Version classiqueVersion mobile

Expériences de la guerre, pratiques de la paix

 | 
Guy Saupin
, 
Éric Schnakenbourg

Troisième partie. Mémoire sociale de la guerre

Prêtres et séminaristes nantais dans la guerre d’Algérie

Marcel Launay

Texte intégral

  • 1 Pervillé G., « Les historiens de la guerre d’Algérie et ses enjeux politiques en France », in M. C (...)
  • 2 Ainsi à titre d’exemple Buron R., Carnets politiques de la guerre d’Algérie, Paris, 1965.
  • 3 Selon B. Stora cité par Pervillé G., Pour une histoire de la guerre d’Algérie, Paris, 2002.
  • 4 Albert R., Carnets de route d’un soldat d’Algérie, La Crèche, 2002, p. 13. L’auteur resitue, à cha (...)

1Pendant longtemps la guerre d’Algérie a été en France une guerre sans nom, sans commémoration ni signification. L’État lui-même, en refusant de reconnaître rétrospectivement la situation de guerre, se contentait de parler « d’opérations de maintien de l’ordre ». Il était vrai que des mémoires antagonistes s’étaient affrontées entre les partisans de l’Algérie française, ceux de l’indépendance et entre les deux « la mémoire confuse et embarrassée de la majorité silencieuse qui a suivi ou accompagné le général de Gaulle1 ». Cependant les acteurs de ce conflit, hommes politiques, militaires de carrière, etc., n’ont pas manqué au devoir de mémoire2. Cette mémoire est porteuse de sens jusque dans les sélections ou les déformations mêmes qui l’accompagnent, volontairement ou involontairement3. Des témoignages à chaud ou plus tardifs sont venus progressivement éclairer un conflit où les hommes du contingent notamment se sont trouvés mêlés, parfois à leur corps défendant, « soldats malheureux d’une cause perdue4 ». Parmi eux ceux des rappelés nantais de 1956 peuvent être retenus dans le difficile dossier ré-ouvert notamment à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’insurrection en 2004.

Le contexte politique en 1956

  • 5 Pervillé G., De l’empire français à la décolonisation, Paris, 1993, p. 174-175.
  • 6 Droz B. et Lever E., Histoire de la guerre d’Algérie (1954-1962), Paris, 1991. Ageron Ch. R., La d (...)

2La victoire du Front républicain aux élections législatives anticipées du 2 janvier 1956 avait porté au pouvoir le socialiste Guy Mollet. Dans sa déclaration d’investiture, le nouveau président du Conseil avait précisé les grandes lignes de sa politique algérienne : rétablir la paix, faire cesser le terrorisme et la répression aveugle, renforcer l’union indissoluble entre l’Algérie et la France métropolitaine5. Avec une réforme électorale, il proposait des élections libres en collège unique et chargeait le général Catroux avec le titre de ministre résidant d’appliquer cette politique. C’était sans compter sur l’opposition de la population européenne des « Pieds noirs » d’Alger qui manifestait le 6 février lors de sa visite en tentant d’empêcher le départ du dernier gouverneur général J. Soustelle. Le président du Conseil demandait alors au général Catroux de démissionner et le remplaçait par le socialiste R. Lacoste qui se donnait comme tâche prioritaire de juguler la révolte des insurgés qui s’étendait à tout l’Algérois6. Déjà, en août 1955, le gouvernement E. Faure avait procédé au rappel de la totalité du contingent de la classe 1953.2. En avril, celui de G. Mollet étendait la mesure aux contingents 1952.1 et 1953.1, ce qui avec l’allongement du service militaire de 27 mois permettait de doubler les effectifs sur place : de 200 000 hommes en janvier à 400 000 en décembre. Ceux-ci devaient quadriller l’Algérie afin de protéger les personnes et les biens contre les attentats et les sabotages.

  • 7 Christophe P., Le Rappel. Journal d’Algérie, Paris, 2006, « Simple témoignage ». Ce journal recons (...)
  • 8 Jauffret J. Ch., Soldats en Algérie (1954-1965), Expériences contrastées des hommes du contingent,(...)

3Libérés dix-huit mois auparavant, ignorants en partie de la question algéroise, doutant parfois de la légitimité du combat à mener et des mesures de pacification, ces rappelés de 1956 allaient devoir quitter un foyer, un métier, une entreprise ou des études7. Durant le printemps, lors de leur regroupement et du voyage vers l’Algérie, des manifestations diverses traduiront leur vif mécontentement devant ce rappel sous les drapeaux. Le ministre de l’Intérieur lui-même en conviendra : « Le rappel des disponibles se déroule dans des conditions préoccupantes pour le moral de la nation. Les incidents bénins ou graves se multiplient8. » Les prêtres et séminaristes nantais qui seront eux aussi concernés, mêlés à leurs camarades, témoigneront de ce malaise.

Les Nantais rappelés

  • 9 Launay M., Les séminaires français aux XIXe et XXe siècles, Paris, 2003, p. 203.
  • 10 Le grand séminaire comptait alors environ 150 étudiants, cf. Berger L., L’épiscopat nantais de Mgr(...)

4En 1953, à la demande de l’épiscopat, était publié un « Directoire des séminaristes et religieux soldats » dans lequel il était fait mention du service militaire comme d’une « étape de formation ». Celle-ci allait être particulièrement éprouvante durant cette guerre d’Algérie et parfois décisive pour certains d’entre eux : « C’est en Algérie, déclarera Mgr Gaillot, que j’ai découvert le sens profond de ma vocation… L’Algérie a été mon séminaire9… » Parmi les séminaristes rappelés en 1956, on comptera ainsi 380 soldats, 240 caporaux, 220 sergents et 130 officiers. À côté de ce millier d’hommes figurent de jeunes prêtres nouvellement ordonnés comme c’est le cas à Nantes. En effet, à l’annonce d’une prochaine mobilisation, Mgr Villepelet décidait, pour les intéressés, d’avancer de trois mois la cérémonie d’ordination prévue comme d’habitude au mois de juin. Celle-ci aura lieu pour 17 ordinands le dimanche 15 avril dans la chapelle du grand séminaire. À la fin de l’office, l’évêque pouvait déclarer aux familles présentes : « Vous les avez donnés une fois, vous allez les donner une deuxième fois de bon cœur », allusion directe à leur départ10.

  • 11 Boniface X., L’aumônerie militaire française (1914-1962), Paris, 2001, p. 413.
  • 12 Vaugarni V., ordonné en 1927, avait fait de la résistance durant la Seconde Guerre mondiale et ser (...)
  • 13 Courrière Y., La guerre d’Algérie 1954-1957. Les Fils de la Toussaint, t. I, Paris, 2001.

5Concrètement, ce furent en fait 18 nantais qui, ayant déjà effectué leur service militaire, furent concernés par le rappel, soit 13 prêtres, 3 séminaristes, un diacre et un religieux trappiste de l’abbaye de Melleray. Ils occuperont des grades variés allant de soldat de 2e classe à celui de sergent ou de brigadier-chef. On a pu en effet considérer à cette époque que, d’une façon générale, les ecclésiastiques par leur formation, leur sérieux et leur sens de la discipline pouvaient, dans l’esprit du commandement, constituer des recrues de choix11. Parmi les prêtres, 9 d’entre eux exerceront les fonctions d’aumôniers supplétifs. En Algérie, l’aumônerie militaire manquait en effet de titulaires, 71 pour les forces terrestres en 1956. On fit donc appel à des réservistes qui seront 140 au mois de novembre. L’aumônier général, le P. Vaugarni, pourra écrire à ce sujet à nos Nantais : « Vous saurez donc témoigner que, si l’on veut apporter aux jeunes soldats comme aux cadres les bienfaits spirituels de l’Eglise chrétienne, il faut plus d’aumôniers12. » Le séjour de nos rappelés fut de courte durée, en moyenne six à sept mois. Dispersés dans trois grands secteurs géographiques, l’Oranais, l’Algérois et la Kabylie, ils se trouvèrent de fait dans les zones dangereuses où dans cette guerre subversive l’ennemi n’était pas clairement identifié13.

Histoire d’un document

  • 14 Pour plus de détails on se reportera au mémoire de maîtrise de Julie Gaudin, Des prêtres et sémina (...)
  • 15 Ibidem, p. 89.

6C’est à un jeune prêtre, Jean Robin, ordonné le 29 juin, qui n’était pas concerné par le rappel, que l’on doit l’initiative de créer un trait d’union entre ses confrères mobilisés14. Centralisant les nouvelles reçues d’Algérie, il lance des circulaires dactylographiées d’une dizaine de pages. Celles-ci seront qualifiées par leur auteur avec humour « d’encycliques » et désignées familièrement par leurs destinataires de « roulantes ». Outre les informations concernant la situation des rappelés, elles donneront des nouvelles concernant la vie au grand séminaire de Nantes. Au total il y eut neuf envois. Ayant eu connaissance de ces circulaires, Mgr Villepelet, le 13 août, profite d’une d’entre elles pour s’adresser aux rappelés : « Mes chers fils, ayant eu connaissance de la lettre circulaire qui vous relie les uns aux autres, je suis très heureux d’y glisser quelques lignes, afin de vous dire que votre Père dans le sacerdoce ne vous oublie pas… Je suis avide de vos nouvelles ; je me réjouis quand elles sont bonnes ; je compatis à vos souffrances. » Faisant appel à la « magnanimité » l’évêque concluait : « C’est une vertu qui convient aux prêtres soldats que vous êtes. Métier difficile en de difficiles circonstances. Il vous faut beaucoup de grandeur d’âme15. » Le lien épistolaire fut très apprécié par les destinataires comme en témoigne l’un d’entre eux : « L’idée est bonne, tes encycliques seront toujours les bienvenues. On se sent plus près des autres. » Jean Robin ne se limitera d’ailleurs pas à cette initiative en fournissant aux prêtres, dans la mesure du possible, une aide matérielle avec l’envoi de chasubles, étoles, « boîtes » d’hosties, etc.

  • 16 Christophe P., op. cit., p. 139.
  • 17 Dactylographié, il est tiré à plusieurs exemplaires à l’alcool. Il sera également transmis par le (...)
  • 18 Parmi tous ces témoins, 9 sont clairement identifiés : Marcel Bauvineau, Henri Demangeau, Guy Dubi (...)
  • 19 Buron, R. op. cit., p. 39. Sur le problème de l’objection de conscience et du service militaire, c (...)
  • 20 Durant la guerre d’Algérie, la « Semaine religieuse » de Nantes se contentera de reproduire les dé (...)

7Le retour en France à la fin de novembre et la reprise de la vie au grand séminaire pour l’achèvement d’une formation quelque peu écourtée fut, après un mois de repos, difficile. « Cette guerre a bouleversé tous les repères moraux, théologiques bien cadrés du séminaire » rapportera l’un d’entre eux. De son côté, un séminariste lillois face à son supérieur fera la même constatation : « Les questions qu’on lui pose paraissent dérisoirement superficielles. Douloureux silence16. » Dans de telles circonstances, l’idée se fit progressivement de rédiger un rapport sur les expériences des uns et des autres. Se retrouvant de façon informelle, les rappelés vont d’abord élaborer un questionnaire sur les sujets en débat concernant la guerre telle qu’ils l’avaient vécue. À partir des réponses un dossier est rédigé qui comporta trois parties et une annexe. La première s’intitule « Des faits inquiétants », la seconde « Réflexions sur l’action militaire dans certains secteurs » et la troisième « Des réalisations plus heureuses ». Une annexe jointe portera sur les différents aspects de l’Église en Afrique du Nord. Ce rapport intitulé « Documents sur l’Algérie » est achevé le 1er février 1957 pour les trois premières parties et le 25 pour l’annexe17. Il sera signé par douze témoins, mais six18 autres ne valideront pas le document19. Le contexte ecclésial à cette époque est d’ailleurs marqué par des interrogations sur la notion de « guerre juste ». Au mois de mars, l’ACA publiera une déclaration sur les dérives de la pacification et le recours à des « moyens intrinsèquement pervers ». Dès le 1er juillet de l’année précédente, l’évêque d’Angers Mgr Chappoulie n’avait-il pas affirmé : « Notre devoir est de rechercher le dialogue avec les musulmans. La conscience chrétienne comme le sens de l’intérêt national l’imposent20. »

  • 21 Gaudin J., op. cit., p. 20. La revue « Les temps modernes » de J.-P. Sartre publiera en juin 1957 (...)
  • 22 La Croix du 31 juillet 1957. Également, Boniface X., op. cit., p. 509.

8Le dossier est d’abord destiné au supérieur du séminaire, le P. Lemoine, à Mgr Villepelet, puis aux responsables de l’aumônerie militaire. Celle-ci avait pourtant fortement invité les anciens rappelés à garder le silence, le P. Vaugarmi leur ayant écrit : « Les prises de position les plus équilibrées sont celles des gens qui savent se taire, quand ils n’ont pu étudier une question avec toute la compétence de base. » Du côté nantais, ce fut un accusé de réception sans suite. Aussi deux des rédacteurs, profitant des vacances de Pâques, s’étant rendus à Paris, prirent contact avec G. Montaron de « Témoignage chrétien » pourtant fortement engagé sur la question algérienne, qui ne sembla pas intéressé, puis avec Mgr Duval l’archevêque d’Alger qui les renvoya à leur conscience d’adultes et de chrétiens. Quelque peu découragés par ce silence, poursuivant leur démarche, ils écrivirent également à Mgr Badré de l’aumônerie militaire de terre qui leur répondit : « votre document me servira dans l’action que j’essaie de mener pour que malgré les difficultés nous arrivions à maintenir les principes moraux au milieu de cette guerre inhumaine ». Sollicité à son tour, le P. d’Ouïnce, jésuite et théologien, leur fera savoir que leur témoignage « constitue l’un des meilleurs travaux que je connaisse ; son objectivité, le sens chrétien qui l’inspire en font une lecture salubre, austère et bien propre à éclairer l’opinion française, désorientée par tant d’informations passionnées et contradictoires. Je m’efforcerai de faire connaître votre texte, est-il besoin d’ajouter que je me sens profondément d’accord avec vous21 ». D’ailleurs celui-ci, en juillet, dans La Croix, fera le point sur les problèmes moraux soulevés par le conflit algérien en affirmant que « la casuistique ne suffit pas à inspirer une action morale22 ». Après ces initiatives sans grand retentissement, pris par leur ministère nos Nantais gardèrent le silence pendant de longues années.

  • 23 Notamment ceux de J. Duquesne en janvier 1958.
  • 24 Cité par Gaudin J., op. cit., p. 35.
  • 25 Cholvy G. et Hilaire Y. M., La France religieuse. Reconstruction et crise, 1945-1975, Toulouse, 20 (...)

9Le problème d’une libre parole s’était déjà posé dès l’époque de la rédaction du rapport. Fallait-il parler ou se taire : l’aumônerie militaire elle-même n’avait pas été exempte de contradictions dans la mesure où, solidaire de l’armée, elle avait justifié sa mission en Algérie, tout en recommandant la lecture de « La Croix » qui pourtant, nous l’avons vu, publiait des articles insistant lourdement sur les exactions commises contre les musulmans23. Après la fin du conflit, le silence ne fut pas le seul fait des rappelés. Il fallut attendre 1974 pour que le statut de combattants soit accordé aux anciens d’Algérie. Malgré l’action des associations d’anciens combattants (FNCA et UNC. AFN) en leur faveur, l’opinion publique pas plus qu’à l’époque des faits n’était sans doute pas prête à entendre la vérité sur la guerre. D’ailleurs la position des Nantais à l’égard de ces associations fut de prudente réserve comme en témoignera l’un d’entre eux : « Je n’ai jamais accepté, ni rien fait pour m’intégrer à une association d’anciens combattants peut-être par peur d’être utilisé, récupéré et ne pas pouvoir dire ce que je pense sur cette guerre24. » Celle-ci avait entraîné dès 1957 une grave crise dans les mouvements catholiques de jeunesse, JEC et Scoutisme25.

Vers une reconnaissance

  • 26 Andrieu Cl., « La commémoration des dernières guerres françaises : l’élaboration de politiques sym (...)
  • 27 La loi a été promulguée le 18 octobre 1999.

10La demande sociale de commémoration des guerres a souvent précédé les positions officielles de l’État26. En ce qui concerne la guerre d’Algérie, cela tient sans doute au fait qu’elle avait divisé la nation et qu’elle était considérée comme un échec. Il fallut attendre 1999 pour que trois propositions de loi émanant de la gauche et de quelques députés de droite expriment le souhait que le terme « guerre d’Algérie » soit introduit dans les textes officiels27. Ce ne fut qu’en décembre 2002 que le président J. Chirac inaugura le « Mémorial » de la guerre d’Algérie et des combats du Maroc et de la Tunisie, amorce d’un consensus mémoriel. Encore fallait-il faire une histoire critique des mémoires écrites ou orales, rôle des historiens, et toucher un plus grand public grâce aux médias.

  • 28 Le Monde, 14 février 2003, article de Dominique Dhombres. Ont participé à l’émission : H. Demangea (...)

11En mars 2001, « La Croix » publiait un dossier sur la guerre en faisant appel aux témoignages de ses lecteurs. Ceux-ci seront nombreux à y répondre et le 21 le journal citait largement des extraits du document des Nantais transmis par l’un d’entre eux. Suite à cette publication, un journaliste de la chaîne Arte, André Gazut, qui lui-même avait été déserteur en 1958, se mit en peine de rencontrer les auteurs en vue d’une émission sur « la résistance des consciences chrétiennes et communistes », ce qui eut lieu à Nantes chez Paul Templier. Le tournage de l’émission s’effectua le 2 février 2002 et celle-ci fut diffusée dans le cadre des « Mercredi de l’histoire » les 12 et 19 février, avec une seconde partie sur « la politique du mensonge » où intervinrent quelques membres du groupe. Le Monde jugera très positivement l’émission : « Avec son rythme lent, son ton posé, le film d’André Gazut contribue au grand travail collectif de mémoire qui a lieu sous nos yeux. L’apaisement n’est possible que si la vérité a été dite28. »

  • 29 Cette nouvelle édition précise : « Le dossier, tiré à l’alcool en février 1957, était devenu à pei (...)
  • 30 En 1986, l’aumônerie militaire était devenue le diocèse aux armées avec un évêque titulaire.
  • 31 Presse-Océan, 6 août 2002.

12Grâce aux médias, le document des Nantais sortait enfin de l’oubli. La décision fut alors prise de contacter tous ceux qui avaient été concernés en vue d’une nouvelle édition, la première étant devenue, avec le temps, difficilement lisible29. L’évêque aux armées, Mgr Le Gal, fut également prévenu de cette nouvelle diffusion30. La petite équipe des auteurs, envisageant de le voir versé aux Archives nationales, sollicita le secrétaire d’État aux Anciens combattants, J. Floch, ancien député maire de Rezé en Loire-Atlantique. La rencontre n’eut lieu qu’au mois de Mai, alors que ce dernier n’occupait plus ce poste, suite au changement de la majorité parlementaire. L’ancien ministre manifesta alors le désir de faire un dépôt aux archives du Sénat et à la Bibliothèque nationale de France et prenait sur lui, sans concertation, de transmettre le dossier aux journaux nantais Ouest-France et Presse Océan, ce qui pouvait laisser entendre que c’était grâce à lui qu’il était sorti de l’oubli31.

« Pacifiques par vocation et guerriers par situation »

  • 32 Prochascou Ch., 14-18, retours d’expérience, Paris, 2008, p. 40.

13Comme dans toutes les guerres, la question se pose de savoir si le contenu des carnets et souvenirs des combattants peut être considéré comme une trace authentique du conflit ou bien reflète-t-il davantage l’esprit de leurs rédacteurs32.

  • 33 Documents sur l’Algérie, première partie, p. 1.

14Ces précautions méthodologiques étant prises, on peut examiner l’apport du dossier. Pour la première partie intitulée « Des faits marquants », il s’agit essentiellement d’extraits des « roulantes ». En introduction, les auteurs indiquent clairement que les témoignages « sont la relation par des rappelés de faits vécus. Il ne s’agit pas pourtant d’un reportage, car ces faits ont été intentionnellement choisis et groupés en raison du problème moral qu’ils posent. On ne s’étonnera donc pas de trouver seulement les aspects plus ou moins horribles de la guerre et l’on se rappellera que, malgré les apparences, ce n’est pas un acte d’accusation de l’armée en Algérie. Ce sont des faits authentiques. D’autres faits aussi graves auraient pu être cités. Par souci d’objectivité, nous nous sommes limités aux plus indiscutables. Ce sont des faits, rien de plus, mais des faits inquiétants, angoissants même pour une conscience d’homme et de chrétien. Nous les livrons tels quels33 ».

  • 34 Témoignage d’un 2e classe radio-voltigeur d’une compagnie de fusiliers-marins. Documents, p. 2.
  • 35 Témoignage d’un sous-officier. Documents, p. 7.
  • 36 Témoignage d’un sous-officier chef de groupe. Documents, p. 6.

15Parmi ceux qui reviennent au fil des pages on peut retenir quelques exemples significatifs. Les représailles aveugles sont fréquentes. En juin 1956, suite à une embuscade dressée en Oranais par les fellaghas qui a fait 14 morts dans un groupe mobile de protection rurale (GMPR), 35 suspects des villages voisins sont alignés par rangée de six sur le bord de la route nationale : « Pendant plus d’une heure j’ai pu voir brutaliser les prisonniers : coups de pied bas, coups de crosse dans l’estomac, les côtes, la nuque. L’homme tombe, assommé. On jette un seau d’eau sur ceux qui s’obstinent à rester allongés. Coups de cravache pour les faire se relever. Et l’on recommence. Tous n’arrivaient pas à se relever34… » En mai, au cours de « l’opération casbah » à Alger trois suspects sont découverts : « Alors commence “le passage à tabac” à coups de poings et coups de pieds. Les Arabes s’écroulent et sont relevés à coups de baïonnettes et la séance continue. Ceci se renouvelle plusieurs fois. Et finalement, ne pouvant plus tenir debout, jambes et bras cassés, ils sont traînés au camion qui devait les emmener35. » Dans ces conditions une intervention qui semble s’imposer est toujours difficile. En août toujours dans l’Algérois, suite à une nouvelle embuscade, 6 suspects sont d’abord remis à la gendarmerie puis aux militaires qui procèdent à un passage à tabac : « Je demande au commandant de la compagnie de prendre ses responsabilités et d’intervenir. Ce n’est pas sans peine qu’il réussit à délivrer les 6 Arabes devenus de vraies loques humaines des mains des militaires déchaînés36. »

  • 37 Témoignage d’un 2e classe. Documents, p. 3.

16La torture est évidemment abordée avec tous les problèmes moraux qu’elle comporte. Les « interrogatoires successifs » sont suivis de procédés sur lesquels le dossier n’est pas avare de détails : « À la fin on applique un fil électrique aux parties et un autre à l’oreille et pendant quelques secondes on tourne la manivelle de la génératrice. L’homme alors se tord de douleur et hurle à mort… C’est à ce moment qu’on peut, quelquefois, obtenir des renseignements37. » En conclusion à cette partie, remarquant que toutes les régions d’Algérie sont touchées par de tels excès : « Le mal est plus ou moins grave, plus ou moins camouflé, mais il est général… C’est l’ambiance qu’il faudrait évoquer, le climat moral, où, peu à peu, la haine arrive à s’installer froidement. »

  • 38 Dossier 2e partie, p. 9.
  • 39 Ibidem, p. 11.
  • 40 Ibidem, p. 14.

17Dans un second temps, on tente d’expliquer ces faits par ce qu’on qualifie « d’ambiance militaire ». Cependant précaution est encore prise de préciser que les témoignages cités ne sont que partiels parce qu’ils ne concernent que sept à huit compagnies (infanterie, infanterie coloniale, artillerie, fusiliers marins) dont on a partagé la vie quotidienne. Celle-ci est rude : cantonnements improvisés, marches harassantes, hygiène sommaire, etc. L’atmosphère est déprimante d’autant plus que pour les soldats du contingent, à la différence des militaires de carrière, « il n’est guère question d’accomplir son devoir ou de servir les intérêts de la France38 ». Les réflexions reflètent généralement une hostilité déclarée à l’égard du gouvernement et de l’armée dont pourtant certains officiers sont sensibles à « l’humain ». Les préjugés racistes sont tenaces : « En somme l’Arabe était généralement jugé comme un être inférieur, un être de moindre valeur… Quand, au cours d’opérations, la discipline de feu se relâchait ou devenait inexistante, un Arabe devant nous n’était plus un homme mais une cible à atteindre39. » Peu à peu se crée un climat de haine et dans ces conditions le fait d’être chrétien n’a pas empêché certains de ne pas se différencier dans leur comportement de leurs camarades. Les aumôniers ont donc rencontré des difficultés à faire respecter les valeurs évangéliques. Malgré un « dévouement admirable », ils étaient en trop petit nombre. La conclusion de cette seconde partie est claire : « Les risques que courent les jeunes exposés à cette influence déshumanisante et contraire à l’Évangile sont trop graves pour qu’on puisse négliger le problème… En nous plaçant sous ce simple angle moral, nous ne voyons d’issue nulle part sinon dans l’arrêt d’une guerre toujours fratricide40. »

  • 41 Dossier 3e partie : témoignage dans l’Algérois, p. 17.
  • 42 Ibidem : secteur du Bônois, p. 18.

18Pour être juste, le dossier dans sa troisième partie s’attache à citer « des faits plus consolants », « faits moins probants, moins spectaculaires, moins faciles à monter en épingle que les précédents ». Malgré les obstacles de la langue, le barrage de la culture et de la religion, et le contexte de la guerre, un dialogue peut s’instaurer marqué par le respect et même une atmosphère de confiance. Aux populations souvent misérables, on essaye de donner le peu qu’on a : « Véritable attaque du train par plusieurs centaines de gosses pour recueillir bonbons, chocolat, sucre, etc. Remarquable ! Les militaires, tous rappelés, donnaient tout ce qu’ils avaient comme nourriture, pain, conserves, tout y passait, si bien que la plupart ne mangeaient pas dans la soirée. Les enfants qui paraissaient les plus pauvres et les plus petits étaient les plus favorisés41. » Les interventions médicales ont rarement contribué à créer un climat de « pacification » : « Notre docteur soignait, souvent avec des moyens bien rudimentaires, des plaies repoussantes et souvent gangreneuses. Il fallait voir la joie des Arabes alors qu’ils apportaient leurs enfants, pauvres êtres amaigris et malpropres42… » Sans parler du retournement de situation, spécialement dans les régions les plus calmes, on avait là quelques signes de fraternité, sans doute limités, mais porteurs d’espérance.

  • 43 Nozière A., Algérie. Les chrétiens dans la guerre, Paris, 2001, p. 26 et 27.
  • 44 Dossier Annexe, p. 4.

19Le dossier comporte enfin une annexe intitulée « Aspects de l’Église d’Afrique du Nord » pour lesquels les auteurs précisent qu’ils ont été, malgré des contacts fréquents mais limités, des « observateurs extérieurs ». L’Église catholique en Algérie comportait alors pour 800 000 fidèles, essentiellement des Européens, trois diocèses, Alger, Oran et Constantine, avec des prêtres séculiers et 465 religieux dont des Pères blancs spécialistes de l’Islam43. À la tête de cette Eglise, l’archevêque d’Alger, Mgr Duval, s’était très tôt déclaré pour l’autodétermination, s’opposant ainsi aux « pieds noirs » : « Pour eux, d’autre part, Mgr Duval reste encore gênant par le fait qu’il affirme encore avec trop de netteté les droits des Arabes. On le soupçonne même d’avoir des contacts, sinon avec le FLN, du moins avec des Arabes nationalistes44. »

  • 45 Par la loi du 21 septembre 1947, les ministres du culte en Algérie reçoivent une indemnité de fonc (...)
  • 46 Dossier Annexe, p. 8.
  • 47 On pourrait cependant citer le cas des Petits frères de Jésus fondés par R. Voillaume qui avaient (...)

20Trois dossiers retiennent l’attention. Le clergé vit dans des conditions matérielles plus satisfaisantes qu’en métropole45. La dispersion des chrétiens entraîne de nombreux déplacements avec une pratique religieuse assez faible notamment dans le Constantinois. Ces prêtres ont réservé un accueil « généreux, très large » à leurs confrères rappelés en les impliquant, dans la mesure du possible, dans la vie paroissiale. Dans la plupart des cas, ceux-ci adoptent un point de vue très proche, en matière politique, de leurs fidèles, ne souhaitant visiblement pas l’indépendance et évitant le sujet brûlant de la torture. On note donc un divorce avec l’opinion majoritaire de nos rappelés. Pour la communauté chrétienne, malgré des observations limitées, il apparaît, avec des contrastes locaux, une piété très « méridionale » qualifiée dans certains cas de « vague religiosité ». L’Action catholique spécialisée semble limitée malgré la présence d’importants patronages salésiens à Oran. Face à l’Islam enfin, « la coupure semble radicale » avec une ignorance et des préjugés à son égard46. Le clergé est persuadé de l’impossibilité d’un apostolat auprès des musulmans, en partie dû à une ignorance de leur religion, exception faite bien sûr des Pères blancs47.

*

  • 48 Bédarida F. et Fouilloux E., « La guerre d’Algérie et les chrétiens ». Cahiers de l’IHTP, no 9, oc (...)

21De retour en France, les auteurs du dossier ne devaient pas en rester au simple stade de témoignage. Comme beaucoup d’autres chrétiens, ils ont été profondément marqués par le drame algérien48. Celui-ci a été, à leur dire, une épreuve de vérité pour leur vocation, avec des difficultés à se réinsérer dans le cadre ecclésial traditionnel. Mais forts de cette expérience, ils ont œuvré pour une pastorale renouvelée qui sera confortée par les orientations du concile Vatican II.

Notes

1 Pervillé G., « Les historiens de la guerre d’Algérie et ses enjeux politiques en France », in M. Crivello et P. Garcia (éd.), Concurrence des passés. Orages politiques du passé dans la France contemporaine, université de Provence, 2006, p. 257.

2 Ainsi à titre d’exemple Buron R., Carnets politiques de la guerre d’Algérie, Paris, 1965.

3 Selon B. Stora cité par Pervillé G., Pour une histoire de la guerre d’Algérie, Paris, 2002.

4 Albert R., Carnets de route d’un soldat d’Algérie, La Crèche, 2002, p. 13. L’auteur resitue, à chaud, l’action dans un secteur donné de l’Oranais, dans une unité combattante ordinaire en 1957-1958.

5 Pervillé G., De l’empire français à la décolonisation, Paris, 1993, p. 174-175.

6 Droz B. et Lever E., Histoire de la guerre d’Algérie (1954-1962), Paris, 1991. Ageron Ch. R., La décolonisation française, Paris, 1994, p. 157.

7 Christophe P., Le Rappel. Journal d’Algérie, Paris, 2006, « Simple témoignage ». Ce journal reconstitué à partir d’une correspondance, d’un carnet de notes, de divers documents et « du souvenir indélébile de dialogues mémorables », p. 10.

8 Jauffret J. Ch., Soldats en Algérie (1954-1965), Expériences contrastées des hommes du contingent, Paris, 2001, p. 40.

9 Launay M., Les séminaires français aux XIXe et XXe siècles, Paris, 2003, p. 203.

10 Le grand séminaire comptait alors environ 150 étudiants, cf. Berger L., L’épiscopat nantais de Mgr Villepelet 1936-1966, Nantes, 1992, p. 60 sq.

11 Boniface X., L’aumônerie militaire française (1914-1962), Paris, 2001, p. 413.

12 Vaugarni V., ordonné en 1927, avait fait de la résistance durant la Seconde Guerre mondiale et servi comme aumônier aux troupes d’occupation en Allemagne jusqu’en 1952. Il restera en Algérie jusqu’en 1958.

13 Courrière Y., La guerre d’Algérie 1954-1957. Les Fils de la Toussaint, t. I, Paris, 2001.

14 Pour plus de détails on se reportera au mémoire de maîtrise de Julie Gaudin, Des prêtres et séminaristes nantais rappelés en Algérie en 1956 témoignent, université de Nantes, 2003. Ce travail a été largement utilisé pour cet article.

15 Ibidem, p. 89.

16 Christophe P., op. cit., p. 139.

17 Dactylographié, il est tiré à plusieurs exemplaires à l’alcool. Il sera également transmis par le P. Lemoine à Joseph Folliet pour « La chronique sociale de France ».

18 Parmi tous ces témoins, 9 sont clairement identifiés : Marcel Bauvineau, Henri Demangeau, Guy Dubigeon, Paul Guillet, Augustin Lebreton, Joseph Lépine, Émile Macé, Michel Renaudineau et Paul Templier.

19 Buron, R. op. cit., p. 39. Sur le problème de l’objection de conscience et du service militaire, cf. Minois G., L’Église et la guerre. De la Bille à l’ère atomique, Paris, 1994, p. 434.

20 Durant la guerre d’Algérie, la « Semaine religieuse » de Nantes se contentera de reproduire les déclarations de l’ACA souhaitant « une paix véritable sur les bases d’une justice loyalement acceptée », cf. Semaine religieuse du 6 avril 1957.

21 Gaudin J., op. cit., p. 20. La revue « Les temps modernes » de J.-P. Sartre publiera en juin 1957 une partie du premier chapitre.

22 La Croix du 31 juillet 1957. Également, Boniface X., op. cit., p. 509.

23 Notamment ceux de J. Duquesne en janvier 1958.

24 Cité par Gaudin J., op. cit., p. 35.

25 Cholvy G. et Hilaire Y. M., La France religieuse. Reconstruction et crise, 1945-1975, Toulouse, 2002, p. 93.

26 Andrieu Cl., « La commémoration des dernières guerres françaises : l’élaboration de politiques symboliques 1945-2003 », in Cl. Andrieu, M. Cl. Lavabre, D. Tartakowsky (dir.), Politique du passé : usages politiques du passé dans la France contemporaine, Université de Provence, 2006, p. 27 sq.

27 La loi a été promulguée le 18 octobre 1999.

28 Le Monde, 14 février 2003, article de Dominique Dhombres. Ont participé à l’émission : H. Demangeau, M. Beauvineau, M. Poison et P. Templier.

29 Cette nouvelle édition précise : « Le dossier, tiré à l’alcool en février 1957, était devenu à peine lisible. Cette nouvelle édition est totalement conforme à l’original. »

30 En 1986, l’aumônerie militaire était devenue le diocèse aux armées avec un évêque titulaire.

31 Presse-Océan, 6 août 2002.

32 Prochascou Ch., 14-18, retours d’expérience, Paris, 2008, p. 40.

33 Documents sur l’Algérie, première partie, p. 1.

34 Témoignage d’un 2e classe radio-voltigeur d’une compagnie de fusiliers-marins. Documents, p. 2.

35 Témoignage d’un sous-officier. Documents, p. 7.

36 Témoignage d’un sous-officier chef de groupe. Documents, p. 6.

37 Témoignage d’un 2e classe. Documents, p. 3.

38 Dossier 2e partie, p. 9.

39 Ibidem, p. 11.

40 Ibidem, p. 14.

41 Dossier 3e partie : témoignage dans l’Algérois, p. 17.

42 Ibidem : secteur du Bônois, p. 18.

43 Nozière A., Algérie. Les chrétiens dans la guerre, Paris, 2001, p. 26 et 27.

44 Dossier Annexe, p. 4.

45 Par la loi du 21 septembre 1947, les ministres du culte en Algérie reçoivent une indemnité de fonction. Cf. Poulat E., Notre laïcité publique, Paris, 2003, p. 101.

46 Dossier Annexe, p. 8.

47 On pourrait cependant citer le cas des Petits frères de Jésus fondés par R. Voillaume qui avaient à cœur un dialogue avec l’Islam. Cf. Launay M., René Voillaume. Contemplation et action, Paris 2005, p. 165.

48 Bédarida F. et Fouilloux E., « La guerre d’Algérie et les chrétiens ». Cahiers de l’IHTP, no 9, octobre 1988.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search