Version classiqueVersion mobile

Expériences de la guerre, pratiques de la paix

 | 
Guy Saupin
, 
Éric Schnakenbourg

Troisième partie. Mémoire sociale de la guerre

De la guerre en Flandre à la défense des côtes bretonnes : l’itinéraire d’un soldat du Siècle des Lumières1

Stéphane Perréon

Texte intégral

Je tiens à remercier Yann Lagadec pour sa relecture attentive et critique.

  • 1 Je tiens à remercier Yann Lagadec pour sa relecture attentive et critique.
  • 2 Bien que l’orthographe « Levesque » se rencontre dans plusieurs documents, écrire « Lévêque » se j (...)
  • 3 Corbin A., Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu 1798-1876, Par (...)
  • 4 Quelques lettres de soldats du règne de Louis XIV ont toutefois été publiées. Lecestre L., « Trois (...)

1En juin 1758, peu après le rembarquement du corps expéditionnaire britannique du général Marlborough, le duc d’Aiguillon, commandant en chef en Bretagne, reçoit une lettre d’un certain Pierre Lévêque2. Comme nombre de ses concitoyens de Cancale, Lévêque sollicite une assistance financière pour compenser les pertes dues aux déprédations de l’ennemi. Toutefois, l’originalité de son courrier tient à ce qu’il se présente comme un ancien soldat et affirme avoir mené une résistance héroïque lors du débarquement britannique. Comme les contrôles de troupes gardent la trace de ce personnage et donnent d’utiles indications sur son origine géographique et familiale, il est possible de retracer sa carrière, militaire et civile, avec une certaine précision. Il ne s’agit pas tout à fait ici d’exhumer des archives un inconnu pour ressusciter son univers, de « recomposer un puzzle à partir d’éléments initialement dispersés ; et, ce faisant, d’écrire sur les engloutis, les effacés », dans une variante Ancien Régime de la vie discrète d’un Pinagot3 ; mais plutôt, au travers du parcours de ce simple soldat étudié dans une perspective plus large, de s’interroger sur la carrière, l’expérience militaire et la réinsertion des soldats du Siècle des Lumières. Cette démarche apparaît d’autant plus nécessaire que ces acteurs de l’histoire demeurent le plus souvent muets, car, contrairement à leurs successeurs de la Révolution et de l’Empire, ils n’ont pratiquement jamais laissé de journaux et mémoires. Même les lettres de simples soldats sont particulièrement rares4, d’où l’intérêt de celle de Pierre Lévêque. En outre, bien que difficile à généraliser, cette approche à la fois individuelle et multiscalaire peut offrir d’intéressants compléments aux magistrales analyses menées par A. Corvisier à travers l’étude minutieuse des contrôles de troupes.

Des origines modestes mais un milieu protégé

  • 5 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, registre des baptêmes, mariages et sépultures de Notre-Dame de Vitré (...)
  • 6 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 Ba 35, f° 155 r°.
  • 7 Quéniart J., Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au XVIIIesiècle, Paris, Klincks (...)
  • 8 Il n’a pas été possible d’identifier l’origine sociale du parrain et de la marraine. Cette dernièr (...)
  • 9 Quéniart J., Culture et société urbaines…, op. cit., p. 34-39.

2Pierre Lévêque naît le 4 janvier 1725 à Vitré, de François Lévêque et Élisabeth Loisel5. On ignore quelle est alors exactement l’activité de son père puisque François ne devient sergent royal que le 29 mai 1727. Du moins est-ce à cette date que sont enregistrées ses lettres de provision par le parlement de Rennes6. Alors âgé de 37 ans, il achète son office de « sergent royal général et d’armes de la Bretagne » aux héritiers de Claude François Maigné. Cela suggère que François Lévêque dispose d’un petit pécule personnel, peut-être constitué grâce à une carrière de recors ou de simple employé. Une chose apparaît certaine cependant : les membres de la famille proche bénéficient d’une solide instruction. Alors que moins de la moitié de la population urbaine sait signer7, François Lévêque, mais également Jean Lévêque – probablement un oncle du nouveau-né –, le parrain Pierre Le Ray et la marraine Renée Orry apposent leur seing au bas de l’acte de baptême8. Mieux encore, les paraphes sont tracés d’une main ferme, visiblement sans hésitation, les lettres étant bien liées entre elles, ce qui suggère qu’ils savent non seulement signer mais très probablement écrire9. Le doute n’est d’ailleurs pas permis pour le sergent royal, amené à rédiger des procès-verbaux.

  • 10 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 3996, p. 21 et C 3998, p. 16.
  • 11 La liste complète figure dans Paris-Jallobert P., Anciens registres paroissiaux de Bretagne, Renne (...)

3Bien entendu, nous ne savons rien de l’enfance de Pierre Lévêque. On peut seulement l’imaginer heureuse et protégée, dans un milieu social relativement modeste mais à l’abri de la misère. La famille réside rue Saint-Louis, dans la ville intra muros, non loin du château. On imagine le jeune garçon parcourant à loisir les rues étroites bordées de maisons à pans de bois, jouant avec des camarades sur les vieux remparts, accompagnant sa mère aux halles toutes proches voire, devenu plus grand, son père dans certaines de ses missions. François Lévêque, en 1737 comme en 1741, n’est capité qu’un peu plus de deux livres, ce qui le situe au même niveau que de nombreux petits artisans ou boutiquiers et ne le distingue pas des autres sergents de la ville10. Ses gages sont certainement fort réduits, quelques autres revenus lui permettant sans doute d’améliorer l’ordinaire. Ses nombreux enfants constituent assurément une charge puisque huit naissances scellent son mariage avec Élisabeth Loisel11. Dispose-t-il d’assez de moyens pour financer leur éducation ? Ce sont très certainement, au moins dans un premier temps, les parents qui apprennent les rudiments de lecture voire d’écriture à Pierre ainsi qu’à ses frères et sœurs. Les malheurs du temps frappent toutefois la famille puisque la mère de Pierre décède en 1736, peu de temps après la naissance de son huitième enfant, alors que sa jeune sœur Élisabeth-Andrée meurt l’année suivante à l’âge de cinq ans. Le remariage de François Lévêque, chargé d’enfants, se comprend aisément : il épouse Marie Nau le 11 février 1738. De cette union naissent encore six enfants, dont un après l’engagement de Pierre dans l’armée.

  • 12 Service hist. de la Défense-Dép. de l’Armée de Terre, 3 Yc 108, Egmont cavalerie.

4Si le contrôle de la compagnie de Guerry du régiment de cavalerie d’Egmont précise la profession de quelques engagés, aucune mention ne figure en face du nom de Pierre Lévêque12. Il paraît peu probable, toutefois, qu’il n’ait eu aucun métier ou, à défaut, aucune formation, à l’âge de 21 ans. En tant que cadet, il n’est pas destiné à succéder à son père qui lui a peut-être trouvé une activité quelconque. Le placement comme apprenti chez un maître de métier lui aurait sans doute valu la mention de sa profession sur le contrôle du régiment, comme Pierre Chedailler et Martin Souchet, deux boulangers de Châteaugiron et La Mézière, ou Louis Kerourioux, maréchal-ferrant de Kervignac.

  • 13 Perréon S., L’armée en Bretagne au XVIIIe siècle. Institution militaire et société civile au temps (...)
  • 14 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 3803, p. 646 et p. 925.
  • 15 Bigarré A., Mémoires du général Bigarré, 1775-1813, présentation et notes M. Legat, Paris, édition (...)
  • 16 Chateaubriand F.-R. de, Mémoires d’outre-tombe, Paris, Flammarion, 1949, t. 1, p. 74-75.
  • 17 Paris-Jallobert P., Journal historique de Vitré ou documents et notes pour servir à l’histoire de (...)
  • 18 Sur ces célébrations, voir Fogel M., Les cérémonies de l’information dans la France du XVIe au XVI (...)
  • 19 Paris-Jallobert P., Journal historique de Vitré…, op. cit., p. 338.

5Reste maintenant à préciser les modalités de son engagement en 1746. Les théoriciens militaires de l’époque mettent fréquemment en avant l’oisiveté et le libertinage comme motivations pour devenir soldat. S’il ne mène probablement pas une vie dissolue et reste proche de sa famille, peut-être le jeune Pierre s’ennuie-t-il en effet dans la petite cité et cherche-t-il à élargir son horizon. Vitré constitue un passage obligé entre Rennes et le Maine et, plus largement, une des portes de la Bretagne, toutefois moins fréquentée par les troupes que Fougères ou Ancenis13. Des soldats de passage y séjournent ainsi régulièrement, pour une nuit ou deux généralement. Plus ponctuellement, des cavaliers et des dragons y restent en quartiers pendant plusieurs mois, comme, en 1739, trois compagnies du régiment des Cuirassiers du Roi14. Seule l’élite urbaine bénéficiant de l’exemption du logement des gens de guerre, les Lévêque doivent sans doute à l’occasion abriter un ou deux soldats, quitte à céder leur couche, comme de nombreux habitants. Quoique les ordonnances envisagent, jusqu’à la fin de l’Ancien Régime, l’éventualité de désordres commis par la troupe chez ses logeurs, des rapports moins conflictuels sinon cordiaux peuvent s’établir, surtout que la discipline militaire tend à s’améliorer. Quasiment un demi-siècle plus tard, le jeune Augustin Bigarré, certes fils du subdélégué de Belle-Île, s’acoquine avec les soldats en quartiers au Palais et joue avec leurs épées dans les casernes15. Rien n’exclut que Pierre Lévêque, enfant ou adolescent, ait connu semblable expérience, ou ait été fasciné par les récits guerriers d’un vétéran assis le soir au coin de l’âtre familial. Si, contrairement à François-René de Chateaubriand quelques décennies plus tard, il ne rencontre pas d’officiers dans la demeure familiale, ni n’assiste à de grandes cavalcades dans la campagne16, il aperçoit néanmoins des militaires et peut être séduit par leur maintien, leur prestance, leur uniforme. Pourtant, les simples bourgeois ne manifestent guère de velléités militaires : un mémoire de 1737 adressé au comte de Toulouse, gouverneur de la province, précise qu’il « ne se fait point de patrouille à Vitré17 ». Sans modifier fondamentalement la situation, la guerre de Succession d’Autriche donne à voir le conflit, à travers les nombreux Te Deum célébrant les victoires de Louis XV18, ou par les prières pour le succès de ses armes. Ainsi, du 24 au 26 mai 1744 inclus, les Vitréens sont appelés à prier pour le succès des armées royales par les grands vicaires de l’évêque de Rennes19. Ces célébrations contribuent sans conteste à matérialiser une guerre qui serait sinon très abstraite car se déroulant à des centaines de lieues. Elles ont pu contribuer à faire germer une vocation militaire chez Pierre Lévêque.

  • 20 Aubert de La Chesnaye des Bois F.-A., Dictionnaire militaire ou recueil alphabétique de tous les t (...)
  • 21 Voici la description de l’uniforme des cavaliers d’Egmont : « Habit et manteau gris-blanc, doublur (...)

6S’engager dans l’armée, c’est aussi avoir l’assurance de faire des repas réguliers, avec de la viande, même si la question de l’alimentation des soldats mériterait d’être réexaminée à l’aune d’autres documents que les ordonnances. Certes, l’argument de la nourriture vaut pour certains, beaucoup moins pour un jeune homme a priori bien nourri. Il n’empêche : le choix de la cavalerie n’est pas anodin car les règlements accordent au cavalier une ration supérieure à celle du fantassin. En effet, alors que la ration quotidienne de l’homme de pied est de 24 onces de pain, une pinte de vin et une livre de viande, celle du cavalier se monte à 36 onces de pain, 1,5 pinte de vin et deux livres de viande20. La cavalerie se distingue aussi par son prestige : même si, comme nous le verrons plus loin, son rôle dans les batailles n’est alors plus guère décisif, elle demeure l’arme noble par excellence. D’ailleurs certains recruteurs de l’infanterie n’hésitent pas à tromper de jeunes naïfs en leur faisant croire qu’ils vont servir dans la cavalerie. La prestance des cavaliers voire la beauté de leur uniforme peuvent aussi impressionner un jeune homme, quoique le régiment d’Egmont, en l’occurrence, ait un habit assez terne, contrairement à une minorité de corps de troupes pour lesquels il est bleu de roi ou rouge21. Enfin, la prime d’engagement, au montant variable suivant la conjoncture et la qualité de la recrue, constitue aussi une motivation possible.

  • 22 Kerviler R., Répertoire général de bio-bibliographie bretonne, Rennes, Plihon, 1899, rééd. 1978, t (...)
  • 23 Service hist. de la Défense-dép. de l’Armée de Terre, 1 Ye 11 033, lettre du comte d’Egmont au com (...)

7Le contrôle du régiment d’Egmont cavalerie ne permet guère de préciser les circonstances de l’engagement de Pierre Lévêque d’autant que, comme de coutume, le lieu de recrutement n’est pas précisé. Nous pouvons simplement remarquer que seules trois recrues joignent la compagnie de Guerry cette année-là alors que la plupart des hommes ont été recrutés entre août 1743 et février 1744. Néanmoins, bien qu’il soit impossible de savoir si Pierre Lévêque s’est engagé à Vitré ou à Rennes et selon quelles modalités précises, il ne fait guère de doute qu’il l’a fait directement auprès de son futur capitaine, alors en congé de semestre. En effet, Charles-Vincent-Jérôme de Guerry appartenait à une famille de parlementaires rennais, notamment possessionnée à Corps-Nuds, à une petite vingtaine de kilomètres de la capitale provinciale22. Lorsqu’il devient capitaine en 1743, il choisit d’ailleurs Rennes comme quartier d’assemblée de la nouvelle compagnie qui portera désormais son nom, ce qui explique la forte proportion de Bretons en son sein23.

  • 24 Corvisier A., L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, Par (...)
  • 25 Maurice de Saxe, Mes rêveries, Paris, Economica, 2002 (rééd.), p. 125.
  • 26 Diderot D. et Le Rond d’Alembert J., L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des art (...)

8Comme la plupart des autres engagés de sa compagnie, Pierre Lévêque reçoit une prime de 30 livres, seuls deux de ses camarades, pourtant plus petits, ayant touché 72 livres. Certes, la tendance est depuis longtemps d’engager de préférence des hommes de grande taille, surtout dans la cavalerie, mais aucun texte ne réglemente encore officiellement cette pratique, les ordonnances de Choiseul ne faisant ensuite que consacrer un usage en exigeant 5 pieds 4 pouces (1,733 m) pour les cavaliers24. Maurice de Saxe n’imagine même pour la cavalerie légère idéale que « des hommes choisis, de cinq pieds six à sept pouces, minces, élancés, et point ventrus25 ». En outre, les Bretons se singularisant généralement par leur faible stature, beaucoup de recruteurs engagent des hommes petits : dans la même compagnie d’Egmont, Joseph Lejean n’atteint ainsi que 5 pieds (1,624 m), taille minimale pour la milice royale, pourtant peu considérée. Pierre Lévêque, quant à lui, mesure 5 pieds 2 pouces (1,679 m) et a « les cheveux et sourcils châtains. Les yeux gris. Le visage coloré marqué de taches de rousseur ». La description est certes succincte mais le jeune homme jouit visiblement d’un physique et d’une physionomie agréables. Le soldat idéal, décrit quelques années plus tard dans L’Encyclopédie, « doit avoir les yeux vifs, la tête élevée, la poitrine large, les épaules fournies, la main forte, les bras longs, le ventre petit, la taille dégagée, la jambe et le pied moins charnus que nerveux26 ». À défaut de remplir tous ces critères, Pierre Lévêque fait au moins bonne impression sur le recruteur, qui, en l’absence de toute visite médicale, le juge apte au difficile métier de soldat. Quant à l’âge indiqué sur le contrôle, 18 ans, il résulte soit d’une erreur du scribe, soit d’un mensonge du jeune homme, dont on ne voit toutefois pas quel aurait été son intérêt à se rajeunir de trois ans, sauf à laisser ainsi espérer à son capitaine un possible gain de taille, bien improbable après 21 ans.

  • 27 Il évoque des cavaliers « petits, foibles », dont certains « n’avoient jamais monté à cheval ». Au (...)

9Une question demeure en suspens : Pierre Lévêque sait-il monter à cheval ? Rien ne permet de le savoir mais tout laisse penser que son père œuvre à pied. Dans tous les cas, ne pas savoir chevaucher n’est pas rédhibitoire pour joindre la cavalerie : les différents régiments aménagent des manèges lorsqu’ils sont en quartiers, ce qui permet ainsi aux novices de faire leur apprentissage. Il semble bien, cependant, que l’urgence de la guerre ait conduit certains officiers à négliger l’entraînement de leurs hommes puisque, selon Authville des Amourettes, les compagnies de nouvelle levée ne devinrent vraiment opérationnelles qu’une fois le conflit achevé27 !

Une campagne en Flandre

  • 28 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 4 F f° 12, « Relation de la campagne de Flandre de 1746 », p. 2-6.

10Compte tenu de la date relativement tardive de son engagement, Pierre Lévêque rejoint certainement presque immédiatement son régiment stationné en Flandre. L’accompagnent son recruteur ainsi que Louis Kerourioux, le maréchal-ferrant bas-breton engagé six jours après lui et, peut-être, Jean Jouvenel, un Nantais recruté en janvier. Les deux ou trois recrues marchent sans doute à côté du recruteur, quant à lui à cheval et avançant au pas. Une route, document officiel en provenance des bureaux de la Guerre, leur permet de bénéficier de l’étape, c’est-à-dire du gîte et du couvert. À deux mois de distance, ils suivent peu ou prou le même itinéraire qu’un officier breton anonyme ayant laissé un journal de sa campagne effectuée en Flandre la même année28 : Laval, Le Mans, Beaugency, Orléans, Villeneuve-aux-Loges, Saint-Florentin, Bar-sur-Seine, Troyes, Épernay, Reims, Saint-Quentin, Le Cateau-Cambrésis, Le Quesnoy, Maubeuge puis les Pays-Bas espagnols. Que de paysages nouveaux pour de jeunes Bretons n’ayant jamais quitté leur province ! Pierre Lévêque a-t-il le temps d’admirer la cathédrale de Reims et de s’extasier devant son portail « qui est la plus belle chose qu’il y ait dans le monde » selon l’officier breton ?

  • 29 Cette poudre désigne-t-elle celle des armes à feu pendant les combats ou simplement la poussière p (...)
  • 30 Farge A., Les fatigues de la guerre, Paris, Le Promeneur, 1996, p. 19-23.
  • 31 Le Roy de Grandmaison Th.-A., La petite guerre, ou traité du service des troupes légères en campag (...)

11Parcourir plus de 700 kilomètres en moins d’un mois sollicite les organismes et s’avère une première épreuve pour un jeune citadin comme Pierre, peu habitué à la répétition de tels efforts. Les aléas atmosphériques rendent certaines journées particulièrement pénibles, avant-goût des désagréments subis lors de toute campagne, ainsi qu’en témoigne notre officier breton : « Nous ne comtons pour rien le froid qui nous a gelez, les chaleurs qui nous ont brûlés, une poudre épaisse à ne se pouvoir reconnoistre de quatre pas29, camper et décamper presque tous les jours, des altes éternelles pandant des marches de dix heures qu’on avoit garde de faire à la fraîcheur des soirées par ce qu’en païs ennemi on s’expose plus volontiers aux chaleurs du jour qu’aux surprises de la nuit. » Chargés d’un lourd havresac qui leur scie l’épaule et le torse, les pieds abîmés par la marche, trempés par les averses, ils ressemblent sans conteste à la recrue dessinée par Antoine Watteau au début du siècle30. Lorsque ces engagés sont de constitution chétive et sous-nutris, cette longue marche achève bien souvent de les épuiser et les conduit à l’hôpital si ce n’est au cimetière. Ainsi, selon Grandmaison, alors capitaine dans le régiment de Grassin, beaucoup de jeunes gens engagés dans les troupes légères ne purent soutenir les fatigues de la bataille et emplirent les hôpitaux31. Il en alla certainement de même au sein des autres régiments. C’est donc avec soulagement que notre recrue arrive, au mois de juin, au camp où séjourne son régiment.

  • 32 Bois J.-P., Fontenoy, 1745. Louis XV, arbitre de l’Europe, Paris, Economica, 1996, p. 78 et 105.
  • 33 A Soldier’s Journal containing a particular Description of the several Descents on the Coast of Fr (...)
  • 34 « Je passois mon temps à écrire des lettres pour mes amis à leurs parents pour en tirer quelqu’arg (...)

12Les deux ou trois nouvelles recrues de la compagnie font l’objet de la curiosité de leurs camarades qui, probablement, les testent quelque peu. Bien qu’engagés de fraîche date, en 1743 ou 1744, ces cavaliers peuvent se prévaloir d’une expérience certaine de la guerre. Ils ont vécu des sièges et au moins une grande bataille, celle de Fontenoy, l’année précédente, quand bien même leur régiment, placé en réserve, n’a pas eu à combattre et n’a donc subi aucune perte32. Une douzaine d’années plus tard, au sein de l’armée britannique, Jonas, une jeune recrue du 68th Regiment of Foot, s’aperçoit qu’il hérite systématiquement de la plus mauvaise part de viande, consistant le plus souvent en os et autres parties immangeables, lors du partage du repas ; il dort aussi à la place la plus inconfortable de la tente, c’est-à-dire près de l’entrée33. Compte tenu de la forte similitude entre les différentes armées européennes, de telles coutumes se rencontrent certainement en France également. Néanmoins, Pierre Lévêque est probablement vite accepté par ses camarades, parmi lesquels les Bretons, du pays rennais essentiellement – mais, curieusement, aucun de Vitré –, sont nombreux. En effet, sur une soixantaine d’hommes, 30 viennent de la province atlantique, les autres étant pour la plupart originaires de Normandie et du Maine, donc proches culturellement comme géographiquement, alors que quelques Francs-Comtois, Hennuyers et deux Allemands font figure d’étrangers. Sa maîtrise de l’écrit favorise certainement son intégration car il peut, à l’instar du soldat Charles-Étienne Bernos au sein du régiment de Limousin, écrire des lettres pour ses camarades désireux de donner de leurs nouvelles à leurs proches34.

  • 35 Pour une vision globale de cette « manœuvre de la Mehaigne », voir Picaud-Monnerat S., La petite g (...)

13Toujours est-il que Pierre Lévêque rentre vite dans le vif du sujet car la campagne, bien qu’assez inhabituelle dans ses formes, bat son plein. La brillante victoire de Fontenoy a permis à l’armée française de contrôler toute la partie ouest des Pays-Bas autrichiens, y compris Bruxelles, prise en février 1756. À partir du mois de mai suivant, le maréchal de Saxe entame une nouvelle campagne destinée à s’assurer le contrôle du reste de ce territoire. Les opérations militaires proprement dites se limitent aux sièges de Saint-Ghislain, Mons puis Charleroi, alors que Louvain, Malines et Anvers se rendent sans combat. Fort de ces succès, Maurice de Saxe entame alors une géniale manœuvre stratégique destinée à éloigner l’armée des Alliés de Namur pour pouvoir en entreprendre le siège. Il multiplie à cet effet les opérations de petite guerre pour troubler l’ennemi et le contraindre progressivement à abandonner ses positions sur la Mehaigne et repasser la Meuse35. Si l’infanterie ne joue qu’un rôle secondaire dans ces opérations, la cavalerie est davantage sollicitée, bien qu’un peu moins que les dragons et les troupes spécialisées dans la petite guerre. En ce mois d’août, le quotidien de Pierre Lévêque et de ses compagnons se partage ainsi entre des périodes d’oisiveté, des marches entrecoupées de longues haltes et des chevauchées destinées à accompagner des convois de ravitaillement ou à harceler ceux de l’ennemi. Sans doute, à l’instar de ses camarades, n’a-t-il pas une vision très claire des événements, contrairement à la plupart des officiers.

14Retracer le parcours précis du régiment de cavalerie d’Egmont pendant les trois dernières années de la guerre s’avère difficile parce que seules de rares mentions de cette troupe figurent dans les mémoires et la correspondance officiels, sans parler du risque de confusion avec le régiment de dragons homonyme : en l’absence de mention autre qu’« Egmont », seul le nombre d’escadrons (5 pour les dragons, 4 pour les cavaliers), s’il est indiqué, permet de distinguer les dragons des cavaliers. Il s’avère par conséquent plus judicieux d’examiner les missions confiées à la cavalerie et, plus précisément, dans la mesure où les sources le permettent, au régiment d’Egmont.

  • 36 Browning R., The War of the Austrian Succession, New York, St-Martin’s Griffin, 1995, p. 6.
  • 37 Service hist. de la Défense-dép. de l’Armée de Terre, 1 M 206, no 18, relation anonyme de la batai (...)
  • 38 Il n’est jamais cité dans les relations de la bataille, ni ne figure sur les plans de celle-ci.
  • 39 Chauviré F., « “A brides abattues”, le problème de l’allure dans les charges de cavalerie du XVIe (...)

15Bien que toujours prestigieuse, la cavalerie joue rarement un rôle décisif dans les grandes batailles : le XVIIIe siècle est surtout le siècle de l’infanterie. Positionnée sur les ailes de l’armée, la cavalerie doit principalement protéger l’infanterie, combattre les cavaliers adverses, éventuellement attaquer les flancs des formations ennemies et, le cas échéant, poursuivre les fuyards36. Lors de la bataille de Rocoux (11 octobre 1746), les cavaliers jouent un rôle insignifiant et un observateur remarque ainsi qu’« il est assés singulier que 500 escadrons soient en présence toute une journée dans des plaines sans qu’il y ait eu un seul choc37 ». Il n’y a guère qu’à Lawfeld, l’année suivante (2 juillet 1747), que la cavalerie connaît un engagement massif mais le régiment d’Egmont n’y participe visiblement pas38. N’oublions pas, en outre, que la cavalerie ne charge pas encore au grand galop – ce sera à partir de la guerre de Sept Ans –, ce qui garantit certes la cohésion des compagnies et escadrons mais minimise l’effet de surprise et l’impact offensif39.

  • 40 Authville des Amourettes Ch.-L. d’, Essai sur la cavalerie…, op. cit., p. 396.
  • 41 Damarzit de Sahuguet J.-B. J., baron d’Espagnac, Histoire de Maurice, comte de Saxe, duc de Courla (...)

16Davantage que les grands engagements mettant aux prises des dizaines de milliers de combattants, les sièges restent emblématiques des campagnes militaires de l’Ancien Régime. Or, la cavalerie y joue un rôle non négligeable. Certes, ses hommes ne font jamais partie des bataillons de tranchée prélevés parmi les régiments d’infanterie et de dragons, chargés des attaques et fortement exposés à l’artillerie des assiégés. En revanche, les cavaliers s’avèrent indispensables pour l’investissement des places, c’est-à-dire leur encerclement, essentiel à un siège en bonne et due forme. Dans les jours qui suivent, ils protègent les travailleurs qui creusent les tranchées de contrevallation et circonvallation et participent au transport des fascines. Quelques années après les faits, Authville des Amourettes souligne le rôle décisif de la cavalerie pour l’investissement de Bruxelles en 1746 et celui de Maastricht en 174840. Lors de ce dernier siège, Egmont cavalerie se poste sur la rive droite de la Meuse, vers Montenacken, à environ quatre kilomètres au sud-ouest de la ville, si bien que Pierre Lévêque a sans doute une assez bonne vision globale de la situation, comparé aux fantassins tapis dans les tranchées ou à proximité, sans en encourir les principaux dangers41.

  • 42 Service hist. de la Défense-Dép. de l’Armée de Terre, 1 M 174, annexe 2, p. 214-217.
  • 43 Service hist. de la Défense-Dép. de l’Armée de Terre, A2 19, no 66, lettre du 16 septembre 1746.

17Toutefois, le quotidien de notre soldat breton et de ses compagnons fut généralement tout autre. Si les quartiers d’hiver n’étaient guère différents de ceux du temps de paix, nonobstant le séjour en territoire étranger, pendant la belle saison échoyaient à la cavalerie des missions peu glorieuses sinon obscures mais essentielles. Ainsi, au printemps 1746, lorsque le régiment d’Egmont séjourne à Gand avec la Maison du Roi, il est chargé de la « communication avec l’armée42 ». En clair, les cavaliers sécurisent les voies reliant les différentes troupes, quitte à affronter des partis ennemis infiltrés afin de gêner ces relations, en particulier en désorganisant le ravitaillement. Périodiquement, il fallait également fourrager, c’est-à-dire aller couper de l’herbe puis la transporter, opération non exempte de risques, une troupe ennemie pouvant surgir inopinément, si bien que le comte de Ségur, par exemple, envoie ses cavaliers « avec les escortes d’infanterie que je peux leur donner pour leur sureté43 » écrit-il au ministre.

  • 44 Damarzit de Sahuguet J.-B. J., baron d’Espagnac, Histoire de Maurice…, op. cit., t. 3, planche 16.
  • 45 Service hist. de la Défense-Dép. de l’Armée de Terre, 3 Yc 108.
  • 46 Authville des Amourettes Ch.-L. d’, Essai sur la cavalerie, op. cit., p. 135-136.

18En fin de compte, l’expérience militaire de Pierre Lévêque se résume principalement à des opérations de routine et à quelques actions de petite guerre. Pas de grande bataille, pas de grand siège, excepté celui de Maastricht – mais ni Namur ni Berg-op-Zoom – qui clôt le conflit au printemps 1748. Il fut cependant de plain-pied dans cette guerre, pendant presque deux années, apercevant même peut-être Louis XV lui-même pendant l’été 1747 au camp de Hamal, près de Tongres44. Une telle expérience le marqua sans conteste jusqu’à la fin de ses jours. Il quitta l’armée contraint et forcé, « congédié à la réforme du 9 février 174945 », l’État diminuant drastiquement les effectifs militaires dès septembre 1748, la cavalerie passant en quelques mois d’environ 250 escadrons à 129 seulement46.

Un bourgeois patriote

  • 47 Service hist. de la Défense-dép. de l’Armée de Terre, A4 26, no 7.
  • 48 Bois J.-P., Les anciens soldats dans la société française au XVIIIe siècle, Paris, Economica, 1990 (...)
  • 49 Azimi V., Un modèle administratif de l’Ancien Régime. Les commis de la ferme générale et de la rég (...)
  • 50 Ibid., p. 49.

19Selon son propre témoignage, Pierre Lévêque « vint à la paix s’établir à Cancale et y exercer un employ47 », en l’occurrence dans les fermes royales. En effet, les fermes constituaient un moyen de réinsertion pour nombre d’anciens militaires, certains préférant toutefois intégrer la maréchaussée, véritable prolongation de leur carrière sous les armes et « débouché réservé48 ». Ainsi, les anciens soldats représentaient près de 13 % des employés des fermes de Normandie et plus de 20 % de ceux de la régie générale des aides49. La plupart bénéficièrent pour cela de recommandations, d’un véritable « patronage », de la part de personnages influents, parmi lesquels leurs officiers ; ce fut très probablement le cas de Lévêque. S’il se retrouve à Cancale et non dans sa ville natale, c’est tout simplement parce que les bureaux de la direction de Rennes se situent tous sur le littoral : la Bretagne ne dépendant pas des cinq grosses fermes, la ferme générale n’y perçoit que les droits des ports et havres, les nouveaux droits et les droits de fret, c’est-à-dire des taxes liées à l’activité maritime. Ainsi, 52 bureaux s’échelonnent-ils le long des côtes bretonnes ou dans les estuaires, à Cancale mais aussi à Saint-Malo, au Guildo, etc. Dans ces lieux, chaque brigade « constitue l’unité opérationnelle de base de cette formation paramilitaire que l’on appelle communément “l’armée privée” de la Ferme générale50 ». Sans doute simple employé au départ, Pierre Lévêque y devient ensuite sous-brigadier, commandant quelques hommes armés – mais dépourvus d’uniforme – et retrouvant ponctuellement les solidarités sinon la fraternité vécues pendant son unique campagne militaire en Flandre. Contrairement à d’autres provinces, où existe la gabelle, les employés de la ferme ne semblent guère subir la vindicte populaire, qui a plutôt tendance à se reporter sur leurs homologues de celle du tabac.

  • 51 Ogée J., Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, Mayenne, éditions gén (...)
  • 52 Tanguy B. et Lagrée M. (dir.), Atlas d’histoire de Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2002, p. 115. N (...)
  • 53 Bluche F. (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 143-145.
  • 54 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 4353 : « Rolle des habitans de la paroisse de Cancalle qui ont sou (...)
  • 55 Pour une idée du prix de quelques livres, voir Figeac M. (dir.), L’ancienne France au quotidien. V (...)
  • 56 Quéniart J., Culture et société…, op. cit., p. 205 et 273.

20Près de dix ans après son départ forcé de l’armée, Pierre Lévêque mène une vie tranquille et relativement prospère dans le petit port de Cancale. Si Ogée, dans son Dictionnaire, n’hésite pas à la qualifier de « petite ville et port de mer51 », cette localité est généralement plutôt considérée comme un bourg, peuplé, tout de même, d’environ 3 000 âmes. Au même titre que Saint-Lunaire, Le Guildo et Dahouët entre Saint-Malo et Saint-Brieuc, Cancale est alors un petit port actif qui cumule activité de construction navale et cabotage, alors que sa baie sert fréquemment de relâche aux bâtiments de Granville52. Certes, les appointements de Pierre Lévêque sont faibles – il semble que les brigadiers eux-mêmes reçoivent moins de 500 livres par an – mais les espoirs de promotion, plus souvent à l’ancienneté que grâce à des mérites particuliers, réels. Surtout, Pierre Lévêque exerce une autre activité potentiellement rémunératrice. Il se présente, en effet, comme « procureur ». Il faut entendre par là non un officier de justice royal – pour être procureur royal il fallait être avocat ou justifier de dix ans de pratique dans une étude – ou seigneurial mais un mandataire qui conseille certains particuliers, les guide dans les méandres de la justice d’Ancien Régime et les représente53. Ces fonctions expliquent les fluctuations notables du montant de sa capitation : 6 livres en 1757, 8 en 1758, seulement 5 l. 10 s. en 1760 et à nouveau 8 l. en 176154. Bien que cette cote d’imposition situe sa fortune au même niveau que la plupart des officiers naviguants et loin des principales fortunes de la paroisse, Pierre Lévêque est un personnage respecté, un petit notable, comme en témoigne l’indication « le sieur Lévesque, employé et procureur » figurant sur le rôle : on ne le désigne pas par son prénom et son nom, comme la plupart des habitants, mais bien par sa fonction et un titre de « sieur » qui témoigne d’un certain niveau social, indépendant de l’aisance financière. Véritable autodidacte, il parfait sa culture juridique, pour l’essentiel grâce à des lectures assidues : sa lettre au duc d’Aiguillon déplore la destruction de sa bibliothèque, dont il estime le montant à une forte proportion des 4 000 l. de pertes qu’il essuie. Malgré une possible – probable ? – surestimation, cela correspond à une bibliothèque de plus d’une centaine d’ouvrages au minimum55, ce qui place Pierre Lévêque sur le même pied que le clergé urbain et la frange supérieure de la bourgeoisie des talents56. Comme nombre d’avocats, procureurs, notaires et médecins, le livre est sans doute pour lui d’abord un instrument de travail, même si on ne peut exclure une lecture récréative voire érudite. L’émotion perce d’ailleurs dans son propos au duc d’Aiguillon lorsqu’il évoque ses livres vandalisés, « qu’il regrette au-delà de toute expression ».

  • 57 Service historique de la Défense-département de l’Armée de Terre, A4 22, no 35 et 36, contrôles (i (...)

21Même si cette existence paraît n’avoir rien de commun avec la période passée sous les armes, Pierre Lévêque avait probablement l’occasion de rencontrer d’autres anciens soldats et, peut-être d’évoquer avec eux des expériences communes de la guerre précédente. N’oublions pas que le château de Saint-Malo abritait deux compagnies d’invalides, soldats âgés ou estropiés. Deux contrôles de 1756 apportent d’intéressants renseignements sur 41 d’entre eux57. Leurs âges s’échelonnent de 29 à 63 ans, pour une moyenne de 43 ans. Les indications très fragmentaires figurant sur les deux rôles conservés ne permettent pas une étude sérielle. Remarquons tout de même qu’au moins cinq d’entre eux sont mariés alors qu’au sein de la compagnie de la Touche d’Assy, on compte onze Bretons et de nombreux Normands, ce qui semble indiquer que certains invalides sollicitaient – et obtenaient – le droit de séjourner dans leur province natale ou à proximité. La compagnie Du Bouchet, en revanche, comprend au moins deux Allemands, Frantz Kopff et Jacob Ferdinand Bopp. 

  • 58 Pour en savoir plus, voir Lagadec Y. et Perréon S., La bataille de Saint-Cast (Bretagne, 11 septem (...)
  • 59 Service hist. de la Défense-dép. de l’Armée de Terre, 1 M 1086, no 4, mémoire sur la Bretagne, ano (...)
  • 60 Service hist. de la Défense-dép. de l’Armée de Terre, A4 26, no 7.
  • 61 Arch. nationales, B4 78, f° 222.

22La descente britannique du corps expéditionnaire du général Marlborough bouscule brutalement cette existence paisible et assez routinière. Les détails de cet événement s’inscrivant dans la stratégie de diversion décidée outre-Manche ne peuvent être présentés dans le cadre de cette courte étude58. Nous nous contenterons par conséquent des faits impliquant Pierre Lévêque. L’apparition des voiles britanniques au matin du 5 juin 1758 entraîne immédiatement la mobilisation de la milice garde-côtes comme des troupes réglées présentes à Saint-Malo/Saint-Servan. Le gouverneur de la cité corsaire, le marquis de La Châtre, envoie d’ailleurs promptement sur place 300 hommes du régiment d’infanterie de Boulonnais et une compagnie de dragons. Quant aux garde-côtes, ils peinent à se rassembler, soit que certains ne répondent pas à l’appel, soit qu’ils résident loin et tardent à se rendre à Cancale. Un mémoire de 1755 soulignait d’ailleurs la faiblesse de cette troupe à Cancale : « La quantité de matelots emploiés à la pêche à la morue, et sur les vaisseaux, fait que la garde côte y est assés mauvaise et peu nombreuse59. » Ces déficiences expliquent que Pierre Lévêque, qui n’appartient pourtant pas à cette troupe, se retrouve chargé du commandement d’une batterie de canons. Alors que le comte de Landal, capitaine général de la garde-côtes, peine à rassembler ses hommes, « le suppliant luy fist offre de ses services. Il les accepta et luy donna le commandement de la batterie de Port Picquet ». L’officier connaît assurément le sous-brigadier des fermes ainsi que son passé militaire et accepte d’autant plus volontiers son offre que la compagnie de Cancale est incomplète et mal organisée. Quant à Pierre Lévêque, à l’instar de la plupart des « civils » ayant pris les armes en juin comme en septembre 1758, il se montre peu disert sur ses motivations puisqu’il écrit simplement qu’il contribua à « deffendre sa patrie60 ». On ne peut donc exclure des motivations patriotiques, qu’il a peut-être intégrées lorsqu’il combattait pendant la guerre précédente ainsi qu’en servant l’État, le roi, dans ses fonctions administratives. D’autres volontaires se présentent d’ailleurs, notamment dix-huit Malouins restés anonymes61.

  • 62 Arch. nationales, B4 78, f° 220-222, « Journal circonstancié du séjour de la flotte angloise devan (...)
  • 63 Ces faits sont confirmés par des relations françaises et britanniques. Arch. nationales, B4 78, f° (...)
  • 64 Porter J., « An Account by an Eye-Witness of the Expedition against St. Malo in May and June 1758  (...)
  • 65 Service hist. de la Défense-dép. de l’Armée de Terre, A4 26, no 7.
  • 66 Arch. nationales, B4 78, f° 223.
  • 67 A Genuine and Particular Account of the Late Enterprise…, op. cit., p. 22. A Genuine Narrative of (...)
  • 68 Paris-Jallobert P., « La garde-côtes du littoral de Saint-Malo », Association bretonne, 1893-1894, (...)

23Trois batteries défendent alors la baie de Cancale : celle de Barbe-Brûlée, la plus au nord, compte deux canons, celle de Port Picquet (ou Port-Pican), où sert Lévêque, en rassemble trois, comme celle de la pointe de la Fenêtre, tout près du bourg. Tous ces ouvrages présentent une forte vulnérabilité face aux navires de la Royal Navy, cumulant faible calibre des pièces (au maximum de 24 livres mais le plus souvent de 8 ou de 12) et exposition de leurs servants aux tirs ennemis, puisque toutes ces batteries sont à l’air libre. Ces caractéristiques expliquent leur médiocre résistance, quelques canons de petit calibre ne pouvant tenir longtemps face aux dix-huit pièces d’une frégate (elle en compte trente six mais ne peut en utiliser que la moitié puisqu’elle s’embosse parallèlement à la côte), encore moins face à un vaisseau de soixante-quinze pièces. Pourtant, les batteries de Cancale combattent avec acharnement, faisant « la résistance humainement possible » comme l’assure maladroitement Pierre Lévêque. Plusieurs récits, tant français que britanniques, confirment cette résistance. Aussi incroyable que cela paraisse, un seul homme, « one old man » selon une relation britannique, sert la batterie de Barbe-Brûlée, rechargeant alternativement ses deux canons, et ne se rend qu’au bout d’une heure – deux heures selon un témoignage français – et après une blessure à la jambe62. À la pointe de la Fenêtre, les canonniers parviennent à toucher la frégate Success, y tuant plusieurs hommes, avant de devoir progressivement cesser le combat63. Le sergent John Porter, des Welsh Fusiliers, y aperçoit encore trois défenseurs avant que ses compatriotes ne prennent pied sur le rivage64. Malheureusement, aucune de ces sources ne fait référence explicitement à la batterie où sert Pierre Lévêque, certes séparée du port de Cancale par la pointe de la Chaîne et de ce fait moins dangereuse pour la flotte ennemie. Servir est d’ailleurs un terme inexact car le capitaine de la garde-côte n’a jamais demandé à l’ancien soldat de jouer un rôle de canonnier pour lequel il ne dispose d’aucune compétence. Il y commande simplement les servants des pièces, les encourageant de la voix, les incitant à tirer encore plus vite. Son expérience des sièges et des batailles, durant lesquels il a connu des canonnades, lui permet de rester stoïque malgré le vacarme et la fumée, de rassurer les jeunes paysans qui servent les pièces et pourraient légitimement s’inquiéter de la puissante artillerie ennemie qui réplique à leurs tirs. Pierre Lévêque, par sa présence même, évite toute panique, et ordonne le repli lorsque la position devient intenable, avec toutefois le sentiment du devoir accompli : « Le suppliant peut se flatter d’avoir remply avec succès ce que M. de Landal exigeoit. Le peu de monde qu’il y avoit à servir cette batterie, le feu qui en sortit et le certificat que ce dernier luy en a donné en sont des preuves bien convaincantes65. » Fait-il partie de ces volontaires qui vont alors trouver le marquis de La Châtre, lui demandant en vain des munitions pour s’opposer au débarquement britannique66 ? En tout cas, il suit le mouvement général de retraite vers Saint-Malo, seuls quelques garde-côtes escarmouchant au péril de leur vie contre les troupes d’outre-Manche tout juste débarquées. Curieusement, deux opuscules britanniques citent parmi ces victimes le comte de Landal, colonel de la milice selon l’un et « intendant de la côte » selon l’autre : il aurait refusé de se rendre malgré les sommations, devenant à la fois un symbole de gloire et de résistance obstinée et irréfléchie67. Ces assertions sont totalement erronées puisque Olivier-Joseph de France, comte de Landal, démissionna de la garde-côtes l’année suivante et mourut à La Boussac en 178268. Le souci de la propagande ou de l’édification, intrinsèque à de nombreux libelles, l’emportait ainsi sur la véracité des événements.

  • 69 Arch. nationales, B4 78, f° 226, remarques sur le « Journal circonstancié… ».
  • 70 Service hist. de la Défense/dép. de l’Armée de Terre, A4 26, no 55, procès-verbal du 17 juin 1758.
  • 71 Sur ces questions, voir Hopkin D., Lagadec Y., Perréon S., « “A pleasant country” : visions britan (...)

24Les jours suivants, la ville de Saint-Malo s’organise pour résister à un siège, qui finalement n’a pas lieu. Aux côtes des troupes réglées, des garde-côtes et de la milice bourgeoise, deux compagnies de volontaires se constituent. La première, composée exclusivement de gentilshommes, nomme à sa tête Pierre-Dynas de Robien, lieutenant des grenadiers à cheval. La seconde rassemble 30 à 40 roturiers sous l’autorité du sieur Petel, armateur malouin69. Il est fort probable qu’un ancien soldat motivé par la défense de sa patrie comme Pierre Lévêque en fit partie. Après le rembarquement des Britanniques, il retrouve, à l’instar de nombre de ses voisins, ses biens en piteux état, son logement ayant non seulement été pillé mais dévasté par les ennemis, qui l’ont transformé en corps de garde. Le procès-verbal que dresse alors à sa demande le juge seigneurial Louis-Jean Rouillaud, assisté du procureur fiscal et d’un commis au greffe, permet de s’en faire une idée puisque les visiteurs trouvent « la porte enfoncée et jettée au milieu de la place, […] une armoire, plusieurs chesses et coffres en morceau et mis en pièces, les vitres de la fenêtre cassées, les deux costières de la porte abattues, […] un monceau de paille confondus avec quantité de papiers et livres rompus en petits morceaux foulés et meslés le tout ensemble sans qu’il soit possible d’en faire un triage attendu leur confusion et les immondices qui étoient répandus dessus le tout70 ». L’expérience est indubitablement traumatisante pour un autodidacte attaché à ses livres et conservant de nombreux papiers personnels et professionnels. Néanmoins, contrairement à nombre de pauvres gens, ses conditions de subsistance matérielle ne sont pas remises en cause par ces exactions purement gratuites71.

25Une nouvelle descente britannique, près de Saint-Lunaire au début du mois de septembre suivant, entraîne à nouveau la mobilisation de volontaires, que ce soit au gué du Guildo ou à Saint-Cast, où les envahisseurs subissent un échec cuisant. Pierre Lévêque ne figure pas parmi la soixantaine de volontaires présents à cette bataille mais rien n’exclut qu’il ait alors rejoint Saint-Malo pour participer à sa défense. Néanmoins, on peut plus sûrement subodorer qu’il demeura chez lui, car situé plus loin de l’action, et échaudé par sa mésaventure du mois de juin.

*

  • 72 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, registre des sépultures de Notre-Dame de Vitré, numérisé, 1769, p. 6
  • 73 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 Ba 42, f° 107 v°, lettres de provision du 25 octobre 1769.

26La carrière militaire de Pierre Lévêque s’arrête bien en juin 1758 et tout laisse penser qu’il reprend ensuite le cours paisible de son existence. En 1767, au décès de son père, il rejoint Vitré et reprend l’office familial. Il décède le 27 février 1769, à l’âge de quarante-quatre ans, et est inhumé le lendemain en présence de son cousin André72. En l’absence d’héritier direct, son jeune demi-frère Pierre-Augustin lui succède alors comme sergent73.

  • 74 Corvisier A., L’armée française…, op. cit., t. 1, p. 449-542.
  • 75 Bennezon H., « Revenir de guerre au Siècle des Lumières. Réinsertion des anciens soldats dans un v (...)

27Il serait certes abusif d’extrapoler à partir de ce destin singulier et d’en déduire des généralités hasardeuses sur les carrières militaires et les anciens soldats de l’Ancien Régime. Quelques enseignements se font jour néanmoins. Le premier rejoint les conclusions d’André Corvisier sur l’origine sociale des soldats74 : si les paysans voire artisans dominent, une minorité est d’extraction moins populaire, alphabétisée et relativement instruite, a fortiori au sein de la cavalerie. D’autre part, le passage par l’armée ne constitue pas obligatoirement une rupture, surtout s’il est de courte durée : à côté de ceux qui y meurent, de ceux qui rompent leurs attaches familiales, s’établissent ailleurs ou sombrent dans la marginalité, beaucoup d’autres regagnent leur pays natal. Ainsi, les deux tiers des 40 soldats du village d’Hangest-en-Santerre engagés entre la guerre de Succession d’Espagne et celle d’Indépendance américaine retournent dans leur paroisse natale75. Quelques-uns y vivotent médiocrement mais d’autres y connaissent une indéniable ascension sociale, indubitablement liée à leur passage à l’armée. Il en va de même, nous l’avons vu, pour Pierre Lévêque, la promotion sociale se marquant plus en terme d’honorabilité que d’enrichissement pécuniaire.

  • 76 Hippeau C., Le gouvernement de Normandie au XVIIe et au XVIIIe siècle d’après la correspondance de (...)
  • 77 Hopkin D., Lagadec Y. et Perréon S., « The Experience and Culture of War in the Eighteenth Century (...)
  • 78 Labrousse L. F., gravure « Qui vive ? feu ! en avant commandant l’ennemi paraît. 12 juillet 1762 » (...)

28Quant à la mobilisation spontanée pour combattre l’envahisseur, elle n’est pas l’apanage des anciens soldats, même si ces derniers jouent volontiers un rôle moteur, comme Salomon Duby, Suisse au riche passé militaire qui, en août 1758, mobilise une troupe d’environ 80 employés des fermes, dont il est le capitaine général au département de Cherbourg76. Assurément, les gens des côtes de la Manche, vivant dans un espace frontalier potentiellement dangereux en période de conflit, ont développé une véritable culture de guerre, qui induit une certaine mobilisation lors de l’irruption de l’ennemi77. En définitive, si Pierre Lévêque et de nombreux autres « patriotes » de 1758 ne deviennent pas des héros, il faut non seulement incriminer leur nombre élevé mais également leur extraction modeste : le héros reste encore aristocratique, à l’image du chevalier d’Assas. Seul le garde-côtes normand Michel Cabieu jouit d’une gloire cependant tardive, 35 ans après les faits, pendant la Révolution, lorsque triomphe le soldat-citoyen78. Pierre Lévêque, quant à lui, est décédé beaucoup trop tôt pour connaître semblable postérité.

Notes

1 Je tiens à remercier Yann Lagadec pour sa relecture attentive et critique.

2 Bien que l’orthographe « Levesque » se rencontre dans plusieurs documents, écrire « Lévêque » se justifie car c’est ainsi que ce personnage signe sa lettre. Cette dernière orthographe s’impose d’ailleurs pour cette famille dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

3 Corbin A., Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot. Sur les traces d’un inconnu 1798-1876, Paris, Flammarion, 1998. Voir, en particulier, le prélude, p. 7-9.

4 Quelques lettres de soldats du règne de Louis XIV ont toutefois été publiées. Lecestre L., « Trois lettres de soldats sous Louis XIV », Annuaire-Bulletin de la Société de l’histoire de France, 1921, p. 308-314. Rosenzweig L., « Lettre d’un soldat breton à sa mère (1682) », Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 1866, p. 57-62.

5 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, registre des baptêmes, mariages et sépultures de Notre-Dame de Vitré, numérisé, 1724-1725, p. 16.

6 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 Ba 35, f° 155 r°.

7 Quéniart J., Culture et société urbaines dans la France de l’Ouest au XVIIIesiècle, Paris, Klincksieck, 1978, p. 49-53.

8 Il n’a pas été possible d’identifier l’origine sociale du parrain et de la marraine. Cette dernière appartient visiblement à la famille maternelle de François Lévêque, dont la mère s’appelle Jeanne Orry.

9 Quéniart J., Culture et société urbaines…, op. cit., p. 34-39.

10 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 3996, p. 21 et C 3998, p. 16.

11 La liste complète figure dans Paris-Jallobert P., Anciens registres paroissiaux de Bretagne, Rennes, Plihon et Hervé, 1894 (rééd. 1988), t. 10, p. 97.

12 Service hist. de la Défense-Dép. de l’Armée de Terre, 3 Yc 108, Egmont cavalerie.

13 Perréon S., L’armée en Bretagne au XVIIIe siècle. Institution militaire et société civile au temps de l’intendance et des Etats, Rennes, PUR, 2005, p. 223-225.

14 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 3803, p. 646 et p. 925.

15 Bigarré A., Mémoires du général Bigarré, 1775-1813, présentation et notes M. Legat, Paris, éditions du Grenadier, 2002, p. 20.

16 Chateaubriand F.-R. de, Mémoires d’outre-tombe, Paris, Flammarion, 1949, t. 1, p. 74-75.

17 Paris-Jallobert P., Journal historique de Vitré ou documents et notes pour servir à l’histoire de cette ville, Mayenne, éditions régionales de l’Ouest, rééd. 1995 (1880), p. 325.

18 Sur ces célébrations, voir Fogel M., Les cérémonies de l’information dans la France du XVIe au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1989.

19 Paris-Jallobert P., Journal historique de Vitré…, op. cit., p. 338.

20 Aubert de La Chesnaye des Bois F.-A., Dictionnaire militaire ou recueil alphabétique de tous les termes propres à la guerre…, Dresde, 1751, t. 2, p. 742-743, article « rations ».

21 Voici la description de l’uniforme des cavaliers d’Egmont : « Habit et manteau gris-blanc, doublure, paremens et revers rouges, boutons plats de métal blanc, bufle à petits crochets, bandoulière jaune et étroite, aiguillette platte, mêlée de jaune et de noir, culotte de peau, chapeau bordé d’argent fin ; l’équipage du cheval est jaune, bordé d’un grand galon de panne noire. » Authville des Amourettes Ch.-L. d’, Essai sur la cavalerie, tant ancienne que moderne, Paris, Jombert, 1756, p. 160.

22 Kerviler R., Répertoire général de bio-bibliographie bretonne, Rennes, Plihon, 1899, rééd. 1978, t. 9, p. 325-326. Le chevalier de Guerry achève sa carrière comme lieutenant-colonel et devient chevalier de Saint-Louis en 1779.

23 Service hist. de la Défense-dép. de l’Armée de Terre, 1 Ye 11 033, lettre du comte d’Egmont au comte d’Argenson, 1er août 1743.

24 Corvisier A., L’armée française de la fin du XVIIe siècle au ministère de Choiseul. Le soldat, Paris, PUF, 1964, t. II, p. 637-639.

25 Maurice de Saxe, Mes rêveries, Paris, Economica, 2002 (rééd.), p. 125.

26 Diderot D. et Le Rond d’Alembert J., L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Paris, Briasson, 1751-1772, t. XV, p. 310-311, article « soldat ».

27 Il évoque des cavaliers « petits, foibles », dont certains « n’avoient jamais monté à cheval ». Authville des Amourettes Ch.-L. d’, Essai sur la cavalerie, op. cit., p. 407. Les ouvrages théoriques fleurissent d’ailleurs après cette guerre, comme celui de M. de La Porterie, dont le chapitre VII s’intitule « De la manière d’instruire les Cavaliers et Dragons de Recrue à monter à cheval… ». La Porterie M. de, Institutions militaires pour la cavalerie et les dragons, Paris, Guillyn, 1754.

28 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 4 F f° 12, « Relation de la campagne de Flandre de 1746 », p. 2-6.

29 Cette poudre désigne-t-elle celle des armes à feu pendant les combats ou simplement la poussière produite par une armée en marche ?

30 Farge A., Les fatigues de la guerre, Paris, Le Promeneur, 1996, p. 19-23.

31 Le Roy de Grandmaison Th.-A., La petite guerre, ou traité du service des troupes légères en campagne, s. l., 1756, p. 15-16.

32 Bois J.-P., Fontenoy, 1745. Louis XV, arbitre de l’Europe, Paris, Economica, 1996, p. 78 et 105.

33 A Soldier’s Journal containing a particular Description of the several Descents on the Coast of France last War…, Londres, Dilly, 1770, p. 5-6; 12-13.

34 « Je passois mon temps à écrire des lettres pour mes amis à leurs parents pour en tirer quelqu’argent » écrit Bernos dans ses mémoires. Commandant Marielle, « Souvenirs de campagne d’un soldat du régiment de Limousin (1741-1748) », Carnets de la Sabretache, 1902, 10e vol. , p. 746.

35 Pour une vision globale de cette « manœuvre de la Mehaigne », voir Picaud-Monnerat S., La petite guerre au XVIIIe siècle, Paris, Economica, 2010, p. 466-491.

36 Browning R., The War of the Austrian Succession, New York, St-Martin’s Griffin, 1995, p. 6.

37 Service hist. de la Défense-dép. de l’Armée de Terre, 1 M 206, no 18, relation anonyme de la bataille de Rocoux, p. 7.

38 Il n’est jamais cité dans les relations de la bataille, ni ne figure sur les plans de celle-ci.

39 Chauviré F., « “A brides abattues”, le problème de l’allure dans les charges de cavalerie du XVIe au XVIIIe siècle », Revue historique des Armées, no 249, 2007, p. 16-27. Chauviré F., La charge de cavalerie de Bayard à Seydlitz, thèse dact., Nantes, 2010, à paraître.

40 Authville des Amourettes Ch.-L. d’, Essai sur la cavalerie…, op. cit., p. 396.

41 Damarzit de Sahuguet J.-B. J., baron d’Espagnac, Histoire de Maurice, comte de Saxe, duc de Courlande et de Sémigalle, Maréchal-général des camps et armées de France, Paris, Pierre, 1775, t. 3, planche 19. Service hist. de la Défense-Dép. de l’Armée de Terre, A2 22, no 165.

42 Service hist. de la Défense-Dép. de l’Armée de Terre, 1 M 174, annexe 2, p. 214-217.

43 Service hist. de la Défense-Dép. de l’Armée de Terre, A2 19, no 66, lettre du 16 septembre 1746.

44 Damarzit de Sahuguet J.-B. J., baron d’Espagnac, Histoire de Maurice…, op. cit., t. 3, planche 16.

45 Service hist. de la Défense-Dép. de l’Armée de Terre, 3 Yc 108.

46 Authville des Amourettes Ch.-L. d’, Essai sur la cavalerie, op. cit., p. 135-136.

47 Service hist. de la Défense-dép. de l’Armée de Terre, A4 26, no 7.

48 Bois J.-P., Les anciens soldats dans la société française au XVIIIe siècle, Paris, Economica, 1990, p. 296-298.

49 Azimi V., Un modèle administratif de l’Ancien Régime. Les commis de la ferme générale et de la régie générale des aides, Paris, éditions du CNRS, 1987, p. 91-92.

50 Ibid., p. 49.

51 Ogée J., Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, Mayenne, éditions générales de l’Ouest, 1993 [première édition 1776 ; réédition complétée 1843], t. 1, p. 136.

52 Tanguy B. et Lagrée M. (dir.), Atlas d’histoire de Bretagne, Morlaix, Skol Vreizh, 2002, p. 115. Nières Cl., Les villes de Bretagne au XVIIIe siècle, Rennes, PUR, 2004, p. 65.

53 Bluche F. (dir.), Dictionnaire du Grand Siècle, Paris, Fayard, 1990, p. 143-145.

54 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, C 4353 : « Rolle des habitans de la paroisse de Cancalle qui ont souffert des pertes à l’occasion de la descente que firent les Anglois au mois de juin 1758 avec le montant de leurs impositions aux rolles de la capitation des années 1757, 1758, 1759, 1760 et 1761 et l’état des décharges ou modérations accordées par Sa Majesté pour les dites années montant par chacun an à la somme de deux mille huit cent quatre vingt neuf livres pour les cinq années cy dessus. Le tout conformément à l’arrêt du conseil du 30 octobre 1760 et eu égard à l’objet des pertes et aux facultés annuelles de chacun desdits habitans. »

55 Pour une idée du prix de quelques livres, voir Figeac M. (dir.), L’ancienne France au quotidien. Vie et choses de la vie sous l’Ancien Régime, Paris, Armand Colin, 2007, p. 279-282 (article « livre » par Pierre Botineau).

56 Quéniart J., Culture et société…, op. cit., p. 205 et 273.

57 Service historique de la Défense-département de l’Armée de Terre, A4 22, no 35 et 36, contrôles (incomplets) des compagnies de Dubouchet et de La Touche d’Assy, 22 août 1756.

58 Pour en savoir plus, voir Lagadec Y. et Perréon S., La bataille de Saint-Cast (Bretagne, 11 septembre 1758). Entre histoire et mémoire, Rennes, PUR, 2009, p. 57-67.

59 Service hist. de la Défense-dép. de l’Armée de Terre, 1 M 1086, no 4, mémoire sur la Bretagne, anonyme, 1755, p. 72.

60 Service hist. de la Défense-dép. de l’Armée de Terre, A4 26, no 7.

61 Arch. nationales, B4 78, f° 222.

62 Arch. nationales, B4 78, f° 220-222, « Journal circonstancié du séjour de la flotte angloise devant Saint Malo, mouillée dans la baye de Cancale », imprimé. A Genuine and Particular Account of the Late Entreprise on the Coast of France, 1758, by an Officer in a Letter to a Friend, Londres, R. Griffiths, 1758, p. 18-19.

63 Ces faits sont confirmés par des relations françaises et britanniques. Arch. nationales, B4 78, f° 220-222, « Journal circonstancié… ». A Genuine Narrative of the Enterprize against the Stores and Shipping at St. Maloes, Dublin, W. Sleater, 1758, p. 17.

64 Porter J., « An Account by an Eye-Witness of the Expedition against St. Malo in May and June 1758 », Royal United Service Institution Journal, 1914, 58, janv.-juin, p. 758.

65 Service hist. de la Défense-dép. de l’Armée de Terre, A4 26, no 7.

66 Arch. nationales, B4 78, f° 223.

67 A Genuine and Particular Account of the Late Enterprise…, op. cit., p. 22. A Genuine Narrative of the Enterprize against the Stores and Shipping…, op. cit., p. 12. Les autres relations britanniques ne soufflent mot de cet épisode.

68 Paris-Jallobert P., « La garde-côtes du littoral de Saint-Malo », Association bretonne, 1893-1894, p. 82-83.

69 Arch. nationales, B4 78, f° 226, remarques sur le « Journal circonstancié… ».

70 Service hist. de la Défense/dép. de l’Armée de Terre, A4 26, no 55, procès-verbal du 17 juin 1758.

71 Sur ces questions, voir Hopkin D., Lagadec Y., Perréon S., « “A pleasant country” : visions britanniques sur les descentes de 1758, de Cancale à Saint-Cast », Bulletin et Mémoires de la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine, t. CXII, 2008, p. 56-69.

72 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, registre des sépultures de Notre-Dame de Vitré, numérisé, 1769, p. 6.

73 Arch. dép. d’Ille-et-Vilaine, 1 Ba 42, f° 107 v°, lettres de provision du 25 octobre 1769.

74 Corvisier A., L’armée française…, op. cit., t. 1, p. 449-542.

75 Bennezon H., « Revenir de guerre au Siècle des Lumières. Réinsertion des anciens soldats dans un village de Picardie au XVIIIe siècle », Pernot Fr. et Toureille V. (dir.), Lendemains de guerre… De l’Antiquité au monde contemporain : les hommes, l’espace et le récit, l’économie et le politique, Bruxelles, P. I. E. Peter Lang, 2010, p. 89-97.

76 Hippeau C., Le gouvernement de Normandie au XVIIe et au XVIIIe siècle d’après la correspondance des marquis de Beuvron et des ducs d’Harcourt, Caen, Goussiaume de Laporte, 1863, t. 1, p. 247-250.

77 Hopkin D., Lagadec Y. et Perréon S., « The Experience and Culture of War in the Eighteenth Century: The British Raids on the Breton Coast, 1758 », French Historical Studies, vol. 31, spring 2008, p. 193-227.

78 Labrousse L. F., gravure « Qui vive ? feu ! en avant commandant l’ennemi paraît. 12 juillet 1762 », Grasset Saint-Sauveur J., Les fastes du peuple français, ou Tableaux raisonnés de toutes les actions héroïques et civiques du soldat et du citoyen français, Paris, Deroy, entre 1796 et 1805.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search