Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La paroisse, communauté et territoire

 | 
Bernard Merdrignac
, 
Daniel Pichot
, 
Georges Provost
, 
et al.

Troisième partie. La paroisse médiévale : construction du territoire

La formation des territoires paroissiaux en Normandie occidentale aux XIe-XIIIe siècles

Éric Van Torhoudt

Résumé

How and when were parish territories created in Normandy? The question needs to be addressed from a new theoretical standpoint. After a short historiography, we will reconsider the equation: ecclesia + villa = “parish”.
The study of three cases located in the dioceses of Coutances and Avranches suggests that this new division of the territory into small standardized parishes is the combined result of the social, political and economic backgrounds of the XIth, XIIth and XIIIth centuries. These territorial units were set up by monks (in Lessay) and feudal lords (Néhou and Saint-Marcouf) who reorganised numerous pre-existing stuctures (churches, hermitages and former abbeys).

Texte intégral

  • 1 Dubois H., 2008, p. 13-29.
  • 2 Gouhier P. et al., 1967, p. 8.

1Quand et comment sont nés les territoires paroissiaux en Normandie occidentale ? Longtemps cette question n’a pas été posée, car il semblait évident que le maillage religieux des diocèses de Coutances et d’Avranches était, pour l’essentiel, un héritage carolingien, lui-même fondé sur d’antiques limites établies entre des communautés d’habitants1. Le réseau paroissial observable au XIIIe siècle n’avait subi que quelques ajustements pour s’adapter à la densification et à l’extension de la trame initiale. Inversement, la conviction qu’une « filiation existe entre la communauté d’habitants [d’Ancien Régime, généralement paroissiale] et la commune actuelle » permettait, selon les auteurs de l’Atlas historique de Normandie, de restituer le territoire de la majorité des communautés par la méthode régressive2. Le raisonnement était bouclé.

  • 3 Musset L., 1953, p. 35; Id., 1954, p. 172-174; Id., 1989, p. 97-102.
  • 4 Lauwers M., Ripart L., 2007, p. 115-171 ; Mazel F., 2008, p. 11-21 et p. 213-252.
  • 5 Lauwers M., 2005, p. 11-32 ; Hautefeuille F., 2005, p. 73-88 ; Van Torhoudt É., 2008b, p. 363-516.

2La question de la formation territoriale des paroisses n’est donc explicitement soulevée que par les recherches des processus de peuplement et de christianisation, à partir des dédicaces paroissiales et des indices toponymiques3. Les études sur la société et l’Église normandes médiévales ne s’y intéressent qu’en tant que cadres et repères spatiaux fixes, au même titre qu’un élément de relief auquel ils sont d’ailleurs souvent rapportés, et non comme l’un des aspects des évolutions de celles-ci. Pourtant, il est reconnu aujourd’hui que le territoire est une production sociale4. La paroisse constitue un bon observatoire des processus sociaux de territorialisation en général et des enjeux entre différents niveaux de pouvoirs laïcs et ecclésiastiques. Cette approche s’accommode du renouvellement de la chronologie de la territorialisation paroissiale en Normandie occidentale, grâce à des comparaisons avec d’autres régions dans lesquelles ce processus est aujourd’hui décrit comme lent et tardif (XIe-XIIIe siècles)5.

3La première partie sera un aperçu historiographique sur ce qu’on pourrait appeler la « paroisse-domaniale » et ses limites, puis une réflexion sur la manière dont les relations sociales des XIe-XIIIe siècles, et particulièrement la féodalité, ont interféré dans la morphogenèse paroissiale à partir de quelques exemples.

Le modèle du domaine-paroisse ou de la paroisse domaniale et ses limites

4Deux historiens normands ont fixé durant longtemps la doctrine en matière de réseau paroissial en Normandie : Lucien Musset et Jean-François Lemarignier. Le premier a plutôt abordé la question du point de vue du peuplement et de l’économie domaniale, alors que le second privilégiait une approche principalement juridique.

Le modèle « fixiste »

  • 6 Fauroux M., Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Caen, Mémoires de la Société des an (...)

5En 1945, dans une étude devenue classique sur la pérennité des structures du grand domaine à travers les invasions, Lucien Musset avait exploité le libellus dotis de Judith, épouse de Richard II et sœur du comte de Rennes Geoffroi6. Par ce contrat de douaire des environs de l’an mil, Judith reçut trois « grappes » de villae situées dans le Lieuvin, le Cinglais et le nord de la péninsule du Cotentin (carte 1).

  • 7 Musset L., 1942-1945, p. 28-29 et en particulier p. 55-57 pour le diocèse de Coutances.

6Partant du rapport entre le nombre de villae et le nombre d’ecclesiae citées par le texte, Lucien Musset avait obtenu les résultats suivants7 : 1 sanctuaire pour 2 villae dans le Cotentin (17 ecclesiae pour 36 villae), contre 1 ecclesia pour 1,5 villa en Normandie centrale. Il était ainsi arrivé pour le Cotentin à des cellules paroissiales plutôt petites (environ 400 ha). L’auteur en déduisait qu’« au IXe siècle, le maillage [paroissial] était serré et d’un module plutôt petit, rattachant [les paroisses normandes] à celles du nord plutôt qu’à la Bretagne ». Cette affirmation reposait sur l’identification des ecclesiae des textes de l’an mil avec les paroisses des Pouillés des XIIIe et XIVe siècles.

  • 8 Musset L., 1988, p. 54-55 et p. 62-63 ; Louise G., 1976, p. 5-102.

7Pour Lucien Musset le maillage religieux était confondu avec le maillage domanial de l’époque carolingienne. Cette affirmation suppose que les villae étaient elles-mêmes des entités territoriales, démembrées ultérieurement par la féodalité, mais dont les paroisses auraient pérennisé les contours. La division des paroisses en fiefs pour la perception des dîmes, caractéristique de la majorité des paroisses normandes aux XIIIe-XIVe siècles, était le résultat du fractionnement des unités domaniales et paroissiales initiales8.

Carte 1. – Le douaire de Judith vers 1003.

  • 9 Lemarignier J.-Fr., 1974, p. 386-394.

8Dans un article de 1974, consacré au monachisme et à l’encadrement religieux des campagnes, Jean-François Lemarignier avait consacré quelques pages à la Normandie9. Il y constatait d’abord qu’« il n’y a pas dans la Normandie d’avant 1035 d’Église séculière mineure » puisque « ce qui avait été créé sur ce point au IXe siècle […] avait disparu au Xe siècle [suite aux invasions scandinaves] ». Puis, il identifiait une « politique ducale qui se servait du monachisme [réformé au début du XIe siècle par Guillaume de Volpiano] pour l’équipement [en églises] de la vallée de la Seine ». Ainsi, il affirmait que, durant le règne de Richard II (996-1025), « les moines firent construire un nombre d’églises […] qui put être important » et qu’il évaluait à plusieurs dizaines en l’espace d’une vingtaine d’années.

  • 10 Ibid., p. 392-394.
  • 11 Douglas D. C., 1958, p. 89; Chibnall M., 1995, p. 279-285; Spear D., 1995, p. 81-102.

9Il ne pose pas explicitement la question du territoire affecté à ces nouveaux sanctuaires. Pourtant, dans la mesure où les ducs cédaient aux moines les « coutumes épiscopales », ces ecclesiae s’enracinaient dans les territoires domaniaux préexistants (les villae), qui servaient de cadres à leurs privilèges de juridiction ecclésiastique. Ces exemptions, créant des « dissociations territoriales », étaient délimitées par des soustractions du diocèse10. Puis le ressort d’un sanctuaire aurait été nommé parochia après 1080, passant du statut seigneurial au statut canonique. La paroisse serait devenue la « référence obligée » suite à la réorganisation institutionnelle de l’Église séculière normande (évêques et chapitres)11.

  • 12 Aubrun M., 1986.
  • 13 Beaurepaire (de) F., 2008, p. 30-45.
  • 14 Musset L., 1985, p. 426.
  • 15 Domjean, Beuvrigny, Fourneaux, Manche, cant. Tessy-sur-Vire ; Musset Lucien, 1979, p. 69-70 et p.  (...)

10Le modèle des grandes paroisses-mères subdivisées avec la densification du peuplement12 a été adopté par de nombreux auteurs13. Ainsi, Lucien Musset a écrit : « Un premier réseau de paroisses rurales, peu dense, achève de se mettre en place sous les Carolingiens ; un second, plus serré, […] se crée pour l’essentiel du XIe au XIIIe siècle, sans que les invasions du IXe siècle aient provoqué nulle part de vraie rupture. Même dans les régions qui connurent une colonisation scandinave assez intense, si les noms de beaucoup de villages ont changé, leurs sites sont restés stables et les dédicaces d’églises n’ont guère varié14. » Ainsi, dans un article consacré au prieuré et au domaine de Domjean, il constatait que l’église Saint-Jean de Domjean « jouait le rôle d’église-mère pour toute une série de chapelles satellites situées à Fourneaux, Brectouville et Beuvrigny15 ». Evoquant les droits civils, l’auteur suggérait l’existence d’une unité territoriale étendue à plusieurs communes actuelles.

  • 16 Louise G., 1990, t. 1, p. 41-95 ; Jarry T., 1999, p. 8-31 ; Levalet D., 2010, p. 181-231.
  • 17 Dubois H., 1992, p. 117-129.

11Dans le sillage de Lucien Musset, Gérard Louise, Thomas Jarry ou Daniel Levalet ont étudié la genèse paroissiale par la christianisation, à travers la toponymie et les dédicaces, superposant les indices de l’ancienneté des sanctuaires et du peuplement en s’appuyant sur le principe de la stabilité des cadres territoriaux16. La morphologie paroissiale (taille et forme) est encore considérée comme un marqueur chronologique et typologique du peuplement, s’expliquant uniquement par des considérations matérielles (terroirs, densité, accessibilité, etc.)17.

  • 18 Sur la genèse de ce modèle historiographique, voir Iogna-Prat D., Zadora-Rio É., 2005, p. 5-10.
  • 19 Musset L., 1946-1947, p. 146-147.

12Dans l’historiographie normande, le couple ecclesia-villa(e) des sources était assimilé au territoire paroissial, conformément à la conception spatiale de la fondation de la Normandie qui se serait moulée dans des cadres territoriaux laïcs et ecclésiastiques hérités de l’époque carolingienne. L’historiographie normande admettait donc, malgré quelques nuances, le modèle classique de la fixité des cadres territoriaux18 : le cadre domanial des villa(e) constitua les ressorts des sanctuaires et fragmenta l’ancien système spatial des grandes paroisses19. La pérennité des territoires domaniaux avait assuré la continuité du maillage paroissial, malgré l’effondrement des structures ecclésiastiques sous la poussée des envahisseurs.

La critique du modèle « fixiste »

  • 20 Pouillés de la Province de Rouen,Longnon Auguste (éd.), Paris, Recueil des historiens de la France (...)
  • 21 Arnoux M., Maneuvrier C., 2003, p. 6-9.

13La densité du « semis ecclésial » dès la fin du Xe siècle dans le nord-ouest de la péninsule du Cotentin est le premier enseignement du douaire de Judith. En effet, si l’on retranche de la liste des villae tous les toponymes qui ne sont pas identifiés comme paroisses dans les Pouillés des XIIIe-XIVe siècles, il reste 17 mentions correspondant exactement au nombre d’ecclesiae inventoriées par le texte (carte 2). Ces ecclesiae forment un ensemble compact au nord du futur doyenné des Pieux20. Cette observation confirme que, vers l’an mil, la structure du peuplement était déjà bien en place et la dispersion déjà avancée21. Mais peut-on déduire, de cette coïncidence frappante, la fixité des sièges paroissiaux ? Autrement dit, quelle est la validité de l’équation ecclesia + villa(e) = paroisse ?

Carte 2 – Les villae dans la viacaria de Kelgenas.

  • 22 Lorren C., 1982, p. 251-176.
  • 23 Le Maho J., 1977, p. 171 ; synthèse récente Jarry T., 2002, p. 319-363.
  • 24 Boüard (de) M., 1957, p. 1-22 ; Dold R., 1978, p. 95-116 ; D. Bates, 1982, n. 12, p. 229 ; Jarry T. (...)
  • 25 Dudon de Saint-Quentin, De gestis Normanniae ducum seu de moribus et actis primorum Normanniae ducu (...)
  • 26 Lifshitz F., 1998, p. 523.
  • 27 Certains auteurs avaient pourtant diagnostiqué une situation particulièrement dégradée de l’Église (...)

14Des travaux archéologiques ont démontré la continuité des églises rurales aussi bien dans les régions intérieures22 que dans les zones de peuplement scandinave dense du Pays de Caux23 et du nord de la péninsule du Cotentin24, là où, pourtant, les sources écrites attestent qu’une domination païenne était encore solide vers 940/95025. Ainsi, dans une région désertée par les évêques et les moines bénédictins, il n’y eut pas de « retour au paganisme26 » des populations, et les structures ecclésiastiques mineures furent « sauvées » par l’organisation de l’Église privée27. Cette continuité remarquable des structures ecclésiastiques mineures existant avant les invasions ne signifie pourtant pas qu’elles étaient identiques à celles des XIIIe-XIVe siècles. Deux questions se posent :

  1. Qu’est-ce qu’une ecclesia dans les textes du début du XIe siècle ?
  2. Quel est le rôle de ces ecclesiae dans l’organisation de l’espace ?

151 – Bien que son enjeu ait été politique, le dispositif du douaire de Judith, auquel se référait Lucien Musset, était domestique (les ecclesiae y figurent dans des listes comprenant aussi la cession de 500 personnes des deux sexes issues de la familia ducale) et sa portée immédiate était principalement privée (pas d’attestation élargie). Dans cet inventaire, l’ecclesia est assimilée au moulin, renvoyant de manière très classique à une structure domaniale. Mais peut-on, pour autant, identifier le domaine à un ressort ecclésial ?

  • 28 Rauville-la-Bigot, Manche, cant. Bricquebec ; Sotteville, Manche, cant. Les Pieux.
  • 29 Polyptycum diocesis Constantiensis,Delisle Léopold (éd.), Recueil des Historiens de la France, t.  (...)
  • 30 Fauroux M., Recueil…, op. cit., no 99, p. 255.
  • 31 En 1251, Guillaume de Tollevast était reconnu comme le patron de l’église de Sotteville au nom de (...)

16L’usage du mot ecclesia est très ambigu dans les textes. Le 20 avril 1042, le duc Guillaume donna à l’abbaye de Cerisy ses droits sur les églises de Rauville [-la-Bigot] et de Sotteville28, deux villae ayant appartenu à la dotation de Judith. Dans les pouillés de 1251 et de 1332, le patron de l’église de Rauville est bien l’abbé de Cerisy29. En revanche, à Sotteville, la part ducale réelle s’élevait en 1042 au « tiers de l’église […] avec un alleutier30 ». Puis, l’abbaye disposait seulement de deux parts de la dîme d’un fief, tandis que le droit de patronage était héréditairement tenu par des seigneurs laïcs, les Bertran31. Les droits ducaux sur l’église du domaine de Sotteville se limitaient à une portion des dîmes. Il n’est donc pas possible de dater la construction d’un sanctuaire, comme le faisait Jean-François Lemarignier, à partir d’une aumône ducale, ni d’attribuer aux ducs la totalité des droits paroissiaux des sanctuaires mentionnés dans leurs diplômes.

  • 32 Van Torhoudt É., 2008a, p. 90-120.
  • 33 Baudot M., 1979, p. 49.

17L’étude précise des droits exercés sur les églises montre que la possession ducale sur les ecclesiae transférées était partielle et souvent cantonnée à des portions de dîmes32. Le duc disposait rarement du droit de nommer les desservants des églises domaniales de son patrimoine. Ce droit relevait de la petite seigneurie laïque, qui assura la continuité des structures paroissiales par-delà les invasions. Les ducs possédaient le plus souvent des parts de dîmes et non l’église elle-même33.

  • 34 Musset L., 1988, p. 57-58.
  • 35 Arnoux M., 2003a, p. 417-430; Id., 1996, p. 325-357.

18Judith n’a pas reçu de droits ecclésiastiques normalisés et territorialisés, mais des revenus dispersés et disparates, assis sur des éléments du domaine ducal. Les droits ecclésiastiques désignés dans les chartes par le terme générique ecclesia étaient extrêmement variés et n’étaient pas équivalents à ce que les pouillés des XIIIe-XIVe siècles reconnaissaient comme fonctions et droits paroissiaux. Aux XIe-XIIe siècles, l’émiettement des droits, y compris épiscopaux, sur les églises était la règle. Ils n’étaient pas uniquement attachés à la possession d’une seigneurie, mais aussi à un statut social. Ainsi, Lucien Musset avait noté le rôle des vavasseurs dans la perception des dîmes, ainsi que des « formes bien peu féodales de la propriété des laïcs en matière de droits ecclésiastiques34 ». De son côté, Mathieu Arnoux a montré que ces mêmes vavasseurs disposaient de prérogatives très étendues dans la gestion de l’aumône paroissiale et dans l’organisation de l’assistance collective35.

19Il ne semble donc pas pertinent d’assimiler systématiquement les droits paroissiaux à des droits domaniaux au début du XIe siècle. La plupart des concessions apparemment multiples et contradictoires de droits sur les ecclesiae se résolvent par le processus de territorialisation paroissiale, dans lequel la catégorie des vavasseurs et des domini loci joua un rôle essentiel.

202 – Les ecclesiae du douaire de Judith polarisaient-elles des territoires ? Elles y sont curieusement dénombrées et regroupées à la fin de la liste des villae, comme si le scribe avait délibérément voulu déterritorialiser les églises et les moulins. Elles ne sont ni identifiées par leurs vocables, ni localisées dans une villa en particulier. Dans ce texte, le duc ne semble pas manifester une préoccupation particulière pour les églises rurales en tant que pôle d’encadrement de la population.

21Le vocabulaire ne fait donc pas la distinction entre les domaines pourvus d’églises et les autres. Les ecclesiae sont présentées comme un semis indifférencié et non comme des lieux centraux organisant l’espace. Elles ne forment pas un « réseau » maillant la vicaria Kelgenas. Doit-on toutefois exclure, sur la base de ce texte, toute possibilité d’une organisation spatiale à partir de ces ecclesiae ? Le libellus dotis de Judith s’intéresse aux aspects domaniaux voire domestiques des villae et des ecclesiae, et ne constitue pas forcément un témoignage fiable sur les structures territoriales de l’Église.

22Il n’y a pas de correspondance exacte entre les villae inventoriées vers l’an mil et les paroisses du secteur au milieu du XIIIe siècle :

  • Deux villae du douaire, Becqueville et Rouville, furent intégrées à la paroisse des Pieux, dont l’église Notre-Dame n’apparaît dans les sources qu’en 108036. Elle relevait au XIIe siècle d’un co-patronage laïc entre Richard des Pieux37, Raoul de Becqueville, Robert de Rozel38, Robert de Beaubigny et Roger de Montibus39. Il semble que le futur siège de doyenné, la paroisse des Pieux, ait été constitué, de 1080 à 1229, par « coalescence » d’aumônes successives en faveur des deux patrons définitifs, les abbayes de Saint-Sauveur-le-Vicomte et de Cherbourg40.
  • Judith avait reçu la villa de Flamanville. Or, au début du XIIe siècle, l’ecclesia Saint-Michel de Flamanville41 était une capella dépendant de l’église voisine de Saint-Germain de Direth42 qui devint ensuite le siège de la paroisse de Flamanville.
  • Le douaire cite les deux villae d’Helleville et de Quetteville43. L’église d’Helle-ville est mentionnée pour la première fois dans le premier tiers du XIIe siècle44, mais le droit de patronage fut donné au prieuré d’Héauville dépendant de Marmoutier par Thomas de Quetteville en 114745. Il n’est donc pas possible de savoir si l’ecclesia de l’an mil était déjà située à Helleville, futur siège paroissial, ou bien si le hameau de Quetteville possédait son propre sanctuaire, transféré par la suite.
  • Les villae de Psalmonville et de Bricqueboscq sont distinctes dans le douaire, mais seule la seconde figure comme paroisse dans les pouillés. Or, vers 1140, Robert de Siffrevast et son fils Guillaume donnèrent à l’abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte l’église Saint-Michel de Brichebosc, avec l’approbation du prêtre de Psalmonville46. Puis, deux décennies plus tard, une confirmation d’Henri II indique que Raoul de Siffrevast avait donné l’église Saint-Michel de Solomonis villa47. S’agit-il de deux sanctuaires différents et hirarchisés ou du même ? Au milieu du XIIe siècle, le siège paroissial ne semble pas encore fixé : soit que deux églises aient été concurrentes48 ; soit que la localisation précise de l’église dans une villa ou un fief – territorial(e) ou non – n’ait pas encore été clairement établie, en raison du co-patronage entre deux branches de la famille de Chiffrevast : l’une tenant la seigneurie de Bricquebosc, l’autre celle de Psalmonville. L’unité paroissiale résulterait de toute façon des cessions successives à l’abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte.
  • 49 Zadora-Rio É., 2005, p. 15-23.

23Ainsi le rapport domaine/sanctuaire est complexe. Les 17 ecclesiae de l’inventaire du douaire ne correspondent pas à toutes les églises du secteur, mais seulement à celles sur lesquelles le duc prétendait exercer des droits. De plus, la correspondance de ce nombre avec celui des villae reconnues plus tard comme paroisses n’implique pas la fixité des sièges paroissiaux, voire même des lieux de culte, qui purent connaître une certaine mobilité à l’intérieur de cet espace, ainsi que des processus de réorganisation et de nouvelle hiérarchisation. Comme l’a remarqué Elisabeth Zadora-Rio, il faut distinguer les chronologies de l’habitat, de l’église et de la paroisse49.

24L’analyse de la documentation s’est complexifiée : la mention d’une ecclesia dans un texte renvoie à l’exercice de droits ecclésiastiques (domaniaux, paroissiaux, épiscopaux) impossibles à préciser ; sa localisation dans une villa ne signifie pas que le sanctuaire désigné y disposait de fonctions paroissiales. Les textes ne permettent pas non plus d’affirmer que ces sanctuaires hiérarchisaient l’habitat. La densité ecclésiale n’induit pas l’existence d’un réseau paroissial en petites cellules normalisées. Il faut donc dénoncer l’équation ecclesia + villa(e) = paroisse.

Trois cas de formation de territoires paroissiaux

25Au modèle unique du processus de formation des territoires paroissiaux, nous devons substituer des évolutions complexes, dont seules des études de cas peuvent, pour l’instant, rendre compte. Le retardement du processus en modifie totalement le contexte et présente aussi l’avantage de le situer à une époque où la documentation devient plus abondante et s’intéresse justement de très près au devenir des édifices cultuels. Cependant la « caisse de résonance » documentaire amplifie l’intervention bénédictine et ducale et minore l’action d’autres acteurs sociaux.

Des ecclesiae aux paroisses dans la forêt de Baupte et la lande de Lessay

  • 50 Lessay-Sainte-Opportune, Manche, ch.-l. cant.; Bates D., Acta of William I, op. cit., no 175, p. 5 (...)
  • 51 Ibid., p. 581, 14 juillet 1080: Ricardus qui vocatur Turstinus Haldup cum Anna uxore sua, Eudoque (...)

26La fondation de l’abbaye de Lessay50, vers 1049/1064, amorce un incontestable tournant dans l’organisation ecclésiastique du diocèse de Coutances. Il s’agit de la première abbaye bénédictine autochtone de l’époque normande. Les fondateurs, issus de l’entourage de Guillaume le Bâtard, Richard dit Turstin Haldup puis Eudes son fils, manifestèrent leur volonté de confier l’encadrement paroissial de leurs seigneuries aux Bénédictins. Ils cédèrent au nouvel établissement au moins 18 églises ou parts d’églises, situées en particulier dans la foresta de Baupte51 :

  • 52 Ourville et Varreville, Manche, cant. Barneville-Carteret, comm. Saint-Lô-d’Ourville.
  • 53 Saint-Georges-de-la-Rivière, Manche, cant. Barneville-Carteret.
  • 54 Coigny, Manche, cant. la Haye-du-Puits.
  • 55 Appeville, Manche, cant. la Haye-du-Puits ; Ozeville, Manche, cant. la Haye-du-Puits, comm. Mobecq
  • 56 Saint-Jores, Manche, cant. Périers.
  • 57 Sainte-Suzanne-en-Bauptois, Manche, cant. la Haye-du-Puits, comm. Prétot-Sainte-Suzanne ; Saint-Er (...)
  • 58 Baupte, Manche, cant. Périers.

« Richard, que l’on appelle Turstin Haldup, avec Anna sa femme et Eudes leur fils, en l’honneur de la Trinité et de Sainte-Marie, décidèrent que soit créée une église […] dans le pagus de Coutances, dans la villa de Sainte-Opportune, dans laquelle les moines serviront Dieu régulièrement […]. Dans la villa de Sainte-Opportune, dans laquelle est située l’église, et dans les mesnils dépendant de cette villa, ils donnèrent leur part en églises, en bois, en terres […]. Et leur part à Ourville et Varreville ainsi que dans les mesnils dépendants d’Ourville52, dans l’église, en bois, en terres […]. Leur part de l’église Saint-Georges située à Tummeville53, avec les droits de dîmes et avec les biens dépendant de cette église avec le profit et les autres revenus qui en proviennent […]. L’église de Coigny54 avec les droits de dîmes et les autres biens lui revenant et de tous les autres revenus qui en proviennent. À Appeville et Ozouville et dans les autres mesnils qui appartiennent à Appeville55, toute la part qu’ils avaient dans l’église, dans les bois et les terres […]. Leur part de l’église de Saint-Jores56 avec toutes les coutumes qui lui revenaient. L’église de Sainte-Suzanne avec toutes ses coutumes et la part qu’ils avaient de l’église de Saint-Erbland [ou Ermeland]57. Et de leur forêt de Baupte58, toutes les églises et les droits de dîmes de cette forêt dans et hors du parc. »

  • 59 Une part de cette église appartenait au comte Guillaume de Mortain qui la donna aux chanoines de S (...)
  • 60 Cette église fut donnée par Richard et Thomas Avenel, hommes du comte de Mortain, à l’abbaye de Bl (...)
  • 61 Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 327F.
  • 62 D’ailleurs la villa de Tummeville, ne donna pas son nom à la paroisse qui deviendra Saint-Georges- (...)

27Le vocabulaire de ce texte est beaucoup plus riche que celui de l’an mil : il distingue entre les possessions partielles (Appeville59 et Saint-Jores60) ou complètes et il hiérarchise explicitement l’habitat en situant des mesnils dans des villae (carte 3). Ainsi, la villa de Sainte-Opportune était constituée de plusieurs écarts et abritait divers sanctuaires. Mais, des villae pourvues de mesnils n’ont qu’un sanctuaire (Ourville et Appeville). Certaines ecclesiae sont explicitement situées dans une villa (Saint-Opportune), tandis que d’autres seulement localisées dans la foresta Balteis, ne sont désignées que par leur vocable (Saint-Jores, Sainte-Suzanne, Saint-Erbland) ou bien restent complètement anonymes (Saint-Quirin dans le manoir du Plessis61). La villa de Tummeville sert à localiser l’église Saint-Georges, sans en constituer le ressort62.

  • 63 Les églises de Laulne et de Lastelle entrèrent complètement dans le patrimoine de l’abbaye de Less (...)

28Le terme ecclesia conserve le sens de « droits exercés sur une église » et ne désigne pas l’ensemble des « droits paroissiaux » (Laulne et Lastelle63). Il ne s’agit donc pas d’une description exhaustive des structures ecclésiales de la région, mais d’un inventaire des droits cédés par les Haldup. Le texte témoigne toutefois d’une grande variété des rapports ecclesia-villa-habitat qui montre que la phase de transition vers des cellules normalisées n’est pas achevée.

  • 64 Le duc Richard III avait donné à son épouse Adèle, le pagus Balteis (Fauroux Marie, Recueil…, op. (...)
  • 65 Bouvris J.-M., 2009, p. 56-59.
  • 66 De sancto Hermelando abbate Antrensi in Gallia, Acta Sanctorum, Paris-Rome, 1863-1887, 25 mars, t. (...)
  • 67 Louise G., 1990, t. I, p. 59-68 et p. 84-87 ; Arnoux M., 2003b, p. 124-128 ; Id., 2000, p. 112-119.
  • 68 Bates D., Acta of William Ir, op. cit., no 175, p. 582 : Et de illa foresta dederunt aecclesie per (...)

29La foresta de Baupte pourrait avoir été un ancien fisc royal récupéré par les comtes de Rouen, puis inféodé à Turstin Haldup64. Bien avant l’implantation bénédictine, elle était parsemée d’oratoires dotés de coutumes, mais sans lien avec une subdivision territoriale particulière, la dîme s’étendant à toute la forêt65. Saint-Jores et Sainte-Suzanne devinrent des paroisses, mais pas l’ecclesia dédiée à saint Ermeland66, qui fut érigée en prieuré dans la paroisse du Plessis. Gérard Louise et Mathieu Arnoux ont souligné le rôle des ermitages forestiers dans la formation d’un réseau paroissial, caractérisé par des hagiotoponymes67. En 1080, ces sanctuaires étaient dissociés des lieux-dits, centres d’exploitation de la foresta, qui devinrent aussi des paroisses (Le Plessis, Guerville et Lastelle)68, bien que le texte de 1080 n’y signale pas d’ecclesiae. Son territoire était subdivisé en portions (divisiones), dont un parc et un manoir, mais aussi des moulins et des pêcheries. Ainsi le texte sépare l’organisation ecclésiale de l’organisation économique voire de l’habitat.

Carte 3. – Les ecclesiae dans la foresta de Baupte.

  • 69 Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 325C.
  • 70 Delisle L., Berger É., Recueil des actes d’Henri II…, op. cit., t. I, no xxxiv, p. 135-136.

30Au XIVe siècle, le prieur de Saint-Ermeland percevait une rente sur la grange de la paroisse Saint-Jores, selon une convention passée avec le recteur de celle-ci69. Cette part des dîmes correspondait à deux biens, appelés Querbeuf et Rubea Terra. Or, en 1157, Richard Avenel avait cédé à l’abbaye de Blanchelande l’église Saint-Jores, « sauf le fief du Plessis70 ». Ainsi, « la part » de l’église Saint-Jores cédée par Turstin Haldup et son fils Eudes à Lessay relevait de leur manoir du Plessis, dont ils cédèrent les droits de dîmes à Lessay. Ces dîmes furent rattachées au prieuré afin d’éviter les chevauchements paroissiaux.

  • 71 Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 327D.
  • 72 Musset L., Les actes pour les abbayes caennaises…, op. cit., no 7, p. 74.

31À Coigny, Turstin Haldup avait donné à Lessay, « l’église avec ses droits de dîmes, tout ce qui en dépendait et tous les revenus de ce bien ». Mais, au XIVe siècle, une « petite partie » des gerbes du territorium de Hotot était soustraite de la paroisse de Coigny, au bénéfice du prieuré du Fresne, dépendance de l’abbaye Saint-Étienne de Caen71. Eudes fils de Turstin avait en effet donné vers 1080 à ce monastère ducal, la terra de Hotot, dont il tenait directement une moitié, tandis que l’autre était inféodée72. La dîme de ce bien était donc toujours seigneuriale. Elle fut cédée à l’église de Coigny par les moines caennais lors de la formation de cette paroisse.

32La densité des ecclesiae dans la foresta de Baupte vers 1060/1080 ne paraît guère inférieure à celle de la vicaria Kelgenas des environs de l’an mil, mais ne présente pas les subdivisions domaniales équivalentes. Le noyau originel de l’abbaye de Lessay fut un groupement de clercs et d’ermites occupant des charges curiales dans la Lande de Lessay et la foresta de Baupte, pour le compte de leurs patrons laïcs communs, Turstin Haldup et ses hommes. Les Bénédictins regroupèrent ces églises sous une autorité commune et créèrent un véritable réseau paroissial. Les moines de Lessay ne furent pas les défricheurs, mais les organisateurs de cet espace, délimitant les paroisses forestières et complétant le semis ecclésial. Ils entreprirent le travail de « normalisation » en petites cellules territoriales dont les pouillés fossilisèrent un siècle et demi plus tard le résultat.

  • 73 Haas C. (de), 2008, p. 142-157.
  • 74 L’abbaye Saint-Étienne de Caen bénéficiait d’une large exemption au nord du Bauptois (Musset L., L (...)

33Une situation similaire a pu être observée dans la forêt de Conches pour des paroisses dépendant de l’abbaye Saint-Pierre de Castillon-les-Conches. Au début du XIIIe siècle, les moines y reçurent de leur bienfaiteur laïc le privilège « d’organiser les paroisses et d’en délimiter les circonscriptions ». Ce droit leur fut ensuite confirmé par un évêque d’Evreux73. Le dernier paragraphe de la pancarte de Lessay consacrée aux exemptions des droits épiscopaux74 ne mentionne rien de tel. Mais le respect des droits ecclésiaux antérieurs (Saint-Jores, Coigny) et des dîmaires d’églises ou de seigneuries (parc, manoir, forêt) permit sans doute d’éviter le recours aux évêques.

34Cette opération de territorialisation paroissiale, entreprise avant 1157, ne fut pas seulement guidée par des considérations pastorales (nombre des fidèles, répartition des dîmes). Elle respecta aussi les structures seigneuriales, préférant l’église Saint-Quirin du manoir du Plessis à l’ermitage Saint-Erbland, respectant les droits seigneuriaux de la famille d’Aubigny à Laulne et Lastelle et distinguant les droits des comtes de Mortain, à Saint-Jores et Appeville, de ceux des Haldup.

La formation d’une portion du réseau paroissial sur les « rives de Saint-Marcouf » : l’héritage de l’abbaye de Nantus ?

  • 75 Pigeon Emile-Aubert, Textes français et latins des vies des saints du diocèse de Coutances et d’Avr (...)
  • 76 Le Maho J., 1998, p. 148.
  • 77 Lauer P., Recueil des actes de Charles III le Simple, roi de France (893-923), Paris, Académie des (...)
  • 78 Saint-Marcouf, Manche, cant. Montebourg ; Lot F., Études critiques sur l’abbaye de Saint-Wandrille (...)

35La Vita Marculfi, généralement considérée comme carolingienne (seconde moitié du IXe siècle)75, affirme que le roi Childebert Ier (511-558) concéda le fisc de Nantus à saint Marculf pour qu’il y fonde un monastère. En 858, les moines connurent un premier exil76. En 906, la communauté réfugiée à Rouen avec ses reliques, sous la protection de l’évêque de Coutances Erlebaud et de l’archevêque de Rouen, se dissout dans celle du monastère franc de Corbény77. Pourtant, les textes du XIe siècle conservent le souvenir d’une unité ancienne puisqu’ils appellent « rivage de Saint-Marcouf78 », le littoral oriental de la péninsule du Cotentin, situé en face de l’archipel homonyme.

  • 79 Lot F., Études critiques sur l’abbaye de Saint-Wandrille, op. cit., no 100, p. 166-167, 1167/1178, (...)

36Au XIIe siècle, les droits ecclésiastiques sur l’ecclesia de Saint-Marcouf étaient divisés en deux portions79, résultant de la situation féodale du siècle précédent :

  • L’une avait été tenue par un certain Hugues Pasfolet et se constituait de dîmes inféodées par le duc Guillaume le Bâtard à Robert fils d’Onfroi, souche de la famille de Beaumont, qui les transmit à l’abbaye de Saint-Wandrille80.
  • L’autre, avec le droit de nomination du recteur, passa à Saint-Vigor de Cerisy par l’intermédiaire de Guillaume de Montfiquet qui la tenait de Guillaume de Tancarville, chambellan ducal81.
  • 82 The Gesta Normannorum Ducum of William of Jumieges, Orderic Vitalis and Robert of Torigny,Van Hout (...)
  • 83 Guérard B., Cartulaire de l’abbaye de Saint-Père de Chartres, Paris, Collection des documents inédi (...)
  • 84 Dubosc F.-N., Cartulaire de la Manche. Abbaye de Saint-Lô, Saint-Lô, 1878, no iii, 1142, p. 4-5.

37Les familles de Beaumont et de Tancarville étaient liées à la famille ducale par des sœurs ou des nièces de l’épouse du duc Richard Ier à la fin du Xe siècle, Gunnor82, dont le frère, Herfast, possédait des biens patrimoniaux dans le Cotentin83. Les ducs eux-mêmes dotèrent encore longtemps leurs officiers à Saint-Marcouf84. Ainsi, deux groupes scandinaves, les Richardides (descendants de Richard Ier) et la parenté de Gunnor, s’approprièrent les droits sur l’abbaye de Nantus-Saint-Marcouf. Il est cependant impossible d’établir si la parenté de Gunnor reçut ses droits lors de l’alliance matrimoniale avec Richard Ier, ou bien si elle s’implanta dans le Cotentin péninsulaire lors de la dernière vague de colonisation scandinave.

  • 85 Fauroux M., Recueil…, op. cit., no 128, p. 301, 1040/1053 ; Fontanel J., 2003, no 340, p. 492, 1056 (...)
  • 86 Fauroux M., Recueil…, op. cit., no 129, p. 302.
  • 87 Delisle L., Berger É., Recueil des actes d’Henri II…, op. cit., t. I, no cclxxvi, p. 423-424, 1168.
  • 88 Fauroux M., Recueil…, op. cit., no 128, p. 301, 1040/1053 ; Polyptycum diocesis Constantiensis, op. (...)

38Au XIe siècle, les ducs possédaient des droits ecclésiastiques importants le long du littoral de Saint-Marcouf notamment sur les ecclesiae de Pouppeville et de Varreville (Saint-Germain et une part de Saint-Martin)85, que le duc Guillaume partagea entre Saint-Wandrille et la cathédrale de Coutances (carte 4). S’intercalant entre ces églises ducales, la famille de Beaumont possédait les églises de Foucarville86 et de Ravenoville87, tandis que celles d’Audouville et une part de Saint-Martin de Varreville étaient détenues par les domini locorum laïcs, mais acquittaient des parts de dîmes au duc puis à Saint-Wandrille88. Cette organisation était-elle héritée de l’abbaye de Nantus-Saint-Marcouf ?

  • 89 Il en existe deux autres exemples dans les diocèses d’Avranches et de Coutances avec les abbatiae (...)
  • 90 Musset L., 1982, p. 55-74.
  • 91 Lestre, Manche, cant. Montebourg ; Lot Ferdinand, Étude critiques sur l’abbaye de Saint-Wandrille, (...)
  • 92 Le culte de l’archange s’était développé à Fontenelle au VIIIe siècle (Chronique des abbés de Font (...)
  • 93 Aux XIIe-XIVe siècles, la chapelle de Lestre dépendait de la paroisse d’Englesqueville. Les droits (...)

39La désertion des cadres ecclésiastiques supérieurs lors des invasions permit aux ducs scandinaves de récupérer les droits abbatiaux et épiscopaux89. En revanche, les petits seigneurs laïcs conservèrent leurs droits sur les églises privées. Comme le pensait déjà Lucien Musset, les ducs attribuèrent aux nouvelles fondations une partie des biens des anciennes abbayes90. Mais, dans le Cotentin, cette politique fut plutôt tardive, postérieure à 1050, comme l’ont montré les inféodations de dîmes du « rivage de Saint-Marcouf » à Robert de Beaumont, ou des droits sur une portion de l’église de Saint-Marcouf à Guillaume de Montfiquet. Il ne s’agit pas non plus d’une volonté de restauration systématique des anciens droits monastiques. En effet, l’abbaye de Fontenelle, alias Saint-Wandrille, avait reçu au VIIIe siècle la villa de Lestre, au nord de Saint-Marcouf91. Les moines y fondèrent une église dédiée à saint Michel92. Or, cette église était au XIIe siècle entre des mains laïques et ne devint pas paroissiale93.

  • 94 Pour des raisons de lisibilité, les contours des paroisses représentées sont ceux proposés par l’A (...)

Carte 4 – Les droits sur les ecclesiae du « rivage de Saint-Marcouf » au milieu du XIe siècle94.

  • 95 Infra, la formation de la paroisse d’Azeville.
  • 96 À Boutteville (Manche, cant. Saint-Mère-Église), un groupe de vavasseurs abandonne progressivement (...)
  • 97 Guillaume de Montfiquet avait complété son aumône à l’abbaye de Cerisy avec deux baleinières, deux (...)
  • 98 Davies W., 1988 ; Pichot D., 2002, p. 71-72 et 75-76 ; Feller L., 2004, p. 179-185.

40Malgré ces restrictions, on peut admettre que les églises ducales correspondaient, dans bien des cas, aux anciennes églises monastiques et épiscopales. Ainsi, l’implantation des Normands aurait préservé un territoire abbatial très important, parsemé d’ecclesiae monastiques ou privées, domaniales95 ou communautaires96, payant une dîme recognitive à l’abbaye. Les formes en lanières, perpendiculaires à la côte, des paroisses du littoral ménageaient un accès à la mer pour les salines et la pêche aux cétacés97, associé à un terroir agricole, permettant la subsistance de communautés de paysans et de pêcheurs. L’ex-abbatia de Nantus-Saint-Marcouf aurait pu constituer une large communauté de fidèles, sur le modèle d’une plebs98. Mais quand les territoires paroissiaux du littoral de Saint-Marcouf furent-ils définitivement formés ?

  • 99 Azeville, Manche, cant. Montebourg ; Fauroux M., Recueil…, op. cit., no 140, p. 318, 1049/1058 : i (...)

41La paroisse d’Azeville limitrophe de Saint-Marcouf offre un cas intéressant du point de vue de la formation des toponymes, du vocabulaire des lieux habités et de l’évolution du territoire paroissial. Lors de la fondation de l’abbaye de Saint-Désir de Lisieux vers 1049/1058, Lesceline, veuve du comte d’Eu Guillaume (demi-frère de Richard II), et son fils l’évêque Hugues cédèrent « deux champs du manse d’Azelin achetés à Raoul Postlard, la terre que tenait Golbert et son frère Hugues Altarum Riparum et que possédait Azelina naguère avec le consentement de son fils Robert99 »… Le mansio Azelini, sur les rives de Saint-Marcouf, est certainement l’actuelle commune d’Azeville avant qu’elle ne devienne une paroisse autonome. Quand et comment cette mutation s’opéra-t-elle ?

  • 100 BnF, ms. lat. 17137, Cartulaire de Saint-Sauveur, no 299, f° 215 v°, 1192.
  • 101 Fontenay-sur-Mer, Manche, cant. Montebourg ; Bates D., Acta of William I¸ op. cit., no 95, p. 366, (...)
  • 102 Polyptycum diocesis Constantiensis, op. cit., p. 522J.

42À la fin du XIIe siècle, Roger d’Azeville donnait à Saint-Sauveur-le-Vicomte le fief Goher avec des biens situés dans le hameau de Sortoeville dans la paroisse de Fontenay100. L’église voisine de Fontenay-sur-Mer avait été donnée à Cerisy en même temps que Saint-Marcouf par Guillaume de Montfiquet durant le règne de Guillaume le Conquérant (1066/1087). Cette dotation comprenait : « toute la dîme et toute la terre que le clerc Ascelius tenait là [à Fontenay] et à Sotevilla101 ». Dans le pouillé de 1251, le patron de l’église d’Azeville en était le recteur lui-même102.

  • 103 Pouillés de Rouen, op. cit., p. 382E.

43Cette série d’informations permet de penser que les donations successives à Saint-Wandrille, Cerisy et Saint-Sauveur-le-Vicomte isolèrent progressivement la famille presbytérale d’Ascelius/Ascelinus dont les biens initiaux étaient constitués du manse d’Azelina, du fief de Goher ou Golbert et du hameau de Sortoeville. La famille, repliée sur le manse d’Azelina, parvint à conserver l’hérédité de sa cure jusqu’au XIIIe siècle et à ériger en paroisse ce vestige patrimonial, après 1066/1087 et avant 1192, première mention de la parochia de Fontenay. La paroisse d’Azeville n’eut qu’une existence temporaire. Elle n’apparaît plus dans le pouillé de 1332, mais figure toujours comme bénéfice dans un compte du trentième de 1351/1352103.

  • 104 Ibid., p. 522J-523A.
  • 105 Fauroux M., Recueil…, op. cit., no 128, p. 301, 1040/1053.
  • 106 Quinéville, Manche, cant. Montebourg ; Lot F., Etudes critiques sur l’abbaye de Saint-Wandrille, o (...)
  • 107 Émondeville, Manche, cant. Montebourg ; l’abbaye de Cerisy y possédait un alleutier depuis une aum (...)

44Au milieu du XIIIe siècle, la paroisse de Fontenay était constituée des fiefs de Montfiquet, de Saint-Wandrille et de Saint-Marcouf, dans lequel les abbés de Cerisy et de Saint-Wandrille se partageaient également les dîmes104. Comme l’aumône initiale de Robert de Beaumont et du duc Guillaume à Saint-Wandrille ne comprenait pas explicitement Fontenay105 et que Saint-Wandrille ne reçut pas d’autre don, on peut conclure que les habitants de la villa de Fontenay payaient encore des dîmes à Saint-Marcouf au milieu du XIe siècle. Le même raisonnement peut s’appliquer à deux autres communautés voisines : Quinéville106 et Émondeville107. Ainsi, la séparation entre les dîmaires des églises de Fontenay, Quinéville, Émondeville et Saint-Marcouf fut, elle aussi, postérieure au milieu du XIe siècle.

45Les droits seigneuriaux et féodaux sur les églises du rivage de « Saint-Marcouf » au XIe siècle étaient un héritage indirect et remodelé de l’encadrement ecclésiastique antérieur à la conquête. Les ducs et leurs parents s’étant emparés des droits ecclésiastiques abandonnés par les Bénédictins et les évêques sous l’effet des invasions, ils entrèrent dans le circuit des relations féodales. En revanche, les communautés de paysans-pêcheurs et les petits seigneurs laïcs conservèrent leurs droits sur les églises privées. Ce schéma général connut bien des nuances et mériterait d’être vérifié au cas pas cas. Les cessions de fiefs à des abbayes bénédictines furent le principal levier du processus de territorialisation amorcé après 1050. Elles constituèrent des territoires paroissiaux soit directement soit par déduction.

46Mais il ne s’agit pas d’une reconstitution systématique de la situation antérieure, aménagée par quelques redécoupages. Le réseau paroissial sur les rives de Saint-Marcouf semble autant adapté à la situation sociale du XIe-XIIe siècle qu’à l’héritage de l’abbaye de Saint-Marcouf, aux droits et aux usages anciens des communautés ainsi qu’aux contraintes géo-économiques. Ce changement de système spatial ne bouleversa pas la trame ecclésiale, mais imposa un modèle territorial au nouveau découpage paroissial.

La formation de la paroisse de Néhou : des fiefs à la paroisse

  • 108 Van Torhoudt É., 2010.
  • 109 Néhou, Manche, cant. Saint-Sauveur-le-Vicomte ; BnF, ms. lat. 10087, Cartulaire de Montebourg (XII (...)
  • 110 Musset L., 1960, p. 37-38; Bearman R., Charters of the Redvers family…, op. cit, acte no 4, p. 55-5 (...)
  • 111 Si la toponymie Nigelli hulmus témoigne d’une implantation postérieure aux invasions scandinaves, (...)
  • 112 Mauduit C., 2010.

47Vers 1100/1107, Richard de Reviers, un seigneur du Cotentin fidèle partisan du roi Henri Ier d’Angleterre, fonde une collégiale de clercs séculiers dans la chapelle de son château de Néhou108. La charte de fondation en a été conservée dans le cartulaire de Montebourg sous la forme d’une copie du XIIIe siècle (le cartulaire est généralement daté de 1274)109. Elle a été plusieurs fois éditée, notamment par Lucien Musset en 1960110. Cette collégiale était desservie par quatre chanoines et un doyen qui n’était autre que le prêtre de l’église paroissiale Saint-Georges de Néhou111. L’acte distingue clairement entre deux branches de la famille des Reviers112, les Reviers [-Vernon] et les Reviers [-d’Amfreville], dont les relations sont l’une des clés d’analyse du réseau paroissial définitif.

  • 113 Un demi-siècle après leur fondation, les chanoines tenaient une église supplémentaire dédiée à sai (...)

48Cette fondation apparaît comme une œuvre pastorale. Les églises constituent une part essentielle des revenus des trois premières prébendes. Il s’agit de fondations anciennes dont les droits ecclésiastiques étaient déjà constitués. Si la trame ecclésiale était établie, les circonscriptions paroissiales n’apparaissent pourtant pas clairement113. Trois des quatre sanctuaires sont désignés par leurs vocables, associés ou non à un toponyme, mais sans référence explicite à la dîme ou à des ressorts territoriaux (villae ou parochiae), sauf pour la villa de Néhou. La charte précise qu’il existait déjà plusieurs sanctuaires (ecclesiae) dépendant de Saint-Georges (carte 5).

  • 114 BnF ms. lat. 10087, Cartulaire de Montebourg, no 145, f° 68, 1152.

49Ensuite, lors de la consécration de l’abbatiale de Montebourg en 1152 par l’archevêque de Rouen Hugues, en présence de l’évêque de Coutances Richard, Guillaume de Vernon fils de Richard de Reviers, restaurateur de l’abbaye, lui donna l’église Sainte-Marie de Néhou avec ses dépendances, conformément à la charte de son père déposée sur l’autel de l’abbaye. Mais l’acte précise que ce don ne serait effectif « qu’après le départ des chanoines114 ».

  • 115 BnF, ms lat 10087, Cartulaire de Montebourg, no 20, f° 13, 1154/1166.
  • 116 Ibid.., no 16, f° 8, no 44, f° 25 (1157), no 50, f° 30 (1150/1179) et no 54, f° 31 ; Delisle L., B (...)

50Guillaume de Reviers [-d’Amfreville], déjà fondateur de la cinquième prébende de la collégiale, transféra avant 1154 sa moitié de l’église Saint-Georges de Néhou aux moines de Montebourg, avec la dîme de ses revenus sur la Haie de Denneville. Ainsi les deux parts étaient unifiées sous un même patron ecclésiastique. Mais, vers 1160, Richard de Reviers [-d’Amfreville] fils de Guillaume dénonça cette aumône115. Le seigneur et l’abbé installèrent alors des moines dans le nouveau prieuré de Saint-Jean de Montrond116, créé afin de faire fructifier le patrimoine forestier de l’abbaye mais aussi d’améliorer la desserte de Saint-Georges. Il était situé dans les forêts et les bois correspondant au « vieil honneur » de Néhou.

Carte 5. – Territoires ecclésiastiques et laïcs dans la région de Néhou aux XIIe-XIVe siècles.

  • 117 BnF, ms lat 10087, Cartulaire de Montebourg, no 54, f° 21.
  • 118 BnF, ms lat 10087, Cartulaire de Montebourg, no 213, f° 89, dans la marge du cartulaire, une annot (...)
  • 119 BnF, ms lat 10087, Cartulaire de Montebourg, no 50-51, f° 30-31.

51Puis, en 1181, un autre Guillaume de Reviers [-d’Amfreville], petit-fils du précédent, contesta à nouveau les droits de l’abbaye sur Montrond et Denneville117. Le seigneur laïc accorda finalement ce qu’il possédait encore dans l’église Saint-Georges de Néhou, en échange du renoncement des moines aux droits sur la chapelle de son manoir de la Bevrière ou la Beurrière118. Ainsi, il clarifiait la situation en partageant définitivement la perception des dîmes selon les deux fiefs originaux, qui ensuite devinrent les portions majeure et mineure de la paroisse de Néhou. À la fin du XIIe siècle, le recteur de Saint-Georges de Néhou réclama, au nom du droit paroissial, la dîme sur les essarts de Montrond relevant du fief de Guillaume de Reviers [-d’Amfreville]. Un premier accord conclu avec l’abbaye de Montebourg attribua aux moines deux parts de la dîme, tandis que le recteur recevrait une part119.

  • 120 Ibid., no 109, f° 53.
  • 121 Polyptychum diocesis Constantiensis, op. cit., 515AB ; Pouillé de la Province de Rouen, op. cit., (...)

52Au début du XIIIe siècle, la future paroisse de Néhou était divisée en deux ressorts ecclésiaux distincts, Sainte-Marie et Saint-Georges. En juillet 1222, lors de la fondation par Richard de Vernon de l’Hôtel Dieu de Néhou, dédié à Saint-Jean l’Évangéliste, l’évêque Hugues de Morville – dont la famille était vassale des Reviers – précise que le nouvel établissement ne devrait pas empiéter sur les droits paroissiaux des églises de Saint-Georges, Sainte-Marie et Sainte-Colombe120. Les fiefs et les portions s’identifient grâce à la part des dîmes perçue par le recteur121 :

  1. Les espaces forestiers du « vieil honneur de Néhou » constitués en prébende pour le chapelain de Sainte-Marie sont appelés « fief de Reviers » dans le pouillé de 1251 et « portion majeure » dans celui de 1332. Le recteur y percevait la totalité des dîmes. Ils correspondaient à la moitié de l’église de Saint-Georges tenue par la branche des Reviers [-d’Amfreville]. Vers l’ouest, les droits paroissiaux étaient encore très flous en raison des défrichements de la fin du XIIe siècle à Montrond et Denneville122. Après la cession aux Bénédictins, cette portion fut desservie par un moine123.
  2. La partie marécageuse de la plaine relevant de la prébende décanale du doyen de Saint-Georges de Néhou est dénommée « fief de Néhou » dans le pouillé de 1251 et « portion mineure » dans celui de 1332. Le recteur n’y percevait que la moitié des dîmes. Elle correspondait à la moitié de l’église de Saint-Georges tenue par la branche aînée des Reviers [-Vernon]. Cette portion qui avait toujours été confiée à un clerc séculier, fut desservie par un prêtre et son vicaire124.
  • 125 Après la mort de Guillaume de Vernon en 1283 ses filles Mathilde et Jeanne se partagèrent la seign (...)
  • 126 Cf. Paroisse de Bricquebosc, supra.

53Derrière la création des deux portions de la paroisse Saint-Georges de Néhou, on entrevoit l’héritage de la collégiale combiné aux intérêts des deux lignages apparentés. La structure paroissiale bipolaire, avec Saint-Georges et Sainte-Marie, respectait la dichotomie de la famille de Reviers125. La division féodale ne donna donc pas systématiquement naissance à deux paroisses distinctes126. La création de la collégiale avait permis de conserver la cohésion de l’encadrement ecclésiastique, entre les deux prébendes du doyen et de l’écolâtre, malgré le partage de la seigneurie entre les deux branches de la famille et le défrichement de la forêt.

54À Néhou, les structures territoriales féodales précédèrent la territorialisation paroissiale. Les limites de la paroisse de Néhou épousèrent celles de la seigneurie des Reviers [-Vernon]. Cette situation ne peut être généralisée. Car, comme nous l’avons vu, dans la foresta de Baupte, la seigneurie des Haldup avait été fractionnée. L’ecclesia Saint-Georges avait en effet été partagée entre deux branches de la famille de Reviers avant 1100. Mais, elle n’était pas associée à une circonscription clairement définie et le « Vieil honneur », correspondant à la partie inféodée de la seigneurie de Néhou, risquait de lui échapper. L’enjeu était donc autant ecclésiastique que féodal. La fondation de la collégiale castrale permit d’éviter cet éclatement : le doyen en était le prêtre de la réserve seigneuriale avec ses tenures en aumônes et ses revenus, ecclésiastiques ou non, tandis que les dîmes du domaine fieffé étaient attribuées à la prébende de l’écolâtre, chargé en outre de contrôler les vassaux avec le sénéchal seigneurial. Après 1152, cette action fut poursuivie conjointement par les seigneurs de Néhou de la branche des Reviers [-Vernon] et par les moines de Montebourg, leur monastère familial. La délimitation de la paroisse entraîna toutefois des résistances et des conflits, notamment avec les Reviers [-d’Amfreville].

  • 127 Pouillés de Rouen, op. cit., p. 332FG et 333AD.

55Le territoire paroissial du XIVe siècle fut formé selon les intérêts féodaux des XIIe-XIIIe siècles et le modèle paroissial territorialisé promu par les moines de Montebourg, mais à partir d’un sanctuaire initial. Le tracé définitif suivit l’hydrographie (l’Ouve, la Scye et la Saudre). Le nouveau système spatial fit disparaître toute dépendance des églises, qui constituaient les prébendes de la collégiale, à l’égard de celle de Saint-Georges. Il concentra les droits paroissiaux sur cette église et empêcha la formation d’autres paroisses à partir de l’église castrale Sainte-Marie ou des chapelles du bourg, du manoir de la Beurrière ou de Saint-Jean de Montrond. La structure finale, ménageant de multiples intérêts, était complexe, avec deux portions et pas moins de sept chapelles pour le château, le bourg, le prieuré, les Hôtels-Dieu, et les manoirs (la Roquelle et la Beurrière). Le recteur de la portion de Saint-Georges dont elles dépendaient percevait une rente sur leurs revenus (aumônes, oblations et dîmes)127.

*

  • 128 Fontanel-Deslondes J., 2008, p. 229-231.

56La marqueterie paroissiale fut le résultat des évolutions sociales, religieuses, politiques et économiques des XIe-XIIIe siècles. Le maillage serré en petites unités normalisées, telles qu’elles apparaissent dans les pouillés, fut un processus lent qui ne débuta qu’à la fin du XIe siècle et se poursuivit au long des XIIe-XIIIe siècles. Il s’agit de la mise en place d’un réseau paroissial selon des principes nouveaux mais à partir d’une trame ecclésiale dense établie dès l’époque carolingienne. On peut cependant parler d’un nouveau système territorial. La multiplication des conflits de délimitation en raison des défrichements128 à partir du XIIIe siècle prouve que la représentation territoriale de la paroisse s’était imposée.

  • 129 Hautefeuille F., 2005, p. 73-88.

57L’évolution complexe, combinant les structures héritées du passé (ecclesiae, abbatiae, villae), les contraintes géographiques et le contexte social et politique des XIe-XIIIe siècles129, fit intervenir des acteurs multiples et variables : les clercs réguliers et séculiers mais aussi les seigneurs laïcs voire les communautés d’habitants et leurs notables (les vavasseurs). Dans tous les cas, à partir de la fin du XIe siècle, l’évolution fut convergente en raison de l’arrière-plan de la réforme ecclésiastique qui a théorisé le maillage régulier et idéal, distribuant les revenus et encadrant les fidèles. L’intrusion des Bénédictins, vers 1060/1080, constitua un changement profond, car ce nouveau réseau paroissial prospéra au sein des patrimoines monastiques. En revanche, les évêques ne paraissent pas directement associés à ce processus avant le XIIIe siècle. Certes, ils approuvaient ou attestaient fréquemment les actes, mais n’en avaient pas l’initiative. Il est toutefois difficile d’évaluer leur rôle exact dans les tractations entre les différents acteurs.

58Les trois cas étudiés ont montré que le processus de territorialisation des paroisses était indissociable de la féodalisation de la société normande. Ce résultat ne fut obtenu qu’avec l’adhésion des seigneurs laïcs. Parfois, l’unité du sanctuaire fut préservée à travers la création de portions, donnant de la souplesse au système, alors que dans d’autres situations, l’unité seigneuriale fut privilégiée, ce qui explique la persistance d’une proportion importante de patronages laïcs (33,4 %). Les raisons de tels choix se rapportaient à des situations locales et conjoncturelles qui ne sont pas aisées à comprendre.

Notes

1 Dubois H., 2008, p. 13-29.

2 Gouhier P. et al., 1967, p. 8.

3 Musset L., 1953, p. 35; Id., 1954, p. 172-174; Id., 1989, p. 97-102.

4 Lauwers M., Ripart L., 2007, p. 115-171 ; Mazel F., 2008, p. 11-21 et p. 213-252.

5 Lauwers M., 2005, p. 11-32 ; Hautefeuille F., 2005, p. 73-88 ; Van Torhoudt É., 2008b, p. 363-516.

6 Fauroux M., Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Caen, Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, 1961, t. 36, no 11, p. 82-85 : In vicaria insuper quae vocatur Kelgenas concedo tibi has villas quae ita nominantur : videlicet Trelvilla, Rolvilla, Flamenovilla, […] Fegelvilla, […] Kalvilla, Benedicti villa, Nova villa, Cantapia, Geroldli villa, […] Solomonis villa, Longavilla, Brotavilla, Fagum, Brikobot, Sottevilla, Sanctus Christophorus, Seroldivilla, Stobelont, Bojorodevilla, Rodulfi villa, Masnile, Manuine, Englebertvilla, Sotenvast, Sanctus Martinus cum quatuor villis, Colecclesia, Starletof, item Engilberti villa, Virandevilla, Casuetum, Herardi villa, Bruet, Huntolf, Tobec Wast, Fraxinus, Beroldwast, Reginavilla, […] Ketevilla, XVII ecclesiae, XV quoque molendine, cum terris cultis et incultis, aquis, aquarumve, decursibus, pratis, pascuis, sylvis et quicquid inibi pertinere videtur. Concedo insuper tibi jure proprio et familia mea quingentos utriusque sexus.

7 Musset L., 1942-1945, p. 28-29 et en particulier p. 55-57 pour le diocèse de Coutances.

8 Musset L., 1988, p. 54-55 et p. 62-63 ; Louise G., 1976, p. 5-102.

9 Lemarignier J.-Fr., 1974, p. 386-394.

10 Ibid., p. 392-394.

11 Douglas D. C., 1958, p. 89; Chibnall M., 1995, p. 279-285; Spear D., 1995, p. 81-102.

12 Aubrun M., 1986.

13 Beaurepaire (de) F., 2008, p. 30-45.

14 Musset L., 1985, p. 426.

15 Domjean, Beuvrigny, Fourneaux, Manche, cant. Tessy-sur-Vire ; Musset Lucien, 1979, p. 69-70 et p. 75.

16 Louise G., 1990, t. 1, p. 41-95 ; Jarry T., 1999, p. 8-31 ; Levalet D., 2010, p. 181-231.

17 Dubois H., 1992, p. 117-129.

18 Sur la genèse de ce modèle historiographique, voir Iogna-Prat D., Zadora-Rio É., 2005, p. 5-10.

19 Musset L., 1946-1947, p. 146-147.

20 Pouillés de la Province de Rouen,Longnon Auguste (éd.), Paris, Recueil des historiens de la France, Pouillés, t. 2, Klincksieck, 1903, p. 312-317.

21 Arnoux M., Maneuvrier C., 2003, p. 6-9.

22 Lorren C., 1982, p. 251-176.

23 Le Maho J., 1977, p. 171 ; synthèse récente Jarry T., 2002, p. 319-363.

24 Boüard (de) M., 1957, p. 1-22 ; Dold R., 1978, p. 95-116 ; D. Bates, 1982, n. 12, p. 229 ; Jarry T. 1999, p. 8-31.

25 Dudon de Saint-Quentin, De gestis Normanniae ducum seu de moribus et actis primorum Normanniae ducum,Lair Jules (éd.), Caen, Mémoire de la Société des Antiquaires de Normandie, t. 23, 1865, p. 239-246.

26 Lifshitz F., 1998, p. 523.

27 Certains auteurs avaient pourtant diagnostiqué une situation particulièrement dégradée de l’Église dans le diocèse de Coutances : Musset L., 1959, t. I, p. 57-66 ; Chibnall M., 1995, p. 284, d’après le « De statu hujus ecclesiae ab anno 836 ad 1093 » ou Gesta Gaufridi, Gallia christiana, t. XI, Instrumenta ecclesiae Constantiensis, col. 219D ; Fontanel J., 2003, p. 55-57.

28 Rauville-la-Bigot, Manche, cant. Bricquebec ; Sotteville, Manche, cant. Les Pieux.

29 Polyptycum diocesis Constantiensis,Delisle Léopold (éd.), Recueil des Historiens de la France, t. 23, p. 527.

30 Fauroux M., Recueil…, op. cit., no 99, p. 255.

31 En 1251, Guillaume de Tollevast était reconnu comme le patron de l’église de Sotteville au nom de sa femme Plaisance du Buisson (Polyptycum diocesis Constantiensis, op. cit., p. 526 ; Delisle L., « Les cartulaires de la Baronnie de Bricquebec », Annuaire du département de la Manche, 71e année, 1899, p. 19 ; Les cartulaires de Saint-Ymer en Auge et de Bricquebec,Bréard C. (éd.), Rouen, Société de l’histoire de Normandie, 1908, no 55). En 1283, Plaisance du Buisson, devenue veuve, renonça à ses droits en faveur de son seigneur Robert Bertran, sorti vainqueur d’un procès contre l’abbaye de Cerisy à propos de cette église. En 1332, un Robert Bertran est toujours patron de cette église (Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 314EF).

32 Van Torhoudt É., 2008a, p. 90-120.

33 Baudot M., 1979, p. 49.

34 Musset L., 1988, p. 57-58.

35 Arnoux M., 2003a, p. 417-430; Id., 1996, p. 325-357.

36 Bates D., Regesta Regum Anglo-Normannorum. The Acta of William I (1066-1087), Oxford, Calrendon Press, 1998, no 202, p. 638-639, 27 décembre 1080.

37 Delisle L., 1867, PJ, no 45-48.

38 Le Rozel, Manche, cant. les Pieux ; Delisle L., 1867, PJ, no 48, p. 62, 1132/1138.

39 Beaubigny, Manche, cant. Barneville-Carteret ; Arch. dép. Calvados, F 5803, p. 260 ; musée des beaux-arts de Caen, Fonds Mancel, ms. 296, no 30, p. 97 (1229).

40 Polyptycum diocesis Constantiensis, op. cit., p. 527B ; Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 312CDE.

41 Fauroux M., Recueil…, op. cit., no 49, p. 161.

42 Delisle L., 1867, PJ, no 48, p. 59-61 ; Polyptycum diocesis Constantiensis, op. cit., p. 527C.

43 Fauroux M., Recueil…, op. cit., no 23, p. 109, 1017/1020.

44 Haskins C. H., Norman Institutions, Cambridge, Harvard University Press, 1918, p. 102, no 14, 1108/1135.

45 BnF, ms. lat. 5441, Marmoutier, t. I, no 26, p. 198.

46 Psalmonville, Manche, cant. Les Pieux, comm. Bricqueboscq ; BnF, ms. Lat. 17137, cartulaire de Saint-Sauveur, no 178, f° 148 v°, 1135-1155 ; Chiffrevast, Manche, cant. Valognes, comm. Tamerville.

47 Delisle L., Berger É., Recueil des actes d’Henri II roi d’Angleterre et duc de Normandie concernant les provinces françaises et les affaires de France, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, coll. Chartes et diplômes relatifs à l’histoire de France, 1909-1927, t. II, no dxv, p. 75-79, 1175-1178.

48 Le pouillé coutançais de 1332 signale une capella dans la paroisse de Bricqueboscq (Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 316AB).

49 Zadora-Rio É., 2005, p. 15-23.

50 Lessay-Sainte-Opportune, Manche, ch.-l. cant.; Bates D., Acta of William I, op. cit., no 175, p. 577-584.

51 Ibid., p. 581, 14 juillet 1080: Ricardus qui vocatur Turstinus Haldup cum Anna uxore sua, Eudoque filius eorum in honore summe et individue Trinitatis et Sancte Mariae virginis, aecclesiam fieri constituerunt […] in Constantino pago, in villa que dicitur Sancte Opertune, in qua regulariter Deo servirint monachi […]. In villa que appelatur Sancte Opertune, in qua sita est eadem aecclesia, et in maisnilis que ad illam villam pertinebant, dederunt partem suam, in ecclesiis, in silvis, in terris. […] Et illam partem quam habebant in Urmivillam et Angarvillam et in aliis maisnilis que ad Urmivillam pertinebant, in ecclesiam, in silvis, in terris […]. Et partem quam habebant in ecclesiam Sancti Georgii que sita est in Tummavilla, cum rectis decimationibus et cum aliis rebus que ad illam aecclesiam pertinebant de lucris et de aliis exitibus de illo manere. […] Et aecclesiam de Cuneis cum rectis decimationibus et aliis rebus que illie ecclesie pertinebant, et de omnibus exitibus de illo manere. […] Et in Apamvillam et in Osulfivillam et aliis maisnilis que ad Apamvillam pertinebant, omnem partem quam ibi habeant in aecclesiam, et in silvis, et in terris […]. Et de ecclesia Beati Georgii illam partem quam habebant cum omnibus consuetudinibus sibi pertinentibus. Et ecclesiam de Sancta Susanna cum consuetudinibus sibi pertinentibus. Et de ecclesia Beati Erblandi illam partem quam ibi habebant. Et de foresta illorum de Balteis omnes ecclesias et rectam decimationem intra parcum et extra illius foreste.

52 Ourville et Varreville, Manche, cant. Barneville-Carteret, comm. Saint-Lô-d’Ourville.

53 Saint-Georges-de-la-Rivière, Manche, cant. Barneville-Carteret.

54 Coigny, Manche, cant. la Haye-du-Puits.

55 Appeville, Manche, cant. la Haye-du-Puits ; Ozeville, Manche, cant. la Haye-du-Puits, comm. Mobecq.

56 Saint-Jores, Manche, cant. Périers.

57 Sainte-Suzanne-en-Bauptois, Manche, cant. la Haye-du-Puits, comm. Prétot-Sainte-Suzanne ; Saint-Erbland, Manche, cant. Périers, comm. le Plessis-Lastel.

58 Baupte, Manche, cant. Périers.

59 Une part de cette église appartenait au comte Guillaume de Mortain qui la donna aux chanoines de Saint-Evroult (Bates D., Acta of William I, op. cit., no 215, p. 684, vers 1100 ; Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 326ABC).

60 Cette église fut donnée par Richard et Thomas Avenel, hommes du comte de Mortain, à l’abbaye de Blanchelande en 1157 (Delisle L., Berger É., Recueil des actes d’Henri II…, op. cit., t. I, no xxxiv, p. 135-136 ; musée des beaux-arts de Caen, Fonds Mancel, ms. 296, f° iii, 1180/1190).

61 Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 327F.

62 D’ailleurs la villa de Tummeville, ne donna pas son nom à la paroisse qui deviendra Saint-Georges-de-la-Rivière (Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 336F).

63 Les églises de Laulne et de Lastelle entrèrent complètement dans le patrimoine de l’abbaye de Lessay entre 1126 et 1139, avec l’aumône de Guillaume d’Aubigny, bouteiller d’Henri Ier et comte de Sussex (Arch. dép. Calvados, F 5803, f° 283v°). Puis, l’abbaye transmit celle de Laulne au chapitre de la cathédrale de Coutances en juillet 1222 en échange des droits canoniaux pour son abbé (Fontanel Julie, 2003, no 328, p. 472-473 ; Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 323BC).

64 Le duc Richard III avait donné à son épouse Adèle, le pagus Balteis (Fauroux Marie, Recueil…, op. cit., no 58, p. 180-182, 1026/1027). Puis, l’église Notre-Dame de Baupte fut transférée par Guillaume le Conquérant à Saint-Etienne de Caen (Musset Lucien, Les actes de Guillaume le Conquérant et de la reine Mathilde pour les abbayes caennaises, Caen, Mémoire de la Société des Antiquaire de Normandie, t. 27, 1967, no 4A, p. 61, 1066/1077).

65 Bouvris J.-M., 2009, p. 56-59.

66 De sancto Hermelando abbate Antrensi in Gallia, Acta Sanctorum, Paris-Rome, 1863-1887, 25 mars, t. III, § 24, p. 579 ; Brunterc’h J.-P., 1983, p. 8-9. Cette église est dite juxta le manoir du Plessis en 1126 (Johnson C., Cronne H. A., Regesta Henrici Primi 1100-1135, Oxford, Regesta regum Anglo-normannorum 1066-1154, 1956, no clxxvii, p. 353.). Puis, elle est qualifiée d’ermitage en 1186 (Gallia Christiana in provincias ecclesiasticas distributa, t. XI, Paris, 1874, Instrumenta ecclesiae Constantiensis, no xxiii, col. 245-250). Le manoir du Plessis appartenait en 1080 à Eudes Haldup (Bates David, Acta of William I, op. cit., no 175, p. 582). Son église dédiée à Saint-Quirin devint le siège d’une paroisse dont dépendait le prieuré Saint-Ermeland au XIVe siècle (Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 327F).

67 Louise G., 1990, t. I, p. 59-68 et p. 84-87 ; Arnoux M., 2003b, p. 124-128 ; Id., 2000, p. 112-119.

68 Bates D., Acta of William Ir, op. cit., no 175, p. 582 : Et de illa foresta dederunt aecclesie per illum locum per quem intrat carraria de Astella [Le Plessis-Lastelle, Manche, cant. Périers] in boscum recte usque ad spinam de Monte castro [Mont-Castre, Manche, cant. la Haye-du-Puits, comm. Lithaire], et de hac supradicta divisione illam forestam que est deversus Gerivillam [Guerville, Manche, cant. la Haye-du-Puits] per tales divisiones per quales tenebant contra suos participes […] rectas decimationes de sua parte de manere que appellatur Plesseiz, et de omnibus exitibus illius manere.

69 Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 325C.

70 Delisle L., Berger É., Recueil des actes d’Henri II…, op. cit., t. I, no xxxiv, p. 135-136.

71 Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 327D.

72 Musset L., Les actes pour les abbayes caennaises…, op. cit., no 7, p. 74.

73 Haas C. (de), 2008, p. 142-157.

74 L’abbaye Saint-Étienne de Caen bénéficiait d’une large exemption au nord du Bauptois (Musset L., Les actes pour les abbayes caennaises…, op. cit., no 19, p. 125, 1089/1093 ; Lemarignier J.-F., 1937, p. 299).

75 Pigeon Emile-Aubert, Textes français et latins des vies des saints du diocèse de Coutances et d’Avranches, Avranches, 1898, t. II, p. 101 ; Baedorf Balthazar, Untersuchungen über Heiligenleben des westlichen Normandie, Bonn (Universitäts-Buchdrukerei und Verlag), 1913, p. 42.

76 Le Maho J., 1998, p. 148.

77 Lauer P., Recueil des actes de Charles III le Simple, roi de France (893-923), Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1940-1949, no liii, p. 114.

78 Saint-Marcouf, Manche, cant. Montebourg ; Lot F., Études critiques sur l’abbaye de Saint-Wandrille, Paris, Bibliothèque de l’École des hautes études, t. 240, 1913, no 18, p. 60.

79 Lot F., Études critiques sur l’abbaye de Saint-Wandrille, op. cit., no 100, p. 166-167, 1167/1178, accord entre Saint-Wandrille et Cerisy à propos de l’église de Saint-Marcouf rappelant un accord de 1120 (ibid., no 60, p. 115) : Cerisy obtenait la présentation et la collation du recteur ainsi que le cimetière, avec les menues dîmes (lin, laine, agneaux) contre une rente ; Saint-Wandrille recevait l’emplacement d’une grange, 4 bourgeois avec leurs tenures, 8 acres de terre et une saline. Dans le pouillé de 1332, le patron est l’abbaye de Cerisy qui partage la dîme avec Saint-Wandrille (Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 305EF).

80 Fauroux M., Recueil…, op. cit., no 128, p. 301, 1040/1053. Les Beaumont étaient enracinés localement (ibid., no 129, p. 301-302, 1046/1053).

81 Montfiquet, Calvados, cant. Balleroy; Bates D., Acta of William I, op. cit., no 95, p. 366, 1066/1087. La famille de Tancarville possédait d’autres biens dans ce secteur, comme Saint-Floxel et Vaudinville (Johnson C., Cronne H. A., Regesta Henrici Primi, op. cit., no lxxv, p. 326; Bearman R., Charters of the Redvers family and the earldom of Devon 1090-1217, Exeter, Devon and Cornwall Record Society, New Series t. 37, 1994, no 5, p. 57-59).

82 The Gesta Normannorum Ducum of William of Jumieges, Orderic Vitalis and Robert of Torigny,Van Houts E. M. C. (éd.), Oxford, Oxford Medieval Texts, 1998, viii-36/37, t. II, p. 266-275.

83 Guérard B., Cartulaire de l’abbaye de Saint-Père de Chartres, Paris, Collection des documents inédits sur l’histoire de France, 1840, t. I, p. 108, 1022/1028.

84 Dubosc F.-N., Cartulaire de la Manche. Abbaye de Saint-Lô, Saint-Lô, 1878, no iii, 1142, p. 4-5.

85 Fauroux M., Recueil…, op. cit., no 128, p. 301, 1040/1053 ; Fontanel J., 2003, no 340, p. 492, 1056/1066 ; Pouillés de la province de Rouen, op. cit., p. 304ABC.

86 Fauroux M., Recueil…, op. cit., no 129, p. 302.

87 Delisle L., Berger É., Recueil des actes d’Henri II…, op. cit., t. I, no cclxxvi, p. 423-424, 1168.

88 Fauroux M., Recueil…, op. cit., no 128, p. 301, 1040/1053 ; Polyptycum diocesis Constantiensis, op. cit., p. 523F.

89 Il en existe deux autres exemples dans les diocèses d’Avranches et de Coutances avec les abbatiae de Saint-Pair et de Portbail.

90 Musset L., 1982, p. 55-74.

91 Lestre, Manche, cant. Montebourg ; Lot Ferdinand, Étude critiques sur l’abbaye de Saint-Wandrille, op. cit., p. xxi-xxii, no 58 ; Chronique des abbés de Fontenelle (Saint-Wandrille),Pradié L.-P. (éd.), Paris, Les classiques de l’histoire de France au Moyen Âge, 1999, c. vii, p. 92-93, 743/744.

92 Le culte de l’archange s’était développé à Fontenelle au VIIIe siècle (Chronique des abbés de Fontenelle,Pradié L.-P. [éd.], op. cit., c. vi-5 et 6, p. 86-89) et l’église paroissiale de Saint-Wandrille lui était dédiée (Fauroux M., Recueil…, op. cit., no 234, p. 452, 1082/1087).

93 Aux XIIe-XIVe siècles, la chapelle de Lestre dépendait de la paroisse d’Englesqueville. Les droits de présentation et de dîmes de cette paroisse – sauf ceux de la chapelle Saint-Michel de Lestre – étaient tenus en fief de Guillaume Avenel (Octeville-l’Avenel, paroisse limitrophe de Lestre) par Eudes de Lestre (Arch. dép. Manche, Inventaire de la série H, t. I, Abbaye de Blanchelande, H. 212 (détruit) ; Arch. dép. Calvados, F. 5276, 1195-1200). En 1213, Eudes de Lestre fit l’aumône de ses droits sur l’église d’Englesqueville, qu’il tenait « féodalement et héréditairement », à l’abbaye de Blanchelande (Musée des Beaux-Arts de Caen, Fonds Mancel, ms. 296, no 22, p. 15).

94 Pour des raisons de lisibilité, les contours des paroisses représentées sont ceux proposés par l’Atlas historique de Normandie. Elles ne correspondent pas à celles du milieu du XIesiècle.

95 Infra, la formation de la paroisse d’Azeville.

96 À Boutteville (Manche, cant. Saint-Mère-Église), un groupe de vavasseurs abandonne progressivement tous ses droits sur l’église Saint-Hermeland, en faveur de l’abbaye de Saint-Sauveur-le-Vicomte : Richard prêtre de Saint-Sauveur, Guillaume frère de Guernac et Godefroi de Grocei (BnF, ms. Lat. 17137, cartulaire de Saint-Sauveur, no 12 ; Delisle L., 1867, no 45) ; Hervé prêtre, Robert fils d’Hugues, Raoul fils de Roger, Raoul fils de Sibort, Robert fils de Grentonis vavasseurs de Boutteville (BnF, ms. Lat. 17137, cartulaire de Saint-Sauveur, no 97, f° 92) ; Renouf le Boteler (BnF, ms. Lat. 17137, cartulaire de Saint-Sauveur, no 124, f° 112 v°). Enfin, une dernière part fut donnée au monastère de Saint-Lô par Jean de Campellis (Dubosc F.-N., Abbaye de Saint-Lô, op. cit., no v, p. 7-9, 1175).

97 Guillaume de Montfiquet avait complété son aumône à l’abbaye de Cerisy avec deux baleinières, deux salines, deux îles et des droits sur la pêche (Bates David, Acta of William I, op. cit., no 95, p. 366-367).

98 Davies W., 1988 ; Pichot D., 2002, p. 71-72 et 75-76 ; Feller L., 2004, p. 179-185.

99 Azeville, Manche, cant. Montebourg ; Fauroux M., Recueil…, op. cit., no 140, p. 318, 1049/1058 : item duos hospites in Varetvilla, in ripartorium Sancti Marculfi quos tenet Rotbertus, duosque agros patri a Radulfo Postlart emptos ad mansionem Azelini, terram quam tenuit Golbertus fraterque Hugo Altarum Riparum, quam modo possidet Azelina, annuente Roberto ejus filio…

100 BnF, ms. lat. 17137, Cartulaire de Saint-Sauveur, no 299, f° 215 v°, 1192.

101 Fontenay-sur-Mer, Manche, cant. Montebourg ; Bates D., Acta of William I¸ op. cit., no 95, p. 366, 1066/1087 : et ecclesiam de Fonteneil cum tota decima et totam terram quam Ascelius clericus ibi et in Sotevilla tenuit…

102 Polyptycum diocesis Constantiensis, op. cit., p. 522J.

103 Pouillés de Rouen, op. cit., p. 382E.

104 Ibid., p. 522J-523A.

105 Fauroux M., Recueil…, op. cit., no 128, p. 301, 1040/1053.

106 Quinéville, Manche, cant. Montebourg ; Lot F., Etudes critiques sur l’abbaye de Saint-Wandrille, op. cit., no 72, p. 128, 6 mars 1142 : les moines possédaient deux gerbes de dîme sur les vavassories de Quinéville ; Polyptycum diocesis Constantiensis, op. cit., p. 521F.

107 Émondeville, Manche, cant. Montebourg ; l’abbaye de Cerisy y possédait un alleutier depuis une aumône ducale (Fauroux M., Recueil…, op. cit., no 99, 1042) ; Polyptycum diocesis Constantiensis, op. cit., p. 522H.

108 Van Torhoudt É., 2010.

109 Néhou, Manche, cant. Saint-Sauveur-le-Vicomte ; BnF, ms. lat. 10087, Cartulaire de Montebourg (XIIIe siècle), no 144, f° 67-68.

110 Musset L., 1960, p. 37-38; Bearman R., Charters of the Redvers family…, op. cit, acte no 4, p. 55-57.

111 Si la toponymie Nigelli hulmus témoigne d’une implantation postérieure aux invasions scandinaves, la dédicace à saint Georges de la première église, pourrait renvoyer à une fondation ecclésiale carolingienne, en relation avec le récit de l’échouage des reliques du saint à Portbail au milieu du VIIIe siècle (Gesta Sanctorum Patrum Fontanellensis coenobii,Lohier F., Laporte J. [éd.], Rouen, Société d’histoire de la Normandie, 1936, c. x-2, p. 72-76).

112 Mauduit C., 2010.

113 Un demi-siècle après leur fondation, les chanoines tenaient une église supplémentaire dédiée à saint Martin, s’ajoutant à celle de Sainte-Colombe, dans la villa de Golleville (BnF, ms lat 10087, Cartulaire de Montebourg, no 37, f° 19,1157 ; ibid., no 44, f° 25 ; ibid. no 55, f° 32). Nous ne savons ni à quelle prébende elle était rattachée, ni même comment elle entra dans le patrimoine de la collégiale : soit par une aumône supplémentaire ; soit par déduction du ressort de l’église Sainte-Colombe. Cela pourrait témoigner de l’œuvre des chanoines en matière d’organisation paroissiale.

114 BnF ms. lat. 10087, Cartulaire de Montebourg, no 145, f° 68, 1152.

115 BnF, ms lat 10087, Cartulaire de Montebourg, no 20, f° 13, 1154/1166.

116 Ibid.., no 16, f° 8, no 44, f° 25 (1157), no 50, f° 30 (1150/1179) et no 54, f° 31 ; Delisle L., Berger É., Recueil des actes d’Henri II…, op. cit., t. II, no dlxx, p. 150.

117 BnF, ms lat 10087, Cartulaire de Montebourg, no 54, f° 21.

118 BnF, ms lat 10087, Cartulaire de Montebourg, no 213, f° 89, dans la marge du cartulaire, une annotation précise « la Beurrière d’Amfreville ».

119 BnF, ms lat 10087, Cartulaire de Montebourg, no 50-51, f° 30-31.

120 Ibid., no 109, f° 53.

121 Polyptychum diocesis Constantiensis, op. cit., 515AB ; Pouillé de la Province de Rouen, op. cit., 332FG-333AD.

122 BnF, ms lat 10087, Cartulaire de Montebourg, no 50 à 53, f° 30-31 ; ibid., no 20, f° 13, 1160 ; ibid., no 54, f° 21, vers 1200 ; ibid., no 213, f° 89 ; ibid. no 112, f° 54, 1181/1204 ; ibid., no 44, f° 25, 1157/1165.

123 BnF, ms lat 10087, Cartulaire de Montebourg, no 20, f° 13, 1154/1165.

124 BnF, ms lat 10087, Cartulaire de Montebourg, no 83, f° 45, 1179/1193 ; ibid., no 111, f° 53.

125 Après la mort de Guillaume de Vernon en 1283 ses filles Mathilde et Jeanne se partagèrent la seigneurie. La part dite de la Châtellenie correspondant au « fief de Néhou » et celle dite de l’Angle correspondant au « fief de Reviers » (BnF, nouv acq fr 10682 ; Lebredonchel M., 1835, p. 42-43 et p. 62 et suiv.).

126 Cf. Paroisse de Bricquebosc, supra.

127 Pouillés de Rouen, op. cit., p. 332FG et 333AD.

128 Fontanel-Deslondes J., 2008, p. 229-231.

129 Hautefeuille F., 2005, p. 73-88.

Table des illustrations

Légende Carte 1. – Le douaire de Judith vers 1003.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133077/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Carte 2 – Les villae dans la viacaria de Kelgenas.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133077/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Carte 3. – Les ecclesiae dans la foresta de Baupte.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133077/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Carte 4 – Les droits sur les ecclesiae du « rivage de Saint-Marcouf » au milieu du XIe siècle94.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133077/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Carte 5. – Territoires ecclésiastiques et laïcs dans la région de Néhou aux XIIe-XIVe siècles.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133077/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540