Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La paroisse, communauté et territoire

 | 
Bernard Merdrignac
, 
Daniel Pichot
, 
Georges Provost
, 
et al.

Première partie. Aujourd’hui, le maillage en question : bilan actuel et découpage paroissial

Le diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo : maillage paroissial et pratiques religieuses

Louisa Plouchart

Résumé

The subject belongs to the scientific field of social geography. The article proposes to tackle new elements of the territories of religion and faithful catholics in the dioceses of Rennes, Dol and St. Malo. The determination of a new territoriality has led to the defining of new ways of functioning for the faithful/devout catholics and the local communities. Our study, nourished from qualitative field studies, throws a light on these new forms of organisation based on spatial domaines. Rural parishes, peri-urban or urban ones served as a framework to the study, thus giving an appreciation of the characteristics of the faithful who were questioned, their perception of traditional recomposition, diocesan-life and their socio-spatial and religious practices. These newly determined geographical configurations show a wide variety of social affiliations; whose sources, both past and present, bear witness to a state of transition for the Church and its faithful followers.

Texte intégral

  • 1 Afin de bien distinguer l’ancienne paroisse-clocher (communale) de la paroisse née des recompositi (...)
  • 2 Car la dimension religieuse, comme constitutive de chaque être humain se vit dans une religion (Sp (...)

1Le maillage religieux de l’espace et le découpage du territoire en « Nouvelles Paroisses1 » constituent le point de départ et le questionnement central d’une recherche engagée en 2008 (Plouchart, 2009). Elle spécifie notre intérêt pour d’une part, les échelles géographiques et d’une manière plus générale les processus de territorialisation, et d’autre part le fait religieux, la religion comme « constitutive de l’homme2 », comme instance des sociétés humaines (et plus spécifiquement le catholicisme vu comme composante de la civilisation et de la société françaises, et non pas dans sa dimension théologique, spirituelle ou éthique). Par conséquent en France, histoire religieuse et histoire des mentalités sont intimement liées et dans bien des cas les comportements s’expliquent encore par le fait religieux (Hervieu-Léger, 2003) vu comme ciment socio-culturel. Les simples données quantitatives sur le mode de la pratique religieuse ne disent donc pas tout ; mais permettent du moins de donner quelque ordre d’idées sur les volumes des groupes concernés.

2Il paraît en effet utile de souligner ici que la religion conserve une place importante dans l’ensemble du monde (selon la revue Projet [Willaime, 2001], 1,4 milliard de chrétiens, 800 millions de musulmans, 12 millions de juifs) et par conséquent aussi dans notre société occidentale (Lustiger, 2006). Les chiffres l’illustrent (Ifop, 2006) : deux Français sur trois se déclarent catholiques en 2006, 25 % se disent pratiquants, 7 % sont des pratiquants réguliers (une fois par mois au moins) et 4,5 % vont encore à la messe chaque dimanche. 11 % des Français estiment que la religion joue un rôle important dans leur vie (21 % d’Européens, 60 % d’Américains). Par ailleurs, la vie religieuse en France mobilise concrètement encore un nombre important de personnes (en 2003 : 43 922 religieuses et 9 252 religieux) et d’énergies (en 2003 les établissements du monde de la santé et du monde social en lien avec les instituts religieux sont environ au nombre de 650 (Crépy et Genevrier, 2004)) ; ajoutons à cela enfin, le rôle encore important de l’école privée, notamment dans la France de l’Ouest (Simon, 2002) et en Bretagne plus spécifiquement (Tranvouez, 2006).

  • 3 Tous les géographes ne s’accordent pas à reconnaître la pertinence de ces catégories d’espace : el (...)
  • 4 Hérin, 1986, le redit : « le groupe humain d’abord, l’espace ensuite… Ce qui est premier en géograp (...)

3Les caractéristiques sociales et les contextes territoriaux sont très variables selon qu’il s’agit d’espaces ruraux, péri-urbains ou urbains3. L’appréciation de la proximité n’y prend pas le même sens et son lien avec la mobilité et les pratiques spatiales n’y est donc pas le même. D’où notre parti de conduire des enquêtes localisées et distinguées selon ces trois types d’espaces dans lesquels les gens ne se sont pas exprimés de manière identique. Les disparités territoriales sont importantes et soulignent un certain nombre d’inégalités spatiales ; la géographie sociale a vocation à les souligner, à chercher à les expliquer, à en cerner les causes, pour les objectiver. Les enquêtes directes le permettent car elles sont le fidèle témoignage de la réalité vécue par les individus4 ; elles expriment et expliquent les pratiques socio-spatiales. Ainsi devient-il possible de comprendre que la mobilité, l’accessibilité et la proximité ne relèvent pas uniquement de l’amélioration de la qualité de vie et de la marche vers la modernité, mais aussi d’un droit jugé élémentaire pour beaucoup. Finalement l’immobile est marginalisé et devient « laissé pour compte » ; il ne peut, notamment, se rendre à la messe de la paroisse traditionnelle devenue pôle paroissial (ce centre paroissial où les messes ont conservé une fréquence régulière, dominicale, mais aussi parfois quotidienne).

  • 5 Borras, 2003, de souligner : « Prendre au sérieux la sortie de chrétienté, n’est-ce pas en définiti (...)
  • 6 Lambert, 1985, l’expose fort bien : « Une récession de la place et de l’influence de la religion s’ (...)
  • 7 Dans son article 1 la loi de 1905 affirme le principe de laïcité qui devient la condition même de (...)

4En se concentrant sur un objet géographique, le territoire redéployé de la paroisse, et sur une question de géographie sociale, les pratiques et perceptions socio-spatiales des fidèles catholiques, notre propos vise à analyser l’organisation et le rôle des territoires de la religion dans un contexte de sécularisation de la société (et des sociétés locales) et de disparition de la paroisse traditionnelle5 (y compris dans les consciences, symboliquement ou dans les perceptions)6. Il apparaît que la Bretagne est un exemple qui illustre que les découpages territoriaux de l’Église catholique (vieux de 200 ans) se sont conformés au plus près aux découpages civils, bien avant donc que ne soit effective la séparation de l’Église et de l’État7. C’est pourquoi, à la fin du XXe siècle (siècle de mutations inédites) s’est imposée la nécessité de recomposer les territoires de la religion catholique partout en France pour les adapter à la société civile et aux nécessités nouvelles (Mercator, 1997). Cela revient finalement à admettre qu’aucun découpage ne peut être définitif mais nécessite des retouches permanentes.

  • 8 Élus locaux et clercs débattent et communiquent en effet autour de tables rondes.
  • 9 Cassaigne, 2001 : « Le religieux ne peut être purement privé ; il y a donc une illusion dans une ce (...)

5Les lois de décentralisation (qui ont engendré des mutations majeures dans la gestion publique territoriale au point de constituer un tournant décisif) ont accompagné et même souvent inspiré8 (Église en Ille-et-Vilaine, 2002) les recompositions territoriales de la religion catholique (non pas exclusivement dans le diocèse de Rennes [Cellini, 1998]). En effet, les réflexions sur le nouveau quadrillage paroissial s’engagent dans une actualité, où, en France, les notions d’aménagement et de ré-aménagement des territoires sont en débat (et même LE grand débat de la politique nationale). Aménagement pastoral et aménagement du territoire sont par conséquent en étroite correspondance chronologique (Houée, 1998). En France, et au-delà de toute conjoncture politique, l’analogie entre territoires laïcs et territoires religieux est évidente. On ne peut exclure le catholicisme de l’espace public9.

  • 10 Pour Claval, 2008, p. 49, « la tâche du spécialiste des religions est donc double ; il lui faut (a (...)

6Les communes se sont réorganisées en communautés de communes, les paroisses ont procédé à l’identique. Le nouveau droit canon fait même usage de ce terme de « communauté de paroisses », l’inter-paroissialité est donc un fait avéré. On a adapté et redessiné les territoires du quotidien (Di Méo, 1996) au nouveau quotidien des individus, en tenant compte des pratiques d’aujourd’hui, des attentes et des besoins des habitants dans ce que l’on nomme les échelles locales et où se lisent le mieux les phénomènes sociaux, où s’inscrit la proximité, où se construit l’identité collective locale (même si les perceptions et les représentations de l’espace renvoient à des éléments explicatifs singuliers ; d’où l’intérêt d’utiliser les cartes mentales ou des enquêtes individuelles à questions ouvertes). Ces notions sont souvent empreintes d’une grande subjectivité et il en découle des définitions variées (des discours parfois paradoxaux même) mais les résultats obtenus permettent de répondre très concrètement à quelques questions : quelle forme spatiale a remplacé la paroisse traditionnelle (c’est-à-dire la paroisse-commune) ? Quels contours ont les « Nouvelles Paroisses » en 2013 dans le diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo retenu pour l’étude (carte 1) ? Comment les catholiques vivent et perçoivent la nouvelle territorialité dans laquelle s’inscrit leur religion d’appartenance10 ?

L’exemple d’une construction/déconstruction/reconstruction territoriale : le diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo

7Dans l’ensemble de la région Bretagne qui en comprend cinq, le diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo correspond dans ses limites à l’Ille-et-Vilaine ; et le département correspond lui à l’un des 9 diocèses qui forment la province ecclésiastique de Rennes (cf. carte ci-dessous).

Carte 1. – Diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo.

  • 11 Celui de Rennes dans son entier (soit 229 paroisses ou trêves), une partie de celui de Saint-Malo (...)

8Le diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo est né du regroupement de territoires appartenant à 5 anciens diocèses bretons11 avant que ne soit appliqué le principe d’un découpage comprenant un diocèse par département.

9Avant le redéploiement paroissial, le diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo comprend 43 doyennés et 403 paroisses. Les recompositions abouties ramèneront à 32 le nombre de doyennés et 84 celui des « Nouvelles Paroisses ».

Correspondance entre découpages religieux et découpages de l’aménagement du territoire

1 diocèse

4 archidiaconés

32 doyennés

84 « Nouvelles Paroisses »

= département d’Ille-et-Vilaine

= 7 paysa
= 4 arrondissements

= 32 cantons

= 403 paroisses traditionnellesb (ou paroisses anciennes, ou clochers)
= 353 communes
= 29 EPCI communautés de communes

a. La réalité d’un pays est celle d’un bassin de développement ou d’emplois. Micheau, 2008, dans Merlin, Choay (dir.), Dictionnaire de l’urbanisme et de l’aménagement du territoire, p 118 nous dit que « les bassins d’emplois sont devenus, pour partie d’entre eux, des cadres d’animation du développement économique local, de mobilisation des élus locaux, des chefs d’entreprises, des institutions de formation ou de promotion économique, ainsi que de présentation des multiples politiques publiques d’emplois. […] Les bassins de vie envisagés lors du débat national sur l’aménagement du territoire (1994) pourraient être des nouvelles unités de gestion administrative regroupant ou non des bassins d’emplois. C’est un peu cette idée qui est reprise dans la loi Voynet de juillet 1999, qui privilégie les pays et les agglomérations, et dans les contrats de plan de la période 2000-2006 qui comporte des contrats de pays et des contrats d’ agglomérations ».
b. Elles impliquaient un maillage serré car selon Merdrignac, Plouchart, 2008, « pour qu’il y ait proximité sociale, il fallait que la proximité spatiale fût établie » ; les mobilités étant alors très faibles.

  • 12 Redéploiement engagé dès 1988 dans le diocèse voisin de Saint-Brieuc et Tréguier par exemple.

10Cette réforme territoriale n’est pas une spécificité bretonne. Elle s’est engagée dans l’ensemble des diocèses de France et celui de Rennes a même été parmi les derniers à la mettre en œuvre12.

  • 13 Jullien, 1996, p. 283, « : La première étape de cette recherche est la redistribution, le redéploie (...)
  • 14 Au cours des 8 années qu’a exigé la mise en place de ce nouveau maillage de l’espace religieux, le (...)
  • 15 Le Bihan, 2009, répond de manière nuancée à la question de savoir si le canton est territoire du qu (...)

11L’archevêque de Rennes, Dol et Saint-Malo engage concrètement les premières réflexions en novembre 1993, en constituant une commission « Nouvelles Structures13 ». Et pour mieux signifier que les projets de réaménagement ne sont pas une décision du sommet mais bien une adaptation à la situation de terrain et au contexte plus global de la société française, il initie en 1995 l’opération « Vivre en Église autrement » qui aura un grand retentissement dans les paroisses du diocèse14. En 1996, les nouveaux doyennés sont promulgués, et l’archevêque nomme ses coopérateurs. Il faut souligner que les doyennés sont des unités géographiques cantonales, c’est-à-dire traduisant le mieux les réalités sociales et spatiales par grands domaines spatiaux (ruraux, urbains et péri-urbains15). La même année est publiée une charte des doyennés ; chaque doyen élabore son propre projet pastoral au sein de son archidiaconé d’appartenance : Saint-Pierre, Saint-Melaine, Sainte-Anne, Saint-Malo. Chacun d’eux est défini comme un territoire mais également une instance pastorale.

  • 16 Mgr François Saint-Macary écrira ceci aux fidèles catholiques dans Église en Ille-et-Vilaine, 2002 (...)

12Enfin, après une longue période de mise au point et d’évaluation, les textes qui accompagnent la réforme territoriale des paroisses dans le diocèse sont publiés officiellement16 fin 2002.

13Les regroupements ont pu être drastiques ; l’exemple (tableau ci-dessous) des doyennés d’Ille-et-Rance ou de Saint-Brice dans l’archidiaconé Saint-Malo (zone nord du département) (carte 2) le montre : 34 clochers pour l’un donneront 4 « Nouvelles Paroisses », et 21 clochers pour l’autre seront réduits à 3 « Nouvelles Paroisses ».

Carte 2. – Archidiaconé de Saint-Malo (pays de Saint-Malo et pays de Fougères).

14Le doyenné de Pacé se situe lui dans l’archidiaconé Saint-Melaine (périphérie immédiate de Rennes) (carte 3) qui en compte 5 (voir tableau p. 26). Il est constitué de 3 « Nouvelles Paroisses » résultant d’un regroupement de 11 paroisses traditionnelles. Les enquêtes effectuées dans la commune de Saint-Gilles ont été collectées dans la « Nouvelle Paroisse » Saint-Melaine-aux-Carrefours-Pacéen. Péri-urbaine et immédiate voisine de Rennes, elle est née du rassemblement de 5 clochers (anciennes paroisses-communes) : La Chapelle-des-Fougeretz, Montgermont, Saint-Gilles, Clayes et Pacé (cette dernière retenue pôle paroissial).

Carte 3. – Archidiaconé Saint-Melaine (pays de Rennes-périphérie).

15Dans ce même archidiaconé, le doyenné de Mordelles abrite, notamment, la « Nouvelle Paroisse » Saint-Avit de Flûme et Vilaine (qui regroupe 4 anciennes paroisses). Elle fut le cadre des enquêtes conduites dans les communes de L’hermitage et Le Rheu (pôle paroissial). Elles sont toutes deux des communes voisines proches de Rennes.

16Dans l’archidiaconé Sainte-Anne (sud du département) (carte 4), la « Nouvelle Paroisse » Saint-Méen-du-Garün (somme de 10 clochers) se situe dans le doyenné du Garün qui en compte 2 (voir tableau ci-dessous suivant la carte, p. 28). Les enquêtes collectées dans la commune de Saint-Maugan sont issues de cette « Nouvelle Paroisse » rurale, dont le pôle paroissial est Saint-Méen-le-Grand.

Carte 4. – Archidiaconé Sainte-Anne (pays de Brocéliande, de Vitré et des Vallons-de-Vilaine-Redon).

  • 17 D’où leur dénomination statistique (établie par l’Insee) de « communes multipolarisées » ; exprima (...)

17Tel en pays de Brocéliande, les communes périphériques du département les plus éloignées subissent les effets négatifs de l’attractivité de la métropole rennaise et doivent également compter avec ceux de la polarisation de centres secondaires dont la dynamique locale est très sensible, et annihile les bourgs ruraux locaux17. Ce phénomène s’observe dans le cas de Saint-Maugan avec les villes de Saint-Méen-le-Grand, Montauban-de-Bretagne et Montfort-sur-Meu.

18Enfin, la ville de Rennes est composée de plusieurs « Nouvelles Paroisses », qui elles-mêmes sont regroupées en 7 doyennés formant l’archidiaconé Saint-Pierre (carte 5). Les données du tableau ci-dessous montrent que, globalement, les regroupements furent beaucoup plus modestes en ville.

Carte 5. – Archidiaconé Saint-Pierre (pays de Rennes-Ville).

19Le doyenné de La Rablais-Bréquigny compte deux « Nouvelles Paroisses » et abrite celle de Saint-Clément de Rennes ; les enquêtes collectées dans le quartier de Cleunay sont issues de cette « Nouvelle Paroisse » urbaine.

  • 18 Le quartier est alors envisagé comme un village. Des photographies de gens du quartier assorties d (...)

20Ce quartier d’habitat social périphérique et enclavé, coincé entre rocade, terrains militaires et ligne SNCF, a été revalorisé par les opérations HVS et ZAC entre 1984 et 1992 ; celles-ci ont notamment contribué à faire progresser la population de Cleunay (Delavigne, 1994). Par ailleurs, la réhabilitation du quartier s’est accompagnée d’une démarche urbaine et sociale originale18 qu’on ne retrouve à Rennes ni dans la ZUP-Sud ni dans le quartier de grands ensembles Villejean par exemple. Cette démarche d’aménagement a traduit un renouveau et Cleunay est désormais un quartier « où il fait bon vivre » ((Pichoff, 2002) ; les habitants le qualifie même de Cleunay-Village.

  • 19 Par exemple pour Saint-Avit de Flûme et Vilaine évoquée précédemment. Saint Avit est né à Vienne v (...)

21Avec tous ces regroupements de paroisses, une page a été tournée. Concrètement, le schéma traditionnel : un village, un clocher, un curé n’existe plus (Muller et Bertrand, 2002). L’appartenance géographique reste toutefois une réalité concrète, pour au moins cette raison que chacun vit quelque part. Dès lors il était pertinent que les 84 « Nouvelles Paroisses » comportent une référence géographique associée à une référence chrétienne. L’une la situe dans la géographie du diocèse et la variété de ses terroirs, l’autre dans l’histoire religieuse et l’enracinement régional par l’évocation de saints locaux19.

22Bien qu’élargie, la « Nouvelle Paroisse » dans son acception restera une communauté de croyants avant tout. Elle continue de demeurer l’unité de base dans l’église diocésaine. La charge pastorale de la paroisse incombe toujours au curé, aidé ou assisté d’autres prêtres, diacres et laïcs. Il exerce sous l’autorité de l’évêque avec le Conseil paroissial pour les affaires économiques (CPAE) et l’Équipe pastorale paroissiale (EPP). La Communauté Chrétienne Locale (CCL) et son équipe relais constituent un sous-ensemble de la paroisse, un groupe et un pôle de proximité en quelque sorte (rendant existant le clocher) et donnant plus de lisibilité à la réalité paroissiale dans l’espace religieux élargi. Parallèlement à cette nouvelle organisation religieuse, l’engagement des laïcs s’officialise (ou s’institutionnalise) à travers la fonction/mission de Coopérateur pastoral paroissial (CPP) : « Pour que soit assuré et coordonné le service de proximité et d’animation de chaque communauté chrétienne locale. » Le CPP est missionné pour trois ans par l’évêque, renouvelable une fois et est membre de l’Equipe Pastorale Paroissiale. Il réunit régulièrement l’équipe-relais et bénéficie d’une formation d’une année au minimum dans les services de la formation diocésaine. Il est bénévole et placé sous la responsabilité pastorale du curé de la paroisse. Cette nouvelle mission témoigne de la place croissante prise par les laïcs dans les Églises locales ; ceux-ci représentant bien les forces d’encadrement pastorales de demain. Enfin, soulignons ici qu’ils ont joué un rôle majeur lors de la passation de notre enquête. Intermédiaires incontournables établissant le lien entre prêtres et fidèles, ils ont contribué à la réussite des opérations et à leur bon déroulement.

  • 20 Aujourd’hui en 2013 dans le diocèse, la notion de « pôles eucharistiques rayonnants » semble faire (...)
  • 21 Phénomène plus précoce qu’on ne l’imagine souvent, mis en évidence notamment dans la thèse de Chat (...)

23Deux constatations émergent au regard de cet aperçu. D’un côté la réorganisation des territoires a été avant tout l’affaire des domaines péri-urbains et ruraux et on relève de moindres changements en ville. De l’autre, les territoires administratifs (la commune, le canton ou le pays) se sont imposés comme modèle au fil de cette réorganisation : glissement de la paroisse traditionnelle à la paroisse élargie (parfois très élargie somme de plus de 20 ou 30 clochers dans certains cas) et dotée d’un pôle attractif correspondant au cœur d’un bassin de vie20. Sur la période 2002-2013 le modèle en place a été éprouvé par les instances et les paroissiens du diocèse. L’heure est aujourd’hui à la prise en compte de la rapidité des changements : une laïcisation montante de l’organisation ecclésiale et davantage qu’autrefois de pratiques religieuses spatialement diffuses (Chatelan, 2009)21.

Comprendre les territoires et les pratiques de la religion et des fidèles catholiques

Présentation des terrains d’étude

24Une courte présentation statistique des territoires retenus pour l’étude a paru nécessaire pour situer nos échantillons dans un ensemble plus global, d’échelle départementale. Par ailleurs, les composantes socio-démographiques et géographiques ainsi mises au jour permettent de préciser plus généralement la place du territoire paroissial par rapport aux pôles influents ou « rayonnants ».

Le département d’Ille-et-Vilaine

25La métropolisation du territoire départemental d’Ille-et-Vilaine est quasi-complète et constitue une exception dans la région Bretagne. Le département d’Ille-et-Vilaine est couvert par 7 bassins d’activité ou pays, dont la taille varie de 25 communes (pays de Vallons-de-Vilaine au sud) à 71 communes (pays de Saint-Malo au nord), et où l’action des communautés de communes pour faire contrepoids au développement très centralisé de l’agglomération rennaise est rendue difficile en raison, notamment, de l’excellente desserte trans-départementale en matière de transports en commun.

26La population d’Ille-et-Vilaine est de l’ordre de 968 500 habitants en 2008 (143 hab./km²) ; et la carte de répartition de la population sur le territoire ne fait que confirmer le poids important de l’agglomération rennaise en donnant à voir un modèle radioconcentrique de déploiement et de développement.

27Entre 1990 et 1999, la croissance de la population a été très soutenue (+ 69 100 hab.), avec un taux de variation annuel moyen de + 0, 97 %, soit le 7e rang national pour le croît naturel. L’équilibre entre solde naturel (+ 34 874 hab) et solde migratoire (+ 33 941 hab) indique que si la vigueur démographique se maintient, la progression est également stimulée par le dynamisme économique ; l’attraction rennaise reste vive. La carte illustrant l’évolution de la population des communes entre 1999 et 2006 confirme cette bonne santé démographique et économique et souligne que les taux de variation positifs sont significatifs (jusqu’à + 3,3 %), y compris aux confins du département. Cette zone frontière, la plus éloignée de Rennes, correspond également à un espace où l’on trouve encore des communes, rares, classées par l’Insee dans l’« espace à dominante rurale » ; ce qu’il reste en fait de « rural profond » ou « rural isolé » et qui échappe aux grands flux et réseaux de développement.

La métropole rennaise

  • 22 Dumont, 2007 : 3e Orléans ; 4e Caen ; 5e Dijon ; 6e Metz ; 7e Clermont-Ferrand.

28Au cœur de ce département prend place l’agglomération de Rennes. Elle occupe le 2e rang national en termes d’attractivité derrière Montpellier22 ; métropole dynamique par conséquent, Rennes continue d’appeler la migration de travail.

29En 1999, dans ses limites communales elle compte 206 229 habitants ; population en progression continue depuis le recensement de 1982 ; bien que le solde naturel soit en baisse.

30Plus généralement, la commune urbaine s’inscrit dans le pays de Rennes (= Rennes centre + Rennes périphérie immédiate) ; il est central et couvre 67 communes (1 145 km²) soit 460 000 habitants au 1er janv. 2008, soit 48,8 % de la population départementale. Les populations des communes de l’Unité urbaine (ou Aire urbaine) comprennent, en 1999, 272 263 habitants :

  • 23 Dumont, 2007 : un des taux les plus bas cependant des métropoles intermédiaires de France en 1999.

31Par ailleurs, la population rennaise reste largement groupée sur la commune-centre et se caractérise par sa jeunesse23. La pyramide des âges est cependant déformée, les moins de 20 ans représente 20,9 % de la population en 1999, et les plus de 60 ans 22,7 %. La part des moins de 20 ans connaît une baisse continue depuis 1982, signalant un processus de vieillissement de la population :

32Précisément dans un contexte général de vieillissement de la population on observe un processus concomitant de vieillissement de la population active, commun à l’ensemble de la Bretagne (et conforme à la tendance nationale). Par ailleurs les projections indiquent pour l’avenir, un renforcement de cette tendance :

en %

1999

2015

Actifs de moins de 30 ans

25

21

Actifs de plus de 50 ans

17

24

33Depuis 2005 en effet, les départs à la retraite sont nombreux sans compensation équivalente. Par ailleurs, comme beaucoup de métropoles régionales attractives, Rennes compte une proportion significative de ménages composés d’une seule personne : 45,6 % de l’ensemble des ménages. Les familles nombreuses sont rares, plus fréquentes au sein de la population étrangère qui reste peu nombreuse à Rennes : 3,1 % de l’ensemble des ménages au recensement de 1999. Enfin, le parc-logement de Rennes se divise en proportion suivante : 81,3 % de logements collectifs et 16,5 % de logements individuels ; où le logement social tient une place importante.

34L’observation de la répartition de la population par CSP (catégorie socioprofessionnelle) indique que Rennes apparaît clairement comme une ville de type « tertiaire supérieur » ; l’importance des cadres et professions intellectuelles supérieures l’illustre clairement (de même que le souligne le nombre important des diplômés BAC et + dans l’ensemble de la population). Leur poids, comme celui des professions intermédiaires (et des retraités), s’est renforcé depuis 1982. Celui des employés et ouvriers a décliné, l’industrie ne pesant plus que pour 10,4 % dans l’activité.

CSP

1999

1990

1982

Agriculteurs

0,03

0,03

0,07

Artisans/comm.

1,9

2,06

2,2

Cadres/prof. intel.

8,2

7,3

5,1

Prof. intermédiaire

11,6

11,1

10,1

Employés

13,5

15,0

16,1

Ouvriers

8,2

10,2

11,1

Retraités

14,6

12,9

10,1

Autres inactifs

42,0

41,4

45,3

Total en %

100

100

100

35Les actifs ayant un emploi représentent 44,5 % de la population en 1999 (6,8 % de chômeurs, 17,1 % de retraités, 24,1 % d’étudiants). Enfin, le travail à temps partiel est significatif, il concerne 21,8 % des actifs.

36Les mobilités professionnelles ont progressé et le nombre d’actifs travaillant dans leur commune de résidence a, lui, décliné : 64 227 en 1982, 54 056 en 1999. Enfin, l’équipement automobile reste important : 59 % des ménages ont une voiture particulière, 17,3 % des ménages sont pourvus de 2 voitures ou plus (contre 27 % aucune voiture). Soulignons que ce succès de la voiture particulière s’inscrit dans le contexte d’une ville aux réseaux très performants de transport (réseau de 4 voies ; et de transports en commun départementaux et trans-départementaux).

Saint-Maugan : commune-paroisse rurale

Carte 6. – Doyenné du Garün.

37Située aux confins du département, non loin de Saint-Méen-le-Grand qui constitue un pôle urbain local attractif, Saint-Maugan est une toute petite commune (carte 6), en étendue et en population, où le bourg s’étire maigrement en forme de village-rue de part et d’autre du clocher. La commune a vu sa population décliner entre les recensements de 1990 et celui de 1999 passant de 384 à 349 habitants. Elle enregistre un taux moyen de variation annuel de population de - 1,06 %, et un solde migratoire de - 1,78 %.

38La pyramide des âges indique que la population est vieillissante : 19 % ont plus de 60 ans, et les moins de 25 ans représentent 23 % de l’ensemble de la population. Saint-Maugan compte une proportion importante de ménages retraités, une personne sur cinq ; et 48 % de l’ensemble des ménages sont sans enfant.

39Le parc logement se compose de maisons individuelles (aucun logement collectif) et la propriété prévaut (70 % des occupants du parc). Par ailleurs 60 % des logements sont occupés par 1 ou 2 personnes. La location représente 23 % du parc dont 6 % de logements sociaux.

40Par ailleurs, la commune est composée pour l’essentiel d’une population d’ouvriers et de retraités. L’agriculture reste également importante et continue de représenter 12 % de l’activité économique ; la commune demeure par conséquent agricole.

Secteurs d’activité

VA

 %

Agriculture

16

12,1

Industrie

32

24,2

Construction

16

12,1

Tertiaire

68

51,5

Total

132

100

41Cependant, les agriculteurs constituent la catégorie socio-professionnelle (CSP) qui a le plus décliné au cours des deux dernières décennies : ils ne sont plus que 16 exploitants au recensement de 1999 ; ils étaient encore 60 au dénombrement de 1990. Employés et ouvriers ont le plus progressé depuis 1982. Les diplômés BAC et + (ou équivalent du brevet pro) représentent 11,8 % de la population des + de 15 ans.

42Aujourd’hui, à Saint-Maugan la migration professionnelle reste la généralité (comme dans de nombreuses communes rurales et péri-urbaines), et près de la moitié des ménages est équipée d’au moins 2 voitures. Par ailleurs, 63 % des actifs utilisent la voiture particulière pour leurs déplacements. Seulement 24 % de la population active travaillent dans la commune de résidence (dont 21 % sont des agriculteurs ou des artisans/commerçants).

Saint-Gilles : commune-paroisse péri-urbaine

43Située en pays de Rennes, dans la zone sub-urbaine ouest, la commune de Saint-Gilles possède tous les aspects d’une commune péri-urbaine polarisée par Rennes (tout comme ses voisines Le Rheu, Pacé et L’Hermitage) (carte 7). En effet, la commune de Saint-Gilles compte 3 463 habitants au recensement de 1999, et enregistre une progression continue de sa population (et de la construction) depuis 1982.

44Bien qu’en baisse, tous les indicateurs de vitalité démographique sont favorables ; celle-ci est imputable au solde migratoire positif. Chaque année la commune accueille de nouveaux migrants. Le solde naturel reste significatif lui aussi du fait de la jeunesse des arrivants.

1990/99

1982/90

1975/82

Tx nat. en ‰

10,57

12,47

15,15

Tx mort. en ‰

6,25

6,90

7,45

Solde nat/an %

+ 0,43

+ 0,56

+ 0,77

Solde mig/an %

+ 0,95

+ 0,52

+ 4,81

Var/an %

+ 1,39

+ 1,08

+ 5,58

45La pyramide des âges donne encore à voir une belle forme pyramidale, et les jeunes de moins de 20 ans sont en proportion nettement plus grande que les plus de 60 ans (27,6 % contre 13,9 %) ; bien que leur part ait décliné régulièrement depuis 1982 (et même si le poids des personnes retraitées s’est renforcé et continue de se renforcer).

âges en 5 tranches

VA

 %

0-19 ans

955

27,6

20-39

990

28,6

40-59

1039

30,0

60-74

304

8,8

75 et +

175

5,1

Total

3463

100

Carte 7. – Doyenné de Pacé.

46Saint-Gilles possède toutes les caractéristiques de la population et des territoires péri-urbanisés. Ainsi, le poids de l’habitat individuel y est grand : 82 % de l’ensemble contre 13,2 % de logements collectifs (en progression importante entre les deux recensements de 1990 et 1999 : leur nombre est passé de 45 à 167). La composition de la population active traduit bien également cette appartenance au monde péri-urbain : une population majoritairement tertiaire (76,8 %) ; l’agriculture ne joue plus qu’un rôle mineur.

Activité

en %

Agriculture

2,7

Industrie

14,7

Construction

5,8

Tertiaire

76,8

Total

100

47Par CSP l’importance des employés (16,4 %), des professions intermédiaires (13.9 %), des étudiants (14,4 %) et des retraités (18,1 %) est très révélatrice des profils des rurbains ; viennent ensuite les ouvriers (9,9 %), les cadres, professions intellectuelles supérieures (5.3 %) et les artisans/commerçants (2,7 %) ; les agriculteurs sont en minorité, 1,1 % de l’ensemble. Le poids des chômeurs est faible, 3,7 % (13 % chez les 20-24 ans).

48Enfin, suivant la tendance générale, la population active est vieillissante et toujours plus mobile, notamment pour les employés du tertiaire et du commerce. Depuis 1982 en effet, la part de la population active travaillant dans la commune de résidence a décliné. Elle ne concerne plus désormais que 19,7 % de la population active en 1999. Par conséquent la mobilité est forte et le règne de la voiture manifeste : 84 % des actifs ayant un emploi l’utilisent comme mode de transport domicile-travail ; et plus de la moitié (52,3 %) des ménages possèdent 2 voitures ou plus. Enfin, ils ne sont que 6 % à pratiquer les transports en commun. Saint-Gilles est une commune composée par conséquent pour l’essentiel de migrants-alternants.

L’Hermitage : commune-paroisse péri-urbaine

49L’Hermitage est également une commune péri-urbaine, immédiate voisine de Saint-Gilles (carte 8). Elle se compose de 3 093 habitants et est située à quelques 10 km à l’ouest de Rennes. Sa population a décliné par rapport à 1990.

50Elle enregistre un solde migratoire désormais négatif (-1,05 %, contre + 2,81 % sur la période 1975/82), le taux de variation annuel total de la population est négatif lui aussi (-0,57 %) en dépit d’un solde naturel encore positif mais en déclin continu depuis les recensements de 1975 et 1982.

51La pyramide des âges illustre la bonne santé démographique de la commune, mais indique également la contraction des naissances dans la dernière période. Les jeunes restent nombreux sur la commune, les moins de 20 ans représentent encore près de 24 % de la population totale contre 17,2 % de plus de 60 ans.

Carte 8. – Doyenné de Mordelles.

Âges en 5 tranches

VA

 %

0-19 ans

737

23,8

20-39

873

28,2

40-59

950

30,7

60-74

415

13,4

75 et +

118

3,8

Total

3093

100

52Le logement individuel représente près de 90 % de l’ensemble du parc mais la construction très récente, importante et visible dans le paysage des abords du bourg, devrait contribuer à modifier le rapport individuel/collectif. La propriété demeure le statut principal d’occupation : 71, 6 %. Les locataires se répartissent à peu près pour moitié HLM (49 %)/non HLM (45 %). Les ménages nouvellement installés (moins de 10 ans), représentent plus d’un tiers de la population. Le brassage a donc été intense à L’hermitage.

53Bien qu’en baisse depuis 1982, la migration se maintient donc, traduisant l’attraction dont bénéficie l’immédiate périphérie des capitales de région telle que Rennes sur les populations nouvellement arrivées ou issues de l’exode urbain. La population active de la commune est essentiellement tertiaire : 74,3 % et le secteur agricole n’occupe plus qu’une place très minoritaire : 0,4 % (plus que 2 exploitants au recensement de 1999).

Activité

en %

Agriculture

0,4

Industrie

21,0

Construction

4,3

Tertiaire

74,3

Total

100

54En 1999, la population est ouvrière à 25,6 %. Les cadres, professions intermédiaires et employés groupaient plus de la moitié de la population active de la commune. Enfin, sans surprise, la population est faites de migrants-alternants : 76 % des actifs se déplacent en voiture particulière pour se rendre au travail et appartiennent surtout à la tranche des 25/55 ans. Par ailleurs, 55 % des ménages possèdent 2 voitures ou plus.

Le Rheu : commune-paroisse péri-urbaine (carte 8)

55Composée de 5733 habitants, la population de la commune est en augmentation constante depuis 1982.

56Tous les indicateurs démographiques sont positifs (la population a quasiment doublé depuis 1968). Les taux de variation positifs sont désormais imputables non plus aux seuls soldes migratoires (+ 0,46 %) mais au croît naturel (+ 1,01 %). La population est jeune et féconde. La pyramide des âges présente une base solide (les classes d’âge intermédiaire sont aussi en effectifs importants) et 28 % de la population a moins de 20 ans contre 16,4 % de plus de 60 ans.

Âges en 5 tranches

VA

 %

0-19 ans

1605

28,0

20-39

1674

29,2

40-59

1519

26,5

60-74

687

12,0

75 et +

252

4,4

Total

5733

100

57La commune est par ailleurs composée à 59 % de ménages installés depuis moins de 10 ans ; le renouvellement de population est par conséquent très vif. La migration tend à s’accélérer depuis la fin des années 90 ; l’importance de la construction neuve en témoigne.

58Dans l’ensemble du parc logement, la location tient une part non négligeable, 38,7 %, ce qui constitue une spécificité par rapport à ses voisines, mais s’explique par des mouvements de population plus massifs. Par ailleurs, la maison individuelle reste le mode d’habitat dominant (70,4 %) et le modèle péri-urbain y est parfaitement clair et lisible. Commune de cadres et de classes moyennes par excellence, le secteur tertiaire domine l’activité économique, il concerne 67,4 % des actifs ; l’industrie groupant 17,4 % des travailleurs. La figure du migrant-alternant est très présente bien sûr dans la commune, 76 % des actifs se déplacent en voiture particulière pour se rendre au travail et 42,6 % des ménages sont équipés de 2 voitures ou plus.

Activité

en %

Agriculture

1,3

Industrie

17,4

Construction

13,9

Tertiaire

67,4

Total

100

59Ouvriers et agriculteurs sont les deux CSP qui connaissent un déclin continu depuis 1982 ; effectifs divisés par 4 pour les agriculteurs.

Saint-Clément : quartier de Rennes-Cleunay et paroisse urbaine (carte 9)

60Correspondant à la « Nouvelle Paroisse » Saint-Clément de Rennes, le quartier Cleunay est peuplé en 2010 de 6 565 habitants.

Carte 9. – Doyenné de Rennes La Rablais-Bréquigny.

61L’aménagement de la ZAC (Delavigne, 1994) entre 1984 et 1992 a contribué à faire progresser la population du quartier qui se caractérise par sa jeunesse (même si son vieillissement est amorcé). Plus jeune que l’ensemble de Rennes : ¼ des habitants a moins de 20 ans, elle compte 61,1 % de plus de 15 ans actifs.

Âge

Cleunay

Rennes

75 ans et +

5,1

6,4

60/74 ans

9,1

10,2

40/59 ans

20,5

21,2

20/39 ans

38,8

41,3

0/19 ans

26,4

20,9

Total en %

100

100

62La composition sociale dans son ensemble montre que Cleunay se distingue de Rennes : plus forte représentation d’employés et de fonctionnaires, de professions intermédiaires et d’ouvriers. Par ailleurs, retraités et inactifs sont moins présents.

CSP

Cleunay

Rennes

Agriculteurs expl.

0,0

0,0

Art./com./chefs d’entr.

2,0

1,8

Cadres et prof. intel. sup.

10,1

11,7

Professions intermédiaires

17,9

14,8

Employés

20,7

15,7

Ouvriers

13,5

10,1

Retraités

17,4

18,6

Autres sans activité prof.

18,4

27,3

Total en %

100

100

63Le logement collectif représente 2 logements sur 3 dont 46 % en locatif social.

Type de logement en %

Cleunay

Rennes

Maisons individuelles

26,7

15,2

Logements collectifs

73,3

84,8

Statut dans le logement en %

Cleunay

Rennes

Propriétaires

28,9

35,5

Locataires – privé-

49,0

40,5

Locataires – sociaux-

20,8

21,6

Logés gratuitement

1,3

2,4

Total

100

100

64L’opération ZAC, notamment a complété le tissu urbain quelque peu anarchique et a surtout favorisé l’arrivée d’une nouvelle population. Car le quartier Cleunay était le résultat de constructions successives sans plan d’ensemble, avec 4 phases de construction distinctes :

  • la première, correspondant à la fin des années 30, se compose d’un habitat pavillonnaire ;
  • la deuxième est celle des années 1954/55, où alternent les constructions d’habitat collectif social, de cités d’urgence et de maisons individuelles logeant une frange précaire du milieu ouvrier ;
  • la troisième phase voit naître, entre 1956 et 1959, des collectifs sociaux de plus grande envergure sous forme de barres essentiellement ;
  • la quatrième annonce une ère nouvelle (amorcée dès la fin des années 50) où s’édifient tour à tour maisons individuelles en accession à la propriété et quelques immeubles mixtes.

65Le quartier Cleunay s’est donc principalement constitué sur les décennies 50 et 60 où l’image dominante est celle : d’une centre peu accueillant et quasiment inexistant, d’un mobilier urbain très pauvre, d’espaces publics dégradés, de faibles liaisons piétonnes (et du règne de l’automobile), de populations paupérisées (où les jardins familiaux notamment prennent le caractère d’une aide sociale). Aujourd’hui le quartier assemble des groupes sociaux caractéristiques, associés à chaque habitat, où le sentiment d’appartenance est fort.

Présentation de l’enquête

66Elle a concerné toutes les communes présentées de Saint-Maugan, Saint-Gilles, L’Hermitage, Le Rheu, et le quartier Cleunay à Rennes. Pour compléter ces informations, l’enquête a permis d’obtenir des données qualitatives qu’aucune source ne permet d’obtenir. Elle a précisé l’image qu’a l’individu de son territoire religieux (paroissial essentiellement) et sa représentation, son identité territoriale et son degré d’acceptabilité face aux changements, son image mentale des lieux et la mesure aussi de son sentiment d’appartenance communautaire.

67L’impression parfois d’une certaine imprécision des repères géographiques dans les propos des personnes interrogées tient à un va et vient incessant entre territoires religieux et territoires administratifs. L’amalgame repose sur le fait que la paroisse est une entité matérielle, une assise territoriale religieuse, mais qu’elle est aussi un ensemble de rapports sociaux complexes, imbriqués dans l’espace public. Le spatial se définit donc ici comme ayant une dimension sociale fortement signifiante, aux composantes multiples.

68Le questionnaire d’enquête a été testé sur une dizaine de personnes volontaires avant d’être utilisé auprès des populations géographiquement ciblées. Il est majoritairement constitué de questions ouvertes abordant 5 parties thématiques distinctes. La méthodologie utilisée a permis d’éviter l’usage de catégories pré-établies en privilégiant la pluralité des discours.

Présentation de l’échantillon : « données d’identification »

69Comme classiquement dans la géographie des comportements (ainsi que la géographie behavioriste ou phénoménologique [Bailly, 1991]), l’enquête s’ouvrait sur une première partie destinée à recueillir des « données d’identification sociodémographiques de la personne » ; données de base pourrait-on dire.

70La répartition géographique des enquêtés montre une sur-représentation des domaines urbains et péri-urbains : communautés plus nombreuses mais également contacts plus aisés, passation plus efficace (éprouvée), et recueil plus pertinent aussi ; les raisons ne manquent pas pour expliquer ce déséquilibre.

Aire paroissiale

Aire paroissiale

71Plus de 58 % des enquêtes réalisées proviennent donc de la paroisse Saint-Clément de Rennes-Cleunay (31 questionnaires) et un peu plus de 13 % ont été collectées dans celle de Saint-Méen-du-Garün dans la commune de Saint-Maugan.

Paroisses/communes

Nb cit.

Fréq. en %

Saint-Maugan

7

13,2

Saint-Gilles

3

5,7

L’Hermitage

3

5,7

Le Rheu

9

17,0

Saint-Clément de Rennes

31

58,5

Total

53

100

72Sans surprise étant donné l’âge connu des pratiquants, l’échantillon compte un peu plus de la moitié de personnes de plus de 60 ans ; la moyenne d’âge étant comprise entre 55 et 58 ans. Les moins de 30 ans sont en minorité mais les classes d’âge actif, 30/40 et 40/50 ans sont bien représentées avec 35.9 % de l’échantillon total.

Âge

Nb cit.

Fréq. en %

Moins de 30 ans

2

3,8

30 à 40 ans

9

17,0

40 à 50 ans

10

18,9

50 à 60 ans

5

9,4

60 ans et plus

27

50,9

Total

53

100

73Le croisement par domaines géographiques indique que la répartition par âge la plus équilibrée concerne Saint-Clément de Rennes, paroisse jeune. Les tableaux indiquent également que la sur-représentation féminine est plus forte en milieu rural surtout, et péri-urbain ensuite.

Aires paroissiales

Masculin

Féminin

Total en %

Rurales

14,3

85,7

100

Péri-urbaines

26,7

73,3

100

Urbaines

32,3

67,7

100

Total

28,3

71,7

100

74Quand au statut familial, il est à près de 72 % celui de personnes mariées avec enfants. La répartition de l’échantillon par catégories socio-professionnelles indique elle que plus de 1/3 des fidèles interrogés sont des retraités (ce qui renvoie bien à la répartition par âges), et près de 36 % des personnes appartiennent aux deux catégories « Cadres et professions intellectuelles supérieures » et « Professions intermédiaires ».

Categories socio-professionnelles

Nb cit.

Fréq. en %

Exploitants agricoles

1

1,9

Artisans/Commerçants/Chefs d’entre.

3

5,7

Cadres et Professions Intellectuelles Sup.

13

24,5

Professions Intermédiaires

6

11,3

Employés

9

17,0

Ouvriers

1

1,9

Retraités

18

34,0

Etudiants

1

1,9

Non Réponse

1

1,9

Total

53

100

La pratique des lieux : « Habitat, position résidentielle et mobilité »

75La deuxième partie du questionnaire regroupait des questions relatives à « l’habitat, la position résidentielle et la mobilité » des individus : questions ouvertes ou fermées sur le type et le statut du logement, sa position dans la commune, les lieux de déplacements quotidiens et habituels des personnes, etc. Cette partie était plus particulièrement destinée à saisir la perception propre de l’espace de vie des personnes interrogées et des lieux de vie.

76Pour 2/3 de l’échantillon, le type de logement occupé est une maison individuelle et 3/4 des personnes interrogées sont propriétaires. La question de la localisation dans la commune des personnes vaut pour son croisement avec le degré de pratiques religieuses : la corrélation indique que l’éloignement au clocher n’est pas un frein à une pratique dominicale régulière, ni même multi-hebdomadaire.

Localisation dans la commune

Localisation dans la commune

77Ce résultat confirme le degré important de mobilité ; ce qui n’empêche pas cependant que la plupart soulignent le poids des contraintes géographiques. Cette forte capacité à la mobilité est aussi à nuancer parce que 74 % des fidèles interrogés estiment à moins de 2 le nombre de kilomètres « acceptables » pour se rendre sur leur lieu de culte et 15 % seulement sont prêts à parcourir 4 kilomètres. La contrainte voiture apparaît plus forte en milieu rural surtout, mais le temps de parcours est plus long en milieu péri-urbain.

78Ce point est confirmé par le fait qu’une infime proportion seulement de l’échantillon fréquente d’autres églises que la leur ou celle du pôle paroissial. Cependant, les fidèles concernés les plus mobiles, sont très nomades ; ils se rendent notamment régulièrement à Rennes, pour des raisons d’offre de messes plus importante et d’horaires plus variés ; quelques-uns fréquentent des groupes de prière et d’échanges, ou se rapprochent de mouvements charismatiques y compris hors département ; mais ils sont largement minoritaires.

79La question des mobilités a également été traitée sous l’angle de « la fréquentation ordinaire » de telle ou telle ville. Il ressort que l’ordinaire des courses s’effectue dans la commune de résidence et dans un rayon de 10/15 km en campagne, et 5/6 km en péri-urbain. Les rennais interrogés font leurs courses sur le quartier Cleunay, sans presque d’exception. Pour les besoins plus « exceptionnels », Rennes constitue pour chacun un lieu de fréquentation normale. D’où, il ressort que l’hypothèse d’une corrélation entre fréquentation d’une église et fréquentation des commerces de proximité est toute relative.

Perception du territoire et du redéploiement paroissial : « paroisses et nouvelles paroisses »

80La troisième partie du questionnaire « paroisses et nouvelles paroisses » introduisait très concrètement la réalité territoriale vécue par les catholiques interrogés : l’appréciation, la perception et l’attachement aux cadres géographiques.

81A 66 %, les personnes interrogées ont déclaré n’avoir pas été perturbées par les changements de découpages. Les nouveaux territoires sont plutôt bien vécus et n’empêchent pas la satisfaction des besoins des fidèles, quels que soient l’aire géographique concernée, l’âge ou le sexe du répondant.

Besoins satisfaits

Besoins satisfaits

82Dans l’esprit de la plupart des personnes, ces cadres élargis constituent un « non-choix » et répondent à la nécessité d’une adaptation à une conjoncture défavorable (manque de prêtres, faiblesse du nombre des pratiquants, etc.). Cet état de fait est à la fois subi et accepté : « parce qu’il le faut bien », commentaire souvent accompagné cependant de quelques remarques. Pour les uns c’est le « sentiment d’une perte d’autonomie » qui domine, les cadres étant « trop larges ». Pour les autres « les découpages sont bien adaptés à la réalité de la pratique ». Et pour d’autres encore, ces nouveaux territoires religieux sont vécus « comme une richesse (pour les célébrations comme pour les rencontres), une possibilité d’échanges inter-communautaires » qui ne se faisaient pas avant.

83Pour beaucoup, être paroissien aujourd’hui c’est « être d’ici » (« commune », « clocher » ou « paroisse » indifféremment), « être actif dans son église », « être engagé dans sa paroisse ». Pour certains, « être paroissien c’est être citoyen de son quartier » ou « être simple pratiquant dominical ». On se dit « paroissien », quand bien même c’est de paroisse élargie qu’il s’agit et à cette question « Qu’est-ce qu’une paroisse ? », certains l’ont définie comme une « association » : binôme église-clocher ou trinôme église-prêtre-fidèles. Mais la paroisse est également tour à tour : « lieu », « territoire », « circonscription », « communauté » (de « croyants », de « Chrétiens », de « fidèles pratiquant un même culte », ou simple « groupe d’habitants »). Sa centralité est diversement perçue ; pour les uns « le centre est l’église » (62 %), pour les autres c’est « l’église-pôle » (26 %), puis viennent « le presbytère », « le prêtre », « le bourg ».

84On se reconnaît d’abord comme chrétiens attachés à l’Église universelle qui fonde l’identité. Mais de manière très massive cependant (à près de 80 % et davantage si l’on tient compte des non-réponses), les personnes interrogées déclarent se reconnaître et être attachées à leur territoire paroissial. Les valeurs sont record, 100 %, en milieu péri-urbain (ces données infirment l’idée selon laquelle le rurbain, mobile à l’excès, serait comme dépourvu d’identité territoriale).

85Ni l’âge, ni le sexe ne jouent comme facteurs de différenciation dans ces observations, seul donc « l’effet de lieu » est probant.

86Quand le territoire paroissial ne fait pas sens, l’attachement est avant tout lié au gens, à la communauté de proximité, à la paroisse sans définition territoriale. L’attachement peut également relever d’une « habitude » ou d’un « ancrage » familier plus que d’un choix : le résultat d’un quotidien, d’une fréquentation régulière et répétée des lieux, de son église, de son quartier. Et à la question : « Quel est votre territoire de vie, disons ordinaire/habituel », près de 50 % de l’échantillon a répondu : « ma commune », ou « mon quartier » ; domine ensuite un territoire de 8 à 10 km autour de sa résidence. Seulement 6,4 % des personnes interrogées ont déclaré : « ma paroisse » pour qualifier leur territoire du quotidien.

87Enfin, les personnes ont été interrogées sur leur appréciation d’un idéal paroissial. Nombreux sont ceux qui ont déclaré qu’une seule commune (ou quartier) constituait le modèle idéal de la paroisse : près de 40 %. Pour un peu plus de 26 % des personnes interrogées, la dimension d’1 à 6 communes correspond à un modèle « acceptable », et au-delà de 6 le pourcentage de répondants favorables est faible. Il faut préciser que c’est en campagne que la tolérance à l’égard de l’élargissement des cadres est la plus grande : regroupement de 6 à 12 clochers ou plus bien admis.

Dimension d'une paroisse en code

Dimension d'une paroisse en code

La dimension religieuse aujourd’hui : « Communauté chrétienne et vie paroissiale »

88La quatrième partie du questionnaire d’enquête concernait les « communautés chrétiennes et la vie paroissiale » : organisation et réalité communautaires dans la paroisse, formes d’engagement dans la vie paroissiale, sentiment d’appartenance à la communauté paroissiale, etc.

89La question du « faire communauté » (Muller et Bertrand, 1999), ou celle plus simplement dit de savoir si la réalité communautaire existe ou relève de l’idéal, est comme celle des territoires une problématique majeure de géographie sociale. Elle devient incontournable dès lors qu’on traite de la religion catholique car la communauté fonde et construit les églises locales, et l’Église universelle.

90Les personnes interrogées étaient toutes pratiquantes et l’interrogation sur l’engagement des fidèles était double. Elle posait d’une part la question d’une adhésion à la dynamique paroissiale (fêtes, rencontres inter-paroissiales, initiatives ponctuelles diverses) et elle posait, d’autre part, la question d’un engagement plus concret et d’une implication plus institutionnelle : participation à des conseils, animation régulière de célébrations, formes variées de bénévolat, d’actions humanitaires, etc. Les résultats montrent que quasiment tous les pratiquants interrogés prennent part à la vie paroissiale d’une manière ou d’une autre quels que soient leur origine géographique, leur âge ou leur sexe (participation à la liturgie, à la préparation des baptêmes, des mariages, à l’accompagnement des familles en deuil, à l’aumônerie, au catéchisme…). Et près de 90 % des fidèles interrogés ont pris des engagements dans l’Église (sans qu’ils ne soient que locaux) par le biais de mouvements : ATD Quart Monde, MCR, ACO, CCFD, MEJ, RJI, notamment.

Engagement dans l'Eglise ?

Engagement dans l'Eglise ?

91Des lacunes en matière de communication locale sont exprimées et les données croisées montrent que lorsque la localisation de la personne interrogée est périphérique dans la paroisse, la satisfaction en matière d’information/communication est moins bonne. Par ailleurs, si l’organisation communautaire est massivement jugée satisfaisante, elle appelle souvent des commentaires sur son amélioration : il y manque des volontaires, des jeunes, une relève en somme. Enfin, les discours convergent pour insister sur les piliers indispensables à une bonne organisation : la présence d’un prêtre, l’engagement des laïcs, la messe dominicale régulière et la « feuille paroissiale » qui joue comme « lien ».

92En croisant les variables, il semble que ce soit en ville que l’organisation communautaire soit jugée la meilleure, et les femmes semblent moins critiques que les hommes en la matière. Les difficultés vécues (les contraintes majeures) semblent donc bien être liées au manque d’encadrement, au calendrier des célébrations ou à la fréquence jugée trop faible des messes (notamment pour Saint-Maugan qu’on aurait aimé voir rattaché à Montfort-sur-Meu ou Montauban-de-Bretagne plutôt qu’à Saint-Méen-le-Grand).

93Concernant la réalité communautaire dans la paroisse, les réponses sont massivement (79,2 %) positives (et il est fort probable que ceux qui n’ont pas désiré s’exprimer (13,2 % de non-répondants) pensent par la négative). Pour beaucoup, la réalité communautaire s’exprime le mieux par l’entraide, par l’engagement dans les activités et mouvements d’église et par la participation à des rencontres hors la messe dominicale (comme par exemple la participation à des fêtes ponctuelles telle que la célébration de Saint-Avit au Rheu). L’appartenance communautaire repose également sur : « l’habitude », « l’ancrage dans le quartier/commune », « l’accueil », « la tolérance », « le quotidien partagé », « le plaisir de se retrouver », « le sentiment de former une famille », « la pratique régulièrement partagée » et « l’engagement ». Ceux, peu nombreux, qui ont exprimé des réserves, ont souligné la donne spatiale : le territoire trop grand, le trop grand nombre de clochers/communautés responsable d’avoir affaibli ce sentiment. D’où, c’est en campagne que la réalité communautaire apparaît la moins affirmée : 42,9 % (contre 87,1 % en ville).

94Par croisement des données, il apparaît que moins l’engagement est fort et plus la réalité communautaire est floue (mais l’appartenance à la communauté paroissiale peut être forte sans pour autant que l’on considère que réalité communautaire il y a).

Pratiques et vie religieuses aujourd’hui : « quelle articulation ? »

95Enfin, la cinquième partie du questionnaire traitait des « pratiques et de la vie religieuses » des personnes : quelles églises sont fréquentées et pourquoi ? Quel est le degré de pratiques des catholiques interrogés ? Sur quels critères se fondent leurs choix ?, etc. Dans un contexte où les catholiques pratiquants sont devenus minoritaires où la pratique repose sur une démarche personnelle de foi (davantage que sur la tradition, la transmission, et donc parfois dans le passé sur le non-choix et l’obligation même), il était intéressant d’interroger les personnes sur les ressorts de cette pratique et ses aspects concrets, vécus quotidiennement.

96À la question de la fréquence ou du degré de pratiques religieuses, près de 80 % des catholiques interrogés ont déclaré se rendre à la messe chaque dimanche. Parmi ces 42 personnes, certaines vont à la messe plusieurs fois par semaine. D’autres participent aux grandes fêtes religieuses, aux grands rassemblements et fréquentent des groupes de prières ou font des retraites spirituelles et des pèlerinages. En croisant la question avec l’âge des personnes, nous observons que plus l’âge est élevé et plus la fréquence de la pratique religieuse est forte.

Degré de pratique religieuse ?

Nb. cit.

Fréq. en %.

Plusieurs fois par semaine

13

24,5

Messe dominicale régulière

42

79,2

Messe dominicale irrégulière

6

11,3

Pour les Sacrements

5

9,4

Pour les fêtes religieuses et les grands rassemblements

7

13,2

Au moins une fois par mois

1

1,9

Participation à des groupes de prières

2

3,8

Total

53

100

Degré de pratique religieuse

Degré de pratique religieuse

97Sur les critères déterminant la fréquentation de telle église plutôt que telle autre, la « proximité » reste la raison principalement évoquée puis suivent : « la qualité des homélies », « la personnalité du prêtre », « le type de liturgie (« vivante et joyeuse ») », « l’appartenance communautaire », « les engagements dans son église », « la fraternité », « l’accueil », « la convivialité », « le lien affectif » (« le fait d’y connaître des fidèles »), « l’intensité de la prière et sa forme », « les horaires » et enfin « l’habitude ». Par ailleurs, c’est en zone urbaine que les messes de semaine sont les plus pratiquées (29 %).

98La différenciation par sexe est peu significative, de l’ordre de 2 à 3 % d’écart et la remarque vaut pour la localisation de la personne dans la commune : qu’elle soit centrale ou périphérique, isolée ou groupée, les taux de pratiques s’en trouvent inchangés. Le croisement des rubriques indique par ailleurs que lorsque les fidèles ne prennent pas part à la vie paroissiale, le mode de pratique reste exclusivement celui de la messe dominicale, alors que pour les autres il est plus diversifié.

99Dans cette partie « Pratiques et vie religieuses », il a semblé important de questionner les fidèles catholiques sur l’adéquation, bonne ou mauvaise, entre pratique réelle et pratique souhaitée (ou idéale). Il apparaît que 77 % des personnes interrogées sont en accord avec leur désir de pratique et leur pratique réelle. C’est en zone urbaine et en position centrale dans la commune que cette adéquation est la meilleure, et en zone rurale qu’elle est la moins bonne.

100Par ailleurs ce sont les plus de 60 ans qui déclarent vivre la meilleure correspondance entre pratique et désir de pratique. Dans l’enquête, le sexe de la personne n’apparaît pas explicatif en la matière. Et enfin, moins la pratique est fréquente et moins l’adéquation entre pratique et désir de pratique est bonne. Quant à ceux qui ont déclaré ne pas parvenir à mettre en concordance leur pratique et leur désir de pratique, les raisons tiennent : « à la faible fréquence des messes », « au manque de temps, de disponibilité », « à la distance », « au manque de moyens matériels », « au manque de motivation » et enfin, au fait que « l’église soit fermée en journée ». Le tableau ci-dessous présente les cas plus isolés et l’essentiel des positions :

Principaux freins ou obstacles ?

Nb. cit.

Fréq. en %.

La distance/l’éloignement

4

7,5

Le manque de moyens financiers

1

1,9

Une communauté trop âgée/manque de jeunesse

3

5,7

Le manque d’encouragements/de dynamisme/comportements de « consommateurs »

5

9,4

Le manque de moyens humains/ » d’acteurs impliqués »

2

3,8

Le manque de motivation, d’émulation

5

9,4

Le stress/le manque de temps

8

15,1

Le travail/les contraintes professionnelles

8

15,1

La faible fréquence des messes

5

9,4

Les horaires des messes

6

11,3

Le manque de disponibilité des prêtres

2

3,8

Le manque de contact/de lien social

2

3,8

Le devoir de réserve/obligation de neutralité confessionnelle

1

1,9

Ma faiblesse humaine/ma condition humaine (doute, paresse)

5

9,4

Mon âge/mes forces/mes possibilités physiques

1

1,9

Mon entourage : hostile à ma pratique/compagnon athée

2

3,8

Aucun

9

17,0

Non réponse

14

26,4

Total

53

100

101L’éloignement n’explique pas toujours la bonne ou la mauvaise adéquation entre pratique et désir de pratique ni le lien que les personnes interrogées établissent entre leur pratique religieuse et les nouveaux découpages territoriaux (les changements d’échelles) et plus largement sur les critères géographiques.

Liens pratiques/découpages ?

Nb. cit.

Fréq. en %

Oui

6

11,3

Non

42

79,2

Non réponse

5

9,4

Total

53

100

102Les données montrent que 79 à 89 % des fidèles ne font pas de lien direct. Ceux, peu nombreux, pour qui les changements géographiques ont eu un impact sur leur pratique sont ceux pour qui le critère de proximité reste essentiel.

103L’enquête se terminait sur la question suivante : « qu’est-ce qui pourrait modifier vos pratiques ? » et les réponses obtenues sont très variées : « la suppression de la messe dominicale », « la maladie », « l’âge », « l’invalidité », « l’évolution des positions doctrinales de l’Église », « les positions de Rome », « un retour à avant Vatican II », « la distance », « le contenu de la messe et l’ambiance de la communauté » « la fréquence des messes » (en plus ou en moins), « ma disponibilité » (dans un sens de plus ou de moins), « l’absence de sanction diocésaine pour un prêtre en faute », « un curé contraire à la parole de l’évangile », « la perte de ma foi »… ou « rien »… La diversité des discours traduit, encore une fois, la très grande complexité des approches, des perceptions, et des motivations même en matière de pratiques religieuses.

Conclusion : des territoires, des pratiques et des communautés

  • 24 De Mijolla, 2002, décrit très bien cette complexification des territoires de le religion catholique (...)

104L’enquête montre que les effets de la réforme paroissiale sur les territoires, dans la mesure où ils répondent à des critères de nécessité objectifs (manque de prêtres, chute des pratiques, mobilité des populations, changement de mentalités, etc.) sont massivement admis par les fidèles mais demeurent toutefois assez méconnus dans leurs détails géographiques. Finalement c’est là une constante en France quels que soient le domaine d’étude et les échelons, les maillages territoriaux sont enchevêtrés, emboîtés, superposés et deviennent difficiles à lire : les territoires religieux et les paroisses n’ont pas échappé à cette complexification ni à cette fonctionnalisation de l’espace24.

  • 25 Frémont, 1998, pose quand à lui tout bonnement la question de savoir si les territoires ont encore (...)
  • 26 Cassaigne, 2005, p. 20, le souligne également : « Jusqu’à la mise en place de l’Etat Providence, le (...)
  • 27 Et ceci à toutes les échelles. Cf. Cholvy, Hilaire, 2004.
  • 28 Marsaux, 2002, souligne « le risque de perdre en proximité ce qu’on gagne en centralité ».
  • 29 Paquot, 2008. « L’espace vécu, l’espace conçu et l’espace représenté ; cette trilogie des études ur (...)

105Dans l’enquête, le lien paroisse/territoire est rarement établi. La référence à l’espace est demeurée marginale25. C’est davantage la communauté ou le groupe humain qui fait sens. L’enquête montre que la paroisse possède d’abord une signification sociale et relationnelle très forte. Le paroissien (terme cité, notion reconnue et revendiquée) reste avant tout un acteur social, souvent un laïc engagé. Tout semble donc se présenter pour les fidèles interrogés comme si le sens des lieux n’avait de signification que parce qu’il est espace vécu, individuellement et collectivement. Les personnes interrogées perçoivent massivement la paroisse comme une sociabilité parmi d’autres : sociabilité d’entraide notamment26. Le nouveau maillage ecclésial a ouvert la communauté à d’autres réalités territoriales dans les domaines ruraux et péri-urbains27 surtout. Il a tenu compte des distances, des influences économiques, des cadres de l’animation économique (Revue d’histoire de l’Église de France, 1998). Cette nouvelle construction territoriale a également contribué à exacerber la centralisation, et partant, à marginaliser les périphéries les plus lointaines28 (ceci est très évident pour Saint-Maugan). Dans ce contexte, la logique territoriale pose question car elle s’attache à des limites établies, à des frontières décidées, à des échelles, des cadres ou aires appropriés aux décideurs institutionnels, mais devient discutable lorsqu’on tente de les mettre en correspondance avec les logiques individuelles, réticulaires, faites d’un entremêlement de formes socio-spatiales hétéroclites (celles des territoires de chacun, mais également celles des espaces où la vie se déroule, celles des réseaux sociaux, celles des déplacements, celles des découvertes et des expériences propres29).

  • 30 Jeannin, 1963, le notait déjà dans ses travaux sur la pratique religieuse en Anjou : « Lorsqu’il (l (...)
  • 31 Les rythmes ou temps collectifs existent toujours bien sûr, mais on est allé dans le sens d’une li (...)
  • 32 Chatelan, 2009, p. 30 rappelle que la détermination de territorialités a jalonné l’histoire de l’Ég (...)
  • 33 Pour Rouet, 2002, « l’idéal paroissial suppose une société stable. Dans une société instruite et m (...)
  • 34 Baslez, 2004 : « Il a privilégié des implantations stables et centrales, en déterminant comme objec (...)
  • 35 Il existe actuellement environ 45 000 églises paroissiales : 80 % situées en communes rurales, 10  (...)

106L’espace n’est que l’assise sur laquelle s’impriment, sur le temps longs, les pratiques, ici religieuses, des groupes territorialisés. La dé-territorialisation/re-territorialisation n’est donc pas achevée au sens où les « Nouvelles Paroisses » ne sont pas le territoire de l’ancestrale paroisse-clocher-commune parfaitement appropriée et délimitée, mais un continuum spatial aux frontières incertaines qui, dans la représentation, n’apparaît pas aujourd’hui comme un territoire de la religion et des fidèles catholiques30. Nul doute que les processus sont encore à l’œuvre, et qu’à leur terme une forme stable se dessinera pour porter ces pratiques multiformes, mais pour l’heure la « Nouvelle Paroisse » n’est ni bien lisible, ni bien identifiée, ni même bien appropriée. L’agrandissement des échelles paroissiales a remis en question l’espace-temps de référence du quotidien des catholiques31 (Martinot-Lagarde, 2003), espace d’une vie sociale, espace d’une communauté autour de son clocher et d’une sociabilité qui en est la traduction. Cela conduit à la détermination d’une nouvelle territorialité qui ne correspond pas à un phénomène inédit dans l’histoire du christianisme32. Le quadrillage paroissial originel était né pour assurer une proximité et un certain ordre socio-spatial33 : « Dès l’origine, le maillage se tisse à partir et autour des pôles, des nœuds, des carrefours34. Cette sociabilité antique était fondée sur la convivialité et donc sur des petites unités de la taille d’une maisonnée, d’une structure familiale identifiée par le nom du chef de famille. » Pour les premières communautés chrétiennes, le fondement du Christianisme n’est en effet pas un lieu mais un groupe. Ce n’est qu’après 200 que les édifices se généraliseront, inscrivant dans l’espace profane l’empreinte religieuse35. Par ailleurs, les premières communautés étaient urbaines. Le christianisme fut long à pénétrer les campagnes : « Comme à partir des IVe et Ve siècles le rappelle les termes de Paganus, paysan et païen, à savoir, celui qui est exclu de la cité de Dieu comme de la civilisation urbaine » (Lemaître, 2002).

  • 36 Et de manière plus radicale encore, voir Macchioni, Pigi Perini, 1996, pour qui la paroisse est un (...)
  • 37 Dans le hors-série revue La Croix (Ifop, 2006), selon une formulation très concentrée il est vrai, (...)
  • 38 Là où pourtant Chatelan, 2009, p. 717, conclut sans équivoque sur le rôle du « territorial », dans (...)

107La paroisse traditionnelle, maille territoriale élémentaire, cellule de base pour la religion catholique, est un héritage. L’attachement au clocher est encore perceptible ici et là dans le propos ; l’attachement au prêtre et à l’équipe de laïcs qui l’entourent et qui se trouvent en responsabilité directe dans la pastorale est également souvent exprimé. Pour Yves Lambert les recompositions traduisent le passage d’un catholicisme historique paroissial (support à une intégration temporelle, religieuse et sociale) à une nouvelle civilisation qui n’est ni paroissiale, ni facilement territorialisable (Lambert, 1985). Comme d’autres territoires qui ont eu sens en un temps de l’histoire, la paroisse a pu correspondre aux besoins des hommes de ce temps. Mais elle constitue aujourd’hui selon certains, « un des lieux ecclésiaux où le témoignage de la liberté chrétienne est le plus difficile » (Guérin, 1981)36 parce que les lieux et les pratiques des lieux ont changés. Rapides et brutales37, les transitions peu perceptibles pour beaucoup (pour nombre de migrants notamment, peu, pas ou mal territorialisés38) ont contribuées à vider de son sens l’entité paroissiale.

108Les données sur la pratique religieuse ont permis de fournir une photographie du comportement religieux et de réaliser des comparaisons de paroisse à paroisse. Prenons cette précaution de rappeler que la pratique religieuse ne dit pas tout et qu’elle ne définit pas le chrétien. Elle reste un élément extérieur comptable de la vie religieuse de chacun. Le comptage de la pratique religieuse ne permet pas, notamment, de mesurer l’intensité de la vie religieuse de l’individu qui pratique (ou ne pratique pas). La vie religieuse de chacun reste toujours quelque chose de mystérieux, d’impénétrable, d’inaliénable. Les données mettent en évidence des corrélations socio-spatiales bien plus que des causalités, que seule une enquête exhaustive autoriserait.

109Le traitement de l’ensemble de l’échantillon montre que la pratique religieuse est peu diffuse alors que le traitement des seules enquêtes rurales avait conduit à une conclusion inverse. Il y a donc deux modèles : un modèle rural, et péri-urbain dans une moindre mesure, qui donne à voir une pratique religieuse plus élargie dans l’espace et plus variée, et un modèle urbain où la pratique reste paroissienne. Dans ce cas, le choix d’une église peut s’appuyer sur le fait d’y connaître des fidèles, sur la volonté de privilégier « sa » communauté, sur l’attachement à son église (édifice). Par conséquent, ces deux modèles montrent qu’à la fois subsiste cette pratique paroissienne qui relève d’une idéologie sociale et territoriale, mais qu’aussi la pratique peut être plus variée, multiforme et déborder des cadres circonscrits.

  • 39 Logeay et Chaline, 1999 : « Dès 1994, la Conférence des évêques de France, dans sa lettre Proposer (...)
  • 40 Baziou, 2003 : « Vatican II a coïncidé avec l’avènement d’une conscience planétaire globale. […] Pr (...)
  • 41 Tranvouez, 2006 : « Il me semble qu’à travers leur itinéraire Jaciste, les militants finistériens o (...)
  • 42 Willaime, 2007 : « Le passage de la religion par héritage à la religion par choix. Cette tendance d (...)

110La pratique en paroisse n’est donc qu’une forme de pratique religieuse parmi d’autres39 et les mouvements, groupes de prières, communautés nouvelles sont le résultat d’une dynamique engagée depuis longtemps (Doc. Episcop., 2008) et très nettement supra-paroissiaux40. Yvon Tranvouez parle lui dans ses travaux, de déplacement religieux41. Ces changements n’empêchent pas le critère de proximité de rester majeur et les nouveaux cadres interrogés dans l’enquête n’ont pas conduit à de réels décalages entre pratique (des messes, fêtes religieuses ou sacrements) et désir de pratique. Il existe finalement assez peu de freins, et, globalement, chacun s’est adapté à la nouvelle situation à la faveur de sa liberté personnelle42 à observer son culte.

  • 43 Dagens, 2003, p. 3-4 : « La laïcité n’a été possible que parvenue à un certain stade de la séculari (...)

111Quels que soient les termes de l’analyse, c’est un même processus qui est décrit, celui de la sécularisation de la société43. Elle peut être problématique pour un certain nombre de croyants catholiques engagés ; Jean Ansaldi a développé sur ce point (Ansaldi, 1990) en montrant que finalement aujourd’hui, la laïcité est l’idéologie dominante (Sénat, 2004). Sécularisation et laïcité sont des facteurs explicatifs majeurs mais la lame de fond reste la mobilité. Celle-ci ayant gagnée l’ensemble de la société, la vie religieuse n’a pas échappé aux mutations qu’elle engendre. Pour Jean-Paul Willaime : « Dans une société en mouvement où se déploie une religion elle-même en mouvement, on peut se demander si l’exclu n’est pas au contraire celui qui se fixe quelque part ; qui s’arrête ; qui territorialise son appartenance et souhaite effectuer une totalisation sociale à travers sa religion » (Willaime, 1999). La mobilité comme indicateur d’exclusion, le thème est transversal et concerne un grand nombre de travaux de géographie sociale aujourd’hui.

  • 44 Schlegel, 2001 : « Dès 1994, plus des 2/3 des individus interrogés se disaient d’accord avec la for (...)
  • 45 Lumen Vitae, 2004 : « La réflexion sur le futur des communautés locales accentue-t-elle un mouvemen (...)

112L’appartenance communautaire apparaît comme une réalité vécue par les pratiquants interrogés. Elle repose sur l’engagement, quels que soient sa forme et son degré (dans l’église/Église autant qu’hors l’église/Église). Le pratiquant exprime, en effet, que le citoyen-habitant acteur social44 est une valeur montante et dominante. La participation renforcée des laïcs permet de « faire communauté » dans et avec l’ensemble de la société actuelle et de tenir compte des changements sociaux (qu’ils s’agissent de communautés de quartiers ou de communautés locales). Tout engagement dans la communauté au sens large est une réponse personnelle, donnée librement, quel que soit son engagement religieux. La notion de communauté de fidèles s’élargit à celle de communauté d’habitants : de gens ayant le même espace vécu. Par ailleurs, toute communauté de fidèles n’est plus nécessairement une paroisse mais s’est transformée en église-relais en quelque sorte (du pôle paroissial) c’est-à-dire en communauté locale45.

  • 46 Communauté paroissiale et famille sont souvent identifiées l’une à l’autre, et de manière très exp (...)
  • 47 Voire, pour certains une structure d’insertion, un point de repère ; cf. Thomas, 1996.
  • 48 Pagniez, 2004 : « On ne fait pas la communauté pour être en communion ; mais à l’inverse, on vit en (...)
  • 49 Glé, 2003 : « Pour les Chrétiens, habiter l’histoire c’est l’habiter comme membre d’un peuple, memb (...)
  • 50 Où deux logiques s’affrontent : sociétale (hédonisme et consumérisme) et communautaire. Cf. Doc. E (...)

113L’expérience communautaire (et d’appartenance) se présente comme une force, comme une vitalité, de tradition chrétienne (Lumen Vitae, 2007). Nombre d’engagés dans l’église le sont pour soutenir cette cause par le développement de solidarités premières, de famille46, de voisinage47… La dimension sociale est maîtresse, et non plus seulement la dimension théologique48. D’un point de vue relationnel, la communauté de fidèles catholiques est le déterminant explicite de la présence de l’église dans la société49. Elle est à la fois lien et espace social donné50. Les fondements identitaires d’un « faire église » se trouvent dans cette dimension communautaire (dont l’attachement exprimé a manifestement à voir avec un système de valeurs, et sa reproduction). La réalité communautaire repose sur trois piliers : la rencontre, la connaissance et le partage réguliers (de célébrations notamment). Dans l’enquête, ces trois éléments de réponse fondent un attachement communautaire qui se nourrit de relations quotidiennes nouées avec des gens partageant le même lieu de résidence, les mêmes convictions et à peu près les mêmes modes de vie. Le ciment d’autrefois ayant disparu (l’esprit de clocher) il semble qu’au-delà de la notion de pratiques religieuses communes, la force de proposition aille aujourd’hui dans le sens d’une attitude chrétienne vécue dans le quotidien. On sent bien à travers les discours recueillis que l’appartenance et l’identité communautaires ne se décrètent pas, mais se vivent, se nourrissent et se transmettent.

  • 51 Hervieu-Léger, 2003, p. 108 : « Le modèle français de la ruralité-dont on sait l’importance qu’il r (...)

114La « Nouvelle Paroisse » semble sans frontière et en lien avec tout le reste de la région urbaine (car quasiment tout le département d’Ille-et-Vilaine est à l’heure actuelle sous l’influence urbaine de Rennes qui déborde d’ailleurs des limites départementales). D’où, s’est opéré un glissement : de « communautés » à « sociabilités variées », de « paroisses » à « territorialités diffuses » et « d’identité » à (simple) « adhésion à une même religion ». Le « faire communauté » ne rime plus avec proximité et surtout son sens est plus ambigu51. Son éclairage dans et par les discours recueillis a pu être précis mais son inscription dans l’espace est souvent demeurée vague et sa réalité territoriale hypothétique, en tout cas confuse. C’est pourquoi nous pouvons peut-être nous demander si la paroisse-territoire n’a pas été qu’une longue parenthèse dans l’histoire de l’organisation de l’Église. Cette parenthèse se refermerait aujourd’hui, et nous retrouverions ainsi le modèle d’organisation paroissial du haut Moyen-Age (Merdrignac, Plouchart, 2008) ; Modèle fait d’un semis indifférencié où les églises n’apparaissent pas comme des lieux centraux et polarisants du territoire (Van Torhoudt, 2008).

Notes

1 Afin de bien distinguer l’ancienne paroisse-clocher (communale) de la paroisse née des recompositions paroissiales, le terme de « Nouvelle Paroisse » (pluricommunale) est retenu ici pour les désigner.

2 Car la dimension religieuse, comme constitutive de chaque être humain se vit dans une religion (Spiritus, 2006). Claval, 2008, p. 193, développe, lui, cette idée qu’« il n’y a pas de société sans rituels qui cimentent le lien social, rappellent l’appartenance commune ».

3 Tous les géographes ne s’accordent pas à reconnaître la pertinence de ces catégories d’espace : elles nécessiteraient d’être précisées car le péri-urbain particulièrement souffre d’imprécision. Il s’inscrit dans une vision urbano-centrée ; il apparaît comme un sous-produit de l’urbain, certain disent même un « tiers-espace », espace dépendant, dominé, d’autres parlent d’un « entre-ville », ou d’une « quasi-campagne ». Il porte des dynamiques, sociales et spatiales, tout à fait spécifiques. Nous l’avons vu à travers les enquêtes conduites et l’analyse des données démographiques du recensement le montre aussi. Rodolphe Dodier (UMR 6590 ESO) parle, lui (dans son Habilitation à diriger des recherches [HDR], soutenue en oct. 2009), des espaces péri-urbains « comme des espaces en tension, qui permettent mieux que d’autres de mettre en évidence les transformations des modes de vie et la nature des relations entre individus ou entre groupes sociaux » (Cailly, Dodier, 2007).

4 Hérin, 1986, le redit : « le groupe humain d’abord, l’espace ensuite… Ce qui est premier en géographie sociale c’est la société ».

5 Borras, 2003, de souligner : « Prendre au sérieux la sortie de chrétienté, n’est-ce pas en définitive accepter des “blancs” puisque tous les citoyens n’adhèrent plus au christianisme ? Le quadrillage strict du territoire diocésain en paroisses apparaît dès lors comme une prétention emblématique du régime de chrétienté et de l’encadrement des citoyens pour satisfaire leurs besoins religieux. On peut donc raisonnablement s’interroger sur son fondement théorique et son utilité pratique en régime de modernité. »

6 Lambert, 1985, l’expose fort bien : « Une récession de la place et de l’influence de la religion s’est opérée dans la vie de la majorité des gens, non seulement par réaction contre une emprise devenue intolérable, mais aussi sous la poussée du scepticisme et de l’indifférence. »

7 Dans son article 1 la loi de 1905 affirme le principe de laïcité qui devient la condition même de la liberté de croyance et de culte ou d’acte de foi : « La France est une République laïque […], elle respecte toutes les croyances. »

8 Élus locaux et clercs débattent et communiquent en effet autour de tables rondes.

9 Cassaigne, 2001 : « Le religieux ne peut être purement privé ; il y a donc une illusion dans une certaine idée de la séparation de l’Église et de l’État, comme s’il n’y avait aucune sorte de lien : non seulement la République enterre ses présidents à Notre-Dame, mais elle connaît des fêtes tout à fait religieuses. » Voir aussi Chélini, 1998.

10 Pour Claval, 2008, p. 49, « la tâche du spécialiste des religions est donc double ; il lui faut (a) explorer l’univers des représentations mentales et (b) saisir leur traduction dans le paysage ».

11 Celui de Rennes dans son entier (soit 229 paroisses ou trêves), une partie de celui de Saint-Malo (95 paroisses ou trêves), de Dol (50 paroisses), de Vannes (7 paroisses) et de Nantes (1 paroisse). Trêve : Chapelle ou église dépendant d’une paroisse.

12 Redéploiement engagé dès 1988 dans le diocèse voisin de Saint-Brieuc et Tréguier par exemple.

13 Jullien, 1996, p. 283, « : La première étape de cette recherche est la redistribution, le redéploiement de nos forces apostoliques. Elle commence elle-même par le redécoupage des doyennés… »

14 Au cours des 8 années qu’a exigé la mise en place de ce nouveau maillage de l’espace religieux, les instances diocésaines se sont voulues très communicantes pour rendre les recompositions territoriales aussi intelligibles que possible. Les débats, expositions, communiqués ou rencontres (y compris souvent avec les élus et les habitants ; cf. Église en Ille-et-Vilaine, 2002) se sont succédé.

15 Le Bihan, 2009, répond de manière nuancée à la question de savoir si le canton est territoire du quotidien ? Il correspond, de fait dans la plupart des cas, au premier niveau de la hiérarchie urbaine (les bourgs formant la trame urbaine élémentaire) et son histoire se confond avec celle de la décentralisation.

16 Mgr François Saint-Macary écrira ceci aux fidèles catholiques dans Église en Ille-et-Vilaine, 2002 : « Désormais nous ne nous rassemblons plus en paroisse comme habitants d’une même commune, mais comme chrétiens croyants. »

17 D’où leur dénomination statistique (établie par l’Insee) de « communes multipolarisées » ; exprimant qu’elles sont tiraillées entre plusieurs pôles urbains.

18 Le quartier est alors envisagé comme un village. Des photographies de gens du quartier assorties d’un commentaire jalonnent quelques rues : rue Eugène Pottier : « Cleunay, ses gens » ; Clinique de la Sagesse : « Cleunay, Bernard et Yvette » ; bd de la Guérinais : « Cleunay, Odette ».

19 Par exemple pour Saint-Avit de Flûme et Vilaine évoquée précédemment. Saint Avit est né à Vienne vers 450 ; il est contemporain de Saint Melaine ; sa statue se trouve dans l’église de L’hermitage, représenté vêtu en évêque (évêque de Vienne en 494). Par ailleurs, la Flûme et la Vilaine sont les deux rivières qui enserrent les trois communes de Chavagne, Le Rheu et L’hermitage.

20 Aujourd’hui en 2013 dans le diocèse, la notion de « pôles eucharistiques rayonnants » semble faire force de proposition et l’évêque Mgr Pierre d’Ornellas en précise les contours : « Le pôle ne se caractérise pas par le nombre de chrétiens se rassemblant mais par la vie qui suscite la vie […]. Il est le lieu (ou les lieux), qui, au sein d’une paroisse (ou de plusieurs), constitue le centre naturel de vie vers lequel la vie converge en raison du nombre d’habitants, des établissements scolaires, publics et privés, écoles, collèges et lycées, et des autres activités diverses qui y sont proposées. »

21 Phénomène plus précoce qu’on ne l’imagine souvent, mis en évidence notamment dans la thèse de Chatelan, 2009, p. 212, où une enquête sur les pratiquants catholiques à Lyon en 1954 montre que « 30 % environ des fidèles recensés (ce dimanche de mars 1954) ne se sont pas rendus dans leur paroisse canonique mais dans un autre lieu de culte ».

22 Dumont, 2007 : 3e Orléans ; 4e Caen ; 5e Dijon ; 6e Metz ; 7e Clermont-Ferrand.

23 Dumont, 2007 : un des taux les plus bas cependant des métropoles intermédiaires de France en 1999.

24 De Mijolla, 2002, décrit très bien cette complexification des territoires de le religion catholique depuis les origines.

25 Frémont, 1998, pose quand à lui tout bonnement la question de savoir si les territoires ont encore du sens : « L’homme contemporain a définitivement rompu l’équilibre entre enracinement et mouvement. Depuis le Néolithique c’est la plus grande révolution survenue dans la géographie humaine. »

26 Cassaigne, 2005, p. 20, le souligne également : « Jusqu’à la mise en place de l’Etat Providence, les territoires étaient le cadre premier de la solidarité. La paroisse puis la commune étaient responsables de l’aide sociale. »

27 Et ceci à toutes les échelles. Cf. Cholvy, Hilaire, 2004.

28 Marsaux, 2002, souligne « le risque de perdre en proximité ce qu’on gagne en centralité ».

29 Paquot, 2008. « L’espace vécu, l’espace conçu et l’espace représenté ; cette trilogie des études urbaines des années 70 se met dorénavant au pluriel. Le citadin-type appréhende plusieurs espaces vécus, plusieurs espaces conçus et plusieurs espaces représentés qu’il agence, selon ses humeurs, dans sa géographie existentielle, aux frontières poreuses, discontinues et souvent hors-sol. »

30 Jeannin, 1963, le notait déjà dans ses travaux sur la pratique religieuse en Anjou : « Lorsqu’il (le croyant) pénètre dans une église pour l’assemblée dominicale, il s’unit davantage à une communauté chrétienne, communauté plus vraie, plus fraternelle, plus priante, plus vivante et plus rayonnante qu’autrefois. Il se considère comme un élément de cette communauté. La pratique religieuse a perdu ses caractères pesants de non-choix, elle engage ; elle est moins sociologique ; elle témoigne d’individus qui veulent assumer des valeurs chrétiennes qu’ils défendent. »

31 Les rythmes ou temps collectifs existent toujours bien sûr, mais on est allé dans le sens d’une libération du temps qui n’a pas favorisé le maintien d’un temps religieux.

32 Chatelan, 2009, p. 30 rappelle que la détermination de territorialités a jalonné l’histoire de l’Église : « la territorialisation, en particulier de l’espace urbain, n’a pas toujours eu la même intensité, ni la même pertinence pour L’Église catholique au cours de son histoire. Ce rapport à l’espace peut être historicisé ». Cf. sur ces questions, Houée, 1998 : « L’Église ne peut faire son aménagement à part ; elle doit tenir compte de la recomposition des territoires. »

33 Pour Rouet, 2002, « l’idéal paroissial suppose une société stable. Dans une société instruite et mutante, il devient évanescent ».

34 Baslez, 2004 : « Il a privilégié des implantations stables et centrales, en déterminant comme objectifs missionnaires les pôles autour desquels s’articulaient les réseaux de communication et le maillage administratif « de l’empire romain. »

35 Il existe actuellement environ 45 000 églises paroissiales : 80 % situées en communes rurales, 10 % dans des communes de moins de 200 habitants et 75 % dans des communes de moins de 3 000 habitants ; d’où d’ailleurs, la dimension patrimoniale et l’inquiétude autour de la préservation des biens d’églises Cf. Doc. Episcop., 2008 et Doc. Episcop., 2005.

36 Et de manière plus radicale encore, voir Macchioni, Pigi Perini, 1996, pour qui la paroisse est un poids plus que l’instrument d’une vision communautaire du christianisme.

37 Dans le hors-série revue La Croix (Ifop, 2006), selon une formulation très concentrée il est vrai, mais néanmoins très claire, étaient résumées les causes fondamentales et brutales de l’affaiblissement du christianisme et les bouleversements sociaux affectant le christianisme : « La diffusion rapide des nouvelles technologies de communication, la montée de l’individualisme et de l’hédonisme, la disqualification du mariage et de la famille, l’accélération de l’urbanisation et de la mondialisation, l’affaiblissement de la démocratie, la complexification et la judiciarisation de la société, l’abandon de la nature comme ordre. »

38 Là où pourtant Chatelan, 2009, p. 717, conclut sans équivoque sur le rôle du « territorial », dans le diocèse de Lyon et pour la période qu’il étudie : « l’hypothèse est confirmée : il y a bien une territorialisation des problématiques pastorales ».

39 Logeay et Chaline, 1999 : « Dès 1994, la Conférence des évêques de France, dans sa lettre Proposer la foi dans la société actuelle mettait en relief, à côté d’une crise d’identité catholique, de fortes attentes religieuses. Celles-ci ne conduisent pas nécessairement tous les Chrétiens vers une paroisse. »

40 Baziou, 2003 : « Vatican II a coïncidé avec l’avènement d’une conscience planétaire globale. […] Progresse alors le sentiment d’une interdépendance objective d’une part de tous les peuples, et d’autre part des humains avec leur environnement. »

41 Tranvouez, 2006 : « Il me semble qu’à travers leur itinéraire Jaciste, les militants finistériens ont vécu un triple déplacement religieux. Le premier peut être décrit comme le passage du territoire au mouvement et du régulier à l’exceptionnel […]. Deuxième déplacement, de la coutume à l’engagement ou de la contrainte au choix […]. Cette question récurrente suggère un troisième déplacement, de l’appartenance à une catégorie sociale à l’appartenance à une génération. »

42 Willaime, 2007 : « Le passage de la religion par héritage à la religion par choix. Cette tendance dans l’évolution des attitudes religieuses individuelles se traduit par exemple, dans les églises chrétiennes, par une baisse des baptêmes d’enfants et une augmentation des baptêmes d’adultes. »

43 Dagens, 2003, p. 3-4 : « La laïcité n’a été possible que parvenue à un certain stade de la sécularisation. »

44 Schlegel, 2001 : « Dès 1994, plus des 2/3 des individus interrogés se disaient d’accord avec la formule : “de nos jours chacun doit définir sa religion indépendamment des Églises”. »

45 Lumen Vitae, 2004 : « La réflexion sur le futur des communautés locales accentue-t-elle un mouvement vers l’intérieur ou l’extérieur ? ». Cf. la contribution d’O. Bobineau.

46 Communauté paroissiale et famille sont souvent identifiées l’une à l’autre, et de manière très explicite dans les discours recueillis dans l’enquête. Pour Toublanc, 1982, « famille et paroisse sont des réalités beaucoup plus naturelles et vivantes que des circonscriptions plus larges comme le secteur ou le diocèse ». Hervieu-Léger, 2003, p. 204, insiste, quant à elle, sur cette notion d’Église/famille : « Le sens de la métaphore familiale tend, dans ce mouvement, à s’inverser : ce n’est plus le modèle de l’Église qui fournit l’idéal de la famille humaine, c’est la famille relationnelle […] qui sert de référence à la communauté ecclésiale idéale. »

47 Voire, pour certains une structure d’insertion, un point de repère ; cf. Thomas, 1996.

48 Pagniez, 2004 : « On ne fait pas la communauté pour être en communion ; mais à l’inverse, on vit en communion pour que naisse la communauté. »

49 Glé, 2003 : « Pour les Chrétiens, habiter l’histoire c’est l’habiter comme membre d’un peuple, membre de l’Église. »

50 Où deux logiques s’affrontent : sociétale (hédonisme et consumérisme) et communautaire. Cf. Doc. Episcop, 2008.

51 Hervieu-Léger, 2003, p. 108 : « Le modèle français de la ruralité-dont on sait l’importance qu’il revêt du point de vue politique-demeure inséparable, en ce sens, d’un modèle villageois du catholicisme, qui reste dans l’imaginaire des Français (et surtout de ceux qui ne mettent jamais les pieds à l’église), l’image stéréotypée de la sociabilité religieuse. »

Table des illustrations

Légende Carte 1. – Diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Carte 2. – Archidiaconé de Saint-Malo (pays de Saint-Malo et pays de Fougères).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Carte 3. – Archidiaconé Saint-Melaine (pays de Rennes-périphérie).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Légende Carte 4. – Archidiaconé Sainte-Anne (pays de Brocéliande, de Vitré et des Vallons-de-Vilaine-Redon).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Carte 5. – Archidiaconé Saint-Pierre (pays de Rennes-Ville).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 67k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Carte 6. – Doyenné du Garün.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende Carte 7. – Doyenné de Pacé.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Carte 8. – Doyenné de Mordelles.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Carte 9. – Doyenné de Rennes La Rablais-Bréquigny.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Aire paroissiale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 14k
Titre Localisation dans la commune
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Besoins satisfaits
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Titre Dimension d'une paroisse en code
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Engagement dans l'Eglise ?
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Degré de pratique religieuse
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/133011/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 81k

Auteur

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540