Version classiqueVersion mobile

Expériences de la guerre, pratiques de la paix

 | 
Guy Saupin
, 
Éric Schnakenbourg

Cinquième partie. la guerre, sujet de réflexion intellectuelle

« La guerre est l’industrie nationale de la Prusse. » La Prusse, une monarchie militaire au XVIIIe siècle – un « Sonderweg » en Europe1 ?

Bernhard R. Kroener

Texte intégral

Je remercie Mme Sandrine Picaud-Monnerat qui a bien voulu revoir et corriger la traduction de cet article de l’allemand vers le français.

  • 1 Je remercie Mme Sandrine Picaud-Monnerat qui a bien voulu revoir et corriger la traduction de cet (...)
  • 2 Stamm-Kuhlmann Th., « Militärstaat Preußen. Zum Stand der Debatte über den “preußischen Militarismu (...)
  • 3 Skalweit St., Frankreich und Friedrich der Große. Der Aufstieg Preußens in der öffentlichen Meinun (...)

1« La Prusse, c’est une armée qui a conquis une nation ». Le comte de Mirabeau, à qui ces propos sont souvent attribués, s’était imposé comme un connaisseur averti des affaires politiques en Prusse. Cette tournure habille à merveille l’idée ici sciemment véhiculée. Son défaut principal : elle n’est pas de Mirabeau. Cet exemple, tiré parmi d’autres du domaine du journalisme politique, trahit une réécriture intentionnelle de l’histoire dans l’esprit du temps présent2. Notre homme d’État a en réalité défendu la thèse suivante : « La guerre, c’est l’industrie nationale de la Prusse. » Son constat visait l’impressionnante habileté guerrière de ses contemporains prussiens, qualité dont la Prusse, puissance modeste et retardataire du XVIIIe siècle finissant, était parvenue, notamment lors la guerre de Sept Ans, à faire preuve. Ses propos concernaient donc avant tout le rôle joué par l’armée en termes de politique extérieure. Ils reflétaient l’image d’une monarchie militaire qui, dans le jeu des puissances, affirmait sa suprématie par la présence et l’engagement de son outil militaire3.

  • 4 Büsch O., Die soziale Militarisierung im alten Preußen (am Beispiel der Agrarverhältnisse) – Ein B (...)
  • 5 Messerschmidt M., « Das preußische Militärwesen », in Handbuch der preußischen Geschichte, W. Neug (...)

2La citation attribuée à Mirabeau, quant à elle, relève clairement de la politique intérieure et ne dépeint rien d’autre qu’une collectivité répondant à des normes militaires, une société militarisée de part en part. En 1952 parut la thèse d’Otto Büsch intitulée : Die soziale Militarisierung im alten Preußen am Beispiel der Agrarverhältnisse. Ein Beitrag zur Genesis der preußischdeutschen Gesellschaft4. Il pensait déceler, dans la Prusse de Frédéric-Guillaume Ier et de Frédéric II, une identité du système social et militaire spécifique au mode de vie prussien. Il y a encore quelques années, les travaux d’Otto Büsch revêtaient une importance cardinale. Les historiens, dans la mesure où ils daignaient évoquer la question militaire dans la Prusse du XVIIIe siècle, ne manquaient jamais de faire référence à Büsch5. Des recherches particulières, récemment publiées, ont, au cours des dernières années, sensiblement élargi nos connaissances au sujet des rapports entre l’armée et la société dans la Prusse du XVIIIe siècle, si bien que la thèse de la militarisation intégrale de la société prussienne au XVIIIe siècle ne peut aujourd’hui plus être défendue.

  • 6 Burkhardt J., Der Dreißigjährige Krieg als moderner Staatsbildungskrieg, Geschichte in Wissenschaf (...)
  • 7 Büsch O., Die soziale Militarisierung… (voir note 3) ; Corvisier A., Armées et sociétés en Europe (...)

3Il faut toutefois reconnaître que, durant la période transitoire séparant les guerres génératrices d’Etats au XVIIe siècle, les Staatsbildungskriege, des guerres d’affrontements d’Etats au XVIIIe (Staatenpositionskriege), la politique des États européens fut animée d’un esprit particulièrement belliqueux6. Les ressources nationales étaient alors plus ou moins intensément exploitées pour l’entretien de forces armées en temps de paix et pour la mobilisation de forces combattantes en temps de guerre. De même, il est indiscutable que l’importance des affaires militaires et la présence de l’armée étaient sensiblement différentes d’un État européen à l’autre. Dans la mesure où le primat du militaire ne répond pas à la notion ultérieurement établie de « militarisation sociale », il convient d’étudier comment les contemporains apprécièrent alors les rapports, dont ils avaient bel et bien conscience, entre État, armée et société sur l’échiquier européen7.

  • 8 Kunisch J., « La guerre – c’est moi ! Zum Problem der Staatenkonflikte im Zeitalter des Absolutism (...)
  • 9 Archiv für Geographie, Historie, Staats-und Kriegskunst, vol. 6, Vienne, 1815, p. 169 sq.

4Les nombreux auteurs et théoriciens militaires tendaient fortement, et suivant différents critères, à établir une distinction conceptuelle entre les diverses constitutions militaires dans les États européens de leur époque. Pour qualifier le primat des composantes militaire et guerrière dans l’action de l’État, on emprunta deux notions à première vue très semblables. Le terme de « monarchies militaires » (Militärmonarchien) définissait des entités collectives entretenant de puissantes forces armées en temps de paix et exploitant également l’armée comme un symbole politique apte à modeler la pensée de l’État. À l’opposé, les « puissances militaires » (Militärische Staaten) se trouvaient pour leur part « en état de guerre permanent ». Leurs institutions étaient conduites par la prétention au pouvoir, l’ordre social et le système de valeurs d’une élite militaire se définissant ouvertement comme une caste guerrière8. Malte, État fondé par l’Ordre des Chevaliers du même nom, rempart de la chrétienté contre les Turcs en Méditerranée occidentale, fut considéré de ce point de vue comme un archétype, bien que la situation régnant au XVIIIe siècle dans l’État ecclésiastique ne justifiât pas un tel qualificatif9. La Prusse, le royaume de Suède sous Charles XII, l’Empire russe sous Pierre le Grand comptèrent en revanche parmi les grandes monarchies militaires du continent. Deux éléments constitutifs caractérisaient une monarchie militaire, l’absence d’un troisième la distinguant quant à lui des « puissances militaires ». Au cours des dernières années, une nouvelle conception méthodique a commencé à s’imposer.

  • 10 Meumann M., Pröve R., « Die Faszination des Staates und die historische Praxis. Zur Beschreibung v (...)
  • 11 Kroener B. R., « “Des Königs Rock”… » (voir note 3), p. 85-86.

5Étant un processus dynamique et communicatif, le pouvoir s’exercerait en premier lieu par le biais de structures et d’institutions dont les signes et symboles seraient, de par la transmission, perçus et reconnus comme référent identitaire par les dominants tout comme par les dominés10. La fonction de signe et symbole politiques exercée par l’armée, ne craignant par ailleurs aucune concurrence de la part d’autres corporations porteuses d’identité, est donc un élément central des monarchies militaires11. Sa présence permanente, en tous lieux visible, était interprétée tant par les dominants que par les dominés comme l’incarnation de la légitimité et de l’influence des dynasties régnantes. Ainsi, les habitants du royaume étaient à la fois les porteurs et les destinataires du pouvoir sous sa représentation symbolique, et participaient de ce fait à la consolidation de ce même pouvoir. L’incorporation régulière des sujets dans les rangs au profit du potentiel militaire de l’État constitue la seconde caractéristique d’une monarchie militaire à l’époque moderne.

  • 12 Krippendorff E., Staat und Krieg. Die historische Logik politischer Unvernunft, Francfort-sur-le-M (...)

6La différence fondamentale par rapport aux « puissances militaires » réside dans l’absence d’une caste guerrière distincte du reste de la société, dont les valeurs modèlent de manière déterminante la constitution sociale de l’État. La thèse encore récemment avancée par Ekkehard Krippendorf, selon laquelle la noblesse prétendait disposer d’une faculté héréditaire, que même la couronne reconnaissait, à exercer le pouvoir et la force armée (« offiziell sanktionierten Führungs-und Gewaltqualifikationen eine Betätigung verlangte »), a été entre-temps démentie par la recherche historique. Dans la mesure où la noblesse européenne, et a fortiori prussienne, ne constituait pas une caste belliqueuse, l’on peut se demander quel rôle lui était réellement attribué dans une monarchie militaire12.

7Cet article voudrait exposer, en les illustrant par des exemples précis, ces trois problématiques essentielles que sont l’importance limitée du service militaire pour assurer ou améliorer la position sociale de la noblesse, le recrutement des troupes et l’instrumentalisation politique des signes et des symboles ; et, par là, exposer la modification des rapports de force intervenus entre armée et société dans la Prusse du XVIIIe siècle.

Noblesse et armée en Prusse

  • 13 « Dans le régiment, le capitaine et chef de compagnie était aussi le seigneur d’une terre avoisina (...)
  • 14 Wilson P. H., « Social Militarization in Eighteenth Century Germany », German History 18 (2000), p (...)
  • 15 Göse F., Rittergut – Garnison – Residenz. Studien zur Sozialstruktur und politischen Wirksamkeit d (...)

8Commençons par ce cliché tant apprécié du rôle prédominant de la noblesse dans le corps d’officiers de l’armée prussienne. Une des grandes thèses jusque-là défendues par l’historiographie présupposait l’existence d’un lien constitutif entre la seigneurie (Ostelbische Gutsherrschaft) et le système militaire. « Der Kompaniechef im Regiment war Gutsherr zuhaus », affirmait Büsch13. Cela répondait à l’image couramment acceptée de l’officier qui, dans sa compagnie, conditionnait en les rouant de coups ses soldats d’origine paysanne, lesquels étaient depuis leur plus jeune âge accoutumés à de telles méthodes. Des études quantitatives menées ces dernières années ont cependant délivré une image bien plus nuancée de la chose14. Alors que seul un quart de la noblesse seigneuriale servait la couronne au grade d’officier, la part des officiers au sein des fils de vassaux s’accrut, notamment grâce à l’existence de l’Institut des Etablissements de Cadets, pour atteindre 40 % à la fin du règne de Frédéric-Guillaume Ier (1740). Sous le règne de Frédéric Le Grand, la proportion d’officiers dans chacun de ces deux groupes nobiliaires augmenta substantiellement ; si bien que, vers 1800, 60 % des nobles des provinces centrales servaient en tant qu’officiers. Mais, rapportée à l’ensemble du royaume, la proportion de nobles servant comme officiers n’avoisinait que 30 %15.

  • 16 Göse F., Rittergut… (voir note 14), p. 104-110.

9Les jeunes gentilshommes choisissaient de servir comme officiers avant tout pour des motivations d’ordre économique, parfois couplées à l’espoir d’une ascension sociale. Cependant, aucune obligation idéologique propre à leur qualité ne les poussait à épouser la carrière militaire. Après avoir longuement servi comme lieutenant, et vu l’impossibilité d’atteindre le rang économiquement viable de capitaine ou de chef de compagnie, la plupart d’entre eux se résignaient à démissionner16. Seul un nombre relativement restreint utilisait sciemment la profession militaire comme instrument d’ascension sociale. Parmi eux, seule une minorité était en mesure de concilier le commandement ou bien la propriété d’une compagnie, voire d’un régiment, avec l’exploitation d’une seigneurie.

  • 17 Wilson, « Social Militarization… » (voir note 13), p. 23-29 ; Harnisch H., « Preußisches Kantonssy (...)
  • 18 Hochedlinger M., « Mars Ennobled. The Ascent of the Military and the Creation of a Military Nobili (...)

10En général, seule une minorité des officiers faisaient de la guerre un véritable métier. Afin d’exclure toute confusion indésirable d’intérêts, la couronne, à qui les structures locales de contrôle faisaient défaut, évitait de mettre en garnison un officier dans le bailliage où celui-ci possédait par ailleurs ses terres. Il en résultait que le seigneur et le chef de compagnie provenaient certes de la même couche sociale mais se trouvaient être animés d’intérêts distincts. Alors que l’officier se souciait en premier lieu de la bonne tenue de sa compagnie, au sujet de laquelle il avait une fois par an à rendre compte auprès du roi, le seigneur investissait avant tout son énergie dans la bonne gestion de ses terres. Le principal argument de la thèse de la militarisation, à savoir l’identité personnelle du seigneur et du chef de compagnie, se trouve ainsi démenti17. Dans bien des cas, et cela se vérifie également à la lumière des études menées sur l’armée française ainsi que sur l’armée autrichienne, les jeunes membres de la noblesse provinciale considéraient le service d’officier comme une étape limitée de leur vie18.

  • 19 Hochedlinger M., Austria’s Wars of Emergence, 1683-1797, Londres, 2003, p. 305-308 ; Blaufarb R., (...)
  • 20 Papke G., « Offizierkorps und Anciennität », in Militärgeschichtliches Forschungsamt (éd.), Untersu (...)
  • 21 Neugebauer W., « Der Adel in Preußen im 18. Jahrhundert », in R. G. Asch (éd.), Der europäische Ad (...)
  • 22 Gembruch W., « Bürgerliche Publizistik und Heeresreform in Preußen (1805-1808) », in W. Gembruch, (...)

11Les grandes puissances européennes, confrontées aux lourdes pertes en officiers durant les guerres du XVIIIe siècle, pertes touchant surtout les officiers subalternes, promurent la formation d’une noblesse au service public et militaire (Dienstadel/Militäradel)19. En Prusse, le système en vigueur, faisant dépendre la promotion au rang supérieur de l’ancienneté de service et du mérite, engendra plus en temps de guerre qu’en temps de paix un niveau de professionnalisme nettement plus élevé au sein de l’élite militaire20. La noblesse prussienne étant moins hiérarchisée au plan social et économique, c’est-à-dire de sa stratification sociale, que l’aristocratie française ou autrichienne, la couronne pouvait très largement appliquer le principe d’une communauté de fonctionnaires socialement égaux. Elle était ainsi en mesure, à l’intérieur de la monarchie prussienne, de modeler la structure de la société noble de sorte que ce principe réponde au mieux aux exigences d’un esprit professionnel basé sur l’expérience militaire21. Partant de cette situation, l’on forma également dans la Prusse du XVIIIe siècle une noblesse spécifiquement militaire, dont le recrutement s’opérait principalement parmi les membres non dotés de la noblesse ainsi que parmi la noblesse étrangère, surtout des États protestants de l’Empire22. Même en Prusse, la nécessité d’établir une noblesse militaire ne saurait être interprétée comme la formation d’une caste guerrière forgeant l’ensemble des valeurs sociales, élément caractéristique alors attribué aux puissances militaires.

Présence du militaire dans l’État prussien

  • 23 Schmidt H., « Staat und Armee im Zeitalter des “miles perpetuus” », dans J. Kunisch (éd.), Staatsv (...)

12Même si la structure de l’armée prussienne ressemble en de nombreux points à celles des autres États européens de l’époque, on ne doit pas perdre de vue le fait que, en raison de sa situation démographique, et contrairement à la France et à l’Autriche, la Prusse était marquée par une présence particulièrement visible du militaire. Cette réalité favorisait l’action d’une administration soucieuse des besoins de l’armée, mais ne signifiait par pour autant l’adoption, de la part de la société dans son ensemble, de normes spécifiquement militaires23.

  • 24 Kroener B. R., « “Das Schwungrad an der Staatsmaschine” ? Die Bedeutung der bewaffneten Macht in d (...)
  • 25 Corvisier A., Armées et sociétés en Europe de 1494 à 1789, Paris, 1976, p. 126 ; Kroener B. R., «  (...)

13Une des caractéristiques d’une monarchie militaire est l’existence d’une armée imposante, continuellement maintenue en état d’alerte. Or en chiffres absolus, dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, les armées des grandes puissances européennes ne se distinguaient pas foncièrement les unes des autres24. D’un point de vue économique et social, la différence principale résidait dans la proportion de militaires au sein de la population totale. Alors qu’en France l’on ne comptait qu’un soldat pour 140 habitants, en Prusse, le rapport était d’un pour 2925. Ces données, déjà délivrées par les sciences politiques à la fin du XVIIIe siècle, paraissent a priori conforter la thèse de la militarisation. La Prusse était-elle donc une armée ayant conquis sa nation ? Cette comparaison chiffrée demeure peu pertinente si l’on ne tient pas compte, simultanément, des méthodes de recrutement et, ce faisant, de la place occupée par le service militaire.

  • 26 Wilson P. H., German Armies. War and German politics 1648-1806, Londres, 1998, p. 62-67 ; Pröve R. (...)
  • 27 Lehmann M., « Werbung, Wehrpflicht und Beurlaubung im Heere Friedrich Wilhelm’s I. », Historische (...)
  • 28 Harnisch H., « Preußisches Kantonssystem… » (voir note 16) ; Kloosterhuis J., « Zwischen Aufruhr u (...)

14Durant la première moitié du XVIIIe siècle, les pratiques prussiennes de recrutement ne se distinguaient pas grandement des méthodes en cours dans d’autres pays, consistant à grossir les rangs de l’armée par l’adjonction régulière de sujets aptes à manier les armes. Comparé aux armées d’autres États du Saint Empire, le système prussien dit des « cantons » n’avait rien d’exceptionnel, sinon l’efficacité avérée de sa systématisation26. Durant son règne et afin d’accroître le poids de la Prusse tout en garantissant la défense du royaume, le roi Frédéric-Guillaume Ier fit porter la taille de son armée de 40 000 à 80 000 hommes, en complétant les troupes régulières par un nombre équivalent de recrues. Ce renforcement des effectifs, marqué par des excès quant au nombre de recrues ainsi levées, et quant aux méthodes du recrutement, encouragea la population du royaume à fuir et à se révolter. Sous la pression de l’armée et de ses états (Stände), le roi décida de mettre en place un recrutement régulier27. Celui-ci se faisait en fonction du nombre de feux. Le potentiel productif et agraire de la collectivité déterminait ainsi la taille du contingent. Le pays fut divisé en cantons, dont les contours étaient tracés de façon à ce que chacun d’entre eux couvrît les besoins d’un régiment. Dès le début, la couronne s’efforça de faire correspondre les besoins en personnel des régiments avec la richesse ou la pauvreté économique de leurs cantons respectifs. De récentes études locales ont démontré que, du moins en temps de paix, le souci de faire prospérer les campagnes revêtait, non seulement pour les intéressés, mais également pour le roi lui-même, un aspect prioritaire28. En conséquence, la durée des obligations militaires annuelles excédait rarement huit à dix semaines. Durant ce temps, les recrues servaient dans le cadre de leurs régiments d’attribution. Le moment et la durée du service militaire annuel révèlent que les besoins de l’armée et l’activité agricole des campagnes étaient d’égale importance. Un transfert, durant les deux mois que durait le service, de valeurs militaires dans la vie civile n’était ni envisageable ni envisagé.

  • 29 Winter M., Untertanengeist durch Militärpflicht ? Das preußische Kantonssystem in brandenburgische (...)

15Un pourcentage relativement réduit des hommes aptes au service fut effectivement soumis aux obligations militaires. Dans ces conditions, le budget accordé à l’armée conservait des proportions acceptables et la puissance économique du royaume pouvait être garantie. Les représentants des assemblées provinciales, de même que les magistrats locaux, disposaient d’une liberté de décision très importante. Les régiments se trouvaient donc en mesure, d’un commun accord avec les pouvoirs locaux, d’exiger du personnel militaire supplémentaire29. On reconnaît ici les processus décisionnels propres à l’action locale et régionale de l’administration à l’époque moderne. En situation de guerre, lorsque les exigences en personnel ne cessent de croître, ces méthodes montrent elles aussi rapidement leurs limites.

  • 30 Ibid., p. 162-164.
  • 31 Dietrich R., Die politischen Testamente der Hohenzollern, Cologne, 1986, p. 410.
  • 32 Pröve R., Stehendes Heer und städtische Gesellschaft im 18. Jahrhundert. Göttingen und seine Milit (...)
  • 33 Engelen B., Soldatenfrauen in Preußen. Eine Strukturanalyse der Garnisonsgesellschaft im späten 17 (...)

16La taille minimale des recrues, quant à elle, répondait en premier lieu à des exigences de nature militaire. Mais le critère de la taille remplissait aussi un rôle régulateur, empêchant un épuisement des forces économiques du pays30. Dans son testament politique de 1752, Frédéric II place cet aspect largement au-dessus des considérations d’ordre militaire : « Une des raisons pour laquelle nous Voulons que l’Infenterie Soit de haute Taille, c’est que par la ils se Voyent obligéz de ménager leur(s) cantons et a ne les pas appauvrir pendant la paix31. » Si, en temps de paix, le peuplement du royaume et la croissance démographique étaient prioritaires, il en allait foncièrement autrement en situation de guerre. Cela se confirme lorsque l’on observe les conditions de vie des recrues étrangères dans les garnisons. Ces hommes vivaient en contact étroit, mais aucunement hostile, avec la population civile32. De récentes études ont montré que plus d’un tiers des soldats étaient mariés, le règlement le permettant. Si l’on y ajoute les chiffres non officiels du concubinage, on constate qu’environ la moitié des soldats vivaient avec une femme33.

  • 34 Bötte O., Rekrutierung und Beurlaubung im altpreußischen Heere in ihrer Verbundenheit mit der Wirt (...)

17Le soldat du XVIIIe siècle faisait donc partie à part entière de la société dans laquelle il vivait. La soumission aux exercices physiques et le maniement des armes pouvaient être inculqués en un temps relativement restreint. Le service en temps de paix se composait essentiellement de petites manœuvres, des soins quotidiens apportés à la monture et de la montée de garde. L’accomplissement de ces tâches n’exigeait que la présence d’une partie limitée des troupes, de sorte que nombre de soldats exerçaient, parallèlement à leur fonction de « garde libre » (Freiwächter), des activités rémunérées dans le civil. Touchant un salaire lié à ses activités « civiles », le chef de compagnie pouvait conserver une partie de sa solde, et financer ainsi le recrutement des étrangers, l’entretien des armes et du matériel de sa compagnie, voire compléter ses revenus personnels. Le soldat devant, même comme « garde libre », porter continuellement l’uniforme, il demeurait aux yeux de la société un membre de l’armée34.

  • 35 Harnisch, « Preußisches Kantonssystem… » (voir note 16), p. 148 ; Winter, Untertanengeist… (voir n (...)

18Les « gardes libres » prussiens passaient une partie non négligeable de leur temps de travail en vacant à des occupations civiles. Ils étaient soumis, de même que leurs familles, à la justice des tribunaux militaires, à l’instar des recrues des villes et des « cantonistes » des campagnes, et ce, même durant les périodes passées en congé. Alors que les peines infligées en cas d’infractions commises en service étaient dures, les officiers n’avaient pas particulièrement intérêt à punir leurs soldats pour des délits ayant eu lieu en dehors du service. De même, les contentieux qui éclataient entre les cantonistes en congé dans les campagnes et leurs seigneurs relevaient de la justice militaire. Il était rare qu’une compagnie se déclarât prête à renoncer à ses droits de justiciable militaire au profit du seigneur en question. En cas de conflit de juridictions, les soldats et leurs familles jouissaient d’une liberté de manœuvre qui fut interprétée à certains égards comme propre à l’époque moderne35. Le pouvoir royal n’avait en effet qu’une influence limitée sur ses sujets, soldats autant que civils. Certains domaines de la vie quotidienne des sujets restèrent, même au XVIIIe siècle, imparfaitement contrôlés.

19Les pratiques prussiennes de recrutement ne se distinguaient pas, dans leur structure, de celles des autres États. Elles étaient cependant plus systématiques et, du fait de leur solide cadre juridique, n’étaient pas ressenties comme arbitraires par les personnes recrutées. Le système des cantons répondait, en temps de paix, aux réalités économiques du pays et favorisait même, par la participation des autorités locales et régionales, la culture du compromis. Le soldat vivait simultanément dans différents mondes. La coexistence de statuts juridiques distincts lui permettait de tirer profit d’éventuels conflits d’intérêts. En tant qu’acteurs des réalités sociales de leur temps, les soldats étaient perçus à la fois comme symbole et comme objet du pouvoir. Malgré une mobilisation relativement importante de la population dans les rangs de l’armée, des périodes de service aussi courtes ne permirent pas au XVIIIe siècle une militarisation de la société prussienne.

L’armée, symbole d’une monarchie militaire

20Observons en guise de conclusion le rôle symbolique de l’armée comme élément d’une monarchie militaire moderne. Pour unifier sa domination sur toutes ses possessions, et ne pas s’en tenir seulement à l’éradication des particularismes dans les provinces nouvellement conquises, le roi de Prusse avait besoin de matérialiser visuellement son pouvoir aux yeux de ses sujets. Il dirigeait en effet un État s’étendant depuis Clèves à l’ouest jusqu’aux confins de la Prusse orientale à l’est, dans lequel vivaient aussi bien des catholiques que des luthériens, la dynastie se réclamant pour sa part de la confession réformée.

  • 36 Jany C., Geschichte der preußischen Armee vom 15. Jahrhundert bis 1914, 4 vol., Osnabrück, 1967, t (...)
  • 37 Hochedlinger M., Austria’s Wars… (voir note 18), p. 296.

21Or, l’armée était l’ostensible gardien de la monarchie. L’uniforme – « la veste du roi » (des Königs Rock) –, porté aussi bien par le souverain que par les officiers et les soldats, constituait un vecteur d’intégration, véhiculant l’identité monarchique jusque dans les contrées les plus reculées du royaume. L’évolution stylistique de la mise en scène du souverain ne fut donc pas, comme l’affirmait l’historiographie ancienne, l’expression d’une militarisation voulue de la société, mais constitua l’outil irremplaçable d’un État en plein processus d’unification36. Cela vaut aussi bien pour la Prusse que pour l’Autriche où l’impératrice Marie-Thérèse imposa dès 1751 l’uniforme à sa cour, bien avant que Joseph II ne s’inspirât, pour le port permanent de l’uniforme, de l’exemple prussien37. Ce furent avant tout des problèmes relatifs au manque d’infrastructures, à la faible densité de population et au frêle réseau de communications entre le centre et la périphérie qui conduisirent les princes à se servir de l’armée comme d’un symbole de la légitimité du pouvoir. La difficile entente culturelle à l’intérieur du pays rendait nécessaire une présence visible des soldats au quotidien. Dans le cadre d’un processus dynamique et communicatif, le pouvoir devait faire ainsi appel à une mise en scène permanente, quasi symbolique, de sa présence.

22Revenons-en, pour conclure, au point de départ de notre analyse. Les voyageurs venus de l’étranger, dont le comte de Mirabeau faisait partie, et séjournant vers la fin du XVIIIe siècle dans le royaume de Prusse, étaient avant tout à la recherche de la recette expliquant la supériorité militaire de cette nation. Ils ont dépeint un pays inondé du bleu des uniformes, où le portier qui les accueillait semblait être un sous-officier bien maniéré mis à la retraite, où la vie se déroulait de façon stricte, où ils eurent le sentiment que chacun contribuait exclusivement et pour un maigre salaire au renforcement du pouvoir royal. « Travailler pour le roi de Prusse » devint ainsi une expression idiomatique courante.

  • 38 Bleckwenn H., « Die Uniformen » (voir note 35), p. 419 ; Bleckwenn H., « Die Montierung und Ausrüs (...)

23Il ne faut toutefois pas perdre de vue le fait que les observateurs d’alors voyaient ce qu’ils voulaient bien voir. Effectivement, une part non négligeable des Prussiens portaient des habits de couleur bleue. Les costumes traditionnels de certaines régions ont, jusqu’à nos jours, conservé ces tons. Mais de tous les soldats que le voyageur pouvait rencontrer, seul un nombre restreint d’entre eux se trouvait précisément en service, et les gens portant un habit bleu n’étaient pas forcément tous des soldats. L’armée prussienne, puisant dans sa manufacture centrale des laines (Lagerhaus), livrait une fois par an une veste neuve à chacun de ses soldats. La nouvelle tenue était portée lors de grandes occasions, tandis que l’ancien uniforme était revêtu pour le service au quotidien. Si, l’année d’après, un troisième uniforme lui était livré, il était alors permis au soldat de porter le plus ancien en dehors du temps de service, et même de l’offrir en cadeau à ses proches. Le tissu étant très robuste, beaucoup de gens portaient, à la ville comme à la campagne, l’uniforme bleu, sans pour autant être membres des armées. Il s’agissait pour ainsi dire d’une forme de « look Mao » propre à la Prusse du XVIIIe siècle38.

24Il serait toutefois inexact de prétendre, à l’appui des éléments ici exposés, que l’armée ne jouait qu’un rôle secondaire dans l’État prussien du XVIIIe siècle. Une des caractéristiques principales d’une monarchie militaire réside précisément dans le fait que l’armée constitue une composante visible du pouvoir. Dans la politique extérieure de la Prusse, l’armée était l’outil central servant à la consolidation et à l’extension de la puissance. La recherche d’un équilibre des forces armées face aux contingents des autres puissances européennes, bien plus peuplées, nécessitait des mesures de recrutement et de mobilisation d’autant plus intensives. À l’image de la Suède, la Prusse était parvenue à allier les atouts de soldats professionnels servant dans la durée et ceux d’habitants des campagnes recrutés en complément et régulièrement entraînés. Cette façon peu coûteuse de tirer parti du potentiel démographique trouvait ses limites dans la charge ainsi imposée à l’économie du pays. Aux yeux de ses contemporains, la Prusse était aussi une monarchie militaire du fait que la couronne employait l’armée comme un symbole politique au service de son idée d’intégration dynastique.

25Un transfert des normes et valeurs militaires vers l’ensemble de la collectivité, autrement dit une militarisation de la société, n’était cependant pas poursuive et encore moins réalisable, au vu de la faible portée de l’influence de l’État dans les différents domaines de la vie sociale. Au contraire du XIXe siècle finissant, on ne vit pas au XVIIIe siècle une armée vivant à part du reste de la société. Tout soldat qu’il était, le sujet ne vivait pas moins dans différents milieux qui s’entrecoupaient mutuellement, rendant ainsi impossible toute suprématie du monde militaire. Le potentiel limité de l’économie prussienne empêchait, en temps de paix, l’emploi durable, et économiquement contreproductif, d’habitants des villes et des campagnes comme soldats. La formation de ces derniers était limitée dans le temps et répondait ainsi plus aux besoins militaires réels que dans d’autres États européens. Les règlements du service militaire relatifs au fonctionnement de l’armée étaient cependant interprétés de manière plus rigide. La promotion de l’officier au rang de cadre militaire et sa formation comme chef de troupe s’effectuaient de façon plus professionnelle. Par la présence sur le champ de bataille du monarque comme roi-connétable, la transmission des ordres était plus rapide. Le roi, et non le conseil de guerre en sa présence, était responsable de la conduite des opérations.

*

26Cet ensemble de dispositions explique la supériorité qui fut celle de l’armée prussienne durant les guerres menées par Frédéric le Grand. La Prusse était aux yeux de ses contemporains une monarchie militaire, dont la manifestation correspondait à l’époque au sens large aux normes des sociétés militaires de l’Europe. À l’inverse, l’image d’un système social militarisé, d’un Sonderweg germano-prussien, n’est que le fruit d’une transposition aveugle des valeurs et référents du XIXe siècle sur les mœurs de la société de l’époque moderne.

Notes

1 Je remercie Mme Sandrine Picaud-Monnerat qui a bien voulu revoir et corriger la traduction de cet article de l’allemand vers le français.

2 Stamm-Kuhlmann Th., « Militärstaat Preußen. Zum Stand der Debatte über den “preußischen Militarismus” im 18. und 19. Jahrhundert », in G. Corni, Ch. Liermann, F.-L. Kroll (éd.), Italien und Preußen. Dialog der Historiographien, Tübingen, 2005, p. 109-121, p. 112 ; Leonhard J., Bellizismus und Nation. Kriegsdeutung und Nationsbestimmung in Europa und den Vereinigten Staaten 1750-1914, Munich, 2008, p. 186.

3 Skalweit St., Frankreich und Friedrich der Große. Der Aufstieg Preußens in der öffentlichen Meinung des “ancien régime”, Bonn, 1952, p. 183 ; Guerlac O., Les citations françaises, Paris, 1933, p. 134.

4 Büsch O., Die soziale Militarisierung im alten Preußen (am Beispiel der Agrarverhältnisse) – Ein Beitrag zur Genesis der preußisch-deutschen Gesellschaft (La militarisation sociale en Prusse vue sous l’angle de la question agraire. Une contribution à la genèse de la société germano-prussienne), Phil. Diss., Berlin, 1952 mss. ; Kroener B. R., « “Des Königs Rock.” Das Offizierkorps in Frankreich, Österreich und Preußen im 18. Jahrhundert – Werkzeug sozialer Militarisierung oder Symbol gesellschaftlicher Integration ? », in P. Baumgart, B. R. Kroener, H. Stübig (éd), Die preußische Armee zwischen Ancien Régime und Reichsgründung, Paderborn, 2008, p. 72-95, p. 73.

5 Messerschmidt M., « Das preußische Militärwesen », in Handbuch der preußischen Geschichte, W. Neugebauer (éd.), t. III, Berlin-New York, 2001, p. 319-546, p. 354.

6 Burkhardt J., Der Dreißigjährige Krieg als moderner Staatsbildungskrieg, Geschichte in Wissenschaft und Unterricht (GWU) 45 (1994), p. 487-499 ; Kroener B. R.,, « Herrschaftsverdichtung als Kriegsursache. Wirtschaft und Rüstung der europäischen Großmächte im Siebenjährigen Krieg », in B. Wegner (éd.), Wie Kriege entstehen. Zum historischen Hintergrund von Staatenkonflikten, Paderborn, 2000, p. 145-189, p. 146.

7 Büsch O., Die soziale Militarisierung… (voir note 3) ; Corvisier A., Armées et sociétés en Europe de 1494 à 1789, Paris, PUF, 1976, p. 128-136.

8 Kunisch J., « La guerre – c’est moi ! Zum Problem der Staatenkonflikte im Zeitalter des Absolutismus », in J. Kunisch (éd.), Fürst – Gesellschaft – Krieg. Studien zur bellizistischen Disposition des absoluten Fürstenstaates, Cologne, 1992, p. 1-41, p. 13 ; Salewski M., « preußischer Militarismus – Realität oder Mythos ? Gedanken zu einem Phänomen », Zeitschrift für Religionsund Geistesgeschichte 53 (2001), p. 21-34 ; Demel W., « Der europäische Adel vor der Revolution : Sieben Thesen », in R. G. Asch (éd.), Der europäische Adel im Ancien Régime. Von der Krise der ständischen Monarchien bis zur Revolution (ca. 1600-1789), Cologne, 2001, p. 409-433.

9 Archiv für Geographie, Historie, Staats-und Kriegskunst, vol. 6, Vienne, 1815, p. 169 sq.

10 Meumann M., Pröve R., « Die Faszination des Staates und die historische Praxis. Zur Beschreibung von Herrschaftsbeziehungen jenseits teleologischer und dualistischer Begriffsbildungen », in M. Meumann, R. Pröve (éd.), Herrschaft in der Frühen Neuzeit. Umrisse eines dynamisch-kommunikativen Prozesses, Münster, 2004, p. 11-49, p. 45-49.

11 Kroener B. R., « “Des Königs Rock”… » (voir note 3), p. 85-86.

12 Krippendorff E., Staat und Krieg. Die historische Logik politischer Unvernunft, Francfort-sur-le-Main, 1986 ; Münkler H., « Staat, Krieg und Frieden. Die verwechselte Wechselbeziehung. Eine Auseinandersetzung mit Ekkehard Krippendorff : Staat und Krieg. Die historische Logik politischer Unvernunft », in Kriegsursachen, R. Steinweg (éd.), Francfort-sur-le-Main, 1987 ; Kunisch J., « La Guerre c’est moi !… » (voir note 7), p. 1-41.

13 « Dans le régiment, le capitaine et chef de compagnie était aussi le seigneur d’une terre avoisinante », O. Büsch (voir note 3), p. 72.

14 Wilson P. H., « Social Militarization in Eighteenth Century Germany », German History 18 (2000), p. 1-39 ; Bleckwenn H., « Bauernfreiheit durch Wehrpflicht-ein neues Bild der altpreußischen Armee », in Die Bewaffnung und Ausrüstung der Armee Friedrichs des Großen. Eine Dokumentation aus Anlaß seines 200. Todesjahres, Rastatt, 1986, p. 1-14 ; Göse F., « Zum Verhältnis von landadeliger Sozialisation zu adeliger Militärkarriere. Das Beispiel Preußen und Österreich im ausgehenden 17. und 18. Jahrhundert », Mitteilungen des Instituts für österreichische Geschichtsforschung, 109 (2000), p. 118-153 ; Kaak H., « Soldaten aus dem Dorf, Soldaten im Dorf, Soldaten gegen das Dorf – Militär in den Augen der Brandenburgischen Landbevölkerung 1725-1780 », in S. Kroll, K. Krüger (éd.), Militär und ländliche Gesellschaft in der frühen Neuzeit, Münster, 2000, p. 297-326.

15 Göse F., Rittergut – Garnison – Residenz. Studien zur Sozialstruktur und politischen Wirksamkeit des brandenburgischen Adels 1649-1763, Berlin, 2005, p. 235-236 ; Hahn P.-M., Aristokratisierung und Professionalisierung. Der Aufstieg der Obristen zu einer militärischen und höfischen Elite in Brandenburg-Preußen von 1625-1725, Forschungen zur Brandenburgischen und Preußischen Geschichte N.F. 1 (1991), p. 161-208.

16 Göse F., Rittergut… (voir note 14), p. 104-110.

17 Wilson, « Social Militarization… » (voir note 13), p. 23-29 ; Harnisch H., « Preußisches Kantonssystem und ländliche Gesellschaft : Das Beispiel der mittleren Kammerdepartements », in B. R. Kroener, R. Pröve (éd.), Krieg und Frieden. Militär und Gesellschaft in der Frühen Neuzeit, Paderborn, 1996, p. 137-166.

18 Hochedlinger M., « Mars Ennobled. The Ascent of the Military and the Creation of a Military Nobility in Mid-Eighteenth-Century Austria », German History, 17 (1999), p. 141-176 ; Godsey W. D. Jr., « Stände, Militärwesen und Staatsbildung in Österreich zwischen Dreißigjährigem Krieg und Maria Theresia », in Amerer, Godesey Jr., Scheutz, Urbanitsch, Weiss (éd.), Bündnispartner und Konkurrenten der Landesfürsten ? Die Stände der Habsburgermonarchie, Vienne, 2007, p. 233-267 ; Göse F., « Zum Verhältnis von landadeliger Sozialisation… » (voir note 13), p. 147 ; Corvisier A., « Hiérarchie militaire et hiérarchie sociale à la veille de la Révolution », in A. Corvisier, Les hommes, la guerre et la mort, Paris, Economica, 1985, p. 177-189 ; Kroener B. R., « Militärischer Professionalismus und soziale Karriere. Der französische Adel in den europäischen Kriegen 1740-1763 », in B. R. Kroener (éd.), Europa im Zeitalter Friedrichs des Großen. Wirtschaft, Gesellschaft, Kriege, Munich, 1989, p. 99-132, p. 107.

19 Hochedlinger M., Austria’s Wars of Emergence, 1683-1797, Londres, 2003, p. 305-308 ; Blaufarb R., The French Army 1750-1820. Careers, Talent, Merit, Manchester, 2002, p. 16-20 ; Göse F., « Zum Verhältnis von landadeliger Sozialisation… » (voir note 13), p. 123-124.

20 Papke G., « Offizierkorps und Anciennität », in Militärgeschichtliches Forschungsamt (éd.), Untersuchungen zur Geschichte des Offizierkorps. Anciennität und Beförderung nach Leistung, Stuttgart, 1962, p. 177-206.

21 Neugebauer W., « Der Adel in Preußen im 18. Jahrhundert », in R. G. Asch (éd.), Der europäische Adel im Ancien Régime. Von der Krise der ständischen Monarchien bis zur Revolution (ca. 1600-1789), Cologne, 2001, p. 49-76, p. 65-71.

22 Gembruch W., « Bürgerliche Publizistik und Heeresreform in Preußen (1805-1808) », in W. Gembruch, Staat und Heer. Ausgewählte historische Studien zum ancien régime, zur Französischen Revolution und zu den Befreiungskriegen, Berlin, 1990, p. 334-365 ; Kroener B. R., « Die Armeen Frankreichs und Preußens am Vorabend der Schlacht von Jena und Auerstedt », in Gerhard von Scharnhorst. Vom Wesen und Wirken der preußischen Heeresreform – Ein Tagungsband, Brême, 1998, p. 12-30, p. 24.

23 Schmidt H., « Staat und Armee im Zeitalter des “miles perpetuus” », dans J. Kunisch (éd.), Staatsverfassung und Heeresverfassung in der europäischen Geschichte der frühen Neuzeit, Berlin, 1986, p. 213-248 ; Corvisier A., « Armées, État et administration dans les temps modernes », in Histoire comparée de l’administration (IVe-XVIIIe siècles), Zurich-Munich, 1980, p. 555-569 ; Sieg H.-M., Staatsdienst, Staatsdenken und Dienstgesinnung in Brandenburg-Preußen im 18. Jahrhundert (1713-1806), Berlin, 2003, p. 61-65 ; Straubel R., Beamte und Personalpolitik im altpreußischen Staat. Soziale Rekrutierung Karriereverläufe, Entscheidungsprozesse (1763/86-1806), Potsdam, 1998, p. 125-126, 147-150 et 294-295.

24 Kroener B. R., « “Das Schwungrad an der Staatsmaschine” ? Die Bedeutung der bewaffneten Macht in der europäischen Geschichte der Frühen Neuzeit », in B. R. Kroener, R. Pröve, Krieg und Frieden… (voir note 16), p. 1-23, p. 7.

25 Corvisier A., Armées et sociétés en Europe de 1494 à 1789, Paris, 1976, p. 126 ; Kroener B. R., « Herrschaftsverdichtung… » (voir note 5), p. 154.

26 Wilson P. H., German Armies. War and German politics 1648-1806, Londres, 1998, p. 62-67 ; Pröve R., « Zum Verhältnis von Militär und Gesellschaft im Spiegel gewaltsamer Rekrutierungen (1648-1789) », Zeitschrift für Historische Forschung, 22 (1995), p. 191-223.

27 Lehmann M., « Werbung, Wehrpflicht und Beurlaubung im Heere Friedrich Wilhelm’s I. », Historische Zeitschrift, 31 (1891), p. 254-289, p. 279 ; Hinrichs C., « Der Regierungsantritt Friedrich Wilhelms I. », Jahrbuch für die Geschichte Mittel-und Ostdeutschlands, 5 (1956), p. 183-225, p. 221-224.

28 Harnisch H., « Preußisches Kantonssystem… » (voir note 16) ; Kloosterhuis J., « Zwischen Aufruhr und Akzeptanz. Zur Ausformung und Einbettung des Kantonssystems in die Wirtschaftsund Sozialstrukturen des preußischen Westfalens », in B. R. Kroener, R. Pröve (éd.), Krieg und Frieden… (voir note 16), p. 167-190.

29 Winter M., Untertanengeist durch Militärpflicht ? Das preußische Kantonssystem in brandenburgischen Städten im 18. Jahrhundert, Bielefeld, 2005, p. 348-351.

30 Ibid., p. 162-164.

31 Dietrich R., Die politischen Testamente der Hohenzollern, Cologne, 1986, p. 410.

32 Pröve R., Stehendes Heer und städtische Gesellschaft im 18. Jahrhundert. Göttingen und seine Militärbevölkerung 1713-1756, Munich, 1995.

33 Engelen B., Soldatenfrauen in Preußen. Eine Strukturanalyse der Garnisonsgesellschaft im späten 17. und im 18. Jahrhundert, Münster, 2005, p. 109-118 ; Wilson P. H., « German Women and War, 1500-1800 », War in History, 3 (1996), p. 127-160 ; Lynn II J. A., Women, Armies and Warfare in Early Modern Europe, Cambridge, 2008, p. 66-117.

34 Bötte O., Rekrutierung und Beurlaubung im altpreußischen Heere in ihrer Verbundenheit mit der Wirtschafts-und Sozialordnung, Phil. Diss. Francfort-sur-le-Main, 1941, p. 112-117 ; Winter, Untertanengeist… (voir note 28), p. 187-189.

35 Harnisch, « Preußisches Kantonssystem… » (voir note 16), p. 148 ; Winter, Untertanengeist… (voir note 28), p. 200-206.

36 Jany C., Geschichte der preußischen Armee vom 15. Jahrhundert bis 1914, 4 vol., Osnabrück, 1967, t. I, p. 341-346 ; Kling C., Geschichte der Bekleidung, Bewaffnung und Ausrüstung des Königlich-Preußischen Heeres, 2 vol., Weimar, 1902-1906, t. 1, Die Infanterieregimenter im Jahre 1806, Weimar, 1902, p. 20-21 ; Krause G., Altpreußische Uniformfertigung als Vorstufe der Bekleidungsindustrie, Hamburg, 1965, p. 9-11 ; Bleckwenn H., « Die Uniformen », in J. Ziechmann (éd.), Panorama der Friderizianischen Zeit. Friedrich der Große und seine Epoche. Ein Handbuch, Brême, 1986, p. 417-427.

37 Hochedlinger M., Austria’s Wars… (voir note 18), p. 296.

38 Bleckwenn H., « Die Uniformen » (voir note 35), p. 419 ; Bleckwenn H., « Die Montierung und Ausrüstung der preußischen Armee in der Mitte des 18. Jahrhunderts », in B. R. Kroener (éd.), Europa im Zeitalter Friedrichs des Großen. Wirtschaft, Gesellschaft, Kriege, Munich, 1989, p. 289-304, p. 298-299.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search