Version classiqueVersion mobile

Expériences de la guerre, pratiques de la paix

 | 
Guy Saupin
, 
Éric Schnakenbourg

Première partie. L’art de la guerre

Les armées britanniques contre les Cipayes

Jacques Weber

Texte intégral

1On considère généralement que la première victoire d’un peuple de couleur sur une armée européenne est celle du Japon sur la Russie en 1905. Certes, la Russie a perdu une guerre, alors que les Britanniques, qui ont été confrontés à de nombreux adversaires en Asie et en Afrique, ont toujours eu le dernier mot. Pourtant, l’histoire militaire impériale britannique est émaillée de défaites, pour ne pas dire de déroutes. Citons les difficultés face aux Ashanti de la Gold Coast durant tout le XIXe siècle, les lourdes pertes subies par les troupes de Chelmsford face aux Zulu en janvier 1879, la chute de Khartoum et la mort de Gordon, tué par les Mahdistes, le 26 janvier 1885. Et bien sûr, les désastres initiaux de la révolte des Cipayes. Ces défaites face à des armées indigènes réputées inférieures sont révélatrices de certaines carences du commandement et des troupes britanniques engagées sur des théâtres lointains et finalement sauvées par le potentiel économique et les ressources humaines de l’Empire. Ce sera le cas en 1901-1902, dans le cadre de la guerre des Boers, remportée difficilement contre des colons d’origine européenne, il est vrai, comme ce fut le cas en 1858 contre les Cipayes indiens.

« Saint-Barthélémy en Orient1 » : les défaites d’Albion

« La tyrannie des infidèles et perfides Anglais »

  • 2 Delhi Gazette, le 29 septembre 1857, citée par André Dommergues, Le Commonwealth Histoire et civil (...)

2les causes de cette « grande mutinerie » (Great Mutiny) sont diverses. Les historiens marxistes et les nationalistes indiens invoquent le pillage, le drain, de l’East India Company (EIC) et l’exploitation des richesses du sous-continent au profit de l’industrie et du grand négoce britannique. L’exemple le plus frappant est l’exportation vers Liverpool du coton brut, manufacturé dans les filatures mécaniques du Lancashire et réexporté à Bombay ou Calcutta sous forme de produits finis, dont les quantités et les bas coûts de revient provoquent la ruine de l’artisanat indien. Dans le Manifeste qu’il adresse à la population au début de la révolte des Cipayes, l’empereur moghol, Bahadur Shah, dénonce la politique des Anglais qui, en introduisant massivement leurs productions, « ont privé d’emplois les tisserands, les travailleurs de la confection, les charpentiers, les forgerons, les cordonniers, […] si bien que toutes les catégories d’artisans indiens ont été réduites à la mendicité ». « Il est bien connu de tous, ajoute-t-il, qu’en ce temps les peuples de l’Hindoustan, hindous comme musulmans, sont ruinés sous la tyrannie et l’oppression des infidèles et perfides Anglais2. »

  • 3 To lapse : expirer, devenir caduc.

3Les défaites infligées aux dernières puissances indiennes, les Marathes hindous soumis en 1818, les Sikhs, dont le royaume du Pendjab est annexé en 1849, six ans après le Sind, sont durement ressenties par les élites, parmi lesquelles l’application de la doctrine du lapse3 suscite une sourde colère. Contrairement aux usages indiens, qui permettent à un souverain sans héritier d’adopter un fils, le gouverneur général Dalhousie (1848-1856) décide que les territoires d’un rajah qui n’a pas de descendance seront annexés à ceux de la Compagnie. C’est bientôt le cas des principautés de Satara (1848), Jhansi (1853) et Nagpur (1854). L’annexion du puissant royaume chiite d’Oudh en 1856 peut être considérée comme une cause majeure des événements de l’année suivante.

  • 4 C’est ce mot sanskrit que les hindous utilisent pour désigner leur religion. Dharma signifie litté (...)
  • 5 Terme soit dérivé de « franc », soit signifiant « mangeur de poule », qui désigne avec mépris les (...)

4Sachant que les Indiens sont réfractaires aux innovations, que toute infraction au dharma4, que la moindre ingérence d’un firingi5 dans leurs affaires de culte et de castes peuvent provoquer les pires désordres et nuire au commerce, les marchands de l’EIC se sont longtemps opposés à la présence des missionnaires. Ils doivent céder en 1813 sous la pression des milieux anglicans. Alors que le courant « orientaliste » a jusque-là affiché son admiration pour la civilisation indienne, les « anglicistes », missionnaires en tête, lancent une campagne de dénigrement de l’hindouisme, présenté comme un fatras de superstitions, et poussent aux réformes. Suivant les recommandations d’une circulaire du 2 février 1835 de Macaulay, le gouverneur général Bentinck (1828-1835) décide que le budget de l’enseignement sera consacré exclusivement à l’anglais et aux sciences occidentales. Le fossé creusé entre l’EIC et la population par la politique « angliciste » est élargi par la décision de remplacer le persan par l’anglais dans l’administration et les tribunaux.

  • 6 Cité par Diesbach Gh. de, Richard Burton, Paris, PUF, collection « Figures et Plumes », 2009, p. 3 (...)

5D’autres décisions de Bentinck accentuent le malaise, comme l’abolition de la satî, le sacrifice de l’épouse sur le bûcher de son défunt époux, et l’autorisation du remariage des veuves. Plus que l’éradication de pratiques que beaucoup d’hindous condamnent, c’est l’immixtion des firingi dans les affaires religieuses du pays qui inquiète. On les soupçonne de vouloir insensiblement affaiblir l’hindouisme au profit du christianisme. Les propos de l’un des directeurs de l’EIC, Mangles, en 1857, renforcent ces craintes : la Providence, déclare-t-il, a chargé l’Angleterre de planter « la bannière du Christ d’un bout de l’Inde à l’autre ». Dans son discours du 27 juillet 1857, Disraeli déclarera que le mépris des institutions, des traditions et des hiérarchies est la cause de la révolte des Cipayes. En réalité, quelques Britanniques lucides prévoyaient un drame depuis des années. Parmi eux, le grand explorateur Richard Burton qui, dès 1851, annonce une « Saint-Barthélémy en Orient ». Les Britanniques, diagnostique-t-il, ne se maintiennent que grâce aux divisions des Indiens : « Chacun sait que si les peuples de l’Inde pouvaient s’entendre, ne serait-ce que pour une seule journée, nous serions chassés de leur pays comme poussière devant une trombe6. »

Un statut menacé

6Même si elle a immédiatement gagné diverses couches de la population, la révolte est d’abord une mutinerie, The Great Mutiny. Jusqu’au début des années 1840, les Cipayes sont les enfants chéris de l’EIC, admirés par l’ensemble de la société. Le métier des armes ayant toujours été considéré comme honorable en Inde, l’armée du Bengale, la plus importante, est pour plus des deux tiers composée de Rajput, guerriers aux vertus héréditaires, et de Brahmanes, ce qui peut a priori surprendre, mais, gardiens du dharma, ils ont pour devoir de le défendre, au besoin en recourant à la violence, qui, dans ce cas, est légitime. Longtemps assurés de la victoire, grâce à la discipline que leur inculquent les Britanniques et à la supériorité de leur artillerie, les Cipayes se couvrent de gloire à la moindre bataille et jouissent d’un prestige considérable dans la société. Ils touchent une solde appréciable de 8 à 9 roupies par mois, peuvent demander une pension de retraite au terme de quinze années de service et, surtout, ont peu à peu fait accepter par leurs officiers que les recrutements s’effectuent en priorité dans leurs familles, si bien que la fonction est pratiquement devenue héréditaire.

7L’hiver 1841-1842, marqué par la débâcle en Afghanistan, constitue un tournant. C’est une humiliation pour les Cipayes, la première, et une remise en cause de l’infaillibilité de leurs officiers européens. L’annexion du Sind, une victoire pourtant en 1843, élargit le fossé : considérant que les bouches de l’Indus ne sont plus une terre étrangère, le gouvernement général leur refuse le batta, le complément de solde qui leur était jusque-là versé pour toute expédition hors des limites des Indes britanniques. La même vexation leur est infligée après la conquête du Pendjab. À cela s’ajoutent de petites avanies, comme la fin de la franchise postale et le recours à eux pour de simples opérations de police, l’escorte des transferts de fonds par exemple, tâches qu’ils considèrent indignes des combattants qu’ils sont. D’une façon générale, les vieux Cipayes, qui ont longtemps joui de l’estime de leurs supérieurs, ressentent péniblement l’arrogance des jeunes officiers frais émoulus des écoles militaires britanniques et imbus de la supériorité de leur race.

  • 7 McCearney J., La Révolte des Cipayes. Empire des Indes. 1857, Paris, Jean Picollec, 1999, p. 83.

8Le malaise est accru par le recrutement de Gurkhas du Népal et de Sikhs du Pendjab, qui menace le monopole des Brahmanes et des Rajput, et encore plus par un projet aussi fantaisiste que provocateur du général Hearsey, visant à constituer en Inde une armée chrétienne avec des soldats recrutés au Proche-Orient et en Amérique latine7. Plus graves, aux yeux des Cipayes, que les atteintes à leurs avantages matériels et à leur prestige de soldats, sont les menaces qui pèsent sur leur pureté rituelle, sur leur statut social et sur le dharma.

« Une misérable histoire de cartouches8 »

  • 8 « A miserable story of the cartridge », The Times, 1er juillet 1857, p. 9.
  • 9 Les officiers des armées de l’EIC ont oublié un précédent douloureux. En 1824, un régiment du Beng (...)

9Dans l’armée du Bengale, court le bruit que les Anglais veulent faire perdre leur caste aux Cipayes afin de les convertir. Ainsi, pour les souiller irrémédiablement et en faire des hors-castes, de la poudre d’os et de la graisse animale seraient mêlées à la farine, au sel et au sucre. Plusieurs décisions prises par le haut commandement en 1856 donnent du poids à la rumeur, à commencer par le General Service Order, qui oblige toute nouvelle recrue à s’engager à servir outre-mer, le cas échéant. Pour les régiments du Bengale, c’est la dénonciation unilatérale d’un privilège primordial. Un hindou ne peut en effet s’aventurer sur les kala pani, les « eaux noires », sans encourir la pire des sanctions : l’exclusion de la caste frappe ceux qui enfreignent cet interdit sur les voyages en mer9.

  • 10 Cette bataille marque le début de la mainmise britannique sur le Bengale, puis sur l’ensemble des (...)

10Finalement, la substitution du fusil Enfield à tir rapide au vieux Brown Bess n’est que le détonateur d’une situation explosive depuis des années. L’emballage des cartouches de la nouvelle arme doit être déchiré avec les dents. Or, elles sont enduites de graisse de bœuf ou de porc, matière impure pour les hindous et les musulmans. Le général Hearsey perçoit d’emblée la difficulté et propose en janvier 1857 que la graisse animale soit remplacée par de l’huile végétale et de la cire d’abeille. Il est trop tard, le doute et la colère s’étant emparés des Cipayes. Une prophétie selon laquelle les Britanniques seront chassés des Indes cent ans après la victoire de Clive à Plassey10, c’est-à-dire en 1857, ajoute à l’exaltation générale.

11En janvier 1857, les Cipayes de Dumdum, près de Calcutta, refusent les cartouches. L’agitation s’étend au cantonnement de Barrackpore [Barrackpur], où le 19e régiment de Native Infantry refuse un exercice de tir avec les nouveaux fusils. Le 29 mars, le Cipaye Mangal Pande blesse le lieutenant Baugh et le sergent Hewson et tente de soulever le régiment. Il échoue et est pendu le 8 avril. Le 19e régiment est dissous et dépose les armes, « la vieille terreur instinctive des Européens ne s’étant pas évaporée », selon The Times du 9 avril, dont les rédacteurs ne savent pas alors à quel point ils se trompent. La condamnation à de lourdes peines de prison de 85 Cipayes de Meerut, qui ont refusé l’usage du fusil Enfield, provoque le soulèvement. De Meerut, où il commence le 10 mai 1857, il gagne Delhi, la capitale des Moghols. L’empereur Bahadur Shah appelle à la « guerre sainte » et intime aux « pandits » et aux « fakirs » l’ordre d’en prendre la direction.

« Our house is on fire11 »

  • 11 Illustrated London News, 4 juillet 1857, cité par Robinson J., Angels of Albion. Women of the Indi (...)
  • 12 Titre des Premiers ministres marathes, qui détenaient l’essentiel des pouvoirs avant leur soumissi (...)

12Dès le début, les Cipayes rendent le soulèvement irréversible en massacrant des Européens. Des principautés rejoignent la révolte, notamment celles dont le souverain a été dépossédé : la rani de Jhansi, Lakshmibhai, deviendra le symbole du mouvement. Nana Sahib, fils adoptif du peshwa12 marathe Baji Rao II, à qui l’EIC refuse la pension dont bénéficiait son père, est une autre grande figure de la révolte, ainsi d’ailleurs que le commandant en chef de ses troupes, Tantia Topi.

13L’insurrection s’étend à la région de Delhi et à la plaine du Gange, le Bengale excepté. L’Oudh, où Nana Sahib s’est proclamé peshwa, en est le cœur. Début juin 1857, les Britanniques ne tiennent plus que trois points entre Delhi et Bénarès : Agra, Cawnpore [Kânpur] et Lucknow. Le 27, le général Wheeler capitule à Cawnpore. Contrairement à la promesse de Nana Sahib, les Britanniques, hommes, femmes et enfants, sont massacrés. Au même moment, des centaines de militaires et de civils commandés par Henry Lawrence, sont également assiégés dans la résidence de Lucknow.

Figure 1. – Lakshmibhai vers 1850.

  • 13 Nana Sahib quittant Lucknow avec son escorte pour rejoindre les insurgés venant du Malwa, gravure (...)

Figure 2. – Nana Sahib quittant Lucknow13.

14Les premières réactions se soldent par des échecs : le 11 juin, la colonne de Neil, venue de Madras, prend Allahabad, mais elle est ensuite arrêtée devant Delhi par 40 000 cipayes. Le général Havelock, parti d’Allahabad, le 7 juillet, entre à Lucknow, le 25 septembre, mais il y est aussitôt pris au piège. À cette date, toute la plaine du Gange est aux mains des Cipayes, à l’exception du Bengale et du Pendjab.

« L’armée du Bengale a cessé d’exister14 » Les faiblesses militaires des Britanniques

Cinq contre un

  • 15 The Times, 30 décembre 1857.

15Alors que les domaines de l’EIC ne cessent de s’étendre, les effectifs chargés de leur défense tombent de 282 236 hommes en 185415 à 266 169 en 1857, en raison notamment du prélèvement de contingents pour la Crimée. Plus grave, l’armée des Indes ne compte que 39 751 Européens contre 226 418 Cipayes.

  • 16 D’après T. A. Heathcote, The Indian Army. The Garrison of British Imperial India, 1822-1922, Londr (...)

Tableau 1. – Structure et effectifs de l’armée des Indes en 185716.

  • 17 McCearney J., La Révolte, op. cit., p. 73.

16De plus, quand l’insurrection commence, la plupart des Européens sont mobilisés dans les territoires récemment conquis ou hors des Indes : sur vingt-six régiments de l’armée royale, neuf sont au Pendjab, trois en Birmanie, et trois en Perse. Trois autres enfin sont au repos dans l’Himalaya17. Le fait est qu’entre Lucknow et Calcutta, les garnisons ne sont peuplées que de Cipayes.

  • 18 Edwardes M., Red Year. The Indian Rebellion of 1857, London, Hamilton, 1973, p. 97.
  • 19 Propriétaires fonciers. Les taluqdar forment l’aristocratie terrienne de l’Oudh.
  • 20 Stokes E., The Peasant armed. The Indian Revolt of 1857, Oxford, Clarendon Press, New York, Oxford (...)

17La supériorité numérique appartient incontestablement aux Cipayes. Certes, une partie de ces troupes indiennes restera loyale, mais en sens inverse les insurgés reçoivent le renfort des armées de plusieurs États princiers. Nana Sahib dispose de quelques milliers d’hommes dans son petit royaume de Bithor [Bithur], non loin de Cawnpore. L’Oudh est, selon William Sleeman, le vainqueur des Thugs, « la grande nurserie des Cipayes18 ». Ce que confirme Disraeli qui précise, le 27 juillet 1857, qu’avant son annexion, le nabab disposait de 70 000 soldats. Ils sont désormais prêts à rejoindre la révolte aux côtés des taluqdar19 spoliés par les Britanniques et de leur paysannerie accablée d’impôts. Dans cet État, c’est la population dans son ensemble, propriétaires et journaliers, hindous et musulmans, qui se soulèvent contre le Raj de la Compagnie20.

Britanniques et Britanniques

18Deux armées britanniques sont présentes en Inde, et non pas une seule, l’armée royale qui ne compte dans ses rangs que des Européens, et l’armée de l’East India Company, commandée par des officiers britanniques, mais composée principalement de soldats indiens. En 1857, l’armée royale compte quatre régiments de cavalerie et vingt-deux régiments d’infanterie, soit environ trente mille hommes. Celle de l’EIC dispose de 8 438 Européens contre 226 418 Cipayes.

  • 21 McCearney J., La Révolte, op. cit., p. 72.
  • 22 Ibid., p. 71.

19L’armée royale appartient à l’aristocratie. Les grades ne s’y acquièrent pas au mérite, mais s’achètent, comme d’ailleurs les promotions. Les officiers sont des hommes bien nés et fort aisés, mais rarement compétents. Le commandant supérieur, le général George Anson « est l’un des meilleurs joueurs de carte du monde21 », mais pas le meilleur spécialiste des cartes d’état-major. Ces aristocrates n’ont que mépris, non seulement pour leurs troupes, qui, même lorsqu’elles sont issues des bas-fonds de Londres, donnent de bons soldats, mais également pour les officiers de l’armée de la Compagnie, des bourgeois généralement, qui n’ont pas les moyens de s’acheter un grade dans l’armée royale. Anson, toujours lui, qui, comme ceux de sa caste, vit dans un cantonnement à l’écart, dit qu’il ne peut « voir un officier de la Compagnie sans sentir un frisson d’horreur22 ». Le règlement le conforte dans ses préjugés, qui, à grade égal, accorde systématiquement la décision à l’officier de la Couronne, même s’il est plus jeune. On imagine ce qu’une telle dualité engendre de susceptibilités froissées, de jalousies mesquines et de rancœurs.

Des vieillards et des médiocres

  • 23 Hibbert C., The Great Mutiny. India, 1857, New York, Londres […], Penguin Books, 1980, p. 121.

20Les officiers de la Compagnie ne sont pas plus brillants que leurs rivaux de la Couronne. L’avancement étant très lent, le haut commandement revient souvent à des vieillards. À Cawnpore, Wheeler, âgé de soixante-quinze ans, refuse de croire que les Cipayes se sont soulevés contre la formidable puissance britannique, et par conséquent de fortifier la ville dont il a le commandement. Lorsqu’il admet enfin la réalité, c’est à Nana Sahib qu’il demande de l’aide. Le général Hewitt, qui commande Meerut, a 67 ans et est perclus de rhumatismes. Selon le général Wilson, il ne pense qu’à « préserver sa vieille carcasse de la douleur23 ». À Dinapur, au Bihâr, le général Lloyd, un septuagénaire qui souffre de la goutte, fait désarmer par erreur le 40e régiment, resté loyal, et le pousse à rejoindre les mutins. À en croire le général Napier, qui livre son opinion sur la mutinerie dans les colonnes du Times du 24 juillet, les jeunes ne vaudraient guère mieux, qui se soucieraient surtout de « boire du champagne et d’éviter le soleil ». Le fait est qu’ils ignorent généralement la langue et les mœurs du pays et méprisent ses habitants.

  • 24 « To the Editor of The Times », lettre de T. W. H., d’après le Bengal Quarterly Army List, in The (...)

21La solde étant médiocre, inférieure aux salaires attachés aux emplois civils, les meilleurs de ces officiers abandonnent leur régiment pour s’employer dans les bureaux de la Compagnie. Le 1er octobre 1857, The Times évalue à 1 215, soit environ le cinquième, le nombre des officiers de la seule armée du Bengale absents pour raisons médicales, mais plus encore parce qu’ils ont obtenu une affectation sur un emploi administratif24. L’armée de la Compagnie se trouve ainsi privée de ses meilleurs éléments.

  • 25 Rotton J.E.W., The Chaplain’s Narrative of the Siege of Delhi from the Outbreak at Meerut to the Ca (...)

22Les preuves d’incompétence politique et militaire ne manquent pas. Devant la Chambre des Lords, Ellenborough, qui fut gouverneur général de 1842 à 1844, reproche aux autorités militaires, de n’avoir rien fait pour tuer la mutinerie de Meerut dans l’œuf et l’empêcher de s’étendre à Delhi. Le chapelain de Delhi confirme l’incurie du commandement le 10 mai : « En vérité, nos autorités militaires étaient paralysées. Personne ne savait ce qu’il fallait faire et par voie de conséquence rien ne fut fait25. »

23C’est surtout avant le 10 mai que l’état-major britannique, qu’il soit royal ou de la Compagnie, a failli. En multipliant les vexations, en froissant les croyances, en méprisant toute une civilisation du haut de leur arrogance aristocratique, un Anson, qui refuse de céder aux « préjugés stupides » des hindous à propos des cartouches, un Wheeler, qui tente d’évangéliser ses troupes, sèment le vent qui les emportera. En faisant défiler devant leurs camarades, jambes entravées comme des criminels, les soldats qui ont refusé l’exercice de tir, Hewitt humilie toute une armée et des castes entières. Cette triste parade précède de quelques heures le soulèvement du 10 mai.

Figure 3. – Les coûteux jouets de M. Bull.
Le premier gandin de la Garde : « Sale boulot en Inde. »
Le second : « Oui. Comme la vie militaire peut être pénible ! »
Punch Magazine, 31 octobre 1857.

Figure 4. – Ordre de défiler en grande tenue. La pénitence de Panmure.
Punch Magazine, 8 août 1857. Le baron Panmure n’est autre que Lord Dalhousie, gouverneur général des Indes de 1848 à 1856. Il s’était opposé à l’adaptation de l’uniforme à la chaleur indienne.

  • 26 La réalisation d’un réseau ferroviaire à l’échelle du sous-continent a été décidée en 1851. En 185 (...)

24Les officiers des deux armées ne sont pas les seuls responsables. Les politiques ont affiché la même confiance dans la supériorité de leur pays sur ces populations arriérées. En 1856, le Parlement a refusé d’admettre la nécessité d’augmenter les effectifs européens. Des considérations budgétaires ont retardé la réalisation des lignes de Calcutta et Bombay à Delhi26, qui auraient permis l’acheminement de renforts. Dans son édition du 27 juillet, le Times dénonce ces économies de bouts de chandelles qui se paient au centuple : « Nous voyons maintenant le résultat de toutes ces économies. Nous avons sur les bras une guerre civile qui peut nous coûter des millions et compromettre pour des années le progrès de l’Asie. »

  • 27 Le 10 juillet 1806, 169 Européens payèrent de leur vie une décision inconsidérée contraignant les (...)
  • 28 The Times, 8 juin 1857.

25Tous les Britanniques sont en réalité responsables d’un excès de confiance. Cinquante ans après, ils ont oublié le massacre à Vellore27, dans la Présidence de Madras. Ils se sont enfoncés dans la routine, trop sûrs de la supériorité de leurs armes et de la fidélité de leurs troupes après les victoires sur les Marathes et les Sikhs. « Une quiétude morne et déprimante s’est abattue sur la vie en Inde, celle des civils comme des militaires. […] De l’Afghanistan à l’Irrawaddy, nul prince, nul peuple n’ose s’opposer à notre puissance28. »

26Si la presse britannique, le Times en tête, soutient avec chauvinisme le combat de ses armées pour la « civilisation », quelques organes, comme Punch, dérogent parfois à la règle en dénonçant l’incurie du commandement et des autorités politiques.

« Le feu doit être éteint à tout prix »

Un nouvel état-major

27S’il fallait choisir une date pour marquer le renversement de situation, ce pourrait être le 13 août 1857, date de l’arrivée à Calcutta de Colin Campbell, choisi par Palmerston pour succéder à George Anson, terrassé par le choléra à la fin du mois de mai. Le Premier ministre a été sensible aux critiques que l’opinion a adressées à des généraux âgés et incompétents. Certes, Campbell, né en 1792, n’est pas de première jeunesse. Il vient d’ailleurs de faire valoir ses droits à la retraite.

28Fils d’un menuisier écossais, issu d’un milieu modeste, Campbell s’est illustré pendant les guerres napoléoniennes, à Vittoria notamment. Il a atteint le grade de capitaine sans bourse délier, uniquement grâce à ses mérites. Il constitue donc une exception dans le monde militaire britannique. Du Canada à la Chine, il a confirmé ses brillantes aptitudes, notamment contre les Sikhs entre 1846 et 1849, et en dernier lieu, sous les murs de Sébastopol, à la bataille de l’Alma et à Balaklava. Lui qui a refusé de prendre la tête du corps expéditionnaire de Chine, part pour Marseille quelques heures seulement après que le commandement supérieur en Inde lui a été proposé. L’opinion britannique, qui le considère comme le meilleur de ses généraux, applaudit sa nomination à la tête des armées qui doivent rétablir l’ordre en Inde et y laver l’honneur national.

29Campbell ne déçoit pas ceux qui ont placé leur confiance en lui. L’une de ses idées maîtresses est que toute défaite britannique invite les indécis à rejoindre la rébellion, alors qu’en sens inverse toute affirmation de la puissance britannique est suivie de ralliements. Bien que la situation des assiégés soit dramatique, il attend les arrivées de renforts à Calcutta avant de passer à l’action. Sa prudence foncière n’exclut pas l’audace quand la situation l’exige. Ce sera le cas à Lucknow, où, grâce à sa parfaite connaissance des mentalités indiennes, il saura créer l’effet de surprise qui lui permettra de dégager la résidence.

Renforts indiens

  • 29 Traduction in James McCearney, La Révolte des Cipayes, op. cit., p. 203.

30L’EIC n’a jamais perdu le soutien des riches négociants et banquiers indiens attachés à la Pax Britannica et dont les affaires souffrent des désordres. Des maharadjahs hindous et des nababs musulmans sont dès le début de la Révolte à ses côtés. C’est le cas du puissant nizam d’Hyderabad et des marathes Holkhar d’Indore et Sindhia, le radjah de Gwalior. Holkhar contrôle la route reliant la plaine du Gange à Bombay, Sindhia est à la tête de 25 000 hommes. Les ralliements se multiplieront au fur et à mesure de la reprise en main. Quelques semaines après la reconquête de Delhi, en octobre, le nabab de Farrukhabad qui, quelques mois plus tôt, a ordonné le massacre de civils, demande au prince de Rampur, allié fidèle des Britanniques, d’intercéder en sa faveur. À l’en croire, il n’aurait jamais été que l’otage des mutins : « Je suis entre les mains des Cipayes, qui sont des brutes sans éducation. […] Je crains pour ma vie et mon honneur. […] Les rebelles sont comme une épine dans ma chair, mais je n’ai pas les moyens de m’en défaire […] J’attends l’aide du gouvernement britannique29. »

  • 30 The Times, 31 août 1857, p. 9, cité par Mathilde Rault, La Révolte des Cipayes, op. cit., p. 93.
  • 31 Lettre au rédacteur en chef du Times de A. de Kantzow, The Times, 26 août 1857, p. 7, cité par Mat (...)
  • 32 Lettre d’« un soldat » au rédacteur en chef du Times, The Times, 19 décembre 1857, p. 12, cité par (...)

31Par ailleurs, les Britanniques élargissent le recrutement, suivant la politique d’Henry Lawrence au Pendjab. Ils font appel à ceux que l’on désignera bientôt comme étant « les races guerrières », les Sikhs, les Gurkhas et les Pachtounes. Les premiers sont « solides comme l’acier […], zélés et pressés d’en découdre avec les Cipayes, avec lesquels ils entretiennent un sentiment national d’animosité30 ». Quant aux Gurkhas, ils se conduisent « comme des Anglais31 ». Enfin, les musulmans d’au-delà de l’Indus « ont moins de préjugés, sont moins fanatiques que leurs frères de l’Hindoustan et nous sont moins hostiles ». Les Afghans sont « des hommes magnifiques, disciplinés et extrêmement braves32 ».

La puissance de l’Empire

  • 33 Des renforts sont également débarqués à Bombay. Le Cap envoie 2 250 hommes, ce qui déçoit d’ailleu (...)

32Dans cette guerre, comme dans d’autres qui suivront, notamment la guerre des Boers, la force de la Grande-Bretagne est non pas tant de pouvoir mobiliser d’importants effectifs que d’être capable de les acheminer rapidement sur le théâtre des opérations. 29 bateaux appareillent en juillet et 28 en août, dont 17 steamers, selon le Times du 1er septembre. Avant la fin de 1857, 45 000 hommes sont transportés aux Indes depuis la Grande-Bretagne et les diverses parties de l’Empire. Entre le 19 mars et le 8 novembre 1857, 19 388 officiers et soldats débarquent à Calcutta33.

Provenances

Officiers

Soldats

Totaux

Pourcentage

Madras

47

1 635

1 682

8,67 %

Bombay

48

1 370

1 418

7,31 %

Birmanie

70

1 921

1 991

10,27 %

Ceylan

33

930

963

4,96 %

Maurice

28

825

853

4,40 %

Chine

55

1 144

1 199

6,18 %

Le Cap

8

200

208

1,07 %

Grande-Bretagne

430

10 644

11 074

57,11 %

Totaux

719

18 669

19 388

100

  • 34 The Times, 15 décembre 1857, p. 8, cité par Mathilde Rault, La Révolte des Cipayes, op. cit., p. 1 (...)

Tableau 2. – Effectifs débarqués à Calcutta entre le 19 mars et le 8 novembre 185734.

« Contrebalancer la religion par la religion »

  • 35 Cave-Brown J., The Punjab and Delhi in 1857. Being a Narrative of the Massacres by which the Punja (...)

33D’autres facteurs ont joué, et notamment les divisions des insurgés. Hindous et musulmans ne poursuivent pas les mêmes objectifs, les premiers ne pouvant envisager la restauration de l’Empire moghol sur les décombres de l’Empire britannique. Les autorités européennes savent jouer de ces rivalités ancestrales et au besoin les exciter. Le révérend John Cave-Brown préconise l’application du Divide and Rule au Pendjab : « Dans une population telle que celle d’Amritsar, les feux de l’animosité religieuse couvaient en permanence. La bonne politique face à une telle crise était de les empêcher de s’éteindre entièrement. Notre sécurité réside dans leurs rivalités jalouses. » Il est du devoir des autorités dans un tel contexte « de contrebalancer la race par la race et la religion par la religion35 ».

  • 36 Dans une même région, les attitudes ont été fort variables. Seule la population de l’Oudh semble a (...)

34Ces divisions, qui ont facilité la reprise en main, ne permettent pas de qualifier la révolte des Cipayes de guerre nationale d’indépendance, comme l’ont fait des hommes politiques et des historiens indiens, au premier rang desquels le leader nationaliste hindou V. D. Savarkar, auteur en 1907 d’un ouvrage au titre significatif, The Indian War of Independence of 185736. Il convient d’ajouter à ce sujet, que la mutinerie, circonscrite à la partie centrale de la plaine du Gange, n’a jamais revêtu un caractère panindien, ce qui a également permis la reconquête. Elle s’effectue à partir de Bombay, Madras et Calcutta, que les insurgés n’ont jamais pu approcher.

« L’Inde est à nous37 »

  • 37 « We may say as a nation that India is ours », The Times, 18 février 1858, p. 9.

35La reconquête commence à partir du Pendjab, où le jeune, énergique et brutal, général Nicholson a réussi à désarmer les mutins. Il est vrai que dans cette région, récemment annexée, les régiments européens sont bien présents. Au début du soulèvement, on y compte 24 000 Britanniques et Sikhs loyaux contre 36 000 mutins. C’est Nicholson qui reprend Delhi le 20 septembre 1857. C’est un premier succès symbolique et encourageant pour les Britanniques, à un moment où la situation est toujours aussi critique. Le 21, Bahadur Shah est arrêté par le commandant Hodson qui, le lendemain, abat de sang-froid ses deux fils et son petit-fils. Ni les autorités, ni une opinion assoiffée de vengeance ne lui reprocheront ces assassinats, bien au contraire.

36En novembre, Colin Campbell délivre les assiégés de Lucknow, mais il faudra attendre le 1er mars 1858 pour que la ville soit définitivement reprise. Sur sa lancée, Campbell défait à Gwalior Tantia Topi, qui parvient à s’enfuir et mène une véritable guérilla dans les confins népalais jusqu’à son arrestation et son exécution, en avril 1859. Le 4 avril 1858 Hugh Rose s’empare de Jhansi, dont la rani choisit de mourir les armes à la main.

37Le 8 juillet 1858, le gouverneur général, Lord Canning, proclame le rétablissement de la paix. Bahadur Shah, le dernier Moghol, est déporté en Birmanie. La répression, qui se poursuit jusqu’en mai 1859, est féroce : les Cipayes déchiquetés à la bouche des canons expient le massacre de Cawnpore. Les résidents britanniques en Inde et l’opinion, conduite par le Times, exigent que justice soit faite. Elle est rendue sommairement, ainsi qu’en témoignent les cadavres qui se décomposent aux branches des arbres.

  • 38 Caricature de John Teniel, Punch Magazine, 22 août 1857.

Figure 5. – La vengeance du Lion sur le tigre du Bengale38.

  • 39 Caricature de John Teniel, Punch Magazine, 2 septembre 1857.

Figure 6. – Justice39.

La nouvelle Indian Army

  • 40 Traduction in Marcel Merle, L’anticolonialisme européen de Las Casas à Marx, Paris, Armand Colin, (...)

38Une loi du 2 août 1858 transfère les droits de la Compagnie, rendue responsable de l’insurrection, à la Couronne. À Londres, un secrétariat d’État pour l’Inde est institué, dont le titulaire siège au gouvernement. À Calcutta, un vice-roi succède au gouverneur général. La proclamation de la reine, lue par le vice-roi Canning à Allahabad, le 1er novembre 1858, annonce une large amnistie, sauf dans le cas de crimes de sang. Elle a pour but de rassurer les propriétaires, dont « les droits, la dignité, l’honneur » seront respectés, et le peuple dont la liberté de culte et les us et coutumes sont déclarés intangibles. Le gouvernement s’engage à ouvrir aux Indiens l’accès aux divers échelons de l’administration et à « stimuler les activités, promouvoir des travaux et améliorations d’intérêt public, gouverner pour le bien de tous les habitants ». Les réformes politiques et administratives n’iront pas au-delà, malgré les avertissements que Richard Cobden formulait le 16 octobre 1857 : « L’Hindoustan doit être gouverné par ceux qui vivent de ce côté-là du globe. Son peuple préfèrera être mal gouverné – selon nos idées – par des personnes de sa propre couleur et de sa famille que de se soumettre à l’humiliation d’être mieux gouverné par une succession d’intrus de passage venant des antipodes40. »

  • 41 Les officiers, qui constituent le Military Service, tous britanniques, sont recrutés sur concours (...)

39Les autorités britanniques comptent davantage sur une réforme de l’armée que sur des concessions politiques aux Indiens pour prévenir le retour d’événements tels que ceux qui ont ébranlé l’Empire. Les effectifs des troupes indigènes sont réduits sensiblement, en raison également des difficultés budgétaires et du poids de la dette, alourdie par l’effort militaire imposé par la révolte des Cipayes. De 226 000 Cipayes en 1857, l’Indian Army passe à 121 000 en 1862. Parallèlement, le nombre des militaires européens est porté de 40 000 à 76 000. Les Cipayes des hautes castes, brahmanes et rajput, sont remplacés par des soldats qui ont fait preuve de loyauté, Sikhs et musulmans du Punjab, Pachtounes et Gurkhas. Les soldats indigènes ne peuvent accéder qu’aux grades de sous-officiers, le commandement étant partout assuré par des Britanniques41. Les régiments d’artillerie sont composés exclusivement d’Européens, ainsi que la British Army in India, force chargée du maintien de l’ordre intérieur.

40Ainsi réformée, l’Indian Army, sans être invincible, comme le montreront ses difficultés en Afghanistan en 1879, fera preuve d’une loyauté indéfectible et pourra être employée sur des fronts extérieurs, en France par exemple pendant la Première Guerre mondiale. Même si la reconquête n’est pas « la plus brillante campagne depuis l’époque de Napoléon », comme le prétend le Times, le 16 avril 1858, alors qu’elle s’achève, la suprématie britannique ne sera plus contestée les armes à la main. Sous l’égide du Congrès et de Gandhi, le nationalisme indien choisira une autre voie.

Carte 1. – La révolte des Cipayes.

Notes

1 La plupart des traductions d’extraits du Times sont l’œuvre d’une étudiante de maîtrise, Mathilde Rault. Son mémoire de 297 pages, soutenu en 2002, est intitulé La Révolte des Cipayes vue par le Times.

2 Delhi Gazette, le 29 septembre 1857, citée par André Dommergues, Le Commonwealth Histoire et civilisation. Témoignages et Documents, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1991, Traduction J. Weber.

3 To lapse : expirer, devenir caduc.

4 C’est ce mot sanskrit que les hindous utilisent pour désigner leur religion. Dharma signifie littéralement « soutien », « support », sous-entendu de l’univers : c’est l’ensemble des rites et des règles que tout hindou doit observer pour empêcher la dégradation de l’ordre social et cosmique.

5 Terme soit dérivé de « franc », soit signifiant « mangeur de poule », qui désigne avec mépris les étrangers.

6 Cité par Diesbach Gh. de, Richard Burton, Paris, PUF, collection « Figures et Plumes », 2009, p. 34.

7 McCearney J., La Révolte des Cipayes. Empire des Indes. 1857, Paris, Jean Picollec, 1999, p. 83.

8 « A miserable story of the cartridge », The Times, 1er juillet 1857, p. 9.

9 Les officiers des armées de l’EIC ont oublié un précédent douloureux. En 1824, un régiment du Bengale s’était mutiné quand il avait été informé de son prochain embarquement pour la Birmanie.

10 Cette bataille marque le début de la mainmise britannique sur le Bengale, puis sur l’ensemble des Indes.

11 Illustrated London News, 4 juillet 1857, cité par Robinson J., Angels of Albion. Women of the Indian Mutiny, London, Viking, 1996, p. 91.

12 Titre des Premiers ministres marathes, qui détenaient l’essentiel des pouvoirs avant leur soumission, en 1818.

13 Nana Sahib quittant Lucknow avec son escorte pour rejoindre les insurgés venant du Malwa, gravure anonyme, London Printing and Publishing Co.

14 « The Bengal army has ceased to exist », The Bombay Times, cité par The Times du 1er août 1857, p. 10, et Mathilde Rault, La Révolte des Cipayes vue par le Times », op. cit., p. 44.

15 The Times, 30 décembre 1857.

16 D’après T. A. Heathcote, The Indian Army. The Garrison of British Imperial India, 1822-1922, Londres et Vancouver, David & Charles, 1974, p. 201.

17 McCearney J., La Révolte, op. cit., p. 73.

18 Edwardes M., Red Year. The Indian Rebellion of 1857, London, Hamilton, 1973, p. 97.

19 Propriétaires fonciers. Les taluqdar forment l’aristocratie terrienne de l’Oudh.

20 Stokes E., The Peasant armed. The Indian Revolt of 1857, Oxford, Clarendon Press, New York, Oxford University Press, 1986.

21 McCearney J., La Révolte, op. cit., p. 72.

22 Ibid., p. 71.

23 Hibbert C., The Great Mutiny. India, 1857, New York, Londres […], Penguin Books, 1980, p. 121.

24 « To the Editor of The Times », lettre de T. W. H., d’après le Bengal Quarterly Army List, in The Times, 1er octobre 1857, cité par Mathilde Rault, La Révolte des Cipayes vue par le Times, op. cit., p. 31-32.

25 Rotton J.E.W., The Chaplain’s Narrative of the Siege of Delhi from the Outbreak at Meerut to the Capture of Delhi, London, Smith, Elder & Co, 1858, p. 7.

26 La réalisation d’un réseau ferroviaire à l’échelle du sous-continent a été décidée en 1851. En 1853, Bombay et Calcutta sont à peine reliés à leur arrière-pays.

27 Le 10 juillet 1806, 169 Européens payèrent de leur vie une décision inconsidérée contraignant les Cipayes à renoncer à leur barbe et à leur turban et à porter une coiffe en cuir, matière impure s’il en est.

28 The Times, 8 juin 1857.

29 Traduction in James McCearney, La Révolte des Cipayes, op. cit., p. 203.

30 The Times, 31 août 1857, p. 9, cité par Mathilde Rault, La Révolte des Cipayes, op. cit., p. 93.

31 Lettre au rédacteur en chef du Times de A. de Kantzow, The Times, 26 août 1857, p. 7, cité par Mathilde Rault, La Révolte des Cipayes, op. cit., p. 93.

32 Lettre d’« un soldat » au rédacteur en chef du Times, The Times, 19 décembre 1857, p. 12, cité par Mathilde Rault, La Révolte des Cipayes, op. cit., p. 177.

33 Des renforts sont également débarqués à Bombay. Le Cap envoie 2 250 hommes, ce qui déçoit d’ailleurs les autorités anglo-indiennes, qui en attendaient 3 500. La quasi-totalité de ces soldats venus d’Afrique du Sud sont débarqués à Bombay.

34 The Times, 15 décembre 1857, p. 8, cité par Mathilde Rault, La Révolte des Cipayes, op. cit., p. 165.

35 Cave-Brown J., The Punjab and Delhi in 1857. Being a Narrative of the Massacres by which the Punjab Was saved and Delhi recovered during the Indian Mutiny, Edinburgh, William Blackwood and Sons, 1861, p. 104.

36 Dans une même région, les attitudes ont été fort variables. Seule la population de l’Oudh semble avoir soutenu massivement la révolte. Les insurgés y firent preuve d’une détermination particulière parce qu’ils partageaient les deux mêmes objectifs : rétablir la dynastie et l’État déchus en 1856 et sauver le dharma menacé par les firingi. Les taluqdar y levèrent parmi la paysannerie une armée qui lutta jusqu’à la fin de 1858.

37 « We may say as a nation that India is ours », The Times, 18 février 1858, p. 9.

38 Caricature de John Teniel, Punch Magazine, 22 août 1857.

39 Caricature de John Teniel, Punch Magazine, 2 septembre 1857.

40 Traduction in Marcel Merle, L’anticolonialisme européen de Las Casas à Marx, Paris, Armand Colin, 1969, p. 325.

41 Les officiers, qui constituent le Military Service, tous britanniques, sont recrutés sur concours en Angleterre, mais ne sont titularisés qu’après un stage en Inde et un examen de langues indigènes.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search