Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La paroisse, communauté et territoire

 | 
Bernard Merdrignac
, 
Daniel Pichot
, 
Georges Provost
, 
et al.

Première partie. Aujourd’hui, le maillage en question : bilan actuel et découpage paroissial

Le renouveau des paroisses catholiques en France1

Jean René Bertrand

Zusammenfassung

For thirty years Catholic bishops have been contributing to the revival scheme of almost all French dioceses. They have reduced the number of territorial units. However each bishop has remained responsible for his own parochial system. The sizes, names and ways of parishes amalgamation (federating or merging) appear as highly contrasted. Population density, religious observance and number of priests do not fully explain these contrasts. Church and State’s territorial changes don’t usually match up.

Volltext

  • 1 Le propos est limité aux seuls diocèses de la partie européenne de la France, donc Corse incluse.

1Pour assurer le Salut de tous, le christianisme développe une pastorale de proximité et fournit pour l’accomplissement de la mission des réponses territoriales. Comme dans d’autres espaces de catholicité, le maillage des paroisses couvre à partir du XVIe siècle toute la France assurant une desserte de proximité à toutes les communautés d’habitants. La Révolution et le Concordat de 1802 modifient le tableau en introduisant une simplification par réunion du tissu paroissial, pour des raisons essentiellement économiques avec le salaire des prêtres. S’impose dans le même temps, au moins dans les espaces ruraux la superposition parfaite des divisions religieuses et des cadres civils, des paroisses et des communes. Par la suite les évêques français ont pu sortir de ce formatage uniforme en créant ou recréant des paroisses dans les campagnes au XIXe siècle, en multipliant les paroisses urbaines dans les villes, surtout dans la phase d’urbanisation accélérée de la France après la seconde guerre mondiale.

2À partir des années 1970, après la crise catholique, l’heure n’est plus aux fondations de paroisses, une seconde vague de transformation du maillage par réunion ou suppression se développe pendant au moins trois décennies. Comme la plupart des diocèses de France sont concernés par ce qu’il est convenu d’appeler le renouveau des paroisses, il est possible d’esquisser un premier bilan d’ensemble. D’abord, l’examen d’une trentaine d’années d’expérimentations dans les regroupements de paroisses peut éclairer sur les motivations des évêques français et leur souci de mettre en œuvre la réforme de la pastorale initiée par le concile Vatican II. Il faut ensuite essayer de rendre compte de la diversité des démarches entreprises, des procédures, la refonte des synodes diocésains après le concile fournissant une procédure méthodologique largement utilisée. La comparaison des nouveaux cadres territoriaux doit aussi permettre de définir un éventuel format idéal pour assurer une pastorale de proximité, un modèle voire plusieurs types dont peuvent s’inspirer les diocèses. Enfin, l’intense production de nouveaux ensembles pour la pastorale catholique pose le problème de leur connaissance, de leur qualification et dénomination pour un repérage dans l’espace diocésain par les fidèles et aussi par l’ensemble de la population.

Aménager ou reconstruire

3Depuis le Concile de Trente et jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle, l’organisation de la pastorale de l’Église catholique repose sur une division territoriale des plus fines, celle des paroisses. Leur répartition, leurs formats sont hérités de l’histoire de la diffusion du christianisme et plus encore des formes successives de peuplement. À cette longue histoire d’emprise de l’Église sur l’espace, succède depuis quelques décennies des formes d’adaptation à la dépopulation rurale, à la concentration des populations dans les agglomérations et aussi à la raréfaction des personnels clercs pour la Mission.

4Très succinctement, aux origines de la diffusion du christianisme, la prédication et l’implantation apostolique sont éminemment urbaines. Les premiers diocèses se localisent sur les centres de contrôle des populations de l’Empire romain, en Gaule sur les chefs-lieux de civitas. C’est là que se rassemblent les assemblées, les convertis de tout le diocèse. C’est là que l’épiscope peut administrer, seul, les sacrements. Comme toutes les populations ne peuvent accéder à la cité de nouveaux diocèses sont créés par amputation des premiers, et pour toucher le dernier paysan de la plèbe rurale sont envoyés des ministres avec délégation de sacrements dans des circonscriptions permettant le maximum de proximité : les paroisses. L’histoire est connue, se répète et se prolonge encore, mais hors d’Europe.

5Sans remonter aux origines, les deux circonscriptions fondamentales reprises par le droit canon de 1983 sont le diocèse et la paroisse. Initialement le diocèse est centré sur la cathédrale qui peut, pour les sacrements, avoir des succursales, puis des centres paroissiaux avec fonds baptismaux et cimetière… Intrinsèquement ces deux entités sont définies par une fraction du peuple de Dieu et par le clerc (évêque ou curé) qui en a la charge. Le droit canon de 1983 réaffirme cette vision.

  • 2 Il faudrait aussi tenir compte des deux niveaux historiques des paroisses : matrice et annexe. En (...)
  • 3 Et un juste retour : après avoir produit des circonscriptions sur le modèle de l’Église, l’adminis (...)

6Pour la qualité du service et surtout l’efficacité et l’harmonie de la pastorale, trois échelons territoriaux ont été introduits dans l’organisation diocésaine : le doyenné regroupant des paroisses, l’archiprêtré rassemblant les doyennés, et l’archidiaconé qui réunit des archiprêtrés. C’est une organisation pyramidale de circonscriptions pour la pastorale, avec une hiérarchie reconnue de leurs titulaires entre l’évêque et le curé… Ces différents découpages sont réalisés essentiellement pour le bon fonctionnement de l’institution, la concertation des responsables et la bonne pratique de la pastorale. Ils n’existent que pour le clergé2 et sont méconnus des fidèles. Jusque dans les années 1960 en France, la hiérarchie des territoires de l’Église catholique se calque presque exactement sur celle des territoires civils produits par la Révolution et l’Empire. Il faut y voir un effet du gallicanisme et surtout du Concordat napoléonien3.

  • 4 Voir Mercator, 1997.
  • 5 Sur cette évolution voir Borras, 1996.
  • 6 Celles-ci regroupent les villes, les banlieues plus ou moins anciennes et les communes périurbaine (...)

7Les raisons de produire de nouveaux territoires sont connues4 et ont été largement examinées. Le Christianisme semble la religion qui a le mieux pris en compte l’espace et les territoires pour assurer, autant que faire se peut, le salut des habitants. Le souci pastoral de la proximité constitue une constante de toutes les églises chrétiennes. En France, le catholicisme fournit un modèle repris pour les assises territoriales par les églises luthériennes de la Confession d’Augsbourg. Tout l’espace se trouve partagé après le concile de Trente en paroisses, au moins jusqu’à la Révolution en France. Le droit canon de 1917 indique que tout le territoire d’un diocèse doit être divisé en paroisses5… Par la suite, les diocèses renoncent au maintien de paroisses dans les secteurs géographiques où d’autres confessions dominent comme l’Église réformée dans les Cévennes. La question contemporaine de la présence de l’Église repose fondamentalement sur les changements dans le peuplement rural, dans les espaces où la tradition est des plus simples : un village, un clocher, une paroisse, un curé pour reprendre le modèle tridentin idéal. Or si la population rurale en France représente 50 % de l’ensemble en 1936, 40 % encore en 1962, la dépopulation affecte tous les espaces qui se trouvent hors de l’ombre urbaine. Dans toutes les sociétés marquées par l’urbanisation, il devient difficile pour les églises chrétiennes de fournir un desservant dans chaque village. Dès 1975 en France, les zones de peuplement industriel et urbain6 regroupent les quatre cinquièmes de la population totale. Le reste relève de plus de 25 000 communes réputées rurales, soit les deux tiers de l’ensemble !

8La seconde question qui se pose rapidement à la fin du XXe siècle porte sur la rapide réduction du nombre de prêtres disponibles pour le service des paroisses. Les problèmes de recrutement et de vocations, d’âge des ministres en place, en bref la pénurie, obligent à redessiner des territoires de l’action pastorale pour réaliser une desserte de qualité des populations. À l’évidence, les 38 000 paroisses des années 1980 en France ne peuvent plus être confiées efficacement à moins de 20 000 prêtres incardinés et valides présents dans les diocèses : les deux tiers des paroisses se retrouvent sans prêtre résident.

9La troisième raison synthétise les deux précédentes. En effet, la désaffection générale pour les offices réguliers se manifeste partout et la pratique dominicale au sens large ne semble plus concerner que 6 à 8 % de la population totale, selon les sondages et aussi selon les régions. À l’époque des enquêtes Boulard, les églises pleines des années 1950 accueillaient en moyenne 40 % de la population totale. L’utilisation rationnelle ou efficace des derniers curés valides passe donc par les regroupements des fidèles ou l’affectation des prêtres dans les paroisses urbaines et dans les secteurs ruraux où la pratique n’a pas trop faibli.

  • 7 Venon, 2005.

10Les regroupements à effectuer doivent dès lors tenir compte des disparités de peuplement et d’assistance aux offices dominicaux selon les paroisses. Enfin, à la suite de Vatican II, et du droit canon de 1983, la formation de communautés de fidèles s ‘ impose et leur construction réclame une définition de nouvelles limites. Le canon 515 de 1983 insiste sur la « communauté précise de fidèles dont la charge pastorale est confiée à un curé », mais n’entre pas explicitement dans les questions d’assise territoriale. Cependant et malgré d’autres possibilités, le canon 518 précise qu’« en règle générale, la paroisse sera territoriale… » Toutefois, au moins en secteur pas trop densément peuplé, ce sont les simples agrégations d’anciennes paroisses, avec leur cadre géographique hérité, qui prévalent. Dans les grandes agglomérations, les délimitations sont plus délicates, et fréquemment surgissent des difficultés : dans le cas de nouvelles paroisses par fusion d’anciennes, il faut redessiner la carte par rue et par côté de rue comme à Clermont-Ferrand7.

11Dans la reconstruction de territoires ou de communautés paroissiales, il est évident que les évêques cherchent à la fois à rassembler les fidèles en leur assurant une présence d’Église en proximité : le service pastoral doit être au plus près des fractions du peuple de Dieu, mais aussi de l’ensemble des populations plus ou moins éloignées ou détachées de l’institution. S’il est difficile de maintenir ou de reconstruire la vie des paroisses comme elle se développait quand les églises étaient pleines, il faut assurer la mise en œuvre de nouvelles fonctions sociales, redéfinir les cadres et le fonctionnement des missions traditionnelles de la paroisse.

12Une nouvelle organisation, avec une répartition des tâches inédite doit nécessairement émerger : le concile Vatican II a sonné le glas de la fabrique et imposé la mise en place de conseils plus ou moins nombreux pour assurer les tâches pastorales et assumer clairement les fonctions de l’unité pastorale de base. Obligatoirement (canon 537, 1983), un Conseil économique paroissial (CEP) est créé pour la gestion matérielle de la paroisse : budget, patrimoine, denier et aussi relations avec les municipalités. En cas de regroupement de plusieurs clochers, des antennes de ce CEP, associant le curé aux laïcs, peuvent traiter au plus près des questions locales, dans le cadre des relais institués, avec éventuellement des trésoriers. Les recompositions paroissiales ont permis de diffuser rapidement l’établissement des conseils économiques, même si tous les diocèses concernés ne font pas diligence pour afficher les nouvelles compétences, le nouveau partage des responsabilités, ou choisissent des solutions distinctes mais autorisées comme les trésoriers de secteurs dans le diocèse de Poitiers.

  • 8 En termes d’emplois, cela représente l’équivalent de 22 temps plein.

13Dans les cadres géographiques restructurés, une répartition des tâches entre clergé et paroissiens se construit pas à pas pour répondre à l’exhortation de Jean-Paul II (Christi Fideles laici de 1992). Elle fait partie des conséquences de Vatican II et de la réorganisation générale de l’Église catholique. Toutefois, les mises en œuvre se déclinent de manière fort diverse selon les diocèses et même selon les organisations pastorales de base. Toutefois la mobilisation des laïcs, de tous les baptisés est la règle. La co-responsabilité proclamée des laïcs avec le curé doit permettre leur intervention en matière de pastorale et d’animation des communautés nouvelles. Dans les diocèses, les expériences sont nombreuses et l’imagination ne fait pas défaut dans les créations de conseils. Les solutions adoptées pour remplir les missions d’évangélisation dans les paroisses ou structures équivalentes se multiplient : « Conseil pastoral paroissial » à Laval, « Conseil pastoral inter-paroissial » à Angers, « Équipes d’animation pastorale » pour Quimper et Léon, ou simplement « Équipes pastorales » comme à Saint-Brieuc et Tréguier (Elineau, 2000). Dans certains diocèses même, les laïcs sont missionnés pour la pastorale à l’échelle des doyennés et non à celle des structures élémentaires comme à Dijon. Cependant la formalisation du partage des responsabilités et la mise en visibilité des organes de coopération ne sont pas la règle générale. Dans le diocèse du Mans, les équipes d’animation des paroisses sont bien discrètes. Aux côtés des 90 prêtres au service des paroisses, des 25 diacres, seulement 13 laïcs peuvent être signalés avec des statuts bien différents : sept animateurs en pastorale (des animatrices travaillant au service des jeunes des doyennés), deux permanents en pastorale, trois lecteurs-acolytes en charge des sépultures, et un président de sépulture… Inversement dans le diocèse de Viviers, chacune des 24 paroisses nouvelles compte aux côtés des curés et diacres une équipe d’animation paroissiale qui comprend des laïcs en mission ecclésiale, pris en charge par le diocèse, et d’autres laïcs bénévoles. Au total en 2011, 51 animateurs laïcs en pastorale8 épaulent les 66 prêtres ayant un ministère en paroisse. Dans tous les cas, le curé trouve aide et collaboration auprès de nombreux laïcs, bénévoles ou missionnés par l’évêque, s’engageant ou étant parfois désignés par les paroissiens. Entre les lectures à la messe dominicale, les visites aux paroissiens malades ou âgés, la catéchèse, voire la présidence des sépultures ou des mariages sans Eucharistie, l’éventail des responsabilités désormais confiées aux laïcs ne cesse de se déployer pour que la mission soit remplie au mieux et au plus près des habitants.

  • 9 Selon Venon, 2005, p. 191 sq.

14Le diocèse de Clermont pratique depuis plusieurs décennies la coresponsabilité des prêtres et des laïcs, en mobilisant largement ces derniers qui étaient environ 200 au début des années 1990 et près de 300 dans les années 2000. Les paroisses sont ainsi gérées par les curés et des laïcs nommés par l’évêque et qui œuvrent en cas de vacance de la cure sous la responsabilité d’un modérateur ordonné, comme autorisé par le canon 517 de 1983. La mise en application se traduit par quatre types de gouvernance pastorale des paroisses9 distribués selon un modèle centre périphérie. Au cœur, autour de l’agglomération clermontoise et sur l’axe de la plaine de Limagne, la gestion relève d’équipes apostoliques comptant des prêtres, des laïcs missionnés ou nommés. Ce type déborde à l’Est vers Thiers et Ambert. À l’opposé, dans les paroisses périphériques les plus éloignées et les moins peuplées, le curé assume la gestion de façon isolée ou avec des collègues in solidum. Enfin, toujours en périphérie, des équipes de laïcs nommés gèrent aussi des paroisses avec un curé modérateur plus ou moins lointain. L’effet du peuplement est évident dans la répartition des équipes, car il demeure plus aisé de trouver des bénévoles dans les espaces densément peuplés et urbanisés que dans les communes rurales de montagne !

15Ainsi, de nouveaux territoires sont produits par l’Institution. Leur pertinence dépend essentiellement de la communauté réalisée et de sa mobilisation. En cas de succès, les nouvelles appellations (« paroisse nouvelle », « paroisse à-venir ») temporaires, les dédicaces et dénominations choisies traduisent les modifications des territoires de la pastorale catholique.

16Dans l’héritage des diocèses français, le poids des villes, centres épiscopaux a pesé sur la diffusion des paroisses en périphérie. Il a été accentué par l’épisode spécifique de la Révolution et du Concordat qui a ajusté les circonscriptions catholiques sur les nouveaux territoires administratifs civils. Cette adéquation remarquable a autorisé l’emprise des paroisses jusque dans les dernières vallées peuplées de montagne. Mais, à l’heure de la déprise, démographique dans les campagnes et montagnes, religieuse pour la pratique dans la plupart des espaces, l’Église doit adapter ses structures de pastorale pour utiliser le plus efficacement possible les prêtres disponibles. Le Concile Vatican II a ouvert de multiples possibilités, non seulement en matière de modification des cartes des paroisses, mais aussi dans le domaine des responsabilités ecclésiales partagées par les laïcs aux côtés de clercs plus rares.

Questions de méthode

17Toutes les observations soulignent la grande diversité des démarches avec cependant toujours l’objectif commun d’une pastorale de proximité renouvelée. Dans le temps et dans l’espace, deux tentations se font jour parmi les responsables diocésains : objectif de fusion, avec une seule paroisse (nouvelle) intégrant toutes les anciennes, caractérisée par un centre pour tous les fidèles. Le modèle paroissial historique perdure alors en changeant de format géographique, dans la continuité et dans l’uniformité. En opposition l’objectif de fédération s’illustre par la création d’une nouvelle entité rassemblant les anciennes paroisses qui peuvent rester des relais paroissiaux pour un maillage plus proche des habitants réputé respectueux des différentes communautés.

  • 10 Comme dans le diocèse de Saint Flour ; cf. carte 2 des paroisses de 1996.

18La question de la réunion de paroisses proches n’est pas nouvelle. Même au milieu du XIXe siècle, toutes les paroisses de l’héritage médiéval ne sont pas pourvues d’un desservant titulaire. Les paroisses vacantes sont alors placées à la charge d’un curé d’une paroisse voisine, comme solution d’attente. En effet, le droit canon de 1917 le rappelle, une paroisse est une division territoriale du diocèse qui n’existe que par le titre juridique confié au curé (canon 216). Les décès des prêtres laissant des cures vacantes et faute de prêtres suffisamment nombreux, l’administration pastorale des paroisses est confiée au curé d’une paroisse pas trop éloignée. La simplicité du système se traduit par sa diffusion générale jusqu’à la fin des années 1980, en France comme en Espagne et même en Italie. Toutefois, la structure par âge du clergé a pour conséquence la multiplication des cures vacantes et un prêtre plus ou moins jeune peut se retrouver à la tête de 3 paroisses voire beaucoup plus10. Partout, sauf dans le diocèse de Paris, le problème des agrégats se pose en termes de circulation et de motorisation pour assumer les multiples obligations (offices entre autres) du prêtre. Pour limiter les contraintes, quelques évêques peuvent choisir de créer des équipes de prêtres ou de religieux en charge de vastes territoires, généralement peu peuplés, avec une répartition des tâches adaptée. Cette solution a l’avantage d’abord de ne pas modifier les structures, de conserver les paroisses historiques, ensuite de maintenir les communautés et la vie paroissiale, tant qu’il reste des habitants. Bien sûr, la mobilisation des paroissiens laïcs est indispensable. La limite de l’exercice vient seulement de l’effet démographique, faible population, ou de la religiosité avec la rareté des pratiquants.

19Le droit canon de 1983 a facilité le processus de regroupement, car il permet de confier la cure de plusieurs paroisses à un même prêtre (canon 526). Une seconde approche, succédant souvent aux regroupements progressifs, au cas par cas, se retrouve dans une majorité de diocèses. L’évêque et ses conseils initient alors une démarche de révision générale de l’organisation de la pastorale. Elle touche en premier les paroisses, mais s’étend presque automatiquement aux doyennés.

  • 11 Voir Laffont, 2005, p. 123 et sq. il faut noter les expressions et le vocabulaire renvoyant au cél (...)
  • 12 Laffont, 2005, p. 143 sq.

20Dans le diocèse de Saint-Étienne, la réflexion sur la recomposition démarre avec la lettre pastorale du père Joatton de 1994 et sa proposition de création de paroisses nouvelles non pour « réunir les nombreuses anciennes paroisses comme des petits commerces regroupés dans de grandes surfaces. Ce qui motive ce renouvellement c’est le désir de proposer la foi dans la société actuelle11… » L’évêque mobilise alors tous les membres de l’Église, laïcs et clercs, pouvant être réunis en Assemblée diocésaine en 1996 pour présenter des propositions, et réfléchir à l’organisation et aux besoins de la mission. La démarche place les individus, les communautés et les territoires au cœur des questionnements. Avec une étude socio-démographique, la réflexion débouche sur la refonte des 244 paroisses du diocèse en 29 nouvelles paroisses. La création d’une nouvelle paroisse est soumise à quelques conditions. D’abord il faut qu’elle compte au moins 50 foyers chrétiens (actifs comme dans le diocèse du Mans). Ensuite, elle doit être un lieu de rassemblement eucharistique, avec les structures (conseil pastoral) et une organisation permettant de remplir les missions d’accueil, de catéchèse et de dispense des sacrements. Enfin, elle doit être la communauté où l’Église assure que les fidèles trouvent un ministre qualifié pour l’enseignement, la sanctification et le gouvernement. À partir de toutes ces données, le diocèse est divisé en 1996 en neuf zones pastorales contenant des groupements de paroisses. Ce dispositif provisoire est prévu pour trois ans, avant la mise en place des nouvelles paroisses. Dans la zone pastorale de l’agglomération de Saint-Étienne, les 8 groupements ont été érigés en paroisses en 1999. Mais tous les clochers des anciennes paroisses n’ont pas été reconnus comme relais12. Ainsi, dans ce diocèse, la paroisse est désormais définie comme le lieu de rencontre, de communion de communautés diverses. Avec l’institution des relais paroissiaux, l’évêque et ses conseils optent pour un système de décloisonnement ou de fédération de clochers plutôt que de fusion.

  • 13 Résumé du dossier no 2 de l’évêché de Luçon, 1996 : Paroisses à venir. L’avenir de la mission dans (...)

21Avec un calendrier assez peu différent, le diocèse de Luçon a procédé à sa réforme territoriale. Le constat incitateur tient à la difficulté de continuer à regrouper les paroisses sous la houlette des curés survivants, au demeurant nettement plus nombreux dans ce diocèse qu’ailleurs : 160 curés et 102 vicaires en 1989 pour 305 paroisses ! Le père Garnier lance une réflexion sur les « paroisses à-venir » en 1996. La nouvelle unité de pastorale a pour but de mobiliser clercs et laïcs qui devront « animer ensemble les nouvelles structures, plus larges que les anciennes, et poursuivre la Mission de l’Église », comme dans le diocèse de Saint-Étienne. Chacun est concerné, prié d’échanger avec les fidèles des autres paroisses, de constituer des équipes de réflexion et de proposition. La paroisse à venir doit être une « communauté de fidèles du Christ, organisée (curé, conseil de paroisse, conseil économique), proche des communautés locales vivantes et des individus, ouverte à plus large qu’elle (mouvements, etc., et doyenné), partie prenante de l’Église diocésaine13 ». La réflexion est fortement alimentée par un état du diocèse en matière de circonscriptions civiles, de découpages religieux (zones pastorales et doyennés qu’il convient de conserver au mieux), de démographie générale, de bassins de vie, de formes de coopération intercommunale, de lieu de résidence des curés et les clochers desservis… C’est un véritable dossier qui doit éclairer les propositions de « paroisses à venir ». Les règles pour les dessiner sont simples : au moins deux anciennes paroisses alliées, une population proche d’au moins 3 500 habitants, une distance temps entre les pôles les plus éloignés de moins de 20 minutes en voiture… Trois ans plus tard, l’évêque proclame les modifications : le nombre de paroisses passe à 59, soit un cinquième de l’effectif initial, avec une forme fédérative. Les anciennes paroisses deviennent des relais, où l’on peut célébrer. L’évêque enregistre aussi les conséquences du renouveau des paroisses sur les territoires des doyennés dont le nombre passe de 29 à 13.

22Le synode diocésain, élément de gouvernement de l’Église, se trouve remis en lumière par le concile Vatican II et largement mobilisé pour alimenter la réflexion. Par définition c’est une assemblée de prêtres et religieux convoquée par l’évêque et il doit déboucher sur de nouvelles consignes pastorales. Le canon 460 de 1983 élargit sensiblement l’assemblée : « un synode diocésain est la réunion des prêtres et autres fidèles de l’Église particulière choisis pour apporter leur concours à l’évêque diocésain pour le bien de la communauté diocésaine tout entière ». Son champ de réflexion n’est pas limité et les commissions peuvent proposer un travail législatif important. La question de l’organisation territoriale de la pastorale n’est ni exclue, ni obligatoire. Mais à partir des années 1990 sa présence est presque systématique dans les débats. Le déroulement du synode s’effectue sur plusieurs années, trois le plus souvent, avec une succession d’étapes plus ou moins longues entre l’annonce, la constitution d’une équipe pour l’organisation, la consultation, la mise en place d’équipes, la réunion d’assemblées synodales, l’élaboration des propositions synodales et leur vote, pour les proposer à l’éventuelle promulgation par l’évêque.

  • 14 Voir Mercator, 1997, p. 157 sq.

23Le mécanisme est bien connu et a été largement décrit pour le diocèse de Séez14. Dans ce diocèse, 54 lois synodales ont été promulguées en 1993. Ici comme ailleurs, la loi ne fait que retenir le principe du réaménagement pastoral. Les instances diocésaines peuvent ensuite créer des commissions chargées de la production des cartes ou laisser les assemblées diocésaines les dessiner. Pour le diocèse de Séez, la « Commission diocésaine Nouvelles Paroisses » a travaillé un an pour faire ses propositions. Il faut ajouter six mois pour éteindre les nombreuses querelles de clochers et obtenir les décrets d’érection des nouvelles paroisses (et de suppression des anciennes). Toutefois, dans la grande diversité des Églises locales, les synodes ne placent pas obligatoirement la création de nouvelles paroisses au cœur des débats. Bien d’autres formes d’aménagement peuvent être abordées. Ainsi le synode du diocèse d’Ajaccio travaille sur trois thèmes de 1997 à 2000, dont celui de l’interparoissialité : le résultat en 2011, c’est la division des 434 paroisses de l’île en six régions pastorales contenant des groupements définis par la référence à la paroisse de résidence du curé.

  • 15 Le phénomène ne concerne pas alors les paroisses urbaines et suburbaines de la capitale du diocèse

24Parmi les premiers diocèses à réunir un synode, le diocèse du Mans trouve une place originale par la méthode mise en œuvre et se situe parmi les premiers à procéder à un réaménagement. En 1988, le père Gilson promulgue les lois synodales réformant l’organisation du diocèse. La principale transformation porte sur la paroisse qui devient « un ensemble de villages ainsi regroupés ». Toutes les églises peuvent rester des lieux de prière, d’office et de sacrements à condition que les bâtiments soient entretenus et préparés par les habitants. Il faut remarquer que la création de relais paroissiaux n’a pas été retenue. Pour créer de nouvelles paroisses, les populations, essentiellement rurales15, sont invitées à se réunir et à préparer les regroupements permettant de constituer de nouvelles communautés chrétiennes. L’évêque attend les demandes. Mais pour que les propositions locales soient acceptées et que la nouvelle paroisse soit créée et pourvue d’un curé, il définit quelques conditions. Il faut que la nouvelle entité recense un stock démographique suffisant, dans « un territoire à taille humaine » permettant aux nouveaux paroissiens de se connaître et de former « un groupe social naturel ». Il est ainsi fait référence systématiquement à la communauté, vivante, participant réellement à la vie de la paroisse. L’évêque précise même que pour une communauté de croyants, un groupe de 50 à 100 foyers chrétiens est nécessaire. Dès 1989, l’évêque et le conseil presbytéral reçoivent les propositions de 60 assemblées de chrétiens. Ils en font 20 nouvelles paroisses avec 19 regroupements, entre 2 et 12 clochers, et un maintien. Au total, 64 nouvelles paroisses ont été érigées, essentiellement dans les doyennés ruraux. Vingt paroisses du Mans et de banlieues ne sont pas touchées par le mouvement et six bourgs ruraux ou commune remarquable (Vion et son pèlerinage) n’ont pas participé à la démarche, même si parfois plusieurs clochers sont associés de fait sous l’autorité d’un seul curé.

25Après des décennies de regroupements empiriques dans le diocèse de Clermont, le père Hippolyte Simon convoque un synode mobilisant clercs et laïcs, mais aussi des élus, de nombreux spécialistes des sciences sociales (sociologues, démographes, statisticiens, géographes mêmes…) pour travailler de 1997 à 2000 à l’organisation de la pastorale dans les 390 paroisses, dont plus de la moitié ont alors une population inférieure à 500 habitants. Au terme des assemblées, 36 lois synodales sont promulguées sur le fonctionnement des nouvelles paroisses qui ne doivent pas être trop petites, ni trop énormes. Les critères qui alimentent la réflexion sont nombreux. Les principaux concernent les limites des bassins de vie, la carte scolaire (surtout celle des collèges), la pénurie de prêtres et les expériences déjà réalisées de coopération. Des critères secondaires sont également pris en compte : les distances à parcourir pour atteindre le lieu de culte, le nombre d’habitants et un ensemble de « ressources humaines » couvrant les mouvements et services d’Église. En septembre 2002, les 32 nouvelles paroisses sont mises en place : leurs limites transgressent celles des ensembles pastoraux délimités dans les décennies précédentes témoignant de la poursuite du déclin démographique dans les secteurs montagneux.

  • 16 Bertrand, 2002.
  • 17 Venon, 2004, p. 281 sq.

26La question de la date d’observation est importante car la distinction entre les formes de fusion des paroisses ou de fédération dépend de la situation du diocèse dans ses transformations. Ainsi, pour le diocèse de Saint-Flour analysé en 1996, l’engagement dans la réorganisation de la pastorale paraît bien timide. Les seules modifications depuis les années 1960 tournent autour des agrégats de paroisses confiés à un prêtre. Les trois quarts des prêtres sont seuls, à la tête d’ensemble de deux à treize paroisses. La mise en place d’équipes de prêtres ne vaut que pour la desserte des paroisses à caractère urbain comme à Saint-Flour ou Aurillac16. Mais la procédure de regroupement des paroisses trouve rapidement ses limites avec la diminution très rapide du nombre de prêtres : 261 sont incardinés dans le diocèse en 1970 ; 148 sont recensés en 2000 dont une soixantaine au service des paroisses. L’évêque de Saint-Flour procède alors aux regroupements techniques classiques des 220 paroisses rurales maintenues en quatre zones pastorales et 22 secteurs pastoraux17. Pour les quinze secteurs ruraux, un pôle de services intermédiaires, chef-lieu de canton le plus souvent, est élu comme centre pour la liturgie et les sacrements. À partir de 2004, les paroisses des secteurs pastoraux fusionnent pour donner naissance aux 22 nouvelles paroisses, désignées par les communes les plus importantes ou par des noms de pays comme Notre Dame de Haute Auvergne, en cas de nouvelle paroisse érigée. En 2011, avec seulement une trentaine de prêtres au service des paroisses, il faut mobiliser les religieuses et les diacres pour affirmer une présence d’église. Déjà deux secteurs pastoraux, ou « nouvelles paroisses » (car l’ambiguïté persiste), n’ont plus vraiment de pôle religieux… [carte 1]. Cette évolution se retrouve dans bien d’autres diocèses avec d’autres appellations, à Viviers par exemple.

27Ainsi, à quelques exceptions près, tous les diocèses de France se trouvent ou se sont trouvés dans l’obligation de penser et élire l’organisation la plus pertinente de la pastorale. Les cheminements sont divers et les préoccupations communes d’efficacité se divisent entre l’attention portée aux communautés de chrétiens, de formes paroissiales ou autres, d’une part, et l’analyse des possibilités de production de territoires à l’échelle des besoins des populations, d’autre part. S’il est possible de distinguer plusieurs cheminements, il faut rappeler qu’aucun n’est exclusif et que la réflexion, donc le chantier du renouveau des paroisses, continue.

Formes de regroupement

  • 18 Elineau, 2000.

28Lors de l’enquête de Dorothée Elineau en 1996 une large majorité d’évêques (82 sur 95) affichent une volonté de recomposition des territoires de la pastorale18. Elle peut être à l’époque soit déjà réalisée, soit seulement en projet. En 2011, apparemment et avec la tenue du synode diocésain de Versailles, il ne resterait que deux diocèses sans réaménagement : Paris certainement et Avignon probablement. Il est donc possible de faire le bilan en termes de territoires d’une trentaine d’années de réaménagement des paroisses catholiques.

  • 19 Commission sociale des évêques de France, 1998.

29En tentant de faire un premier bilan du renouveau des paroisses en 1997, le père Bodin souligne d’abord la grande variété des démarches, des approches et du vocabulaire. En essayant de tirer quelques leçons des expériences, il propose trois schémas d’organisation ou trois modèles d’aménagement19, en ayant bien conscience de ne pas embrasser toute la richesse des projets pastoraux des diocèses. En s’inspirant de ces premières réflexions et en examinant le tableau actuel des recompositions, deux grandes familles se distinguent selon le traitement canonique des paroisses historiques.

30Un premier groupe peut être défini par la suppression des anciennes paroisses et la fondation d’une nouvelle. C’est un modèle fusionnel qui aboutit à des « paroisses nouvelles » (Chalon-en-Champagne) des « nouvelles paroisses » (Séez, Le Mans, etc.) des « paroisses à venir » (Luçon), avant de passer aux simples paroisses, sans qualificatif. Le diocèse de Beauvais sert de schéma pour décrire la nouveauté et la paroisse, avec son curé, son conseil économique et son conseil pastoral regroupe les communautés de village ou de quartier, dont les équipes assurent une présence d’Église de proximité. Les paroisses nouvelles sont assemblées ici en secteurs missionnaires, mais dans d’autres diocèses le doyenné constitue l’appellation la plus commune car traditionnelle. L’insistance sur les communautés locales regroupées dans les nouvelles paroisses n’est pas systématique, mais le culte dans les églises des anciennes paroisses n’est jamais exclu.

31Le second groupe se caractérise par le maintien des divisions paroissiales historiques, en y incluant les créations du XXe siècle. L’aménagement correspond à des regroupements sur le mode fédératif, en insistant fréquemment sur la fonction de relais paroissial dévolue à différents clochers. Il s’agit clairement de maintenir les repères habituels du culte pour la population. C’est l’un des schémas les plus répandus mais les appellations varient souvent d’un diocèse à l’autre. Dans les diocèses concordataires, la réunion des clochers villageois produit des communautés paroissiales ou de paroisses comme à Metz où 137 communautés regroupent 649 paroisses. Dans le diocèse de Perpignan les 253 paroisses sont assemblées en 22 communautés de paroisses et quatre doyennés (la ville et les trois vallées !). Beaucoup d’autres dénominations fleurissent pour les nouvelles unités dotées canoniquement d’un prêtre (curé, modérateur etc.) et d’un conseil économique : ensembles paroissiaux des diocèses d’Arras, Quimper, Dijon ou Tarbes, groupements paroissiaux de Cahors ou Pontoise, districts paroissiaux de Nîmes et secteurs paroissiaux de Rouen. Pour ajouter encore à la complexité, il faut préciser que le relais paroissial peut être un groupe de plusieurs anciennes paroisses comme dans le diocèse de Besançon. Une variante se trouve dans un certain nombre de diocèses qui insistent sur la pastorale pour caractériser les nouveaux ensembles : secteurs pastoraux de Bordeaux, unité pastorale de Besançon.

  • 20 Les unités de base de la pastorale dans ce diocèse sont passées des 368 paroisses initiales, à 30 (...)

32Dans d’autres diocèses la simple utilisation de la notion de secteur semble relever d’une étape dans le renouveau, comme ce fut le cas hier à Viviers20, et qui fleurissent dans les diocèses d’Agen, Albi ou Digne… Dans le diocèse de Blois, le synode organisé débouche en 2000 sur trois ensembles de décrets, dont une série sur l’organisation pastorale articulée autour de secteurs. Un premier décret porte sur l’institution de « points d’appui », c’est-à-dire la présence en un site d’une équipe presbytérale au service d’un doyenné. Il en est recensé trois ou quatre selon les doyennés. L’équipe se déploie dans les différents secteurs pastoraux du doyenné (entre 8 et 13 lieux de culte en incluant les points d’appui). La « carte des paroisses » obtenue montre désormais l’emboîtement des 292 paroisses initiales dans 51 secteurs (comptant 17 points d’appui) pour les cinq doyennés du diocèse.

  • 21 Voir Berrached, 2008.

33Le tableau des recompositions paroissiales serait simple si, au-delà des multiples dénominations, les deux modèles s’opposaient. Dans nombre de diocèses, la situation est plus complexe et formes fédérales et fusionnelles de regroupements coexistent. Ainsi dans le diocèse de Nantes, le « remodelage » des paroisses au début des années 2000 aboutit à distinguer trois catégories d’ensembles dotés d’un prêtre, d’un conseil économique et d’un conseil pastoral. D’abord, des paroisses sont maintenues principalement dans les villes, avec des perspectives éventuelles de fédération. Ensuite des paroisses nouvelles sont créées, et peuvent grouper des communautés chrétiennes locales, dans les anciennes paroisses qui fonctionnent alors comme des relais paroissiaux. Enfin, des ensembles paroissiaux regroupent des paroisses qui peuvent conserver une équipe d’animation paroissiale. Au total, 76 unités se substituent aux 293 paroisses historiques. Elles se placent sur un même plan, entre les communautés locales à la base, et les secteurs qui les fédèrent pour l’harmonisation de la pastorale par le clergé21. Dans le diocèse de Mende, les cinq zones pastorales sont transformées en quatre paroisses et un secteur pour la cathédrale et les communautés associées. Plus fréquemment encore, ce sont les appellations de formes de regroupements qui cohabitent dans les diocèses. Par exemple dans le diocèse de Pamiers, le renouveau des paroisses passe par la division en cinq doyennés. Trois d’entre eux (Haute Ariège, Olmes et Couserans) regroupent simplement 22 ensembles paroissiaux. Dans le doyenné de Foix, un secteur paroissial se distingue des trois ensembles plutôt ruraux. Enfin, pour Pamiers, on compte deux ensembles paroissiaux dont celui de la cathédrale, cinq secteurs paroissiaux ruraux et une paroisse maintenue ! Devant une telle variété et une si grande richesse de vocabulaire, il n’est pas possible d’exclure que les évêques prennent soin de respecter la diversité des situations et des communautés chrétiennes. Il est également possible qu’une partie des termes employés ne soit destinée qu’à préfigurer les unités pastorales appelées à se transformer en nouvelles paroisses. Leur utilisation paraît provisoire : dans le diocèse de Saint-Flour, l’équivalence entre secteur et nouvelle paroisse le laisse penser.

  • 22 Actes synodaux de Poitiers, cités par Berrached, 2008, p. 139.
  • 23 Très clairement, l’évêque de Poitiers utilise le canon 516 de 1983 qui permet « d’autres formes de (...)

34Le diocèse de Poitiers a mené une réflexion originale sous l’impulsion de Mgr Rouet avec le synode de 2001-2003. Elle met l’accent sur les communautés chrétiennes. « L’organisation pastorale du territoire se met au service de la mission, au plus près de la vie des hommes22 » et ne fait plus guère référence à la paroisse23. Trois niveaux sont mis en place : les « communautés locales », avec une équipe d’animation de base, le « secteur » ou « unité pastorale de base » avec le prêtre, le trésorier et le Conseil pastoral de secteur et les « territoires » ou « zones pastorales » définies pour trois villes et 11 pays. Les territoires regroupent 74 secteurs pastoraux pour les 604 paroisses anciennes.

35Le bilan de l’effort de restructuration est difficile à saisir dans la mesure où l’évolution n’est pas terminée, de nouveaux synodes se rassemblent encore. Le chantier des diocèses n’est pas fermé. Cependant il faut souligner l’importance statistique de la réduction du nombre de paroisses. Elle est spectaculaire dans le diocèse de Besançon qui passe de 1 010 paroisses à 67 paroisses nouvelles, presque aussi importante pour le diocèse de Bayeux où 51 nouvelles paroisses remplacent les 705 anciennes. Cela peut laisser penser que les réductions les plus drastiques correspondent aux espaces où la fragmentation paroissiale médiévale a été la plus intense. Mais ce n’est pas la règle et les diocèses du nord de la France ne confortent pas cette lecture. Mais les diocèses qui comptent désormais les plus petits nombres d’unités pastorales se situent essentiellement dans le sud de la France, dans des régions de vastes communes et paroisses. La diminution est de l’ordre du dixième pour Perpignan, de 253 à 22, Saint-Flour de 263 à 22, Tulle de 296 à 21…, encore plus intense pour Mende avec cinq paroisses ou Carcassonne et ses 14 nouvelles paroisses [carte 2].

36Le risque pour les premiers diocèses à avoir procédé à des premiers regroupements de formats modestes reste d’être obligé de recommencer la restructuration, d’entrer dans une seconde phase d’agrégations. C’est ce qui peut être observé dans le diocèse du Mans, où après la mise en place de nouvelles paroisses, il est nécessaire de les rassembler autour d’un seul curé.

37L’effet le plus remarquable des regroupements se trouve dans la taille des populations théoriques desservies, puisqu’il est bien délicat de mesurer les effectifs des communautés de fidèles. L’ampleur des regroupements aboutit à des populations par unité pastorale très élevées dans les régions les plus urbanisées (Lyon, Nice, Grenoble) voire Bordeaux. Mais, l’effet est identique dans des espaces moindrement peuplés comme le diocèse de Carcassonne. À l’opposé, les populations desservies dans des unités de 5 à 10 000 habitants caractérisent le plus grand nombre de diocèses, l’importance des regroupements se combinant avec les formes de peuplement : faible réduction dans des espaces denses comme à Metz, forte réduction dans des régions dépeuplées comme pour Pamiers ou Rodez. Sans pouvoir réellement généraliser, il est possible de mettre en relation l’importance de la réduction du nombre d’unités de pastorale avec l’effet démographique constaté dans la diagonale du vide, d’Agen à Verdun en passant par Bourges et Sens.

  • 24 « Assemblée Dominicale en l’Attente (ou Absence) d’un Prêtre. »

38L’effet démographique prend encore plus de sens lorsqu’il est combiné avec l’héritage des territoires où les populations affichaient une faible pratique religieuse. Il faut remarquer que les régions définies par le chanoine Boulard de pratique catholique majoritaire sont celles où le maillage des paroisses ou équivalents reste dense : Nord, diocèses concordataires, Bayonne et Tarbes. Dans l’ouest de la France, la démonstration vaut pour une grande majorité de diocèses, Laval et Séez faisant exception. L’effet est complexe car, ce n’est pas la pratique historique qui intervient mais son héritage en termes de fréquence des ordinations sacerdotales depuis 40 ans, comme à Luçon ou Vannes. Dans le Massif central, cela joue dans le retard à la réorganisation constaté dans le diocèse de Saint-Flour. Enfin, à l’intérieur d’un même diocèse, l’effet de la pratique peut intervenir pour l’affectation d’un desservant. Dans le diocèse de Dijon en 2004, l’évêque incite les populations dispersées des secteurs périphériques du Nord et de l’Ouest, à se mobiliser, se réunir en ADAP24, et à lui demander des célébrations eucharistiques qu’il s’engage à réaliser chaque fois que la communauté de fidèles est suffisante et motivée.

39L’observation arrêtée en 2010-2011 fournit un tableau certainement provisoire de l’effort de restructuration de la pastorale dans les diocèses français. Deux modèles de transformation sont prégnants et largement diffusés avec la fusion dans des paroisses nouvelles et les formes de fédération des paroisses anciennes. Mais ces deux modèles ne sont pas exclusifs : ils peuvent se succéder dans un même diocèse, voire cohabiter pour quelques années. S’il n’y a pas de règle, de norme, si chaque évêque peut diligenter le renouveau des paroisses ou y surseoir, l’objectif final dans les diocèses de vieille chrétienté semble bien l’émergence de paroisses nouvelles.

Nommer pour repérer les nouvelles paroisses

  • 25 Elineau, 2000, p. 312.

40Le renouveau des territoires de la pastorale implique de délimiter les nouvelles paroisses mais aussi de leur attribuer un nom, une référence permettant d’assurer une continuité des relations à l’espace et à la communauté qui l’occupe. Plusieurs options ont été choisies par les évêques dans le cadre des aménagements ou restructurations. Dans la mise en place des nouveaux territoires, il semble que le choix du nom se situe en dernier lieu, peu de temps avant l’érection de la paroisse et après la nomination du curé, comme dans les diocèses de Laval et d’Angers25. Le prêtre se charge de rassembler et de consulter les paroissiens futurs pour proposer quelques noms à l’évêque qui doit finalement en choisir un.

  • 26 Ibidem, p. 313

41Dans le diocèse du Mans, la question de la terminologie n’a pas été évoquée lors du synode diocésain préparant la mise en place des nouvelles paroisses. Et lors des premières créations, la nouvelle paroisse prend simplement le nom de la commune la plus importante, du bourg centre. Le pôle paroissial, avec la résidence du curé fournit la référence, pouvant traduire l’attraction ou l’influence d’un village sur les autres. Ce choix simple peut s’éclairer par le fait que dans la première série de nouvelles paroisses, l’une se trouve reprendre le cadre d’une ancienne (Roëzé-sur-Sarthe). Il a également le mérite de la clarté et de la lisibilité des dénominations communales et fournit des repères évidents aux fidèles comme aux autres habitants. Il traduit explicitement le choix de l’aménagement par fusion des anciennes paroisses. Et par là, il suscite parfois des réticences dans le processus d’association des communes rurales, de population modeste, aux petites villes périphériques du diocèse. Autour de La Ferté-Bernard et de Mamers, les petites communes ont constitué des nouvelles paroisses excluant la ville centre et sa potentielle domination26.

  • 27 Bertrand, 2002, p. 279-306.

42Le cas du diocèse de Mende paraît un peu exceptionnel, ne serait-ce que par la faiblesse de son peuplement avec un peu moins de 80 000 habitants en 2009 au terme d’une longue période de stagnation démographique. La situation du diocèse est relativement confortable au début des années 1960 avec 203 prêtres pour 185 communes rurales et urbaines, dont certaines, dépeuplées ou protestantes, n’ont déjà plus de paroisse catholique. La charge pastorale moyenne des prêtres, avec environ 400 personnes, permet de toutes les connaître. En 1996, le diocèse ne compte plus que 63 prêtres au service des paroisses. Leur nombre est tombé à 138 à la suite des modifications paroissiales de 1968. La charge pastorale des prêtres est passée à 1 000 habitants. Mais la statistique brute doit être corrigée par les modes de peuplement puisque la Lozère compte alors 161 communes de moins de 500 habitants qu’il est bien difficile de rejoindre. D’ailleurs seulement 49 paroisses « rurales » accueillent un prêtre résident. Pour faire face, les évêques de Mende ont procédé à toutes formes de regroupement, empiriquement par proximité, humainement en créant des équipes de prêtres dans les sites des doyennés. La carte des doyennés a été également simplifiée avec la mise en place de 19 « secteurs pastoraux » de format variable selon le peuplement. En outre la présence des ministres dans les Causses ou le Gévaudan a été très fortement réduite27. En 2011, logiquement, le territoire du diocèse est partagé en quatre paroisses nouvelles et une « communauté de paroisses » (ou secteur) pour Mende, définies seulement par les principales villes, c’est-à-dire les seules cinq communes du département qui comptent plus de 2 000 habitants. 17 curés en ont la charge, in solidum, et sont assistés de 19 prêtres associés. Au total, vingt-cinq communes ont un prêtre résident… [carte 4].

43Dans la même province apostolique, mais dans un cadre beaucoup plus peuplé (345 000 habitants) et urbanisé, le diocèse de Carcassonne procède à une réforme drastique de son organisation territoriale, à la suite du synode diocésain de 2005-2007. Auparavant, comme dans bien d’autres diocèses, les regroupements empiriques des 438 communes (avec 339 lieux de culte en 2006) ont abouti à la définition de quelque 33 secteurs pastoraux pouvant être desservis par des prêtres. Depuis le synode, quatorze paroisses sont instituées, de format variable, et réparties en quatre territoires à forte connotation historique : Razès, Lauragais, Carcassonnais et Narbonnais-Corbières. Le siège des paroisses nouvelles, matérialisé par une « maison paroissiale » se situe dans les principales villes du diocèse et reflète strictement la hiérarchie des centres (hors communes balnéaires) : Carcassonne, Narbonne, Castelnaudary, Limoux, Lézignan, Coursan. Six autres centres se localisent dans des villes de 2 à 3 000 habitants. Ne font exception que les paroisses de zones accidentées sans véritables villes comme Sainte Thérèse des Corbières ou Saint Vincent en Narbonnais pour le Minervois. Pour cette dernière le choix de Saint-Marcel comme siège complète la célébration hebdomadaire de la messe à Ginestas, centre un peu plus étoffé [carte 5].

44La forme la plus courante de dénomination dans le cas de mise en place de paroisses nouvelles avec suppression des anciennes relève de l’innovation, de la création plus ou moins poétique. Très fréquemment les nouvelles paroisses prennent le nom d’un saint associé à un ensemble géographique défini par des conditions physiques (val, plaine, plateau…) ou des références historiques plus ou moins anciennes.

45Dans le diocèse de Séez, l’imagination des fidèles et du clergé a permis de créer 37 paroisses avec des noms de petites régions agricoles et historiques assez faciles à repérer même par un profane : « Domfrontais », « Passais », « Pays d’Auge », « Pays d’Ouche », « Andaines »… Pour les paroisses d’Alençon ou la cathédrale, les choix sont dans la tradition de référence simple à la ville. Pour le reste, le renvoi au « Val d’Orne » ou au « Pays d’Alençon » semble clair, mais il est bien difficile de situer la paroisse « Saint Latuin des Sources », sans connaître l’histoire précise du premier évêque du diocèse… D’ailleurs, les services diocésains sont conscients de l’obscurité des appellations, puisqu’il faut afficher dans les bas-côtés de la cathédrale la dénomination de chaque paroisse, la photo de l’église centre et le nom de la commune qui l’abrite !

  • 28 Pour une analyse très approfondie, voir Venon, 2005, p. 285-291.

46Dans le diocèse de Clermont, la restructuration aboutit à la création de 32 nouvelles paroisses, pour lesquelles le Père Simon a promulgué la loi synodale no 5 qui stipule : « les nouvelles paroisses porteront un nom qui ne sera celui d’aucune des anciennes paroisses qu’elles remplacent, sauf exception dûment motivée ». Et de fait, l’analyse montre que les références choisies portent essentiellement sur des données de géographie physique : douze bassins hydrographiques (« Dore », « Allier », « Sioule »), douze unités morphologiques (« Limagne », « Volcans », « Livradois », « Cézallier »…). Mais elles sont fort claires pour les populations et des données naturelles sont associées à des communautés humaines implantées depuis des siècles. Les autres dénominations font mention de pays autour de villes pour sept d’entre elles (Pays Riomois, Orcival ou Issoire, Clermont et Montferrand) et la dernière renvoie aux activités économiques historiques des mines de charbon du secteur de Brassac28.

  • 29 Voir Muller, Bertrand, 2002, p. 72-73.

47Ailleurs, et plus exceptionnellement, le choix de noms originaux touche aussi les paroisses urbaines, qui n’ont pas nécessairement besoin de nouvelles références spatiales. Dans le diocèse de Bayeux et Lisieux, le découpage en 51 paroisses de 1997 a donné libre cours à la fantaisie des appellations dans les espaces aussi peu contrastés de la plaine de Caen, avec des références à « la Plaine, la Côte de Nacre » ou à défaut de situation claire à Notre-Dame des Fleurs pour les secteurs ruraux périurbains. Dans l’agglomération caennaise, les paroisses historiques ont été remplacées avec des caractéristiques permettant une localisation aisée : « Portes de la Mer », « Université », « Cités » pour les quartiers méridionaux de logement social, et « Plateau » non pour la topographie mais pour la mémoire des vastes cités ouvrières créées par les sidérurgistes du siècle passé29.

  • 30 Diocèse de Beauvais, Annuaire diocésain 1999.

48Entre ces deux formes relativement systématiques, nombre de diocèses n’ont pas réellement tranché et conservent des noms traditionnels aux côtés d’appellations innovantes, voire déconcertantes. Le diocèse de Beauvais a procédé à sa réorganisation à partir du synode achevé en 1989, marquée par l’érection en 1996 de 45 paroisses nouvelles, de format démographique variable et d’ampleur géographique assez peu contrastée. La moitié des paroisses est connue par le nom de la commune centre, généralement la plus peuplée (Noyon, Compiègne, etc.). Vingt autres sont définies par des noms de petits pays, historiques (« Pays de Noailles », « Estrées », « Vexin », « Pays de Bray »…), physiques (« Val de l’Aisne », « Plateau picard »), voire poétique comme la « Picardie verte ». Dans la plupart des cas, les paroisses regroupent plusieurs communautés et comptent autant de villages ou villes centres30. Avec seulement une commune de plus de 500 habitants, les vingt communes du Vexin Sud n’en recensent pas moins de trois ! Enfin, l’agglomération de Creil est divisée en trois paroisses (Creillois Nord, Sud et Centre) avec la ville dans la troisième. Dans les appellations, se retrouve un effet de l’urbanisation concentrée ou diffuse avec concurrence de centres. Les parties les moins denses du diocèse au Nord et surtout à l’Ouest regroupent logiquement les dénominations les moins liées aux villes.

  • 31 Diocèse de Dijon, Annuaire 2003-2004.

49L’exemple du diocèse de Dijon fournit une autre illustration originale qui tient au choix non de créer de nouvelles paroisses mais de procéder à des regroupements articulés autour d’une paroisse principale. Le père Coloni a promulgué en 1991, au terme du synode diocésain, 66 ensembles paroissiaux, réduits à 65 en 1998. Certains ensembles ont choisi un nom distinct de celui de la paroisse principale31. Pour l’essentiel, une cinquantaine d’ensembles c’est la commune principale ou la paroisse urbaine de Dijon qui fournit la localisation sans ambiguïté. Pour les quatorze autres, il n’est pas possible de démontrer un effet de dépopulation exceptionnelle, même pour quatre ensembles de l’Auxois ou deux autres du Val de Seine. Il semble plutôt que l’évêque n’a pas choisi un centre dominant dans les périphéries de Dijon ou le Val de Saône. Les dénominations privilégient le milieu physique (« Coteaux de Haute Seine », « Forêt de Longchamp »), la topographie (« Les Hauts de Suzon aux portes de Dijon ») et plus encore les références religieuses régionales : La Bienheureuse Anne-Marie Javouhey, native de Jallanges dans le Val de Saône ; ou l’évêque missionnaire Louis Parisot, pour Dijon. La référence devient nationale pour l’ensemble Alésia-Sainte Reine, dont le centre n’est pas la commune héritière du nom (Alise) mais le chef-lieu de canton de taille urbaine.

  • 32 Les efforts de production de noms dans les diocèses selon le cadre physique rappellent les choix r (...)

50Dans l’ensemble du renouveau des paroisses, les transformations opérées sont réalisées pour les populations : les paroissiens et les autres habitants ont besoin de repères, de liens avec les lieux d’Église. Le nom de la paroisse peut jouer un rôle fédérateur pour les populations des communes, pour les différentes communautés rassemblées. Il fournit l’identité de la nouvelle entité et des populations qui s’y rattachent. Il faut nommer ou renommer les entités et dans l’ensemble des diocèses, règne encore la plus grande diversité entre deux extrêmes : la conservation des références claires et historiques et la création pure. Dans ce dernier cas, il est singulier que les choix portent sur des éléments du cadre physique, peu présents auparavant32.

51Reste à savoir qui est capable de situer « Notre-Dame de la Forêt » ou « Sainte-Anne des Menhirs », par exemple, dans le diocèse de Luçon. Il faut connaître la carte, consulter l’annuaire diocésain… donc faire partie du groupe des fidèles pas trop irréguliers qui peut suivre les évolutions.

*

52Le renouveau des paroisses souhaité par les évêques français est une réalité indiscutable au terme de trente années d’évolutions diverses. D’abord parce que le nombre d’unités territoriales définies pour l’action pastorale de l’Église se trouve considérablement réduit : en négligeant les définitions diverses, il semble que l’on se trouve face à 5 ou 6 000 ensembles, soit un sixième du nombre des paroisses en France au début des années 1980. Ensuite, parce que la réforme territoriale est accompagnée dans la plupart des diocèses et des entités créées par la mobilisation du Peuple de Dieu, des laïcs pour le meilleur fonctionnement des communautés. Enfin, parce que le renouveau touche la quasi-totalité des diocèses de la France en Europe.

  • 33 Ce qui n’empêche pas les partages d’expériences d’un diocèse à l’autre.
  • 34 Canon 513 de 1983 : « seul l’évêque a le droit d’ériger, de supprimer, de modifier les paroisses, (...)

53L’examen de la restructuration des paroisses montre une extrême diversité dans les diocèses : format, appellation des nouvelles entités, nature fusionnelle ou fédérative des ensembles. Il est évident qu’il est impossible d’appliquer les mêmes règles dans tous les diocèses. Il n’existe pas d’autorité ou de directives en matière de renouveau des paroisses, ni dans l’Église catholique, ni à la Conférence des évêques de France33. Par ailleurs, les disparités de peuplement, de fidélité dans la pratique religieuse et tout simplement d’histoire font de chaque diocèse, une église bien particulière. De fait, chaque évêque se trouve maître de l’évolution qu’il peut susciter, encourager ou accompagner34.

54Il semble que dans bon nombre de diocèses, le renouveau ne soit ni complet, ni achevé. Le cheminement paraît se poursuivre ou attendre une nouvelle étape. Beaucoup d’évêques font preuve d’une grande prudence dans la restructuration et ne se hâtent pas de supprimer les paroisses pour en ériger de nouvelles. C’est peut-être un effet de perspective historique : la dépopulation rurale a moins de deux siècles en France, et autour des villes certains auteurs ont salué la renaissance rurale. De même, la crise catholique qui se manifeste par la chute des ordinations a moins de 50 ans. Il est donc possible de surseoir en attendant un éventuel renversement des tendances.

55Enfin, paroisse et commune en France sont intimement et historiquement liées. Le renouveau des premières commence alors que les communautés urbaines sont rares et les fusions de communes limitées à quelques départements. À la fin du XXe siècle, les trois quarts des communes sont dans des structures de coopération intercommunales (communautés de communes ou d’agglomération). Une proportion équivalente de paroisses se trouve réunie dans les nouvelles structures. Mais sauf exception remarquable, il n’existe pas de coïncidence territoriale, et les formats ecclésiaux sont plus modestes que les civils. Il faut croire que les deux sphères restent bien distinctes, et que par le jeu des effectifs de fidèles, les regroupements coexistent avec la dissémination.

Anmerkungen

1 Le propos est limité aux seuls diocèses de la partie européenne de la France, donc Corse incluse.

2 Il faudrait aussi tenir compte des deux niveaux historiques des paroisses : matrice et annexe. En 1960 dans le diocèse de Saint-Flour, la paroisse principale se définit par le prêtre résident. Les annexes peuvent avoir dans de rares (3) cas un vicaire résident. Source Diocèse de Saint-Flour : Ordo 1960. En 2010 dans le diocèse de Digne, les 17 secteurs pastoraux créés regroupent trois formes de paroisses : les paroisses-centres avec un curé et un culte hebdomadaire, les paroisses-satellites qui dépendent des premières, et les paroisses dites « unies », car associées par l’évêque aux autres, supprimées canoniquement, lors de la réforme de 1963.

3 Et un juste retour : après avoir produit des circonscriptions sur le modèle de l’Église, l’administration de l’État au XIXe siècle ajuste les découpages ecclésiaux sur les nouvelles entités civiles ! En cette matière, le cas de la France est bien singulier. Voir Venon, 2005.

4 Voir Mercator, 1997.

5 Sur cette évolution voir Borras, 1996.

6 Celles-ci regroupent les villes, les banlieues plus ou moins anciennes et les communes périurbaines qui à cette date commencent à recevoir populations et lotissements pavillonnaires.

7 Venon, 2005.

8 En termes d’emplois, cela représente l’équivalent de 22 temps plein.

9 Selon Venon, 2005, p. 191 sq.

10 Comme dans le diocèse de Saint Flour ; cf. carte 2 des paroisses de 1996.

11 Voir Laffont, 2005, p. 123 et sq. il faut noter les expressions et le vocabulaire renvoyant au célèbre rapport Dagens de 1997.

12 Laffont, 2005, p. 143 sq.

13 Résumé du dossier no 2 de l’évêché de Luçon, 1996 : Paroisses à venir. L’avenir de la mission dans les ensembles paroissiaux.

14 Voir Mercator, 1997, p. 157 sq.

15 Le phénomène ne concerne pas alors les paroisses urbaines et suburbaines de la capitale du diocèse.

16 Bertrand, 2002.

17 Venon, 2004, p. 281 sq.

18 Elineau, 2000.

19 Commission sociale des évêques de France, 1998.

20 Les unités de base de la pastorale dans ce diocèse sont passées des 368 paroisses initiales, à 30 secteurs en 1994, remplacés dès 1996 par 30 ensembles inter-paroissiaux avant de déboucher sur les 24 paroisses nouvelles actuelles.

21 Voir Berrached, 2008.

22 Actes synodaux de Poitiers, cités par Berrached, 2008, p. 139.

23 Très clairement, l’évêque de Poitiers utilise le canon 516 de 1983 qui permet « d’autres formes de communautés auxquelles l’évêque pourvoira […] autrement que par une paroisse ».

24 « Assemblée Dominicale en l’Attente (ou Absence) d’un Prêtre. »

25 Elineau, 2000, p. 312.

26 Ibidem, p. 313

27 Bertrand, 2002, p. 279-306.

28 Pour une analyse très approfondie, voir Venon, 2005, p. 285-291.

29 Voir Muller, Bertrand, 2002, p. 72-73.

30 Diocèse de Beauvais, Annuaire diocésain 1999.

31 Diocèse de Dijon, Annuaire 2003-2004.

32 Les efforts de production de noms dans les diocèses selon le cadre physique rappellent les choix révolutionnaires pour nommer les départements sans référence ni aux anciennes provinces, ni aux villes principales.

33 Ce qui n’empêche pas les partages d’expériences d’un diocèse à l’autre.

34 Canon 513 de 1983 : « seul l’évêque a le droit d’ériger, de supprimer, de modifier les paroisses, après avoir entendu son conseil presbytéral ».

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift I
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133017/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 390k
Bildunterschrift II
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133017/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 391k
Bildunterschrift III
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133017/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 296k
Bildunterschrift IV
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133017/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 415k
Bildunterschrift V
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133017/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 354k

Autor

Professeur émérite de géographie, université du Maine, CNRS, ESO – UMR 6590 Espaces et Sociétés.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540