Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Oubli des peines

 | 
Guillaume Garnier

Deuxième partie. Trouver son sommeil

Chapitre IV. Dormir : un combat de tous les instants

Texte intégral

  • 1 P. Dibie, Ethnologie de la chambre à coucher, Paris, Métaillé, Sciences Humaines, 2000, p. 156-157
  • 2 D. Glück, op. cit., p. 104.
  • 3 Ibid., p. 106.
  • 4 G. Doncieux, « La chanson du Roi Renaud, version poitevine » dans Revue de philologie française et (...)
  • 5 Voir par exemple M. Leblanc, Les Aventures d’Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur, Paris, vol. 5, H (...)

1Humboldt, à qui on demandait à son retour d’Amérique tropicale combien de temps il y passa, répondit : « J’ai passé vingt ans de moustiques1 », réponse nullement exagérée que certains Français seraient prêts à certifier. Les principaux ennemis du dormeur sont effectivement les parasites qui peuplent la nature, mais aussi les maisons. Les punaises, réputées pour leurs ruses ont, paraît-il, l’astuce de déjouer les précautions de l’aspirant au sommeil qui s’isole, en se laissant tomber sur lui du plafond. La moustiquaire n’interviendra malheureusement que tardivement pour prévenir aussi de ces insectes. Ils ne sont d’ailleurs pas seuls, Denise Glück a dressé une liste intéressante de ces adversaires, tout juste aurait-elle oublié de comprendre l’homme lui-même. On trouve donc, sans ordre précis, des boissons telles que le thé ou le café, bien que les avis soient partagés et que d’aucuns décrivent comme leur meilleure introduction au sommeil2. Certains aliments étaient aussi considérés comme hostiles : d’une façon générale tous les aliments lourds, ou d’autres encore pour des raisons plutôt symboliques. C’est le cas du champignon, dont les livres d’hygiène populaire mettent en garde, décrivant cette nourriture dangereuse comme irrémédiablement liée à la putréfaction, même s’il s’agit du plus innocent des champignons3. Certaines fleurs sont aussi prohibées. Selon Le Médecin des pauvres, il faut éviter formellement de mettre des lis dans sa chambre, car il en résulte des maux de tête violents. La littérature populaire (comme par exemple la Chanson du Roi Renaud4, les Aventures d’Arsène Lupin5) s’est fait aussi l’écho du danger mortel que peut représenter l’odeur du lis. Enfin, on peut aussi évoquer comme dérangeant dans une certaine mesure, les animaux domestiques (chiens, chats), l’excès de chaleur ou de froid.

Se débarrasser de la vermine pour dormir

2Peut-être ne s’agit-il pas de l’aléa nocturne le plus dangereux, mais il demeure tout de même le plus répandu à l’époque moderne et bien au-delà. Malgré tous les monstres qui peuplent les nuits, ce ne sont pas des créatures fantasmées ou d’éventuels criminels récidivistes qui étaient les plus hostiles, mais bien les insectes. Remettant aux mêmes rangs pauvres et riches, ces « vermines » attaquaient sans distinction. Les puces, poux, punaises et moustiques, insectes nuisibles, déconcertaient les contemporains d’Ancien Régime. Lorsque l’été arrivait, les hommes et les femmes leur louaient une haine terrible, notamment les punaises. Mme Cradock en voyage en France ne manque pas de noter ces affreuses nuits, dont nous ne rapportons ici qu’un extrait :

  • 6 A. Cradock, Journal, cité dans Les Français vus par eux-mêmes, le XVIIIe siècle, Paris, Anthologie (...)

Nantes, jeudi 25 août 1785
« Je partageai ma chambre, servant aussi de salle à manger, avec ma femme de chambre ; mais ; hélas ! ni l’une, ni l’autre, nous ne pûmes goûter un repos complet : nos lits fourmillaient de punaises, et nous en tuâmes jusqu’à soixante-quatre. À huit heures, je me levai plus fatiguée que la veille. »
Samedi 27 août 1785
« Encore tourmentée par ces affreux insectes, je n’ai goûtée que peu de repos »
Dimanche 28 août 1785
« Nos compagnons habituels, ont encore troublé mon repos ».
Lundi 29 août 1785
« Encore une nuit détestable. Levée à cinq heures. »
Mardi 30 août 1785
« Mes terribles ennemis m’ont encore livré une bataille acharnée cette nuit, et je n’ai pu m’endormir que vers le matin. »
Mercredi 31 août 1785
« Malgré tous les moyens employés, je n’ai pu dormir plus tranquillement qu’à l’ordinaire6. »

3Anna Francesca Cradock, pour son plus grand bonheur n’est qu’une voyageuse et ne fait que passer. Mais les habitants, notamment dans les locaux à usage collectif ou dans les maisons anciennes eux, y étaient confrontés quotidiennement. Comment donc cohabiter, ou encore mieux s’en débarrasser ? Deux questions simples, mais les réponses le sont-elles aussi ?

La cimex lecturialus : un fléau de Dieu ?

  • 7 C. Goureau, Les Insectes nuisibles à l’homme, aux animaux et à l’économie domestiques, Paris, V. M (...)

4« Malheur alors à celui qui vient habiter un appartement vacant depuis quelque temps, s’il est rempli de punaises affamées7 ! » Charles Goureau, par ces quelques mots, n’exagère en rien la situation. Le confort actuel n’a pas confronté les Français du XXIe siècle à un tel acharnement de la part de punaises, qu’ils auraient hâte de vouloir faire disparaître avec l’emploi massif de produits chimiques. La situation de nos ancêtres était tout autre : la punaise cohabitait avec l’homme, qu’il le veuille ou non, et la condition était courante :

  • 8 G. Laire, Causeries du samedi, Châlons-sur-Marne, Le Roy, 1877, p. 206.

« Il n’est entre nous, personne, qui une fois au moins dans sa vie, n’ait fait connaissance avec ce joli petit animal. Vous vous rappelez sa couleur jaune foncé. La nuit, quand vous rallumiez la bougie pour leur faire la guerre, vous l’avez tous vu, courant, se dérobant, glissant entre les plis des draps de votre lit. Il avait forcé la consigne, il s’était introduit comme un petit malfaiteur au plus profond de votre intimité. Il vous avait mordu, il s’était nourri de votre sang et il a fallu toute la clarté de votre chandelle pour le faire fuir. Puissance de la lumière8 ! »

  • 9 C. Goureau, op. cit., p. 65.

5Ces compagnons familiers sont les fameuses « punaises des lits », terme qui regroupe environ 90 espèces de punaises hématophages. Parmi elles, la punaise des lits (Cimex lectularius) est l’une des rares punaises à parasiter l’homme. Son nom commun lui vient du fait que cette punaise nocturne suce le sang des dormeurs. La sensation qu’éprouve la victime, quand elle suce le sang, est celle d’une légère piqûre, qui au bout de quelques minutes, s’accompagne de démangeaisons et de sensations de brûlure presque aussi considérables que celles de l’urticaire, alors le malade se gratte, d’où des excoriations et des croûtes sanguinolentes. Les autres espèces de punaises hématophages parasitent les animaux. La punaise des lits est nocturne et se cache pendant le jour dans les fissures des meubles et des boiseries, sous les papiers et les tapisseries qui couvrent les murs, et comme son corps est très plat, elle s’introduit dans les plus petites fentes et échappe aux recherches qu’on en fait9.

6Avec sa manie de se nourrir de sang et de ne s’arrêter que lorsqu’elle est assouvie et gorgée, après avoir rarement, mais éventuellement transmit une maladie contagieuse, la punaise demande pour être chassée une véritable battue : démonter les lits, nettoyer tous les recoins, les angles, les mortaises, les tenons, boucher les fentes des murailles, décoller les plinthes, enlever le papier peint, laver les murs. Pour montrer jusqu’à quel point les punaises pouvaient inquiéter le sommeil, nous n’avons qu’à ouvrir l’ouvrage intitulé Commentarii de Matthiolus à l’article « Punaise ». Au lieu de voir une ou plusieurs illustrations de punaises, nous les voyons gambader sur un lit quelconque, comme s’il s’agissait de leur habitat naturel. Au début du XVIe siècle, un envoyé du duc de Ferrare logeant au château de Fontainebleau, dont la première construction venait de s’achever, ironise sur les « puces, poux, punaises et certaines mouches qui ne l’ont aucunement laissé reposer » jusqu’à s’étonner complaisamment « de ce que Dieu s’était amusé à créer tels animaux inutiles ».

7Le ton employé par Charles Goureau est à la dramatisation, pratiquement à la caricature. La punaise est comparée à une bête féroce qui se terre pour attaquer sa proie de nuit :

  • 10 Ibid., p. 65.

« Elle sort de sa retraite pendant la nuit et se transporte sur les personnes couchées et endormies ; elle enfonce son bec pointu dans la peau et boit le sang qui sort de la blessure. Lorsqu’elle est repue, elle retourne dans sa cachette10. »

  • 11 A. Moquin-Tandon, Éléments de zoologie médicale, contenant la description des animaux utiles à la (...)
  • 12 L. Durhing, Traité pratique des maladies de la peau, Adolphe Colson et Bathelemy-Toussaint (traduc (...)
  • 13 Ibid., p. 815.

8Pour Alfred Moquin-Tandon, il n’est personne qui n’ait été au moins une fois piqué par des punaises11. Le problème est que l’odeur de l’homme les attirerait rapidement, et puisqu’elles sortent uniquement la nuit, elles frappent les dormeurs parfois sans qu’ils s’en aperçoivent. Si de premier abord elles s’attaquent aux parties non protégées du corps, elles peuvent se glisser sous les vêtements de nuit. Il semblerait que les punaises abordent peu les parties génitales, ainsi que le voisinage de l’orifice anal. Mais elles peuvent dangereusement s’introduire dans les oreilles, dans le nez, et remonter jusque dans les sinus frontaux. Il apparaîtrait par ailleurs que les peaux fines des enfants et des femmes soient surtout lésées par ces piqûres, ou bien encore d’autres individus en souffrent davantage à cause de leur excitabilité nerveuse (douleur, urticaire12…). On peut alors, pour soulager les piqûres de ces « affreuses bestioles » utiliser des lotions alcoolisées, phéniquées, vinaigrées, d’acide acétique dilué, d’eau de chaux, d’eau ammoniacale, éther, bain d’amidon, eau de Cologne13

  • 14 C. Merveilleux, Mémoires instructifs pour un voyageur dans les divers états d’Europe, Amsterdam, t (...)

9Malheureusement, les punaises peuplent très souvent les logements insalubres où s’entassent les classes populaires et les vieilles maisons. Selon Charles Frédéric de Merveilleux, médecin suisse, il n’a jamais été dérangé dans les auberges espagnoles par les punaises « dont sont d’ordinaire remplis dans les cabarets, les lits garnis de rideaux et chargés d’ornements inutiles14 ». On ne pourrait pas en dire autant de Londres. Au début du siècle, la princesse de Palatine se plaignait de la Vermine :

  • 15 Princesse Palatine, Lettres, 26 août 1719 dans Le XVIIIe siècle français au quotidien, textes tiré (...)

« Je n’ai pas dormi de toute la nuit à cause de la chaleur et des maudites punaises. À propos de ces bêtes-là, la princesse de Galles m’écrit qu’on s’en plaint dans toute la ville de Londres, et la reine de Sicile écrit qu’on a trouvé son lit tout plein de punaises15. »

Éviter les punaises

  • 16 A. Lamothe, Les Métiers infâmes, Paris, C. Blériot, 1877, p. 131.

10« En fait d’insectes, je ne sais rien de plus dégoûtant que les punaises, rien de plus odieux que les moustiques16. » L’idée même de la persistance des punaises dans l’environnement du dormeur amène à s’interroger sur les moyens de contourner ce problème. Mais se débarrasser de ces vermines relève quasiment de l’exploit. Aussi, du XVIIIe jusqu’au XIXe siècle, les recettes se succèdent sans que l’on puisse juger de leur réelle efficacité, voire même de leur pertinence. Les secrets du Grand Albert, livre populaire le plus célèbre mais aussi sans doute le plus absurde selon le bibliographe Jean-Charles Brunet (1780-1867), donne ainsi quelques conseils étonnants, parfois douteux :

  • 17 A. Le Grand, Les Secrets admirables du Grand Albert : comprenant les influences des astres, les ve (...)

« Faites confire et tremper dans de l’eau un concombre en forme de serpent, puis frottez-en votre lit : les punaises crèveront toutes. Le même effet se produit, en détrempant dans du vinaigre du fiel ou de la fiente de bœuf. Si vous mettez sous votre oreiller de la grande consoude, les insectes s’y rassembleront et n’iront pas ailleurs17. »

  • 18 G. Olivier, Histoire naturelle : Insectes, t. 4, 1789-1811, p. 88.
  • 19 Ibid., p. 88.

11Au siècle des Lumières, les solutions ne semblent toujours pas convaincre. M. de Geer qui a particulièrement étudié les punaises ne peut que conclure à une impuissance et une insuffisance des moyens18. Selon lui, lorsqu’un appartement est infecté, il n’y a pas d’autres remèdes que d’enlever les meubles, de bien les nettoyer, d’enlever les tapisseries, d’enduire les murs et boucher les trous avec de la chaux ou du plâtre19. Le moyen le plus sûr est donc d’éviter qu’elles s’installent, plutôt que de tenter de les faire disparaître une fois qu’elles sont là.

  • 20 Encyclopédie méthodique. Dictionnaire de toutes les espèces de chasse, H. Agasse, imprimeur-librair (...)
  • 21 La recette exacte présentée dans l’Encyclopédie méthodique, op. cit., p. 274 : « on prend une livr (...)
  • 22 E. Galtier-Boissière, Des moyens de se préserver de toutes les maladies épidémiques, contagieuses (...)

12Les auteurs de l’Encyclopédie méthodique sont quant à eux plus optimistes. Ils s’appuient sur des remèdes plus expéditifs. La vapeur qui s’exhale du soufre brûlé était considérée comme très efficace pour tuer les punaises et autres insectes20. Par contre, si le logement est habité, cette méthode doit être évitée à cause des odeurs qui persistent et des risques d’empoisonnement. En fait, durant le XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, les recettes les plus populaires sont surtout à base de térébenthine, (ingrédient considéré comme essentiel pour faire disparaître les punaises21). Il conviendrait d’enduire d’essence de térébenthine les murs envahis par ces insectes, ou encore projeter sur eux de la poudre fraîche de pyrèthre. Il sera bon aussi de passer les parquets à l’encaustique (substance qui contient de l’essence de térébenthine) plutôt que de les cirer22. Aussi, un dernier moyen fréquemment utilisé était de badigeonner de benzine ou de pétrole toute la pièce infectée.

  • 23 Ibid., p. 815.

13Nous n’avons aucun retour sur l’efficacité de ces différents moyens, mais on remarque par contre que toutes ces solutions (outre le vinaigre) sont assez difficiles à se fournir pour les ménages les plus touchés. Les plus pauvres pourront tenter de se procurer cette plante appelée le Passe-Rage (fleur blanche assez répandue) qui aurait la propriété de tuer, ou au moins éloigner les punaises. Il suffirait de déposer cette fleur dans un lit infesté de punaises, et cette dernière ne tarde pas à se couvrir de ces insectes immondes, qui s’enivrent de ses sucs ou de son essence, et il est alors facile de les tuer en jetant les plantes chargées de parasites dans le feu ou l’eau bouillante23.

  • 24 L.-A. Caraccioli, Dictionnaire critique, pittoresque et sentencieux, t. 2, 1768, p. 315.
  • 25 Encyclopédie méthodique, op. cit., p. 274.
  • 26 Ibid., p. 275.
  • 27 Histoire naturelle, Paris, t. 3, Panckoucke, 1782-1784, p. 259.

14Lutter contre les punaises, une fois qu’elles ont commencé de s’installer est tellement difficile qu’il vaut mieux avoir recours à de la prévention. La plus saine des solutions est de commencer par une propreté absolue. « Il n’y a pas de plus sûr moyen de s’en garantir, que la propreté » déclare Louis-Antoine de Caraccioli en 176824. Le plus simple est évidemment d’intervenir dès que l’on veut rentrer dans un logement. Il faut alors commencer par boucher la cheminée avec de la paille, calfeutrer les portes et les fenêtres et ensuite mettre un fourneau allumé dans le milieu de la chambre, et mettre à chauffer dans une poêle de fer du tabac à fumer et du soufre. Il faut ensuite sortir et s’assurer qu’il ne peut y avoir aucun passage, et que la fumée ne puisse trouver aucune issue. Au bout de vingt-quatre heures, on est assuré que tout insecte est mort25. Il faudra par la suite bien aérer et attendre deux ou trois jours pour gagner l’appartement. On peut aussi mettre du mercure dans de l’acide nitreux et on met ce mélange sur le feu et la vapeur fait périr tous les insectes26. Mais l’acide détruit aussi les couleurs des étoffes, et on doit attendre que l’air de ces appartements soit bien purifié, sans quoi il deviendrait nuisible à cause des vapeurs mercurielles. Plus curieuse est l’affirmation de René Antoine de Réaumur, qui prétend que les personnes fumant habituellement n’ont rien à craindre des punaises, que l’odeur du tabac les fait fuir. Si ce fait se vérifie, une légère fumigation de tabac chaque jour serait un bon moyen pour ceux à qui l’odeur ne déplaît pas27.

15Les punaises ont eu d’autres répercutions sur les ménages que l’organisation de chasses punitives. Il semblerait qu’elles aient joué un rôle non négligeable dans le développement des sommiers métalliques, réputés fort peu confortables, mais très hygiéniques puisqu’on peut les désinfecter totalement. Mais bien avant qu’ils n’existent, les fabricants de lit avaient imaginé des fonds de lit métalliques, ou préconisé des fonds faits de barres de bois plutôt que de châssis sanglés. Roubo, dans l’Art du menuisier, développe en 1772 un modèle de construction de lit pour éviter les punaises :

  • 28 Cité par D. Glück, op. cit., p. 107.

« C’est pourquoi dans la construction de tous les lits… on doit prendre une attention particulière pour en faire les assemblages avec toute la justesse et la précision possible, tant des pieds et du dossier, que les entailles des goberges et des barres d’enfonçure, auquel on ne doit pas laisser une idée de jeu… afin de ne pas laisser de place aux punaises, vermine aussi désagréable qu’incommode, auxquelles il ne faut laisser aucune retraite28… »

  • 29 C. Millet-Robinet, Économie domestique, Paris, 1853, p. 65.

16L’intérêt nouveau des artisans et l’offre croissante de lits en fer, vont petit à petit amener au XIXe siècle certains ménages à s’en équiper, d’autant plus qu’ils sont de plus en plus conseillés. Ainsi Madame Millet-Robinet dans L’Économie domestique recommande vivement pour les chambres d’enfants, d’acheter des lits en fer qui, s’ils sont moins élégants que des lits en acajou ou en noyer, offrent tout de même une grande solidité et l’avantage de n’offrir aucun asile aux punaises29. Dans ce siècle de l’industrialisation, les punaises connaissent alors bien plus de tourments.

Les punaises font jurisprudence

17Il n’est plus à démontrer que les punaises sont un véritable fléau pour le dormeur. Pour autant, face à une invasion de ces nuisibles, à qui en attribuer la responsabilité ? Ils ne sont pas plus attirés par un type d’habitation qu’un autre. Dès qu’il y a des interstices et notamment présence de bois, ces insectes s’y glissent et s’y reproduisent rapidement. Tout juste, un individu extrêmement veillant quant à la propreté de son foyer, qui scruterait méticuleusement chaque espace, pourra à la rigueur se prévaloir de ce problème. Mais ce dernier était tellement répandu dans certains secteurs que les victimes s’attiraient la solidarité du voisinage. D’autant plus que cette bestiole pue au point qu’elle tire l’origine de son nom vulgaire putire (puer) et nasus (nez), surtout qu’elle pouvait transmettre des maladies contagieuses, notamment la tuberculose.

  • 30 G. Laire, op. cit., p. 207.
  • 31 Ibid., p. 207.

18Aussi, cette solidarité pouvait se transformer en conflit lorsque par contre, on estimait qu’une personne pouvait être à l’origine d’une infection. Pour la première fois depuis des siècles, les punaises qui dérangent tant les hommes vont être au cœur de la justice au XIXe siècle. Georges Laire dans ses Causeries du samedi soir commente des faits divers parus dans Le Progrès de la Marne. Parmi les affaires qu’il présente, une va retenir particulièrement notre attention. En 1874, M. et Mme Berthaut avaient loué à Villers-sur-Mer, une maison appartenant à Mlle Haudienne. Un bail avait été passé. À son expiration, les locataires partirent de la maison. La propriétaire, constata à leur départ qu’ils la laissaient avec beaucoup de punaises30. « Les petits animaux s’y étaient, paraît-il, propagés en grand nombre, car elle alla jusqu’à prétendre qu’ils rendaient le logement inhabitable, que personne ne consentirait à le louer31. » C’est en partie pour cette raison que la propriétaire des lieux s’adressa pour se plaindre au président du tribunal civil de Pont-l’Évêque. Pour elle, les locataires étaient directement responsables de la situation. Trois experts furent chargés de visiter la maison, afin de donner des explications sur la cause de la présence des punaises, et indiquer les mesures à prendre pour les détruire. À raison, Georges Laire se permet de douter de l’efficacité et du professionnalisme de ces prétendus experts :

« A-t-on jamais délégué des hommes pour observer leurs mœurs, leur population, pour noter l’heure à laquelle elles se lèvent, celle à laquelle elles se couchent ? La nature des dégâts qu’elles commettent n’échappe-t-elle pas à l’analyse, à l’observation ? Comment apprécier le délit ? »

19Pour l’auteur, il est donc inadmissible que la justice puisse s’intéresser à de tels faits, ou du moins à l’expertise qui en est faite.

  • 32 Ibid., p. 208.

20Après avoir constaté la présence des nuisibles et s’être renseignés auprès de témoins, les experts conclurent dans leur rapport qu’avant l’arrivée des époux Volbert, le logement était sans punaises et que la présence de ces dernières dans une maison neuve, était fatalement le fait des locataires. Autre preuve qu’ils apportèrent : les punaises étaient toutes mortes après le départ de « ceux qui les avaient amenées » et « elles étaient mortes de désespoir ou d’inanition32 ! » ajoutent les experts, non sans ironie. Les locataires furent donc désignés, pour la première fois, par des « prétendus experts » comme directement responsables de l’invasion des punaises, et cette responsabilité tient en partie sur la seule cause de leur présence. En fait, leur faute viendrait d’avoir introduit des meubles en bois (notamment des lits), à l’intérieur desquels des traces indiquaient une présence assez ancienne.

21Cette preuve apportée par les experts, a conclu alors à une condamnation de la famille Volbert. Jugée responsable, elle doit alors verser 1 000 francs pour tous travaux ou dommages à la charge de la propriétaire, avec les intérêts de droit. Il s’agit à notre connaissance de la première condamnation de ce type. Longtemps, les hommes ont supporté l’attaque de ces vermines, et à la suite de ce procès, certains d’entre eux vont être contraints de payer pour les destructions des punaises sur les logements. Une double peine en soi. Les propriétaires peuvent ainsi être dédommagés, si leur location n’est pas en état d’être louée par la suite. Sans doute, ce jugement protège-t-il dorénavant les propriétés d’une certaine qualité, puisqu’il n’était pas difficile au XIXe siècle de louer des caves et des greniers insalubres, parfois plein de vermines.

La « triple alliance33 » : moustiques, puces et poux

Le triomphe des vermines

  • 34 Ibid., p. 158. Pascal Dibie dresse une liste non exhaustive de remèdes : jus de bette, jus de taba (...)

22Malheureusement pour les foyers d’Ancien Régime et du XIXe siècle, les punaises n’étaient pas les seules vermines qui affectionnaient les dormeurs et qui n’épargnaient personne, ni roi, ni pape. Soupçonnés jusqu’au XVIIe siècle d’être le fruit de substances humaines dégradées, de naître de transpirations mal maîtrisées, poux et puces, compagnons de lit et de chevelure de toujours, furent à la différence des punaises, considérées jusqu’au XXe siècle par une large partie de la population comme des insectes domestiques. Les séances d’épouillage n’étaient-elles pas, comme à Montaillou au XIVe siècle des signes de tendresse et de déférence tant au lit, qu’au coin du feu ? Ainsi que l’on peut voir aujourd’hui dans telle ou telle société « traditionnelle », des êtres s’épouiller mutuellement, on pouvait en Occident observer de paisibles tableaux où les maîtresses épouillaient leurs amants, les filles leurs mères, les belles mères leurs futurs gendres. Certaines femmes au tour de main « plus affûté » en firent même leur profession selon Georges Vigarello. Le rôle du pou n’ayant été clairement démontré pour la rickettsiose, forme essentielle du typhus, par Charles Nicolle, qu’en 1909, il eut longtemps ses lettres de noblesse en Occident ; suçant les impuretés du sang, le pou était réputé attirer les mauvaises humeurs à la surface du cuir chevelu et ainsi préserver des maladies des yeux, voire même fortifier la vue. On le disait nécessaire à la santé des enfants et il fut longtemps considéré comme remède pour les adolescents et les adultes, notamment contre la jaunisse, que rien ne guérissait mieux qu’une belle tartine beurrée recouverte de poux. Avec la montée de l’hygiénisme, l’amitié portée aux poux fut convertie et l’homme s’inventa des préparations « para-poux » qui prirent la relève du « pou-remède34 ».

  • 35 C. Goureau, op. cit., p. 200.

« Le pou humain s’attache particulièrement aux personnes malpropres qui ne changent pas de linge assez souvent. Il se tient dans les vêtements où il pond ses œufs et où il se multiplie avec une rapidité si extraordinaire, qu’il occasionne la maladie pédiculaire ou phtiriase qui entraîne souvent la mort ; en suçant le sang et les humeurs sur tout le corps, ces poux exténuent le malade et le conduisent au tombeau35. »

  • 36 D. Glück., op. cit., p. 110.

23On prévient aussi l’invasion de poux en se tenant proprement, en changeant souvent de linge, en se lavant et prenant des bains, voire même en mettant des habits nouveaux et en mettant les anciens vêtements au blanchissage. La lente du pou semble avoir été plus redoutée dans les milieux populaires que le pou lui-même, car « cet être hybride, transparent, qui s’accroche au cheveu comme à une algue, quasiment aquatique, peut entraîner le porteur de lentes vers la rivière proche et l’y noyer36 ».

  • 37 Ibid., p. 108-109.

24Les puces ne sont pas moins redoutables. Ces insectes sauteurs aiment particulièrement la chaleur, d’où son amour des régions chaudes, de la fourrure animale – et donc elles touchaient particulièrement les paysans qui cohabitaient avec leurs bêtes – des parquets qui la conservent et où elles pondent leurs œufs. Bien que les races de puces soient nombreuses et que chacune ait sa nourriture de prédilection, le Larousse fait observer avec pessimisme, que si leur hôte habituel ne leur suffit pas, elles se nourrissent volontiers de sang humain37. Certains auteurs des XVIIe et XVIIIe siècles attribuaient en négatif, des étoiles aux auberges qu’ils avaient fréquentées, en fonction de l’importance de la population des puces au lit et de la qualité des « puciers ». Samuel Pepys est l’archétype des chantres du coucher, fit une sorte de guide antitouristique des auberges les plus « puceuses » dans le genre.

  • 38 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1765, vol. 10, p. 825.

25Le moustique, quant à lui était particulièrement dérangeant dans les régions de marais. Autrement, s’il était aussi une gêne, il n’était pas aussi répandu que dans les pays chauds et n’attirait pas les mêmes foudres que ses autres compagnons d’infortune. Ainsi, l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert ne s’inquiète pas car « Sa piqûre [n’]occasionne [qu’]une sensation brûlante, semblable à celle que pourrait causer la pointe d’une aiguille très fine rougie au feu38 ».

Lutter contre les parasites

26À défaut d’insecticides, on trouve tout de même quelques recettes simples pour éloigner les moustiques. Ainsi, on pouvait par exemple tenter de les attirer par la lumière d’une lanterne dont les verres étaient enduits de miel et de poudre, puis pendre au plafond un gros bouquet fraîchement cueilli de persil ou de camomille. Par contre, en cas de piqûre, il était recommandé de se frotter avec du suc de persil, de la salive si l’on était à jeun ou de l’huile de lis.

  • 39 D. Glück, op. cit., p. 110.

27Comme évoqué précédemment, le pou jouissait d’un statut qui fut longtemps ambivalent, alors que de nos jours il connaît un triomphe qui se mesure aux innombrables publicités. Bien avant cependant, les hygiénistes firent une guerre apparemment perdue au pou de tête grâce à la Marie-Rose. Avant l’apparition de ce remède, le jus de bette, de racine, de tabac (qui entre souvent dans les compositions contre les vermines), de fougère étaient préconisés39. Selon Le Livre de la ferme et des maisons de campagnes, il existe un moyen infaillible de se débarrasser des poux de la tête, mais pas forcément des poux d’une maison, même si ces derniers stationnent effectivement surtout sur le cuir chevelu. Il faut alors

  • 40 P. Joigneaux, Le Livre de la ferme et des maisons de campagne, Paris, vol. 2, 1865, p. 118.

« frictionner la tête avec l’onguent gris, mais hâtons-nous de dire que les frictions peuvent provoquer la salivation mercurielle (moins à craindre chez les enfants que chez les adultes), et qu’on ne doit y avoir recours que dans les cas extrêmes et sous la surveillance du médecin40 ».

28Autrement, les espoirs se portaient plutôt sur des efforts préventifs. Il fallait saisir le mal dès ses origines, c’est-à-dire dès la formation des lentes, il fallait alors simplement pratiquer la tonsure pour les garçons, et à défaut pour les petites filles, le passage du double peigne fin dans les cheveux.

  • 41 A. Le Grand, op. cit., p. 96.
  • 42 C. Baud, Le Palais de la santé, ou Château des recettes pour recouvrer la santé et la maintenir bo (...)
  • 43 E. Galtier-Boissière, op. cit., p. 134.
  • 44 C. Goureau, op. cit., p. 195.
  • 45 Ibid., p. 195.

29Finalement, c’est bien la puce qui a concentré beaucoup plus d’attention. Le livre populaire Les Secrets du Grand Albert, fidèle à sa ligne éditoriale, propose des solutions plutôt accessibles, mais qui peuvent tout de même être dérangeantes. Selon l’auteur, le remède proposé par Pline serait très efficace. Ce dernier assurait que le meilleur moyen de lutter contre les puces, est d’arroser la chambre avec une décoction de rue et de l’urine de jument41. Par ailleurs, il semblerait que l’on puisse aussi insérer une certaine quantité de feuilles de tanaisie (Plante herbacée à fleur jaune, encore appelée barbotine, très commune en Europe) entre le matelas et la paillasse du lit42. Le Médecin des pauvres préconise quant à lui de semer des pétales de rose dans le lit et dans le drap. Le traitement paraît donc moins expéditif, et même plus poétique que pour les punaises, mais il ne peut être utile qu’à ceux dont les odeurs fortes n’empêchent pas de dormir. Enfin, certains auteurs enseignent de passer à des solutions plus « radicales ». Le mieux est sans doute de laver les interstices des murs et des parquets avec de l’eau bouillante, un lait de chaux ou de l’huile ordinaire contenant du tabac43. La propreté est surtout l’élément indiscutable. « Le meilleur moyen de se préserver des puces est de tenir dans un état de propreté parfait sa personne, ses meubles et son appartement44. » Il faut être très précautionneux lorsque l’on s’installe dans un logement qui n’a pas servi depuis longtemps, on y trouve une multitude de « petites puces maigres et affamées qui vous sautent aux jambes45 », surtout si l’appartement avait été occupé par des personnes peu soigneuses. Les dortoirs des casernes, les baraques des camps en fourmillaient.

30Au-delà de cet argument inébranlable, les propriétaires de chiens et de chats doivent être particulièrement attentifs et les surveiller très fréquemment. Même si ces animaux ne vont pas dans les chambres, lorsqu’une pièce est infectée, les autres le sont très vite. Pour se débarrasser des puces, le moyen le plus utilisé semble être de l’eau bouillante mélangée avec du mercure ou bien encore la vapeur de soufre, en somme des mélanges déjà proposés pour lutter contre les punaises.

31On pouvait aussi « charmer les puces » en « buvant un bon coup » le soir avant de se coucher afin, comme l’explique Oudin en 1640, que « par ce moyen nous ne sentions pas les puces qui nous mordent » ou comme le recommandait le Ménagier de Paris, patienter en suivant un traitement poétique du genre :

« Toute la nature sommeille
Mais non, j’ai tort ; je m’aperçois
Que dans ce beau lit où je veille,
Les puces veillent avec moi.

  • 46 Cité par P. Dibie, op. cit., p. 159.

Le bois de cet auguste lit
Est de vieille menuiserie,
Et tout son chevet s’embellit
Des placards d’une confrérie46. »

32Quelques traits de poésie pourront au moins faire patienter le dormeur, mais ne pourront pas faire disparaître les puces rapidement. Peut-être les vermines avaient-elles au moins cet avantage d’offrir au dormeur un temps de méditation.

  • 47 D. Glück, op. cit., p. 109.

33Ce regard sur les rapports étroits entre les hommes et les insectes qui partagent le même territoire, enseigne que les dormeurs devaient prêter une attention très particulière à l’environnement de leur lit. Les philosophes n’ont pas manqué de faire observer que les puces et punaises, comme les poux et les moustiques d’ailleurs, collaboraient d’une intéressante manière à maintenir un semblant d’équité dans ce bas monde puisqu’elles « blessent ceux qui veulent dormir et n’épargnent nul, ni roi, ni pape47 ». On ne peut nier l’influence des vermines dans l’appréciation du sommeil et la force avec laquelle elles ont dû terroriser les dormeurs durant les nuits jusqu’au début du XXe siècle. Dans certaines campagnes, ce danger persiste toujours, mais les produits chimiques ont vite fait de rendre un prétendu calme dans les chambres. Les menaces n’ont pas disparu pour autant, elles prennent juste un jour différent. Chaque société semble devoir être exposée aux parasites. De nos jours, les acariens sont la nouvelle cible des spécialistes du mauvais sommeil, puisqu’ils seraient responsables d’asthme, d’urticaire, d’eczéma… La description qu’en donne le Larousse médical n’a rien de sympathique :

  • 48 Ibid.. p. 111.

« Arthropodes de la classe des arachnides… ils ont un abdomen non segmenté, fusionné avec le céphalotorax ; leur bouche est armée d’un rostre et ils ont quatre paires de pattes à l’âge adulte… Les principaux acariens parasites de l’homme sont les demodex, les sarcoptes, les tyroglyphes, les poux, les rougets, les ixodes, les argas, les dermanysses48. »

34Ces « bestioles » pullulent dans nos literies puisque c’est nous qui les y apportons. Les magazines de santé, les émissions de télévision en ont fait des « stars », du fait de leur remarquable adaptation et de leur très grande diffusion. Et si des remèdes existent et que les médicaments peuvent prévenir d’éventuelles aggravations quand aux piqûres de certains (le sarcopte notamment transmet la gale), notre sommeil reste toujours très vulnérable.

L’épreuve de l’insomnie

  • 49 Terme défini par P. Sbalchiero dans le Dictionnaire des miracles et de l’extraordinaire chrétiens,(...)

35Dans un tout autre registre, plus médical cette fois, mais lié au précédent sujet dans la mesure où la présence d’éléments indésirables vous empêche de dormir, l’insomnie se présente comme l’affirmation même d’un manquement important pour le sommeil. Au Moyen âge, l’insomnie portait aussi le nom « d’agrypnie49 ». On en retrouve des références principalement dans l’hagiographie chrétienne qui évoque des femmes et des hommes ayant vécu des semaines, voire des mois sans dormir. Les allusions à cet état d’insomnie mystique se sont multipliées dès le XIIIe siècle (essor de la mystique féminine dans l’Occident latin). D’après plusieurs sources, sainte Catherine de Sienne ne dormait qu’une demi-heure par jour comme Saint-Pierre d’Alcantara (d’après les déclarations de Sainte-Thérèse d’Avila) ; une heure de sommeil hebdomadaire aurait suffi à Catherine de Ricci ; quant à Lydwine de Schiedman, elle se serait contentée d’un total de trois heures de sommeil en trente ans. Tous ces personnages sont qualifiés d’insomniaques, alors que la conception actuelle les perçoit plutôt comme des veilleurs volontaires. En fait, au Moyen âge et sous l’Ancien Régime, étaient appelés insomniaques ceux qui ne dormaient pas la nuit, que ce fût volontaire ou non. Et au Moyen âge, ce sont surtout ces veilleurs nocturnes qui viennent à l’esprit lorsque le sujet de l’insomnie est abordé. Un décalage va s’opérer sous l’Ancien Régime, puisque les érudits vont plus se préoccuper de l’insomnie, et en faire, non une preuve de sainteté, mais une maladie.

  • 50 J. Lieutaud, Précis de médecine pratique, contenant l’histoire des maladies, & de la manière de le (...)
  • 51 M. Ettmuller, Pratique générale de la médecine de tout le corps humain, Lyon, 1699, p. 354. Un avi (...)

36Un certain nombre de médecins de l’Ancien Régime vont même jusqu’à considérer l’insomnie comme une des maladies les plus contraignantes. Joseph Lieutaud (1761) déclare d’ailleurs que « rien n’altère plus la santé que l’insomnie50 ». Pour Michel Ettmuller (1699), qui y consacre un article important, il ne faut pas prendre cette maladie à la légère : « les grandes insomnies ne sont point à mépriser51 ». Du côté des malades, cet avis est partagé. Madame du Deffand, authentique insomniaque, compare l’insomnie à un véritable chaos :

  • 52 Lettres de Madame du Deffand, Paris, Mercure de France, 2002, p. 213.

« Je passe presque toutes mes nuits sans fermer l’œil ; alors c’est un chaos que ma tête : je ne sais à quelle pensée m’arrêter ; j’en ai de toutes sortes, elles se croisent, se contredisent, s’embrouillent ; je voudrais n’être plus au monde, et je voudrais en même temps jouir du plaisir de n’y être plus52. »

37La fatigue, la douleur, la désocialisation rendent l’insomnie non volontaire particulièrement difficile à vivre. Un diagnostic et une pathologie simples s’opposent à certaines hésitations quant à ses origines et son traitement. Il faut aussi noter qu’il s’agit par ailleurs du principal dysfonctionnement du sommeil, qui même s’il est difficilement quantifiable pour l’époque, touche une partie non négligeable de la population.

La pathologie

  • 53 Encyclopédie universelle…, op. cit. p. 2847.

38De nos jours, l’Encyclopédie Universelle définit l’insomnie comme une « impossibilité ou [une] difficulté à s’endormir ou à dormir suffisamment53 ». Les médecins actuels introduisent les idées de difficulté d’endormissement et d’insuffisance de sommeil, qu’on ne retrouve pratiquement pas chez les auteurs du XVIIIe siècle. Actuellement, on parle d’insomnie dès que la période d’attente de sommeil paraît trop longue par rapport à la durée d’attente habituelle. Bien entendu, cette durée varie selon les individus et est déterminée par chaque individu. On parle aussi d’insomnie quand la durée de sommeil d’une personne n’est pas assez importante, et elle ne peut être affirmée comme telle, qu’après avoir déterminé la durée de sommeil nécessaire à l’individu en cause.

  • 54 N. Chomel, op. cit., p. 21.
  • 55 J.-F. Lavoisien, Dictionnaire portatif de médecine, Paris, 1793, p. 537.
  • 56 Dictionnaire de l’Académie Française, Paris, Imprimerie et librairie de Firmin Didot Frères, 6e éd. (...)

39Les dictionnaires du XVIIIe siècle sont quant à eux moins explicites. Le Dictionnaire de l’Académie Française (que ce soit l’édition de 1694 ou de 1762) définit très simplement l’insomnie comme « une indisposition qui consiste à ne pouvoir dormir ». Noël Chomel est tout aussi prompt et la résume à « un empêchement de dormir54 ». Le Dictionnaire portatif de santé (1777) réalise quelques efforts et définit l’insomnie comme une « privation du sommeil ou [une] veille immodérée. Toutes les fois que l’on se sent agité pendant la nuit, et que l’on n’a aucune disposition au sommeil, on appelle cet état insomnie55 ». Dans ces définitions, les médecins n’introduisent pas la notion d’insuffisance de sommeil, ni même les raisons qui empêchent le sommeil. Sans rentrer dans les détails pathologiques, il semble que l’interprétation soit insuffisante. Ce n’est qu’au début du XIXe siècle que certaines précisions vont apparaître. L’insomnie est une : « Privation de sommeil causée par quelque indisposition, quelque chagrin, quelque inquiétude56. » Ce trouble du sommeil peut donc être causé par un mal-être, une contrariété qui occuperait l’esprit. Cela reviendrait-il à dire que le corps n’intervient pas ? La machine corporelle ne tient-elle pas une part de responsabilité ? Ce n’est sans doute pas le rôle des dictionnaires de langue française de rentrer dans ces détails.

  • 57 Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, sous la dir. d’Andral, Bégin, Blandin et al., P (...)

40La question a été posée par tous les médecins qui ont travaillé sur le sommeil et elle s’intègre évidemment dans les courants de pensée qui traversent les XVIIIe et XIXe siècles, qui ont déjà été évoqués quand il a fallu définir les origines du repos animal. Au début du XVIIIe siècle, l’insomnie en « l’état de santé » a pour origine principalement un mouvement excessif et continuel des esprits animaux dans les organes du corps. Pour qu’un individu trouve le sommeil, ces esprits doivent tout simplement être en repos. Cette explication du « dérangement des esprits » est la cause la plus rencontrée dans les traités de médecine pour expliquer l’insomnie jusqu’au début du siècle des Lumières. Dans les années qui suivent, le raisonnement reste le même pour les fibrilles nerveuses qui, au lieu de s’assécher pour provoquer le sommeil, continuent d’être ébranlées et de se mouvoir anormalement. Le plus important n’est donc pas le mécanisme interne, mais ce qui le provoque, et d’une manière quasi unanime les chercheurs de la période préindustrielle trouvent deux causes : des excitants externes et internes, comme ceux que nous venons d’évoquer : bruit, lumière, préoccupations intellectuelles ou morales qui touchent le cerveau et vont empêcher l’action logique du sommeil57. L’insomnie peut aussi avoir comme cause, un dysfonctionnement interne, à savoir l’action difficile ou le besoin non satisfait d’un organe intérieur quelconque, comme une digestion pénible ou la faim peut provoquer une insomnie. Rien de nouveau donc en soi, excitants et problèmes de digestion demeurent toujours les raisons principales. Ces causes internes et externes sur lesquelles il sera temps de revenir un peu plus tard, sont à l’origine de deux types d’insomnies : des passagères, et d’autres durables qui répondent à deux schémas de pensée distincts.

Les insomnies passagères

41La durée de privation du sommeil est importante puisqu’elle permet aux médecins de déterminer si ce dérèglement peut être considéré comme une insomnie. D’autant plus que les médecins ne traitent pas les perturbations passagères ou occasionnelles de sommeil. L’insomnie passagère ou qui revient rarement, n’est qu’une simple indisposition et n’est donc pas considérée comme une maladie. Malheureusement, les traités de médecine n’indiquent jamais de précision sur la durée. Ils ne définissent pas ce qu’ils appellent une insomnie passagère : est-ce une fois par mois, une fois par an, ou une autre fréquence ?

  • 58 Nouveau dictionnaire universel et raisonné de médecine, de chirurgie, et de l’art vétérinaire conte (...)
  • 59 P. Sbalchiero, op. cit., p. 16.

42Elle est, semble-t-il, à l’appréciation du patient et du médecin, (une fréquence non récurrente), et ce dernier choisira de la traiter ou non. En fait, pour les insomnies courtes ou exceptionnelles, les médecins pensent qu’elle est due en grande partie à une contrariété. En libérant l’esprit de toute contrariété, le sommeil devrait revenir. L’auteur de l’article « insomnie » du Nouveau Dictionnaire Universel et Raisonné préconise de laisser faire, d’autant plus qu’elle peut être fort utile « aux personnes grasses, ou qui ont trop d’embonpoin58 ». Néanmoins, on peut véritablement considérer, grâce aux travaux actuels, que des femmes ou des hommes, sont considérés comme insomniaques, quand ils passent plus de deux nuits sans dormir. Les psychiatres du XXIe siècle pensent qu’une privation prolongée de sommeil a des conséquences psychopathologiques graves. Au-delà de quarante-huit heures sans endormissement, angoisse, confusion mentale et excitation font leur apparition. Des hallucinations visuelles et auditives peuvent surgir59.

43Pour Jean-Baptiste Monfalcon, médecin hospitalier à l’Hôtel-Dieu de Lyon puis à la Charité au début du XIXe siècle, beaucoup de causes temporaires peuvent provoquer une interruption du sommeil : agitation, pandiculations, chaleur sèche à la peau, changement fréquent de position dans le lit, rêvasserie, voire même sentiment de fatigue qui n’aboutit jamais. Généralement, ce type de prédisposition n’aboutira le lendemain qu’à une faiblesse passagère, à un trouble digestif et à une certaine tristesse. Finalement, pour paraphraser un médecin du Nouveau Dictionnaire Universel,

  • 60 Nouveau dictionnaire universel et raisonné…, op. cit., p. 520.

« Ce n’est donc point de cette espèce que nous entendons parler ici, mais de celle qui lèse manifestement les fonctions et sont connues sous le nom de vigilia immoderatae, superfluae60. »

La « véritable insomnie »

  • 61 M. Ettmuller, op. cit., p. 354.

44Dans le cas des insomnies plus graves, le traitement et le suivi médical sont beaucoup plus longs et complets. Ce n’est pourtant pas du côté du diagnostic que le médecin va perdre du temps. L’insomnie possède cette particularité d’avoir des signes pathologiques facilement identifiables. Une interruption ou un empêchement de sommeil, sans fièvre apparente ni aucun autre symptôme, permet de déceler cette maladie. Michel Ettmuller précise d’ailleurs l’évidence du diagnostic : « Les signes diagnostiques de l’insomnie sont manifestes, et le malade sait bien si il dort ou non61. » Une fois encore, il s’agira d’une véritable insomnie à l’appréciation du personnel soignant, ou bien même, les patients peuvent diagnostiquer eux-mêmes l’insomnie. Par ailleurs, il faut avant tout préciser un point important : les médecins jusqu’au milieu du XIXe siècle distinguaient dans le cas d’une véritable insomnie deux sortes : celle qui vient en bonne santé qui nous intéressera en particulier, et celle qui accompagne les maladies, déjà traitée, lorsque nous avons parlé du sommeil pour soigner les maladies.

45Il reste néanmoins à trouver ce qui empêche les esprits de se reposer, ou au cours du XVIIIe siècle, ce qui empêchera le fluide nerveux de s’assécher. En 1699, Michel Ettmuller qui apparaît comme l’auteur de l’époque le plus précis sur le « dérangement des esprits animaux », y trouve deux raisons :

  • 62 Ibid., p. 353.

« La première cause, [arrive] lorsque quelque objet frappe l’organe avec trop de force, les esprits animaux sont de nécessité agités et émeus puissamment, et ces émotions se continuant jusqu’au cerveau par les nerfs, donnent le même branle aux esprits du cerveau, ce qui fait veiller nécessairement l’animal. Ainsi un grand cri, les douleurs, les maux de tête, nous ôtent le sommeil et nous font veiller62. »

  • 63 Ibid.
  • 64 Nouveau Dictionnaire…, op. cit., p. 521.

46Cette cause, lorsqu’un organe est frappé, entraînant une agitation des esprits animaux, peut donc être émotionnelle ou physique, créant une ou plusieurs agitations qui excitent les esprits animaux. Ces derniers ne peuvent alors se reconstituer. Quelle que soit l’origine des agitations, elles ne sont pas anodines et s’accompagnent de douleurs, ce qui entraîne une privation de sommeil plus longue. Michel Ettmuller présente certaines agitations comme un grand cri, des maux de tête mais aussi des « tranchées du ventre » et une « forte toux63 ». La toux est d’autant plus dangereuse que le Nouveau dictionnaire (1772) la considère comme un risque pour les insomniaques, et elle est souvent déclarée mortelle par quelques praticiens64.

47Dans un deuxième temps, les esprits animaux peuvent être viciés, déréglés, altérés et cela s’exprime de deux manières. Tout d’abord, il peut être provoqué par une forte émotion. Ainsi

  • 65 Ibid., p. 353.

« les passions de l’âme altèrent diversement les esprits et les disposent à des mouvements trop rapides ou continuels. Telles sont l’amour, la crainte, la terreur et la colère, et les esprits agités par un mouvement continuel entretiennent les veilles65 ».

48Scipion Dupleix constatait déjà cette implication des émotions dans le sommeil. Il s’interrogeait longuement sur cette particularité qui faisait de la tristesse un trouble du sommeil, alors que le sommeil peut faire oublier toute tristesse. À cette question : « Comment se peut-il que la tristesse rompe le sommeil, et que néanmoins le sommeil allège la tristesse ? », la réponse était claire :

  • 66 S. Dupleix, Les Causes de la veille et du sommeil… op. cit., p. 27.

« C’est que la tristesse et l’angoisse troublant et empêchant tant la concoction et l’imagination même, interrompt le sommeil, et néanmoins le repos acroissant l’émotion des esprits troublés donne relache à la facherie et tristesse66. »

  • 67 N. Chomel, op. cit., p. 21.

49Noël Chomel est du même avis : une disgrâce, une grande tristesse, une forte passion, une colère (vouloir se venger de quelqu’un) troublent les fonctions de l’âme, échauffe tellement les esprits qu’ils dessèchent tout ce qu’ils rencontrent d’humide au cerveau67. Ce sont bien les passions de l’âme qui indisposent quotidiennement qui sont au cœur des débats et une personne nerveuse ou amoureuse ne devient pas pour autant insomniaque. Par ailleurs, le vice des esprits animaux, ou le trouble du fluide nerveux, peut être causé – et il s’agit là de l’explication la plus rencontrée – par un problème de digestion. En se penchant sur les articles abordant le sommeil, on se rend compte de la place importante de l’alimentation sur le sommeil. Car la cause la plus souvent mise en avant chez les auteurs qui ont écrit sur l’insomnie, se trouve être le dérangement de l’estomac. James est d’ailleurs certain qu’en faisant attention à son alimentation, on trouve facilement le sommeil :

  • 68 R. James, op. cit., p. 1565.

« C’est une maxime affurée que le sommeil est sain, tranquille et bienfaisant, à proportion que les organes alimentaires sont en repos, bien constitués et bien nets. Si sans avoir aucune maladie, on est troublé dans son sommeil, c’est une marque certaine qu’on a l’estomac plein d’alimens ou de crudités ; ou les intestins remplis de vents, de bile ou d’un chyle superflu68. »

50Madame du Deffand partage cet avis, et on s’aperçoit ainsi que ce type de réflexion a surtout percé chez les nobles. Un jour où elle n’a pas beaucoup dormi, elle regrette son copieux repas de la veille :

  • 69 Lettres de Madame du Deffand, op. cit., p. 47.

« mes nuits ne sont pas trop bonnes, et je crois que je mange un peu trop : hier je me suis retranché le bœuf, aujourd’hui je compte réformer la quantité de pain69 ».

51Ce lien entre digestion et sommeil qui a déjà été évoqué, est ainsi très prégnant dans la pensée du XVIIIe siècle :

  • 70 G. Buchan, op. cit., t. I, p. 241.

« C’est une vérité, même proverbiale, que petits soupers donnent grand sommeil. La plupart des personnes sont sures d’avoir de mauvaises nuits, pour peu qu’elles fassent excès au souper70. »

  • 71 B. Franklin, Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même, suivie de ses œuvres morales, politiqu (...)

52Pour autant, être strict dans la quantité de nourriture absorbée ne suffisait pas. Nombreux étaient les médecins qui conseillaient en plus de suivre un régime de santé. La liste des aliments à éviter était d’ailleurs longue : les viandes indigestes, les liqueurs fermentées, ou autres qui agitent le sang, comme le café, l’abus d’aliments âcres et échauffants, les aliments trop spiritueux, huileux, volatiles ou poivrés ou assaisonnés de cannelle… Car les aliments défendus (volatiles, huileux ou aromatiques) se changent par la fermentation en esprits très volatiles, qui donnent des esprits animaux, âcres, trop mobiles, et qui entretiennent de continuelles insomnies. Pour Benjamin Franklin, sur ce point très moraliste, ceux qui dînent et qui soupent beaucoup sont sujets aux insomnies, surtout que « depuis que l’art de la cuisine s’est perfectionné, les hommes mangent deux fois autant que l’exige la nature71 ».

53Indéniablement, les médecins ont surtout cherché à expliquer l’insomnie par la prise de nourriture qui s’exécute juste avant le sommeil. Dans leur esprit, ce lien direct est quasi dogmatique, dans la mesure où la perturbation des esprits animaux se réalise peu de temps avant le sommeil. L’insomnie est la conséquence d’un détraquement récent et quand les traités de médecine évoquent une échelle plus longue, elle est de nouveau en rapport avec l’alimentation. Ainsi, le jeûne trop prolongé (sans doute assez fréquent à l’époque) serait une cause à évoquer :

  • 72 M. Ettmuller, op. cit., p. 354.

« Les longs jeunes font le même effet ; car comme les éléments succulents humectent le cerveau et rendent les esprits aqueux, qui en se mouvant tranquillement dans le cerveau humide, ou en étant eux-mêmes humectés, produisent un sommeil agréable ; le défaut d’aliment subtilise au contraire les esprits animaux et dessèche le cerveau, d’où viennent les veilles72. »

  • 73 Lettres de Madame du Deffand, op. cit., p. 178.

54Cette remarque n’est pas étonnante et paraît même logique si l’on conçoit que le jeûne peut être un sujet de préoccupation non négligeable (et donc provoquer des insomnies ponctuelles), qui gêne suffisamment l’affamé pour l’empêcher de dormir. Cela pourrait aussi expliquer par ailleurs l’assiduité de certains ascètes qui lient absence de sommeil et jeûne. Pour autant, il faut être vigilant et ne pas sombrer dans un cercle vicieux qui veut que le manque de nourriture soit aussi à l’origine d’un manque de sommeil. Madame du Deffand en a fait la triste expérience, car en voulant éviter de manger des aliments déconseillés, elle s’est retrouvée à avoir plus de mal à dormir : « je ne mange presque plus, et le seul bien que je tire de ma diète, c’est d’avoir moins de vapeur, mais pas plus de sommeil73 ».

De l’importance des causes extérieures

55Le « dérangement des esprits » qui a les faveurs des médecins au XVIIIe siècle peut aussi être provoqué par des causes appelées « extérieures » au corps. Elles sont assez diverses :

  • 74 Nouveau dictionnaire universel et raisonné…, op. cit., p. 520.

« comme sont le bruit, une lumière trop vive, & c. tant de causes variées ne paraissent en produire qu’une seule prochaine, qui est le trop grand éréthisme ou la trop grande agitation des organes du cerveau, cette cause paraît même avoir lieu dans l’insomnie d’inanition à cause de la sécheresse, qui en est la suite74… »

56De toutes ces causes, le bruit est certainement celle qui irritait le plus les Français d’Ancien Régime. Les plaintes déposées dans la juridiction du présidial de Poitiers contre les « débauchés nocturnes » ont comme principale origine de lutter contre le bruit. En effet, les débauchés et les libertins dérangent véritablement quand ils troublent le sommeil des paisibles habitants des quartiers de Poitiers. Marie Joubert habitante du quartier de Saint-Hilaire est fréquemment dérangée dans son sommeil durant l’année 1698. Elle dépose que

  • 75 ADV, G 652.

« plusieurs escolliers et autres gens a elle inconnus, étaient venu de jour et de nuit frapper à la porte de fermeture, et une nuit ont enfoncé la porte en jurans et blasphémans plusieurs nom de Dieu et a ouit plusieurs fois durant la nuit de grands bruits chez le dit Depardieu, chanté et dansé le dit carabinier et autres gens75 ».

  • 76 En effet, l’absence d’éclairage public et la faiblesse des systèmes privés d’éclairage (bougies, c (...)

57Ces perturbations paraissent pourtant bénignes. Les bruits qui peuvent perturber le sommeil sont exceptionnels. Par souci de sécurité, les autorités répriment sévèrement toutes les activités nocturnes illicites, protégeant par la même occasion le sommeil des habitants des villes. Quant aux autres « causes extérieures », comme la lumière, elles semblent réduites et à l’aide de différents moyens matériels, évitables76. Une fois encore, les plus pauvres seront certainement les plus défavorisés, ne pouvant se procurer certains moyens de les éviter : rideaux, volets… Beaucoup accordent une grande importance à ce facteur. Napoléon exigeait de reposer dans l’obscurité totale, une claustration que ne pouvait supporter Joséphine.

58Enfin, il convient de dire quelques mots sur une double cause extérieure rarement évoquée par les médecins : la chaleur et le froid. La maison est inconfortable, essentiellement parce qu’elle protège mal de l’humidité, du froid et de la chaleur. Il ne faut pas oublier de noter que les saisons provoquent certaines périodes où il est difficile de trouver le sommeil. Par exemple, en été, il n’est pas rare que certains individus passent quelques nuits sans dormir, à cause de la chaleur écrasante et de la pleine lune. Dans ce cas, certains médecins comme Robert James autorisent ces « insomniaques saisonnier » à profiter d’une sieste.

Les victimes d’insomnie : une question de genre et de tempérament

59Contrairement au sommeil, l’insomnie ne toucherait pas tout le monde. J. P. Beaude a très bien résumé cette évidence médicale :

  • 77 J.-P. Beaude, Dictionnaire de médecine usuelle, Paris, vol. 2, Didier, 1849, p. 296.

« L’insomnie se rencontre plutôt chez les vieillards que chez les jeunes sujets, chez les femmes que chez les hommes, et plutôt enfin chez les personnes douées d’une constitution nerveuse et irritables que chez celles qui sont sanguines ou surtout lymphatiques77. »

60Ainsi, certains types de population, selon leur constitution et leur tempérament, posséderaient apparemment plus de prédispositions à devenir insomniaques. Ces « victimes » présumées s’identifient alors surtout de trois manières : par l’état de santé, par l’âge et le sexe.

Les mélancoliques : insomniaques de nature ?

  • 78 Voir à ce sujet G. Minois, Histoire du mal de vivre. De la Mélancolie à la dépression, Paris, éd. (...)

61Les émotions et les passions de l’âme pouvaient être à l’origine des insomnies. Lorsque ces émotions dépassaient le simple mouvement d’humeur, l’individu était alors considéré par les médecins comme atteint de mélancolie. Il n’est pas question de développer sur cette dernière, tout juste faut-il rappeler la définition rapportée par le dictionnaire de Trévoux78. Elle est

  • 79 Trévoux, Dictionnaire universel françois et latin, F. Delaulne, t. V, 1721, p. 911.

« une maladie qui consiste dans une rêverie sans fièvre et sans fureur, accompagnée ordinairement de crainte et de tristesse, sans occasion apparente. Cette rêverie est d’une infinité de sortes, suivant le tempérament et les idées de ceux qui en sont atteints. C’est aussi l’état de l’âme mécontente d’elle-même et de tous les objets qui l’environnent, qui ne lui fournissent que des idées sombres79 ».

62En se penchant sur les articles traitant de la mélancolie et sur ceux qualifiant l’insomnie, il est aisé de remarquer que pratiquement tous les médecins insistent sur les insomnies dont sont victimes les mélancoliques, ce que constatent d’ailleurs encore les médecins et psychiatres du XXIe siècle, puisque les dépressifs sont victimes d’insomnies permanentes. Ces sujets, particulièrement anxieux, émotifs, éprouvent une grande difficulté à s’endormir. À la longue, la dette de sommeil s’accumule, et le dynamisme vital est très réduit. Pour Michel Ettmuller et d’autres médecins des XVIIe et XVIIIe siècles, les mélancoliques sont ceux qui connaissent les plus longues insomnies :

  • 80 M. Ettmuller, op. cit., p. 354.

« Les veilles opiniâtres des mélancoliques sont de ce genre ; on en a vu qui ont été jusqu’à quatorze jours, et même jusqu’à trois ou quatre semaines, sans pouvoir dormir un moment80. »

63Ettmuller s’impose en tant que spécialiste et assène le lecteur d’exemples frappants et inquiétants :

  • 81 Ibid., p. 354.

« Dans les maladies chroniques, et spécialement dans la mélancolie, les insomnies durent longtemps quelquefois sans danger. On a vu des veilles de quarante-cinq nuits de suite : et Schenkius liv.I.obs parle de l’insomnie de quatorze mois d’un certain mélancolique ; néanmoins ces sortes de veilles dégénèrent souvent en fatuité et démence ; suivant l’exemple de Panarotlus pent. 5. obs. 40. qui dit qu’un enfant de deux ans devint fol et insensé, pour avoir été six mois de suite sans dormir81. »

  • 82 Nouveau dictionnaire…, op. cit., p. 520.
  • 83 Ibid.
  • 84 J. Allen, Abrégé de toute la médecine pratique, Où l’on trouve les sentimens des plus habiles Méde (...)

64Doit-on y voir une exagération ? Une réprobation de cette condition maladive ? C’est notamment la nature de l’état mélancolique qui dicte ces propos. La mélancolie est une maladie qui dure longtemps, voire des années et qui ne se guérit pas tout le temps. Il n’est donc pas étonnant de rencontrer des malades atteints d’insomnie pendant de longues semaines voire de longs mois. Jean Allen affirme même que les mélancoliques sont les plus exposés à ce genre de maladie, laissant vraisemblablement sous entendre qu’un malade ne peut être mélancolique sans être insomniaque : « Les mélancholiques, les maniaques et semblables malades sont plus exposés que les autres à souffrir ces insomnies, et il s’est trouvé un mélancolique qui a été quatorze mois sans dormir82. » Ce dernier exemple souvent repris dans les dictionnaires, s’il laisse perplexe, amène aussi à réfléchir sur la définition même du sommeil. Nous savons grâce aux recherches actuelles qu’il est quasi impossible de rester une semaine sans dormir. Sans vouloir remettre en cause la parole des médecins du XVIIIe siècle, on peut penser que ces derniers se fient à des témoignages de proches des malades qui ne peuvent vérifier leurs dires, ou bien des malades eux-mêmes qui n’ont pas conscience qu’ils ont pu dormir quelques instants par nuit, sans s’en rendre compte. Il convient aussi d’évoquer cet apparent détachement des mélancoliques face aux insomnies qui est mis en valeur dans certains dictionnaires du XVIIIe siècle. Ainsi, les mélancoliques pouvaient assez sereinement prendre leur mal en patience : « les fous & les mélancoliques la soutiennent quelques fois assez longtemps, sans en paraître incommodés83 ». Pour un autre médecin, « ces sortes de malades, quoiqu’ils soient pendant longtemps dans des veilles continuelles souffrent pourtant ce mal, sans en être beaucoup affaiblis84 ». Aucun indice dans les propos des médecins ne permet de comprendre pourquoi les mélancoliques pouvaient vivre l’insomnie sans véritable altération. On est à même de penser que l’état dépressif des mélancoliques dissimule la douleur et la gêne occasionnée par l’insomnie. Ce constat semble même se confirmer dans le discours de Lieutaud :

  • 85 J. Lieutaud, op. cit., p. 198.

« Rien n’altère plus la santé que l’insomnie, il n’y a guère que les mélancoliques et les fols, qui peuvent la soutenir longtemps ; car on en a vu qui ont passé des mois & même des années sans dormir85 ».

65La mélancolie est donc une maladie qui peut entraîner le malade dans de graves insomnies qui ne s’arrêteront véritablement qu’avec la mélancolie, si le patient arrive à s’en guérir. Une personne atteinte de mélancolie pendant des années risque d’être insomniaque aussi très longtemps.

  • 86 Encyclopédie méthodique, op. cit., t. 9, p. 591.
  • 87 Dictionnaire des sciences médicales, op. cit., vol. 32, p. 153.

66Au début du XIXe siècle, la réflexion sur la mélancolie n’évolue guère en ce qui concerne son rapport avec l’insomnie. Tout juste certains médecins sont plus prudents et n’assimilent pas les deux systématiquement. Pinel dans L’Encyclopédie Méthodique remarque que le sommeil est agité et troublé par des objets de terreur et des images lugubres ; le dormeur est toujours tourmenté de quelques idées singulières ou possédé d’une passion dominante qui devient extrême et très gênante86. Jean Etienne Dominique Esquirol (1772-1840), considéré comme le père de l’hôpital psychiatrique, est du même avis que Pinel dont il a d’ailleurs amélioré la pensée dans le domaine de la nosographie. Pour lui, les mélancoliques dorment peu à cause bien entendu de l’inquiétude, la crainte et même de la jalousie qui les tient éveillés. S’ils réussissent à trouver le sommeil, ce dernier peut être interrompu, et les dormeurs sont réveillés en sursaut par des rêves qui représentent les objets qui ont causé leur délire87.

67La cohabitation difficile entre le sommeil et les mélancoliques ne s’arrête pas là et Esquirol va plus loin dans sa réflexion. Lorsque les mélancoliques passent une bonne nuit, le travail du sommeil n’est pas toujours aussi réparateur qu’on pourrait penser. Effectivement, à leur réveil, ils sont souvent plus tristes et plus inquiets et attendent donc le retour de la nuit avec impatience où ils sont très bien. Au contraire, d’autres appréhendent la nuit (peur des rêves) dans la mesure où le réveil sera terrible.

Les femmes et l’insomnie

  • 88 Par exemple le docteur Graves dans « Leçon de M. Graves sur l’insomnie et son traitement », Gazett (...)
  • 89 Dr Beauvais, Clinique homéopathique ou recueil de toutes les observations pratiques publiées jusqu (...)
  • 90 Ibid., p. 71.

68Au même titre que les femmes se voyaient attribuer plus de temps de sommeil eu égard à leur constitution supposée plus fragile, elles se trouvent être désignées par les mêmes médecins comme plus souvent victimes d’insomnie. Pour une majorité de médecins, cela viendrait surtout de l’irrégularité des menstrues88. Aussi, dans leurs diagnostics, les médecins sont particulièrement attentifs à vérifier la régularité des règles, sans pour autant négliger d’autres critères très importants comme l’état de santé, la corpulence ou encore l’âge. Mais il arrive que cet examen pointilleux n’aboutisse à aucune conclusion sur la cause de l’interruption de sommeil. Le docteur Gaspary rapporte le cas d’une patiente dont il garde secret l’identité. Rien ne la prédisposait à être malade. À quarante ans, elle est bien portante et forte, née de parents sains, n’ayant jamais été malade dans sa jeunesse, réglée depuis l’âge de quatorze ans, la menstruation revenait sans aucune incommodité toutes les quatre semaines, n’ayant jamais eu, qu’elle s’en souvint, de maladie dangereuse, souffrait depuis neuf mois d’insomnie89. Mère de plusieurs enfants dont le plus jeune avait six ans, elle avait un « air de santé florissante et n’avait jamais eu de couches pénibles ». Personne, à la voir, ne l’aurait crue malade. Aussitôt qu’elle se couchait, elle s’assoupissait, mais une heure après, elle se réveillait avec un tiraillement dans la tête qui lui faisait faire un soubresaut. Chaleur brûlante, congestion du sang à la tête ; battements dans la tête semblables aux pulsations du pouls. Ardeurs dans l’estomac, avec malaise, et vomissements quand elle mangeait le soir. La chaleur persistait et ne lui laissait pas de repos ; elle devait se lever et se promener par la chambre, ce qui la soulageait un peu. Cependant il lui était impossible de se rendormir90.

  • 91 C. M. Gardien, Traité d’accouchement, de maladie des femmes, Paris, t. 2, Crochard, 1807, p. 80.
  • 92 J. P. Maygrier, Nouveaux éléments de la science et de l’art des accouchements, Paris, 2e éd., t. 2 (...)

69Dans un second temps, les traités spécialisés mettent en valeur le fait que les femmes enceintes sont particulièrement vulnérables pendant leur grossesse, et encore plus celles qui sont délicates et sensibles. Dans certains cas, l’insomnie persiste quelque fois jusqu’après l’accouchement. Il faut absolument soigner cette veille excessive avant qu’elle ne s’installe, car elle peut avoir des conséquences assez fâcheuses. Les femmes enceintes deviennent alors plus irritables et plus irascibles91, elles sont de mauvaise humeur, mettant en danger le bien-être de l’enfant et une insomnie prolongée peut provoquer quelquefois sa sortie prématurée92. Pour Antoine Petit, médecin de Paris, Démonstrateur et Professeur au Jardin des Plantes, si cet état perdure,

  • 93 A. Petit, Traité des maladies, des femmes enceintes, des femmes en couche, et des enfants nouveaux (...)

« l’enfant se remue fréquemment et parait inquiet et mal à son aise. Si cet état dure, l’appétit se perd, les forces s’abattent, le ventre diminue, l’enfant ne se meut plus ; il est comme accablé ; les digestions sont dérangées93 ».

  • 94 Ibid., p. 138.
  • 95 Ibid.

70La cause de ce dérangement réside dans une sorte d’inquiétude et « de vibration du système nerveux », habituelle chez les femmes enceintes surtout dans les commencements et vers le milieu de la grossesse94. Si la future mère n’est pas vraiment responsable de ce manque de sommeil qui ne devrait être que passager, son attitude peut par contre pérenniser cet état, voire l’amplifier. Le docteur Jacques Maygrier, spécialiste des accouchements, offre une vision toute misogyne du rapport de la femme à son corps et notamment à son sommeil. Les femmes enceintes ne prendraient pas toute la mesure de leurs responsabilités. Un certain nombre se livre à un exercice immodéré, usant de liqueurs spiritueuses et d’aliments fortement épicés, courant les spectacles, les bals, les jeux. Ces femmes se trouvent dans une tension et une susceptibilité nerveuse continuelles et provoquent donc par leur attitude inadaptée des insomnies dangereuses95.

  • 96 C. M. Gardien, op. cit., p. 80.
  • 97 A. Petit, op. cit., p. 173.

71Comme il s’agit d’insomnies spécifiques aux femmes enceintes, le traitement variera par rapport à celui qui est proposé ordinairement. Il faudra éviter de saigner une femme enceinte, surtout si elle nerveuse. Si elle robuste et forte, on pourra alors lui administrer une saignée au bras que l’on répétera si besoin. Il faudra sinon préférer des remèdes plus légers : bains de pieds chauds, lavements (surtout si la malade est constipée) et un régime96. Antoine Petit recommande à la femme un exercice assez fort pour la fatiguer, et le reste du temps beaucoup de tranquillité97. Dans d’autres cas, la curation sera inefficace, mais l’insomnie disparaîtra après l’accouchement.

L’insomnie des enfants et des vieillards

  • 98 Encyclopédie méthodique, op. cit., vol. 7, p. 659.

72C’est peut-être chez l’enfant que le sommeil est le plus important. L’interruption de ce dernier entraîne des conséquences très fâcheuses pour le développement du corps juvénile. En cas d’insomnie récurrente ou prolongée, les enfants risquent de tomber dans la maigreur et le marasme, avec une fièvre qui les consume et peut même aller jusqu’à les faire périr. Aussi, faut-il éviter tout ce qui peut les indisposer comme des douleurs locales, des problèmes de digestion, des frayeurs qui leur font une vive impression sur leurs âmes (songes effrayants, cauchemars…). Les mères et les nourrices jouent aussi un rôle important, en étant très attentives à la nature de l’alimentation. Il ne faut pas donner à manger à l’enfant des substances de mauvaise qualité, des bouillies épaisses ou encore du lait acrimonieux. Le lait de certaines nourrices peut être déconseillé, surtout si ces dernières qui allaitent « ont des passions vives, se livrent à l’intempérance, se nourrissent d’aliments dépravés ou malsains » et ont le lait acrimonieux car elles sont sujettes à la colère et à l’emportement98.

73Les propos des praticiens convergeaient aussi sur le fait que les insomnies étaient plus fréquentes dès « l’âge de consistance », et que les vieillards étaient tourmentés par les veilles continuelles. Tous les vieillards étaient destinés à devenir insomniaques, à cause de l’aridité de leur constitution :

  • 99 S. Dupleix, La Curiosité naturelle op. cit.

« Les vieillards au contraire sont secs, et ont d’ailleurs en soi peu de chaleur naturelle, à cause de quoy la matière et la cause efficiente du sommeil leur est défaillant, ils ne peuvent guère dormir99. »

  • 100 M. Ettmuller, op. cit., p. 355.
  • 101 F. Monzon, Avisos spirituales que ensenan como el sueno corporal sea provechoso al espiritu, Lisbo (...)

74Dans ces quelques lignes, Scipion Dupleix rejoint Ettmuller, en pensant que les esprits animaux s’échappent par des pores trop élargis par le temps. Les vieillards qui sont sujets à cette maladie sont ordinairement maigres et secs, et leur insomnie vient de la tissure viciée du cerveau. Les pores du cerveau ont été ouverts ou trop élargis par le passage continuel des esprits depuis tant d’années, les esprits y passent et repassent avec trop de facilité, tenant ainsi les vieillards éveillés100. Cette idée d’un sommeil qui devient difficile avec la vieillesse, s’inscrit parfaitement dans la conception d’une époque, qui voit les hommes et les femmes perdre du temps de sommeil au fil des années. Le médecin pense que l’être humain a besoin de dormir de moins en moins à mesure qu’il franchit les étapes de l’enfance à la vieillesse101.

Insomnie et mode de vie

75Laissons la parole à Guillaume Buchan qui insiste sur les insomnies causées chez certains individus à la personnalité très singulière :

  • 102 G. Buchan, op. cit., p. 241.

« Cependant nous voyons rarement que les personnes actives et laborieuses se plaignent de ne pas reposer la nuit. Nous voyons au contraire que ce sont les oisifs et les indolents, qui en général, passent de mauvaises nuits. Est-il étonnant que le lit ne soit pas agréable à une personne qui reste tout le jour dans un fauteuil ? Une grande partie des plaisirs de la vie consiste dans l’alternative du repos et du mouvement, et quiconque ne connaît pas le dernier, n’est point dans le cas de goûter les douceurs du premier. Un ouvrier, qui va même jusqu’à se fatiguer, goûte plus de vrais plaisirs à table et au lit, que ceux qui ne font pas d’exercice, quelque somptueux soient leurs repas, quelque mollets soient leurs couches102. »

76Dans cet extrait, l’auteur met en rapport insomnie et mode de vie. En prononçant la légitimité du sommeil des « bons » travailleurs, il dénonce la vie libertine, et son dérangement vient directement de cette vie dissolue. Les « grands libertins » ne font-ils pas de la nuit le jour et du jour la nuit, déréglant toutes leurs habitudes ? L’objectif de Buchan, partagé par d’autres, est double : prouver que le sommeil se mérite et dénoncer le mode de vie des marginaux. Les hommes et les femmes de la société préindustrielle ne devaient jamais substituer leur sommeil au plaisir. Pour autant, Guillaume Buchan rejoint notamment par d’autres médecins qui conservent le même discours (par exemple Robert James), ne confondent-ils pas absence de sommeil nocturne et insomnie. Il est évident que les noctambules décalent leurs habitudes pour dormir le jour et lorsqu’ils veulent à nouveau dormir de nuit, peinent à trouver leur sommeil. Il ne s’agit pas d’insomnie, mais l’amalgame qui en est fait, rappelle la moralisation de ce comportement et de ses dérèglements.

De certains remèdes à l’insomnie

77Déceler l’insomnie n’est pas le seul problème. Comme toute maladie, il paraît important de se poser la question essentielle de la guérison du mal. La lecture du discours médical touchant à la guérison de l’insomnie, laisse entrevoir que beaucoup d’espoir était donné aux patients. Il existe de nombreux moyens de recouvrir le sommeil, et s’ils n’ont pas ou peu évolué entre 1700 et 1850, ils dépendent beaucoup de la personnalité des médecins, de leur pratique et de leur formation. Il est donc très difficile de faire état de toutes les solutions. Quelles sont donc les grandes possibilités (celles qui reviennent le plus souvent) pour les insomniaques de se défaire de ce manque de repos ? Une réponse vient tout de suite à l’esprit lorsqu’on lit les thèses sur le sujet : d’abord déterminer avec le plus d’exactitude possible l’origine de l’insomnie. En réduisant un excès ou un manque de quelque chose dans l’hygiène de vie, le sommeil devrait revenir à nouveau. Un raisonnement plutôt simple, mais une application plus difficile.

« Se soigner facilement » : équilibrer sa vie

  • 103 J. Lieutaud, op. cit., p. 199.

78La remarque peut paraître provocatrice aux yeux d’insomniaques récurrents comme Madame du Deffand, mais elle n’est pas si originale à la lecture des principaux écrits spécialisés. Le premier remède offert aux malades est en soi le plus simple. Dans ce cas, l’utilisation de produits pharmaceutiques n’est pas préconisée. Cette méthode consiste plutôt à trouver un équilibre de vie. Néanmoins, ces conseils ne sont véritablement efficaces que dans les insomnies légères, dont la cause provient d’une « passion de l’âme » ou d’un trouble d’ordre matériel (bruit, lumière…). Joseph Lieutaud recommande aux malades de s’imposer « la règle de ne rester que six ou sept heures au lit103 ». S’ils ne trouvent pas le sommeil, ils ne devront pas insister en essayant de dormir dans la journée. L’insomniaque reprendra ainsi un rythme de vie qui le poussera à dormir pendant le temps imposé : la nuit et durant 6 à 7 heures.

  • 104 Ibid., p. 199.

79Cette hygiène de vie ne s’arrête pas à ça. Le malade ne doit pas négliger l’exercice et les loisirs : « on doit encore estimer l’exercice dans un bon air, l’usage modéré et légitime des désirs, la musique, la lecture amusante104… » Enfin, le patient devra se constituer un cadre environnemental, qui lui conférera calme et concentration :

  • 105 Ibid.

« on sait bien que des gens s’endorment au murmure d’une fontaine et au son de la voix d’un lecteur : on connaît toute l’efficacité d’un sermon, quelques uns enfin ont été obligés de se faire bercer105 ».

80Selon les médecins, l’environnement sonore détermine considérablement la qualité du sommeil. Joseph Clément Tissot insiste sur les objets extérieurs qui favorisent le sommeil : l’obscurité, la tranquillité de l’âme, le silence parfait des objets extérieurs, de la monotonie de ceux qui parlent, de la pluie qui tombe, la musique tendre, mélodieuse. Il s’agit d’ailleurs d’une coutume ancienne :

  • 106 Ibid.

« Les anciens n’ignoraient pas ce moyen agréable de calmer l’agitation des esprits qui causent la veille, de rendre les douleurs plus supportables et de procurer le sommeil ; car comme le remarque Galien, ils employaient non seulement les instruments, mais encore le chant dans la cure des insomnies continuelles. Nous dirons seulement en passant que la musique peut être mise en usage pour calmer les insomnies opiniâtres des enfants, auxquels on ne peut quelquefois sans danger leur administré des narcotiques106. »

  • 107 N. Chomel, op. cit., p. 21.

81En fait, ce rétablissement d’une bonne hygiène de vie se concilie parfaitement avec les considérations médicales de l’époque. Ainsi, pour guérir certaines maladies, il suffisait simplement de mettre fin à l’origine de l’indisposition. Noël Chomel prônait pour guérir une insomnie causée par une vie fort déréglée par l’usage de viandes ou de légumes indigestes, « d’observer une manière de vie toute opposée107 », et d’éviter ces aliments. Plus simplement, l’insomnie qui avait pour cause l’estomac ou le travail de la digestion, trouve sa guérison dans la diète : on doit souper peu, ou ne se coucher qu’après que la digestion soit faite. L’auteur du Dictionnaire portatif partage cet avis :

  • 108 J.-F. Lavoisien, op. cit., p. 537.

« on remédie facilement aux insomnies quand elles dépendent de quelques unes de ces causes [celles expliquées précédemment] il suffit pour y réussir de cesser l’usage des choses qui peuvent avoir occasionnées cette indisposition108 ».

  • 109 Lettres de Madame du Deffand, op. cit., p. 258.

82Des avis que ne partage pas Madame du Deffand, qui a suivi avec attention un régime alimentaire sans véritable amélioration : « mes insomnies deviennent trop fortes, j’observe depuis plusieurs jours le plus sévère régime et je ne m’en trouve pas mieux109 ». Aux critiques affûtées de cette aristocrate, les médecins les plus pertinents répondront que le régime alimentaire n’était sans doute pas l’origine du mal.

83Dans le cas où la mélancolie est à l’origine de l’insomnie, Samuel Johnson préconise de ne pas affronter la maladie, mais de l’amadouer. C’est ce qu’il tente notamment d’expliquer à Boswell lors d’une de leur conversation :

  • 110 J. Boswell, The Life of Samuel Johnson, Londres, 3 vol., t. II, 1924, p. 77.

« Parlant de la constitution mélancolique, [Johnson] observa : Un homme qui en est affecté, monsieur, doit éviter les pensées déprimantes, et ne pas les combattre de front.
Boswell : – Ne doit-il pas les affronter, monsieur ?
Johnson : – Non, monsieur. Ce serait de la folie de les affronter. Il doit avoir une lampe allumée toute la nuit dans sa chambre et, s’il a une insomnie inquiète, prendre un livre et lire, et ainsi s’apaiser. Diriger son esprit est du grand art, et on ne peut le maîtriser que par un haut degré d’expérience et d’exercice.
Boswell : – Ne devrait-il pas se distraire ? Ne serait-il pas bon pour lui, par exemple, de suivre un cours de chimie ?
Johnson : – Qu’il suive un cours de chimie ou un cours de saut à la corde, ou n’importe quel cours qui l’intéresse. Qu’il s’efforce d’avoir autant de retraites qu’il peut pour son esprit, autant de choses, où il puisse s’enfuir de lui-même. L’Anatomie de la mélancolie, de Burton, est un bon livre. Il est peut être surchargé de citations. Mais il y a beaucoup d’esprit et de force dans ce que dit Burton quand il exprime sa pensée personnelle110. »

84Donc, soignez le mal par le mal : quand vous êtes mélancolique, consacrez vos moments d’insomnie à lire des livres sur la mélancolie.

  • 111 Ibid., p. 538.

85Enfin, quand l’insomnie est causée par une autre maladie, la solution la plus directe, mais pas forcément la plus simple, est de guérir cette maladie : « elle dépend ordinairement de la maladie essentielle et le sommeil ne revient que lorsque la cause qui a produit cette maladie est détruite111 ». L’insomnie peut donc se guérir si le malade accorde une attention particulière à son hygiène de vie. Mais ces conseils sont aussi une manière détournée et moralisatrice de dénoncer la vie des débauchés qui s’exposent par ailleurs aux insomnies. Par le biais de ses traitements, la médecine exerce un contrôle du corps et des manières de vivre, ce qu’Allen ne peut dissimuler :

  • 112 J. Allen, op. cit., p. 413.

« Si les insomnies qu’on a en pleine santé, ou dans les maladies chroniques sont causées par le chagrin, le travail, l’étude ou la crapule, il faut éloigner ces causes et on dormira112. »

« Saigner les insomniaques »

  • 113 Sur la saignée, on trouve de nombreux ouvrages d’histoire de la médecine l’évoquant : B. Halioua, (...)
  • 114 N. Chomel, op. cit., p. 21.
  • 115 J.-F. Lavoisien, op. cit., p. 537.

86Lorsque l’insomnie prend des traits beaucoup plus graves, où l’alignement dans les « normes du rythme quotidien » est inefficace, des solutions plus radicales s’imposent. Il s’agit alors de traiter le problème à la source, c’est-à-dire de soigner directement les organes incriminés. L’opération à exécuter est simple et universelle pour l’Ancien Régime : la saignée113. Cette incision permettait encore jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, selon un certain nombre de médecins, de faire revenir le sommeil : « Pour remédier au premier (l’insomnie), il faudra se faire retirer du sang de temps en temps114. » Néanmoins, la saignée n’est pas automatique et n’intervient que si d’autres solutions ont échoué auparavant : « Si malgré ces précautions, on ne réussissait pas à la guérison, on commencerait par saigner le malade au bras115. »

  • 116 Nouveau dictionnaire… op. cit., p. 520.

87Chez Joseph Lieutaud et dans le Nouveau Dictionnaire Universel, les avis suivent à peu près cette logique. La saignée n’est utilisée que dans certains cas : « La saignée et autres remèdes généraux, ne doivent pas être négligés, quand des circonstances particulières en exigent l’usage116. » Le point le plus difficile est sans doute pour les médecins de connaître parfaitement la cause de l’insomnie avant de diagnostiquer cette solution. Malheureusement, les causes particulières qui entraînent la décision de saigner le malade, ne sont pas développées dans les articles de ces dictionnaires. D’autant plus que cette pratique est loin de faire l’unanimité auprès des scientifiques au siècle des Lumières. Michel Ettmuller pense qu’il ne faut pas utiliser la saignée :

  • 117 M. Ettmuller, op. cit., p. 353.

« Ce qui fait voir que les remèdes généraux comme la saignée et la purgation ne font rien ici, quoique dise Deodatus dans son valetudinarium, savoir qu’une insomnie rebelle à tous les autres remèdes fut guérie par un purgatif cholagogue117. »

88Quoi qu’il en soit, si une telle opération proprement chirurgicale pour soigner une insomnie peut nous étonner, elle est parfaitement légitime dans les conceptions de soin de cette époque. Logiquement, cette purge avait comme but d’éliminer les esprits viciés, ceux qui causent l’insomnie. Mais à la fin du XVIIIe siècle, Joseph Clément Tissot semble plus prudent face à cette pratique et préconise d’autres opérations pouvant rendre le sommeil :

  • 118 J. C. Tissot, op. cit., p. 29.

« On peut y ajouter certaines opérations chirurgicales qui détendent les fibres, soit en les désemplissant et en diminuant la pléthore, soit en coupant, soit en levant la cause mécanique de leur distension, et en arrêtant et relâchant les contractions spasmodiques ou douloureuses des parties lésées. Tel est l’effet de la saignée, des incisions, de l’extraction des corps étrangers, du cathétérisme, de l’ouverture des abcès, de la réduction des os luxés ou fracturés, et celle des parties molles. Il est bien des cas où l’emploi de ces moyens, fait à propos, ramène le sommeil sans qu’il soit besoin d’avoir recours à d’autres moyens118. »

89Il s’agit du seul médecin à préconiser ces solutions extrêmes, qui selon lui, permettent de retrouver le sommeil sans devoir utiliser un autre procédé. Ces moyens chirurgicaux ne sont que très rarement évoqués et, dans le cas de Tissot, sont le résultat d’une politique de soin par le sommeil et d’une volonté expérimentale. Ils doivent par ailleurs être utilisés avec beaucoup de précaution et dans des traitements précis. Car dans les autres cas, il existe d’autres moyens non chirurgicaux, qui pouvaient amener le patient à cette libération tant recherchée.

Les remèdes naturels

90La méthode la plus représentée dans les traités de médecine (excepté l’utilisation de narcotiques) consiste pour le patient à ingurgiter ou à appliquer sur son corps, un remède constitué de différents composants naturels. Les médecins insistent beaucoup sur ces recettes, d’autant plus que certaines d’entre elles sont accessibles aux couches les plus basses de la population.

91Les usages de remèdes internes se décomposent sous deux formes. En premier lieu, certains aliments peuvent aider à rétablir le sommeil à l’aide d’un régime de santé. Joseph Lieutaud pense qu’avaler un grand verre d’eau, d’orgeat, de limonade ou de lait quelques minutes avant le coucher, suffit à attirer le sommeil. Cette pratique est notamment recommandée aux femmes enceintes souffrant d’insomnie. D’autres médecins préfèrent mettre en lumière la valeur soporifique de la laitue. Michel Ettmuller préconise de l’utiliser seule comme au temps de Galien :

  • 119 M. Ettmuller, op. cit. p. 354.

« Cet auteur parle d’une insomnie après de fortes méditations, à quoi tous les remèdes furent inutiles excepté l’usage de la laitue ; et de l’huile de nymphea enduite aux narines, et qu’il assure que la laitue, était l’alexipharmaque de Galien contre les veilles119 ».

  • 120 J.-F. Lavoisien, op. cit., p. 537.

92La laitue est aussi un élément fréquemment utilisé dans la composition de remèdes. L’auteur du Dictionnaire portatif de médecine conseille de prendre une dose le soir de cette recette : « d’eau de laitue, quatre onces. De sirop de pavot blanc, demie-once120 ».

93La laitue est un exemple récurrent, mais qui n’est pas isolé. Beaucoup de composants végétaux et d’animaux sont mélangés pour procurer un remède aux insomnies. Individuellement, ces éléments ne présentent a priori, aucune valeur narcotique. C’est donc leur association qui peut créer une réaction narcotique. Sans doute, ces potions ont été testées pour correspondre à chaque cause d’insomnie, bien qu’aucun auteur ne désigne l’origine de leur conception. C’est aussi cette composition des remèdes qui détermine le public visé par ces potions à choisir l’une ou l’autre. Les remèdes présentés par Daniel Leclerc dans sa Médecine Aisée sont constitués de végétaux simples à trouver, comme le pavot (élément indissociable de l’insomnie), l’orge, la réglisse, le concombre, la saule, la nymphéa ou la camomille. Tous ces éléments peuvent être trouvés dans la nature et constituent sans doute des ingrédients de remèdes populaires. Le somnifère de Bartolet est largement accessible à toutes les catégories de ruraux :

  • 121 D. Leclerc, La Médecine aisée contenant des remèdes faciles & expérimentez pour toutes sortes de m (...)

« Prenez de la semence de pavot
De concombre
De Istramonium
Hachez le tout et le mettez en digestion avec une quantité suffisante d’eau dans du fumier de cheval durant quatre heures : filtrez le tout à travers du papier gris et distillez à petit feu. La dose est de demie once à une once121. »

94Dans le Dictionnaire portatif de Santé de Lavoisien et chez Ettmuller, les recettes se spécialisent et deviennent moins accessibles aux plus pauvres. Les ingrédients sont plus rares et plus précieux : amandes douces, écrevisses, camphre, mélisse, sirop de Karabé, bézoard… Néanmoins, rien n’indique que ces remèdes (paraissant plus difficiles à exécuter) soient plus efficaces. La valeur financière des remèdes ne correspond en aucun cas à leur degré d’efficacité. En complexifiant leurs remèdes, les médecins ont simplement répondu à une demande qui se diversifiait, venant d’une catégorie sociale plus aisée et plus exigeante. La médecine, populaire ou non, présente des solutions qui s’accordent premièrement à la cause même de l’insomnie et puis aux moyens des demandeurs.

  • 122 M. Ettmuller, op. cit., p. 353.

95Les remèdes externes sont pareillement employés contre l’insomnie. Les principaux sont des lotions pour les mains et les pieds, préparées avec les feuilles de laitues, de nymphea, de solanum, de vigne, de violettes, de têtes de pavot pilées, de sommités d’aneth, de fleurs de camomille… En fait, les ingrédients des lotions qui servent à imprégner le corps sont à peu près les mêmes que ceux qui servent à composer les remèdes internes. Là aussi les solutions s’accordent parfaitement avec le revenu des patients. Michel Ettmuller préconise pour autant deux applications très économiques. La première consiste à extraire les petits vers dans les excréments du cynorrhodon (Fruit de l’églantier, comestible en confiture), qu’on broie entre deux pierres pour en exprimer une liqueur qui se garde longtemps sans se corrompre. Il ne reste plus qu’à s’en oindre les tempes, ce qui procure un sommeil agréable et sans aucun danger122. L’autre lotion consiste à s’appliquer sur les tempes, les ordures de l’oreille d’un âne de la grosseur d’un pois. Selon l’auteur, cette méthode aurait été éprouvée dans les insomnies des fièvres ardentes. Il faut tout de même prendre garde à ne pas dépasser une dose de la grosseur d’un pois, pour ne pas faire sombrer le patient dans un sommeil trop profond.

  • 123 T. Oriard, L’Homéopathie mise à la portée de tout le monde, (2e éd.), 1861, p. 217.

96À partir du XIXe siècle, les traités homéopathiques viennent classer d’une manière plus rigoureuse les plantes qui peuvent aider au sommeil. On peut notamment citer le docteur Oriard, qui selon les origines de l’insomnie préconise un traitement en particulier. Ainsi, l’aconit guérit l’insomnie qui survient à la suite d’événements fâcheux. Le Coffea (ou café) doit lutter contre la perte du sommeil qui se manifeste à la suite de vive satisfaction et dans l’insomnie d’enfance surtout. L’ignatia peut aider dans l’insomnie qui succède au chagrin et la Belladona s’il y a angoisse, envie inutile de dormir, visions qui empêchent le sommeil. Enfin, chez un sujet souffrant de troubles digestifs, on pourra s’accommoder de cette préparation que l’on peut encore trouver le Nux Vomica123.

  • 124 J. Léonard, Archives du corps… op. cit., p. 30.

97On se met aussi à avaler des tisanes traditionnelles de tilleul, camomille, verveine, passiflore, valériane, fleur d’oranger, marjolaine, mélisse, etc. ; on se gavait d’eau de laurier-cerise et d’extrait fluide de saule noir ou de chatons de saule blanc. Les réclames de journaux et les prescriptions des médecins ouvrirent une voie royale aux somnifères pharmaceutiques comme le sirop diacode, les sirops opiacés à la codéine et à la narcéine, puis après 1870, au chloral perlé limousin, en attendant les barbituriques : sulfonal, trional (1886), véronal (1903124)…

Les narcotiques : l’exemple de l’opium

98Tous ces remèdes, internes ou externes, ne peuvent pas toujours venir à bout de toutes les sortes d’insomnies. Il existe des substances qui provoquent le sommeil et qui sont préconisées par tous les médecins : les narcotiques. Ce sont en fait des médicaments qui

  • 125 M. D. Cullen, Traité de matière médicale, traduit de l’Anglais sur la seule Édition donnée par l’a (...)

« en diminuant la sensibilité et l’irritabilité du système diminuent les mouvements et les puissances motrices qui lui sont propres : ils sont communément remarquables, en ce qu’ils produisent cette cessation du sentiment et du mouvement dans laquelle consiste le sommeil ; c’est pourquoi on les nomme souvent hypnotiques ou somnifères125 ».

  • 126 Voir à ce sujet C. Le Marec, « Histoire de l’opium médicinal : du pavot aux alcaloïdes de l’opium  (...)
  • 127 Ces objets sont décrits dans un grand nombre de livres, à voir particulièrement l’article « Opium  (...)

99Ces narcotiques sont de différentes espèces et il ne s’agit pas ici de les présenter tous. Les plus utilisés dans le traitement de l’insomnie étaient : le laudanum (en fait, un dérivé de l’opium), le stramonium, le flammorium, la mandragore, le narcisse, la jusquiame et l’opium. Et c’est bien évidemment ce dernier qui recueillait tous les suffrages des médecins126. Cette substance se tire du pavot par différents moyens. L’histoire botanique de cette plante et les différents moyens d’en obtenir l’opium n’étant pas l’objet même de ce travail, nous nous occuperons par conséquent plus particulièrement à étudier son utilisation127.

100Comme le souligne l’auteur des Réflexions sur l’usage de l’opium, des calmants, et des narcotiques, Pour la guérison des maladies,

  • 128 Réflexions sur l’usage de l’opium, des calmants, et des narcotiques, Pour la guérison des maladies,(...)

« Il n’est point d’effet si connu, point d’observations si constatées, ou si unanimement certaines, que celui de l’opium, vérité tellement authentique, qu’elle fait le titre de sa réprobation, car elle est toujours et universellement consentie, sans exceptions, sans égards d’aucune circonstance d’âge, de temps, de sexe, de climat, de maladie, puisque partout, en tout temps, toute contrée, toute personne, l’opium calme, apaise, assoupit128. »

101À l’égard du sommeil, l’opium aide presque à chaque fois l’insomniaque à retrouver le sommeil. Les narcotiques agissent en ce qu’ils calment et qu’ils diminuent le mouvement des esprits. Ils les empêchent pendant quelques temps de se mouvoir avec autant de vitesse. L’opium se manifeste directement dans les fonctions animales et suspend l’exercice de la volonté et tout mouvement du cerveau, cause de l’origine naturelle du sommeil. L’opium est toujours narcotique, soit qu’on en use intérieurement, soit qu’on en use extérieurement, et même donné dans un lavement, il excite presque aussi puissamment le sommeil que lorsqu’on le prend par voie orale.

  • 129 Vuinklerus, Traité de l’opium, p. 244, cité dans LM. Ettmuller, op. cit., p. 355.
  • 130 Ibid., p. 356.

102Néanmoins, la prescription de l’opium dans le but de lutter contre l’insomnie n’est pas aussi simple que cela. Cette utilisation peut être parfois inutile. Vuinklerus déclare l’opium inefficace dans le traitement, quand les veilles sont un signe que la crise approche129. On doit alors laisser l’opium et ne pas empêcher la nature. Mais selon une majorité de médecins, l’opium est surtout inapplicable chez les vieillards insomniaques. Les vieillards tourmentés par les veilles continuelles demandent toute autre chose que l’opium130. L’opium est surtout déconseillé aux personnes trop faibles et trop délicates, rendant cet usage dangereux aux enfants et aux vieillards, comme le remarque James ou Ettmuller. Pourtant, tous les médecins ne partagent pas cet avis. Selon Cullen, même s’il existe des cas où « l’irritation du système est portée à un degré si considérable, qu’une dose modérée d’opium ne peut la dissiper, dans ces cas le sommeil ne survient pas », il ne faut pas interrompre le traitement de l’opium pour une autre solution, mais augmenter la dose d’opium, même si cela peut provoquer certains incidents.

103Ces débats sur l’inadéquation de l’opium en viennent à parler plus précisément de son application. Vuinklerus observe que même si l’opium a un effet réel contre les veilles, il ne faut pas le donner en tout temps, ni à tout le monde. Dans le Dictionnaire de James on peut relever quatre points importants à suivre sur la prescription de l’opium :

  • 131 R. James, op. cit., t. V, p. 135.

« 1. Si le malade est pléthorique, on lui donnera de l’opium qu’après lui avoir tiré quelques palettes de sang.
2. On ne doit pas le donner dans le temps que les règles coulent ; lors de l’évacuation des vuidanges, ni durant le fluide ordinaire des hémorroïdes, parce qu’il supprime toutes les évacuations naturelles qui entretiennent la santé.
3. On ne doit jamais prendre de l’opium après avoir mangé, parce qu’il empêche la digestion & qu’il excite pour l’ordinaire le vomissement. Il faut donc attendre pour le prendre que la digestion soit achevée & observer la même règle dans l’usage de tous les autres narcotiques…
4. Ceux qui commencent à faire usage de l’Opium ne doivent en prendre d’abord qu’une petite quantité, car la même dose opère différemment sur les différents sujets131. »

104Dans cet extrait, le quatrième point est particulièrement intéressant. Il introduit l’idée essentielle d’un dosage ajusté selon le patient. Car un mauvais dosage entraîne de fâcheuses conséquences, dont la plupart des médecins du XVIIIe siècle étaient conscients :

  • 132 Ibid.

« On a vu une personne à qui un demi grain d’opium causa un sommeil de vingt-quatre heures, au lieu qu’il en fallut ensuite demi-gramme pour lui procurer un sommeil de douze heures132. »

105Cet exemple est plus anecdotique que véritablement significatif. Le malade a eu de la chance, car des risques plus importants existent. Nous connaissons les griefs contre l’opium : une absorption d’une trop forte dose engendre un sommeil proche du coma léthargique, mais il est d’abord précédé d’une période d’euphorie. Ce sentiment de bien-être procuré par l’opium n’est pas condamné. Sans être recherché, il est largement accepté, d’autant plus qu’il peut stimuler la libido :

  • 133 J.-F. Lavoisien, op. cit., p. 174.

« L’effet ordinaire de l’opium est de provoquer le sommeil en détendant les fibres du corps, & en produisant un relâchement universel : il excite d’abord un sentiment agréable autour du cœur ; il rend l’esprit gai… il augmente la semence & donne du plaisir pour l’acte vénérien. Tels sont les effets de l’opium, quand il est pris à très petite dose ; quand la dose est un peu plus forte, tout le charme s’éclipse, la force se change en langueur & en faiblesse, la gaieté & l’agilité en assoupissement, & enfin on entre dans le sommeil. Quelquefois cependant il ne fait point dormir, mais il produit des songes agréables, & il met le corps dans un état voluptueux de calme & de douceur, & le délivre de toutes les douleurs133. »

106En fait, les insomniaques profitent de cet état qui les libère quelques heures de leurs douleurs et qui provoque chez eux des rêves agréables. Cependant, les médecins précisent que lorsque l’effet de l’opium est passé, les douleurs et les chagrins reviennent comme auparavant. L’effet est toujours éphémère. Mais a priori, en utilisant l’opium raisonnablement, il n’y a pas trop de risques. Les médecins veulent tout de même éviter « l’overdose », car quand on prend l’opium en trop forte dose, il produit des effets bien différents,

  • 134 Ibid.

« des rires immodérés, le relâchement et la faiblesse des membres, l’aliénation de l’esprit, le défaut de mémoire, les vertiges, des sueurs froides et même parfois la mort. Ceux qui ne périssent point dans cet état sont ordinairement délivrés par des sueurs copieuses, ou par un dévoiement abondant134 ».

107Le résultat d’une trop forte prise peut donc être véritablement inquiétant. Néanmoins, les vertus de l’opium écartent les risques qu’il peut faire encourir, car il était difficile aux médecins de trouver une substance aussi efficace. À leurs yeux, l’opium était souvent le dernier moyen pour soigner l’insomnie. Les médecins devaient donc encadrer l’utilisation de l’opium, en évitant les trop fortes doses, mais aussi en évitant que les patients en deviennent dépendants. Cette dépendance affaiblit les effets de l’opium et les insomniaques trop habitués devaient augmenter les doses pour qu’il agisse, comme on peut le lire dans le Dictionnaire de James :

  • 135 R. James, op. cit., p. 161.

« M. Geoffroy l’aîné dit avoir connu une femme qui était obligée d’en prendre vingt-sept grains par jour, pour calmer les douleurs que lui causaient un cancer qu’elle avait au sein135. »

108Au reste, l’opium est un remède auquel il ne faut pas s’habituer, car il a aussi des conséquences fâcheuses sur la santé des utilisateurs. Le Dictionnaire portatif dresse un tableau bien pessimiste de l’existence d’un homme ou d’une femme dépendant de l’opium

  • 136 J.-F. Lavoisien, op. cit., p. 174.

« parce qu’il dissout le sang, qu’il relâche les fibres du corps, qu’il rend languissant et paresseux et l’esprit hébété : il ôte l’appétit, il conduit au tremblement des membres, il accélère la vieillesse136 ».

109Et dans la prévention, les médecins n’hésitent pas à interpeller le lecteur avec des exemples frappants :

  • 137 R. James, op. cit., p. 161.

« Un homme ayant pris par imprudence une grande quantité d’opium, fut d’abord affligé de songes effrayants, perdit en partie la parole et fut attaqué une heure après d’un vertige, et d’une espèce de tournoiement de tête, pendant lequel, il lui semblait, a-t-il dit, que le lit et lui étaient suspendus en l’air et volaient. Il tomba ensuite dans une espèce d’apoplexie qui le priva entièrement de la connaissance137. »

110Dans un tel cas, les solutions pour « l’intoxiqué » ne sont pas nombreuses et il est très difficile de trouver une solution pour s’en défaire, et pour trouver un médecin apportant une solution. Le dictionnaire de James est un des seuls à expliquer la démarche à suivre. Lorsqu’un malade a absorbé une trop forte dose d’opium, et qu’il produit des symptômes fâcheux qui menacent de la mort, les médecins y remédient d’abord par des saignées copieuses en supposant que la malade puisse les supporter.

  • 138 Ibid., p. 161.

« On donne ensuite des liqueurs acides, comme du vinaigre, de la limonade ; du sirop de graine d’épines vinette, et quelques autres liqueurs qui coagulent le sang et donnent aux vaisseaux le moyen de se contracter ; et supposé que l’assoupissement soit considérable, on a recours aux scarifications, sur lesquelles on jette du vinaigre et du sel138. »

111L’utilisation de l’opium est sans conteste généralisée dans le traitement de l’insomnie au XVIIIe et début du XIXe siècle. Pourtant, son usage présente des risques qui ne sont pas toujours pris en compte, ni maîtrisés. D’abord par les patients eux-mêmes, qui sans connaître le dosage dont ils ont besoin, se hasardent à quelques essais. Par la suite, ils peuvent eux-mêmes décider de leur consommation, et des dérivés du pavot faisant l’office d’opium, circulent certainement entre les mains des plus défavorisés. Du côté des médecins, bien qu’ils mettent en garde contre les méfaits d’une consommation quotidienne, ils vantent aussi les bienfaits d’une consommation à petite ou à moyenne dose, ce qui peut inciter à une consommation superflue. Certains médecins refusent même d’en voir les dangers. Philippe Hecquet, célèbre médecin du XVIIe siècle, néglige totalement les risques de l’opium. Selon lui, l’opium, en tant que calmant ou narcotique, peut être utilisé dans tous les cas. Il s’oppose à l’avis des médecins qui jugent l’utilisation de l’opium pour les vieillards et les enfants comme inutile et dangereuse. Hecquet juge ce discours réducteur, sans aucun fondement et le considère comme un préjugé ancien :

  • 139 P. Hecquet, Réflexions sur l’usage de l’opium, des calmants, des narcotiques, Paris, Guillaume Cav (...)

« Car on le donne encore pour être dangereux aux enfants et aux vieillards, et cependant les âges les plus tendres et les plus avancés peuvent s’en aider. C’est sur un ancien préjugé que plusieurs interdisent l’opium aux enfants parce qu’une drogue souverainement froide, comme on leur a enseigné, est, dit-on, capable d’éteindre la chaleur naturelle de ces tendres créatures. Peut-être se laisserait-on ramener de cette opinion, parce qu’elle est principalement fondée sur les principes d’une philosophie aujourd’hui décréditée139. »

  • 140 M. D. Cullen, op. cit., p. 237.

112Ce praticien n’est pas le seul à préconiser un usage immodéré de l’opium. Pour Cullen, l’opium viendra obligatoirement à bout de toute insomnie. Il suffit juste d’augmenter la dose à chaque échec, car selon lui la puissance sédative de l’opium est réellement capable de produire le sommeil et qu’en en donnant une grande dose, elle peut dissiper des irritations très fortes140. Les effets stimulants de l’opium tant redoutés par d’autres médecins, ne sont pas si importants pour Cullen. Il reconnaît les effets stimulants, sans jamais les considérer comme véritablement dangereux. La puissance sédative et la puissance stimulante de l’opium agissent dans un même temps, mais les malades peuvent être rassurés car dans une majorité de cas, la puissance sédative l’emporte sur la puissance stimulante. Cullen veut donc sécuriser et généraliser l’emploi de l’opium, en omettant délibérément ses dangers. Les malades qui suivaient ces recommandations risquaient de subir les conséquences d’une trop forte dose, puisqu’à aucun moment, il ne propose une graduation des doses. De plus, il ne fait pas de cas de l’état de dépendance dans lequel peuvent tomber ses utilisateurs.

  • 141 En effet l’opium se paie en France par le tarif de 1664, 20 livres le cent pesant. Pour les plus p (...)

113En lisant les différents propos sur l’opium, on se rend compte que les avis sont partagés, et que les risques d’utilisation d’opium ne sont pas véritablement contrôlés. Ce qui ressort aussi de ces tensions autour de l’utilisation de l’opium, c’est qu’il s’impose comme le narcotique irremplaçable. Néanmoins, seuls les plus riches peuvent se le procurer141. Par la suite, l’utilisation est surtout individuelle et dépend particulièrement du médecin, du moins pour ceux qui en consultent.

Les « mal-baptisés142 » : être somnambule durant la période préindustrielle

  • 142 On peut lire ce surnom dans le Dictionnaire des Sciences Médicales, il semblerait que Jacob Horsti (...)

114Le 15 février 1628, sur les 11h du soir, l’enfant Pierre Creusé est victime d’une « drôle de crise » :

  • 143 Histoire admirable de la Maladie prodigieuse de Pierre Creusé arrivée en la ville de Niort, 1630, p (...)

« Après quelques tours de chambre, ostant son bonnet & le tenant de la main gauche, fit les actions d’une personne qui veut saluer quelque compagnie, puis marchant vers le bout de la chambre, sembla prendre quelque personne par la main pour la mener danser, & de fait dança une gaillarde : après l’avoir remerciée de bonne grace, en prend une autre qu’il fait pareillement danser, & ainsi jusques à sept fois, comme s’il y eut sept diverses personnes. Ce qui fut trouvé admirable : car premièrement cet enfant avait les yeux clos, & privé de tous ses sens il marchait seurement ; Secondement il n’avait jamais appris à danser, & ne sçavait pas seulement faire la moindre démarche143… »

115Pour un historien du sommeil, il s’agit évidemment d’une crise de somnambulisme. Mais pour les témoins de cette affaire, il n’a jamais été question d’en parler, et beaucoup l’ont considérée comme une affaire de possession. Toute l’ambiguïté du somnambulisme réside dans cet extrait. Sous l’Ancien Régime, une grande majorité des Français connaissent l’existence de cette manifestation très particulière du sommeil, mais très peu maîtrisent son fonctionnement et ses principes. C’est un état bizarre au demeurant. Comment expliquer que lorsque des individus sont endormis, certains effectuent des gestes, parlent, se déplacent comme s’ils étaient éveillés. La définition qu’en donnaient les contemporains de cette période est identique à ce que nous connaissons :

  • 144 Nouveau dictionnaire universel et raisonné… op. cit., p. 102.

« on donne ce nom à des personnes qui étant endormies, font les mêmes choses qu’elles ont accoutumé de faire, étant éveillées, quittent leur lit et s’exposent à différents dangers144 ».

116Le somnambulisme est sans aucun doute une manifestation très particulière et étonnante. Dans le but de le comprendre comme un trouble du sommeil, deux pistes qui s’en approchent vont être écartées. La première qui ne sera pas évoquée tient à l’esprit prophétique qu’on lui prêtait, puisqu’il s’agit d’un état proche de la divination des rêves. Le deuxième trait qu’il est souhaitable de ne pas aborder, est plus connu et prête à des débats très vifs, puisqu’il s’agit du somnambulisme magnétique. Effectivement, on trouve aussi comme définition du terme « somnambulisme », le sommeil dans lequel tombe une personne soumise à l’action du magnétisme animal. Chez certains médecins moins favorables à cette pratique, on peut lire ces quelques lignes, dont l’hostilité n’est plus à prouver :

  • 145 Encyclopédie méthodique, op. cit., vol. 13, p. 70.

« On donne aussi le nom de somnambulisme magnétique, à une sorte d’état nerveux que les adeptes paraissent avoir la faculté de naître, par une influence toute morale, chez des individus aussi désignés sous le nom de somnambules, et qui, pour la plupart, sont des femmes hystériques ou d’une grande susceptibilité nerveuse145. »

117Le magnétisme animal apparaît en 1785 avec le médecin physicien viennois Mesmer, expression assez difficile à cerner comme le précise Nicole Edelman, d’autant plus qu’à la fin des années 1850, il vient se confondre avec celui des médiums :

  • 146 N. Edelman, Voyantes, guérisseuses… op. cit., p. 9.

« Leurs noms s’associent d’abord en une somnambule-médium ou une médium-somnambule jusqu’au moment où, dans la première décennie du XXe siècle, les médiums phagocytent les somnambules dont le nom disparaît à tout jamais. Les médiums sont tout à la fois filles et sœurs des somnambules, elles leur ressemblent mais ils ne sont pas semblables146. »

  • 147 Sur le sujet voir aussi M.-C. Latry, « Des transformations dans les cures somnambuliques (1810-184 (...)

118Depuis l’excellente analyse de Nicole Edelman, le somnambulisme magnétique n’est plus méconnu, au contraire de son homonyme naturel147. Quelles sont les manifestations particulières du somnambulisme naturel et dans quelles conditions peut-on tenter de s’en détacher ? Sur ce point, il faut aussi être prudent, dans la mesure où de nombreuses histoires de somnambules sont parfois difficiles à prouver. Les cas de malades qui permettent d’argumenter le discours ne sont cités que partiellement. Aucune identité, ni aucun renvoi ne permet de retrouver l’origine des patients. Le doute peut donc être de mise quand des exemples aussi surprenants que celui-ci apparaissent :

  • 148 Nouveau dictionnaire universel et raisonné… op. cit. p. 102.

« On voit des écoliers beaucoup mieux faire un thème, ou une pièce de vers, des maçons se promener bien plus hardiment sur les toits que s’ils veillaient. On a vu des somnambules qui ne savaient pas nager, traverser cependant une rivière ou un canal, ce qu’ils n’auraient jamais osé tenter étant éveillés148. »

119Histoires fantasmées ou « cas d’école », à nous d’en tirer le plus d’enseignement possible.

Comprendre l’incompréhensible ?

  • 149 A. Bertrand, Traité du somnambulisme et des différentes modifications qu’il présente, Paris, J. G. (...)

« Le somnambulisme nous présente l’homme sous un aspect tout différent de celui qu’il offre dans l’état de veille ; et on peut dire avec assurance qu’aucune étude ne peut offrir à notre attention des recherches plus importantes149. »

120Dans une pénombre quasi totale, Lady Macbeth surgit, brandissant un flambeau, le visage déformé, le regard effrayant. Cette scène est celle où Lady Macbeth (Acte V, sc. 1), somnambule, hantée par le remords de ses crimes et sombrant dans la folie, marche le long des couloirs d’une grande forteresse. On distingue à peine, au fond à gauche, deux personnages : un médecin à l’air inquiétant, mais aussi curieux de la situation et une jeune femme apeurée par cette apparition. Le bi-chromatisme de la toile ne fait que dramatiser la mise en scène de la folie. S’opposant à l’obscurité de la salle et des personnages secondaires, la luminosité du personnage principal semble déchirer la nuit. Son éclat d’ailleurs se répercute sur la jeune fille, comme pour révéler sa terrible emprise sur son entourage.

  • 150 Johann Heinrich Füssli, Lady Macbeth somnambule, 1784, conservé au musée du Louvre.

121Pourtant, cette dernière n’agit pas sur les personnages, elle ne peut les voir. La torche est elle-même paradoxale dans la mesure où la somnambule n’en a pas l’utilité. Toute cette complexité représentée par Füssli, n’est sans doute pas exagérée150. La littérature médicale exprime aussi cette ambiguïté : comment le corps endormi peut-il connaître des crises de somnambulisme semblant reproduire des mouvements corporels de la veille, alors que les sens sont inactifs ? On sent alors une certaine gêne chez les médecins, qui n’ont malheureusement pas approfondi leurs recherches sur cet état, ce qui nous offre un corpus assez restreint.

Le somnambulisme : un songe éveillé ?

  • 151 P. Dandrey, « La médecine du songe », dans Rêver en France au XVIIe siècle, Revue des sciences hum (...)
  • 152 C. Musitano, Opera medica chymico-practica seu Trutina medico chymica, Coloniae Allobrogum (Genève (...)

122D’abord objet de curiosité, le somnambulisme devient un sujet de pathologie médicale, surtout à la suite de la publication d’une série d’études lancées par un médecin de Calabre, Carlo Musitano151, à partir de 1698, puis reprises en 1713 par son confrère d’Avignon Jean-Baptiste Gastaldy152. Il est incontestable que le somnambulisme trouble le sommeil de ceux qui en sont frappés, pourtant, on ressent beaucoup plus de fébrilité quant à l’explication de son origine, d’autant plus que les avis divergent sur un point essentiel : le somnambulisme est-il une manifestation du sommeil ou bien un songe ? Au XVIIIe siècle, la question n’est pas tranchée, et elle n’apparaît pas toujours comme claire chez les médecins. Pourtant, il semble que beaucoup penchaient pour une « sorte de songe éveillé ».

123En fait, ce sont surtout les anciens, et donc ceux qui reprenaient leurs savoirs, qui considéraient que le somnambulisme était une forme de sommeil. Aristote pensait que tout ce qui arrive en dormant n’est pas songe ou rêve. Il cite pour exemple, les individus qui pendant leur sommeil

  • 153 J. Richard, La Théorie des songes, Paris, éd. Frères Estienne, 1766, p. 191.

« se lèvent, marchent, parlent, distinguent aussi bien les objets que les hommes les mieux éveillés, montent sur les arbres, sortent de leurs maisons, poursuivent leurs ennemis et se remettent ensuite au lit où ils restent dans un sommeil qui n’a point été interrompu par ces différentes actions153 ».

  • 154 Ibid., p. 192.
  • 155 Les Mémoires de Trévoux, An 1714, p. 1086, cité par J. Richard, op. cit., p. 192.
  • 156 Ibid.

124Aristote comprenait donc le somnambulisme comme une espèce de maladie qui se faisait sentir lorsqu’un refroidissement extraordinaire arrêtait le cours du fluide vital (qui contrôle les mouvements et qui est à l’origine du sommeil), puis s’ensuit une sorte d’engourdissement que l’on croit être un sommeil, mais qui est plutôt une sorte d’accident154. Pour Aristote, il est difficile de donner là-dessus des principes sûrs. Cette théorie sera approfondie bien plus tard par Gastaldi, médecin d’Avignon qui consacre une dissertation à ce sujet155. Il établit ainsi que chez les somnambules, les organes du mouvement sont libres, tandis que ceux des sensations extérieures sont dans l’inaction et ne reçoivent aucune impression capable de changer l’état de ce dormeur. La cause vient alors des esprits animaux qui trouvent un passage plus libre vers certaines parties du corps et s’y portent en abondance et « dans une sorte de tumulte qui met en jeu les nerfs et les muscles, et qui produit les mouvements qui leur sont propres156 ». L’imagination n’est donc pas le cœur du problème, et la cause viendrait à en croire Gastaldi, d’une mauvaise qualité du sang ou de l’abondance et l’action des esprits animaux, qui forcent les obstacles que le sommeil leur oppose pour mettre le corps en mouvement.

  • 157 Dans sa démonstration, l’Abbé Richard (p. 202) réfute le médecin anglais Willis et le napolitain M (...)

125De ces explications qu’il ne rejette pas totalement, Jérôme Richard en tire d’autres hypothèses. Pour lui aussi, il est certain que ces somnambules ou noctambules comme on les appelle parfois, dorment d’un sommeil profond, et qu’en même temps les esprits animaux mettent en mouvement les organes alors que les sens demeurent inactifs157. Mais l’âme est alors beaucoup plus active et plus clairvoyante,

  • 158 Ibid., p. 200.

« de sorte que l’on peut appeler l’action des somnambules un songe éveillé, quoiqu’alors ils semblent agir sans réflexion et sans jugement, puisqu’ils ne s’aperçoivent en aucune manière des dangers auxquels ils s’exposent158 ».

  • 159 Sur les songes comme expression des images de la veille voir G. Garnier, « Songes et superstitions (...)

126Pourtant, Richard doute encore et ne peut tout expliquer : est-ce l’âme ou l’imagination excitée par les esprits animaux qui met le corps en mouvement ? Il ne peut choisir, préférant supposer que les deux y participent sûrement, sans savoir si la volonté conserve encore la puissance de commander au corps. Mais surtout, ce qui lui fait penser qu’il s’agit d’une sorte de songe – et c’est un point sur lequel il ne doute pas – c’est que les somnambules se portent surtout à faire des actions auxquelles ils sont accoutumés en veillant, à aller dans les endroits dont ils ont l’usage le plus fréquent. Le parallèle avec les songes, comme images des actions de la veille est flagrant159. Le fait que des somnambules soient capables de marcher, descendre ou monter des escaliers, d’écrire… est un signe singulier (mais aussi inexplicable) de la force de l’imagination qui leur présente les images avec autant de clarté qu’on les perçoit dans les songes. À la même époque, Thomas Le Vacher de la Feutrie est exactement du même avis :

  • 160 T. Le Vacher De La Feutrie, op. cit., t. 2, p. 522.

« On est étonné des promenades nocturnes des somnambules, ou de ces personnes qui se lèvent la nuit sans s’éveiller. On en a vu faire une lieue en dormant ; d’autres se promener tranquillement sur les toits, sauter par dessus des précipices, passer des rivières à la nage. Vous diriez qu’elles dorment profondément et veillent tout-à-la fois. Apparemment l’imagination a la meilleure part à ces bizarreries également surprenantes et dangereuses. Une grande abondance d’esprits animaux qui coulent rapidement la nuit dans les traces des objets qu’on a vus le jour, produit dans l’âme des images vives ; tandis que les sens, ou la plupart des sens sont assoupis160. »

  • 161 Il semblerait que seuls trois dictionnaires de médecine au XVIIIe siècle offrent un développement (...)

127L’analyse est quasi identique, même si on sent quelque scepticisme chez le patricien qui n’y consacre alors que quelques lignes. En fait, les médecins semblent rester plutôt prudents face à ce « dérèglement du sommeil » qui touche beaucoup moins de monde que l’insomnie. Jusqu’à la fin du XVIIIe siècle, seulement trois dictionnaires de médecine évoquent d’une manière significative le somnambulisme et il faut attendre le début du XIXe siècle pour voir se développer des écrits sur le sujet161.

Alexandre Bertrand et le renouveau du somnambulisme ?

  • 162 A. Bertrand, op. cit.
  • 163 On peut effectivement lui donner raison, dans la mesure où on ne trouve avant lui que des disserta (...)
  • 164 Il faut aussi noter qu’Alexandre Bertrand n’accorde aucun crédit à ce qu’y a été écrit avant lui, (...)
  • 165 A. Bertrand, op. cit., p. I.

128En 1823, Alexandre Jacques François Bertrand, spécialiste du somnambulisme et du magnétisme animal, publie son Traité du somnambulisme162. Dès les premières lignes, il s’argue d’être le premier à publier en France un traité spécial sur le somnambulisme163. La démarche est résolument nouvelle par rapport aux écrits que l’on trouvait il y a un demi-siècle, et même si son intention était surtout d’éclairer le somnambulisme magnétique, il a le mérite de s’attarder sur le somnambulisme naturel164. D’autant plus qu’il établit une classification des causes et des espèces de somnambulisme qui en découlent. Ainsi, quatre causes pourraient produire le somnambulisme. Tout d’abord, une disposition nerveuse particulière peut le faire naître chez des individus qui paraissent avoir une bonne santé. Puis, on peut l’observer dans le cours de certaines maladies soit en tant que symptôme ou comme une crise. Il peut aussi se montrer souvent à la suite de procédés employés dans les traitements de magnétisme animal et enfin, il peut résulter d’une exaltation morale portée à un haut degré : celui-là est contagieux par imitation, pour toutes les personnes soumises à la même influence165. De là, Bertrand en tire quatre espèces de somnambulisme : le somnambulisme essentiel, le somnambulisme symptomatique, le somnambulisme artificiel, le somnambulisme extatique.

  • 166 Ibid., p. 10.

129Le somnambulisme essentiel est sans doute celui qui correspond le plus à ce qu’on pouvait définir avant comme le somnambulisme naturel. Les interrogations de Bertrand sont les mêmes que Richard : les sens sont ainsi incriminés, car durant leur absence, le corps connaît certaines réactions difficilement explicables. Les objets même corporels peuvent sans passer par les sens, parvenir à l’entendement, mais Bertrand est catégorique : il ne faut pas confondre avec un rêve. On retrouve ce débat que nous avions évoqué précédemment, et qui ne va pas trouver de dénouement au début du XIXe siècle. L’argument qui le convainc tient au fait que lors des songes, mais aussi des délires, l’homme voit comme présent des objets qui ne le sont pas (« il y a vice d’aperception166 »), alors que dans le cas d’un somnambulisme, les objets sont présents à l’imagination, comme s’ils étaient transmis par les sens, ce sont les mêmes que le somnambule verrait s’il recouvrait les yeux. Or, il n’est pas pensable d’affirmer que le somnambule a besoin de lumière. Gassendi, repris par Bertrand, rapporte qu’un jeune homme qui était à son service se levait toutes les nuits, descendait dans la cave et tirait du vin, ou bien encore marchait dans les rues, allait en campagne…, et tout ça sans lumière. S’il arrive à un somnambule d’allumer une lumière, il ne s’agit que d’un réflexe :

  • 167 Ibid., p. 17. À noter que pour Bertrand, Negretti est un des plus remarquables somnambules dont on (...)

« Le somnambule Negretti trouvant une nuit, qu’il n’y voyait pas assez clair, se saisit d’une bouteille qu’il trouva sur la cheminée, et croyant tenir dans sa main un chandelier portant une chandelle allumée, il ne cessa de s’éclairer de cette lumière imaginaire167. »

130Sans reprendre tous les exemples avancés par Bertrand, on sent que pour le somnambulisme essentiel, le plus difficile à comprendre et à expliquer, demeure cette clairvoyance qui permet les déplacements nocturnes. C’est sans doute à partir de ce moment que l’œuvre de Bertrand perd de son intérêt pour l’étude du somnambulisme naturel. Pour prouver que cette clairvoyance dépasse l’usage traditionnel des sens, il s’appuie sur une expérience de Deleuze, faisant intervenir le magnétisme animal, et qui a permis à une jeune somnambule de déchiffrer des mots enfermés dans des boîtes :

  • 168 Ibid., p. 39.

« Quelques jours après, je lui présentai une boîte de carton fermée, au fond de laquelle étaient écrits ces mots : amitié, santé, bonheur. Elle tint longtemps la boîte dans les mains, elle éprouva beaucoup de fatigue ; elle me dit enfin que le premier mot était amitié, mais qu’elle ne pouvait lire les autres. Je la pressai de faire de nouveaux efforts, elle y consentit ; et me rendant enfin la boîte, elle me dit : Je n’y vois pas assez clair, je crois cependant que ces deux mots sont bonté, douceur. On voit que le somnambule avait lu le premier mot, que les deux autres qu’elle indiquait, sans être sûre, ont la même désinence, le même nombre de syllabes et de lettres que ceux que j’avais écrits, que même le mot santé, écrit à la main par une grande S, se rapproche beaucoup de bonté par un B. Rien n’avait pu faire soupçonner ces mots à la somnambule, il est évident qu’elle lisait, mais indistinctement, comme cela nous arrive quand nous n’avons pas assez de jour168. »

  • 169 Les lignes qui suivent sont alors un plaidoyer pour le magnétisme : « le témoignage des magnétiseu (...)

131Ce témoignage de somnambulisme magnétique suffit à Bertrand pour justifier sa pensée, mais on ne peut qu’être sceptique sur son analyse du somnambulisme naturel. Alors qu’il se juge irréprochable dans sa démarche scientifique, il utilise le magnétisme pour expliquer des faits physiologiques, ne séparant donc pas somnambulisme naturel et magnétisme169.

132Le somnambulisme symptomatique a une toute autre origine, puisqu’il est lié à une maladie. Prenons cet exemple observé par Sauvages dans l’Histoire de l’Académie des sciences, en 1742. Il s’agit d’une jeune personne âgée de vingt ans, qui fut attaquée, en 1737, d’une catalepsie hystérique, à laquelle se joignirent bientôt des accès de somnambulisme :

  • 170 Ibid., p. 96-97.

« Dans le mois d’avril 1737, il se joignit à la catalepsie cette autre maladie dont elle eut plus de cinquante attaques, dans lesquelles on distinguait trois temps, le commencement et la fin étaient des catalepsies parfaites ; l’intervalle, qui durait quelquefois un jour entier, ou du matin au soir était rempli par la maladie que les filles de la maison appelaient accident vif, donnant le nom d’accident mort à la catalepsie. […] Le 5 avril 1737, visitant l’hôpital à dix heures du matin, je trouvai le malade au lit ; l’attaque de catalepsie venait de le prendre, et la quitta en cinq ou six minutes : ce que l’on reconnut, parce qu’elle bâilla, se leva sur son séant, et disposa à la scène suivante. Elle se mit à parler avec vivacité et un esprit qu’on ne lui voyait jamais hors de cet état. Elle répéta mot pour mot une instruction en forme de catéchisme, qu’elle avait entendue la veille, et elle en fit des applications morales et malicieuses à des personnes de la maison, qu’elle avait soin de désigner sous des noms inventés, accompagnant le tout de gestes et de mouvements des yeux qu’elle avait ouverts […] et cependant elle était fort endormie170. »

  • 171 Ibid., p. 104.

133À la suite de cette expérience de somnambulisme, la patiente redevient à nouveau cataleptique. Mais vers la fin du mois de mai de la même année, tous les accidents disparurent (catalepsie et somnambulisme) grâce sans aucun doute aux remèdes prescrits. Le somnambulisme reparut par la suite, uniquement au moment d’une rechute de catalepsie. Mais pourquoi cette maladie en l’occurrence provoque-t-elle des passages de somnambulisme ? L’analyse de Bertrand est étonnamment absente de toute réponse sur le sujet. Pour lui, le point le plus important est sans doute le développement de la mémoire plus fréquent dans le somnambulisme symptomatique, qu’il tente de prouver à nouveau grâce à l’apport de Joseph Philippe François Deleuze et du magnétisme animal : « ces exemples, dont il serait facile de grossir la liste, peuvent assez bien rendre raison de certains faits avancés de nos jours par les magnétiseurs, et qu’on ne pourrait pas comprendre sans une pareille considération171 ». Sans doute, ces paroles annoncent-elles les lignes qui vont suivre, puisque l’œuvre de Bertrand a très vite montré ses limites pour notre sujet. L’analyse du somnambulisme naturel s’effrite au fur et à mesure qu’il étrenne les exemples de somnambules, et elle n’est pas à la hauteur de son annonce faite en introduction, en ce qui concerne bien sûr les causes de ce trouble physiologique. Son intention était indiscutablement de parvenir à expliquer le magnétisme à travers son pendant naturel.

Somno-vigil : des origines encore difficiles à déterminer

  • 172 Dictionnaire des sciences médicales, op. cit., vol. 52, p. 121.
  • 173 Encyclopédie méthodique, op. cit., vol. 13, p. 70.

134Les traités de médecine du début du XIXe siècle abordent le somnambulisme plus sobrement que l’ouvrage de Bertrand. On peut lire effectivement en 1821 dans le Dictionnaire des sciences médicales que les causes du somnambulisme sont encore peu connues. Toutefois, l’évidence semble démontrer qu’elles sont variables et relatives aux diverses circonstances de la vie et proviendraient même d’une disposition héréditaire, comme semblait déjà l’affirmer Willis, qui citait l’exemple d’un père et d’un fils tous les deux somnambules172. Par ailleurs, Vaidy, médecin de Lille et auteur de l’article qui nous intéresse, tente avant tout de déterminer les causes prédisposant au somnambulisme, avant de comprendre les origines physiologiques. D’abord, il constate que la jeunesse est beaucoup plus frappée que les vieillards, en gros de neuf-dix ans jusqu’à trente ou quarante ans. L’influence des saisons est par contre presque nulle, si ce n’est qu’il semble que le printemps et l’automne soient peut-être plus favorables. Les prédominances organiques (une nourriture trop copieuse, l’abus des liqueurs…) contribuent au même titre que la production d’un mauvais sommeil, au somnambulisme. Sur ces derniers points, Bricheteau dans l’Encyclopédie méthodique est bien plus sceptique, tout cela lui semble bien vague et bien incertain. Les vraies causes déterminantes venant plutôt de la fatigue du corps comme « les contentions d’esprit, des veilles et des méditations prolongées, des lectures plus ou moins fantastiques, des exercices fatigants et journaliers qui excitent les jeunes gens au somnambulisme173 ».

135En fait, selon Vaidy, le somnambulisme étant un dérangement du sommeil, ce qui l’amène principalement est ce qui trouble ce dernier :

  • 174 Ibid., p. 122.

« Un excès de fatigue amène quelquefois le même résultat. On peut en dire autant des suppressions d’hémorragie ou tout autre émonctoire, des plénitudes sanguines, spermatiques, de la continence forcée, peut être aussi d’un état de constipation ; mais les veilles réitérées, les méditations trop prolongées, surtout aux dépens du sommeil et de tout exercice, les emportements, les rixes, les combats militaires, des frayeurs multiples ; celles qui résultent dans le jeune âge de l’habitude des contes de revenants, une forte application mentale, une préoccupation tendre et passionnée, y ont une part beaucoup plus active174. »

  • 175 Ibid., p. 123.
  • 176 P. H. Nysten op. cit., p. 1154.

136Une constatation sans doute pertinente, mais quelle est la cause immédiate du somno-vigil ? Dans l’état de santé, Vaidy est très proche de la conception de Bertrand puisqu’il le considère comme un état mixte dans lequel une partie des sens et des facultés intellectuelles se reposent, tandis que l’autre est plus moins éveillé et met en action les organes locomoteurs. La volonté est en général régulière et c’est cette dernière imposition qui permet de distinguer le somnambulisme du rêve. La mémoire y joue alors un rôle très important (beaucoup plus que l’imagination) dans la mesure où elle guide le somnambule175. Il suffit d’observer certains cas particuliers : certains somnambules, guidés par leurs souvenirs, marchent hardiment au milieu de l’obscurité, les autres, dont la mémoire est moins fidèle, vont en tâtonnant et souvent se heurtent contre les objets environnants. Sur ce sujet, Pierre Hubert Nysten va plus loin. Pour lui, la mémoire acquiert avec le somnambulisme naturel ou artificiel, une précision étonnante et la « pensée se traduit en un langage élégant et correct176 ».

  • 177 P. Pinel, Nosographie philosophique ou la méthode de l’analyse appliquée à la médecine, Paris, 4e (...)
  • 178 Ibid., p. 139.

137Il faut aussi rappeler que Pinel à la fin du XVIIIe siècle était le seul à s’intéresser à l’altération du pouls, qui pourrait selon lui, permettre de distinguer les formes de somnambules. Lorsque les yeux de ces derniers sont fermés et qu’ils répètent des actions familières dont ils ont l’habitude, le pouls est petit, quelquefois dur, plutôt lent177. Mais par contre, lorsque les déterminations sont violentes et qu’elles expriment une passion plus ou moins forte (une bagarre par exemple), accompagnées de pensées désagréables, la force musculaire est alors très augmentée, il y a des palpitations et de l’altération dans le pouls178. Malheureusement, Pinel ne fait pas état d’expérience dans ce sens : est-ce une expérimentation ou une observation de l’état de veille, qui veut que le pouls s’accélère lorsqu’il a des efforts appuyés ? Et par ailleurs, ce médecin ne précise pas quelle conclusion il peut tirer de l’analyse du pouls : est-ce que ralentir le pouls pourrait éviter certaines manifestations somnambuliques ?

  • 179 En ce qui concerne les solutions proposées pour éviter le somnambulisme, on retrouve dans l’Encycl (...)
  • 180 J.-P. Beaude, op. cit., p. 102.

138En fait, jusqu’à la fin de la première moitié du XIXe siècle, les traités de médecine ne présentent aucune nouvelle conclusion intéressante et novatrice. Isidore Bricheteau, opposé à Vaidy sur les causes déterminantes, propose lui aussi la même analyse, sans doute le premier a copié son prédécesseur179. Sur cette remarque, on peut avancer l’idée que les médecins ont surtout concentré leurs efforts vers le magnétisme. Pour s’en persuader, il n’y a qu’à jeter un regard dans le dictionnaire de médecine en 1849 du docteur Jean-Pierre Beaude. Il n’explique pas le fonctionnement du somnambulisme naturel, et se contente d’émettre des réserves sur les exemples de somnambulisme qu’il cite à nouveau180. Sa volonté de faire la lumière sur les actes de somnambulisme réel n’est pas très claire, alors que son résumé des faits du magnétisme est beaucoup plus pertinent, dans la mesure où il présente une contextualisation sur ce sujet, accessible aux non-initiés. L’article de Nysten sur le somnambulisme est aussi très caractéristique d’une forme de désintérêt pour le somnambulisme naturel, puisque les deux tiers de son analyse portent uniquement sur le magnétisme. À la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, le somnambulisme naturel doit sa postérité principalement grâce à sa gémellité avec le magnétisme.

Soigner le somnambulisme, ou plutôt éviter les risques qu’il cause

  • 181 On peut notamment penser à Vaidy dans le Dictionnaire des Sciences médicales, vol. 52, article « S (...)

139Pour expliquer comment les spécialistes du sommeil ont tenté de « soigner » le somnambulisme, on se heurte à une non-médicalisation du problème. Les médecins montrent dans les solutions qu’ils proposent, qu’ils ne soignent pas un mal, mais qu’ils essayent de l’éviter. Si le diagnostic du somnambulisme est facile à établir – malgré ses rapports avec certains rêves et le cauchemar, dont il paraît pour certains médecins n’être qu’un degré plus prononcé, ou voire l’apogée181 – il faut cependant bien l’observer avant d’attester son existence, car il arrive parfois qu’il soit simulé. Certains contemporains des XVIIIe et XIXe siècles peuvent effectivement penser qu’un jeune homme appelé au service militaire, feigne pour s’y soustraire, cette affection, ou bien qu’un individu, pour empêcher un mariage qui le contrarie, accuse son rival d’être passible de cet accident.

  • 182 Dictionnaire des Sciences médicales, op. cit., vol. 52, p. 126.

« Une jeune personne pourrait encore avoir recours à un pareil stratagème pour éloigner un homme qui ne lui conviendrait pas, ou se rendre coupable d’un pareil mensonge pour faire rompre un engagement nuisible à ses intérêts ou à ses affections. On a rapporté le fait d’un assassin qui, voulant donner le change, prétendit avoir commis, dans un accès de somno-vigil, le crime dont il s’était rendu coupable, et pour lequel il fut condamné182. »

140Ce trouble étonnant détient donc la particularité de pouvoir tromper la vigilance de certaines personnes, et même bien plus, d’être utilisé à des fins illicites.

Les risques du somnambulisme

  • 183 A. Le Camus, op. cit., p. 164.

141Une des caractéristiques qui fait l’unanimité tient sans doute au manque de souvenir des somnambules. Très peu ont le sentiment d’avoir connu un événement particulier pendant qu’ils dormaient et s’il n’y avait pas de témoins, beaucoup ignoreraient encore leurs activités nocturnes. Alors pourquoi chercher à soigner le somnambulisme si ce dernier ne provoque aucun mal apparent ? En fait, tout dépend bien entendu de l’expression même des crises. Car un noctambule peut se mettre en danger, lui-même plus souvent d’ailleurs que son entourage. Antoine Le Camus rapporte l’exemple d’un abbé à qui il arrivait souvent de se lever la nuit, de « transporter ses culottes et ses bas dans des endroits dont il ne se souvenait plus le lendemain matin183 ». Dans un de ses accès, il se battit contre un mur, et en donnant un coup-de-poing, il s’accrocha le poignet à un clou qui lui fit une longue blessure.

  • 184 Ibid., p. 165.

142La douleur physique n’est pas le seul danger. Le somnambulisme naturel ouvre aussi une porte sur la vérité, tout comme on pouvait le souhaiter avec le magnétisme. Il est ainsi possible de faire parler ceux qui en sont atteints. L’abbé dont nous a parlé Antoine Le Camus en faisait souvent les frais. Après le souper, souvent très arrosé, il s’endormait volontiers. Ses amis profitaient de son sommeil pour l’interroger et lui faire révéler plusieurs de ses secrets qu’il aurait voulu taire : « Un de ses amis avait surtout le talent singulier de le faire parler, il affectait le ton d’une voix qui part d’un endroit éloigné et l’abbé ne tardait pas à répondre184. » On imagine sans peine, combien de péchés reçus lors de confessions il a pu divulguer.

Éviter ce qui peut l’être

  • 185 P. Pinel, op. cit., p. 137.

« Un religieux, âgé de quarante-cinq ans, était tourmenté depuis quinze années, et seulement certaines nuits, de rêves les plus horribles ; il se croyait menacé de mort de la part de ses amis les plus intimes, ou des personnes avec lesquelles il n’était jamais entré en querelle ; à chaque rêve, dans le cours de la même nuit, c’étaient de nouveaux meurtriers, c’étaient de nouvelles circonstances d’une mort violente ; il croyait tour à tour recevoir un coup de pistolet, un coup d’épée, ou une volée de coups de bâton ; de semblables rêves se renouvelaient trois ou quatre fois pendant la même nuit, surtout quelque temps après l’heure du coucher et rarement après minuit185. »

143Cette activité somnambulique a terrorisé ce pauvre ecclésiastique, et on le comprend aisément. Il est assez rare qu’un individu qui en est touché soit conscient de ses malheurs, mais lorsque cela arrive, ce dernier n’a qu’une seule idée, c’est de se débarrasser de cette très désagréable sensation. Aussi, l’espèce de terreur dont était frappé ce religieux était si vive que, quoiqu’on l’attachât soigneusement avec des cordes ou des draps de lit, quoiqu’on lui mît de forts liens aux pieds, il parvenait par des agitations et des efforts plus violents à s’en débarrasser,

  • 186 Ibid., p. 137.

« et il sortait de son lit et même de la chambre avec un sentiment d’horreur et des palpitations les plus violentes, et souvent il revenait dans son lit avec un mouvement fébrile. Pendant tout ce trouble, il avait les yeux ouverts, il entendait le son des cloches, il pouvait compter avec liberté les heures de la nuit, et il n’était privé de l’exercice de son jugement que relativement à l’objet de son rêve186 ».

144Ce moine consulta alors Henri de Heer (1570-1636), qui proposa l’usage de narcotiques, de bains tempérés et pour faciliter son réveil, il avait l’intention de lui faire flairer des sachets remplis de plantes aromatiques. Par ailleurs, il ne négligea point les autres préceptes de l’hygiène, tout en suspendant pendant longtemps les travaux pénibles de la prédication et ses études ordinaires.

  • 187 A. Le Camus, op. cit., p. 166.

145Ce médecin eut donc la présence d’esprit de prescrire la plupart des moyens connus à l’époque, qui sont en fait peu nombreux. Sur ce point, Vaidy est lucide, la médecine active du début du XIXe siècle étant peu susceptible d’application dans le traitement du somnambulisme, les règles d’hygiènes offraient peut-être les seules ressources possibles. Les préceptes d’hygiène, nous les connaissons et ils sont peu originaux : aérer la salle, coucher la tête un peu élevée, le lit ne doit être ni trop mou, ni trop dur, un régime d’alimentation léger et facile de digestion, un exercice modéré… Pour Antoine Le Camus, les indications curatives étaient faciles à prendre. Elles consistent à régénérer le sang et à calmer l’irritabilité du système nerveux. Il suffit alors d’avoir recours à la diète, éviter les mets trop salés, les ragoûts trop épicés…, ou bien encore à la saignée et des lavements en cas de constipations qui pourraient troubler le sommeil187. Par contre, les narcotiques sont déconseillés, car il ne s’agit pas de régler un manque de sommeil.

146Au-delà de ces mesures hygiénistes, le mieux est sans doute d’éviter tout simplement que le somnambule n’encoure le moindre risque. Le mieux est de le faire dormir avec une autre personne qui tentera de le stopper lors de ces délires :

  • 188 Dictionnaire des Sciences médicales, op. cit., vol. 52, p. 125.

« On le fait cesser de différentes manières ; chez les uns, par un bruit violent, en élevant la voix fortement à plusieurs reprises, en donnant du cor ; chez d’autres en leur chatouillant la plante des pieds, en passant une barbe de plume sur les lèvres ou en ouvrant leurs paupières. Les uns se rappellent leurs accès quand il est fini ; les autres n’en conservent aucun souvenir, et c’est le plus grand nombre188. »

  • 189 Ibid., p. 127.
  • 190 Ibid.

147On a même proposé des moyens de corrections, et on cite notamment dans le Dictionnaire des Sciences Médicales des exemples de réussite : « Schenkius parle d’un somnambule qui, pendant son accès, fut fustigé et, par la suite, guéri. Sans doute, il n’existait d’autre voie de salut, il faudrait bien y recourir189. » Pour autant, il ne faut pas généraliser les flagellations qui sont dans d’autres cas très nuisibles. Réveiller un somnambule n’est pourtant pas toujours une bonne idée et beaucoup de médecins à la fin du XVIIIe siècle et au début du siècle suivant, vont préconiser de ne plus y avoir recours. Vaidy rapporte ainsi qu’un somnambule qui nageait pendant son accès, ayant été appelé plusieurs fois par son nom, fut tellement effrayé à son réveil qu’il se noya190.

  • 191 P. Pinel, op. cit., p. 135.

148Si l’on ne peut placer personne près des somnambules, il faut alors avoir recours à d’autres solutions : on ferme à clef les fenêtres et les portes de leurs chambres après en avoir retiré les armes et tout autre objet susceptible d’occasionner des accidents. Un seigneur italien, sujet à des accidents fréquents lors de crises de somnambulisme, faisait habituellement environner son lit d’un fort réseau de cordes, qui l’empêchait d’en sortir et le forçait à s’éveiller par les efforts qu’il faisait pour s’en débarrasser191.

Pourquoi éviter le somnambulisme ?

  • 192 Dictionnaire anecdotique ou recueil de traits singuliers, Bruxelles, Van Roy, 1855. On apprend auss (...)

149Le somnambulisme trouble le sommeil. Comment bien se reposer alors que les nuits peuvent être occupées à marcher, grimper, danser parfois de longues heures ? La question est pertinente et elle est souvent à l’origine des aprioris sur ce mal. Pour autant, il ne faut pas oublier qu’il existe aussi des cas particuliers, où le somnambulisme est au contraire une aubaine pour les dormeurs. Henri de Heer raconte l’histoire d’un individu qui n’avait pas pu venir à bout pendant la journée de quelques vers auxquels il travaillait, se levait pendant le sommeil, lors d’une crise de somnambulisme, ouvrait son bureau, se mettait à écrire, et lisait à haute voix ce qu’il écrivait ; ensuite il se mettait à rire de joie d’avoir si bien réussi. Après cela, il enfermait ses papiers, se remettait au lit, continuait à dormir. Ce n’est que le lendemain, ne se rappelant de rien, qu’il fut très surpris de trouver ses vers achevés de sa propre main. Heureusement pour lui, un ami qui logeait avec lui et qui avait été témoin de la scène, eut bien de la peine à le persuader de ce qu’il avait vu192. On retrouve ici le même genre de fonctions que pendant le rêve, où les dormeurs peuvent recevoir une illumination sur une difficulté qui les occupait pendant la veille.

150Philippe Pinel quant à lui, atteste que le somnambulisme peut rendre heureux et enjoué, bien plus que l’état de veille. Il offre une facette insoupçonnée de la personnalité de certains individus, comme ce jeune homme que Pinel a observé :

  • 193 P. Pinel, op. cit., p. 136.

« Un jeune homme qui éprouvait cette affection et que j’ai souvent eu l’occasion d’observer durant ses attaques, avait un regard vif animé, le visage coloré, un ton ferme, la plus grande agilité dans les membres, des réparties saillantes dans les entretiens qu’on se faisait un jeu d’avoir avec lui. Dans la journée et durant l’état de veille, il était en général morne, taciturne, et paraissait bien inférieur pour les facultés de l’entendement, à ce qu’il était dans ses illusions nocturnes193. »

151En fait, pour ce médecin, le somnambulisme permet d’exercer plus spécialement les facultés sur les objets du domaine de l’intelligence, comme la poésie, la musique, les matières scientifiques qui sont d’ordinaire l’occupation de l’état de veille. Néanmoins, sur chacun de ces points, les sources sont bien trop insuffisantes.

152Au-delà des cas de sommeil excessif évoqué précédemment, le somnambulisme et l’insomnie sont bien les deux troubles majeurs du sommeil, dont l’origine est un dysfonctionnement corporel. Pourtant, le sommeil peut être dérangé de différentes manières. Beaucoup de maladies s’aggravent une fois la nuit venue et lorsque le corps est allongé. Il est bien entendu difficile de toutes les présenter, dans la mesure où le sommeil est troublé au même titre que toutes les autres fonctions de la veille. Tout juste pourrait-on évoquer pour conclure, les problèmes d’incontinence qui peuvent être assez fréquents pendant le sommeil. Comme l’explique Lazare Rivière, médecin et conseiller du roi Louis XIII :

  • 194 L. Rivière, Les Pratiques de la médecine, Lyon, 1682, p. 286.

« l’incontinence d’urine a accoutumance d’arriver en deux manières ; savoir à ceux qui veillent, et pour lors la cause est plus grave et plus dangereuse, ou à ceux qui dorment, cette dernière est plus légère : et cela se fait aussi de deux façons, savoir par la faiblesse ou laxité du muscle sphincter de la vessie, ce qui arrivent à tous les enfants qui tètent, à beaucoup de vieillards, et à quelques jeunes hommes, ou par l’erreur de l’imagination194 ».

153L’incontinence nocturne est donc moins inquiétante, car il est plus compréhensible qu’on ne puisse pas se retenir lorsqu’on est endormi. Il s’agit donc d’un incident mineur à en croire Lazare Rivière et d’autres médecins de l’Ancien régime. En effet, les auteurs lient souvent cette erreur à une imagination trop fertile et à des songes mal contrôlés. Dans le cas de l’incontinence, on allie encore les songes à l’emploi du temps de la journée et d’ailleurs à certaines mauvaises habitudes. Des individus qui seraient accoutumés de jour à uriner n’importe où, se rappelleraient cette fâcheuse pratique une fois endormi :

  • 195 Ibid., p. 287

« Car il s’en trouve beaucoup, lesquels ou pour avoir trop bu, ou par le sentiment fort esquis de la vessie, ou par l’urine fort acre, pissent au lit, l’empire de la volonté y concourant en quelque manière, lors que pendant le sommeil ils s’imaginent de pisser contre une muraille, ou quelque autre endroit, et ils sont tellement accoutumés à ce vice, que cela leur arrive sans aucun vice, ni défaut, ni indisposition de la vessie, ni du muscle sphincter, ny ils ne sont point délivrés tant par les médicaments que par le changement de cette mauvaise et dépravée imagination, comme aux enfans en les fouettant, comme ceux qui sont avancés en âge si le lieu où ils pensent de pisser en songeant est garni de quelques choses précieuses & honorables, en leur faisant voir souvent les dommages et dégâts qu’ils font195. »

154Un regard sur les remèdes confirmera que l’incontinence durant le sommeil n’est pas considérée comme une maladie grave. Le Nouveau dictionnaire universel préconise la prévention, mais s’appuie aussi sur des remèdes plus psychologiques :

  • 196 Nouveau Dictionnaire Universel, op. cit., p. 454.

« Des les enfants la maladie se corrige ou se dissipe avec l’âge, qui procure de la force à leurs organes trop faibles, la poudre de souris qu’on leur fait prendre, ou des souris rôties ou grillées, qu’on leur fait manger, nous paraissent un remède très peu efficace par sa vertu, il vaut mieux les priver autant qu’on le peut des boissons et des aliments aqueux, comme de l’eau, les laitages, les bouillies, du thé, des légumes des fruits, etc. les nourrir avec des viandes et du poisson rôtis, du pain bien cuit ; leur accorder un peu de vin, et les menacer de quelques correction196… »

155Finalement, l’incontinence semble être un moindre mal, qui serait sans doute préférée au somnambulisme et à l’insomnie. La machine corporelle n’est pas à l’abri de dérèglement lorsque les sens sont au repos. Encore aujourd’hui, les différents laboratoires du sommeil continuent d’observer ces troubles afin de mieux les comprendre.

Notes

1 P. Dibie, Ethnologie de la chambre à coucher, Paris, Métaillé, Sciences Humaines, 2000, p. 156-157.

2 D. Glück, op. cit., p. 104.

3 Ibid., p. 106.

4 G. Doncieux, « La chanson du Roi Renaud, version poitevine » dans Revue de philologie française et provençale, vol. 10, 1896, p. 57.

5 Voir par exemple M. Leblanc, Les Aventures d’Arsène Lupin, gentleman-cambrioleur, Paris, vol. 5, Hachette, Gallimard, 1967.

6 A. Cradock, Journal, cité dans Les Français vus par eux-mêmes, le XVIIIe siècle, Paris, Anthologie des mémorialistes du XVIIIe siècle par Arnaud de Maurepas et Florent Brayard, Robert laffont, 1996, p. 45.

7 C. Goureau, Les Insectes nuisibles à l’homme, aux animaux et à l’économie domestiques, Paris, V. Masson et fils, 1866, p. 66.

8 G. Laire, Causeries du samedi, Châlons-sur-Marne, Le Roy, 1877, p. 206.

9 C. Goureau, op. cit., p. 65.

10 Ibid., p. 65.

11 A. Moquin-Tandon, Éléments de zoologie médicale, contenant la description des animaux utiles à la médecine et des espèces nuisibles à l’homme…, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1860, p. 191.

12 L. Durhing, Traité pratique des maladies de la peau, Adolphe Colson et Bathelemy-Toussaint (traducteurs), 1883, p. 814.

13 Ibid., p. 815.

14 C. Merveilleux, Mémoires instructifs pour un voyageur dans les divers états d’Europe, Amsterdam, t. 2, H. Du Sauzet, 1738, p. 22.

15 Princesse Palatine, Lettres, 26 août 1719 dans Le XVIIIe siècle français au quotidien, textes tirés des Mémoires, des Journaux et des Correspondances de l’époque, choisis et présentés par Roland Mortier, éd. Complexe, 2002, p. 368.

16 A. Lamothe, Les Métiers infâmes, Paris, C. Blériot, 1877, p. 131.

17 A. Le Grand, Les Secrets admirables du Grand Albert : comprenant les influences des astres, les vertus magiques des végétaux, minéraux et animaux, Paris, version collationnée sur l’éd. latine de 1652, 1895, p. 96.

18 G. Olivier, Histoire naturelle : Insectes, t. 4, 1789-1811, p. 88.

19 Ibid., p. 88.

20 Encyclopédie méthodique. Dictionnaire de toutes les espèces de chasse, H. Agasse, imprimeur-libraire, rue des Poitevins, no 18, An III de la République française (1794-1795), p. 274.

21 La recette exacte présentée dans l’Encyclopédie méthodique, op. cit., p. 274 : « on prend une livre et demie tant de potasse que d’huile essentielle de térébenthine, un quarteron de vert-de-gris, une demi-livre de chaux vive ; après avoir pulvérisé ces matières, on y ajoute l’huile essentielle de térébenthine et une pinte d’eau de vie ; on fait distiller ce mélange, et on met dans une bouteille de liqueur qu’on a obtenue par distillation, dans laquelle on ajoute encore un peu de vert-de-gris ». À noter que cet ouvrage présente beaucoup d’autres recettes qui ne peuvent toutes être évoquées dans ce livre.

22 E. Galtier-Boissière, Des moyens de se préserver de toutes les maladies épidémiques, contagieuses ou parasitaires, suivis des mesures à prendre contre les empoisonnements, les asphyxies et les piqûres venimeuses, Paris, O. Doin, 1886, p. 133.

23 Ibid., p. 815.

24 L.-A. Caraccioli, Dictionnaire critique, pittoresque et sentencieux, t. 2, 1768, p. 315.

25 Encyclopédie méthodique, op. cit., p. 274.

26 Ibid., p. 275.

27 Histoire naturelle, Paris, t. 3, Panckoucke, 1782-1784, p. 259.

28 Cité par D. Glück, op. cit., p. 107.

29 C. Millet-Robinet, Économie domestique, Paris, 1853, p. 65.

30 G. Laire, op. cit., p. 207.

31 Ibid., p. 207.

32 Ibid., p. 208.

33 Expression empruntée à Pascal Dibie dans P. Dibie, op. cit., p. 157.

34 Ibid., p. 158. Pascal Dibie dresse une liste non exhaustive de remèdes : jus de bette, jus de tabac, lotions à base d’eau de cendres, de racine, de fougère, onguents fait de marc mélangé à une livre de beurre et une poignée de sauge finement hachée, frictions avec une décoction de petite centaurée ou un mélange de beurre avec un macéré de bulbes desséchés de colchique dans un vinaigre…

35 C. Goureau, op. cit., p. 200.

36 D. Glück., op. cit., p. 110.

37 Ibid., p. 108-109.

38 Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, 1765, vol. 10, p. 825.

39 D. Glück, op. cit., p. 110.

40 P. Joigneaux, Le Livre de la ferme et des maisons de campagne, Paris, vol. 2, 1865, p. 118.

41 A. Le Grand, op. cit., p. 96.

42 C. Baud, Le Palais de la santé, ou Château des recettes pour recouvrer la santé et la maintenir bonne, Nantes, H. Bruneau, 1885, p. 55.

43 E. Galtier-Boissière, op. cit., p. 134.

44 C. Goureau, op. cit., p. 195.

45 Ibid., p. 195.

46 Cité par P. Dibie, op. cit., p. 159.

47 D. Glück, op. cit., p. 109.

48 Ibid.. p. 111.

49 Terme défini par P. Sbalchiero dans le Dictionnaire des miracles et de l’extraordinaire chrétiens, Paris, Fayard, 2002.

50 J. Lieutaud, Précis de médecine pratique, contenant l’histoire des maladies, & de la manière de les traiter, avec des observations & remarques critiques sur les points les plus intéressants, Paris, chez Vincent, 1761, p. 197.

51 M. Ettmuller, Pratique générale de la médecine de tout le corps humain, Lyon, 1699, p. 354. Un avis tout de même à nuancer. Bien que les médecins déclarent l’insomnie comme une maladie extrêmement contraignante, ils n’y accordent que très peu de places dans leurs traités de médecine. En exceptant le Dictionnaire des Sciences Médicales (1798) et le Dictionnaire des sciences médicales édité par Panckoucke (1818), Michel Ettmuller est le seul médecin de l’Ancien Régime à consacrer plus de deux pages à un article sur l’insomnie. Les 9 autres traités consultés accordent tous moins de deux pages.

52 Lettres de Madame du Deffand, Paris, Mercure de France, 2002, p. 213.

53 Encyclopédie universelle…, op. cit. p. 2847.

54 N. Chomel, op. cit., p. 21.

55 J.-F. Lavoisien, Dictionnaire portatif de médecine, Paris, 1793, p. 537.

56 Dictionnaire de l’Académie Française, Paris, Imprimerie et librairie de Firmin Didot Frères, 6e éd., vol. 2, 1835, p. 42.

57 Dictionnaire de médecine et de chirurgie pratiques, sous la dir. d’Andral, Bégin, Blandin et al., Paris, Gabon, Méquignon-Marvis et Baillière, t. 10, 1829-1836, p. 483.

58 Nouveau dictionnaire universel et raisonné de médecine, de chirurgie, et de l’art vétérinaire contenant des connaissances étendues sur toutes ces parties, & particulièrement des détails exacts & précis sur les plantes usuelles, avec le traitement des maladies des bestiaux, Paris, Par une société de médecins, t. 3, 1772, p. 520.

59 P. Sbalchiero, op. cit., p. 16.

60 Nouveau dictionnaire universel et raisonné…, op. cit., p. 520.

61 M. Ettmuller, op. cit., p. 354.

62 Ibid., p. 353.

63 Ibid.

64 Nouveau Dictionnaire…, op. cit., p. 521.

65 Ibid., p. 353.

66 S. Dupleix, Les Causes de la veille et du sommeil… op. cit., p. 27.

67 N. Chomel, op. cit., p. 21.

68 R. James, op. cit., p. 1565.

69 Lettres de Madame du Deffand, op. cit., p. 47.

70 G. Buchan, op. cit., t. I, p. 241.

71 B. Franklin, Vie de Benjamin Franklin, écrite par lui-même, suivie de ses œuvres morales, politiques et littéraires, dont la plus grande partie n’avait pas encore été publiée, Paris, trad. de l’anglais, avec des notes par J. Castéra, t. 1, chez F. Buisson, 1797-1798, p. 348.

72 M. Ettmuller, op. cit., p. 354.

73 Lettres de Madame du Deffand, op. cit., p. 178.

74 Nouveau dictionnaire universel et raisonné…, op. cit., p. 520.

75 ADV, G 652.

76 En effet, l’absence d’éclairage public et la faiblesse des systèmes privés d’éclairage (bougies, chandelles, âtres…) ne dérangent pas énormément les dormeurs.

77 J.-P. Beaude, Dictionnaire de médecine usuelle, Paris, vol. 2, Didier, 1849, p. 296.

78 Voir à ce sujet G. Minois, Histoire du mal de vivre. De la Mélancolie à la dépression, Paris, éd. de la Martinière, 2003.

79 Trévoux, Dictionnaire universel françois et latin, F. Delaulne, t. V, 1721, p. 911.

80 M. Ettmuller, op. cit., p. 354.

81 Ibid., p. 354.

82 Nouveau dictionnaire…, op. cit., p. 520.

83 Ibid.

84 J. Allen, Abrégé de toute la médecine pratique, Où l’on trouve les sentimens des plus habiles Médecins sur les Maladies, sur leurs causes et sur leurs remèdes, Paris, 1712, p. 413.

85 J. Lieutaud, op. cit., p. 198.

86 Encyclopédie méthodique, op. cit., t. 9, p. 591.

87 Dictionnaire des sciences médicales, op. cit., vol. 32, p. 153.

88 Par exemple le docteur Graves dans « Leçon de M. Graves sur l’insomnie et son traitement », Gazette des Hôpitaux, mai 1838, p. 199.

89 Dr Beauvais, Clinique homéopathique ou recueil de toutes les observations pratiques publiées jusqu’à ce jour, Paris, t. 5, Baillière, 1837, p. 70.

90 Ibid., p. 71.

91 C. M. Gardien, Traité d’accouchement, de maladie des femmes, Paris, t. 2, Crochard, 1807, p. 80.

92 J. P. Maygrier, Nouveaux éléments de la science et de l’art des accouchements, Paris, 2e éd., t. 2, De Pelafol, 1817, p. 138.

93 A. Petit, Traité des maladies, des femmes enceintes, des femmes en couche, et des enfants nouveaux nés, Paris, Baudouin, 1798, p. 173.

94 Ibid., p. 138.

95 Ibid.

96 C. M. Gardien, op. cit., p. 80.

97 A. Petit, op. cit., p. 173.

98 Encyclopédie méthodique, op. cit., vol. 7, p. 659.

99 S. Dupleix, La Curiosité naturelle op. cit.

100 M. Ettmuller, op. cit., p. 355.

101 F. Monzon, Avisos spirituales que ensenan como el sueno corporal sea provechoso al espiritu, Lisboa, 1563, fol. 36.

102 G. Buchan, op. cit., p. 241.

103 J. Lieutaud, op. cit., p. 199.

104 Ibid., p. 199.

105 Ibid.

106 Ibid.

107 N. Chomel, op. cit., p. 21.

108 J.-F. Lavoisien, op. cit., p. 537.

109 Lettres de Madame du Deffand, op. cit., p. 258.

110 J. Boswell, The Life of Samuel Johnson, Londres, 3 vol., t. II, 1924, p. 77.

111 Ibid., p. 538.

112 J. Allen, op. cit., p. 413.

113 Sur la saignée, on trouve de nombreux ouvrages d’histoire de la médecine l’évoquant : B. Halioua, op. cit., p. 64 ; C. Beauchamp, Le Sang et l’imaginaire médical : Histoire de la saignée aux XVIIIe et XIXe siècles, Desclée de Brouwer, 2000.

114 N. Chomel, op. cit., p. 21.

115 J.-F. Lavoisien, op. cit., p. 537.

116 Nouveau dictionnaire… op. cit., p. 520.

117 M. Ettmuller, op. cit., p. 353.

118 J. C. Tissot, op. cit., p. 29.

119 M. Ettmuller, op. cit. p. 354.

120 J.-F. Lavoisien, op. cit., p. 537.

121 D. Leclerc, La Médecine aisée contenant des remèdes faciles & expérimentez pour toutes sortes de maladie internes & externes, Paris, 1725, p. 62.

122 M. Ettmuller, op. cit., p. 353.

123 T. Oriard, L’Homéopathie mise à la portée de tout le monde, (2e éd.), 1861, p. 217.

124 J. Léonard, Archives du corps… op. cit., p. 30.

125 M. D. Cullen, Traité de matière médicale, traduit de l’Anglais sur la seule Édition donnée par l’auteur à Edimbourg en 1789 par M. Bosquillon p. 231.

126 Voir à ce sujet C. Le Marec, « Histoire de l’opium médicinal : du pavot aux alcaloïdes de l’opium », Douleurs, vol. 5, no 2, 2004, p. 83-98.

127 Ces objets sont décrits dans un grand nombre de livres, à voir particulièrement l’article « Opium », dans le dictionnaire de James.

128 Réflexions sur l’usage de l’opium, des calmants, et des narcotiques, Pour la guérison des maladies, Paris, 1726, p. 8.

129 Vuinklerus, Traité de l’opium, p. 244, cité dans LM. Ettmuller, op. cit., p. 355.

130 Ibid., p. 356.

131 R. James, op. cit., t. V, p. 135.

132 Ibid.

133 J.-F. Lavoisien, op. cit., p. 174.

134 Ibid.

135 R. James, op. cit., p. 161.

136 J.-F. Lavoisien, op. cit., p. 174.

137 R. James, op. cit., p. 161.

138 Ibid., p. 161.

139 P. Hecquet, Réflexions sur l’usage de l’opium, des calmants, des narcotiques, Paris, Guillaume Cavelier, 1726, p. 317. La justification de cet usage est la suivante : « la physique nouvelle ayant fait connaître que l’opium est chaud, puisqu’il abonde en esprits volatiles, une autre crainte est venue saisir les esprits, en leur persuadant qu’une drogue si chaude est capable de porter la sécheresse & le feu dans de petits corps, qui ne doivent s’accroître que par la souplesse de ses parties… »

140 M. D. Cullen, op. cit., p. 237.

141 En effet l’opium se paie en France par le tarif de 1664, 20 livres le cent pesant. Pour les plus pauvres, il vaut mieux se procurer de la mandragore qui se paye 50 sols le cent pesant ou bien encore de la réglisse à 16 sols le cent pesant. Le prix excessif de l’opium a pour origine sa provenance : « cette drogue est du nombre des marchandises venant du levant, sujette au droit de 20 % suivant l’arrêt du 15 août 1685 ». Toutes ces informations ont été tirées de : J. Savary Des Bruslons, Dictionnaire Universel de commerce, Paris, Chez Jacques Estienne, 1723. Article « Mandragore », t. 2, p. 619 ; Article « Opium », t. 2, p. 899 ; article « Réglisse », t. 2, p. 1365.

142 On peut lire ce surnom dans le Dictionnaire des Sciences Médicales, il semblerait que Jacob Horstius (1537-1600), professeur de médecine à l’université de Helmstedt, appelait les somnambules des mal baptisés car de son temps, on supposait que l’omission de quelques paroles sacramentales, dans la cérémonie du baptême déterminait leur maladie.

143 Histoire admirable de la Maladie prodigieuse de Pierre Creusé arrivée en la ville de Niort, 1630, publié par la Société Historique et Scientifique des Deux-Sèvres, MCMXCVII, p. 21.

144 Nouveau dictionnaire universel et raisonné… op. cit., p. 102.

145 Encyclopédie méthodique, op. cit., vol. 13, p. 70.

146 N. Edelman, Voyantes, guérisseuses… op. cit., p. 9.

147 Sur le sujet voir aussi M.-C. Latry, « Des transformations dans les cures somnambuliques (1810-1840) », et B. Meheust, « Magnétisme animal et hypnologie institutionnelle : l’énigme des corpus contradictoires » dans S. Mancini (dir.), La fabrication du psychisme, Recherches, La découverte, 2006 ; N. Edelman, « Le somnambulisme magnétique : les enjeux d’une mise à la marge (Première moitié du XIXe siècle en France) », L’Homme et la société, 2008/1-2-3, no 167-168-169 ; J.-P. Peter, « De Mesmer à Puységur. Magnétisme animal et transe somnambulique, à l’origine des thérapies psychiques », Revue d’histoire du XIXe siècle, 2009/1, no 38. En ce qui concerne le somnambulisme naturel, nous ne possédons pas de références bibliographiques. Nous pouvons citer l’article de Jean-Pierre Peter, assez décevant sur les origines du somnambulisme : J.-P. Peter, « Sommeil, rêve, anesthésie, somnambulisme : le problème de la conscience dans les représentations de l’homme en sommeil », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 1996/4, no 43/4.

148 Nouveau dictionnaire universel et raisonné… op. cit. p. 102.

149 A. Bertrand, Traité du somnambulisme et des différentes modifications qu’il présente, Paris, J. G. Dentu, 1823, p. IV.

150 Johann Heinrich Füssli, Lady Macbeth somnambule, 1784, conservé au musée du Louvre.

151 P. Dandrey, « La médecine du songe », dans Rêver en France au XVIIe siècle, Revue des sciences humaines, 1988, no 3, p. 81. Cet historien estime qu’Abraham Zacutus, dans sa Praxis Medica, Lyon, 1637, envisageait déjà le somnambulisme comme pathologie.

152 C. Musitano, Opera medica chymico-practica seu Trutina medico chymica, Coloniae Allobrogum (Genève), 1698.

153 J. Richard, La Théorie des songes, Paris, éd. Frères Estienne, 1766, p. 191.

154 Ibid., p. 192.

155 Les Mémoires de Trévoux, An 1714, p. 1086, cité par J. Richard, op. cit., p. 192.

156 Ibid.

157 Dans sa démonstration, l’Abbé Richard (p. 202) réfute le médecin anglais Willis et le napolitain Musitanus qui considéraient que les somnambules conservaient l’usage de la vue : « Quelque réputation qu’aient eu ces deux auteurs, leurs assertions ne doivent pas être concluantes. Le plus grand nombre soutient avec raison que les organes de la vue ne peuvent servir aux Noctambules pour reconnaître dans les ténèbres les corps extérieurs. Car quoique dans leurs exercices nocturnes, ils tiennent quelquefois les yeux ouverts, ils n’ont pour cela aucune connaissance des objets qui sont hors de leur imagination. Dès qu’on les suppose endormis, ils ne peuvent voir ; les organes extérieurs des sensations étaient nécessairement sans action. »

158 Ibid., p. 200.

159 Sur les songes comme expression des images de la veille voir G. Garnier, « Songes et superstitions. Le discours sur le songe au XVIIIe siècle », Sociétés et Représentations, mai 2007, p. 105-124.

160 T. Le Vacher De La Feutrie, op. cit., t. 2, p. 522.

161 Il semblerait que seuls trois dictionnaires de médecine au XVIIIe siècle offrent un développement conséquent sur le somnambulisme : 1. Nouveau dictionnaire universel et raisonné de médecine, de chirurgie, et de l’art vétérinaire contenant des connaissances étendues sur toutes ces parties, & particulièrement des détails exacts & précis sur les plantes usuelles, avec le traitement des maladies des bestiaux, Paris, 1772, t. 6, p. 102 ; 2. R. James, Dictionnaire universel de médecine, Paris, 1747 ; 3. J.-F. Lavoisien, Dictionnaire portatif de médecine, Paris, 1793, p. 531.

162 A. Bertrand, op. cit.

163 On peut effectivement lui donner raison, dans la mesure où on ne trouve avant lui que des dissertations sur le somnambulisme (comme celle de M. D. G. Verhnes, Dissertation sur le somnambulisme, Paris, 1805), ou des écrits sur le somnambulisme magnétique qui ne seront pas abordés.

164 Il faut aussi noter qu’Alexandre Bertrand n’accorde aucun crédit à ce qu’y a été écrit avant lui, notamment sur les récits de somnambules. Voici ce qu’il en dit (p. I) : « Nulle part on ne trouve sur ce sujet la précision et les détails qui indiquent l’assurance d’un témoin oculaire, dont l’opinion a pu se former sur un grand nombre de faits observés avec attention ». Est-ce alors par impertinence ou ignorance qu’il ne prend pas en compte ce qu’écrit notamment Le Vacher, qui rapporte ce récit d’un témoin oculaire : « Je le dis sur le rapport d’un homme d’esprit, qui s’en donne pour témoin oculaire. Un gentilhomme italien somnambule, d’environ trente ans, dit-il était couché sur le dos, et dormait les yeux ouverts. Je le regardais longtemps. Il se leva et s’habilla, je m’approchai de lui : je le trouvai insensible, les yeux toujours ouverts et immobiles. Il gagna la porte de la chambre, descendit, traversa la cour qui était grande, alla droit à l’écurie, brida son cheval, galopa jusqu’à la porte de la maison. […] Enfin, après deux heures d’exercice, sans s’éveiller, il se jeta sur un lit, et continua de dormir. » dans T. Le Vacher De La Feutrie, op. cit., t. 2, p. 523.

165 A. Bertrand, op. cit., p. I.

166 Ibid., p. 10.

167 Ibid., p. 17. À noter que pour Bertrand, Negretti est un des plus remarquables somnambules dont on ait conservé l’histoire avant l’apparition du somnambulisme dans les traitements magnétiques. Deux médecins : Pigatti et Reghellini l’observèrent avec soin et consignèrent ses faits et gestes, les yeux toujours fermés. Ainsi, Negretti « portait un jour une planche chargée de plusieurs carafes, et montait un escalier à deux rampes ; quand il fut à la partie la plus étroite de l’escalier, il se tourna adroitement, et passa la planche dans sa longueur sans rien renverser. Une autre fois, voulant enlever dans une salle les toiles d’araignées qu’on lui avait dit dans la journée d’ôter, il alla pendre un balai qu’il emmancha à une longue perche et qu’il attacha solidement avec une corde. En montant l’escalier, il se trouva que la perche ne put passer à cause de sa longueur ; que fit donc le somnambule ? Il ouvrit une fenêtre qui donnait du jour à l’escalier, fit sortir de la perche ce qui était nécessaire pour pouvoir la faire monter, après quoi il vient refermer la fenêtre, et n’omit rien de ce que lui avait été ordonné. » Ibid., p. 20-21.

168 Ibid., p. 39.

169 Les lignes qui suivent sont alors un plaidoyer pour le magnétisme : « le témoignage des magnétiseurs peut être regardé comme suffisant pour convaincre d’une manière générale que leurs prétentions ne sont pas dénuées de fondement. » Ibid., p. 41.

170 Ibid., p. 96-97.

171 Ibid., p. 104.

172 Dictionnaire des sciences médicales, op. cit., vol. 52, p. 121.

173 Encyclopédie méthodique, op. cit., vol. 13, p. 70.

174 Ibid., p. 122.

175 Ibid., p. 123.

176 P. H. Nysten op. cit., p. 1154.

177 P. Pinel, Nosographie philosophique ou la méthode de l’analyse appliquée à la médecine, Paris, 4e éd., t. 3, 1810, p. 139.

178 Ibid., p. 139.

179 En ce qui concerne les solutions proposées pour éviter le somnambulisme, on retrouve dans l’Encyclopédie médicale, pratiquement mots pour mots les mêmes conclusions que dans le Dictionnaire des Sciences médicales.

180 J.-P. Beaude, op. cit., p. 102.

181 On peut notamment penser à Vaidy dans le Dictionnaire des Sciences médicales, vol. 52, article « Somnambulisme ».

182 Dictionnaire des Sciences médicales, op. cit., vol. 52, p. 126.

183 A. Le Camus, op. cit., p. 164.

184 Ibid., p. 165.

185 P. Pinel, op. cit., p. 137.

186 Ibid., p. 137.

187 A. Le Camus, op. cit., p. 166.

188 Dictionnaire des Sciences médicales, op. cit., vol. 52, p. 125.

189 Ibid., p. 127.

190 Ibid.

191 P. Pinel, op. cit., p. 135.

192 Dictionnaire anecdotique ou recueil de traits singuliers, Bruxelles, Van Roy, 1855. On apprend aussi que « le même homme se maria, eut un enfant, et dans son sommeil, il le retirait du berceau et le promenait par toute la maison. Dans cet état sa femme pouvait tirer de lui tous ses secrets ; il avait les yeux ouverts ; mais les objets ne faisaient aucune impression sur lui. Avec l’âge, il cessa d’être somnambule ».

193 P. Pinel, op. cit., p. 136.

194 L. Rivière, Les Pratiques de la médecine, Lyon, 1682, p. 286.

195 Ibid., p. 287

196 Nouveau Dictionnaire Universel, op. cit., p. 454.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540