Version classiqueVersion mobile

Expériences de la guerre, pratiques de la paix

 | 
Guy Saupin
, 
Éric Schnakenbourg

Deuxième partie. L’art de la diplomatie

Les motivations politiques d’un ministre « munichois » : Anatole de Monzie

Frédéric Dessberg

Texte intégral

  • 1 Il avait été notamment ministre de l’Instruction publique dans le cabinet Painlevé en 1925, puis d (...)

1Dans la nuit du 29 au 30 septembre 1938, Adolf Hitler, Benito Mussolini, Neville Chamberlain et Édouard Daladier signaient les accords de Munich par lesquels la région dite des Sudètes était rattachée à l’Allemagne, ce qui amputait la Tchécoslovaquie d’une partie de son territoire et affaiblissait considérablement ses défenses. Plus d’un mois plus tôt, le 21 août, Anatole de Monzie avait été placé par Daladier à la tête du ministère des Travaux publics. De nombreuses fois ministre1, il était connu pour exercer une influence active dans les questions de politique étrangère, bien qu’à son grand regret, il ne fût jamais placé à la tête du Quai d’Orsay. Dans la première moitié des années 1920, il avait œuvré à l’ouverture d’une ambassade française au Vatican et avait mené une action déterminante dans la reconnaissance de l’URSS par le gouvernement d’Édouard Herriot, survenue le 28 octobre 1924. Il avait ensuite, en 1926 et 1927, dirigé la délégation française à la conférence franco-soviétique chargé de régler la question des anciennes dettes tsaristes. Depuis 1933, il dirigeait principalement ses efforts vers un rapprochement franco-italien. Maire de Cahors depuis 1919 (il devait le rester jusqu’en 1942), il avait été député républicain-socialiste du Lot de 1909 à 1919, puis sénateur entre 1920 et 1929, avant de redevenir député en 1929 et de le rester jusqu’à la fin de la IIIe République, qu’il contribua à enterrer en votant les pleins pouvoirs au maréchal Pétain.

2Comme de nombreux hommes politiques de l’époque, son pacifisme le poussait à des concessions envers les exigences d’Hitler en Europe centrale. Mais le pacifisme qu’il entendait promouvoir au prix de sacrifices importants ne peut à lui seul expliquer ses positions. L’objet de cette étude est de saisir les motivations profondes qui le poussèrent à lâcher l’allié tchécoslovaque. Elles trouvent leurs racines dans l’idée qu’il se faisait de la sauvegarde de la paix dans l’Europe issue des traités de paix de 1919-1920, qu’il réprouvait. Archétype du politicien de la IIIe République, homme de réseaux, « munichois » avant de devenir un vichyste bon teint, Anatole de Monzie, en 1938, a mené une action qui n’a été montrée jusqu’ici que de manière souvent allusive dans l’historiographie française. Le personnage était mû par des considérations de politique étrangère mais aussi de politique intérieure, ainsi que par des convictions personnelles qui nous sont connues par ses nombreuses publications et par le dépouillement des fragmentaires archives déposées au Centre des Archives d’Histoire de Sciences Po et aux Archives départementales du Lot. Elles montrent que derrière l’obsession d’éviter la guerre figurait un ensemble d’arguments stratégiques, politiques et idéologiques qui reflétaient à la fois la logique de sa pensée et le poids de ses illusions.

Le rôle du ministre dans l’abandon de la Tchécoslovaquie

  • 2 Du Réau É., Édouard Daladier, 1884-1970, Paris, Fayard, 1993, p. 232 ; Mayeur J.-M., La vie politi (...)

3Anatole de Monzie fut appelé au ministère des Travaux publics à l’occasion d’une crise politique et sociale, sur fond de tensions internationales. Le 21 août 1938, Daladier prononçait un discours à la radio visant à « remettre la France au travail ». Au moment où une grève des dockers de Marseille menaçait de paralyser les ports français, il appelait, face aux armements allemands, à revenir sur la loi des quarante heures. Les ministres du Travail, Paul Ramadier et des Travaux publics, Ludovic-Oscar Frossard, démissionnèrent pour protester contre ce retour sur les acquis sociaux du Front Populaire. Ils furent remplacés respectivement par Charles Pomaret et Anatole de Monzie2. Ce dernier, membre de l’Union républicaine et socialiste (USR) était proche du ministre des Affaires étrangères, Georges Bonnet, lequel était à l’origine de sa nomination. Son retour à la tête d’un ministère, le 23 août, signifiait donc une orientation plus à droite du gouvernement. Il était destiné à porter un soutien supplémentaire aux positions de Bonnet, qui, en tant qu’appeaser notoire, était favorable à la conciliation avec l’Allemagne.

  • 3 De Monzie A., Ci-devant, Paris, Flammarion, 1941, p. 15.

4D’abord accaparé par le problème de la grève des dockers de Marseille, Anatole de Monzie lança son action au début de septembre, au moment où la question tchécoslovaque se révélait particulièrement grave et où la mission de médiation de lord Runciman s’avérait être un échec. Selon lui, les dissensions entre les ministres s’affichèrent dès le 4 septembre 1938, au cours de discussions dans lesquelles le ministre des Travaux publics s’illustra par son « pacifisme incongru »3. Son action s’inscrivit dans la chronologie des événements, principalement en tant que soutien et conseil à Georges Bonnet et qu’animateur d’un véritable « parti de la paix » à tout prix qui entendait éviter le déclenchement d’un conflit en laissant Hitler satisfaire ses appétits en Europe centrale.

  • 4 Duroselle J.-B., La décadence, op. cit., p. 343. Bonnet avait également signifié cette position à (...)
  • 5 De Monzie A., Ci-devant, op. cit., p. 17.

5Au début de septembre, Bonnet redoutait avant tout de voir la France entraînée dans un conflit dans lequel l’Angleterre n’interviendrait pas. Mais il devait au moins montrer l’apparence de la fermeté, en déclarant à l’ambassadeur allemand à Paris que la France respecterait ses engagements puis, dans un discours à la Pointe-de-Grave du 4 septembre, en rappelant qu’elle resterait « fidèle aux pactes et traités qu’elle [avait] conclus4 ». Or, ce type de déclaration inquiétait fortement les « pacifistes ». De Monzie s’interrogeait sur l’origine de la « phrase supplémentaire » sur le respect de ses engagements par la France, incluse dans le discours de Bonnet à la Pointe-de-Grave et qu’il considérait comme un « additif si inopportun et par conséquent si dangereux5 ».

  • 6 Archives des Affaires étrangères (AAE), papiers d’agents, archives privées, papiers René Massigli, (...)
  • 7 De Monzie, Ci-devant, op. cit., p. 23-29.

6C’est sur le terrain juridique que de Monzie, avocat de profession, s’engagea pour éviter tout risque d’intervention française. Les juristes du Quai d’Orsay invoquaient le Pacte de la Société des Nations, en particulier son article 16 qui traitait des sanctions contre un État agresseur, pour considérer que la France pouvait engager une assistance automatique à la Tchécoslovaquie sans attendre une éventuelle délibération du conseil de la SDN. Toutefois le doute pesant sur la réaction britannique, soucieuse du respect des accords de Locarno, une décision du conseil restait préférable6. De Monzie, quant à lui, préférait invoquer les articles de Joseph Barthélémy qui considérait que les obligations françaises envers la Tchécoslovaquie n’avaient plus lieu d’être depuis qu’Hitler avait dénoncé les accords de Locarno. Revenant aux textes eux-mêmes, c’est-à-dire au pacte de la SDN et au traité franco-tchécoslovaque du 16 octobre 1925 signé dans le cadre des accords de Locarno, il considérait que ce dernier dépendait du premier et ne comportait que les engagements contenus dans le pacte de la SDN. Selon lui, les signataires du pacte de la SDN se devaient certes « de maintenir l’intégrité territoriale et l’indépendance de la Tchéco-Slovaquie », mais le recours à la guerre n’était nullement obligatoire, même dans le cas d’un conflit entre un État membre de la SDN et un État non-membre. La France, d’après le Pacte de la SDN et même en vertu des clauses du traité franco-tchécoslovaque, n’était donc pas tenue « de donner à son aide et assistance un caractère militaire7 ».

  • 8 Pour un résumé de ces événements, voir Duroselle J.-B., Politique étrangère de la France. La décad (...)

7À ce moment, Paris était resté largement inactif face aux exigences d’Hitler sur la région des Sudètes. Entre Daladier, enclin à la résistance face à l’Allemagne et Bonnet, décidé à encourager Londres dans la non-intervention en Europe centrale, le gouvernement français resta dans une position d’attente, jusqu’à la visite des chefs du gouvernement et de la diplomatie français à Londres du 18 septembre. Ils s’y virent proposer par Chamberlain de pousser Édouard Beneš à céder la région des Sudètes contre la promesse d’une garantie franco-britannique8.

  • 9 De Monzie A., Ci-devant, op. cit., p. 31-32. Cet ouvrage a été publié durant l’Occupation dans le (...)
  • 10 Idem. De Monzie avait auparavant indiqué les tendances des ministres : Reynaud, Mandel et Champeti (...)

8La première délibération du gouvernement français au sujet de la Tchécoslovaquie eut lieu le lendemain, 19 septembre. Elle nous est connue principalement par le compte-rendu qu’en a fait Anatole de Monzie9. Au cours de la séance, le gouvernement adopta le plan franco-anglais à l’unanimité et cette mention fut portée dans le communiqué, à la demande de Monzie. Les arguments des partisans de la conciliation contre la perspective d’une entrée en guerre de la France l’avaient emporté : faiblesse de l’aviation française au regard des forces aériennes allemandes établie dans un rapport du général Vuillemin ; doutes sur l’état des forces tchèques et sur la possibilité d’un appui militaire soviétique10. Après deux jours de résistance, le gouvernement tchécoslovaque accepta la note franco-britannique. Pendant que Georges Mandel, ministre des Colonies, encourageait le Président tchécoslovaque Édouard Beneš à tenir bon, de Monzie, en compagnie d’autres personnalités favorables à la conciliation (Bergery, Brunet, Mistler, Pomaret) soutenait Bonnet dans son bureau.

  • 11 L’entrée de ces trois personnalités, connues pour leur hostilité aux régimes fasciste et nazi, dan (...)
  • 12 De Monzie A., Ci-devant, op. cit., p. 35.
  • 13 Idem. Sur les positions de la presse, voir Marès A., « La question tchécoslovaque devant l’opinion (...)

9Après les tensions qui suivirent la rencontre entre Hitler et Chamberlain à Godesberg, laquelle suscita la mobilisation générale en Tchécoslovaquie et le rappel de réservistes en France, le 24 septembre, les tendances s’affrontèrent au sein du gouvernement français. Le 23, inquiets de rumeurs selon lesquelles Paul Reynaud, Georges Mandel et Auguste Champetier de Ribes11 exerçaient une pression sur Daladier et avaient même menacé de présenter leur démission, de Monzie et Pomaret se rendirent chez le président du Conseil et en ressortirent avec l’impression que leur position l’emportait12. En même temps, de Monzie recevait le soutien de Joseph Caillaux, conduit à son ministère par Émile Roche, le directeur de La République, à qui il présenta des syndicalistes pacifistes13.

  • 14 De Monzie A., Ci-devant, op. cit., p. 37 ; Du Réau É., Édouard Daladier, op. cit., p. 266.

10Mais depuis le mémorandum d’Hitler du 23 septembre, véritable ultimatum lancé à Prague mais aussi aux Français et aux Britanniques, le camp « belliciste » paraissait l’emporter au sein du gouvernement français, comme le montrèrent les discussions du Conseil des ministres du 25, que Daladier avait tenu à réunir avant de retourner à Londres. De Monzie ressentit comme un « coup de Jarnac » le communiqué du Foreign Office indiquant qu’en cas d’attaque allemande contre la Tchécoslovaquie, Londres et certainement Moscou se trouveraient aux côtés de la France alors obligée d’intervenir. Au nom des « pacifistes », il réaffirma sa volonté d’éviter la guerre mais Daladier signifia son refus de voir les troupes allemandes entrer dans la région des Sudètes et les ministres approuvèrent sa position14.

  • 15 Personnalité marquante de l’USR, Marcel Déat considérait que le ministère des Travaux publics étai (...)

11La crise culmina avec le discours d’Hitler du 26, pendant que Bonnet cherchait toujours à éviter le conflit. Pour le soutenir, de Monzie, dans son ministère, entretint la flamme de la conciliation auprès de ses fonctionnaires, il chercha à susciter une démarche de parlementaires auprès de Daladier et entretint ses contacts à Rome. Par l’entremise de Bertrand de Jouvenel, il se fit également présenter Otto Abetz, « ami de M. de Ribbentrop » venu lui vanter les mérites de la « collaboration franco-allemande », direction dans laquelle il s’était lui-même orienté depuis le début des années 192015.

  • 16 Planté L., Un grand seigneur de la politique…, op. cit., p. 265.
  • 17 De Monzie A., Ci-devant, op. cit., p. 40.

12La solution préconisée par Mussolini qui, sur proposition de Chamberlain, suggéra à Hitler la tenue d’une rencontre à quatre, déboucha sur la conférence de Munich. Elle se termina par la défaite diplomatique de Daladier et de Chamberlain qui cédèrent aux exigences d’Hitler. Partisan, comme nous le verrons, de la négociation entre les grandes puissances pour régler les litiges territoriaux en Europe, de Monzie avait fortement mais vainement tenu à une participation de l’Union soviétique à la conférence. Il redoutait surtout l’entrée de la France dans un conflit auquel elle n’était pas préparée militairement. Il avait été particulièrement impressionné par un mémoire de février 1938 du général Mendras, directeur de l’École polytechnique et ancien attaché militaire à Moscou, qui estimait extrêmement dangereux d’entrer en guerre sans avoir préalablement coordonné les opérations militaires16. Il pouvait donc se sentir soulagé, sinon satisfait, de l’abandon de la Tchécoslovaquie entériné à Munich. Ses souvenirs ne montrent pourtant qu’une amertume liée au fait que, selon lui, sa position n’avait été que peu soutenue parmi les intellectuels français à qui il reprochait de se consacrer « au culte de la Tchécoslovaquie » et, pour beaucoup d’entre eux, de pratiquer envers Prague « une ferveur moutonnière ». Il leur reprochait de « s’enflammer » pour la défense de Beneš alors que l’Anschluss n’avait suscité aucune réaction chez eux17. Ces remarques nous conduisent à analyser le regard de Monzie sur la Tchécoslovaquie et sur l’Europe centrale, essentielles dans la compréhension de sa position.

Contre l’architecture européenne des traités de paix de 1919-1920

13Dans l’historiographie française, Anatole de Monzie passe pour avoir été un ennemi acharné d’Édouard Beneš et de la Tchécoslovaquie. L’explication de ce sentiment hostile est rarement développée et l’on peut en effet s’étonner d’une attitude aussi peu accommodante de la part d’un homme politiquement modéré et entretenant des amitiés dans tous les milieux politiques, du Parti communiste à l’Action française, ainsi que dans la plupart des pays européens. Les causes de cette aversion envers l’existence même de la Tchécoslovaquie et envers l’action de ses dirigeants sont multiples. Au premier chef se trouve la question de l’équilibre européen.

  • 18 Souperbie T., Itinéraire d’un politicien : Anatole de Monzie (1938-1947), mémoire de maîtrise sous (...)
  • 19 Planté L., Un grand seigneur de la politique, Anatole de Monzie (1876-1947), Paris, Raymond Clavre (...)
  • 20 Archives départementales du Lot, Cahors. Fonds De Monzie, dossier 52 J 18 Hongrie. Traité de Trian (...)

14Dans un discours à la Chambre des députés du 26 février 1938, de Monzie dénonçait le démantèlement de l’empire des Habsbourg qui avait permis à l’Allemagne de renforcer sa position en Europe centrale sans trouver de contrepoids en face d’elle18. En tant que sénateur du Lot, il avait ratifié le traité de Versailles du 28 juin 1919, qui fixait les conditions de la paix entre les Alliés et l’Allemagne, mais ce fut pour le regretter ensuite. Il avait voté contre les traités signés entre les Alliés d’une part, l’Autriche (traité de Saint-Germain) et la Hongrie (traité de Trianon), d’autre part. Dans la période précédant la ratification du traité de Trianon, il avait fait partie avec d’autres (François Albert, Louis Marin, Paul Deschanel, Lazare Weiller), de ceux qui protestaient contre l’affaiblissement considérable de l’Autriche et mettaient en garde contre une future réalisation de son rattachement à l’Allemagne. Prenant à son compte les arguments de certains parlementaires britanniques, il condamna au Sénat le traité de Trianon, « sottise du siècle » susceptible de créer « une demi-douzaine d’Alsace-Lorraine » et de porter « le germe d’une guerre nouvelle19 ». Dans le même temps, il restait en contact avec des militaires, diplomates et hommes d’affaires français qui le renseignaient sur la situation politique et économique de la Hongrie « mutilée ». Quelques années plus tard, il recevait encore des informations de la part de la Ligue hongroise pour la révision du traité de Trianon20.

  • 21 De Monzie A., Ci-devant, op. cit., p. 30.
  • 22 Déat M., Mémoires politiques, op. cit., p. 442.

15Un argument essentiel d’Anatole de Monzie pour pousser le gouvernement français à forcer Prague à des concessions importantes dans la question des Sudètes résidait dans le fait que, selon lui, la naissance de la Tchécoslovaquie était entachée du démantèlement de l’Autriche-Hongrie. Le nouvel État regroupait sur son territoire des minorités importantes, tout comme l’ancien empire, ce qui réduisait sa légitimité. Empruntant encore aux arguments de la presse britannique, principalement The Observer, il considérait le 15 septembre 1938 que ni le « droit historique » ni le « droit ethnique » ne permettaient aux Tchèques d’exercer leur autorité sur les Sudètes, les Slovaques, les Ruthènes ou les Hongrois21. Marcel Déat écrivit plus tard que pour de Monzie, la Tchécoslovaquie, « État superficiel », ne tenait que par l’hégémonie qu’il maintenait sur ses minorités nationales et qu’il était destiné à s’effondrer « au premier choc22 ».

  • 23 De Monzie A., Ci-devant, op. cit., p. 18.

16Le 7 septembre 1938, le ministre des Travaux publics s’efforça de retrouver les propos tenus en juin 1919 par le chancelier autrichien Karl Renner qui précisait au sujet de la cession de la région des Sudètes à la Tchécoslovaquie : « Les puissances créeraient au centre de l’Europe un foyer de guerre civile dont le brasier pourrait devenir pour le monde bien plus dangereux encore que ne le fut la fermentation continuelle des Balkans23. » Il remit victorieusement à Georges Bonnet le dossier que les services du Quai d’Orsay n’avaient pas retrouvé, fait dont il rendit responsable son secrétaire général, Alexis Léger, coupable selon lui d’entraver l’action de son ministre.

  • 24 Il en a dressé un portrait dans De Monzie A., Destins hors série, Paris, Les éditions de France, 1 (...)
  • 25 En particulier le salon de Claire Boas de Jouvenel, première femme de son ami Henry de Jouvenel.
  • 26 Centre des Archives d’histoire de Sciences Po, fonds de Monzie, dossier 5 : l’Europe de 1920 à 194 (...)

17Il ne faisait pas de doute pour lui que l’éclatement de l’Autriche-Hongrie et la création de « petits États », principalement de la Tchécoslovaquie, étaient à l’origine des risques de guerre de 1938. Aussi adressait-il ses reproches aux fondateurs du nouveau pays, les Tchèques Thomas G. Masaryk et Édouard Beneš, ainsi que le Slovaque Milan Stefanik. Ce dernier, qui avait été naturalisé français et avait été promu général de l’armée française pendant la guerre, avait été son ami avant 191424. De Monzie le tenait pour le principal créateur de la Tchécoslovaquie car il avait su mobiliser les Tchèques et les Slovaques en Amérique et en Europe et avait été à l’origine de la création des premières légions tchèques, en Italie. Il avait de plus exercé une influence importante dans le personnel politique français, notamment par la fréquentation de salons25. De Monzie aurait même appris l’existence du problème des Sudètes par Stefanik lui-même, qui aurait refusé d’appuyer un industriel tchèque naturalisé allemand et installé à Cahors, que de Monzie soutenait en tant que maire de la ville26. Le rôle de Stefanik, décédé dans un accident d’avion en 1919, fut certes important mais de Monzie, en insistant sur son rôle, cherchait à minimiser l’hostilité qu’il vouait à Masaryk, coupable d’avoir écrit : « Détruisez l’Autriche-Hongrie ! » en 1916 et surtout à Beneš, qui était à l’origine de la Petite Entente, alliance réunissant la Tchécoslovaquie, la Roumanie et la Yougoslavie contre le révisionnisme hongrois.

  • 27 Idem.
  • 28 Idem.

18Plus que tout, il reprochait à Beneš, ministre des Affaires étrangères tchécoslovaque depuis 1918, son influence sur la politique étrangère française : « Parce qu’il s’y opposait, le rapprochement franco-soviétique fut différé jusqu’en octobre 1924. Parce qu’il s’y opposait, l’éventuelle restauration des Habsbourg fut repoussée. Parce qu’il s’y opposait, toute politique franco-hongroise fut abandonnée27. » De Monzie exagérait certainement l’influence de la diplomatie tchécoslovaque, alors en phase avec la politique de sécurité collective conduite par Aristide Briand au cours des années 1920. Mais c’était un moyen pour lui de contester l’action de celui qu’il considérait comme le principal responsable de la politique orientale de la France, Philippe Berthelot, secrétaire général du Quai d’Orsay en 1921, puis de 1925 à 1933, et dont la politique fut poursuivie par Alexis Léger. Berthelot était accusé « d’installer la Tchécoslovaquie dans le cœur et la confiance des Français » et d’instituer en France « la tradition […] de donner raison à M. Beneš28 ».

  • 29 De Monzie A., Ci-devant, op. cit., p. 19.
  • 30 Archives départementales du Lot, fonds de Monzie, 52 J 130, article SDN, politique étrangère, 1938
  • 31 Lettre citée dans Marès A., « La question tchécoslovaque… », op. cit., p. 116. Le Pacte à Quatre, (...)
  • 32 Planté L., Un grand seigneur de la politique…, op. cit., p. 263 et 266.

19Pour Anatole de Monzie, la Tchécoslovaquie avait le défaut d’exister et, par cette existence même, de symboliser la nouvelle diplomatie issue de la paix de Versailles et de la création de la SDN. Il l’indiquait en septembre 1938 à son vieil ami et contradicteur Émile Buré, directeur de L’Ordre : « Je n’ai jamais admis que la création de la Tchéco-Slovaquie entraînât la rupture définitive de cet équilibre européen dont on a eu tort de faire fi, qu’on a eu tort de remplacer par l’équilibre de Genève29. » L’organisation genevoise avait marqué son impuissance face à l’Anschluss et avait ainsi, selon lui, sonné la fin du traité de Versailles et atteint les principes des traités de Westphalie. Mais la « machine à fabriquer des pactes » avait également le tort, au moment où la sécurité collective était morte mais imprégnait encore les diplomates, de laisser ces derniers désemparés30. Or, pour de Monzie, avec la conférence de Munich, la diplomatie classique des grandes puissances reprenait ses droits. Comme il l’écrivait à Daladier le 30 septembre, il s’agissait là de la réalisation du rêve qu’il avait caressé depuis le projet de pacte à quatre de 193331. Certes, quelques jours plus tôt, de Monzie avait suggéré à Daladier de saisir la SDN avant de s’engager dans une confrontation diplomatique, voire militaire, avec Hitler. Mais on peut ici le soupçonner d’avoir seulement voulu temporiser, tant on sait la méfiance qu’il éprouvait envers l’organisation genevoise et la répulsion qu’il ressentait à laisser les « petites nations », c’est-à-dire surtout la Petite Entente, imposer sa politique aux grandes32.

  • 33 Ibid., p. 184.
  • 34 Archives départementales du Lot, fonds de Monzie, 52 J 72, Mussolini.

20Des négociations pour le pacte à quatre, auxquelles il avait pris une part indirecte mais active, jusqu’à l’entrée en guerre de l’Italie contre la France, en juin 1940, Anatole de Monzie travaillait avec un acharnement de plus en plus obsessionnel au rapprochement avec l’Italie. Dans les premières années de cette période, Rome représentait pour lui le meilleur rempart contre la progression allemande en Europe centrale. De la même manière qu’il avait dirigé son énergie vers un rapprochement franco-soviétique dans les années 1920, il se tournait désormais obstinément vers Rome, faisant fi, au nom de son principe de non-ingérence, de la nature fasciste du régime. Dans la préparation d’un ouvrage demeuré inédit, Province de ma vie, il écrivait en 1945 : « À tort ou à raison, je croyais à la possibilité d’une entente avec Rome en vue d’éviter l’Anschluss dont le risque dominait toutes mes préoccupations pacifistes33. » Mais il regrettait de n’être pas suivi en France par les hommes politiques et par l’opinion publique qui refusaient tout rapprochement avec l’Italie fasciste. Lorsque la menace d’Anschluss se fit plus précise, il espérait encore que, face à Hitler, une attitude déterminée de la France et de la Grande-Bretagne, appuyée par la résistance de la population autrichienne, puisse ralentir Mussolini dans son rapprochement avec Hitler et le contenir au moins dans la neutralité34.

  • 35 Archives d’histoire de Sciences Po., Pomaret Ch., « Un destin hors-série : Anatole de Monzie », co (...)
  • 36 Marès A., « La question tchécoslovaque… », p. 110.

21Au lendemain de la conférence de Munich, il accentua son action à la recherche d’un soutien italien. Avec un groupe d’hommes politiques français (J. Caillaux, P. Baudouin, P.-E. Flandin, F. Piétri…) dont de nombreux parlementaires (J. Mistler, H. Bérenger…), de Monzie était partisan d’une alliance méditerranéenne. Il allait même plus loin en appelant à la création des États-Unis de l’Europe occidentale, composés de la France, de l’Italie et de l’Espagne, à l’exclusion de l’Angleterre35. Cette formule devait être doublée d’un retour au pacte à quatre, ce qui devait mettre un terme aux alliances orientales de la France. Cette tendance s’opposait à celle des partisans d’une alliance militaire avec l’Union soviétique et d’une action de la SDN36.

22La vision de l’Europe centrale d’Anatole de Monzie, marquée par le regret de la disparition de l’empire des Habsbourg et le sort de l’Autriche, son aspiration à un retour au concert des grandes puissances, imposaient un abandon par la France de ses alliés de l’Est (à l’exception, précisons-le, de la Pologne pour laquelle il éprouvait une vive admiration et qu’il estimait capable de faire face à l’Allemagne) et le sacrifice de la Tchécoslovaquie. Toutefois, son argumentation n’était pas purement géopolitique et recelait des motivations idéologiques et de pure politique intérieure française.

Les causes personnelles du rejet du système européen

  • 37 Archives d’histoire de Sciences Po., fonds de Monzie, dossier 5, note de l’été 1938. Il partageait (...)
  • 38 De Monzie A., Ci-devant, op. cit., p. 35-36.
  • 39 Idem.

23De Monzie regrettait de voir, avec la création de la Tchécoslovaquie, la victoire de ceux qui applaudissaient à l’avènement d’une démocratie parlementaire au prix de la destruction de l’ancien empire catholique : « Beaucoup parmi nous gardaient à l’ancienne Autriche une hostilité confessionnelle. Ils témoignaient à la patrie reconstituée de Jean Huss une prédilection dans laquelle entrait cette hostilité envers l’Autriche et la Papauté37. » Dès lors, l’action de la diplomatie française et, en particulier, celle de Philippe Berthelot, était considérée par lui comme une faiblesse et un service rendu par le secrétaire-général du Quai d’Orsay à la mémoire d’Ernest Denis, « protestant cévenol ». En pleine crise tchécoslovaque, le 24 septembre 1938, il s’emportait devant Pierre Cot, partisan de la résistance des Tchèques face à Hitler et d’une alliance militaire avec l’URSS, en lui expliquant que faire la guerre pour la Tchécoslovaquie reviendrait à faire une « nouvelle guerre hussite ». « Mourir pour Jean Huss ? Non ! », devait-il écrire, en lettres capitales, en exergue du paragraphe consacré à cette conversation animée38. La détestation que de Monzie éprouvait pour la Tchécoslovaquie et pour Beneš, qu’il ne connaissait pas personnellement mais en qui il voyait une renaissance de l’action de Jean Huss, reposait en effet largement sur des considérations que ses amis eux-mêmes renonçaient à défendre. Les bouleversements survenus en Europe centrale à partir de 1918 n’avaient pas seulement trait chez lui à des questions d’équilibre européen mais aussi à des considérations religieuses. De ce point de vue, l’analyse de son action continue en faveur de l’Autriche, de la Hongrie, voire de la Pologne, peut expliquer son inimitié envers Prague, « capitale d’une certaine libre-pensée39 ».

  • 40 Pomaret Ch., « Un destin hors-série… », op. cit.
  • 41 Idem.

24Son ami Charles Pomaret, protestant lui-même, a expliqué que sa prévention contre les protestants remontait à ses années de jeunesse au collège d’Agen, où il avait appris le supplice de Michel Servet. D’où, peut-être, sa prévention contre la Société des Nations, sise à Genève, « ville protestante40 ». Plus certainement, l’« esprit de Genève » convenait difficilement à de Monzie qui établissait un lien direct entre l’inspiration « anglo-saxonne » de la SDN et le wilsonisme et donc, au-delà, avec le protestantisme. Les principes de la nouvelle diplomatie, les pratiques de la sécurité collective, l’« internationalisme […] trop anglo-saxon, trop inutile et trop stérile41 » de l’organisation provoquaient chez lui une réticence d’autant plus grande qu’ils contrecarraient les usages de la diplomatie d’avant 1914.

  • 42 S’étant rapprochée de l’Allemagne depuis la déclaration de non-agression de janvier 1934, la Polog (...)

25Il convient d’ajouter qu’un élément essentiel allait à l’encontre de ses principes de politique étrangère : la Société des Nations était la tribune des « petits » États et représentait une solution pour leur sécurité. Depuis la première moitié des années 1920, les dirigeants et les diplomates des nouveaux États d’Europe centrale (par exemple Édouard Beneš ou le Polonais Alexandre Skrzyński, tous les deux présents lors de la signature des accords de Locarno) l’avaient parfaitement compris et s’étaient vigoureusement lancés dans la politique de sécurité collective. À partir de 1926, la Pologne du maréchal Jozef Piłsudski et de la diplomatie menée par le colonel Jozef Beck, en poste de novembre 1932 à septembre 1939, s’était détournée de cette voie pour s’engager dans celle des relations purement bilatérales, de puissance à puissance, en particulier avec ses dangereux voisins allemand et soviétique42.

  • 43 De Monzie A., Ci-devant, op. cit. p. 19-20.

26Mais Beneš conserva jusqu’à la fin sa foi en l’alliance avec la France et en la sécurité collective. Il était l’un des promoteurs les plus actifs de cette dernière à Genève. Ceci représentait un argument supplémentaire à la méfiance d’Anatole de Monzie à l’égard de la SDN. Il considérait que le chef de la diplomatie tchécoslovaque défendait à Genève les intérêts de la Petite Entente, organisation qu’il abhorrait et détournait ainsi la SDN de sa vocation au profit du triomphe de la volonté des petites puissances sur les grandes. À ses yeux, l’action de la Petite Entente eut pour principal effet de favoriser l’Anschluss. « Je me flatte d’avoir toujours prévu que la Petite Entente perdrait la Société des Nations après l’avoir asservie », déclarait-il à Émile Buré le 9 septembre 193843. De fait, Anatole de Monzie n’avait que peu d’attirance pour Genève. Il aurait même refusé une proposition de Raymond Poincaré de faire partie de la délégation française à la SDN, en 1923, sur la foi d’une argumentation hostile à la Petite Entente. Mais il est vrai que le sénateur du Lot avait également refusé la proposition de Paul Deschanel de devenir ambassadeur au Vatican, en 1920, puis celle d’Herriot de prendre l’ambassade de Moscou, en 1924. De Monzie préférait trop rester près des lieux de pouvoir, à Paris où il participa à de nombreux ministères et dans son fief du Lot, en tant que maire de Cahors et sénateur, puis député de la circonscription de Figeac.

  • 44 Laborie Pierre, Résistants, Vychissois et autres. L’évolution de l’opinion et des comportements da (...)
  • 45 Anatole de Monzie, comme les radicaux-socialistes et la droite, s’était déclaré hostile à une inte (...)

27Essentiellement tourné vers les questions de politique étrangère, Anatole de Monzie ne se privait pas de délivrer son message auprès de ses administrés et de ses électeurs. De même que les deux autres députés du département, Malvy à Gourdon et Besse à Cahors, il faisait partie de la gauche modérée hostile au Front Populaire. Il comptait sur l’électorat catholique qui était opposé à la majorité issue des élections législatives de juin 1936 et aux communistes hostiles aux accords de Munich. Il fut difficilement réélu à la députation aux élections de 1936, certainement en raison de sa campagne électorale largement consacrée aux questions de politique extérieure. Il l’emporta finalement face à un candidat communiste, mais après la conférence de Munich, il fut durement attaqué par les communistes du département qui dénonçaient sans relâche la politique de « la clique Monzie-Daladier-Bonnet44 ». On peut considérer que sur ce point, les enjeux de politique intérieure et de politique extérieure s’imbriquaient étroitement. Le pacifisme était ici largement lié à l’anticommunisme dans la mesure où, pour les munichois, un conflit européen ne pourrait que profiter à l’Union soviétique45.

  • 46 Archives départementales du Lot, fonds de Monzie, 52 J 106, Province de ma vie.
  • 47 Cité dans Laborie P., Résistants, Vichyssois et autres…, op. cit., p. 46.
  • 48 Marès A., « La question tchécoslovaque… », op. cit., p. 112.

28Du reste, de Monzie n’était pas le seul à s’exprimer au niveau local sur les questions internationales, dans le sens d’un soutien à l’action de Georges Bonnet et d’une opposition aux positions de la SFIO et du parti communiste. Une sorte de surenchère existait entre lui et le radical Louis-Jean Malvy bien que, à en croire le maire de Cahors, il n’y ait eu « ni conflit ni friction » entre les deux rivaux46. Le rôle de Malvy fut même localement plus énergique dans la défense de la politique d’apaisement avec Hitler. Ainsi, il écrivait dans Le Radical du Quercy du 18 mars 1939, trois jours après l’annexion de la Tchécoslovaquie, que la responsabilité de la disparition de la seule démocratie d’Europe centrale n’incombait pas aux signataires de la conférence de Munich mais à ceux du traité de Versailles, ainsi qu’aux grévistes du Front populaire. Il précisait ensuite : « Ce n’est d’ailleurs pas à Munich que la Tchécoslovaquie a été sacrifiée, c’est le jour de l’Anschluss, regardez la carte47 ! » Antoine Marès a montré à propos de la question tchécoslovaque dans l’opinion française, qu’en 1938 sinon plus tard, la presse était majoritairement munichoise et montrait des interférences constantes entre politique intérieure et politique extérieure48. Il en ressort que la position d’Anatole de Monzie était loin d’être marginale. On peut même souligner qu’en dépit de ses critiques constantes contre la politique étrangère française, il savait très bien se placer, et avec zèle, dans des courants majoritaires qui transcendaient les notions de droite et de gauche. Sa longue carrière de ministre en fait foi.

*

  • 49 Propos cités par l’industriel François de Wendel, cités dans Jeanneney J.-N., François de Wendel e (...)
  • 50 À l’inverse, elle divisait les partis, à l’exemple du parti radical et radical-socialiste. Herriot (...)

29Peu de temps après sa nomination au ministère des Travaux publics, Anatole de Monzie aurait déclaré qu’après avoir stupidement délaissé Mussolini, laissé tomber les Habsbourg et annexer l’Autriche, il était peu raisonnable de s’emballer pour la Tchécoslovaquie49. Mais cela n’explique que partiellement la position de cet homme politique particulièrement typique de la IIIe République. Comme beaucoup de ses collègues ministres ou parlementaires, et comme une large part de l’opinion française, de Monzie avait peur du déclenchement d’un conflit qu’il voulait éviter au prix de l’abandon des engagements de la France. Comme chez de nombreux Français, les horreurs de la Grande Guerre étaient présentes à sa mémoire mais ce qu’il évoquait beaucoup plus volontiers, c’était son refus du nouvel ordre européen instauré par les traités de 1919-1920. De Monzie était un personnage complexe et controversé car soupçonné d’être corrompu et mû par la réalisation de ses ambitions personnelles, dont celle d’être appelé à la direction de la diplomatie française. Homme de réseaux, il entretenait des amitiés dans tous les camps politiques, y compris les plus opposés à ses idées. Or, la question tchécoslovaque a été l’occasion de réunir des hommes d’opinions politiques diverses, qu’ils soient munichois ou anti-munichois50. Elle a été pour lui un combat au nom de la vision qu’il avait de l’Europe, mais avec des arguments qui manquaient souvent de pertinence. Ainsi, l’influence qu’il prêtait à la diplomatie genevoise était exagérée à tel point qu’il refusait de voir que le concert des puissances n’avait jamais complètement disparu et finalement, s’imposait dans les moments cruciaux, même si c’était de manière incomplète (Locarno, pacte à quatre, Munich). Ses préventions idéologiques et religieuses ne l’empêchèrent jamais de dialoguer avec les hommes mais le poussèrent à des prises de positions catégoriques. L’exemple de la Tchécoslovaquie est certainement le plus frappant. Il s’agissait certainement du pays d’Europe centrale qu’il connaissait le moins bien et dont il se fit une image mythique, au point, en fin de compte, de mal comprendre les problèmes qui l’intéressaient le plus, ceux de la conservation de la paix en Europe et des enjeux de l’Europe centrale. C’est en cela, certainement, qu’Anatole de Monzie fut caractéristique des dirigeants français de l’époque qui, à force de concessions envers Hitler et Mussolini, menèrent une politique d’abandon aveugle.

Notes

1 Il avait été notamment ministre de l’Instruction publique dans le cabinet Painlevé en 1925, puis de l’Éducation nationale, en juin 1932, dans le cabinet Herriot, jusqu’à la fin de janvier 1934.

2 Du Réau É., Édouard Daladier, 1884-1970, Paris, Fayard, 1993, p. 232 ; Mayeur J.-M., La vie politique sous la Troisième République, 1870-1940, Paris, Le Seuil, p. 362.

3 De Monzie A., Ci-devant, Paris, Flammarion, 1941, p. 15.

4 Duroselle J.-B., La décadence, op. cit., p. 343. Bonnet avait également signifié cette position à l’ambassadeur soviétique à Paris, Documents Diplomatiques Français (DDF), 1932-1939, 2e série (1936-1939), t. X, no 474, note du ministre des Affaires étrangères du 26 août 1938, Paris, Imprimerie nationale, 1976.

5 De Monzie A., Ci-devant, op. cit., p. 17.

6 Archives des Affaires étrangères (AAE), papiers d’agents, archives privées, papiers René Massigli, vol. 19, direction politique. Affaire tchécoslovaque, note de Jules Basdevant du 7 septembre 1938 et réponse de René Massigli à Jules Basdevant, 14 septembre 1938.

7 De Monzie, Ci-devant, op. cit., p. 23-29.

8 Pour un résumé de ces événements, voir Duroselle J.-B., Politique étrangère de la France. La décadence, 1932-1939, Paris, Imprimerie nationale, 1979, p. 340-347.

9 De Monzie A., Ci-devant, op. cit., p. 31-32. Cet ouvrage a été publié durant l’Occupation dans le but de dénoncer l’action des « bellicistes » depuis Munich et, en particulier, celle de Paul Reynaud.

10 Idem. De Monzie avait auparavant indiqué les tendances des ministres : Reynaud, Mandel et Champetier de Ribes du côté des résistants contre les pacifistes Bonnet, Marchandeau, Guy La Chambre, Pomaret et lui-même. Chautemps est plutôt favorable à Bonnet, Daladier est sous son influence, Queuille, Rucart et Jean Zay également, mais ces deux derniers sont pour la résistance. Sarraut et Campinchi (bientôt « résistant » déclaré) et Patenôtre ne se signalent pas (Ci-devant, p. 15). Sur la question de l’URSS, voir notre article, Dessberg F., « France and the Shadow of Moscow during the Munich Crisis », N. C. Lebedeva, M. Wolos, Munkhenskoïe soglashenie 1938 goda : istoria i sovremennosti’(Les accords de Munich de 1938 : histoire et modernité), Moscou, RAN, 2009, p. 150-162.

11 L’entrée de ces trois personnalités, connues pour leur hostilité aux régimes fasciste et nazi, dans le gouvernement Daladier avait marqué une ouverture au centre-droit.

12 De Monzie A., Ci-devant, op. cit., p. 35.

13 Idem. Sur les positions de la presse, voir Marès A., « La question tchécoslovaque devant l’opinion française en 1938 », Revue des études slaves, t. 52, Munich 1938, mythes et réalités, Paris, Institut national d’études slaves, 1979, p. 109-122, et Lacaze Y., L’opinion publique et la crise de Munich, Berne, Peter Lang, 1991, 664 p.

14 De Monzie A., Ci-devant, op. cit., p. 37 ; Du Réau É., Édouard Daladier, op. cit., p. 266.

15 Personnalité marquante de l’USR, Marcel Déat considérait que le ministère des Travaux publics était alors « le quartier général du bon sens et de l’antibellicisme ». Déat M., Mémoires politiques, Paris, Denoël, 1989, p. 442.

16 Planté L., Un grand seigneur de la politique…, op. cit., p. 265.

17 De Monzie A., Ci-devant, op. cit., p. 40.

18 Souperbie T., Itinéraire d’un politicien : Anatole de Monzie (1938-1947), mémoire de maîtrise sous la direction du Pr J. Rives, université Toulouse Le Mirail, 1998, p. 6.

19 Planté L., Un grand seigneur de la politique, Anatole de Monzie (1876-1947), Paris, Raymond Clavreuil, 1955, p. 166-169.

20 Archives départementales du Lot, Cahors. Fonds De Monzie, dossier 52 J 18 Hongrie. Traité de Trianon, contenant notamment des lettres de Louis Daudet (représentant de Schneider), Louis de Robien (légation de France) et du capitaine de Redon (commission militaire interalliée à Sopron).

21 De Monzie A., Ci-devant, op. cit., p. 30.

22 Déat M., Mémoires politiques, op. cit., p. 442.

23 De Monzie A., Ci-devant, op. cit., p. 18.

24 Il en a dressé un portrait dans De Monzie A., Destins hors série, Paris, Les éditions de France, 1927, p. 127-153.

25 En particulier le salon de Claire Boas de Jouvenel, première femme de son ami Henry de Jouvenel.

26 Centre des Archives d’histoire de Sciences Po, fonds de Monzie, dossier 5 : l’Europe de 1920 à 1945. 1. L’avant-guerre, note de l’été 1938.

27 Idem.

28 Idem.

29 De Monzie A., Ci-devant, op. cit., p. 19.

30 Archives départementales du Lot, fonds de Monzie, 52 J 130, article SDN, politique étrangère, 1938.

31 Lettre citée dans Marès A., « La question tchécoslovaque… », op. cit., p. 116. Le Pacte à Quatre, signé à Rome en 1933 sans être ratifié, avait vu le jour à l’initiative de Mussolini. Il réunissait la France, la Grande-Bretagne, l’Italie et l’Allemagne et prévoyait que ces puissances pourraient modifier les frontières litigieuses en Europe, sans consultation des autres États intéressés. Devant les protestations de la Pologne et des membres de la Petite Entente, Joseph Paul-Boncour avait fait en sorte de vider le pacte de sa substance. Son objectif initial était d’opérer un rapprochement avec l’Italie. La négociation, du côté français, avait été menée par l’ambassadeur à Rome, Henry de Jouvenel, ami d’Anatole de Monzie qui avait lui-même œuvré à ce projet.

32 Planté L., Un grand seigneur de la politique…, op. cit., p. 263 et 266.

33 Ibid., p. 184.

34 Archives départementales du Lot, fonds de Monzie, 52 J 72, Mussolini.

35 Archives d’histoire de Sciences Po., Pomaret Ch., « Un destin hors-série : Anatole de Monzie », conférence prononcée à Nice le 14 janvier 1961, extrait du t. XIV des Annales du Centre universitaire méditerranéen.

36 Marès A., « La question tchécoslovaque… », p. 110.

37 Archives d’histoire de Sciences Po., fonds de Monzie, dossier 5, note de l’été 1938. Il partageait cette opinion avec Charles Maurras, avec qui il entretenait des relations amicales. Rappelons que depuis 1918, de Monzie œuvrait pour le rétablissement de relations diplomatiques avec le Vatican.

38 De Monzie A., Ci-devant, op. cit., p. 35-36.

39 Idem.

40 Pomaret Ch., « Un destin hors-série… », op. cit.

41 Idem.

42 S’étant rapprochée de l’Allemagne depuis la déclaration de non-agression de janvier 1934, la Pologne profita de la signature des accords de Munich pour prendre possession de la Silésie de Teschen (Zaolzie), qui avait été divisée, par décision de la SDN de 1920, entre Pologne et Tchécoslovaquie.

43 De Monzie A., Ci-devant, op. cit. p. 19-20.

44 Laborie Pierre, Résistants, Vychissois et autres. L’évolution de l’opinion et des comportements dans le Lot de 1939 à 1944, Paris, Éditions du CNRS, 1980, p. 31.

45 Anatole de Monzie, comme les radicaux-socialistes et la droite, s’était déclaré hostile à une intervention dans la guerre d’Espagne. Archives d’histoire de Sciences Po., fonds de Monzie, dossier 5, texte sans date.

46 Archives départementales du Lot, fonds de Monzie, 52 J 106, Province de ma vie.

47 Cité dans Laborie P., Résistants, Vichyssois et autres…, op. cit., p. 46.

48 Marès A., « La question tchécoslovaque… », op. cit., p. 112.

49 Propos cités par l’industriel François de Wendel, cités dans Jeanneney J.-N., François de Wendel en république. L’argent et le pouvoir, 1914-1940, Paris, Le Seuil, 1976, p. 582.

50 À l’inverse, elle divisait les partis, à l’exemple du parti radical et radical-socialiste. Herriot, Jean Zay ou Pierre Cot s’opposaient à Bonnet et aux proches de Caillaux dans la question tchécoslovaque mais la division reposait également sur la poursuite du Rassemblement populaire, préconisée par les premiers et rejetée par les seconds.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search