Version classiqueVersion mobile

Expériences de la guerre, pratiques de la paix

 | 
Guy Saupin
, 
Éric Schnakenbourg

Deuxième partie. L’art de la diplomatie

« Mourir pour Danzig » ? L’importance du grand port polonais pour le royaume de France à l’époque moderne

Marie-Louise Pelus-Kaplan

Texte intégral

  • 1 Bois J.-P., L’Europe à l’époque moderne. Origines, utopies et réalités de l’idée d’Europe, XVIe-XV (...)

1Dans son introduction à L’Europe à l’époque moderne, Jean Pierre Bois écrivait que l’idée européenne a été « d’apparence si longtemps utopique, peut être parce que, pour l’essentiel, à la réalité de la guerre, elle a toujours opposé l’intelligence de la paix1 ». L’importance du port de Danzig pour l’histoire de la France moderne peut être présentée comme une illustration de cette idée.

2De prime abord, dans la conscience collective française, l’histoire de la ville de Danzig/Gdansk est liée, si l’on met à part la fin du XXe siècle (les événements des chantiers navals, le rôle de Łech Wałęsa et de Solidarnosc), plutôt à des épisodes militaires : tout le monde connaît la prise de Gdansk en 1939, premier acte de l’invasion de la Pologne par l’Allemagne hitlérienne et, par ricochet, cause immédiate de l’entrée de la France dans la Seconde Guerre mondiale. Deux siècles plus tôt déjà, des Français avaient accepté de « mourir pour Danzig » où s’était réfugié Stanislas Leszczynski, beau-père du roi de France Louis XV et candidat élu au trône de Pologne, chassé de Varsovie à l’automne 1733 par le prétendant saxon Auguste III. Le cardinal Fleury envoie 2000 hommes à son secours, mais ceux-ci repartent très vite en voyant la ville de Danzig assiégée par les Russes ; c’est alors que le comte de Plélo, ambassadeur de France à Copenhague, tente de sa propre initiative un second et inutile assaut ; il meurt devant Danzig le 27 mai 1734. La guerre de Succession de Pologne qui fait suite à cet épisode et l’intense activité diplomatique qui l’accompagne aboutissent au compromis signé en 1738 (troisième traité de Vienne) par lequel la France reconnaît l’élection d’Auguste III au trône de Pologne, ainsi que les droits de Marie-Thérèse à la succession impériale, à condition que l’époux de celle-ci, François de Lorraine, renonce à son duché, alors occupé par la France, en échange de la succession de Toscane ; la Lorraine est donnée à Stanislas qui conserve, de façon purement théorique, son titre de roi de Pologne. En dernière analyse, cette politique a su favoriser de manière tout à fait remarquable les intérêts géo-politiques et stratégiques du roi de France : l’attitude de la France dans l’épineuse question de la succession de Pologne aboutit à ce grand succès qu’est l’acquisition de la Lorraine. Danzig dans cette affaire a joué le rôle d’un révélateur : si la mort héroïque de Plélo n’a en apparence servi à rien, l’acharnement des Français à vouloir défendre la ville contre les troupes russes indique toutefois quelle importance le roi Louis XV et son personnel diplomatique attachaient alors à ce grand port, où la France entretenait depuis 1610 une représentation par le biais d’un consulat.

  • 2 Cieslak E. et Biernat C., History of Gdansk, Gdansk, 1995.
  • 3 Les grands ports hanséatiques, bien que vassaux, soit de l’Empereur, soit du roi de Pologne (cas d (...)
  • 4 Cf. Marie-Louise Pelus-Kaplan, « Grand commerce ou grande politique ? Le premier volume de la corr (...)
  • 5 Cieslak E. et Ruminski J. (éd.), Les rapports des résidents français à Gdansk au XVIIIe siècle, 3 (...)

3La preuve de cette importance accordée à Danzig par la monarchie française se trouve aux archives du ministère français des Affaires étrangères. Dans la série des volumes, classés par pays, de la « correspondance politique », on trouve une rubrique spécifique pour la correspondance avec la ville de Danzig, rubrique entièrement distincte de la correspondance avec le royaume Pologne, rassemblée sous le titre « correspondance politique : Pologne ». Cette place à part donnée au grand port de la Vistule mérite une explication : membre de la Hanse teutonique, la ville de Danzig jouissait au sein de la République polono-lituanienne d’une large indépendance grâce à un statut comparable à celui des villes libres hanséatiques du Saint Empire2, telles Lübeck, Hambourg et Brême. Ces trois dernières villes, qui avaient noué depuis 1630 une alliance plus étroite au sein de la Hanse leur permettant de représenter celle-ci, à partir de cette date et surtout après la dernière diète hanséatique en 1669, font également l’objet d’une correspondance politique spécifique de la cour de France, en dépit du fait que, pour le royaume, à partir du milieu du XVIIe siècle, elles ne comptent plus que comme des puissances de second rang3. La correspondance politique de la monarchie française avec la ville de Danzig mériterait à coup sûr une étude approfondie, qui projetterait très certainement un éclairage nouveau sur l’histoire des relations internationales aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il faut savoir toutefois que plusieurs volumes dans cette série manquent à l’appel, notamment celui qui aurait dû couvrir la première période de la représentation diplomatique française à Danzig : le volume 1 de la série part en effet de 1629, date du début de l’activité de celui qui devient quelques années plus tard le second consul français à Danzig4 ; la correspondance de la seconde moitié du XVIIe siècle (1660-1700) a également disparu. L’essentiel de la série, composée au total d’une cinquantaine de volumes, couvre en fait le XVIIIe siècle, période pour laquelle ont été publiés également, en partie du moins, les rapports des résidents français à Danzig5. C’est vers cette dernière source, particulièrement riche et intéressante, que nous nous tournerons pour voir ce qu’elle nous apprend de l’importance de Danzig pour la France du XVIIIe siècle, mais auparavant, il convient d’éclairer dans quelles circonstances a été mis en place le consulat de France à Danzig par le roi Henri IV.

Prémices et contexte de la mise en place en 1610 d’une représentation diplomatique française à Danzig

  • 6 Le texte français de l’acte de nomination est publié à la suite de l’article de R. Damus, « Danzig (...)

4Le 23 avril 1610, moins de trois semaines avant sa mort, Henri IV signe le décret nommant le français Jean de La Blancque au poste de consul de France à Danzig. Ignoré de l’historiographie française mais fréquemment mis en avant par les historiens polonais6, cet événement avait été préparé par une présence française active en Europe du Nord dans la seconde moitié du XVIe siècle. À l’arrière-plan des négociations pour l’élection en 1573 au trône de Pologne d’Henri de Valois, futur roi de France Henri III, se trouvait en effet un personnage de première importance, Charles de Danzay, qui orienta pendant une bonne trentaine d’années la politique de Catherine de Médicis et de ses fils en Europe du Nord.

  • 7 Richard A., Un diplomate poitevin au XVIe siècle, Charles Danzay, Poitiers, 1910 ; Hauser H., « Un (...)
  • 8 Cloulas Y., Henri II, Paris, Fayard, 1985, p. 172.
  • 9 Postel R., « Ein Cunthor in Frankreich ? Diplomatische und wirtschaftliche Beziehungen zwischen de (...)
  • 10 Delavaud L., « Les Français dans le Nord », Société normande de géographie, t. XXXIII (1911), p. 3 (...)
  • 11 Archives de Gdansk, 300, 28/111 : Briefe des französischen Gesandten Charles Danzay an Danzig 1567 (...)
  • 12 Postel R., op. cit., p. 380.

5Charles de Quissarme, seigneur de Danzay, gentilhomme poitevin converti au protestantisme par Calvin lors d’un séjour à Strasbourg7, débute dans la carrière diplomatique comme représentant du roi de France auprès des protestants allemands révoltés contre Charles Quint8. Devenu ensuite résident puis ambassadeur français à Copenhague de 1548 à 1589, il est à diverses reprises chargé de missions en Allemagne (à Lübeck, en Mecklembourg, en Poméranie), ainsi qu’en Suède et en Pologne, où Henri de Valois l’appelle auprès de lui à Cracovie. Dès 1568, il s’était employé à intercéder auprès de la cour de Pologne en faveur des navires français saisis par les corsaires polonais, puis était intervenu comme médiateur au congrès de Stettin de 1570 qui mettait fin à la guerre de Sept Ans du Nord (1563-1570). Si Danzay s’emploie à cette occasion à rétablir la paix entre les puissances baltiques, ce n’est pas seulement pour assurer à la France de solides alliances de revers en Europe du Nord face aux Habsbourg. Les questions économiques, notamment celle du commerce entre la France et les pays de la Baltique, l’intéressent au premier chef : il a songé un moment à l’instauration en France d’un nouveau comptoir hanséatique9, et il ne cessera, toute sa vie durant, de prôner la défense et le développement du commerce français en mer Baltique10. Les archives de Gdansk conservent toute une série de lettres adressées par Danzay à la ville de Danzig dans les années 1567-157711. En 1581, les arguments économiques de Danzay seront repris par le dernier frère d’Henri III, le duc François d’Anjou, qui propose aux villes hanséatiques une alliance défensive visant notamment à protéger le commerce français en Baltique et le commerce hanséatique en France12.

  • 13 Serwanski M., « Le problème baltique… », op. cit., p. 22. Cf. également Pajewski J., « Le problème (...)
  • 14 Perouse G. A., « Journalisme et roman de chevalerie. Quelques brochures populaires sur l’élection (...)

6La politique française vis-à-vis de la Pologne et plus largement de l’Europe du Nord au XVIe siècle a toujours comporté un volet économique. Les arguments d’ordre économique ont joué leur rôle dans la candidature puis l’élection d’Henri de Valois au trône de Pologne, tant du côté français que du côté polonais13. Dans une brochure destinée à défendre auprès de l’opinion publique française la candidature d’Henri, la Pologne est présentée à la fois comme un nouveau marché potentiel pour les produits français, et comme une source d’approvisionnement « des choses que nous n’avons pas et qui nous sont rares et exquises14 ».

  • 15 Damus R., « Danzigs Beziehungen… », op. cit. ; Held O., « Die Hanse und Frankreich von der Mitte d (...)
  • 16 Komaszynski M., « La Pologne dans les plans », op. cit., p. 104.
  • 17 Archives du Royaume (Rigsarkivet) à Copenhague, Sundtolregnskabere ; de ces registres a été tirée (...)
  • 18 Pelus M.-L., « Navigation française et commerce français en Mer Baltique aux XVIe et XVIIe siècles (...)
  • 19 Pelus M.-L., « Le commerce du Nord », op. cit., p. 233. À propos de l’histoire de ce commerce fran (...)

7En fait, des relations commerciales existaient depuis longtemps entre Danzig, ainsi que les autres ports de la Baltique, et le royaume de France (Calais et la Bretagne inclus)15. Si ce commerce était au départ surtout le fait des marchands et des navires hanséatiques qui venaient charger sur les côtes françaises de l’Atlantique les sels et le vin, les navires français n’apparaissant que par intermittence à l’est des détroits danois16, on assiste en revanche dans la seconde moitié du XVIe siècle à un net développement du trafic français en mer Baltique. Les registres du péage du Sund mettent en lumière l’essor rapide de cette navigation française au cours des années 156017. À partir des années 1570, au moment même où les « troubles de la religion » ensanglantent le royaume, la présence des navires français en Baltique connaît un apogée avec une moyenne de 38/39 navires passant chaque année les détroits ; cette moyenne retombe un peu à partir de 1596 et se situe aux alentours de 23/24 passages par an jusqu’en 1635, date à laquelle le trafic français en Baltique s’effondre consécutivement à l’entrée du royaume de France dans la guerre de Trente Ans. Quant au trafic global (navires de toutes nationalités confondues) entre la France et le monde baltique, il s’accroît dans les années 1560, fluctue fortement au cours des années 1570-1590, puis connaît un léger fléchissement vers 1600 avant de repartir à la hausse pour culminer dans les années 1620, comme le montre l’examen approfondi des tables du Sund18. C’est donc dans le contexte d’une phase d’essor du commerce global entre la France et le monde baltique, et plus particulièrement à l’intérieur d’une conjoncture d’essor de la navigation française en mer Baltique que se situe et s’explique, très logiquement, la création du poste de consul français à Gdansk en 1610. Le commerce actif des Français dans le Nord connaît alors la phase la plus brillante de son histoire19 ; les sommets atteints à la fin du XVIe siècle et au début du siècle suivant ne seront plus jamais retrouvés par la suite, en dépit des tentatives de Colbert pour lui redonner vie.

  • 20 52 % des navires français passant le Sund de 1562 à 1600 sont normands, 25 % viennent de la côte p (...)
  • 21 Pelus M.-L., « Navigation française… », op. cit., p. 341.
  • 22 Zeller G., Histoire des Relations Internationales, P. Renouvin (dir.), t. II, Paris, 1953, p. 82.
  • 23 De 1562 à 1581, 102 navires français déclarent venir de Narva, et 198 de Danzig ; de 1582 à 1615 : (...)

8Les causes de cet essor en France du « commerce du Nord » entre 1560 et 1635 sont à chercher d’abord dans les conditions particulièrement favorables offertes aux marchands de toutes nationalités par le tsar Ivan IV, après la prise par ses armées en 1558 du petit port de Narva situé à l’extrémité orientale de la Baltique, proche du site de la future Saint Petersbourg. Autorisés dès lors à commercer directement avec les Russes sans passer par l’intermédiaire des bourgeois des villes hanséatiques de Livonie (Riga, Reval/Tallinn), les marchands français, notamment ceux de Dieppe et de Rouen20, tout comme leurs homologues britanniques ou hollandais, tentent l’aventure. On les voit dans les registres originaux du péage du Sund accompagner en personne, au début des années 1560, leurs marchandises jusqu’à Narva21. L’importance de cette nouvelle destination commerciale avait été bien vue par Danzay qui, de Copenhague, écrit au roi de France Charles IX « vous n’ignorez pas combien le commerce avec la Moscovie, qui se fait communément en la ville de Nerve, est profitable à vos sujets22 ». Toutefois, ce commerce de Narva connaît de grosses difficultés dès la fin des années 1560, notamment du fait des corsaires polonais et suédois ; il s’effondre à partir de 1581, date de la prise du port de Narva par les Suédois. Mais d’autres ports baltiques, surtout les ports prussiens de Danzig et Königsberg, sont alors indiqués, de plus en plus souvent, comme ports de provenance des navires français passant le Sund à leur retour vers la France23. Danzay meurt, couvert de dettes, l’année même de l’assassinat du roi Henri III.

  • 24 Barbiche B., Sully, Paris, Albin Michel, 1978, p. 161 ; c’est Nicolas de Neufville qui co-signe l’ (...)
  • 25 Barbiche B., Sully, op. cit., p. 162.
  • 26 Serwanski M., « Le problème baltique », op. cit., p. 23 ; voir également Serwanski M., « La place (...)
  • 27 Damus R., op. cit., p. 43-48. Heinrich Mann évoque dans son roman Henri IV cette grande ambassade (...)

9Sous Henri IV, la politique étrangère de la France est dirigée par Nicolas de Neufville, seigneur de Villeroy, qui avait déjà servi Charles IX et Henri III24. C’est donc la continuité qui domine en matière de relations internationales, mais un nouveau venu, Sully, le surintendant des Finances, est associé désormais aux grandes décisions de politique étrangère. Hostile à la Maison d’Autriche, Sully est partisan d’une intervention aux Pays Bas et, contre Villeroy, il défend en 1609/1610 le choix de l’entrée en guerre contre les Habsbourg à propos de la succession de Clèves et Juliers25. Dans le contexte de cette crise internationale, la France aurait aimé réconcilier les deux branches des Vasa (la polonaise et la suédoise) pour former « un boulevard et rempart à l’Allemagne, contre le Turc, le Moscovite et le Tartare ». Toutefois les tentatives diplomatiques françaises menées en ce sens en 1608-1610 se soldent par un échec26. Même si l’historiographie française reste quasiment muette à ce sujet, il est possible de penser que parallèlement, le gouvernement de la France se montrait soucieux de protéger le commerce français dans le nord ; d’où la nomination, sans aucun doute appuyée par Sully, d’un consul français à Danzig en 1610. Cette décision répondait d’ailleurs à la politique hanséatique d’ouverture vers la France en ce début de XVIIe siècle, politique concrétisée par deux grandes ambassades auprès de la cour de France (1604 et 1606) auxquelles avaient participé les Danzigois27.

10Les arguments économiques ont en effet joué un rôle capital dans la création de ce consulat, étant donné la place centrale occupée alors par Danzig dans le commerce international, et plus particulièrement dans le commerce des grains.

  • 28 Bizière J.-M., « The Baltic Wine Trade 1563-1657 », The Scandinavian Economic History Review, XX ( (...)

11Le commerce actif des marchands et des navires français dans la Baltique au XVIe siècle se distingue par l’importance qu’y tiennent les marchandises exportées ou réexportées de France vers le monde baltique, plus particulièrement vers les ports prussiens ou livoniens. Le sel y joue un rôle essentiel, qu’il soit de provenance française ou ibérique, de même que les vins. C’est à la fin du XVIe siècle que les vins français conquièrent véritablement le marché baltique, et sont redistribués vers l’intérieur de la Pologne et de la Russie par les commerçants des grands ports baltiques28. D’autres produits sont également chargés sur les navires français à destination de la Baltique orientale : les fruits, les huiles, le riz du monde méditerranéen, et déjà, de plus en plus, des produits coloniaux (épices, sucre, coton, bois brésil) ; les produits fabriqués occupent en revanche une place modeste (tissus, papier et verre) aux côtés des poissons (harengs) et des peaux (agneaux, et castors ou loutres venus du Canada). Chose remarquable, sauf en cas d’accident climatique, les navires français se rendant en Baltique passent très rarement le détroit du Sund sur lest, ce qui les distingue de la plupart des navires hollandais ou britanniques, qui habituellement partent à vide pour charger, essentiellement, des grains et du bois.

12Les produits baltiques importés en France sont difficiles à saisir à partir des registres du péage du Sund dans la mesure où la destination des navires n’y est pas indiquée avant le milieu du XVIIe siècle. On peut voir néanmoins que les navires français passant le détroit vers l’ouest transportent en temps normal peu de céréales (la France en exportait, les bonnes années), mais plutôt du bois, des cendres, de la poix, du goudron, des cuirs et peaux, du suif, le fer « osemund » ou en barres et le cuivre de Suède, des fibres textiles (lin, chanvre) et des semences de lin et de chanvre, ainsi que quelques produits fabriqués (cordages, toiles grossières, munitions). À Danzig notamment, les navires français chargent, outre les céréales, du bois, des matières premières textiles, des cuirs et peaux.

  • 29 Pelus M.-L., « Zywnosc i handel francuski na Baltyku w drugiej polowie XVI. Wieku », Przeglad Hist (...)
  • 30 Le profit du consortium des marchands d’Amiens qui achètent des grains à Danzig en 1587 se monte, (...)
  • 31 Komaszynski M., « La Pologne dans les plans économiques » (op. cit.), p. 106 ; voir également Koma (...)

13En cas de crise frumentaire toutefois, le tableau est nettement différent. Or, cette période des années 1560-1610 fut marquée, dans le royaume de France comme dans toute l’Europe occidentale et méditerranéenne, suite à l’apparition du « petit âge glaciaire », par une série de crises frumentaires particulièrement graves, notamment lors des années 1572-1574, 1586-1587, 1592-1593, 1595-1596, 1600, 1607-1609. Ces années de crise entraînent à chaque fois une très brutale croissance de la navigation française en Baltique (ainsi, en 1587, ils furent 218 navires français à franchir le Sund, en 1608, ils furent 116), la plupart des navires partant alors à vide des ports français pour revenir de Danzig ou de Königsberg chargés exclusivement de céréales (seigle surtout, froment dans une moindre mesure)29. Ces crises frumentaires incitent les marchands français, y compris ceux des villes de l’intérieur comme Paris ou Amiens, à créer des sociétés commerciales pour acheter des céréales dans les ports prussiens, car les affaires ainsi réalisées s’avèrent pour eux extrêmement rentables30. Il n’était toutefois pas facile pour ces marchands qui, ordinairement, se contentaient d’un horizon commercial de bien moindre envergure, de trouver à Danzig des correspondants susceptibles de les représenter efficacement, tant pour l’achat des grains que pour le paiement de la marchandise et des frais divers, ni de trouver, lors des grandes famines, des navires susceptibles d’entreprendre le long et périlleux voyage jusqu’à Danzig ou Königsberg. La présence d’un consul français à Danzig était de nature à rassurer les investisseurs en leur facilitant la tâche sur place. La nomination de 1610 répond donc à un besoin très concret et très pressant ressenti et exprimé par les commerçants français. C’est d’ailleurs pour répondre à leurs pétitions que la décision est prise en avril 1610, soit un an à peine après la crise frumentaire de 1607-160931.

  • 32 Bois J.-P., L’Europe à l’époque moderne, op. cit., p. 186-194 ; les Economies Royales de Sully ont (...)
  • 33 O’Connor J.T., « Politique et utopie au début du XVIIe siècle : le Grand Dessein de Henri IV et de (...)

14Aussi évident que puisse paraître l’impératif économique dans la décision de créer en 1610 un consulat français à Danzig, il ne faudrait pas pour autant négliger la naissance progressive de l’idée européenne en ce tournant de siècle. C’est justement au cours de l’année 1610 que Sully échafaude les projets plus ou moins chimériques connus sous le nom du « Grand Dessein » attribué à Henri IV, qu’il exposera plus tard dans ses Oeconomies royales, redessinant audacieusement la carte politique de l’Europe chrétienne avec, comme souci majeur, celui d’empêcher l’hégémonie d’une seule dynastie. Il envisage notamment de faire se tenir chaque année le conseil de sa « République très chrétienne » alternativement dans une quinzaine de villes de l’axe rhénan ; mais ce Conseil serait complété, dans son projet, par des conseils plus spécialisés pour certaines parties de l’Europe ; celui de l’Europe du Nord devait, ce n’est certainement pas un hasard, siéger à Danzig32. Il est probable d’ailleurs que Sully se soit inspiré, pour la rédaction finale des Oeconomies Royales, du Nouveau Cynée (écrit en 1622 ou 1623) d’Emeric Crucé, qui associe étroitement l’idée de paix internationale avec celle de liberté du commerce et prévoit une assemblée internationale siégeant à Venise33. Quoi qu’il en soit, il est clair qu’à la fin du règne du « bon roi Henri », plusieurs personnages, à commencer par Sully, pensaient que le commerce et les grandes métropoles du commerce international avaient un rôle à jouer dans la recherche d’une paix et d’un équilibre européen. La création du poste de consul français à Danzig en 1610 s’explique donc également dans ce contexte de réflexions nouvelles sur l’Europe et sur la politique internationale, même si les considérations purement économiques ont de toute évidence joué un rôle capital dans cette prise de décision.

Le consulat français à Danzig et la politique française en Europe du Nord aux XVIIe et XVIIIe siècles

  • 34 Brunel G., Les sources…, op. cit., passim (très nombreuses allusions aux « blés de Danzig » au cou (...)
  • 35 Archives du MAE, C. P. Dantzig, 1, f° 19 (lettre de Senlis, signée Louis) ; voir également f° 30-3 (...)
  • 36 Voir Bely L., Les relations internationales en Europe, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1992, p.  (...)
  • 37 Archives du MAE, C. P. Dantzig, 1, f° 19, f° 51, f° 93. Plus tard, dans les années 1656-1657, D’Av (...)
  • 38 Archives du MAE, C. P. Dantzig, 1, f° 26-27 (lettre de Canasilhes à Bouthillier du 25 juin 1637).
  • 39 Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., t. 1, p. xxii. A propos de Jean Formont et de son action en P (...)
  • 40 Pour Haehl M., Les affaires étrangères au temps de Richelieu. Le secrétariat d’Etat, les agents di (...)

15Au cours des années qui suivirent cette création et, on peut le dire, pendant la totalité du XVIIe siècle, les sources diplomatiques et consulaires font apparaître au grand jour toute l’importance accordée par les autorités françaises aux « blés de Danzig34 ». Néanmoins, cette question cruciale de l’approvisionnement du royaume en « subsistances » est semble-t-il loin de constituer le seul enjeu de la présence française à Danzig, ville qui apparaît alors comme une sorte de plaque tournante des relations internationales. La preuve en est la multiplication des représentants de la monarchie française à l’embouchure de la Vistule, notamment au temps de la guerre de Trente Ans : ambassadeurs et résidents se succèdent alors à Danzig aux côtés du consul, qui fait relativement pâle figure. À Jean de la Blanque, renouvelé en 1612 et qui reste en poste jusqu’en 1626, a succédé, à partir de 1629, Henri Canasilhes ; celui-ci ne sera toutefois nommé officiellement consul de France à Dantzig qu’en 1634, avec compétence également pour Königsberg et d’autres villes prussiennes. Encore actif dans le grand port prussien dans les années 1650, Canasilhes apparaît au début comme un diplomate de second rang, voire comme un simple spécialiste, considéré par la Cour comme un agent subalterne, y compris pour les questions proprement économiques. Ainsi, lorsque en 1636 le roi veut, pour son propre compte, faire vendre à Danzig des cargaisons de sel et faire acheter sur place d’autres denrées destinées à être revendues en France, « Sa Majesté aura bien agréable que Canazilhe soit employé (à cette vente), mais elle en donne la principale direction au Sieur Davaugour » qui « en conservera seurement l’argent qui en proviendra. Il luy sera mandé sous peu à quoy il le devra employer35 ». A cette époque, Canasilhes ne semble pas avoir de fonction bien définie. Outre l’assistance aux marchands français et la gestion « technique » des ventes et achats de marchandises pour le compte du roi, il est semble-t-il chargé d’une mission d’information politique et militaire pour la Cour de France : il instruit notamment par lettres Bouthillier, le secrétaire royal, sur des questions diverses concernant la Pologne (déroulement de la Diète à Varsovie, intrigues de la « faction espagnole » en Pologne, levées de gens de guerre en Pologne, etc.), mais à côté et au dessus de lui fonctionnent également Claude de Mesme, Comte d’Avaux36, ambassadeur extraordinaire du roi de France en Pologne, Suède et Danemark, le baron D’Avaugour (ou Davaugour), « résident pour le service du roi à Danzig » (septembre 1636)37, qui envoie Canasilhes à sa place à la diète de Varsovie en 163738, ainsi que le comte de Brégy et le vicomte d’Arpajon, ambassadeurs en Pologne et à Danzig au temps de Mazarin. Les éditeurs des rapports des résidents français au XVIIIe siècle en concluent à une décadence du consulat français à Danzig jusqu’à la nomination en 1661 de Jean Formont39. Il convient de nuancer ce jugement, étant donné les attributions assez complexes dévolues à Canasilhes, alors émissaire de second rang, certes, mais qui a véritablement son importance au milieu de tout le groupe des diplomates français présents en Pologne, et notamment à Danzig40.

  • 41 Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., I, p. xxii-xxv.

16Au XVIIIe siècle, les consuls de France à Danzig, appelés le plus souvent « résidents », parfois aussi « commissaires », sont des Français d’origine devenus bourgeois de la ville, où ils se sont installés pour y faire du commerce, tel Claude Mathy. Louis, fils de Claude, lui succède en 1706 au poste de « Commissaire du roi de France en Pologne, Prusse et dans les pays voisins », puis se voit attribuer en 1715 par la Cour le titre de « Commissaire de la Marine française », titre qui ne lui fut d’ailleurs jamais reconnu par les autorités danzigoises41.

  • 42 Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., I, p. 109.
  • 43 Ibid.
  • 44 Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., I, p. 109-112, p. 129.

17La nécessité d’une représentation diplomatique stable à Danzig à cette époque s’explique avant tout, une fois de plus, par des motifs économiques. Au début du XVIIIe siècle, les résidents justifient la nécessité de maintenir à Danzig la présence française par le fait que Danzig est la porte ouverte au commerce français sur toute l’Europe centrale et orientale : « Il est à remarquer qu’en temps de paix le commerce de France y est bien plus considérable… et la consommation de touttes choses y est bien plus forte que dans aucun autre port de la mer Baltique, vu que Danzig seul pourvoit la Pologne, et en partie l’Hongrie, Tartarie et Turquie, par la Pologne, des marchandises nécessaires, comme la plus propre pour cela, aussi par contre laditte ville reçoit-elle les denrées et marchandises desdits païs préférablement à toute autre ville par le moyen de la Vistule42. » Et de répéter que « Dantzig seul peut véritablement estre appellé le magazin de bled de toute l’Europe », ce qui, en 1718, est un argument certes peu nouveau, mais toujours d’actualité43, le but de la démonstration étant de pousser le gouvernement français à faire le choix de Danzig plutôt que de Saint Petersbourg comme principal débouché du commerce français dans le monde baltique44.

  • 45 Le résident français signale que d’autres contrées comme la Suède, la Livonie, la Finlande et l’In (...)
  • 46 Pourchasse P., op. cit., p. 101
  • 47 Les rapports des résidents français au XVIIIe siècle mentionnent, entre autres denrées méditerrané (...)
  • 48 À Danzig, les productions viticoles représentent jusque vers 1770 15,6 % de la valeur totale des i (...)
  • 49 Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., I, p. 173. L’analyse des lois somptuaires de Danzig montre ég (...)
  • 50 Kowecka E., « A Polish Lord’s Table », in Studies on everyday life, Acta Poloniae Historica, LXXXV (...)
  • 51 Bogucka M., Das alte Danzig, Leipzig, 1980, p. 152.
  • 52 La France a au XVIIIe siècle un quasi-monopole pour l’importation à Danzig des produits coloniaux, (...)
  • 53 A Danzig arrivent au XVIIIe siècle des produits de la métallurgie normande (Pourchasse P., op. cit (...)
  • 54 Le rapport du résident Ponsa en 1796 parle des « draps, étoffes de soye, modes, broderies, galons (...)
  • 55 Danzig est une des principales sources d’approvisionnement en bois du nord pour le marché français (...)
  • 56 Pourchasse P., op. cit., p. 44.
  • 57 Rapport de Ponsa en 1796 : Cieslak E., « Ostatni Memorial… », op. cit., p. 122-131.
  • 58 Pourchasse P., op. cit., p. 44.
  • 59 Pourchasse P., op. cit., p. 44.

18C’est par Danzig en effet que les marchandises françaises pénètrent dans la Pologne profonde. Même si le sel français de l’Atlantique, très prisé en Europe du nord45, tend à cette date à céder le pas à ceux d’Angleterre ou de Prusse46, d’autres produits français continuent de faire en Pologne l’objet d’une importante consommation, comme les fruits aquitains (prunes et pruneaux) ; la Provence fournit ses figues, ses amandes, de l’huile d’olive47. Les vins de France, très fortement exportés en Pologne, sont en majeure partie des vins blancs légers du Bordelais48 ; ceux-ci constituent une qualité relativement courante face aux vins hongrois, plus chers et plus liquoreux, les plus prisés en Pologne à cette époque49 ; toutefois les rapports des résidents français montrent que les vins rouges, et plus encore les muscats de Frontignan et de Béziers, dont les prix sont le triple, voire le quadruple de ceux des vins blancs les moins chers, font partie des consommations des milieux favorisés. Le magnat Jan Clemens Branicki, pour son palais qui fut surnommé « le Versailles polonais », fait acheter ses vins français principalement à Danzig où il a des fournisseurs attitrés ; si la majeure partie des vins servis à sa table viennent de Hongrie, les vins de Bourgogne qu’il a l’occasion de déguster chez l’abbé d’Oliva lui paraissent excellents, et il cherche à s’en procurer50. Les eaux de vie françaises font également partie des exportations traditionnelles vers la Pologne, c’est à partir d’elles qu’on fabrique à Danzig la fameuse « eau d’or » (Danziger Goldwasser) qui fait l’étonnement des voyageurs51 Mais depuis la fin du XVIIe siècle, la faveur croissante des nouvelles boissons d’origine exotique fait désormais l’essentiel, en valeur, des produits français importés en Pologne : ce sont en effet, outre le sucre, de plus en plus le café et le thé que Bordeaux expédie vers Danzig, d’où ils partent agrémenter les tables des magnats ; ces deux produits coloniaux sont considérés en France comme les principaux atouts du commerce français en Pologne52. S’y ajoutent, depuis longtemps, quelques produits fabriqués comme le papier et le verre, et plus récemment des produits métallurgiques53, mais aussi des soieries, et de plus en plus, des articles de mode54, vite imités d’ailleurs par les artisans locaux. En retour, la France reçoit de Danzig des produits bruts et massifs, surtout des grains et du bois55. Au total, la balance du commerce français avec la Pologne via Danzig a pour originalité d’être excédentaire en valeur : tandis que les autres pays occidentaux, tels les Provinces Unies ou l’Angleterre, importent par Danzig des volumes très importants de bois et autres fournitures navales qui, à cette époque, tendent à supplanter les céréales, sans être à même d’expédier en Pologne des volumes de marchandises suffisants pour compenser ces importations, de France en revanche, et plus particulièrement de Bordeaux, partent vers Danzig des navires remplis à ras bord de denrées de toutes sortes. On voit des navires danzigois arriver à vide d’Espagne ou d’Angleterre pour charger des cargaisons dans les ports français avant de repartir vers Danzig56. Les missives que les résidents français à Danzig adressent à leur gouvernement au cours du XVIIIe siècle, même après le dernier partage de la Pologne57, ne manquent pas de souligner ce caractère excédentaire en valeur et fortement lucratif pour le négoce français du commerce de Danzig, qui représente alors 25 % des échanges de la France avec le Nord58. A partir du milieu du XVIIIe siècle, si le nombre de navires – toutes nations confondues-venant des ports français tend à se réduire, la valeur des importations françaises à Danzig, elle, ne baisse pas ; les échanges avec la France restent donc de première importance59.

  • 60 Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., I, p. 49, p. 77-79. Au XVIIIe siècle, 38,4 % des importations (...)

19Les rapports des résidents français pointent toutefois du doigt, au même moment, la faiblesse structurelle du commerce français dans le Nord et plus particulièrement à Danzig : c’est en effet pour l’essentiel sur des navires étrangers, danzigois et hollandais surtout, que les produits français parviennent à l’embouchure de la Vistule, ce qu’ils déplorent60.

  • 61 Pourchasse P., op. cit., p. 201 ; Olenska A., « Im Herzen des südlichen Ostseeraums : Danzig als K (...)
  • 62 Olenska A., op. cit., p. 95.
  • 63 Manikowska E., « Der Erwerb von Kunst und Luxusgütern für Stanislaw August Poniatowski und das Dan (...)
  • 64 Pourchasse P., op. cit., p. 201.
  • 65 Pourchasse P., op. cit., p. 117.
  • 66 Pourchasse P., op. cit., p. 117, p. 201, p. 237.
  • 67 Olenska A., op. cit., p. 94, 95.

20Les résidents n’insistent pas, en revanche, sur le faible nombre des maisons françaises présentes dans les ports baltiques et en particulier à Danzig. Quelques unes de ces maisons sont connues. Descendants probables de l’ancien consul français nommé plus haut61, les Matthy sont à la fois les fournisseurs et les banquiers attitrés de Branicki, ce magnat célèbre déjà évoqué62 ; Jean-François Matthy est également le premier fournisseur de la cour de Stanislas-Auguste Poniatowski en objets d’art et de mode d’origine française63 ; en 1774, Antoine Matthy est chargé par Dujardin de Ruzé d’une commission d’achat de bois de construction pour la marine royale64. L’entreprise Schultz est le correspondant local de la Compagnie française des Indes Orientales65, Jean-Philippe Schultz quant à lui figure au nombre des armateurs danzigois66. On peut encore citer les Quade, autres Danzigois d’origine française, qui font venir de Paris pour le compte de Branicki des meubles, des montres et horloges, des consoles de cheminées en marbres, des calèches67… Au total cependant, le nombre des familles françaises ou d’origine française installées à Danzig pour y faire du commerce paraît bien limité.

  • 68 « Celle (la colonie) que nous y avons originairement s’est naturalisée, et fondue depuis longtemps (...)
  • 69 Penners-Ellwart H., Die Danziger Bürgerschaft nach Herkunft und Beruf, 1536-1709, Diss., Marburg a (...)
  • 70 Rostworowski E., « La France de Louis XV et la Pologne. Politique, langue, livres », Acta Poloniae (...)
  • 71 Bogucka M., op. cit., p. 174.
  • 72 Les rapports des résidents français évoquent occasionnellement ces Français de passage à Danzig, s (...)

21Il est donc clair que ce n’est ni par le nombre de navires français présents à l’embouchure de la Vistule, ni par le nombre des marchands français installés à Danzig que s’explique l’importance du grand port aux yeux de la Cour de France. La présence de Français à Danzig à l’époque moderne est toutefois ancienne68, et semble avoir été plus que simplement symbolique69. Qui étaient donc ces Français installés dans le grand port polonais ? Des Huguenots réfugiés ? Des artisans spécialisés ? Des gens instruits cherchant un poste de précepteur ou de dame de compagnie dans les familles de la noblesse polonaise ou de la bourgeoisie danzigoise70 ? Des professeurs employés dans les écoles de la ville, où l’étude du français était dès la fin du XVIe siècle très prisée de la bourgeoisie locale71 ? Beaucoup, marins ou commerçants, étaient sans doute arrivés avec les navires marchands, d’autres ont séjourné brièvement dans la ville au cours d’un voyage72. Nous aurions besoin d’études ciblées sur cette présence française dans la ville, elles permettraient sans doute de mieux éclairer les formes de pénétration de l’influence culturelle française dans la République aux XVIIe et XVIIIe siècles.

  • 73 Schnakenbourg E., La France, le Nord et l’Europe au début du XVIIIe siècle, Paris, 2008, p. 77.
  • 74 Schnakenbourg E., op. cit., p. 81, p. 260 ; Besenval a notament soutenu les efforts des Wettin, le (...)
  • 75 Olenska A., op. cit., p. 96.

22Pour l’instant, les mieux connus de ces Français présents à Danzig sont les diplomates que les rois de France continuaient d’envoyer dans cette ville où, presque autant qu’à Varsovie, se nouaient les contacts diplomatiques. Ainsi, au début du XVIIIe siècle, Louis XIV y envoie Bonnac, chargé de le représenter tant auprès de la République qu’auprès de Charles XII, le roi de Suède73. Un autre envoyé du Grand Roi auprès de Charles XII puis auprès de la cour de Pologne, Bésenval, y séjourne également à plusieurs reprises74. De retour en France, la baronne de Besenval se charge de procurer à ses amis magnats polonais les articles de luxe français dont ceux-ci ont besoin75.

  • 76 Manikowska E., op. cit., p. 110-111.
  • 77 Rostworowski, op. cit., p. 74-75 ; Gierowski, op. cit.

23La correspondance des résidents français au XVIIIe siècle témoigne du fait que le souci de défendre par cette présence diplomatique constante les intérêts commerciaux de la France à Danzig semble être en même temps un paravent destiné à abriter des actions d’ordre plus politique, consistant d’ailleurs surtout en une collecte de renseignements de tous ordres. Informer le gouvernement français de tout ce qui se passe en Europe du Nord, tant au niveau militaire que diplomatique, politique, sans oublier les potins locaux, semble être, finalement, leur mission principale. La présence à Danzig des agents du roi de Pologne, chargés de s’y procurer les articles de luxe réclamés par la vie de cour76, ne pouvait manquer de favoriser indirectement la circulation des informations et les occasions de contacts politiques. D’où l’intérêt proprement politique de la ville pour la monarchie française. Sous Louis XV, Danzig est de fait, à côté de Varsovie, un des centres où s’affairent le plus les hommes du « secret du Roi » chargés de s’occuper de ce que le monarque considère comme sa « grande affaire secrète », à savoir la succession au trône polonais77.

24Même si Louis XV, tout comme avant lui Louis XIV, n’est pas parvenu à faire triompher son candidat, le rôle joué par la France dans le règlement de la succession de Pologne finit par lui être bénéfique en lui rapportant la Lorraine, preuve que « mourir pour Danzig » pouvait être, pour l’ambassadeur de France à Copenhague fortement attaché aux intérêts français, autre chose qu’un acte d’héroïsme gratuit.

*

  • 78 Schnakenbourg E., « Les tentatives de médiations françaises dans les conflits suédo-polonais du XV (...)

25Ce qui ressort de cette étude, c’est à quel point se justifiait à l’époque moderne l’entretien par la Cour de France d’une représentation diplomatique à Danzig ainsi que la tenue d’une correspondance politique spécifique avec ses contacts dans le grand port polonais. L’importance de cette ville pour le commerce français tout au long de l’époque moderne, son rôle vital lors des crises de subsistances que la monarchie française se faisait un devoir de juguler par l’importation des « blés du roi » suffiraient à expliquer ce traitement de faveur accordé à une simple place commerciale. De façon plus discrète, la monarchie française avait également fait de Danzig une des plaques tournantes de son action diplomatique en Europe du Nord : dans la grande ville cosmopolite, les agents français en temps de guerre (notamment au cours de la guerre de Trente Ans) étaient là pour signaler les mouvements de troupes, les événements politiques et dynastiques, l’évolution des négociations ; en temps de paix, sous couvert de protéger les intérêts commerciaux du royaume, ils contribuaient activement aux échanges culturels, renforçant ainsi l’influence française dans le Nord, et surtout à l’information de la cour de France sur ces mondes lointains et mal connus qu’étaient les pays du nord et de l’est de l’Europe. Même si ces pays pouvaient paraître périphériques face aux préoccupations les plus immédiates de la monarchie française, ils avaient à ses yeux une importance certaine78. De ce point de vue, Danzig, observatoire idéal, méritait qu’on veuille mourir pour elle, afin de préserver l’indépendance de ce lieu unique de rencontres, de négociations, d’échanges, et en fin de compte, comme le voulait Sully, un des piliers de la paix en Europe.

Notes

1 Bois J.-P., L’Europe à l’époque moderne. Origines, utopies et réalités de l’idée d’Europe, XVIe-XVIIIe siècle, Paris, Armand Colin, 1999, p. 8.

2 Cieslak E. et Biernat C., History of Gdansk, Gdansk, 1995.

3 Les grands ports hanséatiques, bien que vassaux, soit de l’Empereur, soit du roi de Pologne (cas de Danzig), sont mis dans la correspondance politique de la France sur le même rang diplomatique que les villes-Etats (républiques indépendantes) de Gênes et Venise. A propos de la façon dont la cour de France considère au XVIIe siècle les trois villes hanséatiques allemandes, cf. G. Fink, « Diplomatische Vertretungen der Hanse seit dem 17. Jahrhundert bis zur Auflösung der hanseatischen Gesandtschaft in Berlin 1920 », Hansische Geschichtsblätter 56 (1931), p. 112-155, spécialement p. 117.

4 Cf. Marie-Louise Pelus-Kaplan, « Grand commerce ou grande politique ? Le premier volume de la correspondance politique de la monarchie française avec Danzig (1629-1660) », Polska-Francja-Europa. Studia z dziejow Polski i stosunkow miedzynarodownych (Plogne-France-Europe. Étude de l’histoire de la Pologne et des relations internationales, mélanges Maciej Serwanski), Poznan, 2011, p. 685-704.

5 Cieslak E. et Ruminski J. (éd.), Les rapports des résidents français à Gdansk au XVIIIe siècle, 3 vol., Gdansk, 1964, 1968.

6 Le texte français de l’acte de nomination est publié à la suite de l’article de R. Damus, « Danzigs Beziehungen zu Frankreich », Zeitschrift des Westpreussischen Geschichtsvereins V (1881), p. 52-53. Outre Damus, plusieurs historiens polonais ont souligné l’importance de cet acte, notamment : Komaszynski M., « La Pologne dans les plans économiques de la Cour de France », Studia Historiae Oeconomicae, 1967, 2, p. 103-124, ici p. 106 ; Serwanski M., « Le problème baltique dans les relations politiques franco-polonaises au XVIe et au XVIIe siècles », in La mer Baltique, zone de rencontres et d’affrontements, 1600-1945, Actes du Colloque International, Strasbourg, 1978, p. 18-31, ici p. 23. Cf. Pelus-Kaplan M.-L., « La nomination du premier consul français à Gdansk le 23 avril 1610 : « non événement » ou date historique ? », in Actes des Journées françaises. 400 ans de Consulat de France à Gdansk, avril 2010, à paraître.

7 Richard A., Un diplomate poitevin au XVIe siècle, Charles Danzay, Poitiers, 1910 ; Hauser H., « Un français dans la Baltique au XVIe siècle : Charles de Danzay », in La Pologne et la Baltique. Conférences données à la Bibliothèque polonaise de Paris, Paris, 1931, p. 13-33 ; Serwanski, « Le problème baltique » (op. cit.), p. 20-21.

8 Cloulas Y., Henri II, Paris, Fayard, 1985, p. 172.

9 Postel R., « Ein Cunthor in Frankreich ? Diplomatische und wirtschaftliche Beziehungen zwischen der späten Hanse und Frankreich », in I. Richefort et B. Schmidt (dir.), Les relations entre la France et les villes hanséatiques de Hambourg, Brême et Lübeck, Moyen Âge-XIXe siècle, Bruxelles, Peter Lang, 2006, p. 369-384.

10 Delavaud L., « Les Français dans le Nord », Société normande de géographie, t. XXXIII (1911), p. 31, p. 50-57.

11 Archives de Gdansk, 300, 28/111 : Briefe des französischen Gesandten Charles Danzay an Danzig 1567-1577. Ces documents mériteraient eux aussi une étude !

12 Postel R., op. cit., p. 380.

13 Serwanski M., « Le problème baltique… », op. cit., p. 22. Cf. également Pajewski J., « Le problème historique de la mer Baltique. Une introduction », in La mer Baltique, zone de rencontres…, op. cit., p. 4.

14 Perouse G. A., « Journalisme et roman de chevalerie. Quelques brochures populaires sur l’élection polonaise d’Henri de Valois (1573-1574) », inLavocat F. (dir.), La France et la Pologne. Histoire, mythes, représentations, Lyon, 2000, p. 121. Voir également Pietrzak W. K., « François de Belleforest, l’histoire et la Pologne », inLavocat F., op. cit., p. 143-144.

15 Damus R., « Danzigs Beziehungen… », op. cit. ; Held O., « Die Hanse und Frankreich von der Mitte des 15. Jahrhunderts bis zum Regierungsantritt Karls VIII », Hansische Geschichtsblätter XVIII (1912), p. 121-427 ; Abraham-Thisse S., « La Hanse et la France », in D’Haenens A., L’Europe de la mer du Nord et de la Baltique, Paris, Albin Michel, 1984, p. 229-239 ; Abraham-Thisse S., « Le commerce des Hanséates de la Baltique à Bourgneuf », in L’Europe et l’océan au Moyen Âge. Contribution à l’histoire de la navigation, Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur, Paris, 1988, p. 131-166 ; Abraham-Thisse S., « Calais et les Hanséates au bas Moyen Âge », in S. Curveiller et D. Clauzel (dir.), Les champs relationnels en Europe du Nord et du Nord-Ouest des origines à la fin du Premier Empire, Calais, 1994, p. 110-111 ; Coornaert E., « Les échanges de la France avec l’Allemagne et les pays du Nord au XVIe siècle », Revue d’histoire économique et sociale, XXXV, 1957, p. 241-254. Voir aussi, pour le XVIe siècle, Heckmann D., « Die Wirtschaftsbeziehungen zwischen den Herzögen in Preussen und Frankreich im 16. Jahrhundert », in I. Richefort et B. Schmidt (dir.), Les relations…, op. cit., p. 277-285.

16 Komaszynski M., « La Pologne dans les plans », op. cit., p. 104.

17 Archives du Royaume (Rigsarkivet) à Copenhague, Sundtolregnskabere ; de ces registres a été tirée la monumentale publication des « Tables du Sund » : N. Ellinger-Bang (éd.), Tables de la navigation et du transport des marchandises passant par le Sund, 1497-1660, 3 vol., Copenhague, 1906-1933.

18 Pelus M.-L., « Navigation française et commerce français en Mer Baltique aux XVIe et XVIIe siècles (1562-1715) : l’enseignement des registres originaux du péage du Sund », in A. Lottin, J.-C. Hoquet, S. Lebecq (éd.), Les Hommes et la mer dans l’Europe du Nord-Ouest de l’Antiquité à nos jours, Revue du Nord, numéro spécial, 1986, p. 323-341 ; Pelus M.-L., « Le commerce du Nord et l’économie française dans la seconde moitié du XVIe siècle », in S. Curveiller et D. Clauzel, Les champs relationnels…, op. cit., p. 233-245.

19 Pelus M.-L., « Le commerce du Nord », op. cit., p. 233. À propos de l’histoire de ce commerce français dans le Nord à l’époque moderne, voir notamment Pourchasse P., Le commerce du Nord. Les échanges commerciaux entre la France et l’Europe septentrionale au XVIIIe siècle, Rennes, 2006.

20 52 % des navires français passant le Sund de 1562 à 1600 sont normands, 25 % viennent de la côte picarde ou boulonnaise ; les navires calaisiens remplaceront les Dieppois au 1er rang des navires français au début du XVIIe siècle. Cf. Pelus M.-L., « Le commerce du Nord », op. cit., p. 241.

21 Pelus M.-L., « Navigation française… », op. cit., p. 341.

22 Zeller G., Histoire des Relations Internationales, P. Renouvin (dir.), t. II, Paris, 1953, p. 82.

23 De 1562 à 1581, 102 navires français déclarent venir de Narva, et 198 de Danzig ; de 1582 à 1615 : Danzig est citée 922 fois, Königsberg 120 fois, Riga 61 fois, le Danemark 60 fois, la Suède 26 fois, Narva 4 fois. Pelus M.-L., « Le commerce du Nord… », op. cit., p. 239.

24 Barbiche B., Sully, Paris, Albin Michel, 1978, p. 161 ; c’est Nicolas de Neufville qui co-signe l’acte de nomination de De La Blancque, cf. supra, note 5.

25 Barbiche B., Sully, op. cit., p. 162.

26 Serwanski M., « Le problème baltique », op. cit., p. 23 ; voir également Serwanski M., « La place de la Pologne en Europe sur l’échiquier français au XVIIe siècle », XVIIe Siècle no 190, 1996, vol. 1, p. 117.

27 Damus R., op. cit., p. 43-48. Heinrich Mann évoque dans son roman Henri IV cette grande ambassade hanséatique en France, dans laquelle il voit les prémices de l’idée européenne.

28 Bizière J.-M., « The Baltic Wine Trade 1563-1657 », The Scandinavian Economic History Review, XX (1972), p. 121-132.

29 Pelus M.-L., « Zywnosc i handel francuski na Baltyku w drugiej polowie XVI. Wieku », Przeglad Historyczny, LXXII, 1981, Zesz 4, p. 663-681 ; Pelus-Kaplan M.-L., « Crises de subsistances et “commerce du nord” dans la seconde moitié du XVIe siècle », in M. Balard, J.-C. Hervé, N. Lemaître (dir.), Paris et ses campagnes sous l’Ancien Régime. Mélanges offerts à Jean Jacquart, Paris, Publications de la Sorbonne, 1994, p. 241-250 ; cf. également Brunel G., Les sources de l’histoire de la Pologne et des Polonais dans les archives françaises, Paris, 2003, p. 50-51 (crise frumentaire de 1595-1596).

30 Le profit du consortium des marchands d’Amiens qui achètent des grains à Danzig en 1587 se monte, en dépit des nombreux aléas, à 129 % du capital investi. Cf. Pelus M.-L., « Marchands et échevins d’Amiens dans la seconde moitié du XVIe siècle : crise de subsistances, commerce et profits en 1586-1587 », Revue du Nord, numéro spécial Amiens de jadis et naguère, LXIV, no 252, janvier-mars 1982, p. 51-72.

31 Komaszynski M., « La Pologne dans les plans économiques » (op. cit.), p. 106 ; voir également Komaszynski M., « Les blés polonais sur les marchés de la France féodale », Studia Historiae Oeconomicae, III (1968), p. 63-91. Il semble que De la Blancque, personnage mal connu parce que peu ou pas étudié ait, quelques années déjà avant 1610, joué le rôle de consul officieux à Danzig, d’où sa nomination « pour la longue praticque et expérience quil a des affaires dudit pays » (Damus, op. cit.), p. 52. A propos de l’institution des consulats à l’époque moderne, voir notamment : Ulbert J. et Le Bouëdec G. (dir.), La fonction consulaire à l’époque moderne, Rennes, 2006.

32 Bois J.-P., L’Europe à l’époque moderne, op. cit., p. 186-194 ; les Economies Royales de Sully ont été dictées à 4 secrétaires au cours années 1620-1640 (Sully meurt 1641), mais ce texte eut une élaboration progressive à partir de 1593.

33 O’Connor J.T., « Politique et utopie au début du XVIIe siècle : le Grand Dessein de Henri IV et de Sully », in Sully homme d’Etat et mémorialiste. XVIIe siècle, janvier-mars 1992, no 174, 44e année, p. 34, p. 37-38.

34 Brunel G., Les sources…, op. cit., passim (très nombreuses allusions aux « blés de Danzig » au cours du XVIIe siècle).

35 Archives du MAE, C. P. Dantzig, 1, f° 19 (lettre de Senlis, signée Louis) ; voir également f° 30-31 (lettre de Canasilhes du 1er avril 1637).

36 Voir Bely L., Les relations internationales en Europe, XVIIe-XVIIIe siècles, Paris, PUF, 1992, p. 127, 145, 154-55, 157.

37 Archives du MAE, C. P. Dantzig, 1, f° 19, f° 51, f° 93. Plus tard, dans les années 1656-1657, D’Avaugour est ambassadeur auprès du roi de Suède, mais séjourne fréquemment à Danzig. Cf. Bely L., op. cit., p. 154.

38 Archives du MAE, C. P. Dantzig, 1, f° 26-27 (lettre de Canasilhes à Bouthillier du 25 juin 1637).

39 Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., t. 1, p. xxii. A propos de Jean Formont et de son action en Prusse, cf. Boissonnade P., Histoire des premiers essais de relations économiques directes entre la France et l’Etat prussien pendant le règne de Louis XIV (1643-1715), Paris, s. d., p. 175 sq.

40 Pour Haehl M., Les affaires étrangères au temps de Richelieu. Le secrétariat d’Etat, les agents diplomatiques (1624-1642), Bruxelles, Peter Lang, 2006, les consuls à cette époque « ont un rôle essentiel non seulement en ce qui concerne le commerce, mais aussi dans les relations diplomatiques en général » (p. 301), elle cite d’ailleurs l’action de Canazille, consul de la nation française à Danzig (p. 255). Cf. également Pelus-Kaplan M.-L., « Grand commerce ou grande politique… », art. cit.

41 Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., I, p. xxii-xxv.

42 Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., I, p. 109.

43 Ibid.

44 Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., I, p. 109-112, p. 129.

45 Le résident français signale que d’autres contrées comme la Suède, la Livonie, la Finlande et l’Ingrie, lui préfèrent le sel ibérique (Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., I, p. 127).

46 Pourchasse P., op. cit., p. 101

47 Les rapports des résidents français au XVIIIe siècle mentionnent, entre autres denrées méditerranéennes ou aquitaines, le safran, les prunelles, les raisins frais, les « chorintes » (raisins secs), l’huile, les amandes et les figues de Provence, les écorces d’orange, les prunes, le riz ; ils évoquent également la poix-résine et la térébentine. Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., I, p. 40-41, p. 93-106.

48 À Danzig, les productions viticoles représentent jusque vers 1770 15,6 % de la valeur totale des importations (Pourchasse P., op. cit., p. 104), et plus de 80 % des vins importés dans le port de Gdansk proviennent de France (Pourchasse P., op. cit., p. 44) ; les résidents français mentionnent dans leurs rapports, outre le « vin blanc et rouge » sans autre précision, qui vient du Bordelais, des importations de muscat de Frontignan et de Béziers (Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., I, p. 40, 75-76, 90). Cf. Pelus-Kaplan M.-L., « Gdansk et le rayonnement français en Pologne à l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècles) », in O. Chaline, J. Dumanowski, M. Figeac (dir.), Le rayonnement français en Europe centrale du XVIIe siècle à nos jours, Pessac, 2009, p. 151-162.

49 Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., I, p. 173. L’analyse des lois somptuaires de Danzig montre également que les vins français, considérés comme bon marché, sont servis au personnel subalterne lors des diverses fêtes ou cérémonies familiales. Cf. Kizik E., Die reglementierte Feier. Hochzeiten, Taufen und Begräbnisse in der frühneuzeitlichen Hansestadt, Osnabrück, 2008, p. 122-123, p. 124, p. 194, p. 292-293, p. 303, p. 399.

50 Kowecka E., « A Polish Lord’s Table », in Studies on everyday life, Acta Poloniae Historica, LXXXV, 2002, p. 73-75.

51 Bogucka M., Das alte Danzig, Leipzig, 1980, p. 152.

52 La France a au XVIIIe siècle un quasi-monopole pour l’importation à Danzig des produits coloniaux, particulièrement du café ; entre 1775 et 1791, le café et le thé représentent en valeur de 17,5 à 25,6 % du total des importations françaises à Danzig (Pourchasse P., op. cit., p. 44, p. 110).

53 A Danzig arrivent au XVIIIe siècle des produits de la métallurgie normande (Pourchasse P., op. cit., p. 261).

54 Le rapport du résident Ponsa en 1796 parle des « draps, étoffes de soye, modes, broderies, galons d’or et autres objets manufacturés de notre cru ». Cf. Cieslak E., « Ostatni memorial rezydenta francuskiego w Gdansku z 1796 r. », Zapiski Historyczne XXXVI (1971), Zeszyt 4, p. 123 ; les coiffures appelées « Fontanges » ainsi que les perruques à la française font à partir de la seconde moitié du XVIIe siècle dans la ville de Danzig l’objet des critiques des moralistes qui raillent « Monsieur Alamode », et de discriminations par des lois somptuaires dans les villes hanséatiques, à Danzig notamment (Kizik E., op. cit., p. 200, p. 243, p. 391, p. 394-396, p. 415). Il n’est pas dit toutefois que toutes ces coiffures venaient de France, il s’agissait sans doute plutôt de fabrications locales inspirées de la mode française. Notons aussi que les articles de luxe français arrivaient beaucoup par voie de terre, via Francfort/Main et Leipzig. Cf. Jeannin P., « Les marchés du Nord dans le commerce français du XVIIIe siècle », in P. Jeannin, Marchands d’Europe. Pratiques et savoirs à l’époque moderne, Paris, 2002, p. 113-114.

55 Danzig est une des principales sources d’approvisionnement en bois du nord pour le marché français (Pourchasse P., op. cit., p. 117).

56 Pourchasse P., op. cit., p. 44.

57 Rapport de Ponsa en 1796 : Cieslak E., « Ostatni Memorial… », op. cit., p. 122-131.

58 Pourchasse P., op. cit., p. 44.

59 Pourchasse P., op. cit., p. 44.

60 Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., I, p. 49, p. 77-79. Au XVIIIe siècle, 38,4 % des importations françaises venant de Danzig et 55,6 % des exportations françaises vers Danzig se font sur des navires polonais (danzigois en l’occurrence), et respectivement 45 % et 32 % sur des navires hollandais (Pourchasse P., op. cit., p. 44).

61 Pourchasse P., op. cit., p. 201 ; Olenska A., « Im Herzen des südlichen Ostseeraums : Danzig als Kunstzentrum und Vermittler fremder Einflüsse in Polen im Zeitalter des Barock », in M. Krieger et M. North (éd.), Land und Meer. Kultureller Austausch zwischen Westeuropa und dem Ostseeraum in der frühen Neuzeit, Köln, 2004, p. 94 ; les Matthy sont devenus bourgeois de la ville de Danzig.

62 Olenska A., op. cit., p. 95.

63 Manikowska E., « Der Erwerb von Kunst und Luxusgütern für Stanislaw August Poniatowski und das Danziger Netzwerk », in Krieger et North (éd.), Land und Meer…, op. cit., p. 111.

64 Pourchasse P., op. cit., p. 201.

65 Pourchasse P., op. cit., p. 117.

66 Pourchasse P., op. cit., p. 117, p. 201, p. 237.

67 Olenska A., op. cit., p. 94, 95.

68 « Celle (la colonie) que nous y avons originairement s’est naturalisée, et fondue depuis longtemps dans la masse des citoyens », écrit Ponsa en 1796 (Cieslak E., « Ostatni… », op. cit., p. 124) ; Cf. également Bogucka M., op. cit., p. 234.

69 Penners-Ellwart H., Die Danziger Bürgerschaft nach Herkunft und Beruf, 1536-1709, Diss., Marburg an der Lahn, 1954 (ex. dactylographié, Bibliothèque de l’Académie des Sciences de Gdansk), p. 159-163, pense que la place des Français, parmi les nombreux étrangers présents dans la ville, est très faible. Elle recense seulement 42 nouveaux bourgeois d’origine française, soit moins de 1 % des nouveaux bourgeois. Toutefois la présence française ne saurait se limiter aux nouveaux bourgeois ; la plupart des Français présents à Danzig y ont probablement résidé de façon temporaire, de quelques mois à quelques années, avant d’en repartir ; ils font partie des très nombreux « résidents » ou « manants » de la ville, sur lesquels on ne sait en fait pas grand-chose.

70 Rostworowski E., « La France de Louis XV et la Pologne. Politique, langue, livres », Acta Poloniae Historica, XXII, 1970, p. 78 ; en 1711, « une française » est couchée sur le testament de la veuve du bourgmestre Heinrich Schwarzwald (Bogucka M., op. cit., p. 129).

71 Bogucka M., op. cit., p. 174.

72 Les rapports des résidents français évoquent occasionnellement ces Français de passage à Danzig, soit qu’ils se soient rendus coupables d’écarts de conduite notoires, soit qu’ils fassent partie des contingents d’ouvriers spécialisés attirés par les rois de Prusse ou les tsars, en route vers Königsberg ou vers Saint Petersbourg (Cieslak E. et Ruminski J., op. cit., I, p. 67, p. 93, p. 107, II p. 181).

73 Schnakenbourg E., La France, le Nord et l’Europe au début du XVIIIe siècle, Paris, 2008, p. 77.

74 Schnakenbourg E., op. cit., p. 81, p. 260 ; Besenval a notament soutenu les efforts des Wettin, les rois d’origine saxonne, pour le renforcement du pouvoir royal en Pologne et l’évolution vers une monarchie héréditaire. Cf. Gierowski J., « La France et les tendances absolutistes du roi de Pologne Auguste II », in Acta Poloniae Historica, XVII (1968), p. 57-58, p. 66-67.

75 Olenska A., op. cit., p. 96.

76 Manikowska E., op. cit., p. 110-111.

77 Rostworowski, op. cit., p. 74-75 ; Gierowski, op. cit.

78 Schnakenbourg E., « Les tentatives de médiations françaises dans les conflits suédo-polonais du XVIIe siècle : une diplomatie de la périphérie ? », in E. Schnakenbourg et Dessberg F. (dir.), La France face aux crises et aux conflits des périphéries européennes et atlantiques du XVIIe au XXe siècle, Rennes, 2010, p. 15-30.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search