Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La paroisse, communauté et territoire

 | 
Bernard Merdrignac
, 
Daniel Pichot
, 
Georges Provost
, 
et al.

Troisième partie. La paroisse médiévale : construction du territoire

Les premières plebes d’Armorique. Le soin des âmes et l’administration des corps

Soazick Kerneis

Résumé

In Brittany, the toponomy points at the frequency of place-names in “plou” which has no equivalent in the other parts of France. These specific toponyms have been the topic of great controversial dispute. Are these plou a secular or a religious institution? And are they linked to the British settlement of Brittany? For a part of the historiography since XIXth century, they have been connected to the second British migration so that the first plou were dated of the period after 500. But as Gildas Bernier emphasized, there is a strong parallel between the Italian pievi in the Alpine valley and the Breton plou so that the two institutions must be studied together.
This paper tries to follow this suggestion with the hypothesis that the Breton plou, like the Italian pieve, date back to late Roman Antiquity. It was a time when the Roman Empire had to manage the establishment of barbarian communities. At the end of the fourth century and in the first half of the fifth century, some rural communities, not yet well romanized and with strong traditions, received a sort of privilege: as specific communities, they enjoyed a peculiar form of government with self-rule. Their principes have got a delegation from the imperial administration and are recognized as warrants of the population they must care about. The religious framework is also quite specific, with local priests under the control of an episcopus Britannorum. The conclusion would be that the plou is not a Breton institution but rather an institution of the Late Empire which intend to set a government of rural communities by means of a larger autonomy. It is the same solution which has been applied in the north of Italy and in Brittany, but in different contexts the applications are not quite similar.

Texte intégral

  • 1 Cette contribution reproduit (avec l’accord gracieux du CIRDoMoC que nous remercions) une communic (...)
  • 2 Là aussi, beaucoup de littérature : cf. Nicolet, 2006.
  • 3 Voir ainsi, Geary, 2004. Cf. aussi la présentation de Poly, 2009, p. i-xvi.
  • 4 Tonnerre, 1994, p. 207, la présente « comme une des institutions les plus originales de l’Armorique (...)

1Si l’enquête sur l’identité nationale fait long feu aujourd’hui, la question des origines de la France n’en mérite pas moins d’être posée. Le débat n’est pas récent et dès le XVIe siècle, la recherche des origines battait son plein. La question, angoissée, répondait au malaise collectif. Il fallait brandir le passé national pour l’opposer à l’envahissante Antiquité. Ronsard s’en allait chercher Francus sur les rives d’Orient, tandis que Guillaume Postel chantait la « primauté de la gent gallique1 ». La controverse, toute politique, perdure aux siècles suivants, germanistes et romanistes faisant du critère racial la clé du développement des institutions de la France2. Le débat continue aujourd’hui, propice aux manipulations idéologiques, piège dangereux dans le contexte des nationalismes et des communautarismes. Face aux reconstitutions de l’histoire qui visent à légitimer d’abusives revendications, une certaine historiographie s’emploie à démontrer la vacuité du mythe de l’autochtonie3. Le premier enseignement de l’histoire est pourtant celui de l’interaction des cultures dans l’Europe post-romaine. Nous voulons à notre tour apporter notre modeste contribution à cette démonstration. L’histoire de l’Armorique s’y prête, avec l’exemple d’une institution longtemps pensée comme typiquement bretonne, la plou, dont nous entendons montrer qu’elle est le fruit de traditions diverses4.

  • 5 Le terme plebs apparaît certes outre-Manche, avec le gallois plwyf et le cornique plu, mais ces em (...)
  • 6 Largillière, 1995, p. 245-246, après avoir cité la définition de Dom Le Pelletier, affirme : « Le m (...)
  • 7 La méthode de Largillière, p. 227-230 a été reprise et appliquée à d’autres évêchés : Couffon, 194 (...)

2Les formations en plou sont profondément enracinées dans l’espace armoricain5. Le Dictionnaire de la langue bretonne de Dom Le Pelletier donne la définition suivante : « Plou est proprement une multitude d’habitants d’un canton champêtre, divisé en quantité de villages et maisons particulières. » Comme l’a souligné René Largillière, le terme désigne donc l’ensemble du territoire paroissial, ce qui constitue une différence essentielle avec la paroisse française, dépourvue, dans la langue populaire, de nom propre et désignée d’après celui du chef-lieu6. Un territoire qui correspond de plus à une unité géographique nettement délimitée mais dont l’étendue est très variable, les paroisses côtières étant souvent plus exiguës que celles de l’intérieur7.

  • 8 Sur les différentes thèses exprimées à propos de la question, Bernier, 1982, p. 29-33.
  • 9 État de la question inGalliou, Jones, 1993, p. 120-121. Merdrignac, 2003, p. 113-115.
  • 10 Tanguy, 1981, p. 134-155 recense les saints éponymes des noms en plou et montre que sur 105 éponyme (...)
  • 11 Bernier, 1982, p. 29-33 distingue deux sortes de plou, certaines, établies dans d’anciens vici, don (...)
  • 12 Pape, 1978, p. 223-226 note l’établissement méthodique de plou le long des voies romaines. Pour le (...)

3La nature des plou a longtemps prêté à discussion8. La Borderie, dans la perspective d’une émigration bretonne animée par des chefs tribaux, y voyait une institution civile correspondant au territoire dans lequel s’était installé le clan. Cette position fut combattue par Joseph Loth qui affirma la conception ecclésiastique de la plou, thèse reprise ensuite par Largillière pour qui les plou sont l’œuvre de prêtres gallois passés en Armorique, non pour y convertir une population déjà chrétienne, mais pour y organiser le culte dans le cadre de circonscriptions dont ils sont éponymes. Sa conception suscite un certain nombre d’objections9. Comment expliquer que la majorité des saints éponymes ne soient pas restés les patrons de leurs paroisses et qu’un nombre important de plou ne soient pas formés sur un nom de personne, tels les Plougastel, Ploumoguer, Ploumagoar10 ? Qui plus est, comme y invite la toponymie, il faut évidemment distinguer les Plounevez d’autres formations manifestement plus anciennes, telles Plougastel, qui, selon le dernier état de la recherche, remonteraient à l’époque romaine11. L’établissement réfléchi de plou le long des voies romaines a d’autre part été souligné tant dans le Vannetais, que dans le Bas Tréguier, ce qui laisserait supposer des impératifs militaires12.

4Ce sont les premières plou qui, seules, nous retiendront ; nous tenterons de montrer que leur fondation remonte à la fin de l’Empire romain et s’inscrit dans une politique plus générale concédant une certaine autonomie à des groupes de population difficiles à encadrer tant du point de vue religieux que du point de vue administratif.

5Pour comprendre ces origines, il faut reprendre le dossier de l’immigration bretonne en Armorique, souligner qu’il s’agit en grande partie, non d’une immigration spontanée mais du déplacement de populations, organisé par l’Empire romain, plus précisément par l’armée romaine. Les groupes concernés sont issus des populations frontalières de l’Empire et constituent des communautés marginalisées, volontairement exclues du droit romain, privées de toute autonomie et soumises à l’arbitraire du commandement militaire (« Des populations militaires marginalisées »). Cependant, sous la pression des circonstances, l’ampleur de l’insurrection bagaude, l’Empire va être contraint de reconnaître un certain nombre de droits aux Bretons d’Armorique, au premier chef, celui de s’administrer (« La révolte bagaude »). C’est de cette forme particulière d’administration, que naîtra la plou (« L’administration des Bretons d’Armorique »).

Des populations militaires marginalisées

  • 13 Fleuriot, 1980. Chédeville, Guillotel, 1984.
  • 14 Kerneis, 2009, p. 377-399.
  • 15 Sur ces textes et leur commentaire dans la perspective de l’émigration bretonne, nous nous permett (...)

6Léon Fleuriot avait insisté sur l’importance des flux de population entre l’île de Bretagne et l’Armorique, ainsi que sur leur étalement dans le temps. Il avait également souligné le contexte militaire de cette immigration bretonne et montré qu’elle n’affectait pas la seule Armorique, puisque des unités bretonnes se retrouvaient jusque sur le limes de Germanie13. De fait, il nous semble que les déplacements des Bretons doivent être replacés dans le contexte plus général de la politique frontalière de l’Empire romain. Depuis le IIe siècle, Rome a systématisé la pratique de la déportation. Les prisonniers de guerre, levés chez les tribus frontalières, étaient transportés et établis ailleurs sur des terres publiques, dans des régions stratégiques pour la défense de l’Empire14. Tel avait été le cas aux IIe et IIIe siècles pour les populations des Basses Terres d’Ecosse, déportées en Germanie supérieure sur le limes. Aux IVe et Ve siècles, la pratique s’intensifie et les triades galloises conservent le souvenir de ces départs, funestes pour le devenir de l’île. Elles racontent qu’il y avait eu trois aryanllu, trois armées parties à la suite de trois candidats au pouvoir, entre le milieu du IVe et le début du Ve siècle. Le premier départ avait été celui organisé par Arbogast, lors de l’usurpation de Magnence. Le deuxième par Maxen Wledig, l’usurpateur Magnus Maximus, en 383. Le troisième était parti « à la poursuite des Césariens chassés de cette île », c’est-à-dire après le départ des dernières légions retirées par Stilichon en 398. Ce sont les levées opérées par Constantin en 407. À trois reprises, les usurpateurs avaient donc levé des hommes, surtout au Pays de Galles, parmi les communautés militaires que les généraux romains y avaient installées, des réserves d’hommes, anciens prisonniers de guerre Pictes ou Scots15.

  • 16 Kerlouégan, 1995, insiste sur la culture classique de Gildas et son attachement à l’Empire comme id (...)

7Les départs furent définitifs. Gildas déplore que la Bretagne ait été privée de ses forces militaires, de ses chefs, de sa jeunesse vigoureuse, disparue avec Maxime16. Au IXe siècle, l’Historia Brittonum, attribuée au Gallois Nennius, affirme que Maxime

« ne voulut point renvoyer les soldats qui partirent avec lui vers leurs épouses, leurs enfants et leurs propriétés mais il leur donna beaucoup de régions depuis le lac qui est au sommet du Montjoux (Mons Iovis) jusqu’à la cité appelée Cantguic et jusqu’au sommet occidental (id est cruc Ochidient). Ceux-ci sont les Bretons armoricains et jamais ils ne sont retournés jusqu’à aujourd’hui ».

  • 17 Sur ce texte et l’état de la question quant aux différentes localisations, Merdrignac, 2003, p. 10 (...)

8Selon Léon Fleuriot, le Cruc Ochidient, « le tertre d’Occident » est le Menez Hom, Cantguic est Quentovic, Etaples. Quant à Mons Iovis, il l’identifiait avec le Grand Saint Bernard. Ce pourrait davantage être le Jura, localement prononcé Joux. Si l’on en croit Nennius, Maxime aurait donc installé ses soldats dans un triangle allant d’Etaples au Jura et au Menez Hom17. Que devinrent les soldats de Maxime après la défaite de celui-ci ? Pacatus, le panégyriste de Théodose, loue la générosité de l’empereur qui avait su se montrer clément :

  • 18 Pacatus, Pan. Lat. XII, 45, 6 : Nullius bona publicata, nullius multata libertas, nullius praeterit (...)
  • 19 Pacatus, Pan. Lat. XII, 45, 7 : Vide imperator, quid hac clementia consecutus sis : fecisti ut nemo (...)
  • 20 Pacatus, Pan. Lat. XII, 36, 4 : Iunguntur socia agmina et sub uno capite diuersa rei publicae membr (...)

« Personne ne vit confisquer ses biens, porter atteinte à sa liberté, diminuer sa dignité passée18. » Une mansuétude qui n’était pas désintéressée : « Vois, Empereur, ce que tu as obtenu par cette clémence : tu as fait que personne ne soit vaincu par ta victoire19. » Ainsi, « les armées s’associent et ne font plus qu’une, et sous un même chef se réunissent les membres de l’Empire jadis ennemis. Les deux armées sont animées d’une joie égale ; l’une se réjouit de la tâche accomplie, l’autre du pardon obtenu, toutes deux de la victoire20 ».

  • 21 Not. Dign. V, 213; VII, 49. Kerneis S., 1998a, p. 243.

9Pardonner était de bonne politique et permettait d’intégrer les troupes de Maxime. Les recrues les plus douteuses furent affectées en Orient, en Afrique ou comme limitanei en Illyrie21. Qu’advint-il du reste des partisans de l’usurpateur ?

  • 22 CTh 15.14.9 (21 avril 395) : tyrannicis facta temporibus… valeat celebrata et actis quibuslibet in (...)

10Plusieurs dispositions du code Théodosien confirment la bienveillance de Théodose. L’une d’entre elles mérite d’être remarquée : « Que demeure toute donation publiée et introduite par des actes quelconques22. » Les concessions en terres faites par Maxime à ceux qui l’avaient suivi demeurèrent et c’est ainsi que les hommes qu’il avait établis à la pointe occidentale devinrent les Bretons armoricains.

  • 23 Kerneis, 2009.

11Reste à se demander quel était leur statut. Par principe, les barbares établis sur le sol impérial étaient de condition déditice, c’est-à-dire qu’ils ne jouissaient d’aucun droit, qu’ils étaient sous l’emprise totale du commandement militaire23. Le droit romain ne s’appliquait donc pas à eux, ils n’étaient pas sujets de droit, ne pouvaient pas constituer des communautés juridiques autonomes. Ces familles de barbares formaient des communautés administrées directement par le général qui les avait en charge. Sans doute, Maxime, pour favoriser leur recrutement, avait-il amélioré leur condition en passant avec eux un contrat qui leur donnait le rang de fédéré, c’est-à-dire d’allié. Inversement lorsqu’il fut vaincu, les auxiliaires bretons durent être rabaissés au rang de déditice.

12À la fin du IVe siècle et dans les premières années du Ve siècle, les communautés de Bretons d’Armorique ne forment donc pas des communautés autonomes ; les Bretons sont soumis au pouvoir arbitraire et discrétionnaire du général. Nulle plou encore dans l’Occident des Gaules. Les choses vont changer à la faveur d’un événement témoignant du poids social acquis par les déditices d’Armorique, leur participation à la révolte bagaude qui sévit durant la première moitié du Ve siècle.

La révolte bagaude

  • 24 Sanchez Leon, 1996, p. 14, analyse le « bagaudisme comme un mouvement social et anti-romain représe (...)
  • 25 Première occurrence dans un ouvrage d’Aurelius Victor : Sanchez Leon, 1996, p. 26 sq.
  • 26 Salvien, De gubernatione Dei IV, 68 : aut tam reprehensibilis ebrietas Alamanni quam ebrietas Chris (...)

13Le nouveau siècle commençait bien mal ; certains s’en inquiétaient. Dans les provinces occidentales, c’était la rébellion bagaude qui menaçait Rome24. Ce terme, mentionné pour la première fois par les chroniqueurs du IVe siècle, est probablement d’origine celtique25. La révolte bagaude semble bien avoir été animée par les guerriers tribaux celtiques. Ce sont ces menées barbares, comme l’a judicieusement souligné Bernard Merdrignac, qui ont incité Salvien à dénoncer, dans son traité De Gubernatione Dei, la rapacitas Albani, c’est-à-dire celle des Albiones, des populations sauvages du nord du Mur qu’il entendait ainsi ne pas confondre avec les Brittones, citoyens romains depuis l’édit de Caracalla26. Les Albani, bras armé de la révolte bagaude, étaient de dangereux adversaires que Rome ne maîtrisa qu’après de longues années. En 417, on avait pourtant cru à la fin de la révolte. Rutilius Namatianus chantait la victoire d’Exuperantius, préfet du prétoire des Gaules :

  • 27 Rutilius Nanatianus, De reditu suo, v. 212-215 : Cuius Aremoricas pater Exuperantius oras/Nunc post (...)

« Il enseigne à présent aux rivages d’Armorique à aimer la paix revenue ; il rétablit les lois, ramène la liberté et ne permet plus que les serviteurs fassent de leurs maîtres des esclaves27. »

  • 28 Chron. Gall. a. 452 : Sanchez Leon, 1996, p. 102.

14Mais dès 435, la Bagaude reprend et gagne bientôt presque toutes les Gaules. Deux ans plus tard, un nouvel homme fort, Aetius est au faîte de sa puissance. En 433, défait par son rival, le comte d’Afrique Boniface, il avait dû fuir chez ses amis Huns d’où il était revenu avec une cavalerie nombreuse qui lui avait permis de s’imposer une seconde fois à Ravenne. Qu’il s’agisse des Wisigoths à nouveau ennemis de l’Empire, des Burgondes ou des Bagaudes, tous s’inclinent devant les chevaucheurs orientaux et subissent la loi du vainqueur. En 437, la rébellion est décapitée, son chef Tibatto capturé28.

  • 29 Constance de Lyon, Vie de Saint Germain d’Auxerre, [Borius René (éd.), 1965, SCL 112, Paris] 6. 28. (...)
  • 30 La chronologie des faits suscite quelque controverse, l’intervention de Germain en faveur des Armo (...)

15La répression ne suffit pas. Quelques années plus tard, la sédition reprend. La riposte d’Aetius est à la mesure de son exaspération. Il décide d’envoyer les Alains dévaster l’Armorique. Les colonnes des cavaliers bardés de fer sont déjà en route pour se concentrer sur la Loire, près d’Orléans29. C’est alors qu’intervint l’évêque d’Auxerre, Germain, qui sollicite la clémence du chef barbare30.

  • 31 Vita S Germani 6. 28 : Occurit in itinere, iam progresso, et armato duci inter suorum cateruas opp (...)
  • 32 Vita S Germani 7. 40. 1-9 : Causam sane Armoricanae regionis quae necessitatem peregrinationis ind (...)

16Goar promit la paix, « une très loyale garantie », à condition cependant qu’Aetius ou Valentinien accordât leur grâce aux provinciaux31. Germain partit donc pour Ravenne où séjournait la Cour. Mais son action fut paralysée par « la perfidie de Tibatto32 » : celui-ci, ayant à nouveau soulevé l’Armorique, Germain fut retenu au palais de Ravenne ; sans doute l’entourage impérial redoutait-il son influence en Gaule et son rôle à la tête d’un courant conciliateur. Assigné à résidence, l’évêque tomba gravement malade et mourut le 31 juillet 448.

  • 33 Flavius Merobaudes, Panégyrique II, v. 182-186 : dum pars bella gerit, ueniam pars poscere gestu, p (...)

17Entre-temps, la trêve avait été rompue, et la Bagaude écrasée en 445. Mérobaude décrit la campagne. L’adversaire était redoutable : des troupes d’origine barbare mais entraînées à la romaine et établies parmi les Armoricains depuis assez longtemps pour s’être mêlées à eux. Malgré tout, l’armée impériale est victorieuse. Nul quartier pour les forcenés qui osent encore poursuivre la guerre. Ceux-là ont choisi la mort, la mort héroïque que célébreront à jamais les chants consacrés. D’autres parviennent à s’enfuir. D’autres encore implorent le pardon et le bénéfice de l’alliance33.

18Différents facteurs jouent en faveur de la clémence. Ecoutons Mérobaude la justifier par référence aux premières années de Rome :

  • 34 Flavius Merobaudes, Panégyrique II, v. 189-196 : pax sat laudis habet, cui tot praemisimus arma : p (...)

« La paix mérite assez de louange, la paix en faveur de laquelle nous avons renoncé à nos armes pourtant victorieuses, la paix, pérenne salut du monde, garante du jeu fiable des éléments… la paix qui a donné des droits aux peuples, qui a fondé des cités, qui augmenta le Latium après les guerres de Quirinus34. »

  • 35 Flavius Merobaudes, Panégyrique II, v. 6-13 : lustrat Aremoricos iam mitior incola saltus, perdidit (...)
  • 36 Flavius Merobaudes, Panégyrique, v. 13 : acceptas nostro sub consule leges.
  • 37 Bieler L., 1975, The irish penitentials, Dublin, DIAS, « Ps. Canones Wallici », p. 136-159. Traduct (...)

19Le résultat est manifeste : la troupe (manus) des guerriers d’Armorique est de nouveau sous la bannière impériale ; « cette main qui lui fut si longtemps hostile, elle soutient l’œuvre de César, après qu’elle ait reçu des lois sous notre consul35… » Le contraste est frappant entre la déclaration de Mérobaude et celle de Rutilius Namatianus une génération plus tôt. En 417, Exuperantius recevait des louanges pour avoir rétabli l’ordre, tel qu’il avait toujours été. En 445, le maître de la Gaule donne des lois nouvelles aux révoltés d’Armorique36. Il s’agit donc d’un changement profond : naguère les populations barbares étaient soumises à l’arbitraire des autorités militaires, privées de droits. Désormais les guerriers d’Armorique ne sont plus déditices. Ils ne sont plus soumis à l’administration directe des autorités militaires ; ils ont une loi, leur loi, et sont donc sujets de droit. Pour autant, ils ne sont pas citoyens romains, ne relèvent pas du droit romain. Ce n’est pas le régime de la cité qui s’appliquera à eux. La loi, qui leur avait été donnée, nous a été transmise – nous semble-t-il – sous le titre tardif Excerpta de libris Romanorum et Francorum ; nous l’avons appelée l’« Ancienne Loi des Bretons d’Armorique » (ALBA)37. Certaines de ses dispositions vont nous aider à comprendre quelle était l’administration de ces Bretons d’Armorique.

L’administration des Bretons d’Armorique

  • 38 Parmi de très nombreux travaux, notamment : Pape 1978 ; Tanguy, 1994, p. 6-33.
  • 39 Galliou, 1980, p. 265-266.

20Alors qu’en Gaule, la carte diocésaine du haut Moyen Âge reproduit celle des cités romaines, l’Armorique offre une autre image avec la constitution de neuf diocèses sur le territoire des cinq cités gallo-romaines38. Il faut distinguer l’est et le sud de la péninsule où les diocèses de Vannes, Rennes et Nantes recouvrent à peu près les anciennes cités des Venetes, des Redones et des Namnetes, des extrémités septentrionales et occidentales, l’ancien territoire des Osismi et des Coriosolites39. Cette distinction correspond sans doute à une différence de populations. À l’est et au sud, c’était le régime de la cité, celui des Gallo-Romains, tandis qu’au nord et à l’ouest, où se concentre la toponymie en plou, étaient établies les communautés gentilices.

21Là se met en place une forme d’administration spécifique qui tient compte de la structure clanique des communautés. Le modèle de la cité n’est pas transposable ; il faut trouver un autre mode d’encadrement des populations. Sans doute l’influence de Germain fut-elle décisive. Nous allons le voir, l’évêque d’Auxerre était bien placé pour suggérer de transposer une structure déjà expérimentée en Italie du Nord.

Les prêtres plébans

  • 40 Bernier, 1982, p. 27, promeut l’étude comparée des deux institutions. Nous reprendrons ici en parti (...)

22Le parallèle linguistique qui existe entre les formations en plou propres à l’Armorique et les pievi du Nord de l’Italie a souvent été remarqué40. Il nous semble que les origines des pievi italiennes peuvent éclairer celles des plou bretonnes.

  • 41 Vigile, Menesto E. (éd.), 1985, « Le lettere di S. Vigilio », inQuacquarelli A., Rogger I. (dir.), (...)

23En 390, trois missionnaires orientaux étaient partis de Cappadoce évangéliser des communautés païennes établies en Italie du Nord, dans le Val di Non. Ils n’en revinrent jamais. Dans une lettre à Jean Chrysostome, l’évêque de Trente, Vigile, décrit le martyre des missionnaires41. Martyre singulier intervenu au cœur de l’Empire d’Occident, non publica persecutio, alors même que la religion nouvelle triomphait.

  • 42 Salzman, 2006, p. 269 considère que l’emploi par Vigile de Trente pour désigner les agresseurs des (...)
  • 43 Not. Dign. Oc. 35, 31: tribunus gentis per Raetias deputatae Teriolis. Pour la démonstration, nous (...)

24Quels étaient ces païens du Val di Non, capables de telles exactions ? Vigile de Trente parle de natio barbara, de truculenta gentilitas42. Il ne s’agit pas de la population locale mais des barbares récemment établis dans cette région stratégique, à des fins militaires ; des barbares dont la présence est attestée par la Notice des Dignités43.

  • 44 Auxentius, Lettre 59, inChauvot A., 1995, p. 871.
  • 45 Eusèbe de Césarée, Vie de Constantin I, 1, dans Cameron A., Hall S. G. (éd.), 1999, Eusebius, Life (...)
  • 46 Kerneis S., 2011, p. 23-36.

25Comment christianiser les barbares ? La méthode offensive, à la romaine, avait montré ses limites. En Orient d’autres voies s’étaient ouvertes, peut-être en relation avec les succès de l’arianisme. Pour Arius, le message évangélique devait être porté en dehors de Rome, conformément aux vœux de saint Paul. Les Ariens exprimaient leur fidélité à la Romania qu’ils opposaient eux aussi au Barbaricum, mais cette fidélité ne devait pas être exclusive44. Il y a peut-être un parallèle à faire entre la représentation que les Ariens se faisaient de la Trinité et leur méthode de christianisation45. De même qu’il y a des modalités inégales du divin, de même il peut y avoir des modalités de la foi, des églises subordonnées chez les barbares. La christianisation des barbares n’implique pas forcément leur romanisation46.

  • 47 Panégyriques de saint Paul, IV, 10, 7-11 ; Chauvot, 1998 p. 431.
  • 48 Zeiller, 1967, p. 467, Homélie II. Pour Chauvot, ibid., p. 431 barbare ne serait pris là que dans u (...)
  • 49 Paulin de Nole, Carmen 17, 245-264 (Nicetas) ; Ep. 18, 4 (Victrice).

26Face aux succès des Ariens, surtout celui de l’arianisme gothique, Jean Chrysostome combat l’adversaire sur son propre terrain : la présence des barbares dans l’Eglise n’est pas un déshonneur et il excipe de saint Paul, révélant la vérité tout à la fois « aux Romains, Perses, Indiens, Scythes, Éthiopiens, Sarmates, Parthes, Mèdes, Sarrasins, en un mot à tout le genre humain en moins de trente ans en tout47 ». Jean organise des missions en pays barbare qu’il confie à des barbares. À la fin du IVe siècle, dans l’église des Goths catholiques, entouré de prêtres goths, il exalte par le truchement d’un interprète l’idée d’une conversion qui serait accomplie par les barbares eux-mêmes48. À la même époque, d’autres évêques catholiques se préoccupent de l’évangélisation des barbares de l’intérieur. Nicetas, en Dacie méditerranéenne, convertit les Besses, ces Thraces demi-sauvages, des Scythes, des Goths, et même des Huns. Ainsi « le chœur des barbares qui chantait le Christ devenait romain », dira Paulin49.

27Un an après le scandale du Val di Non, le 25 avril 398, est promulguée à Milan une constitution sur l’administration des églises rurales :

  • 50 CTh 16.2.33 donne la version orientale, promulguée en Bithynie et adressée au nouveau préfet du pr (...)

« Ecclesiis quae in possessionibus, ut adsolet, diversorum vicis etiam vel quibuslibet locis sunt constitutae, clerici non ex alia possessione vel uico, sed ex eo ubi ecclesiam esse constiterit eatenus ordinentur ut propriae capitationis onus ac sarcinam recognoscant, ita ut pro magnitudine vel celebritate uniuscuiusque vici ecclesiis certus iudicio episcopi clericorum numerus ordinetur50. »

28L’édit contient deux principes : in fine, le souci que chaque église de vicus ait un certain nombre de clercs permettant de constituer un réseau paroissial dense capable d’éradiquer le paganisme rural ; au début, celui d’un recrutement local du clergé. La proximité chronologique avec les événements du Val di Non en éclaire le sens.

29Vigile, dans la relation qu’il avait faite à Jean Chrysostome du martyre enduré par les clercs du Val di Non, avait souligné leur extranéité. Ils étaient étrangers à la province tant par la religion que par leur origine (advenae tam religione quam gente), deux éléments d’extranéité qui rendaient leur mission difficile. Le parallèle est troublant : pourquoi imposer le recrutement local du clergé si ce n’est pour suivre les préceptes de Jean Chrysostome, constituer un clergé indigène respectant l’identité culturelle de la communauté intéressée.

30La constitution de 398 reflète, il nous semble, le souci de l’empereur d’apporter une solution aux problèmes spécifiques que posait la conversion des « peuples » dans l’Empire. Dans les régions non encore civilisées, le ressort de l’évêque est trop vaste pour que son action soit efficace. Surtout l’expérience montre qu’il faut tenir compte des traditions culturelles des groupes ethniques. La décision est prise de susciter à l’intérieur de chaque communauté rurale une élite de clercs qui évangéliseront les leurs.

  • 51 Curzel, 1999, p. 3-98 remet en cause la continuité des pievi avec des structures préexistantes, qu’ (...)
  • 52 Longtemps, le terme plebs a eu une connotation négative. Pline (10,43) l’assimile à la partie la p (...)

31La constitution d’Honorius a vocation à s’appliquer partout où le paganisme résiste et où de puissantes traditions culturelles imposent le recours à un recrutement local du clergé. La proximité chronologique avec les événements du Val di Non laisse supposer que l’Italie du Nord fut son terrain d’application privilégiée. C’est là aussi que la documentation postérieure laisse apparaître une forme originale de structures ecclésiastiques, les pievi51. Et il faut reconnaître que la forme d’organisation ecclésiastique que prévoit la constitution d’Honorius, une paroisse rurale gérée de façon autonome par un collège de prêtres ressemble à ce que l’on peut savoir des pievi postérieures. Certes, nous n’avons pas d’attestation contemporaine du terme plebs, dans l’acception que recouvre la pieve médiévale. Le terme, pris dans ce sens, relève peut-être du vulgaire. Il fallait un mot à la hiérarchie ecclésiastique pour désigner ces communautés sui generis ; lorsque l’évêque dut nommer les paroisses rurales que géraient des prêtres du cru, des paroisses étrangères à bien des égards, peut-être eut-il recours au terme péjoratif de plebs, que le langage administratif avait déjà diffusé52.

  • 53 Il est difficile de se prononcer sur la portée exacte de la constitution d’Honorius. Fut-elle appl (...)
  • 54 Kerneis, 2008, p. 221-240.

32Il nous semble que c’est ce modèle que Germain proposa de reproduire en Armorique au profit des anciens rebelles53. De même qu’il plaida la réconciliation, il conseilla de faciliter la christianisation des clans en installant des prêtres locaux. Un des articles de la loi montre qu’après la reddition des vaincus, une séance de confession avait été organisée qui devait sceller la réconciliation54.

  • 55 Munier Charles (éd.), 1967, Concilia Galliae, Tournai, Brepols, « Corpus Christianorum », t. 148, p (...)
  • 56 Fleuriot, 1980, p. 145 propose d’identifier Mansuetus à Chariato, un des membres du concile d’Anger (...)
  • 57 Aupest-Conduche, 1980, p. 18-19 estime que l’ouest de la Bretagne fut terre de mission.
  • 58 Zeiller, 1967, p. 171-172.

33Un évêque encadrait tous ces prêtres, un évêque qui n’était pas rattaché à une cité mais qui avait en charge l’ensemble des paroisses. Nous connaissons un de ces évêques, celui qui, le 18 novembre 461, souscrivait au concile de Tours, Mansuetus, episcopus Britannorum55. La mention a suscité des controverses56. Elle s’explique par le fait que l’ouest de la Bretagne était devenu terre de mission57. Tel Unila, consacré évêque des Goths en Crimée, Palladius, episcopus Scottorum en 431 ou au VIe siècle Malchus de Delminium, episcopus Dalmatiae, Mansuetus avait en charge l’ensemble des prêtres plébans de l’ouest armoricain58. Quelle était la portée de ce contrôle ? Au début du VIe siècle, Lovocat et Catihern transportaient encore de cabane en cabane leurs autels portatifs.

  • 59 Péricard, 2004.
  • 60 Kerneis, 1998a, p. 135-138.

34Cette forme d’encadrement fut pérenne en Armorique. C’est ce qui explique que l’on a tendance à voir dans les plou une formation typiquement bretonne. Mais il faut noter que la toponymie donne à voir d’autres plou, ailleurs en Gaule. Une thèse récente sur le Berry médiéval a montré les très probables origines bretonnes de quatre centaines installées au Sud-Ouest de la cité vers Déols. Une formation en plou apparait dans la région, un Ploe en 117759. Dans le pays de Gohelle, au Nord d’Arras, on relève également un Plouvain (Pelven au XIIe, Pleuvain au XIIIe siècle), un Pelves. Enfin dans la région de Toul, dans le Saintois, une région qui, il nous semble, avait accueilli à la fin du IIIe siècle, les déditices qui au siècle précédent avaient été établis dans les Champs Décumates entre Rhin et Danube, une formation en plou est encore attestée (Pleuvezain)60.

35Cette dissémination des plou nous paraît confirmer l’hypothèse d’une datation haute, d’une création dans le cadre de l’Empire romain. Il y aurait eu alors un plou par établissement breton et ce n’est que par la suite qu’en Armorique, le nombre des plou aurait été multiplié. Mais un autre contrôle avait été également mis en place, cette fois sur le plan laïc.

Le capitalis

36L’article 15 de l’ALBA pose le principe de la responsabilité familiale :

  • 61 Ps. Canones Wallici, art. 15 : Si quis homicidium fecerit et fugam petierit, parentes ipsius iura (...)

« Si quelqu’un a fait un homicide et a pris la fuite, que ses parents fassent droit en quelques jours, ensuite les parents seront réintégrés au pays (patria) : ou qu’ils s’en aillent du pays ou qu’ils versent la moitié du prix et demeurent ainsi en sûreté dans leurs demeures. Si ensuite l’accusé veut revenir, qu’il verse le reste du prix et qu’il vive en sûreté. Si entre-temps il a été tué, les mancipia qu’ils avaient reçus en dû, qu’ils soient restitués61. »

37Au milieu du Ve siècle, dans l’Empire, c’est encore la solidarité familiale qui structure la communauté tribale bretonne. Rome essaie bien d’introduire la responsabilité individuelle mais, en cas de défaillance du coupable, la coutume retrouve ses droits. Les parents doivent couvrir la défaillance des leurs en versant aux parents de la victime la moitié de la composition due. Cette disposition témoigne bien de l’éloignement du cadre civique. Comment transposer le modèle civique si la cellule de base est la parenté, si la solidarité familiale est de règle ?

  • 62 Ainsi l’interdiction formulée par Marcien (D. 49.16.9) : Milites prohibentur praedia comparare in (...)
  • 63 Ps. Canones Wallici, art. 45 : « Si quis agrum aut uillam conparauerit et ipse capital (is) furtum (...)

38Le génie de l’Empire romain a été de faire fonctionner le modèle familial à son profit. La loi évoque un personnage qu’elle nomme capitalis. Ce capitalis apparaît par deux fois, dans des dispositions assez complexes, la loi se préoccupant surtout de condamner ses exactions. Les deux articles le mentionnant traitent du problème de l’achat de terres. Le droit militaire, on le sait, interdisait aux soldats d’acheter des terres dans les provinces où ils servaient62. Mais l’ALBA montre que les soldats bretons – au premier chef les capitales – achetaient des terres à leurs voisins provinciaux. Elle opte pour une solution de conciliation en réputant valable la vente, tant que du moins les intérêts fiscaux de l’État ne sont pas lésés. Dans certains cas, l’avidité foncière du capitalis est telle qu’il réalise la vente grâce aux produits d’un vol. La réponse législative est alors drastique. Si le vol a été commis par le capitalis lui-même, « qu’il meure de mort, la terre qu’il avait achetée qu’elle retourne au fisc ». Si le vol a été commis par un fils ou un frère de la maison et que celui-ci a pris la fuite, le capitalis doit « rendre une ancilla et un servus au fisc63 ».

  • 64 Sur l’expression, curieuse en latin, morte moriatur traduisant la formule biblique « môt yumât » ( (...)

39Morte morietur ne se rencontre qu’à deux reprises dans la loi et indique que le coupable peut être mis à mort impunément64. Le capitalis voleur est hors la loi parce que son crime est particulièrement odieux. Il a trahi le groupe social, il a trahi la confiance du commandement. Il n’est pas question de composition privée due à la victime mais d’amende versée à l’État, de confiscation des terres au profit de l’État. Nous ne sommes plus dans une relation horizontale, structurante, mais dans un rapport vertical d’autorité hiérarchique. La solidarité familiale a été transcendée par l’Empire qui en a fait un principe de gouvernement. Le capitalis, chef d’une maison, est garant des siens. Il répond de leurs agissements non pas seulement à titre privé mais aussi devant l’État dès lors que l’ordre public est en cause.

  • 65 Sur ce penteulu, voir Charles-Edwards, Owen, Russell (dir), 2000, p. 77-80. À moins que penteulu n (...)
  • 66 Mise à mort du capitalis voleur prévue par l’art. 45 : Si quis agrum aut uillam comparauerit et ip (...)

40L’emploi du terme capitalis peut paraître étrange. Pourquoi ne pas employer caput (= « chef ») ? Capitalis évoque le vieux français chadel, « capitaine ». Mais à Rome, le mot capitalis n’est pas employé en ce sens. Capitalis y est « capital » pour qualifier le crime et ceux qui s’en occupent. S’appliquant à des chefs tribaux, il s’agit sans doute de la traduction d’un terme celtique et il faut peut-être le rapprocher du gallois penteulu qui désigne « le chef » (pen) de la maison guerrière. Le capitalis était effectivement un capitaine chargé du recrutement pour le compte de l’Empire65. Mais pourquoi ne pas avoir traduit pen par le strict équivalent caput ? Peut-être parce que le dérivé capitalis comme le suggère le texte de la loi, était garant sur sa tête de la conduite de ses hommes66.

  • 67 Planiol, 1981, t. 2, p. 173. Guillotel H., Chédeville A., Tanguy B. (éd.), 1998, Cartulaire de l’ab (...)
  • 68 Sur le sens de ce terme, Pierce, 1963, p. 54 : à l’origine, il s’agit « d’un officier privé du dro (...)
  • 69 Sur le machtiern, importante bibliographie. Cf. notamment Planiol, t. 2, 1981, p. 63-96 ; Chédevil (...)
  • 70 De La Borderie, 1985, p. 142-164.
  • 71 Planiol, 1981, t. 2, p. 86-95.
  • 72 Tonnerre, 1994, p. 244-245 : à ses débuts, l’institution est intimement liée à la royauté et c’est (...)

41Dans le cartulaire de Redon, le terme caput pour désigner le titulaire d’un pouvoir se rencontre parfois67. Mais les occurrences les plus nombreuses nomment un personnage désigné comme machtiern, le terme tiern étant précédé du mot mach qui signifie « garant, sûreté, caution68 ». Le machtiern est un chef garant que l’on dit aussi princeps plebis et cette appellation correspond bien à ses fonctions69. La charge est héréditaire et des lignages de machtiern s’étendent sur plusieurs générations. Le machtiern est véritablement à la tête de la plebs et les textes parlent de son autorité, de la possession ou de la domination qu’il exerce. Il est couramment admis que le machtiernat est une institution typiquement celtique. Arthur de la Borderie considérait les machtiern comme les descendants des chefs de clan qui avaient émigré en Bretagne et avaient installé leurs communautés regroupées en plou70. Marcel Planiol soutenait également l’origine celtique mais estimait qu’au IXe siècle, les machtiern agissaient sur délégation du prince71. Noël-Yves Tonnerre y voit encore une institution celtique et entend même souligner cette celticité en insistant sur la nature du pouvoir souverain qu’exerce le machtiern72. Si le mot est celtique, l’origine de l’institution l’est-elle pour autant ? Comment expliquer que le machtiernat se présente comme un office de droit public, qu’il véhicule une certaine conception du politique que l’on penserait a priori étrangère aux coutumes celtiques ? Le machtiern n’est-il pas plutôt le descendant du capitalis ?

  • 73 Lepelley C., 1974. Jones, 1964, p. 812-823.

42Rome avait confié l’administration des communautés gentilices installées en Armorique à des chefs tribaux. En contrepartie de la délégation de pouvoir qu’ils ont reçue, ceux-ci sont garants de la conduite des leurs. Cette méthode de gouvernement n’était pas nouvelle. Elle avait déjà été expérimentée sous la République aux dépens des tribus récalcitrantes dont l’administration était confiée à des praefecti gentis ou nationis, des chefs tribaux tenus pour responsables de leur peuple. Aux IVe-Ve siècle, la délégation de pouvoir était devenue un véritable principe de gouvernement. En matière fiscale, le grand propriétaire est responsable sur ses biens de la perception des impôts qu’il doit verser pour ses colons, les curiales le sont dans les cités tandis que dans les vici les consortia sont tenus solidairement73. On pourrait multiplier les exemples. Le capitalis breton n’a donc rien de surprenant au regard de la politique romaine.

*

43Loin d’être spécifiquement bretonne, la première plou est une institution de la romanité tardive qui favorise un meilleur encadrement des sujets qu’elle regroupe, au prix de l’autonomie relative de la communauté. Le même cadre a été appliqué en Italie du Nord. Les pievi s’y sont plaquées sur d’anciens populi, frottés depuis longtemps à une romanité qu’ils ne pouvaient ignorer. Les plou encadrent pour l’essentiel des communautés barbares qui baignent encore dans une culture orale traditionnelle. Cet équilibre entre barbarie résurgente et barbarie importée, différente dans les deux régions, s’accusa avec le temps. La plou bretonne devint le cadre fondamental d’organisation publico-ecclésiastique et la déliquescence des institutions publiques favorisa son autonomisation. La délégation des pouvoirs opérée par l’Empire enracina la prépondérance de quelques familles détentrices à titre héréditaire des charges de prêtres et de machtiern. Cette structure horizontale s’oppose à la structure verticale que l’on retrouve en Italie du Nord. Là, le clergé disposait certes de prérogatives étendues mais il dépendait d’une autorité diocésaine bien établie. La tradition hiérarchique était implantée depuis trop longtemps pour tolérer des autonomies semblables à celles d’Armorique. C’est donc dans l’Empire et par l’Empire qu’ici ou là, dans la future Europe, s’esquissaient des identités plus tard considérées comme nationales.

Notes

1 Cette contribution reproduit (avec l’accord gracieux du CIRDoMoC que nous remercions) une communication déjà publiée dans Britannia Monastica 15, 2011, p. 1-17. Parmi une importante littérature, Dubois, 1972, qui souligne, p. 19, le caractère ésotérique que peut prendre la recherche. S’interroger sur son passé, c’est dévoiler ses origines, ce qui peut aller jusqu’à révéler les secrets qui entourent la naissance ; p. 20 : « C’est bien d’un sentiment d’infériorité nationale que semblent souffrir la plupart de nos sourciers français. À une époque où comptaient tant les quartiers de noblesse, les Guillaume Postel, les Jean Picard de Toutry, les Le Fèvre de La Borderie, recherchent des titres nobiliaires à l’échelon national, et s’efforcent de redorer le blason de nos ancêtres les Gaulois. » Brunaux, 2006, p. 327 rappelle avec raison que l’historiographie de la question gauloise est faussée du fait des enjeux idéologiques qui l’ont marquée.

2 Là aussi, beaucoup de littérature : cf. Nicolet, 2006.

3 Voir ainsi, Geary, 2004. Cf. aussi la présentation de Poly, 2009, p. i-xvi.

4 Tonnerre, 1994, p. 207, la présente « comme une des institutions les plus originales de l’Armorique du haut Moyen Âge ».

5 Le terme plebs apparaît certes outre-Manche, avec le gallois plwyf et le cornique plu, mais ces emplois sont tardifs et restent très minoritaires. Flatres, 1956, p. 3-17 souligne l’antériorité des plou bretonnes sur les plu corniques et les plwyf galloises et considère qu’elles sont postérieures à l’émigration, même si elles prolongent peut-être des circonscriptions gallo-romaines.

6 Largillière, 1995, p. 245-246, après avoir cité la définition de Dom Le Pelletier, affirme : « Le mot ploué est resté d’un emploi constant dans le dialecte de Léon, pour désigner toute la circonscription paroissiale, et la campagne par opposition au bourg ; l’habitant de la campagne s’appelle ploueis, par opposition à celui du bourg, ar borc’his. » Vallerie, 1986, p. 13-20 dresse un vibrant hommage à l’œuvre de René Largillière, trop tôt disparu.

7 La méthode de Largillière, p. 227-230 a été reprise et appliquée à d’autres évêchés : Couffon, 1945-1946, 1950 et 1951. Principalement pour les évêchés de Vannes, Alet et Dol, Vallerie, 1986 ; Tonnerre, 1994, p. 178, note 2 critique la méthode employée par René Couffon et. Erwan Vallerie qui essaient de reconstituer les paroisses primitives en regroupant les paroisses d’Ancien Régime de manière logique de façon à reconstituer des limites naturelles, donnant des superficies voisines de 8 000 ou 10 000 hectares. « S’il a existé incontestablement de grandes paroisses primitives, tout le territoire des diocèses n’a pas été recouvert par des paroisses. Il y a eu des zones faiblement habitées ne dépendant d’aucune paroisse, à l’époque mérovingienne, mais aussi dans certains cas au IXe siècle. » Même réserve de Tanguy, 1988, p. 29.

8 Sur les différentes thèses exprimées à propos de la question, Bernier, 1982, p. 29-33.

9 État de la question inGalliou, Jones, 1993, p. 120-121. Merdrignac, 2003, p. 113-115.

10 Tanguy, 1981, p. 134-155 recense les saints éponymes des noms en plou et montre que sur 105 éponymes retenus, le quart seulement est aussi patron de paroisse et signale le contraste entre le nord de la péninsule où les dédicaces à saint Pierre sont très nombreuses, et le sud plus fidèle aux saints bretons notamment éponymes.

11 Bernier, 1982, p. 29-33 distingue deux sortes de plou, certaines, établies dans d’anciens vici, dont le nom n’est pas formé sur celui d’un homme, qui datent du Ve siècle, d’autres formées au VIe siècle, le plus souvent créées de toutes pièces, et nommées d’après un anthroponyme.

12 Pape, 1978, p. 223-226 note l’établissement méthodique de plou le long des voies romaines. Pour le Bas Tréguier, sur 33 plou, 15 sont établis sur des voies romaines. Sur l’axe Morlaix-Saint-Brieuc, leurs bourgs se succèdent sur des distances comprises entre 8 et 11 km.

13 Fleuriot, 1980. Chédeville, Guillotel, 1984.

14 Kerneis, 2009, p. 377-399.

15 Sur ces textes et leur commentaire dans la perspective de l’émigration bretonne, nous nous permettons de renvoyer à notre thèse : Kerneis, 1998a.

16 Kerlouégan, 1995, insiste sur la culture classique de Gildas et son attachement à l’Empire comme idéal de paix. Sur sa nostalgie de Rome et son ambition prophétique, Merdrignac, 2003, p. 98.

17 Sur ce texte et l’état de la question quant aux différentes localisations, Merdrignac, 2003, p. 103. L’auteur conclut : « ou les Bretons ont été dispersés dans tout le territoire de la troisième Lyonnaise, ou ils ont été cantonnés dans la péninsule armoricaine ou bien même dans la cité des Osismes ». Voir à présent Merdrignac, 2012.

18 Pacatus, Pan. Lat. XII, 45, 6 : Nullius bona publicata, nullius multata libertas, nullius praeterita dignitas imminuta.

19 Pacatus, Pan. Lat. XII, 45, 7 : Vide imperator, quid hac clementia consecutus sis : fecisti ut nemo sibi uictus te victore uideatur.

20 Pacatus, Pan. Lat. XII, 36, 4 : Iunguntur socia agmina et sub uno capite diuersa rei publicae membra coalescunt. Ambo pari gaudio feruntur exercitus. Hic opera sua gaudet, hic uenia, uterque uictoria.

21 Not. Dign. V, 213; VII, 49. Kerneis S., 1998a, p. 243.

22 CTh 15.14.9 (21 avril 395) : tyrannicis facta temporibus… valeat celebrata et actis quibuslibet inserta donatio.

23 Kerneis, 2009.

24 Sanchez Leon, 1996, p. 14, analyse le « bagaudisme comme un mouvement social et anti-romain représentant une réaction des groupes moins romanisés de la périphérie de l’Empire au processus d’homogénéisation social et de fixation/mobilité des individus au Bas-Empire ».

25 Première occurrence dans un ouvrage d’Aurelius Victor : Sanchez Leon, 1996, p. 26 sq.

26 Salvien, De gubernatione Dei IV, 68 : aut tam reprehensibilis ebrietas Alamanni quam ebrietas Christiani, aut tam damnabilis rapacitas Albani quam rapacitas Christiani. Albani a souvent été corrigé Alani mais Merdrignac, 2003, p. 104 a montré qu’il fallait préférer la lectio difficilior, celle-ci prenant sens par rapport à la révolte bagaude. Ce même auteur confirme l’origine celtique du terme « bagaude », qu’il rapproche du gallois ou du breton moderne bagad = « troupe ». Les Bagaudes sont encore mentionnés par Salvien, ibid., V, 22, dans ce célèbre passage : itaque passim uel ad Gothos uel ad Bacaudas uel ad alios ubique dominantes barbaros migrant, et commigrasse non paenitet ; malunt enim sub specie captiuitatis uiuere liberi quam sub specie libertatis esse captiui.

27 Rutilius Nanatianus, De reditu suo, v. 212-215 : Cuius Aremoricas pater Exuperantius oras/Nunc postliminium pacis amare docet :/Leges restituit libertatemque reducit/et seruos famulis non sinit esse suis.

28 Chron. Gall. a. 452 : Sanchez Leon, 1996, p. 102.

29 Constance de Lyon, Vie de Saint Germain d’Auxerre, [Borius René (éd.), 1965, SCL 112, Paris] 6. 28. 12-13 : Iam progressa gens fuerat totumque iter eques ferratus impleuerat. La vita Germani, œuvre de Constance de Lyon, a été écrite une trentaine d’années après sa mort et son éditeur convient de sa relative fiabilité quant au caractère historique des faits qu’elle rapporte. Merdrignac, 2003, p. 105 tient pour l’avis de Scharf, 1991, p. 1-19 qui considère que l’objectif de Constance est d’expliquer l’échec de la mission de Germain à Ravenne par les événements d’Armorique sur lesquels il n’avait pas prise.

30 La chronologie des faits suscite quelque controverse, l’intervention de Germain en faveur des Armoricains étant parfois datée de 445-446 ; sur cette question voir de Plinval, 1950, p. 135. Merdrignac, 2003, p. 106, qui retient la date de 437.

31 Vita S Germani 6. 28 : Occurit in itinere, iam progresso, et armato duci inter suorum cateruas opponitur, medioque interprete primum precem supplicem fundit, deinde increpat differentem, ad extremum manu iniecta, freni habenas inuadit atque in eo uniuersum sistit exercitum. Ad haec rex ferocissimus admirationem pro iracundia, Deo imperante imperante, concepit ; stupet constantiam, ueneratur reuerantiam, auctoritatis pertinacia permouetur… Ad stationis quietem rex exercitusque se recipit ; pacis securitatem fidelissimam pollicetur ea conditione ut uenia, quam ipse praestiterat, ab imperatore uel ab Aetio peteretur. Interea per intercessionem et meritum sacerdotis rex conpressus est, exercitus reuocatus, prouinciae uastationibus absolutae. On remarquera l’emploi du terme uenia pour désigner la grâce impériale. Aux IVe-Ve siècle, cette occurrence ne se rencontre que dans la littérature non juridique et recouvre une notion plus étendue que notre grâce actuelle. La uenia peut intervenir à tout moment, de l’accusation au jugement.

32 Vita S Germani 7. 40. 1-9 : Causam sane Armoricanae regionis quae necessitatem peregrinationis indixerat, obtenta uenia et securitate perpetua, ad proprium obtinuisset arbitrium, nisi Tibattonis perfidia mobilem et indisciplinatum populum ad rebellionem pristinam reuocasset. Quo facto et intercessio sacerdotis euanuit et imperialis credulitas circumscriptione frustrata est. Qui tamen pro calliditate multiplici breui poenas perfidae temeritatis exsoluit.

33 Flavius Merobaudes, Panégyrique II, v. 182-186 : dum pars bella gerit, ueniam pars poscere gestu, pars properare fugam, donec penetrato labore longo uictrices hauserunt moenia flammae proeliaque optatam en uictis dant ultima famam, qui saeuo sub Marte cadunt. Sed carmina tandem sancta cruentatos uertant ad foedera cantus : semper bella sonant, semper memorabitur hostis.

34 Flavius Merobaudes, Panégyrique II, v. 189-196 : pax sat laudis habet, cui tot praemisimus arma : pax mundi longaeua salus, qua uindice tutam exercent elementa fidem,… pax populis quae iura dedit, quae condidit urbes… Latium post bella Quirini.

35 Flavius Merobaudes, Panégyrique II, v. 6-13 : lustrat Aremoricos iam mitior incola saltus, perdidit et mores tellus adsuetaque saeuo crimine quaesitas siluis celare rapinas discit inexpertis Cererem committere campis Caesareoque diu manus obluctata labori sustinet, acceptas nostro sub consule leges.

36 Flavius Merobaudes, Panégyrique, v. 13 : acceptas nostro sub consule leges.

37 Bieler L., 1975, The irish penitentials, Dublin, DIAS, « Ps. Canones Wallici », p. 136-159. Traduction française par Fleuriot, 1986, p. 65-84. Kerneis, 1995, p. 175-199.

38 Parmi de très nombreux travaux, notamment : Pape 1978 ; Tanguy, 1994, p. 6-33.

39 Galliou, 1980, p. 265-266.

40 Bernier, 1982, p. 27, promeut l’étude comparée des deux institutions. Nous reprendrons ici en partie les conclusions de notre étude, Kerneis, 1998b, p. 397-437.

41 Vigile, Menesto E. (éd.), 1985, « Le lettere di S. Vigilio », inQuacquarelli A., Rogger I. (dir.), I martiri della Val di Non e la reazione pagana alla fine del IV secolo. Atti del Convegno tenuto a Trento il 27-28 Marzo 1984, Bologne, EDB, p. 164 : Hic conferre, frater, paululum uolo tecum titulos rerum, ne cui pedestre uideatur esse martyrium humilitate suspectum ; quia uile putatur bonum omne quod praesens est, cum novum sit atque mirandum, sine inuidia temporis suscitatum, et ita completum, ut nec ante quid praecesserit nec sequatur, sed sit singulare.

42 Salzman, 2006, p. 269 considère que l’emploi par Vigile de Trente pour désigner les agresseurs des prêtres assassinés de l’expression barbara natio, trucula gentilitas n’est qu’un artifice de rhétorique permettant de glorifier davantage le martyre des chrétiens. Cet auteur considère que dans la partie occidentale de l’Empire, les épisodes de violence sont rares, la christianisation procédant par voie de persuasion. Il nous semble que le martyre subi par les clercs dans le Val di Non est bien attesté et que l’argument de la rhétorique ne peut suffire à l’éluder.

43 Not. Dign. Oc. 35, 31: tribunus gentis per Raetias deputatae Teriolis. Pour la démonstration, nous renvoyons, faute de place, à notre article, Kerneis, 1998b, p. 413-414.

44 Auxentius, Lettre 59, inChauvot A., 1995, p. 871.

45 Eusèbe de Césarée, Vie de Constantin I, 1, dans Cameron A., Hall S. G. (éd.), 1999, Eusebius, Life of Constantine, Oxford, Oxford University Press, p. 67, 187-188.

46 Kerneis S., 2011, p. 23-36.

47 Panégyriques de saint Paul, IV, 10, 7-11 ; Chauvot, 1998 p. 431.

48 Zeiller, 1967, p. 467, Homélie II. Pour Chauvot, ibid., p. 431 barbare ne serait pris là que dans un sens linguistique pour désigner une langue qui n’est ni le grec, ni le latin mais qui peut être parlée à l’intérieur de l’Empire.

49 Paulin de Nole, Carmen 17, 245-264 (Nicetas) ; Ep. 18, 4 (Victrice).

50 CTh 16.2.33 donne la version orientale, promulguée en Bithynie et adressée au nouveau préfet du prétoire d’Orient Flavius Eutychanius (397-399). Il est probable que la version occidentale fut adressée avec une nouvelle constitution prise à Ravenne le 15 janvier 409, à Théodore, alors préfet du prétoire d’Occident pour la seconde fois, constitution concernant les donatistes africains (Sirmond 14). Lorsque les compilateurs du Code trouvèrent ce dossier, ils éliminèrent le double occidental de la constitution (ecclesiis…) pour ne garder qu’un extrait de la constitution ravennate de 409. Mais par suite d’une lecture hâtive, ils attribuèrent à celle-ci la date de la constitution de Milan, le 25 avril 398, et ceci d’autant plus facilement qu’elle avait été adressée à Théodore qui était pour la première fois préfet du prétoire d’Occident (CTh16.2.31 = CJ 1.3.10). Nous pensons donc que CTh16.2.33 du 27 juillet 398 est la version orientale, correspondant à une période d’unité législative entre Arcadius et Honorius, d’une constitution promulguée quelques mois plus tôt le 25 avril 398 à Milan. Sur le partage législatif et ses exceptions, Gaudemet, 1979, p. 23-27. Exemple de CTh13.1.158 (398) où Honorius repousse une loi quae in orientis partibus lata est, parce qu’elle lui semble meis partibus damnosa, ce qui indique que l’unité était de règle.

51 Curzel, 1999, p. 3-98 remet en cause la continuité des pievi avec des structures préexistantes, qu’il s’agisse des pagi romains ou de structures qui leur seraient immédiatement postérieures.

52 Longtemps, le terme plebs a eu une connotation négative. Pline (10,43) l’assimile à la partie la plus vile du populus, Gaius (D. 50.16.238) définit la plebs comme « les citoyens sans les sénateurs », et Prudence (Perist. 10, 706-710) oppose les plebes aux notaires et aux grands. Chez les auteurs chrétiens est apparu, à côté de l’emploi plus banal de plebs Dei ou plebs Christi pour désigner le peuple chrétien en général, un sens plus technique de plebs (-es) appliqué à une ou plusieurs communautés de fidèles, distinguées de l’ordo des clercs. Le terme va pourtant désigner une communauté dans son entier dès le milieu du Ve siècle. Pour expliquer cette évolution sémantique, on avance parfois l’influence de l’administration fiscale (Santini, 1964, p. 33-34). À la fin du IVe siècle, les pagi sont responsables in solidum devant l’impôt. La capitatio plebeia pèse sur le petit peuple rustique, à l’exclusion des potentes. Les campagnes sont divisées en pagi et les groupes qui les peuplent – les populi – seraient appelés plebes par rapprochement avec le nom de l’impôt auquel ils sont assujettis. Sur le sens de plebs au haut Moyen Âge, Du Cange, s.v., plebes.

53 Il est difficile de se prononcer sur la portée exacte de la constitution d’Honorius. Fut-elle appliquée ailleurs qu’en Italie du Nord, ces plebes ayant été très tôt disloquées au profit d’autres structures faisant prévaloir les droits des évêques ? Ou bien faut-il considérer que le caractère original des pievi d’Italie du Nord s’explique par le fait que la constitution y fut appliquée de façon exclusive ? Les controverses qui se développent au Ve siècle sur le rôle respectif du prêtre et de l’évêque et le durcissement de la position des évêques en Gaule du Sud étaient-elles la réplique à une tentative d’extension des plebes dans cette région ? En Armorique, en tout cas, l’épiscopat était trop faible, pour opposer une quelconque résistance à la mise en œuvre de la méthode italienne.

54 Kerneis, 2008, p. 221-240.

55 Munier Charles (éd.), 1967, Concilia Galliae, Tournai, Brepols, « Corpus Christianorum », t. 148, p. 148 : Mansuetus, episcopus Britannorum, interfui et suscripsi…

56 Fleuriot, 1980, p. 145 propose d’identifier Mansuetus à Chariato, un des membres du concile d’Angers de 453. Tanguy, 1994, p. 10-13 rapproche Mansuetus, « évêque des Bretons » et saint Mansuy de Toul.

57 Aupest-Conduche, 1980, p. 18-19 estime que l’ouest de la Bretagne fut terre de mission.

58 Zeiller, 1967, p. 171-172.

59 Péricard, 2004.

60 Kerneis, 1998a, p. 135-138.

61 Ps. Canones Wallici, art. 15 : Si quis homicidium fecerit et fugam petierit, parentes ipsius iura reddant intra dies paucos, postea parentes patriae restituuntur ; aut ipsi de patria uadant ; uel praetium demedium reddant et sic securi in sedibus sedeant. Post haec si reus uenire uoluerit, reddat quod restat praetii, uiuat securus. Si interim occisus fuerit, mancipia quae acciperant debito restituantur. Commentaire de cet article dans Kerneis, 2005, p. 77-92.

62 Ainsi l’interdiction formulée par Marcien (D. 49.16.9) : Milites prohibentur praedia comparare in his provinciis, in quibus militant…

63 Ps. Canones Wallici, art. 45 : « Si quis agrum aut uillam conparauerit et ipse capital (is) furtum fecerit, morte morietur ; terra quam emerat fisco reuertatur. Quod si filius aut frater ex domo furtum fecerit pariter et fugam fecerit, inde ancellam et seruum fisco reddat et ex agro exul possideat. Quod si innocens permanserit heres, hereditate relinquatur. » Kerneis, 1995, p. 193-194.

64 Sur l’expression, curieuse en latin, morte moriatur traduisant la formule biblique « môt yumât » (« on le fera mourir, il mourra »/» pour mourir, il mourra ») qui apparaît par deux fois dans l’ALBA : vol et fornication ; cf. Kerneis, 2001, p. 331-345.

65 Sur ce penteulu, voir Charles-Edwards, Owen, Russell (dir), 2000, p. 77-80. À moins que penteulu ne traduise capitalis ? On remarque qu’en Bretagne armoricaine, ce n’est pas cette fonction de recrutement qui prime.

66 Mise à mort du capitalis voleur prévue par l’art. 45 : Si quis agrum aut uillam comparauerit et ipse capital (is) furtum fecerit, morte morietur. Cf. Kerneis, 2001, p. 337.

67 Planiol, 1981, t. 2, p. 173. Guillotel H., Chédeville A., Tanguy B. (éd.), 1998, Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, tome I, Rennes, Association des Amis des archives historiques du diocèse de Rennes, f° 116 v°-117 (acte 237) : Post obitum Salomonis, heredes donationis illius contradixerunt monachis reddere censum […] Caput illorum Loengil erat…

68 Sur le sens de ce terme, Pierce, 1963, p. 54 : à l’origine, il s’agit « d’un officier privé du droit » qui, en l’absence d’autorité publique capable de contraindre l’exécution des contrats, opère cette contrainte contre l’autre partie.

69 Sur le machtiern, importante bibliographie. Cf. notamment Planiol, t. 2, 1981, p. 63-96 ; Chédeville, Guillotel, 1984, p. 325 ; Davies, 1988, p. 138-142 ; Tonnerre, 1994, p. 233-245 ; Chédeville, 1998, p. 31-32 ; Kerneis, 2005, p. 77-92.

70 De La Borderie, 1985, p. 142-164.

71 Planiol, 1981, t. 2, p. 86-95.

72 Tonnerre, 1994, p. 244-245 : à ses débuts, l’institution est intimement liée à la royauté et c’est ce rapport au pouvoir souverain qui fonde sa permanence et explique selon lui sa difficile adaptation aux structures du royaume breton. Tonnerre refuse l’idée de la fonctionnarisation du machtiern et affirme qu’il représente l’institution qui a le mieux résisté à l’influence carolingienne.

73 Lepelley C., 1974. Jones, 1964, p. 812-823.

Auteur

Professeur d’histoire du droit, université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense. Maison française d’Oxford.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540