Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

La paroisse, communauté et territoire

 | 
Bernard Merdrignac
, 
Daniel Pichot
, 
Georges Provost
, 
et al.

Introduction

Bernard Merdrignac

Texto completo

  • 1 La Croix, 9 sept. 2011, « Comprendre la paroisse ». Voir ci-après la contribution d’O. Bobineau.

1« Un village, un clocher, une paroisse, un curé » : ce schéma traditionnel de la « civilisation paroissiale » n’existe plus. « À la fin des années 1980, on comptait en France près de 38 000 paroisses, chiffre très proche de celui des communes. Mais l’exode rural, la mobilité des fidèles notamment des jeunes, la diminution du nombre de prêtres et la volonté de faire émerger des communautés viables ont conduit à un vaste remodelage regroupant plusieurs “clochers” autour d’un nouveau pôle paroissial. » À présent, les « nouvelles paroisses » seraient au nombre d’environ 15 000, tandis que des réaménagements sont encore en cours dans certains diocèses. Avant de désigner un territoire, la paroisse s’organise désormais davantage autour de la vie d’une communauté de fidèles. Aux termes du Code de droit canonique de 1983, la paroisse est une « communauté précise de fidèles qui est constituée d’une manière stable dans une Église particulière, et dont la charge pastorale confiée au curé, comme à son pasteur propre, sous l’autorité de l’évêque diocésain » (canon 515). Cependant, en dépit des redéploiements pastoraux intervenus au cours des dernières décennies la paroisse, ne serait-ce que parce qu’elle est censée « en règle générale » « comprendre tous les fidèles d’un territoire donné » (can. 518), conserve une assise territoriale1. Autrement dit, comme le dit bien ici Louisa Plouchart, « l’appartenance géographique reste toutefois une réalité concrète, pour au moins cette raison que chacun vit quelque part ».

Maille et maillage

  • 2 Chamussy, 2002 (consulté le 15 janvier 2012).

2Henri Chamussy, géographe et chrétien – du moins ouvertement affiché comme tel –, soulignait naguère que le dogme de l’« Incarnation » constitue l’un des fondements du christianisme. De ce point de vue (pour le meilleur comme pour le pire) le pouvoir spirituel de l’Église catholique s’« incarne » historiquement, selon lui, « dans le sol, dans l’espace terrestre » et dès lors « s’inscrit profondément dans la territorialité ». « Mon royaume n’est pas de ce monde », dit le Christ à Pilate dans l’Évangile (Jn, 18, 36) ; mais, paradoxalement, les mots latins regnum (« royaume ») et regio (« région ») ont la même étymologie (regere : « diriger »). Ainsi, le contrôle que l’Eglise entend exercer sur les âmes des fidèles passe forcément par une « appropriation du territoire », dans la mesure où ce contrôle s’exerce aussi physiquement sur les corps et donc sur « les inscriptions spatiales des sociétés2 ».

  • 3 Restif, 2006.
  • 4 Cf. ci-après la contribution d’O. Bobineau.

3C’est pourquoi la redéfinition en cours de la paroisse par les institutions ecclésiastiques, selon des critères variables en fonction des circonstances, se prête à des enquêtes approfondies de géographie sociale qui rencontrent les interrogations des historiens. En bref, l’hypothèse de travail qui fonde le présent projet de volume collectif est que les facteurs qui interviennent dans le « démontage » de ce système pourraient éclairer les conditions de son « montage ». La paroisse est une construction médiévale, mais celle-ci a mis plusieurs siècles à prendre forme. La « révolution des paroisses » pour reprendre le titre de la thèse de Bruno Restif3, ne serait-elle pas plutôt une parenthèse pluriséculaire entre deux perceptions plus communautaires que territoriales de la paroisse ? Dans cette perspective, comme l’avance ici le sociologue des religions Olivier Bobineau, le modèle tridentin de territorialisation paroissiale qui s’est imposé comme une évidence à l’époque moderne, apparaîtrait plutôt comme un épisode de contrôle social pris en tenaille entre deux conceptions de la communauté paroissiale : celle de la « maisonnée en réseau » durant les premiers temps du christianisme et celle de la « gouvernance paroissiale » qui se dessine aujourd’hui4.

  • 5 Chamussy, 2002.

4Ce questionnement sur la longue durée (en grande partie novateur pour les historiens ?) correspond à deux types de « configurations spatiales » qui sont davantage familières aux géographes : « les configurations aréales, ou surfaciques, et les configurations réticulaires ». Dès lors que les populations sont majoritairement christianisées et que l’espace est bien quadrillé, « la stratégie pour “tenir” cet espace est “surfacique” ». En période d’expansion sur des espaces non encore christianisés et sur des espaces où il y a déchristianisation, « la configuration surfacique se transforme en configuration réticulaire5 ».

  • 6 Du Cange, Glossarium, sv : macula, macla, mallia.Niermeyer, Lexicon, sv macula.
  • 7 Cf. Grasland, 1997.
  • 8 Benoît de Sainte-Maure (XIIe siècle), Roman de Troie, vers 10653 : « Hector i fiert, Hector i maill (...)
  • 9 Cf. ci-après la contribution de J.-R. Bertrand.
  • 10 Zadora-Rio, 2005, p. 105.

5Ces notions issues du langage cartographique sont susceptibles de clarifier les relations entre les termes qui interfèrent dans l’intitulé de cet ouvrage collectif : « paroisse », « communauté », « territoire », « maillage paroissial ». L’enjeu de la discussion interdisciplinaire est de déterminer si les « territoires », au sens (assez polysémique certes) qui est donné aujourd’hui à ce mot, peuvent être « réticulaires », ou sont nécessairement « surfaciques ». En effet, sont qualifiées de « surfaciques » (ou d’« aréales ») les configurations qui correspondent à des implantations denses tandis que les configurations « réticulaires » correspondent à une distribution en réseau plus ou moins serrés. Mutatis mutandis, les rapports étymologiques complexes entre les mots « maille » et « maillage » sont eux aussi révélateurs de cette polysémie du vocabulaire pour rendre compte de la dialectique entre « communauté » et « territoire ». En effet, « maillage » ne dérive pas directement de « maille ». Ce dernier nom vient du latin macula qui désigne à la fois la « tache » et le « maillon6 », ce qui implique que la « maille » peut donc désigner à la fois la surface d’un objet et la boucle qui en définit le contour7. Par contre, en vieux français, le verbe mailler a le sens de « marteler », « frapper à coups de maillet » (latin : malleus)8 puis de « fabriquer les mailles » d’un filet, d’une cote de mailles, etc. Par extension, son dérivé « maillage » n’a pris la signification de « densité d’un réseau », que dans la seconde moitié du siècle dernier. Dans cette optique, le « maillage paroissial », hérité de l’histoire de la diffusion du christianisme et plus encore des formes successives de peuplement9 pourrait être défini, suivant l’archéologue médiéviste Elizabeth Zadora-Rio, comme « un découpage continu et homogène de l’espace, dont l’unité administrative de base est à l’échelle de la localité, celle de l’espace vernaculaire dans lequel s’inscrivent les pratiques religieuses et sociales des populations locales10 ».

« La carte et le territoire »

  • 11 Mousnier, 2005, p. 424.
  • 12 Cf. Guerreau 2003.
  • 13 Mousnier, 2005, p. 420.

6À moins de se réduire à un simple exercice de rhétorique dans lequel les formes interrogatives ne sont plus que des clauses de style, l’objectif de cette introduction ne saurait être d’apporter d’emblée des réponses – personnelles ou collectives – aux questions posées par « l’historiographie de la paroisse médiévale » qui aborde en effet « autant le territoire paroissial que l’église paroissiale ou la communauté des fidèles11 ». La carte et le territoire (quitte à céder à la facilité en plagiant le titre du roman qui a valu à Michel Houellebecq le prix Goncourt 2010), ne coïncident pas forcément, en ce qui concerne les « structures et représentations de l’espace12 » dans l’Antiquité tardive et la période médiévale, avec notre vision de la géographie administrative et historique « conditionnée par des siècles de cartographie où la linéarité des contours relève du dogme quand elle est appliquée à l’ensemble pour la période médiévale13 ».

  • 14 Cursente, Mousnier, 2005.
  • 15 Le Roy Ladurie, 1973-1978.
  • 16 Voir ci-après la contribution de L. Plouchart.
  • 17 Paquot, 2008 : « L’espace vécu, l’espace conçu et l’espace représenté ; cette trilogie des études u (...)

7Les territoires du médiéviste14 n’ont pas forcément grand rapport (si ce n’est le titre de l’ouvrage) avec Le territoire de l’historien exploré naguère par Emmanuel Leroy-Ladurie15. Il n’est pas dit non plus que le « territoire » de l’archéologue ou celui de l’historien du droit se superpose forcément à celui du sociologue, ni à celui du géographe. Car selon Louisa Plouchart, « la paroisse est une entité matérielle, une assise territoriale religieuse, mais aussi un ensemble de rapports sociaux complexes, imbriqués dans l’espace public. Le spatial se définit donc ici comme ayant une dimension sociale fortement signifiante aux composantes multiples16 ». L’emboîtement des échelles et l’analyse des maillages territoriaux ont occupé et continuent d’occuper une place prépondérante dans la réflexion géographique. Cette géographie des partages territoriaux renvoie bien au passé justificateur, de même que celle des recompositions en appelle nécessairement à la mémoire et à la dimension historique ; il en est ainsi pour toute histoire de toute maille territoriale, quelle que soit la division considérée : historique, institutionnelle, administrative ou politique, fiscale ou judiciaire, culturelle ou religieuse. Tout l’espace géographique peut ainsi se découper de multiples manières en sous-espaces délimités et délimitant des territoires construits, selon une lecture de l’espace différenciée. Dans ce contexte, la logique territoriale pose question car elle s’attache à des limites établies, à des frontières décidées, à des échelles, des cadres ou aires appropriés aux décideurs institutionnels, mais devient discutable lorsqu’on tente de les mettre en correspondance avec les logiques individuelles, réticulaires, faites d’un entremêlement de formes socio-spatiales hétéroclites (celles des territoires des individus, mais également celles des espaces où la vie se déroule, celles des réseaux sociaux, celles des déplacements, celles des découvertes et des expériences propres17).

  • 18 Voir ci après les contributions de D. Pichot, S. Leturcq, A. Lunven, J-C. Meuret, E. Van Torhoudt…
  • 19 Voir ci après les contributions respectives d’A. Turchini sur l’Italie, de N. Richard sur la Bohêm (...)

8Bref, la longue histoire de l’emprise ecclésiastique sur l’espace et sur les communautés de fidèles ne s’inscrit pas forcément dans un processus linéaire de territorialisation qui aurait démarré au Moyen Âge. Aussi les médiévistes qui ont accepté de contribuer à un réexamen de cette histoire se sont attachés à respecter le point de vue des spécialistes des autres périodes et des autres disciplines concernées pour qui les mêmes termes ne correspondent pas forcément à des concepts identiques. Afin d’éviter toute équivoque, il faut ajouter qu’étant donné leurs propres champs de recherche, les dossiers mis en œuvre par ces historiens concernent plutôt les terres du grand Ouest18. Mais, il ne s’agit pas pour autant d’histoire régionale dans la mesure où les résultats de ces recherches interrogent un modèle d’analyse spatiale que les historiens des périodes moderne et contemporaine, géographes et sociologues expérimentent ici à d’autres échelles sur d’autres espaces géographiques. L’appel à des contributions étrangères19 n’est pas non plus une simple concession à un comparatisme de convenance. Il est apparu indispensable d’ébaucher, dans les limites des moyens dont nous disposions, une démarche de comparaison internationale qui permette de souligner effectivement des similitudes structurelles et conjoncturelles dans la formation/reformation des paroisses-territoires, ne serait-ce que pour avoir quelques ouvertures méthodologiques sur d’autres traditions historiographiques.

Confins et marge. Centre et périphérie

  • 20 J’ai deux bonnes raisons d’user de la première personne du singulier plutôt que d’employer le plur (...)

9C’est pourquoi j’espère que l’on ne me tiendra pas rigueur pour exposer les tenants et les aboutissants de ce questionnement interdisciplinaire20 de m’appuyer sur la terminologie de la documentation médiévale qui m’est plus familière que d’autres types de sources vis-à-vis desquelles je dois reconnaître que je ne suis qu’un amateur (au plein sens du terme). On voudra donc bien admettre qu’il n’y a pas de cuistrerie outrancière de ma part à m’abstenir systématiquement de traduire le vocabulaire latin de ces textes afin d’en souligner la polysémie (qui fait l’objet de débat entre médiévistes).

  • 21 Saxer, 1999, p. 10.
  • 22 Lauwers, 2005, 2008.

10Parochia, et diocesis tout d’abord… « À haute époque », en effet, l’emploi de ces termes était « exactement contraire à celui d’aujourd’hui » puisqu’alors « la parochia, c’est le diocèse » et que « la diocesis, c’est la paroisse21 ». Pour Michel Lauwers qui préfère « ne pas poser a priori l’existence de territoires paroissiaux », ce chassé-croisé terminologique entre paroisse et diocèse « n’explique toutefois pas grand-chose22 ». Ce ne serait que peu à peu, entre le IXe et le XIIe siècle (si l’on se fie aux attestations de parochia dans les textes) que la « paroisse » aurait progressivement été perçue comme « une structure spatiale assurant aux populations des lieux de culte de proximité ».

  • 23 Chédeville, Guillotel, 1984, p. 126-128 ; Tanguy, 1990, p. 21 ; Jankulak, 2006, p. 425. À noter que (...)
  • 24 Jankulak, 2006, p. 425 ; cf. Astill, Davies, 1997, p. 111 et 114-115, n. 14.
  • 25 Voir dans le présent ouvrage les contributions de P. J. Duffy, S. Kerneis, A. Turchini.
  • 26 Aebischer, 1964, p. 143-165. Mazzini, 1974-1975, p. 233-266. Pellegrini 1994, p. 599-632. Nous empr (...)
  • 27 Lauwers, 2005.

11Ce n’est probablement pas ici le lieu approprié pour m’interroger sur l’entrée précoce (et spécifique à la Bretagne23) dans la composition des noms de lieux, de l’élément plou- (plo-/pleu-/plé…) dérivé du latin ecclésiastique pleb [em] (« communauté des fidèles ».) alors que, paradoxalement, si l’on se fonde sur cette étymologie, la dimension territoriale ne paraît pas primordiale pendant le haut Moyen Âge. Les historiens britanniques mettent toutefois à juste titre en garde contre « the apparent coincidence between the migration of Bretons from Britain, the installation of Christianity, and the development of communities with place names in plou has perhaps created a misleading causal relationship between these events24 » ce qui revient à établir, sans précaution, des liens logiques en lieu et place des liens chronologiques. De même que ses équivalents en Italie du Nord (pieve) et en Irlande (plebania) la ploue bretonne constitue une « paroisse primitive » quelle que soit la portée que l’on donne à cette expression25. Il serait donc tentant d’établir logiquement une distinction entre les notions de « plebs-fidèles » et de « plebs-territoire » susceptible de correspondre, chronologiquement, au passage d’un sens à l’autre26. Michel Lauwers a toutefois proposé de substituer à ce schéma, peut-être trop superficiel, le modèle d’une évolution en trois temps. Utilisé tout d’abord pour qualifier une communauté de fidèles, plebs se mit ensuite, « de manière progressive mais non exclusive », à désigner l’église dont dépendaient ces fidèles. Ce n’est qu’en un troisième temps que le mot plebs, qui était donc passé du sens de « fidèles » à celui d’« église », en vint également à qualifier le ressort ou territoire d’une église27.

12Cette notion de territorium se trouve cependant déjà sous l’empire romain dans le Digeste qui la définit comme

  • 28 Dig., L, 16, 239 : Territorium est universitas agrorum infra fines cujusque civitatis, quodab eo d (...)

« l’ensemble des terres comprises dans les limites de chaque cité appelé ainsi selon certains parce qu’à l’intérieur de ces limites, les magistrats du lieu ont le droit de terroriser c’est-à-dire de soumettre28 ».

  • 29 Le Roux, 1994, p. 37, n. 2 : « d’autres rapportent le mot au verbe terere (“fouler aux pieds, fendr (...)
  • 30 Lauwers, 2008, p. 23; Mazel, 2008, p. 11.
  • 31 Lauwers, 2008, p. 24.
  • 32 Le Roux, 1994, p. 44-45.

13La formule quidam aiunt (« selon certains ») indique que l’étymologie était controversée dès l’Antiquité. Le jeu de mot (ou le « rapprochement phonétique ») retenu ici qui rapporte territorium au participe territus (« effrayé ») a l’intérêt de rappeler que « le territoire était un lieu où s’exerçait une autorité29 » et renvoie « indéniablement à une conception de l’espace maîtrisé et contrôlé, ainsi qu’à la possibilité de maîtriser cet espace30 ». En principe, sous l’Empire, le territoire d’une cité formait « une unité administrative juridiquement établie », dont le statut territorial « se distinguait de celui des terres et notamment de la propriété privée dont la délimitation et la protection obéissaient à des critères différents ». « Au moins idéalement31 » (même s’il est probable que la réalité vécue ait été plus floue), ce territoire n’était pas « une étendue de terrain plus ou moins bien délimitée et habitée par les citoyens et les résidents (incolae) de la cité ». Comme le souligne ici le Digeste, juridiquement, « le territorium, lieu d’exercice de la juridiction des magistrats, définissait tout d’abord la circonscription à l’intérieur de laquelle s’exerçait le pouvoir judiciaire local32 ».

  • 33 Le Roux, 1994, p. 38.

14Toute cité possède un ager ou territorium et des fines. Naturellement, comme l’a remarqué Patrick Le Roux, les mots ager et fines ont, dans cet article du Digeste, un « sens connoté » distinct de celui de territorium. « Il semble que l’ager mette davantage l’accent sur le caractère cultivé ou utile des terres, sur les champs et les prairies, mais il est évident qu’il avait aussi le sens de “contrée” ou de “territoire”. Les fines traduisent l’idée de territoire bien délimité, borné, qui a fait au moins l’objet d’une mesure globale33. »

  • 34 Etym., XV, 14 : De finibus agrorum. Cf. Merdrignac, 2009, 114-115. Voir Abbé, 2005, p. 396, en par (...)
  • 35 Pichot, 2003. À actualiser, à présent, avec Pichot, 2010.

15Par l’intermédiaire des Étymologies d’Isidore de Séville, largement diffusées dans les scriptoria médiévaux, le vocabulaire des agrimensores de l’Antiquité romaine était accessible aux lettrés qui maîtrisaient l’écrit au Moyen Âge34. La terminologie à laquelle recourent ceux-ci pour définir un territoire répond à des objectifs précis. Si les rédacteurs des actes de la pratique n’ont pas recours à cet héritage antique, il y a lieu de supposer, me semble-t-il, que c’est intentionnel de leur part ou de celle de leurs commanditaires. Par contre, à mon sens, le fait de retrouver dans certains textes le registre latin des délimitations et de leurs subdivisions ne permet pas pour autant de déduire a priori de la perpétuation du vocabulaire antique la pérennité de ces territoires, non plus que « la fixité de ces limites dont les communes modernes seraient totalement les héritières35 » ?

  • 36 Duby, 1958, p. 463.
  • 37 Fournier, 1982, p. 497, n. 3.
  • 38 Aubrun Michel, 1981. Voir les critiques de Zadora-Rio, 2008, p. 190.

16« Carte des terroirs communaux ; par conséquent, carte à peu près […] des limites paroissiales. » C’est en ces termes qu’à l’occasion de la publication en 1958 de la carte des communes françaises au 1/500000, Georges Duby, dans sa la contribution au dossier pluridisciplinaire (A. Meynier, É. Juillard, A. Piatier), sur « La carte, instrument de recherche » publié par les Annales ESC saluait les perspectives offertes par la morphologie des communes aux études de géographie historique36. Dans la foulée, au cours des décennies suivantes, la recherche historique sur « la mise en place du découpage paroissial37 » s’est focalisée sur ce postulat pour élaborer une « typo-chronologie » des territoires paroissiaux susceptibles d’avoir été fossilisées sur la carte des limites administratives modernes38.

  • 39 Cf. le compte rendu par A. Lunven ABPO, 118-1, 2011.
  • 40 Zadora-Rio, 2008, p. 119.
  • 41 Mousnier, 2005, ibid. Voir Brunterc’h, 1983, p. 54-55 (et 52 pour la carte) qui conclut qu’il n’y a (...)
  • 42 Pichot, 2010, p. 221.

17Plus d’un demi-siècle après, dans l’ouvrage collectif remarquable (et remarqué39) dirigé par Elisabeth Zadora-Rio, sur les paroisses et communes de Touraine, celle-ci a adopté le concept d’« enveloppe territoriale » pour rendre compte de la distinction qui s’impose entre « l’emprise spatiale des communautés locales […] sans doute définie précocement dans sa masse » (Xe-XIIe siècles) et l’« enchevêtrement » des limites paroissiales et communales, qui ont le plus souvent connu des variations nombreuses et dont le rythme d’évolution s’est inscrit dans la durée40. Aucun historien ne conteste aujourd’hui sérieusement que des pointillés sur une carte ne sont qu’une convention qui se prête mal à figurer les « dynamiques spatiales » propres aux zones de contacts41. Très logiquement, comme l’expose Daniel Pichot, une étude du territoire paroissial pose ce problème des limites. « Plus que la séparation nette, linéaire, s’imposent souvent les phénomènes de confins et de mouvance qui marquent toutes les possibilités de transition, de dégradé mais aussi d’interpénétration42. »

À travers les frontières interdisciplinaires

18Avec cet oxymore, du moins apparent, d’« enveloppe territoriale » on touche à l’une des instances où la « subjectivité historienne » doit être assumée comme « un moyen heuristique de compréhension », inhérent à l’épistémologie de l’histoire telle que la développe François Dosse à partir des réflexions de Paul Ricoeur sur la « représentance » des réalités passées (pour reprendre le néologisme forgé par ce savant). :

  • 43 Dosse, 2001, qui commente ici Ricoeur, 1955 [1952]. Voir, à présent, Chappé, 2010.

« L’historien a pour tâche de traduire, de nommer ce qui n’est plus, ce qui fût autre, en des termes contemporains. Il se heurte là à une impossible adéquation parfaite entre sa langue et son objet et cela le contraint à un effort d’imagination pour assurer le transfert nécessaire dans un autre présent que le sien et faire en sorte qu’il soit lisible par ses contemporains43. »

19Cette remarque subtile suffirait amplement à rendre compte du fonctionnement délibérément interdisciplinaire du groupe de recherche informel qui a abouti au présent ouvrage. Répétons-le : l’immersion réciproque est sans doute la méthode la plus efficace pour acquérir les bases de la langue parlée par ses interlocuteurs. Dans ces débats qui risqueraient de tourner en rond s’ils se cantonnaient à des discussions entre historiens médiévistes soucieux d’actualiser leur perception des origines de la paroisse et conscients du « caractère essentiellement flou de cet objet d’étude », archéologues et historiens du droit, spécialistes périodes moderne et contemporaine, géographes et sociologues, se sont équipés de leurs propres grilles conceptuelles pour s’interroger sur « la pertinence », la « signification » et les « effets sociaux et spatiaux » des maillages territoriaux qui interagissent dans la vie des sociétés actuelles.

  • 44 Ces journées ont bénéficié du soutien logistique de l’UMR CNRS 6258 CeRHIO et de l’UMR CNRS 6590 E (...)

20L’expérience des journées d’étude organisées à l’université Rennes 2-Haute Bretagne44 confirme les réflexions du géographe Claude Grasland sur l’indispensable complémentarité d’« au moins trois disciplines » (et nous devons, bien sûr, y adjoindre, entre autres, l’archéologie et le droit) dans la remise en cause nécessaire des « frontières qui séparent les différentes disciplines de sciences sociales : celles qui opposent les tenants d’approches soi-disant “qualitatives” et “quantitatives” ; celles qui nient la complémentarité des réflexions théoriques, des avancées méthodologiques et des validations empiriques ». Nous pourrions reprendre presque textuellement ici certaines de ses conclusions :

  • 45 Grasland, 1997.

« La géographie étudie l’influence des maillages territoriaux en tant que partition de l’espace susceptible de modifier les règles d’interaction spatiale régissant l’organisation de la vie en société.
La sociologie étudie l’influence des maillages territoriaux en tant que partition de la société, c’est-à-dire en tant que catégorisation sociale imposée mais susceptible de devenir un cadre d’identification et d’action et donc capable de produire des normes ou des règles sociologiques exerçant une influence sur les comportements individuels ou collectifs.
L’histoire étudie les phénomènes d’héritages et de mutation car il est rare qu’un maillage territorial soit une création ex-nihilo, indépendante de maillages antérieurs. Au demeurant, il arrive fréquemment que des maillages fossiles, c’est-à-dire des découpages de la société et de l’histoire n’ayant plus de fonction propre, demeurent longtemps des niveaux privilégiés d’organisation de l’espace et de la vie en société45. »

  • 46 En 2009, par exemple, la mobilisation de l’université Rennes 2-Haute Bretagne aux avant-postes des (...)
  • 47 J’ose espérer que nos collègues modernistes apprécieront cette discrète allusion à la « Complainte (...)

21Durant quatre années, de 2008 à 2011, en dépit des obligations professionnelles de chacun et du contexte universitaire parfois chahuté au cours de cette période46 ces séances de travail ont fini par regrouper dix ou douze « faux saulniers »… dans une bande47 (enseignants-chercheurs et doctorants) à l’occasion d’échanges de contrebande qui ne manquaient pas de sel, à travers les frontières de leurs disciplines respectives. D’une réunion à l’autre, les débats suscités par les communications présentées ont tout naturellement conduit à faire appel à d’autres spécialistes qui ont accepté à leur tour de venir enrichir la réflexion collective en présentant leur point de vue sur la question. L’organisation (onéreuse) d’un colloque international, sorte de « grand-messe » de clôture où les officiants prononcent leur prône devant une assistance plus ou moins dévote (qui n’attend que la publication des Actes) allait donc à l’encontre de l’esprit même de ces rencontres interdisciplinaires. Il nous a semblé préférable (et, somme, toute plus rentable) d’en tirer cet ouvrage collectif qui ne se veut être ni une synthèse prématurée, ni une simple compilation de monographies.

  • 48 Nous associons bien entendu à ces remerciements Olivier Chatelan (« Le maillage paroissial à l’épr (...)
  • 49 Prost, 2004, p. 182.

22Les coordonnateurs de ce livre l’ont échafaudé comme un recueil structuré de contributions, soit discutées lors des journées d’études sur la paroisse, soit publiées récemment sur le sujet (mais difficilement accessibles) et mises à jour en la circonstance, soit rédigées spécialement par des chercheurs qui ont volontiers accepté de s’inscrire dans la dialectique La paroisse : communauté et territoire donnant son titre à l’ouvrage. Que tous en soient ici chaleureusement remerciés48 ! Le sous-titre du livre, élaboration et recomposition du maillage paroissial part du « principe que si l’on veut bien connaître une organisation territoriale, il vaut mieux s’intéresser à sa dynamique qu’à son espace, le second étant la résultante de la première49 ». Quels critères religieux, sociaux, économiques et politiques ont prévalu à la définition de ces entités territoriales et dans quelle mesure peuvent-ils être rapportés à ceux qui induisent leur recomposition actuelle ? Ces interrogations sous-tendent la démarche régressive qui a été adoptée pour la construction de l’ouvrage. Ce plan n’est pas le fait d’une recherche gratuite d’originalité (toute relative !), ni une marque de courtoisie désuète de la part d’historiens qui tiendraient à s’écarter pour laisser d’abord passer devant eux les autres sciences sociales (ou, plus perfidement, pour rester en arrière en se réservant le dernier mot). Il s’est imposé pour apporter des éléments de réponse à la question posée par le « bilan actuel du découpage paroissial » (1) qui remet en cause « la paroisse territoriale » dont « l’apogée » prend place « de Trente à Vatican 2 » (2) et pour tenter de rendre intelligible – tout anachronisme mis à part – la « construction du territoire de la paroisse médiévale » (3).

  • 50 Roncayolo, 1990, p. 20, cit. par Lyon-Caen, 2006, p. 20.

23Limites, contenu, formes d’organisation, tous sont « potentiellement » sujets au changement, à la « déterritorialisation » comme à la « reterritorialisation ». La belle formule de Marcel Roncayolo à propos des dynamiques urbaines contemporaines vaut sans doute aussi pour la paroisse à travers les siècles : « les constructions territoriales sont avant tout du temps consolidé50 ».

Notas

1 La Croix, 9 sept. 2011, « Comprendre la paroisse ». Voir ci-après la contribution d’O. Bobineau.

2 Chamussy, 2002 (consulté le 15 janvier 2012).

3 Restif, 2006.

4 Cf. ci-après la contribution d’O. Bobineau.

5 Chamussy, 2002.

6 Du Cange, Glossarium, sv : macula, macla, mallia.Niermeyer, Lexicon, sv macula.

7 Cf. Grasland, 1997.

8 Benoît de Sainte-Maure (XIIe siècle), Roman de Troie, vers 10653 : « Hector i fiert, Hector i maille. »

9 Cf. ci-après la contribution de J.-R. Bertrand.

10 Zadora-Rio, 2005, p. 105.

11 Mousnier, 2005, p. 424.

12 Cf. Guerreau 2003.

13 Mousnier, 2005, p. 420.

14 Cursente, Mousnier, 2005.

15 Le Roy Ladurie, 1973-1978.

16 Voir ci-après la contribution de L. Plouchart.

17 Paquot, 2008 : « L’espace vécu, l’espace conçu et l’espace représenté ; cette trilogie des études urbaines des années 70 se met dorénavant au pluriel. Le citadin-type appréhende plusieurs espaces vécus, plusieurs espaces conçus et plusieurs espaces représentés qu’il agence, selon ses humeurs, dans sa géographie existentielle, aux frontières poreuses, discontinues et souvent hors-sol. »

18 Voir ci après les contributions de D. Pichot, S. Leturcq, A. Lunven, J-C. Meuret, E. Van Torhoudt…

19 Voir ci après les contributions respectives d’A. Turchini sur l’Italie, de N. Richard sur la Bohême, et de P.-J. Duffy sur l’Irlande. Ces deux dernières évoquent en outre la question de l’impact de la réforme protestante sur le maillage paroissial.

20 J’ai deux bonnes raisons d’user de la première personne du singulier plutôt que d’employer le pluriel dit « de modestie » ou « de majesté ». D’une part, mon statut d’éméritat me permet de marquer mes distances avec les usages universitaires. D’autre part, la prudence m’impose surtout de n’engager que moi sur des positions quelque peu hétérodoxes à propos de l’« enveloppe territoriale » des médiévistes que mon rôle de modérateur improvisé durant ces journées d’études ne me permet pas de développer ici.

21 Saxer, 1999, p. 10.

22 Lauwers, 2005, 2008.

23 Chédeville, Guillotel, 1984, p. 126-128 ; Tanguy, 1990, p. 21 ; Jankulak, 2006, p. 425. À noter que le même mot (plwyf) existe en gallois et en cornique (plu/plwy), mais qu’il n’a donné lieu à la formation d’aucun nom de lieu (à une exception près en Cornwall ; cf. Padel, 1985).

24 Jankulak, 2006, p. 425 ; cf. Astill, Davies, 1997, p. 111 et 114-115, n. 14.

25 Voir dans le présent ouvrage les contributions de P. J. Duffy, S. Kerneis, A. Turchini.

26 Aebischer, 1964, p. 143-165. Mazzini, 1974-1975, p. 233-266. Pellegrini 1994, p. 599-632. Nous empruntons ces références à Lauwers 2005.

27 Lauwers, 2005.

28 Dig., L, 16, 239 : Territorium est universitas agrorum infra fines cujusque civitatis, quodab eo dictum quidam aiunt quod magistratus ejus loci intra eos fines terrendi, id est summovendi jus habent. Je prends la liberté de compléter la citation latine donnée par Lauwers, 2008, p. 23, n. 2. Je me permets aussi de modifier sa traduction pour rendre compte de la polysémie des gérondifs terrendi et summovendi. La traduction du premier par « chasser par la crainte » n’est qu’un des sens possible de terreo. Le second n’est pas traduit, mais paraphrasé dans le corps de l’article par « droit d’imposer » ; pour ma part, j’inclinerais plutôt à l’interpréter comme « éloigner ; bannir », mais je me garderais de retenir cette interprétation sans développer des arguments qui n’ont pas leur place ici.

29 Le Roux, 1994, p. 37, n. 2 : « d’autres rapportent le mot au verbe terere (“fouler aux pieds, fendre le sol”), mais il est plus plausible que l’origine en soit terra ».

30 Lauwers, 2008, p. 23; Mazel, 2008, p. 11.

31 Lauwers, 2008, p. 24.

32 Le Roux, 1994, p. 44-45.

33 Le Roux, 1994, p. 38.

34 Etym., XV, 14 : De finibus agrorum. Cf. Merdrignac, 2009, 114-115. Voir Abbé, 2005, p. 396, en part. n. 42.

35 Pichot, 2003. À actualiser, à présent, avec Pichot, 2010.

36 Duby, 1958, p. 463.

37 Fournier, 1982, p. 497, n. 3.

38 Aubrun Michel, 1981. Voir les critiques de Zadora-Rio, 2008, p. 190.

39 Cf. le compte rendu par A. Lunven ABPO, 118-1, 2011.

40 Zadora-Rio, 2008, p. 119.

41 Mousnier, 2005, ibid. Voir Brunterc’h, 1983, p. 54-55 (et 52 pour la carte) qui conclut qu’il n’y a pas « nécessaire opposition » entre l’existence précoce de la « frontière linéaire qu’il ne faut pas envisager comme une pure abstraction » et celle de la « frontière épaisse » (Saint-M’Hervé, 35 ; Saint-Herblon, 44) ; cf. les nuances réservées apportées sur ce point par J.-C. Meuret dans sa contribution, ci-après.

42 Pichot, 2010, p. 221.

43 Dosse, 2001, qui commente ici Ricoeur, 1955 [1952]. Voir, à présent, Chappé, 2010.

44 Ces journées ont bénéficié du soutien logistique de l’UMR CNRS 6258 CeRHIO et de l’UMR CNRS 6590 ESO ainsi que de l’aide matérielle de la MSH Bretagne que nous remercions. On ne s’étonnera donc pas de retrouver, sous une forme différente, certaines des contributions du présent ouvrage dans d’autres publications (Britannia Monastica, par exemple) dans la mesure où l’un des objectifs du programme soumis à la MSH était précisément de susciter des recherches sur ce théme du « maillage paroissial ».

45 Grasland, 1997.

46 En 2009, par exemple, la mobilisation de l’université Rennes 2-Haute Bretagne aux avant-postes des mouvements d’opposition à la loi LRU (« Libertés et responsabilités des universités ») n’a évidemment pas permis de tenir le rythme de croisière de trois journées de travail annuelles.

47 J’ose espérer que nos collègues modernistes apprécieront cette discrète allusion à la « Complainte de Mandrin » glissée malicieusement ici à leur intention.

48 Nous associons bien entendu à ces remerciements Olivier Chatelan (« Le maillage paroissial à l’épreuve de l’urbanisation dans l’agglomération lyonnaise, 1950-1975 ») dont l’intervention n’a pas pu donner lieu à une contribution écrite.

49 Prost, 2004, p. 182.

50 Roncayolo, 1990, p. 20, cit. par Lyon-Caen, 2006, p. 20.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540