Version classiqueVersion mobile

Expériences de la guerre, pratiques de la paix

 | 
Guy Saupin
, 
Éric Schnakenbourg

Deuxième partie. L’art de la diplomatie

La révolution diplomatique de 1756 : une négociation au sein de l’État royal

Lucien Bély

Texte intégral

  • 1 C’est un moyen de rendre hommage aux beaux livres publiés par Jean-Pierre Bois sur les relations i (...)

1L’idée d’une révolution diplomatique hante l’historiographie des relations internationales. En 1756, au moment où commence la guerre de Sept Ans, les puissances européennes changent leur système d’alliances : l’Angleterre se rapproche de la Prusse et la France de l’Autriche. Je propose une relecture de ces événements1 en m’attachant à la pratique diplomatique et en me fondant sur les papiers de Bernis qui mériteraient une publication complète.

2En août 1755, Kaunitz, qui a représenté Marie-Thérèse d’Autriche comme ambassadeur en France, présente à la conférence secrète de Vienne la situation générale de l’Europe et propose un nouveau système diplomatique, une entente avec le roi de France pour tenter la reconquête de la Silésie, conquise par la Prusse de Frédéric II. Pour renforcer la frontière française du nord-est, la maison d’Autriche proposera le Luxembourg pour don Philippe, le gendre de Louis XV qui rendra les duchés italiens. On appuiera la candidature du prince de Conti au trône de Pologne – c’est aussi le but de la diplomatie secrète, le « secret du roi ». On travaillera à établir une alliance entre la France, l’Autriche, l’Espagne, Naples et la Russie ; on aidera les protégés de la France, la Suède, le Palatinat, la Saxe ; on offrira, en cas de guerre, l’occupation de ports belges. Les domaines de Frédéric II de Prusse seront réduits à l’électorat de Brandebourg, comme avant la guerre de Trente ans. Le projet comporte des inconnues : ce changement diplomatique entraînera-t-il une rupture avec l’Angleterre ? La France est-elle disposée à rompre avec la Prusse ?

Une approche difficile

3La négociation contourne et méprise un peu les voies officielles de la diplomatie. Le comte de Starhemberg, successeur de Kaunitz en France, est chargé de faire parvenir une lettre personnelle de Marie-Thérèse au roi Louis XV, soit par la marquise de Pompadour, soit par le prince de Conti : en effet, on redoute à Vienne les sentiments anti-autrichiens des ministres qu’il faut donc contourner. Il s’agit bien d’intéresser d’abord le roi de France. Ainsi, les diplomaties européennes sont conscientes que Louis XV mène, dans le secret, une politique parallèle à celle de son gouvernement. L’ambassadeur choisit Madame de Pompadour qui transmet la lettre. Marie-Thérèse désigne Starhemberg pour faire des ouvertures, demande au roi de choisir une personne de confiance pour discuter et promet le secret absolu. Louis XV désigne l’abbé de Bernis. C’est chez la marquise de Pompadour, à Bellevue, que Bernis rencontre la première fois l’ambassadeur autrichien et a connaissance du projet de Kaunitz. Louis XV instaure ainsi un nouveau secret du roi qui s’ajoute à la diplomatie parallèle qu’il suit depuis longtemps.

4Selon Louis XV, qui a sondé discrètement ses ministres, il s’agit d’écouter les propositions. Mais le roi est plutôt favorable à un rapprochement avec Marie-Thérèse. En effet, le roi de Prusse l’a trahi à deux reprises en 1742 et 1745, il est protestant et n’est finalement que margrave de Brandebourg, un nouveau venu dans la famille des rois. Mais le traité avec la Prusse n’expire que le 5 juin 1756 et Louis XV veut être fidèle à ses engagements. Bernis reçoit donc pour instruction d’être sourd à toute insinuation contre Frédéric.

5À travers ses Mémoires, Bernis montre son rôle essentiel dans la négociation qui conduit au renversement des alliances. Il se moque un peu de Rouillé, le ministre des Affaires étrangères qui paraît à la fois dépassé, contourné et sans doute effrayé par ce changement diplomatique. J’ai voulu voir comment la négociation secrète se greffe sur la diplomatie officielle de la France, mais aussi comment le renversement des alliances s’intègre dans la continuité historique ou la détruit.

  • 2 Archives du ministère des Affaires étrangères [AAE], mémoires et documents [MD], Autriche, 42. Une (...)
  • 3 AAE, MD, Autriche, 42, fol. 1.
  • 4 Bély L., « Peut-on parler d’une opinion publique internationale à l’époque moderne ? », L’opinion (...)

6J’ai examiné pour cela les papiers du ministère français des Affaires étrangères, surtout le volume acquis il y a quelques décennies, qui regroupe les textes originaux élaborés par Bernis2. On lit en marge du premier folio « l’abbé de Bernis a donné une copie de tous les mémoires remis par ordre au comte de Starhemberg à M. Rouillé et a remis à ce ministre toutes les pièces communiquées par la cour de Vienne ; il n’a même conservé que les minutes les plus essentielles des pièces de la négociation et a brûlé les autres sans garder de copie des traités conclus ni du contre-projet du traité secret qu’il dressa par ordre du roi. Toutes ces dites pièces ont été remises au bureau des affaires étrangères par l’abbé de Bernis3 ». Comme il s’agit d’une acquisition relativement récente, cette note se révèle d’emblée trompeuse, puisque ces papiers sont entrés naguère dans les archives. Bernis les a peut-être conservés finalement ou bien ils viennent des papiers de Rouillé. Ils montrent en tout cas comment s’élabore le discours politique tenu au nom de Louis XV et de la France, un discours destiné aux souverains, au petit monde des ministres et des négociateurs, un peu plus largement et, après un certain délai, à l’univers des nouvellistes, bref à une opinion internationale4.

  • 5 Von Arneth A., Geschichte Maria-Theresias, Vienne, Braumuller, 1863-1879.
  • 6 Bernis F.-J., cardinal de, Mémoires, Paris, Mercure de France, 1980, p. 264.

7La teneur de ces papiers s’avère bien connue grâce aux rapports que Starhemberg, après avoir écrit sous la dictée de Bernis, communique à la Cour de Vienne5. Néanmoins, ces différents textes montrent aussi le souci d’associer assez vite les autres ministres à ce saut périlleux accompli par la monarchie française. En effet, la sphère étroite dans laquelle se négocie le renversement des alliances peut susciter des dangers. D’une part, le changement de politique signifie une rupture trop grande pour que la responsabilité en retombe sur le seul abbé de Bernis, et derrière lui sur le roi sans le concours du conseil et du département des Affaires étrangères ; d’autre part, la brutalité de la décision et le secret peuvent compromettre le succès de cette entreprise si les ministres restent fidèles aux idées anciennes, en particulier à l’alliance avec la Prusse, et s’opposent ensuite aux nouvelles perspectives. La négociation avec Vienne s’accompagne ainsi d’une négociation au sein même de la cour de France. Bernis l’avoue lui-même dans ses Mémoires : « Je dirais, en passant, que j’ai toujours eu beaucoup plus de peine à négocier avec ma cour qu’avec les cours étrangères. Je m’étonne comment en cette circonstance ma santé a pu y suffire6. »

La rupture des traditions politiques

8Le risque majeur couru par Louis XV dans cette affaire est de rompre les alliances historiques, et cela apparaît d’autant mieux lorsque l’on considère que l’action diplomatique se nourrit de principes établis sur la longue durée qui rencontrent l’idée des maximes d’État dont Andrew Lossky a montré la force structurante. J’en cite deux comme exemples d’alliances naturelles : la vieille alliance avec l’Écosse depuis le Moyen Âge et l’alliance objective avec le Grand Seigneur depuis le XVIe siècle. Or, à partir du XVIe siècle, la France se heurte à la maison de Habsbourg, présente à la fois en Espagne et dans l’Empire, donc l’alliance avec les princes allemands, même protestants, contre la puissance impériale s’impose comme un axe fondateur de la diplomatie française depuis cette époque.

  • 7 Sur la vision que la diplomatie française élabore à propos des puissances de l’Empire, nous dispos (...)
  • 8 Haan B., L’amitié entre princes. Une alliance franco-espagnole au temps des guerres de religion (1 (...)

9Pourtant, toute diplomatie se nourrit en même temps d’ambiguïtés et plusieurs nuances doivent être apportées à cette vision simple : d’un côté, l’alliance avec les princes allemands a suscité bien des réticences, d’un autre côté, l’hostilité à la maison d’Autriche a connu des intermittences7. Le conflit avec les Habsbourg n’est nullement permanent et, après la paix de Cateau-Cambrésis en 1559, Philippe II aimerait esquisser un front commun des puissances catholiques contre le protestantisme8.

10Dans la guerre de Trente ans, la France entre en conflit contre l’Espagne, et si elle s’engage contre l’Empereur, c’est parce qu’il a le soutien de l’Espagne. La paix avec l’Empereur se fait en 1648 bien avant le règlement avec l’Espagne de 1659. Le choix de l’alliance avec les puissances protestantes pendant la guerre de Trente ans ne s’impose pas sans résistance comme le montrent le débat entre les bons catholiques et les bons Français, et l’utilisation de la notion de raison d’État pour faire admettre des choix politiques que la religion condamne. L’expérience du temps de Louis XIV conduit à penser qu’il y a une alliance naturelle entre l’Angleterre et l’Autriche – Léopold Ier allié de Guillaume III.

  • 9 La Présence des Bourbons en Europe (XVIe-XXIe siècle), L. Bély (dir.), Paris, PUF, 2003,
  • 10 Je suis ici les indications d’Hamish Scott et Michael Hochedlinger. De ces deux auteurs, voir Scot (...)
  • 11 Braubach M., Versailles und Wien von Ludwig XIV. bis Kaunitz. Die Vorstadien der diplomatischen Re (...)

11L’alliance avec la Prusse s’intègre dans ce schéma-là, face à l’alliance naturelle entre l’Empereur et l’Angleterre. Un élément de changement apparaît avec l’installation de Philippe V à Madrid, puis de celle des Bourbons à Parme et à Naples. La présence d’un Bourbon en Espagne met un terme à l’encerclement (réel ou imaginaire) de la France par la construction politique autour des Habsbourg. Les deux branches des Bourbons installées en Italie contrebalancent aussi le poids de l’Autriche dans la péninsule9. Cette présence des Bourbons suscite une nouvelle politique maritime, en partie méditerranéenne. L’Espagne a besoin de la France pour retrouver Minorque et surtout Gibraltar, la France a besoin de l’aide espagnole pour tenter de tenir tête à la puissance navale anglaise. La solidarité entre les Bourbons s’incarne à travers le « Pacte de famille », déjà proclamé à deux reprises en 1733 et 1743, mais ce lien demeure intermittent et fragile. On peut penser aussi que le traité d’Aranjuez entre l’Autriche, l’Espagne et la Sardaigne préfigure le traité de 175610. L’historien Max Braubach a souligné néanmoins que le rapprochement entre Paris et Vienne vient de loin, de la fin de la guerre de Succession d’Espagne11.

  • 12 Schnakenbourg E., « La politique française dans le nord à la fin du règne de Louis XIV : la missio (...)
  • 13 Oliva L. J., Misalliance: a Study of French Policy in Russia during the Seven Years’War, New York, (...)
  • 14 Dessberg F. et Schnakenbourg É. (dir.), Les horizons de la politique extérieure française. Stratég (...)

12Face à l’Empereur et à la puissance autrichienne, la France cultive aussi traditionnellement les alliances de revers. Avec la Suède qui, après être devenue, grâce à l’aide française, une puissance impériale, cesse de l’être au début du XVIIIe siècle12. Avec la Pologne aussi, mais la Russie, nouvelle grande puissance depuis Pierre le Grand, la surveille et nul ne peut être roi de Pologne sans son accord. Or, la Russie noue des liens solides avec la cour de Vienne dès 172613. Avec l’Empire ottoman enfin, mais il entre dans une phase de repli face à la reconquête menée depuis Vienne et, là encore, la médiation française permet surtout en 1739 de sauver une puissance en difficulté. Alors, la diplomatie officielle française se désintéresse de ces horizons lointains où ses initiatives n’ont pas connu de succès durables14.

Trois diplomaties parallèles

  • 15 Antoine M., Louis XV, Paris, Fayard, 1989. La description de la politique étrangère est intégrée d (...)

13Pourtant, Louis XV personnellement reste fidèle à une ambition pour la France en Europe centrale et orientale : il l’articule autour de l’élection d’un prince français ou d’un prince favorable à la France en Pologne. Il songe d’abord à son cousin, le prince de Conti, et met sous sa direction le système appelé Secret du roi15.

14Ce Secret du roi montre que le roi conduit une action diplomatique parallèle et Conti, dès 1747, a proposé un système qui consistait « à garder en Europe l’équilibre établi par les traités de Westphalie, à protéger les libertés du corps germanique […] à lier par un autre traité perpétuel la Turquie, la Pologne, la Suède et la Prusse, sous la médiation et ensuite avec l’accession de la France et, enfin, à séparer par ce moyen la maison d’Autriche d’avec la Russie, en rejetant cette dernière dans ses vastes déserts et la reléguant pour les affaires hors des limites de l’Europe »… Si le Secret s’oriente bien contre la Russie, il compte sur l’alliance prussienne pour forcer la main de l’Autriche et, en cela, il paraît bien incompatible avec la politique choisie par le roi en 1756.

15Comme, dans ses Mémoires, Bernis rapporte que la cour de Vienne a hésité entre deux canaux pour parvenir à Louis XV, le prince de Conti, cousin du roi, ou Madame de Pompadour, favorite de Louis XV, il apparaît donc que la cour de Vienne a conduit à créer un second secret du roi, une troisième voie politique pour Louis XV. Conti ne devait pas forcément apparaître comme favorable aux intérêts autrichiens et cela explique que l’on ait plutôt eu recours à un autre canal, plus discret, celui de Mme de Pompadour. Arrêtons-nous un instant sur ce choix. Il fait entrer Jeanne Poisson dans le cercle très fermé de la diplomatie européenne, sinon dans la société des princes, où seule compte la naissance royale. Cela signifie que les faiblesses du souverain français (qui trompe sa femme) sont connues à l’étranger et que le monarque peut être plus facilement attiré par le biais d’une femme qui partage son intimité. Madame de Pompadour représente une dimension un peu clandestine de la cour de France, ce qui convient à une négociation très secrète. Un tel choix a de quoi choquer de la part de l’ambassadeur de la pieuse Marie-Thérèse qui reconnaît et valorise une maîtresse royale. L’impératrice-reine montre aussi que l’intérêt politique l’emporte toujours sur la morale commune et qu’elle sait aussi utiliser la ruse pour arriver à ses fins.

16Louis XV paraît ainsi avoir tenté de concilier l’inconciliable et en entretenant deux secrets à la fois, il jouait avec le feu. Il a appris de l’exemple de Louis XIV, mais aussi des leçons habituelles que l’on donne aux princes et de son expérience déjà longue que la politique extérieure, les affaires étrangères et les relations avec les autres États font partie de sa prérogative, que Dieu donne à lui seul l’inspiration et les lumières pour les choix essentiels, que son bouclier face aux influences néfastes réside dans le secret – la dissimulation faisant partie des qualités d’un grand roi –, sans doute aussi a-t-il appris qu’une grande puissance ne doit pas se laisser enfermer dans des idées simplistes – il a donc une diplomatie officielle et deux diplomaties secrètes.

17Relativisons enfin la singularité de la révolution diplomatique. Il n’y a rien de très étonnant dans ces voies secrètes : au temps de Louis XIV, Torcy, le ministre des Affaires étrangères, voit Chamillart, responsable de la Guerre, mener des négociations parallèles et, en 1711, l’abbé Gaultier, simple prêtre demeuré en Angleterre, est chargé de faire à Colbert de Torcy des propositions de la part des Anglais en vue de la paix. Et les revirements brutaux ne sont pas rares : en 1711, l’Angleterre se rapproche de la France au grand dam de ses alliés et ce rapprochement se révèle durable.

18À la nouvelle de l’attentat de Boscawen en juin 1755, Marie-Thérèse fait connaître sa surprise et ses craintes : la guerre est probable et une alliance secrète se prépare entre la Prusse et l’Angleterre. Louis XV demande des preuves de ce rapprochement, cherchant à transformer les propositions autrichiennes en garanties pour la paix. Bernis, effrayé de ses responsabilités, demande d’associer des ministres au secret : ce « comité secret » (Michel Antoine) commence à se réunir à la fin d’octobre 1755, composé de Machault d’Arnouville, Moreau de Séchelles, contrôleur général des Finances, Rouillé et Saint-Florentin.

L’idéal d’une négociation directe entre souverains

  • 16 Bély L., La Société des princes, Paris, Fayard, 1999.
  • 17 Von Arneth A., op. cit., IV, p. 550, note 481.
  • 18 AAE, MD, Autriche, 42, « Mémoire approuvé par le roi le 5 septembre 1755 et lu le 9 septembre au c (...)

19La négociation de 1755-1756 célèbre le retour à un idéal diplomatique : la négociation directe entre les souverains16. Bernis le souligne dans ses Mémoires : « l’intention de l’impératrice était de négocier comme tête à tête avec le roi ». Ce dialogue singulier exige le secret le plus inviolable et cela passe par un serment de Marie-Thérèse : « Je promets, foi d’impératrice et de reine, que tout ce qui sera proposé de ma part au roi Très Chrétien par le comte de Starhemberg, il ne sera jamais rien divulgué, et que le plus profond secret sera gardé à cet égard pour toujours, soit que la négociation réussisse ou ne réussisse point, bien entendu néanmoins, que le roi Très Chrétien me donnera une déclaration et promesse pareille à celle-ci. Fait à Vienne ce 21 août 175517. » Dans le « Mémoire approuvé par le roi le 5 septembre 1755 et lu le 9 septembre au comte Starhemberg [ sic] par ordre de S. M. », Bernis fait dire au roi « qu’ainsi il ne doutait pas que l’impératrice ne lui fît part avec une confiance entière de tout ce qu’elle savait ou apprendrait des pratiques secrètes qu’on soupçonne entre les cours de Londres et de Berlin au préjudice de la religion catholique, au désavantage de l’impératrice et contre les intérêts de la France18 ».

  • 19 Buddruss E., Die französische Deutschlandpolitik, 1756-1789, Mayence, Zabern, 1995.

20À la fin de décembre 1755, Louis XV envoie le duc de Nivernais comme ambassadeur auprès de Frédéric II. Le roi de Prusse finit par annoncer au duc le traité avec l’Angleterre en indiquant qu’il a dû être signé à Londres quelques jours plus tôt. Mais le roi de Prusse en minimise la portée, indiquant qu’il ne contredit pas l’alliance avec la France. Comme l’Angleterre a rejeté l’ultimatum français le 13 janvier, Frédéric se propose comme médiateur, mais Louis XV rappelle son ambassadeur19.

  • 20 Trois instruments sont signés ; les deux premiers sont publics, d’abord une convention de neutrali (...)

21La convention de Westminster du 16 janvier 1756 renverse donc la situation : la France se trouve isolée, sans alliés, au seuil de la guerre. En apprenant la défection de la Prusse, Starhemberg peut jouer sur la colère française, Bernis et Rouillé sont prêts à discuter le plan original, rejeté à l’automne. Mais la diplomatie française se montre encore très hésitante. Elle répugne à s’engager dans une guerre contre la Prusse, car le parti favorable à Frédéric II, avec Belle-Isle, d’Argenson ou Nivernais, a de l’influence. Finalement, le 19 avril 1756, les ministres sont tous mis au courant des tractations et le roi autorise la signature de l’acte diplomatique connu comme « traité de Versailles », le 1er mai 1756. En réalité, il est signé dans le château de Rouillé, à Jouy-en-Josas, par Bernis d’un côté, Starhemberg de l’autre20.

  • 21 AAE, MD, Autriche, 42, fol. 21.

22Dès 1756, un récit historique s’élabore sous la plume de Bernis qui voit gommer son propre rôle, comme l’indique une note en marge dans les papiers du Ministère français des Affaires étrangères : « Relation abrégée de ce qui s’est passé dans la négociation entre le roi et l’impératrice depuis le 1er septembre dernier jusqu’à aujourd’hui 19 avril 1756. Cette relation devait être lue à tout le conseil assemblé chez le garde des Sceaux. L’abbé de Bernis supprime plusieurs circonstances entre autres celle qu’il avait été chargé pendant trois mois de la négociation y étant seul avec madame de Pompadour dans la confidence du roi21. » Ainsi, a posteriori, cette note dévoile la nécessité pour le négociateur de s’effacer derrière le souverain qui s’attribue le succès de la négociation.

23Les souverains se l’approprient même totalement :

  • 22 Ibidem.

« Sur la fin du mois d’août de l’année passée, l’impératrice reine de Hongrie s’étant adressée directement au Roy pour lui faire des propositions sous le sceau d’un secret inviolable, S.M. résolut d’écouter les propositions de l’impératrice et s’engagea à garder le secret tant sur la forme que sur le fond des ouvertures qui lui étaient faites, dès lors il fut convenu entre les deux souverains qu’ils traiteraient eux-mêmes cette grande affaire et qu’ils s’avertiraient mutuellement et de bonne foi lorsqu’ils jugeaient à propos de mettre quelque de leurs ministres dans la confidence de cette importante négociation. Il fut convenu que pour tenir cette affaire secrète l’abbé de Bernis serait autorisé à la traiter sous la direction de M. Rouillé avec le comte de Starhemberg et à en rendre compte directement à Sa Majesté laquelle a approuvé de sa propre main tous les écrits et réponses qui ont été communiquées au comte de Starhemberg pendant tout le cours de la négociation22. »

24Bernis n’entre dans ce récit que comme collaborateur du ministre, Rouillé :

  • 23 Ibidem, fol. 21-22.

« L’abbé de Bernis après avoir rendu compte au roi travailla sous les ordres du ministre des affaires étrangères à la réponse de S. M. dans laquelle le roi déclara n’avoir aucun soupçon de la conduite du roi de Prusse et fit sentir avec dignité à l’impératrice combien il était incapable de manquer à ses alliés et aux traités ; S. M. demandait d’être éclaircie sur les soupçons qu’on voulait lui donner contre la cour de Berlin en laissant cependant entrevoir que sans renoncer de part ni d’autre aux alliances respectives des deux cours on pourrait s’entendre23… »

25Dans le « Projet de réponse approuvé à Versailles le 25 avril par tous les ministres du roi » assemblés pour la troisième fois chez M. le garde des Sceaux, les souverains se font la part belle :

  • 24 Ibidem, fol. 25.

« Ces deux actes importants qui assurent la paix entre les états et les sujets respectifs des deux puissances deviendront le plus ferme appui de la tranquillité générale si les deux cours animées d’une égale confiance agissent toujours de bonne foi et de concert. Ce que la politique croyait impossible à conclure par les ministres vient d’être heureusement exécuté par les souverains ; ils ont senti que les temps et les circonstances avaient changé, et que d’anciens préjugés ne devaient plus diriger leurs conseils, ni servir de règle à leur conduite ; ils n’ont eu besoin que de se parler eux-mêmes pour être d’accord ; et c’est en se communiquant leurs pensées qu’ils ont trouvé dans la droiture de leurs intentions et dans la grandeur de leur âme des sûretés qu’ils avaient vainement cherchées ailleurs24. »

26Cette interprétation royale de la négociation et cette fiction explicative révèlent le souci de démontrer la bonne foi de Louis XV, son souhait d’agir dans la loyauté et la transparence au moment où il s’apprête à abandonner un allié. La diplomatie cherche déjà à donner aux événements une organisation cohérente et digne d’un roi de France qui honore ses engagements et qui tient la parole donnée. Ce discours affiche un refus du cynisme, de la tromperie, du double jeu, indigne des souverains purs et parfaits, face à Frédéric II qui trompe et abandonne ses alliés, un souverain sans principes durables, « toujours déterminé par l’intérêt du moment ».

L’information progressive des ministres

  • 25 « Extrait du Projet de paix perpétuelle de Monsieur l’abbé de Saint-Pierre » (1760), dans Rousseau(...)
  • 26 Linguet S. N., Annales politiques, civiles et littéraires… (1777), vol. 1, cité par Belissa M., «  (...)

27En même temps, l’action royale sous-entend un dédain pour la médiation des négociateurs de métier, des diplomates de profession, dont le métier est de tromper ou de ne pas tout dire. Indéniablement, il faut tout le poids d’un souverain pour imposer ce changement brutal que la nécessité, c’est-à-dire le traité de Westminster, rend par ailleurs inévitable. En même temps, la diplomatie officielle laisse la place à la seule volonté du roi et de l’impératrice, maîtres de leur destin et libres de tout engagement du passé. Cela s’inscrit dans la méfiance qui naît à l’égard des cabinets, de leurs systèmes complexes, de la diplomatie professionnelle. De façon paradoxale, Louis XV et Marie-Thérèse pensent et s’expriment comme Jean-Jacques Rousseau et ses disciples, et comme penseront plus tard les révolutionnaires. Rousseau se moque en 1760 de la diplomatie traditionnelle et des congrès « où l’on délibère en commun si la table sera ronde ou carrée, si la salle aura plus ou moins de portes, si un tel plénipotentiaire aura le visage ou le dos tourné vers la fenêtre, si tel autre fera deux pouces de chemin de plus ou de moins dans une visite, et sur mille questions de pareille importance, inutilement agitées depuis trois siècles, et très dignes assurément d’occuper les politiques du nôtre25 ». En 1777, Linguet écrit : « Mais une chose est certaine, c’est que si les princes qui se mettent déjà dans le goût de voyager pour s’instruire, ou pour s’amuser, prenaient aussi l’habitude d’aller traiter leurs affaires par eux-mêmes sans agents, sans médiateurs, il pourrait en résulter une politique toute nouvelle. Le ministère des ambassadeurs serait un peuple restreint : mais les négociations en seraient plus rapides : serait-ce un bien ou un mal pour les sujets26 ? » Les princes et les « intellectuels » des Lumières retrouvent l’idéal perdu de la Renaissance, remettant en cause l’immense effort qui a permis de construire les pratiques de la diplomatie moderne.

  • 27 Bernis, op. cit., p. 226.

28Dans la réalité, Bernis affirme avoir dit au roi qu’il était nécessaire qu’il fût « aidé et conseillé par son ministre des affaires étrangères, ou par tel autre membre du Conseil que le roi jugerait à propos de choisir27 ». Dans ses Mémoires, Bernis note :

  • 28 Ibidem, p. 233.

« Cette indulgence de sa part [de Louis XV] redoubla la crainte que j’avais d’être chargé seul, et sans secours des affaires étrangères, d’une négociation si importante en elle-même et par les suites qu’elle pouvait avoir. Je fis donc de nouvelles instances pour que le conseil du roi, en tout ou en partie, fût instruit de la commission dont j’étais chargé et éclairât mon travail. Mes efforts furent inutiles, et ce ne fut que six semaines après que j’obtins du roi la permission d’avoir des conférences avec quatre de ses ministres, ainsi que je le dirai bientôt28. »

  • 29 Ibidem, p. 239.

29Bernis se vante finalement d’avoir, dans les mois où s’échangent les propositions, empêché Louis XV de prendre de trop grands engagements. À la fin de 1755, il obtient du roi l’autorisation d’informer les ministres formant ainsi un « comité » qui suit la négociation avec Machault d’Arnouville, Moreau de Séchelles, contrôleur général des Finances, Rouillé et Saint-Florentin. Bernis a raconté : « Je voulais qu’elle [l’alliance] fût regardée non comme mon propre ouvrage, mais comme celui du roi et de son conseil29… » Dans les textes qu’il a laissés, l’abbé manifeste le même souci de mettre en avant le secrétaire d’État et les ministres. Ainsi, le projet de réponse du roi à leurs Majestés Impériales est approuvé par les ministres du roi le 16 décembre et par le roi le 17 décembre 1755.

  • 30 AAE, MD, Autriche, 42, f. 17.

30Le 12 février 1756, Bernis prend ses précautions30 : « Il conviendrait que le Roy m’autorisât à demander à M. de Starhemberg si c’est par ordre de sa cour qu’il me dit, il y a quelques jours, que dans de certains cas et avec certaines conditions, il se pourrait que La Cour de Vienne se déterminât à abandonner l’alliance de la Cour de Londres. Si Sa Majesté approuve que je fasse de sa part cette question au comte de Starhemberg elle aura la bonté de mettre son bon au bas de ce petit mémoire. » Dans la marge « bon » avec commentaire « Note de Louis XV ».

  • 31 Tous ces textes se trouvent dans le carton des archives du ministère des Affaires étrangères, mémo (...)

31Lorsqu’on se propose d’adopter soit le premier plan proposé par Marie-Thérèse, soit le second plan proposé par le roi, on exige l’obligation de l’égalité et de la réciprocité la plus parfaite. La réponse est approuvée par le roi le 16 février 1756 et par ses ministres le même jour. Elle est lue à Starhemberg le 19 « lequel l’écrivit sous la dictée de l’abbé de Bernis » pour l’envoyer à Leurs Majestés Impériales31.

  • 32 Ibidem, fol. 22 v°.

32Dans la relation abrégée d’avril déjà mentionnée, Bernis raconte que le roi et son ministre des Affaires étrangères décidèrent « alors qu’il fallait présenter un plan sérieux et suivi à la cour de Vienne. On lui fit part de la réquisition qu’on se proposait d’envoyer à Londres et on entra avec elle dans un grand détail sur tous les points qui pouvaient faire la base d’un traité d’union et de garantie. Cette pièce mérite d’être lue dans cette conférence ainsi que celles qui l’ont suivie afin de mettre les ministres du roi parfaitement au fait de la négociation32 ».

33Puis, à la fin d’avril, le comité s’ouvre à tous les ministres, Bernis soulignant plus tard que le comte d’Argenson et Puysieulx y apportent « des lumières et des connaissances des affaires étrangères qui ne s’y trouvaient pas auparavant ». Une fois de plus, Bernis indique à mi-mot les insuffisances de Rouillé. Antoine Louis Rouillé (1689-1761) a une longue carrière derrière lui. D’abord conseiller au parlement de Paris (1711), puis maître des requêtes (1718), il est pourvu d’un des quatre offices d’intendant du Commerce (1725), siège pendant vingt ans au bureau du Commerce et devient commissaire près la Compagnie des Indes. On lui confie aussi la direction du Commerce. En 1732, il est placé à la tête de la direction de la Librairie. Nommé en 1749 secrétaire d’État de la Marine, Rouillé abandonne ses fonctions de directeur du Commerce. Selon Bernis, Rouillé fut gouverné par ses bureaux « par la raison toute simple que lorsque l’on n’est pas instruit, il faut s’en rapporter aux autres ». Ministre d’État en 1751, il est nommé secrétaire d’État des Affaires étrangères en 1754, après la mort subite de Saint-Contest et cède la Marine à Machault d’Arnouville.

34Rouillé apparaît comme un spécialiste du commerce et de la mer. Trop confiant dans les bonnes intentions anglaises, il a sans doute espéré un arrangement avec Londres, mais en 1755, il soutient l’idée de la guerre comme D’Argenson. Rouillé n’aurait été initié aux négociations secrètes qu’à la fin du mois d’octobre. Choiseul, qui l’appelle « le ministre apparent des Affaires étrangères », confirme dans ses Mémoires que Rouillé « ignorait que l’on travaillait à un traité secret avec la cour de Vienne », dont lui-même était instruit. Le premier traité de Versailles est signé dans le château de Rouillé, à Jouy-en-Josas, le 1er mai 1756. En tout cas, selon Bernis, Rouillé refuse d’abord de donner des pleins pouvoirs pour la signature du traité. Rouillé, toujours selon Bernis, veut apparaître comme l’auteur du traité, mais ensuite lorsque la guerre générale éclate, « aucun membre du conseil ne voulut y avoir eu part ».

  • 33 Ozanam D., « Le marquis d’Argenson, l’abbé de la Ville et le renversement des alliances (janvier-o (...)

35Derrière Rouillé, les historiens se sont interrogés sur l’attitude de l’abbé de la Ville. Cet abbé (1701-1774), après avoir été plénipotentiaire en Hollande, a été nommé premier commis aux Affaires étrangères en 1745. Membre de l’Académie française, bien introduit dans le monde, excellent rédacteur, apprécié du marquis d’Argenson, il reste en relation avec cet ancien ministre qui défend auprès de lui son « système » : la sauvegarde des traités de Westphalie, la consolidation du corps germanique et l’affaiblissement de l’autorité impériale. Après une disgrâce au temps de Saint-Contest, La Ville semble avoir dominé totalement Rouillé qui avait peu d’expérience en matière diplomatique. Starhemberg attribue à La Ville la résistance à un accord avec l’Autriche, car il aurait représenté la tradition selon laquelle l’alliance prussienne constitue un « axiome politique ». Mais l’abbé de La Ville est trop ambitieux pour s’opposer ouvertement à Bernis qu’il sert ensuite33 et qui lui fait avoir l’abbaye de Lessay parce qu’il a fait les fonctions de secrétaire lors de la signature et de la ratification du traité. Avant sa mort, La Ville devient évêque et fait créer pour lui-même un poste de directeur des Affaires étrangères (7 janvier 1774).

Puissances catholiques contre puissances protestantes ?

36Les tensions au sein du gouvernement français s’expliquent aussi par la dimension religieuse que peut prendre l’accommodement entre France et Autriche. Dès septembre 1755, on évoque « la ligue qu’il [Frédéric II] médite de former entre les puissances protestantes par l’entremise de l’Angleterre ». Mais, dans ses Mémoires, Bernis dit avoir mis en garde Louis XV à propos de « la frayeur que causerait aux princes protestants l’union des deux plus grandes puissances catholiques ».

37L’évolution européenne a semblé en effet plutôt conduire à une sécularisation des relations européennes, surtout à partir de 1648 et de la stabilisation opérée par la paix de Westphalie. Néanmoins, les choix religieux réapparaissent de façon insidieuse, par exemple à travers l’article 4 du traité de Ryswick qui montre une solidarité étonnante de l’Empereur et du roi de France : ils s’entendent pour ne pas revenir sur les changements opérés par la France dans le sillage de la révocation de l’Édit de Nantes dans les territoires un moment « réunis » à la couronne de France, puis rendus. Pourtant, l’intérêt bien compris des princes européens les invite à ne pas trop insister sur les enjeux religieux d’autant que les alliances rapprochent souvent des souverains de confessions différentes, ainsi longtemps Angleterre et Autriche d’un côté, France et Prusse de l’autre.

38L’accord franco-autrichien se pare parfois de cette dimension religieuse. Ainsi dans un projet de réponse le 10 mai, on lit :

  • 34 « Projet de réponse du roi communiqué aux ministres de Sa Majesté et approuvé par elle le 10 mai 1 (...)

« Sa Majesté Très chrétienne et Sa Majesté l’impératrice reine de Hongrie et de Bohême en désirant d’assurer par des traités l’union et la parfaite intelligence heureusement établies entre elles ont eu principalement en vue de précautionner contre leurs ennemis et de prévenir tous les cas qui pourraient un jour allumer une guerre générale soit à la mort des rois d’Espagne et de Pologne soit à l’occasion des limites des États respectifs des cours de France et de Vienne. Le système que viennent d’établir leurs dites Majestés doit être un jour, s’il est bien suivi, le plus ferme soutien de la vraie religion, de la liberté germanique, de la tranquillité de l’Italie et du repos de l’Europe entière34. »

39Cette défense de la vraie religion, la reconstitution d’un front des puissances catholiques, la dimension confessionnelle du traité trouvent leur limite dans l’article 2 du traité de 1756 qui mentionne le traité de 1648, véritable constitution du monde germanique. La question tarabuste l’abbé de Bernis, puisque dans le grand mémoire d’août, il écrit :

  • 35 « Mémoire » de Bernis, approuvé le 3 août 1756, ibidem, fol. 48 v°-105, ici fol. 83.

« À l’égard de la ligue protestante, il n’y a pas de plus sûr moyen pour l’empêcher de se former que d’exécuter dans tous ses points le traité de Westphalie et de ne pas donner lieu aux princes protestants de soupçonner soit par des discours imprudents, ou par une conduite partiale que la France et la cour de Vienne ont intention de former contre eux une ligue catholique. Ce point est si essentiel et en même temps si délicat qu’il est heureux que la balance de si grands intérêts se trouve aujourd’hui placée dans des mains également habiles et équitables35. »

  • 36 Scott H. M., « Religion and Realpolitik: The Duc de Choiseul, the Bourbon Family Compact, and the (...)

40Des travaux, en particulier ceux de Hamish Scott, ont montré comment une forme de convergence s’établit désormais entre les puissances catholiques ainsi alliées. Notons que, paradoxalement, l’accord se réalisera autour de la lutte contre les jésuites qui commence alors au Portugal et qu’expulsés des pays catholiques, les pères trouveront refuge auprès de Frédéric II et de Catherine de Russie36.

Le retour d’un rêve politique

  • 37 AAE, MD, Autriche, 42, fol. 3.

41En tout cas, Louis XV met en avant ses cousins dans la négociation, révélant ainsi la solidarité naturelle entre les Bourbons. Dès septembre 1755, lorsque s’esquisse un traité de garantie, on songe aussi déjà à un second traité « confirmatif et ampliatif » « dans lequel on réglerait de concert avec l’Espagne, la Cour de Naples et autres princes qu’on jugerait nécessaires d’y admettre l’échange proposé des trois duchés possédés par l’infant dom Philippe, gendre de Louis XV, en Italie au moyen d’un équivalent dans les Pays-Bas37 », cette formule remplace l’expression plus brutale « avec les Pays-Bas ». On évoque déjà la Russie et, de plus, « par un article secret à jamais », l’impératrice autoriserait dès à présent l’entrée de troupes françaises à Ostende et Nieuport. Le traité du 1er mai 1756 comporte un article « séparé et secret » qui prévoit d’inviter « de concert et non autrement » des princes d’accéder à l’accord, à savoir l’Empereur comme grand duc de Toscane, le roi d’Espagne, le roi de Naples et de Sicile, ainsi que Don Philippe. Et Louis XV fait présenter des arguments pour un échange en faveur de son gendre :

  • 38 Projet du 10 mai 1756, ibidem, fol. 33 v°-34.

« La tendresse du roi pour ses enfants n’est pas l’unique source du désir qu’il a de procurer un établissement plus décent et plus assuré au Sérénissime infant don Philippe. La crainte qu’il ne s’élève quelque jours des disputes fâcheuses entre les deux cours par rapport aux stipulations du dernier traité d’Aix-la-Chapelle qui concernent les établissements des infants d’Espagne en Italie est le motif qui presse le plus Sa Majesté Très Chrétienne de traiter de l’échange des États de Parme, Plaisance et Guastalla, et ce sont les premières propositions faites au mois de septembre par Sa Majesté l’impératrice qui ont donné au roi l’idée de choisir de préférence une portion des Pays-Bas pour parvenir audit échange38. »

  • 39 Ibidem, fol. 36 v°.

42Comme Bernis le confirme dans ses Mémoires, cette ambition du roi pour sa maison rencontre celle de son gouvernement pour le royaume. L’accord entre Versailles et Vienne fait renaître l’espoir de mettre la main sur les Pays-Bas : « Le recouvrement de la Silésie est un objet si capital pour Sa Majesté l’impératrice qu’elle ne doit pas balancer à céder au roi, à des conditions raisonnables et acceptables, la totalité des Pays-Bas. C’est par ce seul arrangement que les deux cours parviendront à égaliser les avantages réciproques qu’elles ont raison d’attendre et qu’elles doivent retirer de leur union intime et de l’établissement d’un nouveau système politique39. » Les états de Philippe seraient cédés à l’impératrice et « entreraient pour leur valeur dans le prix de la vente ou cession des Pays-Bas ».

43Pour étayer cette revendication, dans son grand mémoire approuvé en août 1756, Bernis souligne l’indifférence manifestée par Vienne à l’égard des Pays-Bas :

  • 40 Mémoire du 3 août 1756, ibidem, fol. 54 v°.

« Mais pour ne rien cacher à la cour de Vienne des pensées du roi on ajoutera ici que tout le monde sait que les Pays-Bas sont entièrement ouverts du côté de la France, qu’ils sont séparés des autres domaines de l’impératrice et d’une dépense considérable par l’entretien des places et des garnisons, et que les ventes qui s’y font journellement des choses les plus essentielles, ainsi que l’aliénation progressive du domaine utile prouvent bien l’indifférence de l’impératrice pour la conservation des dits pays, lesquels ne peuvent être ni plus utilement, ni plus heureusement échangés qu’avec la Silésie et les états de l’infant40. »

  • 41 Ibidem, fol. 77 v°.
  • 42 Bély L., « Les Pays-Bas méridionaux, un horizon pour la France, XVIe-XVIIIe siècle », Congrès de M (...)
  • 43 Bois J.-P., Maurice de Saxe, Paris, Fayard, 1992.
  • 44 Sur l’identité des Pays-Bas autrichiens : Dubois S., Les bornes immuables de l’État. La rationalis (...)
  • 45 AAE, MD, Autriche, 42, fol. 79 v°.

44À cela s’ajoutait un étonnant argument économique : « Les sommes qu’on dépense dans l’intérieur de la France à l’occasion de la guerre présente reviennent dans les coffres du roi par une circulation nécessaire ; il n’en serait pas de même des sommes que le roi ferait passer chez l’étranger dans le cas du traité secret41. » Peu à peu se dessine la solution idéale : les Pays-Bas à don Philippe, mais quelques places essentielles laissées à la France. Cette résurrection de cette demande ancienne montre le bouleversement des consciences. En effet, la question des Pays-Bas et l’idée d’un échange a fait trébucher Mazarin en 1646, a facilité l’explosion de la Fronde et prolongé de dix ans la guerre franco-espagnole42. La leçon a marqué la longue mémoire de la diplomatie. Louis XIV a modéré ses appétits malgré des conquêtes faciles et Louis XV lui-même, lors de la guerre de succession d’Autriche, a rendu ce que Maurice de Saxe lui avait conquis43. Brusquement, face à une Angleterre agressive et à une Hollande affaiblie, le roi et une partie de ses ministres pensent profiter de la réconciliation avec la maison d’Autriche pour réaliser un rêve impossible. Comment l’Europe pourrait-elle accepter la naissance de cet État44 ? Du côté français, on sent la difficulté : « On a été dans l’erreur à Vienne si l’on a supposé à Sa Majesté des vues d’agrandissement capables d’exciter du trouble dans l’Europe, au contraire elle imagine qu’il serait peut-être convenable d’accommoder la Hollande, l’Électeur palatin et autres princes45… » Une note secrète précise : Ruremonde pour la Hollande, quelque portion de Limbourg à l’Électeur palatin et quelques terres à la bienséance de l’Électeur de Cologne et du prince de Liège. Pourtant, la démesure qui se trahit dans ces propositions rend compte du renversement des idées qui accompagne celui des alliances.

Un nouveau système

  • 46 « Mémoire », de Bernis, approuvé le 3 août 1756, ibidem, fol. 51.
  • 47 Ibidem.

45Dans son Grand mémoire, approuvé le 3 août 1756, Bernis souligne la nouvelle situation créée en Europe, une Europe qui conçoit l’ordre politique à travers des systèmes d’alliances. Le roi de France affirme : « L’amitié plus que la politique a déterminé le roi à s’unir à l’impératrice par un traité défensif, par lequel S. M. T. C. ne retire dans le cas de la guerre présente aucun des secours qu’elle assure à la cour de Vienne46. » Il s’agit d’établir un « système » « par lequel les deux cours, si elles se conduisent sagement remettront tous les princes de l’Europe à la place qu’ils doivent occuper, assureront solidement leur propre considération et leur influence et n’éviteront la jalousie et la crainte que des seules puissances qui voudraient franchir les bornes de leur état et de leur rang et inquiéter mal à propos leurs voisins47 » Le nouveau système d’amitié et d’union n’a pas en vue des conquêtes territoriales :

  • 48 Ibidem, fol. 51 v°.

« Ce ne sont donc pas les agrandissements respectifs qui ont dû être l’objet principal de l’union des deux cours, puisque leur intelligence et le parfait concert de leurs vues et de leurs démarches leur offrent des avantages bien plus grands que ne ferait l’acquisition de quelques provinces. Le respect des nations, les ménagements de tous les souverains, la confiance ou la déferance [sic] des puissances voisines leur procureront mieux que des conquêtes une augmentation journalière de crédit et de pouvoir48. »

46Le discours français, tel que Bernis l’élabore, insiste sur l’engagement limité de la France et sur ses conséquences pourtant dangereuses :

  • 49 Ibidem, fol. 57 v°.

« De tous ces faits il résulte que le roi n’a jamais cru être obligé à autre chose qu’à renoncer à l’alliance du roi de Prusse et à la garantie des états de ce prince stipulée dans le dernier traité d’Aix-la-Chapelle ; démarche d’autant plus importante et délicate que d’un côté elle renverse de fond en comble l’ancien système politique du roi, qu’elle occasionne une guerre considérable en Europe dont il n’est pas aisé de prévoir les suites, et qu’elle expose également Sa Majesté au danger de s’attirer pour ennemis les puissantes garantes du dernier traité de paix et au risque certain de faire juger désavantageusement les motifs qui auraient déterminé la France à rompre ledit traité de paix dans un point si formel49. »

Les ambiguïtés d’une révolution

  • 50 Ibidem, fol. 61.

47D’emblée, après la signature du traité de 1756, la politique française redoute les visées autrichiennes. Le traité aurait la paix comme perspective : « La France et l’Europe entière ont applaudi à l’union des deux cours, mais par quels motifs, par l’espoir d’une paix plus assurée. Convenons donc de bonne foi que ce système béni aujourd’hui de tous les peuples leur paraîtrait bientôt un système purement ambitieux si une guerre allumée volontairement en était le premier fruit50. » Une défiance à l’égard des projets de Vienne se fait jour : on s’accorde sur la reconquête de la Silésie, mais rien au-delà :

  • 51 Ibidem, fol. 62.

« Que penserait l’Europe quand elle verrait que la première démarche des cours de France et de Vienne réunies par un nouveau système tend à priver les princes, non seulement des acquisitions qu’ils ont faites, mais des domaines qu’ils ont reçus de Dieu et de leurs ancêtres ? Cette conduite violente ne manquerait pas de produire une sensation générale de jalousie, de crainte et de haine capable de réunir contre les deux cours les forts et les faibles, de diviser, de brouiller et d’allumer le feu dans toute l’Europe51. »

48Cette réflexion montre une grande réticence à démembrer la puissance prussienne, d’autant que la France doit affronter l’Angleterre :

« Nous comprenons bien que la cour de Vienne a un grand intérêt de diminuer essentiellement la puissance du roi de Prusse, mais la France a un intérêt égal de réduire l’Angleterre au même pied. Il faut que l’affaiblissement de ces deux puissances marchent [sic] d’un pas égal et que les deux cours y contribuent pour le présent et pour l’avenir, sans quoi on pécherait contre le principe de réciprocité, et l’on ne doit pas croire que le Conseil du roi puisse commettre la faute de laisser aux successeurs de l’impératrice un allié puissant avec lequel ils pourraient renouer quand ils le voudraient, tandis que la France aurait contribué de tout son pouvoir à la destruction presque totale de son ancien allié. »

  • 52 Ibidem, fol. 69 v°.

49L’avertissement de Bernis est clair à l’endroit du conseil du roi et les ménagements à l’égard de la Prusse reprennent leur droit, comme si la diplomatie secrète de Bernis retrouvait les principes sacrés de la diplomatie traditionnelle. Les nouvelles alliances ont pour fin de reconstruire un nouveau système européen : « Enfin les deux cours doivent considérer qu’il leur sera toujours fort aisé quand elles le voudront d’ébranler l’Europe ; mais combien faudra-t-il de temps ensuite pour en raffermir le système52. » Dans ce dialogue, l’autre secret du roi semble mis en sourdine.

50Les événements font converger tous ces canaux. L’attentat de Damiens en janvier 1757 conduit Louis XV à changer son gouvernement : les personnalités hostiles à l’alliance autrichienne le quittent. Élisabeth de Russie accède au traité de Versailles, le 11 janvier 1757, mais l’envoyé français, le chevalier Douglas, accepte une déclaration « secrétissime » indiquant qu’en cas de guerre entre la Russie et la Turquie, le gouvernement français aiderait la première contre la seconde, par de l’argent. Douglas a cédé à l’insistance de l’ambassadeur de l’Autriche. Le comte de Broglie, ambassadeur auprès d’Auguste III de Saxe-Pologne, qu’il a aidé à résister face à Frédéric II, n’a pas de mal à montrer à Louis XV qu’un tel engagement est contraire à la politique française, telle que la défend Vergennes, alors à Constantinople. Douglas désavoué, Louis XV refuse de ratifier cet article séparé. Le Secret du roi a rappelé au monarque son autre combat.

  • 53 Ibidem, fol. 104 v°.

51Un billet « de la main de Louis XV » indique que la couronne de Pologne demeure une préoccupation de la diplomatie française : « Je me suis engagé, et je veux tenir ma parole, que je ne me mêlerais point de la future élection d’un roi de Pologne et que je ne voulais que la liberté des Polonais dans leur choix. Si leur choix tombe sur le prince de Saxe, il ne peut qu’être approuvé par moi étant frère de Madame la dauphine que j’aime tendrement53. »

*

52Nous voyons s’élaborer un discours de substitution qui vient transformer les justifications habituelles de la politique extérieure de la France, sous la pression des événements et de décisions prises dans l’urgence. Cela exige une négociation au cœur même de la sphère gouvernementale, avec l’obligation de concilier des idées contraires, dans une réconciliation inattendue avec un ennemi traditionnel. Il y a à la fois une évolution lente des conceptions politiques et une réaction face à la situation présente. Le discours royal retrouve quelques références stables : la logique dynastique, la convergence religieuse, la société des princes, l’union des puissances. Mais les risques apparaissent aussi clairement, d’où d’infinies précautions. Si le système ancien est renversé, si un nouveau système d’alliance se dessine, la sagesse diplomatique vient se rappeler à l’audace des princes.

Notes

1 C’est un moyen de rendre hommage aux beaux livres publiés par Jean-Pierre Bois sur les relations internationales, en particulier : Les guerres en Europe 1494-1792, Paris, Belin, 1993 ; L’Europe à l’époque moderne. Origines, utopies et réalités de l’idée d’Europe, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin 1999 ; De la paix des rois à l’ordre des empereurs, 1714-1815, Paris, Seuil, 2003.

2 Archives du ministère des Affaires étrangères [AAE], mémoires et documents [MD], Autriche, 42. Une partie de ces textes m’a servi aussi de documentation pour Bély L., « La politique extérieure de la France au milieu du XVIIIe siècle », Der Siebenjährige Krieg (1756-1763). Ein europäischer Weltkrieg im Zeitalter der Aufklärung, S. Externbrink (dir.), Berlin, Akademie Verlag, 2011, p. 75-98. Je reprends ici bien des éléments de cette étude en insistant sur la pratique politique que les papiers de Bernis révèlent.

3 AAE, MD, Autriche, 42, fol. 1.

4 Bély L., « Peut-on parler d’une opinion publique internationale à l’époque moderne ? », L’opinion publique en Europe (1600-1800), Paris, PUPS, 2011.

5 Von Arneth A., Geschichte Maria-Theresias, Vienne, Braumuller, 1863-1879.

6 Bernis F.-J., cardinal de, Mémoires, Paris, Mercure de France, 1980, p. 264.

7 Sur la vision que la diplomatie française élabore à propos des puissances de l’Empire, nous disposons de l’importante étude de Sven Externbrink, Friedrich der Große, Maria Theresia und das Alte Reich. Deutschlandbild und Diplomatie Frankreichs im Siebenjährigen Krieg, Berlin, Akademi verlag, 2006.

8 Haan B., L’amitié entre princes. Une alliance franco-espagnole au temps des guerres de religion (1560-1570), Paris, PUF, 2011.

9 La Présence des Bourbons en Europe (XVIe-XXIe siècle), L. Bély (dir.), Paris, PUF, 2003,

10 Je suis ici les indications d’Hamish Scott et Michael Hochedlinger. De ces deux auteurs, voir Scott H. M., The emergence of the Eastern powers, 1756-1775, Cambridge, Cambridge University Press, 2001 et Hochedlinger M., Austria’s wars of emergence, 1683-1795, Londres, Longman, 2003.

11 Braubach M., Versailles und Wien von Ludwig XIV. bis Kaunitz. Die Vorstadien der diplomatischen Revolution im 18. Jahrhundert, Bonn, L. Röhrscheid, 1952.

12 Schnakenbourg E., « La politique française dans le nord à la fin du règne de Louis XIV : la mission du comte de Croissy près du roi Charles XII de Suède mai-novembre 1715 », Revue d’histoire diplomatique, 3, 1998, p. 251-274 ; Id., « Louis XIV et les couronnes du Nord à la veille de la guerre de succession d’Espagne (1700-1701) », Revue d’histoire diplomatique, 2003, 3, p. 231-248 ; Id., La France, le Nord et l’Europe au début du XVIIIe siècle, Paris, Honoré Champion, 2008.

13 Oliva L. J., Misalliance: a Study of French Policy in Russia during the Seven Years’War, New York, New York University Press, 1964; Kaplan H. H., Russia and the Outbreak of the Seven Years’War, Berkeley, University of California Press, 1968.

14 Dessberg F. et Schnakenbourg É. (dir.), Les horizons de la politique extérieure française. Stratégie diplomatique et militaire dans les régions périphériques et les espaces seconds (XVIe-XXe siècle), Bruxelles, Peter Lang, 2011.

15 Antoine M., Louis XV, Paris, Fayard, 1989. La description de la politique étrangère est intégrée dans la biographie du roi et aborde en détail sa diplomatie secrète. Voir aussi Antoine M. et Ozanam D., Correspondance secrète du comte de Broglie avec Louis XV (1756-1774), Paris, C. Klincksieck, 1956.

16 Bély L., La Société des princes, Paris, Fayard, 1999.

17 Von Arneth A., op. cit., IV, p. 550, note 481.

18 AAE, MD, Autriche, 42, « Mémoire approuvé par le roi le 5 septembre 1755 et lu le 9 septembre au comte Starhemberg par ordre de S.M. », fol. 2.

19 Buddruss E., Die französische Deutschlandpolitik, 1756-1789, Mayence, Zabern, 1995.

20 Trois instruments sont signés ; les deux premiers sont publics, d’abord une convention de neutralité, par laquelle Marie-Thérèse déclare se désintéresser du conflit entre la France et l’Angleterre, et par laquelle Louis XV s’engage à ne pas attaquer les possessions de l’impératrice-reine, ensuite un traité défensif qui garantit les possessions et états des deux signataires contre toute agression, sauf pour ce qui concerne le conflit franco-anglais. Il est fait référence aux traités de Westphalie et, de chaque côté, 24 000 hommes étaient prévus pour le cas d’une agression. Enfin, une convention secrète de cinq articles prévoit néanmoins l’aide autrichienne à la France, si une puissance, même à titre d’auxiliaire du roi d’Angleterre, attaque le territoire français ; la réciproque est vraie. Les deux souverains s’engagent à continuer l’œuvre d’Aix-la-Chapelle ; le traité peut être étendu à d’autres puissances-Espagne, Naples, Parme, le mari de Marie-Thérèse comme grand duc de Toscane. Mais l’Autriche n’obtient pas d’être soutenue par la France dans une offensive contre la Prusse.

21 AAE, MD, Autriche, 42, fol. 21.

22 Ibidem.

23 Ibidem, fol. 21-22.

24 Ibidem, fol. 25.

25 « Extrait du Projet de paix perpétuelle de Monsieur l’abbé de Saint-Pierre » (1760), dans Rousseau J.-J., Œuvres complètes, t. III, Du contrat social. Écrits politiques, B. Gagnebin et M. Raymond (éd.), NRF, Bibliothèque de la Pléiade, p. 574-575.

26 Linguet S. N., Annales politiques, civiles et littéraires… (1777), vol. 1, cité par Belissa M., « La diplomatie et les traits dans la pensée des Lumières : “négociation universelle” ou “école du mensonge” ? », Revue d’histoire diplomatique, 1999/3, p. 291-317, ici, p. 302. Voir aussi Belissa M., Fraternité universelle et intérêt national, 1713-1795 : les cosmopolitiques du droit des gens, Paris, Kimé, 1998.

27 Bernis, op. cit., p. 226.

28 Ibidem, p. 233.

29 Ibidem, p. 239.

30 AAE, MD, Autriche, 42, f. 17.

31 Tous ces textes se trouvent dans le carton des archives du ministère des Affaires étrangères, mémoires et documents, Autriche, 42.

32 Ibidem, fol. 22 v°.

33 Ozanam D., « Le marquis d’Argenson, l’abbé de la Ville et le renversement des alliances (janvier-octobre 1756) », Études européennes. Mélanges offerts à Victor-Lucien Tapié, Paris, Publications de la Sorbonne, 1973, p. 429-443.

34 « Projet de réponse du roi communiqué aux ministres de Sa Majesté et approuvé par elle le 10 mai 1755, communiqué et dicté le 11 mai à M. le comte de Starhemberg pour être envoyé à la Cour de Vienne », AAE, MD, Autriche, 42, fol. 33.

35 « Mémoire » de Bernis, approuvé le 3 août 1756, ibidem, fol. 48 v°-105, ici fol. 83.

36 Scott H. M., « Religion and Realpolitik: The Duc de Choiseul, the Bourbon Family Compact, and the Attack on the Society of Jesus, 1758-1775 », The International History Review, XXV, 1, mars 2003, p. 37-62.

37 AAE, MD, Autriche, 42, fol. 3.

38 Projet du 10 mai 1756, ibidem, fol. 33 v°-34.

39 Ibidem, fol. 36 v°.

40 Mémoire du 3 août 1756, ibidem, fol. 54 v°.

41 Ibidem, fol. 77 v°.

42 Bély L., « Les Pays-Bas méridionaux, un horizon pour la France, XVIe-XVIIIe siècle », Congrès de Mons, 2000. Sixième congrès de l’association des cercles francophones d’histoire et d’archéologie de Belgique et LIIIe congrès de la fédération des cercles d’archéologie et d’histoire de Belgique, p. 13-31. Voir aussi Bély L., « Un intendant en pays occupé : Moreau de Séchelles dans les Pays-Bas pendant la guerre de Succession d’Autriche », dans Études sur l’ancienne France offertes en hommage à Michel Antoine, B. Barbiche et Y.-M. Bercé (dir.), 2003, p. 47-60 ; Id., « L’occupation française dans les Pays-Bas pendant la guerre de Succession d’Autriche », M. Meumann et J. Rogge (dir.), Die besetzte res publica. Zum Verhältnis von ziviler Obrigkeit und militärischer Herrschaft in besetzten Gebieten vom Spätmittlealter bis zum 18. Jahrhundert, Berlin, Lit, 2006, p. 337-350.

43 Bois J.-P., Maurice de Saxe, Paris, Fayard, 1992.

44 Sur l’identité des Pays-Bas autrichiens : Dubois S., Les bornes immuables de l’État. La rationalisation du tracé des frontières au siècle des Lumières, Kortrijk-Heule, UGA, 1990 ; Id., L’Invention de la Belgique. Genèse d’un État-Nation, 1648-1830, Bruxelles, Racine, 2005.

45 AAE, MD, Autriche, 42, fol. 79 v°.

46 « Mémoire », de Bernis, approuvé le 3 août 1756, ibidem, fol. 51.

47 Ibidem.

48 Ibidem, fol. 51 v°.

49 Ibidem, fol. 57 v°.

50 Ibidem, fol. 61.

51 Ibidem, fol. 62.

52 Ibidem, fol. 69 v°.

53 Ibidem, fol. 104 v°.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search