Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La paroisse, communauté et territoire

 | 
Bernard Merdrignac
, 
Daniel Pichot
, 
Georges Provost
, 
et al.

Troisième partie. La paroisse médiévale : construction du territoire

Paroisses sur la limite orientale de la Bretagne aux XIe-XIIe siècles : évolution du réseau en contexte frontalier

Jean-Claude Meuret

Résumé

The study of the creation or attempts to create parishes in the east of Brittany in the eleventh to thirteenth centuries highlights the complexity and variability of a phenomenon in which the cemetery is of paramount importance.
Many of these creations can be explained by demographic growth and agrarian development, but only a few castle and proto-urban creations can be observed.
This research has especially shed light on the interaction between the pulling back and the settling of the eastern border of Brittany, which occurred before 1050, and the densification of the parochial network. Princely or lordly power led to several creations on the border. Episcopal initiatives, in which political goals are present, can also be observed. Finally, the new border sometimes cut and divided large religious entities from the high Middle Ages.
Conscious of the coherence and primacy of the parish, secular power sometimes used it as an effective tool of territorial and geo-strategic planning: the Sword gave way to the Cross in order to better provide sanctuary for its conquests.

Texte intégral

1Parler du maillage paroissial, tel est le cadre à la fois libre et vaste que nous ont proposé en même temps J. Quaghebeur pour le CIRDOMOC et B. Merdrignac pour le réseau MAILLE. Nous les remercions pour la latitude qu’ils nous ont accordée ainsi que pour leur invitation à leurs séminaires de Landévennec et Rennes.

  • 1 On pense en premier lieu aux travaux d’Elisabeth Zadora-Rio et du laboratoire Archéologie et terri (...)

2Nous avons fait le choix d’aborder le thème tout au long de la frontière bretonne telle qu’elle se fige au XIe siècle. Cadre d’étude inhabituel, voire paradoxal, car il s’agit pour le cas d’une non entité constituée de certaines périphéries de plusieurs principautés, Bretagne, Normandie, Maine, Anjou et Poitou, d’un territoire sans limites externes où au contraire la frontière occupe une position centrale. En d’autres termes, il s’agit de mettre la périphérie au centre, de rien faire le tout, parce qu’il nous semble depuis longtemps que, bien loin d’être un handicap, ce point de vue constitue au contraire un observatoire privilégié. Le positionnement en interface oblige en effet à travailler sur des sources et des points de vue souvent très différents, voire opposés, ce qui facilite d’autant la critique et l’analyse historiques. Il permet aussi de se dégager de logiques de recherche historique anciennes souvent autocentrées, régionalistes ou marquées par des idéologies. Ajoutons que ce travail s’inscrit en même temps dans un ensemble de recherches entamées depuis un certain temps, mais maintenant élargies, visant à comprendre cette frontière du Moyen Âge central, dans sa globalité, de la Manche à l’Océan. L’avancement actuel du travail de dépouillement permet de présenter l’état de la question du Mont Saint-Michel à la Loire. Un deuxième parti pris, lui aussi méthodologique, a été retenu. Il consiste à croiser chaque fois que possible les sources textuelles, les données de l’archéologie, celles du terrain et celles de la planimétrie. Cette approche guide constamment l’analyse des sources tout au long de l’étude. Elle se traduit aussi par de nombreux plans et cartes qui ajoutent à la vision historique une lecture spatiale. Peut-il d’ailleurs en être autrement lorsqu’on traite à la fois de la paroisse et de la frontière, de l’espace et des territoires ? À ce titre, au même rang que l’écrit, plans et cartes font partie intégrante de l’étude. Enfin, un troisième choix a été fait, celui d’observer la paroisse non seulement comme une entité religieuse mais aussi comme une des cellules territoriales de base de la société médiévale aux XIe et XIIe siècles. Une cellule englobante, d’essence spirituelle sans doute, mais aussi démographique, agraire, économique, seigneuriale, territoriale, politique. Ce type d’approche a été celui d’importantes recherches sur la paroisse1. Les créations, les transformations, les échecs paroissiaux ne peuvent se comprendre autrement. Ce n’est donc pas un anachronisme que de parler à leur propos d’aménagement ou de structuration du territoire, comme aux XXe et XXIe siècles.

3Un premier chapitre abordera les processus de création ou de modification du réseau paroissial ; il débutera par le thème du cimetière, phénomène majeur pour les paroisses du Grand Ouest en général, mais dont il convient d’évaluer l’importance pour la région étudiée. Puis en mettant à profit des sources et des cas assez abondants, on tentera d’analyser les modes de délimitation et de territorialisation de la paroisse pour en démonter les ressorts et en proposer une typologie. Le second chapitre, visera à étudier le phénomène de la paroisse précisément le long de la frontière est de la Bretagne, celle qui se fige à peu près définitivement au XIe siècle. L’analyse quittera alors le champ restreint du territoire paroissial proprement dit pour aborder le phénomène dans le cadre plus large des châtellenies, des principautés (Bretagne, Normandie, Maine et Anjou), des abbayes ou des évêchés. Au travers de l’étude de plusieurs secteurs clés, on cherchera à décrypter l’inter-action de ces différents pouvoirs et à mettre en évidence la contribution du territoire paroissial à la construction d’une frontière médiévale majeure (carte 1).

Les processus de création ou de transformation

Le cimetière, métaphore de la paroisse

4Dans les rares textes qui en font mention directe, la manifestation la plus visible de la création paroissiale consiste souvent en une double bénédiction épiscopale, celle de l’autel et celle du cimetière. Le premier des deux termes, l’autel, s’impose comme une évidence : partie la plus sacrée de l’église, point focal du culte, il est la partie qui désigne le tout, le cœur de l’ecclesia, à la fois édifice bâti et communauté des fidèles. En revanche la bénédiction du cimetière mérite qu’on s’y arrête car, lorsqu’on se plonge dans les sources textuelles, on constate vite l’importance que revêt alors cet endroit ; bien au-delà de son acception religieuse, lieu de repos et de mémoire des morts auquel il se résume aujourd’hui, on est surpris de constater qu’à cette époque, il est tout autant un lieu de vie terrestre, matérielle et quotidienne.

Des lieux habités

  • 2 Duparc P., « Le cimetière séjour des vivants », Bulletin philologique et historique, Actes du 89e c (...)
  • 3 Pichot D., Le village éclaté…, p. 142.
  • 4 AD Laval, H154, Cartulaire de Notre-Dame-de-La-Roë, acte 97 (1148-1170), Noticia de Patricio Capre (...)

5Beaucoup des cimetières paroissiaux des XIe et XIIe siècles étaient aussi des lieux habités. Le phénomène est reconnu en France, plus spécialement dans l’Ouest moyen où plusieurs chercheurs se sont penchés sur cet aspect du peuplement médiéval tels P. Duparc, H. Guillotel, E. Zadora-Rio et D. Pichot2. C’est en haute Bretagne et plus encore dans la zone frontière que D. Pichot relève le plus d’occurrences, depuis le pays de Retz jusqu’au Fougerais, à Prigny, Oudon, Juigné, Arbrissel, Gennes-sur-Seiche, Brielles, Montreuil-sous-Pérouse, Pleine-Fougères, Roz-sur-Couesnon, Romazy, Tremblay, La Chapelle-Saint-Aubert, Louvigné-du-Désert, Romagné3. Plus qu’un phénomène très localisé, mieux vaut y voir la conséquence du grand nombre de prieurés ligériens le long de cette frontière et donc de textes. Sans doute y eut-il même une sorte de « mode », de pratique courante, voire d’investissement matériel qui gagna les milieux laïcs autant que religieux : dans le haut Anjou, aux environs de La Roë on voit par exemple le même personnage fonder deux cimetières à seulement 2 km l’un de l’autre et sur deux paroisses limitrophes4. Tout porte à croire que le phénomène n’était pas anecdotique et qu’il constituait un schéma mental usuel en matière d’aménagement religieux et territorial.

  • 5 AD Rennes, 6H33/13. Manuscrit original. Fonds de Marmoutier pour Saint-Sauveur-des-Landes. Cimetiè (...)
  • 6 AD Rennes, 6H33/10. Manuscrit original. Fonds de Marmoutier pour Saint-Sauveur-des-Landes. Cimetiè (...)

6Deux textes du milieu du XIIe siècle illustrent bien la volonté de symbiose entre morts et vivants que représente alors le cimetière. Le premier, souvent cité, concerne La Chapelle Saint-Aubert près de Fougères. Les droits sur ce lieu sont détenus par un prieur de Marmoutier. Or l’évêque de Rennes, Etienne (de la Rochefoucauld) y vient bénir le cimetière. Le prieur élève alors une protestation et l’évêque ne peut faire autrement que reconnaître avoir béni « non pour la sépulture des morts mais pour la demeure des vivants5 ». Conflit juridico-religieux, révélateur de ces temps de la Réforme et de la puissance spirituelle des grandes abbayes : un évêque simple pasteur séculier, en charge des seuls vivants, et des moines régnant sur le cimetière, sur les âmes, sur l’au-delà. On pourrait cependant ne faire de ce texte qu’une lecture littéraire et objecter que l’expression « demeure des vivants » n’a ici valeur que de métaphore. Un second texte relatif à la paroisse toute proche de Romagné, montre qu’il n’en est rien : les droits sur le cimetière de ce lieu sont alors détenus par le prieuré voisin de Marmoutier établi à Saint-Sauveur-des-Landes ; l’acte décrit Alfred, le prieur, sollicitant un don de terre afin d’étendre le cimetière pour la raison que celui-ci, « bien qu’antique, n’est plus suffisant, ni pour l’inhumation des corps ni pour l’édification des maisons6 ». Morts et vivants cohabitent réellement.

  • 7 Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur-de-Redon en Bretagne, publié par Aurélien de Courson, Comité (...)

7Sur la frontière même, le cas de Juigné-les-Moutiers et de la Primaudière fournit un éclairage personnalisé du phénomène. Juigné est une paroisse limitrophe de l’Anjou, et au XIe siècle, les moines de Saint-Sauveur de Redon y tiennent un prieuré. Dans sa partie est, en territoire forestier, se trouve la terre de la Primaudière, tout contre la frontière actuelle. Lorsque Jean le Veneur son détenteur vient à mourir, son épouse Orhant, effrayée par la solitude du lieu, va à Juigné demander aux moines le droit de s’installer avec ses fils dans le cimetière proche de leur prieuré, afin d’y construire une maison et d’y faire un jardin7. En échange, elle abandonne la moitié de sa terre, signe probable que l’autre moitié se trouvait en Anjou limitrophe. Un siècle plus tard, en 1207, ce même lieu de La Primaudière fera l’objet d’une fondation commune par Geoffroy de Châteaubriant, et Guillaume III de La Guerche. Cependant, le temps n’était déjà plus guère aux paroisses ou aux bourgs, et ce sera une celle donnée à l’ordre de Grandmont. Quoi qu’il en soit, cet acte des années 1061-1075 illustre parfaitement le mouvement général de regroupement des familles autour des lieux de culte et plus précisément dans les cimetières.

  • 8 Guillotin de Corson A., Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, 1881, rééd. 1997, t. II, p. 4 (...)
  • 9 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame-de-La-Roë, actes no 55 (1096-1123) : Robertus filius Gui (...)
  • 10 AD Laval, H 161/67 (1522), Censier du prieuré de Notre-Dame d’Arbrissel.

8Comme on va le voir pour les paroisses, ces cimetières comportaient des limites plus ou moins précises mais visibles, qui matérialisaient leur statut de lieux protégées. À Romazy, en 1060, il est ainsi prévu que le cimetière donné avec l’église aux moines de Saint-Florent, reçoive des délimitations8. On aurait aimé savoir lesquelles. Deux exemples d’enclos ecclésiaux et sans doute cémétériaux de notre secteur d’étude fournissent des éléments concrets : celui de l’ensemble ecclésial de Béré près de Châteaubriant, et celui du bourg d’Arbrissel. Le premier remonte à l’époque carolingienne, et n’est pas cité dans les textes. Le second est désigné une fois comme burgus et son cimiterium est cité deux fois au début du XIIe siècle, sans doute habité9. Or, sur les plans du XIXe siècle, chacun d’eux s’inscrit au moins pour partie dans une ellipse formée par un chemin qui peut longer un ancien talus-limite ; et de surcroît, les embranchements des routes qui se greffent sur l’ellipse sont marqués par des croix. Pour Arbrissel, les données complémentaires sont fournies par un censier du début du XVIe siècle10 ; si l’on y ajoute l’examen du cadastre de 1829, on peut penser qu’au XIIe siècle, il s’agissait d’un ensemble bourg-cimetière-église. Bien qu’aucun écrit ne le décrive précisément, ce type d’agglomérat, paraît constituer un modèle très fréquent ; on le devine à la lecture des cadastres de beaucoup de bourgs ruraux de la région.

  • 11 Dom Morice, Preuves…, t. I, 424-425 : Robertus de Vitriaco do fratribus Majoris Mon. terram quamdam (...)
  • 12 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame-de-La-Roë, acte no 2 : Quibus adunatis antequam episcopu (...)

9Citons enfin deux exemples célèbres qui fournissent par les mots la preuve que l’essence de la paroisse réside avant tout dans son cimetière. Le premier concerne la fondation par Marmoutier du prieuré et bourg de Sainte-Croix de Vitré. L’acte décrit l’évêque de Rennes, sollicité par les moines, procédant à la délimitation de l’endroit où sera construit le cimetière en en faisant le tour avec son bâton pastoral précédé de l’eau bénite. Le verbe construire s’applique au cimetière, terme total pour désigner à la fois un espace délimité, un lieu d’inhumation, mais aussi une église à venir, un bourg à développer, et les hommes qui y vivront11. Le second cas est celui de la fondation de La Roë, dans lequel l’évêque d’Angers bénit le cimetière en premier lieu, ensuite seulement, l’autel. Mieux encore, après qu’on eut procédé à la délimitation territoriale, l’évêque demande au seigneur de Craon quels seront les habitants de l’entité territoriale qu’il va bénir. On lui répond alors par cette étonnante formule : ce seront les parrochiani cimiterium12, les paroissiens du cimetière. Qu’on entende la formule au sens propre ou figuré, concret ou métaphorique, l’affirmation demeure la même : territoire paroissial et enclos cimétérial se confondent plus ou moins ; dans les esprits de l’époque, le premier n’est que le bassin versant du second.

Des lieux de commerce et d’échanges

10De plus, au-delà des mentions d’habitants, de maisons, de courtils, on relève aussi dans le cimetière des activités commerciales. Elles se traduisent par des mentions de transactions, de marchés, de foires comme le montrent les deux exemples qui suivent.

  • 13 Dom Morice, Preuves, t. I, col. 563 et Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers publié par Be (...)
  • 14 Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge et Saint-Bach d’Angers (XIe et XIIe siècles) édités par Chauvi (...)

11À Oudon, au début du XIIe siècle, Guillaume d’Oudon fait don d’une terre à l’abbaye de Saint-Aubin-d’Angers. Acte de piété sans doute, mais aussi projet d’aménagement et de développement dont on espère de part et d’autre des retombées matérielles : les moines vont y construire une église, un cimetière et des édifices ; si des hôtes s’y installent, ils seront exemptés de toute coutume, à l’exception de la garde du château et d’expéditions (militaires) ; enfin, le prieur pourra autoriser ces hommes à vendre du pain et du vin13. Cette dernière mention de vente de pain est à rapprocher de deux mentions de fournils installés dans des cimetières plus à l’est, l’un à Huillé, l’autre à Verron. S’ils n’impliquent pas qu’il y ait eu commerce de pain, ils donnaient au moins lieu à des recettes banales et surtout, ils témoignent d’une population sédentaire et groupée14.

12Pour la fin du XIe siècle, Gennes-sur-Seiche, paroisse bretonne limitrophe de l’Anjou, fournit un bel exemple de la chaîne du don et du contre don, mais aussi un tableau des intérêts temporels qui présidaient à la fondation d’un prieuré. Dès 1055-1083, les moines de Saint-Serge s’y installent et acquièrent une part du cimetière. Des ventes se déroulent dans celui-ci, ainsi que dans le bourg contigu : les moines s’en font donner le tiers. Tout autour se développe le bourg : ils obtiennent une terre adjacente. Le droit de marché ou de foire appartient à un nommé Engebaud : ils ne le contestent pas, mais ils se le font accorder sous condition de demande. Engebaud se livrait à la pratique du crédit (credentia) sur les hommes du bourg, ce que l’Eglise réprouve. Un conflit s’élève à ce propos à l’issue duquel les moines imposent leurs conditions : l’homme pourra continuer à pratiquer le crédit, mais sous leur contrôle. En contrepartie de la concession, il obtient le bénéfice spirituel du lieu,… mais aussi cent sous de deniers.

  • 15 Voir les contributions de Manuel Riu et Pilar Valdepeňas, de Pierre Bonnassie ainsi que de Dominiq (...)

13On n’en a pas la preuve écrite comme en Catalogne avec les sagrariae15, mais ces exemples d’activités commerciales dans le cimetière impliquent la présence de greniers, de celliers, de boutiques. Autant d’équipements, même légers, qui contribuaient encore à l’occupation du cimetière par les vivants.

  • 16 Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge et Saint-Bach…, vol. I, acte 315, p. 256-257 (1056-1082) : Gau (...)
  • 17 Pour la marche Bretagne-Anjou : Meuret J.-C., Peuplement, pouvoir et paysage sur la marche Anjou-B (...)

14On mesure en tout cas à quel point église, cimetière, bourg et prieuré s’entremêlent, s’agglutinent et s’interpénètrent pour former une agglomération. On voit en même temps, comment intérêts spirituels et temporels s’imbriquent étroitement puisque des laïcs traitent avec des religieux, les uns pour obtenir la prière et le salut des âmes de la famille contre un savoir-faire en termes de développement d’un bourg, d’un marché, d’une proto-banque, les autres pour échanger un service supérieur – des prières et la cure des âmes – contre des revenus sonnants et trébuchants16. Bien que l’Ouest n’ait pas connu de Paix ou de Trêve de Dieu, tous les chercheurs ont vu là le signe du statut particulier du cimetière, une sorte d’immunité liée à la bénédiction dont il a bénéficié et à la protection offerte par le sanctuaire. Plus profondément, ce phénomène matérialise la place primordiale que tient la mémoire des morts dans le long processus qui voit les chrétiens s’agréger autour de leurs lieux de culte depuis la fin du haut Moyen Âge17.

Le culte des morts et le regroupement des vivants

  • 18 Guillotin de Corson, abbé, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Rennes-Paris, 1881, Mayenn (...)

15On l’a vu pour La Roë, on le verra pour le Breil Ingault et le Chalonge, la création du cimetière peut précéder l’autel. La paroisse de Laignelet proche de Fougères, entre dans ce type de schéma mais d’une manière exceptionnelle, quasi archéologique. L’église paroissiale originelle du lieu se nommait Saint-Martin-du-Bois et se trouvait au XIe siècle dans la forêt de Fougères, en un endroit aujourd’hui encore appelé Saint-Martin. Cependant, vers 1074-1080, afin de mieux contrôler leur foresta, les seigneurs de Fougères, Adélaïde et Raoul Ier, décident de la déplacer plus au nord du territoire paroissial. Ils choisissent pour cela, non pas un lieu quelconque en rase campagne ou un lieu déjà habité, mais un cimetière préexistant, cimiterium quod Agnellus dicitur18. La date du transfert permet de placer avec certitude le fonctionnement de ce cimetière au moins au Xe siècle, à l’époque carolingienne. Comment se présentait ce cimetière ? Etait-il visible ou seulement attesté par la transmission orale ? Avait-il un lien génétique avec Saint-Martin-du-Bois ? Ce cas de déplacement de centre paroissial pose de nombreuses questions, entre autres, celle du lieu de vie des inhumés des nécropoles mérovingiennes connues à l’est de la Bretagne et dans les territoires voisins. Quoi qu’il en soit, il démontre, si besoin était, l’attraction exercée par le cimetière sur les populations au XIe siècle.

  • 19 Guigon P. et Meuret J.-C., « Réutilisation des sarcophages dans les églises de l’est de la Bretagne (...)
  • 20 Propos tenus par F. Le Boulanger, archéologue à l’INRAP, que nous remercions, lors d’une visite en (...)

16Confirmation archéologique de ce lien quasi physique entre les vivants des XIe et XIIe siècles et leurs morts des générations précédentes, l’observation de nombre d’églises a permis de mettre en lumière de fréquents remplois de fragments de calcaire coquillier dans les murs. Restes de sarcophages antérieurs de plusieurs siècles, découverts par les constructeurs en creusant les fondations de leurs nouvelles églises au Moyen Âge central, ils furent alors placés volontairement dans les murs, souvent près des portes pour rappeler quotidiennement aux vivants la présence de leurs ancêtres morts19. De même, on a observé que dans les cimetières péri-ecclésiaux du Moyen Âge central, les tombes en fosses s’orientent de plus en plus, non plus vers l’est comme c’était le cas dans les nécropoles mérovingiennes ou carolingiennes, mais vers le chœur de l’église20. Ces observations de terrain donnent corps et matière aux textes cités plus haut car ils permettent de voir et de toucher la réalité de cette « symbiose » des morts et des vivants.

  • 21 Mazel F., Féodalités, 888-1180, Belin, p. 147.

17Tout invite à voir dans le cimetière une infrastructure fondamentale dans la constitution de la paroisse du Moyen Âge central, car indissociable de l’église, du bourg, et du territoire qui l’alimente en morts et en vivants. Il est sans doute le lieu le plus fréquenté par la communauté paroissiale : on le traverse pour venir à l’église, on l’habite et on le cultive, on s’y rend pour des activités marchandes, on y tient des assemblées communautaires, spécialement lors des inhumations, très fréquentes en ces temps de faible espérance de vie et de forte mortalité. Au plan de la pensée métaphysique et religieuse, le phénomène exprime une évolution profonde qui voit les vivants s’intégrer à la communauté des défunts, conscients d’avoir à préparer leur salut, au travers des prières et des rites de commémoration, des donations pro anima et de l’installation ad sanctos, au plus près des défunts. Le rite de bénédiction du cimetière par l’évêque et la sanctuarisation qui en résulte n’apparaissent justement qu’au XIe siècle. Vitré en fournit un des exemples les plus précoces21. C’est le signe que ce lieu constitue le cœur du bassin de vie qu’est la paroisse.

  • 22 Toubert P., Les structures du Latium médiéval : le Latium méridional et la Sabine du IXe à la fin d (...)
  • 23 Lauwers M., Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Aubie (...)

18Pour désigner le regroupement des communautés médiévales du Latium, P. Toubert créa il y a quarante ans le concept d’incastellamento22. L’Ouest ne s’inscrit pas dans ce schéma. Récemment, M. Lauwers a développé une autre grille de lecture des sociétés occidentales médiévales que résume le mot inecclesiamento23. Autre forme d’encellulement sans doute, mais qui permet de décrypter la grande et lente rupture des IXe-XIe siècles, celle qui voit l’association de trois réalités jusque là séparées dans l’espace et dans les esprits : l’église, le cimetière et l’habitat. Ne pourrait-on pas même aller plus loin encore dans le barbarisme et oser le terme d’incimiteriumento ?

Modèles de création

Les paroisses abbatiales

19Les actes rapportant la création solennelle et détaillée d’une paroisse ne sont ne sont pas fréquents. Dans la plupart des cas, on observe au contraire une construction plus fractionnée et plus longue que des actes dispersés permettent plus ou moins de reconstituer. Pour éclairer ce problème qui touche autant à la nature et au nombre des sources dont nous disposons qu’au regard que nous-mêmes nous projetons sur la fabrique de la paroisse, deux dossiers vont être présentés qui concernent l’un et l’autre des abbayes-paroisses angevines créées contre la frontière bretonne : La Roë et Nyoiseau.

  • 24 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame-de-La-Roë, acte no 2.

20 Cas exceptionnel, La Roë (carte 2) fut officiellement instituée en un seul jour, le 25 avril 109824. Comme il a été dit précédemment, la bénédiction du cimetière puis celle de l’autel ont été les actes fondateurs de la paroisse. Dans le récit qui en est fait, la cérémonie solennelle et exceptionnelle enchaîne plusieurs procédures, toutes garantes de la pérennité de la nouvelle entité territoriale. Tout d’abord, elle se fait en présence des seigneurs châtelains des environs : le donateur du territoire, Renaud de Craon, Gautier Hai de Pouancé voisin au sud, Guillaume de La Guerche voisin à l’Ouest, Robert de Vitré qui n’est pas limitrophe mais proche de la famille de Craon et d’une certaine puissance régionale. Leur présence signifie l’assentiment des institutions laïques supérieures, d’autant que leurs vassaux les accompagnent, ce qui les engage eux aussi. Ces présences constituent en théorie une garantie contre de futures contestations du nouveau territoire au plan du droit laïc. Ce n’est qu’une fois toutes ces précisions apportées et ces précautions prises, que l’évêque, Geoffroy de Mayenne, peut procéder solennellement à la bénédiction du cimetière et de l’autel, puis à la délimitation de la paroisse. Ce remarquable document permet d’appréhender dans toute sa complexité une création paroissiale. Nous y voyons d’abord un acte juridique dans lequel des seigneurs, leurs vassaux, des prêtres, leurs paroissiens, un évêque et partie du chapitre cathédral, garantissent par leur présence une création territoriale. Celle-ci est de nature laïque autant que religieuse, même si cette dernière l’emporte dans le cérémonial de la bénédiction. Il est enfin un personnage qui n’apparaît que très discrètement, c’est Robert d’Arbrissel. Sa prédication, la communauté errante qu’il a suscitée, sa rencontre avec la pape et la première donation du seigneur de Craon à Angers, tout amène à voir en lui le véritable fondateur de la paroisse. Paradoxe du personnage, lui ermite gyrovague en est réduit à sédentariser dans le cadre d’une paroisse la foule vagabonde qui l’avait suivi. Et par là même à reconnaître la nécessité et l’universalité de cette structure.

21Obéissant à la règle des trois unités car ramassé en une seule journée, concentré en un seul lieu et focalisé sur le seul geste de l’évêque, le récit théâtralisé de cette fondation vise rien moins qu’à suggérer une création divine. En réalité ce geste n’est que l’aboutissement de nombreuses actions et tractations antérieures entre seigneurs et autorités religieuses. Celles de Robert en premier lieu, qui prêchait depuis des années, qui se rendit souvent chez les seigneurs de Craon et des environs, alla à Angers et y rencontra le pape Urbain II. Sans oublier non plus la lourde logistique de la journée elle-même, l’hébergement d’un évêque, des nombreux grands seigneurs, de leur entourage et de la foule du peuple.

  • 25 Préparation en cours de l’édition de la traduction française du cartulaire de Nyoiseau et des très (...)
  • 26 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, t. 4, 1288 et 1288 bis.

22 Nyoiseau (carte 3), abbaye de femmes, appartient aussi à la catégorie des paroisses engendrées par une abbaye de règle bénédictine. Elle fut fondée en 1109, sur l’Oudon, près de Segré, par l’ermite Salomon, un proche de Robert d’Arbrissel, et avec le ferme soutien de seigneurs locaux, tous dans l’orbite du châtelain de Pouancé, Gautier Hai. Aucune publication n’a jamais été consacrée en détail à cette fondation. La collecte des sources en cours25 permet d’en proposer une rapide ébauche. On n’en connaît pas d’acte de fondation à proprement parler. Néanmoins, deux récits assez proches nous sont parvenus26. Plus qu’un fait unique, ils relatent un enchaînement d’évènements fondateurs. L’initiative revient au petit seigneur du lieu nommé Gautier de Nyoiseau conseillé par l’ermite Salomon ; il désire fonder un établissement pieux pour femmes et donne pour cela une terre. Il se rend alors à Angers pour déposer son don entre les mains de l’évêque. C’est alors Marbode, évêque de Rennes, qui, curieusement, assure l’intérim de Renault de Martigné parti à Rome. Rentré de pèlerinage, ce dernier vient bénir l’autel l’année suivante en 1110, en présence « de personnes de qualité et de la multitude du peuple » ; les premières désignent les seigneurs concernés dont Gautier Hai de Pouancé, les secondes les « peuples circonvoisins ». Suivent les récits de plusieurs événements qui ne peuvent s’être produits au jour même de la bénédiction, mais dans les mois qui suivirent. Ainsi, le château voisin de Gautier de Nyoiseau, qui aurait pu nuire à la paix du lieu, est rasé grâce à l’intervention de Robert d’Arbrissel. Les donations de terres et droits se multiplient, mais les unes à la suite des autres et on ne procède pas à une délimitation précise et solennelle de la paroisse comme à La Roë. Ces donations permettent « en peu de temps » – mais combien ? – de lancer la construction de l’église ; dès ce moment, on n’est déjà plus dans la fondation proprement dite. En comparant avec l’évènement-fondation de La Roë, on observe des paramètres tout aussi complexes et comparables, avec dons et contre-dons, intervention de l’évêque, accord du comte, sur fond d’intérêts seigneuriaux. Il en est de même au plan spirituel, puisque Salomon l’initiateur est un ermite prédicateur, proche de Robert d’Arbrissel. En revanche, pour Nyoiseau l’étalement et l’épaisseur temporelle des événements, tranche avec le caractère ponctuel de La Roë. En définitive, la relative prolixité des textes pour Nyoiseau permet, nous semble-t-il, de dresser un tableau plus vraisemblable d’une création. À l’inverse, pour La Roë, le récit unique, construit, elliptique, focalisé sur le geste de l’évêque, paraît plus proche des mythes de fondation antiques – on pense à Romulus délimitant le pomoerium de la ville – de caractère divin, sinon magique.

  • 27 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 1168 et 1305 : Salomone precbi (...)
  • 28 Longnon A., Pouillés de la province de Tours…, p. 237.
  • 29 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 4082 (28 déc. 1482) : accord a (...)
  • 30 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 373 : marché de démolition de (...)

23Le statut de paroisse ne posait pas problème pour La Roë car les chanoines augustins pouvaient assurer la cure des âmes. Il n’en est pas de même pour l’abbaye de femmes de Nyoiseau. Aucun doute ne subsiste cependant car depuis les origines, les ermites qui gravitaient dans l’orbite de Salomon, lui-même ermite à l’origine mais parfois désigné comme prêtre27, ont assuré le service paroissial. Pour cela, ils disposaient d’une église distincte de l’abbatiale dédiée à Saint-Séréné. Un compte de 1467 fait mention des rectores de Nidoavis28, au nombre de quatre en 148229. Elle sera détruite en 1637-1638 pour être remplacée par l’actuelle église paroissiale30.

Les paroisses de mise en valeur

24Plusieurs exemples de créations correspondent à des mises en valeur de territoires forestiers ou de marges sous exploitées. Certaines furent des réussites, d’autres n’aboutirent pas. Mais pour comprendre le phénomène, il est tout aussi important d’analyser les unes et les autres.

25Une fois encore le plus bel exemple de réussite est fourni par la paroisse abbatiale de La Roë (carte 2) : en 1096, c’est une partie de la forêt de Craon que reçoit Robert d’Arbrissel pour y installer sa communauté. Jusque dans les années 1130, l’abbaye se nomme Notre-Dame-des-Bois, et le cartulaire regorge d’essarts, de marais, de mentions de ruches, de troncs. Mais sous les abbés Aubin et Michel, se multiplient les indications de paires de bœufs, de moulins, de cultures. Cette mise en valeur et cet enrichissement se traduisent par la construction de l’abbatiale et de ses annexes tout au long du XIIe siècle et par les ellipses de défrichement successives encore visibles d’avion. L’abbaye avait en même temps changé de dénomination pour devenir Notre-Dame-de-La Roë.

26Le territoire qui s’étire sur 20 km depuis Chazé-Henry, jusqu’à la Ferrière-de-Flée (carte 4) au nord de Segré (49) correspond à un secteur fortement boisé au Moyen Âge central. Il en reste aujourd’hui la forêt d’Ombrée (env. 1700 ha) ainsi que plusieurs petits massifs. Au XIIe siècle, ce fut un front de mise en valeur et de peuplement sur lequel la seigneurie de Pouancé développa son pouvoir et c’est en ce secteur que nous avons relevé le plus grand nombre d’essais paroissiaux, réussis ou non.

  • 31 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 1288 (peu après 1109) : peu ap (...)
  • 32 Port C., Dictionnaire…, t. I, p. 615. La mention de 1072 serait tirée du cartulaire de Saint-Serge, (...)
  • 33 Archives nationales, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou – no 1977 (1184) : Capellam Hugolinus(...)
  • 34 Archives nationales, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 1747 (1150) : quamdam masuram qua (...)
  • 35 Port C., Dictionnaire…, t. II, p. 362. Comptée parmi les églises en 1330 : Hospitale (Longnon Augus (...)
  • 36 Port C., Dictionnaire…, t. III, p. 386. Comptée parmi les églises en 1330 : Hospitale Sancti Egidii(...)

27Certaines tentatives sont mal documentées et permettent seulement de soupçonner le processus. Ainsi, La Chapelle-Hullin ne serait que capella en 1072, peu après 1109 on y perçoit des dîmes31, vers 1141 elle se nomme toujours capella Hugonis, et figurerait comme parochia en 115032 ; une bulle de 1184 la cite seulement comme Capella Hugolinus, mais son statut de paroisse semble établi en 1267, date à laquelle elle desservie par un recteur33. Tout près, Grugé-L’Hopital, qui est paroisse avant 115034, s’est semble-t-il ensuite scindé pour donner naissance à deux nouveaux territoires, à moins qu’on n’ait procédé à des créations sur des espaces sylvestres jusque là peu peuplés et mal délimités. C’est en premier lieu L’Hopital dont la naissance n’est pas connue, mais qui, au XIXe siècle possédait encore un édifice roman de dimensions paroissiales, des fonts baptismaux de même époque et un cimetière35 ; quant à Saint-Gilles, c’était sous l’Ancien Régime, une succursale de L’Hopital (de Bouillé), mais elle était aussi dotée de fonts baptismaux et un pouillé de 1330 la compte parmi les églises36. L’une et l’autre ont réintégré le territoire de Grugé, devenu Grugé – L’Hopital, au début du XIXe siècle.

28En revanche, plusieurs exemples présentent des dossiers beaucoup plus fournis et susceptibles d’une analyse plus fine.

  • 37 Cartulaire noir de la cathédrale d’Angers, reconstitué et publié par Urseau Charles, Angers, 1908, (...)

29De la création de la paroisse de Bourg-l’Évêque (49) on ne connaît pas d’acte solennel de fondation. C’est pourtant une création ex-nihilo due à la volonté d’Ulger, évêque d’Angers, qui fait donner au chapitre Saint-Maurice une frange nord de la forêt d’Ombrée et des terres adjacentes. On la connaît par trois donations très resserrées dans le temps entre 1125 et 114837. L’une d’elles qui semble la première, ne fait mention que d’une terre donnée au chapitre et de la chapelle d’un ermite, mais les deux autres sont faites à l’église Saint Philippe et Saint-Jacques, signe qu’au moins l’autel a été construit. L’origine de la création réside avant tout dans la volonté d’Ulger. En évêque volontariste, sans doute a-t-il voulu ainsi affirmer la présence de l’Eglise d’Angers dans un secteur que contrôlait de moins en moins le pouvoir angevin. En effet, l’expansion de la seigneurie de Pouancé-La Guerche venait de se traduire par la fondation de l’abbaye de Nyoiseau et par la prise de contrôle d’une grande partie de la terre de Segré, jusqu’au pied du château de ce nom, jusque là tenu par les comtes d’Anjou. Réussite, car elle demeurera paroisse, Bourg-L’Evêque ne connaîtra cependant jamais un grand essor aussi bien à cause de sa modeste étendue que de la relative pauvreté du terroir.

  • 38 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 7127 : Le prieuré du Bourg-aux (...)
  • 39 Traduction française du cartulaire de Nyoiseau (XVIIe siècle), mairie de Nyoiseau, p. 81-82 : le d (...)
  • 40 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 3101 : priorissa de Burgo Moni (...)
  • 41 Angot A., Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Mayenne, 1900-1910, (...)
  • 42 Mairie de Nyoiseau, Traduction française du cartulaire de Nyoiseau (XVIIe siècle), p. 359-360. Et (...)
  • 43 La partie sud de la commune de Renazé est constituée par la section B du Bourg-aux-Nonains. Elle s (...)
  • 44 Meuret J.-C., L’honneur perdu de Lourzais, La Mayenne, archéologie, histoire, 1992, p. 37-49.

30 La paroisse du Bourg-aux-Nonains (carte 5), incluse depuis la Révolution dans celle de Renazé (53), se range dans la même catégorie des paroisses de mise en valeur sur des franges forestières. Jamais étudiée, elle mérite qu’on s’y arrête. Aucun acte ne demeure qui mentionnerait sa fondation. Au XIIe siècle, le lieu se nomme Lourzais-locum qui dicitur Lorzées ou de Lorzeis-et il a pour origine un don de Gautier Hai de Pouancé – dont l’acte est disparu-peu de temps après la fondation de l’abbaye de Nyoiseau entre, 1109 et 112538. Un acte non daté mais du XIIe siècle fait ensuite mention de son autel dédié à Notre-Dame, mais sans préciser s’il appartient à une chapelle ou à une église39. Dans les deux bulles de 1141 et 1184 qui énumèrent les possessions de Nyoiseau, figure toujours Lorzes ou Lorezées, mais toujours pas parmi les églises. C’est en 1257, qu’apparaît la nouvelle dénomination de Bourg-aux-Nonains40 qui ne variera plus par la suite. La première mention de la paroisse ne remonte qu’à 143541. Au XVIIe siècle deux listes des biens de l’abbaye de Nyoiseau précisent que la cure est desservie par un chapelain-curé présenté par l’abbesse, qu’elle est dotée de fonts baptismaux, d’un cimetière et qu’on y assure toutes les fonctions curiales. Elle se trouve cependant sur la paroisse de Renazé42. Bien que non paroisse, Le Bourg-aux-Nonains en a cependant toutes les attributions. C’est ce que les actes nomment parfois chapelle curiale. Il s’agit encore d’une fondation péri-forestière du début XIIe siècle installée non loin du bois de Saint-Gilles, et surtout à la lisière de la forêt de Lourzais, une foresta du seigneur de Pouancé Gautier Hai. Le contexte des paroisses environnantes et l’examen des cadastres napoléoniens permettent de situer son territoire et de l’évaluer à environ 500 ha43. Pour nuancer ce qui peut paraître une fondation ex-nihilo, il est cependant nécessaire de préciser que Lourzais avait été occupé antérieurement : le lieu désigne au XIe siècle un honor tenu par les seigneurs de Pouancé, il contrôle une voie antique, celle d’Angers à Rennes et l’écart tout proche nommé le Râteau correspond à un Rastivale mentionné au VIIe siècle44.

  • 45 Bertrand de Broussillon A., La Maison de Laval (1020-1605). Etude historique accompagnée du cartula (...)
  • 46 Guillotin de Corson A., Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, 1884 et1987, t. V, p. 246-247

31Avec Mondevert (35) on en vient aux demi échecs paroissiaux. Le lieu tire son origine d’un bois acheté aux co-seigneurs de Laval et de Vitré, par les moines de Marmoutier établis à Sainte-Croix de Vitré. Dans ce qui ressemble à un contrat d’hostise, les buts assignés étaient à la fois laïcs, avec l’accueil d’hôtes et le défrichement, et religieux, avec la construction d’une chapelle45. Les délimitations du bois qui seront présentées plus loin permettent d’y voir celles de l’actuelle paroisse de Mondevert. Pourtant, bien qu’il soit ensuite fait mention de l’ecclesia de Monte Lovelli en 1197 et de la paroisse de Montdevoir en 143046, Mondevert ne devint pas totalement paroisse car jusqu’à la Révolution, elle demeura trève de sa voisine Erbrée.

32 Non mentionnées comme telles, le Breil-Ingaut en Sion-les-Mines (44) et Saint-Vincent en Segré (49) furent sans conteste des tentatives de paroisses, elles aussi dans des contextes de franges, mais elles connurent l’échec.

  • 47 AD Laval, H154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, acte 58 (1116-1138) : Johannes de Nemore Ingau (...)
  • 48 AD Laval, H154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, acte 58 (1147-1169) : Hunc locum de Brilleio I (...)

33La tentative du Breil-Ingaud se place entre 1116 et 1138 et se situe sur les franges nord du massif forestier de Domnaiche en Lusanger (44). Pour fonder un prieuré, La Roë reçoit plusieurs terres parfois bien délimitées et des droits forestiers, sans compter les revenus d’une forge. On relève parmi les donations le don d’un ermite nommé Gorin, qui vivait là. Le fait mérite être relevé et rapproché de quelques cas plus ou moins explicites où des ermites ont ou semblent avoir constitué le noyau religieux d’une tentative paroissiale : La Roë avec Robert d’Arbrissel et Nyoiseau avec Salomon en sont les meilleurs exemples, mais sans doute aussi La Celle-Guerchaise avec Quintin compagnon de Robert, voire même Bourg-l’Evêque avec l’ermite Thébaud. Très vite, le lieu est désigné comme ecclesia, un chanoine y est placé comme prieur, et il accueille en son sein des hommes et même des moniales47. La réalité de la paroisse se manifeste pleinement dans le fait qu’un peu plus tard, Bernard évêque de Nantes, vient bénir le cimetière et l’autel de l’église48. Au cours des siècles suivants, la chapelle sera reconstruite deux fois, et un petit hameau subsistera jusqu’à la Révolution. Cependant, jamais le Breil-Ingaut ne sera officiellement cité comme paroisse. La pauvreté des sols de cette région a certainement beaucoup contribué à cet échec.

  • 49 Traduction Française du Cartulaire de Nyoiseau (XVIIe siècle), Mairie de Nyoiseau, 1er chapitre et (...)
  • 50 Cartulaire noir…, acte 142, p. 232-234. Dans l’arbitrage rendu par Ulger entre La Roë et la Trinit (...)
  • 51 Port C., Dictionnaire…, II, p. 145.
  • 52 Célestin Port dit ne pas connaître la date de fondation de cette paroisse. La première mention qu’ (...)
  • 53 Cartulaire noir…, acte 213, p. 315-317 (1125-1138) : De sancto Vincentio juxta Segreium.
  • 54 Archives nationales, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou…, no 1648 (vers 1141) : Robertus Yvon (...)
  • 55 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, acte non numéroté : Carta de Johane de Mota.
  • 56 Archives nationales, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou…, no 1653 et no 1977.
  • 57 Port C., Dictionnaire…, t. III, p. 460.
  • 58 Pouillés de la province de Tours…, p. 237.
  • 59 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 343 (inventaire du XVIIe siècl (...)
  • 60 Port C., Dictionnaire…, t. III, p. 460. Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-A (...)
  • 61 Meuret J.-C., Au cœur de la marche bretonne, l’ascension et le démantèlement d’une grande châtellen (...)

34Saint-Vincent (carte 3) aujourd’hui simple écart sur la paroisse de Nyoiseau se trouvait encore jusqu’en 1836, sur la celle de Saint-Aubin-du-Pavoil. Au Moyen Âge central, celle-ci constituait un territoire très étendu sur lequel les comtes d’Anjou avaient érigé le château de Segré, d’où serait issue la paroisse Saint-Sauveur. Seule la création de l’abbaye-paroisse de Nyoiseau, sous l’égide de la seigneurie de Pouancé en 1109, avait quelque peu réduit son territoire. À cette époque, le nord de Saint-Aubin-du-Pavoil était pour partie couvert de forêts. L’acte de fondation de l’abbaye de Nyoiseau décrit une terre de bois et affreuses vallées, peuplée de bestes sauvages et de larons49. De telles formules visent à mythifier la fondation de Salomon, elle décrit cependant une réalité présente dans les sources écrites. En effet, l’actuel bois de la Ferrière, qui ne couvre aujourd’hui qu’environ 250 ha, s’étendait au XIIe siècle vers le nord-est et le sud, désigné dans les textes comme forêt de Flée. Ce territoire forestier se trouvait aux confins des paroisses de Saint-Sauveur-de-Flée, Aviré, Saint-Aubin-du-Pavoil et l’Hôtellerie-de-Flée dont les limites n’avaient pas encore été figées. Avant 1138, l’abbaye de La Roë fonde un prieuré au lieu nommé La Ferrière, sur la paroisse d’Aviré50 à l’est du massif ; il ne sera érigé en paroisse qu’en 171351. Au nord-ouest, l’actuelle commune de L’Hôtellerie-de-Flée n’était pas non plus paroisse52. C’est sur la bordure sud-ouest du massif, qu’entre 1125 et 1138, un membre de la famille de la Ferrière, Robert Yvon, entreprend de développer un pôle humain et religieux. Pour cela, il requiert l’évêque d’Angers Ulger et lui offre l’église ruinée de Saint-Vincent. Un cimetière préexistait, sans doute autour de l’église, Ulger vient le bénir. Une terre à défricher et un pré sont ajoutés à la dotation et on envisage des maisons, du commerce, des habitants53. Peut-être est-ce pour ce projet qu’il avait acheté à son cousin Philippe de Saucoigné une terre voisine, située entre la voie d’Angers et le bois de Flée54. Cependant, les rapports entre Robert Ivon et l’évêque Ulger se détériorent très vite car entre 1141 et 1148, le premier conteste à La Roë une terre et les dîmes situées sur les paroisses limitrophes de Saint-Sauveur et Saint-Quentin. Il commet l’irréparable lorsqu’il confisque les bœufs des chanoines, ce qui amène Ulger à l’excommunier et à interdire la terre55. La tentative connut cependant une suite car trois bulles font mention de l’ecclesia Sancti Vincentii en 1141 et 118456 et de l’ecclesia Sancti Vicentii de Fleio57 en 1146, tandis qu’un compte de 1467 la nomme église Sanctus Vincensius de Nemoribus58. Pour autant le recensement dans un pouillé n’assure pas toujours du statut exact des lieux de culte, et on ne sait pas si Saint-Vincent, malgré son église et son cimetière, donna lieu à paroisse totalement autonome et délimitée par rapport à Saint-Aubin-du-Pavoil. Le terme est cependant employé en 143359. Signe de ce statut incertain, au moins à partir du XVIIe siècle les pouillés la qualifient de chapelle ou cure mais le service en était transféré à Nyoiseau60. Hormis les paramètres agro-économiques et démographiques, il n’est pas impossible que l’échec ait aussi à voir avec la possession du château de Segré. On relève en effet que parmi les clauses de la donation il est stipulé que deux hommes de l’évêque devront assurer une garde au château de Segré. Or, il n’est pas précisé qui en est le détenteur : le comte d’Anjou ou un autre châtelain ? En revanche un des souscripteurs de la donation de Saint-Vincent n’est autre que Guillelmus de Poencio. Est-ce Guillaume Ier ou Guillaume II, on ne le sait pas. L’essentiel est qu’il s’agit du seigneur de Pouancé-La Guerche, dont la seigneurie s’étend alors jusqu’à l’Oudon, à 1 km de Saint-Vincent. Est-il là seulement en « embuscade », ou comme puissance locale jugée incontournable ? C’est en tout cas dans ces années que le château et la terre de Segré passent sous le contrôle des seigneurs de La Guerche-Pouancé61.

  • 62 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, acte no 40 (1148-1170) : concordiam et compos (...)

35On relève des tentatives assez proches mais hors du milieu forestier, simplement engendrées par la croissance agraire et démographique. Dans les années 1148-1170, le projet de paroisse du Roseray en Ballots (53) via la création d’un cimetière en est un bel exemple et des plus finement documentés. Il se situe dans le contexte de croissance démographique et agraire de l’époque, particulièrement net pour l’abbaye de La Roë qu’on voit multiplier les défrichements, les contrats d’exploitation de métairies, les remembrements fonciers, les constructions de moulins, etc. Depuis au moins le début du siècle, la paroisse voisine de Ballots relevait des chanoines de Saint-Nicolas de Craon avec lesquels l’abbaye avait déjà eu maille à partir à propos de la terre des Valayettes. Cependant, le contexte avait beaucoup changé depuis, au profit de l’abbaye ; celle-ci n’était plus l’utopique Notre-Dame-des-Bois des origines mais un riche et puissant établissement maintenant reconnu sous le vocable de Notre-Dame-de-La-Roë ; en même temps, les chanoines de Craon étaient passés sous l’autorité de l’abbé. Michel se fait alors donner par tous les petits seigneurs locaux, les baroni, et par le seigneur de Craon, la terre du Roseray située en Ballots, mais limitrophe de La Roë. Signe que la tentative a déjà commencé, un lieu de culte y est cité, nommé dans l’acte ecclesia de Rosoto. Le lotissement du cimetière est en cours car on parle de places à bâtir et de tous ceux qui ont lieu et maison dans le cimetière. Cependant, tout dans l’acte montre la grande réticence et même l’opposition des chanoines de Saint-Nicolas, devant cette tentative de paroisse en cours et à peine déguisée, qui se fait au détriment de leurs intérêts paroissiaux : l’acte est une concorde, enregistrée sur chirographe, signe qu’il n’est que l’aboutissement de longues et âpres discussions entre les deux parties. Les chanoines de Saint-Nicolas ne peuvent faire autrement que concéder la création d’un cimetière ; c’est en réalité un fait accompli. Mais en s’appuyant sur leur droit paroissial incontestable, ils posent toutes les conditions pour empêcher la transformation du cimetière en paroisse : on précise que le cimetière se trouve dans les limites de la paroisse de Ballots, que les chanoines de Saint-Nicolas y conservent toutes leurs prérogatives paroissiales (confession, baptêmes, sépultures, fêtes solennelles, oblations…), qu’ils obtiendront pour eux et leur prêtre de Ballots une seterée et deux emplacements à bâtir dans le cimetière, et qu’ils honoreront le cimetière en y faisant inhumer les cinq premiers morts par leur prêtre de Ballots62. Le Roseray ne pouvait alors que demeurer succursale et la tentative n’aboutira jamais. Dans la bulle de Lucius III de 1184 le lieu est seulement désigné comme capella et à la fin du Moyen Âge, on n’y parle plus que de la chapelle de Saint-Laurent.

  • 63 Meuret J.-C., Peuplement, pouvoir et paysage…, p. 549.

36Pour clore ce paragraphe consacré aux paroisses de mise en valeur, observons qu’un de leurs traits communs tient à leur quasi-absence d’habitat dispersé des XIIe et XIIIe siècle : des écarts très rares, et pas de toponymes en ière et en erie. C’est le signe d’une mise en valeur de type collectif, sous l’autorité monastique ou priorale63.

Les paroisses nées du château

37Nouveau pôle de pouvoir, de vie et d’activité, le château majeur entraîne ipsofacto le développement d’agglomérations nouvelles ; ce sont les bourgs castraux et les bourgs prioraux. Pour autant le pouvoir laïc qui siégeait en ces châteaux a-t-il généré de nouvelles paroisses ?

  • 64 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 1638 : Oliverius de Nova Villa (...)
  • 65 Meuret J.-C., « Construction et habitat aux confins Anjou-Bretagne, du XIe au XVe. Des textes au te (...)
  • 66 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 1653.
  • 67 Voir les références au chap. II-3-d.
  • 68 Dom Morice, Preuves, i, col. 696 : rogavit sepe dictum Glaënum ut eis dimitteret suam decimam de Ca (...)
  • 69 Comte F., L’abbaye de Toussaint d’Angers, des origines à 1330, Société des études angevines, acte 4 (...)

38– Le fait est rare pour les châteaux mineurs. La tentative du Chalonge en Châtelais (49) en fait partie. En 1141, Olivier du Chalonge demande à l’abbé de Saint-Aubin d’Angers que lui soit permis de créer une église et un cimetière, en faveur des religieuses de Nyoiseau, près de sa demeure, au lieu qui se nomme le Chalonge64. L’endroit se trouve sur le Chéran, tout près de son confluent avec l’Oudon. Aujourd’hui, ne subsistent au Chalonge que les ultimes restes du château du XVIIe siècle. On peut se demander si la demeure d’Olivier se trouvait bien là et non pas à 2 km à l’est, près de l’Oudon soit à Rouge-Ecu où l’on voit encore un important ouvrage de terre, soit en face sur l’autre rive au confluent Hyères-Oudon, où se devinent les restes d’un site de manoir à motte. En effet, à cette époque, la majorité des demeures de petits seigneurs consistaient en des châteaux à motte, parfois désignés dans les textes de l’époque par le mot domus65. Quoi qu’il en soit, le Chalonge se trouve dans une excroissance placée au nord du territoire paroissial actuel de Châtelais et de dimensions telles qu’il n’aurait pas été illogique d’y tenter une paroisse. Le nom même de Chalonge, synonyme de contestation, querelle, peut d’ailleurs évoquer un contexte de conflit territorial. Cependant, la bulle de 1141 qui énumère les dépendances de l’abbaye de Nyoiseau cite bien le Chalonge66, mais sans indication d’ecclesia et plus tard, il ne sera jamais fait état de paroisse en cet endroit. Château-Fromond en Saint-Herblon (44), château satellite de celui de Varades avec église mentionnée en 1196, relève du même type de tentative. Des mentions de la famille du même nom, une motte encore visible et un cimetière connu sous l’Ancien Régime en cet endroit démontrent qu’il y eut bien intention de paroisse. Cependant, elle ne dura au mieux que deux siècles67. La Chapelle-Glain (44), juste sur la frontière, fournit un second exemple, réussi celui-ci. En 1125, on y voit Glain de Rougé donner à Saint-Florent-de-Saumur sa dîme de la Chapelle68. Comme il n’est fait ni mention d’église ni de paroisse, Chapelle doit désigner à la fois une chapelle et nommer le lieu où elle se trouve, Or, un siècle plus tard, en avril 1226, le même endroit se nomme la Chapelle-Glain et il constitue une paroisse. Le même acte précise que Glain de Rougé y possède sa propre chapelle, celle du château de la Motte-Glain où ses ancêtres s’étaient installés69. L’érection de la paroisse ne peut être étrangère ni à ces seigneurs ni à leur château, même si celui-ci n’était qu’une motte au XIIe siècle.

  • 70 Marchegay P., Archives d’Anjou, t. II, 1883, Cartae de Carbaio (1049-1060), p. 1-5.
  • 71 Marchegay P., Archives d’Anjou, t. II, p. 10 : Germaius, filius Adelardi presbiteri, donavit nobis (...)
  • 72 Port C., Dictionnaire historique, géographique et biographique du Maine-et-Loire, 1884, t. I, p. 55 (...)

39– Qu’en est-il des châteaux majeurs ? Carbay (49) (carte 6), n’est pas une agglomération castrale. Elle est pourtant née d’un château, celui de Pouancé. Cette terre est donnée au milieu du XIe siècle par le comte d’Anjou Geoffroy Martel à Marmoutier70. Par cette donation, il crée un territoire-tampon sanctuarisé, destiné à protéger son château de Pouancé de celui de Châteaubriant. Dans l’acte initial, entre 1049 et 1060, figurent trois fois le mot terra, quatre fois Carbay et six fois villa, mais jamais ecclesia ni parrochia. Ce dernier est encore d’un usage rare et au XIe siècle, dans les actes de Marmoutier, il semble souvent remplacé par le terme villa, son synonyme, voire métonyme. La villa de Carbay doit s’entendre comme une paroisse potentielle, voire même réelle car très peu de temps après, entre, entre 1064 et 1083 apparaissent le prêtre, le presbiterium et les coutumes – parmi lesquelles sans doute les dîmes-de la terre et de l’église, le tout approuvé par Hervé de Pouancé71. Carbay est dit de nul diocèse dans les anciens pouillés, mais c’est bien une paroisse : au XIIIe siècle, la cure, distincte du prieuré, est à la présentation de l’évêque d’Angers72. Autre preuve que la donation de la villa visait bien à créer une paroisse au sens territorial, la délimitation qui en sera présentée plus loin, correspond exactement à celle de la paroisse postérieure. De plus, parmi les limites figure Piperatura, La Prévière, elle aussi désignée comme villa, alors qu’elle apparaît comme ecclesia dès 1090. De Carbay, on retiendra d’abord que l’acteur central est le comte d’Anjou, une autorité laïque. Le projet étant avant tout stratégique, cela peut expliquer pourquoi la paroisse au sens religieux tient peu de place dans l’acte de fondation. C’est là un cas exemplaire, il sera analysé au second chapitre, celui de la frontière.

  • 73 Dom Morice, Preuves, t. I, 423: Dederunt…/… ecclesiam cum tota parrochia atque sepultura Castelli F (...)
  • 74 Guillotin de Corson A., Pouillé…, t. IV, p. 616
  • 75 Guillotin de Corson A., Pouillé…, t. II, p. 599.
  • 76 Guillotin de Corson A., Pouillé…, t. VI, p. 482-490.
  • 77 Guillotel H. et Meuret J.-C., « Chartrel et Carcraon : les enjeux d’une mise en valeur dans la vall (...)
  • 78 AD Laval, H154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, actes 23 (1154) et 24 (1152).
  • 79 Dom Morice, Preuves…, t. I, col. 804-807.
  • 80 AD Laval, H175 : plusieurs pièces allant de 1675 à 1764 expriment la volonté des habitants de la v (...)
  • 81 Guillotel H., Les actes des ducs de Bretagne, (944-1148), thèse pour le doctorat en droit, 1973, ac (...)
  • 82 Dom Morice, Preuves…, t. I, col. 415 : Herveus de Martiniacu…/… dedit Sancto Martino…/… vi. partem (...)
  • 83 Meuret J.-C., Peuplement…, p. 283.
  • 84 Le pouillé de 1330 (environ) indique que l’église est partagée en deux parts et entre deux prêtres (...)
  • 85 Archives nationales, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 1653.
  • 86 Ibid., no 1671, (s. d.) : Guillelmus de Guirchia in claustro monachorum de Poenceio dat Adelaidi A (...)
  • 87 Ibid., no 1977 (1184) : locum qui dicitur Anguillare cum omnibus pertinenciis suis…
  • 88 Ibid., no 4042 (1472) : chapelle de Sainte Marguerite d’Anguillers… située au diocèse de Rennes et (...)
  • 89 Guillotin de Corson, Pouillé…, t. II, p. 594.

40Les agglomérations castrales proprement dites ont-elles engendré des paroisses nouvelles ? Pour le savoir, parcourons la frontière de la Manche à la Loire. Pontorson (carte 7), sur la rive droite du Couesnon apparaît sous ce nom au XIe siècle et ce n’est alors qu’un pont. Au début du XIIe siècle, les rois d’Angleterre y développent un château et un bourg, mais sur la paroisse préexistante de Boucey et entre 1131 et 1149, ils n’y possèdent encore qu’une chapelle. En revanche, la décision que prend l’archevêque de Rouen en 1160 de dédommager le prêtre de Boucey doit être considérée comme l’érection de Pontorson en paroisse, même si le mot n’y figure pas. Les 4 000 ha actuels de la commune résultent de multiples annexions territoriales dont la dernière est Boucey. Il ne fait pour autant aucun doute que le territoire initial était de très loin inférieur, comme c’est encore le cas pour nombre de paroisses purement castrales. Ce cas de paroisse stratégique sera amplement référencé et développé au troisième chapitre. Fougères, un château né au XIe siècle de la volonté ducale bretonne s’est installé sur le grand territoire paroissial de Lécousse qui aurait atteint 4 000 ha. On y observe la naissance d’au moins trois paroisses sur fond de concurrence entre abbayes pour la création de multiples bourgs : dès 1050-1060 apparaît l’église de Saint-Sulpice qui détient le droit sur toute la paroisse du château73 ; en 1092, Marmoutier possède celle de Saint-Nicolas, mais celle-ci devient vite succursale de l’église Saint-Léonard, ellemême érigée en paroisse avant 114174 ; dans le même temps se développe Rillé qui devient aussi paroisse avec Raoul II en 114375. Le château de Vitré s’est installé sur un territoire occupé pendant le haut Moyen Âge et marqué par la présence de multiples lieux de culte. Vers 1070-1075, existait déjà la paroisse Notre-Dame et Saint-Pierre. Au début du XIIe siècle, elle dut accepter la promotion du prieuré que possédait Marmoutier à Sainte-Croix au rang de paroisse. Le château a ici engendré deux paroisses au Moyen Âge central. Il s’y ajoutera celle de Saint-Martin, mais plus tard, au XVe siècle76. La Guerche constitue un cas beaucoup plus simple. Bien que construit à 2 km de l’église paroissiale de Rannée, le château ne sera à l’origine d’aucune nouvelle paroisse et le bourg du prieuré Saint-Nicolas, malgré son importance dès le début du XIIe siècle, demeura une annexe77 ; dans la ville même, La Trinité, fondée vers 1150 était aux mains des chanoines de La Roë ; malgré leur expérience en matière de prieurés-cures, mais seulement en milieu rural, ils ne purent en faire plus qu’une simple chapelle78 ; enfin, la fondation en 1206 de l’importante collégiale Notre-Dame par Guillaume III79 ne visait pas plus à la cure des âmes. Est-ce en raison de rivalités abbatiales entre Saint-Melaine de Rennes et Notre-Dame-de-La-Roë ou d’une volonté seigneuriale de préserver son pouvoir – la collégiale en est une manifestation-ni le développement de la ville, ni les quelques tentatives des XVIIe siècle et XVIIIe siècle80, n’amenèrent de création de paroisse avant la Révolution. Le terroir de Marcillé-Robert connut un peuplement dense dès la fin de la Protohistoire et à l’époque gallo-romaine, et des traces du haut Moyen Âge y ont aussi été observées. Au début du XIe siècle, Rivallon le Vicaire y établit son premier château et lorsqu’il fonde un prieuré de Marmoutier entre 1008 et 1033, il existait déjà une église. Celle-ci apparaît vite dotée d’un prêtre, et avant la mort de Rivallon, il est même fait mention de la paroisse81. Mais le château fut assez tôt délaissé au profit de celui de Vitré même, de sorte que le bourg castral ne connut pas de développement majeur, pas plus que celui des moines. Là non plus, comme à La Guerche, le château n’engendra pas de paroisse nouvelle. Le statut paroissial de Martigné apparaît très tôt, dès 1034 et 1064. Le lieu est alors tenu par Hervé de Martigné qui le tient alors en bénéfice du vicomte de Rennes Josselin, signe que ce n’est pas une seigneurie châtelaine. Les donations qu’il fait à Marmoutier révèlent l’existence de deux paroisses déjà constituées, celle de Saint-Pierre et celle de Saint-Symphorien dont les autels sont pourvus de dîmes, de droits de sépulture et d’oblations82. La découverte au XIXe siècle à l’emplacement du prieuré Saint-Symphorien de sépultures en coffres de schiste du haut Moyen Âge, dont une avec inscription83, confirme l’ancienneté de l’occupation ainsi que celle de la dédicace. Ces deux paroisses, sans doute sorties du Xe siècle, perdurèrent mais de manière indécise et conflictuelle, jusqu’au XVIIIe siècle, sous la forme de deux cures nommées la Grande et la petite Portion84. Avec 7 410 ha, Martigné-Ferchaud possède aujourd’hui un des territoires les plus étendus du département d’Ille-et-Vilaine, sur lequel on est en droit de rechercher d’autres lieux de culte anciens. Un seul appartient au Moyen Âge central, le prieuré Notre-Dame d’Anguillers, dépendance de l’abbaye de Nyoiseau. Il apparaît en 1141, dans une bulle d’Innocent II, en fin de liste des chapelles, simplement nommé Anguillare85. Installé par les premiers seigneurs de Pouancé-Martigné – soit Gautier Hai, soit Guillaume (sans doute Ier) de La Guerche, près de leur propre forêt d’Araize, au sud de la grande paroisse de Martigné, ce prieuré entrerait tout à fait dans le modèle des tentatives de paroisse de développement, formulées ou non, sur le modèle du Bourg-aux-Nonains (53). Au milieu du XIIe siècle le prieuré reçoit des dotations seigneuriales sur la terra Anguleriis86. En 1184, une bulle cite le locus qui dicutur Anguillare87 dont la chapelle est encore mentionnée en 1472 et 148488, mais dès le début du XVIIe siècle le prieuré est clos et la chapelle transférée à l’abbatiale de Nyoiseau89. Ce fut un échec religieux, et peut-être aussi paroissial, mais il n’aurait été qu’embryonnaire car aucun texte ne parle d’église, de cimetière, de desservant ou de dîme. En définitive, le château de Martigné, seulement occupé par Hervé au milieu du XIe siècle n’a engendré aucune paroisse nouvelle.

  • 90 AD Angers, 43 H 1/3 (1094): Notitia de multis rebus quas dedit nobis Gualterius Oditus.
  • 91 AD Angers, 43 H 1/3bis (1094): aecclesiam faciemus in burgo nostro…
  • 92 Cartulaire des sires de Rais publié par Blanchard R., Archives historiques du Poitou, XXVII, 1889, (...)
  • 93 AD Angers, 43 H 1/3 (1094) : Gaulterius Oditus et Basilia uxor ei donaverunt sancto Martino…/… med (...)
  • 94 Neau A., En pays pouancéen, t. I, chez l’auteur, 2010, p. 149-153 : la Madeleine devient succursale (...)
  • 95 Celle-ci a été explicitée par Bouvet C., « À propos des premiers seigneurs de Châteaubriant aux XI(...)
  • 96 Dom Morice, Preuves…, t. I, col. 1059 (1281) : molendinis de Choisel sito in parochia S. Salvatoris (...)
  • 97 Pour Olivier Guillot, aucune source ne prouve qu’il s’agisse d’une création des comtes d’Anjou (Le (...)
  • 98 Bibliothèque de l’École des chartes, 1875, t. 36, p. 417-419. 1) (1080-1096) Goffridus Rorgon dona (...)
  • 99 Marchegay P., Archives d’Anjou, t. II, p. 199 et Labande-Mailfert Y., Le premier cartulaire de Sain (...)
  • 100 Port C., Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874, t. I, p. 54 (...)
  • 101 Labande-Mailfert Y., Le premier cartulaire de Saint-Nicolas d’Angers…, acte 35 bis, p. 62-64 (1086- (...)

41A Pouancé, le château fut construit par les comtes d’Anjou sur la paroisse de Saint-Aubin, dont l’église se trouvait à 1km au nord, installée sur une nécropole du haut Moyen Âge. Comme à Marcillé mais à la fin du XIe siècle, Gautier Hai, le premier seigneur, fit appel à Marmoutier90. C’est l’origine du bourg prioral de La Madeleine qui fut aussitôt doté d’une église91, sans pour autant que le mot implique l’existence d’une paroisse. Ce bourg connut la réussite, mais jamais les moines ne manifestèrent la volonté de l’ériger en paroisse. Dans le bourg castral, existait aussi une chapelle Saint Pierre attestée en 1263 au détour d’un testament92. On connaît mal son origine et son statut mais il semble que ce puisse être la chapelle seigneuriale signalée en 1094 lorsque Gautier Hai donne à Marmoutier la moitié de ses revenus ainsi que sa présentation93. Son vocable peut indiquer une certaine ancienneté, voire même la volonté initiale de créer une paroisse. Pourquoi n’a-t-elle pas abouti ? Est-ce en raison de l’importance que prit ensuite le prieuré ? On peut en douter car celui-ci n’assurait pas les fonctions curiales. Dans les sources modernes, un peu comme pour La Guerche-Rannée, on voit les demandes de création d’une paroisse urbaine se répéter. Elles aboutissent seulement au XVIIIe siècle94. Châteaubriant s’est développé sur le territoire de Béré, un site ancien occupé aux époques carolingienne, mérovingienne et romaine. On connaît bien le long conflit qui vit Marmoutier imposer sa présence et son savoir-faire au prieuré de Béré, moins la réalité paroissiale du lieu dans toute sa complexité95. En même temps que le « monastère » de Saint-Sauveur donné à Marmoutier avant 1141, apparaissent en effet un autel Saint-Jean et une chapelle Saint-Pierre. Le premier désigne l’église de la paroisse Saint-Jean attestée au XIIe siècle par la présence d’un curé et d’un cimetière. La seconde semble avoir été l’église paroissiale primitive. Confirmation en est donnée au XIIIe siècle lorsque l’évêque de Nantes rattache la paroisse Saint-Pierre à la paroisse Saint-Jean. Néanmoins, cette thèse d’une seule paroisse à partir du XIIIe siècle est quelque peu mise à mal par la mention, en 1281, de deux paroisses, Saint-Sauveur et Saint-Jean96. Châteaubriant, offre un panorama des statuts territoriaux assez complexe que les pouillés de Longnon n’éclairent pas. Il a sans doute beaucoup à voir avec l’origine très conflictuelle du prieuré Saint-Sauveur aux XIe et XIIe siècles. Et peut-être plus encore avec l’ensemble ecclésial hérité de l’époque carolingienne. L’origine du château de Candé n’est pas connue, même si sa position frontalière laisse soupçonner une fondation par les comtes d’Anjou97. À la fin du XIe siècle, la donation à Saint-Nicolas d’Angers, fait apparaître deux projets d’églises, l’une dédiée à saint Denis, l’autre à saint Nicolas (carte 8). Le premier fut une réussite car Saint-Denis apparaîtra toujours par la suite comme la seule église paroissiale. Le second consistait à doter le prieuré d’un lieu de culte dont la dédicace rappelle à la fois l’abbaye mère et les objectifs marchands98. Le fait que Saint-Nicolas soit nommé ecclesia ne doit pas tromper, elle sera toujours chapelle et en 1096, seule Saint-Denis figure dans liste des églises confirmées par Urbain II à Saint-Nicolas d’Angers99. En 1835, la paroisse ne mesure encore que 39 ha100, ce qui confirme, a priori, une fondation castrale. Aucun texte ne le dit, mais les limites paroissiales amènent à penser que la paroisse de ce château a été prélevée sur celle d’Angrie – 4 230 ha à la fin du XIXe siècle – soit lors de la donation de Geoffroy Rorgon à Saint-Nicolas d’Angers, soit avant. Deux documents viennent à l’appui de cette hypothèse. Le premier, qui se place entre 1086 et 1090, révèle que les moines avaient reçu la paroisse avant 1081101. Le second est la confirmation de 1096 par Urbain II, des églises détenues par Saint-Nicolas d’Angers, dans laquelle figure Angrie en même temps que Candé, mais pas Saint-Nicolas de Candé. On en conclut que cette dernière n’était que chapelle sur la paroisse de Saint-Denis de Candé. Placé, juste contre la frontière sur un important chemin vers la Bretagne – l’ancienne voie romaine Angers-Blain – le château de Candé et son étroite paroisse ne peuvent guère s’expliquer autrement que dans une perspective stratégique et politique angevine.

42Des comparaisons avec les paroisses des autres châteaux des principautés concernées seraient nécessaires. Cependant, pour des raisons d’espace, nous arrêterons provisoirement cet examen. Il en ressort un bilan très nuancé qui va quelque peu à l’encontre de l’idée reçue selon laquelle à un château correspond un petit territoire paroissial. Seuls les exemples de Pontorson et Candé entrent bien dans ce schéma. Fougères pourrait s’en rapprocher, mais on a vu qu’il s’agit d’un cas complexe où l’on assiste à l’éclatement de l’ancienne paroisse en multiples unités, en même temps que prolifèrent les bourgs prioraux. Ce n’est pas non plus exactement le cas de Vitré. En revanche, on voit le plus souvent subsister les grandes territoires paroissiaux antérieurs : Marcillé pour le château des Vitré, Rannée pour La Guerche, Saint-Aubin pour Pouancé, Béré pour Châteaubriant, sans compter Saint-Clément pour Craon qui n’a pas été abordé. Pour autant, dans le jeu des forces qui ont déterminé ces partitions ou non-partitions – pouvoir châtelain, volonté des abbayes, interventions des princes ou des évêques – il nous semble impossible de mesurer le poids de chacun des paramètres tant les cas sont divers. L’étude de chacun des secteurs de la frontière, dans le chapitre II, permettra de mieux en percevoir le détail.

Les modifications de paroisses liées à la foresta

  • 102 Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge et Saint-Bach d’Angers (XIe et XIIe siècles), Y. Chauvin (éd.) (...)
  • 103 Tonnerre N.-Y., Naissance de la Bretagne, Presses Universitaires d’Angers, 1994, p. 118.
  • 104 Le cas des paroisses de Pontorson et Cendres sera développé et référencé au paragraphe II-1-c.
  • 105 Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 602 : ecclesia de Forgiis en 1516.
  • 106 Meuret J.-C., Peuplement…, 1993, p. 342-347.
  • 107 Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 602.

43Il faut aussi aborder le cas des amputations de territoires, des déplacements d’églises ou de territoires, qui ont abouti à des restructurations du maillage paroissial. La plupart sont liés au problème de la foresta. Ce terme créé à l’époque carolingienne désigne initialement le droit régalien qui consiste à placer hors du droit commun, des territoires appartenant au fisc. Ceux-ci peuvent comprendre des bois et des eaux mais aussi des prés, des terres cultivées, des lieux habités. Lors du fractionnement de l’autorité publique, ce droit est passé entre les mains des princes puis des seigneurs châtelains. Ainsi, à Chémeré en pays de Retz, vers le milieu du XIe siècle, Harscoët décide brutalement de transformer une partie du territoire paroissial en forêt et pour cela en chasse habitants et agriculteurs. Devant les protestations des moines de Saint-Serge détenteurs d’un prieuré en ce lieu, son fils Gestin leur restitue de nombreux droits parmi lesquels la dîme des revenus de sa forêt et un bois au nom évocateur, le Lucus Calomniosus102. Pour le cas, le terme silva est employé au sens juridique et non arbustif, c’est une foresta. Ici, pas de déplacement du lieu de culte, car le bourg et le cimetière des moines se trouvent à Chémeré même, près de l’église Saint-Jean-Baptiste, mais une décision du pouvoir seigneurial, celle de retirer du droit religieux une partie de la paroisse pour en faire sa forêt de Princé103. Laignelet en lisière nord de la forêt de Fougères citée plus haut fournit un autre exemple documenté, pour lequel, on connaît à la fois l’époque ainsi que les lieux d’origine et de déplacement. La raison tient dans la volonté du seigneur de Fougères de libérer sa foresta de toute occupation sédentaire. Saint-Samson-de-l’Ile en est un autre mais moins bien documenté. Cependant, la mention comme paroisse en 1254-1261 et son absence en 1516 laissent penser qu’elle fut supprimée au profit de Cendres, un ancien monastère, et son territoire intégré à la paroisse de Pleine-Fougères. L’origine du transfert tient peut-être aux variations de l’occupation marine dans la basse vallée du Couesnon, qui l’auraient privée d’espaces vivriers de nature palustre104. Non renseigné par l’écrit, mais documenté par l’archéologie, c’est aussi le cas de Forges-la-Forêt. L’origine du bourg actuel se trouve en forêt de La Guerche en un lieu nommé Le Masse. Il s’agit d’une enceinte de terre au centre de laquelle se trouve une motte implantée dans un marais. Il s’y trouvait sans doute un lieu de culte dont témoignent des émaux de Limoges et on y observe des plates-formes d’habitation. Des sépultures en coffres de schiste du haut Moyen Âge y ont été trouvées qui elles-mêmes font suite à une occupation gallo-romaine. Ces vestiges caractérisent bien une petite agglomération du Moyen Âge central, mais celle-ci fut abandonnée et elle se trouve actuellement fossilisée dans le massif forestier de La Guerche. L’absence de constructions de pierre visible, ainsi que l’attribution des émaux de Limoges d’un reliquaire aux XIIe -XIIIe siècles indiquent un abandon du site au bas Moyen Âge. À 1 km au sud, l’actuel bourg et église de Forges-la-Forêt n’apparaissent que tardivement105, installés pour partie sur un ferrier de plus de 1 ha, vestige d’une importante activité de réduction du minerai de fer106. On relève encore que l’actuelle commune de Forges ne fait que border au sud la forêt de La Guerche, mais sans en inclure la moindre parcelle. Au contraire, toute la plus grande partie de la forêt se trouve incluse sur la commune/paroisse de Rannée. Or cette dernière constitua dès la fin du XIe siècle le noyau foncier de la châtellenie de La Guerche et le resta jusqu’à la Révolution. Probable signe de la filiation entre Le Masse et Forges, sous l’Ancien Régime, les barons de La Guerche étaient seigneurs supérieurs, fondateurs et prééminenciers de Forges107. Dès lors, il semble probable que la translation du siège paroissial du Masse à Forges fut décidée par les seigneurs de La Guerche aux XIIIe ou XIVe siècles, là aussi pour libérer leur foresta.

Délimitations et cohérence territoriale

44Les délimitations paroissiales s’appuient sur les éléments déjà en place dans le paysage. Ce peuvent être des faits naturels, dans notre région de relief plat il s’agit uniquement de cours d’eau : ruisseau sans nom à Mondevert, Usure à La Roë ou ruisseau de Malnoë à Carbay. Cependant même dans ces cas, le choix demeure en définitive politique. Dans la plupart des cas, ce sont des éléments d’origine anthropique : une terre déjà mise en valeur, parfois nommée villa comme à Carbay ou Gahard, un breil (réserve boisée) à Mondevert, une ou plusieurs paroisses préexistantes à Bourg-l’Evêque, et surtout des voies et des chemins. Il convient maintenant d’analyser et de classifier ces pratiques au travers d’exemples concrets.

La Roë et Carbay deux cas explicites :

  • 108 Marchegay P., Archives d’Anjou, t. II, 1883, Cartae de Carbaio, p. 2 (1049-1060) : Est autem villa (...)

45La villa de Carbay, projet de paroisse très vite concrétisé, est donnée à Marmoutier par le comte d’Anjou Geoffroy Martel, entre 1049 et 1060. Les raisons stratégiques et le contexte de tension frontalière avec la Bretagne (carte 6) sont pour beaucoup dans la précision de sa délimitation territoriale108. Pour les mêmes raisons géopolitiques, celle-ci débute par la situation de la villa, non pas par rapport à des paroisses limitrophes, mais par rapport aux deux châteaux antagonistes : celui de Brient, c’est Châteaubriant en Bretagne, et celui du comte, Pouancé en Anjou. Les distances sont précisées : trois lieues pour le château de Brient, deux milles pour Pouancé. Viennent ensuite les limites (termini) précises du territoire. En premier lieu, en longitude : à l’est une autre villa, sans doute aussi paroisse – celle de la Prévière –, à l’ouest un ruisseau, celui de Malnoë. En second lieu, en latitude : au nord la voie publique de Neuville, qui conduit en Anjou et en Bretagne, au midi, la rivière nommée Verranum et une petite villa nommée Volvaner. Ces limites très précises et tous les lieux cités peuvent être localisés car ils n’ont pas changé de nom à l’exception de la rivière sud : Verranum, nom qui traduisait sans doute la Verzée ; or, aujourd’hui, la Verzée, désigne la rivière principale du pays, plus au nord, et le Verranum n’en est plus qu’un affluent. Quant à Volvaner, on veut y voir un lieu proche en Soudan (44) nommé Bouvenay, ce qui n’est pas aussi assuré. Le report sur carte montre que ces limites correspondent exactement à l’enveloppe actuelle de Carbay, à l’exception près cependant du cinquième de son tracé, au nord-est. La raison de ce manque se comprend aisément : il s’agit d’un confront qui ne peut guère engendrer de conflit futur, car il est court et rectiligne, et surtout parce qu’il touche la paroisse de Saint-Aubin où le comte détient le château de Pouancé. On observe là une des règles des délimitations : celles-ci deviennent d’autant plus précises et linéaires, qu’elles touchent des secteurs qui ont fait ou peuvent faire l’objet de litiges ; au contraire, on peut constater un certain flou lorsque la création se déroule dans un climat consensuel. Ces remarques n’évacuent pas pour autant la question de savoir sur quels territoires a été prélevée la nouvelle entité. Pour Carbay, l’essentiel des acquisitions, des contestations et des dédommagements concerne des laïcs. On compte parmi eux quelques noms angevins, dont un Renaud « du château de Segré » qui détient la vicaria d’une partie de Carbay ; les litiges les concernant se traitent logiquement à la cour de Hervé de Martigné. Cependant la plupart portent sur des moitiés de la villa, ou des quartiers détenus par des hommes de Soudan, grande paroisse limitrophe à l’ouest et en Bretagne. Ils se règlent alors le plus souvent à Châteaubriant. Le champ des droits religieux se résume à la seule mention du presbiterium détenu par le fils d’un prêtre, mais on ne sait pas s’il s’agit de celui de Saint-Aubin ou de Soudan. Avec prudence, on peut conclure que la plus grande partie de la future paroisse a été prélevée sur des terres jusque là assez mal encadrées peut-être assez récemment mises en valeur, mais dont l’essentiel relevait de Soudan, paroisse du Nantais. On constate que cet exemple soulève l’important problème de la frontière entre principautés. Il sera abordé dans le dernier paragraphe.

46La bénédiction du territoire de La Roë le 25 avril 1098, fournit le meilleur exemple de processus de délimitation. Pour ce qui est du territoire dans son acception religieuse, on observe que les prêtres des territoires contigus ont été convoqués et qu’ils sont venus avec la plupart de leurs paroissiens : ils sont témoins et acteurs d’un bornage qui fixera leurs propres confins. En présence de cette assemblée qu’on peut évaluer à plusieurs centaines d’hommes, à la demande de l’évêque d’Angers dans le ressort duquel se trouve le territoire, le seigneur donateur, Renaud de Craon, avec l’accord de ses fils, fixe alors les contours de la paroisse. Il précise la nature de l’espace ; c’est une forêt. Il en détermine les limites ; elles seront linéaires et donc assez précises, au nord et à l’est un ruisseau nommé l’Usure (aujourd’hui la Pelleterie), et au sud un chemin dénommé Grolet. Elles ne sont pas pour autant d’une exactitude cadastrale : le ruisseau Usure a alors un cours diffus ponctué de marécages qu’il faudra plus tard délimiter plus précisément. Il est à noter que les limites de l’ouest ne sont pas indiquées ; ce sont celles de la petite terre de La Roë (aujourd’hui La Cour de la Roë) vassale de Craon et qui se trouvera toujours par la suite sur la paroisse voisine de Fontaine-Couverte. Elles sont trop bien connues de tous pour qu’on ait besoin de les coucher sur parchemin. Afin d’éviter tout conflit de droit paroissial à venir, l’évêque prend bien soin de s’assurer qu’aucun prêtre de la périphérie ne conteste ces limites. En définitive, cet exemple montre que si les délimitations sont souvent de nature hydrographique ou paysagère (ruisseau et chemin), elles répondent en premier lieu à des critères d’ordre humain, à savoir l’existence d’une communauté qui associe son identité à un territoire et la fait reconnaître par ses voisines.

La cohérence territoriale

47Nous n’examinerons pas sous cet angle les paroisses castrales. On a vu plus haut qu’elles sont trop peu nombreuses pour cela. Candé en est le seul exemple véritable avec ses 39 ha avant la Révolution, et de plus on ne sait rien de sa fondation.

  • 109 Mondevert = 500 ha, Bourg-l’Évêque = 529 ha, Carbay 763 ha, Nyoiseau (av. 1826.) environ 300 ha.
  • 110 Par exemple à Bourg-l’Évêque : terram quae vulgo dicitur Raboteria, cum aliis terris eis [attin] g (...)

48En revanche, la délimitation des paroisses de mise en valeur ou de défrichement comme La Roë apparaît généralement assez cohérente. On note en effet que dans la plupart de ces cas, celles-ci présentent des limites régulières et ramassées, les plus logiques, les plus optimales, fruits d’une installation interstitielle et de confronts avec les paroisses limitrophes. Mondevert, Bourg-l’Évêque, Carbay, et aussi l’abbaye-paroisse de Nyoiseau s’inscrivent dans ce modèle. En raison de leur création tardive au XIe ou au XIIe siècle, dans un espace déjà largement occupé, on note encore que leurs superficies se situent toujours modestement autour de 500 ha109 ; pour les paroisses avortées, Saint-Vincent, le Chalonge ou Le Roseray, si on ne possède pas de chiffres, les estimations demeurent tout aussi modestes. Autre aspect du constat précédent, les interdistances entre la chapelle ou l’église projetée et les centres paroissiaux voisins se placent régulièrement entre 3 et 5 km. Ces constantes spatiales résultent de plusieurs facteurs. Le premier tient à un relief de pénéplaine homogène et peu varié dans nos régions, sans cours d’eau important, hormis la Loire. Intervient aussi, mais sans qu’on puisse mesurer son degré d’influence, la densité démographique, sans doute liée elle-même à la qualité des sols : les chiffres du Breil-Ingaut, dans une région aux sols pauvres et fortement boisés sont plus élevés que ceux du Roseray aux sols plus riches et plus anciennement occupés. Joue encore la nécessité dans l’idéal agro-économique de l’époque de disposer d’un terroir aux qualités complémentaires. Cela se traduit parfois dans la phase des donations par la recherche de terres arables, bois, saltus, eaux, droits de pacage forestiers, autant de nécessités pour les différentes cultures et les différentes pratiques pastorales, tout au long de l’année110. Mondevert ou Bourg-L’Evêque s’inscrivent dans ce modèle.

  • 111 Cartulaire noir de la cathédrale d’Angers reconstitué et publié par Urseau C., Angers, 1908, acte (...)
  • 112 Bertrand de Broussillon A., La Maison de Laval…, t. I, acte no 64, p. 57 (1080-1093) : boscum unum (...)

49L’acte de délimitation proprement dit obéit à certaines constantes. À La Roë, où le territoire de la paroisse est totalement extrait d’une entité plus vaste, la forêt de Craon, on a vu le soin pris pour en arriver à des limites linéaires, un cours d’eau et un chemin. Seul le front ouest n’a pas été précisé car c’était une terre déjà mise en valeur et aux bornages reconnus de tous. À Bourg-L’Evêque, la délimitation peut apparaître floue car pour borner la terre de la Rabotière que donne Bernard de Bouillé on se contente d’écrire qu’elle s’étend entre trois églises, Bouillé, Grugé et Combrée. Cette absence de délimitation précise pourrait paraître liée au caractère non conflictuel de la création et à l’autorité de l’évêque Ulger. Selon nous, elle tient au fait qu’il s’agit d’une terre nommée, exploitée et dont les limites sont connues de toutes les parties concernées, le donateur, et surtout les paroissiens usagers de la périphérie. D’ailleurs lorsque la donation aborde les bois et terrains de parcours au sud, aux limites plus floues et sujettes à d’éventuels conflits futurs, on ne manque pas de préciser qu’ils s’arrêtent à un tracé linéaire net, celui d’un chemin forestier bien connu puisqu’il mène à la chapelle d’un ermite111. La délimitation de Mondevert (carte 9), concerne un territoire comprenant une terre et un bois à défricher situés en la forêt et landes du Pertre, achetés à Guy de Laval. L’acte d’achat fixe comme limites un chemin, celui de Cossé, un lieu nommé, Ceriset (auj. Cerisay en Mondevert) sans doute habité, un breil nommé Brolet Goscelini (auj. le Breil Joussaume au Pertre) qui est sans doute une réserve boisée seigneuriale et pour cela bien délimitée, et ensuite un ruisselet non nommé, car évident pour les contractants112. On observe qu’il s’agit encore de confronts précis, linéaires, connus de tous, intégrés dans les usages et coutumes. L’ordre géographique que suit l’énumération permet même d’affirmer que l’acte correspond à une « montrée » pédestre et visuelle à laquelle ont participé les deux parties, ou leurs représentants.

50À l’inverse dans la tentative de cimetière/paroisse du Roseray en Ballots (53) (carte 2) évoquée plus haut, l’absence de délimitation précise est le signe de la forte opposition de l’autorité détentrice des droits au projet. En effet, les chanoines de Saint-Nicolas de Craon dont dépendent la paroisse et le prêtre de Ballots font bien préciser que le cimetière se trouve dans les limites (termini) de leur paroisse de Ballots. Le projet n’en était pas vraiment un et n’arrivera jamais au stade d’un territoire délimité.

  • 113 Devenu Mabouet et ensuite l’Abbaye, Carfantain n’a été commune que de 1789 à 1793 pour être ensuit (...)
  • 114 Dom Morice, Preuves…, t. I, 433-434. Outre ce qui concerne l’Abbaye sous Dol, on doit encore relev (...)

51L’abbaye – et paroisse – de l’Abbaye-sous-Dol, propose un cas étrange mais exemplaire de la recherche de cohérence territoriale qui présidait aux créations paroissiales. Celle-ci fut créée entre 1076 et 1081, par deux frères de la famille de Combourg, Jean et Gilduin de Dol, dont un autre frère était abbé de Saint-Florent-de-Saumur. Souhaitant fonder un monastère tout près de leur château de Dol pour le confier aux bénédictins de Saint-Florent, ils donnèrent d’abord une villa nommée Mezvoit113 prise sur la paroisse de Carfantain. Villa est à entendre comme domaine agricole autosuffisant ; il comprend d’ailleurs des vignes. Ils sollicitèrent ensuite le consentement du pape Grégoire Vii ; ce qui leur fut accordé. Le récit qui nous est parvenu, mentionne alors la construction du monastère (monasterium), qui peut désigner l’église mais aussi le monastère en général. Et vient ensuite la bénédiction du cimetière par l’archevêque de Dol Even. Ce dernier accorde un droit de foire à la fête de saint Florent, puis celui d’établir un bourg. Comme toujours dans de telles fondations, les seigneurs présents ajoutent à leur tour nombre de donations. Enfin, à ce tableau complet d’une fondation ne manquait qu’un conflit territorial ; il prend ici la forme d’une plainte élevée par le prêtre de la paroisse mère, pour privation de dîmes ; on le résout par un dédommagement114. En définitive, ce récit correspond à un schéma que l’on retrouve peu ou prou dans beaucoup de fondations paroissiales des XIe et XIIe siècles. Entité religieuse, la paroisse commence par la création d’un lieu doublement sacré, avec un autel pour le culte de Dieu et un cimetière pour celui des morts. Cependant, dans la plupart des cas, les textes révèlent qu’elle consiste aussi à organiser la vie matérielle, sociale d’une communauté en mettant en place un édifice collectif, des activités économiques, un système fiscal, tous paramètres qui impliquent l’inscription dans un territoire précis.

La nature des limites et des bornes : mots et réalités

  • 115 La Borderie A. Lemoyne de, « Documents inédits sur l’histoire de Bretagne, chartes du prieuré de la (...)
  • 116 Analyse de la charte et proposition de cartographie dans Bachelier J., Histoire d’une ville médiév (...)
  • 117 Tous les lexiques traduisent ce mot par buisson mais pas par verger. Exactement à la même époque l (...)

52Pour la zone étudiée, un seul exemple de délimitation de paroisse urbaine nous est parvenu celui de Lécousse et Saint-Sulpice de Fougères115. On le doit à un conflit élevé entre les abbayes de Marmoutier et Pontlevoy, la première détentrice de la paroisse de Lécousse, la seconde de celle de Saint-Sulpice116. Il porte sur les confins des deux territoires paroissiaux, parrochialibus fines, ce qui conduit l’évêque de Rennes en personne, Etienne de Fougères, à se rendre sur les lieux en 1169 et à amener les parties à composition. Bien qu’ils s’agisse de territoires d’une agglomération castrale, les bornes fixées demeurent très rurales : un virgultum que nous traduisons par buisson ou bosquet117, cité trois fois, une rivière, le Nançon, une terre, propriété de l’abbaye de Savigny et un moulin ; aucune maison, édifice ou fossé limite n’est cité ; deux chemins, apparaissent, dont un est nommé via Petroselli, plus tard dit chemin de Pérousel, car peut-être empierré, voire pavé, à son entrée dans l’agglomération. Seul le lieu nommé par les moines le Marcheil – c’est le bourg du Marchix-suggère un contexte plus urbain. On doit souligner que les termes précis du conflit ne sont pas énoncés, mais qu’ils apparaissent bien au cours de l’acte : ils sont d’ordre fiscal et portent sur la délimitation des dîmes des moissons, segetum decimis, et sur le droit paroissial, jure ipsius parrochiali, formule citée trois fois. À noter aussi que ce débornement linéaire et très précis, ne concerne qu’une partie des confronts entre les deux paroisses, dans un secteur conflictuel. Ailleurs, deux cas peuvent se présenter. D’une part, il peut exister des limites tout aussi linéaires, mais admises de tous et qui ne suscitent ni conflit, ni écrit. À l’opposé, peuvent subsister des secteurs non encore délimités par une ligne, en raison d’une moindre pression démographique et agraire.

  • 118 Le problème de l’ancienneté des viae publicae citées aux XIe et XIIe siècles, est approfondi dans (...)
  • 119 Guillotel H., Les actes des ducs de Bretagne, (944-1148), thèse pour le doctorat en droit, 1973, ac (...)
  • 120 Marchegay P., Archives d’Anjou : Cartae de Carbaio, t. II, 1883, p. 2.
  • 121 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 1648 (vers 1141) : Don de Robe (...)

53En milieu rural, les bornes et limites ne diffèrent guère. Elles s’appuient souvent sur des chemins préexistants. Certains d’entre eux peuvent être médiévaux, tels les deux chemins en milieu forestier déjà cités, celui de Bourg-L’Evêque, qui mène à la chapelle de Thébaud ermite, ou celui de La Roë nommé le chemin Grolet. Il s’avère cependant que dans un certain nombre de cas, ce sont des voies anciennes, sinon antiques118. Il en est ainsi de deux textes relatifs à Gahard (35) au XIe siècle pour ce qui s’apparente de près à une délimitation paroissiale. Tous deux relatent l’installation de Marmoutier sur les terres de l’ancien monastère de Saint-Spire, jadis détruit par les Normands. Or, si dans ces deux cas les limites fixées sont d’abord des paroisses, il s’agit aussi de deux viae publicae, l’une proche de Mézières (-sur-Couesnon), l’autre qui mène du Mont-Saint-Michel à Rennes119. Toujours au milieu du XIe siècle, la délimitation de la villa de Carbay (49) qui correspond en réalité à une fondation paroissiale, s’appuie elle aussi sur une voie antique, la via publica Novae Villae quae ducit in Britanniam et in Andegaviam120. Il s’agit de la voie antique d’Angers à Carhaix qui sert toujours de délimitation nord à la commune de Carbay. Ou encore cette terre proche de Segré, sise entre le bois de Flée et l’Andegavensem via. L’étude du contexte textuel et cartographique montre que celle-ci désigne un chemin médiéval reliant Craon et Segré visible sur les cadastres de 1826, mais qui n’est qu’une capture médiévale par le château de Segré de l’antique itinéraire d’Angers à Rennes121. Aujourd’hui encore, à cet endroit, cette voie antique forme sur plus de 0,5 km la limite des communes de Segré (au XIIe siècle Saint-Aubin-du-Pavoil) et de La Ferrière-de-Flée (au XIIe siècle chapelle dans la paroisse d’Aviré). Ces exemples rares viennent à l’appui de la théorie bien éprouvée dans la réalité du terrain et des cadastres selon laquelle les limites paroissiales se sont souvent appuyées sur des tracés de voies antiques.

  • 122 Cartulaire noir…, acte 213, p. 315 (1125-1138) : dedi…/… terram quae est juxta cimiterium quae ter (...)

54Les limites des espaces donnés pour une fondation pouvaient parfois être déjà connues et évidentes pour tous. Dans ce cas les actes n’en donnent pas le détail car l’usage fait loi : il en est ainsi lors de la donation d’un cimetière et d’une terre pour le projet de paroisse à Saint-Vincent-de-Segré122. La question de leur nature matérielle reste alors posée.

  • 123 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, acte no 8 (1100-1116) : quatuor mediterreas q (...)
  • 124 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, acte no 11 (1116-1123) : Equum itaque ei dedi (...)
  • 125 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, acte no 9 (1128-1130) : Hugo castri Credonis (...)

55Lors d’une donation en contexte forestier, la fixation in situ de limites visibles prenait sans doute souvent la forme de gestes précis et d’actions concrètes que les actes ne rapportent pas souvent. Par chance, le cartulaire de La Roë, très détaillé en matière de mise en valeur agraire, contient plusieurs mentions de ce type. En premier lieu, les donations s’accompagnent de la fixation de limites (termini) : dans le don de quatre métairies de la Valayette récemment défrichées sur sa forêt, fait par Maurice Ier de Craon à l’abbaye, ce sont des chemins, des terres voisines, une rivière, une haie, voire une « plaine123 ». Il arrive aussi que les donations ou les conflits aboutissent à la pose de bornes (metae). Comment entendre ce mot ? Seulement au sens abstrait de limites ? Sans doute pas, car le droit doit pouvoir se lire au travers de marques visibles. Ainsi, lorsque Hugues de Craon concède un nouvel essart et un marais destiné à faire un pré, il délègue son camérier et un forestier qui viennent sur le terrain montrer à l’abbé Aubin les limites du don. Pour cela, ils incisent les arbres qui poussaient tout autour disant que ces incisions seraient les limites (metae) de la terre124. Peu après, le même Hugues de Craon conteste les limites des terres de l’abbaye, accusant l’abbé d’avoir dépassé les limites concédées par ses ancêtres. L’affaire est grave. L’abbé Aubin propose alors soit de retirer les bornes, soit de venir à un jour convenu soutenir sa cause et montrer les limites tout à l’entour. La deuxième proposition est retenue. Au jour et au lieu dits, Aubin commence à marcher et à montrer les incisions dans les arbres qui marquaient les limites de cette terre, preuve juridique que ne voulut pas croire Hugues. Cependant, le contentieux ne concerne pas seulement les limites des quatre métairies de la Valayette données précédemment. Le titre de l’acte et son contenu indiquent qu’il s’agit en même temps de la délimitation paroissiale à l’est de La Roë, au contact de Ballots. Après intervention des vassaux et arrière vassaux, les parties arrivent à une sorte de compromis qui évite à l’abbé de perdre la face : il obtient qu’on se « souvienne des bornes de son église telles qu’il les avait montrées », et encore, doit-il pour cela donner cent sols125. Sur le fond, Hugues de Craon ne cède pas. En effet, bien que le texte ne le rappelle pas, il ne fait qu’appliquer un engagement précédent, celui pris lors de la bénédiction de la Roë par l’évêque et dans lequel la limite est de la paroisse avait été fixée sur un ruisseau, l’Usure (aujourd’hui la Pelleterie), le 25 avril 1098. Or, par rapport à La Roë, la terre de la Valayette se trouve sur l’autre rive, soit hors de la paroisse initiale, sur celle de Ballots. Dans le flou territorial inhérent aux défrichements, mais aussi parce que dans la donation initiale des quatre métairies on avait omis de parler de limites paroissiales, l’abbé Aubin avait pensé que cette terre limitrophe pouvait logiquement être agrégée à sa paroisse. C’était compter sans l’opposition des vassaux qu’avait Hugues de Craon sur la paroisse de Ballots, ni celle non exprimée, mais bien réelle des chanoines de la collégiale Saint-Nicolas de Craon. Détenteurs des droits paroissiaux en Ballots, ceux-ci jouèrent un rôle discret mais efficace dans le conflit, on le sait par d’autres actes. Par la suite, la position du seigneur de Craon ne changea pas, et La Valayette se trouve aujourd’hui encore en Ballots.

  • 126 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, acte no 58 (1116-1138) : terra per viam que d (...)
  • 127 Meuret J.-C., Archéologie, paysage et histoire d’une forêt du Néolithique à nos jours, le massif de (...)
  • 128 Archives nationales, N III, Loire-Atlantique, 19.
  • 129 Par ex. la borne non datée, conservée à l’entrée de l’abbaye de Montmorel, en Poilley (Manche).

56Le problème de la nature matérielle des bornes n’est cependant pas résolu par cet exemple car si des incisions dans les arbres peuvent se concevoir dans les premiers temps d’un défrichement, rien n’assure qu’elles dureront. Le Breil-Ingaut apporte une réponse. Cette fondation ou plutôt projet paroissial a été présenté précédemment. Elle se situe à la lisière nord de la forêt de Domnaiche en Sion-les-Mines (44), entre Derval et Châteaubriant, et entre 1113 et 1138. Parmi les terres concédées à la Roë pour asseoir la fondation, l’une d’elles est délimitée par les bornes du château (metae castelli)126. Dans une inventaire récent portant sur la forêt de Domnaiche127, nous avons démontré que ces bornes étaient matérialisées par un talus intra-forestier séparant la forêt elle-même, où est encore le château des seigneurs de Sion, du bois contigu de Quimper. En même temps, ce talus faisait et fait toujours fonction de limite paroissiale entre Lusanger où est la forêt et Saint-Vincent-des-Landes où se trouve le bois de Quimper. Preuve est apportée qu’à des metae médiévales peuvent correspondre un talus, encore que pour traduire ce mot on se serait plutôt attendu à fossatum ou terminus. C’est un plan de la forêt levé en 1756128 qui met le point final au questionnement. On y voit en effet le talus séparatif, tel qu’aujourd’hui, et posées tout au long de celui-ci, dix-sept fois la lettre C que le géomètre explique dans la légende en ces termes : « pierres qu’on croît être des bornes » ! On pouvait le présumer, mais la preuve est apportée que nombre de ces metae posées dans les textes furent réellement fichées en terre et qu’elles étaient de pierre. On en connaît d’ailleurs, ici et là quelques exemplaires, dans des contextes abbatiaux129.

Pouvoir et territoires : le maillage paroissial et la frontière

57Posons d’abord la question simplement : la fixation récente de la frontière bretonne au XIe siècle, sur une ligne qui ne bougera pratiquement plus par la suite, a-t-elle eu des retombées sur le maillage paroissial ?

58Corollaires de cette interrogation, a-t-elle modifié des territoires antérieurs ? A-t-elle gelé des créations potentielles ? Ou au contraire, a-t-elle suscité la formation de nouvelles entités ? Au-delà du constat, quels pouvoirs ont suscité, décidé ou profité des éventuelles modifications du maillage ? À question simple, analyses et réponses complexes. La problématique concerne en effet les deux niveaux territoriaux de l’époque, celui des principautés et celui des paroisses. Elle implique donc d’analyser les rôles respectifs des pouvoirs comtaux ou ducaux, des seigneuries châtelaines qui se mettent en place précisément en cette période, et de l’Église ou de certains hommes d’église, en cette époque de réforme grégorienne.

59Les forces en présence n’étant pas les mêmes tout au long du tracé, il en sera fait une présentation par confronts géo-politiques : frontière normano-bretonne, britto-mancelle, puis britto-angevine.

Entre Normandie et Bretagne, la marque du Conquérant

Le contexte du XIe siècle

  • 130 Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., La Bretagne féodale…, p. 56-57.
  • 131 Brand’Honneur M., Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes. Habitat à motte et société chevcaler (...)
  • 132 Levalet D., Hypothèses sur le peuplement antique de la Croix-Avranchin (Manche), Revue de l’Avranch (...)

60Au début du XIe siècle, cette frontière connaît d’importantes évènements et modifications territoriaux dont A. Chédeville a fait la synthèse. Jusqu’à la mort du comte Geoffroy en 1008, la frontière britto-normande se trouvait sur la Sélune. À sa mort, Richard met la main sur le Mont Saint-Michel et s’empare des terres bretonnes allant de la Sélune au Couesnon. À partir de ce moment, ce fleuve constitue pour les Normands la limite occidentale de leur domaine. Robert le Magnifique construit un fort donjon à Cheruel près de Pontorson. Puis Guillaume le Bâtard, assuré de sa frontière sur le Couesnon, entreprend la défense du secteur allant du Couesnon à la frontière du Maine. Il construit pour cela de nombreux châteaux : le Teilleul, La Chaise-Baudoin, les Loges-Marchix, Saint-Hilaire-du-Harcouët et Saint-James-de-Beuvron. En ce dernier lieu existait un prieuré dédié à saint Jacques et détenu par Saint-Benoît-sur-Loire ; Guillaume y édifie un puissant château dans une boucle du Beuvron et sans doute aussi les fameux fossés de Saint-James dans lesquels de Boüard voyait un des premiers exemples de frontière linéaire130. M. Brand’honneur a repris la question mais en se plaçant du côté breton, pour expliquer que l’avance Normande dans ce secteur se produit précisément dans la période 1024-1030 à l’époque de Richard II et Robert. Elle se fit jusqu’au Tronçon, amenant le démembrement et le déclassement de l’ancien pagus du Coglès. Et il montre que la réponse de la Bretagne a été concentrée sur Fougères dont le territoire et le château furent renforcés par Conan II, entre 1040 et 1047, en s’appuyant sur la villicatio de Louvigné131. Ajoutons enfin que pour D. Levalet, ce territoire que conquièrent les Normands entre Sélune, Tronçon et Couesnon se superpose pour partie à un possible pagus antique centré sur la Croix-Avranchin132.

  • 133 Pichot D., Savigny, une abbaye entre Normandie, Bretagne et Maine, dans Quaghebeur J. et Merdrignac(...)

61Un nœud majeur de cette frontière bretonne se situe à la jonction entre Maine, Normandie et Rennais. Là se trouve la puissante abbaye de Savigny, fondée en 1112 en Normandie133, mais sur des terres données par le seigneur de Fougères, fortement implantée dans chacune de ces trois principautés. Bien que passée à la règle cistercienne à partir de 1147, on ne peut écarter la question de son éventuelle influence sur le réseau paroissial de la région. Il en est de même pour l’abbaye du Mont-Saint-Michel, dont le rayonnement extra régional ne doit pas faire oublier qu’elle se trouve aussi en position frontalière. Cependant, en raison de la multiplicité des sources et de leur importance, le choix a été fait de n’aborder ni l’une ni l’autre dans le cadre de cette étude.

62Deux autres secteurs revêtent eux aussi une grande importance stratégique le long de cette frontière normano-bretonne, Saint-James et Pontorson.

Saint-James, château sans paroisse

  • 134 Cartulaire du Mont-Saint-Michel, fac-similé du man. 210 de la BM d’Avranches, Les amis du Mont-Sai (...)
  • 135 Prou M. et Vidier A., Recueil des chartes de l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire, Paris, 1907, t. I, (...)
  • 136 Levalet D., Avranches et la cité des Abrincates. Ier siècle av. J.-C.-VIIe siècle apr. J.-C., Reche (...)
  • 137 Prou M. et Vidier A., Recueil des chartes de l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire, Paris, 1907, t. I, (...)
  • 138 Ménard V., Histoire religieuse, civile et militaire de Saint-James-de-Beuvron, Avranches, Perrin, 1 (...)
  • 139 Ménard V., Histoire religieuse, civile et militaire de Saint-James-de-Beuvron…, Perrin, 1897, p. 2- (...)
  • 140 Longnon A., Pouillés de la province de Rouen, Paris, Klincksieck, MDCCCCIII, p. 153 (1412) : eccles (...)

63Entre 1027 et 1035, le duc Robert le Magnifique, donne à l’abbaye du Mont-Saint-Michel dans le comté d’Avranches tout ce qui était de son droit dans le bourg nommé Beuron (Saint-James-de-Beuvron), avec huit moulins, le tonlieu et toutes les coutumes de ce bourg134. On observe dans cet acte que le lieu préexistait et connaissait une certaine activité. D’ailleurs peu avant, entre 1015 et 1026, Richard II et son frère Robert avaient fait don de l’église Saint-Jacques à l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire135. Confirmant aussi l’ancienneté du lieu, D. Levalet y observe l’existence d’un groupe ecclésial de tradition alto-médiévale avec dédicaces à saint Martin, saint Jacques et saint Léonard136. En 1067, Guillaume Le Conquérant confirme à Saint-Benoit-sur-Loire la possession de l’église Saint-Jacques, située sur les confins de la Normandie et de la Bretagne et précise que pour la protéger de guerres éventuelles, il a fait édifier un château tout autour et créé trois étangs137. Il ne s’agit cependant que du prieuré et il n’est pas fait mention de paroisse. L’agglomération castrale se développe et ce serait le même Guillaume qui y aurait construit une chapelle138. C’est ce que semble révéler son vocable, Saint-Martin-du-Belley (= de bello), le même qu’à Saint-Martin du Combat édifiée après la victoire à Hastings. Par la suite, dans les collations des XVe et XVIe siècles, elle n’apparaît que comme succursale de Saint-Benoît, l’églisemère, même s’il arrive qu’un seul recteur ait en charge les deux églises139. Le premier pouillé du diocèse d’Avranches ne date que de 1412, et ne nous est d’aucun secours140. Saint-Benoît existe toujours, église et gros village à 1,5 km de la ville, plus bas dans la vallée du Beuvron, mais relié par un ancien chemin encaissé. On ne connaît pas les origines de cette église-mère, même si son nom-vocable permet de penser à un lien avec l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire dès avant que celle-ci ne reçoive l’église Saint-Jacques, soit au moins dès le Xe siècle.

  • 141 E. Zadoria-Rio constate que l’impact de la construction des châteaux sur le réseau paroissial s’es (...)

64À Saint-James, on assiste donc au début du XIe siècle à la création d’une placeforte décidée par les souverains normands afin de protéger un territoire tout fraîchement conquis, au point qu’on ne le désigne encore que comme « confins de la Normandie et de la Bretagne ». Pour des raisons de défense, le château a été installé dans une boucle du Beuvron particulièrement favorable, à distance du centre paroissial primitif. Sa donation au Mont-Saint-Michel, tout de suite après la conquête, constitue un acte habile et hautement politique car il ajoute à la valeur stratégique du lieu la protection spirituelle d’un sanctuaire réputé. Le développement de l’agglomération castrale a entraîné la création d’un prieuré et d’une chapelle castrale. Pour autant et malgré les besoins humains, ni le prieuré bénédictin, ni la chapelle castrale n’ont été érigés en paroisse. Faut-il voir là le seul poids du passé et de résistance du réseau paroissial en place ? Ou le pouvoir ducal avait-il intérêt à ne pas laisser naître un pouvoir religieux en un lieu pour lui stratégique ? Le dossier n’est pas suffisamment étoffé pour pouvoir en juger. C’est en tout cas un schéma dominant le long de cette frontière à Châteaubriant, Pouancé, La Guerche, Marcillé, Ancenis, mais aussi ailleurs comme en Anjou ou en Touraine141.

Pontorson, tête de pont normande

  • 142 Guillotel H., Actes des ducs…, 32 (1024-1034, avant le 21 février) : quemdem molendinum situm apud (...)
  • 143 Beuve abbé, Pontorson, rue des Scribes, 1991, p. 23 (rééd. de Pontorson sur les bords du Couesnon, (...)
  • 144 Chronique de Robert de Torigny, abbé du Mont-Saint-Michel, publiée par Léopold Delisle, Rouen, 187 (...)
  • 145 Cartulaire du Mont-Saint-Michel, fac-similé du manuscrit 210 de la BM d’Avranches, Les Amis du Mon (...)
  • 146 Chronique de Robert de Torigny, abbé du Mont Saint-Michel, publiée par Léopold Delisle, Rouen, 187 (...)
  • 147 Ibid., t. II, V, p. 265 : quare mando vobis quod, si episcopus Abrincensis eis aquam benedictam ad (...)
  • 148 Ibid., t. II, VI, p. 265-266 : Sciat dilecto tua nos, prece domini nostri regis Henrici, et ex jur (...)
  • 149 Ibid., t. II, VII, p. 266-267 : Quod donum primi et secundi Henrici regum Anglorum de predictis ec (...)
  • 150 Un compte de 1369-1370 entérine cette partition car il indique que Pons Ursonis et Bouceyo ont cha (...)

65Sur cette même frontière entre Bretagne et Normandie qui se fixe au début du XIe siècle, mais sur le cours même du Couesnon, les lieux de Pontorson et de Cendres, l’un en Normandie, l’autre en Bretagne, illustrent en miroir la problématique paroisse-château-frontière (carte 7). La première mention datée concernant Pontorson remonte à 1024-1034, lorsque le comte Alain III confirme la donation faite par sa mère Havoise à l’abbaye Saint-Georges de Rennes, d’un moulin en ce lieu142. À cette date, la Bretagne s’étend donc encore à l’est du Couesnon. Pour autant, aucune paroisse du nom de Pontorson n’apparait encore ; le lieu devrait seulement son nom à un pont fraîchement construit sur le Couesnon, peut-être par un chef normand du nom de Urso/Orson lors du retour de l’armée normande après son attaque de Dol en 1030143. Le duc Robert fait alors édifier une forteresse près de ce pont, rive droite, sur la paroisse de Boucey. Plus tard, au début du XIIe siècle, dans la liste des 12 châteaux construits par Henri Ier Beauclerc aux limites de son duché, figure celui de Pons Ursonis144, mais il n’est toujours pas désigné comme siège de paroisse. C’est encore le cas entre 1131 et 1149, dans une notice qui mentionne pour le secteur deux prêtres, l’un chapelain du roi à Pontorson, l’autre prêtre de Boucey. L’acte est passé sur le premier autel de Saint-Nicolas, dans la chapelle de Pontorson145, sans doute celle du château royal. Cependant, la paroisse est sans doute déjà en projet dès cette époque. En effet, en 1158, lorsque Henri II se rend au Mont et fait don à l’abbaye des églises de Pontorson, il rappelle que par ce geste, il confirme la donation déjà faite par son oncle Henri Ier146. À cette date de 1158, existent donc plusieurs églises, dont celle du château qui vient d’être fortifié. On sait cependant que l’emploi du terme ecclesia n’implique pas toujours l’existence d’une paroisse. Pour comprendre des réalités, alors en cours d’élaboration, il est d’abord nécessaire de préciser quelles sont les forces en présence. D’un côté Henri II et l’abbé Robert du Mont qui entretiennent des relations directes, amicales, et de pouvoir laïc à pouvoir religieux. Le premier est un des plus puissants souverains d’Occident, l’autre un abbé prestigieux à qui le Mont-Saint-Michel-au-Péril de-la-mer doit d’être un des sanctuaires les plus rayonnants de la chrétienté. Pour ce qui est de Pontorson même, on observe que l’initiative de toutes les créations – château, bourg, églises, et probable projet de paroisse – revient pour l’essentiel aux souverains normands. En face, ou plutôt en-dessous, que peut Herbert, l’évêque d’Avranches, pour s’opposer à ces donations accordées au mépris de son autorité ? Apparemment bien peu, car sa réponse se borne à un refus d’accorder l’eau bénite aux églises147. En vain cependant, car Hugues, l’archevêque de Rouen, lui signifie, qu’en vertu de son droit de métropolitain, il accorde à l’abbé Robert du Mont la licence de fournir cette eau bénite et de desservir la chapelle de Pontorson, pour la raison que ledit Herbert a refusé par trois fois de la fournir148. Cette fois-ci, il n’est pas question d’église, mais seulement de capella : sans doute s’agit-il toujours de celle du château ; dont il faut pourtant rappeler qu’elle était désignée dans l’acte précédent comme ecclesia castelli mei. L’affaire trouve son terme en 1160, dans un acte émanant de l’archevêque de Rouen. Il y est écrit que le roi et les évêques réunis sous son autorité ont tranché : le don des églises a bien été fait par Henri Ier et Henri II, le château a été construit sur le territoire de la paroisse de Boucey, et pour cette raison, le prêtre de celle-ci recevra soit la somme de 20 livres, soit celle de 10 livres avec 10 deniers annuels149. Le terme de parrochia n’est pas employé, mais un tel dédommagement implique que le territoire de Boucey a bien été amputé pour y installer la paroisse castrale de Pontorson. Plus tard, un compte de 1369-1370 le confirme150.

66Tous ces faits qui s’étalent sur un siècle, et qui voient successivement la construction du Pons Ursonis, celle du château, puis la construction de chapelles et d’églises impliquant la naissance d’une agglomération castrale, et enfin la création d’une paroisse, se déroulent sur la rive droite du Couesnon.

  • 151 Guillotel H., Actes des ducs…, acte 50, (1040 après le 1er oct. 1047) : ego Haimo, patria Brito, fi (...)
  • 152 Brand’Honneur M., Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes, Habitat à motte et société chevalere (...)

67Or, en face, sur la rive gauche, exactement dans les mêmes décennies où nait Pontorson, préexistait un lieu du nom de Cendres. Sa première mention remonte à 1040-1047, lorsque Haimon, fils de Guingomar fait don à Marmoutier d’une église relevant de son droit, sise à Solus Gallus/Sougeal, ainsi que de l’église du monastère de Sande/Cendres, avec un moulin sur la rivière du même nom et six acres de marais, à quoi il ajoute la moitié de l’église de Sala (une celle disparue en Sougeal). La donation se fait avec l’accord de Main (de Fougères) seigneur du fief, et Conan, « comte des Bretons », assisté de son oncle Eude151. Au delà des pieuses donations, bien des détails amènent à voir là un acte à connotation militaire et stratégique émanant de Bretons, face aux Normands. Haimon, le donateur, n’est-il pas qualifié d’homme de guerre et de la patrie bretonne ? Main II de Fougères, désigné comme seigneur du fief, est pour cette région nordest du Rennais, un châtelain clé fortement soutenu par Conan, dans le but de contrer l’avance normande152. Dans le détail géographique, on observe que toutes ces donations se situent sur la rive gauche du Couesnon, en un lieu et en un moment stratégiques : c’est là que se trouvent les gués permettant le passage entre Normandie et Bretagne, les plus en aval du Couesnon, face au pont et à la forteresse de Pons Ursonis fraîchement construits par les Normands, justement dans ces années 1030-1040. Ainsi mise en perspective, cette donation au prestigieux monastère ligérien se comprend comme une sanctuarisation de la rive gauche du fleuve, et un coup d’arrêt à l’avance militaire toute fraîche des Normands.

  • 153 Bourde de la Rogerie H., La frontière de la Bretagne et de la Normandie, près de l’embouchure du Co (...)
  • 154 Ibid., p. 319 : Elle sont mentionnées en 1419, mais elles préexistaient.
  • 155 Guillotin de Corson A., Pouillé…, t. II, p. 461-463.
  • 156 Aujourd’hui, Pontorson est le siège de la paroisse Notre-Dame-de-la-Paix qui a regroupé dix parois (...)

68Cependant la donation ne parle pas expressément d’une paroisse de Cendres, mais seulement de l’église d’un monastère qui se trouvait alors dans la paroisse de Pleine-Fougères. Si proche de Pontorson, et bien qu’il relève du diocèse de Dol, le territoire de Cendres sert alors très vite de tête de pont aux Normands et à la place de Pontorson : en 1115, des bourgeois fondent l’Hôpital Saint-Antoine, sans doute, près de l’église Saint-Etienne où il est localisé au XIVe siècle153. C’est là aussi – mais à quelle date ? – que sont construites les tours Brettes ( = face à la Bretagne) pour protéger et contrôler le pont, la chaussée, les moulins154. Cette mainmise laïque et normande sur la rive gauche du Couesnon, sur les terres de l’évêché de Dol, a probablement entraîné en réaction l’érection de Cendres en paroisse. On n’en connaît cependant pas la date exacte et il faut attendre 1526, avec le pouillé manuscrit de Dol, pour voir apparaître le rector de Cineribus. Guillotin de Corson suggère que cette érection a pu consister à remplacer la paroisse voisine, elle aussi sur la rive gauche, de Saint-Samson-de-Lisle, citée dans une bulle de 1254-1261, mais absente en 1516 du pouillé de Dol155. Il faut relever que les deux lieux de Saint-Samson-de-L’Isle et de Cendres portent des signes d’ancienneté : pour la première, une forte cuve de granit tenue naguère pour baptismale et du haut Moyen Âge mais qu’on place aujourd’hui plutôt à l’époque romane ; pour la seconde une église vouée à saint Étienne, une des dédicaces considérées comme les plus anciennes. En définitive, la création d’une paroisse à Cendres face à Pontorson fournit un exemple de plus de paroisse née de la frontière médiévale. À la Révolution, elle sera dépecée pour partie au profit de Pleine-Fougères, pour partie, au profit de Pontorson dont la commune comprend toujours cette enclave semi-circulaire contre la rive gauche du Couesnon. C’est là l’avant-dernière transformation du réseau paroissial156 commencée – dans les textes – en ce secteur stratégique du bas Couesnon, dès le XIe siècle.

Entre Maine et Bretagne, une limite indécise

La Bazouge du Désert et Pontmain : la frontière et les basiliques

69Toutes les actions de défense de la frontière n’ont pas abouti à la création de paroisses au Moyen Âge central, loin s’en faut. Le territoire de Saint-Ellier, Pontmain, Landivy (53) et La Bazouge-du-Désert (35) (carte 10) est dans ce cas, et pourtant l’analyse de cet échec entre pleinement dans le cadre de cette étude. Il semble en effet qu’au Moyen-Âge central, il ait été l’enjeu de luttes territoriales entre les baronnies de Mayenne et de Fougères, en particulier pour le petit territoire de Pontmain qui deviendra paroisse, mais seulement au XIXe siècle. De surcroît, sept à huit siècles plus tard, l’étude de ces luttes a fait resurgir l’affrontement entre les deux versants de la frontière, mais cette fois-ci sur le terrain de l’Histoire régionale, entre l’abbé Angot du côté Mayenne, et L. Maupillé pour les terres de Fougères. Bien que post médiévale, cette querelle a elle aussi toute sa place dans le dossier.

  • 157 Maupillé en cite six (Maupillé L., « Notices historiques et archéologiques sur les paroisses du ca (...)
  • 158 Angot A., Dictionnaire…, t. IV, p. 743,
  • 159 Angot A., Les « châteaux » et les « châteliers » dans la Mayenne, Bulletin de la Commission histori (...)
  • 160 Maupillé L., Notices historiques et archéologiques sur les paroisses du canton de Louvigné-du-Déser (...)
  • 161 Dom Morice, Preuves, t. I, col. 814 : Item idem Gauffridus de Filgeriis praedicto Juello et suis he (...)
  • 162 La Borderie A. Lemoyne de, « Documents inédits sur l’histoire de Bretagne », Bulletin de l’Associat (...)
  • 163 Guillotin de Corson A., Pouillé…, t. IV, p. 116.
  • 164 Angot A., Dictionnaire…, t. III, p. 319 et 321 et t. II, p. 817.
  • 165 Angot A., Dictionnaire…, t. III, p. 255, t. IV, p. 717, t. III, p. 321, t. IV, p. 743.

70Pour ces deux auteurs, les luttes territoriales médiévales peuvent être à l’origine des nombreux ouvrages de terre observés dans le secteur. Côté breton, ce sont des manoirs à motte : Maupillé en compte six sur La Bazouge-du-Désert, chiffre qu’il faut sans doute ramener à deux157. Pour le Maine, il s’agit de « châteliers », dénomination en vogue à la fin du XIXe siècle158 : Angot en cite deux à Pontmain, dans le bourg actuel et à Pont-Dom-Guérin, et un troisième en Landivy au Pont-Aubray. Il les attribue globalement au XIe siècle et aux conflits entre Normandie et Maine rapportés par Orderic Vital ; si l’hypothèse est globalement recevable, au plan archéologique, ni leur nature, ni leur datation n’est cependant assurée159. Pour Maupillé, historien du pays de Fougères imprégné de la recherche bretonne de son époque, ces luttes territoriales doivent être mises en relation avec l’existence du Petit-Maine. Il s’agit là d’une sorte de territoire de marche qui bénéficiait sous l’Ancien Régime d’exemptions fiscales et qui s’étendait dans ce secteur, à cheval sur la frontière, sur les paroisses de Saint-Ellier, La Bazouge-du-Désert et Louvigné-du-Désert160. Les arguments de Maupillé sont multiples : il relève d’abord que jusqu’en 1209, la forêt du territoire situé entre Glaine et Airon relevait du droit de Geoffroy de Fougères et que c’est seulement après cette date qu’elle passe entre les mains de Juhel de Mayenne161 ; c’est à peu près le territoire qu’on appellera plus tard le Petit Maine. Il précise que dans une enquête de 1640 ou 1642, les habitants de celui-ci se déclarent de paroisses bretonnes pour justifier de leur ancienne exemption d’impôts. Et il ajoute que c’est seulement plus tard, à l’occasion d’une délimitation des diocèses de Rennes et du Mans, que treize lieux du Petit-Maine, dont le territoire de Pontmain, quittent le diocèse de Rennes pour être rattachés au Mans ; il fait encore valoir que le premier seigneur de Fougères porta le nom de Main, et qu’il était le neveu de Main, évêque de Dol à la fin du Xe siècle : il voit là l’origine du nom de lieu Pontmain ; enfin, il ajoute que la paroisse de La Bazouge-du-Désert possédait autrefois un bras de Nominoë, relique on ne peut plus bretonne, témoin des liens anciens de cette famille avec la Bretagne carolingienne. Guillotin de Corson fait siens tous ces arguments, ajoutant aussi que la famille de Fougères est bien possessionnée à La Bazouge aux XIe162 et XIIe siècles et il conclut à son tour que le Pont Main fut réuni à la paroisse de Saint-Ellier au XIIIe siècle163. Quelques années plus tard, dans son dictionnaire de la Mayenne, Angot réfute fermement, parfois même ironiquement cette thèse, arguant du fait qu’il ne connaît aucune mention du Petit-Maine avant 1608 et que Maupillé ne cite pas la source attestant le partage frontalier et paroissial de 1640 ou 1642. Il affirme aussi, mais sans preuves, que la châtellenie de Pontmain fut toujours membre de la baronnie de Mayenne : la plus ancienne mention qu’il donne de la première ne remonte qu’à 1205, tandis qu’il fait débuter la seconde à 1014, avec Hamon164. Enfin il date les ponts et châteliers de ce secteur du XIe siècle et les attribue aux seigneurs de Mayenne165, mais là encore sans apporter de preuves.

  • 166 Il suffit pour le constater de lire la fin de l’article consacré à Pontmain. On y voit soudainemen (...)

71Sans doute faudrait-il pousser plus loin la recherche pour bien comprendre cette querelle d’historiens ; il nous semble cependant que les grands évènements qui ont marqué la France et la Mayenne dans les années 1870 n’y sont pas étrangers. Le sentiment d’abaissement national après la capitulation de Sedan le 2 septembre, l’avance de l’armée prussienne non loin de Laval, l’apparition de la Vierge à Pontmain le 17 janvier 1871, la ferveur immense qui s’en est suivie, entraînant la création quasi-immédiate de la paroisse en 1872, puis la construction d’une somptueuse église de pèlerinage de 1873 à 1876, consacrée basilique par le pape en 1908, autant d’évènements politiques, religieux, identitaires qui ont ancré Pontmain au plus profond des mentalités mayennaises. Or l’abbé Angot se sentait lui-même profondément mayennais comme homme, comme prêtre, et comme historien d’archives et de terrain. On comprend alors mieux comment son jugement sur le statut médiéval de Pontmain a pu être faussé à ce point. Admettre la thèse de Maupillé, c’eût été reconnaître que Pontmain n’appartenait pas totalement à la Mayenne et au Maine166.

72Que retenir et conclure de cette querelle moderne et locale, et néanmoins fortement imprégnée des courants historiques dominants de la fin du XIXe siècle comme la guerre, la frontière, l’identité régionale ?

  • 167 Voir sur ce point Brand’Honneur M., Manoirs et châteaux…, p. 112-113.
  • 168 Guillotel H., Les actes des ducs de Bretagne…, no 46, p. 171 : in vico Luvigniaco domus unam, in eo (...)
  • 169 Pour la distinction entre spatialisation et territorialisation du sacré : Nagy P., « La notion de (...)
  • 170 Guillotin de Corson A., Pouillé…, t. IV, p. 115.
  • 171 Dom Morice, Preuves…, 813 :… servienti praefati Gaufridi [de Filgeriis] in Basoches constituto…
  • 172 Pichot D., Le Bas-Maine du Xe au XIIIe siècle : étude d’une société, Société d’archéologie et d’his (...)
  • 173 Angot A., Dictionnaire…, t. III, p. 548 : Saint Helier du Pontmain, 1420 (Bibl. nat., fr. 11 873).

73Si les défenses de terre qu’on observe dans ce secteur peuvent être médiévales et attribuées aux seigneurs de Mayenne à partir du XIIIe siècle, on ne peut pas non plus écarter l’idée qu’elles aient été détenues par ceux de Fougères au milieu du XIe siècle Main II de Fougères figure en effet très souvent dans l’entourage de Conan II et d’Eudes et son château apparaît pour la première fois entre 1040 et 1045. Avec le soutien du souverain breton, Fougères devient alors une puissante châtellenie constituée des restes du Coglais, du nord du Vendelais et même de terres en face de Pontorson. En promouvant ainsi Fougères face au château et comté de Mortain récemment créé par Guillaume le Bâtard, Conan II faisait barrage aux ambitions normandes167. Le petit territoire de Pontmain, 717 ha aujourd’hui, peut avoir été une des têtes de pont de la châtellenie. Il aurait été pris sur les confins de la Bazouge-du-Désert, une terre alors indiscutablement aux mains des Fougères. Mais il semble qu’en ce milieu du XIe siècle, celle-ci n’était pas encore organisée en paroisse car on ne la désigne que comme le vicus de Basilica168. On serait alors dans le cas d’un sanctuaire, peut-être baptismal, rayonnant sur un espace encore indéfini, tel qu’on en reconnaît de plus en plus au cours du haut Moyen Âge. Ce n’était pas encore un territoire paroissial précisément délimité, phénomène qui ne se généralise que progressivement, entre 1015 et 1215169. Deux faits plaident pour cette thèse. Le premier tient à la présence de la relique de saint Judicaël, roi de Bretagne au VIIe siècle, et la tradition selon laquelle le sanctuaire primitif était occupé par une communauté d’hommes et se serait trouvé à 1,5 km de l’église actuelle. Le second concerne les mots. En effet, à la fin du XIe siècle, la basilica devient ecclesia de La Bazogia ce qui peut entériner sa transformation en paroisse170. Ce n’est que plus tard, fin XIIe début XIIIe siècle, que l’espace entre Glaine et Aron, jusque-là fief de Fougères passe sous le droit de Mayenne171. Au cœur de celui-ci, Pontmain et son petit territoire castral deviennent alors tête de pont mayennaise, face à la paroisse de La Bazouge, certes réduite, mais toujours fougeraise et bretonne. Dans quelles circonstances cette conquête laïque de Pontmain a-t-elle été suivie d’une annexion à la paroisse mancelle de Saint-Ellier ? Faute de sources172, on ne peut rien en dire, mais seulement constater que c’est un fait acquis en 1420173. Dans le cadre chronologique de cette étude, on retiendra que ces luttes territoriales n’engendrent aucune paroisse nouvelle. Néanmoins, par un étonnant retour vers les origines, ce sera un fait d’essence religieuse, l’apparition de la Vierge en 1871, qui entraînera dès 1872 l’érection de Pont-Main en paroisse, en même temps que la création d’un sanctuaire de pèlerinage au rayonnement supra régional.

La Gravelle, paroisse castrale

  • 174 Le Baud P., Histoire de Bretagne avec les chroniques des maisons de Vitré et de Laval, 1538, p. 21  (...)
  • 175 Bertrand de Broussillon A., La Maison de Laval (1020-1605). Étude historique accompagnée du cartula (...)

74Plus au sud, aujourd’hui premier ou dernier péage sur l’autoroute de Bretagne vers Paris, La Gravelle appartient aux créations paroissiales de la frontière. Avec aujourd’hui 624 ha, elle appartient à la catégorie des petites paroisses à la fois castrales et de mise en valeur, nées directement d’une intention politique, stratégique, économique. Dans les années 1130, au cours d’un conflit rapporté par Pierre Le Baud, Robert de Vitré se voit chassé de ses terres par le duc de Bretagne Conan qui les attribue à Juhaël de Mayenne. Robert se rend à Laval et obtient du seigneur Guy de Laval de s’installer à Launay, puis à La Gravelle174. Le premier château de La Gravelle peut donc dater des années immédiatement antérieures au règne de Robert, celles de Guy III de Vitré, vers 1110-1130. Aucune paroisse n’est encore mentionnée. Celle-ci apparaît dans une charte d’entre 1155 et 1164, lorsque Gui, seigneur de Laval, fait un ensemble de dons aux moines de Marmoutier établis au prieuré de Laval. Vient en premier lieu le parochiatus de Gravella qu’on peut traduire par territoire paroissial, mais sans oublier qu’au sens juridique, il implique en même temps le parochiaticum, les droits et les revenus paroissiaux. Il ajoute une chapelle, peut-être celle du château, ainsi qu’une terre pour faire un cimetière et un bourg. Puis il est précisé qu’une terre, située au-dessus de la voie publique, est allouée pour enterrer les morts. Le don se termine à saint Martin de Laval, où Guy pose les clés de l’église sur l’autel175. Comment interpréter un tel acte en termes de création paroissiale ? Sous les dehors d’un récit unifié, l’acte révèle une réalité plus complexe et qui a du s’étaler dans le temps. Il commence par une donation générale qui pose un premier problème : le fait de donner le parrochiatum signifie-t-il que la paroisse existe déjà ou qu’on ait l’intention d’en développer une ? Tout nous amène à retenir cette dernière hypothèse, sinon l’acte aurait fait état de l’existence, des droits, voire de l’indemnisation du prêtre de celle-ci. Quelle est cette chapelle concédée ? Un simple lieu de culte pour une agglomération en projet ou celle du château ? On ne connaît pas de chapelle castrale dans la basse-cour de celui-ci ; de plus, l’église Saint-Jacques construite par les moines se trouve à 200 m, hors de sa basse-cour. Il faut alors envisager un déplacement du lieu de culte par les moines sur la terre concédée. Viennent ensuite des donations précises qui paraissent avoir eu lieu un certain temps après le don initial. Elles révèlent un véritable projet d’agglomération, et même de paroisse : création d’un cimetière, lotissement d’un bourg, réception d’hôtes, construction de maisons, installation future d’un étang par le seigneur. S’ajoute encore le don de la terre pour recevoir les corps : s’agit-il d’un second cimetière ? Nous pensons que non, mais là encore il est difficile de trancher car l’impression générale est celle d’un projet en cours et de tâtonnements séparés dans le temps, toutes choses que le rédacteur a eu peine à relier. L’acte se termine à Laval devant l’autel du prieuré sur lequel Guy dépose les clés de l’église et scelle le don devant nombre de témoins. On note que la capella s’est muée en ecclesia, signe que du temps est passé et que le projet est devenu réalité.

  • 176 Pour la voirie du Moyen Âge central, entre autres à La Gravelle, voir Meuret J.-C., « La voirie à (...)

75Le territoire de La Gravelle était et est encore très forestier comme l’est le nord-ouest de la Mayenne. Il paraît avoir été constitué sur les confins de plusieurs paroisses dont Saint-Pierre-la-Cour et Ruillé-le-Gravelais, mais rien dans les sources n’indique de conflit de délimitation avec celles-ci. Toutes les décisions relèvent du seul seigneur de Laval : il n’est fait nulle allusion à un vassal ou à un prêtre qui auraient détenu des droits sur le territoire, pas plus qu’à un prince supérieur dont il aurait fallu obtenir l’accord final. Il s’agit donc d’un projet d’initiative purement seigneuriale visant à développer un bourg castral. La création d’une paroisse figure dans ce projet, c’est un cadre incontournable à l’époque ; pour autant, elle n’en constitue pas l’essentiel. Bien que localisé sur la frontière entre Maine et Bretagne, et lié à un château, le projet de La Gravelle ne se développe pas dans un cadre conflictuel. Il vise beaucoup plus à compléter l’occupation et le maillage territorial dans un secteur boisé, peu peuplé et sans doute aussi à contrôler et taxer le trafic sur la via publica entre Maine et Bretagne176. Comme le reste du Bas-Maine, ce territoire échappe aux comtes du Maine et relève du seul contrôle des seigneurs de Laval. Ceux-ci entretiennent de très bonnes relations avec leurs voisins bretons, les seigneurs de Vitré. Côté breton, les deux seigneuries possèdent et gèrent même en commun les landes et la forêt du Pertre, le long de la frontière, depuis au moins la fin du XIe siècle et pendant les siècles suivants. À l’inverse de ce qu’on observe assez souvent ailleurs à cette époque, la frontière apparaît ici comme un espace de libertés, de paix et même d’expérimentation.

Le Pertre ou la chirurgie frontalière

  • 177 Lauwers M., Paroisse, paroissiens et territoire. Remarques sur parochia dans les textes latins du M (...)

76Pour la majorité des paroisses, on ne dispose pas d’actes de fondation. Pour un certain nombre d’entre elles, l’examen du tracé des limites a naguère amené à déduire qu’elles provenaient du « démembrement » d’entités plus vastes, et plus ou moins originelles, désignées comme « paroisses primitives ». Ce schéma longtemps admis suscite maintenant de plus en plus de questionnements tant chez les archéologues que chez les historiens. On s’accorde maintenant à reconnaître que pendant le haut Moyen Âge, la paroisse désignait avant tout une assemblée de fidèles, sans lien étroit avec un territoire délimité et un lieu de culte précis. C’est seulement à partir du IXe siècle, que l’officialisation de l’encadrement religieux, la mise en place de la dîme et la polarisation du peuplement par le couple cimetière-église paroissiale enclenchent le processus de territorialisation de la paroisse. Il n’atteindra sa forme achevée qu’au milieu du XIIe siècle177.

77On peut observer un bel exemple de ce long processus en étudiant le cas du Pertre (35) et de ses environs (carte 9), mais à la condition de choisir la frontière comme lieu d’observation. Il s’agit d’un ensemble comprenant les paroisses actuelles du Pertre, Bréal et peut-être Mondevert côté Bretagne, Saint-Cyr-le-Gravelais, Beaulieu-sur-Oudon et peut-être La Gravelle, côté Maine. Cet espace qui s’étend sur 15 km du nord au sud et 8 km d’est en ouest peut paraître totalement hétérogène d’autant que la frontière est de la Bretagne avec le Maine le sectionne du nord au sud. Cependant le seul examen de la carte suscite déjà quelques interrogations : pour Le Pertre, sa grande étendue (4 363 ha), sa forme très allongée du nord au sud (11 km x 4,5 km) et la position excentrée de son église, tout contre la frontière ; pour Saint-Cyr et Beaulieu, leur forme allongée du nord au sud, l’imbrication de leurs limites sud et nord et la position excentrée de l’église de Saint-Cyr, tout contre la frontière et à 0,7 km seulement de celle du Pertre.

  • 178 Cartulaire de l’abbaye Saint-Serge et Saint-Bach d’Angers (XIe-XIIe siècle) édité par Yves Chauvin(...)
  • 179 Pour le Pertre, voir Meuret J.-C., Peuplement, pouvoir et paysage sur la marche Anjou-Bretagne, de (...)
  • 180 Cartulaire de l’abbaye Saint-Serge…, t. I, acte 4, p. 2-4 (1090-1135) : juxta Braellum quandam ter (...)
  • 181 Angot A., Dictionnaire de la Mayenne…, t. I, p. 195 (cart. de Méral, f. 2).
  • 182 Longnon A., Pouillés de la province de Tours, Paris, Klincksieck, MDCCCCIII, p. 74 (vers 1330) : ec (...)

78Par chance, Le Pertre bénéficie d’une intéressante documentation. Au premier rang de celle-ci, figure un long procès, daté entre 1083 et 1092 et qui oppose deux abbayes, Saint-Jouin de Marne et Saint-Serge d’Angers, la première revendiquant la détention de la chapelle de Bréal. On apprend à cette occasion que l’église du Pertre est un prieuré de Saint-Jouin de Marne et ce, depuis le règne de Clovis II, époque à laquelle une « abbaye » aurait été construite en l’honneur de Saint-Martin-de-Vertou. Faute de preuves écrites conservées, mais surtout grâce à sa puissance régionale, à l’arbitrage des évêques de Rennes, Angers et Dol, et à la connivence des seigneurs locaux, parmi lesquels les Vitré et les Laval, Saint-Serge réussit à faire débouter Saint-Jouin de sa plainte178. Deux nécropoles du haut Moyen Âge, l’une au Pertre, l’autre à Bréal confirment pleinement l’ancienneté de l’occupation religieuse dans le secteur179. D’autre part, plusieurs textes allant de la fin XIe siècle au XIIIe siècle permettent d’observer aux environs du Pertre l’existence d’une forêt et de landes communes aux seigneurs de Vitré et de Laval. Le plus ancien de ceux-ci, daté de 1083-1135, donc dans des temps voisins du procès précédent, concerne la terre de Rallée en Erbrée, tout contre Bréal et contiguë de la foresta de Guy de Laval et André de Vitré. On y apprend que sur les conseils de leur forestier Hervé, ces deux seigneurs décident d’expulser les habitants du lieu et de le transformer en bois et forêt180. On observe ainsi que les deux seigneuries détenaient déjà en commun une foresta, et qu’elles continuaient à l’étendre. Côté Maine, les lieux voisins de Saint-Cyr et de Beaulieu ne sont alors que des chapelles, la première n’apparaît comme ecclesia qu’en 1262181 et la seconde vers 1330182. Or, par la suite, l’une et l’autre sont et seront toujours à la présentation de Saint-Jouin de Marne, comme Le Pertre.

79C’est en reliant tous ces éléments disjoints et surtout en les plaçant dans la perspective de la frontière que le dossier prend toute sa cohérence. Pendant le haut Moyen Âge, l’espace considéré n’était pas coupé en deux par la frontière ; il se trouva toujours dans une seule entité politique : d’abord la Neustrie franque, puis la marche carolingienne, ensuite le royaume breton d’Erispoë et de Salomon au IXe siècle. L’unité qu’on peut alors en percevoir au travers des textes se situait au plan religieux. À sa tête et en son centre se trouvait le sanctuaire-abbaye du Pertre, lié à l’abbaye de Saint-Jouin-de-Marnes. Autour, gravitaient plusieurs chapelles, Bréal, Saint-Cyr, Beaulieu, peut-être d’autres comme à La Gravelle et Mondevert. Cette entité religieuse couvrait alors une superficie située entre 9 000 et 10 000 ha. Puis, au cours du Xe siècle, la frontière bretonne recule vers l’Ouest sans qu’aucune source ne dise dans quelles circonstances. Elle s’installe dans ce secteur, mais sans doute pas sous la forme d’un tracé linéaire précis. Des pratiques collectives demeurent, religieuses avec les chapelles, mais sans doute aussi agro-pastorales avec des parcours communs. À ce moment, vers le milieu du XIe siècle, les châtellenies de Vitré et Laval se mettent en place et se partagent plus ou moins tacitement le secteur, en dépossédant l’abbaye de Saint-Jouin-de-Marnes, et en s’assurant pour cela le concours des abbayes de Saint-Serge et Marmoutier. Pour geler la région, elles y établissent une foresta et des landes, mais avec un statut commun, sans doute dicté par le poids du passé et des pratiques des populations périphériques. Ce n’est que dans les décennies et siècles suivants, que des paroisses sont érigées, Bréal, Saint-Cyr, Beaulieu, Mondevert et que se fixent avec plus de précision les limites paroissiales.

Entre Anjou et Bretagne : recul du Nantais

Entre Craonnais et Guerchais, une frontière pacifiée

80Au sud de la limite avec le Maine, la frontière s’avance plus vers l’Ouest comme si en ce secteur, l’Anjou et le Craonnais s’étaient plus fortement imposés.

  • 183 La chronique de Nantes publiée par Merlet R., Paris, 1896, p. 29-30 : Credonem tunc temporis Namne (...)
  • 184 Le point sur les débats relatifs à cette frontière entre Nantais et Anjou dans Brunterc’h J.-P., « (...)
  • 185 Le Baud P., Histoire de Bretagne avec les Chroniques des maisons de Vitré et de Laval, Paris, 1638, (...)
  • 186 Sur la commise de Craon : Meuret J.-C., Peuplement…, p. 326.

81Il faut rappeler tout d’abord qu’au milieu du IXe siècle, selon la Chronique de Nantes, le Craonnais relevait du comté nantais. A cette époque, le comte Lambert est chassé de sa cité et vient se réfugier à Craon, alors dans le territoire nantais et où se trouvait un monastère Saint-Clément lié à son homonyme de Nantes. Lambert construit alors un château au bord de l’Oudon183. La rareté des sources empêche de savoir avec certitude où se trouvait la frontière d’alors : sur l’Oudon et son affluent l’Hière, ou sur la Mayenne184 ? Au cours des 150 ans qui suivent, l’Anjou s’empare de ce territoire du Craonnais, et sans doute en même temps du Segréen, sans que, là non plus, on sache exactement dans quelles conditions. C’est sur fond de cette appartenance antérieure au Nantais que l’on peut interpréter comme une tentative de reconquête, l’expédition menée en 1066 dans le Craonnais par le comte de Rennes Conan185. De même, la commise prononcée par le comte d’Anjou sur l’honor de Craon avant 1059 doit s’entendre comme une mesure destinée à empêcher celui-ci de tomber par alliance dans le camp rennais et breton186.

82Ces importantes et récentes modifications de la frontière ont-elles influé sur le maillage paroissial du secteur aux XIe et XIIe siècles ?

83Si les relations antérieures peuvent avoir été tendues, lorsqu’apparaissent quelques sources, à la fin du XIe siècle le Craonnais et le Guerchais vivent en bonne intelligence. Pour les deux familles seigneuriales, cela se traduit tout au long du XIIe siècle par des échanges matrimoniaux et le soutien commun apporté aux fondations religieuses.

84Parmi celles-ci, la création de la paroisse et abbaye de La Roë fournit l’exemple le plus emblématique. Création à multiples entrées, elle répond à la fois à des logiques démographique, agraire et plus encore religieuse, mais par la voie originale de l’érémitisme transmué en cénobitisme. Il est cependant nécessaire de la comprendre aussi dans un contexte religieux et politique plus large. Robert d’Arbrissel tient dans cette affaire une place centrale car il est l’homme qui transgresse la frontière et qui établit la paix de Dieu. Sa vie avant Fontevraud a été constamment partagée entre Angers et Rennes ; dans la première, il noue des relations avec le milieu épiscopal, on pense à Marbode mais aussi avec la famille comtale, et en premier lieu Ermengarde. À Rennes, il fut archidiacre de l’évêque Sylvestre qui était en même temps seigneur de La Guerche. Prêtre à Arbrissel, mais aussi ermite et prédicateur gyrovague, il développe un territoire paradoxal car virtuel, sans limites, constitué des périphéries de l’Anjou et de la Bretagne. Son nom figure parmi les témoins de nombreuses donations ou fondations pieuses à La Celle-Guerchaise, à Chelun, à Pouancé, à La Roë, à Nyoiseau, il apparaît ici près du baron de Craon, là sur le pont de la demeure du seigneur de La Guerche, il est dans la chambre du comte à Angers et y rencontre le pape, et il correspond avec Ermengarde ou avec Marbode devenu évêque de Rennes. À la fois brasseur et catalyseur humain, culturel, religieux, le personnage Robert d’Arbrissel fournit presque à lui seul les clés de lecture de la bénédiction du cimetièreparoisse de La Roë de 1098. Néanmoins, on ne doit pas oublier la dimension politique de cette paroisse. À la cérémonie, se trouvaient en effet tous les seigneurs châtelains de la périphérie de La Roë, ainsi que leurs vassaux, se portant ainsi garants de la pérennité et de la paix du nouveau territoire : Renaud de Craon, le donateur, Guillaume de La Guerche et Gautier Hai de Pouancé. On y voyait aussi André, seigneur de Vitré, présence et garantie significative si on se souvient que quelques années avant, le mariage d’un Craon et d’une Vitré avait provoqué la commise du Craonnais par le comte d’Anjou. Quarante ans plus tard, le 9 août 1138, a lieu la dédicace de l’église. Seuls sont présents les seigneurs Guérin de Craon et Guillaume de La Guerche ; ils représentent cependant la périphérie de La Roë au complet car depuis, Pouancé est passé par mariage dans la seigneurie de La Guerche. De plus, la présence des plus hautes autorités ecclésiastiques de l’Ouest moyen avec l’archevêque de Tours et les évêques d’Angers, Rennes, Le Mans et Alet montre que la paroisse-abbaye de La Roë constitue maintenant un exemple supra local. Ces prélats célèbrent ainsi la réussite d’une abbaye tant au plan matériel que monastique, mais au-delà et sans le dire, ils mettent en avant la valeur exemplaire de ce territoire frontalier où a été instaurée une forme de paix de Dieu.

85Hormis La Roë, on relève encore dans ce secteur, deux autres indices de modifications du réseau paroissial.

  • 187 AD Angers, H 1778. Parchemin, original. Cartulaire de Saint-Aubin d’Angers, publié par Berrand de (...)

86Le premier n’est que très ténu car d’ordre toponymique ; il se rapporte au nom de Chelun, commune frontalière située entre La Guerche et Pouancé, en Bretagne. Le lieu apparaît à la fin du XIe siècle, lorsque Saint-Aubin d’Angers reçoit son église dont il est dit qu’elle est située dans le diocèse de Rennes et qu’elle se nomme Calumpniacus187. Une telle dénomination, que l’on peut traduire par « (lieu) réclamé, contesté », suggère un conflit antérieur. Aucun texte n’en fait cependant état, et on ne sait donc pas si ce conflit territorial était d’ordre paroissial, seigneurial, diocésain ou frontalier. Avec 1 125 ha, la commune se situe dans la moyenne. Seul indice d’une éventuelle modification de territoire, on observe que son centre paroissial se trouve bizarrement excentré, à 0,2 km seulement de la frontière avec l’Anjou.

  • 188 Cartulaire de Saint-Aubin d’Angers…, t. II, acte 655, p. 144-146 (1097) : ego, Zacharias, filius F (...)
  • 189 Pour les réf., voir Meuret J.-C., Peuplement…, p. 471-472 et 480.
  • 190 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, acte no 48 (9 août 1138).
  • 191 L’acte précise que Zacharie possède l’église qui se nomme Cellula, de droit héréditaire (de meo he (...)
  • 192 Dom Morice, Preuves…, t. I, col. 499 : Lettre de Marbodus évêque à Robert d’Arbrissel.
  • 193 Cartulaire de Saint-Aubin d’Angers…, t. II, acte 657, p. 147 (1142) : Ego, Alanus, Dei gratia, Red (...)
  • 194 Cartulaire de Saint-Aubin d’Angers…, t. II, acte 658, p. 148-149 (1172) : Ego, Stephanus, Redonens (...)

87Plus intéressant, le second concerne La Selle-Guerchaise, curieuse et minuscule paroisse d’aujourd’hui 214 ha, bien que dépourvue de tout château, située près de La Guerche, en Bretagne, tout contre la frontière avec l’Anjou. Elle n’apparaît qu’en 1097, lorsque Fromond de Novestol fait don de son église Saint-Martin à l’abbaye Saint-Aubin d’Angers188. Elle est désignée comme ecclesia disposant de tous les privilèges de baptêmes, sépultures et dîmes qui caractérisent une paroisse aboutie. Trois détails permettent d’envisager son origine : l’acte désigne le lieu et/ou l’église comme Cellula, une celle ; il cite son presbiter, Quintin ; il énumère des témoins, l’un d’eux est Robert d’Arbrissel. Or un an avant, et à 7 km de là, en Anjou, Robert d’Arbrissel venait de recevoir du seigneur de Craon une partie de sa forêt pour jeter les bases de la future abbaye de La Roë. Parmi ses compagnons figurait l’ermite Quintin, présent en 1096 à Angers devant le pape près de Robert, puis à la bénédiction du cimetière en 1098, élu abbé de Notre-Dame-des-Bois (future N.-D. de La Roë) en 1101, et encore vivant en 1107. Il ne peut que s’agir du même personnage. De surcroît, la charte de donation de La Celle précise qu’il pourra, s’il le souhaite, se faire moine à Saint-Aubin ; on le voit dans un autre acte encore désigné comme ermite parmi les témoins de Saint-Aubin au Lion d’Angers189. Tout amène à conclure que c’est un familier d’Angers et de l’abbaye Saint-Aubin, qu’il est à l’origine de la donation de La Celle-Guerchaise à celle-ci, que le tout petit territoire a été érigé en paroisse autour d’une cellule érémitique, sans doute la sienne, et qu’il en a été désigné comme prêtre. Confirmation de la réalité de cette paroisse, un Guarinus presbiter de Cella est présent en 1138, à la bénédiction de l’église abbatiale de La Roë190. C’est là un cas unique dans notre corpus, si l’on excepte La Roë et Nyoiseau, elles aussi d’origine érémitique, mais abbayes et d’une toute autre dimension. Il s’explique par la réussite de l’érémitisme à l’est de la Bretagne, et surtout par la personne de Quintin que le même acte désigne comme ejusdem ecclesie venerabilem sacerdotem. D’autre part, cette paroisse s’inscrit aussi dans le contexte des limites et de la frontière entre les seigneuries de Craon et de La Guerche, entre Bretagne et Anjou. En effet, Zacharie, le donateur, est un proche des seigneurs de Craon, dont il est vicarius et il en est de même pour son neveu Normand qui assure la même charge. Il appartient à une famille dont il a été démontré qu’elle était possessionnée depuis des générations en Bretagne à Brielles et à La Celle, souvenir probable d’un temps où la frontière se tenait plus à l’est et où les châtellenies n’étaient pas nées191. Parmi les témoins figure aussi Maurice de Craon, fils de Renaud, fondateur et bienfaiteur de La Roë : n’est-il présent que pour des raisons religieuses, et n’y aurait-il pas aussi des enjeux de terres et de pouvoir ? Sans doute, car lorsqu’il apprend cette donation, Guillaume de La Guerche détenteur de la seigneurie limitrophe, en Bretagne, accourt pour rencontrer l’abbé Girard et confirmer la donation, occasion de marquer son territoire et de faire écrire que le don relève de son fief. En revanche, on ne voit pas figurer les évêques, ni Geoffroy de Mayenne, évêque d’Angers, ni Marbode récemment élu à Rennes. L’absence du premier, assez peu entreprenant, ne surprend pas vraiment ; en revanche celle de Marbode, dont on sait les attaches angevines, peut étonner. Peut-être faut-il l’attribuer au fait que Robert d’Arbrissel, qui participe de près à cette donation, n’a pas toujours trouvé grâce à ses yeux192. La raison ne se tient-elle pas surtout dans le fait que la définition territoriale des diocèses, au moins dans ce secteur, n’a pas encore une précision linéaire, tout comme pour les paroisses ? Il faut en effet attendre un demi-siècle pour voir intervenir Alain évêque de Rennes en 1142 à propos d’une nouvelle donation de dîmes à Saint-Aubin193, et affirmer par là même une limite orientale de son diocèse. Puis en 1172, Étienne (de Fougères) évêque de Rennes, en même temps que Geoffroy de Pouancé, seigneur du château de La Guerche, confirment un accord entre l’abbaye de Saint-Aubin et un descendant du donateur194 : la limite entre les diocèses est sortie du flou initial, et elle se superpose sans contestation à une limite laïque, celle d’une châtellenie.

De Martigné à Segré, une châtellenie franche, son abbaye, et des paroisses

88Entre le XIe et le XIIIe siècle, les terres qui s’étendent de Pouancé à Segré (carte 4) ont connu de nombreuses modifications du maillage paroisssial. Région sans doute récemment annexée par les comtes angevins au Xe siècle, elle connut ensuite de fortes tensions politiques, féodales, religieuses.

  • 195 Marchegay P., Archives d’Anjou, t. II, 1883, Cartae de Carbaio (1049-1060), p. 1-2.
  • 196 Marchegay P., Archives d’Anjou, t. II, 1883, Cartae de Carbaio, p. 4. Voir aussi p. 6 (2e version d (...)
  • 197 Brunterc’h J.-P., « Géographie historique et hagiographie : la vie de Saint Mervé », Mélanges de l’ (...)
  • 198 Guillot O., Le comte d’Anjou et son entourage au XIe siècle, Paris, Picard, 1972, t. I, p. 359.

89La création de la villa/paroisse de Carbay déjà évoquée en constitue le premier épisode195. On a vu que c’est entre 1049 et 1060 que le comte Geoffroy alors en possession du château de Pouancé, accueille un moine de Marmoutier nommé Jonas qui fuit Marcillé-Robert en Bretagne, en raison de guerres entre Châteaubriant et Vitré : guerram quam contra se invicem Brientius et Robertus de Vitriaco agebant. Celles-ci ne sont pas rapportées par d’autres sources, mais elles donnent un aperçu des conflits qui ont pu s’élever lorsque se sont mises en place les châtellenies. On peut aussi supposer des guerres récentes entre le comté d’Anjou et la baronnie de Châteaubriant, car le comte Geoffroy désigne Brient comme son ennemi, inimicus meus… Brientius. En donnant à Marmoutier la villa de Carbay, il accomplit avant tout un acte politique et stratégique. Celui-ci consiste à interposer entre son château de Pouancé et celui de Châteaubriant, une villa/prieuré/paroisse : est autem villa supradicta inter duo praefata castella, Castellum scilicet Brientii et Poenciacum. La donation doit d’ailleurs aussi être comprise comme un traité de paix dans lequel les moines ont servi d’intermédiaires. On le comprend lorsqu’ils disent au comte qu’ils ont demandé et obtenu de Brient qu’il s’engage à respecter la terre de Carbay si elle leur est accordée : Brientius nobis fiduciam dedit. Rareté dans les sources de ces deux siècles, référence est faite au confront entre les deux principautés de l’Anjou et du Nantais ; comme à Saint-Jame fin XIe siècle ou à Ancenis en 1173, on ne parle pas de limite linéaire, mais seulement d’une zone de contact constituée par le territoire de Carbay, de confins : Querbai vocabulo, sitam in Andegavensis atque Nannentensis territorii confinio196. Il a été dit plus haut que les nombreux dédommagements auxquels doit procéder Marmoutier sur la villa de Carbay concernent surtout des hommes du Nantais, mais aussi des Angevins. On doit conclure que le nouveau territoire a été délimité sur des terres qui ne l’étaient pas jusque là, sur des confins. Sans doute doit-on ces détails exceptionnels au fait que la pancarte de Carbay rapporte un conflit aigu, tout récent et seulement en cours de règlement. Est-ce à dire qu’au XIe siècle la frontière entre principautés n’était pas partout fixée avec précision ? Au vu d’autres cas et mentions présentés dans cette étude, tels ceux de Pontmain ou du Pertre, on retiendra plutôt cette conclusion ; elle revient à dire que comme pour la paroisse, la délimitation linéaire des frontières de principautés était loin d’être totalement achevée au début du XIe siècle. Certes, on peut opposer ici et là d’incontestables mais rarissimes contre-exemples. On pense au ruisseau d’Ingolier/Angulatus à Saint-M’Hervé, que J.-P. Brunterc’h a tiré d’une vita de la seconde moitié du IXe siècle, et qui était dit fluer entre le Maine et le Rennais. Il n’en demeure pas moins que les mentions de frontière sont rares et surtout très tardives, toujours selon J.-P. Brunterc’h, qui n’en cite que deux pour l’Ouest moyen, l’une de 1112 entre Normandie et Maine, et celle de Carbay197. O. Guillot, relève que pour l’Anjou du XIe siècle, c’est avec Geoffroy Martel seulement que prend corps la notion de principauté territorialisée ; elle se traduit dans les actes par l’apparition des mots limites (fines), marges (margines), et marches (marchiae), ce dernier souvent accolé à un château198, mais là encore les mentions demeurent rares.

90Carbay n’est donc pas seulement un établissement de peuplement et de conquête agraire, pas seulement non plus un territoire paroissial bien organisé et bien délimité, c’est plus encore un élément de la marche angevine, une étape vers une frontière en cours de fixation. En établissant un château à Pouancé, les comtes avaient déjà érigé un symbole de pouvoir et de force, sur cette marche ; en fondant un prieuré de Marmoutier à Carbay, ils sanctuarisent un espace de la marche, préparant ainsi l’émergence d’une frontière linéaire.

91Pendant les années qui suivent immédiatement, on assiste à des modifications profondes du statut politique de cette région du nord-ouest de l’Anjou qui devient alors une importante châtellenie affranchie de toute tutelle princière. Il faut ici en présenter la trame car elle seule permet de comprendre certaines transformations non négligeables du réseau paroissial.

  • 199 Marchegay P., Archives d’Anjou, t. II, 1883, Cartae de Carbaio, p. 10. Cette partie de la pancarte (...)
  • 200 Le Baud P., Histoire de Bretagne avec les Chroniques des maisons de Vitré et de Laval, Paris, 1638, (...)
  • 201 Marchegay P., Archives d’Anjou, t. II, 1883, Cartae de Carbaio, p. 12: Gualterium militem, cognomen (...)
  • 202 Cartulaire noir de la cathédrale d’Angers…, actes 132, p. 219-222 et 213, p. 315-317, (1125-1138)  (...)
  • 203 La paroisse n’ayant pas existé ou très peu de temps, l’estimation se fonde sur le cadastre de Sain (...)
  • 204 Dans les mêmes années, on le rencontre désigné comme miles et frère de Renaud, ainsi que comme fil (...)
  • 205 Port C., Dictionnaire…, t. III, p. 512.

92Hervé, seigneur de Martigné avait déjà mis pied en Anjou en obtenant du comte Geoffroy l’honor de Lourzais, dans les années 1049-1060. Il s’agissait là d’une charge et d’un territoire antérieurs au château de Pouancé, situés entre Pouancé et Segré. Un peu plus tard, entre 1064 et 1084, l’honor ne porte plus le nom de l’entité ancienne qu’était Lourzais, mais il est maintenant attaché à la place stratégique de Pouancé et c’est Hervé qui le détient199. C’est à ce moment que le comte de Rennes, Conan II réagit militairement : en 1066, il entre en Anjou par Pouancé qui lui est rendu par Sylvestre (de La Guerche), en réalité Hervé de Martigné, puis il assiège et prend Segré et arrive devant Château-Gontier où il meurt, empoisonné, dit-on200. On notera que cette expédition d’apparence si aventureuse, constitue en réalité une réponse tout à fait cohérente à la conquête du Segréen et du Pouancéen par les comtes d’Anjou. La mort de Conan – si elle a bien eu lieu dans ces conditions-arrête net cette tentative de reconquête. Néanmoins, elle a sans doute eu pour effet d’évincer le pouvoir angevin de ce secteur stratégique et ainsi permis à Hervé de Martigné de jeter les bases d’une seigneurie châtelaine. Dans les années qui suivent, son fils, le belliqueux Gautier Hai, parachève la mutation en transformant ce qui n’était qu’un honor théoriquement révocable en un dominium attaché au château201 : la seigneurie châtelaine est née. Il se taille alors une châtellenie quasi autonome à cheval sur l’Anjou et la Bretagne allant de Martigné à l’ouest, jusqu’aux portes de Segré à l’Est et de Senonnes au nord à la Primaudière au Sud. Installé au château de Pouancé, il développe près de celui-ci le prieuré de la Madeleine où il installe des moines de Marmoutier. Le bourg prioral est une réussite, mais il a déjà été dit qu’il ne donne naissance à aucune paroisse, Pouancé demeurant dans l’entité ancienne de Saint-Aubin. En 1109, l’avance territoriale de Gautier Hai vers l’est le pousse à soutenir, la création de l’abbaye aux femmes de Nyoiseau, au bord de l’Oudon, à 20 km à l’est de Pouancé, son château. C’est par là même une paroisse nouvelle qui se crée. Nul doute qu’elle ne revête d’abord une dimension religieuse particulière, à la fois parce les abbayes de femmes sont rares, les plus proches étant Saint-Georges à Rennes et Le Ronceray à Angers, et parce que Robert d’Arbrissel fondateur de Fontevraud en 1101, en a aussi été l’inspirateur. Pour autant, cette abbaye-paroisse doit aussi se comprendre dans une perspective stratégique. D’abord parce que pour la fonder, Gautier Hai a su s’assurer l’appui de la plupart des familles seigneuriales locales au premier rang desquelles celle de Bouillé, donatrice majeure. Plus encore parce que l’abbaye qu’il patronne se positionne à l’extrême est de ses terres, sur la même paroisse de Saint-Aubin-du-Pavoil où le comte d’Anjou tient le château de Segré, à seulement 5,5 km de là. Comme cinquante ans plus tôt pour le comte d’Anjou, avec Carbay, la fondation d’une paroisse, cette fois-ci une abbaye, devient l’arme suprême pour protéger des terres fraîchement acquises. Y-eut-il une réaction angevine, face à ce qui ressemble à une amputation territoriale ? Le pouvoir comtal connaît alors un net affaiblissement, et les textes n’évoquent pas de conflits laïcs. En revanche, la paroisse, encore elle, va être utilisée à deux reprises pour tenter de rétablir une présence angevine dans ce Segréen. À chaque fois les tentatives ont pour acteur principal l’évêque Ulger, grande figure de l’épiscopat angevin. Entre 1125 et 1138, on a vu qu’il reçoit un don de Robert Yvon, afin de restaurer l’église ruinée de Saint-Vincent de Segré, d’y bénir un cimetière, d’y développer habitations, commerce et défrichement202. Bien qu’il ne dise pas son nom, on reconnaît là tous les éléments d’un projet de paroisse de mise en valeur, avec un territoire de l’ordre de 600 ha203. Mais au-delà, et pour plusieurs raisons, il s’agit aussi d’un projet stratégique. En effet, le donateur, Robert Yvon, est sans doute un proche des La Jaille204, famille très implantée au nord de l’Anjou de Château-Gontier à Segré, et proche des comtes d’Anjou. L’avance de la seigneurie de Pouancé-La Guerche vers l’est, symbolisée par la fondation de l’abbaye de Nyoiseau a constitué pour elle une réelle perte d’influence. À cette époque cependant, c’est encore elle qui tient le château de Segré, car Robert Yvon, qui ne porte pas le titre de dominus, demande au chapitre Saint-Maurice de fournir deux hommes pour la garde du château de Segré. Le projet de paroisse de Saint-Vincent constitue une réponse religieuse à la création de l’abbaye, car elle ne se trouve qu’à 3 km de celle-ci, mais sur la rive gauche de l’Oudon, et pour partie aussi sur la paroisse de Saint-Aubin-du-Pavoil. En promouvant et en cautionnant un tel projet, Ulger soutient objectivement le pouvoir comtal dans un secteur que ce dernier contrôle de moins en moins. Il ne s’agit cependant que d’une présence religieuse, et Guillaume de La Guerche-Pouancé témoigne à cette donation, signe de sa forte présence politique. Malgré la mention de l’ecclesia Sancti Vicentii de Flaeio dans une bulle de 1146, le projet avorta et la chapelle fut plus tard réunie à Nyoiseau205.

  • 206 Cartulaire noir…, actes 221 et 227.

93La seconde tentative se place entre 1125 et 1148. Il s’agit de la paroisse Saint-Jacques et Saint-Philippe, qui sera plus tard nommée Bourg-L’Evêque, en souvenir de son fondateur Ulger. On a vu précédemment qu’il s’agit d’une paroisse de mise en valeur sur la frange nord de la forêt d’Ombrée, et qu’elle ne s’étend que sur environ 500 ha. Contrairement à Saint-Vincent, le projet aboutit réellement à la création d’une paroisse. Celle-ci présente surtout la particularité de se trouver au cœur de la châtellenie de Pouancé-Martigné-La Guerche, constituant une sorte d’enclave où seule l’autorité épiscopale peut s’exercer et assurer une présence angevine. Ulger se sera montré très actif dans ce secteur puisque qu’il ajoute à ces deux fondations l’acquisition pour son chapitre des églises de Grugé et Saint-Martin-du-Bois206. Au-delà de son action épiscopale, il aura contribué à soutenir le pouvoir comtal.

  • 207 Cette date est celle proposée par Port C. (Dictionnaire…, t. III, p. 512).
  • 208 Meuret J.-C., « Au cœur de la marche bretonne, l’ascension et le démantèlement d’une grande châtell (...)

94Tout au long du XIIe siècle, les seigneurs de Pouancé-La Guerche, maintiennent et étendent même leurs positions, en prenant le contrôle du château et de la ville de Segré avant 1191207. On sait encore qu’au début du XIIIe siècle on tentera de leur arracher cette terre de Segré, c’est l’affaire du douaire de Bérengère de Navarre, l’épouse de Richard Cœur de Lion. Rien n’y fera, pas même les interventions papales208.

De Chanveaux à Candé : un front angevin face à Châteaubriant

95Dans le secteur de Candé (49) Saint-Mars-la-Jaille (44) (carte 8), la frontière actuelle entre Maine-et-Loire et Loire-Atlantique présente un tracé particulièrement tourmenté. On y observe deux étroites et profondes indentations est-ouest, larges de 5 à 7 km, mais longues de 15 km et formant quasiment des enclaves. Il est tentant d’expliquer cette disposition par l’hydrographie et la géologie, marquées ici par une orientation armoricaine, une faible altitude et une ligne de partage des eaux indentée. C’est ainsi que l’excroissance angevine de Candé correspond à la haute vallée de l’Erdre. Il n’est cependant de frontière, fût-elle naturelle, que lorsqu’un pouvoir a décidé qu’elle le soit. Aussi convient-il de rechercher aussi des explications dans l’histoire des paroisses et des châteaux, et dans d’éventuels conflits territoriaux en frontière.

  • 209 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine Anjou, t. 4, no 1660 (vers 1141) : Poste (...)
  • 210 AD Mayenne, H173, pièce 274 (original, chirographe) : Fulco de Candeio dominus dedit ecclesie Sanc (...)
  • 211 En 1265, Belleassez, dame de Chanzeaux et de Candé donne à son époux Geoffroy V seigneur de Châtea (...)

96Examinons d’abord, côté Maine-et-Loire, à la base de l’excroissance de Vritz, le cas du lieu de Chanveaux. Toute petite paroisse, en terre angevine mais limitrophe de la Bretagne, fondue depuis la Révolution dans celle de Saint-Michel-et-Chanveaux. On n’en connaît pas la date exacte de création. La première mention repérée date de 1141 lorsque Foulque, seigneur de Candé fait don à l’abbaye de Nyoiseau de quatre hommes – en fait quatre bourgeois – correspondant à chacune des quatre villes de sa seigneurie : Candé, le Lion (d’Angers), Chalun (-la-Pothe-rie) et Chanveaux209. Sans doute la paroisse existe-t-elle déjà car elle apparaît nettement constituée entre 1149 et 1170 lorsque Foulque en fait don à L’abbaye de La Roë. Il est alors fait mention de prémices et de dîmes des essarts du bois détenues par l’église Sainte-Croix. Pour celle-ci le donateur obtient la venue de deux desservants désignés comme chanoines-prêtres et il ajoute la dîme du four et des moulins210. Tous les éléments décrits caractérisent une ville ou un bourg naissant. D’autre part, le nom du lieu, Cancellis (de cancellare = clôre, délimiter), se rattache directement à une position frontalière face à la Bretagne et à une fonction de protection de l’Anjou. Aujourd’hui, se voient encore les restes d’une motte plusieurs fois mentionnée dans les aveux d’Ancien Régime, et d’une fortification de terre imposante à multiples talus, sans doute d’origine protohistorique. Le tout était encore désigné au XVIIe siècle comme forteresse et ville, avec carrefour et porte Canderesse. L’échec quasi-total de cette paroisse castrale – ce n’est plus aujourd’hui qu’un hameau-s’explique, selon nous, par son caractère pionnier et tardif. À cela s’ajoute le fait qu’en 1265, la terre de Candé et Chanveaux passe à la famille de Châteaubriant211. Candé qui était déjà une place plus importante continua à se développer en bénéficiant de sa situation privilégiée sur l’axe Angers, Châteaubriant, Rennes. Pour autant, ni elle ni Chanveaux ne bénéficièrent de la présence des seigneurs, ceux-ci continuant à faire de Châteaubriant leur résidence permanente. Or on sait que c’est là un facteur majeur pour le développement des villes castrales lors du bas Moyen Âge.

  • 212 Selon O. Guillot (Le comte d’Anjou et son entourage au XIe siècle, Picard, 1972, t. I, p. 466) Can (...)

97Il apparaît ainsi que Chanveaux fut une création paroissiale à la fois de peuplement et de bornage, installée contre un petit massif forestier et contre la Bretagne. L’initiative paraît en revenir aux seigneurs de Candé dont la baronnie fut longtemps dite de Candé et de Chanveaux. Au plan stratégique, on observe qu’avec Candé et Pouancé, Chanveaux constitue une ligne castrale très cohérente installée au Moyen Âge central comme un front angevin, sur la frontière. Même si Chanveaux n’est pas un château comtal212, comment comprendre sa création, sinon en la replaçant dans le mouvement d’expansion territoriale de l’Anjou vers le nord-ouest aux Xe ou XIe siècles ?

  • 213 Marchegay P., « Documents inédits », Bulletin de la Société archéologique de Nantes et du départeme (...)
  • 214 AD Angers, H 397/19 (1149) original, chirographe : controversiam quae inter monachos Sancti Nichol (...)
  • 215 Comte F., L’abbaye de Toussaint…, actes 118 et 118 bis, p. 156-158 : prioratu suo de Rocha Ermentri (...)
  • 216 Longnon A., Pouillés…, p. 267 : ecclesia de Roche Armentru (1330).

98Côté Loire-Atlantique, au Moyen Âge central, comme aujourd’hui, l’excroissance de Vritz appartient à la Bretagne et à l’évêché de Nantes. Pourtant, l’Anjou y est très présent par le biais de l’abbaye de Toussaint d’Angers qui détient plusieurs églises et lieux. Tout d’abord l’église de Vritz concédée en 1133 par Brice, évêque de Nantes213 à l’abbé Robert. Il s’agit bien d’une paroisse car elle dispose d’une église et d’un prêtre qui obtient de garder la cure à vie durant. Toussaint possède aussi la paroisse du Pin qui se nommait Saint-Lambert-du-Pin, depuis au moins 1149, date d’un conflit avec Saint-Nicolas d’Angers riche d’enseignements214. L’acte qui fournit cette mention indique qu’il existe aussi une autre église Saint-Lambert (tout court) nommée l’Abbaye, détenue par les moines de Saint-Nicolas. L’arbitrage rendu lui conserve le droit de sépulture mais elle passe sous la dépendance de Saint-Lambert-du-Pin et des chanoines de Toussaint. Bien que le terme parrochia ne soit pas employé, la mention de prémices, dîmes, sépulture, confession et mariage signifie que la paroisse est bien constituée ; cependant, les termes du texte amènent à conclure qu’il s’agit à la fois d’un transfert et d’une régularisation : le lieu de culte et la paroisse originels de Saint-Lambert (L’Abbaye) tenus par des moines ne satisfont plus aux pratiques curiales que généralise la Réforme grégorienne. L’archevêque de Tours préfère transférer la cure des âmes aux chanoines de Toussaint, déjà installés dans la place puisqu’à cette date, ils y ont leur église. Enfin, ces mêmes chanoines de Toussaint détiennent aussi un prieuré sur la même paroisse au lieu-dit Rochementru (aujourd’hui dans Le Pin). Un bourg y est mentionné en 1245215 et en 1330216, l’endroit figure parmi les paroisses du diocèse de Nantes. On y voit aujourd’hui un édifice roman de dimensions supérieures à celles d’une simple chapelle, au milieu d’un hameau, installée près d’un ancien chemin qui perpétue le tracé de la voie antique d’Angers à Blain.

  • 217 Déjà paroisse lors de sa première mention en 1123 sous le nom de Frugiacum (Dom Morice, Preuves…, (...)
  • 218 Port C., Dictionnaire…, t. I, p. 781 : mention d’une dîme concédée au curé par l’abbaye de Pontron (...)
  • 219 Dom Morice, Preuves… t. I, 547-549 : Le roi Louis Le Gros confirme l’église de Nantes dans tous ses (...)
  • 220 L’Esperonnière comte R. de, Histoire de la baronnie et du canton de Candé…, t. 2, p. 18-20.
  • 221 Labande-Mailfert Y., Le premier cartulaire de Saint-Nicolas d’Angers (XIe-XIIe siècle). Essai de re (...)
  • 222 Guillot O., Le comte d’Anjou…, vol. I, p. 466.
  • 223 AD Angers, 43H/2 : déplacement de la cohue de Candé (1267).
  • 224 Meuret J.-C., La voirie à l’est de la Bretagne à partir des sources médiévales (XIe-XVIe siècle), B (...)
  • 225 Dom Morice, Preuves…, t. IV, col. 1154.

99Quant aux deux paroisses de Freigné217 et La Cornuaille218 qui forment aujourd’hui l’excroissance du Maine-et-Loire dans la Loire-Atlantique, elles appartiennent au moins depuis 1287, et même dès 1123 pour Freigné219, au diocèse de Nantes. Pourtant, sous l’Ancien Régime, sans qu’on sache depuis quand, elles ont ensuite relevé de la seigneurie de Candé220. Cette discordance révèle encore une avance de l’Anjou sur la Bretagne, au plan laïc cette fois, mais trop tardive pour entraîner un changement de limite du diocèse. Elle sera cependant entérinée après la Révolution par le rattachement des deux communes au Maine-et-Loire. Il en résulte que malgré l’apparence de la carte actuelle, la paroisse castrale de Candé n’a sans doute été prélevée ni sur Freigné, ni sur la Cornuaille. Elle ne peut donc qu’être issue d’Angrie, sa grande voisine angevine. Cette dernière apparaît en effet très tôt comme parrochia, dès 1086-1090, de plus dotée de deux églises dédiées à saint Pierre et saint Symphorien, vocables reconnus comme anciens221. Bien que les textes ne permettent pas de la compter parmi les châteaux installés par les comtes d’Anjou222, la paroisse castrale de Candé, placée au contact immédiat de la Bretagne et de l’évêché de Nantes au Moyen Âge central nous semble pouvoir être interprétée comme un poste avancé de l’Anjou sur la frontière. Elle fut installée sur l’axe antique reliant Angers à Blain. Au Moyen Âge central, celui-ci fut abandonné dans la direction de Blain, mais il se développa vers Châteaubriant et Rennes, et son trafic connut alors un grand essor. Comme pour beaucoup de places de la frontière, la cohue de Candé223, qui se trouvait justement dans l’emprise du prieuré de Saint-Nicolas, symbolise cette croissance des échanges. De l’autre côté, dans le Nantais, installés sur le même axe, un chapelet de lieux tira aussi grand profit du trafic sur cet itinéraire, Vritz en premier lieu, mais surtout La Chapelle-Glain. Au chapitre des paroisses castrales, on a vu comment entre 1125 et 1226 ce lieu passe du statut de chapelle à celui de paroisse. Plus tard, en 1272, un échange fait par Olivier de Rougé, seigneur de la Motte-Glain, révèle l’importance des profits engendrés par le trafic224. Au XVe siècle, cela vaut à La Chapelle-Glain – ainsi qu’à Saint-Julien-de-Vouvantes – de figurer parmi les entrées et yssues du duché de Bretagne225.

D’Ancenis à Champtocé, la stabilité (carte 11)

100Si l’on suit la frontière vers le sud, à partir de Candé, en direction de la Loire, on observe une avancée de la frontière vers l’est jusqu’à Ingrandes, dans le secteur de Maumusson-Varades-Ancenis. Avancée d’autant plus nette qu’à l’opposé, sur la rive gauche, la limite Anjou-Bretagne se trouve à Champtoceaux, beaucoup plus à l’ouest, rejetée à 30 km en aval d’Ingrandes.

101Un fort pôle religieux nantais : Saint-Herblon et ses environs.

  • 226 Brunterc’h J.-P., Géographie historique et hagiographie : la vie de saint M’Hervé, Mélanges de l’Éc (...)
  • 227 trado [e] idem ecclesias Sancti Ermelandi, sicut eas a seniore meo tenere videor altare scilicet e (...)

102Sur cette rive droite, le phénomène trouve-t-il des explications dans le réseau des paroisses, dans celui des châteaux ou dans les rapports entre Anjou et Nantais ? J.-P. Brunterc’h a souligné le fait qu’en 1094, dans une confirmation de biens au bénéfice de Saint-Florent, l’église de Saint-Herblon, placée au cœur de ce secteur, se trouvait être le centre religieux d’un immense territoire d’au moins 11 000 ha, sur lequel étaient dispersées quatre chapelles satellites, Saint-Michel de l’Hermitière (auj. en La Roche Blanche), Saint-Clément d’Arnet (auj. Anetz), la Roussière et Maumusson. Il propose de voir dans cet ensemble une très grande paroisse, sans doute fondée à la fin du VIIe siècle par saint Hermeland – dont le nom a dérivé en Saint-Herblon –, ermite fondateur du monastère de Basse-Indre, près de Nantes. Un argument très probant est fourni par une vita selon laquelle le saint possédait une villa à Pouillé, soit à seulement 7 km de Saint-Herblon226. Le fait qu’en 1123 l’évêque Brice ne revendique pas la possession de Saint-Herblon ni de ses chapelles s’explique par la donation à Saint-Florent en 1094. Cependant, dans un acte de 1135, si l’on suit la datation de P. Marchegay, le réseau semble avoir quelque peu évolué. En effet, dans la donation que fait alors un nommé Hamon à Saint-Florent où il se fait moine, figurent ses droits sur les autels et cimetières des églises de Saint Ermeland, de Saint Clément d’Arnet, de Saint-Michel de l’Hermitière, de la Roussière et de Maumusson227. Il semble ainsi que les chapelles soient devenues sièges de paroisses, au moins en projet. Cependant, J.-P. Brunterc’h juge la datation de cet acte en 1135 aberrante car elle ferait état du don à Saint-Florent de l’église Saint-Hermeland alors que dès 1094 celle-ci lui avait été confirmée ! Il conclut que l’acte placé en 1135 est antérieur à 1094. Cependant, si l’on adopte cette rectification, cela signifierait qu’entre leur nouvelle première mention antérieure à 1094, et la seconde de 1094, quatre des églises dotées de cimetières, auraient été rétrogradées au rang de chapelles. Le fait paraît quelque peu étonnant, sauf à reconnaître qu’une fois de plus nous aurions la preuve que le statut des lieux de culte était alors fluctuant et les mots capella et ecclesia d’un emploi aléatoire et peu fiable. La question reste posée.

  • 228 Dom Morice, Preuves…, t. I, col. 727. Testament d’André de Varades : ecclesia de Castro Fromundi, x (...)
  • 229 Dom Morice, Preuves…, t. I, col. 770.
  • 230 Bulletin de l’Association bretonne, Congrès d’Ancenis, 1895, p. xliv et p. 121, note 3.
  • 231 Le terminus a quo se place avant 1094 comme montré ci-dessus : pas encore d’église de Château-From (...)
  • 232 Dom Morice, Preuves …, t. I, col. 542 : Guillelmus de Mosterlesio (Montrelais), Oliverius de Castro (...)
  • 233 Dom Morice, Preuves…, t. I, col. 727. Testament d’André de Varades : Oliverii de Castro Fromundi et (...)
  • 234 Selon la chronique de Nantes, Guérech, une fois élu évêque de Nantes se rend à Tours et passe la n (...)

103Quoi qu’il en soit, le processus de démembrement du grand espace de Saint-Herblon n’est pas clos, ni en 1094, ni en 1135. En effet, en 1196, dans son testament, André de Varades, accorde des dons en monnaie à de nombreuses églises, dont celles de La Roussière, Maumusson, Saint-Herblon, Saint-Michel-du Bois ( = L’Hermitière), mais aussi à celle de Château Fromond228. L’existence de cette nouvelle venue trouve confirmation dans les mêmes années lorsqu’un Oliverius Castri Fromundi donne la moitié de ses dîmes de Saint Ermeland, de la Roussière, de Château Fromont, etc., aux cisterciens de Pontron et Melleray229. Château-Fromond désigne une famille qui apparaît dans d’autres actes de la région au XIIe siècle, souvent dans l’orbite de celle de Varades. Le siège de la seigneurie se tenait à Château-Fromond, lieu dit de Saint-Herblon où se voit encore sa motte initiale. Sous l’Ancien Régime, elle s’étendait, au moins pour partie sur trois paroisses, celles de Saint-Herblon, Anetz et La Roussière. Signe de l’enracinement ancien de la famille, celle-ci jouissait alors du droit de prééminence sur la paroisse de La Roussière et près de son château se trouvait un cimetière, relique de la paroisse citée en 1196230. On observe ainsi que dans le phénomène complexe de parthénogenèse religieuse qui voit l’église mère engendrer des paroisses à partir de ses chapelles, interfère ici le phénomène du château. Cette tentative de paroisse de Château Fromond dura environ deux siècles, au mieux entre la fin du XIe siècle et 1287231. A-t-elle un rapport avec la limite Anjou-Bretagne toute proche ? Rien ne le prouve directement, d’autant qu’à la fin du XIIe siècle, cette partie de la rive droite de la Loire connaît une histoire mouvementée et complexe. On doit cependant relever que dans la deuxième moitié du XIIe siècle, Olivier de Château Fromund est proche de Briend seigneur de Varades comme Guillaume de Montrelais et Renaud de la Chapelle232, qu’en 1196, Olivier de Château Fromond, sans doute le même, est exécuteur testamentaire de André de Varades, et que son frère Garin est chevalier du même André. Dans le même acte encore, l’église de Château Fromond figure au cœur de la liste des autres églises bénéficiaires à la suite de celle de Varades, quasiment toutes placées dans le même triangle nantais Montrelais, Anetz, Freigné233. Ce sont autant d’indications quant à l’étendue des terres contrôlées ou proches du château de Varades, or, celui-ci se trouve sur une terre indiscutablement nantaise depuis au moins la fin Xe siècle, au contact immédiat de l’Anjou234. Château Fromond en dépend et son érection en paroisse dans le diocèse de Nantes ne peut avoir eu lieu sans l’accord de l’évêque. En revanche, aucun texte n’indique l’intervention d’un comte de Nantes ou d’un duc de Bretagne.

Face à Ancenis, Champtocé et Ingrandes, paroisses et châteaux angevins (carte 11)

  • 235 Chronique de Nantes publiée par R. Merlet, Paris, 1896, p. 123 : Eo autem tempore quo comes Guerec (...)
  • 236 Tonnerre N.-Y., « Les débuts de la seigneurie d’Ancenis », Mémoires de la Société archéologique et (...)
  • 237 Guillot O., Le comte d’Anjou…, t. I, p. 466.
  • 238 Fouille par D. Prigent de 22 sarcophages en falun ou tuffeau et 2 coffres de schiste en 1980 (Prov (...)
  • 239 Pécha M., Le doyenné de Candé aux XIe et XIIe siècles, organisation de l’espace et structures socia (...)
  • 240 Labande-Mailfert Y., Le premier cartulaire de Saint-Nicolas d’Angers…, vol. III, appendice I, acte (...)
  • 241 Labande-Mailfert Y., Le premier cartulaire de Saint-Nicolas d’Angers…, vol. II, p. acte 152, p. 226 (...)
  • 242 Fouille par D. Prigent de 4 coffres de schiste à Saint-Léger-des-Bois en 1981 (Provost A., Le Main (...)

104D’autres châteaux que Varades ou Château-Fromond installés dans ce secteur ont-ils interféré sur le réseau paroissial. Côté Nantais, il ne fait pas de doute que la création du château d’Ancenis en 983235 et plus tard son contrôle, ont été le fait des princes bretons. Malgré quelques épisodes où les seigneurs peuvent avoir penché vers l’Anjou, la seigneurie demeure directement dans la mouvance des comtes ou ducs bretons, ceux-ci ayant intérêt à contrôler la Loire et à protéger leur frontière236. La naissance de la paroisse d’Ancenis n’est pas documentée et nous ne nous y arrêterons pas, d’autant, que, comme cela été montré ci-dessus, l’ensemble paroissial de Saint-Herblon et de ses voisines, ainsi que Varades et son château, semblent avoir constitué le bouclier avancé face à l’Anjou. En revanche, du côté angevin, le cas de Champtoceaux mérite attention. Puissant château qui contrôle à la fois le fleuve et l’antique itinéraire reliant Angers et Nantes, il apparaît au milieu du XIe siècle hors de l’autorité comtale237, signalé par la présence d’un Bernard de Champtocé qualifié de caput senior et assisté de son vicarius, Renaud Méchin. Comme à Ancenis, la naissance de la paroisse n’est pas documentée. Et cela ne surprend pas, car il s’agit probablement d’une entité ancienne tant en raison de l’existence d’une nécropole du haut Moyen Âge238 que de l’étendue de son territoire paroissial, aujourd’hui 3676 ha, mais sans doute plus à l’origine. À moins de 5 km de là, à l’ouest, sur la limite avec le Nantais, le château d’Ingrandes apparaît en 1107. Toujours étroitement associé à Champtocé, il constitue selon J.-P. Brunterc’h un point d’appui, une protection avancée de l’Anjou sur ses confins. La modestie de sa superficie, 665 ha aujourd’hui, laisse penser qu’elle a été détachée, ainsi que Saint-Sigismond (1 272 ha), de l’ensemble initial de Champtocé239 qui aurait ainsi dépassé 5 500 ha. On ne connaît cependant pas la date de sa création – si création il y a eu – car dès ses premières mentions autour de 1100, elle apparaît comme église240 et dotée d’un cimetière241. On observe une fois encore qu’en matière de paroisse la nuance doit être préférée aux affirmations tranchées, d’autant plus que dans ce cas on connaît aussi une autre occupation dès le haut Moyen Âge242. Et il faut avouer ici que si relation directe il y eut entre château, pouvoir seigneurial ou comtal, et création paroissiale, le détail nous échappe.

  • 243 J.-P. Brunterc’h cite Raoul de Diceto pour qui, en 1173, la région d’Ancenis que vient de reconstr (...)

105Si l’on s’en tient aux données textuelles pour ce secteur stratégique de la rive droite de la Loire, aux XIe et XIIe siècles, il en ressort cependant une impression générale de stabilité. Les statuts castraux et paroissiaux n’ont guère évolué sinon pour se renforcer comme si la création d’Ancenis par le pouvoir breton en 983, face à l’Anjou, et malgré quelques moments indécis243, avait gelé les territoires ecclésiastiques et laïques à tous les échelons, de la paroisse à l’évêché et de la seigneurie à la principauté.

Conclusion (carte 1)

106Corollaire attendu, mais pas de manière aussi prégnante, le problème des critères de définition de la paroisse n’a cessé de se poser tout au long de cette recherche. C’est que la paroisse telle qu’elle émerge des sources écrites ne se présente pas sous une forme simple, définie et stable. Effet de mots d’abord. Peut-on par exemple retenir comme premier critère d’existence d’une paroisse l’emploi du mot église ? Vite sont apparus des cas de lieux de culte nommés ici ecclesia et là capella (Saint-Herblon), ou simplement des emplois aléatoires du terme ecclesia pour désigner par exemple une chapelle priorale. Pour cette raison, les pouillés n’ont été utilisés qu’avec circonspection ; en premier lieu, on n’en possède aucun pour le XIIe siècle ; de plus, ils consistent en listes médiévales peu détaillées dans lesquells nombre de chapelles ou succursales sont rangées parmi les églises. La paroisse territorialisée existe-t-elle lorsque figurent des dîmes ? C’est un fait admis que depuis l’époque carolingienne elles ont participé de près aux délimitations ; cependant, on ne dispose pas toujours de ce type de mention. On doit aussi tenir pour importante la mention d’un presbyter -plutôt que capellanus- mais elle n’est pas systématique. La fonction baptismale peut-elle être tenue pour discriminante comme elle l’est sous l’Ancien Régime ? Sans doute, mais elle n’est que rarement précisée à cette époque, sans compter qu’on relève des cas modernes de succursales dotées de fonts. Enfin, le mot cimiterium. En raison de sa signification englobante, aussi bien spirituelle que matérielle, il nous apparaît comme un des critères les plus pertinents d’existence de la paroisse, au point d’en être parfois synonyme (La Roë). D’ailleurs le droit de sépulture, parfois suivi de celui de confession, vient souvent au premier rang des droits de l’église, au même titre que le baptême. Il n’en reste pas moins que chacun de ces termes cité isolément, y compris le cimetière, ne suffit pas, et qu’il faut autant que possible en réunir plusieurs pour postuler l’existence d’une paroisse. D’ailleurs, existe-t-il une définition et un cadre canoniques et absolus pour la paroisse de ces siècles ? Au contraire, tout au long de l’étude, sont apparus des cas très divers, tant pour ce qui est de la naissance que des motivations et des projets : pas de création ex nihilo et ex abrupto (malgré l’« affichage » de La Roë), mais plus souvent des réalisations qui se préparent et se développent dans le temps (Nyoiseau) ; des intentions religieuses certes (La Roë, La Celle), mais aussi des intérêts matériels ; des projets précis et construits (Mondevert), ou à l’inverse des tâtonnements (Saint-Vincent), des tentatives opportunistes (Le Roseray), enfin des projets soutenus et réussis (Carbay), à l’opposé des impréparations et des échecs (Château-Fromond).

107Cette étude du processus de création ou d’évolution des paroisses à l’est de la Bretagne aura été l’occasion de mettre en évidence plusieurs phénomènes. La place du cimetière soulignée par de nombreux travaux, prend ici aussi une acuité particulière. Non seulement, le phénomène accompagne le regroupement des hommes que les textes mettent en évidence, mais il tient souvent une place primordiale autant dans les réalités que dans les schémas mentaux. Nombre d’exemples ont montré que la plupart des tentatives de création paroissiale, planifiées ou non, ont pour noyau un cimetière préexistant ou projeté (Sainte-Croix de Vitré, La Roë…). L’examen des cas de création avait entre autres pour but de proposer une éventuelle typologie. Un modèle apparaît plusieurs fois, celui de la paroisse de mise en valeur, souvent en milieu forestier ou périforestier (Bourg-L’Evêque, Le Bourg-aux-Nonnains, Mondevert, Le Breil-Ingaut, Saint-Vincent-près-Segré…), mais parfois aussi hors de ce contexte (Le Roseray). Sa relative fréquence doit sans doute beaucoup à la présence d’espaces non encore mis en valeur, dans les régions périphériques qui constituent cette zone frontalière. Sa superficie avoisine souvent les 500 ha, elle s’implante à distance régulière des centres paroissiaux voisins et elle traduit la croissance agraire et démographique du XIIe siècle. En revanche, on constate la rareté des petites paroisses purement castrales et protourbaines réduites à Candé et Pontorson, celle de La Gravelle étant à la fois castrale et de mise en valeur. On était en droit d’en attendre un plus grand nombre dans une région aussi fortement dotée en châteaux majeurs. Il semble au contraire que l’installation de ces châteaux du XIe siècle se soit faite sur des territoires anciens, déjà fortement structurés au plan religieux, et qui ont conservé leur unité et leur grande étendue (Rannée et La Guerche, Béré et Châteaubriant, Saint-Aubin et Pouancé, Marcillé, Martigné). Tout aussi rares sont les paroisses nées de prieurésbourgs péri-castraux, puisqu’on ne compte parmi elles que Vitré et Fougères. Doivent être considérées à part les paroisses-abbayes de La Roë et de Nyoiseau, en raison de leur dimension spirituelle, encore que la première soit aussi un remarquable modèle de mise en valeur agraire. Enfin, et c’est un peu une surprise, plusieurs études de cas ont permis de lire en filigrane l’existence antérieure de grands territoires comprenant une église centrale environnée de lieux de culte satellites (La Bazouge-du-Désert, Le Pertre, Martigné, Angrie, Saint-Lambert, Saint-Herblon). De tels ensembles ont souvent été étudiés et théorisés ailleurs, mais trop souvent à partir du seul examen des limites paroissiales modernes. Ici, la conjonction des sources écrites et de la cartographie, démontre réellement le phénomène de parthénogenèse paroissiale. Quant au processus de territorialisation, dont il est admis qu’il se met en place aux XIe et XIIe siècles, voire plus tard, nous ne trancherons pas sur le fait de savoir s’il a été général ou exceptionnel. Plusieurs exemples présentés démontrent la minutie de certaines délimitations linéaires, sous des formes matérielles précises, depuis le chemin jusqu’aux incisions dans les arbres et la pose de bornes. Ils ne permettent pas pour autant la généralisation car on observe qu’ils correspondent souvent à des cas conflictuels (Fougères, Valayettes) ou mis en scène (La Roë) et qui ont pour cette raison généré des écrits. Mais on observe aussi que dans nombre de cas, les limites sont tacites, car construites peu à peu et reconnues chaque jour par l’usage agraire, seigneurial, religieux. Dans une société rurale et une région qui n’est pas celle du droit écrit, elles devaient être si évidentes qu’il n’était pas nécessaire de les coucher par écrit (Saint-Vincent-près-Segré, Bourg-L’Évêque).

108La seconde perspective de ce travail partait d’un présupposé, celui d’une éventuelle inter action entre la frontière est de la Bretagne – telle qu’on la connaît sous l’Ancien Régime – et l’évolution du maillage paroissial, de la Manche à la Loire au Moyen Âge central. La démarche a consisté à examiner pas à pas cette ligne réputée s’être figée dans les décennies voisines de l’an 1000.

109Les résultats sont allés dans le sens de l’hypothèse, livrant nombre de cas significatifs, aussi bien créations de paroisses que gels territoriaux liés à la frontière. Et on ne peut en être surpris car la frontière s’étant peu à peu constituée sur une suite de confronts paroissiaux, la paroisse elle-même ne pouvait que constituer un enjeu pour les pouvoirs supérieurs. Les cas les plus nets, voire brutaux, d’intrusion du pouvoir princier sont ceux de Carbay et plus encore Pontorson ; dans les deux cas la conquête territoriale, matérialisée par un château comtal, entraîne dans son sillage la naissance d’une paroisse, à la fois alibi religieux et cadre universel d’aménagement territorial. On pourraît y ajouter le cas du Pertre, dont l’espace religieux primitif a été tranché net par une frontière, sans qu’on sache cependant ni quand ni dans quelles circonstances le Maine s’est fixé sur cette ligne. Le complexe religieux autour de Saint-Herblon aurait pu subir exactement le même sort, mais ce sont apparemment les résistances conjuguées du pouvoir religieux et plus encore laïc nantais qui l’en ont préservé. Dans d’autres secteurs, la confrontation entre les principautés a abouti à des situations ou à des tracés hybrides comme pour la région de Pontmain-La Bazouge-du-Désert ou celle de Candé-Vritz. Dans ces deux exemples, l’affrontement et les intérêts de puissantes seigneuries châtelaines (Fougères-Mayenne et Candé-Châteaubriant) ont prévalu sur le pouvoir religieux, générant paroisse nouvelle (Candé), transfert de territoire (Pontmain) ou maintien d’enclaves laïques (Vritz et Freigné). Un dernier cas de figure s’est présenté où le pouvoir religieux et la structure-paroisse semblent s’être imposés, celui des paroisses-abbayes de Nyoiseau et de La Roë. Ces réussites religieuses – d’un rayonnement cependant limité – ne doivent pourtant pas faire oublier qu’elles doivent leur succès à une sorte de consensus ou de statu quo entre les pouvoirs laïcs. Oeuvre de Robert d’Arbrissel avant tout, La Roë est aussi une bonne conscience religieuse et un gage de paix que se donnent les quatre puissants seigneurs châtelains présents à la bénédiction ; quant à Nyoiseau, nul ne peut nier que la croix du sanctuaire des moniales, dissimule mal le glaive et la nouvelle frontière du seigneur de Pouancé, face à l’Anjou. Entre le laïc et le religieux, le château et la paroisse, le prince et l’évêque, les inter actions sont évidentes, l’un utilisant l’autre et cherchant le meilleur profit. Cependant dans la plupart des cas, dont on exceptera l’action d’Ulger, une conclusion s’impose : l’initiative revient d’abord au pouvoir laïc détenteur des terres et de la force. La paroisse devient alors un moyen incontournable sans doute, mais utilisé, voire asservi.

  • 244 Pour comparaison avec le Moyen Âge central, voici deux fragments d’aveux rendus au début du XVIe s (...)

110Quant au tracé même de la frontière entre principautés ou diocèses, bien que ce ne soit pas en soi l’objet de ce travail, les sources en donnent pour les deux siècles une perception bien différente des idées reçues. Il est apparu qu’au XIe siècle, comme pour la paroisse, il n’était pas encore totalement arrêté sur un tracé linéaire, ni au niveau laïc, ni encore moins au niveau religieux. À l’inverse d’un fait d’autorité, brutal et imposé comme lors des conquêtes coloniales du XIXe siècle, cette frontière régionale apparaît comme une résultante, construite peu à peu, sur des micro-réalités de base, la paroisse en premier lieu. Au fur et à mesure qu’ils se constituaient, les confronts paroissiaux ont été utilisés et ont sans doute aussi contribué à faire émerger la notion de frontière supra paroissiale. Cependant, à l’exception de la frontière britto-normande sur le Couesnon, établie directement par les ducs normands, il apparaît que les premières délimitations autres que paroissiales, furent d’abord celles des seigneuries châtelaines, même si derrière se profile souvent un pouvoir comtal ou ducal : on le constate entre Fougères et Mayenne, entre Vitré et Laval, voire entre Pouancé et Châteaubriant ou entre Ancenis et Champtocé. Il y eut même une frontière dans la frontière, avec la seigneurie de Pouancé-Segré (et La Guerche) qui s’affranchit du pouvoir angevin au cours du XIIe siècle. Au-dessus, se place le diocèse pour lequel cette période fournit assez peu d’informations ; si le territoire qu’il constitue remonte pour son ensemble à des temps antérieurs, son tracé détaillé a cependant parfois emboîté le pas à des limites laïques ; on l’observe à La Celle-Guerchaise et peutêtre dans le cas du Petit Maine. Une place particulière doit être accordée à l’évêque Ulger, dont la présence et le volontarisme ont pour partie pallié l’affaiblissement du pouvoir angevin dans le Segréen. En revanche, il est une conclusion nette qui peut être retenue, celle de l’absence, au moins dans les formulations, d’une frontière laïque supérieure linéaire, entre la Bretagne et ses voisins. Les textes cités ne mentionnent pas de limite exacte entre principautés, mais seulement de temps à autre, des confins ou des territoires séparatifs. Pour autant, le bas Moyen Âge ne voit se constituer aucune vraie marche séparante entre Manche et Loire, contrairement à celles qui naîtront un peu plus tard au sud de la Loire. L’ancienneté de l’occupation bretonne et la puissance de ses châtellenies de frontière y sont sans doute pour beaucoup. Le tracé linéaire ne s’imposera totalement qu’au bas Moyen Âge244 lorsque la présence de la monarchie française se fera de plus en plus pressante, symbolisée par la gabelle. Sans doute quelques modifications de tracé verront-elles le jour, Candé étendant sa seigneurie sur la Bretagne voisine, Carbay passant définitivement dans le diocèse d’Angers, le Maine soustrayant les paroisses du Petit-Maine à la Bretagne ou Pontorson grignotant Cendres sur la rive gauche du Couesnon. Elles demeurent cependant ponctuelles, car le maillage et la territorialisation des paroisses qui longent la frontière paraissent, pour l’essentiel, achevés à la fin du XIIe siècle.

Notes

1 On pense en premier lieu aux travaux d’Elisabeth Zadora-Rio et du laboratoire Archéologie et territoires de Tours, au premier rang desquels Zadora-Rio É. (dir.), Des paroisses de Touraine aux communes d’Indre-et-Loire. La formation des territoires, 34e suppl. à la Revue archéologique du Centre de la France, Tours, 2004, 303 p.

2 Duparc P., « Le cimetière séjour des vivants », Bulletin philologique et historique, Actes du 89e congrès national des sociétés savantes, 1961, p. 483-504. Guillotel H., « Du rôle des cimetières en Bretagne dans le renouveau du XIe et de la première moitié du XIIe siècle », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. 52, 1972, p. 1-26. Zadora-Rio É., « Les cimetières habités en Anjou aux XIe et XIIe siècles », 105e Congrès national des sociétés savantes. Section archéologie, Caen, 1980, p. 319-329. Zadora-Rio É., « The role of cemeteries in the formation of medieval settlement patterns in Western France », dans Redman C.-L. (éd.), Medieval Archeology, Medieval and Renaissance texts and studies, State University of New York at Binghampton, 1989, p. 171-186. Pichot D., Le village éclaté. Habitat et société dans les campagnes de l’Ouest au Moyen Âge, Presses universitaires de Rennes, 2022, p. 128-135 et 142-147. Zadora-Rio É., « L’église et le regroupementt de l’habitat en Anjou aux XIe et XIIe siècles », dans Fixot M. et Zadora-Rio É. (dir.), L’environnement des églises et la topographie religieuse des campagnes médiévales, DAF no 46, 1994, p. 139-148.

3 Pichot D., Le village éclaté…, p. 142.

4 AD Laval, H154, Cartulaire de Notre-Dame-de-La-Roë, acte 97 (1148-1170), Noticia de Patricio Capreolo : cymiterium Sancti Bartholomei…/…. cymiterium de Tiliate. Tous deux près de Craon, le premier maintenant nommé La Tayais en Denazé, le second en La Chapelle-Craonnaise.

5 AD Rennes, 6H33/13. Manuscrit original. Fonds de Marmoutier pour Saint-Sauveur-des-Landes. Cimetière de la chapelle Saint-Aubert (1156-1166). In Christi nomine, ego Stephanus dei patientia redonis ecclesie humilis minister, omnibus tam futuris quam presentibus notum fieri volo nos circa capella Sancti Auberti ad refugium tantum vivorum non ad sepulturam mortuorum quoddam cimiterium benedixisse. Exemple célèbre cité par A. Chédeville, dans Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., La Bretagne féodale, XIe-XIIIe siècle, Ouest-France Université, 1987, p. 359.

6 AD Rennes, 6H33/10. Manuscrit original. Fonds de Marmoutier pour Saint-Sauveur-des-Landes. Cimetière de Romagné (vers 1140). Discant nostri temporis presentes et eorum posteri quod eo tempore quo dominus Sancti Salvatoris Alfredus prior regebat, cymiterium de Romaniaco licet antiquissimum foret nondum ad plenum sufficiens erat tam ad humanda corpora quamque ad domos edificandas.

7 Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur-de-Redon en Bretagne, publié par Aurélien de Courson, Comité des travaux historiques et des sociétés savantes, Paris, 1863, acte 379, p. 335 (1061-1075) : De Primauderia. Orhant…/… cum filiis suis Mathia et Rohes ad eundem priorem se contulit quatinus concesso sibi et filiis suis loco in cymiterio…/… ad domum faciendam et ortum.

8 Guillotin de Corson A., Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, 1881, rééd. 1997, t. II, p. 491. Pichot D., Le village éclaté…, p. 129 : De cimiterio vero hoc ab eis constitutum est ut, cum recte mensuram fuerit, in monachorum dominio totum sit…

9 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame-de-La-Roë, actes no 55 (1096-1123) : Robertus filius Guidonis dedit ecclesie Sancte Marie medietatem cimiterii de Arbrisel. Actes 57 et 58 (1128-1138).

10 AD Laval, H 161/67 (1522), Censier du prieuré de Notre-Dame d’Arbrissel.

11 Dom Morice, Preuves…, t. I, 424-425 : Robertus de Vitriaco do fratribus Majoris Mon. terram quamdam cum omnibus consuetudinibus quas in ea habebam ad burgum aedificandum et ad cellam construendam…/… Postulavimus etiam a praedicto Pontifice ut designaret locum ad construendum cymiterium circumeundo cum baculo pastoralis, precede aqua, sicut Ecclesiasticus mos exigit. Bénédiction analysée par André Chédeville dans Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., La Bretagne féodale, XIe-XIIIe siècle, Ouest-France Université, 1987, p. 265.

12 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame-de-La-Roë, acte no 2 : Quibus adunatis antequam episcopus benedicere cimiterium incipiret inquisivit a domino Raginaldo Allobroge utrum esset aliqui habitantes circa nos in foresta qui possent libere esse parrochiani hujus cimiterii quod benedicere volebat…/… Benedixit igitur episcopus cimiterium nostrum et consecravit altare…

13 Dom Morice, Preuves, t. I, col. 563 et Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers publié par Bertrand De Broussillon, 1903, t. II, p. 342, acte 869 (1127-1139) :… Auxit etiam hoc donum de quadam terra ubi cimiterium et ecclesia et edificia monachorum construerentur…/… si homines in supradicta terra hospitari voluerint, immunes ab omni consuetudine existant, excepto quod, cum necesse fuerit, castrum ipsius excubabunt et in expeditionibus ubi ipse presens fuerit cum ipso ambulabunt. Si qui vero panem et vinum aut aliquid hujusmodi vendiderint, consilio prioris et cum bonis vadimoniis credulitatem eis facient.

14 Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge et Saint-Bach d’Angers (XIe et XIIe siècles) édités par Chauvin S., Presses de l’université d’Angers, 1997, vol. I, acte 146, p. 122 (1074) et acre 125, p. 109 (fin XIe siècle).

15 Voir les contributions de Manuel Riu et Pilar Valdepeňas, de Pierre Bonnassie ainsi que de Dominique Baudreu et Jean-Paul Cazes portant toutes sur les sacrariae de Catalogne et du midi de la France, dans Fixot Michel et Zadora-rio Elisabeth (dir.) L’environnement et la topographie religieuse des campagnes médiévales, DAF no 46, 1994.

16 Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge et Saint-Bach…, vol. I, acte 315, p. 256-257 (1056-1082) : Gaufridus de Monasteriis dedit…/… suam tertiam de censu de cimiterio et suam partem de vendis in eodem cimiterio et in burgo qui tunc erat et excrescet circa cimiterium et monasterium…./… accepit ab abbate Daiberto et monachis Sancti Sergii beneficium loci sibi et uxori sue et patri et matri et fratribus suis et centum solidos denariorum, tali adhuc convenientia ut credentiam habeat in burgo…

17 Pour la marche Bretagne-Anjou : Meuret J.-C., Peuplement, pouvoir et paysage sur la marche Anjou-Bretagne, des origines au Moyen Âge, Société d’archéologie et d’histoire de la Mayenne, 1993, p. 402-412.

18 Guillotin de Corson, abbé, Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, Rennes-Paris, 1881, Mayenne 1997, t. II, p. 570-571. Pour l’acte : AD Rennes, 2 G 143/3 : dederunt ecclesiam Sancti Martini de Bosco cum duabus partibus oblationum…/…. Postea placuit prefatae Adelai et filio ejus Radulpho quatenus alia ecclesia ædificaretur Sancti Martini in cimiterio quod Agnellus dicitur…

19 Guigon P. et Meuret J.-C., « Réutilisation des sarcophages dans les églises de l’est de la Bretagne », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. LXXXIV, 2006, p. 355-405.

20 Propos tenus par F. Le Boulanger, archéologue à l’INRAP, que nous remercions, lors d’une visite en 2011 sur sa fouille de la 2e nécropole de Bais.

21 Mazel F., Féodalités, 888-1180, Belin, p. 147.

22 Toubert P., Les structures du Latium médiéval : le Latium méridional et la Sabine du IXe à la fin du XIIe siècle, École française de Rome, 1973.

23 Lauwers M., Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, Aubier, 2005.

24 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame-de-La-Roë, acte no 2.

25 Préparation en cours de l’édition de la traduction française du cartulaire de Nyoiseau et des très nombreuses copies – latines ou non – de la collection Touraine-Anjou de Dom Housseau qui s’y rapportent par Jean Claude Meuret et Franck Tessier, avec la collaboration de Danielle Meuret, Michel Pécha-Soulez, Chantal Reydellet et M.-P. Schmidt.

26 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, t. 4, 1288 et 1288 bis.

27 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 1168 et 1305 : Salomone precbitero…

28 Longnon A., Pouillés de la province de Tours…, p. 237.

29 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 4082 (28 déc. 1482) : accord avec les quatre curés de Nyoiseau.

30 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 373 : marché de démolition de Saint-Séréné et de reconstruction d’une nouvelle église paroissiale. Et no 378 : autorisation donnée par la sénéchaussée d’Anjou.

31 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 1288 (peu après 1109) : peu après la fondation, Bernard de Bouillé donne medietate decimae Capella Hugolini. Avec ces dîmes, il y a déjà présomption de paroisse, sauf si ce n’est qu’une chapelle sur une autre paroisse, mais dans ce cas, on ne sait pas laquelle.

32 Port C., Dictionnaire…, t. I, p. 615. La mention de 1072 serait tirée du cartulaire de Saint-Serge, mais elle ne figure pas dans l’édition d’Yves Chauvin. La deuxième donnée en 1140 proviendrait de Dom Housseau no 1660 ; elle est datée de 1141 et provient du no 1661 (Archives nationales, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou…, 1661 : Silvester de Boilleio muriens medietatem sui patrimoni Capellae Hugonis Sanctimmonialibus Sanctae Mariae de Nidoavis), de Capella Hugolini. La troisième 1150 serait au cartulaire de La Roë. Nous ne l’avons pas trouvée (confusion avec la Chapelle Craonnaise ?).

33 Archives nationales, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou – no 1977 (1184) : Capellam Hugolinus dans la bulle de Lucius III – no 3208 (1267) : Durandum rectorem ecclesiae de Capella Huslin.

34 Archives nationales, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 1747 (1150) : quamdam masuram qua vulgo Fulcheteria, La Fauchetière, in parochia Grugii dicitur…

35 Port C., Dictionnaire…, t. II, p. 362. Comptée parmi les églises en 1330 : Hospitale (Longnon Auguste, Pouillés de la province de Tours…), p. 203.

36 Port C., Dictionnaire…, t. III, p. 386. Comptée parmi les églises en 1330 : Hospitale Sancti Egidii (Longnon Auguste, Pouillés de la province de Tours…, p. 201).

37 Cartulaire noir de la cathédrale d’Angers, reconstitué et publié par Urseau Charles, Angers, 1908, actes 130 p. 217 (1125-1139), 178 p. 265 (1125-1138) et 191 p. 283 (1129-1148).

38 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 7127 : Le prieuré du Bourg-aux-Nonains anciennement appelé de Lorzée, locum qui dicitur de Lorzéis, près de la forêt de Lorzée. Il y a un don de Gautier Hai de Pouencé, sous Rainaud de Martigné évêque et Eremburge abbesse. Traduction française du cartulaire de Nyoiseau (XVIIe siècle), mairie de Nyoiseau, p. 359-360 : même texte.

39 Traduction française du cartulaire de Nyoiseau (XVIIe siècle), mairie de Nyoiseau, p. 81-82 : le dit Grifon mist le don sur l’autel de nostre Dame de Lorzez avec un livre…

40 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 3101 : priorissa de Burgo Monialium….

41 Angot A., Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Mayenne, 1900-1910, réd. 1986, t. I, p. 373.

42 Mairie de Nyoiseau, Traduction française du cartulaire de Nyoiseau (XVIIe siècle), p. 359-360. Et Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou – no 339 (inventaire du XVIIe siècle) : chapelle curialle du Bourg-aux-Nonains, paroisse de Renazé. Fonds baptismaux, cimetière et on y fait toutes les fonctions curiales. La dame abbesse présente – no 367 (inventaire XVIIe siècle) : la cure du Bourg-aux-Nonains dépend du dit Bourg au Nonains, lequel est situé paroisse de Renazé, à la présentation de l’abbesse de Nioizeau dès avant 1591.

43 La partie sud de la commune de Renazé est constituée par la section B du Bourg-aux-Nonains. Elle se développe d’est en ouest depuis Le Râteau jusqu’à l’est de la forêt de Lourzais. On y observe un bourg très dispersé et même éclaté, des terres cultivées à l’est, puis au centre, une zone de landes, et à l’ouest un morceau de la forêt de Lourzais (Cad. absent aux AD Laval. Mairie de Renazé, cad. non daté, vers 1840).

44 Meuret J.-C., L’honneur perdu de Lourzais, La Mayenne, archéologie, histoire, 1992, p. 37-49.

45 Bertrand de Broussillon A., La Maison de Laval (1020-1605). Etude historique accompagnée du cartulaire de Laval et de Vitré, Paris, Picard, 1895, t. I, p. 57, acte 57 (1080-1093) : Rivallonus monachus noster emit a Guidone de Valle boscum unum qui dicitur Monduluet…/… Et nostri homines qui ibi hospitabuntur habebunt pasturam et boscum ad edificandum et ad ignem…/… et ad capellam faciendam.

46 Guillotin de Corson A., Pouillé historique de l’archevêché de Rennes, 1884 et1987, t. V, p. 246-247.

47 AD Laval, H154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, acte 58 (1116-1138) : Johannes de Nemore Ingaut et Boter et Bernardus et Marcherius et Guerne soror ejus et omnes socii communionis ejusdem dederunt in elemosina Gorin heremite locum Brilleii ad serviendum Deo…/… Johannes Talle reddidit se ipsum Deo et ecclesie de Brellio Ingaut in manum Radulfi canonici…/…Raginaldus Lainegen filius Osmundi dedit ecclesie de Rota et loco Brel Ingaudi se ipsum in canonicum…/… Hoc donum in manu Radulfi tunc prioris de Brellio Ingaudi…/… Venicia, mater Brienti Bovis dedit se Deo et ecclesia Sancte Marie de Rota ad faciendam se monacham in loco Brel Ingaudi…

48 AD Laval, H154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, acte 58 (1147-1169) : Hunc locum de Brilleio Ingaudi visitavit ibique cymiterium et altare ecclesie consecravit + Bernardus gratia Dei Nannetensis episcopus…

49 Traduction Française du Cartulaire de Nyoiseau (XVIIe siècle), Mairie de Nyoiseau, 1er chapitre et p. 15-25.

50 Cartulaire noir…, acte 142, p. 232-234. Dans l’arbitrage rendu par Ulger entre La Roë et la Trinité de Vendôme pour l’exclusivité des droits sur la paroisse d’Aviré sont cités, les parrochiani Aviriacenses, mais seulement le vicus de Ferreria et la capella de Ferraria. Au nom du lieu répondent d’importants amas de scories, qu’on nomme des ferriers, vestiges de réduction directe du minerai de fer en bas-fourneaux. Ils sont encore visibles dans le bois et près du château. L’existence de tels vestiges est toujours liée à la forêt.

51 Port C., Dictionnaire…, II, p. 145.

52 Célestin Port dit ne pas connaître la date de fondation de cette paroisse. La première mention qu’il en donne est de 1419 : Hospitale de Fleio (Dictionnaire…, II, p. 365). Dans son testament, en 1149, Ulger lègue des biens et des églises au chapitre Saint-Maurice. Parmi ceux-ci, hoc quod habemus in novo vico Philippi de Sauconiaco qui est in Flaio. Ce lieu venait donc d’être créé, mais n’était pas paroisse (Cartulaire noir…, acte 227, p. 336). Le pouillé de 1330 et un compte de 1467 mentionnent l’église de Flée. C’est probablement le futur Hôpital-de-Flée qui touche au nord la forêt de Flée.

53 Cartulaire noir…, acte 213, p. 315-317 (1125-1138) : De sancto Vincentio juxta Segreium.

54 Archives nationales, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou…, no 1648 (vers 1141) : Robertus Yvonis decimam totius terrae quam acquisivit a Philippo cognato suo de Saucoigneio videlicet quae est inter Andegavensem viam et nemus Fleii pro uxore sua monachanda Sancti monialibus Beatae Mariae Nidi Avis… L’acquisition de la terre est donc antérieure à 1141.

55 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, acte non numéroté : Carta de Johane de Mota.

56 Archives nationales, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou…, no 1653 et no 1977.

57 Port C., Dictionnaire…, t. III, p. 460.

58 Pouillés de la province de Tours…, p. 237.

59 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 343 (inventaire du XVIIe siècle) : Paroisse de Saint-Vincent-des-Bois dans le doyenné de Craon, résignée entre les mains de Jeanne abbesse de Nioyzeau le 14 mars l’an 1433. Cette cure est à la présentation de l’abbesse de Nyozeau.

60 Port C., Dictionnaire…, t. III, p. 460. Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 382 (1726) : chapelle de Saint-Vincent-des-Bois située sur la paroisse de Saint-Aubin-du-Pavoil. Sur le cadastre de 1826, la chapelle est toujours visible, mais ses derniers restes ont été rasés dans la 2de moitié du XXe siècle. En 2012, à une des portes d’une grange du village de Saint-Vincent se voient des blocs de grès roussard, remplois probables d’éléments médiévaux.

61 Meuret J.-C., Au cœur de la marche bretonne, l’ascension et le démantèlement d’une grande châtellenie, La Guerche-Pouancé (milieu XIe-milieu XIIIe siècle), dans Quaghebeur Joëlle et Soleil Sylvain (dir.), Le pouvoir et la foi au Moyen Âge en Bretagne et dans l’Europe de l’Ouest, Mélanges en mémoire du professeur Hubert Guillotel, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 652-654.

62 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, acte no 40 (1148-1170) : concordiam et compositionem…/… ut concederent ibidem fieri cimiterium intra terminos ecclesie Balorcii constitutum. Cui petitioni canonici benigne adquieverunt. Ius tamen parrochiale ad integrum retinentes…/… omnes illos qui in illo cimiterio locum et mansionem habebunt…/… dedit etiam abbas canonicis unam sextariam terre et plateam domus quietam et absolutam et sacerdoti de Balorcio aliam plateam…/… Hoc etiam concesserunt canonici Sancti Nicholai ut prima quinque corpora defunctorum pro honore cimiterii de Roseto ibidem sepelirentur per manum tamen sacerdoti de Balorcio…

63 Meuret J.-C., Peuplement, pouvoir et paysage…, p. 549.

64 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 1638 : Oliverius de Nova Villa a domno Roberto Abbate a monachis Sancti Albini petiit ut ad opus sanctimonialium Sanctae Mariae de Nidoavis in parochia Castellicii, apud domum suam in loco qui dicitur de Calumniis, ecclesiam et cimiterium ubi Deo servitium celebraretur, construi permitterent… La demande est faite à Saint-Aubin d’Angers car cette abbaye était alors très présente sur la paroisse de Châtelais avec deux prieurés, l’un au bourg, l’autre à Saint-Julien-l’Ardent.

65 Meuret J.-C., « Construction et habitat aux confins Anjou-Bretagne, du XIe au XVe. Des textes au terrain », Prigent D. et Tonnerre N.-Y. (dir.), La construction en Anjou au Moyen Âge, Presses de l’université d’Angers, 1998, p. 145.

66 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 1653.

67 Voir les références au chap. II-3-d.

68 Dom Morice, Preuves, i, col. 696 : rogavit sepe dictum Glaënum ut eis dimitteret suam decimam de Capella quam ipse Glaënus sibi retinuerat.

69 Comte F., L’abbaye de Toussaint d’Angers, des origines à 1330, Société des études angevines, acte 47, p. 118 : Bonabus de Roge miles concedit…/…capellam suam quae sita est in parochia Capellae de Gléen.

70 Marchegay P., Archives d’Anjou, t. II, 1883, Cartae de Carbaio (1049-1060), p. 1-5.

71 Marchegay P., Archives d’Anjou, t. II, p. 10 : Germaius, filius Adelardi presbiteri, donavit nobis presbiterium ecclesiae, et accepit benefactum loci istius et habuit vii solidos de caritate…./… Herveus de Poencei, qui tunc ejusdem castri honorem tenebat, et Wihenocus filius ejus annuerunt nobis consuetudines terrae et ecclesiae.

72 Port C., Dictionnaire historique, géographique et biographique du Maine-et-Loire, 1884, t. I, p. 552.

73 Dom Morice, Preuves, t. I, 423: Dederunt…/… ecclesiam cum tota parrochia atque sepultura Castelli Filgeriensis…

74 Guillotin de Corson A., Pouillé…, t. IV, p. 616

75 Guillotin de Corson A., Pouillé…, t. II, p. 599.

76 Guillotin de Corson A., Pouillé…, t. VI, p. 482-490.

77 Guillotel H. et Meuret J.-C., « Chartrel et Carcraon : les enjeux d’une mise en valeur dans la vallée de la Seiche, entre Moutiers et Visseiche au XIIe siècle », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. 97, 1995, p. 35-69.

78 AD Laval, H154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, actes 23 (1154) et 24 (1152).

79 Dom Morice, Preuves…, t. I, col. 804-807.

80 AD Laval, H175 : plusieurs pièces allant de 1675 à 1764 expriment la volonté des habitants de la ville de doter la Trinité d’un cimetière et d’en faire l’église paroissiale de La Guerche.

81 Guillotel H., Les actes des ducs de Bretagne, (944-1148), thèse pour le doctorat en droit, 1973, acte 23, p. 89-91 (1008-1033) : Ego Rivellonius, provinciae Redonensis miles…/… confero Deo et famulis ejus in loco sancti Martini, quod Majus Monasterium dicitur…/…. ecclesiae cujusdam, in vico qui Marcilliacus vocatur sitae, partem tertiam… Ibid., acte 24, p. 92-93 (1008-1033) : Jungeneo filio Guithenoci presbyteri de Marcilliaco teste.Dom Morice, Preuves…, t. I, 386 (avant environ 1040) : Rivallonius Vicarius Domini Roberti de Vitreaco avus in territorio Redon. cum ecclesia Marcilliaci fevum etiam cujusdam sui Majoris Beraldi in eadem parrochia dedit.

82 Dom Morice, Preuves…, t. I, col. 415 : Herveus de Martiniacu…/… dedit Sancto Martino…/… vi. partem redhibitionis duarum apud eumdem locum consistentium Ecclesiarum SS videlicet Apostoli Petri et Martyris Symphoriani, id est vi. partem decimae, sepulturae, oblationis…

83 Meuret J.-C., Peuplement…, p. 283.

84 Le pouillé de 1330 (environ) indique que l’église est partagée en deux parts et entre deux prêtres : ecclesiam de Martigneio pro parte Jameti Badret, eadem ecclesia pro parte Johannis L’Espervier (Pouillés de la province de Tours, publiés par A. Longnon, Paris, 1903, p. 170). Guillotin de Corson A., Pouillé historique…, t. II, p. 425-429 et t. V, p. 144-145. Breton Y., Le pays de Martigné-Ferchaud, chez l’auteur, 1985, p. 68-70.

85 Archives nationales, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 1653.

86 Ibid., no 1671, (s. d.) : Guillelmus de Guirchia in claustro monachorum de Poenceio dat Adelaidi Abbatisse de Nidoavis duos solidos et dimidium talione de feodo Radulfi de Claveria, et minam frumenti et duos solidos quos capiebat de terra Anguleriis…

87 Ibid., no 1977 (1184) : locum qui dicitur Anguillare cum omnibus pertinenciis suis…

88 Ibid., no 4042 (1472) : chapelle de Sainte Marguerite d’Anguillers… située au diocèse de Rennes et deservie dans la paroisse de Martigné Ferchaut et no 4098 (1484) : la chapelle de Sainte Marguerite d’Anguillers, située au diocèse de Rennes, paroisse de Martigné Ferchaut…

89 Guillotin de Corson, Pouillé…, t. II, p. 594.

90 AD Angers, 43 H 1/3 (1094): Notitia de multis rebus quas dedit nobis Gualterius Oditus.

91 AD Angers, 43 H 1/3bis (1094): aecclesiam faciemus in burgo nostro…

92 Cartulaire des sires de Rais publié par Blanchard R., Archives historiques du Poitou, XXVII, 1889, acte no 45, p. 110-117 : le testament de messire Geffroy de Pouencé, par coppie, (4 mai 1263)… Item lego ecclesie sancti Petri de Poencé v sol. annui redditus… Les fouilles menées dans le château même dans les années 1980-90 n’ont pas livré trace d’une chapelle.

93 AD Angers, 43 H 1/3 (1094) : Gaulterius Oditus et Basilia uxor ei donaverunt sancto Martino…/… medietatem offerendarum capelle sue et donum capellani et presentacio…

94 Neau A., En pays pouancéen, t. I, chez l’auteur, 2010, p. 149-153 : la Madeleine devient succursale de Saint-Aubin en 1701, puis paroisse en 1778.

95 Celle-ci a été explicitée par Bouvet C., « À propos des premiers seigneurs de Châteaubriant aux XIe et XIIe siècles », Bulletin de la Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique, 1986, t. 122, p. 91-96.

96 Dom Morice, Preuves…, t. I, col. 1059 (1281) : molendinis de Choisel sito in parochia S. Salvatoris de Bereio… Et AD Nantes H 113/8 no 24, copie du XVIIIe siècle du même acte de Dom Morice, plus complète mais avec une différence très problématique : molendin… de Choisel sito in parochia Sancti Johannis de Bereio. Où est l’erreur ?

97 Pour Olivier Guillot, aucune source ne prouve qu’il s’agisse d’une création des comtes d’Anjou (Le comte d’Anjou et son entourage au XIe siècle, Picard, vol. I, p. 466).

98 Bibliothèque de l’École des chartes, 1875, t. 36, p. 417-419. 1) (1080-1096) Goffridus Rorgon donavit Deo et Sancti Nicholao et monachis ejus, pro salute animae suae, apud Candiacum, ecclesiam sancti Dionisii, quae facienda erat, quam ipsi fecerunt…/… Postea vero concessit eis ut aliam ecclesiam facerent foris castrum, in honorem sancti Nicholai. 2) (1096-1109) apud Candeium, in parva capella sancti Nicholai…/… ecclesiam beati Nicholai quae apud ipsum castellum est… Même texte dans Mailfert Yvonne, Le premier cartulaire de Saint-Nicolas d’Angers (XIe-XIIe siècle) essai de reconstitution historique, thèse de l’École nationale des chartes, janvier 1931, vol. II, p. 57, acte 35 (AD Angers, copie dactylographiée, 1980). L’hypothèse a été avancée que l’église Saint-Denis existait depuis longtemps et qu’il ne s’agit là que d’une reconstruction (L’Esperonnière comte René de, Histoire de la baronnie et du canton de Candé, Angers, 1894, rééd. Vendée militaire, 2009, t. I, p. 22-23). Le texte ne va pas exactement dans ce sens.

99 Marchegay P., Archives d’Anjou, t. II, p. 199 et Labande-Mailfert Y., Le premier cartulaire de Saint-Nicolas d’Angers…, Annexe I, no XII, p. 466. Y figure aussi l’église d’Angrie.

100 Port C., Dictionnaire historique, géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874, t. I, p. 545.

101 Labande-Mailfert Y., Le premier cartulaire de Saint-Nicolas d’Angers…, acte 35 bis, p. 62-64 (1086-1090) : nos monachi sancti Nicholai habuimus et tenuimus sub presule Andecavensi Eusebio, annis et diebus multis ecclesiam sancti Petri in parochia quadam quae Engreia nuncupatur de senioribus ipsius parochiae atque ecclesiam sancti Simphoriani inibi sitam quas presbiteri cujusdam nomine Tutualdi impulsu postea perdidimus. Les droits des moines sont antérieurs à 1081 car Eusèbe a été évêque de 1047 à 1081.

102 Cartulaires de l’abbaye Saint-Serge et Saint-Bach d’Angers (XIe et XIIe siècles), Y. Chauvin (éd.), Presses universitairs d’Angers, 1997, vol. I, p. 187-192, actes 194-195 (1083) : partem quamdam parrochie sue que Chameriacus dicitur in silvam vertendo et ob hoc habitacionem sive culturam hominum inde propellendo.

103 Tonnerre N.-Y., Naissance de la Bretagne, Presses Universitaires d’Angers, 1994, p. 118.

104 Le cas des paroisses de Pontorson et Cendres sera développé et référencé au paragraphe II-1-c.

105 Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 602 : ecclesia de Forgiis en 1516.

106 Meuret J.-C., Peuplement…, 1993, p. 342-347.

107 Guillotin de Corson, Pouillé…, t. IV, p. 602.

108 Marchegay P., Archives d’Anjou, t. II, 1883, Cartae de Carbaio, p. 2 (1049-1060) : Est autem villa supradicta inter duo praefata castella, Castellum scilicet Brientii et Poenciacum ; quorum primus, id est Castellum Brientii, tribus ab ea versus occidentem distat leugis, et alterum, id est Poenciacum, versus orientem duobus millibus. Cujus longitudinem ab oriente determinat villa quaedam nomine Piperatura et ab occidentali torrens qui dicitur Mala Noa. Latitudo vero ejus terminum habet, a septentrionali plaga, viam publicam Novae Villae quae ducit in Britanniam et in Andegaviam ; a meridiana fluviolum quemdam Verranum appellatum atque villulam quam Volvaner dicunt.

109 Mondevert = 500 ha, Bourg-l’Évêque = 529 ha, Carbay 763 ha, Nyoiseau (av. 1826.) environ 300 ha.

110 Par exemple à Bourg-l’Évêque : terram quae vulgo dicitur Raboteria, cum aliis terris eis [attin] gentibus, largitum inquam, terram arabilem cum nemore et saltibus… (Urseau C., Cartulaire noir…, p. 265, acte 173).

111 Cartulaire noir de la cathédrale d’Angers reconstitué et publié par Urseau C., Angers, 1908, acte no 158, p. 265 (1125-1138) : terram quae jacet inter aecclesiam Bulliaci et aecclesiam Grugeii et aecclesiam Combreii, quae vulgo dicitur Raboteria, cum aliis terris eis [attin] gentibus, largitum, inquam, terram arabilem cum nemore et saltibus usque ad tramitem, qui ducit juxta locum capellae Tebaudi heremitae…

112 Bertrand de Broussillon A., La Maison de Laval…, t. I, acte no 64, p. 57 (1080-1093) : boscum unum qui dicitur Monduluet et terram sicut via de Cociaco dividit usque in Ceriset et de Monduluet, usque in Brolet Goscelini, et sicuti rivulus currit.

113 Devenu Mabouet et ensuite l’Abbaye, Carfantain n’a été commune que de 1789 à 1793 pour être ensuite intégrée à celle de Dol.

114 Dom Morice, Preuves…, t. I, 433-434. Outre ce qui concerne l’Abbaye sous Dol, on doit encore relever le fait que dans cette pancarte de donations à l’abbaye Saint-Florent de Saumur, il est fait mention d’un cimetière habité non loin de là, à Pleine-Fougères : in primis ecclesiam Planae Filgeriae et decimam omnem et censum domorum cimiterii…

115 La Borderie A. Lemoyne de, « Documents inédits sur l’histoire de Bretagne, chartes du prieuré de la Trinité de Fougères », Bulletin de l’Association bretonne, vol. III, 1851, acte xvi, p. 236-237 : débornement des paroisses de Saint-Sulpice et de Lécousse,

116 Analyse de la charte et proposition de cartographie dans Bachelier J., Histoire d’une ville médiévale. Naissance de Fougères, XIe-XIIIe siècles, mémoire de maîtrise, université Renne 2, dir. Daniel Pichot, juin 2002, p. 151-153.

117 Tous les lexiques traduisent ce mot par buisson mais pas par verger. Exactement à la même époque le même évêque Etienne de Fougères lorsqu’il décrit son manoir épiscopal de Rannée emploie le mot viridarium pour désigner le verger qu’il a planté de ses mains (Dom Morice, Preuves…, t. I, 673).

118 Le problème de l’ancienneté des viae publicae citées aux XIe et XIIe siècles, est approfondi dans Meuret J.-C., La voirie à l’est de la Bretagne à partir des sources médiévales (XIe-XVIe siècles), Bulletin et Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. XC, 2012, p. 289-328.

119 Guillotel H., Les actes des ducs de Bretagne, (944-1148), thèse pour le doctorat en droit, 1973, acte 19, p. 76 (1008-1031) : quarta sancti Martini de ecclesia vici illius qui Macerias appellatur cum via publica… et acte 51, p. 187-188 (1040-1047) : ab occidente vero via publica quae ducit ad Sanctum Michaelem a Redone…

120 Marchegay P., Archives d’Anjou : Cartae de Carbaio, t. II, 1883, p. 2.

121 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine-Anjou, no 1648 (vers 1141) : Don de Robert Yvon [de la Ferrière] Robertus Yvonis decimam totius terrae quam acquisivit a Philippo cognato suo de Saucogneio, videlicet illius quae est inter Andegavensem viam et nemus de Fleii.

122 Cartulaire noir…, acte 213, p. 315 (1125-1138) : dedi…/… terram quae est juxta cimiterium quae terminatur patentibus metis…

123 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, acte no 8 (1100-1116) : quatuor mediterreas quas in silva mea novas apperueram in terra que Vallula appellatur…/… quarum termini sunt…

124 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, acte no 11 (1116-1123) : Equum itaque ei dedit sed tamen quoddam novum essartum locumque aquosum qui subtus adjacet ad fatiendum pratum…/… Hugo…/… misit Lambertum videlicet camerarium et Suhardum forestarium ut domno Albino terram monstrarent et metas ponerent. Qui cum illo pergentes terram supra dictam ei indicaverunt et arbores in circuiti natas inciderunt easdemque incisas ejusdem terre metas esse dixerunt…

125 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, acte no 9 (1128-1130) : Hugo castri Credonis dominus consilio atque persuasione quorundam, metas terre nostre calumpniatus est dicens nos terminos a suis antecessoribus traditos transisse…/… Quapropter eundem Albinum super hac re convenit eique dixit ut vel metas retraheret vel diem constitutam qua super metas venire possent susciperet et tunc easdem circunquaque ostenderet…/… Albinus fines terre nostre cepit perambulare ac incisuras arborum que eandem terram terminabant eis demonstrare ostentioni cujus prefatus Hugo noluit credere…/… et ut ecclesie nostre metas supra memoratas sicut ei ostenderat in pace concederet centum solidos prebuit…

126 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, acte no 58 (1116-1138) : terra per viam que dicitur Boeria usque ad metas castelli…

127 Meuret J.-C., Archéologie, paysage et histoire d’une forêt du Néolithique à nos jours, le massif de Domnaiche en Lusanger (Loire-Atlantique) », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 117, déc. 2010, no 4, p. 7-81.

128 Archives nationales, N III, Loire-Atlantique, 19.

129 Par ex. la borne non datée, conservée à l’entrée de l’abbaye de Montmorel, en Poilley (Manche).

130 Chédeville A. et Tonnerre N.-Y., La Bretagne féodale…, p. 56-57.

131 Brand’Honneur M., Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes. Habitat à motte et société chevcaleresque (XIe-XIIe siècles), Presses universitaires de Rennes, 2001, p. 111-113.

132 Levalet D., Hypothèses sur le peuplement antique de la Croix-Avranchin (Manche), Revue de l’Avranchin et du Pays de Granville, t. 81, 2004, fasc. 401 (déc.), p. 363-392.

133 Pichot D., Savigny, une abbaye entre Normandie, Bretagne et Maine, dans Quaghebeur J. et Merdrignac B. (dir.), Bretons et Normands au Moyen Âge. Rivalités, malentendus, convergences, Colloque de Cerisy 2005, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 241-257.

134 Cartulaire du Mont-Saint-Michel, fac-similé du man. 210 de la BM d’Avranches, Les amis du Mont-Saint-Michel, 2005, fol. 26 v° : « In eodem siquidem comitatu (abrincatensi) dono…/… in burgo quod appellatur Beverona quicquid in eo mei iuris erat, cum VIII molendinis et teloneo et cum omnibus consuetudinibus ad totum ipsum burgum pertinentibus in omni parte… » Publié par Fauroux M., Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Société des antiquaires de Normandie, Caen, 1961, acte no 73, p. 213.

135 Prou M. et Vidier A., Recueil des chartes de l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire, Paris, 1907, t. I, acte 78, p. 204 (1067) : Richardus Normannorum dux et Robertus frater ejus, pro redemptione et salute animarum suarum et antecessorum suorum, contulerunt Deo et sancto Benedicto ecclesiam sancti Jacobi… Cité dans Fauroux M., Recueil…, p. 25.

136 Levalet D., Avranches et la cité des Abrincates. Ier siècle av. J.-C.-VIIe siècle apr. J.-C., Recherches historiques et archéologiques, Société des antiquaires de Normandie, 2010, p. 200-201.

137 Prou M. et Vidier A., Recueil des chartes de l’abbaye de Saint-Benoît-sur-Loire, Paris, 1907, t. I, acte 78, p. 204 (1067) : ecclesiam Sancti Jacobi quae in confinio Normanniae er Britanniae sita est, cum terra et aqua eidem ecclesia pertinenti…/… circa eadem vero ecclesiam, ego Willelmus, successor eorum, dux Normannorum et per Dei misericordiam Anglorum rex effectus, bellis ingruentibus, ob meae terrae defensionem, cum locus magis idoneus ad id videretur, castellum extruxi…/… De stagnis vero tribus, quae ibi feci…

138 Ménard V., Histoire religieuse, civile et militaire de Saint-James-de-Beuvron, Avranches, Perrin, 1897, planche hors-texte : plan levé et dessiné par le chanoine E. A. Pigeon, sur lequel la chapelle se trouve contre la muraille dans l’enceinte, près de la porte d’Avranches.

139 Ménard V., Histoire religieuse, civile et militaire de Saint-James-de-Beuvron…, Perrin, 1897, p. 2-3 : ecclesia parochialis de Sancto Benedicto cum capella Sancti Martini de Belley annexa… (citation du Livre des synodes du diocèse d’Avranches au XVIe siècle, p. 45-46) : Belley = bello comme à Saint-Michel-du-Combat et p. 438-439 : en 1551 et 1552, un seul recteur nommé Nicolaus de Romilley pour les deux églises, Saint-Benoît-de-Beuvron et Saint-Martin-du-Bellé, alias Sainct-Jame.

140 Longnon A., Pouillés de la province de Rouen, Paris, Klincksieck, MDCCCCIII, p. 153 (1412) : ecclesia Sancti Benedicti de Bevrone et ecclesia Sancti Jacobi de Bevrone ; p. 154 (1412) : la capella domus Dei Sancto Jacobo doit désigner la chapelle des religieux.

141 E. Zadoria-Rio constate que l’impact de la construction des châteaux sur le réseau paroissial s’est révélé très faible : Zadora-Rio É. (dir.), Des paroisses de Touraine aux communes d’Indre-et-Loire. La formation des territoires, FERACF, 2008, p. 268.

142 Guillotel H., Actes des ducs…, 32 (1024-1034, avant le 21 février) : quemdem molendinum situm apud Pontem Ursi…

143 Beuve abbé, Pontorson, rue des Scribes, 1991, p. 23 (rééd. de Pontorson sur les bords du Couesnon, 1947). L’auteur ne cite presque jamais ses sources. Peut-être est-ce ici la Chronique de Normandie (Recueil des historiens des Gaules et de la France, t. XI, par Dom Martin Bouquet, L. Delisle (dir.), Poitiers, 1876, p. 324) : pour laquelle cause, après ce que le Duc Robert l’ot sommé [Alain conte de Bretaigne] deuement, le Duc fist faire sur la rivière de Coisnon ung fort chastel nommé Pontorson : lequel chastel il bailla à garder à Neel seigneur de Saint Sauveur le Viconte, et ung aultre chevalier nommé Auvre de Guingant…

144 Chronique de Robert de Torigny, abbé du Mont-Saint-Michel, publiée par Léopold Delisle, Rouen, 1872, t. I, p. 196-197.

145 Cartulaire du Mont-Saint-Michel, fac-similé du manuscrit 210 de la BM d’Avranches, Les Amis du Mont-Saint-Michel, 2005, acte 93 : De Buceio et Saceio (Boucey et Sacey). Duos venerabiles presbiteros Gaufredum scilicet capellanum regis de Pontorsum et Bernardum de Buceio sacerdotem meum…/… super altare primum Sancti Nicholai in capella de Pontorsum… (datation par l’abbatiat de Bernard : 1131-1149).

146 Chronique de Robert de Torigny, abbé du Mont Saint-Michel, publiée par Léopold Delisle, Rouen, 1872, t. I, p. 313 : Robert de Torigny rapporte la venue du roi, le repas pris au réfectoire des moines et la donation des églises de Pontorson. Il ajoute que le même jour, Henri II se rend à Pontorson, où il répartit ses ministériaux et leur ordonne de quelle manière reconstruire son château. L’acte de donation est instrumenté peu après. t. II, V, p. 265 : Sciatis quod concessi abbati et monachis Sancti Michaelis de Monte ecclesias meas de Ponte Ursonis, sicut rex Henricus avus meus, eas illas concessit…/… ecclesie castelli mei, quod noviter firmavi.

147 Ibid., t. II, V, p. 265 : quare mando vobis quod, si episcopus Abrincensis eis aquam benedictam ad opus illarum ecclesiarum dare noluerit, vos ipse eis illam date, ne ecclesia mei, quod noviter firmavi, sine officio divino remaneant…

148 Ibid., t. II, VI, p. 265-266 : Sciat dilecto tua nos, prece domini nostri regis Henrici, et ex jure auctoritatis nostre metropolitane, dedisse aquam benedictam dilecto filio nostro Roberto, abbati Sancti Michaelis de Periculo maris ad capellam de Ponte Ursonis et licentiam divinam celebrandi in eadem capella, quoniam tu semel et secundo et tercio requisitus aquam benedictam ei dare noluisti. Valeto.

149 Ibid., t. II, VII, p. 266-267 : Quod donum primi et secundi Henrici regum Anglorum de predictis ecclesiis predicto monasterio factum de cetero ratum haberetur et inconcussum, atque presbitero de Boce, Alano, in cujus parrochia, predictum castrum, ut ferebat edificatum erat, pro tota querela sua decidenda et compescenda, optio daretur, vel tunc viginti libras andegavensium finaliter accipiendi, vel tunc etiam decem et annuatim dum adviveret decem solidos predicte monete habendi.

150 Un compte de 1369-1370 entérine cette partition car il indique que Pons Ursonis et Bouceyo ont chacune leur rector (Longnon A., Pouillés de la province de Rouen…, p. 141).

151 Guillotel H., Actes des ducs…, acte 50, (1040 après le 1er oct. 1047) : ego Haimo, patria Brito, filius Gingomari cognomento Blocci, homo et militiae deditus…/…do…/…aecclesiam in loco qui dicitur Solus Gallus…/… aecclesiam de monasterio Sandae…/… et dimidium molendinum super fluvium qui dicitur Sanda situm et sex acras de marisco…/… Et ut pleniorem obtineat haec mea donatio firmitatem, dominus meus Maino, de cujus fevo omnia quae supradicta sunt teneo, auctorizavit libenti animo, necnon, et comes Britannorum Conanus et avunculus ejus Eudo…

152 Brand’Honneur M., Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes, Habitat à motte et société chevaleresque (XIe-XIIe siècles), PUR, 2001, p. 112-113.

153 Bourde de la Rogerie H., La frontière de la Bretagne et de la Normandie, près de l’embouchure du Couesnon, Bulletin et Mémoires de la Société d’archéologie d’Ille-et-Vilaine, t. 43, 2e partie, 1914, p. 316, note 1.

154 Ibid., p. 319 : Elle sont mentionnées en 1419, mais elles préexistaient.

155 Guillotin de Corson A., Pouillé…, t. II, p. 461-463.

156 Aujourd’hui, Pontorson est le siège de la paroisse Notre-Dame-de-la-Paix qui a regroupé dix paroisses antérieures (entre 1995 et 2005), et qui appartient à l’évêché de Coutances et Avranches (créé en 1854).

157 Maupillé en cite six (Maupillé L., « Notices historiques et archéologiques sur les paroisses du canton de Louvigné-du-Désert », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, 1877, XI, p. 257 à 387), mais M. Brand’honneur, après examen critique, n’en retient que deux (Brand’Honneur M., Manoirs et châteaux…, p. 24).

158 Angot A., Dictionnaire…, t. IV, p. 743,

159 Angot A., Les « châteaux » et les « châteliers » dans la Mayenne, Bulletin de la Commission historique et archéologique de la Mayenne, 2e série, t. II, 1890, p. 188-199.

160 Maupillé L., Notices historiques et archéologiques sur les paroisses du canton de Louvigné-du-Désert, Bulletin et Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, 1877, XI, p. 257 à 387.

161 Dom Morice, Preuves, t. I, col. 814 : Item idem Gauffridus de Filgeriis praedicto Juello et suis heredibus dedit et concessit quicquid juris habebat in foresta scita inter Glan et Aron et illa foresta a prius tenentibus eam vel haeredibus tenebitur a praefato Juello et ejus haeredibus pro ut debebitur. Cet acte constitue un traité de paix imposé à Geoffroy de Fougères par Juhel de Mayenne après un conflit dont on ne connaît pas exactement la nature. Il prend la forme d’une sorte d’hommage en marche, appliqué à deux seigneuries en position frontalière. Il est en effet passé à l’abbaye de Savigny en présence des puissants de la région presque tous du parti de Philippe-Auguste, tels l’évêque de Lisieux, l’abbé de Savigny, Guillaume des Roches sénéchal d’Anjou, le comte Alain ( ?), Amaury de Craon, André de Vitré, Foulque Paynel, tandis que du côté breton, près de Geoffroy de Fougères, ne figure que Guillaume, sénéchal de Rennes. L’enjeu de la lutte est sans doute local car lié à une foresta, en même temps juridique et économique car une grande partie des clauses porte sur divers moulins et les droits seigneuriaux afférents, mais plus encore frontalier car l’acte est désigné comme finalis concordia. C’est un accord sur des limites, or celles-ci se trouvent sur la frontière entre Bretagne et Maine, ce dernier venant d’être conquis en 1204 par Guillaume des Roches pour le roi Philippe-Auguste.

162 La Borderie A. Lemoyne de, « Documents inédits sur l’histoire de Bretagne », Bulletin de l’Association bretonne, vol. III, 1851, acte VIII, p. 191 (1092) : quartam partem ecclesia de La Basogio…

163 Guillotin de Corson A., Pouillé…, t. IV, p. 116.

164 Angot A., Dictionnaire…, t. III, p. 319 et 321 et t. II, p. 817.

165 Angot A., Dictionnaire…, t. III, p. 255, t. IV, p. 717, t. III, p. 321, t. IV, p. 743.

166 Il suffit pour le constater de lire la fin de l’article consacré à Pontmain. On y voit soudainement Angot, le prêtre mayennais, prendre la place de l’historien rigoureux, cartésien et critique qu’on connaît par ailleurs (voir la manière dont il s’applique à détecter les fausses chartes, telles celles du chartrier de Senonnes, ou mieux encore, sa déconstruction méthodique du mythe des Croisés de Mayenne) pour se livrer à une évocation enflammée de l’apparition de la Vierge de Pontmain (Dictionnaire…, t. III, p. 321-322).

167 Voir sur ce point Brand’Honneur M., Manoirs et châteaux…, p. 112-113.

168 Guillotel H., Les actes des ducs de Bretagne…, no 46, p. 171 : in vico Luvigniaco domus unam, in eo etiam, qui Basiica dicitur, domum unam.

169 Pour la distinction entre spatialisation et territorialisation du sacré : Nagy P., « La notion de christianitas et la spatialisation du sacré », La paroisse, Médiévales no 49, Presses universitaires de Vincennes, 2005, p. 121-122.

170 Guillotin de Corson A., Pouillé…, t. IV, p. 115.

171 Dom Morice, Preuves…, 813 :… servienti praefati Gaufridi [de Filgeriis] in Basoches constituto…

172 Pichot D., Le Bas-Maine du Xe au XIIIe siècle : étude d’une société, Société d’archéologie et d’histoire de la Mayenne, 1995, p. 303 : « Les terres des Mayenne, malheureusement, ne sont pas les mieux éclairées et ne se dégagent vraiment que leurs possessions de la forêt de Mayenne et des alentours, d’Aron, Belgeard, de la forêt de Fosse-Louvain. »

173 Angot A., Dictionnaire…, t. III, p. 548 : Saint Helier du Pontmain, 1420 (Bibl. nat., fr. 11 873).

174 Le Baud P., Histoire de Bretagne avec les chroniques des maisons de Vitré et de Laval, 1538, p. 21 : « Et lors recommença Robert à faire la guerre au pais de Vitreois et se tint une espace à Launay, où il ferma une motte, qui encore y appert, puis à La Gravelle ; et puissamment descourut la terre de Vitré et greva les hommes. »

175 Bertrand de Broussillon A., La Maison de Laval (1020-1605). Étude historique accompagnée du cartulaire de Laval, Paris, Picard, 1895, t. I, p. 111, acte 149 (1142-1185) : ego Guido Lavallensis dominus…/… monachis beati Martini Majoris Monasterii et priotatui Lavallensi parrochiatum de Gravella, cum capella in ea et omnibus ad capellaniam pertinentibus…/… dedi et concessi. Dedi etiam terram ad cimiterium et burgum faciendum…

176 Pour la voirie du Moyen Âge central, entre autres à La Gravelle, voir Meuret J.-C., « La voirie à l’est de la Bretagne à partir des sources médiévales », Bulletin et Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. XC, 2012, p. 289-328. Voir aussi Angot A., Dictionnaire…, t. II, p. 327, avec mention significative de « la prévôté et cohue de La Gravelle en 1444 » (XIe-XVIe siècles).

177 Lauwers M., Paroisse, paroissiens et territoire. Remarques sur parochia dans les textes latins du Moyen Âge, et Zadora-Rio É., « Territoires paroissiaux et construction de l’espace vernaculaire », dans Iogna-Prat D. et Zadora-Rio É. (dir.), La Paroisse, genèse d’une forme territoriale, Médiévales 49, 2005, p. 11-31.

178 Cartulaire de l’abbaye Saint-Serge et Saint-Bach d’Angers (XIe-XIIe siècle) édité par Yves Chauvin, Presses de l’université d’Angers, 1997, t. I, acte 192, p. 181-186 (1082-1092) : Pertum fuisse abbatiam in honore sancti Martini Vertavensis a rege Clodoveo constructam.

179 Pour le Pertre, voir Meuret J.-C., Peuplement, pouvoir et paysage sur la marche Anjou-Bretagne, des origines au Moyen Âge, Société d’archéologie et d’histoire de la Mayenne, Laval, 1993, p. 275, 397-400 et fig. 151. Pour Bréal, la fouille d’une nécropole en 2003 a livré 67 coffres de schiste et un sarcophage de calcaire coquillier, datés du VIe au XIe siècle (fouille INRAP, sous la direction de F. Le Boulanger). Colleter R., Le Boulanger F., Pichot D., Églises, cimetières et paroissiens. Bréal-sous-Vitré (Ille-et-Vilaine). Étude historique, archéologique et anthropologique, VIIe-XVIIIe siècles, Errance, avril 2012.

180 Cartulaire de l’abbaye Saint-Serge…, t. I, acte 4, p. 2-4 (1090-1135) : juxta Braellum quandam terram, quae Ralevius dicitur…/… Sed quia contigua erat foresta Widonis de Valle et Andreae Vitriacensis…/… consilio cujusdam forestarii Hervei nomine, Wido et Andreas abstulerant eam supradicto viro, ejectis habitatoribus, in saltum et forestam mutaverunt.

181 Angot A., Dictionnaire de la Mayenne…, t. I, p. 195 (cart. de Méral, f. 2).

182 Longnon A., Pouillés de la province de Tours, Paris, Klincksieck, MDCCCCIII, p. 74 (vers 1330) : ecclesia de Bello Loco.

183 La chronique de Nantes publiée par Merlet R., Paris, 1896, p. 29-30 : Credonem tunc temporis Namnetici territorii vicum, jure Sancti Clementis civitatis Namneticae monasterio pertinentem…/… castrum super ripam Olidonis composuit.

184 Le point sur les débats relatifs à cette frontière entre Nantais et Anjou dans Brunterc’h J.-P., « Géographie historique et hagiographie : la vie de Saint Mervé », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge-Temps modernes, t. 95, 1983, 1, p. 17-19.

185 Le Baud P., Histoire de Bretagne avec les Chroniques des maisons de Vitré et de Laval, Paris, 1638, p. 157.

186 Sur la commise de Craon : Meuret J.-C., Peuplement…, p. 326.

187 AD Angers, H 1778. Parchemin, original. Cartulaire de Saint-Aubin d’Angers, publié par Berrand de Broussillon Comte, Angers, 1903, t. II, acte 652, p. 142-143 (1081-1093).

188 Cartulaire de Saint-Aubin d’Angers…, t. II, acte 655, p. 144-146 (1097) : ego, Zacharias, filius Frotmundi, vicarii de Credonio…/…dono Deo et sancto Albino…/… ecclesiam que vocatur Cellula…/… cum omnibus beneficiis ejusdem ecclesie ad me pertinentibus, videlecet : offerenda baptisterio, sepultura, decimam quoque…/… Testibus istis : Mauricio filio Rainaldi Credonensis, Viviano filio Suhardi…/… Audiens autem, Willlelmus de Guirchea Girardum abbatem ibi advenisse, occurrit ei et cuncta que de fevo ejus eidem abbati dederant libenti animo concessit…

189 Pour les réf., voir Meuret J.-C., Peuplement…, p. 471-472 et 480.

190 AD Laval, H 154, Cartulaire de Notre-Dame de La Roë, acte no 48 (9 août 1138).

191 L’acte précise que Zacharie possède l’église qui se nomme Cellula, de droit héréditaire (de meo hereditario jure). C’est sans doute le même Zacharie qui ramène la dépouille de son père de Brielles à l’église Saint-Martin de La Celle, signe que celle-ci possédait un cimetière. Pour cette famille, voir Meuret J.-C., Peuplement…, p. 393. À quoi on peut ajouter qu’en 1172 la famille est toujours possessionnée à La Celle, en la personne de Robertus vicarius, fils de Zacharie, et qu’est présent un Johannes vicarius, sans doute un parent, peut-être son fils.

192 Dom Morice, Preuves…, t. I, col. 499 : Lettre de Marbodus évêque à Robert d’Arbrissel.

193 Cartulaire de Saint-Aubin d’Angers…, t. II, acte 657, p. 147 (1142) : Ego, Alanus, Dei gratia, Redonensis episcopus, concessi decimas…/… et mediatatem oblationum…

194 Cartulaire de Saint-Aubin d’Angers…, t. II, acte 658, p. 148-149 (1172) : Ego, Stephanus, Redonensis ecclesie presbiter et regis Anglie capellanus, hanc convenientiam confirmo… Ego Gaufridus de Poenceio, dominus castri Guirchie, hanc convenientiam sigilli mei impressione confirmavi.

195 Marchegay P., Archives d’Anjou, t. II, 1883, Cartae de Carbaio (1049-1060), p. 1-2.

196 Marchegay P., Archives d’Anjou, t. II, 1883, Cartae de Carbaio, p. 4. Voir aussi p. 6 (2e version de la donation, qui semble se placer comme la première entre 1049 et 1060) : Sic igitur obtenta nobis villa Querbaiensi ab Andegavensibus, hoc est ab hominibus comitis Gaufredi, a Nannetensibus quoque,…/… ad integrum devenit in dominium nostrum.

197 Brunterc’h J.-P., « Géographie historique et hagiographie : la vie de Saint Mervé », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge-Temps modernes, t. 95, 1983, 1, p. 21 : Angulatus ou Angolatus, qui fluit inter pagum Cinomannicensem et Redoniensem.

198 Guillot O., Le comte d’Anjou et son entourage au XIe siècle, Paris, Picard, 1972, t. I, p. 359.

199 Marchegay P., Archives d’Anjou, t. II, 1883, Cartae de Carbaio, p. 10. Cette partie de la pancarte est datée par l’abbatiat de Barthélémy (1064-1083). Parmi les donateurs : Herveus de Poencei, qui tunc ejusdem castri honorem tenebat.

200 Le Baud P., Histoire de Bretagne avec les Chroniques des maisons de Vitré et de Laval, Paris, 1638, p. 157. Voir O. Guillot (Le comte d’Anjou…, p. 290) et surtout Brunterc’h J.-P. (« Le diocèse de Nantes entre 936 et 1049 », Mémoires de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Bretagne, t. 61, 1984, p. 67) qui corrige l’erreur de P. Le Baud.

201 Marchegay P., Archives d’Anjou, t. II, 1883, Cartae de Carbaio, p. 12: Gualterium militem, cognomento Odiosum, dominium tenentem tunc castelli Poencei… (sous l’abbatiat de Barthélémy, entre 1064 et 1083).

202 Cartulaire noir de la cathédrale d’Angers…, actes 132, p. 219-222 et 213, p. 315-317, (1125-1138) : De Sancto Vincentio de juxta Segreio. Le seigneur n’est pas nommé, ce qui peut faire supposer que le château de Segré est déjà en situation instable. On relève parmi les témoins la présence de Guillelmus de Poencio. Il s’agit sans doute de Guillaume Ier ou II de Pouancé et La Guerche, donateur et protecteur de Nyoiseau, dont on a voulu s’assurer qu’il acceptait la fondation nouvelle de Saint-Vincent. C’est aussi le signe qu’il ne détient pas encore le château de Segré, ce qui interviendra dans ces mêmes années, mais sans qu’on sache dans quelles conditions.

203 La paroisse n’ayant pas existé ou très peu de temps, l’estimation se fonde sur le cadastre de Saint-Aubin-du-Pavoil de 1826. On y voit une section de Saint-Vincent dont il est possible qu’elle reprenne une partie de la paroisse projetée. Une autre partie de la donation se trouvait sur l’Hôtellerie-de-Flée, dont la section B3 du plan de 1826 contient aussi un lieu-dit Saint-Vincent.

204 Dans les mêmes années, on le rencontre désigné comme miles et frère de Renaud, ainsi que comme fils d’Yvon (Cartulaire noir…, actes 185, p. 278 et 215, p. 320). Ces prénoms sont fréquents dans la famille de La Jaille, ainsi que dans celle de la Ferrière qui semble en être un rameau. On le rencontre aussi donnant une terre près du bois de Flée (aujourd’hui en la Ferrrière de Flée), contigu de Saint-Vincent près de Segré, ce qui semble confirmer son appartenance à la famille de la Ferrière (Bibliothèque nationale, Dom Housseau Collection Touraine Anjou, t. 4, no 1648).

205 Port C., Dictionnaire…, t. III, p. 512.

206 Cartulaire noir…, actes 221 et 227.

207 Cette date est celle proposée par Port C. (Dictionnaire…, t. III, p. 512).

208 Meuret J.-C., « Au cœur de la marche bretonne, l’ascension et le démantèlement d’une grande châtellenie, La Guerche-Pouancé (milieu XIe-milieu XIIIe siècle », dans Quaghebeur J. et Soleil S. (dir.) Le pouvoir et la foi au Moyen Âge en Bretagne et dans l’Europe de l’Ouest, Mélanges en mémoire du professeur Hubert Guillotel, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 651-654.

209 Bibliothèque nationale, Dom Housseau, Collection Touraine Anjou, t. 4, no 1660 (vers 1141) : Postea venit Fulco eius filius in capitulo Beatae Mariae cum maxima militum caterua et dedit praedictis sanctimonialibus quatuor homines, scilicet Candeio unum, Ledoni alium, Chaleim alterum, Chancellis alterum. À 20 km de là, on dispose d’une donation très comparable, lorsqu’en 1207 Geoffroy de Châteaubriant et Guillaume de La Guerche fondent la celle grandmontaine de la Primaudière, à cheval sur la limite Anjou-Bretagne. Le premier donne un bourgeois à Châteaubriant, et le second en donne quatre, à La Guerche, Martigné, Pouancé et Segré (BM Angers, man. 768 – XVe-XVIe siècle –, Cartulaire du prieuré de la Haye aux Bonshommes près Angers, fondation de La Primaudière, 7 mars 1207). Dans tous les cas, dans des bourgs castraux ou villes naissantes.

210 AD Mayenne, H173, pièce 274 (original, chirographe) : Fulco de Candeio dominus dedit ecclesie Sancte Marie de Rota…/… omnis primicias de nemore de Cancellis et decimas omnium ortos et terciam partem tocius decime que fuerit in omnibus exemplis illius nemoris. Concessit etiam omnes decimas quas sui homines ecclesie Sancte Crucis et abbatie de Rota dederant…./… Per amore Dei et gratiae haec elemosine abbatas et canonici Fulconi concesserunt quod haberent semper duos canonicos sacerdotes in ecclesia de Cancellis… C. Port (Dict., I, p. 609) date cet acte de 1114-1120 et l’abbé Angot (Dict., III, p. 49), de 1110. Datations erronées car la donation est faite à Michel, abbé de La Roë de 1149 à 1170.

211 En 1265, Belleassez, dame de Chanzeaux et de Candé donne à son époux Geoffroy V seigneur de Châteaubriant toutes ses possessions angevines de Candé à Chazé-Henry et de Combrée à Armaillé (L’Esperonnière comte R. de, Histoire de la baronnie et du canton de Candé, Angers, 1894, rééd. Vendée militaire, 2009, t. I, p. 50-52 et p. 689 pour le texte de la donation).

212 Selon O. Guillot (Le comte d’Anjou et son entourage au XIe siècle, Picard, 1972, t. I, p. 466) Candé ne fut pas château comtal au XIe siècle et il n’est fait aucune mention de Chanveaux.

213 Marchegay P., « Documents inédits », Bulletin de la Société archéologique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, t. IX, 1869, p. 196-197 (1133) : concedo ecclesiam de Veris post mortem Hervei sacerdoti, ipso Herveo concedente… (1127-1137). Confirmation de la paroisse, entre 1187 et 1198, Olivier de Veris donne le tiers de la dîme de Vritz à l’abbaye de Melleray (cité par Comte François, L’abbaye de Toussaint d’Angers des origines à 1330, Société des études angevines, 1985, p. 146).

214 AD Angers, H 397/19 (1149) original, chirographe : controversiam quae inter monachos Sancti Nicholai et canonicos Omnium Sanctorum diu agitata fuerat super ecclesia videlicet Sancti Lamberti de Pinu et ecclesia Sancti Lamberti que dicitur abatia hoc modo terminatam. Ecclesia Sancti Lamberti de Pinu canonicorum erit…

215 Comte F., L’abbaye de Toussaint…, actes 118 et 118 bis, p. 156-158 : prioratu suo de Rocha Ermentrivi…/… burgo dictae Rochae Ermentrivi et aliis ejusdem prioratus pertinentiis.

216 Longnon A., Pouillés…, p. 267 : ecclesia de Roche Armentru (1330).

217 Déjà paroisse lors de sa première mention en 1123 sous le nom de Frugiacum (Dom Morice, Preuves…, t. I, col. 548).

218 Port C., Dictionnaire…, t. I, p. 781 : mention d’une dîme concédée au curé par l’abbaye de Pontron en 1248.

219 Dom Morice, Preuves… t. I, 547-549 : Le roi Louis Le Gros confirme l’église de Nantes dans tous ses biens, à la prière de Brice son évêque : Frugiacum.

220 L’Esperonnière comte R. de, Histoire de la baronnie et du canton de Candé…, t. 2, p. 18-20.

221 Labande-Mailfert Y., Le premier cartulaire de Saint-Nicolas d’Angers (XIe-XIIe siècle). Essai de reconstitution précédé d’une étude historique. Thèse de l’École nationale des chartes, janvier 1931, relu par l’auteur en 1980 et déposé aux AD Angers, vol. II, p. acte 35 bis, p. 62-63 : ecclesiam sancti Petri in parochia quadam quae Engreia nuncupatur de senioribus ipsius parochiae atque ecclesiam sancti Simphoriani inibi sitam…

222 Guillot O., Le comte d’Anjou…, vol. I, p. 466.

223 AD Angers, 43H/2 : déplacement de la cohue de Candé (1267).

224 Meuret J.-C., La voirie à l’est de la Bretagne à partir des sources médiévales (XIe-XVIe siècle), Bulletin et Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, t. XC, 2012, p. 289-328. AD Nantes, H 75/54 et AD Rennes, 1F473 : je ai faict eschange o Monseignor Guillaume Le Veier de Soudan de la terre devant nommée…/… les cinquante solz devants ditz en mon passage et en ma costume de la Chapelle Gleen à avoir et recevoir aus devant ditz religious… [de Melleray]… par la main au costumier qui quieldra ledit passage et laditte costume en quelque maniere que il les tienge…

225 Dom Morice, Preuves…, t. IV, col. 1154.

226 Brunterc’h J.-P., Géographie historique et hagiographie : la vie de saint M’Hervé, Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge-Temps modernes, t. 95, 1983-1, p. 8-9. Sunt autem que me confirmare postulabat hec : eclesia sancti Hermelandi cum capellis suis, videlicet capella Sancti Michaelis de Hermiteria, capella Sancti Clementis de Arnet, capella de Russeria, capella de Malomulcone… (Marchegay P., « Chartes nantaises du monastère de Saint-Florent près Saumur de 1070-1186 », Bulletin de la Société archéologique de Nantes et du département de la Loire-Inférieure, 1877, t. 16, p. 74-76, no 4 datée de 1104 que J.-P. Brunterc’h corrige en 1094). Sur saint Hermeland et son ermitage de Basse-Indre, voir Guigon Ph., Les sites religieux et fortifiés du haut Moyen Âge en Bretagne. Les églises des saints et les palais des rois, thèse, Rennes 1, 1990, vol. I, p. 170-174.

227 trado [e] idem ecclesias Sancti Ermelandi, sicut eas a seniore meo tenere videor altare scilicet et cymiterium earumdem aecclesiarum…/… iste autem sunt ecclesiae que in supradicto dono continentur : aecclesia scilicet Sancti Ermelandi, aecclesia Sancti Clementis de Arnet, ecclesia Sancti Michaelis de Heremita, ecclesia de Russeria, ecclesia de villa que dicitur Malus Mutius… (Marchegay P., « Chartes nantaises… », p. 92-95, no 22, 1135).

228 Dom Morice, Preuves…, t. I, col. 727. Testament d’André de Varades : ecclesia de Castro Fromundi, x sols….

229 Dom Morice, Preuves…, t. I, col. 770.

230 Bulletin de l’Association bretonne, Congrès d’Ancenis, 1895, p. xliv et p. 121, note 3.

231 Le terminus a quo se place avant 1094 comme montré ci-dessus : pas encore d’église de Château-Fromond dans l’acte. Le terminus ad quem est fourni par le pouillé de Nantes de 1287 où elle ne figure plus (Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, par A. de Courson, Paris, 1863, p. 507-527).

232 Dom Morice, Preuves …, t. I, col. 542 : Guillelmus de Mosterlesio (Montrelais), Oliverius de Castro Fromundi, Raginaldus de Capella (La Chapelle Saint-Sauveur).

233 Dom Morice, Preuves…, t. I, col. 727. Testament d’André de Varades : Oliverii de Castro Fromundi et Garini fratris sui…/… Garino de Castro Fromundi militi meo…

234 Selon la chronique de Nantes, Guérech, une fois élu évêque de Nantes se rend à Tours et passe la nuit à Varades, villa du territoire Nantais : et prima nocte Varadis, territorii Namnetici villae, hospitatus est… La chronique de Nantes (570-1049) publiée par René Merlet, Paris, Picard, 1896, p. 116. Episode daté par J.-P. Brunterc’h vers 981 (réf. suivante p. 31). Pour les lignages et châteaux de Champtocé, Ingrandes et Varades : Brunterc’h J.-P., Une famille des confins de l’Anjou et du Nantais aux XIe et XIIe siècles : les Le Borgne, Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, Actes du congrès d’Ancenis, t. 77, 1999, p. 5-47.

235 Chronique de Nantes publiée par R. Merlet, Paris, 1896, p. 123 : Eo autem tempore quo comes Guerech curiam regis Lotharii expetiit, uxor ejus Aremburgis castrum Ancenisii composuit, habens secum Alanum, filium suum, puerum advocatum, quod dum vixit, in dominicatu suo retinuit.

236 Tonnerre N.-Y., « Les débuts de la seigneurie d’Ancenis », Mémoires de la Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique, t. 123, 1987, p. 47-65.

237 Guillot O., Le comte d’Anjou…, t. I, p. 466.

238 Fouille par D. Prigent de 22 sarcophages en falun ou tuffeau et 2 coffres de schiste en 1980 (Provost A., Le Maine-et-Loire, 49, Carte archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1988, p. 131).

239 Pécha M., Le doyenné de Candé aux XIe et XIIe siècles, organisation de l’espace et structures sociales, thèse de doctorat, université d’Angers, 2006, p. 90.

240 Labande-Mailfert Y., Le premier cartulaire de Saint-Nicolas d’Angers…, vol. III, appendice I, acte XII, p. 465-466 (10 fév. 1096) : Urbain II confirma l’abbaye dans toutes ses possessions parmi lesquelles l’église d’Ingrandes.

241 Labande-Mailfert Y., Le premier cartulaire de Saint-Nicolas d’Angers…, vol. II, p. acte 152, p. 226-227 (1096-1117) : la terre d’Epinay près le cimetière de Notre-Dame d’Ingrandes…

242 Fouille par D. Prigent de 4 coffres de schiste à Saint-Léger-des-Bois en 1981 (Provost A., Le Maine-et-Loire, 49, Carte archéologique de la Gaule, Académie des Inscriptions et Belles Lettres, 1988, p. 132).

243 J.-P. Brunterc’h cite Raoul de Diceto pour qui, en 1173, la région d’Ancenis que vient de reconstruire Henri II, se trouve in confinio Nannentensium et Andegavensium (Brunterc’h J.-P., « Une famille des confins de l’Anjou et du Nantais… », p. 36).

244 Pour comparaison avec le Moyen Âge central, voici deux fragments d’aveux rendus au début du XVIe s. sur la frontière. Bien que dans ces régions forêts, bois et landes soient très présents, il n’est plus question de confins ou de marches, mais de frontière précise et linéaire sous la forme de ruisselets. Le premier se place à la lisière sud de la forêt de La Guerche, près de Chelun (35), le second concerne la forêt de Chanveaux (49). BM Angers, man. 1117, fol. 408 r°, Aveu rendu en 1543 par François sire de Gié à Louis de la Trémoille, baron de Craon, pour la terre de Brécharnon : Item cinq journaulx de terre et de pré estant en decza le ruisseau d’entre Anjou et Bretaigne près la fontaine d’Anjou et près le bourg de Challun… AD Angers, 13J20, fonds de la châtellenie de Candé. Aveu rendu le 28 août 1517 par Jean de Laval, seigneur de Candé, à la duchesse d’Anjou, mère du roi, pour sa terre de Candé et de Chanveaux : Item ma forest dudict Chanceaux avecques les boys taillys, le tout en ung tenant, contenant mille journaux de terre ou environ, joignant d’un cousté les boys de Bouc, le russeau entredeulx, lequel russeau depart l’Anjou et Bretaigne…

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540