Version classiqueVersion mobile

Expériences de la guerre, pratiques de la paix

 | 
Guy Saupin
, 
Éric Schnakenbourg

Troisième partie. Mémoire sociale de la guerre

Gilbert l’Africain1 ou Gilbert Vieillard (1899-1940) : un administrateur colonial à la rencontre de l’Afrique et des Africains

Bernard Salvaing

Texte intégral

Les administrateurs coloniaux et les sociétés africaines : entre distanciation de principe et souci de connaissance du milieu

  • 1 Il existe à ma connaissance une seule étude récente sur Gilbert Vieillard, celle de Claude Malon, (...)

1Les sociétés coloniales sont souvent décrites comme la superposition d’éléments juxtaposés et stratifiés qui se sont côtoyés sans vraiment se rencontrer. À ce titre, les Européens, et en particulier les administrateurs coloniaux, ont formé un monde à part, un véritable microcosme, lui-même du reste divisé en plusieurs catégories ayant chacune son positionnement et sa vie propres, par-delà une fiction toute relative d’unité face aux colonisés. Il était entendu que l’Européen devait maintenir une certaine distance par rapport à l’indigène : l’administrateur en tournée emportait son lit picot, se faisait préparer sa nourriture par son cuisinier, ne parlait pas la langue de ses administrés. Il considérait avec perplexité l’attitude de certains missionnaires qui mangeaient à la même calebasse que l’indigène, et faisaient ainsi descendre l’Européen de son piédestal.

  • 2 Ba A. H., Amkoullel, l’enfant peul, Mémoires 1, Le Méjan, Arles, Actes Sud, 1991 ; Oui mon command (...)

2De leur côté, la plupart des Mémoires et récits de vie2 émanant des Africains ayant vécu la période coloniale confirment que les contacts avec le colonisateur, y compris chez le personnel auxiliaire au service de la colonisation, furent essentiellement professionnels. Pour le reste, la vie sociale, les relations entre les personnes continuaient de se situer à l’intérieur de chaque communauté, dans l’ignorance de ce qui se passait chez les autres. Il était ainsi rarissime que l’on se reçoive à la maison entre Européens et Africains à titre privé.

  • 3 Simonis F. « Le commandant, ses compagnes, son épouse », in Goerg O. (éd.), Perspectives historiqu (...)

3On mettra ici à part les relations de l’administrateur avec sa mousso3, qui s’inscrivent dans la tradition sénégalaise des mariages à la mode du pays, sans cependant revêtir le même caractère quasi officiel. Elles sont fort répandues au début de la période coloniale, mais deviendront plus rares, et en tout cas cesseront d’être publiques, dans l’entre-deux-guerres, au moment où arrivent les épouses des Européens qui jusqu’alors restaient au pays. Le statut fort ambigu donné aux métis issus de ces unions est du reste révélateur de la difficulté des contacts entre les communautés.

4Alors, côtoiement prolongé sans rencontre réelle hors des relations se situant dans la sphère professionnelle ? Oui, sans doute, mais à condition de nuancer à plusieurs points de vue cette conclusion.

  • 4 Balandier G., « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de sociologi (...)

5D’abord, dès 1951, Georges Balandier démontrait dans un important article4 à quel point les différents groupes vivant en situation coloniale interagissaient et devaient être envisagés dans cette relation réciproque. À ce titre, même les éléments les plus imperméables aux influences culturelles extérieures étaient inévitablement influencés par certaines manières d’être des autres communautés. Cela s’observe dans les deux sens. Et à une autre échelle, c’est bien au moment du colonialisme triomphant que l’art nègre donne en Europe une influence décisive à l’art moderne.

  • 5 Arbousset Th., Excursion missionnaire dans les montagnes bleues, édition préparée par A. Ricard ; (...)

6Par ailleurs, il y eut de tout temps des individus qui surent rompre l’isolement communautariste qui fut le plus souvent la norme, et cela même avant la période coloniale. Quelques exemples de ces relations privilégiées entre un Européen et un Africain ont été préservés de l’oubli. Ainsi voit-on dans des pages superbes de Excursion missionnaire dans les montagnes bleues5 le missionnaire français Thomas Arbousset (1810-1877) et le roi du Lesotho Moshoeshoe (environ 1786-1870) dialoguer en toute liberté et en toute amitié. Cela se passait dans les montagnes de l’Afrique du Sud dans les années 1840. On rencontre ce type de relations également en milieu colonial, y compris chez les Britanniques réputés pour pratiquer un racisme de distance. Au Gold Coast dans les années 1920, le gouverneur Guggisberg (1869-1930) entretenait avec son collaborateur africain James Aggrey (1875-1927) des relations privées suivies.

7Il convient donc, en ce qui concerne Gilbert Vieillard (1899-1940), de resituer dans le contexte de la colonisation de son époque à la fois le mode de relations privilégié qu’il avait avec les Africains et la profonde connaissance qu’il sut acquérir en quelques années de la société peule, en particulier au Fouta-Djalon.

8Sur ce deuxième point, on peut souligner la relative abondance des écrits des administrateurs rédigés au sujet des populations qu’ils administraient, dans l’exercice de leur travail ou dans la volonté spécifique de réaliser une description historique ou ethnologique.

9Rappelons pour commencer qu’à chaque création de poste administratif, les administrateurs étaient tenus de rédiger une Monographie où ils faisaient le bilan des connaissances qu’ils pouvaient réunir en ce qui concerne le cercle : ces documents fournissent encore aujourd’hui des renseignements précieux sur la géographie, l’histoire, la démographie, l’économie, les coutumes, etc., à la veille de la colonisation.

  • 6 Sibeud E., Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes en Fran (...)

10La volonté des administrateurs d’acquérir des savoirs, nécessaires pour commander efficacement les nouveaux territoires qui leur étaient confiés, se limita fort souvent à cette période d’installation. Mais une minorité d’administrateurs, qu’Emmanuelle Sibeud6 estime au début du XXe siècle au nombre de 5 % environ, se piqua au jeu et contribua à créer l’africanisme.

  • 7 Cf. Delafosse M., Haut-Sénégal-Niger (Soudan français)… Le pays, les peuples, les langues, l’histo (...)
  • 8 Monteil Ch., Djenné, métropole du delta central du Niger : une cité soudanaise Paris, Société d’éd (...)
  • 9 Cf. outre l’ouvrage déjà cité d’Emmanuelle Sibeud, Dulucq S., Écrire l’histoire de l’Afrique à l’é (...)

11Sans doute les administrateurs ethnologues français n’eurent-ils jamais un rôle comparable à leurs homologues britanniques qui furent intégrés beaucoup plus largement dans la formulation et la mise en œuvre des politiques coloniales : ainsi en Gold Coast, Rattray était à la fois Commissioner et spécialiste reconnu des Ashanti ; le gouvernement colonial utilisa ses services lorsqu’il décida de mettre fin au système d’administration directe institué en pays ashanti et de reconstruire le pouvoir royal de l’Asantehene. Rien de semblable en territoire français. Mais on y voit Paul Marty, militaire arabisant expert en islam venu d’Algérie, mener un véritable travail de surveillance policière des notabilités musulmanes, mais en même temps une étude scientifique de l’islam africain : directeur des Affaires musulmanes au gouvernement général de l’AOF à Dakar, entre 1912 et 1920, il réunit, en s’aidant des fiches dressées par ses informateurs, une importante documentation scientifique, aujourd’hui encore base de toute étude sur l’histoire de l’islam en Afrique de l’Ouest. On considère par ailleurs Maurice Delafosse (1870-1926)7 ou Charles Monteil (1870-1949)8, administrateurs et chercheurs en histoire et ethnographie locales, comme d’importants contributeurs à la fondation de l’africanisme, qui prit peu à peu son autonomie par rapport à l’histoire de la colonisation écrite à la même époque dans les cercles parisiens dans un but hagiographique de défense et illustration de l’entreprise coloniale. Dans cette génération il faut citer également Henri Gaden (1867-1939), Henri Labouret (1878-1959), et bien d’autres. Tous font l’effort d’étudier les langues des pays administrés. On commence aujourd’hui à bien connaître ces hommes et leurs motivations, grâce à plusieurs études menées récemment sur la « construction des africanismes9 ». Parmi cette minorité d’Européens les administrateurs, à côté de militaires, d’enseignants, de missionnaires, jouèrent un rôle capital – même si leur action ne fut pas toujours à l’époque reconnue à sa juste valeur par leur hiérarchie et par le monde académique.

12Il faut classer dans cette tradition Gilbert Vieillard, tout en soulignant les changements intervenus pour sa génération, qui n’est pas la même que celle des administrateurs africanistes de l’époque des pionniers, qui se retirent dans les années 1920 :

  • En nombre, il semble que les administrateurs africanistes deviennent moins nombreux dans l’entre-deux-guerres : l’époque des premières découvertes est passée, la vie de pionnier fait place à une certaine routine bureaucratique, et Delafosse comme Delavignette regrettent la disparition de la figure du broussard10.
  • La formation reçue à l’École coloniale a plusieurs effets : ses élèves, malgré les efforts des directeurs pour introduire progressivement un enseignement ethnologique ou linguistique les ouvrant davantage sur l’Afrique, reçoivent avant tout une formation juridique et administrative. Le recrutement devient beaucoup plus homogène que celui des débuts, et le profil de carrière attendu est davantage normé.
  • L’ambiance à la colonie a quelque peu changé : certes, les conditions de vie restent encore très rudimentaires, comparées à celles de l’après deuxième guerre mondiale. Néanmoins, le contrôle du territoire est beaucoup plus étroit, grâce notamment au chemin de fer et à l’automobile ; le temps des grandes épidémies ravageuses pour la communauté européenne est révolu ; la société européenne cesse d’être uniquement masculine, et les Européens de la colonie sont intégrés dans une cellule familiale qui va se replier davantage sur elle-même.

13Pour toutes ces raisons, la carrière de Gilbert Vieillard, sans être un phénomène unique, reste tout de même assez remarquable.

  • 11 Deschamps H., Roi de la brousse, Paris, Berger-Levrault, 1976.

14Nous avons la chance de connaître sa personnalité par certains de ses écrits intimes, intégrés dans la biographie chaleureuse qu’en fit après sa mort son ami d’enfance Patrick O’Reilly, missionnaire en Océanie. Ces lettres, que nous ne possédons malheureusement que par fragments, donnent de lui une image prise sur le vif et sans fard, et le contraste est assez saisissant si on les compare avec les autobiographies rédigées par d’autres administrateurs parmi ses contemporains : pensons par exemple à l’autobiographie intitulée Roi de la brousse écrite par un autre administrateur historien, né quelques mois après lui, Hubert Deschamps (1900-1979)11.

15De fait, les administrateurs de cette génération et de la suivante qui laissèrent des écrits autobiographiques les ont rédigés tardivement, après leur retour en France, et en général après la décolonisation. Elles sont souvent passionnantes, mais la parole y est, comme on pouvait s’y attendre, davantage contrôlée.

  • 12 Person Y., Samori, une révolution dyula, Dakar, IFAN, 1968.

16Gilbert Vieillard se distingue sans doute de ses collègues africanistes non par le degré de connaissance qu’il eut d’une société africaine précise – aussi exceptionnel qu’il fût – mais par son immersion totale et enthousiaste dans celle-ci, qui apparaît à la lecture de ses lettres. Il semble également entretenir avec l’idéologie coloniale des relations ambiguës : si l’entreprise coloniale lui apparaît comme allant de soi dans le contexte de son époque, et la carrière coloniale comme une opportunité que son esprit curieux et aventureux se devait de saisir, il n’en a pas moins un grand recul par rapport à la parole officielle et reste très sensible aux traumatismes liés au contact intrusif entre la civilisation européenne et celle des Peuls. S’il avait vécu après-guerre, aurait-il été comme d’autres administrateurs africanistes, par exemple Yves Person12, un observateur attentif, voire un accompagnateur des mouvements de décolonisation ? Sa mort prématurée dans les combats de juin 1940 rend son destin encore plus émouvant et énigmatique.

Une vie hors du commun

17Une enfance à la campagne en Normandie, un père peintre et chasseur, une mère artiste et aimante, un service militaire en Syrie – avec cinquante jours aux arrêts et deux citations – un passage à l’Ecole Coloniale d’où il est renvoyé pour indiscipline, des études de peul et de haoussa, une jeunesse bohême d’étudiant, voilà le premier parcours de Gilbert Vieillard, jeune homme de bonne famille brillant et peu conformiste.

18Sur la recommandation d’un de ses anciens maîtres de « Colo », il entre par la petite porte dans les services civils de l’Afrique occidentale française. Et ce sont les premiers contacts avec l’Afrique : Dakar, Ouagadougou, Say au Niger. À la lecture des lettres qu’il écrit à sa famille, apparaît déjà une passion naissante pour la terre et les hommes d’Afrique qu’il découvre, mêlée d’une certaine perplexité à l’égard du système colonial, qu’il servira cependant loyalement en essayant d’en faire sortir du bien pour les populations administrées. Il écrit à son père :

« Vous voulez avoir un fils héroïque ? […] Le jeune héros est en train de multiplier par sept d’innombrables chiffres de la population des villages du cercle – ceci pour l’impôt de 1928. La capitation passe de six à sept francs, chaque année elle fait un saut. Comme le reste des autres taxes sur le bétail, depuis les bœufs jusqu’aux caprins. Cette hausse, disent les papiers officiels “est favorisée par le développement économique du pays”. Mensonge et lâcheté. En plus, les rôles sont faux : beaucoup de gens, depuis sept ou neuf ans que le recensement a été fait, sont morts de la récurrente, beaucoup aussi ont fui en Nigéria. Bref la population a diminué et s’est appauvrie, mais il faut de l’argent pour nous payer. Les soldes vont être augmentées […]. Bref, je sais par cœur la table de multiplication par sept, et tout de même, j’ai réussi à obtenir le recensement de deux cantons parmi les plus malheureux. C’est peu, mais je ne peux pas beaucoup. Ce qui domine dans le personnel colonial, c’est la lâcheté, et je crois bien qu’il en est de même dans toutes les hiérarchies, même dans notre pauvre armée » (lettre à son père le 8/12/1927).

19En 1933, il revient à Paris comme stagiaire à l’École coloniale.

  • 13 Robert Delavignette : administrateur des colonies (1897-1976), qui devait faire une brillante carr (...)
  • 14 Le Fouta Djalon est une zone de moyenne montagne, située au cœur de la Guinée, que les colonisateu (...)

20Bientôt, le voici de retour en Afrique, en Guinée, où il est nommé administrateur adjoint à Dalaba. Les Peuls qu’il avait déjà rencontrés à Say au Niger le passionnent de plus en plus. Derrière son désir de se rendre utile dans son travail d’administrateur perce déjà sa passion pour les civilisations de l’Afrique. Comme il l’écrit à sa mère en 1935 « un nouveau gouverneur est venu, qui m’a un peu connu au Niger, et m’offre de m’affecter aux recensements. Delavignette13 lui a parlé de moi. Le gouverneur veut que je lui écrive personnellement mes impressions sur le pays, que je poursuive une enquête sur les raisons du dépeuplement du pays et les moyens d’être utile, peut-être d’alléger le fardeau qui pèse sur ce coin d’Afrique ». On sent au détour de ses lettres la curiosité passionnée d’un chercheur, mais cette vocation manifestement est née de son enthousiasme pour les paysages et la culture du Fouta Djalon qu’il a découverts14, de son respect pour la dignité de ses hommes, de son admiration pour la beauté de ses femmes. Chez lui, comme le remarquera Delavignette, l’érudit n’est jamais loin du poète.

21Il découvre au Fouta une littérature écrite ancienne inconnue et insoupçonnée : « Ce qui est nouveau pour moi », écrit-il à sa mère, « c’est toute une littérature écrite en caractères arabes adaptés au peul ; inspirée de l’islam, mais assez originale. Ces gens ont gardé l’esprit de la Bible et le sentiment de l’Eternel. C’est peut-être ce qui les perdra » (14/08/1935). Un peu plus tard il ajoute : « Je me suis jeté dans la recherche des manuscrits arabes et peuls et je traduis à tire-larigot des chroniques locales et de la théologie, que je fais recopier par les meilleurs calligraphes du pays. C’est te dire que je vis en 1355 de l’ère musulmane plus qu’en 1936, mais comme l’humanité est une dans le temps et dans l’espace, rien n’est inactuel. »

  • 15 À ce sujet, voir ma communication : « La question des manuscrits au Fuuta Jaloo, (Guinée) », collo (...)
  • 16 Fondé par Ousmane dan Fodio au début du XIXe siècle, l’empire de Sokoto s’étendait sur une partie (...)
  • 17 Cf. les ouvrages de Sow A. I., La femme, la vache, la foi, Paris, 1966 ; Chroniques et récits du F (...)
  • 18 Sur cette littérature, voir Salvaing B. : « Regards d’Africains musulmans sur la colonisation : le (...)

22Il va ainsi constituer une impressionnante collection de manuscrits. Le Fouta Djalon a connu en effet une très abondante production littéraire en arabe, mais aussi en peul15. La production des lettrés en arabe guinéens commence seulement à être exploitée par la recherche actuelle, et elle est prometteuse d’une importante avancée future de nos connaissances historiques. La production en peul est également très abondante au Fouta Djalon, beaucoup plus que dans les régions voisines qui, mis à part l’empire de Sokoto16, ont davantage valorisé les écrits en arabe. Cette littérature rédigée en langue peule a été davantage exploitée, notamment grâce aux travaux de Gilbert Vieillard, puis beaucoup plus tard de Alfâ Ibrâhîma Sow et de Christiane Seydou17. Particulièrement intéressantes sont les traductions que Vieillard a données d’une série de manuscrits contemporains où les lettrés peuls expriment leur sentiment face à la venue des Nazaréens – ainsi y sont qualifiés les colonisateurs – dans lesquels il voit « la réaction du pâtre et du théologien devant des Martiens issus d’une autre planète ». Il s’agit sans doute là d’une des premières publications de documents écrits par des Africains originaires du sud du Sahara et faisant apparaître la vision des vaincus. On y comprend à quel point le colonisateur est perçu avant tout, dans les régions musulmanes, en sa qualité de chrétien beaucoup plus que « d’Européen » ou de « Blanc » – du reste, les textes anciens qui évoquent la couleur des envahisseurs les qualifient plutôt de « Rouges ». La venue des colonisateurs paraît menacer l’ordre religieux et l’ordre de la société, en particulier son organisation hiérarchique, et les milieux lettrés qui rédigèrent ces documents s’y posent le problème de l’attitude qu’ils doivent adopter pour gérer le contact avec l’envahisseur18.

  • 19 Cf. Perrot Cl.-H., « Les administrateurs coloniaux de la première génération et l’écriture de l’hi (...)

23Faute d’études plus approfondies sur cette vie hors du commun, nous ne savons pas ce que pensaient véritablement les supérieurs de Vieillard de son exercice quotidien du métier d’administrateur. Leurs réactions paraissent avoir été variées, oscillant entre chez certains une grande perplexité devant l’attitude singulière de cet administrateur peu conformiste, et chez d’autres le souci d’utiliser ses exceptionnelles capacités de chercheur. Du reste, les circulaires officielles adressées par les gouverneurs généraux continuaient de recommander une étude et une connaissance poussées du milieu local aux administrateurs en poste. De fait le système colonial, tout en s’honorant de ses administrateurs ethnologues ou historiens, les plaça rarement au sommet de la pyramide. Parmi les Delafosse, Monteil, Tauxier, Gaden, tous administrateurs au début du siècle et pionniers de la recherche africaniste19, seul ce dernier accéda au poste de gouverneur. Par ailleurs, les administrateurs français africanistes des colonies ont davantage écrit au début de la présence coloniale. Par la suite, leur hiérarchie paraît cependant, comme on l’a vu plus haut, être davantage soucieuse de gestion administrative que d’érudition coloniale. Cependant, il semble que ses supérieurs comprirent rapidement le parti qu’ils pourraient tirer de la passion que ressentait Gilbert Vieillard pour l’étude de la société et de la culture peules du Fouta-Djalon. Le gouverneur de Guinée le décharge progressivement des besognes administratives les plus prenantes pour lui laisser le temps de mener des enquêtes directes. Il écrit à son propos qu’il « est un véritable génie en matière de travaux ethnographiques ». Gilbert Vieillard est chargé d’étudier les coutumes du pays, à l’usage des tribunaux. Il est enfin détaché par le gouverneur général de tout travail administratif pour mener à bien une enquête sur l’économie et la société du Fouta Djalon (1936). À cette occasion, il lance à sa mère un véritable cri de triomphe :

« Bonnes nouvelles pour ton Gil. Ces jours-ci, le gouvernement général m’a confié une mission dans tout le Fouta Jallon et dans tous les cercles de l’Est, vers Kankan et Siguiri. Il s’agit d’une étude du milieu socio-économique. Un vieux rêve de jeunesse enfin réalisé. Car jusqu’ici, mes plus belles randonnées avaient toujours un motif ‘de service’, quelque chose pour ‘fatiguer’ les indigènes d’une façon quelconque. Aujourd’hui j’ai simplement l’ordre d’ouvrir les yeux et les oreilles et d’aller où bon me semble. Je vais voir en quelques semaines des régions que sans cette occasion je n’aurai jamais vues ; en toute liberté et sans besogne à côté pour manger mon temps. Et ce que j’écrirai sera peut-être lu par les Puissants… » (p. 9-7).

  • 20 Marcel de Coppet (1881-1968) fut notamment gouverneur général de l’AOF en 1936.

24Lorsqu’il reçoit en 1937 le coutumier peul rédigé par Gilbert Vieillard, le gouverneur général de l’AOF, Marcel de Coppet20, écrit : « J’ai lu avec le plus grand intérêt ce travail intelligent et détaillé qui fait honneur à M. Vieillard. »

  • 21 Le capitaine Henri Gaden (1867-1939) termina sa carrière comme gouverneur de Mauritanie (1919-1926 (...)

25Enfin, en 1938, Gilbert Vieillard est détaché auprès de l’IFAN (Institut Français d’Afrique Noire), institut de recherches nouvellement créé et dirigé à Dakar par Théodore Monod. L’ancien gouverneur Gaden21 écrit alors de lui : « M. Vieillard est un de ces fonctionnaires trop rares qui s’intéressent aux populations qu’ils dirigent, emploient leurs loisirs à en étudier les mœurs et la langue. » Nommé à Ké-Macina (dans le Soudan français, l’actuel Mali), Gilbert Vieillard se lance dans l’étude de la culture peule de la Boucle du Niger et il écrit à sa mère « pour la première fois je mène la vie peule sans être gêné par mon grade. Encore quelques jours et je pourrai passer pour un vrai Macinanké ». On dira effectivement plus tard de lui qu’il fut à sa manière un vivant échec de la colonisation française, puisqu’au lieu d’assimiler le colonisé, il s’assimila à lui.

  • 22 Il est inutile de présenter ici plus longuement Théodore Monod (1902-2000), naturaliste, voyageur (...)

26Il aura à cette époque l’occasion de rencontrer Amadou Hampâté-Bâ, qui avoua par la suite son admiration pour la parfaite maîtrise qu’avait Gilbert Vieillard de la langue peule. Amadou Hampâté Bâ rappelait également la dette de reconnaissance qu’il avait contractée à son égard. C’est en effet sur la recommandation de Gilbert Vieillard qu’Amadou Hampâté-Bâ, alors mal vu du pouvoir colonial en raison de l’adhésion au Hamallisme de son maître spirituel Cerno Bokar Salif Tall, put être intégré à l’IFAN par Théodore Monod22.

  • 23 Jean Rouche (1917-2004) est surtout connu pour la réalisation de nombreux films ethnographiques, d (...)

27Le petit monde de l’IFAN comble d’aise Gilbert Vieillard : « Il y a le délicieux colonel Figaret ; les Roux, un jeune couple de méridionaux en lune de miel ; Villars, chartiste […] érudit et bavard ; Maupoil, terriblement intelligent et ignorant tout des réalités, plongé dans une politique généreuse et insensée ; le sage et modeste Gustave Labitte, breton, photographe et reposant » (p. 114). Il est vrai que Jean Rouche23, décrivant beaucoup plus tard l’IFAN des années 1940, insistera sur le fait qu’on y trouvait bon nombre de serviteurs atypiques du système colonial (ou de fonctionnaires peu à l’aise dans l’AOF vichyste de l’époque) pour lesquels l’IFAN offrait un point d’ancrage bienvenu, voire une bouée de sauvetage.

28L’admiration de Gilbert Vieillard pour Théodore Monod et son bonheur de vivre et de travailler à l’IFAN en terre d’Afrique éclatent à la lecture de la lettre qu’il écrit à sa mère en avril 1939.

« Monod me montre une amitié bourrue et délicate. Je fais de la botanique sous sa direction. Je t’ai déjà dit comme nous avions des goûts communs : l’histoire naturelle, l’arabe, la brousse. C’est la première fois que j’approche un homme qui approche du Saint, en tout cas de l’homme de bien. Munis d’une vieille auto, nous herborisons et pêchons des bestioles autour de Dakar. La voiture nous contient : deux femmes, trois mioches, la musette à bocaux, le papier de l’herbier et les comestibles du goûter. L’après-midi de Pâques, je suis allé avec lui sur la plage située au bas du phare des Mamelles. Elle est accessible par une vallée où sa vieille voiture fait merveille. Les promenades en sa compagnie sont très enrichies par tout ce qu’il sait. Aucun coin de l’histoire naturelle ne lui est étranger » (14 août 1939).

29Dans le bulletin de l’IFAN daté de janvier-avril 1940, paraît son dernier grand texte, les Notes sur les Peuls du Fouta-Djallon (p. 87 à 210). Il vaut la peine de citer ici les dernières lignes de la préface qu’il avait rédigée en 1937 pour cette étude :

  • 24 « Note sur les Peuls du Fouta Djallon », Bulletin de l’IFAN, Paris, Larose, janvier-avril 1940, p. (...)

« Étant le reflet de l’opinion publique au Fouta, cette étude peut paraître assez fortement marquée de l’esprit “laudator temporis acti” ; ceci ne provient pas d’une attitude pessimiste, encore moins hostile à la colonisation, conséquence inévitable de la solidarité planétaire.
Toutes les sociétés qui s’organisent elles-mêmes, et par un libre choix dans les civilisations voisines, aboutissent à une construction sociale acceptable. Patriarcat, féodalité, servage, esclavage, et razzia même sont des phénomènes satisfaisants pour l’esprit, dans des conditions données.
La fédération musulmane du Fouta était un organisme plus vivant, plus excitant pour ses habitants, que les “Cercles de la Moyenne Guinée”, parce qu’elle était leur œuvre, une source de fraternité et de fierté ; même si notre colonisation réussit à donner à un plus grand nombre d’habitants un confort individuel supérieur, la chaude vie sociale n’aura pas été remplacée.
Il est possible, il est certain, que cette société aboutira à un état supérieur à l’ancien, à des institutions meilleures ; mais pour le moment nous assistons à l’agonie des choses anciennes, et une agonie ce n’est ni joyeux, ni beau à contempler24. »

  • 25 Parmi les ouvrages évoquant l’action de l’amicale Gilbert Vieillard, citons Bah I. C., Cerno Abdou (...)

30Gilbert Vieillard, rappelé en France et mobilisé, devait tomber pendant les derniers combats de l’été 1940. Un véritable mythe Gilbert Vieillard se construira autour de son souvenir. À tel point que les jeunes intellectuels peuls du Fouta-Djalon avides de changement après la guerre nommèrent Amicale Gilbert Vieillard l’association qu’ils créèrent pour œuvrer à la promotion de leur culture et de leur personnalité africaines25.

Le legs scientifique de Gilbert Vieillard et des administrateurs africanistes

31S’il avait vécu plus longtemps, nul doute que Gilbert Vieillard aurait été un grand maître des études africaines. Aujourd’hui, son nom reste attaché au plus important Fonds de manuscrits peuls accessible au chercheur, provenant de ses recherches personnelles, qui se trouvent déposées au département des études islamiques de l’IFAN de Dakar.

  • 26 Sow A. I., La femme, la vache, la foi, Paris, Classiques africains no 5, 1966 ; Diallo Th., Les in (...)

32Le fonds Gilbert Vieillard de Dakar, encore largement sous-exploité, malgré quelques travaux qui en montrent la grande richesse26, révèle l’importance de la documentation accumulée sur les sociétés africaines et leur histoire ancienne pendant la période coloniale.

  • 27 Monteil Ch., Djenné, métropole du delta central du Niger : une cité soudanaise Paris, Société d’éd (...)

33Bien sûr on sait que chez de nombreux auteurs, chez les rédacteurs de monographie et de rapports au détour desquels peuvent pourtant se découvrir de véritables pépites, le regard sur les sociétés africaines est partial, biaisé par la vision utilitariste de leurs rédacteurs, les silences ou les déformations, voire la volonté de célébrer prioritairement le projet colonial. Il est aussi évident aujourd’hui que la méthodologie de ces chercheurs improvisés laisse souvent à désirer : en particulier, très peu des auteurs d’ouvrages indiquent, comme sut le faire Charles Monteil27, leurs sources de façon précise, en tenant compte du positionnement social, de l’âge, etc, de leurs informateurs. Et ce que l’on dit de la méthodologie encore imparfaitement élaborée des administrateurs peut aussi se dire de celle des missionnaires, ou de celle des premiers Africains à avoir étudié leurs propres sociétés.

*

34Néanmoins, il serait présomptueux de juger ces auteurs à l’aune des connaissances et des méthodes que nous possédons aujourd’hui, en grande partie grâce à leurs tâtonnements de pionniers. Nous avons encore beaucoup à apprendre d’une lecture attentive, et bien entendu critique, des écrits portant sur les sociétés africaines des auteurs du XIXe et du début du XXe siècle. Il serait dommage que leurs textes ne soient utilisés que dans les études portant sur l’histoire de la colonisation. Et c’est particulièrement le cas avec des auteurs de la trempe de Gilbert Vieillard.

Notes

1 Il existe à ma connaissance une seule étude récente sur Gilbert Vieillard, celle de Claude Malon, « Gilbert Vieillard, administrateur et ethnologue en Afrique occidentale (1926-1939) », Cahiers de sociologie économique et culturelle, ethnopsychologie, 2000 (33), p. 107-131. On trouvera cet article sur le site « webPulaaku, Gilbert Vieillard », qui reproduit également l’article de Mamadou Bah, « Notre ami Vieillard », Notes africaines, 1943 (19) 1-2. Mon ambition a été ici d’écrire un hommage beaucoup plus bref et plus personnel, qui s’appuie essentiellement sur quelques témoignages, mais surtout sur l’ouvrage écrit à la mémoire de Gilbert Vieillard par un de ses anciens amis d’enfance, missionnaire en Océanie, Patrick O’Reilly : Mon ami Gilbert l’Africain, préface de Robert Delavignette, Dijon, 1942. Cet ouvrage contient de larges extraits de lettres adressés par Vieillard à sa famille. Certains de ces passages sont reproduits dans mon article (avec mention de la page de l’ouvrage de O’Reilly, ou de la date de la lettre). On peut lire également O’Reilly P., « Gilbert Vieillard (1899-1940) », Hommes et destins, Paris, Académie des sciences d’outre-mer, t. 1, 1975, p. 610-612, Cornevin R., « Pierre Francis Lacroix et les foulanisants français », t. 2, p. 391-398, in Itinérances… en pays peul et ailleurs, mélanges à la mémoire de Pierre Francis Lacroix, Mémoires de la société des africanistes, Paris 1981. De Gilbert Vieillard lui-même, on peut lire notamment, « Poèmes peuls du Fouta-Djallon », Bulletin du Comité d’études historiques et scientifiques de l’Afrique occidentale française, t. XX, 1937, p. 225-311, « Coutumiers du cercle de Zinder », in Coutumiers juridiques de l’AOF, publication du Comité d’études historiques et scientifiques de l’Afrique occidentale française, série A, no 10, t. III, 1939, p. 95-179 et « Note sur les Peuls du Fouta Djallon », Bulletin de l’IFAN, Paris, Larose, janvier-avril 1940, p. 87-209.

2 Ba A. H., Amkoullel, l’enfant peul, Mémoires 1, Le Méjan, Arles, Actes Sud, 1991 ; Oui mon commandant ! Mémoires 2, Le Méjan, Arles, Actes Sud, 1994. Yattara A. et Salvaing B., Almamy, Une jeunesse sur les rives du fleuve Niger, Brinon sur Sauldre, Grandvaux, 2000, 440 p. ; Almamy, l’âge adulte d’un lettré malien, Brinon sur Sauldre, Grandvaux, 2003, 440 p. Balde Al-hadji T. M. et Salvaing B., Une vie au Fouta-Djalon, Grandvaux, 2008, 440 p.

3 Simonis F. « Le commandant, ses compagnes, son épouse », in Goerg O. (éd.), Perspectives historiques sur le genre en Afrique, Paris, L’Harmattan, 2007, p. 59-76.

4 Balandier G., « La situation coloniale : approche théorique », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 11, 1951, p. 44-79.

5 Arbousset Th., Excursion missionnaire dans les montagnes bleues, édition préparée par A. Ricard ; annotée par D. Ambrose, A. Brutsch et A. Ricard, Paris, Karthala, 1997, 209 p.

6 Sibeud E., Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes en France, 1978-1930, Paris, éditions de l’EHESS, 2002, chapitre 4, « Les voies de l’érudition coloniale ».

7 Cf. Delafosse M., Haut-Sénégal-Niger (Soudan français)… Le pays, les peuples, les langues, l’histoire, les civilisations, 3 volumes, Paris, Larose, 1912, et ses nombreuses autres publications ; cf. également le colloque publié par Amselle J.-L. et Sibeud E. (dir.), Maurice Delafosse : entre orientalisme et ethnographie : l’itinéraire d’un africaniste, 1870-1926, Paris, Maisonneuve et Larose ; Abidjan, CEDA, 1998.

8 Monteil Ch., Djenné, métropole du delta central du Niger : une cité soudanaise Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales, 1932 ; Les Bambara du Segou et du Kaarta : étude historique, ethnographique et littéraire d’une peuplade du Soudan français, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, 1927.

9 Cf. outre l’ouvrage déjà cité d’Emmanuelle Sibeud, Dulucq S., Écrire l’histoire de l’Afrique à l’époque coloniale, XIXe-XXe siècles, Paris, Karthala, 2009 ; Suremain M.-A. de, L’Afrique en revues : le discours africaniste français, des sciences coloniales aux sciences sociales (anthropologie, ethnologie, géographie humaine, sociologie), 1919-1964, Lille, Atelier national de reproduction des thèses, 2003.

10 Sibeud E., Une science impériale pour l’Afrique…, souligne dans son chapitre 4, « les voies de l’érudition coloniale », notamment page 115, « l’ambiguïté du statut des érudits coloniaux qui incarnent en fait un idéal-type de gestion coloniale hérité de la période des explorations et des fondations, mais contesté à partir des années 1910 par un autre idéal-type d’inspiration bureaucratique, qui gomme au contraire les spécificités de la situation coloniale ».

11 Deschamps H., Roi de la brousse, Paris, Berger-Levrault, 1976.

12 Person Y., Samori, une révolution dyula, Dakar, IFAN, 1968.

13 Robert Delavignette : administrateur des colonies (1897-1976), qui devait faire une brillante carrière se terminant par la direction de l’École coloniale. Il est l’auteur notamment de Service Africain (Paris, 1946) et de Les Paysans noirs, (Paris, 1931). Il a préfacé l’ouvrage de Gilbert O’Reilly Gilbert l’Africain.

14 Le Fouta Djalon est une zone de moyenne montagne, située au cœur de la Guinée, que les colonisateurs appréciaient en particulier pour son climat agréable et qu’ils surnommaient le « château d’eau » de l’Afrique de l’Ouest. En effet, les fleuves Gambie, Sénégal et Niger y prennent leur source. Avant la colonisation, il formait une confédération islamique, depuis la prise de pouvoir des Musulmans à la suite du djihad de 1727.

15 À ce sujet, voir ma communication : « La question des manuscrits au Fuuta Jaloo, (Guinée) », colloque Le chemin de l’encre, Bamako, 8 août 2002. Ce texte est reproduit à l’adresse : www.sum.uio.no/research/mali/timbuktu/events/chemin/bernard.pdf.

16 Fondé par Ousmane dan Fodio au début du XIXe siècle, l’empire de Sokoto s’étendait sur une partie du Niger, du Nigeria, du Cameroun actuels.

17 Cf. les ouvrages de Sow A. I., La femme, la vache, la foi, Paris, 1966 ; Chroniques et récits du Foûta Djalon, Paris, Klincksieck, 1968 ; Le Filon du bonheur éternel, par Tierno Mouhammadou-Samba Mombéyà, Paris, Classiques africains, Armand Colin, 1971, et de Seydou Chr., notamment : « Poésie religieuse et inspiration populaire chez les Peuls du Foûta Djalon », Journal of African Cultural Studies, volume 14, no 1, juin 2001, p. 23-47.

18 Sur cette littérature, voir Salvaing B. : « Regards d’Africains musulmans sur la colonisation : le cas du Fouta-Djalôn (Guinée) et du Macina (Soudan français/Mali) » : communication du 2/3/2001, parue dans Mondes et cultures, nos 1, 2, 3, 4, t. LVI, 2001, p. 45-80.

19 Cf. Perrot Cl.-H., « Les administrateurs coloniaux de la première génération et l’écriture de l’histoire précoloniale des peuples d’Afrique occidentale », in F. Lejeal, Y. G. Madiega, O. Nao (dir.), Burkina Faso, Cent ans d’histoire, 1895-1995, Paris, Karthala, 2002, p. 99-109.

20 Marcel de Coppet (1881-1968) fut notamment gouverneur général de l’AOF en 1936.

21 Le capitaine Henri Gaden (1867-1939) termina sa carrière comme gouverneur de Mauritanie (1919-1926). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’histoire, la littérature et la langue peules, et fut ainsi un des pionniers de la recherche française africaniste.

22 Il est inutile de présenter ici plus longuement Théodore Monod (1902-2000), naturaliste, voyageur et écrivain, qui fut en 1938 le premier directeur de l’IFAN (Institut français d’Afrique Noire, aujourd’hui Institut fondamental d’Afrique Noire).

23 Jean Rouche (1917-2004) est surtout connu pour la réalisation de nombreux films ethnographiques, dont le plus connu est peut-être « la chasse au lion à l’arc ».

24 « Note sur les Peuls du Fouta Djallon », Bulletin de l’IFAN, Paris, Larose, janvier-avril 1940, p. 87-209, p. 88.

25 Parmi les ouvrages évoquant l’action de l’amicale Gilbert Vieillard, citons Bah I. C., Cerno Abdourahmane Bah, éléments biographiques suivis de quelques poèmes avec une traduction française, Labé, Defte Cernoyà, 1998, p. 43-46.

26 Sow A. I., La femme, la vache, la foi, Paris, Classiques africains no 5, 1966 ; Diallo Th., Les institutions politiques du Fouta Dyalon au XIXe siècle, Dakar, IFAN 1972, 276 p. ; Seydou Chr., « Trois poèmes mystiques peuls du Foûta-Djalon », Revue des études islamiques, XL/1, 1972, p. 142-185.

27 Monteil Ch., Djenné, métropole du delta central du Niger : une cité soudanaise Paris, Société d’éditions géographiques, maritimes et coloniales, 1932 ; Les Bambara du Segou et du Kaarta : étude historique, ethnographique et littéraire d’une peuplade du Soudan français, Paris, G.-P. Maisonneuve et Larose, 1927.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search