Version classiqueVersion mobile

La paroisse, communauté et territoire

 | 
Bernard Merdrignac
, 
Daniel Pichot
, 
Georges Provost
, 
et al.

Troisième partie. La paroisse médiévale : construction du territoire

La morphologie de la paroisse en Irlande1

Patrick J. Duffy
Traduction de Charlotte Berkery

Résumé

The geography of parishes in Ireland focuses attention on their territorial endurance and social cohesion through history. Geographical continuity was buttressed by their functions as centres of worship for the delivery of religious services such as baptism, marriage, communion and burial. They were also importantly areas providing taxation (tithes) to the church. These function consolidated to a sense of identity and belonging to the parish. Churches were probably among the first significant central places in the Irish landscape, dating back to the fifth and sixth centuries. Early medieval churches closely reflected local secular kingroup structures in “pre-parochial” formations. When dioceses and parishes were officially established in Roman reform synods in the twelfth century, they matched contemporary political and tribal territorial arrangements.
The medieval parish structure, designated as a ‘civil’parish following its use as a convenient administrative unit by the colonial state from the seventeenth century, reflects the realities of settlement and society in the middle ages. These parishes were inherited by the Church of Ireland following the Protestant Reformation, and the medieval boundaries and accompanying rights and tithes were maintained, though many unions of parishes were formed where the Church of Ireland population was small. While the Catholic church was oppressed by anti-catholic legislation in the 17th and 18th centuries, its association with the parish structure was disrupted. With the gradual removal of penal legislation, Catholic attachment to the older medieval entities survived, though in many cases the medieval parishes were too small for the teeming Catholic populations. New unions of the older parishes were formed to more adequately reflect emerging modern patterns of population and settlement.

Texte intégral

Cette contribution est la version française de Duffy Patrick J., 2006, [en ligne :] http://eprints.nuim.ie/1248//PDuffyParish.pdf. La traduction française a été effectuée par Charlotte Berkery et revue par Bernard Merdrignac et Louisa Plouchart. Nous remercions vivement Thomas Ó Connor et Patrick J. Duffy pour leur relecture efficace et attentive.

  • 1 Cette contribution est la version française de Duffy Patrick J., 2006, [en ligne :] http://eprints (...)
  • 2 Seymour, Watkins, 1994, p. 12-21; Seymour, Watkins, 1995, p. 30-44.

1L’historiographie du territoire paroissial en Irlande pose un certain nombre de questions. Ce ne sont pas seulement la territorialité et la cohérence spatiale de la paroisse qui importent, mais encore les liens de celles-ci avec l’appartenance et l’identité territoriales d’une communauté. En Angleterre, par exemple, parochialisme d’une part et appartenance à l’église catholique de l’autre, par leur profond enracinement, interdisent toute modification que ce soit des frontières ou de la géographie paroissiale2. En Irlande aussi, les modernisations trop expéditives de la paroisse sont mal reçues et ne sont que rarement appliquées complètement. La notion de paroisse soulève aussi des questions de localisation, de distance et d’accessibilité. Le service de la pastorale est la principale instance de l’organisation paroissiale, ce qui correspondrait, en termes modernes, au cadre de rites religieux tels que baptême, mariage, communion ou enterrement. On peut s’attendre à ce que la fréquence, épisodique ou non, de ces pratiques pendant la période médiévale ait influencé la morphologie territoriale, particulièrement en ce qui concerne l’Irlande du haut Moyen Âge, et l’Irlande gaélique et anglaise du Moyen Âge tardif. La géographie paroissiale et les questions de centralité devraient ainsi se rapporter aux formes d’occupation humaine et d’implantation de la population. Jusqu’au XIXe siècle, les gens vivaient dans un monde où la portée de la marche à pied était largement déterminante en matière de distance et de localisation. La géographie historique de la paroisse est donc liée aux processus de territorialisation ou de délimitation spatiale des paroisses et d’évolution de leurs limites dans un contexte de mobilité réduite. On peut poser comme préalable qu’il y a plus d’un millénaire, la géographie (dans les acceptions précédentes) était, selon toute probabilité, aussi importante qu’aujourd’hui. Les questions de distance, d’espace, d’appartenance à un lieu et de délimitations territoriales sont des réalités pérennes de la vie quotidienne et du paysage.

  • 3 Voir Sharpe, 1992; Empey, 2000; Ní Ghabhláin, 1996; Fitzpatrick, O’Brien, 1998.

2L’évolution historique de la pastorale et de la gestion des affaires ecclésiastiques, la répartition des revenus, des biens et du personnel ecclésiastique donnent lieu à un consensus croissant. Mais il subsiste toutefois encore une certaine ambiguïté en ce qui concerne la période du haut Moyen Âge. On a fait des progrès considérables dans la compréhension de l’importance des églises et l’évolution des territoires associés à celles-ci en Irlande médiévale3. Pourtant, beaucoup d’études d’histoire locale ont tendance à exagérer la fluidité et la flexibilité des structures médiévales, sans prêter suffisamment attention aux continuités topographiques et territoriales.

Généalogie et genèse de la paroisse

  • 4 Otway-Ruthven 1964, p. 112. Ní Ghabhláin, 1996 étudie les continuités des dîmes depuis les taxation (...)
  • 5 Sharpe, 1992, p. 104-105.

3Une étude de la généalogie de la paroisse en Irlande doit aborder trois volets principaux. Le premier est celui de la paroisse historique qui a vu le jour au Moyen Âge, et les deux autres sont ceux des paroisses catholiques et des paroisses de la Church of Ireland actuelles qui se sont développées à partir de cette structure plus ancienne. Pour comprendre la morphologie originelle de la paroisse, il convient de commencer par étudier la géographie des paroisses gérées par ces deux Églises. L’influence la plus directe sur la géographie des paroisses serait celle des besoins de l’accompagnement pastoral et des recettes afférentes perçues par les autorités ecclésiastiques sur les revenus et les biens fonciers dans les territoires paroissiaux. On pourrait s’attendre à ce que des changements dans les modalités d’implantation de la population, dans les effectifs des pasteurs, et dans l’autorité juridictionnelle de l’Église aient eu quelque influence sur la structure de la paroisse, au même titre que le conservatisme de l’attachement populaire au territoire paroissial et à son église. Ce sont les revenus générés par les dîmes et les autres droits et redevances qui ont joué comme force compensatrice dans la gestion et l’organisation des paroisses et qui ont mis un frein à toute modification radicale de leur géographie. Pendant une grande partie de la période médiévale, il est probable que l’accent a davantage porté sur la propriété foncière en tant que facteur déterminant de la paroisse plutôt que sur les fonctions pastorales, ce qui tendrait à souligner la pérennité des territoires et des frontières comme des éléments prioritaires. Selon Annette J. Otway Ruthven, ce sont les dîmes qui, pendant des siècles, ont conféré « de la fixité et de la permanence » aux frontières paroissiales et ont tendu à perpétuer les rapports de celles-ci avec les revenus des terres affectées à des églises spécifiques qui faisaient définitivement partie de la paroisse et des biens de ces églises4. Selon d’autres auteurs, ce sont les droits et taxes antérieurs aux dîmes qui ont joué ce même rôle dans la consolidation territoriale5. Le processus le plus courant de la formation paroissiale au cours de ces derniers siècles a été le regroupement de paroisses historiques pour répondre à certains de ces facteurs. En ce qui concerne l’Église catholique, en général, ces regroupements ont eu lieu aux XVIIe et XVIIIe siècles en conséquence des problèmes d’effectifs du clergé. Pour la Church of Ireland, c’est la taille de la congrégation des fidèles qui a largement dicté les modifications, bien que les revenus et les promotions dans les nominations aux bénéfices aient aussi eu leur importance.

Les paroisses de la Church of Ireland

  • 6 Voir Smyth, 2000.
  • 7 Voir Barnard 1975, p. 160-166 ; Duffy, 1993, p. 5-6. Selon l’évêque de l’Église d’Irlande à Cloghe (...)
  • 8 NdT : le townland est la plus petite subdivision territoriale irlandaise (de quelques acres à plus (...)
  • 9 NdT : refection dans la version anglaise originale du présent article. Le même mot « réfection », (...)

4La Church of Ireland instaurée au XVIe siècle a hérité des biens et des structures territoriales de l’Église d’avant la Réforme. Dans beaucoup de régions la petite taille des congrégations protestantes a nécessité des changements ; aussi les bâtiments et les cimetières de la fin du Moyen Âge furent-ils quelquefois abandonnés6. Pourtant, bien que l’administration de Cromwell ait entrepris des réorganisations radicales en 1657, des modifications dans les paroisses de la Church of Ireland étaient complexes à réaliser7. À partir de 1660, des changements tels que regroupements, divisions, ou échanges de townlands8 particuliers à l’échelon local, ne pouvaient être effectués que sur ordre du Conseil privé du souverain britannique à Dublin. D’autres obligations légales tout au long du XVIIIe siècle entravaient les modifications des frontières paroissiales, si bien que, même si de sérieux problèmes se posaient avec des églises souvent situées de façon « peu pratique » et des paroisses décrites comme « mal constituées et mal réparties », la possibilité de changement radical demeurait limitée. La Church of Ireland a maintenu les structures diocésaines et paroissiales existantes dans leurs dimensions historiques, leurs droits légaux et surtout la possession des dîmes. Effectivement, les enquêtes et visites pastorales des évêques du XVIIe siècle, comme celles de l’évêque Montgomery en Ulster, sont essentielles pour déterminer l’étendue des biens paroissiaux et des frontières dans de nombreux endroits. Des enquêtes du début du XVIIe siècle dans le diocèse de Clogher, par exemple, ont soigneusement enregistré la série de redevances, de collations et de banquets9 (dus à l’occasion des visites pastorales), de droits et de procurations perçus par l’évêque, ainsi que la répartition des dîmes entre vicaires et pasteurs et les obligations d’entretien de l’église.

  • 10 Tighe, 1998, p. 618.

5Dans les diocèses d’Ulster, où il y avait une population protestante importante, l’ancien héritage paroissial a généralement conservé localement sa viabilité démographique et sa signification sociale. Les fabriques paroissiales de la Church of Ireland, fonctionnant en tant que forme minimale de gouvernement local dans les régions à forte population protestante aux XVIIe et XVIIIe siècles, ont aussi contribué à maintenir vivace une conscience locale de l’ancienne structure paroissiale. Dans le diocèse de Clogher, par exemple, les grands traits de l’ancienne géographie paroissiale se sont perpétués avec très peu de créations de nouvelles structures ; au XVIIIe siècle, et au XIXe siècle il y avait 50 paroisses (avec 29 vicariats perpétuels) par rapport aux 47 paroisses administratives (civil parishes) antérieures. Toutefois, dans une grande partie du Leinster et du Munster, où les anciennes paroisses étaient trop petites pour les besoins pastoraux des congrégations de fidèles clairsemées de la Church of Ireland, la Couronne facilitait des réunions de paroisses qui respectaient en général les entités antérieures par regroupement des unités plus anciennes dans leur intégralité. Les conditions du ministère de la Church of Ireland en dehors de l’Ulster sont bien résumées pour le C° de Kilkenny par un témoin en 1802 : « 147 paroisses sont actuellement réparties entre 55 bénéfices ; dont certains se composent de paroisses dispersées en d divers endroits : treize titulaires résident dans leurs paroisses dans ce comté. […] Quelques ecclésiastiques résident à proximité, mais pas dans leurs paroisses ; d’autres desservent leurs paroisses le dimanche à partir de Kilkenny et d’autres lieux ; et il n’est pas rare pour les titulaires d’une paroisse d’être vicaires dans une autre10. » Par conséquent, alors que l’Ordnance Survey enregistrait 2428 paroisses administratives en Irlande dans les années 1830, la Church of Ireland se composait de 1518 paroisses quand elle fut séparée de l’État en 1870 et ce nombre fut encore réduit davantage dans les décennies suivantes.

Les paroisses catholiques

  • 11 Mulligan, 1981, p. 323-348; Ó Connor, 2000, p. 88, 95, 99.

6Durant une grande partie des XVIIe et XVIIIe siècles, l’Église catholique fut souvent une église clandestine, et même missionnaire, où les évêques avaient une liberté considérable pour introduire des changements de circonstance dans leurs diocèses afin de répondre aux besoins pastoraux. À titre individuel, les prêtres étaient souvent assez indépendants dans leurs propres paroisses – avec souvent l’aide de religieux pour le ministère local et des laïques habitués à très peu d’ingérence extérieure dans leurs paroisses. À la fin du XVIIIe siècle, dans des parties du Meath, de Clogher et d’autres diocèses, les évêques durent souvent réaffirmer leur autorité sur le clergé et les assemblées de fidèles récalcitrants. La pratique des « stations » (souvent en réponse aux conditions pénales du XVIIIe siècle où les messes avaient lieu dans des maisons particulières) fut adoptée en tant que pratique obligatoire qui contribuait à renforcer la cohésion de l’identité paroissiale11.

  • 12 Corish, 1972, vol. 1, p. 58-59.
  • 13 Whelan, 1983, p. 4.
  • 14 En 1947, P. Power, à partir de son expérience personnelle, supposait empiriquement « qu’il n’y a p (...)

7Il a été avancé que, par suite de la perte de son héritage paroissial après la Réforme, et surtout après les années 1640, les structures administratives de l’Église catholique se sont effondrées, ce qui a exigé d’entreprendre la reconstruction du « système paroissial détruit » à la fin du XVIIe siècle, avec très peu de référence au leg médiéval12. Il y aurait discordance entre la paroisse catholique et l’ancienne paroisse médiévale, et l’on suppose une « transformation massive » en paroisses « radicalement nouvelles », « vaguement circulaires » pour optimiser l’accessibilité en réponse aux besoins locaux13. Il est certain qu’une solution de continuité dans l’administration paroissiale est gravement intervenue durant les bouleversements des XVIe et XVIIe siècles et que de nouvelles dispositions pour la gestion paroissiale ont dû être mises en place. Pourtant, en définitive, l’organisation territoriale des paroisses entreprise par l’Église catholique semble plus conservatrice que radicale dans la majeure partie de l’Irlande14. À l’extrême fin du XVIIIe siècle, l’attachement aux anciennes structures médiévales avait survécu, les anciens sites ecclésiastiques et les cimetières continuaient d’être vénérés et la mémoire et la fidélité des populations locales aux formations antérieures perduraient. Là où les anciennes paroisses étaient relativement étendues (comme en Ulster), le maintien des espaces paroissiaux à l’époque moderne paraissait logique tant du point de vue géographique que social. De plus, le versement des dîmes paroissiales à l’Église établie, bien qu’évidemment impopulaire chez les catholiques, a probablement contribué à assurer le maintien des anciennes structures dans la conscience collective.

  • 15 Duffy, 1993a, p. 6-8 et 25.
  • 16 Donegal county development board, 2001, County atlas, carte no 82.
  • 17 Cf. C° Tipperary, [Morris (Archbishop Thos.)], 1970, Pobal Ailbe - An Atlas of the Catholic Dioces (...)

8En Ulster, les paroisses catholiques et les anciennes paroisses ont révélé un haut niveau de conformité. Dans le diocèse de Clogher, par exemple, la surface des 38 paroisses catholiques au XIXe siècle coïncidait pratiquement avec celle des 43 paroisses historiques15. En fait, dans beaucoup de cas, en Fermanagh, les paroisses catholiques ont rétabli l’ancienne géographie médiévale là où la Church of Ireland s’en était quelque peu écartée (carte 1). Dans le C° de Donegal comme dans le C° de Cavan, il y a une étroite correspondance entre les plus anciennes frontières paroissiales et les structures catholiques16 (carte 2). Plus au sud, dans l’archidiocèse de Cashel, où les plus anciennes paroisses étaient considérablement plus petites que celles d’Ulster, la correspondance entre les paroisses catholiques et les paroisses administratives se retrouve17. Pour l’essentiel, les paroisses catholiques comprenaient un certain nombre de petites unités plus anciennes : il y a 46 paroisses catholiques dans ce diocèse pour 130 paroisses administratives. Environ 21 paroisses catholiques sont composées d’une à neuf paroisses administratives, et les limites de presque toutes les autres correspondent aux limites des paroisses administratives. Les autorités catholiques ont procédé à des ajustements mineurs pour quelques paroisses administratives mal découpées afin d’aboutir à une unité territoriale plus rationnelle, en y réaffectant des townlands, isolément ou par petits groupes, ou dans quelques cas en prenant pour limites le tracé de routes postérieures aux paroisses administratives.

Carte 1. – Paroisses administratives et paroisses catholiques dans le diocèse de Clogher.

Carte 2. – Paroisses administratives et paroisses catholiques dans le comté de Cavan.

Carte 3. – Paroisses administratives et paroisses catholiques dans le comté de Meath.

  • 18 Duffy, 2000, p. 187-218.
  • 19 Cf. Cogan, 1867.

9Dans le C° de Meath il y a un lien étroit entre les paroisses administratives et les paroisses catholiques18. Comme le montre la carte 3, les 46 paroisses catholiques sont en réalité composées du regroupement de 144 paroisses administratives. Dans l’immense majorité des cas, les anciennes limites des paroisses administratives constituent les contours de ces nouvelles paroisses catholiques apparues à la fin du XVIIIe siècle. Ce processus de réaménagement est bien illustré dans le Meath (carte 3) où l’objectif était d’assurer le service pastoral à d’importantes assemblées de fidèles avec un clergé en nombre limité dans un cadre souple de regroupements de paroisses médiévales plus petites19. Par exemple, Ardsallagh est une église primitive érigée en paroisse après la colonisation anglo-normande. En 1690, un curé fut affecté aux paroisses d’Ardsallagh et de Navan. En 1704, le desservant fut enregistré en tant que curé des paroisses historiques d’Ardsallagh, Navan, Bective et Donaghmore. Plus tard, les franciscains de Flower Hill en Navan furent chargés de Donaghmore et Dunmoe. Donaghmore fut par la suite définitivement réuni à Navan. Au début du XVIIIe siècle, les Franciscains se virent confier le ressort des paroisses de Clonmacduff, Bective, Rataine, Churchtown, Moymet, Tullaghenoge et Kilcooly, qui a fini par devenir la paroisse catholique unifiée de Dunderry. L’église primitive de Kilmoon fut érigée en paroisse au XIIe siècle et fut réunie avec Kilbrew sous la direction d’un curé en 1690. Dans le registre des prêtres de 1704 elle était administrée avec Kilbrew, Crickstown, et Trevet, sous la dénomination unifiée de Curraha au XVIIIe siècle. Trevet fut réuni à la paroisse de Skyrne en 1823 et à Curraha furent attribuées les paroisses de Kilmoon, Kilbrew, Crickstown, Primatestown, Donaghmore et Greenoge.

  • 20 Jones Hughes, 1982, p. 93-100.
  • 21 Tighe, 1998, p. 619-620. Voir aussi Ó Fearghail, 1990, p. 202.

10Lors des bouleversements subis par l’Église catholique aux XVIIe et XVIIIe siècles, les anciennes paroisses historiques pourraient avoir représenté des éléments de stabilité, des lieux porteurs d’un sentiment d’appartenance et de solidarité communautaire, comme dans le C° de Limerick – même s’il a été avancé que pour l’Église catholique au début de l’époque moderne la notion de paroisse était plus déterminante en tant que communauté qu’en tant qu’entité territoriale précisément définie20. Effectivement, il y a eu de frictions locales au sein de certains de ces regroupements ad hoc. L’emploi de l’expression « uni à » plutôt que « uni avec » par l’historien du XIXe siècle Anthony Cogan, pourrait indiquer le maintien de l’intégrité des unités plus anciennes dans le Meath. À Kilkenny, le terme « annexe » fut employé pour ces réunions d’anciennes paroisses catholiques contiguës, qui furent suffisamment souples pour s’adapter aux changements alors qu’augmentaient les chiffres de population et ceux du clergé21. Au fil du temps, en conséquence de l’évolution du peuplement et de la croissance démographique, de nouveaux noms et de nouvelles identités sont parfois apparus pour quelques-uns de ces regroupements, bien que l’Église catholique ait souvent tenu à garder la dénomination paroissiale plus ancienne.

  • 22 Cf. les cartes ESB MSS des « paroisses catholiques », Russell Library, Maynooth (NdT : La Russell (...)

11En Wexford, Kerry et ailleurs, la continuité des anciennes limites est également manifeste dans les nouveaux aménagements paroissiaux de l’Église catholique22. Bien que Thomas Jones Hughes fasse référence à de « nouveaux cadres territoriaux » qui se développent au XVIIIe siècle pour tenir compte des points centraux et des axes de communications apparus dans le paysage, en fait les anciennes entités paroissiales ont généralement perduré, et là où elles étaient petites, comme dans certaines parties du Munster et du Leinster, pour la plupart elles ont été réunies dans des regroupements paroissiaux catholiques. Pourtant, le plus souvent, de nouveaux « villages-chapelle » occupaient une situation plus centrale dans ces regroupements en gestation. Généralement, donc, c’est dans le cadre des paroisses médiévales qu’il faut se reporter pour aller rechercher les adaptations opérées par les autorités de l’Église catholique dans leur modernisation au cours du XIXe siècle (carte 4).

Les « paroisses administratives »

  • 23 NdT : à l’origine, unité administrative de l’Église médiévale irlandaise, la civil parish a été ut (...)
  • 24 Sweetman, 1875-86, vol. V, no 693-729.
  • 25 Ó Buachalla, 1949. Sharpe, 1992, p. 96, citant Power P. (éd.), 1932, Crichad an Chaoilli, being the (...)
  • 26 De nouvelles paroisses ont aussi été créées au dix-huitième siècle, dont beaucoup reflétaient des (...)
  • 27 NdT : dans les premières décennies du dix-neuvième siècle, sous la direction du colonel Thomas Col (...)

12La paroisse de la fin du Moyen Âge est le prototype commun à la fois aux paroisses catholiques et à celles de la Church of Ireland. Registres de confiscation et registres administratifs du XVIIe siècle utilisent la baronnie, la paroisse (et/ou le townland ou son équivalent contemporain) en tant qu’unités de base d’enregistrement – comme, par exemple, dans le Civil Survey, le Down Survey, les déclarations de fouage (hearth money) et de capitation (poll tax) des années 1660. Par conséquent, la paroisse est devenue pratiquement la principale unité administrative, qui a fini par être qualifiée de civil parish23 (c’est-à-dire de « paroisse administrative »). On pourrait donc considérer que la paroisse du XVIIe siècle permet de se représenter de manière fiable la structure territoriale de la paroisse de la fin du Moyen Âge. Les liens de celle-ci avec la « paroisse administrative » remontent au XIIIe siècle et se décèlent dans des documents relatifs aux impôts pontificaux sur les paroisses à partir de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècles24. À Clogher, par exemple, la liste des paroisses en 1306 correspond, en général, aux listes du XVIIe siècle. Dans certains cas, il y a des dossiers sur l’étendue territoriale des paroisses qui comportent des précisions sur la toponymie. Les noms de lieux et les entités territoriales sont répertoriés dans les moindres détails pour le district de Fermoy dans le nord du C° de Cork au XIIe siècle, y compris l’église de chaque tuath25. Des listes complètes des paroisses pour Cashel et Emly se trouvent dans les impôts pontificaux de 1297 et 1302 et dans une visite pastorale de 1437, qui sont pratiquement identiques à la liste des paroisses administratives. À défaut de dossiers exhaustifs sur l’étendue territoriale des paroisses pour les XIIe ou XIIIe siècles, et compte tenu des nombreux regroupements et subdivisions intervenus aux XIVe et XVe siècles26, les cartes des paroisses administratives de l’Ordnance Survey27 des années 1830 montrent les grandes lignes de l’encadrement paroissial médiéval. Les cartes sont essentielles pour mieux comprendre les morphologies paroissiales au Moyen Âge. Il y a une multitude de données à extraire des cartes des paroisses administratives et des townlands en Irlande. Les sources les plus pratiques pour étudier en détail la topographie des paroisses sont les index au Survey des townlands (une page par comté) et les index des townlands (qui décrivent les townlands en plusieurs pages par comté).

Carte 4. – Les paroisses catholiques du comté de Botha.

  • 28 Je suis reconnaissant à William J. Smyth et au département de géographie de l’University College C (...)
  • 29 NdT : au Moyen Âge le Pale était une circonscription centrée sur Dublin et placée directement sous (...)
  • 30 Voir Nicholls, 1971, p. 62.

13Les historiens ont depuis longtemps mis au jour d’importants contrastes régionaux dans la géographie paroissiale – depuis les petites paroisses seigneuriales dans les régions colonisées par les Anglo-Normands jusqu’aux plus grandes paroisses dans les régions gaéliques d’Irlande médiévale. La carte de l’implantation normande en Irlande montre un rapport avec la répartition des plus petites paroisses28. Le Pale29 se prolongeant vers le sud jusqu’à l’est du C° de Kildare et les districts de la vallée du Barrow jusqu’au sud du C° de Wexford ainsi que l’est du C° de Waterford, les C° de Kilkenny, de Tipperary, l’est du C° de Cork, le nord du Kerry, le C° de Limerick, l’est du C° de Galway, le sud du C° de Sligo, le nord du C° de Roscommon, le C° de Westmeath, le C° de Longford, et l’est du C° de Down comportent des paroisses nettement plus petites ; ce sont des paysages intensivement ou partiellement colonisés, marqués par des mottes et des sites fossoyés. Ces petites paroisses contrastent avec les structures paroissiales beaucoup plus grandes dans les régions gaéliques d’Ulster, ainsi que dans le sud des Midlands, dans le C° de Wicklow, le sud de celui du Kerry et la majeure partie du Connaught. Ces situations contrastées ressortent clairement de part et d’autre de la frontière entre le sud de l’Ulster et le Pale, où les paroisses peuvent varier entre des dimensions de l’ordre de 1700-5000 acres dans le C° de Louth et 4 000 acres dans le C° de Meath, rapportées à des dimensions de 17 000-30 000 acres dans les C° d’Armagh et de Monaghan. La carte montre des connotations manifestement coloniales reflétant l’impact culturel de l’implantation anglo-normande, associé à l’influence topographique des sols fertiles et d’un meilleur drainage dans les riches Lowlands et les vallées fluviales où les petites paroisses seigneuriales se sont développées sur le modèle européen. Les zones non influencées par la colonisation anglaise présentent un encadrement plus lâche traduisant peut-être un processus de territorialisation antérieur aux Normands et une approche différente de la gestion de la paroisse et du ministère paroissial. Cette matrice cadastrale comportant de plus vastes paroisses coïncide aussi parfois avec des zones peu peuplées ou avec des terres peu productives et en friches où le service pastoral (assuré grâce à la productivité économique des terres laïques) nécessitait des circonscriptions plus étendues. Bien que les paroisses « seigneuriales » soient beaucoup plus petites que celles des régions gaéliques, elles présentent aussi de plus grandes variations au niveau de leur taille – certaines étant très petites, d’autres beaucoup plus grandes. Un aussi large éventail est beaucoup moins manifeste dans les régions gaéliques qui montrent plus d’uniformité et de régularité dans la taille des paroisses. Effectivement, si l’on excepte les montagnes et les terres en friches, comme dans les diocèses de l’ouest30, ces paroisses montrent davantage d’uniformité spatiale que dans les régions du sud et de l’est du pays (carte 5).

Carte 5. – Les paroisses admninistratives en Irlande.

  • 31 Lennon, 1990, p. 35.
  • 32 Voir Smyth, 1997, p. 126-127.
  • 33 NdT : Coarb (irl. mod. : comharba) successeur (qui peut être un laïc) du fondateur d’une église ou (...)

14Les divergences dans l’évolution du ministère local, de la pastorale et de la gestion des affaires ecclésiastiques de part et d’autre de la frontière pourraient également expliquer les contrastes dans la genèse et la géographie de la paroisse. Adrian Empey dépeint une église paroissiale vigoureuse en Anglo-Irlande – en particulier après la « Peste noire » (1348-1350) – avec des laïcs jouant un rôle actif et la construction d’églises conformément à la situation classique en Europe. Cela contraste avec la nature de la vie paroissiale en Irlande gaélique où des branches des familles dirigeantes monopolisaient les terres et les fonctions au niveau local et où, en général, l’organisation paroissiale était assez anarchique au XVIe siècle31. En Irlande féodale, les centres paroissiaux, généralement focalisés sur l’église et le manoir, étaient des centres puissants de la vie communautaire locale32. Les terres qui relevaient du coarb et de l’erenagh33 ont changé de main dans les régions anglo-normandes et ont été soit transférées aux évêques ou aux fondations monastiques, soit reprises par les nouveaux colonisateurs. Dans les régions gaéliques, leurs fonctions et leurs propriétés foncières se sont maintenues dans les diocèses postérieurs à la réforme sous une forme atténuée mais encore vigoureuse et qui a joué un rôle majeur et déterminant dans la géographie paroissiale.

  • 34 Voir Millet 1986, p. 2-3; Corish, 1972, t. I, p. 3-4.
  • 35 Colfer, 2002, p. 85-86.; Otway-Ruthven, 1964, « Skyrne », p. 119-120. Voir aussi Empey, 1986, p. 19

15En Irlande, on fait remonter la genèse des paroisses historiques à la réforme ecclésiastique du XIIe siècle, surtout dans les décennies qui ont suivi la colonisation anglo-normande. Le développement initial des structures territoriales de la paroisse, comme ailleurs en Europe continentale, est étroitement associé aux structures territoriales civiles. Dès les premiers temps, la survie de l’église chrétienne a dépendu de sa capacité à s’allier avec le pouvoir laïque34. Les réformes du XIIe siècle en Irlande avaient pour objectif l’alignement de l’Église irlandaise sur les normes européennes, pour organiser des diocèses en concordance avec l’ordre politique, et la formation paroissiale dans l’Irlande coloniale est très nettement associée aux châtellenies anglo-normandes. La régularisation du système de la dîme s’est traduite par l’organisation des paroisses en fonction des tenanciers de la seigneurie payant la dîme, comme en Wexford où trente-sept manoirs portaient le même nom que les paroisses dans lesquelles ils se situaient, et dans la baronnie de Skyrne dans le C° Meath où les paroisses ont été développées par leurs « tenanciers militaires » (military tenants)35.

  • 36 Seymour, Watkins, 1994, p. 12. Taylor, 1983, p. 120. Voir la note de Blair et Sharpe, 1992, p. 6-7, (...)
  • 37 Empey, 1986, p. 12-16 et 30 ; Hennessy Mark, 1985, p. 63. Voir aussi Dermot Gleeson, cité par Otway (...)
  • 38 NdT : les toponymes irlandais comportant soit l’élement Cill/Kill (lat. cellula), soit l’élément D (...)
  • 39 Duffy, 2000, p. 193-204 ; Smyth, 1992, p. 150-152.

16Mais d’où viennent ces châtellenies anglo-normandes ? Sur quels antécédents territoriaux étaient-elles fondées ? Les structures territoriales résistent souvent aux bouleversements sociaux et politiques, surtout lorsque, comme dans le cas des paroisses, les biens fonciers et les revenus afférents s’inscrivent et sont incorporés dans une matrice cadastrale de propriété foncière laïque. Une puissante force d’inertie assurait la continuité territoriale dans des structures paroissiales insérées dans les mailles d’un réseau caractérisé par des privilèges juridiques, des droits et des revenus, peut-être des charges pastorales, tout autant que par les appartenances locales et les coutumes traditionnelles. En Angleterre, les frontières paroissiales du XIIe siècle se sont souvent fondées sur celles des établissements saxons antérieurs qui pour leur part étaient fréquemment fondés sur des structures foncières romaines36. La relation entre les fiefs anglo-normands et les cadres territoriaux antérieurs à la colonisation comme les tuaths a été démontrée dans plusieurs endroits, notamment là où des paroisses ont été découpées à partir d’entités préexistantes, comme dans les seigneuries de Tipperary, en dépit de l’accent mis par Mark Hennessy sur le caractère innovant des formations paroissiales anglo-normandes37. À l’est des Midlands à Kildare et dans le Meath, se trouvent de nombreuses petites paroisses dont les noms attestent d’une généalogie antérieure, comme Kilmore, Kilmeague, Kilmessan, Kilbride ou Donaghmore, Donaghcumper, Donaghpatrick38 ; tous ces toponymes qui représentent d’importantes églises sont les indices de topographies pré-paroissiales, ou proto-paroissiales de l’époque pré-normande. 78 % des noms de paroisses dans le Meath évoquent une origine pré-normande et Smyth a calculé que 70 % des noms de paroisses dans le C° de Dublin proviennent des origines chrétiennes, ce qui montre que les Normands « furent héritiers plutôt que créateurs des structures ecclésiastiques39 ».

  • 40 NdT : le mot sept (peut-être dérivé de l’irlandais sliocht : « descendance ; progéniture ») est co (...)
  • 41 Voir, par exemple, Costello Michael A. (éd.), 1909, De annatis Hiberniae, vol. 1, Dundalk, Tempest (...)
  • 42 Simms, 1995, p. 182-185. Dans les enquêtes des « plantations » en Ulster, les erenaghs se présentai (...)
  • 43 NdT : termon (lat. terminum) désigne une terre ecclésiastique exemptée des taxes perçues par les p (...)
  • 44 Voir par exemple, dans Ó Dufaigh, 1957, p. 36-37 le cas d’une famille influente politiquement qui (...)
  • 45 NdT : les Annales des XIIe-XIIIe siècle désignent sous cette appellation de lucht tighe le groupe (...)
  • 46 Le ballybetagh (balliboe, etc.) était en général plus étendu que le townland. Cf. Duffy, 2007, p.  (...)
  • 47 Duffy, 2001, p. 134-136 ; voir aussi les paroisses de Muinterheny et Ballymore à Armagh dans McGlee (...)
  • 48 Ní Ghabhláin, 1996, p. 51-52, bien que les relations avec certaines branches des clans ne soient pa (...)
  • 49 Sharpe, 1992, p. 84.
  • 50 Dans le même sens que le « pre-village » de Charles Doherty qui relativise les traits originaux mi (...)

17Les liens héréditaires et les relations familiales des erenaghs et des coarbs avec les terres ecclésiastiques et les fonctions correspondantes rendent encore plus vraisemblable l’existence d’une cohérence territoriale entre entités paroissiales plus vastes et terres claniques (sept lands40) en Ulster et ailleurs. À la fin du Moyen Âge, l’exemple des familles d’erenaghs dans le diocèse de Clogher qui étaient généralement redevables de deux tiers des frais de réparation de l’église à partir des revenus de la terre d’erenagh située dans la paroisse (tout en payant régulièrement une redevance au diocèse41) montre que les églises semblent souvent avoir été situées sur ces terres d’erenagh. Katharine Simms a démontré que le modèle régional de gestion de la paroisse gaélique et du ministère paroissial assurés par l’erenagh et le coarb à partir du synode de Kells (1152), renvoyait globalement à une dichotomie dans la répartition géographique régionale des « paroisses administratives », particulièrement en Ulster42. Les rapports entre les groupes lignagers, l’église locale et les terres paroissiales (terres d’erenagh et termon43) remontent aux premiers temps du christianisme et ils avaient alors un rôle plus déterminant. Dans ce contexte, il semblerait logique que les paroisses et leurs antécédents pré-paroissiaux, sous le contrôle des familles de coarb et d’erenagh (qui souvent fournissaient aussi le clergé paroissial ou plus tard le clergé diocésain), s’inscrivent dans l’espace politique et économique de l’autorité temporelle de la seigneurie44. En ce cas, les frontières seraient restées relativement stables. Une relation de ce genre est mise en évidence dans la châtellenie d’Airghialla à la fin du Moyen Age, où les terres « familiales » (lucht tighe45) des MacMahon couvraient une paroisse et où, en 1591, tous les ballybetaghs (townlands46) des diverses branches du clan (sept) étaient étroitement associés à la structure paroissiale47. Sinead Ní Ghabhláin a suggéré que la carte de la propriété foncière de 1591 pourrait indiquer une corrélation entre les terres spécifiques des clans (septlands) et les territoires paroissiaux, et il est probable que celle-ci durait depuis plusieurs générations48. Aussi, dans quelle mesure les paroisses qui sont finalement apparues en tant que résultats des réformes du XIIe siècle sont-elles « en rapport avec ce qui existait précédemment49 » ? Richard Sharpe et Adrian Empey font tous deux état de la réticence des historiens à regarder au-delà du clivage du XIIe siècle pour chercher les antécédents de la paroisse du bas Moyen Âge dans ces « proto-paroisses » ou « pré-paroisses », plutôt que dans les fédérations monastiques largement évoquées dans l’historiographie de la génération précédente d’historiens50. Cela correspondrait pourtant à une structure beaucoup mieux connue en Europe du Nord, peut-être constituée de grandes et de petites « paroisses » analogues aux minsters d’Angleterre.

  • 51 Dodgshon, 1987, p. 72, 126-130, 139, 160.

18Plus généralement, les considérations de Robert A. Dodgshon sur la nature de l’espace et du territoire, dans des contextes féodaux et pré-féodaux, pourraient s’avérer pertinentes pour expliquer l’évolution des territoires paroissiaux en Irlande avant et après la colonisation anglo-normande. Les formes pré-féodale ou tribale de territorialisation sont finalement fondées sur des réseaux de parenté et des clans (sept). La féodalité a introduit des notions d’organisation de l’espace et des ressources foncières fondées sur la mesure, la superficie et l’évaluation dans un cadre mieux articulé d’intégration économique51. Généralement, en contexte irlandais, il est possible de voir comment dans les chefferies gaéliques, les hiérarchies spatiales et territoriales étaient déterminées par la parenté et le lignage : la distance par rapport au centre, par exemple, était aussi bien généalogique que géographique. Les meilleures terres du lucht tighe, situées habituellement au centre du territoire, appartenaient à la parenté du chef, et les unités territoriales périphériques aux autres branches du clan (sept). Dans le contexte de l’évolution paroissiale, les familles d’erenagh et de coarb faisaient partie intégrante de ce monde local désarticulé et simultanément s’accommodaient fort bien de l’espace séculier déterminé par la parenté.

  • 52 Empey, 2000, p. 12-14.
  • 53 Ibid., p. 13-14; Simms, 1995, p. 184-185.
  • 54 Swan, 1988, p. 3-32 ; Cuppage et al., 1986, p. 363.

19Adrian Empey et d’autres auteurs ont mis l’accent sur l’importance de la dîme comme indicateur d’un système paroissial où la détention des fonts baptismaux, par exemple, constitue la marque de ce statut paroissial52. L’absence de conflits sur la propriété des dîmes, après la colonisation anglo-normande, tendrait donc à montrer l’absence d’un véritable système paroissial au XIIe siècle, bien que Katherine Simms estime que les évêques diocésains récemment établis n’avaient pas compétence pour intervenir en matière des dîmes face aux nouveaux venus53. Toutefois, Richard Sharpe a fait remarquer l’existence d’une pastorale organisée durant le haut Moyen Âge, qui ne pouvait probablement fonctionner que sur des bases territoriales. Il a proposé un modèle d’églises hiérarchisées sur trois ou quatre échelons qui aurait été créé vers le milieu du VIIe siècle : des églises locales desservant contre redevances des groupes de population à l’échelle des tuatha, étaient subordonnées à des églises-mères et surpervisées par un petit nombre d’églises plus importantes. Il considère ce système pastoral comme l’un les plus organisé d’Europe du Nord. D. L. Swan a suggéré que la forte coïncidence entre les unités paroissiales et les anciens sites ecclésiastiques du Westmeath conforte la notion d’une origine pré-normande de ces entités territoriales, de même que le regroupement des tels sites dans la matrice cadastrale des paroisses de la péninsule de Dingle54. Une grande partie de la recherche sur les paroisses provient des études sur les sites ecclésiastiques et les centres paroissiaux qui contiennent des ensembles de bâtiments et des éléments caractéristiques du paysage comme les cimetières. Dans la plupart des cas, il semble raisonnable de supposer que ces sites et ces centres paroissiaux constituent en général des indices de paroisses territoriales, particulièrement là où le nom médiéval du site où se trouve l’église (actuel townland) est le même que le nom de la paroisse. Un des problèmes majeurs soulevé par la géographie paroissiale est celui de la contemporanéité des églises primitives et des circonscriptions territoriales. Comme dans le cas de la péninsule de Dingle, où une série de sites ecclésiastiques se trouvent dans les paroisses administratives, ceux-ci pourraient être révélateurs d’un processus de développement progressif sur le temps long, alors que certains sites déclinaient tandis que d’autres culminaient.

  • 55 Voir Etchingham, 2006, p. 79-90 ; Id., 1993, p. 147-52.
  • 56 Sharpe, 1992, p. 95, 96-7. Voir aussi Doherty, 2000, p. 57-59.
  • 57 NdT. tricha céd : littéralement trente « hundreds » (assiette territoriale – environ 3000 acres – (...)
  • 58 Hogan, 1928-1929, p. 184; Ní Ghabhláin, 1996, p. 56; Fitzpatrick, O’Brien, 1998, p. 12. Voir aussi (...)
  • 59 Harvey, 2000, p. 201-212.

20Colmán Etchingham a remarqué que le règlement des redevances pastorales était d’un usage précoce, bien qu’il n’ait pas nécessairement été toujours observé partout. De même, il a mis l’accent sur l’importance du territoire et de sa population dans l’Irlande du haut Moyen Âge. L’autorité des églises principales sur les églises subordonnées était déterminée spatialement à l’intérieur de la paruchia et la juridiction épiscopale s’exerçait sur ces églises subordonnées dans le cadre de régions géographiques intégrées55. Ce sentiment précoce d’appartenance à un lieu et à un peuple se traduit dans de nombreux noms de lieux d’églises primitives où l’élément domhnach est mentionné en relation avec un secteur ou une population déterminés56. Beaucoup d’historiens des structures territoriales irlandaises se sont appuyés sur le texte du XIIe siècle intitulé Crichad an chaoilli (« Les limites des territoires » : The Ancient Territory of Fermoy) pour souligner les liens étroits remontant au VIIIe siècle entre les églises locales et ces communautés constituées de groupes de parenté. L’enquête de Hogan sur les tricha céd57 en 1928 suggérait une éventuelle correspondance entre la paroisse et la tuatha. Cette proposition a été validée par Sinead Ní Ghabhláin et Elizabeth FitzPatrick et a été complètement démontrée par Patrick Nugent, pour le comté de Clare où, dans la plupart des cas, les túatha correspondent à deux paroisses ultérieures (ou plus)58. La conception de Sinead Ní Ghabhláin de la division des paroisses primitives en paroisses médiévales s’inscrit dans un processus bien connu par ailleurs et illustré dans le diocèse de Kilfenora par le démembrement des paroisses en portions qui attestent l’existence antérieure de plus grandes unités dotées de dîmes rectorales. Ce modèle ressemble au processus conjectural de formation des paroisses dans le diocèse de Clogher qui sera envisagé dans la partie suivante. Les recherches récentes relatives au Cornwall où le développement paroissial est plutôt comparable à l’ancienne Irlande qu’à l’Angleterre féodale viennent étayer cette conception d’une organisation territoriale des paroisses en étroite relation avec les communautés et les identités locales qui s’exprime notamment dans un contexte très développé de légendes épiques relatives aux « saints-héros59 ». Avant même la réforme du XIIe siècle en Irlande, beaucoup des plus petites églises locales avaient été abandonnées et tombaient en ruines, mais c’est cependant au niveau de ces églises locales et de leurs territoires pastoraux que se trouvent les fondements des paroisses médiévales. Dans leur ensemble, les idées exposées ci-dessus sont susceptibles d’apporter un nouvel éclairage sur la paroisse moderne. Les deux parties suivantes vont tâcher d’éprouver certaines de ces idées en les appliquant à la question de la morphologie des paroisses dans le sud de l’Ulster.

Les paroisses de Clogher60

  • 60 Basé sur Lawlor, 1916-1920; McKenna, 1920; Mulligan, 1975; Simms, 1980; Duffy, 1993b; Inquisitionu (...)
  • 61 Ó Dufaigh, 1957, p. 31-35.

21Lorsque le synode de Rathbreasail (1111) a entrepris de définir des frontières diocésaines, seules celles des circonscriptions centrales du futur diocèse de Clogher furent tracées, à partir des anciens territoires des Uí Cremthain. Les frontières de ce diocèse s’étendirent bientôt vers le sud-est en direction de la mer dans l’actuel C° de Louth, par suite de l’expansion du royaume des Ó Cearbhaill, vers l’ouest jusqu’à la côte dans la baie de Donegal sous la domination des Fir Manach et temporairement vers le nord à Ardstraw, dépendant traditionnellement des peuples de la province d’Airgialla. Suite à l’expansion anglo-normande, bien des territoires du C° Louth ont été perdus et Ardstraw a été rendu à Derry. L’histoire des MacCathmhaoil de Clogher au XIIe siècle illustre les relations entre le pouvoir laïque et la frontière du diocèse dans le sud de l’actuel C° de Tyrone61.

22L’obit de Donnchadh Ó Cearbhaill (roi d’Airgialla, mort en 1168) porte au crédit de celui-ci d’avoir contribué à la réforme ecclésiastique dans le territoire d’Airgialla

  • 62 Cité dans Lawlor, 1916-1920, p. 138.

« qui fit faire […] les principaux livres des ordines de l’année et les principaux missels […] qui réforma l’Église dans tout le territoire d’Oirghiall […] De son temps, eurent lieu la perception des dîmes, les fondations des églises, les constructions d’édifices et de cloichtheach (clochers)62 »…

  • 63 Calendar of documents relating to Ireland (1302-1307), cité dans McKenna, 1920, t. 1, p. 16-17; Ó (...)

23Sous son influence, son royaume fut érigé en diocèse. À partir du XIIIe siècle, les territoires d’Airgialla et du Lough Erne furent stabilisés par les Mac Mahon et les Maguire et leurs subdivisions territoriales furent rapidement érigées en paroisses. Voici la liste de paroisses adressée à Rome en 1306 à des fins fiscales63 (carte 6).

24Mense épiscopale : Clogher, Dongah. Doyenné de Lough Erne : Termon Davog, Cúlmáine, Inis Muighe Samh, Devenish, Botha, Lisgoole, Inniskeen, Cleenish, Derryvullen, Derrybrusk, Aghavea, Aghalurcher. Doyenné de Clones : Clones, Galloon, Kilmore et la chapelle de Drumsnat, Tydavnet, Tyholland. Doyenné de Donaghmoyne: Donaghmoyne, Ros Cluain, Inniskeen, Killanny, Muckno, Cremorne. La plupart des paroisses ci-dessus correspondent à la carte des paroisses administratives postérieures et ont des origines dans le haut du Moyen Âge. Presque toutes comportent des églises dont la fondées remonterait aux VIe et VIIe siècles. Des données d’histoire locale clarifieront cela.

Carte 6. – Le diocèse de Clogher vers 1306.

25Clogher, vaste zone anciennement associée aux rois d’Airgialla au VIe siècle, avait une église importante dont la fondation était attribuée à Macartan au VIe siècle. Elle est devenue la paroisse de la mense épiscopale du nouvel évêque établi à Clogher.

  • 64 Hogan, 1928-1929, p. 206, identifie Trough comme un vestige d’un ancien trícha cét. Voir Ó Dufaigh, (...)

26Donagh était en 1306 une autre paroisse de la mense épiscopale qui comprenait probablement aussi Errigle Trough. Ces toponymes Domhnach et Aireagal Triocha correspondent à d’importants territoires pré-paroissiaux bien antérieurs. Errigle est mentionné pour la première fois comme paroisse en 153264.

27Termon Davog (paroisse administrative de Templecarn) était un ancien territoire de termon à la frontière entre les territoires de Fir Manach et de Tir Conaill axé sur le site de pèlerinage du Lough Derg, remontant au christianisme primitif. Au bas Moyen Âge, elle s’appelait Termonmagrath du nom de la famille locale de coarb.

28Cúlmáine (paroisse administrative de Magheraculmoney) où était située une église fondée au début du VIe siècle (carte 7).

Carte 7. – La paroisse catholique de Cúl Máine dans le diocèse de Clogher.

Carte 8. – La paroisse catholique de Cleenish dans le diocèse de Clogher.

29Inis Muighe Samh (Inishmacsaint). Sa morphologie territoriale originelle pourrait remonter au territoire des Cineal Cairbre de Túatha Rátha qui à la fin du XIIe siècle était une annexe du Fir Manach. Domnach Mór Magh Ene, site important du christianisme primitif, à la pointe occidentale, en bordure de l’océan, faisait partie de la paroisse au XIIIe siècle.

30Devenish était une vaste et importante paroisse territoriale comportant de nombreux centres ecclésiastiques, notamment la fondation de saint Molaise au VIe siècle sur l’île de Devenish qui est devenue le centre principal de cette zone.

31Cleenish était une vaste paroisse sur la frontière avec Breifne, allant vers l’ouest à partir de l’extrémité supérieure du Lough Erne. L’église de saint Sinell remontant au VIe siècle atteste de ses origines pré-paroissiales (carte 8).

32Lisgool était un centre monastique, lié au petit district environnant de Rossory et Botha (Boho) s’est maintenu en tant que paroisse médiévale de taille relativement petite.

33Inniskeen (paroisse administrative d’Enniskillen) était lié au lucht tighe des Maguire à la fin du Moyen Âge. Elle a pris le nom de Pubble (Pobal Phádraig) au XVIe siècle.

  • 65 NdT : l’expression anglaise church/chapel districts paraît correspondre aux trèves des paroisses b (...)

34Derryvullan était une vaste paroisse comportant des enclaves à l’est de Lough Erne qui incluaient plusieurs « églises tréviales » ou « chapelles tréviales65 » à Kilskeery et des parties de Magheracross, érigées en paroisses autonomes au XVe siècle. Toutefois, Kilskeery avait une église du VIe siècle fondée par saint Scíre et il y avait une église du IXe siècle à Trillick (Trelic Mór).

  • 66 McKenna, 1920, t. 2, p. 195.

35Derrybrusk était une petite paroisse recensée en 1306 dont les dîmes revenaient en totalité à l’erenagh66.

36Aghavea and Aghalurcher avaient des fondations du VIe siècle.

37Clones était une vaste et importante paroisse dont la fondation est attribuée par la tradition à saint Tighernach au VIe siècle.

  • 67 Ibid., t. 2, p. 115.
  • 68 Shirley, 1879, p. 564-569.

38Galloon (paroisses administratives de Galloon, Drumully, Currin, Killeevan, Aghabog et Ematris) comprenait la majorité de la baronnie postérieure de Dartree et a été parfois appelée la paroisse de Dartree. Bien que les paroisses administratives ultérieures aient été pour la plupart créées officiellement au XVIIIe siècle, elles semblent correspondre à des entités territoriales antérieures. Drumully, mentionné dans un document pontifical de 1428, comprenait Currin67. La fondation de l’église de Killeevan remonte au christianisme primitif selon une tradition constante. Ematris, crée en 1738, était une chapelle trèviale autonome au XVIe siècle et est enregistrée en tant que paroisse dans le Down Survey du milieu du XVII siècle et dans le Book of Survey and Distribution68.

39Kilmore & Drumsnat étaient d’importantes fondations du christianisme primitif.

40Tedavnet était une ancienne église fondée par saint Damhnait.

  • 69 Ó Dufaigh, 1999, p. 11.

41Tehallen. La paroisse médiévale était beaucoup plus grande que la petite paroisse administrative ultérieure. En 1306 elle comprenait Tullycorbet et Monaghan qui se sont développés à partir des lucht tighe des MacMahon à la fin du Moyen Âge. En 1428, les sources pontificales font mention de la cure de Teach Calan (Tehallen) ainsi que du presbytère de Lucht tighe69, probablement doté par la seigneurie comme c’était le cas pour des districts analogues en Fermanagh et en Cavan. Tullycorbet (mentionné en tant que paroisse en 1415) semble avoir existé précédemment en tant que pré-paroisse tout comme Rackwallace (par la suite en Monaghan).

42Dongahmoyne était un ancien site ecclésiastique d’importance et une grande paroisse avec plusieurs sites d’églises médiévales.

43Ros Cluain. (paroisses administratives de Magheross et Magheracloone). Sa division en deux paroisses au Bas Moyen Âge médiévales date des XIVe et XVe siècles. Ces deux paroisses comportaient beaucoup d’associations au christianisme primitif et un certain nombre de sites ecclésiastiques.

44Iniskeen (Iniscaoin Deagha du nom de son fondateur saint Daig) et Killanny étaient des paroisses situées sur les frontières méridionales du diocèse avec des petites parties enclavées dans le C° de Louth, vestiges de l’extension des Airgialla au XIIe siècle.

45Muckno comprenait en 1591 trois ballybetaghs correspondant à des territoires de termon sur la frontière orientale du diocèse.

46Cremorne (paroisses administratives de Clontibret, Aghnamullen, et Ballybay). Comme Galloon, c’était une grande paroisse constituée de la plupart du territoire (baronnie) de Cremorne. Elle comportait de plus petits districts autonomes à Clontibret et Aghnamullen, notés officiellement en tant que paroisses respectivement en 1429 et 1530. Ballybay est une paroisse moderne créée en 1798 compte tenu de la ville moderne, de même que la paroisse administrative de Belleek à l’ouest du diocèse.

  • 70 Nicholls, 1971-1972, p. 413.

47Cette enquête, démontre comment la carte des paroisses administratives correspond globalement à la répartition des territoires paroissiaux en 1306. Un accord entre l’évêque de Clogher et Brian MacMahon, roi d’Airgialla, et ses vassaux fait allusion en 1297 au contexte des territoires séculiers dans le diocèse en gestation de Clogher au sein duquel est intervenue la restructuration paroissiale à cette époque70. Bien que plusieurs de ces changements se soient produits à la fin du Moyen Âge – la plupart du temps par divisions de très grandes paroisses de la liste de 1306 – il est évident aussi que beaucoup de ces divisions et subdivisions avaient déjà des antécédents importants dès au début du Moyen Âge.

Les territoires pré-paroissiaux avant Ráithbreasail (1111)71

  • 71 Cf. Mulligan 1954; Inquisitionum in officio rotulorum cancellariae Hiberniae, ibid.,xxxiv-xxxv. Ó (...)

48Les territoires des clans (sept) et des royaumes subordonnés du haut Moyen Âge dans les zones frontalières au sud d’Ulster recèlent des indices liés à une territorialisation paroissiale préexistante (carte 9). De même que les paroisses administratives ne sont pas exactement démarquées des paroisses médiévales, les baronnies ne reflètent pas les cartes de la géographie politique exacte de l’Irlande médiévale. Mais elles représentent approximativement la morphologie des territoires médiévaux tels que les ont transcrits dans les enquêtes de la fin du XVIe siècle et du début du XVIIe siècle. Les territoires issus de l’essor et du déclin des clans du haut Moyen Âge (Airgialla, Uí Cremthainn, Uí Fiachrach, Fír Manach, Uí Méith, Dartraige et Mugdorni) (carte 9) ont constitué les túatha trouvent des échos dans les baronnies dont la plupart étaient contrôlées à la fin du Moyen Âge par le clan (sept) des Maguire dans le royaume du Lough Erne (Fermanagh) et ceux des MacKenna et des MacMahon en Airgialla (Monaghan). Les baronnies de Fermanagh au XVIe siècle ont pour origine les sept túatha réparties autour du Lough Erne qui avaient été initialement instaurées par divers peuples réunis par les Fír Manach au XIe siècle. À la même époque, les territoires des Uí Méith, Mugdorni et Fir Roi faisaient leur apparition pour constituer le royaume d’Airgialla.

49La carte 10 met en évidence un vaste réseau de túatha au sud de l’Ulster, à l’intérieur duquel se sont insérés le diocèse de Clogher et les diocèses voisins au début du XIIIe siècle. Une analyse préliminaire pourrait suggérer que l’organisation paroissiale au sein de ces territoires reflète les terres laïques appartenant aux sliochts, clanns et aux branches des clans que traduisait dans le paysage la géométrie des ballybetaghs. La plupart des précédents de ce processus de répartition et de contrôle du territoire (c’est-à-dire de territorialisation) se trouve dans l’émergence géographique des Airgialla et des Fír Manach et avant eux des Cinéal Cairbre, Cinéal Eoghan, Cinéal Fearadhaigh, Uí Fhearghail, Uí Méith et ainsi de suite. Il semble que cette géographie politique ait servi de base aux premières formations pré-paroissiales préfigurant les paroisses de la fin du Moyen Âge (carte 10). Effectivement, une étude minutieuse de la carte des baronnies et des paroisses montre que dans certains cas les paroisses pourraient en fait correspondre à la superficie médiévale originelle de certains territoires de ces tuatha.

50Magheraboy correspond au Túatha Rátha du haut Moyen Âge, qui a été fondé par une branche des Cinéal Cairbre descendue du nord en direction du sud de l’Ulster. Les Surveys du XVIIe siècle y distinguent les trois subdivisions territoriales de Magheraboy, Túatha et Sliocht, ébauches des territoires paroissiaux d’Inishmacsaint, Devenish et Rossorry (Lisgool). Saint Ninnidh a fondé au VIIe siècle les églises d’Inis Muigh Samh et de Domhnach Mór en Magh Ene. Magheraboy s’étendait aussi sur la rive orientale du Lough Erne pour inclure Devenish Island et une étroite bande de terre qui a plus tard formé la paroisse administrative de Trory.

Carte 9. – Localisation des clans en Ulster au haut Moyen Âge.

Carte 10. – Formations pré-paroissiales dans le sud de l’Ulster.

51La baronnie de Lurg était le territoire de Fir Luirg. En 1603, elle est mentionnée comme les deux « pays de Lurg et Cooil McKernan ». Cúil Mhic Thighearnáin est à l’origine de la paroisse de Derrybullan. La paroisse de Cúlmáine correspondait au reste du territoire de Lurg. Ce territoire a peut-être aussi perdu au profit des Cenel Eoghain une partie de ses terres correspondant à la paroisse de Kilskeery dans le futur comté de Tyrone.

52Knockninny (Cnoc Ninnidh) et Coole (Cúil na nOirear) étaient des territoires (ou des pays), correspondant aux demi-baronnies situées d’après la Commission de 1603, de chaque côté de l’extrémité supérieure du Lough Erne. Saint Ninnidh est le fondateur de l’église d’Inis Muigh Samh au VIe siècle. Le territoire de Knockninny a été absorbé dans les terres de Bréifne dans le diocèse de Kilmore où ce territoire correspond à la paroisse de Kinawley. Quant à la partie Coole, elle correspond à la paroisse de Gallon.

53La baronnie de Tirkennedy comprenait les deux pays de Tir Cennfota et Cúil qui avaient pour antécédents les Uí Cremthainn. Ces territoires démontrent des preuves de liens avec les paroisses de Derryvullan (partie méridionale), Magheracross et Iniskeen (devenue Enniskillen).

54Clankelly correspond au territoire de Clann Cheallaigh qui était aussi un autre ancien peuple des Uí Cremthain. En 1603 trois sous-ensembles territoriaux appartenant à Clann Cheallaigh Mac Dhonnchad, Clann MacDomhnaill et Clann MacMaolruanaigh sont identifiés. Une partie connue sous le nom de Sliocht Maolruanaigh correspondait à la paroisse de Clones ; les autres territoires indiquent des relations avec les paroisses de Galloon et d’Aghalurcher.

55Clanawley vient du Clann Amhlaoibh lié au Muinter Pheodachain dont les origines Ui Cremthainn remontent au VIIe siècle. La frontière de leurs terres au Moyen Âge est marquée par la rivière Arney qui délimite la paroisse de Cleenish et détermine aussi la frontière avec Breifne où est située la paroisse de Killesher.

  • 72 Mulligan, 1954, p. 31-32.

56Magherastephana, Machaire Stefanach, comprenait plusieurs subdivisions au Moyen Âge, correspondant aux paroisses d’Aghalurcher et Aghavea72.

  • 73 Ó Dufaigh, 1999.

57Monaghan et Trough étaient des baronnies dont les origines remontent au royaume d’Uí Méith pendant le haut Moyen Âge. Tehallan, Tullycorbet, Kilmore, Rackwallace et Tedavnet étaient d’anciens districts ecclésiastiques desUí Méith dans ce qui est devenu le territoire de Monaghan qui fut donné aux MacMahon au XIIe siècle. Trough était un vestige d’un ancien trícha céd plus vaste où les McKenna, descendants d’Uí Méith, se sont maintenus jusqu’à la fin du Moyen Âge73. Les paroisses de Donagh et Errigle étaient d’anciens sous-ensembles territoriaux avec des relations ecclésiastiques précoces.

58Cremourne, apanage des Mugdorni du début du VIIe siècle, qui constituaient avec les Fir Roi ce qui est devenu par la suite les baronnies de Cremorne et Farney. Crioch Mhughdorn était un vaste territoire paroissial dès la taxation ecclésiastique de 1306 jusqu’au fin du XVIe siècle qui a été divisé par la suite. Sa subdivision de Sliabh Mughdorn, appelée aussi Owenagh au Moyen Âge, correspond à la paroisse ultérieure d’Aghnamullen, qui, avec les autres paroisses ultérieures, semble correspondre aux terres de branches familiales du clan (sept) des MacMahon.

59Dartree, qui portait le nom du peuple Dartraige au VIIIe siècle, était une grande paroisse en 1306, mais les paroisses de la fin du Moyen Âge correspondaient à des subdivisions distinctes plus anciennes.

60Farney, qui s’étendait jusqu’aux Midlands durant le haut Moyen Âge, fut appelé Donaghmoyne à la fin du Moyen Âge. Elle faisait originellement partie du territoire de Cremourne, et s’appelait Magdorna Maigen, puis Domhnach Maigen.

61Clogher (Clochar) comprenait des paroisses qui faisaient partie des territoires des Cinéal Fearadhaigh, MacCathmhaoil et les terres familiales des O’Neill au XVe siècle. C’étaient les vestiges d’un territoire beaucoup plus étendu durant le haut Moyen Âge.

62Avant que le Synode de Rathbreasail ne détermine les premières frontières du diocèse de Clogher, la figure 6 montre qu’un ensemble de territoires et de tuatha occupait pratiquement la même superficie territoriale. Les circonscriptions pré-paroissiales mises en place en même temps que les terres claniques (septlands) et les appartenances politiques constituent la base de la structure paroissiale décrite en 1306. À l’échelle régionale, au cours du XIIe siècle, cette géographie politique a permis l’émergence des diocèses coïncidant avec les royaumes d’Airghialla, des Fir Manach et des Breifne. À l’échelle locale, les circonscriptions proto-paroissiales parsemées d’anciennes églises se résumaient à des subdivisions des tuatha correspondant au développement des terres claniques.

  • 74 Nicholls, 1971, p. 61-62.

63Étant donné que la notion de « paroisse » implique service pastoral et ministère régulier associés à la réforme du XIIe siècle, est-il possible d’envisager l’existence d’une entité territoriale « pré-paroissiale » sans un système de perception de la dîme, apparemment bien organisé, caractéristique de l’Église postérieure à cette réforme du XIIe siècle ? Ce dispositif des paroisses sous la juridiction épiscopale s’est mis en place au cours siècle qui a suivi l’organisation diocésaine, selon des modalités quelque peu différentes dans l’Irlande anglo-normande et en Irlande gaélique, étant donné les divergences culturelles et économiques entre société féodale et société lignagère. Pourtant, l’érection de telles paroisses ne signifie pas nécessairement la création de novo d’un grand nombre de territoires paroissiaux. Il serait plus pertinent de considérer la réforme des structures paroissiales comme la régularisation des entités territoriales préexistantes à l’intérieur des nouveaux diocèses. Par conséquent, à cet égard, les paroisses médiévales, incluses globalement dans les limites des paroisses administratives, n’étaient (en certains cas) probablement que de simples subdivisions des territoires préexistants en tant que proto-paroisses. Cette évolution visait à pourvoir plus efficacement au service pastoral en fonction de la rentabilité des terres claniques locales. Elle évoque le processus de répartition des cures analysé pour la fin du XIIIe siècle par Nicholls selon qui « l’état ou le territoire tribal constituait une paroisse74 … » En Ulster, par exemple, on peut considérer les sept túatha entourant le Lough Erne comme les structures territoriales primitives dont sont en définitive issues les paroisses.

  • 75 McKenna, 1920 t. 2, p. 188.
  • 76 Simms, 1995, p. 178.

64Les grandes circonscriptions dotées d’une église paroissiale et de chapelles supplémentaires sous la dépendance de celle-ci apparaissent sous le nom de plebania dans les sources médiévales : Derryvullen et Galloon furent des tels territoires paroissiaux en Clogher où le pasteur était appelé plebanus75. Katherine Simms nota que parfois ce titre correspondait aux coarbs du haut du Moyen Âge en tant que desservants ordonnés des principales églises paroissiales qui contrôlaient des églises mineures dans les circonscriptions environnantes76. Beaucoup de ces églises trèviales ou de ces chapelles trèviales ont été érigées par la suite en paroisses à la fin du Moyen Âge. Il semble évident que les églises d’après la réforme ne sont pas apparues comme par magie mais avaient pour origines des structures séculières et proto-paroissiales dont l’existence devrait faire l’objet d’une enquête concertée de type médico-légal avec la collaboration des historiens, des médiévistes, des géographes, des archéologues et des historiens locaux.

Morphologie paroissiale, frontières et centralité rurale

  • 77 McErlean, 1983.
  • 78 Hogan, 1928-1929, p. 189.

65La géographie des townlands est importante pour la lecture et la compréhension de bien des processus qui ont contribué à la formation du paysage irlandais, et notamment, en l’occurence, pour fournir des indications relatives aux premières implantations ecclésiastiques. Plus de 62 000 de ces entités ont été enregistrées par l’Ordnance Survey dans les années 1830. L’interprétation du langage des townlands et des autres petites unités territoriales facilite la lecture de la géographie de plus grands territoires comme les baronnies et les paroisses. Ces petites unités étaient des unités de propriété foncière, qui constituaient le maillage des campagnes de l’Irlande de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne. Elles portaient diverses dénominations selon les seigneuries : tates, ballyboes, polls, gneeves, quarters, sessiaghs, et ainsi de suite77. Comme ailleurs en Europe, ce morcellement du paysage servait de base à la propriété foncière dans l’Irlande médiévale tant gaélique qu’anglaise – qui dans bien des cas remontait aux terres tribales des clans (septlands) de l’Irlande pré-normande. Les terres claniques ou les domaines médiévaux furent scindés en fractions (par moitié, en quarts, en sixièmes, en seizièmes) des unités originelles comme les ballybetaghs – une territorialisation qui, dans le détail de ses délimitations, reflétait la diversité de la topographie locale en matière de ressources environnementales Comme l’a expliqué James Hogan 120 acres de terres labourables (anglo-normandes) dans les territoires fertiles de Waterford, Tipperary ou Limerick pouvaient entretenir autant de bétail que 1 000 acres des terres moins fertiles dans l’ouest du Mayo ou en Kerry78. Cette parcellisation s’est probablement développée à partir d’un cadre initial plus vaste d’unités plus étendues qui ont été progressivement divisées à partir des cours d’eau ou d’autres caractéristiques topographiques pour s’adapter à l’accroissement de la population, à la répartition de celle-ci et aux défrichements.

  • 79 Ibid., p. 190.

66Les ballybetaghs constituaient des sous-ensembles territoriaux de tuatha à l’intérieur des seigneuries gaéliques. C’est dans cette hiérarchie territoriale de tuath et de ballybetagh que s’est insérée la paroisse. Frontières et territoires étaient peut-être instables, mais il est plus probable que beaucoup des plus grandes entités ont survécu, en changeant simplement de tenanciers, de seigneurs voire de toponymes. Les historiens ont tendance à attribuer aux structures territoriales du paysage une fluidité et mobilité analogues à celles de leurs populations et à mettre en rapport expansion et contraction des lieux et de la population. En 1929, James Hogan écrivait qu’une « démarcation territoriale complexe impliquant un certain degré d’harmonisation dans l’organisation de l’ancienne société irlandaise » était difficile « à concilier avec l’instabilité politique qui est souvent attribuée aux institutions irlandaises79 ». Pourtant, à de nombreux égards, de tels changements sociaux (comme les changements de suzerains de clans (sept) ou l’immigration coloniale) n’étaient possibles que dans le cadre de la continuité territoriale – les lieux restant stables durant les changements sociaux.

  • 80 Andrews, 2001, p. 178 parle de l’ambigüité des frontières sur beaucoup des cartes au seizième siècl (...)
  • 81 Horner, 1996-1997.

67Toutes nos hypothèses de continuités territoriales reposent sur la conception des frontières linéaires tracées par la nature et par la société dans le paysage. Il serait pourtant absurde de prétendre que les frontières linéaires précisément déterminées des paroisses administratives des XVIIIe et XIXe siècles sont des répliques exactes de la réalité médiévale. Il faut nous départir du point de vue moderne où les unités bien définies – comme les acres, les quarts d’arpent et les perches – constituent une grammaire territoriale grâce à laquelle nous déchiffrons le paysage. Nous devons remonter à un paysage beaucoup moins organisé, en partie démarqué par des éléments naturels et en partie par des zones de confins déterminées de façon lâche à partir de pâturages, de communaux ou de terrains vagues – dont le régime foncier était ambigu ou inexistant ou sur lesquels ne s’exerçait aucun contrôle80. Les cartes des terres du comte de Kildare dans les années 1670 comprenaient toujours de nombreux communaux s’étendant aux frontières de deux townlands (ou plus)81. Cette ambiguïté a fini par laisser place aux revendications ou aux arrangements qui ont accompagné les progrès agraires du début de la période moderne, alors que la terre était cartographiée et mesurée de façon plus précise.

68La morphologie des paroisses et leurs délimitations sont associées à une structure foncière laïque de clans (sept) et de seigneuries de l’Irlande pré-moderne qui reflète la configuration du terrain dans les plaines, sur les hautes-terres et dans les bassins-versants. Dans les enquêtes du début du XVIIe siècle, alors que disparaît l’organisation territoriale des terres des clans (septlands), la géographie paroissiale perdure. La description des frontières reposait sur le choix de certains points de repères comme des collines à proximité de la frontière, étant donné qu’une délimitation plus précise était bien connue localement. La paroisse de Clonmany en Donegal, par exemple, est décrite comme suit dans le Civil Survey de 1654 :

  • 82 Simington, 1937, p. 3: on ye northside with ye greate river of Strabregg running towards the southe (...)

« Au nord du grand fleuve de Strabregg coulant dans la direction du sud-est, avec une tourbière et un fossé sur le quartier de Carne et le quartier d’alto Shane,… et d’ici à travers la montagne de Drumkuny, au sud avec un ruisseau coulant jusqu’à une tourbière appelée Milliverin et de là jusqu’à une montagne appelée Abbernclorigg, qui nous sépare au sud-ouest de la paroisse de Disertnegee, et de là vers l’ouest en passant par une rigole et une tourbière, jusqu’aux montagnes d’Urbellreaugh, et de là vers le sud-ouest dans un ruisseau qui coule vers la rivière de Loghswilly, qui nous sépare à l’ouest tandis que nous arrivons à la rivière de Strabregg, où nous avons commencé nos frontières82. »

  • 83 Simington, 1940, p. 279.

69La paroisse de Kells dans le C° de Meath est décrite comme suit : « bornée à l’est par la rivière Rorah au sud par Pepperdstowne, Berfordstowne, Boolis, Scoulockstown, Dandelstowne, Redmore et à la fois par Ballanagons et Castlekenan, à l’ouest par Dewleene & Knockleess et au nord par la rivière Rorah83 ». Une enquête en 1614 détermine les frontières des granges de l’abbé de SS Peter et Paul à Armagh dans des termes pré-cartographiques classiques :

  • 84 McGleenon, 1987, p. 23-24.

« Les dites granges se trouvent dans les limites et frontières suivantes, c’est-à-dire : Du gué d’Altrapoigy près de Carnavanaghan et le long d’un petit ruisseau jusqu’à Laeghtdonogh et le long d’un autre ruisseau jusqu’au gué de Bealananarine et à travers un marais jusqu’à Bealanaskelgach et de là dans une vallée au milieu d’Altatessy […] et ensuite à travers la tourbière à côté de Knockanroe et Belanabaridy et le long d’une rivière entre Foalee et Sigaghan jusqu’à une petite rivière qui passe entre Foalee et Ballymacnab et puis au milieu d’une grande tourbière et le long d’un ruisseau au milieu d’Altfinogeh et ensuite au milieu d’un marais jusqu’au gué de Barebane84. »

70De même, une enquête de 1609 décrivait la paroisse de Magheraculmoney comme

  • 85 Inquisitionum in officio rotulorum cancellariae Hiberniae, ibid., « appendix vi », « Fermanagh »: (...)

« bornée au nord par la demi-baronnie de Coolemckernan, et de là jusqu’à un grand rocher appelé Ardshanckie au nord-ouest de Bawagh, et de là jusqu’à la rivière de Termonmcgragh, rivière qui est l’ancienne limite de ladite paroisse, de là jusqu’à une montagne appelée Urliewe au nord-est, et à l’est borné par Mononvarrowe, et au sud par Lougherne85 ».

71Les frontières suivaient les ruisseaux, les fossés, les torrents, passaient au milieu des tourbières et des marais, par-dessus les montagnes, avec certains endroits précis enregistrés à l’aide d’un maillage complexe de noms de ballyboe et de sous-ballyboe.

72Les paroisses sont calibrées sur ce modèle détaillé de frontières de townlands, dont quelques-unes dans des régions périphériques ne sont matérialisées qu’au XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, mais dont la plupart existaient de longue date (carte 11).

Carte 11. – Townlands de la paroisse d’Errigal Truagh, comté de Monaghan.

  • 86 Duffy, 1983, p. 245; Andrews J H., 1974,. Pour des reproductions des cartes de Bodley voir Swift, 1 (...)
  • 87 Duffy, 2000, p. 196; Duffy Patrick J., 2006a.

73Bien que beaucoup de ces frontières aient été plus zonales que linéaires, les données physiques de la topographie leur donnaient la possibilité d’être précises. Les cartes de Monaghan en 1634 par Raven dessinaient un réseau de townlands délimité en détail et les premières cartes des plantations en Ulster par Bodley, bien qu’impressionnistes dans leurs contours, sont évidemment fondées sur des limites définies par des réseaux complexes de drainage86. Le réseau de ruisseaux dans les drumlins d’Ulster, par exemple, fournit un calibrage naturel pour l’évolution des frontières, les ruisseaux plus petits correspondant au réseau des townlands et les ruisseaux plus importants coïncidant régulièrement avec les frontières des ballybetagh ou des paroisses tandis que les drumlins constituent les noyaux des petits townlands. Pourtant, dans des régions mal drainées comme le sud de l’Ulster, les frontières qui passaient par des basses terres marécageuses, ou des secteurs lacustres comme en Fermanagh, étaient zonales pendant la période médiévale. Dans beaucoup des régions montagneuses de l’ouest, les townlands et les paroisses se conforment à une morphologie amont-aval, comportant souvent une série de terrains de différentes qualités étagés depuis les hautes terres jusqu’à la côte, bornés par des ruisseaux s’écoulant vers l’aval, comme on le voit sur les pentes méridionales de la péninsule de Dingle et du nord du Mayo. Par contre, dans les C° de Kildare et de Meath, où le réseau de drainage naturel est beaucoup moins complexe, divers noms de lieux comme Blackditch et Blacktrench rappellent les premiers bornages d’ordre socioéconomiques, en tant que townlands frontaliers. En effet, les paysages seigneuriaux plus étroitement occupés et humanisés du Pale, du sud du Leinster et du Munster comportent beaucoup d’exemples de frontières façonnées par l’homme : le caractère anguleux de beaucoup de townlands dans le Meath et le C° de Kildare reflète l’existence d’anciennes frontières constituées de fossés et de haies87. À la fin du Moyen Âge et au début de la période moderne pendant les XVIIe et XVIIIe siècles, dans beaucoup régions du pays, il y avait, en dessous du townland, un échelon supplémentaire de plus petits toponymes dont beaucoup ont survécu dans la mémoire locale au XIXe siècle, mais dont la plupart n’ont pas été pris en compte dans les baux immobiliers et sur les premières cartes de l’Ordnance Survey.

  • 88 NdT : en français dans le texte, c’est-à-dire « leur fonction spécifique ».

74La signification des principales frontières pour la communauté territoriale et leur stabilité future supposent que celles soient démarquées d’une façon significative – ou bien par des caractéristiques naturelles, ou bien par la communauté : procession périodique ou pérégrination contribuaient à en garder la mémoire. Bien que les frontières ecclésiastiques aient pu être marquées par des pierres levées, des cimetières ou des croix, il est peut-être vain de rechercher quelque démarcation permanente des frontières paroissiales étant donné que, comme on l’a suggéré, les paroisses ne s’établissaient jamais comme entités territoriales indépendantes, mais se sont développées en corrélation avec les intérêts locaux politiques et fonciers qui pourvoyaient à l’entretien de l’église locale. Les habitants des ballybetaghs ou des ballyboes constituaient la clientèle à qui le ministère pastoral était apporté en échange de l’entretien l’église locale et/ou de l’église-mère et de son clergé. La paroisse s’insérait dans cette structure de propriété foncière/chefferie tribale/seigneurie. Aussi les impératifs séculiers de la propriété foncière ou de la seigneurie et la richesse ou les ressources procurées par leur population ont-elles exercé une influence essentielle, voire déterminante, sur la géographie des paroisses. En cas de modification des structures territoriales laïques, ou, comme cela s’est produit pour les ballybetaghs, des seigneuries gaéliques au XVIIe siècle, quand celles-ci ont été abandonnées, les paroisses avaient leurs propres « raisons d’être88 » ecclésiastiques et ont perduré, les revenus des dîmes le leur permettant.

  • 89 Smyth, 1997, p. 126; Smyth, 1992, p. 153-158.
  • 90 FitzpPatrick, O’Brien, 1998, p. 123.
  • 91 Sur des ruines sans toiture, voir Andrews, 2001, bien que cet auteur considère aussi que c’était p (...)
  • 92 FitzPatrick, O’Brien, 1998, xiv. Smyth, 1992, p. 153-158 pour des références à la survie du service (...)

75Les églises, en bois ou en pierre, étaient parmi les premières « places centrales » significatives dans le paysage irlandais – davantage encore que les châteaux ou les résidences seigneuriales. Dans l’Irlande pré-normande ou l’Irlande de la fin du Moyen Âge, où il n’existait pratiquement pas de villes, les églises paroissiales représentaient ce qui pourrait être défini comme la « centralité rurale » – soit dans le cas des établissements ecclésiastiques plus importants, soit dans celui des églises locales dotées de cimetières. Ceux-ci, en particulier, étant devenus obligatoires dès les VIIIe et IXe siècles pour l’enterrement chrétien, conféraient tant plus ou moins aux paroisses et aux pré-paroisses une signification durable en tant que « places centrales » à l’échelon local. « Historiquement, les centres paroissiaux ont été de puissants foyers de peuplement et des points d’ancrage de la communauté », selon William J. Smyth, qui soulignait la persistance de la fonction centralisatrice remplie par les centres paroissiaux après la Réforme dans les C° de Dublin, Kilkenny et Tipperary89. Ces centres paroissiaux étaient aussi à l’occasion des lieux de réunion, souvent des sites vénérés et des refuges, fréquemment situés sur des sites préchrétiens antérieurs. Si le service pastoral était rudimentaire dans l’Irlande gaélique et pré-normande, ou si ses prestations (comme les baptêmes et les enterrements) étaient épisodiques et si l’assistance à la messe n’était pas une obligation hebdomadaire (comme dans l’Église post-Tridentine), cela pourrait avoir dans une certaine mesure un rapport avec la taille de la paroisse et son accessibilité. Ainsi pourraient s’expliquer les grands territoires paroissiaux et leurs subdivisions consécutives en certains endroits. La paroisse de Ferceall a adressé une pétition à Rome vers 1400 pour se plaindre de la difficulté d’accès à son église distante de huit miles, surtout pendant les pluies d’hiver et les périodes de guerre ; en conséquence, elle a obtenu sa promotion au statut paroissial (avec des fonts baptismaux et un cimetière clôturé) au-dessus des églises locales subordonnées90. Pendant les bouleversements de la période Tudor – et les troubles périodiques durant les siècles précédents – la vie paroissiale et les services pastoraux furent fortement perturbés et en de nombreux endroits des églises furent ruinées et abandonnées91. Est-ce à dire que l’effondrement du système paroissial92 signifie l’échec d’un système pastoral fondé sur l’affectation de prêtres, l’encaissement des dîmes et l’entretien des églises ? Contrairement à ses édifices et à ses biens, l’idée de la paroisse était pratiquement indestructible : ses cimetières, ses sites et ses frontières étaient indélébiles dans le paysage et incrustés dans la mémoire locale.

Notes

1 Cette contribution est la version française de Duffy Patrick J., 2006, [en ligne :] http://eprints.nuim.ie/1248//PDuffyParish.pdf. La traduction française a été effectuée par Charlotte Berkery et revue par Bernard Merdrignac et Louisa Plouchart. Nous remercions vivement Thomas Ó Connor et Patrick J. Duffy pour leur relecture efficace et attentive.

2 Seymour, Watkins, 1994, p. 12-21; Seymour, Watkins, 1995, p. 30-44.

3 Voir Sharpe, 1992; Empey, 2000; Ní Ghabhláin, 1996; Fitzpatrick, O’Brien, 1998.

4 Otway-Ruthven 1964, p. 112. Ní Ghabhláin, 1996 étudie les continuités des dîmes depuis les taxations du début du quatorzième siècle jusqu’aux « Livres de répartition » des dîmes du début du dix-neuvième siècle.

5 Sharpe, 1992, p. 104-105.

6 Voir Smyth, 2000.

7 Voir Barnard 1975, p. 160-166 ; Duffy, 1993, p. 5-6. Selon l’évêque de l’Église d’Irlande à Clogher en 1622, l’église paroissiale de Drumully « est située de façon peu pratique » (McKenna, 1920, t. 2, p. 117). Sir William Petty, entre autres projets intéressants, envisageait plusieurs propositions pour modifier les frontières paroissiales afin d’améliorer l’accessibilité aux églises pour les paroissiens. Voir Andrews, 1976, p. 100-103.

8 NdT : le townland est la plus petite subdivision territoriale irlandaise (de quelques acres à plusieurs milliers ; 1 acre [Irlande] = 0.655 hectare), généralement délimitée par des caractéristiques topographiques (rivières, collines, etc).

9 NdT : refection dans la version anglaise originale du présent article. Le même mot « réfection », en français, s’appliquait aussi aux repas dans le vocabulaire monastique (d’où « réfectoire ») ; il a semblé préférable de le traduire ici par « collation ». Cosheries (cf. irl. cóisir) : feast = « banquet », « festin ».

10 Tighe, 1998, p. 618.

11 Mulligan, 1981, p. 323-348; Ó Connor, 2000, p. 88, 95, 99.

12 Corish, 1972, vol. 1, p. 58-59.

13 Whelan, 1983, p. 4.

14 En 1947, P. Power, à partir de son expérience personnelle, supposait empiriquement « qu’il n’y a pas de raison particulière pour penser que beaucoup de rectifications des frontières paroissiales aient jamais eu lieu » : Power, 1947, p. 221.

15 Duffy, 1993a, p. 6-8 et 25.

16 Donegal county development board, 2001, County atlas, carte no 82.

17 Cf. C° Tipperary, [Morris (Archbishop Thos.)], 1970, Pobal Ailbe - An Atlas of the Catholic Diocese of Cashel and Emly, Thurles. Même si Smyth W. J, « Ireland, a colony », p. 175-176, fait référence au « remodelage significatif » et « au traumatisme massif » concernant les paroisses catholiques.

18 Duffy, 2000, p. 187-218.

19 Cf. Cogan, 1867.

20 Jones Hughes, 1982, p. 93-100.

21 Tighe, 1998, p. 619-620. Voir aussi Ó Fearghail, 1990, p. 202.

22 Cf. les cartes ESB MSS des « paroisses catholiques », Russell Library, Maynooth (NdT : La Russell Library détient une collection complète de la première éd. (1832-1846) des Ordnance maps of Ireland [six-inches-to-one-mile; 1/10560]. Elles portent les maisons, les ruisseaux, les routes, les baronies et townlands et même (après 1838), les limites des champs. Il y a aussi une série des Ordnance maps of Ireland [one-inch ; 1903] avec les limites des paroisses catholiques et les lignes électriques de l’Electricity Supply Board ajoutés à la fin des années 40 [en ligne :] http//library.nuim.ie/russell-library/collections/maps). Cartes des « paroisses administratives » dans Mitchell, 1986.

23 NdT : à l’origine, unité administrative de l’Église médiévale irlandaise, la civil parish a été utilisée jusqu’à la fin du XIXe siècle par le gouvernement local aussi bien que par le gouvernement central.

24 Sweetman, 1875-86, vol. V, no 693-729.

25 Ó Buachalla, 1949. Sharpe, 1992, p. 96, citant Power P. (éd.), 1932, Crichad an Chaoilli, being the topography of ancient Fermoy, Cork. NdT : le terme tuath (approximativement rendu en français par « tribu ») s’appliquait aux nombreux royaumes (petty kingdoms) de l’Irlande médiévale. Le terme a d’abord désigné un peuple avant de prendre une portée territoriale puis de désigner une circonscription administrative gaélique.

26 De nouvelles paroisses ont aussi été créées au dix-huitième siècle, dont beaucoup reflétaient des entités préexistantes.

27 NdT : dans les premières décennies du dix-neuvième siècle, sous la direction du colonel Thomas Colby, l’Ordnance Survey (« Service cartographique ») a entrepris de cartographier l’ensemble de l’Irlande à l’échelle de 6 pouces pour un mile. Les missions de terrain pour relever les parcelles à des fins fiscales ont permis de rassembler une documentation considérable sur les paysages, la topographie, les monuments, la population, l’économie et la société.

28 Je suis reconnaissant à William J. Smyth et au département de géographie de l’University College Cork d’avoir autorisé la reproduction de la carte des paroisses administratives en Irlande.

29 NdT : au Moyen Âge le Pale était une circonscription centrée sur Dublin et placée directement sous le contrôle du roi d’Angleterre.

30 Voir Nicholls, 1971, p. 62.

31 Lennon, 1990, p. 35.

32 Voir Smyth, 1997, p. 126-127.

33 NdT : Coarb (irl. mod. : comharba) successeur (qui peut être un laïc) du fondateur d’une église ou d’un monastère ; il détient à ce titre des droits sur les terres d’une abbaye ou d’un évêché - Erenagh : tenancier héréditaire d’une terre d’Église bénéficiant du statut clérical, sans nécessairement avoir reçu les ordres.

34 Voir Millet 1986, p. 2-3; Corish, 1972, t. I, p. 3-4.

35 Colfer, 2002, p. 85-86.; Otway-Ruthven, 1964, « Skyrne », p. 119-120. Voir aussi Empey, 1986, p. 19.

36 Seymour, Watkins, 1994, p. 12. Taylor, 1983, p. 120. Voir la note de Blair et Sharpe, 1992, p. 6-7, sur le fait que les regiones ecclésiastiques du VIIIe siècle se basaient sur des regiones laïques.

37 Empey, 1986, p. 12-16 et 30 ; Hennessy Mark, 1985, p. 63. Voir aussi Dermot Gleeson, cité par Otway-Ruthven, 1964, « Skyrne », p. 114.

38 NdT : les toponymes irlandais comportant soit l’élement Cill/Kill (lat. cellula), soit l’élément Domnach (lat. dominicum) remontent au début du christianisme en Irlande.

39 Duffy, 2000, p. 193-204 ; Smyth, 1992, p. 150-152.

40 NdT : le mot sept (peut-être dérivé de l’irlandais sliocht : « descendance ; progéniture ») est couramment employé par les auteurs de l’époque moderne pour désigner le groupe tribal portant le même nom de famille sur un même territoire. Sa traduction française par « clan » est approximative dans la mesure où le clan écossais n’a pas son équivalent exact en Irlande.

41 Voir, par exemple, Costello Michael A. (éd.), 1909, De annatis Hiberniae, vol. 1, Dundalk, Tempest : « Inishmacsaint parish from Inquisition of Ulster », sept. 1603. Voir aussi Fermanagh Inquisition, 1609, Inquisitionum in officio rotulorum cancellariae Hiberniae […] Ultoniae, Dublin, 1829. Les familles d’erenaghs fournissaient d’habitude le clergé paroissial. L’hospitalité due aux voyageurs et aux pauvres nécessitait souvent l’entretien d’une maison ou d’un hôtel. Cf. Jefferies, 2006, p. 211-227.

42 Simms, 1995, p. 182-185. Dans les enquêtes des « plantations » en Ulster, les erenaghs se présentaient en tant que descendants des anciens propriétaires de ces terres ecclésiastiques, devenus locataires à l’occasion des réformes du XIIe siècle. Voir aussi Lynch, 1981, p. 4-7.

43 NdT : termon (lat. terminum) désigne une terre ecclésiastique exemptée des taxes perçues par les pouvoirs laïcs.

44 Voir par exemple, dans Ó Dufaigh, 1957, p. 36-37 le cas d’une famille influente politiquement qui a été dominante sur le plan ecclésiastique en tant que clercs et erenaghs au sud du C° de Tyrone du douzième au seizième siècle.

45 NdT : les Annales des XIIe-XIIIe siècle désignent sous cette appellation de lucht tighe le groupe de guerriers constituant la familia des chefs locaux, principalement recrutés par ceux-ci dans leur parenté. Ils se voyaient dotés de terres destinées à approvisionner la familia. Ce territoire fut par la suite qualifié de « baronnie » et le toponyme a été anglicisé au XVIe siècle sous les formes Loughty ou Loughtee.

46 Le ballybetagh (balliboe, etc.) était en général plus étendu que le townland. Cf. Duffy, 2007, p. 53-6.

47 Duffy, 2001, p. 134-136 ; voir aussi les paroisses de Muinterheny et Ballymore à Armagh dans McGleenon 1987, p. 46-47. Ní Loighnsigh, 1994, p. 145, note que l’enquête de 1609 en Donegal identifiait les paroisses en tant que ballybetaghs.

48 Ní Ghabhláin, 1996, p. 51-52, bien que les relations avec certaines branches des clans ne soient pas toujours évidentes sur la carte. Duffy, 1981, p. 1-26.

49 Sharpe, 1992, p. 84.

50 Dans le même sens que le « pre-village » de Charles Doherty qui relativise les traits originaux mis en relief autrefois par les histoires médiévales empreintes de nationalisme, et insiste plutôt sur les ressemblances avec le reste de l’Europe. Voir Doherty, 2000, p. 50-80.

51 Dodgshon, 1987, p. 72, 126-130, 139, 160.

52 Empey, 2000, p. 12-14.

53 Ibid., p. 13-14; Simms, 1995, p. 184-185.

54 Swan, 1988, p. 3-32 ; Cuppage et al., 1986, p. 363.

55 Voir Etchingham, 2006, p. 79-90 ; Id., 1993, p. 147-52.

56 Sharpe, 1992, p. 95, 96-7. Voir aussi Doherty, 2000, p. 57-59.

57 NdT. tricha céd : littéralement trente « hundreds » (assiette territoriale – environ 3000 acres – destinée à l’entretien des guerriers).

58 Hogan, 1928-1929, p. 184; Ní Ghabhláin, 1996, p. 56; Fitzpatrick, O’Brien, 1998, p. 12. Voir aussi Nugent, 2006.

59 Harvey, 2000, p. 201-212.

60 Basé sur Lawlor, 1916-1920; McKenna, 1920; Mulligan, 1975; Simms, 1980; Duffy, 1993b; Inquisitionum in officio rotulorum cancellariae Hiberniae, ibid.

61 Ó Dufaigh, 1957, p. 31-35.

62 Cité dans Lawlor, 1916-1920, p. 138.

63 Calendar of documents relating to Ireland (1302-1307), cité dans McKenna, 1920, t. 1, p. 16-17; Ó Dufaigh, 1957, p. 47-48; Id., 2006, p. 2.

64 Hogan, 1928-1929, p. 206, identifie Trough comme un vestige d’un ancien trícha cét. Voir Ó Dufaigh, 1999, p. 19-26, qui montre qu’Errigle est un ancien toponyme territorial.

65 NdT : l’expression anglaise church/chapel districts paraît correspondre aux trèves des paroisses bretonnes.

66 McKenna, 1920, t. 2, p. 195.

67 Ibid., t. 2, p. 115.

68 Shirley, 1879, p. 564-569.

69 Ó Dufaigh, 1999, p. 11.

70 Nicholls, 1971-1972, p. 413.

71 Cf. Mulligan 1954; Inquisitionum in officio rotulorum cancellariae Hiberniae, ibid.,xxxiv-xxxv. Ó Muraile, 1984; Simms, 1980; Ó Dufaigh 1957; Id., 1999; Devlin, 1999.

72 Mulligan, 1954, p. 31-32.

73 Ó Dufaigh, 1999.

74 Nicholls, 1971, p. 61-62.

75 McKenna, 1920 t. 2, p. 188.

76 Simms, 1995, p. 178.

77 McErlean, 1983.

78 Hogan, 1928-1929, p. 189.

79 Ibid., p. 190.

80 Andrews, 2001, p. 178 parle de l’ambigüité des frontières sur beaucoup des cartes au seizième siècle. Voir aussi Andrews, 1985, chapitre 1, pour une étude des frontières et des mesures de petits quartiers.

81 Horner, 1996-1997.

82 Simington, 1937, p. 3: on ye northside with ye greate river of Strabregg running towards the southeast, with a bogg and a ditch upon the quarter of Carne and the quarter of alto Shane […] and from thence through the mountaine of Drumkuny, on the south with a brooke runnig to a bogg called Milliverin and from thence to a mountaine called Abbernelorrig, which boundeth us south west from the parish of Disertnegee, and from thence westward through a gutter and a bogg, to the mountaine of Urbellreaugh, and from thence south-ward into a brooke which runeth into the river of Loghswilly, wich boundeth us aouthward while we come to ye river of Strabregg, where we began our bounds.

83 Simington, 1940, p. 279.

84 McGleenon, 1987, p. 23-24.

85 Inquisitionum in officio rotulorum cancellariae Hiberniae, ibid., « appendix vi », « Fermanagh »: bounded on the north upon the half barony of Coolemckernan, and from thence in a great rocke of stoane called Ardshanckie in bawagh on the north west, and from thence to the river Termonmegragh, which river is the auncient meere and bound the said parishe, unto a mountaine called Urliewe on the north east, and on the east it is bounded by Mononvarrowe, and on the south by Lougerne. Voir aussi Mulligan, 1954, t. 1, pour des commentaires sur diverses commissions en tant que sources pour le C° de Fermanagh.

86 Duffy, 1983, p. 245; Andrews J H., 1974,. Pour des reproductions des cartes de Bodley voir Swift, 1999, p. 52-63.

87 Duffy, 2000, p. 196; Duffy Patrick J., 2006a.

88 NdT : en français dans le texte, c’est-à-dire « leur fonction spécifique ».

89 Smyth, 1997, p. 126; Smyth, 1992, p. 153-158.

90 FitzpPatrick, O’Brien, 1998, p. 123.

91 Sur des ruines sans toiture, voir Andrews, 2001, bien que cet auteur considère aussi que c’était peut-être une convention stylistique des topographes.

92 FitzPatrick, O’Brien, 1998, xiv. Smyth, 1992, p. 153-158 pour des références à la survie du service pastoral catholique à Dublin pendant la première moitié du dix-septième siècle.

Auteur

Emeritus Professor attached to the Geography Department, NUI, Maynooth.
Charlotte Berkery (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search