Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La paroisse, communauté et territoire

 | 
Bernard Merdrignac
, 
Daniel Pichot
, 
Georges Provost
, 
et al.

Troisième partie. La paroisse médiévale : construction du territoire

La formation du réseau paroissial dans les diocèses de Rennes, Dol et Alet/Saint-Malo

Anne Lunven

Résumé

This paper tries to demonstrate, through the examples of three dioceses in Haute-Bretagne (Upper Brittany-Rennes, Dol and Alet/St-Malo), that contrary to general belief, no gradual dismantling of large, primitive parishes occured during the Middle Ages. Instead, between the eleventh and twelfth centuries, the setting up of a network among the largely pre-existing scattered churches, clearly defining the prerogatives and rights attached to each edifice, created an exclusive relationship between the believers and their church, ultimately resulting in the formation of a parochial territory.

Texte intégral

  • 1 Pour une présentation de ce modèle, voir Imbart De La Tour, 1979 (1900), Chaume, 1937-1938, p. 61- (...)
  • 2 Sur la plebs bretonne : Largillière, 1995 (1925) ; Tanguy, 1988, p. 9-31.

1La recherche sur les structures ecclésiastiques a longtemps reposé sur l’idée que la paroisse était apparue dès la fin de l’Antiquité, en même temps que le christianisme était devenu religion officielle et que son Église avait eu les moyens de s’organiser. L’accroissement de la population et la reconquête de l’espace après la déprise entraînée par la chute de Rome auraient ensuite provoqué la multiplication des lieux de culte et la division croissante des premiers grands ensembles, donnant naissance à terme à un maillage paroissial de plus en plus serré1. Pour la Bretagne, la recherche locale récusa le principe d’une territorialité immédiate des structures ecclésiales. À l’ouest de la Vilaine, espace caractérisé par l’installation d’immigrés d’outre-Manche entre l’Antiquité tardive et le VIIIe siècle, il est ainsi question de la plebs, structure qui serait spécifique à la péninsule bretonne et qui correspondrait au regroupement d’une communauté de fidèles autour d’un prêtre ou d’un saint, avant de former le territoire dépendant d’un lieu de culte2. Une fois admis le principe d’un simple décalage chronologique avec le monde franc, l’idée d’une organisation territoriale précoce de l’Église bretonne reste toutefois fermement établie.

  • 3 Voir le numéro 49 de la revue Médiévale, que cette auteure a dirigé avec D. Iogna-Prat : Iogna-Pra (...)
  • 4 Le siège épiscopal d’Alet fut transféré sur l’île voisine de Saint-Malo au milieu du XIIe siècle p (...)
  • 5 Cette thèse, qui s’intitule « Construction de l’espace religieux dans les diocèses de Rennes, Dol (...)

2Dans la lignée des travaux dirigés récemment par É. Zadora-Rio3, cette communication tentera de démontrer que si le semis ecclésial était dense dans les campagnes dès le haut Moyen Âge (I), ce fut seulement aux XIe-XIIe siècles que la paroisse naquit et ce, aussi bien à l’est qu’à l’ouest de la Vilaine (II). Les conclusions qui sont émises ici résultent d’une recherche de doctorat, sous la direction de D. Pichot, portant sur la formation des territoires ecclésiastiques dans les diocèses de Rennes, Dol et Alet/Saint-Malo4, entre le Ve et le XIIIe siècle5. Cet espace, qui correspond à trois diocèses de l’Ancien Régime, n’a plus d’existence administrative. Il s’étend aujourd’hui sur quatre départements : l’Ille-et-Vilaine, le nord du Morbihan, l’ouest des Côtes d’Armor, et trois communes du nord de Loire-Atlantique (carte 1).

Carte 1. – Localisation des diocèses étudiés.

  • 6 Les autres enclaves se répartissaient entre les diocèses de Saint-Brieuc (douze paroisses), Trégui (...)
  • 7 Le réseau paroissial, tel qu’il existait en 1789, servira de référence tout au long de cette étude (...)

3L’emprise du diocèse de Dol dépassait le cadre ainsi défini : la majorité des paroisses doloises n’étaient pas regroupées autour de leur évêché, mais disséminées à travers de nombreux diocèses. Ainsi, le territoire central comptabilisait à la veille de la Révolution quarante-trois paroisses, tandis que cinquante et une étaient enclavées à l’intérieur d’autres circonscriptions, dont celles de Rennes (3 paroisses) et de Saint-Malo (24 paroisses)6. Ces deux derniers diocèses en comptabilisaient pour leur part 218 (Rennes) et 162 (Saint-Malo) en 17897.

  • 8 Pour le IXe siècle, on dénombre précisément 361 actes ; le Xe siècle, 10 actes ; le XIe siècle, 24 (...)
  • 9 Ces pouillés, rédigés entre le XIVe et le XVe siècle, ont été édités par Auguste Longnon, 1930, Po (...)

4Notre enquête repose sur le dépouillement exhaustif des sources diplomatiques relatives à l’espace étudié entre le IXe et le XIIIe siècle (près de 2 500 actes), lesquelles sont essentiellement issues de fonds d’archives monastiques8, ainsi que sur les pouillés diocésains de la fin du Moyen Âge, qui permettent pour la première fois, en listant la majeure partie des églises paroissiales, d’appréhender la consistance territoriale de chaque diocèse9.

Origine des églises formant le maillage paroissial sous l’Ancien Régime

Évolution du semis ecclésial entre le haut Moyen Âge et les XIe-XIIe siècles, d’après les mentions écrites et archéologiques

  • 10 Pour le cartulaire de Redon, nous nous référons à l’édition d’Aurélien de Courson : Cartulaire de (...)
  • 11 B. Tanguy a répertorié une quinzaine de fondations de ce type, majoritairement situées dans le Van (...)
  • 12 Morice (Dom) P.-H. (éd.), 1742-1746, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire civile et ecclési (...)
  • 13 Cartulaire de l’abbaye de Redon, acte 193.
  • 14 Ibid., acte 276. Tanguy, 2010, p. 75.
  • 15 Sur la fondation du monastère de Maxent : Guigon, 1997-1998, t. 2, p. 142-145.
  • 16 Vita sancti Machutis, auctore Bili (BHL 5116 a et b) : Vie de saint Malo évêque d’Alet, version éc (...)
  • 17 Ibid., Livre I, c. 64, p. 163 (Corseul) et Livre II, c. 8, p. 237-238 (Saint-Malo-de-Phily).

5Le semis ecclésial des campagnes se laisse difficilement appréhender avant le XIe siècle. Les actes carolingiens du cartulaire de Redon (près de trois cent soixante-dix actes en comptabilisant ceux perdus et connus uniquement par une tradition moderne) ainsi que les récits hagiographiques de la période permettent toutefois de recenser plusieurs mentions antérieures, lesquelles concernent essentiellement la zone « bretonnante » et plus particulièrement le sud du diocèse d’Alet/Saint-Malo (carte 2)10. Dix-sept lieux de culte peuvent ainsi être précisément décomptés. Dans sept cas, il s’agit d’églises établies au chef-lieu d’une plebs (Anast/Maure, Augan, Comblessac, Guer, Guillac, Guipry, Médréac, Plumaugat) ; dans deux cas, d’édifices basés au chef-lieu d’une condita/vicaria (Laillé et Thourie). Cinq établissements sont clairement identifiés comme monastiques et sont désignés par les termes monasterium, monasteriolum ou encore minihy, terme breton dérivé du latin monachia11. Il s’agit du monasteriolum Uuominet, situé dans la plebs Guillac12, du minihy Saint-Pierre de Réminiac en la plebs Caro13, du monasterium sancti Toinanni (aujourd’hui Saint-Uniac, en Ille-et-Vilaine)14, du monasterium de Maxent fondé par le roi breton Salomon vers 86015, et enfin du monasterium de Ros (aujourd’hui Roz-Landrieux, en Ille-et-Vilaine), cité dans la Vita Sancti Machutis écrite par le diacre Bili vers 87016. Ce récit hagiographique mentionne également l’église de Corseul ainsi que la fondation de l’église de Saint-Malo-de-Phily, lors de la translation des reliques du breton Malo de Saintes, en Aquitaine, à l’île éponyme du saint, au large d’Alet17.

  • 18 Sur la nécessité de manier avec prudence les sources archéologiques pour identifier des églises an (...)
  • 19 Merdy, 2009 (Saint-Étienne de Guer) ; Provost et Leprêtre, 1987, p. 31-39 (Saint-Aubin de Fontenay)
  • 20 Guigon, 1981, p. 10-13, avec transcription du témoignage du baron Bachelot de la Pylaie qui visita (...)
  • 21 Tournier et Batt, 1999 (Livré-sur-Changeon) ; Dupuis, 2009 (Saint-André-des-Eaux).
  • 22 Le Boulanger et al., 2005, p. 34-35 ; Colleter et al., 2013, p. 19.

6L’archéologie ne permet pas de réellement progresser (carte 2). L’occupation ancienne d’un centre de paroisse, fondée sur la présence de vestiges antiques ou d’inhumations du haut Moyen Âge, ne peut pas constituer à elle seule un critère fiable pour reconnaître un vieux site ecclésial : la répartition des hommes a longtemps été indépendante de celle des lieux de culte et le rassemblement obligatoire des tombes autour de l’église ne constitua pas un effet immédiat de la christianisation18. Par ailleurs, peu de bâtiments ecclésiaux de la période sont conservés : seules les chapelles Saint-Étienne de Guer et Saint-Aubin de Fontenay en Chartres-de-Bretagne sont susceptibles de remonter à l’époque carolingienne19. D’après les descriptions anciennes, la chapelle Saint-André, qui était établie auprès de l’église paroissiale Saint-Pierre de Domagné avant d’être détruite au XIXe siècle, pourrait également avoir été élevée au haut Moyen Âge20. Les fouilles archéologiques d’églises restent rares. Ces opérations se révèlent toutefois souvent concluantes : à Livré-sur-Changeon et à Saint-André-des-Eaux, des maçonneries antérieures aux édifices romans actuels ont ainsi été mises au jour et semblent attester la vocation cultuelle des deux sites avant le XIe siècle21. L’exploration archéologique d’une parcelle située à une trentaine de mètres de l’église de Bréalsous-Vitré en 2003 a également permis la découverte d’un bâtiment funéraire daté du VIe ou du VIIe siècle, à partir des sépultures qu’il abritait22.

Carte 2. – Localisation des sites ecclésiaux antérieurs au XIe siècle dans les diocèses de Rennes, Dol et Alet/Saint-Malo selon le type de sources ou la qualité de l’information.

  • 23 La prise en compte de toutes les mentions de plebes dans notre espace de recherche permet d’ajoute (...)
  • 24 La prise en compte des localités qualifiées des vicus dans les sources écrites ou numismatiques du (...)
  • 25 D’après un acte de Marmoutier antérieur à 1064, Martigné-Ferchaud était le siège des églises Saint (...)
  • 26 Sur les groupes ecclésiaux au haut Moyen Âge, voir Zadora-Rio, 2005, p. 18 avec renvoi à la biblio (...)
  • 27 Pour la datation de la Vita sancti Merovei : Brunterc’h, 1983, p. 21-29, qui a également édité ce (...)
  • 28 Premier et second livres des cartulaires de l’Abbaye Saint-Serge et Saint-Bach d’Angers (XIe et XI (...)
  • 29 Colleter et al., 2013, p. 42-46.

7Une origine ancienne peut être supposée pour plusieurs églises, malgré l’absence de mentions précises ou de vestiges archéologiques (figure 2). Le statut de plebs23 ou de vicus24, ou encore la présence d’un groupe ecclésial au XIe siècle, comme à Martigné-Ferchaud et Saint-Broladre qui étaient toutes deux dotées de deux églises25, constituent des indices souvent fiables en faveur de sites ecclésiaux anciens26. Nous avons également pris en compte les églises de Saint-M’Hervé et du Pertre, dont la fondation au haut Moyen Âge se déduit pour la première de la vita de son saint éponyme, composée entre le milieu du IXe et le milieu du Xe siècle27. Pour la seconde, cette hypothèse repose sur le témoignage des moines de Saint-Jouin-de-Marnes qui, à la fin du XIe siècle, soutinrent que le monastère du Pertre, dédié à saint Martin de Vertou, avait été établi sous le règne du roi mérovingien Clovis [II] (638-657)28. Le signalement ancien de coffres en schiste et de sarcophages en calcaire coquillier au bourg du Pertre, lesquels prouvent l’occupation alti-médiévale de ce site, donnent en effet quelque crédit à l’affirmation des religieux29.

  • 30 Voir le répertoire des églises romanes, présenté en annexe IV de notre thèse : Lunven, 2012.
  • 31 Delahaye, 2008.
  • 32 Guigon, 1994, p. 91.

8Au total, l’étude permet de comptabiliser quarante-cinq sites ecclésiaux antérieurs au XIe siècle à l’échelle des trois diocèses (carte 2). Ce nombre apparaît dérisoire par rapport à la période suivante où les mentions se multiplient. Le mouvement de donations de biens ecclésiastiques, puis les confirmations d’églises octroyées aux différents établissements bénéficiaires par les évêques et les papes, attestent alors de la densité du semis ecclésial des campagnes, lequel s’élevait à au moins trois cent soixante-trois édifices avant le XIIIe siècle. Les témoignages matériels sont également importants : cinquante et un édifices ruraux conservent des parties remontant aux XIe-XIIe siècles, dont douze sont connus plus tardivement par les textes30. Bien que cette augmentation soit considérable, les mentions relatives à des fondations nouvelles restent particulièrement faibles : moins d’une vingtaine de mentions sont recensées à l’échelle des trois diocèses pour les XIe-XIIe siècles (tableau 1). À ce nombre, il faut ajouter deux édifices, dont la construction est datée de cette période par l’archéologie : la chapelle de Chevré en La Bouëxière31 et la chapelle disparue de Saint-Pierre au Bourg-Saint-Pair de Bais, élevée sur un ancien espace funéraire fonctionnant au moins à partir du VIe32.

Tableau 1. Les fondations de lieux de culte (XIe-XIIe siècle).

9Seule une partie des fondations est documentée. On note toutefois qu’elles appartiennent à une typologie très étroite, la majorité étant associée à des centres nouveaux, liés à l’essor du pouvoir châtelain et à l’ouverture d’espaces forestiers (tableau 1). Du reste, parmi ces nouveaux sites, très peu ont accédé au statut paroissial : moins d’un sur cinq. Il semble donc que les édifices élevés au cours de cette période jouèrent un rôle limité dans la formation des paroisses, les lieux de culte devenus paroissiaux préexistant dans une large mesure au XIe siècle. Cette hypothèse peut être consolidée par l’étude des vocables paroissiaux.

L’étude des titulatures paroissiales

  • 33 Pour une présentation de la méthode, voir : Aubrun, 1981, p. 234-235 ; Id., 1986, p. 15-16.
  • 34 Une telle étude a notamment été menée pour le diocèse de Rennes par Pocquet Du Haut-Jussé, 1959, p (...)
  • 35 Malgré le principe d’inamovibilité énoncé lors de la dédicace d’une église, les changements sont l (...)
  • 36 É. Zadora-Rio a pu ainsi proposer une évaluation du semis ecclésial des campagnes du diocèse de To (...)

10Les médiévistes ont souvent recours aux titulatures paroissiales pour dater l’apparition d’un lieu de culte, un décalage chronologique souvent important séparant sa première mention dans les textes de sa réelle fondation. La méthode repose sur l’élaboration d’une chronotypologie des dédicaces, selon le postulat que leur choix a varié selon les époques et les évolutions de la « mode33 ». Les titulatures typiques de l’époque mérovingienne permettraient ainsi de reconnaître les lieux de culte fondés à cette période et ainsi de suite, l’évolution du semis ecclésial au cours du Moyen Âge pouvant à terme être appréhendée34. La démarche présente toutefois des limites importantes : bien que les sources médiévales puissent ponctuellement préciser la titulature d’une église, cette information reste dans la plupart des cas tardive, ce qui ne protège pas contre d’éventuelles substitutions35. En outre, la méthode interroge dans ses fondements axiomatiques, puisque les dédicaces les plus répandues sont souvent celles dont la vogue fut la plus longue. En fait, peu de titulatures sont parfaitement circonscrites chronologiquement, d’autant que la faveur d’un saint a pu varier localement et son culte se répandre ou s’éteindre à des périodes différentes, selon les diocèses. Il n’existe donc pas de référentiel universel. Dans ces conditions, seule une documentation exceptionnelle, permettant de connaître les cultes qui avaient cours au haut Moyen Âge dans un espace donné, peut fournir la matière nécessaire pour mener une telle enquête36. La région étudiée n’offre pas de telles ressources. L’étude des titulatures paroissiales révèle toutefois une profonde dichotomie spatiale dans le choix des vocables entre l’est et l’ouest, ce qui n’est pas sans susciter quelques remarques.

  • 37 Au dernier feuillet de ce manuscrit, on trouve en effet un acte de donation qui indique : ego serv (...)
  • 38 « Fondation du prieuré de Saint-Pern. Chartes inédites des XIe et XIIe siècles », A. de La Borderi (...)

11Dans le diocèse de Rennes, les cultes aux évêques/abbés de la fin de l’Antiquité et de l’époque mérovingienne représentent le type de titulatures le plus répandu. Ils totalisent plus de la moitié des dédicaces paroissiales (116 églises sur 218). La dévotion au plus illustre évêque de Tours, Martin, domine très largement, ce saint patronnant à lui seul plus d’un quart des églises du diocèse (soixante et une églises paroissiales). Derrière lui, ce sont saint Melaine, évêque de Rennes, Médard, évêque de Noyon, Sulpice, évêque de Bourges, Aubin, évêque d’Angers, Germain, évêque d’Auxerre et Ouen, évêque de Rouen qui possèdent le plus grand nombre d’édifices dans la catégorie des saints évêques gallo-romains et francs (ils reçoivent chacun entre quatre et dix titulatures paroissiales). Les diocèses de Saint-Malo et de Dol sont demeurés étrangers à la plupart de ces cultes, seul saint Martin recevant un nombre quelque peu significatif d’édifices (dix églises paroissiales dans le diocèse de Dol et sept dans celui de Saint-Malo). Leurs territoires sont dominés par les titulatures aux saints d’origine « celtique » (Bretagnes insulaire et continentale, Irlande), qui représentent près de 30 % de leurs dédicaces paroissiales. Parmi ces cultes, on retrouve le saint patron de chaque église épiscopale (Samson est honoré dans quatre églises du diocèse de Dol et Malo, dans dix de celui de Saint-Malo). Les saints bretons Méen, Méloir et Armel, dont la renommée était importante, sont également titulaires de plusieurs édifices. Dans la majorité des cas, il s’agit toutefois de cultes isolés, attachés à une église en particulier, tels que Judoce, Mervon ou Uniac, pour lesquels la tradition est quasiment inexistante. Dans plusieurs paroisses, il semble même que ces saints bretons méconnus ont été remplacés par des cultes plus universels. Le fait est documenté à Saint-Pern, dont l’église dédiée à l’origine à son saint éponyme nommé Bern ou Pern d’après un acte conservé dans un évangéliaire carolingien découvert à Tongres au XIXe siècle37, honorait le saint évêque avranchin Paterne, dès le milieu du XIe siècle38. L’hagiotoponymie permet de repérer plusieurs autres cas semblables : l’église de Saint-Carné honore ainsi saint Pierre et celle de Saint-Sénoux, les martyrs, Abdon et Sennen.

  • 39 Plus à l’ouest, ce saint ne patronne que l’église Saint-Martin de Josselin, prieuré de Marmoutier (...)
  • 40 Cette dichotomie caractérise plus largement la Bretagne. A. Chédeville impute le succès de cette t (...)

12Le report sur la carte des titulatures paroissiales aux saints évêques/abbés galloromains/francs et à ceux d’origine « celtique » confirme l’opposition entre l’est et l’ouest de l’espace étudié (carte 3). La délimitation entre les deux types de vocables n’apparaît pas au niveau de la limite avec le diocèse de Rennes, mais se situe un peu plus à l’ouest, plusieurs églises dédiées à saint Martin franchissant la Vilaine et se diffusant sur les franges orientales des diocèses de Dol et de Saint-Malo39. Les titulatures aux saints bretons sont pour leur part strictement cantonnées à l’espace bretonnant, les églises Saint-Armel et de La Fontenelle (ancienne enclave doloise située au nord du diocèse de Rennes) exceptées40.

Carte 3. – Les églises paroissiales placées sous le titre d’un saint « celtique » ou sous celui d’un saint évêque/abbé romain/mérovingien.

  • 41 Dans l’espace étudié, seules les églises de Caro et de Ploërmel, parmi les localités attestées com (...)
  • 42 On retrouve ainsi, dans les trois diocèses, une ferveur particulière pour les dévotions théocentri (...)

13Une telle opposition dans le choix des titulatures de part et d’autre de la limite entre les parlers franc et breton au IXe siècle semble découler d’une situation ancienne. La partie bretonnante de la Bretagne est demeurée largement étrangère à l’influence des cultes mérovingiens, tandis que des dévotions strictement locales s’y sont développées, particulièrement dans le cadre des fondations monastiques secondaires, tels que le petit ermitage de Saint-Uniac, mentionné dès l’époque carolingienne. Les dédicaces aux saints bretons sont en effet très peu attestées dans les églises de plebs, lesquelles honorent majoritairement saint Pierre (douze églises de plebs sur vingt-trois)41. Cette partition spatiale entre cultes franc et breton vole en éclat à partir du XIe siècle. Dès les années 1050, l’église de Saint-Pern avait abandonné son énigmatique saint éponyme pour être rebaptisée en l’honneur d’un saint franc. Du reste, parmi les fondations nouvelles des XIe-XIIe siècles, on ne relève aucune église placée sous le patronage d’un saint d’origine « celtique » et une grande homogénéité dans le choix des vocables existe entre les trois diocèses (tableau 1)42.

  • 43 L’abbaye rennaise contrôlait six églises paroissiales dédiées à son saint tutélaire, mais ce chiff (...)

14Si les dévotions locales bretonnes semblent donc être rapidement tombées dans l’oubli après l’époque carolingienne, ce n’est pas le cas des cultes aux saints évêques gallo-romains et francs. Une église en l’honneur de saint Martin fut ainsi fondée à Laignelet en plein cœur du XIe siècle (tableau 1). Un argument en faveur de l’origine ancienne de la majorité des églises dédiées à ce saint et à saint Melaine, lequel est également très présent dans le diocèse de Rennes, réside dans le fait que leur culte ne semble pas avoir bénéficié du développement patrimonial des abbayes de Marmoutier et de Saint-Melaine de Rennes aux XIe-XIIe siècles pour se diffuser43. Plus largement, les saints évêques mérovingiens les plus répandus dans le diocèse de Rennes (Médard, Ouen, Aubin et Germain) ne sont jamais attestés parmi les changements tardifs de titulatures, ni parmi celles données aux édifices fondés aux XIe-XIIe siècles, ce qui favorise également leur origine ancienne.

15Les vocables aux saints « celtiques » dans les diocèses d’Alet et de Dol et aux saints évêques romains et mérovingiens dans le diocèse de Rennes semblent donc constituer de bons marqueurs du haut Moyen âge. Toute évaluation chiffrée demeure toutefois délicate et nous préférons nous fier en la matière aux enseignements des sources écrites.

Comparaison du semis ecclésial du haut Moyen Âge avec le maillage paroissial de l’Ancien Régime

  • 44 À Bréal-sous-Vitré, la permanence de la vocation cultuelle du site ne se réalisa qu’au prix d’un l (...)

16Tous les sites ecclésiaux attestés au haut Moyen Âge ont donné naissance à une paroisse à deux exceptions près : la chapelle Saint-Étienne de Guer ainsi que le monastère disparu de Uuominet, dont il n’est plus jamais question après le IXe siècle44. La continuité apparaît donc très importante entre le semis ecclésial du haut Moyen âge et le maillage paroissial. Une zone particulièrement bien éclairée par les actes carolingiens du cartulaire de Redon, bien que de superficie réduite, pourrait permettre d’apprécier précisément la part d’églises paroissiales sous l’Ancien Régime dont la fondation est antérieure au XIe siècle, de celles potentiellement élevées après cette date. Elle est comprise entre Ploërmel à l’ouest, Plélan-le-Grand au nord, Anast/Maure à l’est et la limite méridionale du diocèse d’Alet/Saint-Malo (carte 4).

Carte 4. – Semis ecclésial du haut Moyen Âge et réseau paroissial au sud du diocèse d’Alet/Saint-Malo.

  • 45 Une substitution de la titulature originelle par l’archevêque de Reims sur la base de l’homophonie (...)

17Sur les quatorze paroisses qui s’étendaient dans ce secteur, celles de Beignon, Loyat, Saint-Malo de Beignon et Loutehel n’ont pas leur église citée à l’époque carolingienne, ce qui ne signifie pas qu’elle n’existait pas. Un doute subsiste au sujet de Réminiac, dont l’église actuelle n’est pas dédiée à Saint-Pierre comme le minihy cité au IXe siècle, mais à l’archevêque de Reims saint Rémi45. Il reste que pour neuf paroisses, leur église est connue dès l’époque carolingienne, soit près de 65 % d’entre elles.

  • 46 Zadora-Rio, 2008a, p. 19-66, parvient à la même conclusion concernant les paroisses de Touraine.

18Les églises formant les paroisses remonteraient donc dans leur majorité au haut Moyen Âge46. Cette chronologie précoce contredit l’hypothèse d’une densification progressive du semis ecclésial, elle-même à l’origine d’une multiplication des paroisses, les fondations nouvelles des XIe-XIIe siècles étant restées pour la plupart des chapelles. Est-ce à dire que le réseau paroissial était déjà largement en place avant le XIe siècle ?

Naissance de la paroisse et évolution du réseau paroissial

Peut-on parler de la « paroisse » avant les XIe-XIIe siècles ?

  • 47 Zadora-Rio, 2005.

19L’ancienneté du semis ecclésial dans les campagnes ne permet pas de conclure à l’ancienneté du maillage paroissial. Comme l’a rappelé É. Zadora-Rio, la date de fondation d’un lieu de culte ne doit pas en effet être confondue avec celle de sa paroisse, deux chronologies devant être nettement distinguées47.

  • 48 Lunven (à paraître A). Voir également Lauwers, 2006, p. 11-32, qui rappelle qu’une telle définition (...)
  • 49 Ibid., p. 25.

20Dans notre corpus diplomatique, le mot parochia s’est imposé seulement aux cours des XIe-XIIe siècles pour désigner le territoire gouverné par une église majeure, à l’intérieur duquel celle-ci exerçait l’intégralité des droits spirituels48. Dans la législation conciliaire mérovingienne, parochia s’appliquait aux églises fondées par l’autorité épiscopale et non à leur territoire. On trouve également fréquemment ce terme employé au haut moyen Âge pour qualifier ce que l’on pourrait appeler par commodité « le diocèse49 ».

  • 50 Voir par exemple dans l’introduction à l’édition du fac-similé du cartulaire de Redon, le développ (...)
  • 51 Il est difficile de déterminer si les trois termes condita, vicaria et centena renvoient à des réa (...)
  • 52 Cartulaire de l’abbaye de Redon, actes 49 (Guer) et 115 (Pleucadeuc).
  • 53 En 860, Guetenoc céda ainsi un alleu à l’abbaye de Redon dans l’église de Ruffiac, après la messe (...)
  • 54 La charte d’Anouuareth à l’abbaye Saint-Maur de Glanfeuil (devenue Saint-Maur-sur-Loire) qui évoqu (...)

21Si le mot parochia acquit donc tardivement son sens commun, en Bretagne, la plebs, qui apparaît aussi bien dans la documentation diplomatique qu’hagiographique à l’époque carolingienne, est généralement considérée comme un équivalent de la paroisse territoriale50. La plebs possédait en effet une dimension spatiale comme le prouve son utilisation pour localiser les biens. Dans les actes carolingiens du cartulaire de Redon, chaque terre est ainsi située par rapport à une plebs¸ la structure se substituant du côté breton aux cadres administratifs francs de la condita/centena/vicaria51. La plebs recouvrait également un sens communautaire ainsi qu’en témoigne l’expression coram plebe, dont dérive le terme plebenses. Cette communauté se définissait comme l’ensemble des habitants de la plebs, qui à Guer se nommaient les Uuernenses et à Pleucadeuc, les Pluiucatochenses52. L’église de la plebs, basée au vicus, constituait le lieu de rassemblement de cette communauté, qui s’y réunissait avant tout pour la messe dominicale, comme plusieurs donations permettent de le découvrir. Leur auteur profitait en effet de la fréquentation du lieu en ce jour pour garantir leur acte devant une assemblée nombreuse53. Cet édifice, qui portait plutôt le nom de la plebs que celui de son saint patron (il est ainsi question de l’ecclesia Guer ou de l’ecclesia Ruffiac) semble alors bénéficier d’un statut particulier par rapport aux autres lieux de culte situés dans la plebs : sur les quatre-vingt-huit mentions d’ecclesia recensées (en excluant celles concernant le monastère de Redon), seules sept ne concernent pas des églises de centre pléban. Aucun droit supérieur, qui leur serait réservé, n’est toutefois jamais signalé54. En réalité, la plebs ne constituait pas le territoire de l’église qui était établie en son chef-lieu, contrairement à la paroisse, mais correspondait à une étendue comprenant tous les objets, dont des lieux de culte, selon une relation contenant-contenu. Pour que la paroisse naisse, il fallait qu’un lien de dépendance exclusif, sanctionné par le droit, unisse le fidèle à son église.

Émergence de l’église comme pôle de sacralité et mise en réseau des lieux de culte

  • 55 Sur l’élaboration de la doctrine du lieu de culte, voir Iogna-Prat, 2006 ; pour le cimetière : Tre (...)
  • 56 Iogna-prat, 2006, p. 297.

22À partir des XIe-XIIe siècles, émerge la notion de communauté attachée à un lieu de culte en particulier. Les actes parlent ainsi des parochiani ecclesie ou des parochiani sancti, ce qui témoigne d’une nouvelle relation contraignante entre le fidèle et son église. Cette évolution était étroitement dépendante du processus de spatialisation du sacré sur terre, qui fit d’un Dieu, défini à l’origine comme présent partout – en tout temps et en tout lieu –, une entité localisable, dont l’essence se trouverait concentrée dans l’église-bâtiment et ses environs immédiats, à l’issue d’un rite de consécration. Les travaux sur la doctrine du lieu de culte et du cimetière ont en effet montré que ce fut seulement aux termes de transformations ecclésiologiques et sociales majeures que l’église-bâtiment fut considéré comme le seul lieu possible pour la célébration du culte et qu’un espace d’inhumations spécialement dévolu aux chrétiens fut créé autour de lui55. Dès lors, le rapport entre le fidèle et son église ne relevait plus simplement d’une dimension fonctionnelle, mais nécessaire : selon un principe métonymique, le bâtiment ecclésial (ecclesia), en regroupant en son sein l’ensemble des fidèles (Ecclesia), devait refléter sur terre l’Ecclesia céleste56. Ces évolutions doctrinales, qui aboutirent dans le contexte de la Réforme grégorienne, impliquaient une hiérarchisation de l’espace : les édifices de culte, définis en tant que demeure de Dieu, constituaient des pôles de sacralité, selon une condition sine qua non pour que se forment à partir de ceux-ci des territoires spécifiques.

  • 57 A. de La Borderie (éd.), 1876, « Les paroisses de Vitré. Leur origine et leur organisation ancienn (...)

23Tous les lieux de culte n’ont cependant pas donné naissance à une paroisse et on assiste à partir de la seconde moitié du XIe siècle à la mise en réseau du semis ecclésial hérité du haut Moyen Âge entre, d’une part, des églises-mères ou paroissiales et, d’autre part, des édifices secondaires ou chapelles, le terme capella faisant alors son apparition dans les actes. Chaque fondation nouvelle nécessitait de recourir à une délimitation des droits de chaque édifice et ainsi définir les contours de la communauté paroissiale et de son territoire, le lieu de domiciliation fondant à terme l’appartenance à une paroisse. En 1075, l’évêque de Rennes Main précise ainsi dans le cadre de la fondation du prieuré Sainte-Croix de Vitré par Marmoutier, que les moines ne pouvaient accueillir dans leur cella les paroissiens de l’église Notre-Dame et Saint-Pierre de Vitré, sachant que ces derniers sont précisément définis comme ceux résidant à l’intérieur de cette paroisse57.

  • 58 AD Maine-et-Loire, H 3713, Livre Blanc de Saint-Florent de Saumur, fol. 75-77 v° : Hujus ville jam (...)
  • 59 « Cartulaire de Saint-Georges de Rennes », Paul de La Bigne-Villeneuve (éd.), 1876, Bulletin et Mé (...)

24La position supérieure d’un lieu de culte dans la hiérarchie ecclésiale impliquait le contrôle d’un certain nombre de droits, regroupés à partir du XIIe siècle sous l’expression de jus parrochialis, lesquels liaient de manière concrète les fidèles à leur église. Les habitants de la villa Maboué, en tant que paroissiens de Carfantain, payaient ainsi les dîmes, prémices et offrandes à cette église58. Quant aux habitants du château de Tinténiac qui entendaient l’office à la chapelle castrale, ils étaient tenus de se rendre à leur église-mère pour les grandes occasions, à savoir les principales fêtes (Noël, Adoration de la Croix, Pâques et fête patronale) ainsi que les sacrements de pénitence, du baptême et du mariage59.

  • 60 Ce principe d’unité est défendu dès le IXe siècle par Hincmar de Reims qui dans son De ecclesiis e (...)
  • 61 Sur le rôle central du prêtre dans la reproduction de la communauté paroissiale au travers de l’ad (...)
  • 62 Plusieurs chapelles étaient toutefois dotées de cimetière, ce qui nuisait à la cohésion de la comm (...)

25La limitation des prérogatives des chapelles devait assurer la viabilité économique de l’église paroissiale ainsi que garantir le droit du patron, mais pas seulement. Il s’agissait également de préserver l’unité spirituelle de la communauté paroissiale, en tant que réalisation locale de l’Ecclesia60. Cette unité s’exprimait particulièrement dans le baptême qui par la médiation du recteur, créait un rapport de parenté entre tous les paroissiens61. Elle se manifestait également à travers la sépulture dans le cimetière, l’ensemble de la communauté paroissiale devant y séjourner pour l’éternité62.

Évolution du réseau paroissial (XIe-XVIIIe siècles)

  • 63 En Touraine, É. Zadora-Rio note également que la position hiérarchique de l’habitat au haut Moyen (...)

26La position d’une église au sein de la hiérarchie ecclésiale pourrait avoir dépendu dans un premier temps de la propre position de l’habitat dans lequel elle était établie63. En effet, alors que toutes les églises basées au chef-lieu d’une plebs bretonne ou d’une condita/vicaria franque devinrent paroisses, la promotion des ermitages et des autres édifices de culte apparaît plus labile. Le monastère de Uuominet, situé dans la plebs Guillac au IXe siècle, disparut ainsi à une date indéterminée, à moins qu’il n’ait donné naissance à une chapelle, dont le nom aurait été transformé.

27Au cours du XIIe siècle, la première trame d’église-mères fut progressivement complétée et densifiée. Les textes permettent alors de recenser plusieurs créations paroissiales, soit qu’un acte épiscopal nous informe directement sur la promotion d’un lieu de culte, soit qu’un édifice passe successivement dans la documentation du statut de chapelle dépendante à celui d’église de plein droit. Dans ce second cas, la fourchette chronologique proposée peut être très importante et dépasser plusieurs siècles, notamment lorsque ce sont les pouillés de la fin du Moyen Âge qui attestent de cette évolution (tableau 2).

  • 64 « Cartulaire de l’abbaye de Saint-Sulpice-la-Forêt » P. Anger (Dom) (éd.), 1906, Bulletin et Mémoi (...)
  • 65 « Cartulaire de l’abbaye de Saint-Sulpice-la-Forêt », P. Anger (Dom) (éd.), 1907, Bulletin et Mémo (...)

28Les motivations à l’origine de nouvelles paroisses ne sont jamais explicitées dans les sources. Une partie découle certainement d’un ajustement aux besoins spirituels des populations, pour lesquelles l’église-mère était trop éloignée de leur lieu de domiciliation. D’autres complétèrent sur les marges le premier maillage paroissial, en suivant les progrès de la mise en valeur des terres. En 1164, l’établissement de la chapelle et du cimetière de Sérigné dans la forêt de Rennes, non loin de l’église de la Bouëxière, accompagnait ainsi probablement une entreprise de défrichement64. La population crût rapidement et l’édifice fut érigé en paroisse dès le début du XIIIe siècle par l’évêque Pierre de Fougères65.

  • 66 Barthélémy A. de et Geslin De Bourgogne J. (éd.), 1855-1864, Anciens évêchés de Bretagne : histoire (...)
  • 67 La paroisse Sainte-Croix de Vitré apparaît pour la première fois dans un acte de l’évêque de Renne (...)

29L’apparition de nouveaux centres de pouvoir autour des châteaux donna également naissance à plusieurs paroisses. Le processus reste limité aux sites castraux majeurs, dont les domini avaient les moyens institutionnels d’organiser le regroupement des hommes en fondant des bourgs, souvent avec l’appui des moines. Le dynamisme qui caractérise un certain nombre de ces sites fut généralement à l’origine d’une organisation paroissiale complexe. La ville de Dinan comptait ainsi deux paroisses en 1123, Saint-Malo et Saint-Sauveur66, de même que Vitré, dont le prieuré Sainte-Croix de Marmoutier s’était émancipé de la tutelle de l’église Notre-Dame et Saint-Pierre au moins à partir de 113667.

* Acte de promotion paroissiale.
Tableau 2. – Les promotions paroissiales au Moyen Âge datées par les sources.

  • 68 Preuve sans doute de leur artificialité, quatorze des cinquante et une enclaves doloises n’ont pas (...)
  • 69 AD Ille-et-Vilaine, 1 G 71/1, État des paroisses du diocèse de Saint-Malo, fol. 167 v°.

30Des aspects politiques ont dû également parfois intervenir en faveur de la promotion d’un site. L’évêché dolois avait ainsi tout intérêt à élever au rang paroissial ses domaines dispersés, enclavés dans d’autres diocèses, afin de garantir plus aisément leur conservation68. La multiplication des paroisses était toutefois limitée par un facteur d’ordre économique : la viabilité d’une communauté exigeait un nombre minimum d’âmes pour garantir des revenus suffisants à la cure. Le processus de créations paroissiales s’enraya ainsi assez rapidement, le mouvement s’inversant dès le milieu du XIIIe siècle avec la suppression de plusieurs paroisses (tableau 3). L’absence dans les premiers pouillés diocésains de quelques lieux de culte attestés comme paroisses dans les sources diplomatiques des XIIe-XIIIe siècles pourraient également témoigner de leurs disparitions. Dans le diocèse de Rennes, les églises paroissiales d’Hédé, Saint-Martin-des-Bois, Saint-Melaine-sur-Vilaine, Igné et Fontenay furent ainsi probablement rétrogradées au rang de chapelles dès la fin du Moyen Âge (tableau 3). L’église de Campel, qualifiée de paroisse en 1250, ne figure pas non plus dans le plus ancien pouillé du diocèse de Saint-Malo. En revanche, elle apparaît dans un État des paroisses daté du milieu du XVIIIe siècle, mais sous le titre de chapelle (et plus précisément de trève) de l’église de Maure69.

* Suppression paroissiale datée par un acte.
Tableau 3. Les suppressions paroissiales au Moyen Âge.

31Entre le XVe et le XVIIIe siècle, de nouvelles suppressions furent opérées, mais leur nombre reste limité (tableau 4). Les créations paroissiales apparaissent plus nombreuses au cours de cette période ; leur nombre reste toutefois impossible à déterminer exactement : l’hypothèse que certaines paroisses attestées tardivement, aient en réalité été omises (volontairement ou non) dans les premiers pouillés diocésains, ne peut être exclue. Le compte de Rennes présente ainsi au moins onze lacunes, les églises paroissiales de Bourg-des-Comptes, Brie, Châteaugiron, Chavagne, Domalain, Saint-Pierre de Janzé, Lécousse, Le Loroux, Mellé, Messac et Saint-Grégoire, pourtant connues dès les XIe-XIIIe siècles, ne figurant pas à l’intérieur de ce document (tableau 5). Ainsi, le nombre important de nouvelles paroisses enregistrées pour le diocèse de Dol à l’époque moderne (plus de 10 % du total) pourrait résulter en partie d’un biais documentaire.

* Création paroissiale assurée
 ? Paroisse attestée pour la première fois à l’époque moderne mais dont la mention pourrait avoir été omise dans le plus ancien pouillé du diocèse.
Tableau 4. – Les modifications du réseau paroissial à l’époque moderne.

  • 70 Les enclaves doloises, situées en dehors des diocèses de Rennes et de Saint-Malo, ne sont pas pris (...)

Tableau 5. – Répartition documentaire des premières mentions de chaque paroisse dans les trois diocèses étudiés70.

*

  • 71 Sur l’absence d’une véritable délimitation des paroisses jusqu’à une époque avancée, voir Zadora-R (...)
  • 72 Sur l’idée que l’homme doit se déplacer vers le lieu qui le transformera, voir Méhu, 2007, p. 290- (...)

32Le maillage paroissial, tel qu’il se présente à la veille de la Révolution, ne découle pas d’une densification progressive du semis ecclésial et du démembrement croissant de grandes paroisses primitives. Dès le haut Moyen Âge, un nombre très important de lieux de culte recouvrait les campagnes, mais sans que ne fonctionne une hiérarchie ecclésiale définissant précisément les prérogatives spirituelles de chacun, à l’intérieur d’un territoire déterminé. La mise en ordre du semis ecclésial n’est en effet visible dans les sources qu’à partir de la seconde moitié du XIe siècle, lorsque l’Église éprouva le besoin, dans le contexte de la Réforme grégorienne, de disposer de structures d’encadrement contraignantes, afin de faire régner sur terre la Jérusalem céleste. La question de la forme du maillage ecclésiastique qui fut alors institué localement n’a pu être abordée dans le cadre imparti. On soulignera toutefois que la paroisse ne correspondait pas à un territoire stricto sensu. Ses limites constituaient en effet un problème secondaire71, la paroisse se définissant avant tout par son centre, en dehors duquel la communauté paroissiale comme reproduction locale de l’Ecclesia n’existait pas. Ainsi, ce n’était pas l’appartenance au « territoire » paroissial, qui unissait tous les paroissiens entre eux, mais leur réunion obligatoire dans l’église-bâtiment pour les grandes occasions et les sacrements72.

Notes

1 Pour une présentation de ce modèle, voir Imbart De La Tour, 1979 (1900), Chaume, 1937-1938, p. 61-73 et Aubrun, 1986.

2 Sur la plebs bretonne : Largillière, 1995 (1925) ; Tanguy, 1988, p. 9-31.

3 Voir le numéro 49 de la revue Médiévale, que cette auteure a dirigé avec D. Iogna-Prat : Iogna-Prat et Zadora-Rio (dir.), 2005, ainsi que l’ouvrage consacré aux paroisses de Touraine : Zadora-Rio (dir.), 2008.

4 Le siège épiscopal d’Alet fut transféré sur l’île voisine de Saint-Malo au milieu du XIIe siècle par l’évêque Jean de Châtillon.

5 Cette thèse, qui s’intitule « Construction de l’espace religieux dans les diocèses de Rennes, Dol et Alet/Saint-Malo. Approches historique et archéologique de la formation des territoires ecclésiastiques (diocèse, paroisse et cadres intermédiaires) entre le Ve et le XIIIe siècle », a été soutenue en juin 2012 à l’université de Rennes 2.

6 Les autres enclaves se répartissaient entre les diocèses de Saint-Brieuc (douze paroisses), Tréguier (sept paroisses) Saint-Pol-de-Léon (une paroisse) et l’archevêché de Rouen (quatre paroisses).

7 Le réseau paroissial, tel qu’il existait en 1789, servira de référence tout au long de cette étude, l’état du maillage paroissial ne pouvant être déterminé avec certitude auparavant. La carte communale actuelle a été utilisée comme cadre théorique du réseau paroissial sur les figures présentées ci-dessous. Comme le rappelle Gorry, 2008, p. 183-223, le maillage communal ne doit pas en effet être confondu avec celui de la paroisse. Ce sont les collectes, i. e. les communautés d’habitants sur lesquelles pesait l’impôt, qui ont donné naissance aux communes et non les paroisses. En outre, des modifications plus ou moins importantes ont affecté la carte communale depuis la Révolution.

8 Pour le IXe siècle, on dénombre précisément 361 actes ; le Xe siècle, 10 actes ; le XIe siècle, 246 actes ; le XIIe siècle, 694 actes et le XIIIe siècle, 1188 actes.

9 Ces pouillés, rédigés entre le XIVe et le XVe siècle, ont été édités par Auguste Longnon, 1930, Pouillé de la Province de Tours, Paris, Rennes, p. 176-181 avec présentation du manuscrit, p. xxiii-xxiv ; Saint-Malo : p. 363-374 avec présentation du manuscrit, p. lxxx ; Dol : p. 379-384 avec présentation du manuscrit, p. lxxxvi.

10 Pour le cartulaire de Redon, nous nous référons à l’édition d’Aurélien de Courson : Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, Paris, 1863.

11 B. Tanguy a répertorié une quinzaine de fondations de ce type, majoritairement situées dans le Vannetais oriental, où le monastère de Redon étendit particulièrement son patrimoine avant le XIe siècle. La plebs de Bains-sur-Oust, qui fournit le nombre le plus important de mentions, en comptait alors au moins quatre : Ballon, Busal, Cornon et Menehi Wohkamoe.

12 Morice (Dom) P.-H. (éd.), 1742-1746, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire civile et ecclésiastique de Bretagne, tirés des archives de cette province, de celles de France et d’Angleterre, des recueils de plusieurs sçavans antiquaires, 3 vol., Paris, Ch. Osmont, tome 1, col. 265.

13 Cartulaire de l’abbaye de Redon, acte 193.

14 Ibid., acte 276. Tanguy, 2010, p. 75.

15 Sur la fondation du monastère de Maxent : Guigon, 1997-1998, t. 2, p. 142-145.

16 Vita sancti Machutis, auctore Bili (BHL 5116 a et b) : Vie de saint Malo évêque d’Alet, version écrite par le diacre Bili, G. Le Duc (éd.), 1979, Saint-Malo, Centre régional d’archéologie d’Alet (Dossiers du CeRAA-B), Livre I, c. 84, p. 214.

17 Ibid., Livre I, c. 64, p. 163 (Corseul) et Livre II, c. 8, p. 237-238 (Saint-Malo-de-Phily).

18 Sur la nécessité de manier avec prudence les sources archéologiques pour identifier des églises anciennes, voir les remarques de Zadora-Rio, 2005, p. 15-23.

19 Merdy, 2009 (Saint-Étienne de Guer) ; Provost et Leprêtre, 1987, p. 31-39 (Saint-Aubin de Fontenay).

20 Guigon, 1981, p. 10-13, avec transcription du témoignage du baron Bachelot de la Pylaie qui visita le site en 1830.

21 Tournier et Batt, 1999 (Livré-sur-Changeon) ; Dupuis, 2009 (Saint-André-des-Eaux).

22 Le Boulanger et al., 2005, p. 34-35 ; Colleter et al., 2013, p. 19.

23 La prise en compte de toutes les mentions de plebes dans notre espace de recherche permet d’ajouter quinze nouveaux sites antérieurs au XIe siècle : Baulon, Bourg-des-Comptes, Campénéac, Caro, Gaël, Lanouée, Miniac-Morvan, Mohon, Pipriac, Plélan-le-Grand, Pléchâtel, Plerguer, Ploërmel, Rimou et Sévignac.

24 La prise en compte des localités qualifiées des vicus dans les sources écrites ou numismatiques du haut Moyen Âge permet d’ajouter trois nouveaux sites : Corps-Nuds, cité par Grégoire de Tours, ainsi que Vendel et Marcillé-Robert, tous deux sièges d’un atelier monétaire à l’époque mérovingienne.

25 D’après un acte de Marmoutier antérieur à 1064, Martigné-Ferchaud était le siège des églises Saint-Pierre et Saint-Symphorien : AD Ille-et-Vilaine, 6 H 31/2. La localité de Saint-Broladre dans le diocèse de Dol était également pourvue de deux églises, placées pour la première sous le patronage du saint breton éponyme et la seconde, sous celui de Saint-Pierre, selon un acte de du XIe siècle issue de l’abbaye du Mont-Saint-Michel : The Cartulary of the Abbey of Mont-Saint-Michel, K. S. B. Keats-Rohan (éd.), 2006, Donington, Shaun Tyas, acte 56.

26 Sur les groupes ecclésiaux au haut Moyen Âge, voir Zadora-Rio, 2005, p. 18 avec renvoi à la bibliographie.

27 Pour la datation de la Vita sancti Merovei : Brunterc’h, 1983, p. 21-29, qui a également édité ce texte : ibid., p. 57-63. Concernant l’hypothèse de la fondation de l’église de Saint-M’Hervé à la même période, voir : Mazel, 2009a, p. 223.

28 Premier et second livres des cartulaires de l’Abbaye Saint-Serge et Saint-Bach d’Angers (XIe et XIIe siècles), Y. Chauvin (éd.), 1997, Angers, Presses universitaires d’Angers, tome 1, acte 192 : Dicebat Iuhellus Petrum [l’un des laïcs qui témoigne en faveur de Saint-Jouin-de-Marnes] fuisse abbatiam in honore sancti Martini Vertavensis a rege Clodoveo constructam.

29 Colleter et al., 2013, p. 42-46.

30 Voir le répertoire des églises romanes, présenté en annexe IV de notre thèse : Lunven, 2012.

31 Delahaye, 2008.

32 Guigon, 1994, p. 91.

33 Pour une présentation de la méthode, voir : Aubrun, 1981, p. 234-235 ; Id., 1986, p. 15-16.

34 Une telle étude a notamment été menée pour le diocèse de Rennes par Pocquet Du Haut-Jussé, 1959, p. 57-68.

35 Malgré le principe d’inamovibilité énoncé lors de la dédicace d’une église, les changements sont largement avérés, contrairement à ce que prétend Aubrun, 1986, p. 15. Pour la région étudiée, on enregistre ainsi dix-sept substitutions avant la Révolution (quatre dans les diocèses de Rennes et de Dol et jusqu’à neuf dans celui d’Alet/Saint-Malo).

36 É. Zadora-Rio a pu ainsi proposer une évaluation du semis ecclésial des campagnes du diocèse de Tours avant le XIe siècle, essentiellement à partir d’une étude fine des vocables paroissiaux, les écrits de Grégoire de Tours, les récits hagiographiques de Fortunat et le calendrier liturgique de l’évêque Perpet fournissant des données précieuses à ce sujet dès les Ve-VIe siècles : Zadora-rio, 2008a, p. 43-66.

37 Au dernier feuillet de ce manuscrit, on trouve en effet un acte de donation qui indique : ego servus servorum domini et fidelis discipulus etsi indignus Gleuhitr […] dedi hunc librum evangelistarum ecclesiae Sancti Berni in episcopatu sancti Machutis. Le texte intégral de cette donation est donné dans : La Borderie, 1985 (1898-1914), t. 2, p. 492, avec une traduction fautive d’après les commentaires livrés par Guillotel, 1985, p. 26-29.

38 « Fondation du prieuré de Saint-Pern. Chartes inédites des XIe et XIIe siècles », A. de La Borderie (éd.), 1887, Revue historique de l’Ouest, no 3, acte 1, p. 46-47 : ecclesiam sancti Paterni… L’église de Saint-Pern est toujours placée sous la titulature du saint évêque normand.

39 Plus à l’ouest, ce saint ne patronne que l’église Saint-Martin de Josselin, prieuré de Marmoutier fondé certainement au début du XIIe siècle.

40 Cette dichotomie caractérise plus largement la Bretagne. A. Chédeville impute le succès de cette titulature dans le diocèse de Rennes à l’évêque Melaine (…511…), d’après le principe que les édifices dédiés à Martin sur les franges orientales des diocèses de Dol et de Saint-Malo n’avaient pu être fondés qu’avant la rupture politique entre Francs et Bretons à la fin du VIe siècle : Chédeville, 1997b, p. 238-240. Il vaut mieux admettre une diffusion de proche en proche de ce vocable, sans que la frontière linguistique ne constitue un obstacle infranchissable, même après le VIe siècle.

41 Dans l’espace étudié, seules les églises de Caro et de Ploërmel, parmi les localités attestées comme chef-lieu de plebs au IXe siècle, sont placées sous le patronage d’un saint breton (respectivement saint Hervé et saint Armel).

42 On retrouve ainsi, dans les trois diocèses, une ferveur particulière pour les dévotions théocentriques (Sauveur, Croix et Trinité) ainsi que pour les cultes à Notre-Dame, Marie-Madeleine et Pierre.

43 L’abbaye rennaise contrôlait six églises paroissiales dédiées à son saint tutélaire, mais ce chiffre paraît négligeable en comparaison du nombre total de ses possessions, lesquelles s’élevaient à cinquante églises paroissiales dans l’espace étudié. Marmoutier semble également avoir tenu un rôle mineur dans le baptême des églises : huit édifices sur les soixante et un placés sous la protection de saint Martin dans le diocèse de Rennes relevaient de l’abbaye tourangelle.

44 À Bréal-sous-Vitré, la permanence de la vocation cultuelle du site ne se réalisa qu’au prix d’un léger déplacement, l’église paroissiale se situant à une trentaine de mètres au nord du bâtiment funéraire, détruit à la fin du XIe siècle. La paroisse de Domagné ne découle pas non plus directement de la chapelle Saint-André, puisque son église paroissiale était Saint-Pierre, dans le cimetière duquel la dite chapelle était autrefois érigée. Enfin, la chapelle Saint-Aubin de Fontenay est bien devenue paroissiale, comme l’attestent plusieurs actes du XIIIe siècle, mais perdit cette fonction certainement avant le XVe siècle.

45 Une substitution de la titulature originelle par l’archevêque de Reims sur la base de l’homophonie avec le toponyme, n’est toutefois pas totalement exclue. Le fait est attesté pour plusieurs lieux de culte, mais souvent au détriment de saints bretons méconnus comme dans le cas de Saint-Pern.

46 Zadora-Rio, 2008a, p. 19-66, parvient à la même conclusion concernant les paroisses de Touraine.

47 Zadora-Rio, 2005.

48 Lunven (à paraître A). Voir également Lauwers, 2006, p. 11-32, qui rappelle qu’une telle définition ne fut clairement formulée par les canonistes qu’au milieu du XIIIe siècle.

49 Ibid., p. 25.

50 Voir par exemple dans l’introduction à l’édition du fac-similé du cartulaire de Redon, le développement consacré à la plebs, qui est intitulé « Les paroisses » : Chédeville, 1998, p. 30-31. Tanguy, 1988, p. 9-31, parle, pour sa part, de « paroisses bretonnes ».

51 Il est difficile de déterminer si les trois termes condita, vicaria et centena renvoient à des réalités différentes. À partir des années 850, le vocabulaire s’homogénéise, seul le mot vicaria perdurant dans les actes de Redon, selon une chronologie plus largement attestée en Occident : Brunterc’h, 1989, vol. 1, p. 82-127 ; Zadora-Rio, 2008b, p. 91-93. Sur ces « circonscriptions » intermédiaires franques, dont les origines et les fonctions demeurent très énigmatiques, voir en dernier lieu : Viader (dir.), 2009.

52 Cartulaire de l’abbaye de Redon, actes 49 (Guer) et 115 (Pleucadeuc).

53 En 860, Guetenoc céda ainsi un alleu à l’abbaye de Redon dans l’église de Ruffiac, après la messe dominicale, devant tout le peuple présent. Cartulaire de l’abbaye de Redon, acte 140 :… manifestavit supradictus Uuetenoc hanc donationem, die dominico, in aecclesia Rufiac, post missam, coram cunctis populis qui erant in aecclesia.

54 La charte d’Anouuareth à l’abbaye Saint-Maur de Glanfeuil (devenue Saint-Maur-sur-Loire) qui évoque la donation de l’église Saint-Pierre d’Anast cum capella subjecta est un acte interpolé de la fin du xe ou du début du XIe siècle : Lunven, 2012, p. 104-129, avec édition du document en annexe I, p. 464.

55 Sur l’élaboration de la doctrine du lieu de culte, voir Iogna-Prat, 2006 ; pour le cimetière : Treffort, 1996 et Lauwers, 2005.

56 Iogna-prat, 2006, p. 297.

57 A. de La Borderie (éd.), 1876, « Les paroisses de Vitré. Leur origine et leur organisation ancienne. Pièces justificatives », Association bretonne, no 19, acte 1, p. 133 : Monachi qui in cella habitabunt non recipient parrochianum sancte Marie et sancti Petri […]. Illum parrochianum dico qui in sua parrochia [de Notre-Dame et Saint-Pierre] mansionarius erit…

58 AD Maine-et-Loire, H 3713, Livre Blanc de Saint-Florent de Saumur, fol. 75-77 v° : Hujus ville jam supradicte, id est Mezwoit, incole… ad parochiam Sancte Marie de Carfenton pertinebant, et ei decimas et primitias suas et ceteras oblationes referebant.

59 « Cartulaire de Saint-Georges de Rennes », Paul de La Bigne-Villeneuve (éd.), 1876, Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique d’Ille-et-Vilaine, no 9, acte 3 : Ad Nativitatum Domini, ad confessionem in XL, ad adorandem crucem, ad baptisterium, ad Pascha, ad festivitatem Sancti Marie requirant parrochiani [ceux qui habitent dans et hors du château de Guillaume] suam matrem ecclesiam. L’acte ajoute que si un jour un baptême, une bénédiction d’époux avec mariage ou un sacrement de pénitence avaient lieu dans la chapelle, c’est que son desservant était en réalité le prêtre de la paroisse de Tinténiac : Quod si forte ibi, in capella scilicet baptismum factum fuerit, vel sponsus benedictus cum sponsa, sive confessio data vel hujuscemodi alia, quod inde presbiter Guillermi habuerit per Tinteniacensem habeat sacerdotem.

60 Ce principe d’unité est défendu dès le IXe siècle par Hincmar de Reims qui dans son De ecclesiis et capellis rassemble des arguments sur l’impossibilité juridique de procéder à une « division de paroisse » : Depreux et Treffort, 2005, p. 141-148.

61 Sur le rôle central du prêtre dans la reproduction de la communauté paroissiale au travers de l’administration du baptême : Guerreau-Jalabert, 1995, p. 142 et 165-170.

62 Plusieurs chapelles étaient toutefois dotées de cimetière, ce qui nuisait à la cohésion de la communauté paroissiale.

63 En Touraine, É. Zadora-Rio note également que la position hiérarchique de l’habitat au haut Moyen Âge a souvent conditionné l’accès au statut paroissial : Zadora-Rio, 2008b, p. 102-103.

64 « Cartulaire de l’abbaye de Saint-Sulpice-la-Forêt » P. Anger (Dom) (éd.), 1906, Bulletin et Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, no 35, acte 66, p. 372.

65 « Cartulaire de l’abbaye de Saint-Sulpice-la-Forêt », P. Anger (Dom) (éd.), 1907, Bulletin et Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, no 36, acte 79, p. 3.

66 Barthélémy A. de et Geslin De Bourgogne J. (éd.), 1855-1864, Anciens évêchés de Bretagne : histoire et monuments. Diocèse de Saint-Brieuc, 6 volumes, Paris-Saint-Brieuc, tome 4, acte 9, p. 396.

67 La paroisse Sainte-Croix de Vitré apparaît pour la première fois dans un acte de l’évêque de Rennes Hamelin, réglant précisément le conflit que cette création suscita avec les moines et les chanoines Notre-Dame de Vitré : Gallia Christiana : in provincias ecclesiasticas distributa, tome 14, Province de Tours, B. Haureau (éd.), 1856, Paris, F. Didot fratres, Instrumenta, col. 165.

68 Preuve sans doute de leur artificialité, quatorze des cinquante et une enclaves doloises n’ont pas donné naissance à une commune à la Révolution.

69 AD Ille-et-Vilaine, 1 G 71/1, État des paroisses du diocèse de Saint-Malo, fol. 167 v°.

70 Les enclaves doloises, situées en dehors des diocèses de Rennes et de Saint-Malo, ne sont pas prises en compte.

71 Sur l’absence d’une véritable délimitation des paroisses jusqu’à une époque avancée, voir Zadora-Rio, 2008b, p. 117-118 ; Pichot, 2010, p. 219-235 ; Lunven, (à paraître B).

72 Sur l’idée que l’homme doit se déplacer vers le lieu qui le transformera, voir Méhu, 2007, p. 290-293.

Table des illustrations

Légende Carte 1. – Localisation des diocèses étudiés.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133086/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Carte 2. – Localisation des sites ecclésiaux antérieurs au XIe siècle dans les diocèses de Rennes, Dol et Alet/Saint-Malo selon le type de sources ou la qualité de l’information.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133086/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 221k
Légende Tableau 1. Les fondations de lieux de culte (XIe-XIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133086/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Carte 3. – Les églises paroissiales placées sous le titre d’un saint « celtique » ou sous celui d’un saint évêque/abbé romain/mérovingien.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133086/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende Carte 4. – Semis ecclésial du haut Moyen Âge et réseau paroissial au sud du diocèse d’Alet/Saint-Malo.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133086/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende * Acte de promotion paroissiale.Tableau 2. – Les promotions paroissiales au Moyen Âge datées par les sources.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133086/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Légende * Suppression paroissiale datée par un acte.Tableau 3. Les suppressions paroissiales au Moyen Âge.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133086/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende * Création paroissiale assurée ? Paroisse attestée pour la première fois à l’époque moderne mais dont la mention pourrait avoir été omise dans le plus ancien pouillé du diocèse.Tableau 4. – Les modifications du réseau paroissial à l’époque moderne.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133086/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Tableau 5. – Répartition documentaire des premières mentions de chaque paroisse dans les trois diocèses étudiés70.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133086/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540