Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La paroisse, communauté et territoire

 | 
Bernard Merdrignac
, 
Daniel Pichot
, 
Georges Provost
, 
et al.

Troisième partie. La paroisse médiévale : construction du territoire

Eppur si muove : quelques notes sur le dos d’une enveloppe…

Bernard Merdrignac

Résumé

Certainly, it would be anachronistic to reconstruct the ecclesial space, as it existed before the tenth century, from the modern parochial network, with its precisely delineated boundaries. However, the concept of “enveloppe territoriale”, an expression coined in order to take into account the flexibility of the medieval entities, may lead to confusion. It was in the interest of medieval scholars to choose their words carefully. The lexical study of a primarly Breton corpus would suggest that several notions of the parochial space coincide in Latin texts. Hence the importance of distinguishing the territory determined by the Church from the space experienced as a landmark by rural communities. Those who lived in such communities occupied a landscape whose demarcations were well-suited for extensive farming and they adapted as best they could to the presence of a clergy within their local church whose responsibility was to manage, on their behalf, their relationship with God.

Texte intégral

1« Eppur si muove », cette phrase n’a probablement jamais été prononcée par Galilée devant l’Inquisition. Je la retiens toutefois pour titre de ces quelques notes qui n’étaient pas programmées au départ de l’ouvrage et qui risquent de ce fait d’apparaître prématurées (voire aventurées). Il ne s’agit donc pas, en faisant référence au célèbre mathématicien du XVIIe siècle, de dénoncer quelque dictature insidieuse de la « pensée unique ». Ce sont, au contraire, les co-éditeurs de ce livre qui m’incitent à faire état des réactions que m’inspire la réouverture de mes dossiers à la lecture des contributions des médiévistes. Après hésitation, je me hasarde donc à me faire l’avocat du diable, en souhaitant que cet exercice périlleux ne passe pas pour une provocation gratuite qui n’amuserait que moi. J’entends bien apporter ainsi une modeste contribution à la réflexion en cours sur la territorialisation paroissiale et ses limites.

Des mots d’aujourd’hui…

« Circonscription »

  • 1 Zadora-Rio, 2008, p. 192. Iognaprat et Zadora-Rio, 2005, p. 5-10.
  • 2 Imbart de La Tour, 1900.
  • 3 Chaume 1937/1938, p. 61-73 et p. 1-9.
  • 4 Cursente, Mousnier, 2005a, p. 443.

2« Et pourtant, elle tourne ! » La traduction française la plus courante de la phrase italienne nous renvoie à la notion de « circonscription », omniprésente dans les recherches actuelles sur la paroisse qui remettent en question (explicitement ou non) l’approche morpho-historique qui a prédominé dans l’historiographie française du dernier demi-siècle. C’est ainsi qu’Elisabeth Zadora-Rio conteste énergiquement le postulat de la « pérennité des limites paroissiales1 » fondé sur l’ouvrage précurseur d’Imbart de La Tour2. Dans cette ligne, il paraissait aller de soi que la mention d’une « église baptismale » implique systématiquement l’existence précoce d’une circonscription paroissiale3, si bien les médiévistes sont restés longtemps fascinés par la linéarité des contours, « posant leur existence comme nécessité quasi ontologique, génératrice de territoire et non comme processus lentement à l’œuvre et résultante d’innombrables ajustements4 ».

Figure 1. – Locronan (Finistère) : la « grande » troménie.

  • 5 Lunven A., 2011, « Compte-rendu » de Zadora-Rio E. [2008], ABPO 118/1, p. 195-197.
  • 6 Hascoët 2011, Gendry 2010a.
  • 7 Laurent, 1979, p. 204-205 et 223.
  • 8 Dilasser, 1995, p. 237.
  • 9 Laurent, 1995. Cf. Laurent, 1990.

3On doit pourtant présumer « que des communautés ecclésiales préexistaient aux paroisses et inscrivaient déjà dans l’espace des pratiques cultuelles et sociales5 » ? De ce point de vue, l’un des intérêts majeurs de travaux récents sur les troménies bretonnes est de mettre en évidence les divergences légitimes entre l’approche ethnologique et l’approche historique de ces rituels para-liturgiques. Toutefois, l’une comme l’autre de ces démarches s’accordent au moins sur ce que, loin de constituer un particularisme breton, de telles processions giratoires autour d’un territoire ecclésiastique (minihi = monachia ; « domaine monastique »), trouvent des correspondances dans bien d’autres secteurs de la chrétienté6. Or les études de Donatien Laurent sur le « cas exemplaire » de la troménie de Locronan ont établi que celle-ci pouvait attester de la christianisation, au bénéfice de l’abbaye Sainte-Croix de Quimperlé (possessionnée à Locronan dès le XIIe siècle, avant d’y détenir ultérieurement un prieuré) d’une circumambulation pré-chrétienne dont le circuit de la procession actuelle conserverait l’empreinte (fig. 1). La complexité de ce type d’analyse s’avère cependant en ce que la petite troménie annuelle (= 5 km) considérée, dans un premier temps, par cet ethnologue comme « la plus ancienne déambulation sacrée7 », n’a, en réalité, été instituée que dans la deuxième moitié du XIXe siècle, sans doute, pour réactiver le pardon de saint Ronan tombé en désuétude au siècle précédent8. Par contre, comme Donatien Laurent l’a démontré par la suite, ce sont bien la curieuse périodicité sexennale de la grande troménie et son circuit quadrilatéral (= 12 km) qui font vraisemblablement de ce pèlerinage cornouaillais « un lointain héritier de la grande fête celtique du Lughsana9 », dédiée au dieu Lug, omniprésent en pays celtiques.

Figure 2. – L'ascension du Croagh Patrick (C° Mayo, Irelande).

4Un épisode de la Vita de saint Martin (rédigée vers 397) apporterait, s’il en était besoin, la confirmation de ce que de tels rituels circumambulatoires dépassent de loin cet exemple breton (aujourd’hui, savoureux cocktail – à l’instar du pèlerinage irlandais au Croagh Patrick [C° Mayo] avec lequel il présente bien des analogies – de dévotion sincère, de manifestation identitaire, d’exercice sportif et de folklore touristique) (fig. 2).

  • 10 Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, introd. de Pietri Luce, Paris, Cerf, 2003, p. 23-24 [cf. Fonta (...)

5En parcourant les campagnes gallo-romaines, l’évêque de Tours aperçut de loin « le convoi d’un païen, que l’on conduisait au tombeau en observant les rites superstitieux en usage. […] Comme c’était une troupe de paysans et qu’au souffle du vent voltigeaient les toiles de lin jetées sur le corps, Martin crut aux rites profanes d’un sacrifice. En effet, les paysans gaulois avaient coutume, dans leur misérable folie, de promener à travers leurs champs des images de démons couvertes de voiles blancs ». Un signe de croix du saint arrêta miraculeusement le cortège. « Les malheureux, tout d’abord, devinrent raides comme des rochers. Puis, quand ils faisaient effort pour aller de l’avant, ne pouvant avancer, ils tournaient sur eux-mêmes en pirouettant d’une façon risible. » Cependant, une fois que Martin eut réalisé sa méprise, « il leva de nouveau la main, leur rendant la liberté de s’en aller et d’emporter le corps10 ».

6Ce récit très riche justifierait un long commentaire. Contentons-nous de poser quelques jalons en rapport avec le présent propos :

  • Curieusement, par rapport aux conventions hagiographiques (et au contexte de la Vita), le miracle ne provoque pas la conversion des païens. Celle-ci n’apparaît même pas comme la préoccupation de Martin qui laisse les funérailles se poursuivre une fois qu’il a compris de quoi il retournait.
  • Ce sont deux formes de rapport de la société à l’espace qui interfèrent ici. « En tant qu’ancien militaire et citadin », Martin n’apparaît pas en mesure de faire spontanément la distinction entre cet enterrement et les processions « qui suivaient les lignes immémoriales entre terres cultivables et terres non cultivables11 ».
  • Combinés comme ici à des phénomènes de « girotropie », les motifs folkloriques Q 551. 7 (Magic paralysis as punishment) et Q 573 (Magic paralysis as punishment remitted) font partie des clichés récurrents dans l’hagiographie ultérieure, comme on le verra plus loin, aux fins d’imposer la mainmise des institutions ecclésiastiques sur le territoire rural. J’ai émis ailleurs l’hypothèse que ces récits de miracles de châtiments s’adressaient à des destinataires capables d’y percevoir une allusion aux effets de la consommation de l’« herbe d’oubli » (l’« herbe d’or » de la tradition populaire : datura stramonium) et d’en tirer d’eux-mêmes la leçon12.
  • 13 Prado, 2004, p. 458-460.

7Sans doute n’est-il pas totalement hors-sujet de rappeler ici que les enquêtes ethnologiques sur de telles pratiques clandestines dans la campagne morbihannaise dans la seconde moitié du XXe siècle s’inscrivent dans le contexte de l’exode rural associé à la « révolution silencieuse » de l’agriculture durant ces décennies ? Avec la prudence qui s’impose, l’interprétation selon laquelle l’usage de ces substances psycho-actives en tant que « marqueur territorial » traduirait un « désir d’ailleurs tout en restant chez soi13 » est peut-être transposable, mutatis mutandis, pour nous aider à mieux cerner les sources médiévales.

« Évolution »

  • 14 Lauwers, 2005, p. 11.
  • 15 Fournier, 1982, p. 497, n. 3.
  • 16 Aubrun, 1986, p. 226.

8« Et pourtant, elle bouge ! » Cette autre traduction possible – et probablement plus exacte – de la formule de Galilée fait intervenir la notion d’« évolution ». Pour en revenir à la question des limites paroissiales, dans la mesure où, à la différence d’autres circonscriptions ecclésiastiques (le diocèse ou la province ecclésiastique) démarquées du réseau administratif de l’Empire romain, la paroisse est une création spécifique au christianisme pour répondre au besoin d’encadrement des fidèles, les historiens ont longtemps envisagé celle-ci comme une entité immuable, « intrinsèque à l’organisation de la société chrétienne ». Dans cette optique, retracer son évolution depuis les origines (IVe siècle) jusqu’à la fin du Moyen Âge reviendrait à partir de la « grande paroisse » ou « paroisse primitive » du haut Moyen Âge et à voir comment celle-ci aurait progressivement donné naissance, par division cellulaire, à des paroisses nouvelles ou secondaires, de taille plus réduite14. Tout en soulignant à juste titre qu’il ne s’agit pas là d’« un découpage a priori qui aurait été stabilisé dès l’origine », mais du « terme d’une évolution progressive », la synthèse de Gabriel Fournier sur « la mise en place du découpage paroissial », partait encore, il y a une vingtaine d’années, du fait que « la plupart des paroisses sont devenues des communes » pour en déduire qu’il est « par conséquent légitime d’utiliser les limites actuelles pour essayer de reconstituer la formation du réseau paroissial15 ». Cette conception sous-tend les recherches de Michel Aubrun qui systématisent ces principes afin de tenter d’identifier et d’évaluer la superficie des villae carolingiennes susceptibles d’avoir été fossilisées sur la carte des limites administratives modernes : « Plus la paroisse est vaste, plus il est probable qu’elle soit ancienne ; une paroisse ancienne possède des frontières naturelles et harmonieuses […] alors qu’une création récente à des formes tourmentées16. »

  • 17 Aubrun, 1986, p. 199-200. Brunterc’h, 1994, p. 324-326.

9Le dossier de la consécration de l’église de Favars (897) par l’évêque de Limoges qui délimite à cette occasion le ressort de cette nouvelle fondation illustre la démarche de ce chercheur qui n’hésite pas à parler d’« esprit de clocher » avant la lettre (fig. 3). Pour assurer l’entretien du desservant un patrimoine décimal de 17 manses est précisément défini avec l’assentiment des prêtres dont les paroisses sont ainsi amputées, ce qui laisserait entendre, selon Michel Aubrun, que le réseau des paroisses rurales était solidement organisé dès le début du IXe siècle. L’affectation des dîmes n’est pas liée à un territoire géographiquement homogène. Mais comme les villae concernées sont peu éloignées les unes des autres, leur regroupement aurait abouti à la mise en place d’un territoire d’un seul tenant17.

Figure 3. – La paroisse de Favars, d’après M. Aubrun, L’ancien diocèse de Limoges des origines au milieu du XIe siècle, Clermont-Ferrand, 1981, p. 353.

  • 18 Zadora-Rio, 2008, p. 112-113 et 268.
  • 19 Zadora-Rio, 2008, p. 190.
  • 20 Chareille, 2008, p. 239-240.

10Dans l’ouvrage collectif qu’Élisabeth Zadora-Rio a dirigé sur les paroisses et communes de Touraine, celle-ci prend catégoriquement le contrepied des analyses de Michel Aubrun. « Ces donations formées de biens dispersés étaient destinées à constituer le patrimoine de l’église, mais pas un territoire paroissial. » Du point de vue de cette médiéviste, la notion de territoire implique « un lien sacramentel et cultuel » (qui ne lui paraît pas établi en l’occurrence) entre les contribuables et l’église à laquelle sont affectées leurs dîmes18. La mise en cause de la typochronologie proposée par son prédécesseur se fonde sur la possibilité d’« opposer de nombreux contre-exemples » aux études de cas invoquées par celui-ci à l’appui de ses hypothèses19. Mais, s’il est exact que « la validité générale de ces principes » (étendue des formes anciennes ; découpage des formes récentes) n’a jamais été démontrée, paradoxalement, les statistiques de Pascal Chareille pour la Touraine seraient ici susceptibles de les étayer20. En toute rigueur, le modèle alternatif proposé par Élisabeth Zadora-Rio se doit donc de rendre compte des exemples retenus par Michel Aubrun sous peine d’en faire à leur tour des contre-exemples.

  • 21 Sur l’évolution de « modèles » totalement différents, voir ci-après la contribution de Patrick Duf (...)
  • 22 Zadora-Rio, 2008, p. 183.
  • 23 Zadora-Rio, 2005.

11Ceci dit, il n’en semble pas moins pertinent de ne pas systématiser le modèle (en partie mythique) de la « grande paroisse primitive21 » et de ne pas tenir pour acquis le postulat selon lequel ses éléments constitutifs auraient été indissolublement liés dès les origines. On conviendra avec Élisabeth Zadora-Rio que « l’historien ne peut affirmer tout uniment que les anciennes paroisses ont donné naissance aux communes ; il ne doit pas non plus affirmer le passage des communautés d’Ancien régime aux communes actuelles ou s’appuyer dans ses travaux sur le territoire de ces mêmes communes, sans tenir compte des très sérieuses modifications révélées par l’étude des limites de 179022 ». La plupart des contributions des médiévistes réunies dans le présent ouvrage font référence à ce nouveau modèle selon lequel la « diffraction de l’image de la paroisse médiévale » fait place à une conception d’ensembles territoriaux plus ou moins flous et enchevêtrés que seules les exigences de la cartographie moderne auraient réduite « à une limite administrative unique qui a sans doute été longtemps plus ou moins fictive23 ». Néanmoins, il conviendrait de casser le moule… ne serait-ce que pour s’assurer que ce que l’on y a coulé tient debout tout seul.

« Enveloppe territoriale »

  • 24 Du Cange, sv ; Niermeyer, sv.
  • 25 Grasland, 1997.
  • 26 « Dictionnaires d’autrefois » [en ligne :] http://artfl-project. uchicago.edu/content/dictionnaire (...)
  • 27 Mousnier, 2005, p. 424.

12Aucun historien ne peut sérieusement contester que dans l’Antiquité tardive et durant le haut Moyen Âge, la terminatio24 (= « bornage ») n’avait pas la même portée qu’aujourd’hui. Mais une fois que l’on a convenu que les frontières médiévales étaient poreuses et non pas linéaires, il reste à comprendre le fonctionnement de ce système de délimitation et à suivre son évolution. Il me semble que le concept d’« enveloppe territoriale » forgé à cet effet par Élisabeth Zadora-Rio (et repris par certains chercheurs à sa suite) appelle néanmoins des réserves. Le terme d’« enveloppe » n’est probablement pas le plus adéquat car il risque de prêter à contre-sens. Accessoirement, en effet, la courtoisie veut qu’une enveloppe parvienne fermée à son destinataire (si elle ne lui est pas remise en main propre). Peu importe après tout, une règle de savoir-vivre peut-être aujourd’hui obsolète. Mais surtout, par définition si l’on se reporte aux dictionnaires, soit l’enveloppe représente la partie externe de l’objet dont elle est constitutive et dont elle recouvre alors certains organes pour les protéger ; soit elle n’est pas constitutive de l’objet qu’elle entoure et elle environne alors celui-ci en le recouvrant complètement. Dès lors – bon gré, ou plutôt mal gré – le choix de ce mot induit une logique d’emboîtement qui inscrit d’office le fonctionnement de la paroisse en interaction avec « des maillages de niveau supérieur (unités englobantes) ou inférieurs (unités englobées)25 ». D’autre part, l’adjectif « territorial » est sans doute encore plus ambigu que le nom auquel il se rapporte, dans la mesure où les concepts de territoire et de territorialité sont aujourd’hui en sciences sociales l’enjeu de multiples acceptions (politique, ethologique, socio-culturelle, etc.) qui n’ont en commun que les notions de limites et d’appropriation de l’espace, c’est-à-dire précisément celles que discute Élisabeth Zadora-Rio. La première édition du Dictionnaire de l’Académie française (1694) définissait encore le territoire comme « l’espace de terre qui dépend d’une Juridiction » (« Baronnie », « Châtellenie »…), en ajoutant que « lorsqu’un Évêque dans son Diocèse permet à un autre Évêque de faire certaines fonctions épiscopales, on dit, qu’Il lui donne territoire, qu’Il lui prête territoire26 ». En fin de compte, j’ai l’impression que cette « enveloppe territoriale » ressortit au « florilège de termes aussi poétiques que peu scientifiques27 » (« semis », « maillage », réseau », etc.) auxquels recourent, faute de mieux, les historiens que laisse, à juste titre, dans l’embarras la polysémie du vocabulaire des sources médiévales. Mais, quitte à paraître caricatural, je ne suis guère persuadé, pour ma part, que remplacer le latin ecclésiastique par un nouveau langage de clerc contribue à résoudre le problème.

… au vocabulaire latin du Moyen Âge

  • 28 Zadora-Rio, 2008, p. 111.

13Le modèle a permis incontestablement la mise au jour de données inédites. Cependant, le recours à cette formulation maladroite et approximative, à mon sens, d’« enveloppe territoriale » n’est pas une simple question de vocabulaire sans grande conséquence sur le fond et somme toute admissible de la part de chercheurs qui n’ont pas forcément de prétentions littéraires ou esthétiques (ce qui, soit dit en passant, pourrait aussi prêter à discussion). En bref, l’emploi de l’adjectif « territorial » renvoie à l’idée de limites alors que le choix du terme « enveloppe » a précisément pour objet de contester cette notion. En conséquence, l’utilisation de l’expression me paraît parfois manquer de rigueur au risque d’occulter, plus que d’éclairer, les multiples formes de rapport entre la communauté et l’espace environnant. L’application de ce concept sur la terminologie des sources médiévales revient à introduire un biais susceptible de fausser l’interprétation de celles-ci en postulant d’emblée qu’elles s’inscrivent dans un « contexte d’effacement des cadres territoriaux28 ». C’est pourquoi je dois revenir sur le vocabulaire latin présenté en introduction pour en proposer dans la présente contribution une relecture qui n’engage que moi. Il n’est sans doute pas inutile de souligner à ce propos combien le registre de la latinité à laquelle recourent les clercs qui maîtrisent l’écrit au Moyen Âge répond à des objectifs précis de leur part, ou de celle de leurs commanditaires. Certes, les hagiographes ne s’assignent pas pour tâche de décrire l’organisation et le fonctionnement des cadres religieux ou politiques dans lesquels se déroule la vie des ruraux. Mais quel que soit le rapport des textes hagiographiques avec la réalité historique, leurs auteurs se soucient de vraisemblance, sous peine de perdre toute crédibilité devant leurs destinataires. Que les actes dits « de la pratique », soient authentiques ou pas, il faut admettre que leurs rédacteurs ne feraient pas correctement le travail dont ils sont chargés en usant délibérément de mots latins dont la signification prêterait à confusion pour leurs contemporains. À l’inverse, de leur part, le parti de tabler éventuellement sur l’ambivalence de tel ou tel terme peut s’avérer significatif aux yeux des historiens.

Parochia et diocesis

  • 29 Lauwers, 2005; Id, 2008.
  • 30 Mazel, 2008, p. 15-16.
  • 31 Cf. les contributions de J-R. Bertrand, O. Bobineau et L. Plouchart. La création en 1966 des cinq (...)
  • 32 Cf. les contributions de P. Duffy et N. Richard.

14Les lettrés médiévaux pesaient donc leurs mots. Michel Lauwers a entrepris l’analyse lexicale des termes parrochia et diocesis afin d’explorer la dimension spatiale de leurs usages respectifs29. Simultanément, Florian Mazel mettait l’accent sur les « rapports étroits » que le chantier historiographique de « la genèse territoriale de la paroisse » est susceptible d’entretenir avec l’enquête qu’il a coordonnée pour expliquer, à nouveaux frais, « la genèse médiévale de la territorialité et du territoire diocésains dans l’Occident médiéval30 ». Toutefois, sans doute n’est-il pas incongru de faire remarquer ici que le grand « remaniement » paroissial actuel intervient sans bouleverser la « nouvelle circonscription des diocèses français » instaurée deux siècles plus tôt par le concordat de 180131 ? Tout anachronisme mis à part, le fait devrait inciter à la prudence lorsque l’on postule, en l’absence de véritable synchronisme, d’articuler systématiquement la territorialisation de la paroisse sur celle du diocèse32.

15Selon Michel Lauwers, la paroisse, en tant que « structure spatiale assurant aux populations des lieux de culte de proximité » ne se serait pas mise en place avant les IXe-XIIe siècles. À l’appui de cette affirmation, cet historien ajoute que l’« on chercherait en vain, du reste, des attestations claires de tels territoires dans les textes du haut Moyen Âge ». C’est pourquoi, il reproche à la traduction proposée par Christine Delaplace du neuvième canon du concile de Tours (461) d’infléchir le texte pour lui donner un « sens spatial » qui viendrait à l’appui de l’hypothèse d’une mise en place précoce des territoires paroissiaux en Gaule :

  • 33 Delaplace, 2002, p. 27 : De praesumptoribus etiam placuit observari ut si quis episcopus in jus fra (...)

« Il est bon de surveiller qu’un évêque ne tente de faire intervenir son autorité dans le territoire du ressort de son frère, de façon à pouvoir s’adjoindre des églises paroissiales (= dioceses alienas) extérieures [à son diocèse] alors que les limites [des diocèses] ont été décidées par les Pères33… »

  • 34 Bourgès, 2010 (consulté le 15 janvier 2012).

16Pour expliciter ses critiques, Michel Lauwers remarque que ce canon ne fait explicitement mention ni de « paroisse », ni d’« église paroissiale » et que l’expression transgredere terminos a patribus constitutos, susceptible d’évoquer une procédure de bornage, est en fait une réminiscence biblique (Pr., 22, 28 ; 2Th., 3, 6) fréquemment employée au sens figuré de « dépasser les bornes », sans connotation spatiale particulière. Le concile aurait simplement recommandé de surveiller les éventuels « abus de pouvoir » de la part d’un évêque et notamment l’invasion par celui-ci de « diocèses » qui ne seraient pas les siens. En fait, comme l’a démontré André-Yves Bourgès, Perpetuus – le métropolitain de Tours qui a convoqué ce concile – était un exégète réputé et donc tout à fait à même de jouer sur le double sens de ces versets de la Bible. En outre, il est anachronique de prendre diocesis au sens de « diocèse » actuel. Au contraire, comme l’a compris Christine Delaplace, il semble bien qu’ici le choix du terme diocesis ait pour objet de « faire apparaître clairement la distinction, voire la hiérarchisation, entre les parochiae primitives, fondées par les évêques dans des lieux choisis par eux, et les dioceses, oratoires privés ou églises paroissiales fondées dans les villae et les monastères34 ».

  • 35 Saint-Servan, absorbé depuis 1967 dans Saint-Malo (35).
  • 36 Cf. Garault, 2011, p. 550 sq. Les traductions françaises des citations suivantes et surtout leur i (...)

17Quatre siècles plus tard, la Vita de saint Malo dédiée par le diacre d’Alet35 Bili à son évêque Ratvili (vers 865-apr. 872) atteste de l’évolution de la terminologie. Le Prologue lève toute ambigüité dans l’usage des mots parrochia et diocesis entre lesquels il fait nettement la distinction36. L’hagiographe commence par saluer les destinataires de la Vita :

  • 37 Le Duc G. (éd.), 1979, Vie de saint Malo, évêque d’Alet par Bili, Les dossiers du CeRAA-B, p. 20 : (...)

« Au nom du Christ, la congrégation des frères qui militent avec douceur dans la sainte église-mère de la cité d’Alet salue tous les frères qui vivent dans l’ensemble de la parrochia de saint Malo et tous les fidèles de l’Église de Dieu37… »

18Le « Catalogue des vertus des saints » sur lequel enchaîne Bili remercie Dieu d’avoir pourvu les « régions occidentales » (occiduas […] partes) de nombreux corps-saints :

  • 38 Le Duc G. (éd.), 1979, ibid., p. 23 : Nos uero qui diocesim Aletis ciuitatis colimus, pro modulo no (...)

« Quant à nous qui habitons la diocesis de la cité d’Alet nous devons sans répit rendre grâce dans la mesure de nos moyens au pourvoyeur de tous ces bienfaits38… »

  • 39 Le Duc G. (éd.), 1979, ibid., p. 23 : quia uidemus aliquorum sanctorum negligentia custodum actus e (...)

19C’est pourquoi « en constatant que les Actes et les Vies de plusieurs saints tombaient dans l’oubli à cause de la négligence des desservants39 », l’hagiographe a entrepris de corriger la Vita de saint Malo afin que par la suite,

  • 40 Le Duc G. (éd.), 1979, Vie de saint Malo, ibid., p. 24 : at si per diversas ecclesias custodum negl (...)

« si dans quelques églises, par suite de la négligence des desservants, les livres copiés sur cet original sont brûlés ou oubliés, que l’on recoure à celui qui est sous bonne garde et la Vie et les actes du saint seront remis en état et que, par ce volume, les autres soient unis, comme il se doit, dans toutes les églises de l’ensemble de la parrochia40 ».

  • 41 Cf. Du Cange, sv custos : Presbyter aut Clericus, cui Ecclesiæ seu templi cura incumbit. Custos es (...)

20Le recoupement de ces passages du prologue de la Vita fait ressortir que, dans la seconde moitié du IXe siècle, la cathédrale (l’« église-mère ») constituait la « paroisse » (diocesis) de la « cité d’Alet » desservie par une « congrégation » dont Bili était membre. Quant au « diocèse » (parrochia) de saint Malo, il comportait des « églises » desservies par un clergé attitré (custodes)41.

  • 42 Guillotel H., Chédeville A., Tanguy B. (éd.), 1998, Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, (...)
  • 43 Cf. Fleuriot, 1974, p. 1-6.
  • 44 Le Duc G. (éd.), 1979, Vie de saint Malo, ibid., I, 75 p. 197 : in civitate pagi Aletis.
  • 45 Le Duc G. (éd.), 1979, ibid., II, 6, p. 230.
  • 46 Cart. Redon, acte 24, Redon, 864, f° 52v : Rethuualatro, episcopo in Poutrocoet. Acte 79, Besson [ (...)
  • 47 Le Duc G. (éd.), 1979, Vie de saint Malo, ibid., II, 14, p. 248-249 : Nam dum Reithwalatr epicopatu (...)
  • 48 L’opposition entre civitas et parochia apparaît déjà, par exemple, dans le canon 8 du concile d’Or (...)

21La contre-épreuve est apportée par la souscription de Rativili, le commanditaire de la Vita, dans un acte du Cartulaire de Redon en tant qu’« évêque sur l’évêché de saint Malo42 ». Il figure parmi les témoins de l’adoption de Salomon (874) par une veuve nommée Roiandreth qui transfère au roi de Bretagne plusieurs ploues dans lesquelles elle était possessionnée43. La donation a eu lieu en 869 dans la « plebs appelée Bieloen » (Baulon, 35, d’après Hubert Guillotel), située in pago transilvam (littéralement, « Transylvanie »). Cette localisation prend tout son intérêt pour le présent propos si l’on remarque que ce « pays » est, avec celui de la « cité d’Alet44 », l’un des deux pagi qui constituent l’« évêché de saint Malo » du temps de Bili45. Or, sous sa forme bretonne, Poutrocoet (Porhoet, ultérieurement), ce nom intervient dans la titulature de Rethwalatr (v. 851-865), le prédécesseur de Ratvili, qui souscrit divers actes du Cartulaire de Redon comme episcopus in Poutrocoet46 tandis que dans la Vita de saint Malo, il est dit détenir « l’episcopatus de la cathédrale de saint Malo47 ». Il y a donc lieu de supposer dans ce contexte que, pour Bili, la parochia désigne toujours la partie rurale du diocèse d’Alet (distincte de la civitas)48.

Figure 4. – Le démembrement de la ploue de Guipry.

  • 49 Le Duc G. (éd.), 1979, Vie de saint Malo, ibid., I, 77, p. 203 ; II, 14, p. 246. Le pomerium de Sai (...)
  • 50 Le Duc G. (éd.), 1979, Vie de saint Malo, ibid, II, 9, p. 238. La périphrase Ille nobilior et princ (...)
  • 51 Le Duc G. (éd.), 1979, Vie de saint Malo, ibid., II, 9, p. 237-238.

22Alors qu’en rapportant la carrière épiscopale de son héros, l’hagiographe porte au crédit de saint Malo la fondation de nombreux monasteria dans lesquels celui-ci établit ses disciples49, lorsqu’il se réfère à la situation du diocèse postérieurement au décès du saint, ce sont des plebes qui sont mentionnées. Le cas le plus significatif est sans doute celui de la plebs « qui s’appelle Wicbri » dans laquelle se trouve la villa « appelée Felix ». Guéri, grâce aux reliques de saint Malo de la paralysie qui le clouait au lit, son propriétaire50 fait donation de cette villa aux clercs chargés de rapatrier celles-ci en Bretagne51. Si l’on se fie à ce récit, Saint-Malo-de-Phily (35) apparaîtrait donc comme un démembrement intervenu dès le haut Moyen Âge de la « paroisse primitive » de Guipry (35) dans le nom de laquelle l’élément gwic (du latin vicus) désigne le chef-lieu paroissial (fig. 4).

La plebs, « horizontalité » ou « verticalité »

  • 52 Cf. les contributions de P. Duffy, S. Kerneis, A. Turchini. Voir Pichot, 2002, p. 72.
  • 53 Moyse G., 1988, « Compte-Rendu » de Pietri, Biarne, 1987, Bibliothèque de l’école des chartes, t. 1 (...)
  • 54 Chédeville, Guillotel, 1984, p. 132-149. Cf. Merdrignac, Plouchart, 2008.
  • 55 Chédeville Guillotel, 1984, p. 126-128.
  • 56 Zadora-Rio, 2008, p. 268.

23On m’accordera que les exemples régionaux invoqués précédemment (dans la mesure où ils me sont plus familiers que d’autres) viennent cependant conforter les interrogations que soulèvent les origines des plebes bretonnes et recoupent celles que pose « l’historiographie de la paroisse médiévale ». C’est pourquoi, il me paraîtrait improductif d’éluder ces questions sous prétexte que la ploue ne serait qu’une particularité spécifique à la région (alors même que la pieve italienne, voire la plebania irlandaise suggèrent le contraire52). Une telle prévention a naguère permis aux auteurs du cahier de la Topographie chrétienne de la Gaule consacré à la IIIe Lyonnaise de contourner les problèmes complexes posés par « la discordance, en Armorique septentrionale et occidentale entre le cadre diocésain médiéval et le cadre antérieur des cités gallo-romaines53 », alors pourtant que l’idée reçue de « paroisses coiffées par des monastères-évêchés » censée justifier cette impasse était déjà largement mise en cause54. Il y a même lieu à présent de se demander s’il ne serait pas intéressant d’exporter l’hypothèse brillamment avancée pour la Bretagne du haut Moyen Âge par André Chédeville qui envigageait les ploue (ou ploe) non pas comme des « succursales d’un siège épiscopal, unique paroisse primitive », fondées « verticalement » à mesure des progrès de l’évangélisation, mais comme des « structures horizontales » constituant « autant d’organismes largement autonomes55 ». En d’autres termes, comme en écho (mais dans son jargon spécialisé), Élisabeth Zadora-Rio ne dit pas autre chose en concluant que « la formation des territoires paroissiaux ne résulte pas d’un démembrement en cascade du diocèse, mais d’un processus inverse, fondé sur une logique d’extension radiale du pôle ecclésial et sur la coalescence progressive d’une multitude de cellules individuelles qui après s’être multipliées, subdivisées, concurrencées ont fini par constituer un tissu continu auto-organisé56 »…

  • 57 Tanguy, 1990, p. 21
  • 58 Tanguy 1990, p. 16-21. Tanguy, Lagrée, 2002, p. 58. Voir les nuances apportées par Pichot, 2002, p. (...)
  • 59 Cf. Cart. de Redon, p. 63-65.

24En bref, la ploue se définit comme l’espace d’une communauté humaine, « religieuse, certes, mais pas seulement57 ». Certaines de ces vastes « paroisses primitives » (souvent plus de 10 000 hectares) auraient formé des « unités géographiques bien définies » qui se seraient maintenues jusqu’à nos jours « dans leurs limites anciennes » (souvent après subdivisions)58. Dans le Cartulaire de Redon, la plebs paraît correspondre à une unité fondamentale d’organisation territoriale et sociale par rapport à laquelle sont situées des terres qui ont aussi leur réalité humaine et politique. Le lieu qui polarise l’essentiel des activités humaines est l’église et certaines ploue disposent explicitement d’une église baptismale et de chapelles annexes59. L’extrapolation à l’ensemble de la Bretagne de la situation en pays de Redon au IXe siècle pourrait sembler abusive.

25L’hypothèse est cependant confortée par le chapitre de la Vita de saint Guénolé composée à Landévennec (entre 874 et 884) qui s’intitule « Un homme illustre du nom de Fracan, quittant sa terre à cause de la terrible épidémie, vint à cette époque en Armorique prendre un domaine de la dimension d’une ploue (fundum quemdam, quasi plebis unius modulum) ». L’hagiographe y rapporte pourquoi les parents du futur fondateur de cette prestigieuse abbaye furent contraints d’émigrer en Armorique et comment Fracan, le père de Guénolé, débarqué « dans le port qui s’appelle Brahec » (in portum qui Brahecus dicitur = Bréhec, en Plouha ? Le Rusé-Bréha, en Langueux ?, 22), s’installa avec sa famille dans la ploue qui a pris son nom (= Ploufragan, 22) :

  • 60 La Borderie A. de, 1888, Cartulaire de l’abbaye de Landévenec. 1 : Texte du cartulaire, avec notes (...)

« Parcourant aussitôt les alentours – il était en effet la onzième heure du jour – y découvrant un domaine qui n’était pas petit mais qui avait environ la dimension d’une ploue, entouré de tous côtés de bois et de halliers, appelé depuis d’après son inventeur, fécondé par les eaux d’un fleuve qui s’appelle proprement “Sang” [= le Gouet] ; confiant, il entreprit d’y habiter avec les siens, désormais à l’abri des maladies60. »

26Ce texte est à verser au dossier des origines civiles de la ploue et de sa territorialisation précoce. Contentons-nous de trois remarques :

  • L’emploi du terme modulum (« mesure » ; « dimension ») par l’hagiographe implique que, pour lui comme pour les destinataires de la Vita, le caractère territorial de cette « paroisse primitive » qui pouvait à l’origine englober Saint-Brieuc, Trégueux et Langueux61 (22) relevait de l’évidence.
  • Le père de saint Guénolé, n’est pas présenté comme le fondateur de la plebs à laquelle s’est attaché son nom62, mais comme l’« inventeur » d’un fundus dont il « prend possession » (capiente).
  • En outre, la mention des « bois et halliers » délimitant cette circonscription « de tous les côtés » s’inscrit tout à fait dans la logique des « confins de territoire » qui prévaut aujourd’hui parmi les médiévistes.
  • 63 Cf. la contribution de S. Kerneis.
  • 64 Martin, 2001, p. 20-21.

27Il faut cependant toujours se méfier des risques d’anachronismes. La ploue de l’époque carolingienne n’a plus forcément beaucoup de points communs avec celle de l’Antiquité tardive. Le réseau de ploue bretonnes était probablement constitué avant la fin du VIIe siècle. Il n’est pas exclu, comme le suggère avec des arguments convaincants la contribution de Soazig Kerneis, que les plus anciennes de ces plebes se soient insérées dans un cadre institutionnel remontant au Bas Empire adopté et généralisé par les Bretons. À juste titre, elle rappelle qu’un quart des ploue ne sont pas des topo-hagionymes (par exemple, Plobalannec, Plougastel, Ploumoguer, Plonevez)63. Force est donc d’admettre, comme l’a écrit élégamment Hervé Martin que « le sol bas breton n’a pas été entièrement livré aux prêtres et aux moines pendant les premiers siècles du Moyen Âge64 ».

  • 65 Tanguy, 1988.
  • 66 Merdrignac, 2012, p. 37-44.

28À défaut de sources contemporaines susceptibles d’être sériées et modélisées, on doit s’en tenir à des hypothèses. La fameuse lettre adressée (vers 511) aux deux prêtres bretons Lovocat et Catihern par l’épiscopat de la province de Tours est un hapax qu’il faut se garder de surinterpréter. Une minutieuse analyse de ce document exceptionnel a conduit Bernard Tanguy à proposer de localiser à Plélan-le-Petit (22), près de Corseul, cette « ploue de l’ermitage » (= lan) dont le nom de la commune adjacente de Languédias (= « le lan de Catihern ») rappelle sans doute l’existence65. J’ai, pour ma part, rouvert récemment ce dossier pour développer une argumentation qui autoriserait à replacer ce mandement épiscopal sur l’arrière-plan militaire de la « première migration bretonne » (IIIe-Ve siècles)66.

Limitatio, pars (= ran) et territorium dans les actes de la pratique

  • 67 Hautefeuille, 2005, p. 405.
  • 68 Hägermann Dieter, Hedwig Andreas, 1990, « Das Polyptychon und die Notitia de Areis von Saint-Maurde (...)

29Répétons-le : il serait anachronique, et il est même sans doute impossible, de reconstituer sous forme de circonscriptions délimitées par des frontières linéaires des unités territoriales antérieures au Xe siècle à partir du réseau paroissial postérieur et à partir de la carte des communes qui n’est qu’une convention commode pour visualiser la répartition des paroisses et leur situation respective. Mais avant que le contrôle complet du territoire ne soit accompli, plusieurs conceptions de l’espace paroissial se superposent selon que l’on se situe dans le cadre des personnes ou dans celui de la terre67. C’est pourquoi il importe de distinguer le territoire défini par l’institution et l’espace vécu par les habitants qui, des siècles durant, étaient aussi, en majorité, des paysans attachés à la terre (dans tous les sens du terme) et qui mettaient celle-ci en valeur selon des pratiques extensives qui laissaient toute sa place à l’exploitation du saltus (bois, landes et friches) dont, par définition, les limites étaient fluctuantes. On doit bien évidemment présumer que les règles de la géométrie n’étaient pas nécessairement leur fort. Mais on peut aussi estimer que – dans leur intérêt et par expérience – ils étaient à même d’évaluer les surfaces agricoles et de les délimiter. On peut en relever un indice par la fréquence dans les textes médiévaux de termes comme ager (= « acre ») ou area (= « are ») issus des unités agraires de l’arpentage antique et passés dans le langage courant jusqu’à nos jours. La Noticia de areis (entre 867 et 869) en apporte une illustration dans « la cité de Paris » quand elle délimite précisément par rapport à la via publica trente-quatre « lotissements fonciers » (area) détenus par les dépendants de l’abbaye Saint-Maur-des-Fossés68.

  • 69 Cf. Du Cange, sv, virga terrae (= « vergée »).
  • 70 Je relève, dans le Cartulaire de Landévennec, trois occurrences du mot territorium (mentionné, à d (...)
  • 71 Davies et al., 2000, p. 317 : il faut écarter l’inscription de Gomené (22) : ced parth so (« partie (...)
  • 72 Lemoine, 1985, I, p. 347-352. Cf. Guillotel H., Chédeville A., Tanguy B. (éd.), 1998, Cartulaire de (...)
  • 73 Guillotel H., Chédeville A., Tanguy B. (éds), Cartulaire de Redon, p. 67.

30Dans les actes de la pratique bretons du haut Moyen Âge, le ran (une occurrence dans le cartulaire de Landévennec ; une bonne centaine de fois dans celui de Redon), paraît équivalent de virgada (« vergée69 », unité de mesure toujours en usage dans l’archipel anglo-normand). Le terme désigne une villa (de taille variable : de 30 à 50 ha selon A. Chédeville) associant une surface cultivable à un ensemble de bois, landes et taillis. Son équivalent latin à l’ouest de la Bretagne pourrait bien avoir été territorium70. Un épisode de la Vita de saint Paul Aurélien (884) est localisé in territorio quod lingua incolarum pars Brochan dicitur (II, 15). Or l’un des ran du Cartulaire de Redon (ch. 46 ; 860/865/871 ?) porte exactement le même nom : particulam terrae quae erat in Ranbrochan. Étymologiquement, le ran implique une « division » (le breton rannam glose le verbe latin partior : « je partage »), c’est pourquoi la pars (abréviation de pars terrae : « lot de terre ») fréquemment usitée comme synonyme de ran a peut-être, en retour, été transposée en breton sous la forme parth71 (au sens de « propriété terrienne » qui est aussi celui de ran)72. Bernard Tanguy voit dans ces entités territoriales « le souvenir d’un système agraire égalitaire dans ses fondements et dont l’origine remonte très vraisemblablement à la colonisation bretonne des Ve-VIIe siècles73 ».

  • 74 Garault, 2011, p. 166-176.
  • 75 Brett C. (ed.), 1989, The monks of Redon. Gesta Sanctorum Rotonensium and Vita Conuuoionis (« Studi (...)

31Le dossier de la fondation de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon par saint Conwoion se prête à une intéressante étude de cas qui permet de confronter la littérature hagiographique et des sources diplomatiques74. « L’espace n’est pas appréhendé de la même façon » d’un texte à l’autre, remarque subtilement Claire Garault. D’après les Gesta Sanctorum Rotonensium, Nominoé, « prince de Bretagne », à l’occasion de sa première visite aux « saints hommes de Dieu » leur « promit d’être toujours leur bienfaiteur durant sa vie et se recommanda à leurs prières. En ce jour le susdit Nominoé remit à Saint Sauveur et à ses moines la quatrième pars de la plebs de Bains, pour l’âme de l’empereur Louis [le Pieux] et pour qu’il soir récompensé de la donation par le Seigneur ». Et Nominoé envoie aussitôt l’abbé Conwoion rencontrer Louis le Pieux (840) qui résidait alors à Thionville75.

  • 76 Cart. de Redon, ch. II, f° 1 r° : Ego quidem, de tanta misericordia et pietate Domini confisus, pe (...)
  • 77 Sur le contexte historique de la fondation de Redon et de cette donation, cf. Chédeville, Guillote (...)
  • 78 De Courson A., Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, Paris, Imprimerie impériale, 1863, Appe (...)

32Il est probable que pour rédiger ce chapitre l’hagiographe a directement eu recours à la charte 2 du Cartulaire qui acte la donation de Bains-sur-Oust (35) par Nominoé. Il est entendu que même s’il participe aux visées d’édification (dans tous les sens du terme) qui s’expriment dans l’hagiographie, le rédacteur d’un acte de la pratique se préoccupe également de parer à d’éventuelles contestations territoriales. Le mot pars est donc ici à interpréter comme équivalent du ran. À l’aide de l’index réalisé par Bernard Tanguy il est aisé d’identifier les lieux-dits mentionnés dans la charte. Selon ce document (datée de 832 par Hubert Guillotel), Nominoé, en qualité de missus de l’empereur, fait donation aux « moines habitant dans le monastère qui s’appelle Redon et y suivant la Règle de saint Benoît », en tant que « bien d’église » (elemosina) au nom de Louis le Pieux, de « la pars qui s’appelle Le Ros (en Redon, Morbihan), circonscrite par deux cours d’eau c’est-à-dire le fleuve Oust et la Vilaine et pour la troisième pars, de l’ancienne église de Bains, située dans la pars qui s’appelle [Saint-Jean-d’] Épileur (en Bain-sur-Oust), attenant aux confins de l’hereditas de Wethencar et aux confins de la villula de Mussain (en Redon) jusqu’au fleuve Oust76 ». Le précepte dans lequel l’empereur confirme, dans « son intégralité » la donation de Nominoé son « fidèle77 » précise que cette plebs dans laquelle « il est établi qu’est construit ce monastère s’appelle Bains78 ». Ici encore, je me contente de formuler quelques remarques (qui sont autant de questions) :

  • Si les Gesta se contentent du toponyme de Bains pour localiser cette plebs, l’auteur de la charte 2 est parfaitement en mesure de définir celle-ci en récapitulant le maillage (villula, hereditas, ecclesia) des partes qui la constituent.
  • L’apparente « divergence » entre le récit des Gesta, qui mentionne la « quatrième pars » de la plebs et l’acte qui se réfère « à la délimitation d’une terre qui du troisième côté est adjacente à l’ancienne église » n’en est pas une79. En effet, dans la mesure où l’Oust et la Vilaine constituent explicitement les deux autres côtés du triangle, la « pars qui s’appelle Le Ros » correspond bien au quart de la plebs, puisqu’en traçant les diagonales d’un quadrilatère, on obtient géométriquement quatre triangles.
  • On peut soupçonner, de la part des moines de Redon, une référence implicite au chapitre 14 De finibus agrorum du livre XV des Étymologies d’Isidore de Séville qui définit les marqueurs de limites sur les terres publiques ou privées : « le trifinium est ainsi nommé parce qu’il relie les confins de trois possessions. C’est aussi l’origine du quadrifinium qui en relie quatre80 ».
  • 81 Lemoine, 1985, I, p. 348-351 : clima n’est pas seulement une mesure agraire chez Isidore. Les clima (...)
  • 82 Lemoine, 1985, I, p. 347 attire l’attention sur des gloses bretonnes au Liber XLIII De locis, c. 2, (...)

33Un manuscrit breton du Xe siècle (Londres Brit. Mus. Libr. Cotton Otho E XIII), qui comporte essentiellement des collections canoniques dont les Canones Walici (c’est-à-dire les lois bretonnes que Soazick Kerneis désigne sous le sigle ALBA) inclut précisément, entre autres fragments des Étymologies, un extrait du Livre XV, 5, 1 : De mensuris agrorum (f° 159a). Une glose bretonne interlinéaire donne rannou comme équivalent de climatibus : « Les anciens ont donc divisé […] les jugères en climats, les climats en actus, etc.81. » Plus vaste que la ran, les tegran ou tigran (mentionnées quatorze fois dans le Cartulaire de Redon ; l’élément tig/teg « maison » implique la présence d’une habitation) pourraient, du moins théoriquement, représenter le double de la ran82. Ainsi, dans la plebs de Rufiac (56) la pars terrae de Randreuoolou (ch. LXII, datée de 866) est aussi appelée Lettigran (= « demi-tigran »). Quant au randremes dont l’équivalent latin est pars tremissa, ce serait, en principe, le double du tigran, et donc le quadruple de la ran.

Figure 5. – Lois d’Hywel Dda, NLW, Peniarth ms28, fol. 11 v°.

  • 83 Emannuel H D, 1967, The Latin texts of the Welsh laws, Cardiff, Wales UP, p. 2-12.

34Sous la forme rantyr, on retrouve le rhandy gallois (équivalent du tigran breton) dans la version latine du traité législatif attribué à Hywel Dda (v. 950) (fig. 5). En fait, la rédaction la plus ancienne (A) contenue dans un manuscrit du XIIIe siècle (NLW, Peniarth ms 28 ; c. 1230 x 1282) est une compilation de cette époque, mais qui contient des matériaux bien antérieurs83. L’essai de traduction littérale du De terminatione terrarum et villarum (« Du bornage des terres et des villae ») que je propose ci-après n’a pour objet que de faciliter la discussion et reste, bien entendu, susceptible d’améliorations :

  • 84 Emannuel H D, 1967, The Latin texts of the Welsh laws, p. 130. De Terminatione terrarum et villarum (...)

« La cour doit fixer ses bornes avant tout le monde et personne avant elle ; ensuite, l’Église ; puis le privilège ( ?) c’est-à-dire breynt, puis le kynwarchadw (= “priorité de possession”). Mais lorsque la cour aura borné, le mayr (= “maire”) et le kymellaur (= “adjoint” [ ?]) doivent borner et confirmer les bornes par serment, s’ils le savent. Sinon, que l’on divise en deux ce sur quoi il y a doute entre les villae qui se le disputent. Lorsqu’une villa en borne une autre, on ne doit pas enlever un rantyr avec la borne. Le roi doit avoir une demi livre de quelque bornage qui serait entre deux villages, et les juges 24 deniers. Si la terre a été adjugée à titre de swyd (= “office”), le roi aura sur celui-ci une livre et demie84. »

Frontières linéaires et limites fluctuantes dans les sources hagiographiques

  • 85 En dernier lieu, Merdrignac, 2008, p. 190-191.
  • 86 Pichot, 2002, p. 73. Cf. Pichot, 2003.

35Ce texte se passe de commentaire (ou en demanderait trop dans le cadre de la présente étude). Il suffit de rappeler ici, comme il me semble l’avoir montré ailleurs (à propos de la procédure d’usucapion85), que des dispositions juridiques similaires à celles dont fait état ce recueil législatif attribué à Hywel Dda étaient en vigueur de part et d’autre de la Manche durant le haut Moyen Âge. C’est pourquoi cette documentation contribue à éclairer deux récits hagiographiques de délimitation de territoires paroissiaux. On remarquera d’emblée que les deux paroisses concernées, Saint-Lunaire (35) et Saint-Suliac (35), relèvent du diocèse d’Alet (Saint-Malo à partir de 1146) dans un secteur de haute Bretagne ouvert aux régions voisines d’influence franque et où la présence bretonne n’oblitère pas le fond gallo-romain antérieur. Le motif de la circumambulation n’est d’ailleurs pas spécifiquement celtique et se retrouve, par exemple, dans le Maine pour la fondation de SaintCalais (72)86 (une Vita de saint Calais circulait au IXe siècle en haute Bretagne puisque celles de saint Malo et de saint Mervé s’en inspirent directement).

La Vita de saint Lunaire

  • 87 ContraPoulin, 2009, p. 132-133. Mais l’argumentation fondée sur la localisation indéterminée de la (...)
  • 88 Carrée A., Merdrignac B., 1991, La vie latine de saint Lunaire, textes, traduction, commentaires, B (...)

36La Vita de saint Lunaire émane vraisemblablement du scriptorium de l’abbaye de Saint-Jacut. Des extraits d’une version antérieure au Xe siècle figurent dans un manuscrit de Fleury-sur-Loire (45). La version remaniée (peut-être au XIe siècle à l’usage du prieuré de Beaumont-sur-Oise [95]) dans lequel se trouvent les épisodes qui nous intéressent paraît cependant dépendre directement d’un texte qui s’adressait aux fidèles de Saint-Lunaire, étant donné les références implicites à la topographie locale (fig. 6)87. En échange d’un bélier d’or (estimé à « trois mille sous d’argent ») que le saint a miraculeusement mis au jour, celui-ci a acheté en hereditas perpétuelle au roi Gilbert (=Childebert) « la terre s’étendant dans toutes les directions sur quatre mille autour de son monastère ». Le roi lui fait en outre donation d’« une autre terre sur l’un de ses fisc dans les environs », à prendre partout où se fera entendre le tintement de la cloche du saint88.

Figure 6. – Saint-Lunaire. Cadastre de 1828.

  • 89 Carrée A., Merdrignac B., 1991, La vie latine de saint Lunaire, p. 154, § 23 ; p. 156-157, § 25.

37« De retour en Bretagne », comme convenu avec le roi, le saint fait tinter du « haut d’une montagne » sa cloche qui résonna à quatre milles aux alentours. « Certains des hommes qui habitaient cette terre attestèrent qu’ils avaient entendu ce bruit de cloche, mais d’autres affirmèrent le contraire. » Conformément à un cliché hagiographique, « les premiers virent leur terre devenir très fertile, tandis que la stérilité s’abattit trois ans durant sur celle des seconds, jusqu’à ce qu’ils viennent à résipiscence89 ».

38Entre-temps, sur l’injonction d’un ange, le saint rassemble tout le monde près « d’une très grande pierre couchée aux confins de [sa] terre » (grandissimus lapis in confinietate terrae tuae) afin que celle-ci en indique « la véritable limite » (terminum […] verissimum).

39Le saint jette son manteau au sommet de la pierre

  • 90 Carrée A., Merdrignac B., 1991, La vie latine de saint Lunaire, p. 154-156, § 24.

« qui aussitôt part suivie de lui et de tout le monde ; elle avance par la plaine, par les hautes montagnes, par le fond des vallées et même par les villae où elle effondre des maisons, jusqu’à ce que, creusant et traçant un sillon, elle parvienne à l’endroit d’où elle est partie. Elle est encore visible aujourd’hui, cette démarcation que le Seigneur a réalisé par l’intermédiaire de la pierre et de la prière de saint Lunaire90 ».

  • 91 Cf. Carrée A., Merdrignac B., 1991, La vie latine de saint Lunaire, p. 109-121.

40Je retiens brièvement ici quelques éléments du commentaire détaillé de ce texte que j’ai naguère proposé91.

41– L’assentiment royal et la cession du fisc qui apparaissent comme le prélude incontournable à la définition du futur territoire paroissial s’inscrivent dans un processus de don-contredon bien connu des historiens du haut Moyen Âge.

42– La référence à cette « démarcation encore visible aujourd’hui » évoque les « clauses de bornages », annexées aux chartes de donation, étant entendu que beaucoup de ces circumambulations sont des additions postérieures. Le tracé miraculeux d’une frontière linéaire par un grand menhir fait incontestablement allusion aux « perrons de saint Lunaire » qui, selon un témoignage du XVIIe siècle, déterminaient « la paroisse des circonvoisines : Pleurtuit, Saint-Briac, Saint-Enogat ».

  • 92 Ces données sont bien entendu à relativiser. L’analyse de l’orientation du bâti de ces écarts repo (...)

43– L’existence de plusieurs écarts sur la paroisse de Saint-Lunaire rend compte de l’épisode de la sacralisation de l’espace au son de la cloche. Le tintement de celle-ci a une fonction apotropaïque destinée à chasser les démons perturbant les airs selon la cosmologie chrétienne héritée de l’antiquité. À une exception près, l’habitat sur la plupart de ces écarts paraît systématiquement orienté nord-sud, alors que la direction du vent dominant est Nord-Nord-Ouest92, ce qui pourrait contribuer à renforcer l’effet de vraisemblance du miracle de châtiment qui frappe les paysans récalcitrants. La tradition associe l’anecdote au micro-toponyme de « La Fourberie » (dont la formation, postérieure au XIe siècle, atteste, en fait, de l’impact local de la Vita) (fig. 7).

Figure 7. – Saint-Lunaire, écart de La Fourberie. Cadastre de 1828.

  • 93 Carrée A., Merdrignac B., 1991, La vie latine de saint Lunaire, p. 156, § 25.

44– La dégradation du statut de « ces stupides habitants rebelles » devenus colons (coloni) sur des terres dont ils étaient auparavant « héritiers » (heredes)93 donne probablement la clé d’un récit qui transpose sur le mode hagiographique le mécanisme de la « précaire » (precaria oblata/precaria remunatoria).

La Vita de saint Suliau

  • 94 Flatres Pierre, 1958, « L’étendue des finages villageois en Bretagne », Norois, p. 188.
  • 95 Guillotel, 1998, p. 7. Cf. Beaumon Jérôme, 2006, sur la politique d’implantation de Saint-Florent d (...)
  • 96 Guillotin de Corson Amédée, 1881, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, t. 2, Rennes, Fouge (...)

45« Cas unique en Bretagne », Saint-Suliac [35] constitue le plus vaste finage d’un seul tenant de la région (4 à 5 km2)94. La Vita de saint Suliau, éponyme de cette paroisse de l’évêché de Saint-Malo, ne nous est parvenue que par l’intermédiaire d’abrégés tardifs contenus dans des leçons de bréviaires. Il est probable que celle-ci a été rédigée dans le courant du XIIe siècle, lorsque l’église paroissiale de Saint-Suliac a été attribuée au petit prieuré local détenu par la puissante abbaye angevine de Saint-Florent de Saumur (1136)95. Au cours de mon enquête de terrain, en 1985, le curé avait d’ailleurs tenu, soit dit en passant, à ce que je lui donne toujours du « monsieur le prieur ». C’est évidemment à ce prieuré, situé sur le mont Garrot selon certains érudits96, que se rapporte l’épisode suivant (fig. 9). En débarquant de Grande Bretagne sur les bords de la Rance, Suliau installe sa cabane (tuguriolum) dans un lieu désert et boisé. Une multitude de bêtes sauvages viennent ravager le potager qu’il cultive pour se nourrir. Le saint porte plainte (conquestus) devant le prince de la région qui lui répond :

  • 97 Soc. Boll., AASS, Oct. I, p. 196 (ex Brevario Ms): Si vis segetem tuam custodire, stude eam sepiend (...)

« Si tu veux garder ta récolte, applique-toi à la protéger en la clôturant. De retour chez lui, il fit le tour du champ avec son bâton, et fichant une baguette (sigulas figens virgas) à chacun des quatre points cardinaux (quatuor partes) de son champ, il laissa ce cercle seul en guise de clôture (ipsum circum sepem). Les bêtes sauvages, venant comme d’habitude à la pâture qu’elles croyaient préparées pour elles, dès qu’elles touchèrent ce qui avait été en contact avec le bâton de l’homme de Dieu devinrent tellement raides qu’immobilisées sur place, elles ne purent ni atteindre la pâture, ni reculer d’un pas (fig. 8)97. »

Figure 8. – Vitrail de l’église de Saint-Suliac : « Les ânes de Rigourdaine ».

46À la nouvelle de ce miracle, le prince vient demander pardon. Après avoir prié, le saint libère les animaux (animalia absolvit) et baptise le prince ainsi que beaucoup d’autres.

  • 98 Merdrignac 1987, p. 37-48 : les choix effectués pour aboutir à cette traduction qui avait bénéficié (...)

47Je n’écrirais sans doute plus aujourd’hui de la même façon le commentaire que j’ai donné autrefois de ce récit98. Mais je maintiens certaines de mes remarques.

48– Le motif folklorique du cercle magique (D. 1272, Magic circle) se combine à celui de la circumambulation génératrice de pouvoir magique (D. 191, Magic power by circumambulation). Le cliché passe-partout de la paralysie comme châtiment que l’on a rencontré plus haut reprend du service pour les besoins de la cause (Q. 551. 7 Magic paralysis as punishment; Q. 573, Magic paralysis as punishment remitted).

Figure 9. – Saint-Suliac : le bourg vu du Mont-Garrot.

  • 99 Cf. Du Cange, sv, virga terrae (= « vergée »).

49– Cependant le texte est rigoureusement cadré par un vocabulaire précis qui fait référence aux techniques de l’arpentage. On retrouve donc le mot pars à prendre au sens de « partie » (voire de « point cardinal ») qui est le sien dans les actes de la pratique cités précédemment. Les virgae qui dont se sert Suliau pour jalonner son jardin évoquent les « verges de terre99 », unités de mesure agraire médiévales dont nous avons vu qu’elles étaient prises éventuellement pour équivalent de ran (et de pars).

  • 100 Planiol, 1981, t. 2, p. 217. Cf. Usages locaux ayant force de loi dans le département d’Ille-et-Vil (...)
  • 101 Bieler L., 1975, The irish penitentials, Dublin, DIAS, p. 146 et 158. A 55/P 64 : praeter sepes [se (...)

50– Comme dans la Vita de saint Lunaire, l’intervention du pouvoir public vient valider la fondation de l’établissement ecclésiastique. Il reste à comprendre pourquoi, à la suite de ce miracle, le prince se reconnaît en faute alors que le conseil qu’il a prodigué préalablement au saint paraît relever du simple bon sens. Tout se passe comme si ce prince s’était dérobé à ses responsabilités et comme si c’était à lui qu’il revenait d’édifier un fossatum (comme le breton cleuz, le mot s’applique toujours, en droit coutumier, à la fois au fossé et à la levée de terre qui en est extraite100). Le « talus » n’a pas pour fonction principale de marquer la limite d’une propriété, comme ultérieurement en paysage bocager. Il sert à empêcher la faune du saltus (terrain de chasse du prince) d’empiéter sur l’ager labouré par le saint. Les extraits des très anciennes lois bretonnes (= ALBA) compilés pour la gestion des domaines monastiques de la période carolingienne sont explicites à ce sujet : « Si quelqu’un veut vendre sa villa à un voisin capitalis, sous la menace ou de bon gré, il peut le faire, sauf pour les clôtures (sepes) qui entourent les cultures ou les prairies101. » C’est donc que celles-ci n’étaient pas censées faire partie du fond.

51Cette réflexion pourrait nous mener loin dans la perspective des relations entre la communauté paroissiale et son territoire. C’est à partir de l’extérieur que celui-ci se définit. Les relents communautaristes et identitaires actuels qu’analysent géographes, ethnologues et sociologues sont là pour nous rappeler qu’avant de marquer son territoire, une communauté s’identifie d’abord par le regard que les autres portent sur elle. Il est évident qu’il serait naïf d’attendre de la part des hagiographes une reconstitution exacte de la réalité historique à l’époque des saints qu’ils célèbrent. Toujours est-il que les fidèles bretons à qui s’adressent ces récits par le biais de l’image, de la liturgie, de la prédication, et les établissements religieux des régions voisines (tels que Beaumont-sur-Oise ou Saint-Florent de Saumur) qui reprennent ces Vitae à leur compte, quitte à les manipuler dans leur intérêt, parlent le même langage sans forcément donner la même signification aux motifs en circulation dans les traditions locales.

*

52La messe est-elle dite pour autant ? Post vetera, nova cudere (« Recoudre du neuf avec du vieux ») disait l’auteur de la Vita de saint Guénolé [Praef.] au IXe siècle. C’est pourquoi, je soumets, en tant qu’hypothèses de travail, ces quelques réflexions, délibérément décousues, aux lecteurs de cet ouvrage. Ceux-ci pourront trouver frustrant que je n’aie pas de modèle alternatif à proposer et que je me contente de lire les textes du haut Moyen Âge à ma disposition en essayant de les comprendre Mais je fais confiance à leur esprit critique pour confronter cette lecture avec les positions divergentes avancées dans d’autres contributions.

  • 102 Devailly, 1991, p. 541.
  • 103 Foucault, 2001, p. 1574.
  • 104 Brunet, Ferras, Théry, 1993, cite par Besancenot, 2006.

53Loin d’être des « chrétiens incompris102 », les Bretons du Moyen Âge étaient des « gens » normaux et des fidèles comme les autres. Ne peut-on pas supposer qu’à l’instar de leurs contemporains, ces communautés paysannes avaient les pieds sur terre et occupaient un terrain défini selon des configurations tantôt linéaires, tantôt fluctuantes, adaptées à une mise en valeur extensive de l’espace rural ? Aussi s’accommodaient-elles de la présence à l’église du lieu d’un clergé chargé de gérer pour leur compte leurs relations avec Dieu et entretenu aux fins d’assurer cette fonction d’intermédiaire indispensable. Dans ce contexte, l’implantation en zones frontalières d’établissements monastiques situés « au seuil du paradis » qui se chargent de préfigurer la société parfaite (ou se font déléguer la représentation de celle-ci) trouverait donc sa place. Le monachisme s’afficherait ainsi symboliquement, comme une utopie, ou plutôt comme une « hétérotopie », c’est-à-dire, d’après Michel Foucault, « des sortes de lieux qui sont hors de tous les lieux, bien que pourtant ils soient effectivement localisables103 ». À titre d’hypothèse, la réforme que l’on qualifie conventionnellement de « grégorienne » peut s’interpréter schématiquement comme la prise de pouvoir des moines à la tête de l’Église et la volonté délibérée de la part des réformateurs ecclésiastiques d’imposer leur propre conception du christianisme en investissant l’espace de la chrétienté dans sa globalité (avec, bien sûr, des variantes propres à chaque époque, à chaque pays et à chaque « ordre » monastique). La « territorialisation » de la paroisse au cours des derniers siècles du Moyen Âge serait donc l’une des conséquences de ce mouvement. La réforme grégorienne présente évidemment bien d’autres aspects qui invitent à déceler ce qui se cache derrière la notion de « territoire ». Au sens géographique, celle-ci serait « à la fois juridique, sociale et culturelle, et même affective ». Plusieurs points sont d’ailleurs à souligner : « Le territoire implique toujours une appropriation de l’espace […] ; le territoire ne se réduit pas à une entité juridique ; il ne peut pas non plus être assimilé à une série d’espaces vécus, sans existence politique ou administrative reconnue104. » On conçoit dès lors que les éléments constitutifs du territoire, tant « matériels » (éléments du paysage) qu’« immatériels » (réseaux, hiérarchies, topologie, etc.), interrogent aussi les historiens.

54Sous peine d’en rester à la « petite histoire » (qui a des charmes indéniables), la recherche historique se doit, bien sûr, de procéder par hypothèses, voire de « modéliser » (pour recourir à ce néologisme rébarbatif). Toutefois l’un des avantages de la retraite est de laisser à son bénéficiaire du temps pour reprendre la lecture des bons auteurs. Au bénéfice de l’âge, on voudra bien avoir l’indulgence de me permettre de souscrire – mutatis mutandis – aux propos à la fois toniques et désabusés tenus par Henri Laborit sur l’usage aléatoire des modèles :

  • 105 Laborit Henri, 1976, Éloge de la fuite, Paris, Laffont, p. 164-165 [réed. Gallimard, « folio essais (...)

« Le danger de l’histoire c’est de faire croire après coup à une causalité linéaire qui n’existe jamais. […] Cela veut dire que l’Homme n’est capable de réaliser que des modèles utopiques. Ces modèles sont irréalisables tels qu’il les a imaginés et il s’en aperçoit dès qu’il tente de les réaliser. L’erreur de jugement et l’erreur opérationnelle consistent alors à s’entêter dans la réalisation de l’irréalisable, et de refuser l’introduction dans l’équation des éléments nouveaux que la théorie n’avait pas prévus et que l’échec a fait apparaître ou que l’évolution des sciences, et plus simplement encore des connaissances humaines, permet d’utiliser, entre le moment ou le modèle a été imaginé et celui où la réalisation démontre son inadéquation au modèle105. »

Notes

1 Zadora-Rio, 2008, p. 192. Iognaprat et Zadora-Rio, 2005, p. 5-10.

2 Imbart de La Tour, 1900.

3 Chaume 1937/1938, p. 61-73 et p. 1-9.

4 Cursente, Mousnier, 2005a, p. 443.

5 Lunven A., 2011, « Compte-rendu » de Zadora-Rio E. [2008], ABPO 118/1, p. 195-197.

6 Hascoët 2011, Gendry 2010a.

7 Laurent, 1979, p. 204-205 et 223.

8 Dilasser, 1995, p. 237.

9 Laurent, 1995. Cf. Laurent, 1990.

10 Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, introd. de Pietri Luce, Paris, Cerf, 2003, p. 23-24 [cf. Fontaine J. (éd.), Sulpice Sévère, Vie de saint Martin, t. 1, Introduction, texte et traduction, Paris, 1967, Cerf, « Sources Chrétiennes » no 133] : 12 (1) Accidit autem insequenti tempore, dum iter ageret, ut gentilis cuiusdam corpus, quod ad sepulcrum cum superstitioso funere deferebatur, obvium haberet : conspicatusque eminus venientium turbam, quidnam id esset ignarus, paululum stetit : nam fere quingentorum passuum intervallum erat, ut difficile fuerit dinoscere quid videret. (2) Tamen quia rusticam manum cerneret et agente vento lintea corpori superiecta volitarent, profanos sacrificiorum ritus agi credidit : quia esset haec Gallorum rusticis consuetudo, simulacra daemonum candido, tecta velamine misera per agros suos circumferre dementia. (3) levato ergo in adversos signo crucis imperat turbae non moveri loco onusque deponere. hic vero mirum in modum videres miseros primum velut saxa riguisse. (4) Dein, cum promovere se summo conamine niterentur, ultra accedere non valentes ridiculam in vertiginem rotabantur, donec victi corporis onus ponunt: attoniti et semet invicem aspicientes, quidnam sibi accidisset, taciti cogitabant. (5) Sed cum beatus vir comperisset exsequiarum esse illam frequentiam, non sacrorum, elevata rursum manu dat eis abeundi et tollendi corporis potestatem. ita eos et cum voluit, stare compulit, et cum libuit, abire permisit.

11 Brown, 1984, p. 160 et n. 107.

12 Merdrignac, 2010, p. 195-196.

13 Prado, 2004, p. 458-460.

14 Lauwers, 2005, p. 11.

15 Fournier, 1982, p. 497, n. 3.

16 Aubrun, 1986, p. 226.

17 Aubrun, 1986, p. 199-200. Brunterc’h, 1994, p. 324-326.

18 Zadora-Rio, 2008, p. 112-113 et 268.

19 Zadora-Rio, 2008, p. 190.

20 Chareille, 2008, p. 239-240.

21 Sur l’évolution de « modèles » totalement différents, voir ci-après la contribution de Patrick Duffy. Cf. aussi, par exemple, Vasconcelos Vilar, 2002 (sur le Portugal méridional après la « Reconquête »).

22 Zadora-Rio, 2008, p. 183.

23 Zadora-Rio, 2005.

24 Du Cange, sv ; Niermeyer, sv.

25 Grasland, 1997.

26 « Dictionnaires d’autrefois » [en ligne :] http://artfl-project. uchicago.edu/content/dictionnaires-d’autrefois (consulté le 20 déc. 2011). L’entrée « territoire » dans Le Thresor de la langue francoyse de Jean Nicot (1606) donne « le territoire d’une ville » (Territorium) et « le lieu et territoire dedans lequel on a administration et charge » (Dioecesis).

27 Mousnier, 2005, p. 424.

28 Zadora-Rio, 2008, p. 111.

29 Lauwers, 2005; Id, 2008.

30 Mazel, 2008, p. 15-16.

31 Cf. les contributions de J-R. Bertrand, O. Bobineau et L. Plouchart. La création en 1966 des cinq nouveaux diocèses franciliens (Saint-Denis, Pontoise, Corbeil-Evry, Créteil et Nanterre) est l’exception qui confirme la règle puisqu’elle résulte du redécoupage départemental de la banlieue parisienne lors de la réforme administrative de 1964.

32 Cf. les contributions de P. Duffy et N. Richard.

33 Delaplace, 2002, p. 27 : De praesumptoribus etiam placuit observari ut si quis episcopus in jus fratris sui suam conatus fuerit inserere potestatem, ut aut dioceses alienas, transgrediendo terminos a patribus constitutos, pervadat, aut clericos ab aliis ordinatos promovere praesumat, ab universorum fratrum et consacerdotum suorum communione se alienum efficiendum non dubitet, quia Apostolo dicente cognoscimus nullam nos cum fratribus inordinate ambulantibus et non secundum traditionem a patribus constitutam, posse habere participationem. La traduction de Ch. Delaplace citée par M. Lauwers correspond seulement à la première partie du texte (soulignée par A-Y. Bourgès, voir note suivante).

34 Bourgès, 2010 (consulté le 15 janvier 2012).

35 Saint-Servan, absorbé depuis 1967 dans Saint-Malo (35).

36 Cf. Garault, 2011, p. 550 sq. Les traductions françaises des citations suivantes et surtout leur interprétation n’engagent toutefois que moi.

37 Le Duc G. (éd.), 1979, Vie de saint Malo, évêque d’Alet par Bili, Les dossiers du CeRAA-B, p. 20 : In Christi nomine, fratres qui in sancta Aletis ciuitatis matre ecclesia in unum congregati dulciter militant omnibus fratribus in totam parrochiam sancti Machutis degentinus et cunctis Dei ecclesie fidelibus salutem dicunt…

38 Le Duc G. (éd.), 1979, ibid., p. 23 : Nos uero qui diocesim Aletis ciuitatis colimus, pro modulo nostro, indefessas reddere debemus cunctorum Distributori bonorum gratias…

39 Le Duc G. (éd.), 1979, ibid., p. 23 : quia uidemus aliquorum sanctorum negligentia custodum actus et uitas obliuione delere.

40 Le Duc G. (éd.), 1979, Vie de saint Malo, ibid., p. 24 : at si per diversas ecclesias custodum negligentia libri exemplo huius scripti exusti aut neglecti fuerint, recurrant ad hanc que sub bona custodia habetur et uita et acta sancti renouantur et hoc iam dicto uolumine, alios, sicut decet, in omnibus totius parrochie ecclesiis adunare.

41 Cf. Du Cange, sv custos : Presbyter aut Clericus, cui Ecclesiæ seu templi cura incumbit. Custos est aussi susceptible de s’appliquer à un « sacristain » ou un « marguillier ». Pris en ce sens, ce mot impliquerait une organisation du personnel paroissial particulièrement précoce ( ?). Pour approfondir la réflexion, il conviendrait de prendre ici en compte les ecclesias de la Vita Ia de saint Samson (VIIe-VIIIe siècle) et les parochias de la Vita Ia de saint Tugdual (XIe-XIIe siècle) ; Cf. Merdrignac, Plouchart, 2008, p. 160-163.

42 Guillotel H., Chédeville A., Tanguy B. (éd.), 1998, Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, tome I, Rennes, Association des amis des archives historiques du diocèse de Rennes, f° 76, acte 109, nov. 869 : Factum est hoc in pago transilva(m) in plebe nuncupante bieloen [en marge, main du XVIIIe s. ( ?) = « baignon ; st Malo de baignon »] regnante Karolo rege, ipso Salomone dominante Britanniam, Ratvili episcopo super episcopatum sancti Macutis, Festieno episcopo super episcopatum sancti Samsonis… La bibliographie relative à Festien, évêque de Dol, est considérable ; voir Chédeville, Guillotel, 1984, p. 304-312. Le terme episcopatus (« évêché » ; « charge épiscopale ») n’implique pas forcément de connotation territoriale, mais l’emploi de la préposition super incline à le prendre en ce sens.

43 Cf. Fleuriot, 1974, p. 1-6.

44 Le Duc G. (éd.), 1979, Vie de saint Malo, ibid., I, 75 p. 197 : in civitate pagi Aletis.

45 Le Duc G. (éd.), 1979, ibid., II, 6, p. 230.

46 Cart. Redon, acte 24, Redon, 864, f° 52v : Rethuualatro, episcopo in Poutrocoet. Acte 79, Besson [ ?], 863, f° 68 r° : Rethuualart, episcopus in Poutrocoet.

47 Le Duc G. (éd.), 1979, Vie de saint Malo, ibid., II, 14, p. 248-249 : Nam dum Reithwalatr epicopatum cathedrae sancti Machutis teneret… Il est peut-être opportun ici de rappeler que la cathédrale du diocèse d’Alet (Saint-Servan) n’a été transférée à Saint-Malo qu’au XIIe siècle sous l’épiscopat de Jean de Chatillon (1144-1163).

48 L’opposition entre civitas et parochia apparaît déjà, par exemple, dans le canon 8 du concile d’Orléans (549) : Ut in civitate ubi pontifex iurae humanae conditionis obierit, nullus episcopus ante substitionem reparati per ordinem successoris aut in civitate aut per parrocias ordinare clericos aut altaria audeat consecrare vel quicquam de rebus ecclesiae praeter humanitatem praesumerat auferre. Sans en tirer de conclusion abusive, notons au passage que Bili emploie lui aussi le terme humanitas (I, 33, p. 107) dans le sens spécifique de « repas » qu’il prend dans le vocabulaire monastique (Jean Cassien, Benoît, etc.).

49 Le Duc G. (éd.), 1979, Vie de saint Malo, ibid., I, 77, p. 203 ; II, 14, p. 246. Le pomerium de Saint-Domineuc (35) mérite une étude particulière. Domnech se voit concéder en hereditas par Méliau, prince du pagus d’Alet, le territoire entourant sa cellula qu’un attelage de deux jeunes bœufs indompté peut circonscrire en une journée. Il en fait don ensuite à saint Malo (I, 34-35, p. 111-115). Le motif folklorique international K185.8. Land purchase : as much as can be plowed (fenced) in a certain time paraît se combiner ici avec l’étymologie légendaire du « territoire » que donne aussi Isidore de Séville (Etym., XV, 5, 22) : Territorium autem vocatum quasi tauritorium, tritum bubus et aratro. Antiqui enim sulco ducto et possessionum et territoriorum limites designabant.

50 Le Duc G. (éd.), 1979, Vie de saint Malo, ibid, II, 9, p. 238. La périphrase Ille nobilior et princeps cunctis habitatoribus illius ville erat semble s’appliquer au machtiern, bien que le terme ne soit pas employé ici.

51 Le Duc G. (éd.), 1979, Vie de saint Malo, ibid., II, 9, p. 237-238.

52 Cf. les contributions de P. Duffy, S. Kerneis, A. Turchini. Voir Pichot, 2002, p. 72.

53 Moyse G., 1988, « Compte-Rendu » de Pietri, Biarne, 1987, Bibliothèque de l’école des chartes, t. 146. p. 422-424.

54 Chédeville, Guillotel, 1984, p. 132-149. Cf. Merdrignac, Plouchart, 2008.

55 Chédeville Guillotel, 1984, p. 126-128.

56 Zadora-Rio, 2008, p. 268.

57 Tanguy, 1990, p. 21

58 Tanguy 1990, p. 16-21. Tanguy, Lagrée, 2002, p. 58. Voir les nuances apportées par Pichot, 2002, p. 71-73.

59 Cf. Cart. de Redon, p. 63-65.

60 La Borderie A. de, 1888, Cartulaire de l’abbaye de Landévenec. 1 : Texte du cartulaire, avec notes et variantes publié pour la Société archéologique du Finistère, Rennes, p. 9-10, I, 2 : De viro quodam illustri nomine Fracano, propii cespitis propter fedam pestilentiam desertore, atque sub hoc tempore fundum quemdam, quasi plebis unius modulum, in Armorica capiente regione. […] ln qua, statim proxima quaeque perlustrans, - hora enim diei erat quasi undecima - fundum quendam repperiens non paruum, sed quasi unius plebis modulum, siluis dumisque undique circumseptum, modo iam ab inventore nuncupatum, inundatione cuiusdam fluuii qui proprie Sanguis dicitur locupletem, fretus cum suis inhabitare caepit. Cf. Merdrignac, 2010, p. 99.

61 Tanguy, 1992, p. 209.

62 Tanguy, 1992, ibid. : Fragan n’est pas davantage honoré à Ploufragan (22) qu’à Saint-Frégant (29) dont il est aussi l’éponyme.

63 Cf. la contribution de S. Kerneis.

64 Martin, 2001, p. 20-21.

65 Tanguy, 1988.

66 Merdrignac, 2012, p. 37-44.

67 Hautefeuille, 2005, p. 405.

68 Hägermann Dieter, Hedwig Andreas, 1990, « Das Polyptychon und die Notitia de Areis von Saint-Maurdes-Fossés », Beihefte der Francia 23, p. 98-99. Voir le site du Warwick Network for Parish Research (consulté le 10 janv. 2012).

69 Cf. Du Cange, sv, virga terrae (= « vergée »).

70 Je relève, dans le Cartulaire de Landévennec, trois occurrences du mot territorium (mentionné, à deux reprises, dans des gloses marginales du XIIIe siècle [ ?]). La réédition de ce document programmée par le CIRDoMoC permettra d’approfondir la question.

71 Davies et al., 2000, p. 317 : il faut écarter l’inscription de Gomené (22) : ced parth so (« partie cédée, ceci »[ ?]) dont la transcription est sujette à caution et qui n’est pas antérieure au XVIIIe siècle.

72 Lemoine, 1985, I, p. 347-352. Cf. Guillotel H., Chédeville A., Tanguy B. (éd.), 1998, Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, tome I, Rennes, Association des amis des archives historiques du diocèse de Rennes p. 34-35 et 67-68.

73 Guillotel H., Chédeville A., Tanguy B. (éds), Cartulaire de Redon, p. 67.

74 Garault, 2011, p. 166-176.

75 Brett C. (ed.), 1989, The monks of Redon. Gesta Sanctorum Rotonensium and Vita Conuuoionis (« Studies in Celtic History », X), Woodbridge, The Boydell Press, I, 10, p. 139.

76 Cart. de Redon, ch. II, f° 1 r° : Ego quidem, de tanta misericordia et pietate Domini confisus, per hanc epistolam donationis donatumque in perpetuum uolo esse ad illos monachos habitantes et regulam sancti Benedicti tenentes, in monasterio quod uocatur Roton, quod ita et feci ; id est, donaui eis illam partem que uocatur Ros, circumcinctam ex duobus [sic] aquis, id est, ex Ultone flumine et Visnonie ; et, ex tertia parte, de antiqua ecclesia Bain, sita in parte quę dicitur Spiluc peruenientis per finem hereditatis Uuethencar et per finem Villule quae dicitur Mutsin, usque ad flumen Ult ; hoc totum dedi supradictis monachis, in elemosina Hlodouici imperatoris.

77 Sur le contexte historique de la fondation de Redon et de cette donation, cf. Chédeville, Guillotel, 1984, p. 241-243.

78 De Courson A., Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, Paris, Imprimerie impériale, 1863, Appendix : fidelis nostri Nominoe commoniti, complacuit Serenitate nostrae plebem illam in qua idem ipsum monasterium constat esse constructum quae Bain, sicut superius dictum est, nominatur, cum omni intergritate sua.

79 Garault, 2011. p. 166.

80 Guillaumin Jean-Yves, Monat Pierre (éd., trad.), 2004, Isidore de Séville. Les étymologies. Livre 15 : Les constructions et les terres, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, p. 24-25 : Trifinium dictum eo quod trium possessionum fines adstringit. Hinc et quadrifinium, quod quattuor.

81 Lemoine, 1985, I, p. 348-351 : clima n’est pas seulement une mesure agraire chez Isidore. Les climata désignent aussi les quatre « points cardinaux », par exemple dans le De divinis officiis d’Amalaire, dont un manuscrit (Paris BN 1983) porte la glose bretonne parth.

82 Lemoine, 1985, I, p. 347 attire l’attention sur des gloses bretonnes au Liber XLIII De locis, c. 2, dans le ms Orléans 221 f° 149 : De edificante ecclesiam in territorio alicuius episcopi. Dans le titre, territorio est glosé guomone (= « juridiction, région dépendant d’une autorité »). Le texte parle des églises bâties sur un territoire appartenant à un évêque : Si suis episcopis siue aliquis edificauerit ecclesiam […] in cuius territorio edificata est. Territorio est ici glosé in dicomit tegran (= « dans un domaine sans tribut, sans taille »). Ce texte, essentiel pour notre propos, justifierait une analyse détaillée que je n’ai pas le loisir d’entreprendre ici.

83 Emannuel H D, 1967, The Latin texts of the Welsh laws, Cardiff, Wales UP, p. 2-12.

84 Emannuel H D, 1967, The Latin texts of the Welsh laws, p. 130. De Terminatione terrarum et villarum : Curia debet terminare terminus suos pre omnibus, et super eam nemo ; postea ecclesia ; postea libertas, id est breynt ; postea kynwarchadw. Sed cum curia terminaverit, mayr et kymellaur debent terminare et terminos iurando affirmare, si sciant. Si non, dividant illud de quo dubietas est in duo inter villas que littigant. Cum quedam villa terminet aliam, non debet rantyr aufere cum termino. Rex debet habere dimidium libre de qualibet terminacione que sit inter duas villas, iudices vero XXti IIIIor denarios. Si terra adiudicata fuerat alicui, de quolibet rantyr rex habebit dimidium libre. Si terra adiudicata fuerit de qua sit swyd, rex ab eo habebit libram et dimidiam. Mes essais de traduction du vocabulaire juridique gallois s’appuient sur le « general index » de cette édition ainsi que sur Lewis T., 1913, A Glossary of Mediaeval Welsh Law based upon the Black Book of Chirk, Manchester, Publications of the University of Manchester (reprint, Taschenbuch, BiblioBazaar, 2009), [En ligne :] http://www.llgc.org.uk/index.php ?id=lawsofhyweldda, et sur le lexique de Charles-Edwards, Owen, Russell (dir.), 2000.

85 En dernier lieu, Merdrignac, 2008, p. 190-191.

86 Pichot, 2002, p. 73. Cf. Pichot, 2003.

87 ContraPoulin, 2009, p. 132-133. Mais l’argumentation fondée sur la localisation indéterminée de la plupart des épisodes doit être retournée. Il aurait été inutile de la part d’un hagiographe travaillant à Saint-Jacut de rappeler où ils habitaient aux destinataires de la Vita.

88 Carrée A., Merdrignac B., 1991, La vie latine de saint Lunaire, textes, traduction, commentaires, Britannia monastica, Landévennec, p. 150-151, § 18.

89 Carrée A., Merdrignac B., 1991, La vie latine de saint Lunaire, p. 154, § 23 ; p. 156-157, § 25.

90 Carrée A., Merdrignac B., 1991, La vie latine de saint Lunaire, p. 154-156, § 24.

91 Cf. Carrée A., Merdrignac B., 1991, La vie latine de saint Lunaire, p. 109-121.

92 Ces données sont bien entendu à relativiser. L’analyse de l’orientation du bâti de ces écarts repose sur le cadastre napoléonien et la direction des vents dominants est susceptible de variations significatives. Cf. Lemasson Loïc, Regnaud Hervé, 1997, « Évolution trentenaire des vents littoraux sur le Grand Ouest français », Norois no 175, p. 417-431.

93 Carrée A., Merdrignac B., 1991, La vie latine de saint Lunaire, p. 156, § 25.

94 Flatres Pierre, 1958, « L’étendue des finages villageois en Bretagne », Norois, p. 188.

95 Guillotel, 1998, p. 7. Cf. Beaumon Jérôme, 2006, sur la politique d’implantation de Saint-Florent dans un secteur voisin de Saint-Suliac (qui n’est pas pris en compte dans cet article).

96 Guillotin de Corson Amédée, 1881, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, t. 2, Rennes, Fougeray, Paris, Haton, p. 505.

97 Soc. Boll., AASS, Oct. I, p. 196 (ex Brevario Ms): Si vis segetem tuam custodire, stude eam sepiendo munire. Qui domum reversus, agellum baculo suo circuivit et per quatuor partes agelli sui singulas figens virgas, ipsum circum sepem reliquit. Venientes ibidem ferae more solito ad pastum, ut putabant, sibi paratam, mox ut tactum baculi Viri Dei tetigerunt, rigescere adeo coeperunt, ut in eodem stantes loco, nec ad pastum attingere, nec ad reditum pedem movere possent.

98 Merdrignac 1987, p. 37-48 : les choix effectués pour aboutir à cette traduction qui avait bénéficié en son temps de l’aide généreuse du Pr François Kerlouégan sont largement explicités.

99 Cf. Du Cange, sv, virga terrae (= « vergée »).

100 Planiol, 1981, t. 2, p. 217. Cf. Usages locaux ayant force de loi dans le département d’Ille-et-Vilaine, Rennes, 1934, p. 11, n. 1.

101 Bieler L., 1975, The irish penitentials, Dublin, DIAS, p. 146 et 158. A 55/P 64 : praeter sepes [sepis] quae gignunt [ circumit] meses [mesis] et herbas.

102 Devailly, 1991, p. 541.

103 Foucault, 2001, p. 1574.

104 Brunet, Ferras, Théry, 1993, cite par Besancenot, 2006.

105 Laborit Henri, 1976, Éloge de la fuite, Paris, Laffont, p. 164-165 [réed. Gallimard, « folio essais », 1985].

Table des illustrations

Légende Figure 1. – Locronan (Finistère) : la « grande » troménie.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133095/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Légende Figure 2. – L'ascension du Croagh Patrick (C° Mayo, Irelande).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133095/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Figure 3. – La paroisse de Favars, d’après M. Aubrun, L’ancien diocèse de Limoges des origines au milieu du XIe siècle, Clermont-Ferrand, 1981, p. 353.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133095/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Légende Figure 4. – Le démembrement de la ploue de Guipry.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133095/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende Figure 5. – Lois d’Hywel Dda, NLW, Peniarth ms28, fol. 11 v°.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133095/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Légende Figure 6. – Saint-Lunaire. Cadastre de 1828.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133095/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende Figure 7. – Saint-Lunaire, écart de La Fourberie. Cadastre de 1828.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133095/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 225k
Légende Figure 8. – Vitrail de l’église de Saint-Suliac : « Les ânes de Rigourdaine ».
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133095/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Figure 9. – Saint-Suliac : le bourg vu du Mont-Garrot.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133095/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 279k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540