4 h du matin179.

127On peut donc souligner que l’heure du lever est sans conteste aux alentours de 4 h et 5 h du matin, au moment du lever du soleil, même si des travailleurs pouvaient se lever de très bonne heure pour être prêts dès que possible. D’ailleurs, une grande partie des témoignages que nous n’avons pas pu exploiter évoque un réveil à une heure avant le lever du soleil ou au lever du soleil.

Tableau 4 : Indications de l’ensemble des témoins sur leur emploi du temps matinal entre 1690 et 1835.

  • 180 J. Renard, Journal, 5 octobre 1904, cité par J. Léonard, op. cit., p. 12.
  • 181 Ibid.

128L’exemple de Poitiers n’est pas pour autant significatif en ce qui concerne au moins l’heure du lever, car elle ne met pas en lumière de différences notables entre l’été et l’hiver. Or, l’hiver qui bloquait les montagnards dans les neiges, permettait de leur dégager une période de tranquillité : « Les paysans aiment l’hiver. Ils disent : on a rien à faire. On se repose. On reste longtemps au lit. On ne dort pas tout le temps mais on est bien180. » D’autant plus qu’il faut avoir à l’esprit que les sociétés traditionnelles n’étaient pas esclaves de l’heure. Dans les campagnes de l’Ile-et-Vilaine, au temps de Napoléon, selon des inventaires après décès, six maisons sur sept n’avaient pas d’horloge, ce qui n’empêchait pas les Français de suivre certaines habitudes181.

  • 182 R. Ekirch, « Sleep we have lost: Pre-industrial Slumber in the British Isles », American Historica (...)

129Néanmoins, en regardant l’heure moyenne de coucher (11 h du soir) et l’heure moyenne de lever (4 h du matin, voire 5 h), on s’aperçoit que la durée moyenne de sommeil est comprise entre 5 h et 6 heures pour les hommes, un peu moins que ce que laissaient entendre les traités de médecine, mais assez proche des journaux intimes qui suggéraient que les adultes dormaient ordinairement sur des périodes de 6 à 8 heures182.

Le sommeil : une question de genre et de lieu d’habitat

130Ces témoignages peuvent aussi être étudiés selon d’autres variables que les heures de coucher et de lever en utilisant la même forme de tableau. Tout d’abord, on peut essayer de repérer des différenciations selon le sexe. Il semblerait alors que les femmes soient pratiquement toutes couchées vers 11 h du soir, alors que les hommes se couchent plus entre 11 h et minuit. Il n’y a rien de surprenant, puisqu’il n’est pas rare de voir ces mêmes hommes fréquenter les cabarets, alors que les femmes restent au foyer. Certaines mêmes portent plainte contre leur mari qui dépense l’argent dans des lieux de débauche. Il ne faut pas non plus croire qu’elles ne sortaient jamais de leur foyer une fois le soleil couché. Dans les archives judiciaires de nombreuses déposantes (domestiques, femmes de journaliers ou de laboureurs par exemple) évoquent leurs veillées d’où elles ne rentrent souvent que vers minuit.

  • 183 ADV, 2 U 537.

131La différence au lever est par contre moins flagrante, puisque le corpus n’est pas encore assez important. On peut aussi distinguer des différences entre l’espace urbain et rural. On remarque alors sans surprise que les habitants des campagnes se couchaient plus tôt que ceux des villes, puisqu’il y a moins d’activités déviantes. Les occupations (cabaret, jeux…) sont moins nombreuses qu’en ville, même si de nombreuses veillées étaient organisées. Dès 11 h, les habitants des campagnes regagnent majoritairement leurs lits alors qu’il faut attendre près de minuit pour qu’en ville il en soit de même. L’heure du lever ne présente pas véritablement de particularité, si ce n’est que les habitants des campagnes se lèvent parfois comme nous l’avons vu dès 3 h du matin, sans doute à cause de contraintes agricoles ou de déplacements vers des marchés éloignés. C’est ce que nous prouve ce témoignage d’Ambroise Ménard, dit « Brin d’amour », accusé (et non condamné par la suite) de vol de courrier. Lorsque l’enquêteur lui demande s’il est certain qu’il était encore couché le 13 décembre 1816 entre 3 h et 4 h du matin, ce dernier rétorque : « rien n’est plus sur, comme il ne faisait pas beau à travailler, valait autant rester dans son lit que de se lever pour ne rien faire183 ». Dès lors, il est indéniable que se lever à 4 h du matin n’est pas une exception, cet homme démontre qu’il est plus dans son habitude de se lever à cette heure-ci et il doit au contraire se justifier d’être resté au lit.

Des conclusions originales

  • 184 H. J. Voth, Time and Work in England (1750-1830), Oxford, 2000.
  • 185 Voir les détails dans A. Cabantous, Histoire de la nuit, op. cit., p. 98.
  • 186 Ibid.
  • 187 J. Léonard, Archives du corps, op. cit., p. 50.

132Il faut par ailleurs noter que notre étude sur les archives judiciaires de Poitiers diffère sensiblement des conclusions réalisées par H. J. Voth, qui s’est penché sur les dépositions des témoins dans les affaires criminelles jugées à l’Old Bailey de Londres, et lors des sessions judiciaires tenues dans le nord de l’Angleterre184. D’après cette source, la durée moyenne de sommeil tournerait autour de sept heures avec une diminution sensible au détriment des habitants de Londres à l’aube du XIXe siècle, marquant un écart significatif (une heure trente) avec les populations moins urbanisées185. Sur ce point, le constat est assez proche des témoins poitevins. Par contre, il semblerait que l’heure de lever soit plus tardive à Londres et dans la campagne du Nord de l’Angleterre. En moyenne, les témoins se levaient aux alentours de six heures du matin, soit en moyenne plus d’une heure après les Poitevins186. À noter tout de même que la définition du temps et sa mesure, n’offrent pas de véritable consensus au sein des pays, et encore moins entre les pays européens. Si l’on en croit Jacques Léonard, le jour se lève en Bretagne 49 minutes plus tard qu’en Alsace ; par rapport à celle de Paris, l’heure locale de Nice avançait de 19 minutes et celle de Brest retardait de 18 minutes187.

  • 188 J.-M. Berlière, « Les archives de police : des fantasmes aux mirages », dans F. Chauvaud, J.-G. Pe (...)
  • 189 V. Jameray-Duval, Mémoires, 1709, p. 111-117.

133Le recours aux archives judiciaires pour capter les habitudes de sommeil est donc un apport important qui mériterait de s’étaler sur la longue durée. Seize années ne suffisent pas à répondre à toutes les curiosités. Les tendances mensuelles ne peuvent apparaître ainsi dans cette étude. De la même manière, un découpage hebdomadaire peut être intéressant. Un regard furtif dans les procès verbaux fait apparaître que 13 affaires (sur 47) entre 1815 et 1830 se sont produites le dimanche. Il serait donc intéressant de se pencher sur le samedi soir, le dimanche et le lundi matin pour détecter s’il existe des particularités. L’omniprésence de ce jour chômé dans les minutes de greffes semble l’indiquer. Il faut aussi tenter de dénouer parmi les paroles et les comportements qui en ressortent si nous sommes face à de véritables habitudes d’une communauté (poitevine, voire française) ou si nous sommes confrontés à des comportements individuels et exceptionnels. Ce dernier cas n’est pas dénué d’intérêt, mais il sera traité autrement et il faudra essayer d’en découvrir les logiques. Enfin, il faut aussi être conscient des limites des archives judiciaires, très justement mises en lumière par Jean-Marc Berlière, qui évoquait avec raison que les archives de police comportaient beaucoup d’affabulations, de calomnies, de détails vrais ou inventés se rapportant au domaine de l’intimité ou de la vie privée188. Il faut donc être très prudent même si certains détails qui ont trait au sommeil ne comportent pas de véritable enjeu. Pour un témoin qui n’a rien entendu quel serait son intérêt de dire qu’il s’est couché à 11 h du soir au lieu d’une autre heure ou qu’il dormait naturellement au moment des faits ? Rien n’indique non plus la condition même du dormeur lorsqu’il témoigne : était-il sain ou bien malade ? Par exemple Valentin Jamery-Duval témoigne en 1709, avoir connu un sommeil de 12 heures pour se remettre d’un bain forcé dans un canal189.

  • 190 J. Léonard, op. cit., p. 27.

134Finalement, nous n’avons pas pour autant rencontré d’évolutions ou de transformations des habitudes entre 1700 et 1850, alors que l’allongement de la durée moyenne du travail et la possibilité d’un éclairage efficace le matin et le soir ont bouleversé les horaires habituels des repas, du sommeil, et ont sans doute perturbé des équilibres physiologiques profonds. Or, cette transformation s’est ressentie dès le début du XIXe siècle dans les grandes villes françaises, et Poitiers et ses environs ne vont le percevoir qu’à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle. L’industrialisation n’a pas seulement densifié le temps de présence sur le lieu de travail, il a aussi modifié le temps de repos. Toutes sortes d’enquêtes ont dénoncé la très grande journée de l’ouvrier d’usine avec des records de 15 à 17 heures dans le textile sous la Monarchie de Juillet, et des moyennes plus pénibles dans la France du Nord (13-14 heures) que dans la France du Midi (8 à 11 h190). L’allongement de la durée de travail et la possibilité d’un éclairage artificiel efficace le matin et le soir, ont bouleversé les horaires habituels des repas et du sommeil.

Le sommeil : élément de distinction sociale

  • 191 Journal de ma vie, Jacques louis Ménétra, op. cit., p. 119.
  • 192 P. Chaunu, La Civilisation de l’Europe des Lumières, Arthaud, 1993, p. 464-465.

135Cette remarque de Ménétra, pleine de sens : « Le lendemain matin, avant le lever de la bourgeoisie191 » pose comme principe une inégalité dans la prise de repos. Le lever de l’ouvrier, du paysan, de l’artisan, et dans un ordre plus large du travailleur manuel et donc du « peuple » est conditionné à l’épreuve de leur travail, de leur rôle dans la société. Pour autant, cela ne remet pas en cause le fait qu’au sein de cette population, il existe de nombreuses différences. Néanmoins, il est indéniable de remarquer que le milieu dont est issu le dormeur joue un rôle de distinction entre les occupations et les organisations. Au XVIIIe siècle par exemple, un aristocrate de cour ne vit pas comme un robin de province, qui lui-même se distingue du bourgeois et celui-ci du paysan. Puisque nous avons parlé en partie de ce dernier, intéressons-nous maintenant aux « élites », qui ont pour une partie d’entre elles cherché à structurer l’espace-temps du lever au coucher par le rythme régulier des heures. Cependant, les deux activités qui nous intéressent particulièrement ne sont pas forcément fixes entre 1700 et 1850, tout comme on peut observer des distinctions en fonction de nombreuses subtilités économiques, sociales ou religieuses. Il faut aussi ajouter que le siècle des Lumières avec lequel nous évoluerons en grande partie, est en effet stratégique dans l’évolution des habitudes du quotidien. C’est un instant de fracture avec les précédentes époques où s’amorce une impulsion particulière dans les domaines de l’hygiène, de l’éducation, de la vie de famille, de la lecture dont les siècles suivants sont les dépositaires. À ce titre, Pierre Chaunu à très justement souligné que « de tous les legs du passé qui commandent notre présent, le legs du XVIIIe siècle est un des plus importants192 ».

136Des habitudes des élites dans la période étudiée, nous retiendrons qu’elles sont aussi très dépendantes non pas des conditions de travail, mais des mondanités qui ne sont pas toujours en opposition des us et coutumes. Ainsi, les festivités organisées au sein de ce groupe social, ne viennent pas compromettre la morale chrétienne et l’assistance aux offices n’est pas pour autant compromise. Il s’agit donc de s’immiscer dans cette logique de comportement qui oscille entre respect des traditions et volonté d’appartenir au monde. Le goût du sommeil n’est pas pour autant absent et il n’est pas rare de rencontrer des couchers plus précipités, des nobles souhaitant simplement se reposer.

Se coucher et se lever noblement193

  • 193 Culture de l’écrit, l’élite a laissé les meilleurs témoignages de l’art de vivre au fil des heures (...)
  • 194 Voir J.-L. Flandrin, « Les heures des repas… », op. cit., p. 219.
  • 195 A. Dion-Ténenbaum, M.-N. Grandy, op. cit., p. 181.
  • 196 Cité par J. Léonard, Archives du corps, op. cit., p. 29.
  • 197 Ibid.
  • 198 J. Lespinasse, op. cit., p. 102.
  • 199 Voir Y. Durand, Les Fermiers généraux au XVIIIe siècle, Paris, 1971.

137Le coucher doit tenir compte du fait qu’au XVIIIe siècle, se prend l’habitude d’aller au spectacle après le souper. Les sorties se prolongeant jusque très tard dans la nuit, un repas supplémentaire va alors s’imposer : le media noche ou réveillon, servi vers 23 h194. Dans les années 1830, alors que le dîner se prend entre seize heures et dix-neuf heures, le souper est repoussé à minuit en province et à deux heures du matin à Paris195. Chateaubriand par exemple, suivait facilement la mode : « Madame de Chateaubriand ne saurait dîner plus tard que 5 h du soir ; moi je n’ai faim qu’à 7 heures. Nous avons partagé la difficulté, et nous dînons ensemble à 6 heures. De cette façon-là, nous sommes contrariés tous les deux196. » Eugène Delacroix, qui sortait beaucoup, notait et commentait ainsi, dans son Journal, le moment du dîner : « trop tôt », à 3 h (1849) ; « de bonne heure » à 4 h et demie (1824) ou à 5 h (1847) ; « trop tard » à 6 heures (1854) ou 7 h (1852197). Dès lors, la vie mondaine ne permet de rejoindre son lit qu’à l’aube parfois. Mademoiselle de Lespinasse (1732-1776), fait état dans ses Lettres des habitudes de sa mère, « dont le goût était de se coucher tous les jours à cinq heures du matin198 ». M. de Lavoisier, fermier général alterne mondanité et lever à l’aube. Sorti du lit au plus tard à six heures pour rejoindre son laboratoire ou sa table de travail, il se couche à deux heures du matin après avoir joué au brelan ou au trente et quarante199. À noter que le recul du coucher des maîtres, décalait aussi irrémédiablement celui des domestiques et donc pour connaître les habitudes de sommeil de ces derniers, il faut juste comprendre celles de leurs maîtres.

  • 200 H. Balzac, César Birotteau, 1837, cité par J. Léonard, op. cit., p. 29.
  • 201 J. Lespinasse, op. cit., p. 141.
  • 202 E. Croy-Solre, op. cit., p. 450.

138Toutefois, dans ces familles, tous les jours n’étaient pas réservés aux sorties. Les personnes âgées par exemple se cramponnaient quant à elles aux anciens usages. Les Ragon, restaient fidèles aux heures classiques, déjeuner à 9 h du matin, et dîner à 4 h de l’après-midi : « ces estomacs de 70 ans ne se pliaient point aux nouvelles heures prises par le bon ton200 ». Les soupers étaient donc pris à des heures plus raisonnables. Ceux de la famille Lespinasse ne débutaient guère avant neuf heures du soir, mais il arrivait à Julie de regagner son lit à une heure plus raisonnable vers 11 h 30 ou bien minuit du soir où souvent elle écrit201. Moins âgé que les Ragon, mais tout aussi lucide, le duc de Croÿ vieillissant pense à adopter des habitudes plus raisonnables : « Je devais gagner de me coucher à onze heures, au lieu de trois, de me lever matin, et de faire mon repas à une heure plus raisonnable et avec des gens de mon âge202. »

139Cette dernière remarque rappelle que durant la période préindustrielle, l’élite sociale seule, a le pouvoir de se coucher comme bon lui semble, puisqu’elle peut commencer sa journée à l’heure qui lui convient. Alors que le paysan ou le domestique ne peuvent se soustraire à la nécessité de se lever tôt, on pourrait aisément imaginer que le riche aristocrate et le grand bourgeois, puissent n’ouvrir les yeux qu’au moment qu’il leur sied. Cependant, au sein de la haute société, le rythme de la journée est tellement codifié et riche d’événements, qu’il est quasiment impensable de se lever tard, mais pas impossible.

Une féminisation du lever noble

  • 203 Les Heures du jour. op. cit., p. 16.
  • 204 Voir aussi O. Ranum, op. cit., p. 227-228.

140L’instant du lever, surtout celui de la femme, a été fort prisé par les peintres et les graveurs au XVIIIe siècle203. Cette intrusion dans l’intimité féminine offre l’occasion de dévoiler quelques charmes secrets, comme nous le suggère notamment cette eau-forte de Freudeberg204. La légende mérite aussi toute l’attention :

« LE LEVER Tu chasses le plus doux sommeil ! Par des songes charmans mon âme étoit flattée : Je détesterois mon réveil, Si tes caresses, Galathée, En continuant mon délire, Ne consoloient mon tendre coeur : Est-ce plaisir, est-ce martyre ? Ah, je ne sais, mais j’aime mon erreur. »

  • 205 Voir Les heures du jour… op. cit., p. 16.

141De ces quelques vers, il faudrait retenir le plaisir du sommeil et l’aversion pour le réveil qui ôte la satisfaction du repos, mais aussi l’appréciation de songes plaisants dont on devinera aisément le sujet. Si cette eau-forte ne permet pas d’éclairer au premier abord sur l’heure du lever, elle enseigne qu’à chaque fois, la lumière semble naturelle et qu’il est fait l’économie de bougies ou chandelier. Le soleil est donc déjà levé et les femmes de chambre qui habillent Madame le sont déjà elles-mêmes. Comme nous l’avons déjà évoqué, les domestiques étaient donc les premiers levés entre 4 h et 6 heures selon les lieux, et il faut avouer qu’ils jouent un rôle très important dans le respect des coutumes de lever. Le réveil ne paraît pas être naturel et on peut considérer comme cohérent l’idée avancée par certains historiens que la journée des élites débutait vers 7 h si le coucher n’avait pas été précédé d’une sortie trop tardive205. Ainsi au cours d’une correspondance entre Laure de Marolles et sa sœur Amélie qui habitent un étage de l’hôtel Pineau à Nantes, il est évoqué les contraintes du lever, malgré des sorties tardives durant le Carnaval :

  • 206 Cité par M. Launay, C. Kahn, J. Landais, J. Javayon, M. Rumin, La Noblesse nantaise au XIXe siècle (...)

« Le lendemain de la fête de Desnerie », écrit Amélie, « j’avais une si belle envie de dormir qu’il m’était impossible de dire deux mots de suite. Je m’étais couchée à trois heures du matin et levée à six heures pour la messe de sept heures206. »

142Achille Devéria (1800-1857) un des premiers qui su appliquer la couleur à la lithographie, résume lui aussi vers 1829 dans dix-huit tableaux intitulés Les Heures du jour, la vie harassante Parisienne. On y trouve une série étonnante et très drôle de lithographies où une aristocrate debout à sept heures du matin, et tombe d’épuisement en tenue de bal à cinq heures du matin le lendemain. Le lever est l’expression même des contraintes sociales exercées sur la vie quotidienne et donc sur le sommeil. Une hiérarchie s’est donc établie et il semble plus acceptable de sortir le soir que de se lever tard.

Ill. 8 : Le lever de Freudeberg, illustrations de Suite d’Estampes et Seconde suite d’Estampes pour l’Histoire des Mœurs et du Costume des Français dans le XVIIIe siècle, Prault Paris, 1775, planche 1, Fonds : Bibliothèque municipale de Versailles.

Et le clergé séculier ?

143Les habitudes nocturnes dépendent bien de la catégorie sociale. Pour des aristocrates, dont la vie mondaine est un élément indispensable de la vie sociale, il n’est pas étonnant, comme nous avons pu le constater, de les voir se coucher à des heures où d’autres se lèvent. Mais ils ne sont pas les seuls. Avant de parler du « sommeil segmenté », il est possible de parler rapidement du clergé séculier. Traditionnellement, les curés dans leurs paroisses ajustaient leur sommeil aux heures des offices, ces dernières variant considérablement selon les régions et que l’on soit en ville ou en campagne. On peut penser raisonnablement que la première messe pouvait avoir lieu le matin entre 5 h et 7 h. Dans le quartier de Saint-Hilaire à Poitiers avant la Révolution, la messe avait lieu à 5 h du matin, mais il est possible d’avancer qu’en campagne, elle pouvait avoir lieu un peu plus tard pour permettre aux villageois éloignés du bourg de rejoindre l’église.

144Mais au-delà cet emploi du temps très structuré, il faut aussi souligner que certaines raisons pouvaient obliger les curés à transgresser la nuit et à connaître des durées de sommeil réduites dues à un coucher tardif. En 1767, un mémoire rédigé par les curés des environs de Brie-Comte-Robert (Seine-et-Marne) et adressé aux agents généraux du clergé, souligne la lourdeur des visites nocturnes :

  • 207 P. De Vaissière, Curés de campagne de l’ancienne France, Paris, 1932, p. 123.

« Au surplus, un curé, qui est seul dans une paroisse de campagne, qui est toute la journée au confessionnal, qui est obligé d’aller de malade en malade, qui est forcé de quitter son repos, d’interrompre son sommeil jusqu’à trois ou quatre fois dans une nuit, d’aller dans les temps les plus rudes pour confesser, soulager, exhorter des gens attaqués d’une fièvre putride ou maligne, d’une maladie contagieuse, qui reste quelquefois, selon que l’exige le malade, une ou deux heures de suite, pendant des nuits glaciales, auprès d’un pauvre mendiant couché dans une étable au milieu de la fange, exhalant une odeur de mort et de pauvreté207. »

145Malheureusement, rien n’indique si durant leurs visites nocturnes, ces curés qui remplissaient consciencieusement leur charge, rencontraient des badauds attardés qui ne devaient pas être dans les rues à des heures si tardives.

Le sommeil segmenté : premier et second sommeil

  • 208 F. Pitou, op. cit., p. 69-92.

146Les heures de lever et de coucher, la durée du sommeil d’une majorité des Français ne suivaient donc pas des règles fixes, tout comme elles ne correspondaient pas au respect des heures obscures. La nuit n’est pas l’espace-temps du sommeil, ce qui veut dire que les dormeurs peuvent se l’accaparer de différentes manières. Comme cela a été évoqué précédemment, il n’est pas rare de trouver à 1 h ou à 2 h du matin, des personnes éveillées qui ne sont pas pour autant des noctambules, des libertins, des déviants ou bien encore des criminels. Dans l’historiographie française particulièrement, ces individus nocturnes sont automatiquement étudiés pour leur comportement de non-dormeurs, ils sont éveillés à un moment où ils ne devraient pas. Ils ne sont donc pas objet d’histoire, c’est leur prétendu rôle ou activité (la criminalité par exemple) qui en est l’objet. Les « coureurs de nuit » à Laval étudiés par Frédérique Pitou ne laissent pas de doute : ils ont construit leur identité et leur parcours en repoussant le sommeil et en éloignant la nuit208. Ils appartiennent donc au champ d’étude des noctambules. Mais les criminels nocturnes qui commettent des menus larcins, repérés notamment par Benoît Garnot ou Robert Muchembled, peuvent-ils vraiment être considérés comme des noctambules ? Rien n’est moins sûr et il est au contraire difficile de les classer comme des veilleurs intentionnels, même si leur acte est exceptionnel. Cela nous amène à étudier ce type de population par le biais justement du repos. Ils sont avant tout des dormeurs et le temps de veille qui a permis de les faire apparaître dans les archives judiciaires, puis dans les écrits d’historiens, n’est peut-être qu’une partie de leur sommeil. Plus clairement, les badauds qui connaissent un temps de veille, sont en plein cœur de leur sommeil. Ils ont commencé leur nuit en dormant, se sont réveillés, puis ont dormi à nouveau. Il s’agit d’une autre conception que celle des noctambules qui eux, choisissent leur temps de veille au début de la nuit et il s’agit d’un temps bien séparé de celui du sommeil.

  • 209 R. Ekirch, At Day’s close. op. cit., p. 300.
  • 210 R. Ekirch, « Sleep we have lost… », op. cit., p. 365.
  • 211 Roger Ekirch s’appuie sur les études menées en 1969 chez les Tiv au centre du Nigeria, ou bien enc (...)

147Cette prise en compte de rythmes de sommeil particuliers a été particulièrement étudiée par l’historien américain Roger Ekirch, qui met en valeur l’existence d’un « sommeil segmenté ». S’appuyant sur des témoignages et sur des écrits de fiction, Roger Ekirch tend à démontrer que le sommeil nocturne des sociétés d’Europe Occidentale jusqu’à la Révolution Industrielle, était composé de deux longs moments de sommeil, et entre ceux-ci une période de veille pouvant aller jusqu’à une heure ou plus209. Les deux phases de « premier et de second sommeil » avaient la même durée et les dormeurs se réveillaient généralement vers minuit. Bien entendu, tous les individus n’avaient pas exactement le même rythme de sommeil : certains ne se réveillaient après leur premier sommeil que pour finalement se rendormir, alors que d’autres, qui se couchaient aux alentours de minuit, ne se réveillaient généralement pas avant l’aube210. Ce « sommeil segmenté » aurait alors disparu avec la Révolution Industrielle, qui a étendu la lumière artificielle à un plus grand nombre211. Le dernier facteur qui reste à prendre en compte c’est que ce sommeil segmenté ne semblait pas toucher les populations aisées qui s’étaient accoutumées d’un peu de lumière artificielle. Cette analyse pertinente des comportements nocturnes sera le point de départ du raisonnement qui va suivre. Peut-on considérer qu’une partie des individus éveillés en pleine nuit ne soit qu’une illustration de la fragmentation du sommeil ?

Désirs et contraintes : s’émanciper du sommeil

  • 212 R. Ekirch, At Day’s close… op. cit., p. 306.
  • 213 R. Ekirch, « Sleep we have lost… », op. cit., p. 364.
  • 214 Ibid., p. 364.
  • 215 Ibid., p. 365.

148« Souvent à minuit de notre lit, on se lève » se lamenta Mary Collier dans Le travail des femmes212. Les paysannes en sont une très bonne expression et beaucoup de raisons pouvaient les tirer du lit : s’asseoir au bord du lit pour bercer son enfant, carder et peigner de le laine, rapiécer et laver… Il ne s’agit ici que de quelques exemples, Roger Ekirch en a dressé une plus longue liste dans son chapitre sur le sommeil segmenté. Néanmoins, en 2000, lorsqu’il publia son article sur le sommeil de la période préindustrielle, il admit avec une certaine honnêteté qu’il y a assez peu de descriptions de cela et qu’il les a surtout recensées dans les journaux intimes et dans les écrits de fiction213. Il y repère alors les termes de « premier sommeil » ou de « premier somme », moins souvent celui de « première sieste ». La période de conscience intermédiaire que Stevenson appelait de manière poétique « résurrection nocturne », ne portait pas d’autre nom qu’« attention/vigilance » (ou dorveille) pour signifier l’idée d’éveil qui provenait, selon l’Oxford Dictionnary, d’« une incapacité au sommeil214 ». Pendant ces heures d’éveil nocturne, l’état de conscience relevé chez les sujets ne correspondaient à rien de connu, ni totalement éveillé, ni totalement endormi, une sorte de troisième état de conscience contenant à la fois des caractéristiques de l’éveil et du sommeil. Cet état étant ressenti par le sujet comme une forme de douce absorption méditative, conscient de son environnement mais dans un état de plaisante rêverie. Cet état unique semble propre à l’introspection, il permet de mettre en contact son conscient et son inconscient. Le moment qui suit est appelé « second sommeil » ou « sommeil du matin ». Cette recherche de vocabulaire et des phases du dormir, Roger Ekirch l’a étendu à toute l’Europe occidentale. Tous les milieux semblent concernés, comme si le fait de se réveiller au milieu de la nuit était une chose familière et ne nécessitait aucune explication comme nous pouvons le rencontrer dans les archives judiciaires. Bien que dans certaines descriptions il soit écrit qu’une querelle de voisinage ou qu’un aboiement peut réveiller quelqu’un prématurément pendant sa première phase de sommeil, la majorité des preuves tend à démontrer qu’il était habituel de se réveiller de façon spontanée et que ce n’était pas la conséquence d’un sommeil agité. Et bien qu’Emmanuel le Roy Ladurie n’ait pas poussé ses recherches plus loin, son étude sur Montaillou dit parfaitement que l’idée « d’heure du premier sommeil » était l’expression d’une habitude de diviser la nuit en plusieurs moments, de la même manière qu’on parlait de « l’heure qui mène jusqu’à la moitié du premier sommeil215 ».

149Roger Ekirch s’appuie aussi sur les traités de médecine pour prouver l’existence de ce premier sommeil. Dans nos recherches nous avons aussi rencontré cette expression, et sans les citer tous, nous pourrions retenir l’emploi qu’en a fait Tissot. Pour lui, il n’y a pas de doute, avoir un premier et un second sommeil semble tout naturel si l’on sait les manier comme il se doit, c’est-à-dire si l’on sait ne pas succomber au second sommeil :

  • 216 S.-A. Tissot, op. cit., p. 137.

« Il [Tissot parle de M. Lewis] voudrait même qu’on prit l’habitude de se lever après son premier sommeil, et assure que, quelque pénible que cette coutume put être dans les commencements, elle deviendrait bientôt aisée et agréable. Plusieurs exemples prouvent la sagesse de ce conseil. Il y a plusieurs personnes valétudinaires qui se sentent très bien au réveil du premier sommeil doux et profond, et qui se trouvent dans un grand malaise, si elles se laissent aller à se rendormir : elles sont aussi sûres de passer bien le jour, si, quelque heure qu’il soit, elles se lèvent après ce premier sommeil, que de le passer désagréablement, si elles se livrent au second sommeil216. »

  • 217 Pour connaître le détail des expériences citées voir R. Ekirch, « Sleep… », op. cit., p. 368-369.

150Roger Ekirch en vient naturellement à s’interroger sur les origines de ce type de sommeil qui aurait disparu pour se reconstituer en quelque sorte à l’heure actuelle. Il y aurait lieu de croire que le sommeil segmenté tel que le vivent encore de nombreux animaux sauvages, a longtemps été la forme que prenait notre sommeil avant l’époque contemporaine. En s’appuyant sur des expériences scientifiques, cet historien américain en vient à démontrer que les sujets humains privés de lumière artificielle quand il fait nuit, finissent par adopter un sommeil segmenté217. Il y a donc un accord général de la part des scientifiques sur l’importance qu’a pris l’éclairage moderne sur la physiologie humaine.

151Finalement, pour terminer sur cette présentation des hypothèses d’Ekirch, on peut reprendre cette citation d’un Irlandais anonyme en octobre 1761 et qui décrit son voyage à Dublin. Quittant Londres entre minuit et une heure du matin en coche :

  • 218 9 octobre 1761, « Journeys fron Dublin to London, 1761, 1773 », Additional Manuscripts 27 951, Bri (...)

« dans la plus grande noirceur de la nuit, […] il fallut presque une heure [avant qu’il ne quitte] les quartiers nord, où les gens n’étaient pas encore tous couchés puisque leur lumière n’était pas éteinte. Nous avons de faibles lueurs ici ou là en passant par Highgate218 ».

  • 219 Ibid., p. 5.

152Entre une heure et deux heures du matin, le coche et ses passagers passent par Barnet, 10 km au nord de Highgate. Dans cette ville du Hertfordshire, le voyageur note que « les gens semblent être dans leur premier sommeil219 ». Est-ce qu’il le devine à cause de l’heure avancée, ou parce qu’il ne voit pas la lueur des bougies ou des lampes à huile qui d’ordinaire sont l’indice d’une quelconque activité ? Nous sommes ici face aux limites de cette étude, que l’on ne peut toutefois pas imputer au travail de Roger Ekirch. Les heures sombres sont difficiles à appréhender et les sources restent lacunaires dans ce domaine-là.

Le sommeil segmenté : une analyse à réviser

153La thèse émise par Roger Ekirch a toutefois la force de faire exister le thème du sommeil et de s’interroger sur la présence de veilleurs au moment où la morale et la bienséance ne le conseillent pas. Même si cet historien travaille sur des sources très riches (livres de piété, traité de médecine, journaux intimes…) ses conclusions manquent toutefois de témoignages permettant de cibler une communauté et d’en observer les logiques de sommeil, ce qui n’est d’ailleurs pas facilité par le fait qu’il travaille sur un champ d’étude très vaste : l’Europe occidentale. Ce dernier choix peut s’expliquer par la composition de son corpus, mais elle dessert toute spécificité régionale : ainsi on peut naturellement se demander si les méridionaux pratiquant la sieste et donc un autre temps de sommeil, avaient la nécessité de fragmenter leur sommeil nocturne qui en été pouvait être pris plus tard.

154Quoiqu’il en soit, différents types de sources évoquent bien l’idée d’un premier et d’un second sommeil, mais il est assez difficile de savoir si ces références définissent bien un sommeil segmenté. On peut évidemment penser à ce passage de Don Quichotte louant les premier et second sommeils :

  • 220 M. Cervantès, op. cit., p. 577.

« Don Quichotte paya le tribut à la nature en dormant le premier sommeil ; mais il ne se permit pas le second ; car le même sommeil lui durait du soir jusqu’au matin, preuve qu’il avait bonne complexion et fort peu de soucis. Ceux de don Quichotte le tinrent si bien éveillé, qu’à son tour il éveilla Sancho et lui dit : “[…] Regarde la sérénité de cette nuit ; vois la solitude où nous sommes, et qui nous invite à mettre quelque intervalle de veille entre un sommeil et l’autre220”. »

  • 221 ADV, G 652.

155Ce témoignage de Cervantès que Roger Ekirch n’avait pas utilisé, enseigne qu’il est pertinent de ne pas rejeter ce modèle de sommeil et qu’il faut même l’inscrire dans cette étude. Par contre, on peut douter qu’il s’agisse réellement d’un comportement partagé par la majorité des Français. Il est plus plausible de penser que le sommeil segmenté était le fait de quelques individus, comme le laissent sous-entendre certains témoignages dans les archives judiciaires. Les recherches effectuées dans le même corpus d’affaires criminelles de la juridiction de Poitiers, accréditent bien l’existence chez certains Poitevins de cette notion de « premier sommeil » et de personnes éveillées en plein de milieu de la nuit. Le 12 septembre 1699, Jean Cardin, citadin de Poitiers, se lève sur les 1 h à 2 h du matin pour « gaster de l’eau221 ». Il est alors à la fenêtre de sa chambre quand il aperçoit un homme déguisé avec un grand chapeau, entrer dans la maison du dit Boutin. Pierre Patreau, témoin d’un infanticide en 1823, est quant à lui réveillé pour aller vérifier ses bêtes vers 1 h du matin. Madame Gilot, aubergiste à Saumur déclare le 14 mars 1821 que

  • 222 ADV, 2 U 545.

« le domestique d’écurie est venu frapper à la porte de notre chambre, mon mari s’est levé, a allumé la chandelle, après avoir examiné quelle heure il était à notre pendule, il lui dit qu’il était encore trop tôt pour donner l’avoine aux chevaux222 ».

156Il s’agit sans doute d’une des pratiques les plus fréquentes. Les paysans doivent surveiller la bonne tenue de leur bétail, éviter qu’il soit volé ou bien encore éviter que le bétail errant détruise des champs.

  • 223 ADV, 2 U 547.

157Dans la même affaire, Elisabeth Ridon, veuve de Thomas Pinçon demeurant à Verrières, déclare s’être réveillée « suivant [sa] coutume dans le cours de cette nuit, mais je ne sais à quelle heure et n’ai nullement entendu du bruit cette nuit223 ». De la même manière, nous possédons de nombreux témoignages évoquant un « premier sommeil » durant lequel il est plus difficile de se réveiller. Jeanne Verron, proche voisine d’Anne Berthelot assassinée dans la nuit du 17 au 18 septembre 1820 déclare :

  • 224 ADV, 2 U 542.

« La veille de la nuit où la femme Berthelot paraît avoir été tuée par son mari, elle avait, ainsi que son mari, passé la soirée avec nous dans la cour, lorsque je me suis retirée pour me coucher, ni le mari ni la femme ne l’étaient encore, et j’entendais même de chez moi la femme causer. Il faut qu’il l’ait tuée dans le premier sommeil, car je n’ai rien entendu. D’assez bon matin, j’ai bien entendu marcher dans sa chambre et je croyais que c’était elle qui se levait224. »

158Jean Lunet cabaretier, demeurant à Loudun, accusé d’avoir tué sa femme, témoigne lui aussi de ce « premier sommeil » : « le jeudi sur les huit à neuf heures nous nous couchâmes comme à l’ordinaire, je m’endormis de faite et dans mon premier sommeil je me réveillais en sursaut voyant la chandelle allumée ». Les témoignages de personnes naturellement éveillées en pleine nuit, comme ceux évoquant le « premier sommeil », existent bien, mais restent assez peu nombreux et confrontés à d’autres situations ne permettant pas d’affirmer qu’il existait chez les Poitevins un sommeil segmenté durant la période préindustrielle.

  • 225 ADV, 2 U 539.

159Effectivement, dans certaines affaires de vols, notamment dans les auberges, des clients obligés de cohabiter la nuit avec des individus qu’ils ne connaissent pas, demeurent méfiants lorsque ces derniers se lèvent en pleine nuit. Autre exemple, la petite criminalité nocturne qui était opérée par les plus pauvres. Il est possible de suivre la lecture de Roger Ekirch qui pense que les menus larcins (vol, chapardage, braconnage…) exécutés aux heures les plus noires, entre minuit et 2 h du matin, pouvaient être réalisés par des individus préalablement endormis, qui profiteraient de leur temps de veille entre leur premier et leur second sommeil. Jean Camusard, journalier demeurant à Availles-en-Châtellerault aurait adopté ce comportement. Le 16 juillet 1818, il déclare : « à une heure du matin, j’étais dans mon lit, je me suis levé de très bonne heure, je suis allé dans les champs où j’ai fais onze fagots225 ». Il ne craint donc pas d’être inquiété pour son travail nocturne et les inspecteurs ne sont pas étonnés. Néanmoins, il semble que le reste de l’enquête lui donnera tort, car il sera reconnu coupable de vol de blé. Il s’est donc levé pour voler et non pour travailler même si l’heure est propice aux deux.

  • 226 ADV, 2 U 540.

160Prenons aussi l’exemple de François Honoré Caury, greffier de la justice de paix et marchand à Vivonne qui témoignage avoir entendu un certain bruit et avoir vu deux hommes qui travaillaient à enfoncer sa boutique entre 1 h et 1 h 30 du matin, le 9 mars 1817226. Caury ne déclare d’ailleurs pas avoir été réveillé, comme s’il était dans sa période intermédiaire entre ses deux sommeils, tout comme les deux hommes qui tentaient de le voler. Ces affaires vont criminelles vont donc dans le sens de l’analyse de Roger Ekirch. Pour autant, il faut être prudent. Voler de nuit implique pour le criminel de choisir ce moment puisqu’il le considère comme le plus propice, celui où il est sûr que la victime dormira. Alors pour passer à l’acte, il fera le choix de se lever cette nuit-là, en pleine nuit, sans que cela soit pourtant son habitude. Et c’est à ce moment-là que l’historien le rencontre dans les archives. Il faut aussi remarquer que l’expression de « premier sommeil » employée par les greffiers, n’implique pas forcément l’idée d’un temps de veille qui lui succéderait, ce dernier n’étant pas clairement annoncé dans les mêmes déclarations. Dans la bouche des témoins, cette expression de « premier sommeil » pouvait aussi désigner les premières heures de sommeil.

161Finalement, il n’est peut-être pas si étonnant de ne pas retrouver beaucoup de références aux premier et second sommeils. Il faut se souvenir que si nous avons perdu semble-t-il cet état naturel de sommeil, c’est à cause de la vie moderne et notamment de l’éclairage électrique. Il nous a poussés à décaler au fil du temps l’heure de notre coucher et il transforme notre rythme circadien naturel. Mais comme le prouve l’expérience de Wehr, il est toujours possible de retrouver ce sommeil en s’isolant des éclairages artificiels pendant une période d’un mois, en hiver, en se couchant et en se levant avec le soleil. Ce sommeil segmenté est donc particulièrement valable lorsque les habitudes de sommeil correspondent au cycle jour-nuit et nous avons vu grâce aux archives judicaires que les Poitevins s’endormaient fréquemment entre 11h du soir et minuit, bien loin des rythmes nocturnes. Il n’est donc pas étonnant de ne pas rencontrer de référence au premier sommeil. Se juxtaposent donc grossièrement deux usages : ne pas se coucher dès les premières heures nocturnes, ce qui ne permet pas de se construire un sommeil segmenté ; ou bien suivre le rythme circadien et donc vraisemblablement connaître une période de « dorveille ».

162Quoi qu’il en soit, cette réflexion sur les rythmes du sommeil permet de relancer un débat parfois figé sur les pratiques du sommeil. Il n’est plus question d’étudier séparément les dormeurs et les non-dormeurs. Au contraire de ce que l’on a pu penser pendant longtemps, ces deux groupes connaissaient bien les mêmes habitudes de sommeil. Il faut alors rester prudent lorsque l’on parle d’individus « déviants » pour définir des personnes éveillées en plein milieu de la nuit. Il faut le réserver aux seuls insomniaques ou noctambules qui font de la nuit le jour et indiscutablement les archives judiciaires permettent de redonner vie au sommeil des sociétés passées. On aurait tort de s’en passer.

Notes

1 M. Perrot, Histoire de chambre, op. cit.

2 G. Durant De La Bergerie, Veille de Vénus, recueillie par Fernand Fleuret dans Les Amoureux Passetemps, cité par H. Juin, Le lit, Hachette, 1980, p. 88.

3 Cf. sur ce point : P. Ariès et G. Duby, (dir.), Histoire de la vie privée. De la Renaissance aux Lumières, Paris, Le Seuil, 1999 ; J.-C. Bologne, Histoire de la pudeur, Paris, Hachette, 1986.

4 M. Perrot, Histoire de chambres, op. cit., p. 13. Pour la définition et l’origine du mot chambre, p. 7 à 25.

5 Voir la synthèse récente de C. Rosselin, M.-P. Julien, La culture matérielle, Paris, La Découverte, 2005 ; voir aussi J.-M. Pésez, « Histoire de la culture matérielle », op. cit.

6 Cité par H. Juin, op. cit., p. 19.

7 M. Foisil, Le Sire de Gouberville, Paris, Aubier « Histoire », 1981.

8 A. Pardailhé-Galabrun, La Naissance de l’intime. 3 000 foyers parisiens XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1988, p. 256.

9 F. Bluche, La Vie quotidienne au temps de Louis XIV, Paris, Hachette, 1984, p. 76.

10 M. Éleb-Vidal, A. Debarre-Blanchard, Architecture de la vie privée XVIIe-XIXe siècles, Bruxelles, Aux Archives d’Architecture Moderne, 1989.

11 Ibid., p. 40.

12 C. Jombert, Architecture moderne ou l’art de bien bâtir pour toutes sortes de personnes, Paris, Jombert, 1764, cité par M. Éleb-Vidal, A. Debarre-Blanchard, op. cit., p. 44.

13 P. Dibie, op. cit.

14 Ibid., p. 107.

15 O. Ranum, « Les refuges de l’intimité » dans P. Ariès et G. Duby, (dir.), Histoire de la vie privée, t. 3, op. cit., p. 218.

16 D’autres études viennent notamment compléter notre savoir et notre connaissance de l’habitat des milieux aisés. Jean Cuisenier s’appuie sur des enquêtes ethnographiques, ainsi que sur des textes anciens et des documents graphiques afin de se consacrer à l’habitation domestique. Les nombreux plans qu’il nous fournit permettent de visualiser les intérieurs des foyers. Il renouvelle l’analyse des compositions caractéristiques de l’architecture domestique et montre combien celle-ci procède d’une véritable logique sociale. Cette logique dans l’élaboration architecturale de la maison, nous la retrouverons dans l’aménagement domestique de chaque pièce, où chaque meuble n’est pas disposé au hasard et répond à différentes contraintes. En règle générale, la fonction de la chambre était en corrélation avec la composition du logement. Dans une habitation à pièce unique, la chambre est multifonctionnelle et sert à la fois de lieu du coucher, de cuisine, de salle à manger et de salle à réception ; dans les foyers les plus démunis elle n’est pas seulement un espace domestique, mais peut tenir lieu encore de local professionnel.

17 G. Audisio, Les Français d’hier. Des paysans, XVe-XIXe siècles, Paris, Armand Colin, t. 1, 1998, p. 74.

18 Une partie de la chambre chez les exploitants de Montaillou, était réservée aux animaux. Alazaïs Azéma raconte : « Il y a dix-huit ans, je venais de sortir mes porcs de ma maison ; je rencontrai sur la place du château Raymond Belot qui s’appuyait sur un bâton. Il me dit : “Entrez chez moi”. Je lui répondis : “Non, car j’ai laissé ouverte la porte de ma maison”. D’après ce texte, hommes et porcs font donc maison commune ; et peut être même y ont-ils une porte commune de sortie, pour les hommes et pour le fumier. Semblablement, Pons Rives, le fils de Bernard Rives, enferme sa mule ou son âne dans sa maison. Guillemette Benet, le soir venu, clôt ses bœufs chez elle, après qu’on les a ramenés du labourage. À l’extérieur, des espaces supplémentaires étaient plus au service de l’économie rurale qu’à celui des hommes. Écurie ou étable, cave (vin) ou grenier, grange ou “clède” (pour les châtaignes en Cévennes) étaient somme toute plus nombreux que les pièces destinées à l’habitation. » E. Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, Paris, Gallimard, 1975, p. 71.

19 D. Roche, Le Peuple de Paris : essai sur la culture populaire au XVIIIe siècle, Paris, Aubier, 1981, p. 104.

20 A. Dechambre, Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, Paris, 1876.

21 M. Perrot, Histoire de chambres, op. cit., p. 27-52 pour la chambre du roi et p. 257-306 pour les chambres ouvrières.

22 Ibid., p. 54.

23 Ibid., p. 55.

24 Ibid.

25 C. Audoire-Mouna, La Société rurale civraisienne à travers les inventaires après-décès 1815-1924, Poitiers, mémoire de maîtrise, 2001.

26 D. Roche, Histoire des choses banales, op. cit., p. 186.

27 E. Bernard, L’Habitat des élites rurales de la fin du XVIIe siècle et au XVIIIe siècle dans les ressort de Châtellerault et de Chauvigny, Poitiers, Mémoire de maîtrise, 2003, p. 46.

28 J.-P. Houssel (dir), Histoire des paysans français du XVIIIe siècle à nos jours, éd. Horvath, 1976, p. 205.

29 H. Mendras, La Fin des paysans, Paris, coll. « U », Armand Colin, 1970, p. 306.

30 L.-R. Villermé, Tableau de l’état physique et moral des ouvriers employés dans les manufactures de coton, de laine et de soie, Paris, Renouard, 1840, t. 1, p. 270. En ce qui concerne la chambre ouvrière, voir l’excellent chapitre « chambres ouvrières » de M. Perrot, op. cit., p. 257-305.

31 Dumont De Bostaquet, Mémoires, Paris, M. Richard éd., 1968, p. 77.

32 Encyclopédie, vol. 14, p. 431.

33 J.-C. Bologne, Histiore de la pudeur, Paris, Hachette, 1986, p. 151.

34 O. Ranum, op. cit., p. 222.

35 V. Hugo, Dans l’alcôve sombre, 1831 dans le Recueil Les feuilles d’automne, Paris, 3e éd., Eugène Renduel, 1832.

36 M. Perrot, Histoire de chambres, op. cit., p. 58.

37 Cyril-Berger, Les Têtes baissées, Paris, 1913, p. 85 cité par A. Gueslin, Gens pauvres. Pauvres gens dans la France du XIXe siècle, Paris, Aubier, 1998, p. 59.

38 À noter qu’au début du XXe siècle, certains lieux d’accueil comme les dortoirs font l’objet d’une exploitation commerciale. Ainsi à Paris, rue André-del-Sarte, à Montmartre, pour trois sous la nuit, les « miséreux s’entassent dans une écurie ; pour un sou de plus, ils ont le droit de s’étendre, entre les chevaux sur des litières mélangées de crottin », in A. Gueslin, op. cit., p. 59.

39 É. Bernard, op. cit., p. 40.

40 Ibid.

41 Ibid., p. 41.

42 Ibid., p. 41-42. Bien entendu, on ne tient pas compte de la chambre du métayer.

43 Ibid., p. 45.

44 Ibid., p. 56.

45 Ces métairies étaient composées d’un corps de logis et de bâtiments agricoles puisqu’étant des grosses exploitations agricoles du haut Poitou. Celles-ci appartenaient à de riches propriétaires qui ne les exploitaient pas eux-mêmes, mais les affermaient à des métayers contre des redevances.

46 É. Bernard, op. cit., p. 64.

47 E. Barbieri, Montmorillon et ses campagnes à partir des inventaires après décès (1740-1789), Poitiers, mémoire de maîtrise, 1992.

48 M. Perrot, Histoire de chambres, op. cit., p. 141.

49 Mémoires de la Reine Hortense, Le Temps retrouvé, Mercure de France, 2006, p. 73.

50 A ce sujet lire le chapitre « Le culte de la chambre à coucher » p. 141-180, dans P. Debie, op. cit.

51 M. Perrot, Histoire de chambres, op. cit., p. 259.

52 Cf. « Éducation et hygiène du corps à travers l’histoire », actes du colloque… Dijon, 26 et 27 septembre 1989, de l’Association interuniversitaire de l’Est ; recueillis et présentés par Pierre Levêque, Dijon, éd. universitaires de Dijon, 1991 ; E. Kalff, Le Logement insalubre et l’hygiénisation de la vie quotidienne, Paris, 1830-1990, Paris, l’Harmattan, 2008.

53 P. Dibie, op. cit., p. 141.

54 Ibid., p. 142.

55 Régime de Vivre-1, 1556, cité par E. Wickersheimer, op. cit., p. 215.

56 P. Dibie, op. cit., p. 148.

57 Ibid., p. 148.

58 Ibid., p. 149.

59 E. Croy-Solre, Journal inédit du duc de Croÿ, Paris, t. 2, éd. Flammarion, 1906-1921, p. 30.

60 Hézecques, Souvenir d’un page, p. 161-169, extrait de A. Maurepas, F. Brayard, Les Français vus par eux-mêmes. Le XVIIIe siècle, Robert Laffont, Paris, 1996, p. 812.

61 Il ne faut pas oublier aussi que dans la tradition chrétienne, le lit ne signifie pas seulement un lieu de repos sur lequel l’homme s’étend pour accomplir les actes fondamentaux de la vie selon les anciens usages. Il symbolise le corps. Ainsi, le paralyptique guéri par le Christ reçoit l’ordre de porter son lit, c’est-à-dire d’utiliser son corps affermi par la vertu divine. Le lit peut désigner le corps de péché restauré par la grâce et purifié. in J. Chevalier, A. Gheerbrant, Dictionnaire des symboles, Paris, 1982, s.v. « lit ».

62 L. S. Mercier, op. cit., p. 255-257.

63 Les exemples qui vont suivre viennent de l’étude des inventaires après décès du Montmorillonnais, tirés de l’étude de E. Barbieri, op. cit., p. 99.

64 A. Burgess, Sur le lit, Paris, Denoël, 1982, p. 81.

65 Un meuble d’apparat est un meuble exécuté dans des bois précieux avec un soin particulier et figurant dans les pièces de réception dans le but de donner une impression de faste et de somptuosité. À l’époque de Louis XIV, les principaux meubles d’apparat étaient le lit et le fauteuil.

66 É. Littré, op. cit., article « lit ».

67 H. Havard, Dictionnaire de l’ameublement et de la décoration : depuis le XIIe siècle jusqu’à nos jours, Paris, t. 3, Maison Quantin, 1890, p. 422.

68 Pour avoir une vision plus complète de tous les modèles de lits, voir le Dictionnaire d’ameublement d’H. Havard, op. cit., p. 405-501.

69 En ce qui concerne la décoration des tentures, l’Encyclopédie méthodique, développe particulièrement, voir Encyclopédie méthodique, Arts et métiers mécaniques, t. 8, Paris, Panckoucke, 1791, p. 65-68.

70 Annonces, affiches et avis divers, chez Donail, Paris, 28 mars 1768.

71 H. Havard, op. cit., p. 24.

72 S. Mouquin, article « lit », p. 278, dans M. Figeac (dir.), L’Ancienne France au quotidien. Vie et choses de la vie sous l’Ancien Régime, Armand Colin, Paris, 2007.

73 Ibid., p. 278.

74 On peut par exemple en trouver encore une belle illustration au château de Bazoches où est conservé celui du Maréchal Vauban qui reçut une belle broderie de soie et de fil d’or.

75 MM. Soulie, Dussieux De Chennevieres, Mantz De Montaiglon, Journal du marquis de Dangeau, avec les additions inédites du Duc de Saint-Simon, Paris, t. 6, Firmin Didot Frères, 1856, p. 408.

76 É. Littré, op. cit., article « lit ».

77 J. Deville, Dictionnaire du tapissier : critique et historique de l’ameublement français, depuis les temps anciens jusqu’à nos jours, Paris, C. Claesen, 1878-1880, p. 204.

78 Il semble que les lits à quenouilles étaient très présents dans la famille royale à l’époque de Louis XIV.

79 H. Havard, op. cit., p. 424.

80 Au même titre que les lits de Louis XIV, peu de lits de cette époque sont parvenus jusqu’à nous. Seule l’iconographie a permis à certains artisans d’en faire des copies.

81 H. Havard, op. cit. p. 486.

82 P. Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle : français historique, géographique, mythologique, bibliographique, Administration du grand dictionnaire universel, Paris, 1866-1877, t. 10, p. 567.

83 S. Mouquin, op. cit., p. 278-279.

84 Le lit à la Turque était un lit de repos, à l’aspect d’un divan massif, à accoudoirs arrondis, caractéristique du mobilier français de la fin du XVIIe siècle et du début du XVIIIe siècle. Surmonté d’un petit baldaquin en forme de coupole, ce lit était appuyé au mur, duquel retombaient deux panneaux de tissu précieux, drapés sur les accotoirs. On pouvait donc le disposer dans les chambres comme on le souhaitait. Il reviendra à la mode sous le Second Empire. Enfin, le lit à la Polonaise se composait de deux têtes d’égale hauteur réunies sur un côté et appuyées contre le mur, ce lit est habituellement réservé aux alcôves. Son baldaquin est supporté par des parties métalliques incurvées. Le dais est de dimensions inférieures à la surface du lit. Il fut très à la mode sous le règne de Louis XVI.

85 La découverte d’Herculanum et de Pompéi fait fleurir la mode étrusque. Fêtes, robes, décors et meubles le déclinent pendant 30 ans. Dès sa montée sur le trône en 1774, Louis XVI offre le Petit Trianon à Marie Antoinette, la ligne droite remplace la courbe, les supports d’accotoirs reprennent leur place à l’aplomb des pieds antérieurs.

86 É. Bayard, Art de reconnaître les meubles anciens, 1920, p. 224.

87 Le lit à la Polonaise était une sorte de lit à baldaquin, mais avec cette différence que non-seulement le baldaquin était petit, mais encore qu’il était supporté par quatre tiges fixées aux deux dossiers du lit et prenant la forme d’un S ou de courbe suivant le galbe des rideaux. Autour du baldaquin était un lambrequin ou une draperie. Cf. J. Deville, op. cit., p. 205-206.

88 Ibid., p. 205.

89 H. Havard, op. cit., p. 494.

90 Ibid., p. 494.

91 Les conquêtes impériales vont aussi être à l’origine d’un autre type de lit : le lit à flèche. Les éléments qui soutiennent les courtines sont en forme de flèches. Les courtines sont quant à elle placées autour du lit de façon à former une tente semblable à celle des camps militaires. Ce lit se voulait être une célébration des fastes et des gloires militaires de l’Empereur. Ce même lit à flèche va meubler beaucoup de chambres au XIXe siècle. En effet, on le retrouve fréquemment cité dans les œuvres du XIXe siècle que ce soit par exemple chez Joris-Karl Huysmans ou bien encore Nerval. Tout aussi original, on peut parler du « lit bateau » avec une forme courbe de la tête de lit. Les deux dossiers sont de la même hauteur et incurvés vers l’extérieur. Les côtés externes sont réunis par des traverses, en général en forme d’arc, avec un élément de soutien sur lequel repose le sommier et donc le matelas.

92 P. Larousse, op. cit., p. 567.

93 H. Havard, op. cit., p. 486.

94 Ibid., p. 498.

95 P. Larousse, op. cit., p. 567.

96 H. Havard, op. cit., p. 473.

97 Ibid., p. 470.

98 F. Motteville, Mémoires de Madame de Motteville sur Anne d’Autriche et sa cour, Paris, G. Charpentier, 1886, chapitre XXXVIII.

99 S. Mouquin, op. cit., p. 279.

100 Ibid., p. 279.

101 Les Heures du jour. Dans l’intimité d’une famille de la haute société, de Louis XIV à la IIIe République, Publication de la Réunion des musées nationaux, 2009, p. 59.

102 H. Havard, op. cit., p. 472.

103 Le Caveau moderne ou Le Rocher de Cancale. Chansonnier de table, Paris, sixième volume, Journal de l’Épicurien, 1807, p. 58.

104 Dictionnaire de l’Académie française, Paris, t. 2, chez les Libraires Associés, 1765, p. 192.

105 Le Grand Vocabulaire français, Paris, t. 23, Hôtel de Thou, Rue des Poitevins, 1773, p. 49.

106 Docteur Fichot, Causeries, 1882, p. 53.

107 N. Truquin, Mémoires et aventures d’un prolétaire à travers la révolution, Paris, 1888, rééd. 1977, Maspero.

108 Selon Roger Semet, les mariniers couchaient tout habillés sur un lit de fougères ou une paillasse de maïs bien après 1914 (Le temps des canalous, 1972, p. 51).

109 Ils couchaient sur des balasses, sacs remplis de paille d’avoine (ainsi au fourneau de Raveau en 1769, Mémoires de la Société Académique du Nivernais, t. XVII, 1913, p. 325). cité par G. Thuillier, op. cit., p. 84.

110 Les mendiants « dorment où ils peuvent, souvent sur le bord des routes, dans les taillis. L’hiver, il faut quelquefois chercher longtemps avant de trouver quelqu’un qui veuille vous donner un coin dans une grange », (H. Bachelin, Pas comme les autres, 1913, p. 191), cité par G. Thuillier, op. cit., p. 84.

111 Journal de ma vie, Jacques Louis Ménétra, Compagnon vitrier au XVIIIe siècle, présenté par D. Roche, Montalba, Paris, 1982, p. 61.

112 J. Gérando, op. cit., p. 223.

113 Poussereau note que le magne est « formé de planches reliées par des cordailles (brin de bois tordus comme des cordes), ces planches étaient simplement recouvertes d’une couche de glui sur lequel l’homme s’étendait tout habillé » (Bulletin de la Société nivernaise, 1924-1925, p. 106), cité par G. Thuillier, op. cit., p. 84.

114 ADV, 2 U 545.

115 J. Renard, « Le vigneron dans sa vigne », Œuvres, t. I, 1927, p. 796.

116 ADV, 2U 544.

117 Chambon, Dictionnaire du savoir-vivre, Paris, Le Thielleux, 1907, p. 159.

118 Ibid., p. 159.

119 L’habitat traditionnel du marais vendéen, la bourrine représentait un abri peu onéreux de la fin du XVIIe siècle où le lit tient une place prédominante. La disposition des meubles à l’intérieur de la bourrine obéit à des règles précises. À l’origine la construction se composait de deux pièces : la « chambre » et la grange pour les bovins et l’âne. Les lits à quenouilles sont situés de part et d’autres du foyer concentrant la chaleur. La surélévation des lits permet de s’isoler de l’humidité du sol en terre battue.

120 G. Thuillier, op. cit., p. 84.

121 M. Perrot, op. cit., p. 58.

122 Ibid., p. 59.

123 E. Barbieri, op. cit., p. 100.

124 Ibid.

125 Il se peut notamment que les coutumes locales attribuent des noms différents à des types de lits qui ne le sont pas obligatoirement. Sans description précise de la part du notaire, il est difficile de le prouver.

126 Il faut par ailleurs faire attention à cette dernière remarque dans la mesure où il n’y avait que 7 cas de nobles dans le corpus.

127 Ibid., p. 28.

128 C. Audoire-Mouna, op. cit., p. 27.

129 Ibid., p. 28.

130 A. Fillon, Comme on fait son lit, on se couche. 300 ans d’histoire du lit villageois, article publié dans Populations et cultures, études réunies en l’honneur de François Lebrun, AFL, 1989, p. 153.

131 M. Dinet, Culture matérielle et vie quotidienne à Loudun et ses campagnes (1642-1691), mémoire de maîtrise, 1997, p. 122.

132 « À la fin du XVIe siècle, pendant tout le XVIIe siècle et dans le premier tiers du XVIIIe siècle, les draps mesurent uniformément quatre aunes (soit environ 4m80 de long). Vers les années 1735-40, la bourgeoisie et les villageois les plus aisés commencent à utiliser les draps de cinq aunes (près de 6 m de long) et même de six aunes (un peu plus de 7 m), tandis que les petites gens se contentent de trois aunes (environ 3m60) ». A. Fillon, op. cit., p. 154.

133 J. Gerando, op. cit., p. 37.

134 Ibid., p. 28.

135 J. Locke, op. cit., p. 44-45.

136 D. Roche, Histoire des choses banales, Fayard, 1997, Chap. « Meubles et objets », p. 183. Voir aussi G. Garnier, « Fonctions et enjeux du berceau dans la première moitié du XIXe siècle », Strenæ [en ligne], 4/2012, mis en ligne le 18 novembre 2012. URL : http://strenae.revues.org/771.

137 M. Perrot, op. cit., p. 140.

138 C. Rollet, Les Enfants au XIXe siècle, Paris, Hachette Littérature, 2001, p. 92.

139 P Goubert, La Vie quotidienne des paysans français au XVIIe siècle, Paris, Hachette, 1982, p. 62.

140 C. Rollet, op. cit., p. 92.

141 ADV, 2 U 1506.

142 M. Perrot, Histoire de chambres, op. cit., p. 137.

143 J.-J. Rousseau, Émile, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1964, t. 4, livre I, p. 278.

144 Ibid., p. 278.

145 C. Rollet, op. cit., p. 93.

146 E. Tourtelle, J.-N. Halle, op. cit., p. 367.

147 A. Pinard, La Puériculture du premier âge, Paris, Armand Colin, 5e éd., 1912, p. 53.

148 C. Rollet, M.-F. Morel, Des bébés et des hommes. Tradition et modernité des soins aux tout-petits, Paris, Albin Michel, 2000, p. 173-202.

149 P. Dibie, op. cit., p. 116.

150 Ibid..

151 R.-H. Guerrand, L’Europe des Vases de nuit, In-Folio, 2007.

152 Archives départementales du Finistère, 4 E 106/212

153 P. Dibie, op. cit., p. 116.

154 Ibid., p. 116.

155 A. Burgess, op. cit., p. 46.

156 Ibid., p. 47.

157 L’Illustration, Journal officiel, années 1849-1859, p. 242.

158 Nouveau Dictionnaire d’histoire naturelle appliquée aux Arts, t. 25, Déterville, 1817, p. 263.

159 Bontius, Historiae naturalis et medicae Indiae orientalis, p. 64, cité par le Nouveau Dictionnaire d’histoire naturelle…, op. cit., p. 263.

160 R. Lecoq, Les Objets de la vie domestique. Ustensile en fer de la cuisine et du foyer des origines au XIXe siècle, Paris, Berger-Levrault, 1979, p. 105.

161 C. Millet-Robinet, op. cit., p. 63.

162 R. Lecoq, op. cit., p. 105.

163 A. Chastel, F. Salet, Objets civils domestiques : vocabulaire, Paris, Réd. par Catherine Arminjon et Nicole Blondel, Impr. Nationale, 1984, p. 484.

164 Cf. A. Perret, Peinture sur porcelaine. Décors traditionnels et contemporains, Dessain et Tolra, 1992, p. 6-7.

165 Ibid., p. 7.

166 A. Dion-Tenenbaum, M.-N. Grandy, op. cit., p. 185.

167 Ibid., p. 185-186.

168 G. Thuillier, op. cit., p. 83.

169 Il faut noter par ailleurs que pour la période allant de 1690 à 1790, nous avons dépouillé plus précisément les minutes du présidial de Poitiers de 1700 à 1715 et les archives judiciaires du chapitre de Saint-Hilaire de Poitiers de 1690 à 1790.

170 Voir à ce sujet l’ouvrage de Simone Delattre, op. cit.

171 Seuls les témoignages précis, indiquant des horaires exacts ont été relevés. En effet, beaucoup de témoins se repéraient au soleil et donc nous étions confrontés à ce type de déclarations : « deux heures après le coucher du soleil » ou bien « une heure avant le lever du soleil »… Aussi, nous pouvions rencontrer des témoins attestant avoir entendu du bruit « la nuit » ou « au milieu » de celle-ci. Ces témoignages nous seront par contre utiles lorsque nous parlerons de certaines habitudes, voire de l’attitude face au sommeil.

172 En ce qui concerne la ligne : « dorment ou sont couchés », Il s’agissait de préciser les deux types de témoignages rencontrés. En effet, parfois des témoins déclarent être couchés à telle heure, ce qui dans leurs expressions peut être confondu avec l’acte de dormir. Si le fait d’être couché n’implique pas forcément de dormir, nous avons rencontré plusieurs fois des témoins affirmer que lorsqu’ils étaient couchés, du bruit dans la rue les avait réveillé, d’où le choix de comprendre ce témoignage comme un temps de sommeil.

173 Voir J.-P. Aron, Le Mangeur du XIXe siècle, Paris, Robert Laffont, 1973.

174 J.-L. Flandrin, « Les heures des repas en France avant le XIXe siècle », dans M. Aymard, C. Grignon, F. Sabban, Le Temps de manger. Alimentation, emploi du temps et rythmes sociaux, Paris, éd. de la Maison des sciences de l’homme, Institut National de la Recherche Agronomique, 1993, p. 212-213.

175 J. Léonard, Archives du corps, op. cit., p. 12.

176 ADV, 2 U 544.

177 ADV 2, U 544.

178 E. Croy-Solre, op. cit., p. 66.

179 N. Truquin, op. cit., p. 18.

180 J. Renard, Journal, 5 octobre 1904, cité par J. Léonard, op. cit., p. 12.

181 Ibid.

182 R. Ekirch, « Sleep we have lost: Pre-industrial Slumber in the British Isles », American Historical Review, Avril, 2001, p. 350.

183 ADV, 2 U 537.

184 H. J. Voth, Time and Work in England (1750-1830), Oxford, 2000.

185 Voir les détails dans A. Cabantous, Histoire de la nuit, op. cit., p. 98.

186 Ibid.

187 J. Léonard, Archives du corps, op. cit., p. 50.

188 J.-M. Berlière, « Les archives de police : des fantasmes aux mirages », dans F. Chauvaud, J.-G. Petit, L’histoire contemporaine et les usages des archives judiciaires (1800-1939), Paris, Champion, 1998, p. 301.

189 V. Jameray-Duval, Mémoires, 1709, p. 111-117.

190 J. Léonard, op. cit., p. 27.

191 Journal de ma vie, Jacques louis Ménétra, op. cit., p. 119.

192 P. Chaunu, La Civilisation de l’Europe des Lumières, Arthaud, 1993, p. 464-465.

193 Culture de l’écrit, l’élite a laissé les meilleurs témoignages de l’art de vivre au fil des heures. Mémoires, journaux intimes, correspondance, traités de civilité, sont autant de sources précieuses pour entrer dans l’intimité des familles.

194 Voir J.-L. Flandrin, « Les heures des repas… », op. cit., p. 219.

195 A. Dion-Ténenbaum, M.-N. Grandy, op. cit., p. 181.

196 Cité par J. Léonard, Archives du corps, op. cit., p. 29.

197 Ibid.

198 J. Lespinasse, op. cit., p. 102.

199 Voir Y. Durand, Les Fermiers généraux au XVIIIe siècle, Paris, 1971.

200 H. Balzac, César Birotteau, 1837, cité par J. Léonard, op. cit., p. 29.

201 J. Lespinasse, op. cit., p. 141.

202 E. Croy-Solre, op. cit., p. 450.

203 Les Heures du jour. op. cit., p. 16.

204 Voir aussi O. Ranum, op. cit., p. 227-228.

205 Voir Les heures du jour… op. cit., p. 16.

206 Cité par M. Launay, C. Kahn, J. Landais, J. Javayon, M. Rumin, La Noblesse nantaise au XIXe siècle, Ouest éd., Université Permanente de Nantes, 2001, p. 103.

207 P. De Vaissière, Curés de campagne de l’ancienne France, Paris, 1932, p. 123.

208 F. Pitou, op. cit., p. 69-92.

209 R. Ekirch, At Day’s close. op. cit., p. 300.

210 R. Ekirch, « Sleep we have lost… », op. cit., p. 365.

211 Roger Ekirch s’appuie sur les études menées en 1969 chez les Tiv au centre du Nigeria, ou bien encore sur les expériences du Docteur T. Wehr qui s’est rendu compte que les sujets humains, privés de lumière artificielle quand il faisait nuit, et sur une période de plusieurs semaines, finissaient par afficher un rythme de sommeil tronqué identique à celui observé dans les foyers pré-industriels. Pour le détail des expériences, voir Roger Ekirch, Ibid., p. 367.

212 R. Ekirch, At Day’s close… op. cit., p. 306.

213 R. Ekirch, « Sleep we have lost… », op. cit., p. 364.

214 Ibid., p. 364.

215 Ibid., p. 365.

216 S.-A. Tissot, op. cit., p. 137.

217 Pour connaître le détail des expériences citées voir R. Ekirch, « Sleep… », op. cit., p. 368-369.

218 9 octobre 1761, « Journeys fron Dublin to London, 1761, 1773 », Additional Manuscripts 27 951, British Library, fol. 66; A description of the Towns and Villages, & c. on and Adjoining the Great North Road. Fron London to Bawtry (London, 1782), p. 4.

219 Ibid., p. 5.

220 M. Cervantès, op. cit., p. 577.

221 ADV, G 652.

222 ADV, 2 U 545.

223 ADV, 2 U 547.

224 ADV, 2 U 542.

225 ADV, 2 U 539.

226 ADV, 2 U 540.

Table des illustrations

Légende Ill. 3 : La sentinelle en défaut, Nicolas de Launay, d’après Pierre-Antoine Baudouin (1723-1769), vers 1770, gravure, 50 x 65 cm, BnF, Département des Estampes et de la photographie, Réserve EF-42 (1)-FOL-IFF 72
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133320/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 375k
Légende Ill. 4 : Dame de qualité en déshabillé reposant sur un Lit d’ange, estampe de Saint-Jean, Jean Dieu de (1655 ?-1695). Dessinateur, Éditeur : Se vend à Paris sur le quay Pelletier, à la Pomme d’Or, au troisième appartement. Avec Privilège du Roy. 1686, BnF.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133320/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Ill. 5 : Femme de qualité en déshabillé reposant sur un Lit à la Duchesse, estampe du XVIIe siècle, Paris chez Trouvain rue St. Jacques au grand Monarque, BnF.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133320/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Ill. 6 : lit en double tombeau, dans Le Dictionnaire Pratique de Menuiserie – Ébénisterie – Charpente, par J. Justin Storck, éd. de 1900, article « Lit ».
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133320/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Ill. 7 : Lit à la romaine (XVIIIe siècle) dans Le Dictionnaire Pratique de Menuiserie – Ébénisterie – Charpente, par J. Justin Storck, éd. de 1900, article « Lit ».
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133320/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Tableau 1 : répartition des types de lits à Civray entre 1815 et 1885.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133320/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Tableau 3 : Indications de l’ensemble des témoins sur l’heure du coucher entre 1690 et 1835.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133320/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Tableau 4 : Indications de l’ensemble des témoins sur leur emploi du temps matinal entre 1690 et 1835.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133320/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Ill. 8 : Le lever de Freudeberg, illustrations de Suite d’Estampes et Seconde suite d’Estampes pour l’Histoire des Mœurs et du Costume des Français dans le XVIIIe siècle, Prault Paris, 1775, planche 1, Fonds : Bibliothèque municipale de Versailles.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133320/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540