Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La paroisse, communauté et territoire

 | 
Bernard Merdrignac
, 
Daniel Pichot
, 
Georges Provost
, 
et al.

Deuxième partie. L’apogée de la paroisse territoriale (de Trente à Vatican II)

Territoire ou communauté : les paroisses urbaines en question dans la Bretagne du XVIIIe siècle

Georges Provost

Résumé

In 18th c. Brittany, urban parishes often stood as complex territories of various sizes and were only imperfectly fit for the living space of a community’s life. This study aims at showing how this inherited situation evolved under the influence of the Catholic Reformation, urban development (particularly in Nantes, which new neighbourghood île Feydeau is specifically scrutinised here) and the resetting of parishes at the beginning of the Revolution. The current research leads to the conclusion that the climax of the “territorial parish” was slower and shorter in towns than in the countryside.

Texte intégral

  • 1 Alors même qu’elles sont de traitement plus lourd, comme en témoigne l’épaisseur des registres de (...)
  • 2 Voir par exemple les actes (à paraître) du colloque La paroisse urbaine du Moyen Âge à l’époque co (...)
  • 3 Voir Croq L. et Garrioch D. (dir.), à 2013. Sur Paris, Lyon-Caen N., 2005 et Lyon-Caen N., 2006.

1Aborder la question de la paroisse par la ville n’est pas, pour l’historien des XVIIe et XVIIIe siècles, l’angle de vue le plus naturel. Autant le caractère central de la paroisse rurale va de soi, autant son homologue urbaine est souvent tenue pour secondaire, au motif qu’elle ne tiendrait pas le même rôle englobant et que ses archives ne sauraient permettre de saisir la totalité d’un microcosme1. Sans doute est-ce pour corriger ce déséquilibre que l’attention se porte aujourd’hui plus volontiers sur les paroisses urbaines2. Dans les grandes villes en particulier, elles invitent à une « histoire sociale du religieux » articulant le spatial et le social, le territoire et la communauté3. L’objectif retenu ici sera plus précisément de tenter de cerner l’apport spécifique des villes à une histoire du maillage paroissial envisagée sur le long terme.

  • 4 Nières C., 2004 ; Quéniart J., 2004, chap. IX.
  • 5 Voir pour Nantes Lelièvre P., 1988. Cela vaut en particulier pour le clergé régulier dont la dépri (...)
  • 6 Atlas de la Révolution française, t. 11. Paris, 2000, p. 12-15 ; Plongeron B., 1987 (en particulie (...)
  • 7 Perrot J.-C., 1975-2001.

2En se fixant sur des exemples bretons du XVIIIe siècle, l’enquête s’inscrit a priori dans une séquence de stabilité : « l’apogée de la paroisse territoriale », désormais fixée et point encore remise en cause par l’expansion démographique, la déchristianisation et la raréfaction du clergé. Pourtant, le schéma ne présente probablement pas à la ville la tranquille ( ?) évidence des champs. D’abord parce que les territoires paroissiaux s’identifient plus imparfaitement à la vie sociale d’un groupe donné : l’idéal tridentin de la paroisse, superposant territoire et communauté dans une même logique d’efficacité pastorale, est indéniablement plus difficile à mettre en œuvre en ville. Par ailleurs, certaines cités sont en butte, dès le XVIIIe siècle, à de profondes transformations4 : Rennes voit une radicale refonte de son urbanisme après le grand incendie de 1720, Nantes connaît une croissance galopante à l’échelle du temps. Ces mutations ont-elles une incidence repérable sur les territoires paroissiaux ? À première vue, les structures religieuses sont réputées à l’écart – passives sinon victimes5 – de l’aggiornamento urbain (J.-C. Perrot) du XVIIIe siècle. S’il est illusoire d’attendre un redéploiement d’ensemble avant celui, souvent ignoré, de l’Église constitutionnelle, l’étude de détail dévoile, à Paris6 comme à Caen7, l’existence de tensions nées du décalage entre territoires hérités et fronts d’urbanisation. Qu’en fut-il en Bretagne, particulièrement dans les villes les plus concernées par le changement ?

3Tenter un panorama du paysage paroissial des villes bretonnes au long du XVIIIe siècle invite tout d’abord à en souligner la complexité héritée, qui pose en termes spécifiques l’adéquation entre territoire et communauté. Quelle peut être, dans ce contexte, la marge d’intervention des autorités diocésaines soucieuses de consolider, en ville aussi, un catholicisme paroissial ? quelle est, parallèlement, la perception des habitants ? Une attention particulière sera réservée au dossier du nouveau quartier nantais de l’île Feydeau, qui offre l’occasion d’entendre plus largement les dynamiques à l’œuvre dans la définition d’un territoire paroissial au cœur d’une ville en mutation.

En ville, une délicate adéquation du territoire et de la communauté

  • 8 Jarnoux P., 1993. Pour la ville d’avant 1720, on dispose de la carte réalisée en 1948 par Geneviève (...)
  • 9 Husson J.-P. (1971), en particulier p. 32-54. Dans un tout autre esprit, voir également Jarnoux A., (...)

4La complexité des territoires paroissiaux urbains est d’abord celle de leur établissement par l’historien. En l’absence de toute carte d’ensemble avant le XIXe siècle, deux sources peuvent être utilisées, de rendement très inégal : les registres paroissiaux peuvent fournir des indications de quartier ou de rue mais de manière très aléatoire ; les rôles fiscaux, fréquemment divisés par paroisse au XVIIIe siècle, permettent un tableau plus systématique, et c’est pourquoi la mise en évidence des frontières paroissiales urbaines doit davantage aux historiens de la société qu’à ceux du fait religieux. À Rennes, Philippe Jarnoux a établi la carte de référence pour la ville d’après 17208 (cartes 1 et 2) ; à Nantes, le mémoire de maîtrise de Jean-Pierre Husson propose également une cartographie précise à partir des rôles fiscaux du XVIIIe siècle9 (carte 3). Les deux villes affichent un nombre de paroisses relativement voisin, reflet d’un volume démographique comparable jusqu’au XVIIIe siècle : dix à Rennes, douze à Nantes.

  • 10 Durville G., 1908.
  • 11 Husson J.-P., 1971, p. 40.
  • 12 Une croix placée au milieu du dernier pont, dit de Pirmil, matérialise la limite de la ville.
  • 13 Même Saint-Jean, a priori paroisse de faubourg, revendique en 1670 le terrain sur lequel a été con (...)
  • 14 Cf. la thèse (en cours) de Julien Bachelier. La complexité rennaise tient peut-être aussi à une an (...)

5D’une ville à l’autre, la configuration des territoires paroissiaux diffère pourtant assez nettement. Le cas nantais semble relativement classique en ce qu’il marque les étapes du développement de la ville : les paroisses du cœur ancien, autour de la cathédrale et du château, sont entourées par celles de la « seconde couronne » (Saint-Léonard, Saint-Saturnin) enserrées derrière les murailles du XIIIe siècle, puis viennent celles des faubourgs (Saint-Similien, Saint-Clément). Dans le détail, cette structure concentrique est cependant plus complexe : il est des paroisses à cheval sur l’enceinte et les faubourgs, à l’exemple des deux plus peuplées, Saint-Nicolas et Sainte-Croix. Par ailleurs, le cœur ancien présente des paroisses tout à fait minuscules : Saint-Laurent ne couvre que cinq ou six rues, pas plus de 800 personnes en 1775, donc moins de 1 % de la population de la ville à cette date. Plus modeste encore, Saint-Jean-en-Saint-Pierre, desservie à un autel secondaire de la cathédrale, ne comporte en 1692 que « deux maisons, huit ou dix boutiques d’artisans10 » et se réduit à 8 cotes fiscales en 176211. Enfin, une partie de l’agglomération nantaise au sens large se rattache religieusement à des paroisses qui ne sont pas « de la ville » : Saint-Donatien au nord mais surtout Saint-Sébastien au sud, dont dépend le faubourg de Pirmil12. À Rennes, les complexités sont autres : il n’y a pratiquement pas de lien repérable entre paroisses et enceinte car pratiquement toutes les paroisses recouvrent une partie de l’intra muros et s’étendent sur un faubourg voire sur la campagne13. Surtout, trois de ces paroisses présentent des territoires disjoints, avec des enclaves détachées de l’église-centre : Saint-Aubin, dont le noyau se situe autour de la place Sainte-Anne, possède une bonne partie de l’outre-Ille, Saint-Germain détient la rue Haute jusqu’au pont-Saint-Martin, Toussaints s’adjoint une enclave rurale vers l’est, sur l’actuel quartier de Beaulieu. Ici, l’histoire propre de l’organisme urbain, avec ses enceintes successives, compte sans doute moins que la marquetterie des possessions foncières ou féodales, en particulier celles des abbayes14.

Carte 1. – Les paroisses rennaises sous l’Ancien Régime (enceinte exclue)

Carte 2. – Les paroisses de l’enceinte et des faubourgs de Rennes après 1720.

Carte 3. – Les paroisses de l’enceinte et des faubourgs de Nantes au XVIIIe siècle.

  • 15 Bedouret A., 2001, t. 1 p. 117.
  • 16 Arch. mun. Nantes, GG 243, f° 145 r°.
  • 17 Denis J., 1985, p. 141.
  • 18 Donnart G., 1999, p. 86. Il s’occupe notamment de recruter les corvoyeurs, la corvée ne pesant que (...)

6Sans aller jusqu’à un tel éclatement, la complexité est souvent de règle pour nombre de villes petites ou moyennes. Il est certes des cités où l’intra muros et les faubourgs coïncident avec des limites paroissiales (Lamballe, Machecoul, Clisson…) mais elles sont probablement minoritaires. À Vannes, Notre-Dame du Mené, paroisse du faubourg, couvre également une petite partie de l’enceinte. À Vitré, Notre-Dame, paroisse de la cité, possède une partie des faubourgs qu’elle défend d’ailleurs victorieusement en 1686 face aux ambitions de Saint-Martin15. La paroisse urbaine est donc souvent hétérogène dans ses paysages, ses hommes et ses activités. Saint-Aubin de Rennes couvre à la fois le nord de l’intra muros, la place Sainte-Anne qui est alors en faubourg, mais aussi des champs et des prairies. Peuvent donc s’y côtoyer des notables de la haute ville et des paysans, nombreux à Rennes puisque presque toutes les églises desservent un vaste espace rural. Le fonctionnement concret de telles paroisses pose toutefois question : peut-on imaginer que ces paysans se rendent tous les dimanches à la messe au cœur de la ville ? lorsqu’un mourant doit recevoir les derniers sacrements, faut-il aller chercher prêtre et viatique dans une église du centre alors qu’il y a urgence, en particulier la nuit quand les murailles sont fermées ? Dans les faits, il existe des chapelles dans les faubourgs sinon la campagne (telle la Madeleine au sud de Rennes) où chaque recteur est tenu d’entretenir de ses propres deniers un vicaire assurant une messe dominicale et administrant les sacrements aux nouveau-nés et aux malades. À Nantes, un vicaire de Sainte-Croix, établi hors des murs, dessert ainsi l’île de la Saulzaie de concert avec les Récollets établis sur une autre île de Loire16. La fréquentation de l’église paroissiale reste indispensable pour les baptêmes, mariages, enterrements, et aussi pour recevoir la communion pascale. Quant à la gestion matérielle de la paroisse et aux questions fiscales qui en relèvent, les choses sont plus mystérieuses. Une représentation politique des paroissiens des campagnes n’apparaît que par intermittence : à Vitré, un « général des trésoriers de campagne de Saint-Martin et Notre-Dame » confectionne les rôles de fouage pour la partie rurale de la ville17. À Rennes, les « généraux de paroisse » ne comportent que des notables – hommes de loi ou marchands – de la ville ou des faubourgs. On peut voir surgir un « général de Toussaint campane18 » mais cela est tout à fait accidentel, alors même qu’il constitue, sur la partie rurale de la paroisse, l’instance de gestion la plus permanente, contrairement à la ville dotée d’une municipalité.

  • 19 Julian Mori, accueilli le 25 novembre 1698 à l’Hospital Real : « de Sn Jermen de Rene en sus arrab (...)
  • 20 Rappelons qu’il s’agit d’un service armé (rondes de nuit, patrouilles) assuré par les hommes du qu (...)
  • 21 Saupin G., 1988, p. 69.
  • 22 Jarnoux P., 1993, p. 689-697.
  • 23 Blot B., 2000.
  • 24 Saupin G., 2000.
  • 25 Arch. mun. Nantes, GG 243, f° 140 r° : trois de Sainte-Croix et deux de Saint-Similien.

7Car la paroisse urbaine n’est souvent qu’un cadre vécu parmi d’autres. Avant de se reconnaître d’une paroisse, l’urbain est « de la ville », au sens large ou à tout le moins de telle ou telle de ses parties dont on a vu qu’elles ne coïncident pas forcément avec les limites paroissiales : enceinte/faubourg, faubourg/banlieue, haute ville/basse ville… Ces partages sont perçus d’une manière si naturelle par le citadin qu’il éprouve parfois le besoin de les préciser, même quand ce n’est pas nécessaire : à preuve ce Rennais, pèlerin de Saint-Jacques en 1698, qui précise à l’hospitalier de Compostelle qu’il est domicilié à « Saint-Germain de Rennes, en ses faubourgs19 ». De façon plus fine, le quartier suscite un fort sentiment d’appartenance, d’autant qu’il détermine le fonctionnement de la milice bourgeoise20 organisée en quartiers définis par les autorités municipales et adaptés au fil du temps : à Nantes, où ils sont 14 en 1598 et 18 à la fin du XVIIIe siècle, Guy Saupin relève que « le quartier milicien rivalise avec la paroisse et la fabrique comme assise fondamentale de l’identité urbaine21 ». D’autres éléments encore éloignent la paroisse urbaine de l’unité organique que forment à la campagne « l’église et le village ». La discordance entre église et cimetière par exemple : des paroisses ont plusieurs cimetières quand d’autres n’en ont aucun. Des lieux de culte non paroissiaux attirent aussi les nécropoles des notables, qu’il s’agisse de chapelles de couvent ou de confréries, si vivantes au temps du « catholicisme corporatif » (R. Descimon) des XVIe-XVIIe siècles. Avant même la mort, le mariage aura souvent dilué la communauté paroissiale : par rapport à la paroisse rurale où près des trois quarts des paroissiens trouvent leur conjoint(e), la ville présente un niveau beaucoup plus faible d’endogamie paroissiale : 50 % à Rennes au XVIIIe siècle, sachant que certaines paroisses sont bien en deçà et que la proportion plonge à la fin du siècle22. Au cours de la vie, bien des urbains auront également déménagé et connu plusieurs paroisses : les règlements prévoient ainsi des dispositions permettant à un ancien trésorier de paroisse de continuer à faire partie des délibérants du général quand bien même il n’habite plus son territoire (Saint-Germain de Rennes23, Sainte-Croix de Nantes24). L’inverse est aussi vrai : en 1740, cinq délibérants de Saint-Nicolas de Nantes ont été trésoriers d’autres paroisses de la ville25.

  • 26 Le cas de Dinan, avec ses deux grandes églises de Saint-Malo et de Saint-Sauveur, est l’exception.
  • 27 Rauber J., 2006.
  • 28 Et limitant la paroisse à un « vicaire perpétuel » même si le terme de recteur, élargi par une déc (...)
  • 29 Rennes est la seule exception. Voir sur ce point Restif, B., à paraître. Je remercie Bruno Restif (...)

8Il n’est pas jusqu’à la modestie – sinon la mesquinerie – des conditions matérielles d’exercice du culte paroissial en ville qui ne souligne le contraste avec les campagnes du temps. De grosses paroisses urbaines que nous associons aujourd’hui à de solennelles églises du XIXe siècle – Saint-Michel de Saint-Brieuc, Saint-Aubin de Rennes, Saint-Nicolas de Nantes qui invente le néo-gothique… – sont souvent sous l’Ancien Régime confinées à des édifices de second ordre26, ne serait-ce que par leur emplacement et leur statut dans la ville : Saint-Michel de Saint-Brieuc n’est au départ qu’une chapelle en périphérie de la ville ; Saint-Thurian de Quintin est dans un faubourg, la ville se groupant autour de la collégiale. L’état matériel de nombre de ces églises laisse souvent beaucoup à désirer au XVIIIe siècle (Saint-Michel de Saint-Brieuc27, Saint-Germain ou Toussaints de Rennes), ce qui n’est pas sans expliquer que plusieurs ne résistent pas à l’intermède révolutionnaire. Une telle situation reflète la dépendance historique de ces paroisses par rapport à une institution qui les a précédées et continue de les tenir en marge en conservant le titre de « recteur primitif28 ». En Bretagne tout particulièrement, les cathédrales – jadis églises « primitives » de la ville – sont presque toutes le siège d’au moins une paroisse29, en position tout à fait marginale : à Nantes, la paroisse Saint-Jean en Saint-Pierre siège au dernier autel du collatéral, ce qui lui interdit de conserver le Saint-Sacrement ; à Saint-Brieuc, la cathédrale abrite les fonts baptismaux au détriment de la paroisse Saint-Michel. Dans d’autres villes, la paroisse est confinée à un autel de la nef d’une collégiale, les chanoines occupant le chœur (Rochefort-en-Terre, Guingamp, Clisson…) et il peut en aller de même d’un prieuré (Notre-Dame de Vitré) ou d’une abbaye (Saint-Pierre en Saint-Georges de Rennes). De tels partages de l’espace supposent aussi un partage du temps liturgique : les offices sont à des horaires différents et la messe paroissiale reste basse, le chapitre ou les religieux gardant l’exclusivité de la grand-messe et des vêpres.

  • 30 Dupuy A., 1887-1891, t. 3 (1887-1888), p. 303 cite les cas d’Auray, Lannion, Ploërmel, Redon, Quint (...)
  • 31 Lyon-Caen N., 2005 et Lyon-Caen, 2006.

9Au vu de tels constats, l’impression prévaut que la paroisse urbaine est plus interstitielle que matricielle : elle s’est développée comme elle a pu à l’ombre de puissants voisins, cathédrale, abbaye, collégiale. Elle est un lieu d’investissement bourgeois, quand les élites nobiliaires privilégient les abbayes ou les couvents mendiants. Sa croissance souvent tardive et contrariée lui a longtemps interdit de se doter d’un « général » : dans de nombreuses villes bretonnes à paroisse unique, son temporel est administré, jusque vers 1740, par la communauté de ville30. Constatons donc qu’il peut encore y avoir, en plein XVIIIe siècle, des paroisses urbaines sans église, sans tabernacle, sans cimetière, sans général, sans dîmes évidemment… d’autant que certaines n’ont pratiquement pas de paroissiens et donc de casuel ! Du moins ont-elles une existence spatiale et bénéficiale… mais de tels territoires, sans communauté réelle, sont-ils concevables à l’heure où les villes sont réputées passer, à l’exemple de Paris, d’un catholicisme corporatif à un catholicisme paroissial31 ?

De la difficulté de remanier les territoires

10Dans la foulée du concile de Trente et de son objectif d’encadrement des fidèles par un clergé rénové, les XVIIe et XVIIIe siècles achèvent de donner de la paroisse la définition idéale qui restera longtemps en vigueur : un seul pasteur gouvernant un seul troupeau sur un territoire « certain et limité ». En milieu rural, l’idéal s’inscrit presque toujours dans le maillage paroissial hérité du Moyen Âge, au prix de retouches éventuelles. En Bretagne, les évêques érigent ainsi, de temps à temps, des trèves, terme désignant ici des succursales largement autonomes car desservies par un « curé trévien ». Au XVIIIe siècle, il s’agit souvent de promotions de succursales en paroisses, avec un recteur, un général et une pleine autonomie spirituelle. Le changement est alors sans incidence spatiale puisqu’il ne fait que confirmer les limites de la trève préexistante. Les territoires changent donc peu, les motivations des évêques étant d’ailleurs plus bénéficiales que strictement pastorales.

Diocèse

Érection

Démembrementr

Erection de succursale/trève

Promotion en paroisse

Vannes

Saint-Louis de L’Orient

Ploemeu

1709

Saint-Malo

La Chapelle-Bouëxic

Guignen

1676

1711

Tréguier

Saint-Gilles-le-Vicomte

Pommerit-le-Vicomte

1715

Nantes

Le Gavre

Plessé

1730

Nantes

Saint-Joachim

Montoir

1747

Nantes

Férel

Herbignac

1749

Léon

Saint-Cadou

Sizun

1748

Nantes

Le Croisic

Bourg-de-Batz

1763

Nantes

Saint-Christophe la Couperie

La Rémaudière et La Boissière

1766

Nantes

La Chapelle Saint-Sauveur

Montrelais

1766

Nantes

La Meilleraye

Moisdon

1626

1767

Nantes

Pénestin

Assérac

1767

Nantes

Saint-Sulpice-des-Landes

Le Pin

1768

Nantes

Saint-Laurent des Autels

Drain

1770

Nantes

Paimboeuf

Sainte-Opportune et Saint-Père en Retz

1771

Nantes

La Chapelle des Marais

Missillac

1716

1771

Rennes

Boistrudan

Piré

1784

Vannes

Sainte-Hélène

Locoal

1786

Saint-Malo

Rouillac

Sévignac

1789

Tableau 1. – Les érections de paroisses et de trèves dans la Bretagne du XVIIIe siècle.

  • 32 Sont exclues ici les procédures inabouties avant 1790 telle que l’enquête menée en décembre 1788 a (...)
  • 33 Arch. dép. Loire-Atlantique, G 63.
  • 34 De même à Saint-Pol de Léon, Mgr de La Marche, soucieux d’atténuer les inégalités du système des b (...)
  • 35 Car les circonscriptions civiles, en particulier des subdélégations, illustreraient la même efferv (...)
  • 36 Arch. dép. Loire-Atlantique, 4 E2 116. J’ai eu connaissance de ce dossier, et de plusieurs autres, (...)
  • 37 Arch. dép. Loire-Atlantique, 4 E2 116.
  • 38 Arch. dép. Loire-Atlantique, G 622-2.

11Dans ce modeste décompte à l’échelle de neuf diocèses32, relevons toutefois la nette concentration nantaise des années 1766-1771, sous l’épiscopat de Mgr Mauclerc de la Muzanchère33. Un volontarisme épiscopal34 se devine en ces années où se fait sentir un vent de réformes allant dans le sens d’une rationalité éclairée : pour s’en tenir au seul domaine du religieux35, songeons à la Commission des réguliers qui procède à de nombreuses fermetures de monastères ou à des réunions de bénéfices abbatiaux sous l’égide du gouvernement et des évêques. En milieu rural, l’évêque parvient généralement à ses fins, malgré les résistances de ceux qui y ont à perdre : en 1767, le recteur du Clion déplore ainsi l’amputation de son territoire pour créer la succursale de Prigny mais il dit céder devant « les vues supérieures de son seigneur évêque », « désirant lui donner des preuves de son entière obéissance36 ». La quasi-absence de la ville dans le tableau qui précède – hors du cas très particulier de la ville nouvelle de Lorient – n’est toutefois pas un hasard : la volonté épiscopale s’y heurte à des résistances autrement puissantes. À Nantes, Mgr Mauclerc de la Muzanchère a, du reste, enregistré un échec lorsqu’il a tenté, en 1767, de créer une paroisse sur deux îles de Loire, Grande Biesse et Petite Biesse37, à partir de l’aumônerie préexistante de Toussaints. L’argument pastoral ne manquait pourtant pas de pertinence : ces îles dépendaient de Sainte-Croix, paroisse de l’intra muros qui n’était accessible que par la ligne des ponts, dangereux en hiver et mal famés la nuit. Le recteur de Sainte-Croix était le premier à souhaiter le démembrement… mais l’hostilité résolue des notables de son général et d’une partie des habitants du quartier redoutant de devoir contribuer à l’entretien de la nouvelle paroisse paralysa le projet, qui ne put aboutir que vingt-trois ans plus tard, en juin 179038 : succès dérisoire puisque aussitôt caduc, la Constitution civile du clergé engageant un mois après une refonte globale des paroisses urbaines.

  • 39 Je laisse ici de côté le cas très particulier de Saint-Pol-de-Léon où l’union de sept vicariats en (...)
  • 40 Arch. dép. Côtes d’Armor, 20 G 96, union des portions de cure, 1706-1707.
  • 41 Arch. dép. Côtes d’Armor, 20 G 139, union des portions de cure, 1733. Interrogés, les fidèles se p (...)
  • 42 Cité par Bédouret A., 2001, p. 59-60.

12Constatons donc l’étroitesse de la marge d’intervention en ville, que les évêques contrôlent et visitent toujours moins assidûment que les campagnes. La reconfiguration des paroisses s’y heurte à trop d’intérêts coalisés pour que la croissance de la ville puisse imposer de véritables changements. De ce fait, les évêques se contentent souvent de rationaliser les fonctionnements paroissiaux complexes de certaines villes39 où, à la suite de partages ou d’unions de bénéfices survenus dans un passé plus ou moins lointain, la charge rectorale était partagée entre deux ou trois individus sur un même territoire. Tel était le cas de Guingamp, qui ne comptait qu’une paroisse – Notre-Dame dans l’intra muros – mais dont la cure était partagée en quatre portions : quatre titulaires assuraient un roulement, chacun exerçant la charge rectorale une semaine sur quatre40. De même à Lamballe, la paroisse de l’intra muros (répartie en trois églises, la collégiale Notre-Dame, SaintJean et Saint-Sauveur) était desservie par trois recteurs exerçant une semaine sur trois41. Cette situation prend fin respectivement en 1707 et 1733 : à la faveur de la mort d’un des recteurs, et avec l’accord du patron, l’union des portions de cure est réalisée au profit d’un seul titulaire. L’évêque de Rennes est moins heureux à Vitré lorsqu’il entreprend de mettre fin à un système d’alternance quelque peu différent qui voyait les recteurs de deux paroisses, Notre-Dame et Saint-Martin, permuter chaque semaine : chacun était recteur de Notre-Dame puis devenait la semaine suivante recteur de Saint-Martin, le partage ayant pour vertu de répartir équitablement les charges et les revenus, fort inégaux, des deux paroisses. Inutile de souligner que de tels fonctionnements ne manquent pas d’interroger au regard de l’idéal pastoral tridentin. À la mort de l’un des recteurs alternatifs, en 1670, l’évêque de Rennes tente d’y mettre fin mais se heurte à la résistance des paroissiens qui disent n’y voir que des avantages, « ladite alternative ne faisant auchun préiudice à cette paroisse42 ». L’alternance, quadriannuelle et non plus hebdomadaire, perdurera jusqu’à la Révolution… Même dans ces cas où les territoires ne sont pas en jeu, la marge d’intervention paraît donc bien mince.

  • 43 Arch. mun. Rennes, GG 279, arrêt du conseil du 4 novembre 1727.
  • 44 Alors même que d’autres choix plus novateurs étaient faits, qu’il s’agisse de l’urbanisme (Nières (...)
  • 45 Jarnoux P., 1993, t. 1 p. 57.

13Que des reconfigurations territoriales soient difficilement pensables en ville au XVIIIe siècle, Rennes en administre la preuve après l’incendie de 1720 qui aurait pu en offrir l’occasion. La question des délimitations paroissiales dans la partie reconstruite est rapidement abordée, dès que le conseil du roi a approuvé le plan de reconstruction de Robelin (1723) : celui-ci sert de base pour l’établissement des nouvelles limites paroissiales puis ultérieurement seigneuriales (1738)43. Un arrêt du Conseil du roi les officialise en 1727, avec le consentement des recteurs concernés mais sans que l’évêque ait été consulté : il est vrai que la nouvelle carte ne crée ni ne supprime rien car les commissaires chargés de la refonte ont d’abord cherché à restituer à chaque paroisse sa superficie d’avant l’incendie (moins un quart consenti à l’élargissement des rues). L’occasion n’a donc pas été saisie d’une rationalisation spatiale44 : les limites sont certes plus orthogonales, en accord avec le tracé des nouvelles rues (carte 2), mais les enclaves demeurent inchangées. Nul n’y reviendra avant 1790 : l’absence de véritable expansion urbaine n’incite guère, il est vrai, à remettre en cause des délimitations auxquelles les contemporains reconnaissent une pertinence au moins statistique puisque les rôles de capitation rennais adoptent une division paroissiale à la fin du siècle45.

  • 46 Arch. mun. Nantes, GG 284, f° 121 r° et GG 254.
  • 47 Arch. mun. Nantes, GG 604.
  • 48 « Mémoire concernant les commodités, les décorations et embellissements de la ville de Nantes » pa (...)
  • 49 Durville G., 1908. Un plan de la paroisse Saint-Laurent (arch. mun. Nantes, II 160-7) s’inscrit dan (...)
  • 50 L’information est donnée à l’occasion de l’enquête en vue d’ériger une paroisse aux Deux-Biesses e (...)
  • 51 Lassère M., 1994.

14Rien de tel à Nantes qui voit sa population doubler au XVIIIe siècle, pour atteindre 90 000 habitants à la veille de la Révolution. Certes, la ville ne voit pas non plus sa carte paroissiale bouleversée avant 1791 mais de nombreuses retouches ponctuelles sont débattues à partir des années 1740. L’extension des zones construites occasionne en effet des incertitudes de juridiction, réglées au cas par cas par les recteurs et les généraux de paroisse. Pour mettre fin à une action judiciaire, un « concordat » précis est signé entre les deux recteurs et les deux généraux de Saint-Similien et Saint Nicolas en 1747, qui délimite précisément la frontière dans une zone jadis non bâtie : une croix vient matérialiser la nouvelle limite en 175246. Un même arrangement intervient en 1785 entre Saint-Léonard et Saint-Clément au sujet du cours Saint-Pierre édifié sur l’emplacement des remparts arasés47. Dès 1755, l’architecte Vigny envisage même deux modifications d’importance : le transfert sur les îles de Loire en cours d’urbanisation de l’une des paroisses de l’enceinte – Saint-Saturnin, qui n’est pourtant pas la moins artificielle – et la reconstruction de l’église Saint-Nicolas en dehors des murailles48. À Saint-Laurent, minuscule paroisse de l’enceinte, les paroissiens eux-mêmes envisagent en 1759 leur rattachement à la paroisse Saint-Jean desservie dans la cathédrale49, mais sans qu’aucune décision ne soit prise. Les années passant, le caractère caduc de certaines paroisses devient plus criant : l’assistance aux pauvres, via les Dames de charité, finit par s’émanciper des limites paroissiales (le « coffret » de Saint-Laurent bénéficie aux pauvres des faubourgs de Richebourg et Saint-Clément ; celui de Notre-Dame à ceux de Saint-Léonard50). De même, le nouveau cimetière public qui s’ouvre en 1774 près des Chartreux remplace les cimetières des paroisses de l’intra muros51.

  • 52 Le Pichon P., 2008.
  • 53 Arch. mun. Nantes, GG 604.

15Sans doute la conscience de ces décalages, dans une ville où fleurissent les projets globaux de planification urbaine52, inspire-t-elle le « citoyen » anonyme qui, vers 1785, imagine sur le papier une redistribution générale des paroisses nantaises : « L’étendue de la ville de Nantes qui s’accroît de plus en plus chaque année par le grand nombre de maisons et d’édifices qu’on y bâtit journellement tant dans son ancienne enceinte que dans ses dehors, l’augmentation de ses habitants qui devient considérable par la quantité d’étrangers, artisans et ouvriers qui s’y rendent de toutes parts pour y faire leur résidence, joint aux divers établissements de manufactures de toute espèce qui s’y forment devraient faire penser en faisant l’embellissement des rues et des bâtimens à une nouvelle distribution des paroisses en leur donnant des limites plus connues et mieux marqué[e]s53… »

Carte 4. – La redistribution des paroisses nantaises imaginée par un « citoyen » anonyme vers 1785.

  • 54 Pennec A., 1989.
  • 55 Arch. mun. Nantes, série P, carton 1, dossier 14, arrêté du département du 24 février 1791.
  • 56 Le dossier rennais, complexe, mérite une étude spécifique.

16La refonte (carte 4) s’interdit toutefois de toucher aux bénéfices et conserve donc toutes les paroisses existantes mais en déplaçant trois d’entre elles depuis l’enceinte suréquipée jusqu’aux nouveaux quartiers (Saint-Saturnin dans les îles de la Loire, Saint-Laurent à Richebourg, Saint-Vincent dans les faubourgs de l’ouest). Nul doute que de telles réflexions, aiguillonnées par la croissance urbaine, préparent à la reconfiguration, autrement radicale, entreprise par l’administration révolutionnaire à partir de la fin 1790. Le contexte de remise à plat générale, sur des bases objectives que vient d’illustrer le découpage départemental54, la liberté nouvelle à l’égard des contraintes bénéficiales (mais aussi le souci de ne pas multiplier les desservants à la charge de la Nation) invitent à une recomposition drastique. L’évêque hostile à la Constitution civile du clergé ayant refusé d’y collaborer, le nouveau découpage est élaboré par la municipalité et le district puis officialisé par le département le 24 février 179155 (carte 5) : sept paroisses sont prévues – soit cinq de moins qu’auparavant – taillées à l’échelle de la ville nouvelle puisque l’intra muros ne comporte plus que la cathédrale et une partie de Sainte-Croix et Saint-Nicolas. Malgré le caractère très objectivement géométrique des critères retenus (distances, superficie, régularité de la forme, taille de l’église), une indéniable pertinence peut être reconnue à ces limites, bénéficiaires de la réflexion des aménageurs locaux depuis plusieurs décennies. Contrairement à Rennes où les délimitations constitutionnelles, d’emblée plus hésitantes, firent long feu56, le Concordat les maintiendra quasi-inchangées à Nantes. Mort-né ici, refondateur là, le redéploiement de 1791 mérite sans doute d’avoir sa place dans une histoire du maillage paroissial.

  • 57 Cf. les dépositions de l’enquête des Deux-Biesses à Nantes en 1767 (arch. dép. Loire-Atlantique, 4 (...)

17Reconnaissons toutefois que ces reconfigurations territoriales reflètent davantage les principes des autorités qui les ont menées – rationalité bénéficiale chère aux évêques de l’Ancien Régime finissant, esprit de géométrie des administrations révolutionnaires – que la perception réelle, par les habitants, de ce que doit être une paroisse. Ces derniers étaient pourtant consultés, en tout cas par les évêques dans le cadre des enquêtes de commodo et incommodo préalables à l’érection d’une trève ou d’une paroisse. Mais la parole recueillie alors semble presque toujours prédéterminée par les questions posées, celles qui peuvent légitimer juridiquement une nouvelle circonscription (distance et difficultés d’accès à l’église-mère, failles dans l’administration des sacrements, capacité suffisante de l’éventuelle église-fille, etc.57). S’il y eut des propos plus libres, le greffier ne dut pas les retenir et c’est en vain que l’on attendrait l’expression d’un attachement paroissial autre que de commodité géographique. La dimension communautaire, sociale, affective n’apparaît jamais, non plus que la fidélité aux traditions familiales, aux morts inhumés dans le cimetière, etc. Serait-ce que ces perceptions sont alors anachroniques ? ou simplement qu’elles n’ont pas à se dire en ces circonstances sous peine d’entacher de subjectivité la procédure ? Un autre dossier nantais permet heureusement de déborder quelque peu de ce cadre formel et, à partir d’une documentation plus variée, de révéler des dimensions moins apparentes de l’appartenance paroissiale.

Carte 5. – Les paroisses constitutionnelles de Nantes (1791).

Un territoire et une communauté en jeu : quelle paroisse pour l’île Feydeau ?

  • 58 Le cas est évoqué par un avocat rennais consulté par le recteur de Saint-Nicolas de Nantes, au déb (...)
  • 59 Inventaire général, Nantes. L’île Feydeau, Nantes, 1992.
  • 60 Sur Sainte-Croix, Saupin G., 2000. Sur Saint-Nicolas (et en partie l’affaire de l’île Feydeau), Le (...)
  • 61 Le premier mariage de l’île avait eu lieu, à Saint-Nicolas, dès le 12 juillet 1740 mais il ne port (...)
  • 62 Arch. mun. Nantes, GG 243, f° 135 v°.

18On n’imagine guère assister, en plein XVIIIe siècle, à la fixation de limites paroissiales sur un espace qui en était vierge jusqu’alors. Le cas s’est pourtant présenté localement, sur des portions desséchées du marais de Dol58 mais surtout dans le nouveau quartier de l’île Feydeau à Nantes. Rappelons qu’il s’agit d’un lotissement établi en aval de la première île de Loire, la Saulzaie, déjà urbanisée depuis longtemps et dépendant de la paroisse Sainte-Croix qui y affectait un vicaire desservant la chapelle Notre-Dame de Bon-Secours. En 1721, le roi concède à la ville de Nantes, sur la demande du maire Gérard Mellier, la grève de sables d’alluvions formant un terrain vague en aval de l’île. Un ambitieux projet de quartier neuf, « l’île Feydeau », y voit le jour en 1723, lancé par les pouvoirs publics mais financé par les négociants : 24 maisons disposées de part et d’autre d’une rue centrale, des quais et des cales sur les deux bras de Loire qui la bordent59. L’île ne commence toutefois à être habitée qu’en 1740, une fois qu’un pont de pierre l’a reliée au quai de la Fosse. Deux maisons sont construites aux extrémités du lotissement et c’est alors qu’il devient un enjeu entre les deux principales paroisses nantaises, Sainte-Croix et Saint-Nicolas60. En théorie, la grève de la Saulzaie relevait jusqu’alors de Sainte-Croix mais cette dépendance demeurait toute formelle tant qu’il n’y avait pas d’habitants permanents. Lorsque se concrétise le projet d’opulentes demeures peuplées de négociants, les revendications de Saint-Nicolas s’expriment avec une force nouvelle. Le litige se noue, à la mi-août 1740, quand surviennent en l’espace de quelques jours le premier baptême de l’île Feydeau, célébré à Saint-Nicolas le 12 août (suivi des relevailles de la mère, le 5 septembre), puis le 16 août le premier mariage d’un habitant de l’île, à Saint-Nicolas toujours61. L’évêque de Nantes semble déjà cautionner le rattachement en adressant au recteur de Saint-Nicolas la dispense de publications de bans demandée par les fiancés… mais la paroisse rivale, assurée de sa légitimité, ne demeure pas inerte : dès le 13 août, un prêtre de Sainte-Croix vient faire la levée du corps d’un enfant décédé dans un des bateaux amarrés sur la grève et ne manque pas « de faire avec la croix le tour de l’isle62 », en une véritable marque de possession. Nul doute que les gestes ont ici leur importance, symbolique et juridique : c’est aussi pourquoi Saint-Nicolas et Sainte-Croix ne manquent pas de solliciter les deux premiers habitants pour offrir le pain bénit à la grand-messe du dimanche suivant et du 15 août. Pressés de toutes parts et conscients de l’enjeu, ces derniers se dérobent… et la confusion est alors à son comble.

  • 63 Arch. mun. Nantes, GG 243, f° 141 v°.
  • 64 Le recteur de Saint-Nicolas se rend ainsi à Paris en 1743 : « Je suis arivé ce jour 5 novembre de (...)

19Vient alors le temps de l’action en justice, devant les tribunaux civils dans la mesure où l’évêque semble très vite renoncer à trancher un différend qui le dépasse. Sainte-Croix en appelle, dès le 31 août, au présidial de Nantes mais le recteur de Saint-Nicolas, que les controverses autour du jansénisme ont rendu familier des arcanes de la justice, a d’emblée frappé plus haut : il a porté secrètement l’affaire devant le Conseil du roi, lequel rend un arrêt favorable à Saint-Nicolas dès le 1er septembre. Cet arrêt n’est toutefois connu à Nantes qu’à la fin octobre : dans l’intervalle, le conflit aura culminé à l’occasion du décès de l’un des nouveaux habitants, le sieur de Beauvais Razeau, négociant et ancien consul qui avait expressément refusé de recevoir les derniers sacrements d’un prêtre de Sainte-Croix et demandé que ses obsèques aient lieu à Saint-Nicolas. Le convoi du 22 octobre 1740 théâtralise la concurrence des deux recteurs, et plus globalement des deux paroisses, sous l’œil impuissant du commandant militaire à Nantes qui a appelé, pour éviter l’émeute, à respecter le choix du défunt. Dans les faits, le recteur de Sainte-Croix se présente deux heures et demie avant la cérémonie « croix levée… ce qui y attira une affluence extraordinaire de peuple, surtout d’entre les poissonniers de Sainte-Croix qui menaçaient hautement d’enlever de force le corps et d’en venir aux mains avec ceux de Saint-Nicolas63 ». À l’en croire, le recteur de Saint-Nicolas arrive à l’heure, sûr de son bon droit… Montant à l’étage de la maison, les deux pasteurs s’entretiennent avec les enfants du défunt qui affirment « qu’ils n’entrent point en les discussions […] au sujet de savoir de quelle paroisse sera l’isle feydeau mais que leur père a toujours entendu estre de la paroisse de St Nicolas et qu’il leur a recommandé avant de mourir qu’il fût enterré à Saint-Nicolas ». Le recteur de Sainte-Croix tente une transaction – que le défunt soit inhumé à Saint-Nicolas mais que la cérémonie ait lieu à Sainte-Croix – mais les discussions s’éternisent : la famille fait valoir qu’il est déjà tard, « ne pouvant rester plus longtemps à entendre les dires et répliques des recteurs qui ne finiraient point »… et Saint-Nicolas l’emporte à la montre. Le recteur de Sainte-Croix se retire « croix baissée et avec confusion au milieu d’un peuple assemblé ». Deux jours plus tard, l’arrêt du Conseil du roi est connu à Nantes et confirme l’avantage initial de Saint-Nicolas : les baptêmes et enterrements y ont donc lieu pendant plusieurs mois… jusqu’à ce que la contre-attaque de Sainte-Croix au conseil du roi obtienne que le premier arrêt soit rapporté le 16 décembre 1741. L’affaire demeure alors pendante durant près de six ans jusqu’à ce que le conseil du roi rende un arrêt définitif, en faveur de Sainte-Croix, le 24 juin 1747. En attendant, les parties – recteurs mais aussi notables du général de paroisse – rivalisent d’ardeur pour défendre leur cause devant les tribunaux64.

  • 65 Arch. dép. Loire-Atlantique, G 472 et 473 (Sainte-Croix) ; pour Saint-Nicolas, voir la référence s (...)
  • 66 Arch. mun. Nantes, GG 243, f° 131 v° à 150 v°.
  • 67 Plaidoiries rédigées par les avocats et répandues dans le public, ces quatre factum sont conservés (...)
  • 68 L’un, gravé, est favorable à Sainte-Croix car il lui attribue la totalité de l’île Feydeau et donn (...)

20L’affaire nous a donc laissé des sources inhabituellement abondantes : délibérations des paroisses65, compte rendu détaillé des deux premières années de l’affaire par le recteur de Saint-Nicolas, Brelet de la Rivellerie qui leur consacre vingt pages de son registre paroissial66, quatre factum contradictoires67 et même deux plans venant appuyer les revendications des deux paroisses68. L’argumentation mise en œuvre de chaque côté est-elle de nature à nous livrer ce qui, pour les uns comme pour les autres, fait l’appartenance paroissiale, territoire et/ou communauté ?

  • 69 En particulier, et ce n’est évidemment pas un hasard, sur le plan favorable à Saint-Nicolas (arch. (...)
  • 70 En particulier le factum de 1740 Mémoire pour le sieur Brelet… (musée Dobrée, 11153).
  • 71 Musée Dobrée, 11151, Précis pour le sieur Sarrebourse…, 1743, p. 3.
  • 72 Arch. mun. Nantes, GG 243, f° 147 r°.

21À lire les plaideurs ou les arrêts de justice, le critère premier est clairement territorial, et il se justifie par l’histoire. En cause, un épisode fameux, encore que controversé, de l’histoire nantaise, relaté par Fortunat et repris par l’hagiographe Albert Le Grand comme par le bréviaire diocésain : l’attribution à saint Félix, évêque du VIe siècle, de grands travaux ayant créé le port de Nantes. Alors que jusque-là le cours de la Loire se situait plus au sud de la cité, Félix aurait en effet arasé une colline pour permettre à un bras du fleuve (précisément dénommé « canal Saint-Félix69 ») de couler au pied des remparts, ce qui permit d’établir un port à la confluence de l’Erdre (carte 6). Dans la querelle de l’île Feydeau, le fait s’avère crucial car les deux paroisses sont alors tenues pour antérieures à saint Félix et l’Erdre est réputée faire leur séparation originelle (Saint-Saturnin étant considéré comme un démembrement postérieur de Sainte-Croix). Si l’on admet qu’antérieurement aux travaux de saint Félix, l’Erdre se jetait dans la Loire bien plus au sud, il est légitime que les terrains situés virtuellement à l’est de l’« ancien cours » de l’Erdre relèvent de Saint-Nicolas, et non de Sainte-Croix… et l’on conçoit que cette dépendance demeure en vigueur maintenant que ces espaces sont devenus des îles. Toute la difficulté vient de ce que ce point de l’histoire nantaise fait débat parmi les historiens du temps. Leurs divergences ne manquent pas d’être utilisées dans le procès, jusqu’à transformer certains factum en véritables mémoires d’érudition critique70 : Saint-Nicolas plaide naturellement pour une lecture littérale de Fortunat et pour l’autorité du bréviaire de Nantes… quand Sainte-Croix a beau jeu de rappeler que « le sentiment des historiens n’est point unanime » puisque dom Lobineau et le chanoine Travers ont exprimé leur scepticisme à l’égard de la légende de saint Félix. « Il n’y a aucun indice que le bras de Loire qui coule le long des murs de Nantes soit l’ouvrage de l’art. […] Il est au contraire évident que ce bras de la rivière a toujours été tel qu’on le voit aujourd’hui, qu’il est l’ouvrage de la nature & que cette rivière a toujours eu son cours naturel le long des murs de Nantes71. » Le débat des limites paroissiales renvoie donc d’abord à l’histoire et à ses méthodes : d’un côté, la fidélité aux traditions hagiographiques, que l’actualité vient épauler quand les travaux de construction du quai de Brancas, face à l’île Feydeau, mettent au jour un rocher que d’aucuns interprètent comme un reste de la colline arasée par saint Félix ; de l’autre, le doute critique à l’égard de Fortunat comme des « resveries » du Dominicain Albert Le Grand72, au profit d’une interprétation « naturelle » du site nantais. Si l’île Feydeau n’est qu’un accroissement par alluvion de la Saulzaie, la nature la rend solidaire de la même paroisse, c’est-à-dire Sainte-Croix…

Carte 6. – Les revendications de la paroisse Saint-Nicolas sur l’île Feydeau, 1742 (d’après une carte réalisée lors du procès avec Sainte-Croix).

  • 73 En revanche, Saint-Nicolas ne paraît pas tirer argument du patronage de son titulaire sur les mari (...)
  • 74 « Ces futurs habitants… en pensant naturellement, se regardoient déjà comme de ma paroisse » (arch (...)
  • 75 À l’absence de dîmes s’ajoute un régime de portion congrue pour Sainte-Croix, dont le recteur est (...)
  • 76 Saupin, G., art. cit.
  • 77 En 1741 et 1742, le recteur de Saint-Nicolas note que « lorsqu’il s’est fait des quêtes publiques (...)
  • 78 Voir ici l’exemple parisien de Saint-Germain l’Auxerrois (Nicolas Lyon-Caen, art. cit.).

22Ce n’est qu’après ces développements historiques, socle de l’argumentation contradictoire depuis le premier arrêt royal de 1740, qu’une place peut être faite au registre des faits, en particulier aux indices de possession « tranquille et sans trouble » dont chaque partie peut se prévaloir. Sainte-Croix rappelle évidemment que depuis 1691, son clergé a inhumé des personnes décédées sur des bateaux amarrés ou des noyés ramenés sur la grève ; que pendant la construction des maisons, les ouvriers ont chômé le jour de la Sainte-Croix, alors qu’ils travaillaient le jour de Saint-Nicolas73… Saint-Nicolas invoque en revanche la réaction des premiers habitants de l’île Feydeau qui, dès l’été 1740, se sont « naturellement » adressés à elle74. Chacune des parties s’accorde sans doute à reconnaître que le « vœu et la convenance des nouveaux habitants » sont des critères seconds : « les désirs ne fondent rien en droit » et « il ne dépend ni de la volonté, ni du désir des particuliers de se choisir une paroisse, ils sont nécessairement de celle où est situé le territoire sur lequel ils habitent ». Ceci dit, « quand les convenances se joignent au droit et à la possession », pourquoi les taire ? C’est ce qui nous vaut de voir apparaître d’autres enjeux derrière les arguments échangés par les deux recteurs. Le premier est évidemment la manne financière que présagent les opulents paroissiens de l’île Feydeau : l’accusation de cupidité que se lancent les parties le laisse assez paraître. Admettons que l’enjeu est réel pour des recteurs urbains, petitement dotés d’un point de vue bénéficial75 et donc très dépendants du casuel, alors même qu’ils doivent entretenir de nombreux vicaires ; l’enjeu n’est pas moindre pour le général de paroisse qui en gère les finances ; quant à la compagnie paroissiale de charité, précisément fondée à Sainte-Croix en 174176, on sait qu’elle est un enjeu important dans les paroisses urbaines, par sa trésorerie77 comme par la surface sociale offerte aux notables qui s’y investissent, épouses comprises78.

  • 79 Les « intéressés dans la construction des emplacemens » qui ne sont pas forcément les habitants.
  • 80 Sainte-Croix accuse Saint-Nicolas d’avoir attiré les paroissiens par de sombres sollicitations… à (...)
  • 81 « Depuis l’église de St-Nicolas jusqu’à l’ile feideaux, 148 toises – depuis l’église de Ste-Croix (...)

23Même si chacun s’en défend, y compris à Saint-Nicolas, « l’inclination » des habitants de l’île Feydeau est également prise en compte : les actionnaires du lotissement79 se réunissent spécialement pour en délibérer le 21 septembre 1740, alors que l’affaire vient de s’engager au présidial de Nantes. Et ils votent : sur huit présents ou représentés, deux choisissent Sainte-Croix… et six Saint-Nicolas (dont le propre père du recteur de Sainte-Croix…). En dépit des soupçons de manipulation échangés de part et d’autre80, une telle majorité n’est pas pour surprendre. L’église Saint-Nicolas est objectivement plus proche du nouveau lotissement81, surtout depuis qu’un pont a été établi entre le port au vin et l’île Feydeau. Et puis surtout, l’île est comme une extension du quartier des négociants, lequel relève majoritairement de Saint-Nicolas : presque tous ceux qui y ont investi sont des négociants qui habitent le quai de la Fosse et n’ont donc fait que traverser le pont : pour la majorité d’entre eux, Saint-Nicolas est une évidence.

  • 82 Bachelier A., 1934.
  • 83 Les antijansénistes parlent du « redoutable sénat de Saint-Nicolas » en juillet 1740 (cité par A. (...)
  • 84 L’avantage initial de Saint-Nicolas est d’ailleurs lié à la familiarité du recteur avec les tribun (...)

24Ajoutons enfin qu’une ultime dimension, inavouée, peut être relevée dans le théâtre nantais du milieu du XVIIIe siècle, fortement divisé par les tensions nées autour du jansénisme82. Dans une ville où celui-ci ne fut pas seulement monastique ou universitaire mais réellement paroissial – tous les recteurs de la ville avaient été peu ou prou appelants vers 1720 – il serait à coup sûr caricatural d’imaginer une franche opposition entre une paroisse « janséniste » et une paroisse « orthodoxe » : les deux recteurs qui se disputent l’île Feydeau font, l’un comme l’autre, partie de ces prêtres nommés par Mgr de Sanzai dans le cadre de la purge anti-appelants des années 1727-1730. L’un comme l’autre eurent maille à partir avec des prêtres ou des paroissiens hostiles à la bulle Unigenitus. Il reste néanmoins que le recteur de Sainte-Croix, Sarrebourse d’Audeville, se signalera quelques années plus tard par un zèle antijanséniste particulier en refusant les derniers sacrements à l’une de ses paroissiennes, ce qui lui vaudra un procès devant le parlement de Rennes. Face à lui, le recteur de Saint-Nicolas, Brelet de la Rivellerie, passe pour plus modéré, ne serait-ce que parce que sa paroisse reste très influencée par le jansénisme incarné par l’un de ses prédécesseurs, Jacques Arnollet, appelant de la dernière heure. À l’évidence, l’hostilité à la bulle y est entretenue jusqu’aux années 1750 par un « groupe très nombreux et très influent » de négociants et d’hommes de loi « maître du général de la paroisse » (A. Bachelier)83. La querelle de l’île Feydeau ne peut donc être indifférente à un tel contexte : choisir Saint-Nicolas et non Sainte-Croix doit être aussi, pour certains négociants de l’île, se ménager un clergé plus accommodant dans les affaires du temps. Et bien des formes prises par le conflit – la sollicitation des vivants… et surtout des mourants en faveur d’une cause, la concurrence théâtralisée autour d’un cercueil, le recours aux tribunaux civils et jusqu’au conseil du roi – n’auraient sans doute pas été possibles si la question de la bulle n’avait donné lieu depuis une vingtaine d’années, à Nantes même, à de multiples heurts impliquant recteurs84, généraux de paroisse et simples fidèles autour de refus de sacrements et d’inhumation portés devant la justice. N’oublions pas enfin que la querelle janséniste sert souvent d’exutoire et de paravent à d’autres tensions : lorsque les poissonniers de la Saulzaie s’opposent bruyamment au recteur de Saint-Nicolas, ils défendent sans doute moins une position théologique qu’ils n’expriment la distance sociale qui peut séparer le peuple du port des grands négociants. La querelle paroissiale de l’île Feydeau s’enrichit ainsi de tout un complexe qui, pour être moins présent dans la documentation que les travaux de saint Félix, laisse entrevoir d’autres dimensions de l’appartenance paroissiale, écrites à demi-mot mais sans doute pleinement vécues.

  • 85 Arch. mun. Nantes, GG 276, acte de sépulture du 3 décembre 1774.
  • 86 Archives de l’évêché de Nantes, Fonds paroissial de Sainte-Croix de Nantes, AA1*, f° 221.

25L’issue du conflit n’intervient qu’au bout de sept années de procès, lorsqu’un arrêt du conseil du roi du 24 juin 1747 donne définitivement gain de cause à Sainte-Croix. L’avenir n’y reviendra pas, malgré les braises qui couvent : à son décès en 1774, un grand armateur de l’île Feydeau, Guillaume Grou, exige l’inhumation à Saint-Nicolas « où il est né et où sa famille presque entière demeure85 ». Alors que Sainte-Croix en appelle déjà au parlement, l’ouverture très opportune du cimetière commun (sur Saint-Clément) offre une solution neutre acceptable par tous : Guillaume Grou en sera le premier occupant. Trois ans plus tard, le feudiste qui classe les archives de Sainte-Croix peut qualifier l’épais dossier de l’île Feydeau de « très peu utile pour ne pas dire même totalement inutile86 ». À tort peut-être : le « citoyen » anonyme qui redistribue sur le papier les paroisses nantaises vers 1785 ne rend-il pas l’ouest de l’île Feydeau à Saint-Nicolas ? Mais le découpage révolutionnaire puis concordataire la laissera entière à Sainte-Croix. La justice a donc tranché : rejetant aussi bien les brumeuses reconstitutions du temps de saint Félix que les affinités trop humaines entre la société de l’île Feydeau et Saint-Nicolas, elle a privilégié les droits antérieurs de Sainte-Croix sur ce qui n’était avant 1740 qu’une grève inhabitée. En un sens, elle confirme la pesanteur des légitimités anciennes et la difficulté à tailler de neuf, même dans une ville dont l’urbanisme est bouleversé.

*

26Entre les deux pôles envisagés dans cet ouvrage pour penser la paroisse sur le long terme, les villes bretonnes du XVIIIe siècle se situeraient donc clairement du côté du territoire. Alors que la communauté y semble souvent si difficile à réunir autour d’un clocher, le territoire semble en effet quasi-intouchable, apparemment préservé de tout changement par la multiplicité des intérêts en jeu, depuis les recteurs qui tiennent à leur bénéfice jusqu’aux institutions urbaines qui n’ont pas forcément intérêt à ce que les paroisses « fonctionnent » mieux. Face à cette situation, la Réforme catholique fait contre mauvaise fortune bon cœur : il est vrai qu’elle dispose en ville de bien d’autres relais. Mais cette résistance des espaces est évidemment une faiblesse : les territoires aux communautés incertaines ne survivront pas à la brutale redistribution des cartes de 1791, que le Concordat entérinera dans ses grandes lignes. Subsisteront en revanche les paroisses qui avaient pour elles non seulement un territoire cohérent mais aussi des dynamiques communautaires, que celles-ci tiennent à la sociologie de la population, aux solidarités des notables, aux affinités spirituelles ou dévotionnelles, etc. Des paroisses urbaines peuvent à l’évidence susciter, dès le XVIIIe siècle, cette riche palette d’attachements, même si les prismes de la documentation n’en favorisent guère l’expression. Leurs descendantes du XIXe siècle pourront s’appuyer sur ce capital, après que la Révolution aura rendu possible, avec la fin du système bénéficial et la suppression de quantité d’institutions concurrentes, une meilleure adéquation – temporaire, bien sûr – des territoires et des communautés : le véritable apogée urbain de la paroisse territoriale, d’avènement plus tardif mais aussi de durée plus brève que dans les campagnes.

Notes

1 Alors même qu’elles sont de traitement plus lourd, comme en témoigne l’épaisseur des registres de délibération ou la complexité des comptes de fabrique.

2 Voir par exemple les actes (à paraître) du colloque La paroisse urbaine du Moyen Âge à l’époque contemporaine (Lille, septembre 2009).

3 Voir Croq L. et Garrioch D. (dir.), à 2013. Sur Paris, Lyon-Caen N., 2005 et Lyon-Caen N., 2006.

4 Nières C., 2004 ; Quéniart J., 2004, chap. IX.

5 Voir pour Nantes Lelièvre P., 1988. Cela vaut en particulier pour le clergé régulier dont la déprise est engagée dès avant la Révolution. De même pour Caen, Perrot J.-C., 1975-2001, p. 563-565.

6 Atlas de la Révolution française, t. 11. Paris, 2000, p. 12-15 ; Plongeron B., 1987 (en particulier p. 333-336).

7 Perrot J.-C., 1975-2001.

8 Jarnoux P., 1993. Pour la ville d’avant 1720, on dispose de la carte réalisée en 1948 par Geneviève Perquis, dans un mémoire hélas disparu (Meyer J. [dir.], 1972, p. 196-197).

9 Husson J.-P. (1971), en particulier p. 32-54. Dans un tout autre esprit, voir également Jarnoux A., 1981-1982.

10 Durville G., 1908.

11 Husson J.-P., 1971, p. 40.

12 Une croix placée au milieu du dernier pont, dit de Pirmil, matérialise la limite de la ville.

13 Même Saint-Jean, a priori paroisse de faubourg, revendique en 1670 le terrain sur lequel a été construit le palais du Parlement, qui est dans l’enceinte et réputé de Saint-Germain (arch. mun. Rennes, GG 279).

14 Cf. la thèse (en cours) de Julien Bachelier. La complexité rennaise tient peut-être aussi à une ancienne paroisse disparue au Nord de la Vilaine, Saint-Pierre du Marché, dont le territoire a pu se rattacher à Toussaints puis à Saint-Sauveur après 1667 (Chédeville A., 1991).

15 Bedouret A., 2001, t. 1 p. 117.

16 Arch. mun. Nantes, GG 243, f° 145 r°.

17 Denis J., 1985, p. 141.

18 Donnart G., 1999, p. 86. Il s’occupe notamment de recruter les corvoyeurs, la corvée ne pesant que sur la partie rurale de la paroisse.

19 Julian Mori, accueilli le 25 novembre 1698 à l’Hospital Real : « de Sn Jermen de Rene en sus arrabales » (Archivo Historico Universitario de Santiago, libro 1040).

20 Rappelons qu’il s’agit d’un service armé (rondes de nuit, patrouilles) assuré par les hommes du quartier.

21 Saupin G., 1988, p. 69.

22 Jarnoux P., 1993, p. 689-697.

23 Blot B., 2000.

24 Saupin G., 2000.

25 Arch. mun. Nantes, GG 243, f° 140 r° : trois de Sainte-Croix et deux de Saint-Similien.

26 Le cas de Dinan, avec ses deux grandes églises de Saint-Malo et de Saint-Sauveur, est l’exception.

27 Rauber J., 2006.

28 Et limitant la paroisse à un « vicaire perpétuel » même si le terme de recteur, élargi par une déclaration royale de 1686, tend souvent à se banaliser au XVIIIe siècle.

29 Rennes est la seule exception. Voir sur ce point Restif, B., à paraître. Je remercie Bruno Restif de m’avoir communiqué ce travail encore inédit.

30 Dupuy A., 1887-1891, t. 3 (1887-1888), p. 303 cite les cas d’Auray, Lannion, Ploërmel, Redon, Quintin, Saint-Brieuc. La normalisation, par création d’un général autonome, s’opère sous la pression du Parlement de Bretagne.

31 Lyon-Caen N., 2005 et Lyon-Caen, 2006.

32 Sont exclues ici les procédures inabouties avant 1790 telle que l’enquête menée en décembre 1788 au sujet de l’érection éventuelle de la trève de Paimpol en paroisse autonome de Plounez : quoique la revendication soit ancienne, elle n’obtient pas alors satisfaction et c’est la Révolution qui donnera à Paimpol sa pleine autonomie (Kerleveo J., 1946, p. 47-53).

33 Arch. dép. Loire-Atlantique, G 63.

34 De même à Saint-Pol de Léon, Mgr de La Marche, soucieux d’atténuer les inégalités du système des bénéfices (l’heure est également à l’augmentation de la portion congrue pour les curés et vicaires), présente en 1786 un Mémoire à l’assemblée du clergé où il propose une redélimitation des paroisses, avec suppression de certaines cures et attribution de leurs revenus à d’autres (Kerbiriou L., 1924).

35 Car les circonscriptions civiles, en particulier des subdélégations, illustreraient la même effervescence.

36 Arch. dép. Loire-Atlantique, 4 E2 116. J’ai eu connaissance de ce dossier, et de plusieurs autres, grâce à Philippe Jarnoux que je remercie chaleureusement ici.

37 Arch. dép. Loire-Atlantique, 4 E2 116.

38 Arch. dép. Loire-Atlantique, G 622-2.

39 Je laisse ici de côté le cas très particulier de Saint-Pol-de-Léon où l’union de sept vicariats en une seule paroisse, décidée par l’évêque à la demande du chapitre en 1687 suscite des résistances jusqu’en 1720 (Peyron P., 1901-1902).

40 Arch. dép. Côtes d’Armor, 20 G 96, union des portions de cure, 1706-1707.

41 Arch. dép. Côtes d’Armor, 20 G 139, union des portions de cure, 1733. Interrogés, les fidèles se plaignent certes des inconvénients de la rotation – en cas de sacrement à administrer à un malade, ils ne savent pas toujours à quel recteur s’adresser et perdent un temps précieux – mais ils savent aussi en jouer, par exemple lors d’un mariage, en choisissant telle semaine pour favoriser tel recteur et éviter tel autre, au risque de semer jalousie et tensions entre eux.

42 Cité par Bédouret A., 2001, p. 59-60.

43 Arch. mun. Rennes, GG 279, arrêt du conseil du 4 novembre 1727.

44 Alors même que d’autres choix plus novateurs étaient faits, qu’il s’agisse de l’urbanisme (Nières C., 1972) ou des noms de rue (Isbled B., 2011).

45 Jarnoux P., 1993, t. 1 p. 57.

46 Arch. mun. Nantes, GG 284, f° 121 r° et GG 254.

47 Arch. mun. Nantes, GG 604.

48 « Mémoire concernant les commodités, les décorations et embellissements de la ville de Nantes » par le sieur de Vigny (Verger J., 1837, Archives curieuses de la ville de Nantes et des départements de l’Ouest, t. 1, Nantes, p. 329-331).

49 Durville G., 1908. Un plan de la paroisse Saint-Laurent (arch. mun. Nantes, II 160-7) s’inscrit dans cette perspective en n’en figurant plus les limites, comme pour mieux souligner la proximité des églises voisines.

50 L’information est donnée à l’occasion de l’enquête en vue d’ériger une paroisse aux Deux-Biesses en 1767 (arch. dép. Loire-Atlantique, 4 E2 1116).

51 Lassère M., 1994.

52 Le Pichon P., 2008.

53 Arch. mun. Nantes, GG 604.

54 Pennec A., 1989.

55 Arch. mun. Nantes, série P, carton 1, dossier 14, arrêté du département du 24 février 1791.

56 Le dossier rennais, complexe, mérite une étude spécifique.

57 Cf. les dépositions de l’enquête des Deux-Biesses à Nantes en 1767 (arch. dép. Loire-Atlantique, 4 E2 116). Les enquêtes rurales ne sont, sur ce point, nullement différentes (cf. par exemple celle qui précède l’érection de la trève de Saint-Cadou, en Léon, en 1748 : arch. dép. Finistère, 267 G 18).

58 Le cas est évoqué par un avocat rennais consulté par le recteur de Saint-Nicolas de Nantes, au début du litige de l’île Feydeau : « on a jugé que la partie du marais qui touchait chaque paroisse dépendroit de cette paroisse » (arch. mun. Nantes, GG 243, f° 136 r°).

59 Inventaire général, Nantes. L’île Feydeau, Nantes, 1992.

60 Sur Sainte-Croix, Saupin G., 2000. Sur Saint-Nicolas (et en partie l’affaire de l’île Feydeau), Le Bail L., 2003.

61 Le premier mariage de l’île avait eu lieu, à Saint-Nicolas, dès le 12 juillet 1740 mais il ne portait pas forcément à conséquence puisque la mariée, qui résidait à la Fosse, relevait de cette paroisse.

62 Arch. mun. Nantes, GG 243, f° 135 v°.

63 Arch. mun. Nantes, GG 243, f° 141 v°.

64 Le recteur de Saint-Nicolas se rend ainsi à Paris en 1743 : « Je suis arivé ce jour 5 novembre de Paris et de Fontainebleau où jetois allé au nom de [la] p[aroi]sse pour lisle feydeau » (arch. mun. Nantes, GG 247, f° 150 v°).

65 Arch. dép. Loire-Atlantique, G 472 et 473 (Sainte-Croix) ; pour Saint-Nicolas, voir la référence suivante.

66 Arch. mun. Nantes, GG 243, f° 131 v° à 150 v°.

67 Plaidoiries rédigées par les avocats et répandues dans le public, ces quatre factum sont conservés au musée Dobrée de Nantes. Je dois un remerciement particulier à Mme Martine Lejeune qui a tout mis en œuvre pour m’en permettre l’accès en dépit du déménagement des collections lié à la rénovation du musée : 11151, Précis pour le sieur Sarrebourse d’Audeville, recteur curé de la paroisse de Sainte-Croix de Nantes et le Général des paroissiens de ladite Paroisse, opposans. Contre le sieur Brelet de la Rivellerie, recteur de la Paroisse de St-Nicolas de la même ville et le Général des Paroissiens de ladite Paroisse, défendeurs, s. l., de l’impr. de la veuve d’André Knapen, 1743, 10 p. ; 1152, Observations sur le mémoire imprimé du sieur Brelet de la Rivellerie, recteur-curé de la Paroisse de Saint-Nicolas de Nantes et du général des habitans de la même Paroisse, deffendeurs. Contre le sieur Sarrebourse d’Audeville, recteur-curé de la paroisse de Sainte-Croix de la même Ville et le général des paroissiens de ladite Paroisse, opposans, s. l., de l’impr. de la veuve d’André Knapen, 1744, 7 p. ; 11153, Mémoire pour le sieur Brelet de la Rivellerie, ancien professeur de théologie, Recteur-curé de la Paroisse de St-Nicolas de Nantes et le général des Habitans de la même paroisse Defendeurs. Contre le sieur Sarrebourse d’Audeville, Recteur-Curé de la Paroisse de Sainte-Croix de la même Ville, et le général des Habitans de ladite Paroisse, opposans à l’arrêt du conseil d’Etat du 1er septembre 1740, et demandeurs, s.l., [1740], 4 p. [incomplet : l’original faisait 25 p.] ; 11155, Réponses pour les recteur et paroissiens de St-Nicolas de Nantes, Défendeurs au second mémoire des Recteur & Paroissiens de Ste-Croix de la même Ville, intitulé OBSERVATIONS, Demandeurs, Paris, chez Pierre-Guillaume Simon, Imprimeur du Grand Conseil du Roy, ruë de la Harpe, à l’Hercule, 1744, 8 p.

68 L’un, gravé, est favorable à Sainte-Croix car il lui attribue la totalité de l’île Feydeau et donne même l’île Gloriette non à Saint-Nicolas mais à Saint-Saturnin (Dugast-Matifeux, 1858-1859, « Plan de la circonscription territoriale de la paroisse Sainte-Croix de Nantes », Revue des provinces de l’Ouest, p. 715-718) ; l’autre, aquarellé, est favorable à Saint-Nicolas (arch. mun. Nantes, II 157-9).

69 En particulier, et ce n’est évidemment pas un hasard, sur le plan favorable à Saint-Nicolas (arch. mun. Nantes, II 157-9).

70 En particulier le factum de 1740 Mémoire pour le sieur Brelet… (musée Dobrée, 11153).

71 Musée Dobrée, 11151, Précis pour le sieur Sarrebourse…, 1743, p. 3.

72 Arch. mun. Nantes, GG 243, f° 147 r°.

73 En revanche, Saint-Nicolas ne paraît pas tirer argument du patronage de son titulaire sur les marins, alors que la paroisse est fortement marquée par le négoce maritime.

74 « Ces futurs habitants… en pensant naturellement, se regardoient déjà comme de ma paroisse » (arch. mun. Nantes, GG 243, f° 135 r°).

75 À l’absence de dîmes s’ajoute un régime de portion congrue pour Sainte-Croix, dont le recteur est vicaire perpétuel de l’abbaye de Marmoutier.

76 Saupin, G., art. cit.

77 En 1741 et 1742, le recteur de Saint-Nicolas note que « lorsqu’il s’est fait des quêtes publiques dans la paroisse pour les pauvres, on y a été [à l’île Feydeau] et on y a reçu d’abondantes aumônes » (arch. mun. Nantes, GG 243 ; f° 144 r°).

78 Voir ici l’exemple parisien de Saint-Germain l’Auxerrois (Nicolas Lyon-Caen, art. cit.).

79 Les « intéressés dans la construction des emplacemens » qui ne sont pas forcément les habitants.

80 Sainte-Croix accuse Saint-Nicolas d’avoir attiré les paroissiens par de sombres sollicitations… à quoi Saint-Nicolas rétorque en accusant Sainte-Croix d’offrir des bancs gratuits aux habitants de l’île (arch. mun. Nantes, GG 243, f° 135 v°).

81 « Depuis l’église de St-Nicolas jusqu’à l’ile feideaux, 148 toises – depuis l’église de Ste-Croix jusqu’à l’isle faideaux, 208 toises » relève le plan favorable à Saint-Nicolas (arch. mun. Nantes, II 157-9).

82 Bachelier A., 1934.

83 Les antijansénistes parlent du « redoutable sénat de Saint-Nicolas » en juillet 1740 (cité par A. Bachelier, op. cit., p. 236).

84 L’avantage initial de Saint-Nicolas est d’ailleurs lié à la familiarité du recteur avec les tribunaux, acquise à l’occasion des « troubles continuels où il est notoire que les affaires présentes de l’Église m’ont jeté » (arch. mun. Nantes, GG 243, f° 134 v°).

85 Arch. mun. Nantes, GG 276, acte de sépulture du 3 décembre 1774.

86 Archives de l’évêché de Nantes, Fonds paroissial de Sainte-Croix de Nantes, AA1*, f° 221.

Table des illustrations

Légende Carte 1. – Les paroisses rennaises sous l’Ancien Régime (enceinte exclue)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133041/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende Carte 2. – Les paroisses de l’enceinte et des faubourgs de Rennes après 1720.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133041/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Carte 3. – Les paroisses de l’enceinte et des faubourgs de Nantes au XVIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133041/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Carte 4. – La redistribution des paroisses nantaises imaginée par un « citoyen » anonyme vers 1785.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133041/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Légende Carte 5. – Les paroisses constitutionnelles de Nantes (1791).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133041/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
Légende Carte 6. – Les revendications de la paroisse Saint-Nicolas sur l’île Feydeau, 1742 (d’après une carte réalisée lors du procès avec Sainte-Croix).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133041/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 264k

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540