Version classiqueVersion mobile

Expériences de la guerre, pratiques de la paix

 | 
Guy Saupin
, 
Éric Schnakenbourg

Première partie. L’art de la guerre

Un débat méconnu au XVIIIe siècle : l’armement des officiers et des bas-officiers d’infanterie

Boris Bouget

Texte intégral

  • 1 Plus précisément dans la sous-série 1 M, « Mémoires et Reconnaissances ». Des documents très intér (...)

1Le XVIIIe siècle est le grand siècle de la tactique, notamment en France où s’affrontent, par ouvrages interposés, les tenants de l’ordre profond (le chevalier de Folard, le baron de Mesnil-Durand) et de l’ordre mince (le comte de Guibert). Cette controverse est bien connue des historiens en raison des nombreuses publications qu’elle a suscitées. Une autre querelle, plus discrète mais tout aussi durable et passionnée que la première, concerne les armes des officiers et des bas-officiers de l’infanterie. N’ayant pas donné lieu à des travaux imprimés, elle est aujourd’hui largement ignorée. Elle est cependant très présente dans les mémoires des séries M et W du Service historique de la Défense (SHD)1, ainsi que dans les différents règlements royaux sur l’exercice de l’infanterie. Ces sources attestent avec force de la persistance des désaccords et des hésitations des responsables militaires sur la question, de la fin du règne de Louis XIV aux dernières années de l’Ancien Régime.

  • 2 Arme d’hast : arme à hampe longue munie d’un fer (pique, hallebarde, pertuisane, esponton, etc.).
  • 3 Afin de respecter les limites imparties à la présente contribution, nous en excluons l’usage des p (...)

2Comment ceux qui assurent la direction des troupes, à l’exercice et face à l’ennemi, doivent-ils être armés ? Une partie des autorités considèrent qu’ils doivent être munis d’une arme d’hast2, l’esponton pour les officiers3, la hallebarde ou la pertuisane pour les sergents. D’autres voix s’élèvent cependant pour demander qu’ils soient armés du fusil à baïonnette. On aurait tort, selon nous, d’assimiler la discussion à une obscure querelle de spécialistes car, au-delà de la nature de l’armement, elle pose la question du rôle des officiers et des bas-officiers au combat.

Structure et commandement des unités d’infanterie sous l’Ancien Régime

3Au XVIIIe siècle, la composition et les effectifs des unités d’infanterie sont très dissemblables et varient au cours du temps. On peut néanmoins considérer qu’en 1709, l’année de la bataille de Malplaquet, une compagnie réunit 40 hommes et le bataillon, unité tactique, environ 500. Le régiment, unité administrative, rassemble à cette époque 1 à 4 bataillons. Les effectifs des régiments demeurent variables jusqu’à la réforme du comte de Saint-Germain en 1776, qui fixe leur composition à 2 bataillons de 6 compagnies de 100 hommes chacune. Les grenadiers forment alors la compagnie d’élite du premier bataillon, les chasseurs celle du deuxième bataillon.

4Le régiment est commandé par un colonel-propriétaire ou mestre de camp, le bataillon par un lieutenant-colonel secondé par un major pour les tâches administratives. La compagnie d’infanterie est placée sous les ordres du capitaine, assisté d’un lieutenant, d’un enseigne porte-drapeau et de deux sergents. Le colonel et les lieutenants-colonels, eux-mêmes capitaines de compagnies, appartiennent à la catégorie des officiers supérieurs tandis que les capitaines, les lieutenants et les enseignes, qui servent dans les compagnies, sont des officiers subalternes. Les sergents sont les principaux bas-officiers (appellation remplacée par celle de sous-officiers pendant la Révolution française). Dans chaque compagnie, il existe en outre des petits gradés appartenant aux hommes du rang, en général deux ou trois caporaux et quatre ou six anspessades.

5Cette organisation du commandement des unités subit quelques changements dans la seconde moitié du XVIIIe siècle : chez les officiers, l’enseigne est remplacé en 1762 par le sous-lieutenant ; chez les bas-officiers, les grades se diversifient, avec la création, en 1758, des fourriers (chargés du logement des troupes) et en 1776, des sergents-majors et des adjudants (aux missions essentiellement disciplinaires). Les charges de colonel et de capitaine restent vénales jusqu’à la fin de l’Ancien Régime.

L’esponton, la hallebarde et la pertuisane : origines et définitions

6Connu et utilisé dès la fin du XVIe siècle, l’esponton est une pique courte associant un fer et une hampe. L’instrument est surtout utilisé sur les flancs des formations dans le but de pousser et d’aligner les soldats. Il permet aussi mesurer les distances entre les rangs.

  • 4 À l’époque de 13 pieds ou 4,22 m. La pique est supprimée dans l’infanterie française par l’ordonna (...)
  • 5 « Ordonnance du roi portant que dorénavant les officiers seront armés d’espontons de 7 à 8 pieds d (...)

7À la fin du XVIIe siècle, le pouvoir royal souhaite limiter la diversité des armes des officiers. C’est dans cet objectif que le 10 mai 1690, une ordonnance de Louis XIV impose le port de l’esponton à tous les officiers de l’infanterie, des sous-lieutenants aux colonels compris. Le texte fixe sa longueur entre 7,5 à 8 pieds (2,43 à 2,6 m), ce qui est un peu supérieur à la moitié de celle de la pique4. L’esponton doit être porté devant l’ennemi mais plus généralement à tout moment du service et a, de ce fait, valeur d’insigne de commandement. En raison de sa qualité d’arme d’officier, sa forme n’est pas réglementée : seul compte le respect des dimensions fixées dans l’ordonnance5. Il résulte de cette absence de précision une grande variété de modèles, notamment au niveau de la pointe, souvent gravée, parfois ciselée ou dorée. Le premier modèle réglementaire d’esponton n’apparaît qu’en 1754.

  • 6 Les sergents sont armés de la hallebarde depuis l’époque de la formation des régiments, vers 1560. (...)
  • 7 Surirey de Saint-Rémy, Mémoires d’artillerie, Paris, Jean Anisson, 1697, t. I, p. 288.
  • 8 Le terme de « sergent » n’est-il pas l’association de la forme contractée du verbe « serrer » et d (...)

8À l’origine conçue pour le combat rapproché contre la cavalerie, la hallebarde devient au XVIIe siècle l’arme des bas-officiers de l’infanterie, plus spécialement celle des plus importants d’entre eux, les sergents6. Selon Pierre Surirey de Saint-Rémy, la hallebarde est une arme d’hast mesurant, hampe et fer compris, 6 pieds (1,95 m) à la fin des années 16907. Cette arme remplit, au sein des bas-officiers, les mêmes fonctions que l’esponton chez les officiers : elle est à la fois une marque de commandement et un instrument permettant de mesurer les distances (dans les camps, entre les rangs), de rectifier les alignements, de maintenir les soldats dans les formations en cas de panique8. Dans un tir en ligne, effectué au commandement, la hallebarde est aussi utilisée comme une canne, pour régler le niveau du feu, faisant en quelque sorte office de hausse (les fusils de l’époque en sont dépourvus). Elle sert également à relever les canons des fusils, qui ont tendance à s’incliner sous l’effet du poids de la baïonnette. En 1714, la hallebarde est remplacée par la pertuisane mais l’appellation de « hallebarde » demeure en usage (cf. infra).

Un débat quasi séculaire

9L’obligation du port de l’esponton par les officiers, instaurée par l’ordonnance de 1690, ne fait pas l’unanimité, certains estimant que les espontons sont des armes inutiles et que les officiers doivent être munis de fusils. C’est le point de vue exprimé par Vauban dans un mémoire des Oisivetés consacré à l’infanterie, écrit probablement vers la fin de la guerre de la Ligue d’Augsbourg (1688-1697) :

  • 9 Ce mémoire est daté de 1697 par François Bonnefoy, Les Armes de guerre portatives en France, du dé (...)

« Il est très nécessaire que tous les officiers et sergents soient armés de bons fusils de guerre, avec des baïonnettes bien faites comme les soldats et de même longueur et calibre, hors qu’ils seront mieux faits et plus proprement montés, et cela au lieu de leurs piques et espontons, car il est ridicule et imprudent à un point que l’on ne saurait dire, de voir 192 officiers et sergents, quoique tous chasseurs et sans doute les meilleurs tireurs des régiments, inutiles et les bras croisés pendant que leurs bataillons sont tout en feu dans des actions où il n’y va jamais moins que de la vie et de l’honneur9. »

Figure 1. – © Paris, musée de l’Armée/DRHAP, C. Banar.

  • 10 Le comte Pierre d’Artagnan (1645-1725) est un cousin germain du célèbre Charles de Batz de Castelm (...)
  • 11 Baron de Pirch, capitaine de dragons à la suite de la Légion corse, « Mémoire raisonné sur les par (...)

10L’opinion formulée par Vauban ouvre un débat dont on trouve des traces dans les sources jusque dans les années 1770, et parfois bien après cette décennie. Les partisans de l’esponton, parmi lesquels le maréchal de Montesquiou en 171010, ou le baron de Pirch dans les années 1770, font avant tout valoir que le rôle d’un officier n’est pas de tirer sur l’ennemi mais de conduire sa troupe. Pour une partie des officiers et des responsables militaires, l’esponton est l’arme qui convient le mieux à l’accomplissement de cette tâche. Cette conception est soutenue par divers motifs : la demi-pique rend les chefs visibles, leur donne de la grâce et permet, surtout, de maintenir l’ordre et la discipline parmi la troupe, le désordre au combat étant l’une des principales hantises de l’officier. Redresser un rang, diriger un tir, empêcher plusieurs hommes de fuir, tels sont les usages où l’esponton est reconnu comme l’instrument le plus adapté. Pour les défenseurs de l’arme d’hast, un officier armé d’un fusil concentre son attention sur le tir et ne peut, en conséquence, surveiller, maîtriser sa troupe et lui donner les ordres opportuns. Cette opinion est exprimée par le baron de Pirch dans un mémoire adressé au secrétaire d’Etat de la Guerre Monteynard vers 1772 : « Une grande partie des officiers ne mettent leur occupation qu’à tirer le plus qu’il leur est possible au lieu de veiller à ce que la troupe obéisse au commandement, à maintenir l’ordre dans les manœuvres, à faire serrer les rangs, à observer partout que les files ne se confondent point11… »

  • 12 Charles O’Brien de Clare, comte de Thomond, est colonel du régiment irlandais portant son nom. Col (...)
  • 13 En 1758, M. de Cornillon est brigadier des armées du roi et major général de l’armée du Bas Rhin.

11D’autres, en revanche, se situent dans le sillage de Vauban, milord Clare12, M. de Cornillon13, le lieutenant général François de Chevert ou encore le comte de Clermont, mettent en avant les multiples inconvénients de l’esponton. Ce dernier est jugé inutile en campagne et inadapté à la guerre dans les pays fragmentés, notamment montagneux. Fragile, il s’abîme rapidement, aussi est-il fréquent que ceux qui en sont dotés en prennent peu soin, les perdent ou s’en débarrassent. Confrontés à l’ennemi, les porteurs d’esponton sortent l’épée en attendant de pouvoir ramasser le fusil d’un homme hors de combat.

  • 14 Par postes, il faut entendre des retranchements solidement établis, constituant des positions à la (...)
  • 15 Milord Clare, « Mémoire sur l’armement des officiers d’infanterie », 1749, SHD, 1 M 1703, no 1, p. (...)

12Ces réalités sont exposées par milord Clare dans un mémoire de 1749. Selon cet officier général irlandais au service de la France, l’ordonnance du 1er décembre 1710 (cf. infra) a, avec raison, limité le nombre d’espontons en service. L’esponton, explique-t-il, est une arme reconnue mauvaise dans les batailles rangées, notamment sur certains théâtres d’opérations comme l’Italie, l’Espagne et une partie de l’Allemagne, qui sont des pays fourrés, entrecoupés de haies et de fossés. Cette arme lui paraît également d’une faible utilité dans les pays de plaine où les armées ne s’approchent pas assez pour qu’il soit fait usage de cette petite pique. Avec des armées de plus en plus nombreuses et des combats de postes14 qui décident en grande partie du succès, Clare souligne à nouveau la rareté des occasions de l’emploi de cette arme d’hast. « Aussy, poursuit-il à propos des espontons, tous les officiers ou les cassent en s’en servant, pour passer des hayes et des fossés, ou les jettent pour prendre le fusil du premier soldat tué ou blessé ; ils en portent [des fusils] même au combat quand ils le prévoyent, de ceux qui sont inutiles aux faisceaux et qui appartiennent aux soldats désertés ou qui ne peuvent marcher15. »

  • 16 Opinions du marquis de Brézé sur l’armement des officiers et des sergents, 1750, SHD, 4 W 562.
  • 17 Milord Clare, « Mémoire sur l’armement… », 1749, op. cit., p. 3.
  • 18 Anonyme, « Réflexions sur les modifications proposées dans l’exercice de l’infanterie », sans date (...)

13Bref, comme le dit un document manuscrit de 1750, les espontons « tels qu’ils sont aujourd’huy ne valent rien16 ». Leurs détracteurs insistent au contraire sur les avantages du fusil dans les mains des officiers. Si ceux-ci en sont armés, ils disposent de la sorte d’un moyen d’assurer eux-mêmes leur « sûreté » ou leur « conservation », c’est-à-dire de pouvoir se défendre. De surcroît, la puissance de feu des bataillons sera quantitativement augmentée par suite de l’accroissement du nombre d’armes de tir. Dans son mémoire de 1749, le lieutenant général de Clare fait ainsi remarquer qu’un lieutenant détaché dans un poste commande ordinairement 20 à 28 hommes. En s’armant du fusil dit-il, « il fait un homme de plus lorsqu’il est attaqué17 ». Le feu sera aussi amélioré sur le plan qualitatif car, suivant la remarque de Vauban en 1697, les officiers sont généralement appliqués et adroits au tir : à leur exemple, le soldat prendra davantage le temps d’ajuster et se règlera sur son chef pour délivrer ses coups. Mais même les partisans du fusil sont conscients que les tâches d’un chef sont avant tout de diriger et d’assurer l’ordre dans les actions. Ils ne recommandent par conséquent qu’une utilisation modérée et limitée du feu par les lieutenants et les capitaines. L’un des arguments souvent avancés par les défenseurs du fusil est que les officiers compétents sauront s’en servir avec modération : se consacrant d’abord au commandement des troupes, ils ne tireront qu’en cas de nécessité18. Certains responsables de cette tendance n’hésitent d’ailleurs pas à inverser le rôle traditionnellement dévolu à l’arme à feu, considérant que celle-ci est plus propre au maintien de la discipline au combat que l’esponton, la hallebarde ou la pertuisane. C’est le point de vue de M. de Cornillon qui, en 1758, juge également le fusil plus efficace dans la garde et la défense des drapeaux :

  • 19 Cornillon, « Mémoire pour l’armement de MM. les officiers », 1758, SHD, 4 W 562.

« Ceux [les officiers] qui sont de serrefile en imposent a tous les soldats de leurs divisions par la crainte qu’auroit celui qui voudroit s’en aller d’etre attrapé a quelque distance qu’il soit par le feu de son officier, lequel étant derrière les rangs n’a pas pu s’en dégarnir. Dans le cas ou les officiers d’un corps sont obligés de se porter en avant avec les drapeaux pour rallier leurs soldats, s’ils sont armés de fusils ils en imposeront davantage a une troupe qui viendra à eux, que si on ne leur voit que des espontons, et que l’on ne voye pas sortir de feu du peloton qu’ils formeront […] Je proposerais également d’oster la hallebarde au sergent pour lui donner un fusil, outre les raisons ci dessus qui sont a peu près les memes pour le sergent que pour l’officier, ceux qui le jour d’une affaire sont chargés de la garde des drapeaux, seroient plus en état de les deffendre contre quelques gens déterminés qui s’abandonneroient dans un bataillon en désordre19. »

Les réponses hésitantes et changeantes de la réglementation

14Face à ces débats d’experts, les ordonnances tranchent successivement en faveur soit de l’esponton, soit du fusil qui finit cependant par l’emporter. L’abandon officiel et définitif de l’arme d’hast est décidé au cours des années 1760, lorsque Choiseul dirige le secrétariat d’État de la Guerre (1761-1770). Les règlements ultérieurs confirment cette suppression, mettant fin à plus de soixante-dix ans de mesures et de contre-mesures. Nous rappelons ici les dispositions des principaux textes royaux parus après l’ordonnance du 10 mai 1690, qui attribue l’esponton à l’ensemble des officiers, jusqu’au grand règlement sur l’habillement et l’équipement du 1er octobre 1786. Même si l’application des ordonnances n’est ni immédiate ni intégrale, la succession de celles citées ci-après fait apparaître la lenteur et les difficultés de la reconnaissance du fusil comme arme d’officier. Le contexte, qu’il soit pacifique ou guerrier, exerce toujours une influence importante.

  • 20 Ordonnance réglant les armes des officiers d’infanterie, 1er décembre 1710, dans Sr de Briquet, Co (...)

15Pendant la guerre de Succession d’Espagne, les officiers des armées de Bavière et du Dauphiné, pays fragmentés où l’esponton et gênant et inutile, sont armés de fusils. Dans les autres armées cependant, les officiers conservent l’esponton. Cette absence d’uniformité de l’armement fait l’objet de discussions entre les commandants d’armées, les inspecteurs généraux de l’infanterie, le ministre Voisin et Louis XIV. À l’issue de ces échanges de vues, le roi ordonne, le 12 novembre 1710, que les officiers subalternes soient armés du fusil à baïonnette au combat comme pendant le reste du service. Les colonels, lieutenants-colonels et les capitaines conservent l’esponton conformément à l’ordonnance du 10 mai 1690. Il en va de même pour les officiers des régiments des Gardes françaises et suisses, ainsi que des compagnies de grenadiers de ces troupes. Des dispositions identiques sont répétées dans une seconde ordonnance le 1er décembre 171020.

  • 21 Margerand J., op. cit., p. 87.

16En 1716, le Conseil de la Guerre constate que l’ordonnance de 1710 n’est pas respectée, ceci s’expliquant par le fait que le royaume étant en paix, la nécessité d’accroître le nombre de fusils dans le but d’augmenter le feu de l’infanterie apparaît moins pressante. Le retour à l’esponton, en remplacement du fusil, est donc décidé et fait l’objet d’une circulaire21. Vers 1740, la demi-pique doit atteindre 2,6 m de long. À long terme néanmoins, le retour à l’esponton ne paraît pas constituer une solution satisfaisante car l’armement des officiers et des sergents fait partie des points discutés lors des assemblées des inspecteurs de l’infanterie, durant les mois de décembre 1749 et de janvier 1750. Au terme de ces réunions, qui font suite aux campagnes de la guerre de Succession d’Autriche, pas moins de quatre avis différents se font jour.

  • 22 Le rapport des archives de Vincennes emploie le terme de hallebarde, bien qu’il s’agisse, à cette (...)
  • 23 Anonyme, « Points discutés dont on a fait le rapport aux assemblées de messieurs les Inspecteurs d (...)

17Un premier groupe intègre le marquis de Brézé, milord Clare, le lieutenant général de Crémilles, Maillebois, de Vallière et Saint-Pern, partisans d’armer les capitaines de l’esponton, les lieutenants du fusil et les sergents de la hallebarde22. Un deuxième groupe rassemble Villeneuve, le duc de Broglie et d’Hérouville, qui veulent que tous les officiers disposent de l’esponton et les sergents d’une hallebarde de sept pieds (2,27 m). Seul M. de Salières pense que les officiers et les sergents doivent avoir le fusil, celui des sergents devant être, précise-t-il, de la même longueur et du même calibre que celui des soldats. Quant au comte de Guerchy, il veut laisser la hallebarde aux sergents et donner le fusil aux officiers23.

  • 24 Ordonnance sur le maniement des armes de l’infanterie française et étrangère, 7 mai 1750, biblioth (...)
  • 25 Règlement sur la construction des espontons des officiers d’infanterie, 1er mai 1754, dans Sr de B (...)

18Ces désaccords aboutissent au statu quo : l’ordonnance du 7 mai 1750 sur le maniement des armes de l’infanterie rappelle que les officiers doivent être armés de l’esponton à l’exception de ceux des compagnies de grenadiers, munis de fusils24. Quatre ans plus tard, la réglementation se contente de limiter la diversité des modèles d’espontons en en fixant les caractéristiques détaillées25.

  • 26 Ordonnance sur l’exercice de l’infanterie, 6 mai 1755, bibliothèque du musée de l’Armée, Ga 55 (4) (...)

19L’ordonnance sur l’exercice de l’infanterie du 6 mai 1755 stipule à nouveau que tous les officiers doivent être armés de l’esponton hormis ceux des compagnies de grenadiers qui conservent les fusils. Cette ordonnance comprend un maniement de l’esponton long et compliqué, qui contribue sans doute au rejet de cette arme chez une partie de ses utlisateurs26.

  • 27 François de Chevert, lettre au maréchal de Belle-Isle, 29 avril 1758, citée par Joseph Margerand, (...)
  • 28 Louis de Bourbon-Condé, comte de Clermont (1709-1771). Il commande en chef de l’armée de Bohême en (...)
  • 29 Maréchal de Belle-Isle, lettre à Cornillon, 6 mai 1758, citée par Joseph Margerand, op. cit., p. 9 (...)

20Les défaites essuyées par les troupes françaises pendant la guerre de Sept Ans remettent cependant le fusil au premier plan. Plusieurs acteurs de cette guerre, à l’exemple du lieutenant général François de Chevert, pensent, contre l’idée généralement admise, que les officiers et les sergents rétabliront plus facilement la discipline s’ils sont armés de la même manière que les soldats27. La réalité est que beaucoup d’espontons sont perdus ou brisés en campagne, souvent par leurs propriétaires eux-mêmes, et il est difficile d’en faire de nouveaux dans les quartiers occupés par l’armée. Le secrétaire d’État de la Guerre, le maréchal de Belle-Isle, convient que, sans remettre en cause l’ordonnance prescrivant l’esponton, une exception peut être faite sous l’autorité du comte de Clermont28 en autorisant les officiers de l’infanterie à s’armer de fusils pour la campagne de 175829.

  • 30 « Ordonnance du Roi concernant l’armement des Officiers & des Sergens des Compagnies de Fusiliers  (...)
  • 31 « Ordonnance du Roi concernant l’armement des Officiers & des Sergens des Compagnies de Fusiliers (...)

21La situation créée sur le front est régularisée par deux ordonnances datées du 31 octobre et du 9 décembre 1758. Selon le premier de ces deux textes30, les officiers et les sergents des compagnies de fusiliers ainsi que ceux des compagnies de grenadiers seront armés de fusils à baïonnette. Les officiers de grenadiers auront un fusil plus court (4 pieds de long), plus léger et plus soigné que le modèle ordinaire. L’ordonnance du 9 décembre 1758 précise, quant à elle, que les colonels, lieutenants-colonels et commandants de bataillon doivent conserver l’esponton. Le document décrit également les modèles de cartouches ou de demi-gibernes dont les officiers subalternes et les sergents devront être pourvus31.

  • 32 Les aides-majors et sous-aides-majors disparaissent en 1776.
  • 33 Ordonnance sur l’exercice de l’infanterie, 20 mars 1764, bibliothèque de l’École militaire, réserv (...)

22Le retour de la paix entraîne cependant la réintroduction de l’esponton, exactement comme à la fin de la guerre de Succession d’Espagne. Le fusil, arme des cadres en temps de guerre, est abandonné dans l’ordonnance de 1764 qui maintient l’attribution de l’esponton aux colonels et aux lieutenants-colonels ; les majors et leurs adjoints (aide-majors, sous-aide-majors)32 auront une épée qu’ils mettront à la main toutes les fois qu’ils commanderont une troupe ; tous les officiers, sauf ceux de grenadiers qui conservent le fusil et le sabre, seront armés d’espontons et d’épées33.

  • 34 Ordonnance sur l’exercice de l’infanterie, 1er janvier 1766, bibliothèque de l’École militaire, ré (...)
  • 35 Règlement du 1er octobre 1786 sur l’habillement et l’équipement des troupes, bibliothèque du musée (...)
  • 36 Buttin Ch., art. cit., p. 38.

23Ces dispositions sont annulées deux plus tard par l’ordonnance du 1er janvier 1766 sur l’exercice de l’infanterie. Les colonels, les lieutenants-colonels, les majors, aide-majors, sous-aide-majors seront uniquement armés de l’épée. Tous les officiers subalternes seront armés d’une épée et d’un fusil à baïonnette ; ils seront équipés d’une giberne34. Vingt ans plus tard, le règlement du 1er octobre 1786 sur l’habillement et l’équipement des troupes, qui est à la fois le plus détaillé et le dernier de l’Ancien Régime sur ces questions, confirme les prescriptions de 1766 : les officiers des compagnies (grenadiers, chasseurs, fusiliers) demeurent armés de l’épée et du fusil à baïonnette ; quant aux officiers supérieurs, ils doivent porter l’épée à la main lorsqu’ils sont sous les armes, soit à cheval, soit à pied35. L’application des textes réglementaires étant souvent différée et incomplète, il est possible que les derniers espontons aient été en service jusqu’à la Révolution, comme l’avance l’érudit Charles Buttin36.

Les fusils des officiers : le souci de la distinction

24L’officier s’arme et s’équipe à ses frais. Nobles plus ou moins argentés, bourgeois vivant noblement, propriétaires d’une compagnie ou d’un régiment par achat d’une charge, ils dépensent des sommes très élevées pour lever et entretenir leurs unités. En dépit de ces servitudes, l’officier dispose de possibilités financières plus importantes qu’un bas-officier et a fortiori un simple soldat. En tant que chef, il se doit en outre de tenir son rang. Issu de manière presque exclusive de la noblesse, affichant généralement une certaine fierté de soi ou de l’orgueil, il est naturellement porté à la distinction et à la fantaisie. Il convient d’avoir à l’esprit toutes ces réalités pour comprendre pourquoi leurs armes sont différentes des autres. Même lorsque celles-ci font l’objet d’une réglementation, une tolérance par rapport à certains écarts est toujours de mise à leur égard en raison du rang qu’ils occupent dans la société et dans l’armée.

  • 37 Opinions du marquis de Brézé sur l’armement des officiers et des sergents, 1750, SHD, 4 W 562.

25De la fin de la guerre de Succession d’Espagne à la guerre de Sept Ans, seuls les officiers de grenadiers sont, comme nous venons de le voir, armés du fusil. Les caractéristiques de ce dernier n’étant pas précisées avant 1754, il règne une très grande liberté en la matière, parfois excessive comme le prouve une note de 1750, réclamant « d’obliger les officiers de grenadiers à avoir d’autres fusils la pluspart naïant que de très petits fusils de chasse et des baïonetes encore plus petites, armes qu’il ne convient pas d’avoir devant l’Ennemy37 ». En réaction contre ce genre d’excès, le règlement du 1er mai 1754 détaille avec précision le fusil d’officier de grenadiers, qui est donc le premier fusil réglementaire d’officier d’infanterie :

  • 38 Règlement sur la construction des espontons des officiers d’infanterie et des fusils de ceux des c (...)

« Le fusil de l’officier de grenadiers sera du calibre de seize pour la balle de dix-huit, & de la même construction que celui du soldat ; avec cette différence qu’il aura seulement quatre pieds [1,3 m] de longueur. Sa monture sera en bois de noyer ; les garnitures en fer poli, disposées relativement à sa longueur.
La bayonnette aura huit pouces & demi [23 cm] de lame, évuidée à trois quarres, & tranchante à son extrémité.
Ce fusil pesera, armé de sa bayonnette, sept livres [3,42 kg] au plus38. »

  • 39 Pellisier J., « Un fusil d’officier personnalisé du modèle 1754-1759 », Gazette des armes et des u (...)

26Les officiers de dragons reçoivent, à la même date, un modèle particulier. La première commande de 1754 est numériquement peu importante (environ 650 armes). Une deuxième commande, en 1759, porte sur des quantités plus élevées pour les mêmes modèles (8 500 exemplaires), à ceci près que les baguettes sont désormais en fer39.

27Dans un mémoire d’inspection de 1755, milord Clare souligne l’inégale qualité des fusils selon les lieux de fabrication :

« Les fusils que les Regimens ont pris pour leurs officiers de grenadiers de la manufacture de Charleville, ou qu’ils ont fait venir de Maubeuge, sont tres mauvais ; lourds, les batteries dures et mauçades : ils sont mal montés, reculent et sautent quand on les tire. Plusieurs de ces fusils sont a baguettes de bois, la pluspart a baguettes de fer.
Les fusils qui ont été pris a St Etienne sont très bons, lestes, bien montés ; ils ne sont sujets à aucun inconvénient quand on les tire. Ils sont legers, tous a baguette de fer, et les batteries sont bonnes et liantes. »

28L’auteur ajoute ensuite que, comme il est fréquent à l’époque, la fabrication des fusils réglementaires a été confiée à des ateliers indépendants dont le travail dépasse en qualité celui de certaines manufactures royales :

  • 40 Milord Clare, « Mémoire sur l’armement des officiers », inspection de 1755, SHD, 4 W 562.

« Quelques Regimens ont pris des fusils pour leurs officiers de grenadiers chez des armuriers particuliers, faits suivant le model prescrit par le Reglement ; qui sont tous meilleurs que ceux venûs de Maubeuge40. »

  • 41 « Ordonnance du Roi concernant l’armement des Officiers & des Sergens des Compagnies de Fusiliers  (...)
  • 42 Fusil d’officier d’infanterie modèle 1754, musée de l’Armée, inv. 1969 Br. Nous avons eu en main c (...)
  • 43 Fusil d’officier d’infanterie modèle 1754, musée de l’Armée, inv. 1969 Br.

29L’ordonnance du 31 octobre 1758 contient exactement les mêmes prescriptions que celles de 1754 mais les étend aux officiers et aux sergents des compagnies de fusiliers. Le texte précise que les armes seront uniquement du modèle de celui des compagnies de grenadiers déposé dans les manufactures de Saint-Etienne, Charleville et Maubeuge, les baïonnettes devant provenir de Klingenthal (Alsace)41. Conformément aux ordonnances royales, les fusils d’officier sont à la fois courts et légers. Le fusil d’officier d’infanterie modèle 1754 conservé au musée de l’Armée mesure 1,46 m et a un poids de seulement 3 kg42. À titre de comparaison, le fusil de soldat du modèle 1754 mesure 1,59 m de long et pèse 4,3 kg. Si leurs dimensions et leur poids sont à peu près semblables d’une arme à l’autre, les fusils d’officier présentent une grande variété d’aspect due aux matériaux employés. Ils comportent également, bien souvent, des décors soignés qui les personnalisent et les apparentent à des armes de qualité. Le fusil d’officier d’infanterie modèle 1754 du musée de l’Armée a un beau et fort busc, sa platine est exécutée avec finesse. Il est en outre damasquiné d’or et gravé43.

  • 44 Cette longueur est établie en fonction de la distance qui doit séparer chaque rang lorsque les sol (...)
  • 45 Margerand J., op. cit., p. 101.

30À l’image de l’armement des officiers, la législation royale finit par généraliser le fusil chez les sergents, mais pas avant la seconde moitié du siècle et non sans mesures suivies de contre-mesures. De 1683 à 1703, les règlements sur l’exercice fixent la longueur de la hallebarde à 6 pieds et demi (2,11 m)44. Cette longueur est conservée lors du remplacement de la hallebarde par la pertuisane en 1714. Dans la seconde moitié des années 1690, Vauban est partisan d’armer tous les sergents de fusils. Ses propositions sont partiellement appliquées dans l’ordonnance du 1er mars 1703, qui arme les sergents des grenadiers de fusils à baïonnette en remplacement des hallebardes45.

Figure 2. – Fusil d’officier d’infanterie modèle 1754, musée de l’Armée, inv. 1969 Br. Photo Boris Bouget, Les sergents : le fusil contre la hallebarde/pertuisane.

  • 46 Le Service historique de la Défense de Vincennes conserve un dessin-modèle de la pertuisane de 171 (...)
  • 47 Marquis de Pezé, lettre à d’Angervilliers, 9 mars 1734, citée par Joseph Margerand, op. cit., p. 1 (...)

31Lorsque les officiers subalternes reçoivent le fusil en 1710, il n’y pas de changement de l’armement des sergents qui demeure la hallebarde, remplacée par la pertuisane à partir de 171446. À l’armée d’Italie et du Dauphiné toutefois, la moitié des sergents est armée de fusils. S’interrogeant sur l’opportunité de généraliser cette disposition, le secrétaire d’État de la Guerre d’Angervilliers demande son avis au maréchal de Villars en 1734. Agé et malade, l’ancien adversaire des alliés à Malplaquet, qui commande à présent l’armée d’Italie, répond par l’intermédiaire de son adjoint le marquis de Pezé. Ce dernier écrit au ministre qu’il convient de ne rien changer car la hallebarde constitue la marque du commandement du sergent et qu’en outre, cette arme est indispensable au bas-officier pour maintenir les rangs en ordre pendant une action47. Suite à cet avis, d’Angervilliers décide de ne rien changer à l’armement des sergents.

  • 48 Les hallebardes du début des années 1750 offrent une diversité de modèles jugée préjudiciable à l’ (...)
  • 49 Idem.

32Ces derniers conservent donc la hallebarde jusqu’au ministère de Belle-Isle, pendant lequel il est décidé, sous la forme d’une ordonnance parue le 1er octobre 1758, de donner le fusil à tous les sergents des régiments d’infanterie en même temps qu’aux officiers des compagnies de fusiliers48. Une autre ordonnance, datée du 9 décembre de la même année, précise que le fusil des sergents doit être semblable à celui des soldats. Il est fourni, la première fois seulement, aux dépens de Sa Majesté49.

  • 50 Ordonnance sur l’exercice de l’infanterie, 20 mars 1764, bibliothèque de l’École militaire, réserv (...)
  • 51 Ordonnance sur l’exercice de l’infanterie, 1er janvier 1766, bibliothèque de l’École militaire, ré (...)
  • 52 Règlement du 1er octobre 1786 sur l’habillement et l’équipement des troupes, bibliothèque du musée (...)

33L’ordonnance du 20 mars 1764 réglant l’exercice de l’infanterie prescrit cependant à tous les sergents et fourriers des compagnies de fusiliers d’être armés de hallebardes et d’épées dont les modèles seront envoyés à tous les régiments, les bas-officiers des compagnies de grenadiers continuant à conserver le fusil50. Une nouvelle contre-mesure a lieu deux ans plus tard, lorsque l’ordonnance du 1er janvier 1766 stipule que les sergents auront le fusil, la baïonnette, le sabre et la giberne51. À partir de cette date, l’armement des bas-officiers ne connaît plus de changement et les dispositions de l’ordonnance de 1766 sont confirmées, comme pour les officiers, par le règlement du 1er octobre 178652.

Épilogues

34L’histoire de l’esponton et de la hallebarde-pertuisane, officiellement supprimés en France en 1766, trouve quelques prolongements pendant les campagnes de la Révolution française et de l’Empire. Pour l’illustrer, nous avons choisi deux exemples, le premier au début de la campagne d’Égypte de Bonaparte en 1798, le second au crépuscule de l’Empire, à Waterloo le 18 juin 1815.

35Peu après leur victoire contre les Mamelouks lors de la bataille des Pyramides le 21 juillet 1798, les troupes françaises entrent au Caire. Depuis le quartier général installé dans la ville, Bonaparte informe le commandant de l’artillerie, le général Dommartin, qu’il souhaite parfaire l’armement des officiers d’infanterie en les dotant de « spontons » :

  • 53 Napoléon Bonaparte, lettre au général Dommartin, 1er frimaire an VII (21 novembre 1798), présentée (...)

« Au Quartier-général du Caire, 1er frimaire an VII [21 novembre 1798]
BONAPARTE, Général en chef
Au général Dommartin, Je [désirerais] donner aux officiers d’infanterie des spontons, assez légers pour qu’ils puissent les porter facilement ; assez longs pour qu’en serrefile le sponton puisse passer de six pouces [16,2 cm] la bayonnette du premier rang. Faites m’en faire un modèle.
Bonaparte53. »

36Nous ignorons si le général Dommartin a donné suite à cet ordre mais l’existence de celui-ci témoigne d’un besoin que les rédacteurs de l’ordonnance de 1766 n’ont peut-être pas assez pris en compte : dans le combat en ligne à l’européenne où chacun occupe une place précise, l’officier doit être facilement repérable car les sous-officiers et les soldats se positionnent par rapport à lui. La demande de Bonaparte n’a rien de nostalgique ou de passéiste, elle est avant tout pratique : une arme qui dépasse de plus de 16 cm les baïonnettes du premier rang constitue un repère visuel commode pour une troupe en formation linéaire et qui doit s’y maintenir.

  • 54 Le texte français, traduit de l’italien, emploie le terme de « piques » mais peut-être s’agit-il d (...)

37Les qualités disciplinaires des armes d’hast trouvent, quant à elles, une ultime et magistrale illustration à Waterloo le 18 juin 1815. Auteur d’une minutieuse et remarquable étude de cette bataille décisive, l’historien italien Alessandro Barbero relate, peu après la chute de la Haye-Sainte, l’avancée de l’artillerie française soutenue par la cavalerie. La situation de l’infanterie anglaise, disposée en carrés à quelques centaines de mètres des pièces françaises, devient alors extrêmement critique. Au bord de la rupture en raison de pertes considérables, elle montre pourtant toute sa ténacité et les armes d’hast ont leur part dans cette glorieuse résistance. Ainsi dans le carré du 3/1er Foot Guards, les sergents se tiennent derrière leurs hommes, leurs piques54 à l’horizontale, pour les obliger à rester en ligne. Alessandro Barbero cite le témoignage très éloquent de l’un de ces sergents :

  • 55 Barbero A., Waterloo, Paris, Flammarion, 2008, p. 376-377.

« La situation de notre bataillon était à un certain point, si désespérée, que la ligne n’a été maintenue que grâce à nos piques tenues en hauteur contre l’échine de nos hommes. Non par manque de courage de leur part, mais parce qu’ils étaient au désespoir55. »

*

38Les exemples développés ci-dessus démontrent que, jusqu’au début du XIXe siècle, les armes d’hast des cadres de l’infanterie conservent de réels atouts dans les combats, dont les formes tactiques restent proches de celles de l’Ancien Régime. Dans les guerres de l’âge moderne en effet, les formations en ordre serré (la ligne et la colonne) dominent et confèrent aux officiers et aux sous-officiers un rôle majeur en termes de discipline et de maintien de la cohésion des troupes. Les campagnes révolutionnaires et impériales, qui développent l’autonomie du soldat à travers l’emploi des tirailleurs, constituent une première brèche au système des rangs serrés, irrémédiablement condamné après 1850, à la suite de l’apparition des armes à tir rapide et à longue portée.

Figure 3. – Capitaine avec l’esponton et lieutenant avec le fusil, régiment de Boufflers, d’après Jacques-Antoine Delaistre (1690-1765), album inv. 10849, planche 96, vers 1721. © Paris, musée de l’Armée/DRHAP, C. Banar.

Notes

1 Plus précisément dans la sous-série 1 M, « Mémoires et Reconnaissances ». Des documents très intéressants peuvent également être consultés sur cette question dans les archives de l’artillerie : voir notamment le carton portant la cote 4 W 562 consacré à l’armement des officiers et des sous-officiers de 1754 à 1945.

2 Arme d’hast : arme à hampe longue munie d’un fer (pique, hallebarde, pertuisane, esponton, etc.).

3 Afin de respecter les limites imparties à la présente contribution, nous en excluons l’usage des pistolets, souvent achetés par les officiers à leurs frais. Du reste, ces armes n’apparaissent pas dans le débat dont il est question ici. Les lecteurs souhaitant connaître en détail l’utilisation des pistolets trouveront des exemples très éclairants dans Jean-François Martin de La Colonie, Mémoires de Monsieur de La Colonie, maréchal de camp des armées de l’électeur de Bavière, édition présentée et annotée par Anne-Marie Cocula, Paris, Mercure de France, 1992.

4 À l’époque de 13 pieds ou 4,22 m. La pique est supprimée dans l’infanterie française par l’ordonnance royale du 1er octobre 1703.

5 « Ordonnance du roi portant que dorénavant les officiers seront armés d’espontons de 7 à 8 pieds de longueur », 10 mai 1690, citée par Joseph Margerand, Armement et équipement de l’infanterie française du XVIe au XXe siècle, Paris, Les Éditions militaires illustrées, 1945, p. 81-82.

6 Les sergents sont armés de la hallebarde depuis l’époque de la formation des régiments, vers 1560. Cf. Margerand J., op. cit., p. 101.

7 Surirey de Saint-Rémy, Mémoires d’artillerie, Paris, Jean Anisson, 1697, t. I, p. 288.

8 Le terme de « sergent » n’est-il pas l’association de la forme contractée du verbe « serrer » et du nom commun pluriel « gens » ?

9 Ce mémoire est daté de 1697 par François Bonnefoy, Les Armes de guerre portatives en France, du début du règne de Louis XIV à la veille de la Révolution (1660-1789), Paris, Librairie de l’Inde, 1991, p. 51. Cf. Oisivetés, tome VII, mémoire sur la solde, l’habillement et les armes de l’infanterie, dans Albert De Rochas d’Aiglun, Vauban, sa famille et ses écrits, ses Oisivetés et sa correspondance. Analyse et extraits, Genève, Slatkine, 1972 [réimp. Paris, 1910], I, p. 292. Voir aussi la reproduction de ce texte dans Michèle Virol (dir.), Les Oisivetés de Monsieur de Vauban, Seyssel, Champ Vallon, 2007, « Moyen d’améliorer nos troupes et de faire une infanterie perpétuelle et très excellente », p. 1076. Dans cette édition, la rédaction du mémoire est située entre 1689 et 1703.

10 Le comte Pierre d’Artagnan (1645-1725) est un cousin germain du célèbre Charles de Batz de Castelmore, dit d’Artagnan, mort au siège de Maastricht en 1673, héros d’Alexandre Dumas dans les Trois Mousquetaires. Major des Gardes françaises, directeur général de l’infanterie, il est fait maréchal de France après la bataille de Malplaquet et prend alors le nom de Montesquiou. C’est un proche collaborateur de Louvois puis du roi, auquel il accède directement « par les derrières » (Saint-Simon). En 1703, il s’oppose à la suppression des piques dans l’infanterie, mesure réclamée par Vauban et finalement validée par Louis XIV.

11 Baron de Pirch, capitaine de dragons à la suite de la Légion corse, « Mémoire raisonné sur les parties essentielles de la tactique », rédigé et présenté au marquis de Monteynard, secrétaire d’Etat de la Guerre, vers 1772, SHD, 1 M 1712, no 27, p. 82-83. Selon le baron de Pirch, le gain apporté par les tirs de l’officier ne compense pas l’absence d’attention au maintien de l’ordre parmi les troupes.

12 Charles O’Brien de Clare, comte de Thomond, est colonel du régiment irlandais portant son nom. Colonel en 1720, brigadier en 1734, maréchal de camp en 1738, lieutenant général en 1744, maréchal de France en 1757.

13 En 1758, M. de Cornillon est brigadier des armées du roi et major général de l’armée du Bas Rhin.

14 Par postes, il faut entendre des retranchements solidement établis, constituant des positions à la puissance de feu considérable, capables de briser une attaque en ligne ou en colonne de l’infanterie. Comme exemples de postes, on peut citer les fortins de l’armée de Pierre le Grand à Poltava (1709) ou ceux des forces françaises de Maurice de Saxe à Fontenoy (1745). Cf. Bois J.-P., « Maurice de Saxe, tactique et politique », introduction aux Rêveries, Paris, Commission française d’histoire militaire-ISC-Economica, 2002, p. 60-61.

15 Milord Clare, « Mémoire sur l’armement des officiers d’infanterie », 1749, SHD, 1 M 1703, no 1, p. 1-3.

16 Opinions du marquis de Brézé sur l’armement des officiers et des sergents, 1750, SHD, 4 W 562.

17 Milord Clare, « Mémoire sur l’armement… », 1749, op. cit., p. 3.

18 Anonyme, « Réflexions sur les modifications proposées dans l’exercice de l’infanterie », sans date (vers 1750), SHD, 1 M 1704, no 107, article 4. Si l’officier est médiocre, précise l’auteur, « il s’amusera à tirer, ce qui augmentera le bon nombre des coups de fusils ».

19 Cornillon, « Mémoire pour l’armement de MM. les officiers », 1758, SHD, 4 W 562.

20 Ordonnance réglant les armes des officiers d’infanterie, 1er décembre 1710, dans Sr de Briquet, Code militaire ou compilation des ordonnances des rois de France concernant les gens de guerre, Paris, Savoye, 1761, t. IV, p. 316-317.

21 Margerand J., op. cit., p. 87.

22 Le rapport des archives de Vincennes emploie le terme de hallebarde, bien qu’il s’agisse, à cette date, d’une pertuisane.

23 Anonyme, « Points discutés dont on a fait le rapport aux assemblées de messieurs les Inspecteurs d’infanterie des 7, 13 et 19 décembre 1749 et 15 janvier 1750 », 15 janvier 1750, SHD, 1 M 1704, no 94, p. 1-2.

24 Ordonnance sur le maniement des armes de l’infanterie française et étrangère, 7 mai 1750, bibliothèque du musée de l’Armée, Ga 55 (4).

25 Règlement sur la construction des espontons des officiers d’infanterie, 1er mai 1754, dans Sr de Briquet, op. cit., t. IV, p. 320-321.

26 Ordonnance sur l’exercice de l’infanterie, 6 mai 1755, bibliothèque du musée de l’Armée, Ga 55 (4). Voir le commentaire de Charles Buttin, « L’esponton d’officier », Bulletin de la Société des amis du musée de l’Armée, no 50, 1946, p. 38.

27 François de Chevert, lettre au maréchal de Belle-Isle, 29 avril 1758, citée par Joseph Margerand, op. cit., p. 90-91. Le désordre qui règne parmi les troupes est l’un des principaux problèmes des forces françaises engagées dans cette guerre. Il se manifeste par des phénomènes d’indiscipline et de pillage.

28 Louis de Bourbon-Condé, comte de Clermont (1709-1771). Il commande en chef de l’armée de Bohême en remplacement du maréchal de Richelieu le 17 janvier 1758. Vaincu à Crefeld le 23 juin 1758, Clermont est relevé de son commandement.

29 Maréchal de Belle-Isle, lettre à Cornillon, 6 mai 1758, citée par Joseph Margerand, op. cit., p. 92.

30 « Ordonnance du Roi concernant l’armement des Officiers & des Sergens des Compagnies de Fusiliers », 31 octobre 1758, bibliothèque du musée de l’Armée, Ga 55 (4), p. 1-2.

31 « Ordonnance du Roi concernant l’armement des Officiers & des Sergens des Compagnies de Fusiliers de ses Troupes, et des cartouches ou demi-gibernes dont ils doivent être pourvus », 9 décembre 1758, bibliothèque du musée de l’Armée, Ga 55 (4), p. 1-3.

32 Les aides-majors et sous-aides-majors disparaissent en 1776.

33 Ordonnance sur l’exercice de l’infanterie, 20 mars 1764, bibliothèque de l’École militaire, réserve 1171, A VIII-9.

34 Ordonnance sur l’exercice de l’infanterie, 1er janvier 1766, bibliothèque de l’École militaire, réserve 1185, A II-25.

35 Règlement du 1er octobre 1786 sur l’habillement et l’équipement des troupes, bibliothèque du musée de l’Armée, GA 5512, chapitre Infanterie, article 10 : « De l’armement des Officiers », p. 24.

36 Buttin Ch., art. cit., p. 38.

37 Opinions du marquis de Brézé sur l’armement des officiers et des sergents, 1750, SHD, 4 W 562.

38 Règlement sur la construction des espontons des officiers d’infanterie et des fusils de ceux des compagnies de grenadiers, 1er mai 1754, dans Sr De Briquet, op. cit., t. IV, p. 321.

39 Pellisier J., « Un fusil d’officier personnalisé du modèle 1754-1759 », Gazette des armes et des uniformes, no 213, juillet-août 1991, p. 17.

40 Milord Clare, « Mémoire sur l’armement des officiers », inspection de 1755, SHD, 4 W 562.

41 « Ordonnance du Roi concernant l’armement des Officiers & des Sergens des Compagnies de Fusiliers », 31 octobre 1758, bibliothèque du musée de l’Armée, Ga 55 (4), p. 2.

42 Fusil d’officier d’infanterie modèle 1754, musée de l’Armée, inv. 1969 Br. Nous avons eu en main ce fusil le 3 septembre 2008 et l’impression de légèreté est réelle. La baïonnette associée (inv. Jb 701) a une longueur totale de 33 cm et pèse 155 g.

43 Fusil d’officier d’infanterie modèle 1754, musée de l’Armée, inv. 1969 Br.

44 Cette longueur est établie en fonction de la distance qui doit séparer chaque rang lorsque les soldats se disposent en bataille ; cette distance équivaut à la longueur de deux hallebardes soit 4,22 m.

45 Margerand J., op. cit., p. 101.

46 Le Service historique de la Défense de Vincennes conserve un dessin-modèle de la pertuisane de 1714. Ce document est reproduit dans Christian Ariès, Armes blanches militaires françaises, cahier XIV, 4e fascicule, 1969, p. 2, planche 9, figure 2a. La lame de la nouvelle arme étant symétrique, il s’agit plutôt d’une pertuisane mais le dessin atteste de l’attachement à l’ancienne appellation car il est légendé « modele de l’halebarde ». En dépit de sa suppression officielle dans l’infanterie du roi en 1670, la pertuisane n’a, dans les faits, pas été complètement abandonnée jusqu’à sa « réapparition » en 1714, comme en témoignent certaines œuvres peintes, ainsi que les illustrations des ouvrages de Louis de Gaya et de Pierre Giffart. La persistance de la pertuisane durant la période comprise entre 1670 et 1714 pourrait s’expliquer par son coût de fabrication, moins élevé que celui de la hallebarde.

47 Marquis de Pezé, lettre à d’Angervilliers, 9 mars 1734, citée par Joseph Margerand, op. cit., p. 102-103.

48 Les hallebardes du début des années 1750 offrent une diversité de modèles jugée préjudiciable à l’uniformité de l’armement. En service depuis une longue période, elles sont sans doute en mauvais état et nuisent, de cette façon, à l’image des sergents et des régiments auxquels ils appartiennent. Cet état de fait conduit de plus en plus de sergents à préférer le fusil plutôt que la hallebarde. Voir Joseph Margerand, op. cit., p. 103.

49 Idem.

50 Ordonnance sur l’exercice de l’infanterie, 20 mars 1764, bibliothèque de l’École militaire, réserve 1171, A VIII-9.

51 Ordonnance sur l’exercice de l’infanterie, 1er janvier 1766, bibliothèque de l’École militaire, réserve 1185, A II-25. Les mêmes mesures s’appliquent aux fourriers et, parmi les hommes du rang, aux caporaux et aux appointés.

52 Règlement du 1er octobre 1786 sur l’habillement et l’équipement des troupes, bibliothèque du musée de l’Armée, GA 5512, chapitre Infanterie, article 9 : « De l’armement des bas Officiers & Soldats », p. 23.

53 Napoléon Bonaparte, lettre au général Dommartin, 1er frimaire an VII (21 novembre 1798), présentée dans L’Aigle et la Plume. Le retour des manuscrits, exposition organisée par la société Aristophil et le musée de l’Armée, en partenariat avec la Fondation Napoléon, dôme des Invalides, 3 décembre 2008-1er mars 2009, document no 10.

54 Le texte français, traduit de l’italien, emploie le terme de « piques » mais peut-être s’agit-il de hallebardes ou de pertuisanes, armes spécifiques des sergents.

55 Barbero A., Waterloo, Paris, Flammarion, 2008, p. 376-377.

Table des illustrations

Légende Figure 1. – © Paris, musée de l’Armée/DRHAP, C. Banar.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132759/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 157k
Légende Figure 2. – Fusil d’officier d’infanterie modèle 1754, musée de l’Armée, inv. 1969 Br. Photo Boris Bouget, Les sergents : le fusil contre la hallebarde/pertuisane.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132759/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Figure 3. – Capitaine avec l’esponton et lieutenant avec le fusil, régiment de Boufflers, d’après Jacques-Antoine Delaistre (1690-1765), album inv. 10849, planche 96, vers 1721. © Paris, musée de l’Armée/DRHAP, C. Banar.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132759/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 207k

Auteur

Division de la recherche historique, musée de l’Armée, Paris

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search