Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La paroisse, communauté et territoire

 | 
Bernard Merdrignac
, 
Daniel Pichot
, 
Georges Provost
, 
et al.

Deuxième partie. L’apogée de la paroisse territoriale (de Trente à Vatican II)

Les visites pastorales en Italie après le concile de Trente1

Angelo Turchini
Traduction de Chiara Garavaglia et Armelle Le Huërou

Résumé

After the concile of Trento there is a dissemination of the institute of the pastoral visits, important from the administrative point of view. Visits offer precious informations on the institutional reality and the organization of the diocesan territory. Vitality of the parishes show the importance of the vicaritati ones like of the atypical parishes in rich dialectic between centers ant the perifery, between Northern Italy and the South.

Texte intégral

  • 1 La traduction française de cette contribution a été effectuée par Chiara Garavaglia avec l’aide d’ (...)
  • 2 Cf. par ex. Burke, 1988, p. 51-52, à propos des idées du clergé sur les laïcs : « Les actes de la (...)

1Selon le concile de Trente (Session XXIV, De reformatione, 3), la visite pastorale entend satisfaire différents objectifs, au premier rang desquels promouvoir et proposer une doctrine pure et orthodoxe, conserver de bonnes pratiques de vie chrétienne, encourager les fidèles (« populum ») par des exhortations et des avertissements, en les incitant à la religion, à la collaboration sociale (« ad pacem ») et à une vie pure. Autrement dit, on propose une acculturation religieuse et comportementale ad extra et ad intra en termes de discipline morale et sociale. Après le concile de Trente, on assiste à un grand changement dans la pratique des visites que la documentation accumulée aux archives diocésaines permet aisément de repérer. On promulgue des décrets et, en conséquence, on intervient sur la réalité. Bien qu’avec certaines limites2, cette documentation offre un cadre spécifique et la généralisation répandue de la visite pastorale, sa réévaluation, sa formalisation comme devoir personnel de l’évêque ainsi que son ajustement constant – quoique partiel – aux impératifs du moment sont nouveaux. Ce qui importe, en plus du déroulement de la visite, dont le contexte naturel est tout autant pastoral qu’administratif, est l’action de la visite sur une réalité institutionnelle précise soumise à enquête.

  • 3 Mazzone, Turchini, 1990. Le sujet a été repris et développé par. Prosperi, 1997 [et déjà, Prosperi, (...)

2Dans la pratique de la visite, on le sait, il y a des étapes fondamentales. Après le temps de la préparation, vient celui de l’arrivée – la rencontre entre la communauté et le visiteur qui découvre le territoire –, auquel succèdent la « visitatio rerum » et la « visitatio hominum ». Si un intérêt particulier est accordé aux clercs, on prête également attention aux laïcs, qu’ils soient organisés ou non, à leurs intérêts spécifiques, quoiqu’avec des attendus différents de ceux d’un pouvoir plus proche. On prend des informations relatives à l’organisation ecclésiastique du territoire dans l’intention de contrôler le fonctionnement des institutions, même par procuration. Quant à la prédication, elle est tout à la fois l’occasion d’enseignement, de reconnaissance administrative et d’animation religieuse3.

3On examine les bâtiments ecclésiastiques pour en vérifier l’état de conservation, les autels, le mobilier et les instruments liturgiques et surtout les reliques des saints, sans oublier les cimetières. On regarde le statut des clercs, l’état de leurs bénéfices, leur mode de vie, considérant que la figure d’un bon prêtre est point de repère pour les fidèles. En s’appuyant sur un clergé qui réside sur place, prêche et exerce à plein ses fonctions administratives, on entend parvenir à contrôler la communauté, la former et l’éduquer grâce à l’enseignement de la doctrine chrétienne. Le statut du ministre revêt une plus grande visibilité institutionnelle que par le passé. De la même manière, celui du fidèle comporte des caractéristiques apparentes : le baptême, la confirmation, le mariage, la confession et la participation aux Pâques, tous éléments vérifiés grâce à la mise à jour des livres de baptêmes, de confirmations, de mariages et d’obsèques.

  • 4 Abbondanza, 1980, p. 68, mais le phénomène est également enregistré dans le territoire de la plaine (...)

4Le lieu sacré est nettement privilégié par rapport au lieu profane dans un processus de cléricalisation de la société plutôt que de sacralisation de la réalité. Du reste, l’espace sacré est un lieu destiné à une socialisation communautaire avec un statut spatial symboliquement déterminé pour signaler la nature circonscrite des rites dans leur ensemble. Dans l’église paroissiale se réunissent les assemblées de la population comme « expression soit du degré d’organisation atteint dans le domaine civil de la communauté locale ; soit de la typologie de la structure ecclésiastique méridionale dont la base est largement laïque4 ». Les gestes et les formules du rituel, en tant que circonstances uniformes, sont destinés à s’imprimer en chaque fidèle et à construire ainsi une communauté qui professe son identité. Le rite constitue une règle de comportement puisque, par des repères identitaires, il désigne autant le groupe – où chacun reçoit un nom, nourrit un parcours de foi avec des rôles distincts qui en permettent la reconnaissance confessionnelle – que les personnes.

5Il convient de considérer en détail les spécificités territoriales dans la longue durée des institutions ecclésiastiques, en mettant l’accent sur ce que le concile a pu ou non modifier aussi bien sur une période relativement brève (au XVIe siècle) que durant plusieurs siècles – jusqu’au-delà du XVIIIe siècle. Au lendemain des réformes disciplinaires introduites par le concile de Trente, l’organisation du territoire traverse une phase de grande fluidité dans laquelle on assiste à une tentative de rationaliser les rapports entre centre et périphérie en mettant en place des figures intermédiaires entre curie et prêtres diocésains. Ces figures sont destinées à devenir permanentes, l’objectif étant de réorganiser le clergé et, en conséquence, les fidèles qu’il administre. Connaître pour gouverner est caractéristique de l’administration, pour laquelle il est crucial d’exercer le contrôle sur le clergé et la population des fidèles aussi bien dans leur ensemble que dans leurs particularités.

6Si une source témoigne en général d’une portion de la réalité – laquelle relève de l’institution promotrice qui en a conditionné le point de vue –, il est du plus haut intérêt d’aller au-delà de cette réalité embrassée par l’institution dont émane la source. Il faut donc la soumettre à une enquête minutieuse et s’attacher à connaître directement les conditions religieuses, sociales et économiques de chaque réalité institutionnelle ainsi que la vie religieuse de chaque communauté qui en relève tout en prenant en compte les contextes politique, social, économique et culturel contemporains.

  • 5 Turchini, 1995, p. 156-157 ; Id., 1993.

7« Sans doute est-il productif de prêter une plus grande attention à la structure hiérarchique et à la population dans leurs relations, dans leurs organisations respectives, etc. On peut certainement identifier des problèmes de gestion, des modalités et circonstances de gouvernement, des attentes et des réponses – qui les satisfont ou non –, des propositions et des directives » en recourant également aux visites pastorales qui peuvent parler ou encore demeurer silencieuses. Mais « quel est le rôle des communautés dans la recherche du sacré, comment se compénètrent la vie religieuse, le culte et ses lieux, et la vie sociale et l’identité collective des communautés ? Quel équilibre ou quelles tensions entre paroisse et communauté ? Souligner la nature laïque de l’église est une démarche isolée », mais très intéressante pour le Mezzogiorno5.

8L’organisation, ou mieux, la réorganisation, des structures diocésaines sur le territoire est intéressante pour le rôle qui leur est imparti dans la vie religieuse des communautés en tant qu’instruments institutionnels et outils de gouvernement. Elles constituent ainsi, dans l’exercice quotidien du pouvoir par le personnel désigné, un repère juridico-administratif entre centre(s) et périphérie en répondant plus ou moins aux incitations de la reforme tridentine. Elles jouent également un rôle de médiation entre la complexité de la vie et la norme, entre les exigences de changement et la continuité. Elles témoignent de surcroît des mutations survenues dans la pratique comme dans la doctrine ecclésiale, dans les situations matérielles comme dans la mentalité religieuse.

  • 6 Cestaro, 1986, p. 282-283.

9La vie de l’Église n’étant pas coupée de la société, de la culture et des institutions de son époque, si l’on tient compte des aspects organisationnels et institutionnels dans leur développement sur le court et le long terme mais aussi dans le contexte défini et codifié au concile de Trente où s’inscrit cette évolution, on peut se demander si la territorialisation de la paroisse, traditionnellement considérée comme une évidence, ne serait pas plutôt une parenthèse de plusieurs siècles entre deux perceptions plus communautaires que paroissiales. Mais il faut auparavant se demander quel type d’institutions propose la « cura animarum » dans la réalité des anciens états de la péninsule italienne. De fait, comme le remarquait A. Cestaro en se référant à l’influence exercée par un certain type de législation ecclésiastique d’état sur les structures religieuses, il n’est pas possible de tenir un discours uniforme sur une réalité très composite d’un point de vue socioéconomique et socioreligieux, puisqu’aux XVIe et XVIIIe siècles, l’épine dorsale de la structure de l’Église méridionale n’est pas la paroisse comme pour l’Église du Nord, mais un réseau dense de bénéfices essentiellement laïcs (les patronages laïcs sur les églises, les chapelles et les confréries)6. Par commodité, je me cantonne à signaler de manière schématique ces deux modèles intéressants et significatifs à divers titres.

Le modèle borroméen (Italie du Nord)

10À travers le changement des structures, certes sollicité par le concile de Trente, mais concrètement mis en œuvre en plein accord avec la tradition ecclésiastique par Charles Borromée, on peut apercevoir les reflets d’un processus de modernisation qui répond et dialogue avec sa propre époque. Il propose aux problèmes, nés de situations et de contextes multiples et variés, une homogénéisation de la discipline, une structuration unitaire, caractérisée par la forte centralisation d’un certain modèle ecclésiastique, la gestion du pouvoir incombant à l’évêque et à ses collaborateurs qualifiés. Il s’agit là d’un projet par la suite destiné à devenir exemplaire.

  • 7 Violante, 1984, p. 17 sq.
  • 8 Cf. Palestra, 1963, p. 359, 385, 396 ; Figini, 1985, p. 25.

11De fait, au-delà du cas de la cité de Milan, l’organisation du diocèse est d’abord constituée par le réseau dense des pievi. Ces églises publiques avec charge d’âmes « sub regimine et potestate episcopi », sont des points de repère religieux et cultuels, en général dans une position privilégiée (en particulier du point de vue de l’orographie, de l’hydrographie et du réseau routier7). Constituant des circonscriptions juridiques, elles sont, depuis le Moyen Âge, distribuées sur le territoire autour de la métropole de façon organique et placées à une distance presque constante le long de trois anneaux concentriques8. À l’âge borroméen, les pievi du diocèse (tout d’abord au nombre de 84, puis un peu plus de 60 à la fin de l’épiscopat de Charles Borromée) sont placées au centre de districts territoriaux qui comprennent d’autres églises qui en dépendent, certaines avec charge d’âmes (« cura animarum »), d’autres pas – ces dernières, moins notables n’en demeurant pas moins intéressantes.

  • 9 Turchini, 1994, p. 153-213 ; cf. la définition du « vicariat forain » dans Moroni, 1860, s.v. vicar (...)

12S’inspirant du modèle proche de Brescia, Charles Borromée introduit l’institution du vicaire forain, figure déjà connue, attestée qu’elle est dans plusieurs diocèses italiens avant le XVe siècle et même dès le XIIIe siècle dans le cas de Lucques et du diocèse de Marsi9. Adapté à la réalité diocésaine, le « vicaire forain » a de nombreuses compétences au sein de la structure ecclésiastique et joue un rôle important d’organe intermédiaire de collecte, de médiation et de transmission des données et de directives ; remplissant des fonctions précises dans les domaines spirituel, administratif et judiciaire, se substituant même ou représentant l’ordinaire diocésain, il est en mesure de construire la base d’un circuit vertueux dans son réseau dynamique de relations.

  • 10 Parmi l’ample bibliographie relative à ces processus, voir Prodi, 1959, p. 323, 326 ; Violante Cin (...)

13Même si la pieve maintient encore sa centralité, elle souffre de tensions centrifuges dues à la tendance à bâtir des églises-filles dans de nouvelles paroisses partiellement ou totalement indépendantes de l’église-mère. En même temps, les territoires paroissiaux ne se rapportent plus nécessairement aux circonscriptions administratives établies par les cités dans leur contado respectif comme cela était le cas par le passé. L’ancienne structure qui organise le territoire et s’appuie sur les pievi constitue le système de base dans lequel s’inscrivent les vicariats forains destinés à revitaliser le personnel ecclésiastique et les communautés religieuses dans le contexte d’une centralisation disciplinaire et institutionnelle nécessairement vigoureuse. Cette dernière est rendue possible par l’introduction de structures supra-paroissiales de coordination et de contrôle qui ne s’attachent pas à restaurer l’ancien système10, l’ancienne prééminence de la pieve subsistant dans quelques obligations liturgiques et dans de maigres prestations économiques. Il faut toutefois noter la nécessité d’une organisation intermédiaire agrégeant plusieurs espaces paroissiaux (macro-espaces) sur une base territoriale à la fois géographique et démographique, réunissant selon des critères géomorphologiques plusieurs pievi aux caractéristiques physiques similaires (monts et lacs, petits cols, plaines, etc.). Publiées en 1580, les Instructiones congregationum du diocèse, qui émanent de l’archevêque de Milan Charles Borromée et résultent des délibérations du IVe concile provincial de 1576, produisent des effets certains sur la vaste province ecclésiastique de Milan, où l’influence de Charles Borromée est très forte : des diocèses de la République de Venise à ceux des duchés padouans, du Piémont à la République ligure. Ces Instructions offrent ainsi un modèle à toute l’Église et seront un repère pour les siècles futurs : le fait de déplacer le centre du pouvoir permet un contrôle à la fois plus diffus (par capillarité) et plus centralisé non seulement des institutions, mais aussi de la population. Ainsi le modèle proposé répond-il aux nécessités de consolidation de l’activité et de valorisation des instances périphériques dans un rapport de dépendance et de contrôle.

  • 11 De l’évolution de la charge vicariale procède celle de la structure paroissiale. Cf. Ungari, 2008, (...)

14L’institution nouvelle du vicariat forain respecte en partie la situation préexistante, dans la mesure où la juridiction de la nouvelle réalité intermédiaire entre centre et périphérie coïncide avec un ou plusieurs territoires paroissiaux et s’y superpose. Par ailleurs, elle valorise et sollicite les professionnels déjà en place en attribuant l’office de vicaire à des prêtres ou curés locaux (= pievano locale o prevosto), en même temps que sont maintenus privilèges traditionnels et prérogatives de l’église paroissiale (= chiesa plebana). Cette dernière est enfin encouragée à jouer un rôle exemplaire et stimulant à l’égard des paroisses, anciennes ou nouvelles, qui dépendent d’elles – leur appartenance leur étant également rappelée avec des gestes symboliques lors de l’acte de constitution. La réalité institutionnelle subissant diverses modifications avant et après, il reste encore à enquêter sur ses dynamiques, même s’il en subsiste des traces dans l’accumulation des actes des visites effectuées par vicariats et par pievi11. Il faut avoir présent à l’esprit que, dans certains cas, l’archevêque Charles Borromée en vient à supprimer des pievi considérées comme inutiles et transfère leurs sièges et ceux des vicariats dans des localités plus centrales. Pour respecter la réalité territoriale, la titulature de certains anciens sièges paroissiaux déchus est transférée à des églises voisines – mais plus adaptées – effectuant une subdivision du territoire en fonction des exigences nouvelles pour les réunions périodiques du clergé ou pour favoriser les échanges entre centre diocésain et paroisses de la périphérie.

  • 12 Dans la toute première phase du gouvernement épiscopal de Charles Borromée, on s’était également o (...)
  • 13 Cf. Prodi, 1959, p. 331-332.
  • 14 Voir un exemple dans Turchini, 1978, p. 16-17 : « C’était une articulation du diocèse plus large q (...)

15Si on considère pour la même période la province ecclésiastique voisine de Ravenne – orientée sur le modèle milanais – et le diocèse de Bologne – dont les pievi du contado ont été maintenues dans leurs pleins pouvoirs par le cardinal Gabriele Paleotti (1566-1597) –, on voit que l’autorité des prêtres n’est pas annulée par le contrôle des vicaires désignés pour représenter l’ordinaire diocésain. Il s’agit en général d’archiprêtres chargés de la visite et de l’inspection des églises qui ont également pour tache de convoquer les réunions du clergé. La tentative de « revitaliser l’institution des pievi comme ossature fondamentale du diocèse » est vouée à l’échec12 et Gabriele Paleotti, à la fin de son épiscopat, en prendra acte13. Sur le long terme, c’est le modèle borroméen qui est destiné à l’emporter, dans la mesure où il répond efficacement aux nécessités d’organisation de la réalité, et est donc bien ancré dans la pratique14.

Modèle du Mezzogiorno

  • 15 Cestaro, p. 165-166, 169-170, en particulier pour la Lucanie, le Cilento et la région de Salerne et (...)

16Antinio Cestaro part d’une lecture horizontale de la paroisse, « dans ses caractères distinctifs, ses rapports avec le territoire et le milieu, avec les structures administratives locales, en ayant bien présent à l’esprit que la paroisse fut aussi une structure territoriale à même d’agréger les communautés locales au sein de la société civile », tant sur le plan religieux que civil et économique, ainsi qu’en matière de charité et d’assistance. Il invite à ne pas considérer le concile de Trente comme un terminus a quo « pour expliquer comment, dans les paroisses du Sud, le neuf parvient à se conjuguer à l’ancien », même si « on ne peut pas le séparer de la règlementation donnée à l’institution paroissiale […] avec les permanences et innovations qui ont fait de la paroisse une institution atypique au regard de celles du centre-nord ainsi que de ce modèle tridentin15 ».

17Dans le Mezzogiorno, les modèles apparaissent différemment implantés mais sont par ailleurs bien connus des visiteurs. Soit les paroisses y sont aussi des « ricettizie » (« bénéficiaires ») – paroisse atypique, se distinguant de la paroisse tout court pour ce qui concerne l’administration des revenus, les bénéfices des cures et la charge d’âme (partagés entre tous les membres du clergé se trouvant dans la ricettizia), la perception de la congrua (qui s’effectue en fonction nombre des participants) avec évidemment tous les problèmes de territorialité afférents (en ce qui concerne l’exercice de la juridiction spirituelle). Soit ce sont des collegiate, ou bien elles relèvent d’un patronat laïque. Est ainsi mise en évidence l’existence d’un réseau serré d’églises en réalité non paroissiales. En d’autres termes, on peut dire que pour le Mezzogiorno, d’un point de vue juridique formel, il y a une paroisse « atypique par rapport à la paroisse tridentine » à plusieurs titres :

  • le nombre d’églises paroissiales est réduit par rapport à l’écrasante majorité d’églises auxquelles est pourtant affecté un curé, mais qui ne sont pas paroissiales ;
  • la cura animarum est confiée à un conseil de prêtres plutôt qu’à une seule personne ;
  • les fonctions de curé sont, dans les églises ricettizie, assumées par un vicaire-curé nommé à l’année (« ad annum ») et non pas à vie ;
  • la gestion des paroisses est exercée dans des lieux pluri-paroissiaux par les chapitres cathédraux ; en substance, en choisissant le vicaire-curé parmi leurs propres membres, ils soustraient à l’évêque le choix du curé – d’ailleurs les chapitres et collegiate ont toujours été jaloux de leurs prérogatives ;
  • la juridiction spirituelle afférente à la paroisse ne s’inscrit pas dans une répartition territoriale16.
  • 17 Cf. Spedicato, 1986, p. 11-15.

18Bien qu’il reste à vérifier si leur nature laïque est généralisée et comment varient les différents types de ricettizia – certains veulent en effet réduire le rôle de la ricettizia par rapport à d’autres institutions ecclésiastiques –, il est intéressant de se pencher sur une enquête conduite à Magliano (Lecce). Il s’agit du cas particulier d’une église ricettizia, laïque et patrimoniale, choisie comme history case en s’appuyant exclusivement sur les informations fournies par les visites pastorales. En allant ainsi au-delà d’une standardisation formelle et répétitive, il ressort que celle-ci était « gérée collectivement en tant qu’“ innumerata”, c’est-à-dire accueillant tous les prêtres du lieu17 ».

  • 18 Denisi 1997, p. 112 ; id., 1982.
  • 19 De Marco, 1988, p. 67, 69 ; ce ne sera seulement possible qu’en 1860.

19Si à Naples en 1597 la réforme du cardinal Gesualdo porte de dix-neuf à trentesept le nombre des paroisses de la cité, ailleurs, à Reggio Calabria par exemple, on assiste au contraire à une réduction de leur nombre de vingt-un à dix-huit dans la seconde moitié du XVIe siècle, avec la constitution de nouvelles paroisses hors les murs [de la cité]. L’attention prêtée au clergé et à l’organisation des institutions (avec intérêt particulier pour les biens ecclésiastiques et le fonctionnement des organismes) montre la présence d’églises paroissiales auxquelles est affecté un curé et d’églises simples18. Le cas qu’offrent les visites à Tarente (1576-1578) est différent. L’évêque du lieu, Lelio Brancaccio (1574-1599), est très formel, enquêtant soigneusement sur les aspects administratifs afin d’obtenir un tableau précis « pour mieux se défendre à Rome comme à Naples ». Dans la cité, la cura animarum est éparpillée entre églises et chapelles des différents quartiers et se révèle en outre « confusément répartie entre les membres du chapitre et du clergé de la cathédrale » (une seule paroisse), alors que l’évêque aurait voulu instaurer de véritables paroisses19.

  • 20 Russo, 1984, p. 257.

20Dans l’espace extra-urbain du diocèse de Naples, la structure paroissiale est essentiellement stable tout au long de l’époque moderne. Dans ce cadre, l’institution des vicariats paroissiaux voit donc se manifester la résistance des organes municipaux et des administrateurs des églises à une plus large présence ecclésiastique. Le conflit entre autorité ecclésiastique et églises paroissiales d’origine laïque trouve sa correspondance dans les rapports « souvent difficiles » entre les responsables des fabriques et les prêtres également subordonnés dans certaines zones aux institutions communales (pour des questions administratives, de gestion de revenus et de dépenses)20.

  • 21 Volpe, 1980, p. 53-66, surtout à partir de l’exemple du diocèse de Capaccio [NdT : actuel diocèse d (...)

21Il n’en demeure pas moins fructueux de s’interroger sur la dialectique entre instances centrales et besoins des communautés locales ainsi que sur les procédures qui construisent une rationalité administrative dans un processus de modernisation, qui voit cependant croître, entre autres, la bureaucratie ecclésiastique, et où la visite pastorale est un acte significatif. Au-delà de sa fonction de contrôle, sa simple programmation fait sens : comme prise de contact non seulement avec les structures religieuses, mais avec tous les groupes sociaux de l’époque, comme moment de fête pour la communauté ou rencontre marquée de crainte, comme occasion de mettre en avant gravamina, plaintes et requêtes ou d’exposer des questions juridiques. Les responsables de la cura animarum font l’objet des contrôles destinés à les encourager à agir, à se qualifier et se mettre à jour. Incités à assumer de nouvelles compétences dans l’exercice de leur office, ils s’impliquent de plus en plus. D’un côté, les lieux de culte – et apparentés – s’accroissent du point de vue quantitatif en lien étroit avec les dynamiques du pouvoir central et local et du point de vue qualitatif, en lien avec le niveau professionnel et économique de celui qui est appelé à les gérer. Parfois la cura animarum est rendue difficile en raison du manque de prêtres, alors même que les clercs sont très nombreux. À cela il faut ajouter, si l’on prend comme référence la quantité de population (sa croissance et ses contractions conjoncturelles, ses déplacements et ses migrations), le fait que les territoires diocésains ne sont pas équivalents. D’autre part, il faut tenir compte de la stabilité du centre diocésain du point de vue de la périphérie, et s’intéresser aux échanges entre centre diocésain et périphérie en prenant en considération les intermédiaires. Il faut également s’intéresser au schéma visiteurs (ou « vicaires délégués »)/évêque, et y corréler le schéma inverse, en réponse aux demandes directes du territoire à l’évêque (évêque et vicaires/visiteurs) à partir des lieux qui sur le territoire sont dévolus à la cura animarum. Cette dernière n’est pas circonscrite à un milieu purement religieux, mais dépend aussi de celui de sa propre communauté, car elle est centre de vie (de la naissance jusqu’à la mort, mais parfois aussi comme lieu de consolation) et de formation pour ce qui est des réalités démographiques et civiques21.

  • 22 De Rosa, 1980, p. 243 ; le discours, relatif aux aspects juridico-institutionnels et aux rapports d (...)

22C’est sur la référence constante et essentielle constituée par la cité que se fonde la hiérarchie territoriale. Même si les districts administratifs et les circonscriptions territoriales sont différents en ce qui concerne l’organisation pastorale (mais pas de façon significative, si ce n’est dans les principes), il n’y a pas beaucoup de changement du point de vue de la conquête du contado. La réforme religieuse, plus facile et plus aisée à contrôler dans les cités du XVIe siècle, part de la cité, qui est prépondérante, pour conquérir le contado et contrôler des zones extra-urbaines divisées en de nombreuses communautés disséminées. De fait, le système des congrégations vicariales ainsi que, à la fin du XVIe siècle, celui des vicaires délégués, s’adaptent bien comme lien supra-paroissial pour les espaces homogènes, dans un territoire qui s’incarne avant tout dans ses clercs et ses fidèles et est susceptible de s’élargir ou de se restreindre selon les activités liées à la cura animarum et à la population. Pour autant, du côté des campagnes, la tendance à ruraliser l’église n’est pas absente22.

Notes

1 La traduction française de cette contribution a été effectuée par Chiara Garavaglia avec l’aide d’Armelle Le Huërou.

2 Cf. par ex. Burke, 1988, p. 51-52, à propos des idées du clergé sur les laïcs : « Les actes de la visite pastorale constituent la partie la plus volumineuse, nous dirions aussi la plus utile et la plus importante, des Archives [diocésaines de Milan]. Ils offrent en effet l’état le plus précis de chaque église aux différentes époques où elle fut visitée et, tous ensemble, présentent l’évolution historique de chaque paroisse » (par suite de la mise en série du fait même de l’archivage). Sala, 1857, p. lv.

3 Mazzone, Turchini, 1990. Le sujet a été repris et développé par. Prosperi, 1997 [et déjà, Prosperi, 1994].

4 Abbondanza, 1980, p. 68, mais le phénomène est également enregistré dans le territoire de la plaine du Pô ainsi que dans les Alpes.

5 Turchini, 1995, p. 156-157 ; Id., 1993.

6 Cestaro, 1986, p. 282-283.

7 Violante, 1984, p. 17 sq.

8 Cf. Palestra, 1963, p. 359, 385, 396 ; Figini, 1985, p. 25.

9 Turchini, 1994, p. 153-213 ; cf. la définition du « vicariat forain » dans Moroni, 1860, s.v. vicario foraneo : celui-ci « exerce sa juridiction foris et extra civitatis ; il est appellé Decano en de nombreux endroits » [NdT].

10 Parmi l’ample bibliographie relative à ces processus, voir Prodi, 1959, p. 323, 326 ; Violante Cinzio, 1993, p. 26 sq. ; Turchini, 1994 ; Turchini, 2010.

11 De l’évolution de la charge vicariale procède celle de la structure paroissiale. Cf. Ungari, 2008, p. 19 : « Une fois renouvelées les anciennes juridictions des bénéfices paroissiaux des églises-mères hégémoniques sur les paroisses ou chapelles subalternes, la physionomie diocésaine en sortit transformée ; aux anciennes pievi d’origine médiévale […], on substitua au fur et à mesure de nouvelles circonscriptions qui obligèrent en partie les anciens curés à s’adapter aux hiérarchies du nouveau système. » Pour une vue plus générale, cf. Turchini, 1994, p. 154-215.

12 Dans la toute première phase du gouvernement épiscopal de Charles Borromée, on s’était également orienté dans cette direction à Milan, comme le prouve une lettre circulaire envoyée par le vicaire générale Nicolò Ormaneto à tous les prêtres des pievi. L’intention était de mettre en valeur les « chefs des pievi » pour promouvoir une délégation de l’action pastorale en individualisant même certaines fonctions de surveillance, contrôle, inspection, recherche d’information directes et indirectes sur le clergé et les fidèles dans un milieu territorial précis, dans l’optique d’une médiation et intégration des contacts avec l’évêque : cf. Turchini, 1994, p. 154-155.

13 Cf. Prodi, 1959, p. 331-332.

14 Voir un exemple dans Turchini, 1978, p. 16-17 : « C’était une articulation du diocèse plus large que celle des paroisses, mais qui récupérait les modalités du contrôle exercé auparavant – puis annulé – par les archiprêtres des pievi et qui maintenant, au cours d’une phase de restructuration hiérarchique où l’on cherchait un moyen pour s’assurer un contrôle rapide et efficace sur les curés, acquérait une nouvelle valeur. […] On ne cherchait pas à donner au territoire une nouvelle organisation, car elle restait ancrée sur les paroisses : on voulait seulement réorganiser le clergé. Puis, avec le temps, à la suite de la nouvelle structuration ecclésiastique, viendra aussi la restructuration du territoire. » Voir aussi Turchini, 1991, p. 11-25.

15 Cestaro, p. 165-166, 169-170, en particulier pour la Lucanie, le Cilento et la région de Salerne et de l’Irpinia. La paroisse est un « problème qui touche non seulement la vie religieuse, mais aussi la vie sociale des communautés locales » [p. 166].

16 Cestaro, p. 176.

17 Cf. Spedicato, 1986, p. 11-15.

18 Denisi 1997, p. 112 ; id., 1982.

19 De Marco, 1988, p. 67, 69 ; ce ne sera seulement possible qu’en 1860.

20 Russo, 1984, p. 257.

21 Volpe, 1980, p. 53-66, surtout à partir de l’exemple du diocèse de Capaccio [NdT : actuel diocèse de Vallo della Lucania, Campanie].

22 De Rosa, 1980, p. 243 ; le discours, relatif aux aspects juridico-institutionnels et aux rapports de pouvoir, est très différent de celui qu’on peut tenir pour le XVIIe siècle, lorsqu’aux cités en voie de sécularisation s’opposent les campagnes religieuses.

Auteur

Professore ordinario di Archivistica, Università degli studi di Bologna.
Armelle Le Huërou (Traducteur)

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540