Version classiqueVersion mobile

Expériences de la guerre, pratiques de la paix

 | 
Guy Saupin
, 
Éric Schnakenbourg

Première partie. L’art de la guerre

Les Maximes raisonnées sur la guerre du comte de Beausobre (1743-1748)

Sandrine Picaud-Monnerat

Texte intégral

  • 1 Commune de Suisse, dans le canton de Vaud.
  • 2 Courvoisier M. (sous la dir. de Gilbert Coutaz, directeur des ACV), Répertoire numérique du fonds (...)
  • 3 Référence : archives cantonales vaudoises (ACV, Chavannes-près-Renens, Suisse), fonds P Nelty de B (...)

1Le 20 février 1969, Mlle Nelty de Beausobre, dernière descendante d’une vieille famille patricienne huguenote de Morges1, fit don aux archives cantonales vaudoises (ACV) de l’ensemble des archives familiales en sa possession, qui représentent tout de même 4,40 mètres linéaires2. Parmi elles, on trouve de nombreux volumes manuscrits d’études militaires, fruit du travail inlassable d’un des membres éminents de la famille, le comte Jean-Jacques de Beausobre (1704-1783), officier suisse au service de France, connu surtout pour avoir été colonel propriétaire d’un régiment de hussards à son nom de 1743 à 1756 ; il termina sa carrière militaire comme lieutenant général. C’est l’une des études de ce fonds d’archives, intitulée Maximes raisonnées sur la guerre pour mon régiment de hussards, rédigée entre 1743 et 1748, qui fait l’objet du présent article3.

  • 4 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/15, Maximes… (1743-1748), op. cit., t. II, p. 22.

2D’emblée, il faut annoncer qu’en l’état des connaissances, les Maximes peuvent être considérées comme le premier traité encore accessible entièrement consacré à la « petite guerre », cette tactique faite de surprises et d’embuscades en dehors des sièges et des batailles, dont les hussards et les troupes légères en général étaient les spécialistes. Beausobre n’emploie pas dans son traité l’expression même de « petite guerre » ; il utilise en revanche celle de « guerre des partis », qui en était un synonyme4. Et, dès la préface du 2e tome des Maximes (c’est-à-dire quand il aborde la tactique), il souligne que « les hussards sont aujourd’hui la cavalerie légère des armées » et qu’« ils n’ataquent [sic] pas de front la grosse cavalerie ». Le mode de combat qui fut celui des cavaliers numides, celui des Tartares utilisés par les Turcs, celui des Sarmates en Scythie, et qui était du temps de Beausobre celui des hussards au service des différentes puissances de l’Europe, est ainsi défini :

« Toutes ces nations suivent les maximes des Numides, qui se rapportent à combattre par escarmouche, c’est-à-dire à fuir sy l’on résiste ; à se ralier [sic] ; à chercher de nouveaux expédiens en tournant l’ennemi, à user violemment de la victoire ; à harceler une armée ; à être employés dans les entreprises qui demandent de la promptitude ; à faire des incursions, à mettre un païs sous contribution ; à ataquer des convois, des bagages, une arrière-garde. »

3Il s’agit bien là d’une énumération qui évoque la petite guerre de cavalerie. Mais, outre la nouveauté, c’est l’intérêt du contenu qui justifie surtout de présenter ici cet ouvrage. Tout en replaçant la rédaction des Maximes dans son contexte, nous nous attacherons ci-après à introduire quelques traits saillants du traité, ce dernier pouvant contribuer à une meilleure connaissance de l’art de la guerre et de la société militaire au milieu du XVIIIe siècle.

Un ouvrage encore peu connu, issu d’un vaste corpus encore moins exploité

  • 5 Ibid., no 43 (ancien classement ; vol. consulté avant le nouveau classement), Quatrième cahier mil (...)
  • 6 Ibid., « La tortue d’infanterie », 1755, p. 142 (et dernière de ce mémoire sur la tortue).
  • 7 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/2 (Correspondance, 1741-1783), lettre du 20 avril 1780, p. 1.

4Jean-Jacques de Beausobre fut un homme d’écriture autant qu’un homme de guerre. Lecteur assidu et critique des auteurs militaires anciens et modernes, il écrit en 1755 : « J’etudie, et je veux apprendre. Ce que les auteurs laissent dans l’obscurité excite les ressorts de mon ame : ma conception s’agitte. Rien ne me déplait comme de laisser en arrière ce que je n’ay pas compris. Souvent c’est ma faute : souvent c’est celle des érudits qui ont traduit les mots grecs par les mots latins selon les dictionnaires, sans entrer dans la raison du sujet ou de l’action qu’ils ne connaissaient pas5… » Retiré de la carrière militaire en 1763, et résidant à partir de ce moment le plus souvent à Bisseuil, en Normandie, il passa une grande partie de son temps à revoir ses manuscrits, surtout, semble-t-il, à la fin des années 1770. On voit souvent dans ses volumes des notes marginales, ajoutées après-coup de la main de Beausobre, qui attestent de ses relectures, telle celle-ci : « Relisant ce cahier en 1778, je trouve qu’il faudroit en corriger les répétitions, et suprimer quelques raisonnements qui entassent les preuves6. » Il écrit encore en 1780, dans une lettre à son neveu Louis-Jacques Guillaume de Beausobre : « Je sui sy occupé de revoir mes immenses cahiers, dont plusieurs m’etoient devenus inconnus par le laps de temps, qu’à moins d’une espece de nécessité, je ne trouve pas l’heure d’ecrire des lettres7… »

  • 8 Jean-Charles, chevalier de Folard (1669-1752), mestre de camp de cavalerie, théoricien très connu (...)
  • 9 Ibid., 2.2.6/12, Miscellanie militaire, sans lieu ni date [fin des années 1740], t. I, commentaire (...)

5Beausobre a laissé des traductions ou de riches commentaires des auteurs antiques qu’il lut : Onosandre, Enée le Tacticien, Élien, Arrien, Modeste, Polybe, Végèce. Et, dans sa Miscellanie militaire (1751), il étudie les ordres de bataille du chevalier de Folard, de Montecuccoli, de Rohan, de Santa-Cruz de Marzenado, de Gustave-Adolphe, de Turenne… Il prit part aux débats tactiques de son temps, commenta longuement des éléments du Traité de la colonne de Folard8, disputant de l’opportunité d’utiliser la colonne ou la ligne d’infanterie selon les circonstances, question qui agita le monde militaire dans les années 1730-17409. Beausobre a laissé aussi des études plus personnelles, basées essentiellement sur son expérience à la guerre, au nombre desquelles, des traités d’art militaire (il faut placer là les Maximes pour son régiment de hussards, objet du présent article, mais également ses Elements de tactique, de 1752) ; au nombre desquelles enfin, des journaux de campagnes militaires auxquelles il participa : guerre austroturque de 1737-1739, campagnes de Bohème et de Bavière de la guerre de Succession d’Autriche (1742-1743)… En tout, il y a aux ACV une trentaine de gros volumes manuscrits in-quarto reliés cuir, les uns encore à l’état de brouillons raturés, les autres mis au net par des copistes, et souvent annotés a posteriori de la main de Beausobre lors de ses relectures.

  • 10 Streit P., Jean-Jacques de Beausobre (1704-1783). La carrière d’un officier suisse dans l’armée de (...)
  • 11 Picaud S., « La manœuvre de la Méhaigne (guerre de Succession d’Autriche), chef-d’œuvre du style i (...)

6Les Maximes raisonnées sur la guerre pour mon régiment de hussards sont encore très peu connues. Les études manuscrites de Beausobre dans leur ensemble ont été redécouvertes par M. Pierre Streit à l’occasion de la réalisation de son mémoire de fin d’études universitaires sur ce personnage, mémoire dont il a tiré un article, portant ainsi l’existence du fonds d’archives vaudois à la connaissance du grand public français10. Cette découverte était bienvenue car, depuis une quinzaine d’années, en France, l’engouement est de plus en plus marqué chez les historiens du domaine militaire pour tout ce qui touche à la guerre irrégulière ; donc, pour les XVIIe et XVIIIe siècles, pour ce que l’on appelait alors la « petite guerre », qui à l’occasion, contrairement à ce que l’on pourrait penser, put faire l’objet d’une conception opérative11.

  • 12 Beausobre J.-J. de, Commentaires sur la défense des places d’Aeneas le Tacticien, le plus ancien d (...)
  • 13 Widemann T., « Le comte de Beausobre, traducteur et commentateur d’Énée le Tacticien », Stratégiqu (...)
  • 14 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/13, Notes sur mes services militaires (avril 1716 à février 1763) (...)

7D’autres traités de petite guerre qui furent, eux, publiés, sont connus désormais et cités à l’envi : ceux de La Croix (1752), de Grandmaison (1756), de Jeney (1759) par exemple pour les auteurs français ; ceux des officiers hessois Ewald (1785) et Emmerich (1789), aussi. Mais Beausobre n’a pas publié ses Maximes raisonnées sur la guerre, non plus que la presque totalité de ses écrits. Seule son étude de la pensée d’Énée le tacticien fut publiée de son vivant12 ; elle a fait l’objet d’un article, qui a le mérite d’avoir attiré l’attention sur cet officier en tant que penseur militaire (et non plus seulement en sa qualité de colonel d’un régiment de hussards), mais qui reste malheureusement superficiel13. Aucun des autres écrits de Beausobre ne fut publié jusqu’à ce jour. À la vérité, Beausobre comptait sur l’un ou l’autre de ses jeunes parents pour relire et faire publier après sa mort certaines de ses études, moyen par lequel ils auraient pu se faire connaître à la cour pour leur assiduité à l’étude. « Certainement sy quelque jeune homme de mes parents est heureusement disposé et à une noble Émulation, il pourra arranger tous mes papiers militaires, par dattes et par matieres, mes plans et mes cartes ; et en en faisant une Étude, se procurer de grands avantages au près du roy, en saisissant les occasions de luy donner quelque manuscrit relatif à la conjoncture et accompagné des planches necessaires14. » Il n’en fut rien.

  • 15 Ibid., 2.2.6/12, Miscellanie militaire, s. l. n. d., op. cit., t. I, art. 8, note A.
  • 16 Vincennes, Service historique de la Défense, département de l’armée de terre [désormais « SHD-DAT  (...)

8Du temps de Beausobre, ses écrits étaient semble-t-il connus des écrivains militaires avec lesquels il était en contact. C’était au moins le cas de Folard. Beausobre écrit en note, dans sa Miscellanie militaire : « M. de Follard, à qui j’etois fort attaché dans mon enfance, lut cet ouvrage en 1749. Il me pressa fort de le faire imprimer15. » Et notre officier d’ajouter qu’il refusa. Pour le reste, la hiérarchie militaire de Beausobre, tant que celui-ci servit à l’armée, paraît avoir ignoré sa vaste production écrite. L’observation portée en 1755 en regard du nom de Beausobre par l’inspecteur des hussards, le comte de Berchény, lors d’une inspection du régiment dont Beausobre était alors le colonel, montre qu’il ne connaissait de l’œuvre déjà très importante de ce dernier que le seul ouvrage qui serait ensuite publié. Après une appréciation pour le moins médiocre des qualités du colonel du régiment, Berchény poursuit son commentaire en notant : « Il [Beausobre] m’a cependant écrit en dernier lieu pour me faire part de la traduction qu’il fait d’un auteur grec nommé Aeneos-Sylvius qui a écrit sur la tactique des Grecs ; je doute qu’il entende assez cette langue pour être l’auteur de la traduction qui d’ailleurs n’a pas paru trez bonne à ceux à qui je l’ay donné à examiner16. » Il semble qu’il y ait eu ici un règlement de comptes personnel. Les deux hommes ne s’aimaient pas.

Le projet des Maximes raisonnées : un contexte favorable

  • 17 Voir supra. Le mémoire de Licence de P. Streit a fait l’objet d’un compte rendu : Pedrazzini D. M. (...)
  • 18 Picaud S., « Les hussards de Beausobre et la petite guerre », Enquêtes et Documents, no 25 (Les ar (...)
  • 19 Apports bibliographiques résumés dans une notice récente sur Beausobre : Bodinier G., Dictionnaire (...)

9Par les travaux de P. Streit sur la vie de Jean-Jacques de Beausobre17, et par les nôtres sur son action à la tête de son régiment de hussards18, le personnage est désormais assez bien connu19.

  • 20 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/17, Mon journal de la guerre de Turquie […], commencée en 1736, e (...)

10Plusieurs éléments de sa carrière militaire lui donnèrent la crédibilité requise pour l’écriture d’un traité de petite guerre, même s’il faut reconnaître qu’il n’était a priori destiné, ni à se spécialiser dans sa pratique, ni à écrire sur le sujet. Beausobre fut en effet au départ un officier d’infanterie, choix classique pour un officier suisse au service de France. Il servit dès l’âge de 11 ans comme cadet au régiment d’infanterie suisse de Courten, où son père était colonel. Il progressa lentement dans les grades au sein de divers régiments d’infanterie suisse capitulés, ne devenant capitaine qu’en 1735. Mais, nommé attaché militaire de la France auprès de l’armée impériale en 1737, il put acquérir une première expérience de la « petite guerre » durant le conflit austro-turc de 1737-1739. Des amis officiers supérieurs détachés dans des postes avancés lui transmettaient des informations20. Beausobre alla lui-même plus d’une fois en expédition avec des hussards autrichiens au contact des Turcs et des Tartares, comme on le voit par sa correspondance, en 1738 notamment. Il décrit à plusieurs reprises à ses interlocuteurs la façon dont les Turcs escarmouchent ; se félicite de la maîtrise de la situation par l’armée impériale. Il écrit par exemple le 29 juin à un « Monsieur Derbon » :

  • 21 L’armée impériale autrichienne comptait alors huit régiments de hussards hongrois (chacun à plus d (...)
  • 22 SHD-DAT, A1 2873 (recueil de lettres officielles, 1738), pièce 2145, lettre de Beausobre à M. Derb (...)

« C’en son est fallu mon cher eamy, que je n’aye vu des Turbans. J’etois allé au devant ce mattin, et ayant joint l’avant-garde, l’on m’a dit que les oiseaux avoient deniché. Un detachement Turc, tout de cavalerie, occupoit quelques hauteurs pour reconnoitre sans doutte notre marche, l’avant-garde leur a inspiré une terreur panique, et ils s’en sont allés comme le Diable. Le général Palfi qui la commandoit leur a fait donner la chasse par un detachement d’hussars21 de manière qu’il n’y a pas d’apparence que nous ayons d’aujourd’huy l’honneur de les revoir22. »

  • 23 « Pissek », aujourd’hui Písek, en république tchèque ; Protivín, également en république tchèque, (...)
  • 24 En ce printemps 1742, l’armée française comptait une douzaine de compagnies franches d’infanterie (...)
  • 25 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/18 (il s’agit ici de l’ancien volume no 28, brouillon du no 29 ; (...)

11En 1740, Beausobre fut nommé aide maréchal général des logis ; c’est en cette fonction qu’on le retrouve lors de la campagne de Bohême, en 1742, pendant la première partie de la guerre de Succession d’Autriche (1740-1748). Il fit de cette campagne un récit au jour le jour, où il analyse les fautes de l’armée de Louis XV et montre le brouillard tactique dans lequel se débattaient les troupes françaises au quotidien (cette fois contre les Autrichiens), les lacunes du renseignement, la mauvaise connaissance du terrain, le harcèlement des hussards et des irréguliers au service de l’Autriche. En voici un extrait pour le mois de mai 1742, alors que les Français étaient du côté de « Pissek » et de Protivin23 : « Un detachement d’houzars, et de croates Ennemis, firent des merveilles autour de nous, quoy que battus et chassés à chaque fois, par nos houzars et nos compagnies franches à cheval qui etoient fort superieures24. Le 25, on décampa pour aller chercher l’Ennemy. On ne savoit pas ou il etoit campé. On ignoroit le local du pays25. » Beausobre déplore que l’on n’envoie pas de détachement pour reconnaître le pays en avant…

  • 26 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/15, Maximes… (1743-1748), op. cit., t. II, p. 26-27.

12En 1743, à défaut de pouvoir obtenir le commandement d’un régiment d’infanterie suisse, il se vit confier un régiment de hussards (régiment licencié en 1756). Ce commandement fut sans doute une bonne chose, au vu du succès des hussards de Beausobre à la petite guerre durant les campagnes de 1744 à 1748 de la guerre de Succession d’Autriche en Flandre – les quatre campagnes où le régiment fut engagé –, et du zèle avec lequel le colonel entendit former ses officiers à cette tactique. Il faut rappeler ici que l’occasion de ce commandement fut donnée à Beausobre par le contexte des créations de régiments légers qui intervinrent justement à partir de 1743, et se prolongèrent jusqu’en 1747, la cour tirant les leçons du manque de troupes légères dont souffrirent les Français durant les deux campagnes militaires précédentes : création de quatre régiments de hussards supplémentaires, et de plusieurs régiments mixtes de troupes légères alliant cavalerie et infanterie. Dans ses Maximes, Beausobre revient sur les lacunes de ces années 1742 et 1743 : « Vous avés vu, écrit-il à ses officiers hussards, l’incommodité que les hussards ennemis nous ont fait, non pas en corps et par des combats, non pas par des manœuvres, mais uniquement par l’étude des chemins et des courses. Cette connaissance leur inspirait des projets, les portait sur nos derrières, sur nos communications, et les faisaient profiter impunément de la négligence de nos marches et du manque de discipline de nos troupes26. »

  • 27 Ibid., t. I, p. 2.
  • 28 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/13, Notes… (1716-1763), op. cit., p. 48. Voir aussi les pages 50- (...)

13De façon classique, Beausobre écrit aussi parce que l’étude était nécessaire à la guerre autant que l’expérience. C’est un trait qui n’était pas propre à la petite guerre : « Nous somes [sic] dans la guerre, métier tumultueux, dans lequel on comet faute sur faute, quand les opinions suppléent à la peine d’étudier des volumes. Il faut donc soumettre l’opinion à la règle27. » Or, si l’on en croit Beausobre, ce dernier hérita en 1743 d’un régiment hétéroclite de Hongrois, d’Allemands et de Français, composé par le lieutenant général de Ségur (inspecteur de cavalerie), troupe dont les cavaliers, pour beaucoup, ignoraient leur métier (surtout les français) ou n’étaient pas fiables (surtout les Hongrois) et dont les officiers étaient bien peu intéressés par leur responsabilité dans le régiment : « Les Français qui y etoient alors [dans le régiment, en 1743], avoient quitté d’autres régiments pour leurs raisons particulieres ; et excepté cinq ou six officiers qui etoient de bon alloy, le reste etoit tres importun par leurs cabales, et n’avoit point d’aptitude au métier28. »

  • 29 Ville Antoine de, De la charge des gouverneurs des places, par Messire Anthoine de Ville… ; de plu (...)
  • 30 Traité cité au XVIIIe siècle par von Nicolai dans la préface de sa traduction du traité de petite (...)
  • 31 Picaud S., « La petite guerre au XVIIIe siècle : les écrits théoriques », Europe et Défense. Actes (...)
  • 32 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/15, Maximes… (1743-1748), op. cit., t. II, p. 1. Turpin de Crissé (...)

14Il était d’autant plus urgent de proposer à l’étude un tel ouvrage que, en 1743, aucun traité n’avait encore été publié en France sur le thème de la petite guerre, métier essentiel des hussards. Certes, un chapitre du Gouverneur d’Antoine de Ville portait sur les « parties de guerre » ; mais, ancien, il était en partie obsolète et demandait à être renouvelé29. Certes, on parlait aussi d’un traité de Folard, écrit vers 1689, au titre fluctuant selon les auteurs qui le mentionnent, mais qui tous évoquent un traité sur la « guerre de partisans » ou sur les « partis de guerre30 ». Le traité de Folard ne fut jamais publié, et était donc peu accessible aux officiers du temps. En l’état des connaissances, il est aujourd’hui perdu. Si, donc, plusieurs théoriciens de la petite guerre ont pu justifier leurs écrits dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, de façon parfois rhétorique, par les imperfections de leurs prédécesseurs (ce fut le cas des traités de Grimoard et de Cessac, respectivement de 1782 et 1785)31, Beausobre, étant le premier à proposer un traité sur le sujet en son siècle peut, lui, écrire avec raison : « Ce qui m’a porté à traiter cette matière, est l’espoir d’être utile, parce qu’elle n’est traitée dans aucun livre. Les auteurs militaires traitent tous ou des grandes parties de la guerre, ou des fonctions particulières des oficiers [sic] de chaque grade pour leur service journalier, ou des éxercices ; Et lorsqu’un historien parle d’un détachement, d’une escarmouche, ou d’un combat de cavalerie, comme ce ne sont là que les accessoires de l’objet général qu’il décrit, il n’en donne aucun détail instructif32. » De fait, si l’on considère les traités d’art militaire de deux des auteurs les plus lus par les officiers du milieu du XVIIIe siècle, Guignard (pour son École de Mars, publiée en 1725) et Feuquière (pour ses Mémoires, publiés en 1730, donc bien après la mort de l’auteur en 1711), ils parlent bien en divers chapitres de la « guerre de partis ». Mais ces ouvrages avaient un objet plus large ; d’autre part, leurs auteurs restaient des hommes du règne de Louis XIV plus que du XVIIIe siècle.

Le contenu : un intérêt certain

  • 33 Le régiment fut créé à 12 compagnies (SHD-DAT, X3, Recueil des ordonnances royales militaires, vol (...)
  • 34 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/15, Maximes… (1743-1748), op. cit., t. II, p. 32 ; t. II, p. 134, (...)

15Un trait original des Maximes de Beausobre, qui les distinguent des traités d’art militaire qui les ont précédées, c’est qu’elles sont écrites avant tout, non pas pour la formation des jeunes officiers en général, mais à l’intention du régiment. C’est ce qui peut expliquer, du reste, qu’elles n’aient pas été publiées. Le corps n’était pas si grand que le manuscrit ne pût passer de mains en mains : quand le régiment était au complet, il comptait 36 officiers en tout33. Au reste, Beausobre s’adresse souvent directement à ses officiers dans ses Maximes, à la deuxième personne du pluriel34.

  • 35 Ibid., t. I, p. 1.

16Initialement, les Maximes devaient constituer dans l’esprit de Beausobre un résumé des ordonnances, avec quelques éclaircissements et ajouts : « un oficier [sic] d’hussards presque toujours à la guerre, serait trop embarrassé dans la recherche de ce qui lui est propre, au travers de ces volumes d’ordonnances, et trouverait en quelque manière dans leur quantité une excuse pour ne pas les étudier. J’ai donc pensé que je serais utile à mon Régiment, en rassemblant en un petit volume tout ce qu’il nous est nécessaire de savoir, pour la partie du service ; en y joignant quelques éclaircissemens, y ajoutant quelque suplément [sic], et arangeant le tout d’une manière absolument aplicable au Régiment35 ». En réalité, les Maximes dépassent de beaucoup cet objectif initial. Le petit volume projeté est devenu deux gros volumes ; les quelques éclaircissements et suppléments sont en fait de nombreux et utiles conseils et préceptes de Beausobre relativement aux diverses circonstances où ses hussards peuvent se trouver à la guerre. En fin de compte, c’est un traité très complet, qui aborde à la fois le « détail » (l’intendance) et la tactique d’un régiment de hussards. C’est donc un traité – est-il besoin de le préciser – relatif à la cavalerie exclusivement, et à la cavalerie légère en particulier.

  • 36 Ibid., t. II, p. 15, note.

17Les Maximes ont les défauts de leurs qualités : consignées au jour le jour, elles sont d’une grande richesse et d’une lecture agréable. Mais elles souffrent d’un certain manque de rigueur de composition. Beausobre ne le nie pas. Les relisant bien après la guerre, il éprouve le besoin d’une note marginale de sa main, alors que l’ensemble du manuscrit a été recopié par un secrétaire : « Ces tomes ont été faits pendant la guerre, par sauts et par bonds ; et non dans un esprit de sistême. Il aurait falu les refondre et traiter le tout plus méthodiquement36. »

  • 37 Ibid., t. II, p. 3-4.
  • 38 Les deux volumes déposés aux ACV, d’une écriture régulière de copiste, ont été vraisemblablement r (...)
  • 39 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/15, Maximes… (1743-1748), op. cit., t. II, p. 32-33.
  • 40 Auxillon, cornette de la compagnie d’Hallausen puis de celle de Bilderbeck, puis lieutenant de la (...)
  • 41 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/13, Notes… (1716-1763), op. cit., p. 68.

18Rédiger les Maximes au jour le jour a cependant permis à Beausobre d’y insérer de nombreux éléments de l’expérience de la guerre faite par le régiment. Le traité, vivant, est émaillé de ce que l’on appellerait aujourd’hui des « retours d’expérience ». Certes, l’auteur recommande à ses officiers, pour la formation de leur jugement, des lectures d’écrivains militaires reconnus de son temps (Rohan, Montecuccoli, Feuquière, Santa-Cruz de Marzenado, Folard…) ; il recommande encore d’étudier les guerres de l’Antiquité37. Mais, pour le métier de hussard lui-même, c’est l’expérience de la guerre qui doit fournir la matière principale de la réflexion. Et Beausobre d’encourager, sur son modèle, ses officiers à écrire : tous les officiers qui ont conduit une opération devraient se concerter avec ceux qui étaient du détachement, camarades officiers comme bas-officiers, et « en tirer des maximes » ; ces maximes « auraient certainement un prix tout autre que celles qu’un lecteur n’a tirées que d’opérations qui lui sont étrangères ». Il a ajouté de sa main38, avec une visible satisfaction : « J’ay déjà mis dans ces principes Mess. De Lamenue et Auxillon. J’espere que cette aplication se propagera39. » D’après les contrôles d’officiers, ces deux hommes occupèrent les grades successifs de cornette et de lieutenant au sein du régiment40. Dans ses Notes sur mes services militaires, Beausobre opère de fréquents renvois à ses Maximes (souvent sous la forme : « V. les M. R. », c’est-à-dire « Voyez les Maximes raisonnées »). L’un d’eux apporte d’utiles détails complémentaires qui nous permettent de mieux nous représenter ce travail d’écriture demandé aux officiers : « Le volume des Maximes raisonnées, contient des actions du régiment écrites par deux officiers qui me servoient d’aides de camp, Mr de La Menue, et Mr Auxilion, et lues aux autres41. » Cette idée d’encourager les officiers de son régiment à écrire était neuve et ne fut pas reprise après lui, à notre connaissance (au moins, on n’en trouve pas la trace chez les autres théoriciens de la petite guerre). Ce souci d’une pédagogie impliquant celui qui apprend fait de Beausobre un homme étonnamment moderne. Ce qui était neuf aussi par rapport à son temps, c’était la volonté d’associer à la réflexion les bas-officiers du régiment. À la vérité, bien peu de personnes se préoccupaient alors de la formation théorique des bas-officiers qui, choisis le plus souvent parmi les fantassins et cavaliers du rang, entendaient bien leur métier et constituaient le relais entre officiers et soldats, mais qu’un fossé culturel séparait de ceux qui étaient naturellement destinés par leur naissance et leur éducation à devenir officiers.

19Au titre d’un aperçu du contenu des Maximes, on retiendra d’abord que le premier des trois tomes (rédigé entre 1743 et 1745) est consacré entièrement au règlement pour le campement et au service du camp, avec un grand détail : composition des chambrées de hussards, emplacements des latrines, des bouchers, des vivandiers, agencement des voies de communication, réglementation concernant les tours de garde et la police des fourrages… Le deuxième tome, comme le troisième, fut rédigé entre 1745 et 1748 et concerne exclusivement la tactique. Au vu du nombre de pages des trois tomes, on peut dire que la plus grande part des Maximes est dévolue à la tactique. On trouve dans ce deuxième tome des développements sur l’ordre de marche d’un détachement allant en parti ; les moyens de la reconnaissance du pays (le coup d’œil, l’utilité des guides et des espions) ; l’utilité comparée des armes à feu et des armes blanches ; et des conseils relatifs aux attaques classiques à la petite guerre, telles que les embuscades, les escarmouches, les attaques contre les fourrageurs ou contre les convois. Quant au troisième et dernier tome, il envisage non plus des missions de détachements du régiment, mais des missions du régiment dans son entier. On y trouve des développements sur quatre thèmes : les tâches du régiment pendant un siège (comment sortir d’une place investie ; comment faire diversion pour couvrir un investissement…) ; les tâches du régiment dans une bataille et après la bataille ; des réflexions sur les prisonniers de guerre ; enfin, une réflexion étoffée et assortie d’exemples sur ce que Beausobre appelle les « irruptions ».

20La notion d’irruption est originale ; nous ne l’avons pas rencontrée chez d’autres auteurs du temps. L’irruption peut selon Beausobre comprendre des courses, mais elle en dépasse le projet : elle consiste en marches, combats, contremarches, et peut durer ainsi plusieurs jours. L’irruption, qui a pour objectif de paralyser l’ennemi en entravant ses communications, est un « composé de manœuvres » qui convient bien aux pays coupés de canaux et défendus par de nombreuses places comme la Flandre, quand la course ne peut se pratiquer que dans de grandes plaines découvertes comme on en trouvait dans l’est de l’Europe. Un composé de manœuvres destiné à paralyser l’ennemi en campagne, voilà un bon résumé de l’utilité essentielle de la petite guerre, qui montre au surplus que Beausobre avait une vision opérative, et non seulement tactique.

  • 42 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/15, Maximes… (1743-1748), op. cit., t. II, p. 28.
  • 43 Ibid., t. II, p. 287-308.
  • 44 Picaud-Monnerat S., La petite guerre au XVIIIe siècle, op. cit., p. 238-243 (« Des attaques de pos (...)
  • 45 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/15, Maximes… (1743-1748), op. cit., respectivement t. I, p. 71 ; (...)
  • 46 Ibid., respectivement, t. II, p. 118-123 ; t. III, p. 109-110 et 128-129.

21Le colonel de hussards entre dans les débats de son temps relatifs au service de la petite guerre. Il se déclare par exemple opposé aux troupes légères mixtes, composées d’infanterie et de cavalerie42. Sur ce thème, la cour montra une certaine indécision : une ordonnance de mai 1741 prescrivit de séparer les compagnies franches d’infanterie de celles de dragons ; mais le roi autorisa la levée de régiments mixtes de troupes légères à partir de 1743. Un autre débat dans lequel entre Beausobre est celui des surprises des places : une place pouvait-elle être enlevée par surprise par de la cavalerie légère exclusivement, et à quelles conditions43 ? Avant lui, d’autres écrivains militaires du XVIIIe siècle avaient expliqué comment surprendre une place (Folard, Santa-Cruz de Marzenado) ; on ne pouvait en déduire cependant si c’était du ressort de la petite guerre ; après lui, les avis divergèrent44. Beausobre aborde encore des questions ayant un aspect moral (rapport des soldats de l’armée au jeu et aux femmes ; rapports avec la population civile ; sort des prisonniers)45. Les questions relatives à la chaîne du commandement font aussi l’objet de réflexions intéressantes, sur le degré de précision avec lequel donner ou exécuter des ordres, le type de rapports qui existait entre les officiers supérieurs et généraux, les canaux de l’information, les querelles de personnes et leurs conséquences sur le service (mésentente de Beausobre avec le chevalier d’Espagnac, qui était alors aide maréchal général des logis de l’armée)46.

*

  • 47 À notre connaissance, les deux études historiographiques les plus récentes concernant le domaine m (...)

22Les Maximes de Beausobre méritent une étude plus approfondie, voire une édition. Le temps est favorable, en ce début de XXIe siècle qui continue de voir le renouveau de l’histoire militaire en général, et celui de l’histoire tactique en particulier ; qui redécouvre pour toutes les périodes historiques l’importance du quotidien de la guerre, cette « petite guerre » qui put parfois infléchir des campagnes, et qui aujourd’hui constitue l’essentiel des opérations militaires, faute de batailles ou de sièges47. Cette source, inédite, recèle bien des éléments pour comprendre la manière de faire la guerre au quotidien au milieu du XVIIIe siècle ; bien des éléments pour comprendre, aussi, la manière de vivre, durant une campagne, de ces officiers et de ces cavaliers hussards, et leur mentalité. Bien des éléments qui, seuls ou en lien avec d’autres sources, sont susceptibles de participer à l’approfondissement de la connaissance du fait militaire à l’époque moderne.

Notes

1 Commune de Suisse, dans le canton de Vaud.

2 Courvoisier M. (sous la dir. de Gilbert Coutaz, directeur des ACV), Répertoire numérique du fonds P Nelty de Beausobre (famille de Beausobre), juillet 2001, p. 3. Mlle Nelty de Beausobre (1887-1977) était détentrice d’une importante fortune familiale, autant en terrains qu’en avoirs et en titres, qu’elle légua à la commune de Morges et à la paroisse protestante. C’est ce qui explique qu’il existe aujourd’hui à Morges en l’honneur de cette bienfaitrice différents établissements portant le nom de Beausobre (collège, établissement médico-social, parc, théâtre). Cf. plusieurs articles du quotidien vaudois 24 heures (dans les numéros du 4 oct. 2007, du 19 oct. 1977, du 7 avril 1977).

3 Référence : archives cantonales vaudoises (ACV, Chavannes-près-Renens, Suisse), fonds P Nelty de Beausobre, no 2.2.6/15 (no 33 du classement antérieur à 2001), Maximes raisonnées sur la guerre pour mon régiment de hussards, 3 t. en deux vol. (1743-1748), mis au net : t. I (dans le vol. 1), 165 p. ; t. II (dans le vol. 1), 435 p. ; t. III (dans le vol. II), 505 p. Il existe aussi un brouillon, en deux vol., de 143 et 528 p. (2.2.6/14 ; nos 31 et 32 de l’ancien classement). Seul le brouillon comprend des plans (quatre), auxquels Beausobre renvoie dans l’exemplaire mis au net (sur un signet volant situé entre les pages 381 et 382 du t. II).

4 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/15, Maximes… (1743-1748), op. cit., t. II, p. 22.

5 Ibid., no 43 (ancien classement ; vol. consulté avant le nouveau classement), Quatrième cahier militaire de mes études sur les Grecs [1751-1755], « L’Embolos et le Koil embolos », 1755, p. 1.

6 Ibid., « La tortue d’infanterie », 1755, p. 142 (et dernière de ce mémoire sur la tortue).

7 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/2 (Correspondance, 1741-1783), lettre du 20 avril 1780, p. 1.

8 Jean-Charles, chevalier de Folard (1669-1752), mestre de camp de cavalerie, théoricien très connu de son temps dans le milieu militaire.

9 Ibid., 2.2.6/12, Miscellanie militaire, sans lieu ni date [fin des années 1740], t. I, commentaire du Traité de la colonne aux articles 9, 11, 13, et 14 à 18 (le vol. comprenant 11 art., numérotés de 8 à 18).

10 Streit P., Jean-Jacques de Beausobre (1704-1783). La carrière d’un officier suisse dans l’armée de Louis XV, mémoire de licence, sous la direction du professeur Alain Dubois, université de Lausanne, mars 2000 ; du même, « Jean-Jacques de Beausobre (1704-1783) : un hussard suisse au service de Louis XV », Revue historique des armées (RHA), no 2-2001, p. 113-124.

11 Picaud S., « La manœuvre de la Méhaigne (guerre de Succession d’Autriche), chef-d’œuvre du style indirect, dans le cadre du débat sur la petite guerre au XVIIIe siècle », Cahiers du CEHD, no 23 (Nouvelle Histoire bataille, II), Paris, ministère de la Défense, secrétariat général pour l’Administration, 2004, p. 181-200.

12 Beausobre J.-J. de, Commentaires sur la défense des places d’Aeneas le Tacticien, le plus ancien des auteurs militaires, avec un tableau militaire des Grecs du même temps et les écoles militaires de l’antiquité, Amsterdam-Paris, Pissot, 1756 [2e éd. en 1757]. La partie sur les écoles militaires a été traduite en allemand dès le XVIIIe siècle, voir von Der Groeben G. D., Krieges – Bibliothek der gesammlete Beyträge zur Krieges – Wissenschaft, Breslau, Johann Jacob Korn, 1755-1772, 10 Bände, vierter Versuch, 1759, no 2 : « Des Grafen von Beausobre Abhandlung von den Kriegeschulen. »

13 Widemann T., « Le comte de Beausobre, traducteur et commentateur d’Énée le Tacticien », Stratégique, no 68 (4-1997), p. 103-110. Cet article n’est pas exempt d’erreurs (par ex., datation de la 1re édition du livre de Beausobre ; question de l’intérêt de Beausobre pour le débat sur l’ordre mince et l’ordre profond). Sur la production écrite de Beausobre, citons aussi l’article suivant, qui semble inconnu en dehors de la Suisse : Streit P., « Jean-Jacques de Beausobre (1704-1783) : un écrivain-tacticien dans l’armée de Louis XV », Cahiers d’histoire et de pensée militaires (publiés par le Centre d’histoire et de prospective militaires – CHPM, Pully, Suisse), 1999, p. 2-26.

14 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/13, Notes sur mes services militaires (avril 1716 à février 1763), Bisseuil, 1763, 1 vol. de 240 p., p. 130 [ouvrage désigné désormais « Notes… », ci-après].

15 Ibid., 2.2.6/12, Miscellanie militaire, s. l. n. d., op. cit., t. I, art. 8, note A.

16 Vincennes, Service historique de la Défense, département de l’armée de terre [désormais « SHD-DAT », ci-après], fonds Xc 80, doc. 4, grâces demandées pour le régiment, au titre de l’année 1755.

17 Voir supra. Le mémoire de Licence de P. Streit a fait l’objet d’un compte rendu : Pedrazzini D. M., « La carrière du Suisse Jean-Jacques de Beausobre dans l’armée de Louis XV », Revue militaire suisse (RMS), no 9-2003, p. 47-48.

18 Picaud S., « Les hussards de Beausobre et la petite guerre », Enquêtes et Documents, no 25 (Les armées et la guerre de l’Antiquité à la Seconde Guerre mondiale), Nantes, Ouest Éditions, 1998, p. 167-183 ; même auteur, « Hussards hongrois du régiment de Beausobre : illustration de la recherche d’une adéquation entre les troupes et leur mode de combat au XVIIIe siècle », dans Mille Ans de contacts II. Relations franco-hongroises de l’an mil à nos jours. Actes du colloque de Sarvar, 31 mai-1er juin 2002. Textes réunis par Zita Tringli et Ferenc Toìth, Szombathely, département de français de l’École supérieure Daniel Berzsenyi, 2004, p. 77-98. Voir aussi le livre tiré de notre thèse de doctorat : Picaud-Monnerat S., La petite guerre au XVIIIe siècle, Paris, Economica, 2010, 685 p., notamment p. 313-329 (« Les auteurs : exemple de deux corps de spécialistes, les hussards de Beausobre et les arquebusiers de Grassin ») et 330-361 (« Une année avec les hussards de Beausobre et les Grassins [1746] »). Parmi d’autres sources, nous avons utilisé au long de ce livre, en divers chapitres, essentiellement deux des ouvrages du fonds vaudois : les Maximes raisonnées sur la guerre, et les Notes sur mes services militaires (réf. supra). Le présent article approfondit l’intérêt du premier.

19 Apports bibliographiques résumés dans une notice récente sur Beausobre : Bodinier G., Dictionnaire des officiers généraux de l’armée royale, 1763-1792, t. I (A-C), Paris, Archives et Culture, 2009, p. 163-165.

20 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/17, Mon journal de la guerre de Turquie […], commencée en 1736, et finie en septembre 1739, avril 1740, p. 14.

21 L’armée impériale autrichienne comptait alors huit régiments de hussards hongrois (chacun à plus de 1 000 cavaliers) intégrés à son armée permanente, dont cinq furent mobilisés dans cette guerre. Voir : Joìzsef Zachar, « Les houssards hongrois dans l’armée impériale des Habsbourg pendant l’Ancien Régime, 1648-1792 », Vivat hussar (revue de l’Association des amis du musée international des Hussards, Tarbes), 2000, no 35, p. 91-104 (ici p. 96-97).

22 SHD-DAT, A1 2873 (recueil de lettres officielles, 1738), pièce 2145, lettre de Beausobre à M. Derbon auprès de SAS Monseigneur le prince d’Elbeuf, à Gondreville en Lorraine. Voir aussi les pièces 2146 (pour des escarmouches des Turcs), 223 (Beausobre était avec des hussards autrichiens qui ont fait reculer des Turcs venus en reconnaissance), 223 bis, 2233, 2234 et 2235.

23 « Pissek », aujourd’hui Písek, en république tchèque ; Protivín, également en république tchèque, au sud de Pisek.

24 En ce printemps 1742, l’armée française comptait une douzaine de compagnies franches d’infanterie (prévues à 150 hommes ou à 100 selon les cas), une dizaine de compagnies franches de dragons et trois régiments de hussards. Consulter respectivement, pour les compagnies franches et pour les hussards : Sapin-Lignières V., Les troupes légères de l’Ancien Régime. Les corsaires du Roy de l’Armée de Terre (illustrations de Michel Pétard), Saint-Julien-du-Sault, les Presses saltusiennes, 1979, p. 41-44 ; Choppin H., Les hussards. Les vieux régiments (1692-1792), Paris, Berger-Levrault, 1899, p. 399-400.

25 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/18 (il s’agit ici de l’ancien volume no 28, brouillon du no 29 ; la nouvelle cote comprend les deux volumes), Bohème (terminé à Landau en 1743), 522 p., ici p. 193-194.

26 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/15, Maximes… (1743-1748), op. cit., t. II, p. 26-27.

27 Ibid., t. I, p. 2.

28 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/13, Notes… (1716-1763), op. cit., p. 48. Voir aussi les pages 50-51. Sur le manque d’étude de leur art chez les troupes légères : 2.2.6/15, Maximes…, t. II, p. 19-20.

29 Ville Antoine de, De la charge des gouverneurs des places, par Messire Anthoine de Ville… ; de plus est adjousté un traitté des parties de guerre, Paris, M. Guillemot, 1639.

30 Traité cité au XVIIIe siècle par von Nicolai dans la préface de sa traduction du traité de petite guerre de Jeney : Lajos Mihaly de Jeney, Der Partheygänger… Aus dem Französischen übersetzt und mit Anmerkungen erläutert [par F.-F. von Nicolai], Stuttgart, C.-F. Cotta, 1765.

31 Picaud S., « La petite guerre au XVIIIe siècle : les écrits théoriques », Europe et Défense. Actes du colloque Histoire militaire et défense atlantique, tenu à Nantes le 2 avril 1999. Numéro hors-série du Bulletin de la Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique, Nantes, 2000, p. 99-109, ici p. 104-106 (chap. « La genèse des traités : en accord avec leur sujet, et avec leur temps ? ») ; Picaud-Monnerat S., La petite guerre au XVIIIe siècle, op. cit., p. 171-179 (« Pourquoi écrire sur la petite guerre ? »).

32 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/15, Maximes… (1743-1748), op. cit., t. II, p. 1. Turpin de Crissé partageait vraisemblablement le point de vue de Beausobre, puisqu’il éprouva le besoin de donner au public des Commentaires sur les Mémoires de Montecuccoli, ces mémoires étant jugés utiles mais trop laconiques.

33 Le régiment fut créé à 12 compagnies (SHD-DAT, X3, Recueil des ordonnances royales militaires, vol. 6, ordonnance de création du régiment, du 1er août 1743) ; une compagnie de hussards comprenait, comme officiers, un capitaine, un lieutenant, un cornette (ibid., ordonnance du 16 déc. 1742, portant création de 36 compagnies de hussards, de cinquante maîtres chacune).

34 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/15, Maximes… (1743-1748), op. cit., t. II, p. 32 ; t. II, p. 134, note a ; t. III, p. 486, passim.

35 Ibid., t. I, p. 1.

36 Ibid., t. II, p. 15, note.

37 Ibid., t. II, p. 3-4.

38 Les deux volumes déposés aux ACV, d’une écriture régulière de copiste, ont été vraisemblablement rédigés pour l’essentiel par l’un des secrétaires de Beausobre.

39 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/15, Maximes… (1743-1748), op. cit., t. II, p. 32-33.

40 Auxillon, cornette de la compagnie d’Hallausen puis de celle de Bilderbeck, puis lieutenant de la compagnie de Villecomtal ; La Menue, cornette dans la compagnie de Blacas, puis lieutenant dans celle de Kerkès. Voir : SHD-DAT, Yb 103 (contrôle d’officiers, cavalerie et dragons, 1734-1748), folio 159, recto et verso.

41 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/13, Notes… (1716-1763), op. cit., p. 68.

42 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/15, Maximes… (1743-1748), op. cit., t. II, p. 28.

43 Ibid., t. II, p. 287-308.

44 Picaud-Monnerat S., La petite guerre au XVIIIe siècle, op. cit., p. 238-243 (« Des attaques de postes aux surprises des places : controverses entre théoriciens »).

45 ACV, P Nelty de Beausobre, 2.2.6/15, Maximes… (1743-1748), op. cit., respectivement t. I, p. 71 ; t. II, p. 113 ; t. III, p. 182-188.

46 Ibid., respectivement, t. II, p. 118-123 ; t. III, p. 109-110 et 128-129.

47 À notre connaissance, les deux études historiographiques les plus récentes concernant le domaine militaire en France sont : Catherine Denys, « Die Renaissance der Militärgeschichte der frühen Neuzeit in Frankreich. Eine historiographische Bilanz der Jahre 1945-2005 » dans : Militär und Gesellschaft in der Frühen Neuzeit, 11 (2007), Heft 1, publication de l’« Arbeitskreis Militär und Gesellschaft in der Frühen Neuzeit e. V. », Universitätsverlag Potsdam, p. 8-23 ; Jean-Pierre Bois, « De la bataille à la petite guerre. Réflexion sur l’écriture de l’histoire de la guerre », in A. Champeaux (dir.), Guerre révolutionnaire, guerres irrégulières. Mélanges offerts au lieutenant-colonel Michel David, Panazol, Lavauzelle, 2010, p. 13-22. Ces deux articles se complètent. Le premier est disponible en français sur Internet sous le titre « La renaissance de l’histoire militaire française pour l’époque moderne : un bilan historiographique (1945-2005) », à l’adresse : http://www.amg-fnz.de/pdf/Histoire% 20militaire%20en%20France.pdf (consulté le 20 décembre 2010).

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search