Version classiqueVersion mobile

Expériences de la guerre, pratiques de la paix

 | 
Guy Saupin
, 
Éric Schnakenbourg

Troisième partie. Mémoire sociale de la guerre

Les vétérans de la guerre franco-allemande et la médaille commémorative de 1870-1871 en Loire-Inférieure

Jean-François Caraës

Texte intégral

  • 1 Boucault P., Les anciens combattants à Nantes durant l’entre-deux-guerres, 1919-1939, mémoire de m (...)
  • 2 Voir infra, notes 3, 4 et 6.

1Le sort des anciens militaires revenus à la vie civile n’a pas enthousiasmé les historiens au point de lui consacrer études et publications en nombre. Ceux-ci auraient pu suivre le chemin tracé par le maître, Jean-Pierre Bois, auteur d’une remarquable thèse sur « Les anciens soldats dans la société française au XVIIIe siècle », publiée en 1990. En Loire-Atlantique, les anciens combattants ont suscité un mémoire de maîtrise1, pour la période de l’entre-deux-guerres, et quelques articles pour la première moitié du XIXe siècle2. C’est pourtant un véritable sujet de recherche ; l’histoire de la création de la médaille commémorative de 1870-1871 et sa répercussion dans le département permet d’en saisir tous les enjeux.

  • 3 Caraës J.-F., « Les récompenses honorifiques accordées par Louis XVIII aux anciens combattants ven (...)
  • 4 Caraës J.-F., « Les premiers décorés de la légion d’honneur en Loire-Atlantique : une élite départ (...)
  • 5 Le premier ministère des anciens combattants en France ne date que de 1938.
  • 6 Caraës J.-F., « D’un empire à l’autre : gloire et misère des combattants au XIXe siècle », dans Re (...)

2« Puisque nous avons eu le revers de la médaille, pourquoi n’aurions-nous pas la médaille du revers ? » Ainsi un député pose-t-il la question de la reconnaissance de la République envers les combattants de la guerre de 1870, plus de trente ans après les évènements. En effet, la défaite des armées françaises a gommé toute idée de commémoration en même temps qu’elle a creusé un trou de vingt ans d’empire dans la mémoire officielle. Même cause, même effet : un demi-siècle plus tôt, au lendemain de Waterloo, la Restauration monarchique a pris soin de juguler toute tentative de mouvement ou d’association tendant à rappeler le régime déchu, pour d’évidentes raisons politiques et de « sécurité publique ». En même temps, le roi attribue des récompenses et distinctions honorifiques à ceux qui ont soutenu le trône pendant la période troublée de la Révolution, s’assurant ainsi le soutien des monarchistes « de la première heure3 ». Les anciens de la Grande armée ont pieusement conservé le souvenir des heures glorieuses ou terribles de l’épopée, sous le manteau et au risque de leur liberté. Et si Louis XVIII conserve l’ordre de la Légion d’honneur qui devient « ordre royal » pour la circonstance, les titulaires de « l’étoile d’honneur » sont-ils rigoureusement recensés et contrôlés4. Il faut attendre d’abord la monarchie de Juillet pour qu’ils « sortent du bois », puis l’avènement du prince-président aux plus hautes fonctions, présidentielle puis impériale, pour qu’ils expriment quelques revendications. Celles-ci sont alors essentiellement matérielles ; nombre d’entre eux vivant dans des conditions de vie déplorables, demandent des secours au nom de leurs services au temps du grand empereur. Les services des anciens combattants ne sont toujours pas reconnus officiellement, aucune structure ne les regroupe pour qu’ils puissent faire valoir leurs droits5. À la suite de la guerre de Crimée qui vaut à tous les combattants français l’attribution de la « médaille de SM la reine d’Angleterre », Napoléon III imite l’exemple britannique et crée en 1857 la première médaille commémorative française, la médaille de Sainte-Hélène6. « Quarante ans ont passé » avant qu’un régime politique épingle au revers des redingotes le témoignage de gratitude de la nation. À partir de cette date, le pli est pris, chaque campagne militaire est alors dotée de sa médaille à l’effigie du souverain ; et la République reprendra la tradition pour les campagnes coloniales de la fin du siècle, à son effigie.

Des lieux de souvenir

  • 7 Une circulaire du 6 juillet 1897 en précise l’encadrement réglementaire, tendant à diriger une « œ (...)
  • 8 Pilven Le Sevellec Y., « Introduction à l’étude des monuments aux morts de la Loire-Atlantique – 1(...)

3Au lendemain de la guerre franco-allemande, la perte d’une partie du territoire national, la difficulté d’assoir le régime républicain d’une manière stable, la forte représentation des courants monarchistes et bonapartistes, concourent à laisser dans l’ombre les événements militaires, de quelque période qu’ils soient, empire ou république ; et c’est tout juste si en 1876 (13 septembre), une lettre du ministre de l’intérieur confirme le droit d’élever des monuments destinés à honorer la mémoire des soldats morts pendant la guerre de 1870-1871. Ceux-ci peuvent être érigés par des communes, des sociétés ou des particuliers7. C’est donc autour du culte des morts que s’effectue la première manifestation de la commémoration. Mais en Loire-Inférieure, loin des champs de bataille de l’Est ou du Centre, il faut attendre la fin du siècle et la grande vague patriotique qui l’accompagne pour voir se dresser des monuments aux morts, que l’on a dénombré à environ deux douzaines dans le département8. Leur importance varie, de la simple plaque sur laquelle sont inscrits les noms des victimes de la guerre (Le Pouliguen, Saint-Nazaire…), jusqu’à la pyramide (Ancenis, Le Pellerin…), au calvaire (Sainte-Pazanne…) ou au monument dédié (Port-Saint-Père, Guérande…). Le plus monumental est sans conteste celui de Nantes, inauguré en 1897 en présence du président de la République Félix Faure, au bas du cours Saint-Pierre, et dédié « aux défenseurs de la patrie » ; il est dû à une initiative, exprimée en 1892, de l’Association des anciens officiers de terre et de mer, présidée par le lieutenant-colonel Parfaire et a été élevé avec la participation de la Société des combattants de 1870.

Fig. 1 : Manifestation patriotique au monument aux morts de Nantes en 1904.

4C’est autour de ces lieux de recueillement que l’on se rassemble régulièrement pour des manifestations commémoratives et patriotiques, car depuis les années 1880, les associations d’anciens combattants n’ont cessé d’être créées, au gré de l’évolution des mentalités et des mouvements politiques nationaux. La fraternité d’armes n’est pourtant pas un fait nouveau : les « débris de l’armée impériale » se sont réunis secrètement dès la chute du premier empire, puis officiellement sous la forme des sociétés de secours mutuel règlementées par le prince-président en 1852. Leur but premier est de rassembler les anciens militaires pour leur assurer l’assistance nécessaire en cas de maladie, de chômage, d’aider leur famille en cas de décès. C’est aussi un moyen de maintenir le lien entre les anciens compagnons d’armes et, quand les circonstances les y portent, à jouer un rôle politique officieux. Des sociétés apparaissent ainsi très tôt, à Lyon dès 1823, à Nîmes dans les années 1830… et sur le plan national, c’est en 1865 qu’est créée la « Société de secours mutuel française des ex-militaires ». Ceux-ci peuvent se reconnaître grâce à la médaille émise par la société, arborée à la boutonnière lors des cérémonies privées, et dont le module évolue avec le régime politique.

Les acteurs du souvenir

  • 9 Sur les 57 membres de 1892 se trouvent quatre femmes. Tous sont décorés : 3 sont chevaliers de la (...)
  • 10 Vraine Ph., La Société nationale des retraites des vétérans des armées de terre et de mer, 1870-18 (...)

5On distingue deux grandes vagues de création pour ces associations d’anciens combattants : d’abord dans les années 1880-1885 avec, dans le département, la « Société de secours mutuel des anciens sous-officiers et soldats retraités et pensionnés des armées de terre et de mers de la ville de Nantes » (8 juin1884, approbation préfectorale du 20 octobre). Malgré des effectifs apparemment réduits (57 membres en 18929), on lui doit l’érection du monument aux morts de Nantes et une influence certaine dans la vie associative locale. La seconde période de création se situe dans le sillage du boulangisme, à partir de 1893. Le premier janvier de cette année est fondée la « Société nationale de retraites des Vétérans des armées de terre et de mer 1870-1871 », sans conteste la plus importante association d’anciens combattants d’avant la Grande Guerre10. Par l’utilisation du mot « vétéran », elle se place dans la pure tradition militaire en rappelant à la fois l’Ancien Régime et les guerres de l’Empire. Elle revendique aussi la filiation mutualiste, mais ses buts sont clairs : « réunir et solidariser en un groupement national et fraternel tous les Défenseurs de la Patrie, exalter entre eux le culte de la Patrie, entretenir la flamme de la revanche, assurer une pension de retraite, œuvrer à la reconnaissance par les pouvoirs publics des droits des anciens combattants ». La société des vétérans va bien au-delà d’une simple société de secours mutuel et se positionne en véritable mouvement politique, dans la droite ligne du boulangisme. Cette association déploie une grande énergie pour assurer son rayonnement et utilise largement les supports de communication et de représentation : organisation de banquets et de congrès, émission de médaille pour les sociétaires et pour les « sympathisants », médaille d’honneur, drapeau, diplôme, affiche, livret, almanach, casquette, montre, cartes postales, jusqu’au drap mortuaire et au sabre d’honneur ; elle possède aussi son organe de presse, « le vétéran », édité sans interruption de juillet 1898 au printemps 1940, et décliné localement par quelques sections. Largement représentée dans l’hexagone, elle essaime en sections réunies en fédérations départementales.

Commune

Numéro de la section

Date de création

Blain

648

1899 (7 décembre)

Guérande

689

1899 (7 décembre)

Saint-Joachim

1086

1900 (13 septembre)

Nantes

795

1900 (1er mars)

Saint-Nazaire

1183

1900 (6 décembre)

Saint-Etienne-de-Corcoué

1361

1901 (2 mai)

Joué

1516

1901 (28 novembre)

Saint-Mars-la-Jaille

1510

1901 (28 novembre)

Sucé

1524

1901 (28 novembre)

Pouliguen (Le)

1446

1901 (29 août)

Ancenis

1456

1901 (29 septembre)

Varades

1201

1901 (3 janvier)

Loroux (Le)

1319

1901 (4 avril)

Frossay

1408

1901 (4 juillet)

Basse-Indre (La Montagne)

1221

1901 (7 février)

Pellerin (Le)

1244

1901 (7 février)

Saint-Père-en-Retz

1609

1902 (27 mars)

Clisson

1747

1902 (27 octobre)

Ligné

1735

1902 (27 octobre)

Port-Saint-Père

1724

1902 (30 octobre)

Riaillé

1727

1902 (30 octobre)

Rouans

1774

1903 (19 février)

Pallet (Le)

1800

1903 (26 mars)

Châteauthébaud

2124

1907 (7 octobre)

Châteaubriant

2142

1908 (14 mai)

Moisdon

2156

1909 (11 février)

  • 11 Il existe dans les archives municipales d’Ancenis un petit dossier concernant la médaille de 1870, (...)
  • 12 Ambroise Pantin de Landemont (1856-1932), maire d’Ancenis de 1888 à 1908, démissionnaire du consei (...)
  • 13 Le marquis de Goyon-Matignon (1516e section de Joué, 1er mars 1902), le comte Le Gualès de Mézaubr (...)
  • 14 Fondé en 1887 en Alsace et Lorraine occupée, avec pour buts conserver le souvenir de ceux qui sont (...)
  • 15 À Ancenis, c’est une petite pyramide dans le carré militaire, portant 5 noms de 1892 à 1895. À Châ (...)
  • 16 Vraine, La Société nationale…, op. cit. Un dépouillement de la presse locale permettrait sans dout (...)
  • 17 Caraës J.-F., « L’exécution parfois difficile de la loi : les inventaires en pays de Retz », dans (...)

6En Loire-Inférieure, 26 sections sont créées entre le 7 décembre 1899 (Blain) et le 11 février 1909 (Moisdon), qui sont réunies en fédération le 23 novembre 1905 rassemblant ainsi 2500 membres11. Le bureau est composé du président Ambroise Pantin de Landemont12, des vice-présidents H. de Couëssin et G. Guilloiseau, des secrétaires L. Briot et docteur Blin, des trésoriers Hupé et Favry. Le siège de la fédération est à Ancenis dont la section, fondée en 1901, devient le bras armé ; celle-ci possède son drapeau remis en 1902 et sa propre médaille commémorative émise à l’occasion de la « fête du drapeau » en 1902. Plusieurs personnalités du département sont membres d’honneur de la société des vétérans, la quasi-totalité issues des sections de Joué et de Riaillé, plaçant l’arrondissement d’Ancenis comme le foyer de la société en Loire-Inférieure13. Cette société des vétérans aura un rôle déterminant dans la création de la médaille commémorative de 1870-1871. Elle a aussi un rôle moteur dans l’érection des monuments aux morts, pour lesquels le Souvenir français14 fournit les plaques de bronze où figurent les noms de combattants15. La cartographie de ces monuments commémoratifs coïncide étroitement avec l’implantation des sections de la Société des Vétérans, largement présente dans l’arrondissement d’Ancenis, dans le vignoble, sur la rive gauche de l’estuaire et en presqu’île guérandaise. Il est dommage que l’on ne dispose d’aucun élément sur l’encadrement et le fonctionnement de ces sections, les archives de la société ayant été perdues au lendemain de la Seconde Guerre mondiale16. Il est cependant probable qu’elles constituent un relais territorial important pour le parti conservateur, comme on le constate pour la Société des anciens zouaves pontificaux en 1906 lors des inventaires réalisés en application de la loi de séparation des églises et de l’État17.

Fig. 2 : Ambroise Pantin de Landemont.

Fig. 3 : Lettre manuscrite adressée au maire d’Ancenis.

  • 18 Vraine Ph., Médailles et insignes portables de la guerre franco-allemande de 1870-1871, Chevregny, (...)
  • 19 Il est également président de la « Société des anciens de la Garde » au titre de laquelle il avait (...)

7Dans la même lignée, mais à vocation strictement locale, est créée à Nantes la même année 1893, au mois de septembre, « l’Union fraternelle et patriotique des anciens défenseurs de la Patrie », dont les statuts sont modifiés en novembre 1897 et qui portera aussi le nom d’« Union fraternelle et patriotique des anciens combattants de 1870-1871 contre l’Allemagne » ou encore « Union fraternelle et patriotique des anciens combattants de 1870-1871 de Nantes ». À l’instar des nombreuses associations du même type, elle émet « une médaille d’argent portative surmontée d’un trophée avec attributs militaires suspendus par un ruban de couleur avec filet tricolore » dont on ne possède aucun exemplaire identifié18. Cette seconde vague de création de sociétés d’anciens militaires ne se cantonne pas aux combattants de la guerre franco-allemande : ainsi, « l’Association fraternelle des Criméens » voit-elle le jour en 1898, rassemblant les anciens militaires de cette guerre oubliée sous la présidence du lieutenant-colonel Aronssohn19. Et si la campagne d’Italie de 1859 ne semble pas avoir suscité de réunion d’anciens frères d’armes, l’expédition du Mexique a dû avoir sa société d’anciens, comme en témoigne l’émission d’une médaille non équivoque. Il s’agit là de « sociétés patriotiques et de retraite », ainsi qu’elles sont qualifiées par les services de la préfecture au début du XXe siècle.

Fig. 4. – Médailles de la Société des vétérans, de la Société des ex-militaires, de la Société des Criméens.

Pourquoi une médaille de 1870 ?

8Dès 1882, le général Billot, ministre de la guerre, souhaite qu’il soit créé « une décoration officielle élevant à l’ordre de la Nation le courage malheureux de tous ces anciens combattants qui furent confrontés à la terrible réalité du conflit franco-allemand ». Il existe alors plusieurs médailles officielles et les insignes associatifs commencent à apparaitre, témoignages de la vocation de secours mutuel des sociétés, souvenir de la campagne et expression du désir de revanche. Mais pour une médaille commémorative de la guerre franco-allemande, il y a un obstacle de taille : la responsabilité de la défaite est attribuée au régime impérial déchu, à ses généraux incapables, et la République n’entend pas organiser un souvenir autour d’évènements malheureux et imputables à ses ennemis politiques, bonapartistes et conservateurs d’une manière plus générale. Cette médaille est jugée inopportune et tardive : c’est la médaille de la défaite. Un projet est repoussé par le Sénat à six reprises, au motif qu’on ne commémore pas une défaite, on ne pardonne pas l’humiliation. Pourtant, la République n’est pas chiche de reconnaissance et institue des médailles commémoratives pour les campagnes coloniales : Tonkin (1885), Madagascar (1886 et 1895), Dahomey (1892), coloniale avec nombreuses agrafes (1893), Chine (1902), Maroc (1909).

  • 20 Frère de Ferdinand Bougère, député du Maine-et-Loire, conservateur antidreyfusard, il fait lui-mêm (...)

9Autant les premières associations se sont cantonnées à leur rôle d’assistance mutuelle, puisque statutairement elles n’ont pas le droit d’avoir un rôle politique, autant les sociétés crées après 1893 ont une attitude plus revendicatrices, après le mouvement boulangiste et l’explosion du nationalisme. La première proposition de création de la médaille est présentée par Ernest Noël, député républicain de l’Oise le 8 mars 1894. Dans la foulée, D. Delahaye demande que soit créé, pour les anciens combattants, un ruban sans médaille et un insigne pour les blessés (une étoile). Mais des réserves sont aussitôt émises quant à l’attribution frauduleuse qui pourrait en être faite, pour des non combattants (déserteurs, ou Bretons du camp de Conlie). Pourtant, à la Chambre, le vote positif est écrasant : 285 voix sont pour une seule contre. Le Sénat en aura raison. En 1906, c’est au tour de Laurent Bougère, député du Maine-et-Loire20, de réclamer l’institution d’une distinction honorifique pour les vétérans de 1870-1871, en vain.

  • 21 Journal nationaliste et antidreyfusard.

10Alors au cours du congrès de la société des vétérans en 1907, son président Joseph Sansboeuf propose de prendre en main la réalisation de ce vœu. S’en suivent une campagne de banquets, des visites officielles, des manifestations ; le journal « Le vétéran » publie des listes de parlementaires favorables à la médaille, en même temps que le Petit Journal21 publie plusieurs numéros illustrés, dont celui du dimanche 19 décembre 1909, avec dessin en couleur légendé « pour la médaille de 1870-1871, la France d’aujourd’hui rend justice aux héros d’autrefois ». Le 31 janvier 1910, une délégation se rend au Palais Bourbon pour déposer les 100 000 signatures obtenues à la suite de la pétition lancée le 13 mai 1909. À la suite de l’affaire Dreyfus, des attaques contre l’armée, du développement de la propagande antimilitariste et antipatriotique, la médaille doit être le témoin tangible de l’évolution de la politique gouvernementale, jusqu’à présent hostile à cette commémoration.

Fig. 5. – Propagande du Petit Journal en faveur de la médaille de 1870.

  • 22 Monarchiste, républicain rallié, soutient plusieurs textes « sociaux », antidreyfusard (il sera mê (...)
  • 23 Député de la Gironde, sergent en 1870-1871, évadé et titulaire de la médaille militaire, « républi (...)

11Le 11 février 1910, le député de la Seine Georges Berry22 monte à la tribune pour défendre un amendement au budget du ministère de la guerre, tendant à y inscrire la somme nécessaire à l’établissement d’un projet de loi pour la création de la médaille de 1870. L’amendement est voté par 549 voix contre 34 (le Sénat le vote ensuite le 7 avril suivant). Le compte rendu de séance publié au Journal officiel représente 6 pages dans lesquelles Berry expose les motifs de cet amendement : déjà, en 1898, un amendement semblable avait été voté par la Chambre mais repoussé par le Sénat. Mais, ajoute-t-il, « depuis, l’antipatriotisme est devenu en quelque sorte une religion, il a ses grands prêtres, ses desservants et ses disciples ». Aussi s’agit-il de « lutter, de protester contre de telles propagandes qui font tant de mal à la France et à son armée ». Il mentionne qu’une seule médaille a été accordée, à Strasbourg, au cuirassier trompette du général Michel, par l’empereur Guillaume « qui vous a montré l’exemple ». Et de citer également les médailles des campagnes coloniales attribuées à des militaires qui bien souvent n’ont pas affronté l’ennemi, ou encore les médailles « de défaites » comme la médaille russe de Sébastopol ou autrichienne de Sadowa, quand ce n’est pas celle de Sainte-Hélène. Le député Antoine Jourde23 lui répond longuement, affirmant que lui-même ancien combattant ne voit pas l’utilité d’une telle reconnaissance ; il est suivi par le ministre de la guerre le général Jean Brun, qui confirme son intention de ne pas présenter de projet de loi pour ne pas « rappeler la période la plus sombre de l’histoire ».

Fig. 6. – Les députés Georges Berry et Hubert de Montaigu.

  • 24 Officier de carrière, Louis de Montfort a servi en Algérie et au Mexique et a fait la campagne de (...)
  • 25 Berteaux a déjà été ministre de la guerre en 1904-1905, c’est lui qui a mis fin à l’affaire des fi (...)
  • 26 Il reprend ici la symbolique utilisée par de nombreuses sociétés dont le ruban, la plupart du temp (...)

12La création de la médaille est évoquée au Sénat dans sa séance du 1er avril, au cours de laquelle le vicomte de Montfort24, malgré ses positions politiques, se déclare hostile à cette distinction. Il n’admet que la création d’un insigne pour les engagés mineurs qui ont ainsi fait preuve de dévouement exceptionnel, et d’un autre insigne pour les blessés. En réponse, M. Gervais se prononce pour une mesure générale et pour toute la campagne, ce qui permettrait la réunion de tous les Français. Moins péremptoire qu’à la Chambre, le ministre de la Guerre répond aux sénateurs qu’il étudiera la question. Mais rien ne vient, et au cours de la session de 1911, Georges Berry présente un nouvel amendement le 21 mars. Le ministre a changé, c’est maintenant le radical-socialiste Maurice Berteaux25 qui répond d’une manière tout à fait favorable à la proposition du député : il déclare en effet qu’« il est légitime de penser que le courage, même malheureux, doit être honoré, et il peut y avoir intérêt à rappeler aux jeunes gens qui n’ont pas vécu les heures terribles, qu’à un certain moment la patrie a traversé des épreuves douloureuse ». Dans les plus brefs délais, un projet de loi doit être déposé ; et il ajoute « jusqu’à présent, une chose est arrêtée dans mon esprit. J’ai l’intention de demander aux Chambres d’accepter pour cette médaille un ruban qu’on puisse considérer comme un symbole et qui, comprenant les couleurs noir et vert, dira les deuils du passé et nos espérances dans la grandeur de la patrie26. J’estime aussi que le métal qui convient à une telle médaille doit être un métal sombre… Cette médaille doit être impressionnante par sa simplicité ; elle devra dire nos souvenirs et notre attachement à ceux qui, aux heures pénibles, ont ramassé l’épée de la France et ont réussi quand même à sauver l’honneur du pays ». Au Sénat, dans la séance du 15 avril, il informe que le projet est prêt et ajoute : « La médaille sera décernée à tout le monde. Il ne faut pas que, parce que le hasard des conditions sociales ou des évènements aura fait servir les uns comme officiers de Mobiles par exemple, alors que d’autres servaient comme sous-officiers, caporaux et soldats, que ces derniers ne reçoivent que la médaille commémorative, alors que l’officier recevrait la médaille et la croix… »

  • 27 Annexe du Journal officiel no 992. Le ministre de la Guerre est alors le général Goiran, qui rempl (...)
  • 28 Annexe au Journal officiel no 1071.
  • 29 Les députés de Loire-inférieure sont Philippe Delaroche-Vernet, Albert de Dion, Henri Ferron de La (...)
  • 30 Annexe au Journal officiel no 242.
  • 31 Annexe au Journal officiel no 256.
  • 32 Les sénateurs de Loire-inférieure sont Fernand du Breil de Pontbriant, Edouard de La Jaille, Henri (...)

13Le projet de loi est déposé sur le bureau de l’assemblée le 29 mai 191127. Le rapport à la Chambre28 est présenté par le comte Hubert de Montaigu, député monarchiste de Loire-Inférieure fraîchement élu à la suite de son père le marquis Pierre de Montaigu, châtelain de la Bretesche en Missillac. Lui-même est un ancien officier, son père a fait la guerre contre l’Allemagne. Sans débat, celui-ci ayant eu lieu lors du dépôt de l’amendement Berry, le texte est adopté le 3 juillet 1911, par 485 voix contre 129, après déclaration d’urgence et avec une seule modification concernant la renonciation à une agrafe particulière « défense de Belfort ». Toujours à la hussarde, le texte est transmis au Sénat le 11 juillet30, rapporté par Cauvin le 12 juillet31, et la loi est votée le même jour32 ; elle sera promulguée le 9 novembre 1911. Les Vétérans ont gagné leur combat.

La médaille et son attribution

  • 33 Loi du 22 juillet 1909. La même effigie sera reprise sur des médailles postérieures : médailles de (...)
  • 34 L’article 2 de la loi stipule : « L’insigne sera en bronze et du module de 30 millimètres. Il port (...)
  • 35 Prix de la médaille avec ruban et épinglette : 0,75 fr ; si envoyée à domicile : 1 fr ; prix unita (...)

14La médaille « de la défaite » est d’un module de 30 mm en bronze, dû au sculpteur Georges Lemaire, représentant la même effigie de la République casquée que sur la précédente médaille du Maroc33 qu’il a composée, mais sans les lauriers sur le casque. Au revers, une composition à base de trophée surmonte un cartouche portant la mention « aux défenseurs de la Patrie » et surmontée des dates « 1870-1871 ». Le ruban est rayé vert et noir ; il peut porter une agrafe en argent « engagé volontaire »34. Dès le 2 avril 1911, confirmant ainsi la part qu’il a prise à l’adoption de la loi, le Petit Journal publie une illustration en couleur où figure une médaille qui ressemble à la médaille officielle avec son ruban conforme, mais dont la bélière est laurée. Et puis des fabricants privés éditent un module en argent, de taille supérieure (36 mm), d’autres émettent des agrafes en forme de fougère portant le nom d’une localité. Mais la médaille « courante » est frappée par la Monnaie de Paris, et les tarifs sont publiés au Journal officiel du 8 décembre 1911, un mois après la promulgation de la loi35.

  • 36 Elle annule une précédente instruction du 21 septembre.
  • 37 En sont dispensés les titulaires de la Légion d’honneur, les médaillés militaires, les officiers e (...)

15Remettre une décoration à quarante ans de distance nécessite de définir une procédure stricte ; une instruction ministérielle du 2 novembre 191136 y pourvoit et est relayée par le préfet de Loire-Inférieure dans une circulaire du 28 novembre. La demande doit être formulée sur un modèle précis, accompagnée des pièces originales ou certifiées conformes attestant la situation militaire, ou un certificat de présence sous les drapeaux délivré par la société des Vétérans de l’armée de terre, les combattants de 1870-1871, les engagés volontaires de 1870-1871 ou les sociétés de médaillés militaires ou autres légalement constituées. La place des sociétés d’anciens combattants est ainsi clairement posée, elles peuvent même se porter garantes de la moralité des postulants, rendant inutile la production d’un extrait du casier judiciaire ou d’un certificat de bonnes vie et mœurs37. Le dossier est à adresser à un destinataire différent selon la qualité des demandeurs, les principaux étant le ministère de la guerre, la préfecture et les communes parmi les huit possibles.

Fig 7. – Médaille de 1870-1871 : module avec agrafe fougère « Nantes », et dans sa boîte « offerte par le député Bougère ».

  • 38 Archives départementales de Loire-Atlantique, 200 J 23.

16Devant la complexité d’une telle procédure, une fois de plus les sociétés de vétérans sont officiellement appelées à mettre tout en œuvre pour faciliter les démarches. C’est ainsi qu’une circulaire de la Société des vétérans, en date du 26 octobre 1911, insiste pour que les présidents des sections prennent en charge les dossiers des postulants. La société participe à l’allègement de la procédure et dispense de fournir plusieurs pièces demandées par l’administration : tous les dossiers (83 645) qu’elle expédie sont acceptés sans réserve. De la même façon, la Société des anciens zouaves pontificaux, depuis le mois d’avril 1911, informe ses membres des différents épisodes parlementaires qui marquent la création de la médaille dans son organe de presse L’avant-garde. Le 1er octobre, elle fait état de l’instruction relative à la procédure d’attribution et conclut : « Nous prions nos camarades de vouloir bien nous faire parvenir demandes et dossiers ; nous nous chargerons de les envoyer en bloc au ministère de la Guerre et d’activer la remise des brevets38. » Le 1er janvier 1912, L’avant-garde annonce : « Nos camarades, qui nous ont envoyé leurs dossiers, seront avisés prochainement du résultat de nos démarches. Ceux qui n’ont pas de titres pour faire constater leur participation à la campagne de France – octobre 1870 à février 1871 – peuvent nous demander un certificat de présence pendant cette période. » Les sociétés d’anciens combattants constituent ainsi un relais important dans la procédure d’attribution de la médaille ; mais en l’absence de documentation sur leurs effectifs, il est difficile d’évaluer la part qu’il représente auprès de l’ensemble des postulants.

Fig. 8. – Formulaires produits par la Société des vétérans pour l’instruction des demandes.

  • 39 L’article 3 de la loi stipule : « Le brevet de cette médaille sera délivré gratuitement aux ayants (...)

17En Loire-Inférieure, la Fédération des sections de la Société des vétérans a anticipé et, dès le 24 janvier 1911, a fait effectuer une enquête auprès des maires de 65 communes du département aux termes de laquelle on estime à 340 le nombre de médailles à délivrer gratuitement pour les anciens combattants signalés pour actions d’éclat dument justifiées ou blessés sur le champ de bataille, et à 5212 celles à délivrer aux frais des récipiendaires39. Pour renforcer son image locale, la Fédération propose que la remise de la médaille soit gratuite pour tout le monde et, le 6 février 1912, fait parvenir une lettre circulaire à tous les maires leur demandant de faire voter par leur conseil la formule de vœu qu’elle propose :

« La Fédération des Sections de Vétérans de la Loire-Inférieure a décidé, ainsi que nous avons eu l’honneur de vous en informer, de faire des démarches en vue de la remise gratuite des médailles de 1870-1871, aux ayants droit habitant le département de la Loire-Inférieure…
Nous ne doutons, pas, Monsieur le Maire, que vous teniez à l’honneur de proposer à MM. Les Conseillers municipaux de votre commune l’adoption du vœu que nous vous adressons. Vous donnerez ainsi un précieux témoignage de sympathie à nos compatriotes qui ont servi la France sur les champs de bataille au cours des années douloureuses de 1870-1871. »

Fig. 9. – Courrier adressé aux maires pour la gratuité de la médaille.

18La réponse est à retourner à Ancenis le 31 mars au plus tard, pour la session d’avril du Conseil général. La plupart des communes sollicitées font état de leur adhésion au vœu dans les procès-verbaux de leur conseil municipal : Ancenis le 27 mars, Frossay le 22 février, Guérande le 3 mars, Joué le 4 février, Le Loroux-Bottereau le 18 février, Le Pellerin le 3 mars, Rouans le 25 février, Saint-Joachim le 18 février… Port-Saint-Père, qui a pourtant une section des Vétérans et un monument aux morts, ne le mentionne pas, mais le registre est particulièrement lapidaire.

  • 40 Le département compte alors 220 communes.
  • 41 Archives départementales de Loire-Atlantique : 1 M 414 : instructions, correspondance (1911-1913)  (...)

19Au cours de la session (18 avril 1912), M. de La Biliais, membre de la commission des affaires diverses rapporte que 150 conseils municipaux40 ont appuyé le vœu de la Fédération des vétérans demandant la gratuité de la médaille, pour la dizaine de mille anciens combattants résidant dans le département. Il propose que le Conseil général vote une somme de 3500 francs pour acheter les médailles. Le comte de Pontbriand renchérit : « J’approuve entièrement ces conclusions ; nous ne pouvons pas marchander ce témoignage d’estime et de sympathie à des compatriotes qui ont un jour fait le sacrifice de leur vie pour la défense de la patrie. » Le président Léon Jamin reconnaît que « les vétérans qui demandent que la médaille leur soit accordée gratuitement ne sont pas à 60 centimes près ; et le déplacement qu’ils feront pour aller la chercher leur coûtera peut-être plusieurs francs ; mais il leur est pénible de payer cette médaille : ils pensent que si on la leur octroie, c’est qu’on l’estime méritée, et ils considèrent qu’elle doit leur être offerte. Tel est leur sentiment ». La cause semble être entendue, à la réserve prêt que le président, le comte H. de Montaigu et le comte de Pontbriand jugent le montant insuffisant pour le nombre de postulants. Suivent les interventions de Ch. Le Roux, du général de Sesmaisons, du marquis de Bellevue et du président Jamin observant que tous les anciens combattants ne font pas partie de la Fédération des vétérans et que celle-ci ne peut assurer la distribution des médailles. Il est alors arrêté que ces dernières seront remises aux maires qui les remettront soit directement, soit par l’intermédiaire de la Fédération. Les crédits votés dans la séance du 18 avril correspondent l’achat de 5552 médailles et 337 agrafes. La préfecture de Loire-Inférieure lance les commandes dès le mois de juin : 500 médailles le 21 juin 1912 (pour une somme de 304 fr), 200 médailles avec 50 agrafes le 14 août 1912. De la procédure de remise qui s’étale sur plusieurs années, les Archives départementales conservent les états nominatifs des titulaires, les bordereaux de remise et récépissés d’envoi41. Reconnaissants, les Vétérans remercient le Conseil général dès le 5 septembre 1912 : « Enfin, Messieurs, le Président de la Fédération des sections de Vétérans des Armées de terre et de mer de la Loire-Inférieure adresse les remerciements de la Fédération, pour la bienveillance avec laquelle vous avez bien voulu accueillir le vœu relatif à la remise gratuite de la médaille commémorative de 1870-1871 aux ayants droit habitant la Loire-Inférieure. »

  • 42 No 77, cotisations acquittées 2 frs en 1914, 1 fr en 1915. Il meurt à Nantes en 1916 à l’âge de 73 (...)

20Il suffisait en effet de résider en Loire-Inférieure : le Finistérien Gabriel Caraës (1843-1916), ancien sergent au 44e d’infanterie de ligne, demeure alors à Nantes : son brevet signé du 26 novembre 1912 porte le numéro 212137 au ministère de la guerre, a été enregistré à la grande chancellerie sous le numéro 218098 ; le bordereau d’envoi est établi par la préfecture de Loire-Inférieure le 6 décembre 1912, le brevet lui est remis le 10 décembre 1912. Il compte parmi les 3154 titulaires du département, sur les 358000 matricules conservés à la grande chancellerie. Et comme beaucoup d’autres, il adhère à l’Association amicale et de secours des médaillés de 1870-1871 de la Loire-Inférieure qui vient de voir de jour, complétant le dispositif associatif accompagnant les anciens combattants42.

*

21La médaille commémorative de 1870-1871 est devenue un objet de collection quand elle n’est pas souvenir d’une histoire familiale ; au-delà, sa création tardive témoigne de l’émergence des sociétés d’anciens combattants au début de la IIIe République, de leur action politique autant que du rôle social pour lequel elles ont vu le jour. Le sort des anciens combattants a longtemps été mis de côté tout au long du XIXe siècle, il devient un véritable enjeu au moment où la vie politique se structure et où la France est secouée par des turbulences telles que la crise boulangiste ou l’affaire Dreyfus. Dans l’écriture de l’histoire politique, le jeton de bronze des défenseurs de la patrie a tenu un rôle, certes minime, mais qui mériterait d’être approfondi au travers du prisme des groupements et sociétés dont l’histoire reste à écrire dans le département.

Fig. 10. – Gabriel Caraës : état des services communiqué pour l’obtention de la médaille.

Fig. 11. – Diplôme et carte de l’Amicale des médaillés.

Notes

1 Boucault P., Les anciens combattants à Nantes durant l’entre-deux-guerres, 1919-1939, mémoire de maîtrise d’histoire, université de Nantes, 2000-2001.

2 Voir infra, notes 3, 4 et 6.

3 Caraës J.-F., « Les récompenses honorifiques accordées par Louis XVIII aux anciens combattants vendéens : décoration du Lys, armes et brevets d’honneur », dans Revue de la Société des historiens du pays de Retz, 1994, no 14, p. 13-20.

4 Caraës J.-F., « Les premiers décorés de la légion d’honneur en Loire-Atlantique : une élite départementale ? », Bulletin de la Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique, t. 143, 2008, p. 241-256.

5 Le premier ministère des anciens combattants en France ne date que de 1938.

6 Caraës J.-F., « D’un empire à l’autre : gloire et misère des combattants au XIXe siècle », dans Revue du Centre généalogique de l’ouest, 1998, no 95, p. 97-99, no 96, p. 171-173.

7 Une circulaire du 6 juillet 1897 en précise l’encadrement réglementaire, tendant à diriger une « œuvre confiée par la loi » (ordonnance du 18 juillet 1816).

8 Pilven Le Sevellec Y., « Introduction à l’étude des monuments aux morts de la Loire-Atlantique – 1re partie : avant la Grande Guerre », dans Visions contemporaines, no 3 février 1989, p. 6-70.

9 Sur les 57 membres de 1892 se trouvent quatre femmes. Tous sont décorés : 3 sont chevaliers de la Légion d’honneur, 20 titulaires de la médaille militaire, 4 ont reçu les médailles de Crimée et d’Italie et 2 des médailles d’honneur. Quelques années plus tard, ils sont 68 membres dont 5 femmes (3 chevaliers de la Légion d’honneur, 21 médaillés militaires, 6 titulaires de médailles de campagnes, 4 de médailles d’honneur, 2 de la médaille des douanes).

10 Vraine Ph., La Société nationale des retraites des vétérans des armées de terre et de mer, 1870-1871, Chevregny, l’auteur, 2001, 372 p.

11 Il existe dans les archives municipales d’Ancenis un petit dossier concernant la médaille de 1870, vestige de l’activité de la fédération implantée dans cette commune (E dépôt 12, 2 H 12).

12 Ambroise Pantin de Landemont (1856-1932), maire d’Ancenis de 1888 à 1908, démissionnaire du conseil municipal en 1911 pour se consacrer à la Fédération des sections de la société des vétérans ; propriétaire terrien passionné des problèmes agricoles, il est deux fois président de la Société d’agriculture de Loire-inférieure. Il fait la guerre de 1914-1918 dans l’artillerie, finit commandant et chevalier de la Légion d ‘ honneur ; il est élu sénateur de Loire-inférieure de 1920 à 1932.

13 Le marquis de Goyon-Matignon (1516e section de Joué, 1er mars 1902), le comte Le Gualès de Mézaubran (même section, même date), François Gaillard, conseiller général (même section, 27 mars 1902) ; le comte Guy-Marie de Durfort (1727e section de Riaillé, 30 avril 1903), le vicomte Marie-Louis de Durfort (même section, même date), Alain de Rougé, conseiller général (même section, 1905), le comte Pierre de Durfort (même section, 14 février 1907), le général de Moulins de Rochefort (12 septembre 1907).

14 Fondé en 1887 en Alsace et Lorraine occupée, avec pour buts conserver le souvenir de ceux qui sont morts pour la France, entretenir les monuments élevés à leur gloire, transmettre le flambeau du souvenir aux générations successives.

15 À Ancenis, c’est une petite pyramide dans le carré militaire, portant 5 noms de 1892 à 1895. À Châteauthébaud, le monument de 1870-1871 porte aussi les plaques de la guerre de 1914-1918. Au Pellerin, une pyramide porte 13 noms. Au Pouliguen, c’est une simple plaque de marbre blanc dû à la 1446e section des Vétérans. À Saint-Nazaire, le monument se résume à un fronton placé sur le mur du cimetière, avec les dates. 5 monuments ont disparu sans laisser de traces : Nantes (une dalle de marbre posée dans la galerie de l’hôtel de ville), Fégréac (un grand calvaire élevé en 1884), Guérande (monument élevé dans le cimetière par Guillouzo président de la 689e section des Vétérans, portant des noms de morts pendant les périodes de 1855-1859 et 1870-1871, inauguré en 1908), Paimboeuf (dû au Souvenir français, et mentionné en 1958), Rezé (dû à la société des Vétérans, cité en 1919). 11 monuments existants sont dus à l’initiative du Souvenir français, consistent en plaques apposées sur un monument dédié ou non, une pyramide ou un calvaire : La Boissière-du-Doré, La Chapelle-basse-mer, Châteaubriant, Le Landreau, Legé, Ligné, Le Loroux-Bottereau, Port-Saint-Père, Saint-Julien-de-Concelles, Sainte-Pazanne, Soudan. Il faut y ajouter Le Pallet, inauguré en 1894 (Pilven Le Sevellec, op. cit.).

16 Vraine, La Société nationale…, op. cit. Un dépouillement de la presse locale permettrait sans doute de retrouver des éléments utiles à l’écriture de l’histoire de la société dans le département.

17 Caraës J.-F., « L’exécution parfois difficile de la loi : les inventaires en pays de Retz », dans Revue de la Société des historiens du pays de Retz, no 24, 2005, p. 53-67.

18 Vraine Ph., Médailles et insignes portables de la guerre franco-allemande de 1870-1871, Chevregny, l’auteur, 2004, 142 p.

19 Il est également président de la « Société des anciens de la Garde » au titre de laquelle il avait assisté aux obsèques du général Mellinet à Nantes quatre ans plus tôt. En Crimée, il était simple caporal au bataillon des chasseurs à pied de la Garde impériale et a été blessé d’un éclat d’obus à la tête.

20 Frère de Ferdinand Bougère, député du Maine-et-Loire, conservateur antidreyfusard, il fait lui-même partie du groupe des droites.

21 Journal nationaliste et antidreyfusard.

22 Monarchiste, républicain rallié, soutient plusieurs textes « sociaux », antidreyfusard (il sera même censuré en 1900), devient progressiste et au moment de l’affaire des fiches, s’oppose aux nationalistes et à la politique de Combes.

23 Député de la Gironde, sergent en 1870-1871, évadé et titulaire de la médaille militaire, « républicain collectiviste », fait partie de la commission de l’armée, vote avec la chambre pour l’affichage du discours du général Cavaignac contre Dreyfus, le regrette et vote l’affichage de l’arrêt de renvoi devant le conseil de guerre de Rennes.

24 Officier de carrière, Louis de Montfort a servi en Algérie et au Mexique et a fait la campagne de 1870 ; blessé, fait chevalier de la Légion d’honneur sur le champ de bataille, il refuse de signer la capitulation et est fait prisonnier à Metz. Il se retire de l’armée active en 1873 et ne tarde pas à se lancer dans la politique. Il est député de la Seine-Inférieure de 1889 à 1890 puis sénateur du même département de 1900 à 1911. Dès 1888, il s’était prononcé pour l’alliance des monarchistes aux boulangistes et est l’un des fondateurs du groupe de la droite républicaine.

25 Berteaux a déjà été ministre de la guerre en 1904-1905, c’est lui qui a mis fin à l’affaire des fiches. Son passage au ministère est marqué par plusieurs réformes, notamment du service militaire. Il retrouve son portefeuille du 2 mars au 21 mai 1911. Il trouve la mort ce jour-là au cours d’un meeting aérien où un aéroplane s’écrase sur le terrain où se trouvent les personnalités.

26 Il reprend ici la symbolique utilisée par de nombreuses sociétés dont le ruban, la plupart du temps tricolore, est souvent bordé des couleurs noir et vert.

27 Annexe du Journal officiel no 992. Le ministre de la Guerre est alors le général Goiran, qui remplace Berteaux du 27 mais au 27 juin 1911.

28 Annexe au Journal officiel no 1071.

29 Les députés de Loire-inférieure sont Philippe Delaroche-Vernet, Albert de Dion, Henri Ferron de La Ferronaye, Charles Ginoux-Defermon, Gabriel Guist’hau, Jacques Leclerc de Juigné, Hubert de Montaigu, Gustave Roch, Maurice Sibille.

30 Annexe au Journal officiel no 242.

31 Annexe au Journal officiel no 256.

32 Les sénateurs de Loire-inférieure sont Fernand du Breil de Pontbriant, Edouard de La Jaille, Henri Lecour-Grandmaison, Augustin Maillard de Bois-Saint-Lys, Auguste Mercier.

33 Loi du 22 juillet 1909. La même effigie sera reprise sur des médailles postérieures : médailles des Dardanelles, d’Orient, de Syrie-Cilicie, du Moyen-Orient.

34 L’article 2 de la loi stipule : « L’insigne sera en bronze et du module de 30 millimètres. Il portera à l’avers l’effigie de la République et, au revers, des attributs militaires rappelant la collaboration des troupes de la guerre et de la marine avec les millésimes “1870-1871”. Cette médaille sera suspendue au ruban par une bélière également en bronze. Le ruban aura une largeur de 36 millimètres. Il sera coupé dans le sens de la longueur de neuf raies vertes et noires alternées, d’une largeur de 4 millimètres chacune. » L’agrafe est due à un amendement du député de la Seine A. Chenal. Sur la médaille du point de vue de la phaléristique : Stiot, commissaire-général R., « La médaille commémorative de la campagne 1870-1871 », dans Carnet de la Sabretache, p. 122-123 ; Vidal Ph.-J., « La médaille commémorative de la guerre de 1870-1871 », dans La Phalère, no 3, 2002, p. 23-40.

35 Prix de la médaille avec ruban et épinglette : 0,75 fr ; si envoyée à domicile : 1 fr ; prix unitaire par commande de 100 : 0,60 fr ; agrafe « engagé volontaire » : 0,50 fr.

36 Elle annule une précédente instruction du 21 septembre.

37 En sont dispensés les titulaires de la Légion d’honneur, les médaillés militaires, les officiers et les fonctionnaires.

38 Archives départementales de Loire-Atlantique, 200 J 23.

39 L’article 3 de la loi stipule : « Le brevet de cette médaille sera délivré gratuitement aux ayants droit qui devront se procurer l’insigne à leurs frais. »

40 Le département compte alors 220 communes.

41 Archives départementales de Loire-Atlantique : 1 M 414 : instructions, correspondance (1911-1913) ; 1 M 415 : états nominatifs des titulaires (1912-1920) ; 1 M 416 : bordereau d’envoi nominatifs de brevets de la médaille (1920-1932), correspondance (1914-1931) ; 1 M 417-419 : postulants (1912-1914) ; 1 M 420 : accusés de réception des brevets (1912-1913).

42 No 77, cotisations acquittées 2 frs en 1914, 1 fr en 1915. Il meurt à Nantes en 1916 à l’âge de 73 ans.

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : Manifestation patriotique au monument aux morts de Nantes en 1904.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132843/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 2 : Ambroise Pantin de Landemont.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132843/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 62k
Légende Fig. 3 : Lettre manuscrite adressée au maire d’Ancenis.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132843/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Légende Fig. 4. – Médailles de la Société des vétérans, de la Société des ex-militaires, de la Société des Criméens.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132843/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Fig. 5. – Propagande du Petit Journal en faveur de la médaille de 1870.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132843/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Fig. 6. – Les députés Georges Berry et Hubert de Montaigu.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132843/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Fig 7. – Médaille de 1870-1871 : module avec agrafe fougère « Nantes », et dans sa boîte « offerte par le député Bougère ».
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132843/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig. 8. – Formulaires produits par la Société des vétérans pour l’instruction des demandes.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132843/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 209k
Légende Fig. 9. – Courrier adressé aux maires pour la gratuité de la médaille.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132843/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 211k
Légende Fig. 10. – Gabriel Caraës : état des services communiqué pour l’obtention de la médaille.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132843/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 11. – Diplôme et carte de l’Amicale des médaillés.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132843/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

Auteur

Président de la société archéologique et historique de Nantes et de la Loire-Atlantique

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search