Versión clásicaVersión móvil

Expériences de la guerre, pratiques de la paix

 | 
Guy Saupin
, 
Éric Schnakenbourg

Première partie. L’art de la guerre

Les causes de l’échec chez Plutarque

Jean-Nicolas Corvisier

Texto completo

1Dans une certaine mesure, comprendre les causes de ses échecs afin d’éviter qu’ils ne se reproduisent est le souci qui explique la naissance et le développement des écoles de Guerre, à partir du XIXe siècle. Mais on n’a pas attendu la période contemporaine pour s’en préoccuper. Éviter les revers à venir est, hors le souci d’autojustification souvent développé de façon consciente ou inconsciente, l’explication première des textes écrits par des militaires de haut grade, fût-ce sous la forme de ces Rêveries dont Jean-Pierre Bois nous a restitué et admirablement commenté les buts réels et cachés. Fin observateur de la réalité de son temps, le Maréchal de Saxe n’en était pas moins, comme tous les stratégistes des XVIIe et XVIIIe siècles, formé aux auteurs anciens, d’Onosander (qu’il emportait avec lui à chaque campagne) à César, de Xénophon à Plutarque. Plus qu’on ne l’a souvent cru, les Anciens procédaient à l’analyse de leurs campagnes, au point qu’on pourrait se demander s’ils n’avaient pas monté, du moins aux périodes hellénistique, républicaine et impériale, des pré-écoles de Guerre. À côté de la littérature technique, les historiens comme Thucydide, Xénophon, Polybe, Tacite ou Tite Live servaient, à leur époque comme dans le monde Moderne, à la formation stratégique des chefs. Les Moralistes ont également joué ce rôle, et au premier chef le Plutarque des Vies des Hommes Illustres rendues si populaires par la traduction d’Amyot.

2L’historien contemporain peut-il utiliser le moraliste grec pour percevoir la stratégie antique ? Certes, il serait vain d’en faire une source primaire, à l’instar des inscriptions ou des documents d’archives. Le philosophe laisse transparaître son opinion et ne se prive pas de jugements moraux. Mais du fait même qu’il émet une opinion, il permet de se rendre compte de ce qu’on attendait à son époque (fin Ier-début IIe siècle après Jésus Christ) d’un général en chef, d’en percevoir l’incompétence éventuelle et ainsi de cerner les causes de l’échec. Il a également pour nous l’avantage que, auteur unique, il porte un jugement identique sur les Grecs et les Romains dont il décrit la vie. Cette communauté de pensée permet d’envisager sereinement la comparaison entre ces deux mondes presque contemporains.

Jugement sur les généraux, jugements des généraux

  • 1 Cf. Hamel D., Athenian Generals : Military Authority in the Classical Period, Leyde, Brill, 1988 =(...)
  • 2 Cf. Plut, Per, 35, 4 et 4,1-3 ; Thuc., II, 65 ; Diod, XII, 83, 4-5 ; Arist., I, 7 et 26, 5.
  • 3 Nous savons par d’autres sources que, lors de l’expédition de 369 dans le Péloponnèse, ayant subi (...)

3La mise en procès des chefs était une habitude du monde grec classique, au point qu’on a pu supputer qu’un stratège athénien avait plus de chances de périr des suites d’une condamnation à mort du fait de la vindicte de concitoyens irrités par son manque de réussite, que sur le champ de bataille. Le fait est caractéristique de la période classique et surtout d’Athènes1. Il transparaît chez Plutarque, mais non de façon significative compte tenu de ce que près de la moitié de ses « Grecs illustres » appartiennent à la période classique. La guerre du Péloponnèse est étrangement absente du relevé, alors que Thucydide, qu’il connaissait bien, ne manque pas de faire connaître de tels procès, sans toujours d’ailleurs masquer la critique qu’il en veut faire : tout se passe comme si Plutarque, lisant entre les lignes de Thucydide, refusait de prendre à son compte l’état d’esprit du citoyen grec moyen vis-à-vis de chefs qui n’étaient pour lui que ses élus. Il souligne d’ailleurs à l’envi la crainte de Nicias, qu’il tient pour un chef tout à fait estimable, face à une telle perspective (Nicias, 6) : il évitait les commandements trop longs pour éviter les procès qui en viennent inévitablement, se souvenant de la condamnation de Périclès, de l’ostracisme de Damon, de l’hostilité du peuple envers Antiphon qui, après avoir pris Lesbos, se tua en plein tribunal avec son épée quand il fut mis en cause2. Le même Nicias craignait un procès, selon le mémorialiste, quand il revint de Sparte après l’ambassade au cours de laquelle il avait négocié la paix au nom de sa Cité (Nicias, 10). Laissant donc derrière les trop nombreux procès athéniens du Ve siècle, le moraliste ne prend en compte que des exemples spartiates plus tardifs. Ceux qu’il retient mettent en cause les Lacédémoniens ou les Béotiens, et sont flagrants, soit qu’il s’agisse d’action engagée sans ordres, soit d’une absence évidente de réactivité du chef. C’est ainsi le procès fait au Spartiate Sphodrias qui tenta un coup de main contre le Pirée de façon injuste et illégale, c’est-à-dire en pleine paix (il est vrai, une paix toute relative), et revint sans gloire avec seulement un peu de butin : il avait voulu imiter Phoebidas, auteur précédent d’un coup de main réussi sur Thèbes, mais, ayant échoué par mauvaise préparation (mauvais calcul de l’heure de levée du jour) et malchance, fut mis en accusation sur plainte des Athéniens. Son acquittement, obtenu de façon peu convenable par l’entremise de son fils et d’Agésilas, fut la cause d’une nouvelle guerre. Eût-il fait l’objet d’un procès s’il avait réussi ? Plutarque ne se fait aucune illusion sur ce point (Agésilas, 24-25), mais il ne manque pas non plus de stigmatiser (Pélopidas, 14) la sottise de Sphodrias qui, esprit léger et vain, avait perdu de vue l’objectif tactique en cours pour gagner un point d’appui stratégique dans une guerre potentielle, ruinant ainsi les tractations diplomatiques en cours (les Athéniens étaient prêts à abandonner l’alliance Thébaine en faveur de Sparte, ce qu’évidemment, après cette attaque, ils ne firent pas). Dans d’autres cas, il s’agit de procès intentés pour raisons légales, tel celui fait à Pélopidas et à Épaminondas après Leuctres : ils avaient remis leur charge avec 4 mois de retard, temps pendant lequel ils réglaient le sort de l’Arcadie et de la Laconie et rendaient à la Messénie son indépendance ; la victoire et l’importance des résultats obtenus valant absolution, ils furent bien évidemment acquittés alors qu’ils faisaient face à une accusation capitale (Pélopidas, 24-25), épisode qui offre au moraliste l’occasion de stigmatiser les envieux et la petitesse humaine ! En revanche, les généraux thébains qui furent envoyés en Thessalie et qui n’y avaient rien fait, soit par incapacité soit par malchance, mais s’étaient retirés honteusement, furent condamnés à 10 000 drachmes d’amende – il est vrai que les Thébains avaient mal choisi leurs chefs et refusé d’envoyer Epaminondas contre lequel ils avaient certains griefs affirme Plutarque sans préciser lesquels, comme pour montrer que ceux-ci ne méritaient pas d’être retenus3.

  • 4 Pélopidas, 13 ; Mor., 598 F. Cf. Nepos C., Pélop., 2, 3.

4Un autre épisode de la même Vie de Pélopidas prouve que Plutarque ne veut retenir que les fautes de commandement manifestes : lorsque les Thébains partisans de la démocratie reprirent la ville lors d’un coup de main, au grand dam de la garnison lacédémonienne de la Cadmée, les harmostes qui commandaient celle-ci ne réagirent pas puis, une fois assiégés, rendirent la ville par convention, ce qui fit que l’armée de secours spartiate arriva trop tard. Leur mise en accusation ici paraît normale au moraliste4.

5Dans d’autres cas, c’est l’ambition et la soif de gloire des chefs qui lui paraissent critiquables. Ainsi pour les Spartiates qui, alors que Pyrrhos évacuait leur territoire, tendirent des embuscades dans des défilés : « cette grande et inutile dépense d’hommes que subit Sparte alors que la guerre était finie, n’est imputable qu’à l’ambition des chefs » (Pyrrhos, 30).

6La témérité ou l’imprudence du chef est enfin un point sur lequel revient souvent Plutarque, notamment à propos de Chabrias, pourtant bon stratège, mais auquel il fallait bien Phocion pour le refréner (Phocion, 6), de Molossos (ibid., 14) ou de Cyrus le Jeune qui se fit tuer bêtement à Counaxa pour ne pas avoir su prendre sa vraie place, alors qu’il avait partie gagnée (Artaxerxès, 8). Ce faisant, il ne fait que reprendre un thème classique de la littérature historique ou technique depuis Xénophon et le milieu du IVe siècle.

  • 5 Citoyen, le soldat était également électeur et participait activement à la vie civique. Mettre en (...)

7On remarquera que, dans le cas des Romains, le seul procès mentionné est celui de Flamininus, et non pour incapacité ou pour « intelligence avec l’ennemi », qu’elle soit réelle ou supposée, hypothèse qui arrangeait bien les autorités dans le monde grec en ce qu’elle évitait de mettre en cause la bravoure des soldats citoyens5, mais pour des raisons juridiques et religieuses. Lors de sa campagne contre les Insubres, il avait refusé de se plier aux injonctions du Sénat qui le rappelait parce que son élection n’avait pas été faite régulièrement vis-à-vis des dieux : il remporta la victoire, obtint le triomphe mais on lui retira le consulat. Pour le reste, ne sont mentionnées que des fautes de commandement : hiverner trop tôt, ce qui laisse du temps à l’ennemi, le faire dans des conditions défavorables et ne pas entraîner suffisamment ses hommes durant ce temps de latence, ce qui ne leur donnait pas confiance, furent les défauts de Crassus dans sa campagne contre les Parthes, tout comme se laisser intoxiquer par l’ennemi et refuser valeur aux présages (Crassus, 17 et 2). Quant à Pompée, à Pharsale, il laissa César prendre l’initiative, lui imposer le combat sans choisir lui-même le lieu, et le laissa attaquer en se privant du pouvoir de choc, alors qu’il avait les moyens financiers, la nourriture, la maîtrise de la mer et l’expérience qui lui aurait permis normalement de l’emporter (Pompée, 84 ; César, 44).

8Chemin faisant, se dessinent les qualités du bon général : ne pas accepter le combat sauf en situation de force, ne pas se laisser dominer par le qu’en dira-t-on, éviter les fautes manifestes de commandement, ne pas s’exposer, rester prudent pas seulement militairement mais diplomatiquement, savoir entraîner mais aussi ménager ses hommes. Tel pourrait voir été Dion, « général irréprochable » selon Plutarque (Brutus, 56), qui exécutait tous ses plans et savait réparer ses échecs.

9On le voit, pour le moraliste, il y a quand même des exemples à suivre. Encore faut-il éliminer les causes les plus fréquentes de l’échec.

Les causes de l’échec : essai de typologie

Des causes circonstancielles

10La météorologie peut entraîner des défaites imprévisibles, le plus souvent sur mer, mais aussi sur terre, soit, pour les attaquants, en masquant le nombre des adversaires ou en rendant tout mouvement impossible, soit, pour les défenseurs, en réduisant leur vigilance. Le brouillard permet l’encerclement, la pluie violente qui chasse dans un sens, le soleil dans l’œil ou le vent qui se lève ou qui soulève la poussière empêchant de voir les mouvements de l’ennemi, la lune dans le dos ce qui, dans un combat de nuit empêche de bien apprécier les distances, sont des phénomènes inopinés qui défavorisent gravement un camp.

11La maladie des troupes tout comme celle du chef (de Nicias à Persée ou à Antiochos) peut avoir pour conséquence un échec imprévisible, du moins à condition que le chef ait su – ou pu – choisir pour campement un lieu sain.

12L’arrivée inopinée de renforts pour l’adversaire réduira à néant la tentative la mieux montée, tout comme son retard cause l’échec (Othon, 7).

13Enfin, l’infériorité numérique peut ne pas être voulue, mais elle est rare qu’elle soit sans conséquences. Dans une certaine mesure, elle peut venir d’une mauvaise information, à l’exemple des Romains à Trasimène (Fabius, 3), de César (20) face aux Nerviens ou de Crassus (24-25) face aux Parthes.

Stratagèmes, embuscades, trahisons et intoxications

14La réussite des coups de main, notamment dans la prise de ville, n’est pas forcément l’indice d’un défaut de surveillance, même si on l’invoque parfois comme cause. Tant dans le monde grec à partir du IVe siècle que dans le monde romain, les exemples sont nombreux. On n’hésitera même pas à utiliser des déguisements pour tromper l’adversaire.

15Mais c’est la trahison, suscitée ou non par l’ennemi, qui reste la plus grande cause de la perte de villes. Cette cause d’échec héritée de la guerre du Péloponnèse, passe souvent chez les Grecs par une stasis dont les ferments ont été préalablement entretenus par l’adversaire. Chez les Romains, il s’agit plus souvent de révoltes circonstancielles mais encouragées. La trahison consiste souvent à livrer l’ennemi – ou le chef ennemi (Crassus, 30-31). Elle peut également s’exercer sur le champ de bataille. La difficulté est qu’il est parfois difficile de distinguer entre une trahison et une mauvaise interprétation des ordres, ce qui se produisit pour Cléomène (28) à Sellasie.

16L’intoxication de l’adversaire est aussi une tradition héritée du passé. Faux transfuges et fausses nouvelles sont fréquentes chez les Grecs : ils leur doivent la victoire de Salamine, mais aussi combien d’évacuations de villes prises ou de sièges levés sur annonce d’une expédition de secours inventée de toutes pièces, à Mégare, Messène ou Syracuse (Philopoimen, 12 ; Nicias 16). De même, Sertorius (21) fait croire aux Romains qu’il est présent dans une ville pour les inciter à l’assiéger et à perdre du temps qu’il mettra, lui, à profit. À l’inverse, de vrais transfuges font éventer une embuscade (Publicola, 22). L’intoxication peut également s’exercer en matière stratégique : faire croire qu’on est prêt à négocier pour amener l’ennemi à retraiter vers des positions plus sûres et plus adaptées et le surprendre durant sa retraite, procédé dont fut victime Antoine (40-42) devant les Parthes.

17À partir du IVe siècle, le stratagème ne fut plus une simple pratique mais fut reconnu comme normal, mieux encore légitimé par la rédaction de recueils parmi lesquels nous avons conservé ceux, il est vrai tardifs, de Frontin et de Polyen. Les Romains semblent avoir eu moins de prévention que les Grecs contre cette forme de ruse. On n’en relève que peu d’exemples chez Plutarque, hormis le départ simulé (Lucullus, 4). Mais ce qu’on pourrait appeler le mimétisme inverse est plusieurs fois attesté : on habitue l’adversaire en face duquel on campe à son propre rythme de vie pour le casser par surprise, ce qui se produisit à Syracuse (Nicias, 20) ou à Aigos Potamos, ce qui permit de prendre les navires athéniens à terre. Lucullus (13) fit de même, par contournement, contre la flotte de Mithridate. Le mimétisme inverse peut être utilisé également dans une campagne purement terrestre, quand les ennemis sont face à face chacun dans leur camp : le même Lucullus (19) se rendit ainsi maître d’Amisos.

18Les embuscades sont logiquement un des stratagèmes les plus fréquents. Tout au plus faut-il avoir reconnu le terrain ou l’avoir préparé par un fossé (Fabius, 11), pour y dissimuler des troupes. Non éventée, l’embuscade réussit presque toujours.

19Outre les stratagèmes avérés, nous constatons quelquefois combien l’expérience du chef adverse peut prendre des allures de ruse : prendre son temps avant d’engager réellement le combat peut endormir l’ennemi, lui laissant ainsi croire qu’il a bataille gagnée (Phocion, 13).

La part de l’innovation tactique

20La part de l’innovation en matière d’armement est rare mais non nulle. Elle peut frapper de terreur l’adversaire (Pyrrhos et ses éléphants contre les Romains), mais aussi le déconcerter. L’utilisation d’une arme à contre-emploi peut obtenir ce résultat, en rendant une arme de jet insensible au vent (Nicias, 25) ou en permettant de jouer sur la solidité de certains javelots de jet pour frapper d’estoc, ce que fit César à Pharsale (Pompée, 69). L’adoption d’un armement différent de celui qu’on utilise d’habitude peut surclasser celui, préalablement connu, de l’adversaire, comme lorsque Marcellus (12) fit donner à ses soldats de longues piques de marins pour s’opposer à l’épée courte des Carthaginois. On notera que la perte de l’effet de surprise permet de trouver des parades : face aux chars à faux, attaquer vite et de très près (Sylla, 18),

21Des raisons techniques peuvent avoir des conséquences tactiques directes ; c’est ainsi parce qu’ils étaient trop hauts que les navires d’Antoine (66) furent facilement enveloppés à Actium. C’est aussi parce qu’ils savaient user de mines que les Romains prirent Véiès, parce que leurs armes étaient plus rigides qu’ils l’emportèrent sur les Gaulois ; à l’inverse, parce que les piques parthes étaient plus solides et plus lourdes, ceux-ci surclassèrent les Romains.

22L’innovation tactique est bien évidemment plus rare. Le fameux ordre oblique est d’ailleurs rarement décrit par nos sources et n’apparaît guère chez Xénophon, mais Plutarque le mentionne quand même (Pélopidas, 23).

Quelles sont les responsabilités de l’armée ?

23À mesure qu’on avance dans le temps, on constate le rôle de l’armée dans l’échec. Les mutineries ou les désertions apparaissent – ou sont signalées par nos sources – à partir de la période hellénistique, dès l’époque des Diadoques ou des Épigones ce qui n’a rien de surprenant, l’utilisation des troupes étant essentiellement politique, tout comme durant la guerre civile romaine. C’est du ressort du chef de prévenir ces défections, comme le firent Eumène ou Phocion, qui éliminèrent le risque soit par l’adaptation de leur ordre de bataille, soit en laissant fuir les plus indisciplinés. Mais les troupes peuvent également désobéir à un chef trop jeune ou trop indulgent (Phocion, 26). Le relâchement des troupes, les pillages ou l’ivrognerie les amènent facilement à la défaite, qu’il s’agisse de Grecs à Syracuse (Dion, 42), ou plus encore des soldats romains, qui n’étaient peut-être pas coutumiers du fait, mais sont souvent repris en main par leurs chefs : Lucullus, Sertorius, Pompée, Galba ou Othon ; on notera qu’il s’agit de périodes de guerres civiles, ce qui n’est peut-être pas innocent.

24Sans mettre en cause la loyauté des troupes, on n’oubliera pas le rôle du moral. Parfois tout tient à peu de chose : un exemple de mansuétude (Camille, 10), le fait de rendre des enfants pour inciter l’ennemi à négocier, ou de voir l’ennemi couvert des fleurs arrachées par le vent à un champ, ce qui les assimile aux futurs vainqueurs, avant même le combat (Sylla, 27). Lorsqu’un chef s’expose pour montrer son invincibilité ou utilise au vu de l’ennemi toutes les ressources de la religion, tel Alcibiade de retour à Athènes conduisant devant ses troupes la procession des mystères d’Eleusis, il sape le moral des troupes adverses. Savoir utiliser ou modifier le sens des oracles, se faire considérer comme un dieu par ses troupes ou ne pas trembler devant un phénomène naturel imprévisible (l’éclipse de lune de Nicias) permet le succès des uns et donc la défaite des autres. Plus superstitieux et moins sceptiques, trop marqués par la crainte révérencieuse qu’ils éprouvaient vis-à-vis de leurs dieux, les Romains étaient encore plus sensibles que les Grecs au fait religieux. Ils craignaient les présages et ressentaient le besoin de théophanies (Publicola, 9 ; Romulus, 18). Tout reposait alors sur le général capable de donner la bonne interprétation !

25Sur le champ de bataille, la perte de moral peut entraîner la panique, qui s’avère alors tellement irrépressible que les Anciens en avaient fait la manifestation de la malédiction d’un dieu : Pan. L’enchaînement surprise-désordre-panique est particulièrement fréquent en bataille rangée ; les Perses le subirent au Granique ou à Gaugamèles, Antiochos aux Thermopyles (Caton, 13). Mais un rien, un grain de sable peut déclencher les peurs, notamment lors d’un coup de main (Pélopidas, 14), à plus forte raison la nuit, comme l’éprouva Démosthène au Plemmyrion (Nicias, 21). Le fait est vrai également lors d’un déplacement interrompu par une attaque surprise, même du fait d’une petite troupe (Timoléon, 12 ; Philopoimen, 14). La confusion suivie de panique est également fréquemment mentionnée dans le monde romain, à toute période, qu’elle soit due à l’inexpérience des troupes, aux carences du commandement, à une mauvaise manœuvre ou aux circonstances (nuit ou météorologie). La décimation (Crassus, 10), n’est pas toujours la meilleure solution pour l’éviter, même si elle donne des résultats immédiats.

Fortune de guerre ou responsabilité du chef ?

26Avant la bataille, le chef doit avoir veillé à l’entraînement de ses hommes, ce qui n’est pas toujours possible : le système de l’élection fait que, lors d’une campagne, le chef nouvellement élu et des hommes pas toujours expérimentés ont eu souvent peu d’occasion de se rencontrer. Peut-être est-ce pour cette raison que c’est surtout à la période hellénistique que nous voyons se développer le thème du meilleur entraînement des troupes chez le vainqueur (Eumène, 5). L’absence d’exercice préalable est considérée à plusieurs reprises comme cause de défaite dans le monde romain.

27Il est toujours de la responsabilité d’un chef d’engager ou de refuser le combat. Ainsi, il vaut mieux ne pas commencer un siège si on ne dispose pas du matériel nécessaire (Antoine, 38). Mieux encore : se dérober peut être, pour un chef, une tactique (Antoine, 39). À l’inverse, se laisser imposer le combat par l’ennemi est risqué, comme le virent les Grecs à Pydna (Paul Émile, 18). Le mauvais choix du terrain, ou son acceptation malgré tout, est une des grandes causes d’échec ; cela vaut pour les Perses à Platées ou à Issos, mais aussi pour Othon (12-14) à Bédriac. Ainsi, le général qui force l’ennemi à combattre sur son terrain, comme César (19) poussant Arioviste à descendre dans la plaine, a déjà partie à moitié gagnée. Subir l’infériorité du terrain en raison de son exiguïté, de son manque de champ ou de profondeur (inadapté à la phalange), de son caractère boueux ou de la végétation qu’il contient, est toujours dangereux. Ne pas percevoir l’importance de l’adversaire est rédhibitoire, que la cause de l’erreur soit circonstancielle (la météorologie) ou due à la ruse de l’adversaire : Alcibiade dissimule ses vaisseaux en faisant croire qu’il croise en rangs écartés ; à l’inverse, on peut perdre l’avantage que vous confère le nombre en laissant l’ennemi réduire le champ du combat. Dans de telles circonstances, l’effet de surprise joue presque toujours contre l’attaqué, qu’il s’agisse de Nicias aux Épipoles ou au Plemmyrion, des Carthaginois pris en écharpe par Timoléon (27) alors qu’ils franchissaient le Crimisos, ou des Ligures saisis à froid par Marius (19). Mais certaines dispositions de départ peuvent se révéler dangereuses par la suite. Cyrus le jeune, pour éviter d’être tourné par le fleuve, renforça trop son aile et affaiblit son centre (Artaxerxès, 8).

28Dans une certaine mesure, la réactivité du camp adverse peut réduire à néant le meilleur plan : rapidité des mouvements voire déplacement à marche forcée, franchissements inopinés de rivières, arrivée d’expéditions de secours, voire même initiative personnelle d’un ennemi, tel Philopoimen qui à Sellasie, alors simple soldat et sans ordres, ouvrit une brèche dans la ligne ennemie, décidant ainsi du gain de la bataille, contre-attaque brusquée lors du passage d’un défilé pour le même Philopoimen, ce qui lui permit de se sortir d’une embuscade.

29La jeunesse et l’inexpérience du chef peuvent jouer, tel le Poliorcète à Gaza et plus encore à Ipsos où la cavalerie qu’il commandait poursuivit trop l’ennemi en laissant le gros de la phalange sans protection (Démétrios, 5). Mais la poursuite inutile est mentionnée aussi pour Machanidas à Mantinée, ce qui prouve que nul n’est à l’abri d’une erreur de commandement. Sur mer, Philopoimen (14) était si inexpérimenté qu’il choisissait des bateaux qui prenaient l’eau ! Parfois, l’erreur n’est que partielle : ayant fait vider Mégalopolis de ses habitants afin qu’ils ne soient pas faits prisonniers par Cléomène, le même Philopoimen offrit le prétexte à ce dernier de la piller ! Dans d’autre cas, elle vient d’un défaut de prudence chez un chef qui n’écoute pas les conseils, tels les stratèges athéniens à Aigos Potamos (Alcibiade, 36 et Lysandre, 11). La trop grande confiance n’épargne pas les généraux romains, qu’ils soient peu expérimentés comme les consuls de Cannes ou de Trasimène (Fabius, 3 et 16), ou qu’ils le soient bien davantage, tels Crassus ou même César (24).

30Le manque d’adaptation aux circonstances est bien évidemment l’un des reproches qu’on peut faire le plus souvent aux généraux : lenteur et temps perdus dans un coup de main ou dans la réunion d’une expédition de secours cause l’échec. L’inactivité stratégique est toujours mauvaise conseillère ; à cet égard, le Nicias vieilli de l’expédition du Péloponnèse n’avait plus rien à voir avec celui du début du conflit. De même, l’âge de Métellus paraît avoir été un handicap face à Sertorius (Pompée, 17). À côté de l’âge, il y a le caractère : la trop grande prudence d’Aratos (37) lui joua souvent des tours, au point, dit la tradition, qu’il avait parsemé le Péloponnèse de trophées rappelant ses défaites, même s’il savait par la diplomatie réparer ses échecs militaires.

31La mauvaise manœuvre sur le champ de bataille ou le non-discernement de celle de l’adversaire sont bien entendu fréquents. Dans cet ordre d’idées on mentionnera l’encerclement, contre lequel il n’y a qu’une réponse : étendre sa ligne et amincir ses ailes comme le fit Marcellus (6) contre les Celtes. Mais l’encerclement est parfois prévu à l’avance, l’ennemi (Paul Émile, 15-17) ayant occupé les hauteurs : « qui tient les hauts tient les bas », vieux principe de tactique qui ne souffre guère d’exception. On mentionnera aussi l’enveloppement, parfois prévisible dès le départ (Fabius, 16), parfois dû à la rupture de la ligne (Brutus, 49). Une telle rupture est normalement rédhibitoire, comme le vit Persée à Pydna (Paul Émile, 20). Ses conséquences furent évitées à Verceil par Marius (26), où la coupure entre infanterie et cavalerie ne put être réparée que par la bravoure des troupes, la réactivité des chefs et des circonstances favorables (la météorologie). Le renforcement de sa ligne mise à mal par l’ennemi s’impose et il peut réussir (Sertorius, 19). Mais une manœuvre normale, celle de faire glisser des troupes d’une partie de la ligne à l’autre, lorsqu’elle apparaît trop ébranlée, peut créer une confusion fatale (Marcellus, 25). Il convient d’insister ici sur un fait un peu méconnu : ce n’est que tardivement que la mise en réserve de troupes destinées à être éventuellement utilisées au plus fort de la bataille s’imposa et se distingua de la simple embuscade. Chez Plutarque, le phénomène est exclusivement romain. C’est l’emploi de réserves qui assura à César la victoire de Pharsale.

32Trop souvent le chef s’exposait à la blessure ou à la mort, entraînant la défaite de son camp. Les plus grands capitaines sont tombés dans ce piège, parfois rendu nécessaire par le découragement des troupes : Lysandre à Mantinée, Antigone à Issos ou Cyrus le jeune à Counaxa, encore que – mais plus rarement – la victoire soit au rendez-vous, comme Pélopidas à Cynocéphale (Pélopidas, 32). C’est donc un gage de victoire que de chercher à atteindre le général ennemi comme le fit Marcellus (7) : les descriptions de batailles antiques qui prennent l’air de duels entre les deux généraux ne sont donc pas nécessairement de belles présentations d’historiens ou de moralistes.

33On notera enfin que, dans une certaine mesure, les dissensions dans un camp peuvent entraîner l’échec : dans une expédition en Égypte (Artaxerxès, 24), ou dans la tentative de reprise de Rome par les Tarquins et Porsenna (Publicola, 18). La précipitation de l’attaque pour ne pas partager les fruits de la victoire peut aboutir au même résultat (Lucullus, 8). Mais ici, nous abordons le domaine de la stratégie, bonne ou mauvaise. La pratique de la terre brûlée ou le contrôle des voies par où vient l’approvisionnement, aura des résultats plus sûrs que la bataille (Lucullus, 9, 11-12).

Des Grecs aux Romains : l’unité de la guerre antique ?

34Chemin faisant, nous avons discerné quelques différences entre le monde grec et le monde romain. La statistique – même s’il convient d’être prudent face à des nombres relativement petits – permet de les mettre en évidence afin de les expliquer. L’importance des troubles dans l’armée (13 exemples contre 6) s’explique par la structure de l’État romain et le phénomène de guerre civile. La confusion dans l’armée (11 exemples contre 4) vient aussi de l’importance numérique des contingents romains, qui sont comparables à ceux de la fin du IVe siècle grec, mais beaucoup moins à ceux de la guerre du Péloponnèse. La météorologie joue également plus (10 cas contre 5), ce qui ne surprendra pas eu égard à la diversité des lieux. Comparativement à l’Empire romain, le monde grec a plus d’unité climatique, du moins tant que les Grecs ne passent pas dans l’Empire perse. En matière de ruses, la répartition est différente : les Grecs emploient plus le coup de main et la trahison dans la prise de villes (12/14 + 4 contre 1 + 4), tout comme l’intoxication de l’adversaire (4 contre 2), l’usage de faux transfuges (2 contre 0) ou la trahison (3 contre 1). Faut-il y voir le résultat de la métis dont ils font preuve même vis-à-vis de leurs dieux ou y trouver l’origine de leur critique de la ruse, ce dolos qu’ils vitupèrent chez l’autre tout en s’autorisant à le pratiquer ? Le général peut l’utiliser, mais à condition qu’on ne le sache pas trop, et de toute façon, la faute morale en repose sur l’adversaire qui trahit son camp ou monte sa stupidité ! Les Romains, eux, semblent adopter le stratagème sur le terrain : embuscade 6 contre 2 ; départ simulé : 1 contre 0. On croira que le stratagème est rentré dans les mœurs, voire enseigné dans les « écoles de guerre », ce qui correspond chronologiquement à la rédaction de recueils correspondants.

  • 6 Corvisier J.-N., « Guerre, médias et culture de guerre dans le monde grec antique », in H. Coutau-B (...)

35Toutefois, la statistique semble mettre en évidence l’importance, dans la pratique romaine de la bataille rangée ou du simple engagement, du choix ou de l’utilisation du terrain (infériorité : 5 contre 2) ou des questions qui concernent la manœuvre sur le champ de bataille (encerclement : 4 contre 3 ; contournement : 2 contre 0 ; meilleure manœuvre : 3 + 1 contre 2, enveloppement : 1 contre 0), l’enfoncement des lignes ennemies (3 contre 0). Est-ce ici le déroulement réel de la bataille qui est en cause ou bien les sources consultées par Plutarque, davantage marquées chez lui par le souci de reconstituer la bataille et de connaître les causes de leurs échecs ? Les deux hypothèses sont vraisemblables et ne s’excluent d’ailleurs pas. On sait d’ailleurs que les récits de bataille excluent, pour des raisons culturelles, tout moyen de reconstituer convenablement la bataille dans le monde grec, du moins avant Xénophon, et encore6. Plus prudents, moins intuitifs, les Romains voulaient ne laisser au hasard que le minimum, celui dévolu aux dieux !

36Pour le reste, il est clair à l’examen statistique que les mêmes défauts et les mêmes qualités des chefs et des armées se remarquent chez les Grecs et chez les Romains. Il y a donc, hormis des caractéristiques psychologiques inhérentes à chaque peuple, qu’une analyse fine permettrait d’améliorer, une unité de la guerre antique. Cette unité est peut-être donnée par l’orientation de nos sources – ce qu’évidemment une source unique comme Plutarque ne peut que rendre encore plus manifeste. Elle n’en est pas moins réelle. Et c’est celle que recherchaient dans les sources antiques les périodes postérieures : une certaine mesure, voire une certaine sagesse.

*

37C’est pourquoi, à l’heure de la conclusion, il convient de garder quelque modestie devant les résultats obtenus. Certes, il est possible de percevoir les causes de l’échec à travers les sources antiques, et la typologie peut nous y aider. Certes, l’analyse des opérations passées permet de mieux réaliser les opérations à venir. Mais on ne peut pas ne pas relever une évidence avec une force que l’étude typologique ne fait qu’affaiblir : la cause de l’échec militaire n’est pas unique. Dans chaque exemple de bataille ou de combat antique que nos sources nous permettent d’entrevoir – car nous n’allons guère plus loin –, les causes sont multiples. Elles dépassent même les capacités de compréhension des chefs eux-mêmes – l’auteur de ces lignes s’est d’ailleurs livré à une telle interrogation à l’égard d’un modeste mais réel acteur de telles actions, en vain… – ce qui doit susciter la modestie chez les historiens. C’est de l’honneur de Jean-Pierre Bois, et pas seulement pour la période moderne, d’être allé aussi loin que peut le faire un véritable savant… et peut-être même au-delà.

Anexos

ANNEXE. Les causes de l’échec chez Plutarque

Monde grec

Monde romain

[Troubles dans armée : 4 + 2]

Troubles dans armée : 13 (Lucullus, 7, 30, 32, 34, 35 ; Sertorius, 2 ; Pompée, 7, 1 ; Galba, 6, 22 ; Othon, 5, 7, 11)

Surprise dans prise ville : 12/14 [2 échecs finaux] (Pélopidas 6, 9-10 ; Philopoimen 5 ; Démétrios 8 ; Aratos, 5-7, 16, 22, 25, 31, 33, 36, Cléomène, 14, 17,23).

[Surveillance surprise : 1]

[confusion : 2 + 2]

Confusion : 11 (Camille, 18 ; Fabius, 6 ; Marcellus, 25, 26 ; Marius, 19, 20 ; Sylla, 18 ; Lucullus, 27-28 ; Brutus, 41, 49 ; Othon, 12)

[Météorologie : 5]

Météorologie : 10 (Publicola, 22 ; Camille, 34 : Fabius16 ; Paul Émile, 18 ; Marius, 26 ; Sylla, 27 ; Sertorius, 17 ; Pompée 12, 32 ; Antoine, 65)

Mort du chef : 7 (Pélopidas, 17 ; Philopoimen, 7, 10 ; Lysandre, 54 ; Phocion, 6 ; Démétrios, 28 ; Artaxerxès, 11-13)

[Mort du chef : 1]

[Embuscade 2]

Embuscade : 6 (Camille, 41 ; Fabius, 11 ; Marcellus, 29 ; Marius, 20 ; Sertorius, 14, 18)

Religieuses : 6 (Thésée, 27 ; Thémistocle, 10 ; Timoléon, 27-29 ; Pélopidas, 31-32 ; Nicias, 23 ; Agésilas, 27)

Religieuses : 5 (Romulus, 18 ; Publicola, 9 ; Camille, 4, 18-19 ; Paul Émile, 17)

Météorologie : 5 (Alcibiade 28 ; Timoléon, 27, 36-38 ; Pélopidas 9 ; Dion 24)

[Météorologie : 10]

[Infériorité terrain : 1]

Infériorité terrain : 5 (Paul Émile, 4, 17)

18 ; Flamininus, 8 ; Marius, 20 + Forcer l’ENI à combattre sur un mauvais terrain (César, 19). Supériorité technique : 5 (Camille, 5, 41 ; Crassus, 27 ; Antoine, 66 ; Marcellus, 12)

[défaut de prudence du chef : 2, inexpérience du chef : 2]

Trop gde confiance du chef : 5 (Fabius, 3, 16 ; Crassus, 8, 10-11 ; César, 24)

Mutinerie/désertions : 4 (Eumène, 8 ; Agésilas, 32 ; Démétrios, 42 et 48)

[troubles dans l’armée 13]

[Encerclement : 3]

Encerclement : 4 (Brutus, 49 ; Antoine, 66 ; Lucullus, 13 ; Paul Émile, 14-17)

Trahison dans prise de ville : 4 (Alcibiade, 30, 31 ; Pyrrhos, 32 ; Lysandre, 8)

Trahison dans prise de ville : 4 (Fabius, 21, 22 ; Marcellus, 14-19 ; Lucullus, 29)

[Panique : 3]

Panique : 4 (Lucullus, 31 ; Crassus, 10, 23-27 ; Caton, 13)

Fausses informations : 4 (Philopoimen, 12 ; 12 ; Nicias, 16, 21)

[Intox par fausses informations : 2]

Innovation tactique : 4 (Pélopidas, 23 ; Pyrrhos, 17, 21 ; Nicias, 25)

Innovation/adaptation tactique : 3 (Sylla, 18 ; Pompée, 69 ; Marcellus, 6)

[Psychologique : 1]

Psychologiques : 3 (Camille, 10 ; Sylla, 27 ; Antoine, 40-42 = intox) Manque solidité lignes ENI : 3 (Publicola 22 ; Paul Émile, 20 ; Caton, 13)

Inaction stratégique par incapacité physique : 3 (Nicias, 14, 16, 24)

Inaction stratégique par incapacité physique : 3 (Paul Émile 18 ; Caton, 13 ; Pompée, 17)

Erreur Cdt, tps perdu : 3 (Pélopidas, 13 ; Pyrrhos, 25 ; Lysandre, 28).

Encerclement : 3 (Nicias, 27 ; Alexandre, 11, Cléomène, 28).

[Encerclement : 4]

Trahison sur terre : 3 (Phocion, 14 ; Eumène, 9 ; Cléomène, 28)

[trahison : 1]

Maladie : 3 (Périclès, 35 ; Nicias, 22, du chef, 17)

[blessure du chef :]

Panique : 3 (Pyrrhos, 25 ; Alexandre, 16, 32)

[Panique : 4]

Expédition de secours imprévue : 3 (Cléomène 21 ; Aratos, 29 ; Pyrrhos, 29)

Arrivée ENI en nb. : 2 (Crassus, 23 ; César, 20)

Meilleure manœuvre ENI : 3 Manœuvre (Marius, 26 ; Sylla, 18-20 ; Sertorius, 19)

[Meilleur entraînement ENI : 1]

Manque d’exercices : 2 (Camille, 18-19 ; Othon, 12-14)

Peur : 2 (Pélopidas, 14 ; 17)

[fuite ENI : 1]

Bon choix terrain par ENI : 2 (Aristide, 12 ; Alexandre, 20)

[Infériorité terrain : 5]

Confusion : 2 (Nicias, 21 ; Alexandre, 16)

[=confusion 11]

Confusion suite à surprise : 2 (Timothée, 12 ; Philopoimen, 14)

[=confusion 11]

Mauvais emploi des troupes par crainte d’une défection : 2 (Eumène, 7 ; Phocion, 12)

[= troubles dans l’armée 13]

Bonne adaptation du chef ENI aux circonstances : 2 (Philopoimen, 10, 14).

[Meilleure manœuvre ENI : 3]

Bons déplacements de l’ENI : 2 (Paul Émile, 4 ; Sertorius, 21)

Déguisement ENI dans coup de main : 2 (Pélopidas, 9 ; Solon, 8-9)

Erreur d’appréciation dans Cdt. : 2 (Philopoimen, 5, 10)

Acceptation combat et tactique ENI : 2 (Pompée 84 ; César, 44)

Défaut prudence : 2 (Alcibiade, 36 ; Lysandre, 11)

[trop grande confiance du chef : 5]

Faux messages par faux transfuges : 2 (Thémistocle, 12 ; Aristide, 8)

[Intox par fausse info : 2]

Surprise de l’ENI : 2 (Nicias, 18, 20)

Embuscade : 2 (Philopoimen, 14 ; Pyrrhos, 30)

[Embuscade : 6]

Inexpérience du chef : 2 (Démétrios 1 ; Philopoimen, 14)

[Trop grande confiance du chef : 5]

Infériorité numérique : 2 (Fabius, 3 ; Crassus, 24-25)

Contournement : 2 (Caton, 13 ; Flamininus, 4)

[Faux messages par faux transfuges : 2]

Intox par fausses informations : 2 (Sertorius, 21 ; Crassus, 22)

Désobéissance car chef trop jeune : 1 (Phocion, 26)

Stratagème religieux ? : 1 (Phocion, 13)

Stratagème : 1 (Lysandre, 10-11)

Stratagème : 1 (Lucullus, 4)

Poursuite inutile de l’ENI : 1 (Philopoimen, 10)

Initiative personnelle d’un ennemi : 1 (Philopoimen, 9-10)

Erreur cdt par non-réactivité : 1 (Pélopidas, 12)

Courage du chef adverse : 1 (Pélopidas, 32)

Psychologique : 1 (Alcibiade, 70-71)

[psychologiques : 3]

Confusion sur le nombre d’ENI : 1 (Alcibiade, 28)

Retirer à l’ENI l’avantage du nombre : 1

(Agésilas, 39)

Mimétisme inverse : 1 (Nicias, 20)

Mimétisme inverse : 1 (Lucullus, 19)

Terrain défavorable : 1 (Nicias, 25)

Terrain défavorable : 1 (Othon, 12-14)

Entraînement armée ennemie : 1 (Eumène, 5)

[manque d’exercices : 2]

Attaque quand franchissement : 1 (Timoléon, 27)

Attaque quand franchissement : 1 (Marius, 19)

Relâchement discipline : 1 (Dion, 42)

[troubles dans l’armée 13]

Fatigue troupes : 1 (Dion, 49)

Mauvaise ordonnance de départ : 1 (Artaxerxès, 8)

Inaction stratégique : 1 (Aratos, 37)

Rupture front ENI : 1 (Brutus, 49)

Secours venus trop tard : 1 (Othon, 7)

Dissentiment dans coalition : 1 (Publicola, 18)

Embuscade éventée pr. transfuges : 1 (Publicola, 22)

Précipitation : 1 (Lucullus, 8)

Contrôle approvisionnement. ENI : 1 (Lucullus, 9)

Mauvaise manœuvre : 1 (Marcellus, 25)

Emploi de réserves par ENI : 1 (Pompée, 69-70)

Manque matériel siège : 1 (Antoine, 38)

[Peur : 2]

Fuite ENI : 1 (Antoine, 39)

Dispositif ENI – enveloppement : 1 (Fabius, 16)

ENI livré par trahison : 1 (Crassus, 30-31)

ENI forcé à engager cbat : 1 (Paul Emile, 18)

Blessure du chef : 1 (Caton, 13)

Mort du chef : 1 (Marcellus, 7)

Surveillance surprise : 1 (Sylla, 14)

Notas

1 Cf. Hamel D., Athenian Generals : Military Authority in the Classical Period, Leyde, Brill, 1988 = Mnemosyne sup. 128 ; Boëldieu-Trevêt J., Commander dans le monde grec au Ve siècle avant notre ère, Presses universitaires de Franche-Comté, 2007 ; Corvisier J.-N., Guerre et société dans les mondes grecs, 490-322 av. J.-C., Paris, Colin, 1999.

2 Cf. Plut, Per, 35, 4 et 4,1-3 ; Thuc., II, 65 ; Diod, XII, 83, 4-5 ; Arist., I, 7 et 26, 5.

3 Nous savons par d’autres sources que, lors de l’expédition de 369 dans le Péloponnèse, ayant subi un échec devant Corinthe, Epaminondas avait été mis en accusation chez lui pour mollesse et complaisance envers l’ennemi et privé de ses fonctions, ce dont il s’était brillamment racheté, alors qu’il avait été réduit au rang de simple hoplite, en donnant la marche à suivre lorsque l’armée avait été prise en embuscade dans un défilé : Diod., XV, 71, 3-7 ; 72, 1-2 ; Népos C., Epam., 7, 1-2. Il est significatif qu’ici Plutarque ne mentionne pas ce fait qu’il connaît pourtant bien et cite dans Mor., 797 A-B.

4 Pélopidas, 13 ; Mor., 598 F. Cf. Nepos C., Pélop., 2, 3.

5 Citoyen, le soldat était également électeur et participait activement à la vie civique. Mettre en cause sa capacité à se battre eût été suicidaire pour un politique dont l’avenir dépendait plus étroitement encore que de nos jours de l’élection et qui pouvait être lui-même mis en accusation à tout moment. Malchance ou fortune de guerre ne pouvant être toujours invoquée, on évoquait plus souvent que la normale l’incapacité ou la trahison du chef !

6 Corvisier J.-N., « Guerre, médias et culture de guerre dans le monde grec antique », in H. Coutau-Bégarie (éd.), Les Médias et la guerre, Paris 2005, p. 85-108.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search