Version classiqueVersion mobile

Expériences de la guerre, pratiques de la paix

 | 
Guy Saupin
, 
Éric Schnakenbourg

Première partie. L’art de la guerre

Réconcilier le « technique » et « l’affectif » : la charge de cavalerie au XVIIIe siècle

Frédéric Chauviré

Texte intégral

  • 1 Initiée par le travail précurseur de Georges Duby (Le dimanche de Bouvines, 1973), la « nouvelle » (...)
  • 2 Bois J.-P., « Plaidoyer pour une histoire tactique de la guerre au XVIIIe siècle », in L’armée au (...)
  • 3 Bois J.-P., « L’homme dans la bataille à l’époque moderne », in Cahiers du Centre d’études d’histoi (...)

1Par ses recherches propres et celles qu’il a dirigées, le professeur Bois a largement contribué au rayonnement de l’histoire militaire, histoire pensée comme une analyse des armées, des institutions et des hommes qui les animent, de leurs rapports avec la société qui les produit. Il a notamment participé à la renaissance de l’histoire bataille, autrefois disqualifiée par les Annales1. Attaché à mettre en exergue les structures révélées par l’histoire bataille, il fait aussi une large part à l’individu dans toutes ses dimensions2. Dans cette perspective, Jean-Pierre Bois s’est montré particulièrement soucieux de réconcilier le « technique » et « l’affectif ». Les historiens s’attachaient autrefois principalement au premier, alors que le second était le domaine exclusif des romanciers, or la construction de l’histoire bataille impose de croiser les deux et « d’interroger le combattant3 ».

  • 4 Cette culture matérielle, définie notamment par Daniel Roche, consiste à appliquer à des objets de (...)

2L’étude de la charge de la cavalerie lourde au XVIIIe offre justement un champ de recherche susceptible de concilier ces différentes dimensions. La dimension technique en premier lieu, avec l’apport incontournable de la culture matérielle4. Il s’agit là par exemple de comprendre les contraintes liées à l’usage des armes, les effets produits. L’aspect technique c’est aussi l’équitation, la façon d’utiliser son cheval au combat, la vitesse de charge. Ce sont également les cadres, administratifs ou tactiques, qui structurent et animent les armées. C’est enfin la tactique proprement dite, l’art de faire évoluer et manœuvrer les unités, de les diriger au combat.

  • 5 « La sphère dans laquelle les calculs savants peuvent se briser sur des réactions primaires incont (...)
  • 6 « La science qu’on nomme tactique a bien sa raison d’être ; mais elle est vaine si le courage, l’a (...)
  • 7 « Le bruit des armes, la poussière et la fumée, l’attente et la peur, l’odeur de la poudre et du s (...)

3Le domaine de « l’affectif » serait lui aussi très étendu. C’est par exemple le « combat élémentaire » d’Hervé Coutau-Bégarie5. C’est la peur, la force, le courage, éléments sans lesquels la tactique reste vaine6. Comme le souligne Jean-Pierre Bois, l’historiographie moderne n’a peut-être pas assez insisté sur le degré de courage, de fermeté morale qu’exigeaient des soldats les effroyables batailles rangées des guerres d’ancien régime7. Mais on ne peut se limiter au « cœur » et aux émotions des simples cavaliers. Il faut également s’interroger sur leur identité, leurs origines sociales et géographiques. L’étude de la charge se positionne donc au croisement de problématiques techniques, sociales et anthropologiques.

4Bien entendu ces perspectives sont extrêmement larges, et il n’est pas possible de les développer dans ces quelques pages. C’est pourquoi il semble plus pertinent de privilégier quelques axes pouvant apparaître comme particulièrement significatifs de la manière dont la technique et l’affectif s’appuient l’un sur l’autre pour permettre au chercheur de pénétrer au cœur du combat. Nous aborderons ainsi la question de l’adoption du galop, grande innovation du XVIIIe siècle, puis celle du maniement du sabre. Nous tenterons enfin de montrer comment le croisement de ces données techniques et humaines autorise à envisager la charge dans sa globalité.

L’adoption du galop au XVIIIe siècle

5L’allure est un des principes essentiels qui déterminent la forme et le déroulement d’une charge. Les changements qui interviennent dans ce domaine sont donc très révélateurs de l’évolution de la morphologie de la charge. De ce point de vue, l’adoption du galop au XVIIIe siècle apparaît comme un phénomène très significatif. Mais cette problématique offre un autre intérêt, elle permet à l’historien, à travers des données initialement techniques, d’accéder à la dimension humaine de la guerre.

La situation dans les premières décennies du siècle

  • 8 Les expériences de Drummond de Melfort montrent que, selon le terrain, la vitesse d’un escadron au (...)

6Les hommes de l’art ont l’habitude de distinguer trois allures « naturelles » : le pas, le trot et le galop. La question de la vitesse (exprimée en rapport espace-temps) de chacune de ces allures est l’une des plus difficiles à résoudre pour l’historien. En effet, aux XVIe et XVIIe siècles on ne se soucie guère de la mesurer avec précision, les outils intellectuels et les instruments de mesure manquent encore. À partir du XVIIIe siècle les travaux des officiers et des écrivains militaires permettent de fixer quelques « fourchettes » : ainsi, pour le galop en escadron, entre 13.3 et 19 km/h8. Cependant, au-delà de cette difficulté, l’étude de l’allure constitue un élément essentiel pour la compréhension de la charge, car elle met en jeu des données aussi fondamentales que l’instruction des hommes et des montures, le poids des armes défensives, le choix des armes offensives.

7Ces données permettent d’ailleurs de comprendre pourquoi le galop, allure privilégiée de la cavalerie lourde dans la première moitié du XVIe siècle, fut en grande partie abandonné par la suite. Celui-ci était en effet fondamentalement lié à l’usage de la lance, arme qui nécessite une vitesse élevée pour pouvoir donner sa pleine mesure. Or, à partir du milieu du XVIe siècle, l’adoption du pistolet, l’élargissement du recrutement et la moindre qualité des montures induisent l’abandon progressif de la lance. Le galop n’est donc plus nécessaire, il devient même contre-indiqué.

  • 9 « Ainsi généralement parlant, la cavalier françois, surtout depuis qu’il n’est plus enrôlé que pou (...)

8Même si certaines données techniques se modifient par la suite, le trot demeure encore au début du XVIIIe siècle l’allure dominante de la charge. Les armes défensives se sont considérablement allégées, l’emploi du pistolet est de plus en plus contesté, voire interdit, mais l’instruction des cavaliers et des montures constitue encore une limite presque indépassable. Il n’y a guère alors que les troupes d’élites ou les Suédois de Charles XII (1682-1718), l’un des meilleurs cavaliers de son temps, qui peuvent se permettre de charger au galop. Les propos du chevalier de Chabo, qui concernent le milieu du siècle, s’avèrent de ce point de vue très révélateurs. Les hommes qui composent la cavalerie française n’ont souvent pas ou peu de culture équestre, « généralement parlant le François ne naît pas cavalier, ce n’est que par application et à force d’instruction qu’il le devient. […] Le tiers des cavaliers au plus l’est par goût, et les deux autres tiers le sont ou par honneur ou par crainte des châtiments9 ».

  • 10 Billon J. de, Les principes de l’art militaire, Rouen, Berthelin, 1641 (1re édition 1612), p. 254.

9Or, à ces hommes qui ne sont pas cavaliers, on ne dispense qu’une instruction équestre très lacunaire et sans véritables principes. Il est donc le plus souvent impossible d’exiger de ces cavaliers qu’ils prennent le galop au combat, sous peine de voir l’escadron se désagréger avant même d’arriver au contact. À cette inaptitude pour l’équitation s’ajoute la méfiance traditionnelle des officiers envers ces hommes du peuple, dont ils redoutent la lâcheté. « Encore n’est-il pas bon d’aller au galop, jugeait Jean de Billon au début du XVIIe siècle, car ceux de devant ne sauraient si peu marcher que les autres rangs ne s’ouvrent et demeurent en arrière10. » Une opinion sans aucun doute encore largement partagée au début du siècle suivant. Une allure modérée permet donc de mieux contrôler les soldats, quitte à abattre ceux qui tenteraient de fuir.

Les réformes de Frédéric II

  • 11 Voir les pages que Warnery consacre à ce sujet, Remarques sur la cavalerie, Anselin, Paris, 1828, (...)

10Le trot est donc l’allure la plus rapide généralement utilisée pour la charge au début du XVIIIe siècle. C’est encore le cas lorsque Frédéric II s’engage dans la première guerre de Silésie en 1740. Le jeune souverain dispose alors d’une cavalerie fort peu opérationnelle. Davantage entraînés pour la parade que pour le champ de bataille, les cavaliers prussiens doivent parfois se contenter de charger au pas allongé. La bataille de Mollwitz (1741), où Frédéric frôle le désastre, illustre dramatiquement son inefficacité. Le roi réagit rapidement. Convaincu que l’allure de sa cavalerie est beaucoup trop lente, il décide qu’elle chargera désormais au galop. Il va pour cela jouer sur deux facteurs essentiels, qui sont justement la marque de la cavalerie prussienne : l’instruction et l’encadrement. Le roi entend que ses officiers ne se comportent pas comme de simples cavaliers, mais plutôt comme des cadres gardant le contrôle de leurs hommes afin de les maintenir dans le rang et de contenir les velléités de fuite. La très haute qualité de l’instruction et la discipline de fer de l’armée prussienne contribuent bien sûr également à cet objectif. Pour la première fois est mise en place une approche véritablement systématique de l’instruction équestre, tant individuelle que collective. Les cavaliers montent chaque jour et s’exercent sur tous les types de terrain, par escadron, régiment et brigade11. Cette instruction, à la fois exigeante et pragmatique, est sans nul doute la clé du succès de la cavalerie prussienne.

  • 12 Nosworthy B., The Anatomy of Victory, Battle Tactics, 1689-1763, New York, Hippocrene Books, 1990, (...)

11Elle lui permet en tout cas d’accomplir des progrès significatifs dans le domaine de l’allure. Moins de deux mois après Mollwitz, Léopold d’Anhalt-Dessau mentionne pour la première fois la cavalerie prussienne au galop, dans les trente derniers pas. La distance de galop s’accroît ensuite singulièrement vite. En juillet 1744, il est mentionné que le galop doit désormais être pris à 200 pas de l’ennemi, à la fin de leur course les cavaliers doivent en outre s’abandonner à pleine vitesse. Charles XII lui-même se trouve bientôt dépassé. En effet, le niveau moyen du cavalier prussien ne cessant d’augmenter, sa capacité à maintenir le galop sur une grande distance s’accroît d’autant. En 1750, Frédéric demande à ses escadrons de charger sur 1 000 mètres, les 450 derniers étant parcourus à pleine vitesse. On atteint même cinq ans plus tard la distance à peine croyable de 1.6 kilomètres, les 540 derniers mètres à pleine vitesse12.

  • 13 Cité par B. Nosworthy, op. cit, p. 168

12L’ampleur des chiffres ainsi atteints et la prouesse technique qu’ils supposent ne sauraient faire oublier qu’il s’agit bien de combattre, et que l’homme, le soldat, occupe une place centrale dans la pensée du roi de Prusse. Sa réflexion sur l’importance de ce que l’on n’appelait pas encore les « forces morales » le conduit notamment à établir une relation entre le moral des cavaliers et l’allure de l’attaque. Plus précisément, le trot semble avoir des effets négatifs sur le moral des hommes. Le principal inconvénient de cette allure lente réside selon lui dans le fait qu’elle donne au cavalier le temps de penser. Il a ainsi l’occasion de songer au danger et de tenter de s’y soustraire. « Je conduis mes escadrons à la charge au grand galop, dit le roi, parce qu’alors la peur emporte les couards avec les autres ; ils savent que si ils hésitent au milieu de la ruée ils seront écrasés par le reste de l’escadron13. »

  • 14 Cantal P., Etudes sur la cavalerie, Paris, Lavauzelle, 1905, p. 40.

13Le galop contraint donc les lâches, mais il permet aussi aux autres de faire en quelque sorte abstraction du danger, emportés par l’ivresse de la charge. Pierre Cantal, au début du XXe siècle, rend parfaitement compte des principes qui sous-tendent cette doctrine. « Le cavalier qui veut charger à fond pique du nez dans la crinière de son cheval, lui met les éperons au ventre et, hurlant pour ne pas entendre, fermant les yeux pour ne pas voir, se lance au-devant du choc comme on se précipite dans le vide, sans réfléchir. Telle est la vraie charge […] celle de l’homme saoul sur le cheval emballé14. » À ce moment crucial de la charge, où la tension est à son comble et où la peur peut faire échouer l’attaque, l’adoption d’une allure très rapide peut apparaître comme un moyen de soutenir le moral des cavaliers prussiens tout en ébranlant celui de l’adversaire.

  • 15 Tavannes, de Saulx J., vicomte de, Mémoires du très noble et très illustre Gaspard de Saulx, seign (...)
  • 16 À l’exception notable de Charles XII, modèle de Frédéric II. Cependant les innovations du roi de S (...)

14Il est intéressant d’observer que ces réflexions s’opposent nettement à une conception beaucoup plus ancienne du rapport entre l’allure et le moral. Certains auteurs, comme Tavannes, justifiaient ainsi l’usage du trot par le fait que cette allure lente rendait possible que les lâches fussent « plus aisément vus et reconnus de leur capitaine », ce qui les empêchait de « tenir bride, et de se dépêtrer de la charge15 ». L’objectif de Frédéric reste le même que celui de Tavannes, mais le moyen utilisé prend le contre-pied complet des pratiques suivies jusqu’alors16. C’est en accélérant la vitesse et non plus en respectant une allure modérée que le roi entend empêcher les « couards » de fuir ou d’éviter le contact.

15Les choix techniques du roi de Prusse sont donc orientés par sa connaissance des soldats. Il choisit de privilégier une allure parce qu’il la juge plus adaptée aux caractéristiques psychologiques de ses hommes. Ce lien entre les aspects techniques et la dimension humaine du combat apparaît au moins aussi évident si l’on envisage la question qui suit immédiatement celle de l’allure dans la logique de la charge : le maniement de l’épée.

De taille ou d’estoc ? Le maniement du sabre au combat

  • 17 Pour les gens du XVIe siècle, écrit Ellery Schalk, « la noblesse était une fonction spécifique à r (...)
  • 18 Selon la formule d’Hervé Drevillon et Pascal Brioist, l’épée est « symbole, métaphore, signe de di (...)

16Plus qu’une arme, on le sait, l’épée est au cœur d’un système de représentations socioculturelles. Symbole et élément d’identification, elle est évidemment associée à la noblesse et à ce qui constitue le domaine d’expression privilégié de sa vertu : la guerre17. Contrairement à la lance, l’épée n’a jamais cessé d’être employée au combat. La dimension symbolique de l’arme ne doit ainsi pas faire oublier qu’elle est justement aussi une arme, un « objet fatal18 ». Elle est même l’une des armes essentielles de la cavalerie, et l’on ne pourrait pas appréhender correctement la charge si l’on n’envisageait pas la manière dont elle est utilisée au combat.

Le point de vue des officiers et écrivains militaires

17Il faut tout d’abord rappeler que la première difficulté à laquelle sont confrontés les cavaliers réside dans le simple fait de sortir le sabre du fourreau. Le cavalier doit en effet aller chercher l’épée en la faisant passer au-dessus du bras gauche, celui qui tient la bride, afin de ne pas perdre le contrôle du cheval. C’est la raison pour laquelle, à partir du XVIIe siècle, nombre de cavaliers préféraient sortir leur arme avant le début de la charge et la gardaient attachée à leur poignet par une dragonne.

18Une fois l’arme sortie du fourreau se pose la question de son utilisation. Le sabre présente la particularité de permettre de frapper aussi bien de taille (du tranchant) que d’estoc (de la pointe), il est donc possible de s’interroger pour savoir laquelle des deux méthodes s’avère la plus efficace durant la charge. Il semble en fait qu’il n’y ait pas eu de réelle controverse jusqu’au début du XVIIIe siècle, les officiers ou les écrivains militaires ne paraissant pas vouloir favoriser l’une ou l’autre. Le premier grand capitaine à afficher sa préférence est Charles XII. Le roi de Suède interdit en effet à ses cavaliers d’utiliser autre chose que la pointe. En France, il faut attendre la longue période de paix relative qui sépare la guerre de Succession d’Espagne de celle de la Succession d’Autriche pour voir les officiers et écrivains militaires s’intéresser à la question. La plupart d’entre eux défendent, comme Charles XII, l’usage privilégié de l’estoc.

  • 19 D’Authville, Essai sur la cavalerie tant ancienne que moderne, Paris, Jombert, 1756, p. 257. « D’a (...)
  • 20 Les soldats concernés ont vraisemblablement été sabrés par des cavaliers russes. Englund P., Polta (...)

19Leur argumentation se fonde souvent sur des analyses techniques approfondies. D’Authville observe ainsi que, « avec quelque force qu’un coup de tranchant soit appuyé, il tue rarement ; les armes défensives en garantissent souvent, ou à défaut les os empêchent qu’il ne pénètre, au lieu que la pointe enfoncée seulement de deux doigts fait une blessure mortelle ou très difficile à guérir19 ». Pour être réellement efficace le coup de taille doit être appliqué avec soin, car « pour peu que le poignet fléchisse à droite ou à gauche le sabre n’oppose plus le tranchant à la colonne d’air qu’il veut fendre, laquelle rencontrant une plus grande superficie résiste davantage, ramène le sabre tout à fait sur son plat ». Des études menées récemment sur des soldats suédois retrouvés sur le champ de bataille de Poltava (1709) semblent aller dans ce sens : les coups de taille, bien que puissants et souvent portés à la tête, ne paraissent pas avoir été suffisants pour entraîner directement la mort20.

  • 21 Brézé, Argentero, marquis de, Observations historiques et critiques sur les commentaires de Folard (...)

20Certes, le coup de pointe tend à enfoncer profondément l’épée, mais cet inconvénient ne doit pas être exagéré. « On prétend, dit Brézé, que lorsqu’on a frappé son ennemi d’un grand coup d’épée, il est très difficile de l’en retirer. Mais je réponds qu’il est assez rare que l’on s’approche assez de son ennemi étant à cheval, de façon à lui enfoncer toute la lame dans le corps ; cela n’arrivera peut-être sur cent que un coup, et dans ce cas que risque-t-on21 ? » Ces froides considérations techniques ont le mérite de rappeler que, pour le simple soldat, la « guerre en dentelle » n’a décidément rien d’un combat d’opérette.

Les réticences des cavaliers

  • 22 Il faut « donner une épée plus longue au cavalier, et au lieu de le faire sabrer le faire pointer  (...)

21Il apparaît ainsi que la plupart des officiers affichent une nette préférence pour les coups d’estoc, du fait notamment de la faible létalité des coups de taille. Pourtant il semble que l’usage des coups de pointe n’allait pas forcément de soi pour les simples cavaliers. Il pourrait y avoir eu de leur part une certaine réticence, qui expliquerait les injonctions répétées des officiers en faveur de l’estoc22.

  • 23 Von Jeney, Le partisan ou l’art de faire la petite guerre avec succès selon le génie de nos jours, (...)

22Von Jeney est l’un des rares auteurs du XVIIIe à défendre l’usage des coups de tranchant. Sa position est intéressante, et le fait qu’il soit officier des troupes légères, et non de la cavalerie de ligne, ne doit pas conduire à la négliger. Il ne nie pas en effet que les coups de pointe soient plus meurtriers que les coups de taille, mais il souligne que ce n’est pas là l’objectif principal que l’on doit se donner lors d’un combat de cavalerie. Le cavalier qui pointe son adversaire est contraint de s’arrêter pour dégager sa lame, pendant ce temps un dragon aura sabré et blessé trois de ses ennemis, « sinon mortellement du moins seront-ils hors du combat : c’est ce qu’on doit chercher dans une bataille, tant pour l’intérêt que pour la gloire du souverain23 ».

  • 24 La Touche Ph. de, Les vrays principes de l’espée seule, Paris, F. Muguet, 1670, p. 96.
  • 25 C’est ce que rappelle Brézé, qui fait de ce facteur l’une des principales raisons, avec l’insuffis (...)
  • 26 Cantal P., Études sur la cavalerie, Paris, Lavauzelle, 1905, p. 40.

23Cet état d’esprit est sans doute celui qui domine chez les simples cavaliers. Ils ne cherchent pas à tout prix la mort de leur ennemi, il leur suffit qu’il soit hors de combat. D’autant que les combats de cavalerie sont souvent très rapides, l’épée doit « aller et venir comme un éclair » et les cavaliers doivent prendre garde à tout ce qui se passe autour d’eux24. Dans un tel contexte, nombre d’entre eux se contentent sans doute d’asséner maladroitement des coups de tranchant, gestes peu efficaces mais ne nécessitant aucune habileté particulière25. Il est en outre vraisemblable que les cavaliers songent alors davantage à se préserver qu’à frapper. Cette vérité est rappelée au début du XXe siècle par Pierre Cantal. Dans la mêlée, écrit-il, l’emploi des armes est presque illusoire, l’immense majorité des soldats étant trop émue pour songer à s’en servir : « sur cent cavaliers, rapporte un officier du Premier Empire, deux ou trois ne songent qu’à pointer ; ce sont eux qui font toute la besogne utile ; cinq ou six parent les coups qu’on leur porte, et parfois allongent un coup de taille lorsqu’ils en voient la possibilité, sans courir aucun risque. Le reste est taillable et pointable à merci26 ».

24Il serait donc nécessaire de nuancer les analyses recueillies dans les ouvrages et les propos des officiers. Comme souvent en histoire militaire on se trouve en effet confronté à un certain décalage entre le discours théorique et la réalité des pratiques du champ de bataille. La plupart des officiers s’accordent à reconnaître la supériorité des coups de pointe, mais cela ne signifie pas que les soldats utilisent réellement leurs armes de cette manière. Leur façon d’envisager la charge ne correspond pas forcément à celle de leurs chefs. Les simples cavaliers, souvent peu exercés, se préoccupent sans doute avant tout d’éviter les coups et d’abréger le combat, ce qui ne peut manquer d’influer sur le maniement des armes.

Une charge de cavalerie au XVIIIe : Soor, 1745

25Des questions comme celles de l’allure ou du maniement des armes sont essentielles pour appréhender le déroulement d’une charge. Le fait de les associer, tout en croisant les approches techniques et humaines, permet d’envisager la réalité d’une charge au XVIIIe siècle. Il est ainsi possible d’imaginer le déroulement d’une charge conduite à Soor (1745) par la cavalerie prussienne contre l’aile gauche autrichienne. Supposons un escadron prussien et son vis-à-vis autrichien. Le premier est à l’aile droite, commandée par le maréchal Buddenbrock qui a déployé ses escadrons en une seule ligne. Le second lui fait face, intégré dans la première ligne de l’aile autrichienne, laquelle est disposée sur trois lignes.

  • 27 Frédéric II, Histoire de mon temps, Bibliothèque historique et militaire dédiée à l’armée et à la (...)

26Les Prussiens sont déployés aux pieds d’une hauteur tenue par la cavalerie autrichienne. Après une demi-heure d’attente sous le feu des canons ennemis, l’escadron prussien reçoit l’ordre de charger27. Il s’ébranle au son de la trompette. La pente lui est défavorable. Qu’importe, Buddenbrock ordonne d’accélérer l’allure. La trompette sonne deux fois et l’escadron passe au trot. Du haut de leur position les Autrichiens voient avec surprise, et sans doute une certaine appréhension, les cavaliers prussiens gravir les flancs de la colline.

  • 28 « L’usage de la cavalerie autrichienne, écrit Frédéric, était alors de tirer à cheval. » Frédéric (...)

27Ce mouvement s’opère sans désordre. À l’intérieur de l’escadron les officiers veillent au maintien des distances et de la cohésion. Les cavaliers doivent former un ensemble le plus hermétique possible, on ne peut laisser se créer de brèche dans le front de l’unité. Lorsqu’il juge la distance convenable, le maréchal Buddenbrock donne à la trompette la consigne de sonner le galop. Il a vraisemblablement attendu plus longtemps que ne le prévoit le règlement (200 pas), mais l’ascension fatigue les chevaux, ils ne doivent pas arriver essoufflés sur l’ennemi. Les cavaliers autrichiens observent avec une tension croissante l’approche très rapide de leurs adversaires. Ils sont en position défensive et attendent donc sans bouger, le mousqueton à la main ; ce qui renforce sans doute la pression psychologique et met leurs nerfs à rude épreuve. L’immobilité n’empêche pas les officiers d’avoir fort à faire pour contraindre les hommes à rester en position. Le capitaine parcourt le front de l’escadron, exhortant ses cavaliers à garder leur calme et à maîtriser leur monture. Ces dernières en effet, irritées par l’attente, effrayées par les bruits de la bataille, tendent à sortir du rang, ou tentent même de mordre leurs voisines. Alors que l’ennemi n’est plus qu’à 20 pas, les cavaliers de l’empereur exécutent une salve. Les Prussiens sont déjà au galop, cette décharge ne les arrête pas28. Quelques hommes tombent au premier rang de l’escadron prussien, quelques chevaux s’effondrent, mais l’on resserre immédiatement les files pour combler la brèche. Ce sont bientôt les derniers mètres de la charge. L’attention de chaque cavalier est désormais entièrement fixée sur la ligne ennemie, sur l’adversaire qui se distingue de plus en plus nettement en face de lui. Il se lève sur ses étriers, le bras tendu, pointant son sabre dans la direction du visage.

  • 29 Burnez, Notes pour le cours de tactique appliqué à la cavalerie, monographie, 1888-1889, EAABC, p. (...)

28Suivant la tactique habituelle, après avoir fait sa décharge l’escadron autrichien doit s’élancer vers l’ennemi. Mais à peine la fumée se dissipe-t-elle que les cavaliers voient les Prussiens fondre sur eux. Même si le terrain défavorable empêche ces derniers de pousser leur monture au maximum, ils peuvent sans doute atteindre une vitesse de galop proche de 15 km/h. Il ne s’écoule alors qu’à peine cinq secondes entre la salve des Impériaux et le contact des deux escadrons. Une partie des Autrichiens a sans doute le temps de mettre le sabre à la main, celui-ci étant normalement déjà sorti du fourreau, attaché par un lien au poignet du cavalier. Mais ce délai de cinq secondes est trop court pour permettre à l’escadron, jusqu’ici à l’arrêt, de prendre un élan suffisant pour résister à l’impact de cavaliers lancés au galop. Une « retenue instinctive », selon l’expression de Burnez, a pu pousser les cavaliers prussiens à ralentir leur allure au dernier moment29. Peut-être, mais leur vitesse leur accorde tout de même un avantage considérable pour « entrer » dans l’escadron ennemi. Ils font en fait plus que d’y entrer, ils le traversent. Il n’est pas question en effet de s’arrêter pour engager un duel. Chaque cavalier ne songe qu’à passer, le plus rapidement possible.

  • 30 Frédéric II, Histoire de mon temps, op. cit, p. 183.

29Les Prussiens se fraient alors un chemin dans l’escadron adverse. À coup d’épaule, de poitrail, leurs montures heurtent celles de l’ennemi, faisant chuter ou déséquilibrant leur cavalier. Les plus habiles pointent leur adversaire, les autres lâchent un coup de tranchant en passant. L’essentiel est moins de tuer l’adversaire que de le mettre hors de combat, et surtout de détruire l’escadron ennemi en tant qu’unité tactique. Cet objectif est assez vite atteint. Les Autrichiens, dont certains ont à peine eu le temps d’empoigner leur sabre, ne parviennent pas à endiguer la vague prussienne. Les rangs et les files se désagrègent sous la poussée, réduisant l’escadron à un ensemble d’individus isolés, incapables d’une résistance cohérente. Les Prussiens ne perdent pas de temps à essayer de tous les éliminer. Cela est inutile, l’escadron n’existe plus. Il y a plus urgent. Immédiatement après être « sortis » de la formation autrichienne, les cavaliers prussiens se regroupent autour de la cornette et de leurs serre-files. Le capitaine et les officiers rameutent les cavaliers en état de combattre et les remettent en position. Ils savent avoir à affronter une autre ligne ennemie. Cependant ils s’aperçoivent très vite que le commandement autrichien leur a facilité la tâche. En raison de l’étroitesse du terrain, celui-ci a en effet disposé la cavalerie sur trois lignes séparées de seulement 20 pas30. Or une partie des cavaliers de la première ligne, pris de panique, se jette en arrière au galop et va se heurter à la seconde ligne. Les escadrons n’ont pas le temps de les laisser passer et se trouvent donc emportés avec les fuyards. La troisième ligne subit le même sort.

*

30Ce court exposé s’est efforcé de montrer comment, en partant de considérations a priori purement techniques et matérielles, on accède à la réalité du combat, au niveau du combattant élémentaire. Ainsi la question de savoir s’il est préférable de charger au trot ou au galop ne renvoie pas qu’à une simple dimension théorique, la dimension humaine se dévoile bien vite. C’est bien du cœur des hommes dont il est en effet question ici, principalement de la peur, éternelle compagne du soldat. Il en va de même pour le maniement du sabre. Les propos des officiers rappellent de manière plus ou moins explicite qu’il s’agit ici de blesser ou de tuer l’homme qui vous fait face. La nature des blessures reçues au cours des combats de cavalerie se dessine ainsi de manière plus concrète. Tout comme se rappelle à l’historien, encore une fois, l’omniprésence de la peur. Enfin ce récit de charge, aussi rapide et incomplet qu’il soit, prouve combien l’association des dimensions techniques et humaines est indispensable pour qui ambitionne d’appréhender le combat comme un objet historique global.

Notes

1 Initiée par le travail précurseur de Georges Duby (Le dimanche de Bouvines, 1973), la « nouvelle » histoire bataille s’est construite autour des travaux d’André Corvisier, de Jean-Pierre Bois et, plus récemment, du CEHD, d’Olivier Chaline et d’Hervé Drévillon.

2 Bois J.-P., « Plaidoyer pour une histoire tactique de la guerre au XVIIIe siècle », in L’armée au XVIIIe siècle, colloque d’Aix-en-Provence, 1996, Aix, 1999.

3 Bois J.-P., « L’homme dans la bataille à l’époque moderne », in Cahiers du Centre d’études d’histoire de la Défense, no 9, p. 132.

4 Cette culture matérielle, définie notamment par Daniel Roche, consiste à appliquer à des objets de la vie courante les pratiques de l’histoire culturelle.

5 « La sphère dans laquelle les calculs savants peuvent se briser sur des réactions primaires incontrôlables. » Coutau-Bégarie H., Traité de stratégie, Economica, Paris, 1999, p. 102.

6 « La science qu’on nomme tactique a bien sa raison d’être ; mais elle est vaine si le courage, l’ardeur, la volonté de vaincre n’animent pas les combattants. » Colin J., Les transformations de la guerre, Paris, Economica, 1987, p. 77.

7 « Le bruit des armes, la poussière et la fumée, l’attente et la peur, l’odeur de la poudre et du sang, donner la mort et voir des camarades la recevoir : il fallait que les soldats eussent souvent une vertu rare. » « Approche historiographique de la tactique à l’époque moderne », Revue historique de l’armée, no 2, 1997, p. 24.

8 Les expériences de Drummond de Melfort montrent que, selon le terrain, la vitesse d’un escadron au galop peut varier de 13,3 à 19 km/h. Drummond de Melfort, Traité sur la cavalerie, Desprez, Paris, 1776, p. 223-228.

9 « Ainsi généralement parlant, la cavalier françois, surtout depuis qu’il n’est plus enrôlé que pour six ans, est un homme dans un état forcé et comme étranger à son élément. » SHD, MR1730, f° 55, « Mémoire du chevalier de Chabo sur la cavalerie », 1755 ou 1756.

10 Billon J. de, Les principes de l’art militaire, Rouen, Berthelin, 1641 (1re édition 1612), p. 254.

11 Voir les pages que Warnery consacre à ce sujet, Remarques sur la cavalerie, Anselin, Paris, 1828, notamment p. 68-76.

12 Nosworthy B., The Anatomy of Victory, Battle Tactics, 1689-1763, New York, Hippocrene Books, 1990, p. 179.

13 Cité par B. Nosworthy, op. cit, p. 168

14 Cantal P., Etudes sur la cavalerie, Paris, Lavauzelle, 1905, p. 40.

15 Tavannes, de Saulx J., vicomte de, Mémoires du très noble et très illustre Gaspard de Saulx, seigneur de Tavannes, maréchal de France… Nouvelle collection des mémoires pour servir à l’histoire de France, t. VIII, par Michaud et Poujalat, 1838, p. 117.

16 À l’exception notable de Charles XII, modèle de Frédéric II. Cependant les innovations du roi de Suède n’entraînèrent pas de modifications durables des pratiques de charge en Europe, contrairement aux réformes de Frédéric.

17 Pour les gens du XVIe siècle, écrit Ellery Schalk, « la noblesse était une fonction spécifique à remplir, une profession dont l’exercice se traduisait par des actes, et pour être noble il fallait se battre ». L’épée et le sang, une histoire du concept de noblesse, Paris, Champ Vallon, 1996 pour la traduction française, p. 13.

18 Selon la formule d’Hervé Drevillon et Pascal Brioist, l’épée est « symbole, métaphore, signe de distinction et en même temps objet fatal ». Brioist P., Drévillon H., Serna P., Croiser le fer, violence et culture de l’épée dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècle), Champ Vallon, 2002, p. 10.

19 D’Authville, Essai sur la cavalerie tant ancienne que moderne, Paris, Jombert, 1756, p. 257. « D’ailleurs, ajoute-t-il, il n’est pas possible de porter un coup de taille sans se découvrir, en pointant on reste toujours en défense. »

20 Les soldats concernés ont vraisemblablement été sabrés par des cavaliers russes. Englund P., Poltava, chronique d’un désastre, éd. Esprit ouvert pour la traduction française, 1999, p. 208-209.

21 Brézé, Argentero, marquis de, Observations historiques et critiques sur les commentaires de Folard et sur la cavalerie, Turin, 1772, p. 93 (note de bas de page).

22 Il faut « donner une épée plus longue au cavalier, et au lieu de le faire sabrer le faire pointer », dit ainsi le lieutenant-colonel Du Ville. SHD/DAT, 1MR 1732, f° 23, « Observation sur la cavalerie », du Ville, Lt-Colonel au régiment de Dampierre, 1758.

23 Von Jeney, Le partisan ou l’art de faire la petite guerre avec succès selon le génie de nos jours, 1759, édition en ligne stratisc. org, 2005, chapitre 3.

24 La Touche Ph. de, Les vrays principes de l’espée seule, Paris, F. Muguet, 1670, p. 96.

25 C’est ce que rappelle Brézé, qui fait de ce facteur l’une des principales raisons, avec l’insuffisance de l’exercice, pour lesquelles les sabres sont préférés aux épées ; ce qu’il regrette fortement. « Le sabre se manie plus facilement, l’homme même plus maladroit peut s’en servir aisément, il n’y a qu’à lui apprendre à le tenir bien ferme dans la main quand il porte le coup. » Op. cit., p. 91.

26 Cantal P., Études sur la cavalerie, Paris, Lavauzelle, 1905, p. 40.

27 Frédéric II, Histoire de mon temps, Bibliothèque historique et militaire dédiée à l’armée et à la garde Nationale de France, publiée par MM Ch. Liskenne et Sauvan, Paris, 1844, t. V, p. 182.

28 « L’usage de la cavalerie autrichienne, écrit Frédéric, était alors de tirer à cheval. » Frédéric II, Histoire de mon temps, op. cit, p. 88.

29 Burnez, Notes pour le cours de tactique appliqué à la cavalerie, monographie, 1888-1889, EAABC, p. 379.

30 Frédéric II, Histoire de mon temps, op. cit, p. 183.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search