Version classiqueVersion mobile

Expériences de la guerre, pratiques de la paix

 | 
Guy Saupin
, 
Éric Schnakenbourg

Quatrième partie. La guerre en représentation

Les anges mousquetaires à l’horizon de l’histoire militaire. Pour une approche pluridisciplinaire et anthropologique des armes

François Lagrange et Olivier Renaudeau

Texte intégral

  • 1 Char R., Feuillets d’Hypnos 1943-1944, in Fureur et mystère, Poésie/Gallimard, 1962 (1967 pour la (...)

« Face à tout, À TOUT CELA, un colt, promesse de soleil levant ! »
René Char1

Introduction

  • 2 La bibliographie accessible en français, sans être abondante, n’est pas négligeable : Saint-Geours(...)

1Les tableaux d’anges arquebusiers (l’usage tend à préférer cette appellation à celle d’anges mousquetaires, pas forcément à juste titre, nous le verrons) sont l’une des manifestations les plus spectaculaires de l’art baroque andin (dans le sud du Pérou, en Bolivie, aux confins nord-ouest du territoire argentin, pour donner des indications géographiques correspondant aux États actuels) aux XVIIe et XVIIIe siècles. Ces curieuses productions ont retenu l’attention de nombre de chercheurs2, auxquels elles posent, de manière à la fois concrète et quasi idéal-typique, la question de l’interdisciplinarité. En effet, ce motif des anges porteurs d’armes à feu recoupe plusieurs plans d’histoire et d’histoire de l’art qu’il n’est pas si courant de voir aussi étroitement imbriqués. Qu’on en juge à partir des questionnements possibles.

  • 3 Cf. Le retour des anges…, op. cit., « La peinture coloniale bolivienne », p. 162-220, comportant d (...)

2Ces œuvres sont évidemment justiciables de l’histoire de la peinture. Dans cette optique, on remarque deux grandes lignes d’interprétation qui se complètent autant qu’elles s’opposent. Un premier courant insiste fortement sur les nombreuses concordances entre ces réalisations andines et un art baroque international d’origine européenne, notamment en soulignant les nombreuses passerelles et médiations culturelles existantes (avec, par exemple, le rôle des jésuites). Un second courant s’attache à l’irréductible singularité de la connexion des anges et des armes à feu, la relie à l’origine métisse d’une partie importante des auteurs de ces représentations, et y voit une dynamique d’autonomisation et de réappropriation locales d’éléments venus d’Europe3.

  • 4 Cf. Saint-Geours Y., op. cit., p. 120-122 ; Burucua J. E., op. cit., p. 445-446 ; Blaquière-Roumet (...)

3De cette dernière hypothèse, on passe aisément à une mise en perspective sociale et anthropologique des anges mousquetaires. L’accent est alors porté sur la manière dont, mutatis mutandis, ces anges associant ailes et habillement particulièrement colorés d’une part, armes à feu d’autre part, prennent la place d’anciennes divinités à plumes tonnantes de cultes polythéistes autochtones d’avant la conquête. L’Église (on retrouve les jésuites) aurait délibérément adapté son iconographie pour frapper l’imagination des nouveaux fidèles et mieux transmettre son message4.

  • 5 Cf. Le retour des anges…, op. cit., « La hiérarchie des anges », p. 38-91, avec des études de José (...)
  • 6 Peu de chose hormis quelques brèves remarques cursives de Burucua J. E., op. cit., p. 444. Voir au (...)
  • 7 Cf. Saint-Geours Y., op. cit., p. 117 et Blaquière-Roumette M., op. cit., p. 22-25.

4À côté de ces approches globalisantes subsistent au moins trois problèmes sectoriels, mais aucunement négligeables car ils conditionnent pour partie les essais de compréhension d’ensemble des anges arquebusiers et/ou mousquetaires. Comment situer, compte tenu des noms qui leur sont attribués par les tableaux, ces anges dans l’angélologie traditionnelle5 ? Que peut-on dire des armes à feu qu’ils emploient (en termes de typologie, de datation et de maniement)6 ? Dans un esprit très similaire à la question précédente, quelles informations tirer de l’analyse des vêtements (entre tenue militaire et habit de cour) que portent ces créatures célestes7 ? On comprendra que l’appartenance des deux auteurs de cet article au musée de l’Armée les amène à se concentrer en priorité sur les armes à feu.

Le choix des armes : mousquetaires ou arquebusiers ? Onze anges mousquetaires à l’épreuve

5Parfois minutieusement détaillée, la représentation des armes dans ces images d’anges peut certes éclairer le processus de création de cette iconographie particulière, mais soulève également de nombreuses questions.

  • 8 Cf. Burucua J. E., op. cit., p. 444 et Blaquière-Roumette M., p. 25.
  • 9 Pour la naissance de ce que l’on appellera, au XIXe siècle « l’habit à la française », voir Ribeir (...)

6Avant de caractériser les différents types d’armes placés entre les mains de nos miliciens célestes, notons les caractères récurrents de ces représentations angéliques : même si les postures des anges peuvent, comme nous le verrons, avoir une étroite connexion avec les illustrations gravées des traités militaires du XVIIe siècle8, les peintres ont privilégié une pose frontale, mettant particulièrement en valeur les chatoyants costumes. Ces derniers appartiennent strictement à la même typologie, en dehors des quelques variantes de traitement du décor des étoffes ou des dentelles : nos anges ne portent pas une tenue militaire, mais un habit de cour conforme aux usages vestimentaires européens des années 1670. Les culottes arrivant aux genoux, la veste serrée à la taille par une écharpe, recouverte d’un justaucorps assez court aux manches fendues laissant largement apparaître l’ample chemise et la permanence du rabat, ce col carré et amidonné orné de dentelle, évoquent la naissance de « l’habit carré » tel qu’il se développe en France et en Angleterre à la fin des années 1660, et tel qu’il remplacera définitivement, une dizaine d’années plus tard, les rhingraves, pourpoints étriqués et manteaux à la mode depuis le milieu du siècle9.

  • 10 Le retour des anges…, op. cit., p. 240.

7Relevons un détail peu mentionné par les commentateurs de ces images : nos anges sont également des hommes d’épée, bien qu’il soit rare que la garde de ces armes blanches soit apparente et permette d’en établir la typologie. Soulignons cependant que l’ange Hadrielha Lasio Dei10 (figure no 21 du catalogue) arbore une épée à la « Taza » nettement reconnaissable à sa garde en corbeille et très populaire en Espagne jusqu’au XVIIIe siècle. Certains de nos anges sont de plus équipés d’une « dague de main gauche », complément logique de la « Taza », dont l’extrémité du fourreau pend verticalement entre leurs jambes.

8Abordons maintenant l’analyse de ces armes à feu qui constituent leur originalité principale : en premier lieu, on peut noter qu’au sein de la trentaine de tableaux que nous avons pu examiner, aucune de ces armes (souvent, il est vrai, sommairement dessinées) ne semble correspondre à des modèles proprement ibériques. Les platines « à la miquelet », très populaires dans tout le monde méditerranéen, ou leur lourde variante portugaise, reconnaissable aux impressionnants ressorts extérieurs, n’équipent pas nos anges, qui leur préfèrent des mousquets à mèche ou des arquebuses à rouet. La silhouette et l’ornementation de certaines de ces armes d’épaule évoquent les réalisations de Brescia, dont l’extrémité de la crosse pouvait être enrichie, comme on le voit dans certains tableaux, d’une frise de palmettes, repoussée et découpée.

  • 11 Op. cit.

9Nous nous sommes limités, pour cette rapide analyse, à un corpus d’une dizaine de tableaux, les plus intéressants quant à la description de ces armes à feu qui constituent le caractère le plus insolite de ces portraits en pied de miliciens célestes. D’une part, six représentations publiées dans le catalogue de l’exposition Le retour des anges11 …, série d’œuvres cohérentes attribuées au maître de Calamarca et à son atelier qui décomposent les différentes opérations de chargement du mousquet, à la façon des traités militaires du temps. D’autre part, cinq tableaux particulièrement soignés, appartenant à la collection de Gérard et Catherine Priet.

  • 12 Cf. Burucua J. E., op. cit., p. 444.
  • 13 Le retour des anges…, op. cit., p. 234 et 236.
  • 14 Idem, p. 236 et 238.
  • 15 Ibidem, p. 238.
  • 16 Ibid., p. 234.

10Les anges issus du cercle de Calamarca sont tous équipés de mousquets à mèche et cette série constitue un véritable traité du maniement de ces armes à vocation essentiellement militaire. L’absence de fourquine, signalée par un commentateur qui en déduisait que les anges devaient être plutôt dénommés anges arquebusiers qu’anges mousquetaires12, n’est guère significative dans la seconde moitié du XVIIe siècle, qui voit le lourd mousquet s’alléger et adopter des calibres plus réduits qu’auparavant tout en conservant, comme on le constate sur nos représentations angéliques, une longueur d’au moins cinq pieds. Stylisé, le mécanisme de ces armes est cependant décrit avec précision et les postures des anges, malgré leur frontalité, correspondent aux figures gravées par Jacob II de Gheyn illustrant le traité de l’Exercice des armes publié en 1607. L’Ange Uriel Dei13 (fig. 15) verse ainsi de la poudre d’amorce, dont les petits grains noirs emplissent le bassinet de son arme. L’ange Laeiel Dei14 (fig. 17), la crosse du mousquet posée au sol, tasse la charge dans le canon à l’aide de la baguette. Il tient soigneusement les deux extrémités incandescentes de sa mèche entre les doigts de la main gauche. L’ange Asiel Timor Dei15 (fig. 19), quant à lui, est en position de tir, l’arme épaulée. Le mécanisme de son mousquet est le plus précisément décrit de la série ; la mèche fixée sur le serpentin bascule vers le bassinet, dont le couvercle comme l’axe de rotation sont clairement visibles. Enfin, l’ange Letiel Dei16 (fig. 14), le mousquet posé verticalement dans la main droite, la mèche dans la gauche, reprend une des gravures de de Gheyn, à la différence près que l’ange se présente au spectateur frontalement, sans doute pour faire admirer les broderies de son habit.

  • 17 Nous remercions Gérard et Catherine Priet qui nous ont permis d’accéder à leur remarquable collect (...)
  • 18 Jean-Pierre Reverseau donne un exemple d’arquebuse française (inv. M. 386) équipée d’un tel double (...)

11Au sein de la collection de Gérard et Catherine Priet17 que nous avons particulièrement utilisée pour cette rapide étude, une petite série de représentations angéliques mérite d’être évoquée : il s’agit de cinq tableaux (dont quatre forment un ensemble) d’une très belle exécution où nos figures sont équipées d’arquebuses aux mécanismes décrits avec un grand luxe de détails. Ces armes comportent des platines à rouet et à mèche, type de combinaison suffisamment peu répandu pour que l’on puisse supposer que le peintre se soit inspiré d’une arme réelle et non plus d’une estampe. Cette amélioration technique de l’arquebuse, qui semble avoir surtout été utilisée en Allemagne au XVIe siècle18, permettait de pallier les défaillances éventuelles du système à rouet, plus fragile que le rustique système à mèche. Notons que les anges de cette série utilisent pour charger leurs armes soit les deux pulvérins triangulaires d’inspiration militaire (le plus grand pour la charge versée dans le canon, le plus petit pour la poudre d’amorce destinée au bassinet), soit une corne à poudre d’usage plus cynégétique (ill. 1). Un des autres anges de la collection Priet est d’ailleurs représenté l’arquebuse à la main, devant un arbre où se sont posés des oiseaux aux riches couleurs, qu’un second ange, au second plan, semblerait presque viser. Nous serions alors en présence d’une iconographie plus aristocratique que militaire de ces anges arquebusiers, se livrant à une activité conforme à leur statut de gentilhomme – la chasse – déjà exprimé par les riches vestures « d’hommes de qualité » qui leur sont données (ill. 2). Autant qu’une référence religieuse à des entités célestes capables de déclencher le tonnerre, et se plaçant dans la continuité d’une imagerie indigène antérieure à la conquête, ces anges ne seraient-ils pas également le reflet des très pauvres hidalgos ayant quitté l’Estrémadure pour les trésors des Amériques et ayant conquis leurs lettres de noblesse à coup de mousquets et d’arquebuses ?

Armes à feu, territoires de l’imaginaire, ancien et nouveau mondes

12Après l’étude factuelle, sous l’angle de l’armement, des anges mousquetaires (on préférera, non sans prudence, cette dénomination) à notre disposition, il a paru opportun de tenter de poser quelques jalons afin de mieux situer ces anges latino-américains par rapport à l’imaginaire européen des anges d’une part, des armes à feu d’autre part.

  • 19 Cf. Contamine Ph., La guerre au Moyen Âge, PUF, coll. Nouvelle Clio, 2e édition, 1986, p. 259.
  • 20 Cf. Avena P. B., Notre-Dame des Fontaines. La Chapelle Sixtine des Alpes Méridionales, 11e édition (...)
  • 21 Arioste L., Roland furieux, 1532, textes choisis et présentés par Italo Calvino, 1971, trad. franç (...)
  • 22 Idem, pp. 91-100.
  • 23 Milton J., Paradise lost, 1667, 1674, édition bilingue de Pierre Messiaen, Aubier Montaigne, 1955, (...)
  • 24 En 1821 cf. Kobbé G., Tout l’opéra, édition établie et révisée par le comte de Harewood, 1976, tra (...)

13Un premier point semble assez bien établi : il ne s’est rencontré, à ce jour, aucune représentation d’ange céleste muni d’une arme à feu dans l’art européen des temps modernes. On peut probablement y voir le résultat de la réputation sulfureuse, dès l’origine, de l’arme à feu19. L’impressionnante fresque de diables artilleurs20 par Jean Canavesio (XVe siècle) à Notre-Dame des Fontaines rappelle, s’il en était besoin, cette infernale association. L’Arioste, au XVIe siècle, dans son Roland furieux, consacre la majeure partie du chant IX aux méfaits du cruel roi Cimosque qui a prématurément découvert l’arquebuse ; le dangereux souverain est finalement occis par Roland qui précipite la « Maudite et abominable machine21 » dans les abysses où elle demeure un temps oubliée22. On n’aura garde d’oublier que les anges rebelles du Paradise lost de Milton, au XVIIe siècle, troublent un moment les cohortes célestes fidèles à Dieu en employant contre elles une redoutable artillerie23. Dans le Freischütz de Carl-Maria von Weber24, au début du XIXe siècle, le chasseur fantôme maléfique Samiel se manifeste en fournissant à ceux qui ont conclu un pacte avec lui de dangereuses balles magiques.

  • 25 Fordham E. P., Personal Narrative of Travels in Virginia, Maryland, Pennsylvania, Ohio, Indiana, K (...)
  • 26 « Ils produisent un peu de maïs, des citrouilles, des cochons et parfois ont une vache ou deux, et (...)
  • 27 Cf. Nevins A. et Commager H. S., A Pocket History of the United States, 1981, p. 303-304.

14Un deuxième point est beaucoup moins assuré, car il réunit quelques indices dispersés et des conjectures qui nécessiteraient, pour être (ou non) validées et affinées, un programme méthodique d’investigations. Il s’agit de se demander s’il n’existe pas, entre les nouveau et ancien mondes, une différence fondamentale de perception des armes à feu. Nous avons initialement évoqué les anges mousquetaires dans une partie de l’espace latino-américain, aux XVIIe et XVIIIe siècles. Dans une tout autre portion des Amériques, celle occupée par les États-Unis, un voyageur anglais, E. P. Fordham25, souligne, au début du XIXe siècle, la relation extrêmement forte unissant les hommes de la Frontière et les armes à feu : « They raise a little Indian corn, pumpkins, hogs, and sometimes have a cow or two, and two or three horses belonging to each family, but the rifle is their principal means of support26. » Que l’on pense également, un peu plus tard et toujours aux États-Unis, au retentissement prodigieux de la figure du cow-boy, lui aussi détenteur d’armes à feu27.

  • 28 The Lord of the Rings, 1954-1955, HarperCollins Publisher, 1995. Il est amusant de noter que le pu (...)
  • 29 Sept tomes entre 1997 et 2007.
  • 30 Particulièrement dans The guns of Avalon (Les fusils d’Avalon), 1972, trad. française, Denoël, 197 (...)
  • 31 Knight N., Supernatural, The Official Companion, Season 1, Titan Books, 2007, p. 204-206. Les deux (...)

15On trouve de multiples échos, dans l’imaginaire, du goût américain et de la répugnance européenne pour l’arme à feu. Le récit de « fantasy » (merveilleux) européen contemporain se maintient à bonne distance des armes à feu : elles sont pour ainsi dire absentes de deux œuvres matricielles, le Seigneur des anneaux de J. R. R. Tolkien28 et le cycle des Harry Potter de J. K. Rowling29. Une telle exclusion n’existe pas au même degré dans la « fantasy » nord-américaine : Roger Zelazny intègre des armes à feu dans son cycle d’Ambre30 et la série télévisée fantastique Supernatural montre ses héros employant un colt magique pour éliminer certaines créatures maléfiques31. Deux cas, disjoints dans le temps et dans l’espace (les anges mousquetaires d’une part, la propension nord-américaine pour les armes à feu) n’autorisent aucune généralisation, mais suffisent à étayer l’hypothèse d’un problème (méritant approfondissement, par plusieurs biais) d’appréciation divergente de l’arme à feu dans les ancien et nouveau mondes.

Pour conclure

  • 32 Qui a ses devanciers, suivant des orientations fort diverses, ainsi de von Clausewitz C., Théorie (...)

16Nous terminerons cet essai succinct par une invitation à continuer les recherches (prenant en exemple l’insatiable curiosité scientifique de Jean-Pierre Bois) dans le domaine si vaste et relativement méconnu de l’étude des armes, en privilégiant une approche comparatiste, pluridisciplinaire et anthropologique32, capable d’unir notamment les efforts des historiens et des conservateurs.

Illustration 1.Anonyme. Ange arquebusier, partie d’un ensemble de quatre œuvres, XVIIIe siècle, école de Cuzco, Pérou. Collection Priet-Gaudibert.
Le milicien céleste montre complaisamment son arquebuse, équipée d’une platine combinant le rouet et le système à mèche. La corne à poudre relève davantage du domaine cynégétique que des usages militaires.

Illustration 2. Anonyme. Ange mousquetaire, XVIIIe siècle, école de Cuzco, Pérou. Collection privée Gérard et Catherine Priet.
L’ange tient le mousquet dans une main, la mèche dans l’autre. Le décor de palmettes métalliques évoque les réalisations des ateliers d’arquebuserie de Brescia. La corne à poudre au sol appartient aux accessoires du chasseur.

Notes

1 Char R., Feuillets d’Hypnos 1943-1944, in Fureur et mystère, Poésie/Gallimard, 1962 (1967 pour la préface), p. 96.

2 La bibliographie accessible en français, sans être abondante, n’est pas négligeable : Saint-Geours Y., « Anges des Andes, anges mousquetaires » ; Le réveil des anges. Messager des peurs et des consolations, coll. Mutations, no 162, mars 1996, p. 116-122 ; L’art chrétien du nouveau monde. Le baroque en Amérique Latine, R. Gutiérrez (dir.), éd. Zodiaque, 1997, notamment p. 13, 152-153, 283 et 443-446 ; Blaquière-Roumette M., L’énigme des anges de Calamarca à Babylone, e/dite, 2006, notamment p. 18-43. Voir aussi Le retour des anges. El retorno de los ángeles. Bilingue espagnol-français, Éditions Union latine, Paris, 1996, 269 pages, catalogue de la superbe exposition du même nom qui a eu lieu à la Sorbonne en 1996-1997.

3 Cf. Le retour des anges…, op. cit., « La peinture coloniale bolivienne », p. 162-220, comportant des études de José de Mesa, Teresa Gisbert et Marisable Alvarez Plata sur les styles, les techniques, les influences indigènes et européennes ; Burucua J. E., « Peinture et sculpture en Argentine et au Paraguay », in L’art chrétien…, op. cit., p. 443-444.

4 Cf. Saint-Geours Y., op. cit., p. 120-122 ; Burucua J. E., op. cit., p. 445-446 ; Blaquière-Roumette M., op. cit., p. 35-43.

5 Cf. Le retour des anges…, op. cit., « La hiérarchie des anges », p. 38-91, avec des études de José de Mesa et Terisa Gisbert et d’Édouard Pommier ; Blaquière-Roumette M., op. cit., p. 28-33.

6 Peu de chose hormis quelques brèves remarques cursives de Burucua J. E., op. cit., p. 444. Voir aussi les considérations plus générales de Wachtel N., La vision des vaincus, Gallimard, 1971, Folio/Histoire, 1992, notamment p. 53 et p. 293, qui tendent à relativiser l’avantage conféré par les armes à feu aux Européens contre les Indiens.

7 Cf. Saint-Geours Y., op. cit., p. 117 et Blaquière-Roumette M., op. cit., p. 22-25.

8 Cf. Burucua J. E., op. cit., p. 444 et Blaquière-Roumette M., p. 25.

9 Pour la naissance de ce que l’on appellera, au XIXe siècle « l’habit à la française », voir Ribeiro A., Fashion and Fiction, dress in art and Litterature in Stuart England, Yale University Press, 2005, 387 p.

10 Le retour des anges…, op. cit., p. 240.

11 Op. cit.

12 Cf. Burucua J. E., op. cit., p. 444.

13 Le retour des anges…, op. cit., p. 234 et 236.

14 Idem, p. 236 et 238.

15 Ibidem, p. 238.

16 Ibid., p. 234.

17 Nous remercions Gérard et Catherine Priet qui nous ont permis d’accéder à leur remarquable collection d’œuvres latino-américaines baroques, dont une quinzaine d’anges munis d’armes à feu, de l’école de Cuzco, XVIIIe siècle, voir les expositions « Baroque latino » de Montbrison (mai 2008-février 2009), « Baroque des Andes » au Mans (novembre 2010-mars 2011) et à Castres (mars-juin 2011), « Faste et ferveur d’Amérique latine » au musée Lambinet à Versailles (septembre-décembre 2011, avec catalogue).

18 Jean-Pierre Reverseau donne un exemple d’arquebuse française (inv. M. 386) équipée d’un tel double système de mise à feu, voir Armes et armures de la Couronne au musée de l’Armée, éditions Faton, Dijon, 2004, p. 80.

19 Cf. Contamine Ph., La guerre au Moyen Âge, PUF, coll. Nouvelle Clio, 2e édition, 1986, p. 259.

20 Cf. Avena P. B., Notre-Dame des Fontaines. La Chapelle Sixtine des Alpes Méridionales, 11e édition, 2006, p. 107, « La descente aux Enfers ».

21 Arioste L., Roland furieux, 1532, textes choisis et présentés par Italo Calvino, 1971, trad. française, 1982, Garnier Flammarion, p. 99.

22 Idem, pp. 91-100.

23 Milton J., Paradise lost, 1667, 1674, édition bilingue de Pierre Messiaen, Aubier Montaigne, 1955, tome ii, Livre vi, p. 31-39.

24 En 1821 cf. Kobbé G., Tout l’opéra, édition établie et révisée par le comte de Harewood, 1976, trad. française, Robert Laffont/bBouquins, 1982, p. 132-135.

25 Fordham E. P., Personal Narrative of Travels in Virginia, Maryland, Pennsylvania, Ohio, Indiana, Kentucky : and of a Residence in the Illinois Territory : 1817-1818, édité par Frederic Austin Ogg, 1906, BiblioLife, s. d., p. 125-126.

26 « Ils produisent un peu de maïs, des citrouilles, des cochons et parfois ont une vache ou deux, et deux ou trois chevaux appartenant à chaque famille, mais la carabine rayée est leur principal moyen de subsistance. »

27 Cf. Nevins A. et Commager H. S., A Pocket History of the United States, 1981, p. 303-304.

28 The Lord of the Rings, 1954-1955, HarperCollins Publisher, 1995. Il est amusant de noter que le puissant magicien Gandalf est introduit, au début du récit, en tant que spécialiste des feux d’artifice, The Lord…, op. cit., p. 24-25. Cet aspect n’est pas abordé dans l’intéressant article de Bouteille C., « Armes et armures dans le Seigneur des Anneaux », in Tolkien et le Moyen Âge, L. Carruthers (dir.), CNRS éditions, 2007, p. 175-189.

29 Sept tomes entre 1997 et 2007.

30 Particulièrement dans The guns of Avalon (Les fusils d’Avalon), 1972, trad. française, Denoël, 1976, par exemple p. 146-148 et p. 237-238.

31 Knight N., Supernatural, The Official Companion, Season 1, Titan Books, 2007, p. 204-206. Les deux frères traqueurs de monstres s’appellent Winchester, comme le fameux fabricant américain d’armes à feu du dix-neuvième siècle.

32 Qui a ses devanciers, suivant des orientations fort diverses, ainsi de von Clausewitz C., Théorie du combat (rédigé probablement avant 1818), Economica/CREC, 1998, p. 31-35, sur les propriétés tactiques de l’arme à feu au combat, p. 31-41 et de Koyré A., Études d’histoire de la pensée scientifique, Armand Colin, 1961, Tel/Gallimard, 1971, « Les philosophes et la machine », p. 320-321 et 331-334, sur les liens entre le développement de la machine (puis du machinisme) et l’ingénierie militaire.

Auteurs

Conservateur du patrimoine, musée de l’Armée, Paris

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search