Version classiqueVersion mobile

Expériences de la guerre, pratiques de la paix

 | 
Guy Saupin
, 
Éric Schnakenbourg

Troisième partie. Mémoire sociale de la guerre

Des anciens soldats de l’Empire. L’exemple des médaillés de Sainte-Hélène à Chalonnes-sur-Loire

Alain Fougeray

Texte intégral

  • 1 Bois J.-P., Les anciens soldats dans la société française au XVIIIe siècle. Paris, Economica, 1990 (...)
  • 2 Nathalie Petiteau, Lendemains d’Empire : les soldats de Napoléon dans la France du XIXe siècle, Pa (...)
  • 3 Forest J.-L., colonel, « Les médaillés de Sainte-Hélène dans le Maine-et-Loire », Archives d’Anjou (...)

1Si les anciens soldats du roi ont trouvé leur historien1, ceux de la Révolution et de l’Empire n’ont pas été l’objet d’une grande attention en dehors du travail de Nathalie Petiteau et de quelques études locales2. La difficulté est grande à traquer ces vétérans, ces « débris » comme ils se sont eux-mêmes désignés, car très peu ont intégré l’Hôtel des Invalides ou, dans les provinces, les compagnies sédentaires vouées principalement à la défense des côtes. La majorité de ces militaires « licenciés » est rentrée au bercail pour y vivre plus ou moins misérablement dans un environnement autrefois familier. Cependant, il est une source qui peut permettre une approche de ce que furent ces derniers représentants de l’épopée impériale : la médaille de Sainte-Hélène. Je dois au colonel (ER) Jean-Louis Forest de m’être penché sur ces vétérans. En effet, alors qu’il rédigeait un article sur les médaillés de Sainte-Hélène en Maine-et-Loire3, il m’a donné la photocopie d’un état de propositions concernant les soldats retirés à Chalonnes-sur-Loire, où j’ai passé mon enfance. Il m’a donc paru intéressant de tenter une première approche de ce microcosme de la société chalonnaise, décrivant les petits désespoirs et grands bonheurs de la recherche en archives.

La médaille de Sainte-Hélène

  • 4 Les archives départementales de Maine-et-Loire conservent les registres nominatifs des vétérans qu (...)
  • 5 À cette époque, en France, aucune médaille commémorative de campagne n’a encore été créée.

2Août 1857. Depuis presque cinq ans, Napoléon III règne sur la France. Il s’est déjà préoccupé du sort des anciens soldats de son oncle. Le décret du 14 décembre 1851 leur accorde, sous forme de secours ou de rentes viagères, plus de 2 millions de francs. 11 000 vétérans parmi les plus démunis vont en bénéficier4. Cette mesure sera renouvelée et étendue pendant toute la durée du Second Empire et la IIIe République continuera d’honorer cette dette : le dernier pensionné est mort en 1898. Les anciens soldats de l’Empire se sont souvent groupés en nombreuses et actives associations de vétérans, telle la célèbre « Société Philanthropique des débris de l’Armée impériale », qui revendiquent qu’une médaille officielle vienne enfin honorer et récompenser ces « débris » de l’épopée5.

3La fin de la guerre de Crimée va faire évoluer la situation. En effet, à la suite de cette guerre et de la campagne de la Baltique, la reine d’Angleterre, Victoria, a accordé aux troupes françaises ayant participé à ces opérations la médaille qu’elle a instituée pour ses propres soldats. Napoléon III en autorise le port en avril 1856 pour la médaille de Crimée et en juin 1857 pour celle de la Baltique. Cette mesure est particulièrement bien accueillie par les ayants droit et l’Empereur s’empresse, à l’issue des campagnes d’Italie en 1859, de Chine en 1861, et du Mexique en 1863, de créer les médailles commémoratives correspondantes. On peut donc supposer raisonnablement que l’idée de créer une médaille pour honorer les Anciens du Premier Empire, en dehors de raisons politiques évidentes, trouve son origine dans cette médaille de Crimée accordée par la Reine d’Angleterre aux soldats français de l’expédition.

4Le 13 août 1857, un décret, signé la veille, est publié au Moniteur.

« Napoléon… […]
Voulant honorer par une distinction spéciale les militaires qui ont combattu sous les drapeaux de la France dans les grandes guerres de 1792 à 1815,
Avons décrété et décrétons ce qui suit :
Article 1er. Une médaille commémorative est donnée à tous les militaires français et étrangers des armées de terre et de mer qui ont combattu sous nos drapeaux de 1792 à 1815.
Cette médaille sera en bronze et portera d’un côté l’effigie de l’Empereur, de l’autre pour légende : campagnes de 1792 à 1815. À ses compagnons de gloire sa dernière pensée. 5 mai 1821.
Elle sera portée à la boutonnière suspendue par un ruban vert et rouge. »

5Le 27 août suivant on apprend le nom de cette médaille : « Sa Majesté l’Empereur a décidé que la médaille commémorative des campagnes de 1792 à 1815… sera désignée sous le nom de médaille de Sainte-Hélène. »

  • 6 Sur proposition du député Maurice Barrès, ce ruban, à quelques nuances près, sera repris pour la C (...)

6Albert Barre, graveur général de la Monnaie, a conçu une médaille en bronze, haute de 50 mm et large de 31 mm. Sa patine sombre lui vaut le surnom de « médaille de chocolat ». Elle présente à l’avers le profil de Napoléon Ier, au revers la légende prévue par le décret de création. L’ensemble est entouré d’une couronne de lauriers et surmonté de la couronne impériale. Le ruban est vert foncé à cinq raies rouge framboise, avec sur les bords un liseré de même couleur6. La médaille était livrée dans une petite boite blanche en carton, dont le couvercle présentait, en relief, l’aigle impériale, la dédicace « Aux compagnons de gloire de Napoléon Ier » et la date du décret impérial de création. Chaque médaillé recevait en outre, un diplôme nominatif, signé par le Grand Chancelier de la Légion d’honneur, et comportant un numéro d’enregistrement.

7Pour postuler, il suffit de justifier de sa présence sous les drapeaux entre 1792 et 1815, sans que soit exigée une durée de service ou même une éventuelle participation à une campagne. Napoléon III associe à cet honneur et sans distinction, les soldats de son oncle, ceux de la République, mais aussi ceux de la Première Restauration.

  • 7 Trois cent soixante sept de ces courriers sont conservés aux archives départementales.

8Les préfets sont chargés de faire établir commune par commune, les listes de postulants qui sont expédiées à la Grande Chancellerie de la Légion d’honneur laquelle, après vérification et demandes éventuelles de renseignements complémentaires, adresse en retour médailles et brevets, à charge aux préfets de les redistribuer dans les communes. Ainsi, le 24 août, le préfet de Maine-et-Loire, M. Vallon, envoie un courrier à tous les maires du département7.

« Il est absolument nécessaire que je reçoive avant le 1er septembre prochain, l’état des divers militaires ayant droit à la dite médaille.
Je viens donc vous prier, Monsieur le Maire, de vouloir bien m’adresser d’urgence et directement un état, dans la forme du modèle reproduit de l’autre part, pour ce qui concerne ceux domiciliés dans votre commune. Il devra comprendre, sans aucune exception, tous les anciens militaires vivants, ayant servi de 1792 à 1815, quel que soit leur grade…. Vous aurez soin de ne rien négliger pour prévenir les omissions et les réclamations tardives auxquelles on ne pourrait plus donner suite. […]
Je compte, monsieur le Maire, sur votre exactitude à me fournir dans le délai de rigueur prescrit par le dit état, qui est complètement indépendant, comme vous le remarquerez, de celui demandé par ma lettre circulaire du 11, concernant les anciens soldats de l’Empire qui se trouvent dans une position malheureuse. »

  • 8 On ne connaît pas avec précision le nombre exact de médailles de Sainte-Hélène qui ont été attribu (...)
  • 9 Entre-temps Julien Aillerie a quitté la commune, et cinq postulants seront décédés avant la récept (...)

9Huit jours : voilà ce dont disposent les maires pour accomplir cette tâche. Il reste difficile de savoir avec précision le nombre exact de demandes déposées. Il semble toutefois que, si des contrôles sérieux ont manifestement été effectués par les maires, la préfecture et surtout la Grande Chancellerie de la Légion d’honneur, peu de demandes ont été rejetées. Pour le département du Maine-et-Loire, 3 321 dossiers ont été transmis à la Grande Chancellerie8. En examinant les numéros de brevets enregistrés à la Préfecture, 3 279 médailles ont été attribuées. Mais le recensement par commune fait apparaître un effectif total de 3 227 médaillés, sans qu’il soit possible de donner une explication précise à cette différence (refus, décès…). Nous n’avons pas la date exacte à laquelle le maire de Chalonnes-sur-Loire a envoyé au préfet une liste de quarante-cinq noms d’anciens militaires. Trente-neuf recevront la médaille de Sainte-Hélène9.

10Les premières médailles sont livrées à la préfecture à la mi-janvier 1858. Médailles et brevets sont envoyés aux communes dès le 15 janvier, les maires étant chargés de les remettre aux intéressés. Aucun cérémonial particulier n’est prévu. La lettre du préfet qui accompagne ces envois demande simplement de « délivrer ces médailles et ces brevets aux titulaires le plus rapidement possible, puis de me renvoyer sans retard, dûment remplis et signés, les récépissés dont je vous envoie également les cadres imprimés ». À Chalonnes, treize médailles sont envoyées par le préfet le 15 janvier 1858 et trente-deux le 9 juin suivant.

11Il est certain que le neveu a parfaitement su exploiter le souvenir de son oncle. Outre le bénéfice politique qu’il a pu en tirer, Napoléon III, avec la médaille de Sainte Hélène, a su toucher le cœur de ces vétérans, souvent d’origine très modeste. Pour beaucoup, cette marque de reconnaissance des services passés, véritable relique, bien visible sur le costume et parfois sur l’état civil, a une valeur sentimentale presque aussi importante que la pension ou le secours que certains perçoivent. La « médaille en chocolat », moquée par quelques-uns à sa création, devient, après les premières distributions, un « hochet » très convoité par les retardataires, y compris par les sceptiques du début.

Les anciens soldats à Chalonnes-sur-Loire

  • 10 Archives départementales de Maine-et-Loire : dossier 1 M 8/35.

12Le point de départ de cette étude est le document suivant fourni par le colonel Forest : État nominatif des militaires français et étrangers des armées de terre ou de mer ayant servi sous les drapeaux de la France de 1792 à 1815, qui se trouvent domiciliés dans cette commune. (29 août 1857) signé Fleury10. Cet état comprend six colonnes de renseignements :

  1. Noms et prénoms.
  2. Date de naissance ou âge.
  3. Lieu de naissance.
  4. Époque de l’entrée au service et indication des Corps dans lesquels ils ont successivement servi, ou des Navires sur lesquels ils ont été embarqués.
  5. Dernier grade.
  6. Observations.

13Il m’a donc semblé intéressant d’opérer une première approche de ces quarante-cinq personnes en développant le volet familial des vétérans retirés à Chalonnes, plutôt que leur passé militaire, succinctement décrit dans les différents états. Les archives départementales d’une part, puis municipales de Chalonnes d’autre part, ont été largement – quoique incomplètement – sollicitées. Aux archives départementales, les séries M, Administration générale et R, Affaires militaires ont été explorées. Cette patiente recherche a permis de découvrir les dossiers individuels de 17 candidats seulement sur 45. Ces dossiers sont très divers : certains comportent une ou deux feuilles donnant la plupart du temps un extrait d’acte de naissance et un état sommaire des services. D’autres contiennent davantage de pièces justificatives (figurant en italique dans chaque notice individuelle ci-après). Comme dans la plupart des dépôts d’archives de France, la série R, Affaires militaires, n’a été que très sommairement classée. Aussi, si elle est riche de plusieurs cahiers in-folio d’états de demandes de secours pour les anciens militaires de la Révolution et de l’Empire, ceux-ci ne sont pas classés chronologiquement (souvent d’ailleurs, ils ne portent pas de date) et rendent difficile la recherche.

  • 11 Je dois ici faire les éloges de la bibliothèque municipale de Chalonnes où sont conservées les arc (...)

14Les archives municipales de Chalonnes ont davantage été exploitées car plus riches en renseignements individuels11. Si la déception est grande de constater que les registres de délibérations du conseil municipal ou d’enregistrement du courrier ne comportent pas la moindre allusion à cette distinction honorifique pour des Chalonnais, les cartons de la série H, Affaires militaires, ont permis de découvrir certains dossiers individuels dont le double devrait se trouver en série M. des Archives départementales.

15Le propos était surtout de déterminer ce qu’avait été le devenir de ces anciens soldats après leur démobilisation : avaient-ils exercé un métier ? S’étaient-ils mariés ? Avaient-ils eu des enfants ? À quel âge étaient-ils décédés ? Les dénombrements nominatifs de population devaient pouvoir apporter une réponse à la plupart de ces questions. Mais les archives départementales ont appliqué une circulaire de la Direction des Archives de France enjoignant de ne garder que les dénombrements numériques et de pilonner – hormis un ou deux échantillonnages – les volumineux cahiers nominatifs. Par chance, les archives municipales en ont intégralement conservé les doubles. Ainsi, on peut trouver, classé par lieux d’habitation, pour les premiers recensements, le nom, prénom et métier du chef de famille et, de manière seulement numérique, la présence d’une femme, de fils et de filles. Le recensement de 1856 offre davantage de ressources. Il suffit de trouver les 45 anciens soldats parmi une population de 5 869 âmes !

16En effet, ce dénombrement de population indique, rue par rue, maison par maison, la composition nominative du ou des foyers qui y vivent. Ceci du moins en théorie car les agents recenseurs à Chalonnes n’ont pas fait preuve d’une très grande rigueur dans l’établissement des listes : tout d’abord, au bout de quelques rues parfaitement « photographiées », l’agent recenseur s’est dispensé d’indiquer le nom de jeune fille des épouses, puis un peu plus loin, il leur a donné le nom du mari, ce qui n’est pas de nature à permettre une recherche familiale plus fine. Par ailleurs, alors que le recensement de 1831 détaillait bien les lieux-dits de l’île de Chalonnes – la plus peuplée des îles de la Loire –, celui de 1856 se contente de noter : « île de Chalonnes » et de mentionner en liste continue tous les habitants sans la moindre mention des nombreux hameaux, lieux-dits et écarts qui la composent. Néanmoins ces documents permettent de reconstituer l’environnement familial de l’ancien soldat et de noter son métier.

17Un recoupement devient nécessaire avec les registres de l’état-civil. Le développement des nouvelles technologies sont alors bien utiles puisque, dans presque tous les départements de France, les registres paroissiaux et d’état-civil et les tables décennales ont été mis en ligne. C’est le cas pour le Maine-et-Loire et il est maintenant aisé – mais on pourra toujours regretter l’absence du contact physique avec le document papier – de faire depuis chez soi une recherche généalogique. Il est nécessaire de faire de multiple allers et venues dans les écrans, compte-tenu, au moins à Chalonnes et pour la période concernée, des très nombreuses erreurs de dates, ou de prénoms, ou d’orthographe existant entre les tables (décennales ou de fin de registre) et les actes eux-mêmes. Il a fallu tenter de retrouver les actes de décès de ces vétérans ainsi que les actes de mariage, sachant qu’un certain nombre d’actes ne pourraient être trouvés, n’ayant pas l’assurance qu’ils aient eu lieu à Chalonnes.

18La lecture de ces actes – sommairement mentionnés dans les notices individuelles – permet de reconstituer mentalement ce qu’a pu être la vie de ces hommes après leur vie militaire. La lecture des notices montre que les « collègues » sont toujours assez présents, que plusieurs se marient avec la sœur d’un compagnon d’armes, que ce sont les enfants ou les neveux de ceux-ci qui souvent viennent déclarer le décès de l’ancien soldat.

19L’étude pourrait être poursuivie très largement en exploitant d’autres documents, comme les listes électorales, les matrices foncières, le cadastre, des archives professionnelles par exemple. Les « personnalités » chalonnaises, telles Boutreux, Fleury, les Frémy, Blanvillain, mériteraient à elles seules des notices plus approfondies.

20Trois petites statistiques concluront ce travail.

  • L’âge de l’entrée au service : 18 furent soldats à 20 ans, âge normal de la conscription12 ; 2 à 17, 1 à 18, 9 à 19, 13 entre 21 et 24 ans et 1 à 30 ans.
  • L’année d’entrée au service : 1 est entré au service en 1791, 1 en 1802, 4 en 1804, 2 en 1805, 3 en l’an XIV-1806, 2 en 1807, 2 en 1808, 5 en 1809, 3 en 1811, 4 en 1812 et 11 en 1813.
  • L’âge de décès : les anciens soldats, pour lesquels la date de décès a été trouvée, sont morts entre 67 et 91 ans. Trois sont décédés avant leur 70e année et 25 sont décédés entre 70 et 79 ans ; 2 à 80, 2 à 81, 1, à 87 et enfin 1 à 91 ans. Il faut souligner que ce dernier, Michel-Noël Blanvillain, s’était engagé en 1791 au 1er bataillon de Mayenne-et-Loire et avait fait toutes les campagnes de 1792 à 1798, avant d’être nommé lieutenant-adjudant de place.

21À ces données, il convient d’ajouter la répartition par métiers exercés au retour à Chalonnes :

  • 8 sans indication de métier.
  • 3 propriétaires, 1 rentier, 1 retraité, 1 officier, 1 garde général des Eaux et Forêts, 2 médecins.
  • 2 bouchers.
  • 1 charpentier charron.
  • 1 vigneron.
  • 6 exercent des métiers du textile (1 cordier, 1 marchand de lin, 1 journalier-tailleur, 3 tisserands).
  • 4 exercent des métiers de la Loire (1 charpentier en bateaux, 3 mariniers).
  • 2 travaillent aux mines de Chalonnes (1 garde des mines, 1 ouvrier mineur).
  • 11 sont cultivateurs, laboureurs ou journaliers.
  • 13 L’un d’eux, Recher, est devenu garde-champêtre et la lecture de ses procès-verbaux dans les archiv (...)

22Si la plupart sont pauvres, voire indigents, gageons cependant que tous devaient trouver les bonnes occasions de se retrouver dans un des très nombreux cafés existant à Chalonnes à cette époque, pour refaire l’épopée. En effet, beaucoup ont combattu dans les mêmes unités : 5 marins, 5 au 108e de ligne, 3 au 177e, 2 au 102e ; 2 au 88e ; 3 au 29e ; 2 au 26e régiment d’infanterie légère et 3 au 29e léger. Sans compter deux anciens qui ont servi, honneur suprême, dans la Vieille Garde13.

23À travers ces trajectoires de soldats se pose la question de la capacité d’une société à assurer la transition de la guerre à la paix, en réintégrant en son sein ceux qui ont vécu l’expérience du combat et qui, par conséquent, ont été tenus pour un temps à l’écart du monde dans lequel ils doivent achever leur existence. Ce retour dans l’univers civil se heurte à de multiples difficultés, psychologiques, physiques et sociales. Cette réalité peut être illustrée par l’entrée des sans-grade de Chalonnes qui cherchent à reprendre place dans un monde dont ils ont été écartés. Leurs cas montrent la diversité des destins individuels qu’un regard rapide réduit au modèle unique du demi-solde misérable, inadapté et aigri. Si certains vécurent dans la misère, d’autres réussirent à se reconvertir au sein d’un spectre professionnel relativement large. À côté de travaux de force, plusieurs acquièrent un certain savoir-faire technique leur permettent d’intégrer l’artisanat, alors qu’une minorité accède même à la notabilité locale en devenant médecin.

24La médaille de Sainte Hélène ne permet pas seulement de prendre la mesure du retour à la vie civile plus de quatre décennies après le crépuscule napoléonien. En effet, la réintégration sociale ne se limite pas au domaine professionnel. La décoration destinée aux anciens soldats de l’Empereur manifeste aussi l’évolution du regard que les régimes politiques successifs ont porté sur ces hommes. Tenus en grande suspicion lors de la Restauration, ils sont alors regardés comme des conspirateurs dont la nostalgie nourrie la légende dorée de Napoléon en opposition avec le régime des Bourbons. Bien que ces anciens soldats soient davantage considérés sous la Monarchie de Juillet, ce n’est qu’avec le Second Empire qu’ils jouissent d’une véritable reconnaissance. À ce titre, la médaille de Sainte Hélène est autant une source permettant d’approcher des destins individuels qu’un élément témoignant de la conscience de la spécificité des anciens soldats. Les décennies passées à œuvrer, avec plus ou moins de succès, à une réintégration sociale n’ont pas effacé la perception que les campagnes napoléoniennes ont fait de ces hommes un groupe particulier, comme si l’expérience de la guerre ne pouvait être soluble dans la société civile.

Annexes

ANNEXE. Chalonnes-sur-Loire. Notices individuelles des médaillés de Sainte-Hélène

Blanvillain Michel Noël.

Retraité. Propriétaire.

Demeurant 18, rue des Halles. Il y a une domestique de 25 ans : Jeanne Robert.

Né le 24 décembre 1774 à Chalonnes ; fils de François Blanvillain et Marie Hérin.

Épouse à Chalonnes, le 18 brumaire an IX, Jeanne-Perrine Guichard, née à Chalonnes le 12 mai 1780, fille de Vincent Guichard, demeurant à Angers et de Jeanne Hodio. Témoins : Marie Hérin, veuve de François Blanvillain ; Marie Blanvillain, marchande, 55 ans tante de l’époux ; de germain Pineau, chapelier, 31 ans, au nom et procureur du citoyen Vincent Guichard et de Perrine Allein (?), 46 ans, épouse de Marin Ferré, marchand, cousine germaine de l’épouse14.

Décédé le 31 décembre 1865 à huit heures du soir (acte no 191) ; déclaré par Auguste Boulay, 43 ans, coutelier, son neveu et Jean-Noël Thesorin, 51 ans, facteur rural.

Engagé volontaire le 15 septembre 1791 1er bataillon de Maine-et-Loire. A fait toutes les campagnes de 1791 à 1798.

A terminé sa carrière militaire comme lieutenant-adjudant de place.

Boutreux Jean-Baptiste.

Médecin.

Demeurant rue des Bords de Vihiers15.

Né le 17 mars 1790 à Angers ; fils de Julien Boutreux et Catherine Passe.

Épouse à Chalonnes le 1er mars 1815, à 8 heures du soir (acte no 56) Perrine-Caroline Fleury, née à Chalonnes le 14 novembre 1786 (décédée le avant 1867), fille de Joseph-Claude Frémy et Marie-Charlotte Chauveau. Témoins : Julien Boutreux, son frère, demeurant à Angers ; Pierre-Charles Fleury, desservant de Notre-Dame, oncle de la future et Pierre-Honoré Fleury, maire, frère de la future16. Sans postérité.

Décédé le 11 mars 1867, à trois heures du matin, déclaré par Joseph Ménard, 28 ans, et Léon Ménard, 26 ans, jardiniers17.

Incorporé le 21 janvier 1814 comme chirurgien aide-major. A fait la campagne de 1814.

« Place de Soissons

Nous soussigné commissaire des guerres employé dans la place de Soissons certifions que monsieur Boutreux chirurgien aide major a été en activité de service depuis le 16 mars dernier jusqu’au 31 mai suivant à l’hôpital mre du Grand Séminaire de la dite place ; qu’il a constamment donné les soins les plus assidus aux blessé, aux malades de la garnison durant le siège et le blocus Soissons le 15 juin 1814.

Signé : Vallade »

« Administration de la guerre

2e section

Bureau du personnel

Le ministre directeur de l’administration de la guerre, ministre d’état, ordonne au sieur Boutreux Jean-Baptiste nommé le vingt et un janvier à l’emploi se chirurgien aide major, attaché aux hôpitaux de la vingtquatrième division militaire, de partir de Paris et de se rendre sur le champ à Bruxelles où il devra être arrivé le trois du mois prochain ; il lui sera alloué à titre d’indemnité de route, pour se rendre à sa destination une somme de deux francs cinquante centimes par journée d’étape ; à son arrivée, il se présentera au commissaire ordonnateur qui le fera reconnaître et entrer en fonctions ; il jouira de la solde attribuée à son grade conformément aux réglemens.

Paris le 21 janvier 1814

Signature illisible. »

« Département de la guerre

Paris le 18 juillet 1814

Le Baron Percy, commt de la légion d’honneur, l’un des inspecteurs généraux du service de santé militaire, chevalier de l’ordre impérial de Ste Anne de Russie, 2e classe de l’ordre du mérite de Bavière, etc. autorise Mr Boutreux Jean-Baptiste chirurgien aide major des hôpitaux de la 24ème division militaire, où sa présence n’est plus nécessaire, à se retirer dans le sein de sa famille) à Angers, dept de Maine et Loire, à y attendre sans appointements, le décision du ministre de la guerre, à intervenir à son égard.

Signé : Percy. »

Frémy François.

Rentier.

Demeurant 8, rue des Halles en 1861 et lors de son décès, place du Layon.

Né le 16 mars 1791 à Savennières ; fils de François-Michel Frémy et Catherine Baron.

Décédé le 20 décembre 1863, à 5 heures (acte no 120) ; déclaré par Charles Drouard, 39 ans, membre du Conseil municipal, 1er adjoint et Alphonse Frémy, 40 ans, négociant, tous deux neveux.

Incorporé le 19 février 1813 : 86e régiment d’infanterie de ligne. Obtient le grade de sous-lieutenant. A fait les campagnes de 1814 et 1815 à l’armée du Nord.

Frémy Tulipe.

Capitaine en retraite. Propriétaire.

Demeurant 57, rue du Vieux-Pont en 1861 et lors de son décès, place du Layon.

Né le 24 mars 1794 à Savennières ; fils de François-Michel Frémy et Catherine Baron. Frère de François.

Célibataire.

Décédé le 22 juin 1872, à 7 heures du soir (acte no 64) ; déclaré par René-Charles Drouard, 48 ans, maire et Marc-Alphonse Frémy, 47 ans, tous deux neveux.

Incorporé le 19 février 1813 : 21e, puis 51e d’infanterie de ligne. Capitaine décoré. A fait les campagnes de 1814 et 1815 à l’armée du Nord.

Il est resté dans l’armée et lorsqu’il a été nommé chevalier de la Légion d’honneur, il était lieutenant au 24e régiment d’infanterie de ligne.

Chevalier de la Légion d’honneur le 21 mars 183118.

Granger François.

Journalier.

Demeurant en ville (au Bas-Bourg).

Né le 619 janvier 1789 à Chalonnes ; fils de François Granger et Marie Besnard.

Épouse à Chalonnes, le 18 mars 1814 (acte no 5), Anne Douezi, née à Chalonnes le 6 thermidor an IV, fille de Pierre Douezi, maçon et Anne Bigeard. Témoins : Jacques Petry, filosier, 47 ans, beau-frère du futur ; Pierre Pemmevert (?), couvreur, 27 ans, beau-frère du futur ; Jean Mortier, 60 ans, garde-champêtre ; Jean Joubert, 46 ans, charron.

Un fils et une fille mentionnés en 1831.

Décédé à Chalonnes, le 27 décembre 1864 (acte no 152). Déclaré par Etienne Place, 56 ans et François Petry, 52 ans, tous deux maçons et neveux du défunt.

Incorporé le 6 mai 1808 : voltigeur au 26e léger. A fait les campagnes de 1808 à 1809. Blessé d’un coup de feu à la main droite le 3 mai 1809.

Copie du certificat de visite des officiers de santé :

« Nous médecin et chirurgien-major à l’hôpital militaire de Metz soussignés, certifions que le nommé Granger, François, chasseur à la 4e compagnie au 5e bataillon du 26e Régiment d’infanterie légère, âgé de 22 ans, né à Chalonnes, département de Maine et Loire, est atteint d’un coup de feu qui a frappé de centre du métacarpe de la main droite, et lésé les os et tendons, et flétri le grand doigt ;

En conséquence, nous estimons que le dénommé ci-dessus est hors d’état se continuer le service militaire.

Fait à Metz le 27 Dbre 1809. »

Congé de réforme :

« Nous soussignés, membres du conseil d’administration du 26e Régiment d’infanterie légère, certifions avoir donné d’après l’autorisation du Ministre de la Guerre, congé de réforme au sieur Granger François, chasseur à la 14e compagnie du 5e bataillon, natif de Chalonnes, département de Maine et Loire, âgé de 21 ans, taille d’un mètre 570 millimètres, cheveux et sourcils chatains, yeux bleus, front petit, nez gros, bouche moyenne, menton rond, visage ovale, compris au registre-matricule du corps sous le no 6089, lequel a été jugé hors d’état de continuer le service militaire par les officiers de santé dont le certificat est transcrit au dos du présent.

Fait à Metz le dix huit février 1810. »

Congé visé à la mairie de Chalonnes le 1er avril 1810, par Hunault, maire.

« Infirme par suite d’une blessure à la main droite reçue au service. Il ne peut guère travailler. Nous proposons de lui accorder quelques secours. »

Métivier Mathurin.

Marinier. Marchand épicier sur son acte de décès.

Demeurant rue de la Serrerie.

Né le 5 mars 178220 à Chalonnes ; fils de Mathurin Métivier, marinier et Perrine Guichou.

Épouse à Chalonnes, le 23 mars 1815 (acte no 66), Claudine Naquefaire21, née à Chalonnes le 17 avril 1786, fille de Joseph Naquefaire, marinier et Claudine Fleuriot. Témoins : Louis Naquefaire, 40 ans, ami du futur ; René Dousard, 36 ans, marinier, cousin du futur ; Joseph Naquefaire, marinier, 24 ans, frère de la future ; Simon Denecheau, 57 ans, maçon, oncle de la future. En 1831, sont mentionnées un fils et une fille.

Au titre du décret du 14 décembre 1857, il a reçu un secours22.

Décédé le 11 novembre 1861 à trois heures du soir (acte no 225) ; déclaré par Joseph Nacfaire, 42 ans, marinier, neveu et Mathurin Métivier, 42 ans, marinier, fils du défunt.

Incorporé le 21 janvier 1804 : marin sur le vaisseau Jean Bart à la mer en guerre de 1804 à 1809.

« Ministère de la Marine et des Colonies

Extrait des documents conservés aux archives de la marine.

Relevé des services du sieur Métivier Mathurin, né à Chalonnes le 5 mars 1782.

Embarqué comme novice à 18 sur le vaisseau le vaisseau le Casson le 25 janvier 1804

Déserté le 10 mars 1804

Rembarqué sur le même bâtiment le 21 mai 1804

Passé sur le vaisseau le Jean-Bart le 7 août 1808

Sur le vaisseau la Ville de Saverne le 4 mars 1809

Fait prisonnier de guerre à bord, par les Anglais le 12 avril 1809

Sorti des prisons d’Angleterre le 16 juillet 1814

Services :

À la mer en guerre 12 mois 6 jours

Prisonnier de guerre 63 mois 4 jours

Total 75 mois 10 jours. »

Notes

1 Bois J.-P., Les anciens soldats dans la société française au XVIIIe siècle. Paris, Economica, 1990, 476 p.

2 Nathalie Petiteau, Lendemains d’Empire : les soldats de Napoléon dans la France du XIXe siècle, Paris, La Boutique de l’histoire, 2003.

3 Forest J.-L., colonel, « Les médaillés de Sainte-Hélène dans le Maine-et-Loire », Archives d’Anjou, no 12, 2008, p. 159-175.

4 Les archives départementales de Maine-et-Loire conservent les registres nominatifs des vétérans qui ont été proposés pour ces secours : 3 R 24 à 26 ; 3 R 31, 33, 34 et 35.

5 À cette époque, en France, aucune médaille commémorative de campagne n’a encore été créée.

6 Sur proposition du député Maurice Barrès, ce ruban, à quelques nuances près, sera repris pour la Croix de Guerre 1914-1918.

7 Trois cent soixante sept de ces courriers sont conservés aux archives départementales.

8 On ne connaît pas avec précision le nombre exact de médailles de Sainte-Hélène qui ont été attribuées. Le colonel Forest estime que 350 000 français l’ont reçue et 55 000 étrangers.

9 Entre-temps Julien Aillerie a quitté la commune, et cinq postulants seront décédés avant la réception de la médaille à Chalonnes. Les épouses ou enfants des décédés recevront néanmoins la médaille.

10 Archives départementales de Maine-et-Loire : dossier 1 M 8/35.

11 Je dois ici faire les éloges de la bibliothèque municipale de Chalonnes où sont conservées les archives. D’une part, pour l’accueil et les conditions de travail offertes aux chercheurs ; et d’autre part, pour l’excellente et rigoureuse tenue des archives.

12 Beaucoup sont appelés en 1813, mais contrairement à ce qui est souvent énoncé, ils ont vingt ans. Les Marie-Louise de 15 et 16 ans demanderaient une étude fine.

13 L’un d’eux, Recher, est devenu garde-champêtre et la lecture de ses procès-verbaux dans les archives de la police de Chalonnes montrent que ce n’était l’homme avec qui on pouvait devoir badiner, témoin une forte amende infligée à un voleur d’une grappe de raisin !

14 Le registre des mariages de l’an IX est particulièrement difficile à lire, le papier ayant largement bu l’encre de la plume.

15 En 1861, il est noté comme demeurant 1, rue du Champ de Foire.

16 Le nom du quatrième témoin prénommé Jean-André, n’a pu être identifié.

17 En 1861, Jean-Baptiste Boutreux employait une domestique : Françoise Delaunay et un jardinier, Jean Ménard vivant chez lui avec sa femme, sa fille et ses deux fils : Joseph et Léon.

18 Archives nationales : dossiers Légion d’honneur, LH

19 Le 8 sur son acte de mariage.

20 Une erreur de rédaction dans son acte de mariage le fait naître le 5 mars 1792.

21 Elle signe Claudine Nacfert. Les registres de dénombrement de population sont d’une grande variété dans l’orthographe de cette famille : Nakfer, Nacfaire, etc.

22 Lettre du préfet en date du 19 mai 1857. Archives municipales de Chalonnes. Affaires militaires : 2 H 2.

Auteur

Archiviste

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search