Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La paroisse, communauté et territoire

 | 
Bernard Merdrignac
, 
Daniel Pichot
, 
Georges Provost
, 
et al.

Troisième partie. La paroisse médiévale : construction du territoire

L’espace des paroissiens : construction du territoire paroissial dans le bas Maine au Moyen Âge

Daniel Pichot

Résumé

In western France, the prestigious status gained by Marmoutier Abbey resulted in the establishment of more than thirty priories in the Duchy of Brittany, firstly with ducal support leading to the donation at the beginning of the XIth century of Gahard – the first example of these priories – secondly with the support of the ruling barons. This explains the high level expertise of the abbey in founding major sites close to castles, bearing in mind the idea of creating strong links with the most powerful ruling families. The priories originated in the merging strategies of the lineages and of the great Monastery. Such installations organised by the mighty abbots Aldebert and Barthélémy flourished in the second half of the XIth century and favoured Upper Brittany. These, often present, abbots encouraged this policy of settlement which meant a strong involvement of the monks in social life, on a spiritual level, as well as on social and economic basis thanks to the dynamism of their fortified burghs or villages («bourgs castraux»).

Texte intégral

  • 1 Le modèle ancien a trouvé sa meilleure expression dans Aubrun 1986 ; pour les analyses nouvelles o (...)

1La paroisse constitue d’abord une communauté religieuse mais, dans sa construction, l’élément territorial occupe une place de choix, évidente aujourd’hui en raison d’un long passé pendant lequel a triomphé une conception ayant connu son apogée à partir de l’époque moderne. L’idée d’une paroisse dotée, quasiment dès les origines de la christianisation, d’un territoire spécifique a longtemps régné mais, ces dernières années ont vu une remise en cause radicale de ce schéma et des recherches récentes ont abouti à un tout autre modèle qui voit dans la paroisse une lente construction dont la territorialisation n’aboutit que vers le XIIe siècle1.

  • 2 Le décompte est établi à partir de Maître Léon, Dictionnaire topographique de la Mayenne, Paris, 1 (...)
  • 3 Angot A., Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Laval, 1900-1910, 4 (...)

2Cette étude du bas-Maine s’inscrit dans cette démarche ; le choix, d’un espace relativement réduit et le fait d’avoir dépouillé pour un autre travail l’ensemble de la documentation, en particulier les actes de la pratique, permettent d’appréhender cette approche en approfondissant certains aspects. Pour la commodité de l’enquête, sur le plan statistique plus spécialement, la zone étudiée se réduit à la partie du département de la Mayenne ayant appartenu au diocèse du Mans, soit 220 paroisses mais à l’occasion, seront prises en considération des franges voisines dans la Sarthe et l’Orne qui évoluaient, au Moyen Âge, en harmonie avec notre terrain d’étude (carte 1)2. Un tel choix permet de bénéficier d’une documentation textuelle fournie et éclairante pour le haut Moyen Âge, malheureusement, ce corpus demeure insuffisamment renforcé par l’archéologie qui progresse cependant. Enfin, il est possible de faire fond sur nombre de travaux anciens d’érudits locaux de valeur et de plus récents sur la société, le village ou les prieurés qui offrent une base favorable au développement de l’enquête3.

Carte 1. – Les paroisses du Bas-Maine à la fin de l’Ancien Régime.

  • 4 Guerreau, 1996 ; Mehu, 2007.

3Un tel ensemble de sources et de travaux étendu sur les siècles médiévaux offre la possibilité de suivre l’évolution de la paroisse et de son territoire. En s’appuyant sur les études de E. Zadora-Rio sur la Touraine, s’impose une première enquête sur l’incription des lieux de culte dans l’espace avant de suivre l’élaboration progressive d’une entité paroissiale qui se construit autour d’un pôle formé de l’église et du cimetière réunis. Alors se précise la formation d’un véritable territoire mais dont les caractères ne correspondent sans doute pas aux concepts actuels, ce qui renvoie à la prise en compte des conceptions de l’époque, en particulier de l’espace, récemment mises en évidence4. Grâce à la richesse de quelques cas et aux actes de la pratique en général, à partir de ce schéma général, certaines particularités sortent de l’ombre et posent la question des facteurs qui entrent en jeu. L’imbrication des éléments de la société médiévale pousse à interroger le rôle des laïcs aussi bien que celui de l’Église séculière, la place des moines, en ce domaine, ne relève pas que de l’effet de sources. Cet espace paroissial, a priori religieux, résulte, sans doute, d’un travail social largement étalé dans le temps et fortement inscrit dans les préoccupations des hommes.

Diffusion des lieux de culte

  • 5 L’abbé Angot affirme l’existence de la quasi totalité de ce qu’il appelle des paroisses avant le X (...)
  • 6 Busson G. et Ledru A., Actus pontificum Cenomannis in urbe degentium, Archives historiques du Maine (...)
  • 7 Naveau, 1992 ; Colleter, 2003.

4La présence de nombreux lieux de culte, et très précocement, est un fait avéré depuis longtemps mais qui a besoin d’être affiné5. Pour cela, le Corpus du Mans offre des ressources exceptionnelles avec les Actus, série de notices consacrées aux prélats ayant occupé le siège épiscopal, riches de détails, incorporant des diplômes et une liste de cens vraisemblablement précarolingienne pour les premières fondations. Le texte, passablement biaisé par le souci d’avantager l’épiscopat manceau, a été scruté par des recherches récentes mais, malheureusement, l’identification des lieux, sujette à caution dans l’édition ancienne de G. Busson et A. Ledru, n’a pas été vraiment reprise dans celle, récente, de M. Weidemann6. Pour étayer les hypothèses et les compléter, l’archéologie apporte son concours surtout par les nécropoles, nombreuses mais souvent fouillées anciennement dans des conditions peu satisfaisantes. Leur inventaire et leur étude synthétique établis récemment pallient en partie ce handicap7. L’étude des vocables, enfin, ne peut être négligée, même si, utilisée seule, elle n’offre qu’un fragile apport. En fait, le croisement de ces différentes ressources permet d’aller plus loin et de réaliser un bilan suffisamment fiable pour notre enquête et, au-delà du résultat arithmétique, autorise une certaine appréhension des rapports de ces lieux de culte avec l’espace ainsi que les premiers linéaments d’une construction paroissiale.

Une mise en place avant l’An mil

  • 8 Angot, 1900-1910, I, p. 29-30 ; Naveau, 1997, p. 109
  • 9 Les avis divergent et oscillent entre le VIe et le VIIIe siècle mais le tiers de sous d’or ne circ (...)
  • 10 Lemaître, 1976.
  • 11 « In quibus [vicos omnes qui in pago Cenomannico esse noscuntur] scilicet deprecatus est [Defensor (...)
  • 12 L’identification est délicate et l’on peut hésiter sur des lieux qui peuvent présentent plusieurs (...)
  • 13 L’inventaire est délicat et diverge un peu : Naveau 1988, p. 612 ; Pichot, 1995, p. 48-49.
  • 14 Mazel, 2009, p. 140-152.

5Le déclin de la cité des Diablintes entraîne celui de Jublains, sa capitale, qui ne devient pas centre épiscopal et s’efface au bénéfice du Mans mais le fait a pour conséquence d’isoler de l’autorité religieuse toute cette région occidentale du diocèse8. La christianisation s’étend progressivement et une première étape de création d’églises se distingue grâce aux notices des Actus consacrées aux premiers évêques. Rédigé au IXe siècle, le texte utilise pour les récits une liste beaucoup plus ancienne puisqu’elle rapporte des redevances payées à la cathédrale en cire et trientes9. Même si l’énumération des églises attribuées à chaque prélat n’est guère fiable, globalement, nous accédons à la première étape d’une politique d’évangélisation menée par les évêques qui ne tardent pas à s’appuyer sur moines et ermites, très actifs dans le bas-Maine10. Les Actus affirment clairement la volonté de l’évêque Julien poursuivie par ses successeurs d’installer un lieu de culte dans chaque vicus. Defensor [le représentant de l’autorité dans la cité] demande cela explicitement : « Dans lesquels [tous les vici qui sont connus dans le pagus du Mans] Defensor pria le saint évêque, le susdit Julien, de faire des églises dans chaque vicus, d’y installer des prêtres et autres ministres, afin que les gens qui ne pouvaient pas se rassembler dans la cité en raison de leur grand nombre, viennent dans ces vici, afin d’y être instruits et baptisés selon la loi de l’église et soient faits Chrétiens11. » De ces vici, petites agglomérations mal connues peuplées de paysans libres, les textes permettent d’en retenir presque une trentaine pour le département de la Mayenne, soit : 20 identifiés assez sûrement et 9 hypothétiques : Jublains en tête, Entrammes, Placé, Montenay, Champgenéteux, Bourgon, peut-être Oisseau, Assé-le-Béranger12 … Des monastères dont la liste est mal établie viennent s’ajouter : Jublains, Entrammes, Châlons-du-Maine et Saint-Trèche en Saint-Jean-sur-Mayenne, Sézain en Montourtier et peut-être Montreuil et Pritz mais surtout Evron, œuvre, au VIIe siècle, de l’évêque Hadouin13. Au IXe siècle, la rédaction de Vitae de saints ermites mérovingiens, Ernée, Saint-Fraimbauld, Constantien fait apparaître des ermitages ou petits monastères qui augmentent notre liste de deux ou trois nouvelles références (carte 2)14.

  • 15 Angot, 1900-1910, art. Cosmes.
  • 16 La charte d’Evron a été étudiée à plusieurs reprises, la mise au point la plus récente qui tient c (...)
  • 17 Le chiffre est supérieur à Angot 1900-1910, t. 1, p. 30 (plus de 25 et il en suppose 48) et Naveau(...)

6De nouvelles fondations apparaissent au cours de la période carolingienne mais on ne les repère qu’incidemment dans des actes insérés dans les Actus ou les Gesta Aldrici. On peine à savoir si certaines villae, sans doute importantes, futurs cadres de paroisses, possèdent déjà une église, ce qui est probable comme le prouve Cosmes, d’abord cité comme église puis comme villa15. Au Xe siècle, la liste s’allonge avec l’acte de refondation d’Evron en 989 qui apporte 14 nouveaux lieux de culte dont un second pour Evron et aussi trois donations16. Cela permet de dépasser la cinquantaine17.

Carte 2. – Les lieux de culte du haut Moyen Âge.

  • 18 Bouflet, 1985 ; Naveau-Mare, 1989 ; Pichot, 2004, p. 96.
  • 19 Cette proportion est analogue et même supérieure à ce qui est découvert dans le diocèse de Tours : (...)

7Nombre d’églises sont associées à un cimetière du haut Moyen Âge, outre celles déjà citées dans les textes, 23 nouvelles se révèlent, auxquelles s’ajoutent des édifices antérieurs au XIe siècle découverts en fouilles à Neau et Bais, sans doute oratoires de villae comme la chapelle que l’aïeule de Gervais de Château-du-Loir possédait dans son domaine d’Argentré18. Les lieux de culte attestés parviennent à 80 environ qui, en quasi-totalité, deviendront chefs de paroisses, soit un pourcentage de 35 % des paroisses d’Ancien Régime, proportion importante mais qui ne rend pourtant qu’imparfaitement la réalité19.

  • 20 Hambers posséderait en outre une nécropole, Colleter, 2003, p. 167.

8La très grande majorité des ecclesiae possède des dédicaces à des saints caractéristiques du haut Moyen Âge : saint Pierre, saints Gervais et Protais, titulaires de la cathédrale, etc., ce qui apparaît peu surprenant et met en lumière une grande permanence. Une rapide analyse permet d’avancer des hypothèses. En effet saint Gervais et Protais sont présents à Champgenéteux, Cossé, Jublains, Montenay, Placé, Ruillé [Froidfont] ?, Quelaines ? églises enregistrées dans notre enquête mais aussi à la Bazouge-de-Chémeré, Hambers, Loiron jamais cités avant le XIe siècle mais qui ont toute chance de dater des siècles antérieurs20. Il ne faut cependant pas aller trop loin, saint Martin a 37 églises dont 11 seulement se rattachent à une haute époque par un texte ou une nécropole, soit 30 % et Le Bourgneuf-la Forêt, Châtillon-sur-Colmont ou La Bigottière ne peuvent revendiquer une grande ancienneté. Un relevé systématique des dédicaces met en évidence une écrasante majorité, 85 %, si l’on ne peut faire remonter l’ensemble au haut Moyen Âge, une large part doit pouvoir y être attribuée.

  • 21 Valais, 1993, vocables p. 93-96. En ce domaine, nous partageons totalement les analyses de E. Zador (...)
  • 22 Pichot, 2004, p. 94-96, ibidem, p. 103-104, Legros, 2010, carte p. 84.
  • 23 Renoux, 2005, p. 248.

9La coïncidence relevée entre vocables anciens, églises attestées et présence d’inhumations, ainsi que la prégnance générale des vocables anciens autorise à étendre fortement le nombre de lieux de culte antérieurs à l’An Mil et à estimer qu’une très grande partie des futurs centres paroissiaux a alors vu le jour, leur multiplication dans les textes après 1050 étant beaucoup plus un effet de sources lié aux transferts de biens religieux qu’à une création21. Là où la documentation le permet, une vérification s’avère possible. Le long de la Mayenne, autour de Laval, entre Changé et Entrammes, toutes les églises figurent dès le Xe siècle et la plupart dès le IXe, un constat identique peut être dressé autour d’Evron, en 989, grâce à la liste des biens concédés (carte 3)22. Un semis dense de lieux de culte se met donc très tôt en place, révélant d’ailleurs une occupation du sol sans doute encore peu intense et relativement tardive mais qui contredit avec force la description par les historiens anciens d’un quasi désert forestier à peine peuplé23. Ces lieux de culte se divisent en catégories peu aisées à discerner : église de vicus, église de villa, véritable église ou simple oratoire, église de monastère dont le rôle dans la population est difficile à définir, chapelles funéraires, sans doute, pour certaines… cette diversité de sanctuaires occupe l’espace assez densément mais dans quelle mesure peut-on parler de réseau, sinon de paroisses naissantes ?

Carte 3. – Églises dans la région de Laval de la fin du IXe au XIIe siècle.

Lieux de culte et inscription dans l’espace

  • 24 Zadora-Rio, 2008 ; Hautefeuille, 2005, p. 75, 83.
  • 25 Brunterc’h, 1989 ; Pichot, 2002, L’organisation de l’espace, p. 60-68 ; Zadora-Rio, 2008, p. 91-94  (...)

10Si l’on peine à cerner le statut de ces édifices et, en conséquence, la réalité des communautés qu’elles supposent, quelques-uns des éléments qui s’affermiront dans les paroisses futures peuvent commencer à se distinguer. En premier lieu, surgit la question de leur inscription dans l’espace et donc, de l’organisation d’un éventuel territoire, parce que, naturellement, la paroisse primitive fut longtemps appréhendée en termes spatiaux par les historiens. Comme en Touraine ou en Quercy, les Actus ou les Gesta Aldrici et les autres textes ne fournissent aucune indication en faveur d’un territoire spécifique des lieux de culte et conçu pour eux, mais ces derniers s’insèrent dans un espace organisé antérieurement à leur création et dans lequel ils jouent un rôle nouveau24. Le pagus du Mans se divise en conditae appelées ensuite vicariae et dans le bas-Maine des sièges de vicaria s’identifient à Jublains, Javron, Céaucé et marginalement Brûlon mais, comme il a été démontré par E. Lorans et E. Zadora-Rio, les vicariae ne présentent pas un territoire homogène et continu25. Vici et villae s’insèrent plus ou moins bien dans ces cadres qui ne s’emboîtent pas et accueillent éventuellement des églises lors de la christianisation.

  • 26 Cf. supra, note 12.
  • 27 Renoux, 2005, p. 255. Les Actus livrent pour chaque épiscopat une liste d’églises installées dans l (...)
  • 28 A. Renoux distingue trois catégories de vici selon l’importance qu’ils semblent avoir et les vici (...)
  • 29 « Eligensque sacerdotem de monasterio Aurionno, Merilonem nomine, et dedit ei Salicam vicum public (...)

11Dans un premier temps, sont privilégiés les vici, même si l’aspect systématique de cette politique est plus imputable au scribe carolingien qu’à l’évêque mérovingien. Le passage des Actus cité plus haut met cependant en lumière le processus assez largement voulu de diffusion des lieux de culte26. Julien et ses premiers successeurs poursuivent cette politique d’installation in vicis, c’est-à-dire dans des agglomérations vraisemblablement dotées d’un territoire environnant27. Les centres de vicaria comme Jublains ou Javron sont évidemment concernés mais Placé, Champgenéteux et d’autres bien plus modestes, plusieurs désignés comme vicus publicus ou canonicus, renvoient au lien avec l’épiscopat (carte 2)28. C’est d’ailleurs dans l’un d’eux, Saulges, que réside le chorévêque Mérolle29.

  • 30 Noël, 2010, p. 41 ; Renard, 2010.
  • 31 Pichot, 2002, p. 63-68.
  • 32 Latouche, 1956, p. 65 ; Renoux, 2005, p. 256-259.
  • 33 « in jam dicta villa Marciliaco videtur consistere vel ad eam recte pertinere cum omnibus sibi per (...)

12Dans un second temps, semble-t-il, le phénomène touche les villae30. Leur réalité se montre très difficile à saisir, tant se cachent derrière le mot des situations variées et évolutives. Certaines paraissent de grands domaines fonciers comme il en abonde dans le testament de saint Bertrand et par la suite semblent former un espace assez cohérent, c’est ainsi que se présentent celles de Laval, Avénières ou Préaux31. D’autres, les plus nombreuses et certainement plus modestes, sont nettement dominées par les vici qui servent à les situer32. Leur cohésion territoriale demeure difficile à apprécier ; si l’on ne peut nier leur réalité spatiale, elles présentent, surtout à l’époque carolingienne, de nets aspects fiscaux. De beaucoup, dépendent villulae, colonicae et mansionilia, multiples dépendances dispersées qui pullulent dans les textes du Mans. Quelques-unes, comme Marcillé, possèdent une chapelle qui apparaît dans les constituants, d’autres comme Trans sont dotées d’églises mais, malgré la faible taille éventuelle de ces villae, les sanctuaires sont toujours situés par rapport à elles : in villa ou même in curte33. Ces églises et chapelles s’immiscent donc dans l’organisation spatiale en place, devenant des églises de vicus ou de villa mais rien ne dit que leur ressort se réduise à leur éventuel territoire, de toute façon, les liens et obligations liant les fidèles n’obligeaient pas à une définition rigoureuse de l’espace.

  • 34 Angot, 1913; Hillion, 1977, t. 1, vol. 1, p. 88-91.
  • 35 Pichot, 2002, p. 47.
  • 36 « curtem nuncupatum Tortiacum, cum ecclesia et mancipiis ejus, cum terris cultis et incultis, prat (...)
  • 37 « et villam nuncupatam Calgiacum… Visnerii cum mancipiis ejus, simulque Visneriolum cum terris cul (...)
  • 38 Ibidem, p. 19.

13Progressivement, l’emprise semble pourtant s’accroître vers les IXe et Xe siècles. La charte de restauration d’Evron de 989, malheureusement interpolée, rend de grands services car elle décrit un temporel vaste et diversifié et l’abbé Angot comme Y. Hillion ont montré qu’elle s’appuyait largement sur un texte authentique34. Il y apparaît 19 églises, futures paroissiales, dites in curtis ou le plus souvent in villa. Le mot vicus a disparu, sans doute suppléé par villa dont le sens glisse progressivement vers village35. Ainsi est donnée « La cour appelée Torcé avec l’église et ses esclaves avec les terres cultivées et incultes, les prés et les bois36 ». À cette église liée à une curtis peut-être accompagnée de ce qui constitue son domaine propre, vient ensuite s’ajouter une série de biens qui, par la suite, se retrouvent dans la paroisse de Torcé : « La villa appelée Chauchis… Vinviers et V avec ses esclaves, deux masures au lieu-dit Luitré avec les esclaves, une masure dans la villa de la Guete37. » Ainsi plusieurs ensembles : curtis, villae, masurae se sont regroupés autour de l’église sous l’impulsion des moines qui dominaient toute la zone38.

  • 39 Pichot, 2004, p. 100-101, 104. Le site vient d’être fouillé et près de l’église ont été identifiés (...)
  • 40 L’église est aujourd’hui celle de Saint-Pierre-le-Potier, Marchegay Paul, Cartularium monasterii B (...)

14Au début du XIe siècle, se présente une autre situation. La présence d’un prieuré de l’abbaye mancelle de La Couture, à Laval, au début du XIe siècle, semble figer la future paroisse dans le cadre de la villa initiale. La villa d’Avénières, contigüe et très étendue qui existe au moins dès le Xe siècle, possède une église près de la rivière la Mayenne, rénovée pendant ce même siècle mais, au XIe, une seconde est créée sur le site de Saint-Berthevin près du nouveau château du maître qui en adopte le nom. En bordure de la forêt de Concise, le site trahit un évident projet de mise en valeur par défrichement (carte 3)39. Peut-être faut-il aussi compter le monastère de Grenoux car les Saint-Berthevin y détiennent des intérêts. Mais, alors que la villa se tenait uniquement sur la rive droite de la Mayenne, vers 1080, le don de l’église Saint-Pierre de Cumont sur l’autre rive, voit le territoire d’Avénières se répartir de part et d’autre de la rivière40. Cette éclosion coïncide avec le délitement de la villa.

  • 41 Cela recoupe les commentaires sur la villa dans Renard, 2010 qui souligne la polysémie du mot et c (...)
  • 42 Hillion, 1977, t. 1, vol. 1, p. 23 ; analyse dans Angot 1913, annexes.

15Un territoire s’esquisse donc autour des églises et divers lieux de culte, en partie par captation plus ou moins nette d’espaces antérieurs largement réorganisés en fonction des nouveaux besoins. Le texte de refondation d’Evron suggère que les églises in villa vont polariser le territoire de leur villa plus celui des villae, villulae ou masurae qui en est dépourvu41. Cela ne fait que commencer car l’église de Trans se situe dans une potestas, terme qui renvoie bien à une influence mais celle-ci s’exerce sur des lieux dispersés dans un espace très discontinu. En effet, les sites liés à cette potestas se situent indistinctement dans les futures paroisses de Trans aussi bien que de Champgenéteux depuis longtemps dotée d’une église et de Courcité42. Le terme fortement connoté montre aussi qu’un pouvoir s’étend autour de l’église et amorce ainsi un territoire.

  • 43 Cart. du Ronceray, no 409, voir infra.

16Ces constats entraînent à se méfier des limites vite qualifiées d’anciennes. Cours d’eau et vieux itinéraires bornent bien des territoires communaux mais rien n’indique que cela remonte obligatoirement à la nuit des temps. Ruisseaux et rivières jouent certainement un rôle mais pas toujours radical. La Mayenne, malgré son importance ne paraît pas une limite imposée, si elle joue ce rôle sur une bonne partie de son cours après Mayenne, ce n’est pas le cas pour Saint-Jean-sur-Mayenne et Changé et la villa d’Avénières, franchit la Mayenne au XIe siècle. La voie Penurie, fort ancienne, ne devient séparation entre Entrammes et Bonchamp qu’au XIIe siècle43. Ces limites linéaires ne possèdent donc qu’une ancienneté relative, elles ont pu jouer progressivement à mesure que se dessinait la paroisse.

Les premiers linéaments de la paroisse

  • 44 Actus,Busson et Ledru (éd.), p. 351, Lottin Chanoine, Cartularium insignis ecclesiae Cenomannensis (...)
  • 45 « ecclesiam Sancti Petri de Chadelone cum omni parrochia et decima ipsius loci aliamque ecclesiam (...)
  • 46 Angot, 1913.
  • 47 Angot, 1900-1910, art. Thorigné et Trans.
  • 48 Lorans, 1996, p. 73-75.

17Si l’église n’organise pas encore l’espace, elle accroît cependant son influence. Signe fort de cette évolution : les premières traces du mot parrochia avec son sens moderne apparaissent à la fin du Xe siècle. Pour les Actus, ce n’est longtemps que le diocèse mais l’évêque Ménard, vers 969, en donnant au chapitre plusieurs églises dont Sept-Forges, Lignières et Marcillé précise « parrochiae cum ecclesiae ». Un doute subsiste cependant, la notice des Actus a été rédigée au cours du XIe siècle, le mot peut ne dater que de cette époque d’autant plus qu’une partie des donations figure dans une charte du Liber Albus du chapitre dans laquelle le mot ne figure pas mais seulement le classique villa cum ecclesia44. Dans la charte d’Evron qui emploie aussi en majorité la même expression, figurent deux occurrences de parrochia : « l’église Saint-Pierre de Châlons avec toute la paroisse et la dîme du lieu et une autre église, celle de Saint-Céneré avec toute la paroisse et la terre45 ». Selon l’abbé Angot, ce passage n’est pas interpolé et le mot désigne une réalité désormais liée aux églises locales, désignant plus sans doute les droits qu’un territoire46. En même temps se présente la dîme, déjà citée à plusieurs reprises dans les Actus dans un sens très général et difficile à identifier ; dès 616, l’évêque Aiglibert donne au monastère Sainte-Marie du Mans, la dîme de villae dont Thorigné et Trans47. Ici, il s’agit de celle de l’église (loci), sans plus de précision, elle n’implique pas de répercussion sur l’organisation d’un territoire. Les dîmes rattachées à un sanctuaire peuvent être dispersées et même lointaines comme il a été montré par E. Lorans dans le Lochois48.

  • 49 Lauwers, 2005.
  • 50 Colleter, 2003, malgré son titre, l’étude envisage tous les cimetières du haut Moyen Âge.
  • 51 Ibidem, p. 56-61, 63-64, 187-188 ; Naveau, 1992, p. 142-144, p. 223.
  • 52 Colleter, 2003, Catalogue.

18Autre fait majeur, comme ailleurs, l’association croissante des morts et des lieux de culte se dessine49. La rigoureuse séparation de l’espace des morts et de l’espace des vivants s’estompe et nombre d’églises se dressent sur des nécropoles qui livrent essentiellement des sarcophages soit en calcaire coquillier soit en plaques de schiste disponibles facilement dans la région50. Les témoignages demeurent d’inégale valeur ; voisinent fouilles anciennes et simples constatations lors de travaux mais aussi quelques chantiers récents comme à Saulges ou Nuillé-sur Ouette, riches d’enseignements51. Dans le premier cas, les sarcophages, en nombre, occupent toute une partie du bourg, regroupés autour d’un ancien sanctuaire funéraire : Saint-Pierre, à Nuillé, l’église vient s’imposer tardivement (XIe siècle) sur de classiques rangées de tombes. Sur les 60 lieux de sépultures enregistrés dans la partie étudiée du département de la Mayenne, 66 % se placent directement dans l’environnement d’un lieu de culte, le plus souvent l’église qui deviendra paroissiale52. Le regroupement amorcé vers le VIIe siècle prend de l’ampleur, même si un tiers des sépultures demeurent encore isolées. Cela dénote une incontestable attaction du lieu de culte et que les morts amorcent un lien entre un espace, celui où ils vivaient, et l’église qui les accueillent.

  • 53 Dillay, 1925 ; Pichot, 2004, p. 102-105.

19Enfin, l’emprise seigneuriale devient plus apparente dans la documentation. Une majorité d’églises s’intègre dans des seigneuries laïques dont elles ne constituent que des élements. Les maîtres les détiennent le plus souvent par simple héritage de leurs ancêtres fondateurs et c’est donc dans un ensemble seigneurial qu’elles sont à considéréer. Les transferts de l’époque grégorienne à venir mettent en évidence divers droits de l’autel, la sepultura etc. intégrés dans une diversité de coutumes partagées entre plusieurs bénéficiaires. Dans la villa d’Avénières les Saint-Berthevin doivent partager avec un Entrammes et surtout le seigneur de Laval53.

20Au Xe siècle, la christianisation est donc accomplie, le développement d’une réglementation carolingienne a sans doute développé la construction d’églises mais aussi l’organisation des communautés. Pourtant, si le mot apparaît peut-être timidement, le processus en cours n’a pas vraiment encore constitué des paroisses, en particulier dotées d’un territoire un peu précis et spécifique, freiné sans doute par une certaine confusion du semis ecclésial et la domination générale des laïcs propriétaires de ces édifices. L’évolution va continuer mais s’accélérer sous la pression d’un esprit nouveau.

Affirmation de la paroisse

  • 54 Mazel, 2010, chap. IV.

21Après 1050, la documentation devenue abondante dévoile le développement paroissial qui s’accélère en raison de données nouvelles liées à la réforme traversant l’Église54. Les créations de nouvelles paroisses, sans doute peu nombreuses mais plutôt mieux éclairées peuvent nous instruire sur le processus en cours et, plus globalement, la multiplication de la présence monastique dans les prieurés, maîtres des églises paroissiales oblige à interroger le rôle des moines dans la mise en place d’un réseau.

Le maillage paroissial achevé

  • 55 « ecclesiam Sancti Constantiani de predicta villa »,Renoux, 2004, p. 87.
  • 56 « ecclesiam Sancte Marie de Ham cum decimis… »Charles R. et Menjot d’Elbenne vcte, Cartulaire de l (...)
  • 57 Pichot, 1995, p. 228.
  • 58 « la paroisse… c’est aussi l’espace centré sur l’église d’où le desservant tire le produit de la d (...)
  • 59 Bertrand de BroussillonA. de, La Maison de Laval (1020-1605) : étude historique accompagnée du cart (...)

22L’expression « ecclesia in villa », plus rare, subsiste. En 1046-1047, les moines de l’abbaye Saint-Julien de Tours obtiennent l’église Saint-Constantien « de la susdite villa » de Javron, le mot prime encore mais se traduit ici par village, ce qui modifie la relation église/villa55. Durant la seconde moitié du XIe siècle, l’usage général est de citer l’église accompagnée seulement du nom du lieu ou du saint patron avec les droits afférents, « l’église Sainte-Marie du Ham avec les dîmes… » mais, dès 1050, Lisiard donne l’église d’Arquenay à Marmoutier « plus le tiers des dîmes de la paroisse », l’occurence est plus sûre mais c’est le même emploi qu’à Evron en 98956. Aux environs de 1080, le terme figure dans les chartes de Saint-Vincent du Mans et sa multiplication s’opère rapidement dans les autres cartulaires57. Sans doute acquiert-il dès lors une acception fortement spatiale, en particulier par l’association parrochia/decima qui fait de la première l’espace qui fournit la seconde mais l’idée de communauté se maintient car en 1098, un acte est passé à Saint-Calais-du-Désert devant « toute la paroisse » ; l’association des concepts de communauté et de territoire perdurera58. La multiplication de mots dérivés, parrochianus, le paroissien et surtout parrochiatum et parrochialia qui désignent l’ensemble des droits liés à la paroisse, démontre en même temps que se développe une structure complexe de relations et de redevances dont la densité se révèle dans les actes de transferts de biens religieux59. L’émergence de parrochia qui devient fréquent dès la première moitié du XIIe siècle pour se généraliser au XIIIe traduit une situation nouvelle. Une évolution irréversible transforme les églises de vicus ou de villa en églises paroissiales sans intervention particulière d’une institution. Le processus entrevu dans la charte d’Evron se concrétise. Les églises ont polarisé le territoire des unités environnantes, villae, villulae, etc., pour le transformer en territoire religieux reconnu mais d’abord essentiellement coutumier. La réalité paroissiale se fait jour et englobe dans son maillage la totalité de l’espace.

  • 60 Pichot, 1995, p. 94-96.
  • 61 Pichot, 2002, p. 221 ; MAH (La Mayenne, archéologie et histoire) 2004 p. 102-105.
  • 62 Meuret, 1993, p. 429-30, 436 ; Pichot, 1996, p. 232-234 ; MAH 2004, p. 116-122. « Ego, Guido de Lav (...)
  • 63 Pichot, 1995, p. 231-236.

23En même temps se déroule une étape assez limitée de créations. L’évaluation minimale se fixe à 12 % des paroisses connues à la fin de l’Ancien Régime et, au maximum, ne dépasse sans doute pas 15 %60. Les châteaux ne jouent qu’un rôle limité, même si plusieurs donnent naissance à une paroisse : les bourgs de Courbeveille et de La Chapelle-Rainsouin s’insèrent dans la basse-cour d’une motte61. À La Gravelle, le seigneur de Laval installe, au début du XIIe siècle, un fort château à motte et un bourg, donne la chapelle nouvelle à Marmoutier avec le parrochiatum, après consultation de l’évêque et ajoute une terre, pour ériger un cimetière et un autre bourg62. Il s’agit donc bien d’une fondation délibérée et organisée par un puissant laïc. Le plus souvent, les châteaux viennent plutôt prendre place dans le tissu existant, s’imposant sur des sites plus anciens comme à Montsûrs. S’ils se dotent d’une chapelle castrale, ils ne créent pas pour autant de nouvelle paroisse et dépendent alors d’une église plus ou moins proche, tout au plus peuvent-ils remanier le site. A Laval, l’église paroissiale de Pritz demeure fort éloignée et, à Couptrain, la paroisse se maintient à Saint-Aignan, l’antériorité du site religieux joue alors à plein63.

  • 64 Bilard F., Analyse des documents historiques conservés dans les archives du département de la Sarth (...)
  • 65 Merlet L., Cartulaire de l’abbaye de la Sainte Trinité de Tiron, 2 vol. Chartres, 1883, no 254.
  • 66 « Sanctum-Sulpicium-in-Paillo parrochiam habuisse… sed sevicia dominorum in quorum feudo illa eccl (...)
  • 67 « Hugo… in presencia Hildeberti episcopi…, cum Gaufrido monacho ab Bernardo abbate ibidem relicto, (...)
  • 68 Angot, 1900-1910, art. Saint-Sulpice-les-Chèvres.
  • 69 Des églises citées dans les Actus ont pu disparaître parmi celles que l’on ne peut identifier.

24Une autre catégorie de créations se rattache aux progrès de la mise en valeur qui densifie le maillage paroissial avec le concours particulièrement soutenu du monde des religieux où les nouveaux ordres issus de l’érémitisme se distinguent particulièrement, ainsi l’abbaye d’Etival provoque-t-elle la création d’une paroisse à Etival (vicus Carneiae) et à Livet sans que l’on sache suivant quelle procédure64. Une notice rédigée aux environs de 1140 et riche d’enseignements, relate les multiples épisodes de l’impossible renaissance d’une petite paroisse liée aux défrichements en forêt de Pail65. L’église de Saint-Sulpice en-Pail ou les-Chèvres, aujourd’hui en Gesvres, était, avec son cimetière, installée dans, ou en limite, de la forêt de Pail ; la dédicace suggère peut-être son ancienneté mais les violences des seigneurs avaient chassé le prêtre Vital et les paysans, si bien que le lieu, devenu désert, n’était plus fréquenté occasionnellement que par des ermites (carte 5)66. C’est alors qu’Hugues de Saint-Aubin [du Désert] qui avait hérité d’une partie de cette terre décida de rétabir la paroisse en la donnant à l’abbaye de Tiron pour y fonder un prieuré67. Malgré l’implication de l’évêque du Mans, des concessions complémentaires de dîmes et de droits d’usage dans la forêt, elle ne reprit vie que péniblement et avait disparu au XVIe siècle68. Une telle notice illustre bien l’association des différentes composantes de l’élite sociale dans le projet mais aussi la fragilité et la souplesse du maillage dont nous ne percevons que les paroisses qui ont survécu à des reclassements insoupçonnés69.

  • 70 Angot, 1900-1910, art. Vautorte ; Pichot, 1981, p. 264-265 ; Pichot, 2002, p. 181-182.

25Un peu plus tard commence le dossier le plus complet, celui de Vautorte qui manifeste une finalité très différente. Dans la vaste paroisse de Montenay, dont l’église est très ancienne, le lieu-dit Vautorte apparaît dans les textes vers le milieu du XIIe siècle70. Débute alors un processus lent mais irrésistible. Une famille Poisson, dite de Vautorte apparaît au début du XIIe siècle et se rattache à une résidence seigneuriale, la Cour, située dans l’actuelle commune de Vautorte. Vers 1160, des lépreux habitent l’endroit, sans doute très à l’écart, mais des maisons y sont citées ainsi que des dîmes, signe d’une présence humaine active et sans doute d’un hameau dont les habitants participent au défrichement de la forêt de Mayenne. Le groupe s’accroît et, en 1210, une chapelle desservie par un chapelain est signalée. Ce « village » éveille alors la sollicitude épiscopale et, en 1217, l’évêque Maurice bénit un cimetière car les morts pouvaient demeurer plusieurs jours sans sépulture. Bien que cela se fasse sans nuire à l’église de Montenay, un tournant décisif est pris et, aboutissement logique, une paroisse officiellement créée par scission de Montenay en 1225. De bout en bout, l’initiative semble aux mains de l’évêque, c’est ce que du moins affirment les chartes mais on peut penser que la puissante famille des Poisson, vassale de Mayenne, a pu pousser et même provoquer l’affaire. Cependant, en ce début du XIIIe siècle, l’affirmation du pouvoir épiscopal est évidente et le souci pastoral affiché. L’évêque institue une paroisse pour qu’une population accède plus facilement aux sacrements, la maîtrise de la distance jouant un rôle majeur.

  • 71 « Conveniat amovere parrochiam ecclesie de Monteneio in nostra diocesi constitutam propter nimiam (...)

« Il convient de diviser la paroisse de l’église de Montenay établie en notre diocèse, en raison de sa trop grande étendue, et parce que, parfois, à cause de la carence du divin ministère et de l’éloignement des lieux saints, il arrive que certains fils de l’église suivent la voie de toute chair sans confession et sans avoir reçu le corps et le sang du Seigneur. Parce que comme nous l’avons appris de relation certaine, pour ces mêmes raisons les corps de certains demeurent sans sépulture dans leur maison trois jours et plus, nous avons entrepris de diviser les deux paroisses par le conseil commun d’hommes bons et digne de foi. Dans chaque paroisse nous assignons son propre prêtre dans sa propre église-mère71… »

  • 72 Celier L., Catalogue des actes des évêques du Mans jusqu’à la fin du XIIIe siècle, Paris, 1910, no (...)
  • 73 « cum parrochialis ecclesia de Largo Campo tunc diocesis habundans redditibus affluenter, et parro (...)

26Par ailleurs, soucieux de la qualité des ressources financières, le prélat transfère des rentes dues à l’abbaye de Champagne sur deux autres paroisses, ce qui sera d’ailleurs annulé plus tard72. La nouvelle création doit pouvoir subvenir à ses besoins et à ceux du prêtre, c’est l’autre principe majeur mis en œuvre par l’épiscopat. En 1219, un acte du pape Honorius III confirme la décision du même Maurice de scinder la paroisse de Larchamp toute proche de Montenay en transformant la chapelle de Montaudin en église mère pour les mêmes raisons73. L’évêque invoque la multitude des paroissiens sur un vaste espace et la disponibilité de ressources abondantes pour améliorer la desserte du culte divin et le salut des âmes en créant deux paroisses desservies par deux prêtres.

  • 74 Bertrand de Broussillon A. de, Cartulaire de Saint-Michel de l’Abbayette, Paris, 1894, no 10.
  • 75 Angot 1910 art. Censive, t. I et IV. La chapelle est bien située dans la paroisse, Philippe de Land (...)

27Toutes ces créations mettent en évidence l’évolution dans cette dernière étape et comment le surgissement de nouvelles paroisses après avoir été le fruit de processus divers liés au développement de la société s’achève par une prise en main de l’épiscopat. Préoccupé alors de tisser un maillage dont la finalité est l’organisation d’un réseau cohérent et efficace pour assurer l’encadrement correct des fidèles, il traduit dans cette politique une nouvelle conception de la paroisse, pour nous devenue classique. Cela explique peut-être aussi les échecs qui ne sont pas rares. Dans la même zone, deux chapelles périphériques auraient pu prétendre à un avenir paroissial. En 1128, Guillaume de Gorron donne au Mont-Saint-Michel la chapelle de son nouveau château érigé aux marges de la paroisse de Saint-Berthevin, à La Tannière. Il y a créé un bourg avec moulin et veut installer un prieuré du Mont-Saint-Michel avec résidence d’au moins un moine74. La proximité de la forêt d’Héménard qui va être défrichée et tous les éléments cités laissent transparaître le projet de fondation d’une paroisse qui n’aboutira jamais. La chapelle Saint-Thomas de la Censive, proche d’un site seigneurial rayonne sur tout le quartier occidental de la très vaste paroisse de Saint-Denis-de-Gâtines. Desservie par un clerc qui voit affluer à la fin du XIIe siècle les donations : hébergement, dîmes, droits d’usage pour le bétail… elle devient une dépendance du Mont-saint-Michel avec un moine résident. L’affaire ne va cependant pas plus loin, malgré sans doute le désir de beaucoup ; à la Révolution, encore, les habitants demanderont en vain l’érection d’une paroisse75.

  • 76 Angot, 1900-1910, art. Larchamp, Montenay, Vautorte.
  • 77 Pichot, 2002, p. 318.
  • 78 Angot, 1900-1910, art. aux lieux cités.

28Les quatre cas évoqués s’inscrivent dans le même espace, comment expliquer la divergence des évolutions ? Le rôle de l’évêque affiche sa prépondérance, il faut prendre en compte qu’il tient Montenay et possède même un manoir à Larchamp76. Il crée deux églises mais qui demeurent dans son orbite. Inversement, La Censive et La Tannière iraient au Mont-Saint-Michel, ce qui peut expliquer les réticences. D’ailleurs, à la fin du XIIe siècle, l’action commune avec les Bénédictins a pris fin, symboliquement, l’église de Saint-Denis-de-Gâtines échappe alors aux moines au profit du chapitre cathédral. Une dernière création de l’évêque démontre que, s’il existe indubitablement une politique suivie, on ne peut parler de plan rigoureux, sans parler de dérive. Au début du XIIIe siècle, la minuscule paroisse de Varennes-l’Enfant naît autour d’un prieuré cure, pour honorer un vassal épiscopal, Foulque l’Enfant mais elle végétera sans possibilité de se développer77. Elle rejoint tout un lot d’églises anciennes, sans doute victimes de la réorganisation qui préside à l’affirmation des paroisses. C’est ainsi qu’apparaissent furtivement Les Epiez aujourd’hui en Saint-Brice, paroisse en 1457, Froidfont intégré à Ruillé à la Révolution mais qui remonte au moins au XIIe siècle et Villetremaise en Saint-Cyr-le-Gravelais disparue peut-être avant le XVe, sort qui rappelle celui de Saint-Sulpice-en-Pail78. Le réseau a ses faiblesses que la Révolution éliminera souvent mais dès le XIIIe siècle, il présente un état de développement maximum et sa force est de pouvoir s’appuyer sur des communautés liées à des centres religieux forts, de constitution récente.

Églises et sacré : le pôle ecclésial

  • 79 J.-H. Foulon a mis en évidence l’aspect très post carolingien de la réforme monastique en pays lig (...)
  • 80 Pichot, 1995, p. 76-77, 161-165 ; Pichot, 2006, p. 18-20. De bonnes descriptions sont contenues dan (...)
  • 81 Pichot, 1998, p. 59 ; Foulon, 2008, p. 61.
  • 82 J.-H. Foulon note que les idées vraiment grégoriennes n’apparaissent dans l’épiscopat manceau que (...)
  • 83 Pichot, 1998, p. 77-78; Mazel, 2008, p. 376-379.

29Rapidement dans le XIe siècle, la réforme monastique s’affirme bientôt suivie d’un mouvement plus global qui s’épanouit dans ce qu’il est convenu d’appeler la réforme grégorienne. Le monde des abbayes se transforme dès le début du siècle dans le diocèse du Mans mais le phénomène demeure en dehors de Cluny et porte une forte marque de l’héritage carolingien dont des liens étroits maintenus avec le pouvoir comtal79. Ce sont les abbayes ligériennes qui exercent une très forte influence, en particulier Marmoutier dont les obédiences se multiplient, en particulier sous forme de prieurés castraux qui traduisent les relations tissées avec les grandes familles baronniales80. L’épiscopat prend le relais, surtout après 1057, à l’avènement de Vulgrin, moine angevin fortement impliqué dans l’élan réformateur81. Cependant, les idées vraiment grégoriennes, le plus marquant pour notre enquête, fleurissent avec Hildebert de Lavardin (1097-1125)82. De profondes transformations bouleversent alors le diocèse et la société jusqu’au milieu du XIIe siècle mais l’aboutissement vient avec la grande réforme pastorale qui met la dernière main à la mise en place du système paroissial, en particulier avec les grandes décisions de Maurice sur la réorganisation des circonscriptions religieuses et la publication d’importants statuts synodaux (1216-1231)83.

  • 84 Legros, 2010, p. 34-37.
  • 85 Pichot, 1996, p. 77, 161-165 ; Legros, 2007, inventaire dans les annexes du t. 3.

30Les effets de ce puissant mouvement sur les paroisses, s’avèrent considérables. Spectaculairement, les abbayes connaissent une forte extension de leur temporel qui prend prioritairement la forme d’une multiplication de prieurés quadrillant le territoire diocésain. Le prestige de la vie monastique séduit les familles aristocratiques qui comblent de biens les abbayes pour obtenir le secours de leurs prières en faveur des défunts. Les premières obédiences apparaissent dès la fin du Xe siècle avec l’Abbayette donnée au Mont-Saint-Michel puis, au début du XIe, avec l’installation de La Couture à Pritz. Le mouvement connaît ensuite un rapide développement et son apogée entre 1040 et 114084. La seule abbaye locale, Evron, bien dotée, dispose de 16 maisons mais le territoire est dominé par les abbayes « étrangères ». Saint-Vincent et La Couture, les deux grandes institutions mancelles, occupent une place finalement assez restreinte avec 3 et 6 implantations, symbole de la faible emprise du Mans sur le bas-Maine. La présence ligérienne, par contre, s’affiche massivement. Marmoutier domine avec 11 prieurés : Laval, Mayenne, Bazougers…, mais Saint-Aubin d’Angers qui en compte 4, Saint-Florent de Saumur 2, Saint-Serge et Saint Nicolas d’Angers à peu près autant font plutôt bonne figure85. Au total, le chiffre, difficile à établir, dépasse largement la cinquantaine.

  • 86 Pichot, 1996, p. 188-189.
  • 87 Pichot, 1998, p. 61-62.
  • 88 Ce rôle des chanoines réguliers fut sans doute important.

31Avec ces prieurés, commence un vaste mouvement de transferts de biens religieux. Outre des terres et droits seigneuriaux, les moines reçoivent ce qu’ils recherchent particulièrement : les églises et les droits paroissiaux, accompagnés le plus souvent du cimetière et, dans une moindre mesure, de dîmes. Les sources attestent du transfert de 65 églises mais en évoquent assez clairement 175, ce qui dénote l’ampleur du mouvement86. Ces « restitutions » avantagent considérablement le monde monastique, l’évêque et son chapitre ne recueillant qu’une faible part. Pour juger vraiment du poids respectif de chaque partie, il faut cependant se référer aux pouillés de la fin du Moyen Âge qui définissent les possessions de chacun. Dans le diocèse, l’évêque contrôle alors le quart des paroisses et le monde monastique se taille la part du lion : Evron détient 49 églises et 7 chapelles, Marmoutier 30, La Couture une vingtaine87. Il faut noter aussi la présence des chanoines réguliers, La Roë obtient quelques églises du diocèse mais c’est surtout l’abbaye de Beaulieu qui se distingue, malheureusement les études manquent sur le sujet88.

  • 89 Foulon, 1998 ; Mazel, 2009, Le contrôle des lieux, p. 199-220.
  • 90 Ibidem, p. 206-210.

32On ne peut sous-estimer les conséquences d’un tel bouleversement. D’abord, l’arrivée en forces des moines ne se fait pas obligatoirement au détriment de l’évêque et il a été montré que l’autorité épiscopale ne faiblit pas89. Avec le temps d’Hildebert, l’évêque s’impose souvent comme intermédiaire des transferts et, au passage, introduit la formule maintenant « son droit sauf » tout en précisant les redevances qui lui sont dues90. En fait, les deux parties y trouvent leur intérêt, les fondations monastiques établissent la puissance des abbayes et contribuent à structurer le réseau paroissial à la satisfaction de l’épiscopat.

  • 91 Pichot, 2002, p. 293-294.
  • 92 « Porro quoniam in damnum antiquarum ecclesiarum novae ecclesiae vel capellaenon debent contrui pr (...)
  • 93 Pichot, 2006, p. 26-28.
  • 94 Valais, 1993, p. 90-96. Un quart des centaines d’églises visitées conservent des éléments plus ou m (...)
  • 95 La première église de Bais mesurait 11 m de long sur 5 de large, celle de Neau 17,30 m sur 6,6 m. (...)
  • 96 Davy, 1999.

33En effet, le contrôle des églises par les religieux offre à ces dernières une beaucoup plus grande lisibilité. Les moines soucieux de défendre leur domaine foncier tout autant que seigneurial s’assurent de la rentrée des différentes coutumes et redevances et contribuent à établir une hiérarchie entre lieux de culte, attentifs à soumettre les chapelles à l’autorité de leurs églises91. Bien plus, ils veillent à ce qu’aucun lieu de culte concurrent ne soit établi comme le précise, dès 1144, une bulle de Lucius II, en faveur d’Evron92. Les nombreux prieurés contribuent ainsi à une indéniable clarification93. L’unité et le prestige du détenteur du sanctuaire contrastent avec la situation antérieure et accentuent la progression vers le système paroissial. En même temps, l’ensemble église-cimetière se modifie considérablement et acquiert un statut nouveau. La quasi-totalité des édifices est reconstruite, plus grande, plus monumentale ainsi que le confirme une enquête sur les édifices religieux qui, en nombre, conservent des témoignages antérieurs à 1200, malgré les reconstructions systématiques du XIXe siècle94. L’usage généralisé de la pierre suffit à donner à la plus modeste église rurale une supériorité indiscutable sur les cabanes villageoises. À Bais et Neau, l’archéologie a mis au jour de petits monuments érigés avant le XIe siècle et remplacés par des bâtiments notoirement plus imposants95. Pour peu qu’un prieuré s’installe, surgit un édifice plus grand et ayant recours à une décoration sculptée et surtout peinte dont subsistent de multiples traces à Javron, Saulges, Avénières96

  • 97 Iogna-Prat, 2006, chap. 4, 6 et 9, Lauwers, 2010.
  • 98 Iogna-Prat, 2006, p. 309.
  • 99 Cart. de Saint-Vincent, no 357. Lauwers 2005.

34Cette reconstruction correspond sans doute à des nécessités démographiques et aussi de prestige mais traduit surtout la sacralité nouvelle dont la théologie carolingienne a investi l’église. Elle devient la Maison-Dieu, le simple bâtiment se transforme, par la cérémonie de la consécration, en lieu sacré où s’accomplissent les sacrements et où réside la majesté de Dieu97. Suivant l’expression de D. Iogna-Prat, elle « s’impose peu à peu comme le lieu fondateur de la communauté, comme le pôle structurant d’un nouveau paysage social, l’église en tant que corps matériel devenant indispensable à la définition du corps spirituel de l’Église98 ». La sacralité de l’édifice rayonne et s’étend à l’espace environnant, le cimetière bénéficie de l’asile ecclésial et la terre des morts d’une consécration par l’évêque ; Hildebert vient à Bazougers pour accomplir ce rite essentiel qui achève de faire de l’église et du cimetière réunis, non seulement le symbole de la communauté des vivants et des morts mais, bien plus, le véritable centre de la vie de la communauté, un pôle imposant et attractif qui bouleverse la géographie traditionnelle du groupe et organise la nouvelle paroisse dans le cadre de ce que M. Lauwers a appelé l’inecclesiamento99.

Emergence du territoire paroissial

  • 100 Zadora-Rio, 2006, chap. 2, Territoires et limites, p. 105-119.
  • 101 Guerreau, 1996, Lauwers-Ripart, 2007.

35Autour du pôle ecclésial va se préciser un territoire au terme d’un processus largement étalé dans le temps et très progressif, il n’est pas donné à l’origine mais résulte d’une histoire. Cependant, les textes se montrent d’une grande discrétion et les choses demeurent plus suggérées que vraiment évidentes, d’autant plus que les limites paroissiales semblent demeurer des plus floues100. Faut-il penser que ce dernier constat résulte d’un certain désintérêt de la société à l’égard de l’espace, ou bien que ces limites existent mais sans que l’on estime nécessaire de les préciser ? À vrai dire, sans doute faut-il d’abord se référer aux conceptions de l’espace au Moyen Âge pour tenter de comprendre sur quels critères et selon quelles modalités se construit le territoire101.

  • 102 Pichot, 2010, p. 221-222.
  • 103 Mehu, 2007.

36On ne peut invoquer une incapacité à la description, en effet, très tôt, les chartes savent préciser les confronts de terres et, au début du XIIe siècle, celles de l’abbaye de Savigny décrivent avec soin, selon un circuit complet, fossés, ruisseaux, arbres102… Par contre, aucun acte ne livre de texte analogue définissant un espace paroissial, deux seulement nous offrent quelques éléments qui, dans leur singularité, nous proposent quelques clés. Si plusieurs mentions de bornes (metae) indiquent qu’il y a bien un espace connaissant une délimitation, les deux créations épiscopales de Vautorte et Montaudin qui font l’objet de textes élaborés excluent totalement le moindre indice en ce sens. Pour la seconde, l’évêque évoque des certas metas mais aucune indication ne vient les préciser. Sans doute, cela a-t-il été accompli mais ne pas éprouver le besoin de le fixer dans l’écrit, ne signifie pas que l’on confie cet aspect au seul souvenir et à la coutume mais qu’il y a là une approche spécifique de cet espace religieux où la territorialité ne prime pas vraiment malgré ses progrès incontestables103.

L’identification d’un territoire

  • 104 Denis abbé, Chartes de Saint-Julien de Tours, Le Mans, 1912-1913, 2 vol., no 17-18. L’éditeur donne (...)
  • 105 « concessi… ęcclesiam Sancti Constantiani de predicta villa cum ęcclesia Sancti Salvatoris Sanctiq (...)
  • 106 « Ego Normannus concedo Sancto Juliano Turonensis et monachis ejus quicquid habeo Gabrona in eccle (...)
  • 107 Il s’agit de la commune avant son regroupement avec Les Chapelles au XXe siècle. Les Chapelles ne (...)

37Une longue notice des années 1046-1051 relate les donations et achats concernant le village de Javron pour la fondation d’un prieuré de l’abbaye Saint-Julien de Tours104. Avec la confirmation du comte du Maine, Hugues IV, les moines reçoivent les trois églises de cet ancien centre de condita et de multiples biens qui constituent le fief presbytéral et bien plus : « J’ai concédé… l’église de Saint-Constantien du village sus-indiqué avec les églises du Saint-Sauveur et de Saint-Martin, avec droits de sépulture, toutes les dîmes avec les terres cultivées et incultes, les forêts, les eaux, les moulins, et avec tout ce qui est dû à l’église, avec tout ce qui est déjà acquis ou à acquérir, avec droit de tonlieu et de marché ainsi que les autres coutumes. J’établis également que les villageois et les habitants de cette terre relèveront de la justice des moines105 … » Cet ensemble obtenu d’un certain Adhelelmus paraît déjà important et dépasser la dotation habituelle d’une église mais un vassal du baron Geoffroy de Mayenne, à l’instigation de ce dernier, ajoute son propre fief : « Moi Normand, je concède à Saint-Julien de Tours et à ses moines tout ce que j’ai à Javron dans l’église du saint confesseur Constantien et toutes les coutumes que je possède partout aux alentours de l’église susdite dans le pays de Javron, tout autour, loin ou proche, dans un espace de deux lieues, c’est-à-dire : vicaria, tonlieu, péage, droit de fourrage et forestage ou autres coutumes partout où elles existent, dans l’espace susdit106 … » Des coutumes très importantes sont confiées aux moines sur un espace grossièrement délimité par un cercle de deux lieues autour de l’église. Le circuit définit une seigneurie et correspond peut-être au territoire du village qui s’étend dans le pagus de Javron (carte 4). Même si Normand détient des droits sur l’église, il prend soin de centrer son cercle sur le lieu sacré dont l’aura et la puissance rayonneront sur la seigneurie monastique qui se figera en territoire paroissial dont le pourtour n’épousera par la suite que très vaguement la forme circulaire. La dimension du rayon s’accorde cependant bien avec l’extension actuelle de la commune de Javron, ainsi l’espace paroissial reprend peut-être une donnée ancienne mais est surtout le produit de la seigneurie107.

Carte 4. – Javron. Les limites sont celles de la commune actuelle qui a intégré Les Chapelles, petite paroisse qui n’existait pas au milieu du XIe siècle.

  • 108 « Sanctum Sulpicium in Paillo parrochiam habuisse, metas cujus adhuc plures ruricoles sciunt sicut (...)
  • 109 Cartes de Cassini, feuille, 91, carte d’état-major, et Angot 1910, art Chiantin, t. 1 et 4.
  • 110 Supra, notes 67-68.

38La notice du cartulaire de Tiron concernant Saint-Sulpice les Chèvres qui déroule des faits étalés sur la première moitié du XIIe siècle permet d’aller un peu plus loin. Elle précise dès le début que « Saint-Sulpice-en-Pail avait une paroisse dont plusieurs paysans connaissent encore les bornes pour l’avoir appris de leurs ancêtres108 ». La violence seigneuriale réduit l’endroit à un désert mais à partir d’un quartier individualisé par son nom, le Chiantin, le nouveau seigneur décide la restauration (carte 5). La paroisse possédait donc bien un territoire inscrit dans l’espace non décrit par les textes mais tenu dans la mémoire des hommes. Une identification géographique s’avère impossible aujourd’hui mais les bornes devaient être des repères dans une région accidentée et fort boisée. La ferme de Saint-Sulpice aujourd’hui, se place en limite occidentale de la commune de Gesvres et contrôle une clairière ouverte sur la commune d’Averton mais le moulin de Chiantin indiqué par la carte de Cassini comme celle d’Etat-Major se situe sur le Merdereau en Saint-Paul, plus au sud et le Chiantin, au XVe siècle, forme des communs en Saint-Aubin du Désert, paroisse voisine de Saint-Paul (carte 5)109. Les limites communales ne semblent donc guère refléter la situation médiévale. Par ailleurs, Hugues rétablit-il la totalité du territoire ou seulement la part qui est la sienne ? Cependant, alors que la zone demeure déserte, réalité ou exagération ? les paroissiens se sont maintenus en communauté regroupée dans l’église voisine de Saint-Paul-le-Gautier, ce qui entraîne cette situation extrême d’une distinction radicale entre les paroissiens et le territoire paroissial. La communauté prime sur le territoire et la restauration porte bien sur le rétablissement des liens entre les paroissiens et l’église110. Les hommes ne reviendront pas et le Chiantin passera dans la paroisse de Saint-Paul. Les deux textes de Javron et de Saint-Sulpice mettent donc bien en évidence un territoire mais aux réalités complexes dans lesquelles interviennent le sacré certes, mais aussi bien d’autres facteurs.

Carte 5. – Une paroisse disparue : Saint-Sulpice-les Chèvres. Essai d’interprétation cartographique de la notice de 1140.

« Une enveloppe territoriale »

  • 111 Pichot, 2002, chap. 3 et 4.
  • 112 Voir la contribution de J.-C. Meuret dans ce livre.

39Ce territoire des communautés villageoises est de plus en plus organisé autour de la paroisse. Sa définition s’appuie sur la complexification croissante du système exigeant de plus en plus une inscription dans l’espace. Le centre ecclésial concentre sur lui nombre de relations et contribue ainsi à polariser fortement l’espace. Il favorise une certaine concentration du peuplement par la formation d’un bourg plus ou moins marqué mais qui, la plupart du temps, demeure assez modeste, la dispersion de l’habitat en hameaux et fermes isolées restant fondamentale111. Dès 1140, la notice de Saint-Sulpice invoque le jus parrochialis qui encadre les paroissiens mais la grande vague de « restitutions » nous fait connaître la sepultura, le droit de sépulture, liée à l’obligation d’être inhumé dans le cimetière de la communauté, ce qui contribue fortement à définir un territoire. L’évêque d’Angers crée la nouvelle paroisse de La Roë en demandant quels seront les paroissiens du cimetière consacré112.

  • 113 Pichot, 2002, p. 296-297.
  • 114 Cart de l’Abbayette, no 41.
  • 115 Pichot, 2002, p. 232 et c’est le cas pour le seul conflit connu dans le bas-Maine, cf. infra.

40La terre des morts joue sans doute plus, au début, que les dîmes. Certaines s’attachent, certes, à l’église, les decimae parrochiae, mais la grande dispersion jusqu’à une date tardive des détenteurs laïcs atténue certainement leur rôle. Ensuite, plus que leur concentration dans des mains religieuses mais diverses, ce sont sans doute les contrats d’affermage pris en charge par les curés, principalement au XIIIe siècle, qui unifient la perception et contribuent à définir les implications spatiales113. L’organisation de la levée, les traits de dîmes, pèsent sur la définition d’un territoire : en 1320, la paroisse de Saint-Berthevin-la-Tannière se divise entre les traits de Héménard, du Bois de Saint Berthevin et de la Tannière auxquels il faut ajouter la dîme des seigneurs de Mégaudais (carte 6)114. Les conflits de délimitation réglés par les évêques proviennent souvent des problèmes d’attribution des dîmes115. Cet aspect religieux du territoire domine pour les paroisses tardivement créées pour raison pastorale comme Vautorte ou Montaudin, pour les cas plus anciens, il s’agit plutôt d’une adaptation, d’un aménagement éventuellement vigoureux.

  • 116 Legros, 2010, chap. 9, Prieurés et mise en ordre féodale.
  • 117 Pour ces liens entre seigneurie et paroisse nous renvoyons à l’étude, Pichot, 2002, p. 297-308 et (...)
  • 118 Pichot, 1995 ; Pichot, 2009.
  • 119 Ibidem, p. 209 ; Ladurée, 2006.

41Intervient aussi la seigneurie, dans des proportions variables mais fortes. De nombreux prieurés renforcent le contrôle de l’église d’un certain nombre de possessions foncières et de droits seigneuriaux, comme à Javron, une étude générale le démontre amplement116. La seigneurie laïque s’insère aussi parfaitement dans ce contexte car il faut se garder d’oublier qu’église, cimetière et fief presbytéral font partie intégrante des seigneuries avant les grands transferts et, même après, se maintiennent des liens117. Plus globalement, les deux entités paroissiale et seigneuriale entretiennent d’étroites relations, beaucoup de petites seigneuries rurales se centrent sur un village dont le seigneur, sans être obligatoirement le seul maître, en porte le nom et apparaît comme dominant, telle est la situation à Deux-Evailles, exemple parmi tant d’autres. Ces domini se multiplient après 1170 et la domination foncière conjuguée à l’expansion des coutumes, les cens joints aux banalités et à la justice tendent à déterminer une aire d’influence, une mouvance qui présente un net recoupement avec l’aire religieuse de la paroisse118. Au XIIe siècle, Paganus de Vegia (Vaiges), réunit sur son nom seigneurie et paroisse et représente assez bien toute une aristocratie fortement ancrée localement et dont le pouvoir développe nombre d’applications et de coutumes implantées dans le territoire villageois en liaison avec une fiscalisation accrue119.

Carte 6. – Le territoire de la paroisse de Saint-Berthevin-La-Tannière. Les limites sont celles de la commune actuelle.

  • 120 « Robertus de Villeio… dedit… et materiem viridem et siccam ad ecclesiam et ad domos suas facienda (...)
  • 121 Pichot, 2002, p. 279-284 ; Leturcq, 2006.
  • 122 L’abbé Angot inclut une description géographique du territoire dans la notice de chaque commune. I (...)
  • 123 Cart. de Tiron, no 254, cf. supra.

42Ce territoire ne peut cependant que s’inscrire dans celui vécu par les paysans dont le travail construit, au fil des générations, le finage agricole. Certains indices le mettent en évidence, en particulier la jouisance de droits sur les landes et la forêt, indispensables à l’équilibre des exploitations et de la communauté paysanne. À Saint-Sulpice, après le rétablissement de l’église et sans doute le retour partiel ? des paysans, de larges droits d’usage sont concédés en forêt aux moines et à leurs hommes120. Si l’usage de ces communs soude le groupe, il étend souvent le territoire hors de la paroisse comme l’a bien montré S. Leturcq mais crée aussi des solidarités de hameaux à un échelon inférieur121. La géographie fait alors reconnaître ses droits. Dans nombre de paroisses transparaît son influence. Combien s’inscrivent dans un bassin hydrographique comme Ruillé-Froidfont et Argentré ou respectent une ligne de crêtes comme le Horps122 ? Les paroissiens de Saint-Sulpice nous en offrent un bel exemple. On peut s’étonner, en effet, qu’ils ne se soient pas réfugiés à Gesvres beaucoup plus proche que Saint-Paul. Aux habitants du Chiantin, la vallée du Merdereau, au bas des pentes de Saint-Sulpice, paraissait accueillante et ils préfèrent se rattacher à l’église proche plutôt que de se rendre à celle dont ils doivent relever plus difficile d’accès, ce qui les détermine à remodeler l’espace paroissial et à faire passer le Chiantin en Saint-Paul-le-Gaultier123.

  • 124 Pichot, 2002, Zadora-Rio, 2006, p. 116.
  • 125 Ibidem, p. 116-118.
  • 126 Musset, 1917, p. 226.

43L’église qui, à l’origine, ne jouait qu’un rôle modeste et se glissait dans un espace préexistant, a pris l’ascendant et le territoire villageois s’est focalisé de plus en plus sur elle. L’église et son cimetière deviennent un véritable pôle et, dans cette région de l’Ouest où la paroisse s’impose comme acteur majeur de l’organisation des cellules de l’habitat, ils deviennent le centre d’une cospatialité entre plusieurs espaces124. Comme l’écrit E. Zadora-Rio, il s’établit une véritable « enveloppe territoriale » et l’église devient un commutateur qui fédère les différentes catégories du territoire : religieux, social, de travail et géographique125. Il en résulte des paroisses souvent étendues dans l’Ouest, peut-être en raison d’un peuplement limité et dispersé. En 1903, la superficie moyenne des communes mayennaise se fixe à 1873 ha, bien au-dessus de la moyenne nationale, mais l’amplitude des variations est grande126. Si nombre de communes dépassent 3 000 ha comme Juvigné (6 215), Saint-Pierre-des-Landes (4 157) ou Brécé (3 526), beaucoup oscillent entre 1 500 et 3 000 : Bonchamp (2 827), Vautorte (2 364 ha). Les nouvelles paroisses liées au défrichement comme Livet (1 115 ha) demeurent souvent modestes, mais moins que les paroisses castrales comme La Gravelle (624 ha), de telles variations résultent de facteurs complexes où interviennent, à la fois, l’espace, le peuplement et l’histoire, comme nous venons de le voir. Cette enveloppe qui acquiert une évidente existence peine pourtant à trouver des limites précises, le flou longtemps persistant suggère un inachèvement ou plutôt un processus en cours mais inachevé.

Territorialisation incomplète mais conquérante

  • 127 Arch. dép. Mayenne, mf 257.

44Un dessin illustrant le plan de la seigneurie de Loré, en Oisseau, bien que datant du XVIIe siècle, assume l’héritage d’une vision médiévale (carte 7). La représentation met en évidence la partie méridionale de la paroise de Oisseau. L’espace y apparaît bien polarisé sur le centre paroissial d’un dessin particulièrement soigné, tous les chemins reliant aux hameaux et exploitations dispersés convergent vers lui, manifestant concrètement un lien fort127. Par contre, les centres voisins : Châtillon-sur-Colmont, Saint-Georges-Buttavent, Parigné ne sont séparés par aucune marque, le territoire, bien présent, ignore toute délimitation quand celui des exploitations est esquissé par un vague quadrilatère. La territorialisation, indubitable, demeure profondément liée à la conception de la paroisse et à celle de l’espace.

  • 128 Angot, 1900-1910, la commune d’Alexain actuelle présente toujour cette division de son territoire, (...)
  • 129 Arch. dép. Mayenne, 3 P 2792/2.

45L’espace paroissial ne présente pas toujours une grande homogénéité. Le concept de mouvance qui marque profondément les rapports de pouvoir au Moyen Âge entraîne plus vers un espace conçu comme une juxtaposition de points inégaux qu’une surface égale et homogène. Enchevêtrements et enclaves compliquent singulièrement la carte sans que nous les connaissions bien car les siècles postérieurs ont souvent opéré des régularisations. Ainsi, sans que l’on sache pourquoi, la paroisse d’Alexain a hérité d’un territoire bien séparé en deux parties quasi égales par un corridor appartenant à la paroisse voisine de Saint-Germain d’Anxure et il faut attendre 1451 pour que les habitants du hameau développé autour de l’ermitage de la Trinité des Coëvrons ne fassent plus partie de la paroisse d’Etival, siège de l’abbaye mère, mais se rattache plus logiquement à celle de Voutré dans laquelle il est inclus128. Le cadastre ancien montre le bourg de Montreuil totalement enclavé dans la paroisse de Poulay avant qu’une rectification au XIXe siècle ne redessine la séparation entre les deux communes réunies finalement au XXe129.

Carte 7. – Oisseau (dessin XVIIe s). Arch. dép. Mayenne mf 257.

  • 130 Pichot, 2002, p. 277.
  • 131 Cart. de l’Abbayette, no 8 ; Angot 1900-1910, art. Censive, t. II et IV ; Pichot 2002, p. 181-182.
  • 132 Ibidem, p. 180.
  • 133 Ibidem, p. 279-280.
  • 134 Rouvadin comme Saint Sulpice contrôle une clairière à cheval sur deux communes actuelles, souvenir (...)
  • 135 Pichot, 2010, p. 233-234.
  • 136 Pichot, 2002, p. 276-284.

46En même temps, la polarisation de l’espace joue inégalement. Si dans un certain nombre de villages, l’autorité du centre paraît bien établie d’autant plus qu’aucun lieu de culte ne vient lui faire de l’ombre, certains territoires paroissiaux manquent d’unité. La paroisse de Bourgnouvel voit son centre concurrencé par un autre, quasi équivalent : Belgeard qui aujourd’hui a accaparé le centre communal130. Fréquemment, des chapelles associées à des hameaux, faisant certes obédience à l’église mère, se présentent tout autant comme des relais pour les zones éloignées que des rivales redoutables. Celle de la Censive, en Saint-Denis de Gâtines, tout comme celle de La Tannière en Saint-Berthevin s’affichent nettement comme des centres paroissiaux en puissance131. Bien plus, La Tannière, centre seigneurial et castral a suscité la naissance de deux bourgs à proximité, sur les paroisses voisines de Montaudin et Saint-Mars-sur-La Futaie qui auraient pu donner naissance à une petite agglomération se jouant des paroisses si l’entreprise n’avait totalement échoué132. L’unité paroissiale est encore plus problématique à Saint-Georges-Buttavent qui voit figurer sur son sol, une commanderie : Quittay, une abbaye cistercienne : Clermont et une chapelle secondaire avec cimetière : La Chapelle-au-Grain133. La paroisse de Gesvres a absorbé une partie de celle de Saint-Sulpice mais subsistent sur ses marges deux prieurés, Saint-Sulpice et surtout Rouvadin doté d’un habitat et de foires134. Enfin, plusieurs châteaux établis à l’écart du vieux centre ecclésial possèdent leur chapelle et attirent un habitat qui donnera souvent lieu à une commune après la Révolution : tels Couptrain, Lassay ou Pontmain. Un évident déséquilibre en découle. Certaines chapelles acquièrent assez de force pour obtenir le rang paroissial comme Vautorte, ou Montaudin, d’autres échouent comme la Tannière135. Certaines paroisses apparaissent comme la juxtaposition de plusieurs petits territoires religieux plus ou moins bien unis, c’est d’ailleurs le modèle reconnu pour beaucoup de villages où le finage se divise en un certain nombre de hameaux bien individualisés136. La dynamique de polarisation affronte les forces centrifuges, le territoire paroissial naît du fruit de cette tension. Ce jeu en perpétuelle évolution, inachevé, entraîne en partie la question de la fixation des limites.

  • 137 Cart. manceau de Marmoutier, Fontaine-Géhard, no 40.
  • 138 « infra metas ipsius parrochie, due sint amodo parrochiales ecclesie… parrochianis qui infra certo (...)
  • 139 Angot, 1900-1910, art. Feu-Heulin et Lande Royale.
  • 140 Arch. dép. Mayenne, ms 33, no 7, Grosse-Duperon A., Le prieuré de Berne, Mayenne, 1909, no 8 (XIII(...)

47De rares textes évoquent ces limites paroissiales mais pas avant 1140 et sans jamais les décrire. Ainsi, la chapelle de Bois-Thibaut a été fondée au début du XIIIe siècle à l’intérieur des limites (infra fines parrochiae) de Saint-Fraimbault-de-Lassay, seule mention du terme dans notre corpus, auquel est préférée généralement la borne (meta)137. Saint-Sulpice avait des bornes conservées dans la mémoire des habitants, sans qu’on en sache plus et l’évêque Maurice fonde deux paroisses en ne disant rien des limites de Vautorte mais en précisant que Montaudin serait « dans les limites de Larchamp » et que les paroissiens seraient « contenus dans des limites certaines138 ». Le mot limes laisse supposer une opération de délimitation mais nous sommes au XIIIe siècle et la conception territoriale de la paroisse par les théologiens s’affirme. Avant, les limites consistent sans doute plus en repères qu’en tracés linéaires déterminant des zones de confins, souvent occupées en partie par des landes et bois dépendant de plusieurs paroisses comme la Lande de Feu-Heulin entre Saint-Georges-Buttavent et Contest ou la Lande Royale entre Montourtier, Deux-Evailles, Saint-Ouen-des-Vallons et La Bazouge-des-Alleux139. En 1158, la terre du Chalonges est dite entre Désertines et La Dorée et la terre de Tillis se situe entre « le ruisseau d’Aron, la paroisse de Jublains et la paroisse de Grazay140 ».

  • 141 Pichot, 1996, p. 144 et tableau p. 200-217. Brand’honneur, 2000.
  • 142 Gueguen, 1996.
  • 143 Cart. d’Evron, no 46 ; Angot 1900-1910, art. La Ramée ; Ladurée, 2006.
  • 144 Legros 2009, p. 86 et 231-233. Voir une carte très parlante sur les limites entre Bouère et Grez-en (...)

48Loin d’être abandonnées, ces zones apparaissent comme des périphéries très intégrées d’abord par le jeu des usages mais très vite elles attirent les implantations. L’aristocratie, et pas toujours la plus petite, vient s’y installer souvent au cours du XIIe siècle, si bien que 40 % des mottes se situent en périphérie des paroisses141. L’important site castral de la grande Courbe en Brée semble devoir être associé aux Murailles en Saint-Christophe-du-Luat, motte accompagnée d’une imposante aula du XIIe siècle, et indique par là même que les limites paroissiales n’étaient pas tranchées au Moyen-Âge142. Au début du XIIIe, Payen de Vaiges jouit d’un manoir et d’un beau domaine à la Ramée en une zone assez isolée, aux confins des paroisses de La Chapelle-Rainsouin, Nuillé et Soulgé-sur-Ouette, où se dispersent de multiples tenures, puis il en fait don à l’abbaye d’Evron pour y établir une obédience143. Les moines fréquentent assidûment ces marges et les prieurés, parfois, s’y installent, mais surtout y accumulent les terres ; près de 60 % des biens fonciers de l’abbaye d’Evron énumérés dès l’acte de refondation de 989 sont situés dans des écarts ou sur les confronts des futures paroisses, plus tard, dans toute la région, la proportion pour les possessions des prieurés en position de confront atteint la moitié144. Cet intérêt marqué dépend d’abord de l’existence de terres disponibles mais manifeste aussi que la seigneurie monastique a contribué à délimiter les paroisses, favorisant ou même définissant dans certains cas les débornements territoriaux.

  • 145 « [decime] extra fines certas parrochie ad ipsum et infra parrochiarum fines ad parrochiales presb (...)
  • 146 Ibidem, no 23 à 28.
  • 147 « Parrochialia hominum et terrarum qui continentur intra Brolium et Viam Tritam, que dicitur Via P (...)
  • 148 Bouton, 1976, p. 239-241 ; Voir la contribution de S. Leturcq dans ce livre.
  • 149 Angot, 1910, art. à ces noms ; Pichot, 2002, p. 235.

49Cette présence liée à la fois à la mise en valeur et au perfectionnement du système paroissial provoque un net progrès de la définition des limites. Les espaces non intégrés s’amenuisent ; cela s’observe d’abord dans les zones boisées vouées au défrichement et dont la forêt de Mayenne offre un beau dossier. Un accord entre l’évêque du Mans et le prieur de Fontaine-Géhard règle, en 1257, la répartition de dîmes novales « [les dîmes] situées à l’extérieur des limites sûres des paroisses seront à lui [le prieur] et celles qui sont à l’intérieur des paroisses seront aux prêtres de ces dernières145 »… Toute une série d’actes du même prieuré montre l’importance de la question pour les curés et le difficile partage, incontestablement au XIIIe siècle, ces dîmes jouent un rôle majeur dans les délimitations146. C’est d’ailleurs une question de ce type qui suscite la seule décision épiscopale de définition de territoires paroissiaux que nous ayons conservée. Vers 1180, l’évêque du Mans, Guillaume de Passavant, met fin à un conflit opposant l’abbaye d’Evron et le prieuré d’Avesnières dépendant du Ronceray d’Angers. La Via Penurie départagera les paroisses d’Entrammes et Bonchamp : « Les droits paroissiaux sur les hommes et les terres situés entre le Bois et la Via Trita appelée de Misère, jusqu’à la Jouanne, tous ces droits paroissiaux dis-je, qui étaient l’objet de la controverse, doivent appartenir à l’église d’Entrammes. Les autres qui se situent entre la voie citée et l’église de Bonchamp appartiennent à la même église de Bonchamp147. » Parfois, le partage soulève trop de difficulté et naissent alors des cantons alternatifs, les chalandres, qui passent d’une paroisse à l’autre au fil des années148. Il en va ainsi de la Guerettière et des Breils entre Saint-Denis-du-Maine et La Cropte, des Touches entre Saint-Denis-du-Maine et Arquenay, à l’époque moderne, mais des documents médiévaux attestent de la création antérieure de ces particulatités149.

  • 150 L’abbé Angot a relevé dans son Dictionnaire nombre de ces modifications, qui rappellent les change (...)
  • 151 Angot, 1894.
  • 152 Pichot, 1996, p. 228. Angot, 1910, art. Les Gaudesches, Persé, les exemples se comptent par dizaine (...)

50L’évolution n’est pourtant pas complète et l’examen des territoires communaux actuels met en évidence une histoire qui continue. Quelques créations et disparitions mais surtout de multiples échanges et modifications viennent changer la carte, principalement au XIXe siècle et celle que nous voyons aujourd’hui résulte largement dans le détail des enquêtes et décisions révolutionnaires et surtout de la cadastration, sans parler de nombreuses régularisations vers 1830-40150. La configuration actuelle met en évidence une nette prédilection pour le réseau hydrographique. Après enquête, l’abbé Angot notait que les limites communales suivaient pour moitié le réseau hydrographique et pour un quart de vieux itinéraires151. Cela met plutôt en lumière la volonté de fixer une ligne visible plus qu’une frontière, les cours d’eau utilisés étant loin, le plus souvent, de former un obstacle. Beaucoup de petits ruisseaux n’assument pas de fonction séparante et, nous l’avons vu, la Mayenne peut parfaitement être enjambée. Souvent, les limites linéaires : cours d’eau ou voies anciennes sont le fruit de la modernité récente, du cadastre, ainsi que le prouvent les nombreux sites ou gros hameaux scindés par des limites communales artificielles. Les Gaudesches, hameau avec chapelle partagé entre Juvigné et Ernée ou Persé, villa dès 989, mixte entre Voutré et Assé-le-Béranger peuvent représenter des centaines d’autres cas152.

  • 153 Mazel, 2008, p. 387-388 et 397-399 ; et 2009 ; Pichot, 2008.
  • 154 Cart. de l’Abbayette, no 38

51Malgré ces nuances, la territorialisation de la paroisse médiévale progresse et s’installe dans les esprits. À partir des années 1080, un nouvel usage s’impose et devient dominant dès le début du XIIe siècle pour localiser lieux et terres ; l’expression, in villa s’efface au profit de in parrochia, le territoire paroissial devient le cadre de référence. Cela va de pair avec les progrès de la construction du territoire enregistrés pour le diocèse qui trouvera son expression achevée dans la grande réorganisation de l’évêque Maurice en 1230 où des archidiaconés regroupent des doyennés, cet emboîtement de circonscriptions organisant systématiquement l’espace (carte 8)153. Bien plus, au-delà de son domaine propre, la paroisse s’imbrique totalement dans une nouvelle distribution de l’espace, englobant de multiples fonctions sociales qui dépassent sa finalité religieuse et assurent son succès. Centrée sur le sacré, elle est devenue le cadre territorial qui organise les cellules villageoises du bas-Maine. En 1298, dans un acte de vente foncière entre laïcs, la localisation s’établit ainsi : « lesqualles chouses, o ses appartenances, sont sises en la chatellenie dou Pontmain, es paroisses de la Dorée et de la Fougerolles et en la seigeurie à l’abbé et au couvent dou Mont Saint Michel… », les différentes strates de l’espace médiéval se trouvent mobilisées mais c’est bien à la paroisse que l’on se réfère en dernier lieu154.

*

52Au XIIIe siècle, dans le diocèse du Mans, le territoire connaît une divion totale en unités locales, les paroisses. Si le dessin général est bien en place, l’achèvement sera encore long mais cette paroisse, espace organisé encadrant religieusement une communauté, marche vers le succès que l’on sait dans les siècles à venir. L’exemple du bas-Maine démontre que ce ne fut pas simple. La paroisse se définit toujours comme une communauté de chrétiens réunie autour d’une église et ce n’est que peu à peu que la complexité des liens tissés impose de rattacher ces hommes dans un espace plus ou moins bien défini. Encore au XIIIe siècle, cet aspect communautaire demeure fort et prime sans doute sur le territoire, même si la sacralité de l’église s’y est étendue.

53En même temps, ce succès, met aussi en lumière un aspect de la société de chrétienté. Le territoire paroissial s’inscrit sans aucun doute dans le cadre du sacré et relève d’une construction historique qui suit l’évolution de la réflexion théologique et de l’action de l’Église. En ce sens, le tourant grégorien se révèle fondamental ainsi que le rôle majeur du monde monastique dont les implantations et l’action montrent que l’on ne peut séparer radicalement Église séculière et Église régulière. Moines et prieurés ont joué un rôle de premier plan dans la définition et l’organisation de ces paroisses.

54En même temps, ce territoire paroissial ne peut s’observer comme une entité à part. Il s’inscrit aussi dans les structures de la société médiévale en se définissant aussi largement dans le cadre du village et de ses activités, sans oublier la composante seigneuriale. En s’impliquant dans cette complexité de la vie sociale, il se plaçait au cœur de la vie des hommes et assurait son succès, symbole même de cette société de chrétienté.

Carte 8. – Les doyennés après la réforme de Maurice (1230).

Notes

1 Le modèle ancien a trouvé sa meilleure expression dans Aubrun 1986 ; pour les analyses nouvelles ont se référera à Médiévales 2005 ; Zadora-Rio, 2008.

2 Le décompte est établi à partir de Maître Léon, Dictionnaire topographique de la Mayenne, Paris, 1878. On trouve à peu près le même résultat dans Pesche J.-R., Précis historique sur le Maine, Le Mans, 1842. Ce bilan ne prend pas en compte certaines paroisses disparues et ne distingue pas les paroisses urbaines, la faiblesse des villes jusqu’au XIIe siècle n’autorise pas une étude particulière.

3 Angot A., Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Laval, 1900-1910, 4 vol. ; Pichot, 1996, pour les sources p. 15-22 ; 2002, chap. 1 ; Legros, 2008.

4 Guerreau, 1996 ; Mehu, 2007.

5 L’abbé Angot affirme l’existence de la quasi totalité de ce qu’il appelle des paroisses avant le XIe siècle, Angot 1894.

6 Busson G. et Ledru A., Actus pontificum Cenomannis in urbe degentium, Archives historiques du Maine, II, Le Mans, 1901 ; Weidemann Margarete, Geschichte des Bistums Le Mans von der Spätantike bis zur Karolingerzeit. Actus pontificum Cenomannis in urbe degentium und Gesta Aldrici, 3 t., Mayence, 2002. Dans son étude sur les diocèses, F. Mazel considère que ces listes sont bien mérovingiennes et ont été utilisées pour renforcer l’autorité et le prestige épiscopal, Mazel 2009, p. 116-121.

7 Naveau, 1992 ; Colleter, 2003.

8 Angot, 1900-1910, I, p. 29-30 ; Naveau, 1997, p. 109

9 Les avis divergent et oscillent entre le VIe et le VIIIe siècle mais le tiers de sous d’or ne circule plus à partir du VIIe siècle.

10 Lemaître, 1976.

11 « In quibus [vicos omnes qui in pago Cenomannico esse noscuntur] scilicet deprecatus est [Defensor] beatum episcopum praefatum domnum Iulianum, facere aecclesias, et per singulos constituere sacerdotes et reliquos ministros, ut populi qui ad civitatem concurrere prae multitudine non valebant, ad eos venirent, ut ibi instruerentur et baptizarentur, atque secundum norman aecclesiasticam Xpistiani efficerentur », Weidemann, 2002, t. 1, p. 34.

12 L’identification est délicate et l’on peut hésiter sur des lieux qui peuvent présentent plusieurs occurrences dans le diocèse : Ruillé, Oisseau, J. Biarne en retient seulement 16 pour le Bas-Maine (Dom Oury, 1978, p. 23) mais en prenant en compte la présence de nécropoles, la dédicace, il est possible d’en envisager un peu plus. Voir ces églises sur la carte 2.

13 L’inventaire est délicat et diverge un peu : Naveau 1988, p. 612 ; Pichot, 1995, p. 48-49.

14 Mazel, 2009, p. 140-152.

15 Angot, 1900-1910, art. Cosmes.

16 La charte d’Evron a été étudiée à plusieurs reprises, la mise au point la plus récente qui tient compte des études antérieures et propose des localisations plus précises : Legros, 2008, t. 3, p. 34-49, mais il faut aussi se référer à Angot 1913. Pour les autres actes : Busson…, op. cit., p. 351 ; Bertrand de Broussillon A. de, Cartulaire de Saint-Michel de l’Abbayette, Paris 1894, no 2.

17 Le chiffre est supérieur à Angot 1900-1910, t. 1, p. 30 (plus de 25 et il en suppose 48) et Naveau 1988 (36 pour tout le département).

18 Bouflet, 1985 ; Naveau-Mare, 1989 ; Pichot, 2004, p. 96.

19 Cette proportion est analogue et même supérieure à ce qui est découvert dans le diocèse de Tours : 60 lieux de culte (pas tous destinés à devenir paroissiaux), sur 290 soit seulement 20 % mais ce bilan est effectué en 900.

20 Hambers posséderait en outre une nécropole, Colleter, 2003, p. 167.

21 Valais, 1993, vocables p. 93-96. En ce domaine, nous partageons totalement les analyses de E. Zadora-Rio pour la Touraine, Zadora-Rio 2008, chap. 3.

22 Pichot, 2004, p. 94-96, ibidem, p. 103-104, Legros, 2010, carte p. 84.

23 Renoux, 2005, p. 248.

24 Zadora-Rio, 2008 ; Hautefeuille, 2005, p. 75, 83.

25 Brunterc’h, 1989 ; Pichot, 2002, L’organisation de l’espace, p. 60-68 ; Zadora-Rio, 2008, p. 91-94 ; Lorans, 1996, p. 108.

26 Cf. supra, note 12.

27 Renoux, 2005, p. 255. Les Actus livrent pour chaque épiscopat une liste d’églises installées dans les vici.

28 A. Renoux distingue trois catégories de vici selon l’importance qu’ils semblent avoir et les vici publici ou canonici portent cette dénomination en raison de leur église, Renoux, 2005, p. 254-256.

29 « Eligensque sacerdotem de monasterio Aurionno, Merilonem nomine, et dedit ei Salicam vicum publicum et canonicum sive alia beneficiola », Actus, p. 52. « Mérolle prêtre dans l’église Saint-Pierre dans le vicus public et canonial de Saulges », « ad titulum aecclesiae sancti Petri, quae est constructa in Salico vico canonico », Actus, t. 3, p. 52. Saulges eut sans doute une certaine importance, une nécropole subsiste dans le bourg et l’église Saint-Pierre conserve une inscription mérovingienne, Naveau, 1992, p. 143.

30 Noël, 2010, p. 41 ; Renard, 2010.

31 Pichot, 2002, p. 63-68.

32 Latouche, 1956, p. 65 ; Renoux, 2005, p. 256-259.

33 « in jam dicta villa Marciliaco videtur consistere vel ad eam recte pertinere cum omnibus sibi pertinentibus, capella videlicet, terris cultis et incultis, pratis, vineis, silvis, pascuis, molendinis, mancipiis desuper manentibus… », Giry A., Prou M., Tessier G., Recueil des actes de Charles le Chauve, roi de France, Paris, 1943-1955, no 345.

34 Angot, 1913; Hillion, 1977, t. 1, vol. 1, p. 88-91.

35 Pichot, 2002, p. 47.

36 « curtem nuncupatum Tortiacum, cum ecclesia et mancipiis ejus, cum terris cultis et incultis, pratis et sylvis », Hillion, 1977, t. II, vol. 1, p. 19.

37 « et villam nuncupatam Calgiacum… Visnerii cum mancipiis ejus, simulque Visneriolum cum terris cultis et incultis, pratis et sylvis ; et duas masuras in Lustriaco cum mancipiis et unam masuram in ville qui nuncupatur Lagueta… », ibidem. Selon l’abbé Angot Visnerii et Visneriolum s’uniraient aujourd’hui sous le toponyme Vinviers. Tous ces toponymes sont dans la commune de Torcé.

38 Ibidem, p. 19.

39 Pichot, 2004, p. 100-101, 104. Le site vient d’être fouillé et près de l’église ont été identifiés un cimetière et les traces d’une motte, Bulletin électronique de la SAHM, histoire-archeo53@wanadoo.fr, mars 2012, consulté le 6-03-2012.

40 L’église est aujourd’hui celle de Saint-Pierre-le-Potier, Marchegay Paul, Cartularium monasterii Beatae Mariae Caritatis Andegavensis, Recueil de documents inédits sur cette province. Archives d’Anjou, t. 3, Angers, 1854, no 367.

41 Cela recoupe les commentaires sur la villa dans Renard, 2010 qui souligne la polysémie du mot et conclut que la villa, en tant que circonscription et cadre spatial et non domaine, a pu servir dans l’organisation des paroisses.

42 Hillion, 1977, t. 1, vol. 1, p. 23 ; analyse dans Angot 1913, annexes.

43 Cart. du Ronceray, no 409, voir infra.

44 Actus,Busson et Ledru (éd.), p. 351, Lottin Chanoine, Cartularium insignis ecclesiae Cenomannensis quod dicitur Liber Albus capituli, Institut des provinces de France, 2e série, t. II, Le Mans, 1869, no 120.

45 « ecclesiam Sancti Petri de Chadelone cum omni parrochia et decima ipsius loci aliamque ecclesiam Sancti Cerenati cum omnia parrochia et terra », cart. Evron, t. 1, vol. 1, p. 22.

46 Angot, 1913.

47 Angot, 1900-1910, art. Thorigné et Trans.

48 Lorans, 1996, p. 73-75.

49 Lauwers, 2005.

50 Colleter, 2003, malgré son titre, l’étude envisage tous les cimetières du haut Moyen Âge.

51 Ibidem, p. 56-61, 63-64, 187-188 ; Naveau, 1992, p. 142-144, p. 223.

52 Colleter, 2003, Catalogue.

53 Dillay, 1925 ; Pichot, 2004, p. 102-105.

54 Mazel, 2010, chap. IV.

55 « ecclesiam Sancti Constantiani de predicta villa »,Renoux, 2004, p. 87.

56 « ecclesiam Sancte Marie de Ham cum decimis… »Charles R. et Menjot d’Elbenne vcte, Cartulaire de l’abbaye Saint-Vincent du Mans, Premier Cartulaire, Mamers-Le Mans, 1886-191, no 823 ; « tertiam partem decime parrochie… », Laurain Ernest, Cartulaire manceau de Marmoutier, 2 vol., Laval, 1911-1945, Arquenay, no 1.

57 Pichot, 1995, p. 228.

58 « la paroisse… c’est aussi l’espace centré sur l’église d’où le desservant tire le produit de la dîme, autrement dit la “paroisse” au sens moderne du terme », Iogna-Prat, 2006, p. 245 ; « Tota parrochia », cart. de St-Vincent, no 576. Dans la première moitié du XIIe siècle, le mot désigne encore la communauté de Cosmes, cart de La Roë, no 84, arch. dép. Mayenne, H 154.

59 Bertrand de BroussillonA. de, La Maison de Laval (1020-1605) : étude historique accompagnée du cartulaire de Laval et Vitré, 5 vol. Paris, 1903, no 149.

60 Pichot, 1995, p. 94-96.

61 Pichot, 2002, p. 221 ; MAH (La Mayenne, archéologie et histoire) 2004 p. 102-105.

62 Meuret, 1993, p. 429-30, 436 ; Pichot, 1996, p. 232-234 ; MAH 2004, p. 116-122. « Ego, Guido de Lavallis dominus, consilio et consensu domni Guillelmi episcopi Cenomannensis… dedi monachis beati Martini Majoris Monasterii et prioratui Lavallensis parrochiatum de Gravella cum capelle in ea et omnibus ad capellaniam pertinentibus… dedi etiam terram ad cimiterium et burgum faciendam ita dumtaxat quod monachi habeant homines burgum illum inhabitantes cum omnibus eorum costumis… », Maison de Laval, no 149. Ici le terme parrochiatum semble bien désigner les droits paroissiaux et le territoire où est situé ce qui est encore une chapelle mais ne devrait pas le rester longtemps. D’ailleurs le cimetière est prévu ainsi qu’un bourg sur une même terre, l’hypothèse d’un cimetière habité n’est pas exclue.

63 Pichot, 1995, p. 231-236.

64 Bilard F., Analyse des documents historiques conservés dans les archives du département de la Sarthe, vol. 1, Le Mans, sans date (XIXe siècle), p. 104-135 ; vicus Carneiae, le village de la Charnie, cette dernière étant le forêt sur laquelle la fondation est prise.

65 Merlet L., Cartulaire de l’abbaye de la Sainte Trinité de Tiron, 2 vol. Chartres, 1883, no 254.

66 « Sanctum-Sulpicium-in-Paillo parrochiam habuisse… sed sevicia dominorum in quorum feudo illa ecclesia erat, fugato Vitale presbytero et pene omnibus cultoribus ipsius parrochie, totus locus in desertum conversus est, et sic longo tempore soli heremite locum illum frequentaverunt. Tandem divine placuit pietati quod ecclesia ila cum suo cimiterio et parte parrochie quod vocatut Cha [lacune] in manu Hugonis de Sancto Albino venit… », cart. de Tiron, no 254.

67 « Hugo… in presencia Hildeberti episcopi…, cum Gaufrido monacho ab Bernardo abbate ibidem relicto, venit et parrochianos Sancti Sulpicii qui ad ecclesiam Sancti Pauli, inopia prebyterorum et divini officii, confugerant, sue ecclesie jure restituit, et ipsos et omnia que parrochiani sue matri ecclesie debent, Sancto Sulpicio, judicio ipsius episcopi et capitulo Beati Juliani Cenomannensis adquietavit », « Hugues, en présence de l’évêque Hildebert, avec le moine Geoffroy laissé là par l’abbé Bernard [de Tiron], vint et restitua au droit de leur église les paroissiens qui avaient fui à l’église de Saint-Paul [le Gautier] en raison du manque de prêtres et d’office divin, et donna à Saint-Sulpice eux-mêmes et ce que devaient les paroissiens à l’église mère par le jugement de l’évêque et du chapitre de Saint Julien du Mans », cart. de Tiron, 254.

68 Angot, 1900-1910, art. Saint-Sulpice-les-Chèvres.

69 Des églises citées dans les Actus ont pu disparaître parmi celles que l’on ne peut identifier.

70 Angot, 1900-1910, art. Vautorte ; Pichot, 1981, p. 264-265 ; Pichot, 2002, p. 181-182.

71 « Conveniat amovere parrochiam ecclesie de Monteneio in nostra diocesi constitutam propter nimiam diffusionem et quoniam aliquando propter divini ministerii carentiam atque locorum distanciam quosdam ecclesie filios absque confessione et perceptione corporis et sanguinis Domini viam carnis ingredi contigit universe, aliquorum quidem corpora per triduum et eo amplius, sicut ex certa relatione, didicimus ex eisdem causis remanserit in propriis domibus inhumata in duas parrochias bonorum et fide dignorum communicato consilio, duximus dividendam in utraque parrochia ad propriam et matricem ecclesiam […] sacerdotem proprium assignantes », arch. dép. Sarthe, H 785, dans Pichot, 2002, p. 233.

72 Celier L., Catalogue des actes des évêques du Mans jusqu’à la fin du XIIIe siècle, Paris, 1910, no 625.

73 « cum parrochialis ecclesia de Largo Campo tunc diocesis habundans redditibus affluenter, et parrochianorum multitudine plena tanto esset terre spatio ampliata, quod vix in ea ut cura requirebat ipsius persone unica deservire poterat condecenter, volens cultum ampliare divinum et animarum saluti providere desiderans in pastorem, cum deliberatione provida ut infra metas ipsius parrochie, due sint amodo parrochiales ecclesie ac due persone ad animarum curas habendas instituantur in ipsis… », Laurain, 1908, p. 349-350.

74 Bertrand de Broussillon A. de, Cartulaire de Saint-Michel de l’Abbayette, Paris, 1894, no 10.

75 Angot 1910 art. Censive, t. I et IV. La chapelle est bien située dans la paroisse, Philippe de Landivy rappelle que fut donnée une dîme « parrochie Sancti Dionisii capellarie de Censiva… », cart. de l’Abbayette, no 18 (fin XIIe siècle), « abbas vero Jordanus et conventus… dederunt et concesserunt monacho suo ad predictam capellam ministranti in personale beneficium quicquid ipsi in parrochia de Gastineiis antea percipere solebant », « l’abbé Jourdain et la communauté donnèrent et concédèrent à leur moine qui devait administrer la chapelle en fief personnel tout ce qu’ils avaient coutume de percevoir dans la paroisse de Gâtines », no 22, voir no 23, 26.

76 Angot, 1900-1910, art. Larchamp, Montenay, Vautorte.

77 Pichot, 2002, p. 318.

78 Angot, 1900-1910, art. aux lieux cités.

79 J.-H. Foulon a mis en évidence l’aspect très post carolingien de la réforme monastique en pays ligériens. Les liens entre abbayes et grands aristocrates demeurent très forts et le souci de réforme est partie prenante de l’autorité des titulaires d’honores,Foulon, 2008, p. 69 ; la seule abbaye locale Evron, est rétablie dès 989 mais après c’est le silence des sources jusqu’au XIIe siècle, si bien que l’on ne peut rien dire de son histoire au XIe siècle.

80 Pichot, 1995, p. 76-77, 161-165 ; Pichot, 2006, p. 18-20. De bonnes descriptions sont contenues dans Legros, 2010, en particulier dans le chap. 1 avec l’étude du cas de Bazougers, pour l’étude d’ensemble des implantations chap. 2.

81 Pichot, 1998, p. 59 ; Foulon, 2008, p. 61.

82 J.-H. Foulon note que les idées vraiment grégoriennes n’apparaissent dans l’épiscopat manceau que durant le cours de l’épiscopat d’Hidebert qui connaît en ce domaine une notable évolution., Foulon, 2008, p. 365.

83 Pichot, 1998, p. 77-78; Mazel, 2008, p. 376-379.

84 Legros, 2010, p. 34-37.

85 Pichot, 1996, p. 77, 161-165 ; Legros, 2007, inventaire dans les annexes du t. 3.

86 Pichot, 1996, p. 188-189.

87 Pichot, 1998, p. 61-62.

88 Ce rôle des chanoines réguliers fut sans doute important.

89 Foulon, 1998 ; Mazel, 2009, Le contrôle des lieux, p. 199-220.

90 Ibidem, p. 206-210.

91 Pichot, 2002, p. 293-294.

92 « Porro quoniam in damnum antiquarum ecclesiarum novae ecclesiae vel capellaenon debent contrui prohibemus ut nullus infra parrochias vestras novam ecclesiam vel capellam aedificare praesumat », « En outre, parce que des églises ou chapelles nouvelles ne doivent pas être construites au détriment des anciennes nous interdisons que quiconque ose édifier une nouvelle église ou chapelle dans vos paroisses », cart. d’Evron, no 8.

93 Pichot, 2006, p. 26-28.

94 Valais, 1993, p. 90-96. Un quart des centaines d’églises visitées conservent des éléments plus ou moins importants antérieurs à 1200, cf. carte p. 91. On peut compléter avec les notices communales de Angot 1900-1910 qui consacre toujours un paragraphe à l’église romane souvent détruite au XIXe siècle.

95 La première église de Bais mesurait 11 m de long sur 5 de large, celle de Neau 17,30 m sur 6,6 m. Bouflet, 1985 ; Neau, Naveau-Mare, 1989 ; Pichot, 1995, p. 226-231, Pichot, 2002, p. 123-128.

96 Davy, 1999.

97 Iogna-Prat, 2006, chap. 4, 6 et 9, Lauwers, 2010.

98 Iogna-Prat, 2006, p. 309.

99 Cart. de Saint-Vincent, no 357. Lauwers 2005.

100 Zadora-Rio, 2006, chap. 2, Territoires et limites, p. 105-119.

101 Guerreau, 1996, Lauwers-Ripart, 2007.

102 Pichot, 2010, p. 221-222.

103 Mehu, 2007.

104 Denis abbé, Chartes de Saint-Julien de Tours, Le Mans, 1912-1913, 2 vol., no 17-18. L’éditeur donne 1046-1047, approuvé par R. Latouche. Récemment, S. Morin propose de dater la pièce de 1050-5, Morin 2010, p. 62, avec des arguments sérieux mais pas totalement convaincants, le comte étant mort en 1051. L’abbé Angot envisage 1051.

105 « concessi… ęcclesiam Sancti Constantiani de predicta villa cum ęcclesia Sancti Salvatoris Sanctique Martini, cum sepulture, decimis omnibus, cum terris cultis et incultis, silvis, aquis, molendinis, et cum omnibus rebus ęcclesię debitis, cum jam adquisitis vel adquirendis, cum teloneo et mercato, ac aliis consuetudinibus ; villanos etiam habitatores hujus terrę sub justitia monachorum fore constituto… », Chartes de Saint-Julien, no 18.

106 « Ego Normannus concedo Sancto Juliano Turonensis et monachis ejus quicquid habeo Gabrona in ecclesia sancti confessoris Constantiniani et omnes consuetudines quas possideo undique in circuitu predicte ecclesię in Gabronensi pago, circumcirca, longe vel prope, per spacium duarum leugarum : hoc est vicariam, teloneum, pedagium, forogium, forestagium, seu alteras consuetudines ubicumque fuerint per prefatum spacium… », ibidem ; la lieue évoquée ici est la plus commune dans le Maine et vaut environ 2 km, Pesche J.-R., Précis historique sur le Maine, Le Mans 1842, rééd., 1975, p. 473.

107 Il s’agit de la commune avant son regroupement avec Les Chapelles au XXe siècle. Les Chapelles ne fut fondée sans doute qu’assez tard dans le Moyen Âge.

108 « Sanctum Sulpicium in Paillo parrochiam habuisse, metas cujus adhuc plures ruricoles sciunt sicuti ab antecessoribus acceperunt… », cart. de Tiron, no 254.

109 Cartes de Cassini, feuille, 91, carte d’état-major, et Angot 1910, art Chiantin, t. 1 et 4.

110 Supra, notes 67-68.

111 Pichot, 2002, chap. 3 et 4.

112 Voir la contribution de J.-C. Meuret dans ce livre.

113 Pichot, 2002, p. 296-297.

114 Cart de l’Abbayette, no 41.

115 Pichot, 2002, p. 232 et c’est le cas pour le seul conflit connu dans le bas-Maine, cf. infra.

116 Legros, 2010, chap. 9, Prieurés et mise en ordre féodale.

117 Pour ces liens entre seigneurie et paroisse nous renvoyons à l’étude, Pichot, 2002, p. 297-308 et Pichot, 2009, Les coutumes dans la paroisse, p. 212-214.

118 Pichot, 1995 ; Pichot, 2009.

119 Ibidem, p. 209 ; Ladurée, 2006.

120 « Robertus de Villeio… dedit… et materiem viridem et siccam ad ecclesiam et ad domos suas faciendas et ad ignem et victum bestiarum, pasnagium et herbam per totum nemus », « Robert de Villais donna… le bois (matériau) vert et sec pour la construction de l’église et des bâtiments, pour le feu et pour la nourriture des bestiaux, le pasnage et l’herbe par tout le bois », cart. de Tiron, 254.

121 Pichot, 2002, p. 279-284 ; Leturcq, 2006.

122 L’abbé Angot inclut une description géographique du territoire dans la notice de chaque commune. Il note qu’Argentré épouse le bassin de la Jouanne, Angot, 1900-1910, art Argentré, Ruillé-Froidfont, Le Horps.

123 Cart. de Tiron, no 254, cf. supra.

124 Pichot, 2002, Zadora-Rio, 2006, p. 116.

125 Ibidem, p. 116-118.

126 Musset, 1917, p. 226.

127 Arch. dép. Mayenne, mf 257.

128 Angot, 1900-1910, la commune d’Alexain actuelle présente toujour cette division de son territoire, et à l’ermitage de la Trinité, le curé d’Etival conserve la sépulture des chefs de maisons, art. Ermitage, art. Alexain et Voutré.

129 Arch. dép. Mayenne, 3 P 2792/2.

130 Pichot, 2002, p. 277.

131 Cart. de l’Abbayette, no 8 ; Angot 1900-1910, art. Censive, t. II et IV ; Pichot 2002, p. 181-182.

132 Ibidem, p. 180.

133 Ibidem, p. 279-280.

134 Rouvadin comme Saint Sulpice contrôle une clairière à cheval sur deux communes actuelles, souvenir de l’imprécision des anciennes limites, Angot 1900-1910, art, Saint-Sulpice et Rouvadin.

135 Pichot, 2010, p. 233-234.

136 Pichot, 2002, p. 276-284.

137 Cart. manceau de Marmoutier, Fontaine-Géhard, no 40.

138 « infra metas ipsius parrochie, due sint amodo parrochiales ecclesie… parrochianis qui infra certos limites continentur », Laurain, 1908.

139 Angot, 1900-1910, art. Feu-Heulin et Lande Royale.

140 Arch. dép. Mayenne, ms 33, no 7, Grosse-Duperon A., Le prieuré de Berne, Mayenne, 1909, no 8 (XIIIe siècle).

141 Pichot, 1996, p. 144 et tableau p. 200-217. Brand’honneur, 2000.

142 Gueguen, 1996.

143 Cart. d’Evron, no 46 ; Angot 1900-1910, art. La Ramée ; Ladurée, 2006.

144 Legros 2009, p. 86 et 231-233. Voir une carte très parlante sur les limites entre Bouère et Grez-en-Bouère.

145 « [decime] extra fines certas parrochie ad ipsum et infra parrochiarum fines ad parrochiales presbyteros pertinebant… », cart. manceau de Marmoutier, Fontaine-Géhard, no 52.

146 Ibidem, no 23 à 28.

147 « Parrochialia hominum et terrarum qui continentur intra Brolium et Viam Tritam, que dicitur Via Penurie, usque ad aquam de Iona, omnia inquam parrochialia illa de quibus erat controversia, ad ecclesiam de Intramis debent pertinere. Alia parrochilia, que sunt inter viam memoratam et ecclesiam de Malo Campo, ad eamdem ecclesiam de Malo Campo pertinebunt », cart. du Ronceray, no 409. Une voie ancienne fait toujours la séparation entre les deux communes mais pour atteindre la Jouanne, le texte est difficile à interpréter et peut laisser supposer que la paroisse de Forcé citée tardivement n’existe pas encore, Naveau, 1991, p. 88.

148 Bouton, 1976, p. 239-241 ; Voir la contribution de S. Leturcq dans ce livre.

149 Angot, 1910, art. à ces noms ; Pichot, 2002, p. 235.

150 L’abbé Angot a relevé dans son Dictionnaire nombre de ces modifications, qui rappellent les changements connus en Indre-et-Loire, Zadora-Rio 2008, 3e partie, chap. 2 et 3 ; paroisses ou communes créées : Laubrières (XVIIe siècle), La Haie-Traversaine (1864), Port-Brillet (1871), Saint-Isle (1901)… Le cas de Houssay est particulièrement parlant. Au Moyen Âge, la paroisse appartenant à Marmoutier intégrait le prieuré d’Origné à la même abbaye installé sur un canton éloigné. Ce n’est qu’en 1865 qu’Origné fut érigé en commune par réunion de territoires pris sur Houssay, Nuillé-su-Vicoin et Quelaines, Angot 1900-1910, art. Houssay et Origné.

151 Angot, 1894.

152 Pichot, 1996, p. 228. Angot, 1910, art. Les Gaudesches, Persé, les exemples se comptent par dizaines.

153 Mazel, 2008, p. 387-388 et 397-399 ; et 2009 ; Pichot, 2008.

154 Cart. de l’Abbayette, no 38

Table des illustrations

Légende Carte 1. – Les paroisses du Bas-Maine à la fin de l’Ancien Régime.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133092/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 395k
Légende Carte 2. – Les lieux de culte du haut Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133092/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Carte 3. – Églises dans la région de Laval de la fin du IXe au XIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133092/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 163k
Légende Carte 4. – Javron. Les limites sont celles de la commune actuelle qui a intégré Les Chapelles, petite paroisse qui n’existait pas au milieu du XIe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133092/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende Carte 5. – Une paroisse disparue : Saint-Sulpice-les Chèvres. Essai d’interprétation cartographique de la notice de 1140.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133092/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Carte 6. – Le territoire de la paroisse de Saint-Berthevin-La-Tannière. Les limites sont celles de la commune actuelle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133092/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 254k
Légende Carte 7. – Oisseau (dessin XVIIe s). Arch. dép. Mayenne mf 257.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133092/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 477k
Légende Carte 8. – Les doyennés après la réforme de Maurice (1230).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133092/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540