Version classiqueVersion mobile

Expériences de la guerre, pratiques de la paix

 | 
Guy Saupin
, 
Éric Schnakenbourg

Deuxième partie. L’art de la diplomatie

Les officiers généraux dans l’histoire contemporaine de la diplomatie française

Michel Catala

Texte intégral

  • 1 Sur les attachés militaires, Vaïsse M., « L’évolution de la fonction d’attaché militaire en France (...)
  • 2 Sur l’implication générale des militaires dans l’action internationale de la France, voir l’excell (...)

1La participation des militaires à l’action internationale de la France a toujours été importante, en temps de guerre comme en temps de paix. Depuis le XIXe siècle, elle n’a cessé de croître : le développement d’un réseau d’attachés militaires puis l’intensification des échanges de personnel ont participé à l’ouverture des armées françaises, dans un contexte d’internationalisation croissante des missions, dans le cadre de la conquête coloniale notamment1. Les deux guerres mondiales accentuent le phénomène en démultipliant le rayonnement de l’armée par-delà les frontières, puis en institutionnalisant une coopération internationale permanente entre alliés. Les militaires sont naturellement impliqués dans l’élaboration et dans l’exécution de la politique extérieure de la France, notamment par le biais du ministre de la Défense et du chef d’état-major2. Mais les militaires occupent rarement les trois fonctions qui se répartissent la conduite de la politique étrangère de la Nation : le chef de l’État, qu’il soit empereur, roi ou Président de la République, le Premier ministre (appelé aussi président du Conseil), et le ministre des Affaires étrangères.

  • 3 Tout l’appareil décisionnel de la politique extérieure de la France est alors entre les mains des (...)

2Comme toutes les démocraties, la France n’aime guère être dirigée par des généraux : depuis 1789, seuls le général Bonaparte de 1799 à 1814, le maréchal Mac-Mahon de 1873 à 1879, le maréchal Pétain de 1940 à 1944, et le général de Gaulle de 1940 à 1946 et de 1958 à 1969 exercent la plus haute fonction. La plupart d’entre eux arrivent au pouvoir dans des conditions très particulières, et doivent abdiquer ou démissionner de manière plus ou moins dramatique, aucun ne se retirant à la fin de son mandat légal, quand ils en ont un ! Les généraux Premiers ministres ou Présidents du Conseil sont encore plus rares : au XIXe siècle, le général Jean-Joseph Dessolles sous Louis XVIII, éphémère président du Conseil et ministre des Affaires étrangères pendant onze mois de 1818 à 1819 ; le maréchal Soult sous Louis-Philippe de 1840 à 1847 et le général Louis-Jules Trochu qui préside le gouvernement de la Défense nationale de septembre 1870 à janvier 1871, tous les deux à la tête de gouvernements qu’ils ne contrôlent pas vraiment, et avec des ministres des Affaires étrangères qui les dominent, François Guizot et Jules Favre. Enfin, Darlan à Vichy, qui est l’exception qui confirme la règle au XXe siècle, d’autant plus qu’il cumule avec le porte-feuille des Affaires étrangères du 10 février 1941 au 17 avril 19423. Aucun militaire ne dirige le gouvernement durant les périodes où la fonction conduit à décider véritablement de la politique extérieure du pays, sous la Troisième et la Quatrième République, lorsque l’exécutif est dominé par un président du Conseil souvent accaparé par les affaires intérieures du pays, de 1873 à 1940 et de 1946 à 1958.

  • 4 Dumouriez est certainement celui dont l’action a le plus marqué l’histoire de la politique étrangè (...)
  • 5 Plus de détails sur ces militaires ministres dans une autre étude publiée en 2005 avec la collabor (...)

3La nomination d’un militaire au ministère des Affaires étrangères reste également exceptionnelle. Sa fidélité politique ou sa réputation à l’étranger peut amener le pouvoir politique à appeler un officier général à diriger temporairement les affaires étrangères. La plupart du temps, ces officiers généraux sont largement intégrés au jeu politique, dont ils sont des acteurs majeurs. Différentes phases sont tout de même identifiables durant la période contemporaine, c’est-à-dire depuis la fin du XVIIIe siècle. De 1789 à 1824, la nomination d’un militaire reste rare. Trois généraux seulement sont concernés, Dumouriez, Caulaincourt et Dessolles, sur 20 titulaires du ministère4. Au total, ils occupent le ministère 22 mois sur 35 ans ! De 1824 à 1851, les généraux font une irruption remarquée dans la gestion des Affaires étrangères. Sept généraux en 26 ans, sur 18 titulaires du ministère, soit près de 9 ans sur 27 ! Pourtant, ils ne s’illustrent pas vraiment dans leurs fonctions, même si deux d’entre eux, Sebastiani et Soult, sont des hommes politiques de premier plan5. Enfin, depuis 1851, Napoléon III laisse désormais cette fonction à des civils, et les différents régimes républicains de 1870 à nos jours maintiennent cette tradition, même lorsqu’ils sont dirigés par des militaires, comme Mac-Mahon ou de Gaulle : le ministre des Affaires étrangères n’est plus jamais un général sous les IIIe, IVe et Ve Républiques, comme si la tradition démocratique française ne pouvait plus s’accommoder d’une pareille situation. L’appareil décisionnel et administratif de la politique extérieure de la France n’est entièrement contrôlée que deux fois par des généraux, dans des périodes brèves et exceptionnelles de notre histoire contemporaine : en 1813-1814 (Napoléon et Caulaincourt) et en 1941-1942 (Pétain et Darlan).

4Les critères fonctionnels fondamentaux de la politique extérieure valent également pour le choix de ses exécutants, les diplomates accrédités à l’étranger, à cette réserve près que la notoriété d’un officier général acquise pour faits militaires ou pour services rendus au gouvernement comme ancien ministre de la Guerre ou de la Marine, est susceptible de déterminer son choix pour représenter la République auprès d’une grande puissance. Son grade impose du reste qu’il soit nommé ambassadeur, donc dans la capitale d’une des sept ou huit grandes puissances reconnues par et dans la communauté internationale qui, par tacite convention, n’échangent de représentation qu’à ce niveau, une pratique qui se maintient jusqu’aux années 1950. Comme les emplois budgétaires de ce niveau sont limités à une dizaine en moyenne pendant la Troisième République et que la nomination en qualité d’ambassadeur ne consacre la carrière que de quelques diplomates, le choix d’officiers généraux (ou de hauts fonctionnaires relevant d’autres ministères, généralement les Colonies) est rare, sinon exceptionnel, une fois établi le régime républicain.

  • 6 Tulard J. (dir.), Dictionnaire du Second Empire, Paris, Fayard, 1995.
  • 7 À Turin en 1861, à Copenhague en 1863, à Florence en 1866.
  • 8 Cet oncle de Jean Jaurès est ministre de la Marine en 1889.
  • 9 Waddington et Pothuau sont tous les deux ministres du gouvernement Dufaure.
  • 10 Le général Félix Antoine Appert s’est distingué comme jeune officier lors de la bataille de l’Isly (...)

5Seulement neuf officiers généraux sont nommés, et plus de la moitié se succèdent à l’ambassade de Saint-Pétersbourg de 1869 à 1886, le tsar (Alexandre II et Alexandre III) préférant un militaire à un civil. Ces militaires sont avant tout des hommes politiques : le général Fleury, nommé à Saint-Pétersbourg en 1869, est un fidèle de Napoléon III, « son confident le plus intime6 ». Avant son ambassade en Russie, l’Empereur lui a déjà confié diverses missions diplomatiques7. Son successeur en 1871 est aussi un politique, mais avec un profil bien différent. Le général Le Flô s’est engagé en politique dès 1848, comme député du Finistère. Il s’oppose au Président, et il est arrêté et expulsé après le coup d’État. Exilé en Russie, il rencontre le tsar. Il est nommé ministre de la Guerre dans le gouvernement de la Défense nationale en septembre 1870, et redevient député du Finistère juste avant son départ en Russie en février 1871, où il reste jusqu’en 1879. Son successeur en Russie de 1879 à 1881, le général Chanzy, le commandant de l’armée de la Loire en 1870, est député en 1871 et Gouverneur général de l’Algérie en 1873. Candidat malheureux à l’élection présidentielle contre Jules Grévy en janvier 1879, il est aussitôt éloigné en Russie en février. Le vice-amiral Jaurès est député du Tarn en 1871 puis sénateur en 1875, avant ses deux ambassades successives à Madrid de 1878 à 1881, puis à Saint-Pétersbourg de 1882 à 18838. Le vice-amiral Pothuau est un éphémère ambassadeur à Londres de février 1879 à avril 1880. C’est à nouveau un homme politique autant qu’un amiral. Il a joué un rôle majeur dans la défense de Paris en 1870. Député de la Seine, il est ministre de la Marine de 1871 à 1873, puis de 1877 à 1879. Le contexte très particulier de la guerre de 1870 peut largement expliquer l’émergence sur la scène diplomatique de ces généraux à la carrière si spécifique. Deux d’entre eux, Jaurès et Pothuau sont nommés par le même ministre des Affaires étrangères, Waddington, entre 1878 et 1879, et appartiennent au même camp politique de la gauche modérée qui vient de démettre Mac-Mahon9. Enfin, le général Appert, qui participa lui aussi à la Défense de Paris puis à la répression de la Commune, est nommé à Saint-Pétersbourg de 1883 à 1886, et termine la « série russe » entamée en 186910.

  • 11 Un troisième marin, le vice-amiral Touchard, est nommé également en Russie, mais beaucoup plus tar (...)
  • 12 Un excellent exemple de ces interactions dans la thèse de Jean-Noël Grandhomme sur l’action du gén (...)
  • 13 Catala M., Les relations franco-espagnoles pendant la Deuxième Guerre mondiale, Paris, L’Harmattan (...)

6Après cette période exceptionnelle, et jusqu’en 1940, la nomination de militaires devient extrêmement rare, quelques officiers seulement11. Même pendant la Première Guerre mondiale, l’appareil diplomatique reste entre les mains des civils, bien que les généraux mènent d’importantes missions diplomatico-militaires, en Europe centrale et orientale et dans le monde arabe12. Cet usage républicain devient une tradition. Sauf exception, les généraux ne sont plus diplomates, sauf s’ils peuvent se prévaloir d’une autorité politique, d’ancien ministre en général. Le cas le plus connu, et également unique sous la Troisième république, est celui du maréchal Pétain, ancien ministre, nommé par Daladier à Madrid en mars 193913. Son originalité provient tout d’abord des conditions politiques de sa mission. Durant la guerre civile, la France ignore le camp nationaliste, en dépit des succès franquistes, et le gouvernement maintient son soutien politique au gouvernement républicain, malgré la certitude de sa défaite inéluctable à compter de 1938. En fait, seule la chute de la Catalogne républicaine permet au gouvernement français de surmonter les résistances de la gauche et d’une partie de l’opinion publique pour engager des conversations officieuses avec Franco et son ministre des Affaires étrangères, le général Jordana. Mais la France n’est pas en position de force pour négocier, et les accords Bérard-Jordana, signés à Burgos le 25 février 1939, sont un véritable « Munich » de la politique méditerranéenne de la France. Bérard n’obtient qu’un simple engagement espagnol de « bon voisinage » en Europe et au Maroc, et le problème de la neutralité ou celui des réfugiés ne sont pas abordés dans ce texte. Au contraire, la France s’engage à rendre au gouvernement de Burgos l’ensemble des biens républicains passés en France, notamment les armements de l’armée de Catalogne et l’or de la Banque d’Espagne. Ces accords restent secrets, mais le gouvernement français peut ainsi reconnaître officiellement l’Espagne nationaliste le 27 février 1939. Il faut maintenant envoyer un ambassadeur en Espagne. Georges Bonnet souhaite nommer Pétain : le maréchal a connu Jordana lorsqu’il commandait l’armée française dans le Rif en 1925 et lorsqu’il s’est résolu à engager une coopération militaire avec Primo de Rivera pour vaincre Abd-el Krim. De plus, Pétain jouit en Espagne d’un grand prestige, ce qui permettra peut-être d’améliorer l’image de la République française, traitée comme une ennemie par la presse phalangiste, car accusée d’avoir soutenu les « rouges ». Bonnet cherche à créer « un coup politique et médiatique » : envoyer en Espagne le plus prestigieux des Français, c’est montrer tout l’intérêt que porte le gouvernement au rétablissement de bonnes relations avec Franco. À mission exceptionnelle, ambassadeur exceptionnel ! Pétain, malgré ses 82 ans, accepte cette nouvelle mission rapidement ; il retrouve enfin une charge officielle, plus de quatre ans après la chute du ministère Doumergue. Sa mission est simple : assurer la neutralité espagnole en cas de conflit européen, de manière à garantir la sécurité de la France et de l’Afrique du Nord. La position de Pétain est claire : la réussite de sa mission passe par l’exécution stricte et rapide des accords Bérard-Jordana.

7Pour parvenir à ses fins, Pétain va s’engager totalement, usant de son statut de maréchal de France pour assurer la réussite de sa mission. Il organise son ambassade d’une manière bien particulière. D’un côté, les diplomates envoyés pour le seconder par Bonnet, des hommes jeunes mais déjà expérimentés, connaissant bien les réalités espagnoles, conduits par le conseiller Armand Gazel. Le nouvel ambassadeur recrute également de brillants attachés « techniques », comme Henri Du Moulin de Labarthète pour les Finances, qui jouera ensuite un rôle important à Vichy, et développe même des postes spécifiques comme celui « d’attaché ecclésiastique » confié à l’abbé Boyer-Mas pour travailler à un rapprochement religieux avec la nouvelle Espagne nationale-catholique. Pétain choisit personnellement ses attachés militaires, le colonel Buot de l’Epine, qui faisait partie de son cabinet à Paris, le commandant Gorostarzu, attaché de l’air, et le capitaine de vaisseau Delaye, attaché naval. De plus, il amène à Saint-Sébastien, où l’ambassade s’est installée, deux collaborateurs directs, son ordonnance, le capitaine Bonhomme, et le chef de son cabinet à Paris, le général Vauthier. Il a donc à ses côtés un cabinet militaire spécial, composé d’officiers entièrement dévoués à sa personne qu’il peut envoyer en mission où il le désire, et qui constituent surtout un relais bien pratique pour négocier avec les décideurs parisiens. Vauthier assure un lien constant entre Pétain et l’étatmajor parisien. Finalement, avec l’aide de ses collaborateurs et de son équipe exceptionnelle, Pétain parvient à faire appliquer les accords, persuadant successivement tous les décideurs français, Daladier, Reynaud, Gamelin, de la nécessité de rendre les biens espagnols à Franco pour tenter de garantir sa neutralité. Il reste ensuite en poste à Madrid jusqu’à son rappel à Paris en mai 1940, prolongeant ainsi sa mission très spéciale en Espagne.

  • 14 « On l’avait oublié tant son rôle est mineur, inversement proportionnel à son rang », selon Pierre(...)

8Il faut la Seconde Guerre mondiale et une nouvelle défaite pour voir les autorités rappeler des officiers généraux sans carrière politique à ces fonctions. Paradoxalement, le gouvernement de Vichy n’utilise pas les militaires dans son appareil diplomatique. Le maréchal Pétain n’en nomme qu’un en quatre ans, l’amiral Bard, ambassadeur en Suisse en 1942. Proche de Darlan, François Bard était pressenti pour entrer au gouvernement en février 1941, mais il est finalement nommé préfet de police de Paris, où son zèle à réprimer les manifestations gaullistes ne l’empêche pas d’être remplacé dès le retour de Laval en avril 1942. Nommé par Laval, son passage à Berne laisse peu de traces14. C’est pourtant un poste important : la Suisse est l’un des deux derniers pays frontaliers à entretenir des relations diplomatiques classiques avec l’État français. La mort de l’amiral d’une crise cardiaque en mars 1944 lui épargne l’humiliation de l’épuration. Finalement, Vichy perpétue ici la tradition française, mais bénéficie jusqu’en 1943 de la fidélité de la grande majorité du corps diplomatique, tandis que le nombre de ses ambassades à l’étranger décroit inexorablement. Il n’a donc pas besoin des militaires.

  • 15 C’est Élisabeth de Miribel qui parvient à réunir les soutiens à la France libre grâce à son charis (...)
  • 16 Duroselle J.-B., L’abîme, Paris, Le Seuil, 1986, p. 440-442.
  • 17 La réputation de Pechkoff de fin connaisseur du mode relationnel en Asie orientale amènera de Gaul (...)

9C’est de Gaulle et la France libre qui utilisent les services de plusieurs officiers prestigieux pour les représenter dans des postes importants. Au contraire de Pétain, de Gaulle ne dispose pas de nombreux diplomates de carrière et doit au contraire nommer des représentants à l’étranger issus d’autres fonctions. Le moins connu, le colonel Pierrené, de son vrai nom J. E. Martin-Prevel, est nommé en 1941 à Ottawa pour tenter d’organiser le soutien à la France libre, mais sans grande efficacité. Son autorité est discutée au sein même de la représentation, et il faut attendre la rupture définitive entre le Canada et Vichy en novembre 1942 pour que la France libre s’y impose définitivement, sous l’autorité d’un nouveau titulaire15. Le cas du colonel Pechkoffest très différent. D’origine russe, il parle couramment plusieurs langues étrangères. Après la Première Guerre mondiale, il effectue toute sa carrière outre-mer, essentiellement au Maroc et au Levant. Il a même secondé le Haut-commissaire français au Caucase en 1920, et il est détaché au ministère des Affaires étrangères de 1926 à 1930, pour une mission aux États-Unis. Mis à la retraite par Vichy, il rallie la France libre et son profil très particulier de militaire et de diplomate le fait rejoindre l’Afrique du Sud en 1941. Contrairement à Pierrené, il possède une longue expérience des missions à l’étranger et il se distingue rapidement dans ses fonctions de diplomate. Son action au Cap semble positive, bien que nous manquions de renseignements sur cette mission. Il devient délégué de la France libre pour l’Afrique britannique en 1942. Il joue surtout un rôle important lors de la crise de Madagascar pour affirmer l’autorité de de Gaulle sur la Grande île16. Il est envoyé en Chine en mai 1943 à la tête de la mission militaire du CFLN, et il prend la direction de facto de la délégation du CFLN à Tchoung-King trois mois plus tard. La situation du général Pechkoffest régularisée en novembre 1944. Il est désormais ambassadeur de France en Chine jusqu’en octobre 1945. À partir de mars 1946, il est le premier représentant de la France auprès du Commandant supérieur allié au Japon. Il y reste jusqu’en février 195017. Pechkofftermine ainsi une véritable carrière diplomatique.

  • 18 Catroux G., J’ai vu tomber le rideau de fer, Pais, Hachette, 1952.

10Enfin, juste après guerre, le général de Gaulle nomme deux généraux ambassadeurs, mais dans le contexte bien particulier du Gouvernement provisoire. Les deux généraux sont les plus étoilés de la France libre. Le général François d’Astier de La Vigerie est ambassadeur au Brésil de novembre 1944 à juin 1946. Résistant de la première heure comme ses frères, il seconde de Gaulle à la tête des Forces françaises libres à partir de 1942. Sa nomination à une ambassade de second rang peut s’expliquer par la reconnaissance des services rendus. Sa mission reste brève, et nous n’avons pas trouvé d’études particulières sur la question. Le cas le plus célèbre est celui du général Catroux, nommé en Union soviétique en janvier 1945, après la conclusion de la « belle et bonne alliance » de décembre 1944. Nous ne pouvons pas ici retracer la brillante carrière de Catroux, mais il faut tout de même rappeler qu’il a effectué quelques missions à l’étranger (Hedjaz en 1919-1920, attaché militaire en Turquie en 1924-1925), et qu’il réalise toute sa carrière outre-mer entre 1920 et 1944, comme officier en Afrique du Nord et au Levant jusqu’en 1939, puis comme Gouverneur général de l’Indochine en 1939-1940, délégué de la France libre au Levant de 1941 à 1943, et enfin Gouverneur général de l’Algérie en 1943-1944. De Gaulle nomme pour cette mission particulièrement délicate un militaire prestigieux, un administrateur expérimenté et un compagnon fidèle. Il arrive à Moscou pendant la conférence de Yalta et doit trouver en Staline l’allié indispensable pour prévenir toute résurgence du danger allemand. Mais l’expérience et l’habileté du général ne sont d’aucun secours face à l’intraitable dictateur, qui ne perçoit pas la France comme un partenaire du même rang. Catroux n’obtient rien en 1945 et en 1946, et les espoirs de de Gaulle de trouver une place entre les deux Grands ne peuvent se réaliser. Catroux reste à Moscou jusqu’en avril 1948, et assiste à l’inexorable dégradation des rapports franco-soviétiques et à la décomposition du contrôle quadripartite de l’Allemagne et de Berlin18. Parti pour récolter les fruits d’une nouvelle alliance franco-russe, Catroux ne fait qu’observer le déclenchement de la Guerre froide où la France s’oppose à l’URSS aux côtés des Anglo-saxons.

11Les gouvernements de la Quatrième République reviennent à la tradition républicaine, et ne nomment plus aucun militaire à la tête d’ambassades. Par contre, les généraux sont très demandés dans les colonies en ébullition… Car c’est au service de l’Empire que le Quai d’Orsay utilise le plus souvent les généraux françaist pour diriger les territoires que le ministère administre, les protectorats (Tunisie, Maroc) et les mandats (Syrie, Liban). Les militaires ont toujours joué un rôle majeur dans l’expansion coloniale de la République. Les représentants de la France sont appelés résident général pour les premiers, haut-commissaire pour les seconds. La fonction et la responsabilité de ce poste, dont les titulaires sont inscrits dans l’Annuaire diplomatique et consulaire, sont fort différentes de celles d’un ambassadeur, opérant hors de la souveraineté nationale et n’ayant ni à administrer – fût-ce en principe comme conseiller – ni à assurer l’ordre intérieur du territoire, au besoin par un recours à la force armée. La combinaison de la négociation et de la répression (ou de sa menace…) fait que les généraux nommés à ces postes sont avant tout des administrateurs, et souvent plus des militaires que des diplomates. Ils y sont souvent affectés parce que la situation interne du pays appelle ou risque d’appeler une intervention armée. En raison de cette situation particulière, les 11 généraux qui ont exercé cette fonction entre 1912 et 1955, n’ont pas été comptés parmi les diplomates du rang d’ambassadeur. Pourtant, leur rôle les entraîne à une véritable action diplomatique, au Moyen-Orient auprès des Britanniques, et au Maroc où, le Protectorat étant de facto partagé avec l’Espagne, le résident est appelé à gérer les affaires « interzonales » avec son collègue de Tétouan. Il tient un rôle majeur dans les relations franco-espagnoles. De plus, cumulant les fonctions de Premier ministre, commandant en chef et chef de la diplomatie d’un État théoriquement indépendant, sous la tutelle d’un ministère « non spécialisé » (contrairement aux Colonies ou même à l’Intérieur dans le cas algérien), ces généraux bénéficient d’une liberté d’action très avantageuse, bien plus importante qu’un ambassadeur classique.

  • 19 Sur le rôle très particulier d’un résident général, Hoisington W. A., Noguès et la politique franç (...)
  • 20 Il est le seul amiral à avoir occupé ces fonctions.

12Au Maroc où, à la différence de la Tunisie, le régime civil peine à s’instaurer, le résident général est le général Lyautey de 1912 à 1916 et de 1917 à 1925 (et après février 1921 en qualité de maréchal), l’intérim étant assuré pendant l’expérience du ministère de la Guerre (décembre 1916-mars 1917) par le général Gouraud. Jusque 1925 également, et la majorité de gauche du cartel n’y est pas étrangère, le haut-commissaire dans les mandats de Syrie et du Liban est militaire : les généraux Gouraud de 1919 à 1923, Weygand en 1923-1924, puis Sarrail jusqu’en novembre 1925. Ces généraux sont nommés pour achever la conquête comme au Maroc, ou pour pacifier une situation fort délicate, comme au Moyen-Orient. En Tunisie, où la situation n’est guère troublée, aucun militaire n’est jamais nommé sous la IIIe République. Le régime civil prévaut ensuite jusqu’à la guerre, sauf au Maroc où le général Noguès est nommé en septembre 1936 et le restera jusqu’en juin 1943. Mais déjà, la situation internationale très précaire et le déclenchement de la Guerre d’Espagne impose une vigilance toute militaire sur le flanc nord du Protectorat. Noguès est également commandant militaire en Afrique du Nord en 1939-1940, et il détient quelques heures le destin de la France entre ses mains, après l’armistice, en juin 194019. Devenu un enjeu stratégique majeur, la Tunisie est dirigée pour la première fois par des militaires pendant toute la guerre : Vichy nomme à la résidence générale l’amiral Estéva en juillet 1940, qui reste en poste jusqu’en 194320. Le général Mast est nommé à la Libération de 1943 et conserve ses fonctions jusqu’en 1947, dans un pays très éprouvé par les durs combats de la campagne de 1943.

  • 21 Sur le rôle des « résidents-militaires » dans la fin des protectorats, voir les mémoires très orie (...)

13La décolonisation de ces pays a lieu le plus souvent sous la surveillance des généraux, dans des contextes extrêmement tendus, que ce soit avec les autorités locales ou avec les puissances intéressées. Au Levant, dès lors que le principe de l’indépendance est acquis, de Gaulle nomme, avec le titre de délégué général, les généraux Catroux (juin 1941-juin 1943) et Beynet (mars 1944-juin 1946), mais dans un climat bien particulier de forte tension avec l’allié britannique. En Tunisie, les civils restent aux commandes, sauf dans la phase ultime de l’indépendance, après la visite de Pierre Mendès France, avec la nomination du général Boyer de Latour qui conduit fort habilement sa mission de juillet 1954 à août 1955. Au Maroc, où les tensions sont plus intenses, l’on nomme de fortes personnalités militaires pour contrer l’expansion nationaliste mais surtout pour surveiller un Sultan trop indépendant : les généraux d’armée Juin (de 1947 à 1951) puis Guillaume (de 1951 à 1954) se succèdent, et en 1955, avant le retour du sultan déposé en 1953 et la conclusion de l’indépendance en 1956, le général Boyer de Latour y fait un bref séjour (août-novembre), beaucoup plus difficile que sa mission en Tunisie. Il quitte d’ailleurs Rabat en totale opposition avec la politique d’Edgar Faure, après avoir tenté en vain de s’y opposer21.

  • 22 La frontière interzonale était fermée sur décision française depuis 1946, comme la frontière des P (...)

14L’exemple de l’action du général Juin à Rabat, et son rôle dans les relations avec l’Espagne, est significatif. Depuis 1943, le Sultan, s’appuyant sur la présence américaine, cherche à assoir son autorité en s’appuyant sur les revendications nationalistes. En avril 1947, Mohamed Ben Youssef est autorisé à se rendre à Tanger, après bien des tentatives françaises pour l’en dissuader, et d’âpres négociations avec des autorités espagnoles hostiles. Le discours qu’il prononce, en oubliant la France mais en exaltant la Ligue arabe, est perçu à Paris comme une véritable déclaration d’hostilité contre la puissance protectrice. Le gouvernement limoge le Résident général Labonne jugé trop faible et totalement discrédité. Il est remplacé par le général Juin, le chef de l’armée d’Afrique qui libéra Rome en 1944. Ce pied-noir d’origine est chargé de remettre le Sultan sur le droit chemin, même par la manière forte. Les deux hommes ne peuvent guère s’entendre et le Sultan s’oppose farouchement aux tentatives de réformes libérales voulues par les autorités françaises pour moderniser et développer le Maroc. Juin veut assurer le maintien du Maroc sous la protection de la République et en profiter pour diminuer l’influence du Palais. Son homologue espagnol, le général Varela est également confronté à la montée des activités nationalistes dans sa zone où il essaie de lutter contre leur influence. Devant cette conjonction des menaces, Juin ne peut que s’entendre avec Varela, qu’il avait connu comme lieutenant au Maroc du temps de Lyautey et qui partage avec lui un farouche anticommunisme. Les relations interzonales s’améliorent à partir de 1948, parallèlement à la reprise des contacts franco-espagnols22. Mais le général Juin ne traîne pas et ne s’embarrasse absolument pas de préjugés idéologiques sur le régime espagnol. Le résident général profite d’une escale aérienne à Tanger au retour de Paris, le 25 janvier 1948, pour rencontrer son homologue espagnol, à quelques jours de la réouverture de la frontière des Pyrénées, pour parler des problèmes soulevés par les activités nationalistes susceptibles d’inquiéter pareillement les deux zones. Les premiers résultats de cette nouvelle collaboration ne se firent pas attendre. Le 7 février 1948, Torrès, le leader nationaliste de Tétouan, est refoulé par les autorités espagnoles à la frontière entre Tanger et la zone nord du Protectorat. Il entame quatre années « d’exil » à Tanger, où il retrouve la plupart des autres chefs nationalistes. « Le fil était renoué », et les relations entre les deux zones rétablies. La première rencontre officielle entre les deux généraux a lieu à Tanger le 25 juillet 1950. Les deux hommes s’entretiennent longuement « dans une atmosphère de parfaite cordialité », évoquent la situation internationale et les dangers qui menacent le Maroc.

  • 23 Centre des archives diplomatiques de Nantes, Madrid, série F, 217, lettre 40 du 31 juillet 1950, A (...)

« Si nous mettons plutôt l’accent sur le nationalisme, et nos voisins sur le communisme, il est évident que ces problèmes sont, sinon confondus comme le déclare le général Varela, du moins intimement liés, et comportent des solutions extrêmement voisines. Il est non moins certain que malgré tous nos griefs contre la zone espagnole et ses nombreux manquements à l’esprit et même à la lettre du traité de 1912, nous avons au Maroc la même mission internationale à remplir, les mêmes intérêts généraux et les mêmes responsabilités. Notre conversation confirme que le général Varela et moi sommes pleinement d’accord sur ces principes fondamentaux de notre action au Maroc23. »

  • 24 Juin A., op. cit, p. 90. Varela meurt à son poste, « des suites d’une longue maladie », le 15 mars (...)

15Juin n’a rien à craindre de son partenaire espagnol et peut donc poursuivre sa politique de fermeté face aux Nationalistes et au Sultan, jusqu’à l’épreuve de force de février 1951. Ce dernier doit signer sous la menace un protocole par lequel il s’engage à éloigner du Makhzen les nationalistes et à condamner l’Istiqlal. La politique marocaine de la France a définitivement basculé vers l’épreuve de force. Juin conservera un bon souvenir de son homologue espagnol et des rapports de « franche amitié » qu’ils entretenaient24. La continuité est certaine entre les deux Républiques, qui ont nommé au total quinze militaires à ces postes dans la première moitié du XXe siècle, alors que les ambassadeurs militaires ne sont que six ! Finalement, grâce aux Protectorats, les Affaires étrangères offrent toujours des postes prestigieux aux militaires de haut rang, dans le domaine colonial essentiellement, mais avec un caractère diplomatique important..

  • 25 Isnard J., « Vif échange de propos entre M. Chirac et le chef d’état-major des armées », Le Monde, (...)

16Après la décolonisation des Protectorats, le second XXe siècle n’offre plus de perspectives diplomatiques aux généraux en fin de carrière, sauf exceptions… Le retour à la tradition républicaine est confirmé sous la Ve République où la règle n’est rompue qu’au bénéfice de militaires du grade le plus élevé et ayant occupé les plus hautes fonctions à l’état-major, des officiers ayant rendu des services reconnus auprès des différents présidents de la République. Le général d’armée aérienne André Puget est nommé en Suède de 1967 à 1970, après avoir été l’un des plus hauts dirigeants de l’état-major depuis 1962. Pourquoi nommer un général dans un pays neutre, dont les relations avec la France sont tout à fait cordiales… et pacifiques ? Il nous manque une étude de cette ambassade pour connaître précisément l’action diplomatique du général Puget. Presque trente ans plus tard, l’amiral Lanxade est nommé à Tunis en 1995. Chef du cabinet militaire de l’Élysée en avril 1989, après avoir dirigé ceux d’André Giraud et de Jean-Pierre Chevènement au ministère de la Défense, il est nommé par François Mitterrand en 1991 chef d’état-major des armées. Jugé souvent très « politique », très écouté par le chef de l’État, il vit des moments difficiles avec la controverse sur l’arrêt des essais nucléaires français qui l’oppose à François Mitterrand, puis lors de la crise du Rwanda, durant la seconde cohabitation, où son rôle est contesté. Il ne dissimule pas son hostilité à la réaction très ferme du président Chirac dans la crise bosniaque de mai et juin 199525. Sa nomination à la tête d’une ambassade apparaît surprenante, devant son manque d’expérience diplomatique, sinon comme une ultime récompense accordée à un grand serviteur de l’État qui ne partage pas les orientations du nouveau locataire de l’Élysée. Il reste en Tunisie jusqu’en 1999.

*

  • 26 L’enlèvement de Français au Niger au même moment provoque la mise en place dans la capitale du Bur (...)

17Finalement, ce sont les périodes de défaites et de repli international (1870, 1940) qui permettent l’émergence des généraux dans la sphère politique et diplomatique. Le retour à la démocratie et à la paix les cantonne à nouveau à leurs fonctions strictement militaires, sauf exceptions pour services rendus dans des ambassades de second plan. La nomination du général de corps d’armée Emmanuel Beth ambassadeur au Burkina Fasso depuis le 25 août 2010 serait-elle une rupture ? Cet ancien commandant de la Force Licorne en Côte d’Ivoire était depuis 2006 le directeur de la coopération militaire et de la Défense au Quai d’Orsay, une direction créée en 1998 pour faciliter la coordination des actions de coopération dans le domaine militaire, composée de diplomates et d’officiers. La nomination d’un militaire à Ouagadougou peut s’expliquer par les tensions dans la région26. Mais elle pourrait également traduire une nouvelle proximité entre armée et diplomatie, résultat de la coopération entamée au sein de la DCSD.

Notes

1 Sur les attachés militaires, Vaïsse M., « L’évolution de la fonction d’attaché militaire en France au XXe siècle », Relations internationales, 32, 1982, p. 507-524, et Inquimbert A.-A., « Considérations sur les attachés militaires », Revue d’histoire diplomatique, 2005-2, p. 151-164.

2 Sur l’implication générale des militaires dans l’action internationale de la France, voir l’excellent article de Philippe Vial en hommage à René Girault, « Une place à part : les militaires et les relations extérieures de la France en temps de paix depuis 1870 », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 65-66, 2002, p. 41-47.

3 Tout l’appareil décisionnel de la politique extérieure de la France est alors entre les mains des militaires, d’autant qu’à Londres, de Gaulle détient également la direction de la politique de la France libre.

4 Dumouriez est certainement celui dont l’action a le plus marqué l’histoire de la politique étrangère durant cette période. Voir la biographie de Jean-Pierre Bois, Dumouriez, héros et proscrit, Paris, Perrin, 2005.

5 Plus de détails sur ces militaires ministres dans une autre étude publiée en 2005 avec la collaboration du regretté Jean-Claude Allain sous le titre « Généraux et diplomates en France », Guerres mondiales et conflits contemporains, 221, 2006, que cet article reprend très largement.

6 Tulard J. (dir.), Dictionnaire du Second Empire, Paris, Fayard, 1995.

7 À Turin en 1861, à Copenhague en 1863, à Florence en 1866.

8 Cet oncle de Jean Jaurès est ministre de la Marine en 1889.

9 Waddington et Pothuau sont tous les deux ministres du gouvernement Dufaure.

10 Le général Félix Antoine Appert s’est distingué comme jeune officier lors de la bataille de l’Isly le 14 août 1844. Attaché à l’état-major du général Bugeaud, il y gagna la Légion d’honneur. Pour apprécier à sa juste valeur le triomphe du « losange tactique » lors de la bataille de l’Isly, voir les excellentes pages de Jean-Pierre Bois, Bugeaud, Fayard, 1997, pp. 441-451.

11 Un troisième marin, le vice-amiral Touchard, est nommé également en Russie, mais beaucoup plus tard de février 1908 à juin 1909, pour une mission très courte. Il s’illustra également dans la défense de Paris en 1870, et fut l’officier d’ordonnance du vice-amiral Pothuau au ministère de la Marine ! Il termine sa carrière comme chef d’Etat-major de la marine avant de partir à Saint-Petersbourg, où Nicolas II tente au même moment de reconstituer sa marine à la suite des désastres de la guerre russo-japonaise.

12 Un excellent exemple de ces interactions dans la thèse de Jean-Noël Grandhomme sur l’action du général Berthelot, La Roumanie dans la Grande Guerre et l’effondrement de l’armée russe, Paris, L’Harmattan, 2000. La mission en Turquie du général Pellé, un ancien attaché militaire, ressemble également à ce profil. Il y assure la fonction de haut-commissaire de janvier 1921 à avril 1923, pendant la phase de stabilisation du régime successeur de l’Empire ottoman et avant le rétablissement de l’ambassade en 1925. Son cas pourrait, à la rigueur, être assimilé à celui d’une fonction diplomatique mais dans un cadre formel étranger aux usages : le haut-commissaire est nommé sans agrément préalable du partenaire, en l’occurrence l’héritier d’un État vaincu, contestant le traité de paix (jusqu’à celui de Lausanne du 14 juillet 1923).

13 Catala M., Les relations franco-espagnoles pendant la Deuxième Guerre mondiale, Paris, L’Harmattan, 1997, et « L’ambassade espagnole de Pétain (mars 1939-mai 1940) », Vingtième Siècle, 55, 1997, p. 29-42.

14 « On l’avait oublié tant son rôle est mineur, inversement proportionnel à son rang », selon Pierre Assouline, Jean Jardin, une éminence grise, Paris, Balland, 1986.

15 C’est Élisabeth de Miribel qui parvient à réunir les soutiens à la France libre grâce à son charisme et à son dynamisme. Voir Crémieux-Brilhac J.-L., La France libre, Paris, Gallimard, 1996, p. 260-263.

16 Duroselle J.-B., L’abîme, Paris, Le Seuil, 1986, p. 440-442.

17 La réputation de Pechkoff de fin connaisseur du mode relationnel en Asie orientale amènera de Gaulle à le charger de faire comprendre, sinon admettre, au gouvernement de la République de Chine à Taiwan la reconnaissance par la France de la République populaire en 1964. Pour plus de renseignements sur la personnalité hors du commun de Pechkoff et sa carrière exceptionnelle, voir Dubosclard A., « Commandant Pechkoff (1884-1966). De l’armée à la diplomatie au service des intérêts français », Guerres mondiales et conflits contemporains, 2001, 202-203, p. 243-254.

18 Catroux G., J’ai vu tomber le rideau de fer, Pais, Hachette, 1952.

19 Sur le rôle très particulier d’un résident général, Hoisington W. A., Noguès et la politique française au Maroc 1936-1943, Paris, L’Harmattan, 1995, et Lévisse-Touzé Ch., L’Afrique du Nord dans la guerre 1939-1945, Paris, Albin Michel, 1998.

20 Il est le seul amiral à avoir occupé ces fonctions.

21 Sur le rôle des « résidents-militaires » dans la fin des protectorats, voir les mémoires très orientées de Pierre Boyer de La Tour, Vérités sur l’Afrique du Nord, Paris, Plon, 1956, et d’Alphonse Juin, Le Maghreb en feu, Paris, Plon, 1957.

22 La frontière interzonale était fermée sur décision française depuis 1946, comme la frontière des Pyrénées.

23 Centre des archives diplomatiques de Nantes, Madrid, série F, 217, lettre 40 du 31 juillet 1950, A. Juin à R. Schuman.

24 Juin A., op. cit, p. 90. Varela meurt à son poste, « des suites d’une longue maladie », le 15 mars 1951, et six mois plus tard, le général Alphonse Juin est remplacé par le général Guillaume, qui aura plus de difficultés pour gérer les relations avec la zone espagnole, notamment lors de la déposition du Sultan en 1953.

25 Isnard J., « Vif échange de propos entre M. Chirac et le chef d’état-major des armées », Le Monde, 3 juin 1995.

26 L’enlèvement de Français au Niger au même moment provoque la mise en place dans la capitale du Burkina d’une antenne du Commandement des opérations spéciales, alors justement dirigé par son frère, le général Frédéric Beth. Les prédécesseurs du général E. Beth n’ont pas poursuivi dans la diplomatie après leurs départs de la DCSD.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search