Version classiqueVersion mobile

Expériences de la guerre, pratiques de la paix

 | 
Guy Saupin
, 
Éric Schnakenbourg

Première partie. L’art de la guerre

Réflexions sur le traité militaire d’Onosander : les qualités mentales du général

Jean Peyras

Texte intégral

1Les qualités d’un soldat, du maréchal au soldat du rang, peuvent être classées en trois catégories : physiques, mentales, techniques. Nous consacrerons cette courte étude, après la présentation de l’ouvrage, aux qualités mentales du commandant d’armée, telles qu’elles sont exposées par un auteur grec du Ier siècle, Onosander, ou telles qu’elles ressortent de son traité.

  • 1 Ainsi s’intitula la 30e livraison d’Enquêtes et documents, dont les textes furent réunis par Jean- (...)
  • 2 Nous utilisons l’édition de la Loeb Classical Library : Aeneas Tacticus, Asclepiodotus, Onosander, (...)
  • 3 Bois J.-P., Maurice de Saxe, Paris, 1992, p. 188.
  • 4 Dans Mes Rêveries, il « déclara qu’il devait ses premières conceptions de la conduite d’un command (...)

2Dans le Dialogue entre Anciens et Modernes1 que Jean-Pierre Bois s’employa avec succès à créer et à développer à l’Université de Nantes en matière d’histoire militaire, Onosander vint en second après Polybe. D’autres auteurs suivirent, comme Tite-Live, Tacite et Ammien Marcellin, conduisant à la soutenance de mémoires et à des publications qui furent autant d’avancées scientifiques que de réalisations didactiques. Nous voudrions reprendre ici l’ouvrage d’Onosander2, d’une part à cause de l’intérêt qu’il recèle en lui-même, d’autre part parce qu’il jouit d’une telle considération au XVIIIe siècle qu’il accompagna Maurice de Saxe3 dans sa prodigieuse carrière4.

  • 5 Ibid., p. 345-347.

3Des trois formes du nom, Onasandros, Onêsandros, Onosandros, nous adoptons la troisième, sous sa forme la plus courante, Onosander, pour nous conformer aux choix habituels et bien qu’il soit très probable que la première soit la forme originelle, dorienne, dont dérivent les autres5.

4De même, l’usage a voulu qu’on insistât sur « Le Général » pour rendre « Stratêgikos ». Il faudrait qu’il y eût l’article pour que cet adjectif désignât la personne. Les éditeurs américains sous-entendent « lógos », ce qui paraît pertinent puisqu’on trouve le mot (lógôn) au moment où l’auteur justifie le choix qu’il a fait d’écrire une étude sur le commandement exercé par un général (stratêgikês dè perì theôrías). On peut traduire « lógos », d’une manière neutre, par « composition en prose », par « ouvrage » ou, d’une façon plus précise, par « traité ». Nous rendons Stratêgikos lógos par « Traité qui concerne un général ».

  • 6 Comparons par exemple les débuts du Manuel et du premier chapitre du Stratêgikos : « Il y a des ch (...)
  • 7 Sur cette démarche intellectuelle, Hadot P. (Exercices spirituels et philosophie antique, préface (...)

5Il aurait été souhaitable d’aller plus loin pour saisir la nature de l’ouvrage et sa portée. Mais la destruction d’Athènes par Sylla a brouillé les pistes qui permettaient de classer les recherches de l’Académie. Il y eut, au Ier siècle, plusieurs tendances platoniciennes, l’Académie Sceptique étant particulièrement efficiente sur le plan juridique et faisant du Droit un art (téchnê) plutôt qu’une science (epistêmê). Cette tendance domine dans le traité d’Onosander, comme le prouve la préface où il compare son livre à un « lógos » sur l’art équestre, la chasse, la pêche, l’agriculture. Cela rappelle les oeuvres de Xénophon qui n’avaient pas pour but de construire une Science au sens platonicien du mot. D’autre part, le « lógos » est un discours qui informe, qui enseigne, et non un « dialógos » qui aborde des questions dialectiquement sans nécessairement les résoudre. Il y a plus : ce livre est un egkheirídion, c’est-à-dire un livre concis d’exercices pratiques, au même titre que le « manuel » d’Epictète. Il n’est pour s’en convaincre que de considérer le balancement qui permet cette mémorisation6 à partir de laquelle se font la réflexion et la représentation mentale, l’assimilation des principes à partir desquels les cas concrets trouveront leur solution7.

6Ce livre est le premier traité militaire parvenu jusqu’à nous qui soit en rapport avec Rome. Avant Onosander, Polybe s’était intéressé d’une manière approfondie aux affaires militaires romaines, mais ses Histoires sont centrées sur les événements et les institutions. Quant aux autres travaux écrits en grec par Asclépiodote, Arrien, Élien et Polyen, ils n’ont pas l’armée romaine pour objet. Ce n’est que plus tard que seront écrits des ouvrages en latin : Strategemata (Les stratagèmes) de Frontin, De munitionibus castrorum (Les Fortifications du camp) mis sous le nom de Hygin, le De rebus bellicis (Sur les questions de la guerre) anonyme, Epitoma rei militaris (Abrégé des questions militaires) de Végèce.

  • 8 Onosander, p. 347.
  • 9 Ibid., p. 368.
  • 10 Ibid.

7Sa datation est importante pour replacer l’œuvre dans un contexte précis. Les éditeurs écrivent: « It can scarcely be doubted that the Quintus Veranius to whom the present work is dedicated was the consul of A. D. 49 who died while in command in Britain ten years later, so that is the terminus ante quem for the composition of the treatise8. » Le faisceau de présomptions est tel, en effet, qu’il n’y a pas vraiment lieu de douter que le Quintus Veranius d’Onosander et l’officier de Germanicus en Asie, gouverneur de la Cappadoce et de la Bretagne, soit un seul et même personnage : la dédicace, ô Kóïnte Ouêránte9, est la transcription du vocatif latin Quinte Veranie ; l’ouvrage qui lui est dédié correspond bien à un homme de guerre qui a exercé des commandements importants : officier en Asie pendant la campagne de Germanicus, ce général exceptionnel auquel il fut fort lié ; premier gouverneur de la province de Cappadoce nouvellement créée ; gouverneur de la Bretagne qu’il s’était proposé de conquérir en deux ans (addidit subiecturum ei prouinciam fuisse, Tacite, Annales, XIV, 29) ; aucun autre Q. Veranius n’apparaît qui puisse correspondre à un général de rang sénatorial (tên sugklêtikên aristokratían), qui ait été consul et général avec l’assentiment attentif de l’empereur (kaí katà tên Sebastoû Kaísaros epiphrosúnên taîs te upátois kaì stratêgikaîs exousí)10. La faveur impériale dont fait état Onosander doit aussi être rapprochée des termes de son testament que dénonce Tacite (Annales, XIV, 19). Car il ne faudrait pas voir dans le traité d’Onosander un ouvrage situé hors du temps. Même si elles sont transposables pour des périodes où l’on cherchait des solutions à certaines difficultés, ses remarques étaient valables pour l’époque julio-claudienne. Loin d’être anachroniques, elles éclairent maint passage d’historiens et permettent de mieux comprendre les rapports hiérarchiques dans cet Empire en construction.

8Des manuscrits étaient connus en Italie dès le Xe siècle et le Codex Parisinus 2442 est du XIe siècle. Ils furent maintes fois copiés. Il n’y a pas lieu ici d’étudier la raison pour laquelle on s’intéressa autant à Onosander pendant cette période, mais nous ne pouvons que constater que des textes grecs arrivaient de Byzance, qu’il y avait des gens pour les reproduire, et donc des gens qui les comprenaient et les étudiaient. Dans les Temps Modernes, Onosander fut édité par Nicolas Rigault en 1598, mais il avait été traduit en espagnol en 1459, en latin en 1494, en allemand en 1524, en français et en italien en 1546, en anglais en 1568. Ce décalage entre l’editio princeps et les traductions montre que les militaires s’y intéressèrent avant les philologues. Au XVIIIe siècle, le Baron de Zur-Lauben (1754) et Charles Guischardt (1757) en firent une nouvelle traduction en français.

9Il ne s’agit pas d’un cas isolé, même si ce fut le livre d’Onosander qui fut le plus traduit. Les spécialistes étudièrent attentivement les ouvrages antiques qui avaient un rapport avec la guerre, y trouvant des exercices mentaux élaborés par l’observation des « caractères antiques », des conseils valables en tout temps, des méthodes de combat pour des problèmes qui devenaient de plus en plus aigus. On trouvait, en effet, chez les Romains surtout, la manière de terminer une guerre par le choc et la bataille d’anéantissement, alors que les guerres modernes s’éteignaient par épuisement sans résoudre correctement le problème politique qui les avait provoquées parce que les batailles n’aboutissaient pas à une décision.

  • 11 katà tên Sebastoû Kaísaros : l’expression traduit Augustus Caesar, titres officiels de l’empereur (...)
  • 12 Cagnat R., Cours d’épigraphie latine, Paris, 1892, p. 100-101. Ce chapitre, qui est politique, inst (...)
  • 13 Il y a des exceptions : par exemple, Germanicus était consul pour la deuxième fois quand il détrôn (...)

10L’ouvrage se situe dans un cadre chronologique précis : c’est ce que prouve, dès la préface, le fait que le livre soit dédié plus spécialement aux Romains qui, ayant atteint la dignité sénatoriale, ont reçu les pouvoirs de consul ou ceux qui concernent un général avec l’assentiment de l’empereur11. Rien de plus vrai n’a été dit en si peu de mots. Une nuance qui n’a pas été relevée jusqu’ici montre bien l’insertion du texte dans l’époque impériale. Onosander, dans le même passage, n’a pas hésité à écrire upatoís (consuls), mais, bien qu’il ait employé la conjonction de coordination kaì, il n’a pas écrit stratêgois, mais la locution stratêgikaîs exousíais, « les pouvoirs d’un général ». La raison de cette manière de s’exprimer est que le substantif stratêgôs qualifiait, dans la hiérarchie de l’Etat romain depuis le début du Principat, un consul (stratêgos úpatos), un préteur (stratêgos), un proconsul (stratêgôs úpatos)12. Les deux premiers étaient désormais aptes à assumer un gouvernement provincial pouvant comporter une armée, mais ne le faisaient plus dans le cadre de ces magistratures13 ; le troisième ne disposait pas de légions, sauf dans le cas exceptionnel de la province d’Afrique. Cela signifie que le stratêgôs est un magistrat ou un promagistrat qui ne commande pas, sauf dans un cas, une armée. En revanche, l’expression stratêgikaîs exousíais renvoie au pouvoir qu’avaient ces Romains de rang sénatorial qui pouvaient assumer le commandement auquel peut accéder un stratêgôs, lequel est un magistrat (ou un promagistrat) du plus haut rang, celui qui, sous la République, était doté de l’imperium. Cela concorde parfaitement avec ce qui s’était mis en place progressivement depuis la victoire d’Actium, c’est-à-dire avec le remplacement de consuls, de proconsuls et de préteurs commandants d’armées par des légats d’Auguste propréteurs, consulaires ou anciens préteurs, qui dirigeaient des provinces impériales et des armées par délégation de l’empereur, lequel détenait seul l’imperium dans ces provinces. Onosander était bien au courant du système dont il traduisait les nuances dans la langue grecque.

  • 14 Tacite, Annales, XIV, 23.
  • 15 Ibid., XIV, 29. Suétone (Néron., 43) paraît faire une distinction entre les commandants d’armée et (...)
  • 16 Ibid., I, 31, 45-46, II, 5, 41, 43.
  • 17 Id., Vie d’Agricola.
  • 18 Suétone, Néron, XV : Candidatos, qui supra numerum essent, in solatium dilationis ac morae, legion (...)
  • 19 Ibid., Triumphalia ornementa etiam quaestoriae dignitatis et nonnullis ex equestri ordine tribuit.
  • 20 Ibid., XIII.

11Certains passages, comme celui qui concerne la nécessité de faire une guerre qui soit juste, doivent aussi être replacés dans leur contexte. Il ne faut pas, en effet, déclarer qu’en cas de décision de l’empereur sur le déclenchement d’une campagne, le général et son armée devaient obéir aveuglément. Ce n’est pas ce que nous lisons chez les historiens, qui mettent en scène des troupes peu enclines à une obéissance aveugle, et des généraux prêts à se révolter, à une époque où ils dirigeaient des armées plus fortes que celles dont disposait l’empereur. Le noyau de l’exercitus Romanus était formé de légionnaires qui n’avaient pas oublié qu’ils étaient des citoyens romains, et les légats d’Auguste propréteurs de rang consulaire n’étaient pas de simples gouverneurs chargés de tenir des « frontières ». Ils disposaient d’une large initiative sur des théâtres d’opérations aux contours mal définis, ou non définis, négociaient directement avec l’ennemi ou avec les alliés, tels, pour prendre des exemples de l’époque du traité, Corbulon en Arménie14 ou Varianus dans l’île de Bretagne15. Germanicus sous Tibère16, Agrippa sous Domitien17, menèrent des campagnes de grande envergure sans l’aval de l’empereur. Dans un tel contexte, la richesse personnelle du commandant d’armées avait son importance. Celui-ci pouvait y avoir recours pour obtenir une alliance, rétribuer des troupes qui n’appartenaient pas à l’armée régulière, entretenir les amis et compagnons. Le sénateur ou le futur sénateur n’accomplissaient pas une militia, la carrière du clarissime était une dignitas ; le cursus honorum n’était pas assumé d’une manière continue. Les conséquences de cette réalité bien connue n’ont pas été bien perçues sur le plan militaire. On a cru que le futur sénateur, après avoir accompli (ou ne pas avoir accompli) son tribunat militaire d’une année, n’avait de contact avec l’armée qu’après l’accomplissement de sa préture, ou, parfois, de la questure. En réalité, rien n’empêchait un futur clarissime ou un clarissime d’accompagner un général, et, particulièrement, de faire partie de compagnons pendant les campagnes qu’il menait. Ce fut le cas de Varianus auprès de Germanicus en Asie, et c’est au lendemain de la campagne qu’il devint gouverneur de la Cappadoce. Et Néron, « pour consoler les candidats en surnombre du retard qu’ils subissaient, leur donna des commandements de légions18 » et « accorda les ornements du triomphe même à des gens qui avaient rang de questeurs et à quelques chevaliers19 ». Nous sommes encore à une époque charnière, où l’Empire cherche sa voie et paraît, non seulement à nous-mêmes qui connaissons la suite de l’histoire, mais aux contemporains, avoir atteint ses limites, fussent-elles dissimulées sous les artifices d’un imperium universel, de la paix qu’Auguste aurait imposée au monde et de la fermeture, sous Néron, du temple de Janus20. Deux éléments rendent compte des bornes de la puissance de Rome : le problème récurrent de la légitimité du pouvoir, qui conduit à réduire et à fractionner les armées des frontières pour éviter qu’elles ne se retournent contre Rome ; les milieux et les peuples qui ne sont plus ceux qui permettaient aux troupes romaines de surclasser l’adversaire. L’ouvrage a donc un double intérêt : il nous fait mieux connaître les réalités contemporaines, celles de l’époque de Néron et, plus généralement, de la dynastie julio-claudienne ; il livre des leçons sur le commandement d’une armée et sur celui qui assume cette charge, ce qui peut le rendre utile pendant d’autres périodes de l’Histoire.

  • 21 « Bellum iustum in Theorie und Praxis », Ars Iuris, Festschrift für Okko Behrends zum 70. Geburtst (...)
  • 22 Institutions divines, 6, 9, 4s. : « Quantum autem a iustitia recedat utilitas, populus ipse Romanu (...)

12Le généralissime, car il s’agit bien de lui, et non de n’importe quel officier qui pourrait être assimilé à un chef de corps que nous nommerions « général », a donc un rôle politique qui ne dépend pas totalement des décisions du pouvoir central, lequel est trop éloigné et trop peu informé des réalités géopolitiques qu’il nomme encore, si l’on prend l’exemple de la pars Latina, Illyricum, Germania, Britannia ou Africa, pour imposer ses choix sans conteste. Aussi ne doit-on pas s’étonner du fait que le titre du chapitre IV énonce qu’il soit nécessaire qu’il y ait une cause raisonnable pour déclencher une guerre. Cette raison reposerait sur la justice, ce qui permettrait d’avoir les dieux à ses côtés. Il est nécessaire, en fait, de bien saisir la position de l’auteur en la matière et de faire abstraction des sentiments personnels que des décennies de lectures ont fait surgir, à savoir que les Romains donnent l’impression d’avoir mis en avant l’idée de « guerre juste », en Asie ou à Numance par exemple, quand il fallait expliquer une défaite et prendre un nouveau départ pour remporter la victoire. Et ce n’est pas l’excellent article que Detlef Liebs vient de publier qui modifiera notre jugement21. Nous serions plutôt enclin à suivre Lactance qui dénonce la main-mise romaine sur le monde en la couvrant d’un formalisme religieux et juridique22. Considérons donc le texte d’Onosander. Le savant de Freiburg ne le cite pas. Peut-être apportera-t-il des éléments nouveaux au débat ? Le titre, « Perì toû hóti deî tên archên toû polémou ex eulógou aitías epágein » affirme que le principe de la guerre doit reposer sur une cause fondée en raison, ce qui est une manière de s’exprimer bien en concordance avec le rationalisme platonicien. Il faut, toutefois, se pencher avant tout sur le texte puisque le titre ne figure pas sur le Codex Florentinus et qu’il ne faut pas nécessairement accorder à tên archên une signification trop absolue puisque le mot est utilisé au pluriel dès la première phrase du chapitre, ce qui nous renvoie aussi aux origines de la guerre, en fait aux prétextes qui vont permettre de la déclencher dans les meilleures conditions. Ces principes originels doivent être mis en ordre avec le plus grand soin afin qu’il soit évident pour tous qu’on combat au nom de la justice (metà toû dikaíou). Ainsi les dieux, favorables, accompagneront-ils les soldats, lesquels seront impatients de se dresser contre l’ennemi. Sachant qu’ils font une guerre juste (parà tó díkaion ekphérein pólemon), ils feront preuve d’un courage sans faille, sans intentions mauvaises, contrairement à ceux qui s’engageraient dans une guerre injuste. Le général doit, pour créer un tel état d’esprit, annoncer tout de suite par des discours et par des ambassades, ce qu’il veut obtenir et ce qu’il ne concédera pas, afin de faire apparaître qu’il va entrer en campagne par nécessité, puisque l’ennemi refuse d’accepter des exigences raisonnables. Il invoquera la divinité pour la prendre à témoin qu’il entre en guerre sans l’offenser parce qu’il n’a pas manqué de prendre en compte les dangers et qu’il ne cherche pas délibérément à détruire l’ennemi. Il faut commencer une guerre sur des fondements solides, tout comme cela est nécessaire pour construire des maisons ou des murs. Ceux qui s’engagent sur des fondements faibles, quand ils sont confrontés au lourd fardeau de la guerre, sont vite broyés et incapables de l’assumer. Le général doit ensuite agir, une fois faite la déclaration de guerre, sur terre et sur mer, sans esprit de retour, sous peine d’être méprisé pour sa faiblesse et son incapacité.

  • 23 Polybe, 13, 3, 7 ; 36, 2 (1b), 1s. ; 36, 9, 9 ; Cicéron, Rép., 3, 21, 24, cf. Liebs, p. 306-307.

13Ce chapitre mérite d’être connu parce qu’il replace dans un contexte stratégique et pratique les références à la « guerre juste » telle qu’elle est exposée par Polybe, Cicéron et Tite-Live23. Le bellum iustum recouvre plusieurs réalités qui sont particulières à Rome : juridisme exclusif qui rend compte de la deditio, qui est une reddition sans condition, juridisme contraignant du foedus aequum ou iniquum qui place le partenaire sous l’imperium, gestion de l’orbe des terres que les dieux ont confié à Rome, affirmation de la « bonne foi » (bona fides) romaine, offre de batailles rangées diurnes et refus d’utiliser certains types de combat, embuscades, opérations nocturnes, harcèlement à distance. Ces idées peuvent remonter aux origines de la ville, ou avoir été conceptualisées sous Auguste, ou encore révéler un type d’organisation militaire, avec ses forces et ses limites. L’approche d’Onosander est différente. Il est certes question d’avoir la justice avec soi, ce qui entraînera l’adhésion des dieux. Mais les questions de droit n’apparaissent pas, ce qui compte, c’est que le soldat se sente dans son bon droit ; les discours du général et les ambassades auprès de l’adversaire poursuivent ce but. Il en est de même de l’exposé des buts de guerre. Chacun doit savoir à quoi s’en tenir et le général doit se conduire rationnellement, en attendant, s’il est vainqueur, de se montrer magnanime et de devenir un modèle. Avant le déclenchement des hostilités, il faut que l’ennemi soit dans son tort. Ainsi armé moralement, le général et ses soldats accompliront leur tâche sans se laisser décourager par les obstacles. Ils prendront l’offensive sans esprit de retour, ce qui est un choix stratégique et tactique et qui n’est pas en contradiction avec le fait qu’ils mènent une « guerre juste », concept politique et philosophique. Tout ceci est composé (sunístasthai) avec une froide et prudente (phronímôs) rationalité, qu’on perçoit dès la première phrase et qui n’est pas sans rappeler les passages du De ira (I, 9-11), contemporain du Stratêgikós, dans lesquels Sénèque met en avant la nécessité d’une froide raison pour faire la guerre efficacement. Les actes religieux eux-mêmes participent du même souci de fournir à l’armée et à son chef un moral d’acier. Cette qualité est mise en lumière dans tout l’ouvrage et, tout particulièrement, au chapitre XXXII dans lequel est exposée l’idée que le général ne doit jamais se laisser aller à une action irréfléchie.

14Le courage du général consiste à ne pas se montrer abattu à une armée troublée par des renforts ennemis ou atteinte moralement à la suite d’un succès partiel de l’adversaire. Ce n’est pas l’état psychologique personnel du chef qui est en cause, comme on pourrait le croire en lisant le titre (Perì toû einai tòn stratêgòn eúthumon en taîs duspragías), mais le visage qu’il doit présenter à ceux qui sont sous ses ordres. Il doit paraître gai, de bonne humeur, sûr de lui, parce que cela transforme l’état d’esprit de ceux qu’il commande. Il doit savoir dire le mot juste, mais l’expression du visage est encore plus efficace que les mots. C’est le moral des soldats qui compte, comme l’indiquent les deux chapitres qui portent sur la crainte que le général doit insuffler parfois à son armée (chapitre XIV, 1), ou sur les encouragements qu’il doit leur prodiguer si elle est saisie par la peur (XIV, 2). L’inquiétude est salutaire quand les troupes deviennent paresseuses et enclines à désobéir aux officiers. On peut l’éveiller en insistant sur les réserves dont dispose l’ennemi. La mise en confiance avant la bataille peut être réalisée par la capture d’ennemis couards dont on montre à tous l’absence de force d’âme, ce qui laisse entendre que toute l’armée ennemie est dans le même état psychologique. C’est au général de comprendre quand, par ses paroles et sa contenance, il doit faire croire que l’ennemi semble faible ou formidable. Ce qui est frappant, dans tout cela, c’est la connaissance qu’a le général de la psychologie des soldats et sa capacité de modifier leur état mental.

  • 24 Cf. Mesplé P., « Pour une relecture des stratégistes antiques : l’exemple du Strategicos d’Onosand (...)
  • 25 Ainsi César contre les Nerviens pour enrayer le fléchissement de son armée (Valère Maxime, III, 2, (...)
  • 26 Suétone, Vespasien, IV.

15C’est par rapport à ce point de vue que nous examinerons le chapitre XXXIII, dans lequel il est dit que le général ne doit pas se battre comme un soldat (Perì toû mê tòn stratêgòn autocheirì polemeîn)24. Il s’agit bien d’un problème technique, sur lequel on pourrait avancer qu’à partir du moment où il existe des réserves qu’on doit faire intervenir en temps opportun, le général doit pouvoir donner des ordres à tout moment. Aussi voit-on, dans « le modèle occidental de la guerre » tel qu’il se pratiquait dans la Grèce classique, le roi de Sparte vaincre ou mourir à la tête des Lacédémoniens dans le champ clos du choc unique et sans recours, tandis que plus tard, le roi hellénistique et le consul romain sont en retrait et ne participent directement au combat que dans des cas extrêmes25. Ces pratiques peuvent être toutefois ignorées. Alexandre s’engageait personnellement en rase campagne et sur les remparts, galvanisant ses troupes et les conduisant à des succès décisifs et, sous Néron, Vespasien, dans « la guerre juive », s’engagea personnellement alors qu’il commandait l’armée26, tandis que Pyrrhos, participant à un combat de rue, fut tué à Argos. C’est de ce risque que traite Onosander. Deux raisons sont données pour justifier la prudence du général : ses connaissances militaires (stratêgoû gàr hê gnômê) le rendent irremplaçables, il ne doit donc pas risquer sa vie dans les hasards d’un combat ; les conséquences de sa mort sur le moral de son armée et sur la guerre seraient d’une gravité sans commune mesure avec les bénéfices qu’il retirerait d’une démonstration de ses capacités morales et physiques dans un combat au corps à corps. Le général doit donc s’engager dans le combat en faisant montre plutôt de prudence que d’audace (machésthô dè ho stratêgòs autòs promêthésteron hê tolmêpóteron). Nous retrouvons la rationalité froide qui doit être la qualité première du chef. Il doit faire la guerre en assumant le rôle qui est le sien, non faire acte de bravoure pour montrer son courage ou pour se faire plaisir. Car c’est bien ce qui a rapport à la prudence, à la circonspection (promêthéteron) qui est opposée à tolmêpóteron, qui n’est nullement en rapport avec un défaut, qui serait la témérité (hê propetês, hê itamótês), mais avec une vertu, l’audace (hê tulmêría).

16Si la campagne se termine par une victoire totale, laquelle met un terme définitif à l’activité de l’ennemi (chap. XLII, 10), le général ne doit pas se montrer imbu de sa réussite, mais affable (Onosander met en balance deux états d’esprit, le premier plein de lourdeur, le second d’une aisance de bon ton et avenante : estô mê barùs epì taîs eupragíais, all’euphortos). Il ne doit pas se montrer orgueilleux, cruel, violent (la proposition met en scène une personne qui s’agiterait en tous sens : undè túphon apênê periphérôn), mais bienveillant et attentionné (all’euméneian prosphilê echôn). Car, dit-il, la suffisance génère l’envie (phthónon egénnêse), la bienveillance l’émulation (zêlon epespásato). Car l’envie est une souffrance que l’homme qui remporte des succès cause à ceux qui l’entourent, tandis que l’émulation est l’imitation des bonnes qualités. L’effet de la première est de croire qu’on ne puisse pas bénéficier d’une fortune aussi favorable, celui de la seconde est de penser qu’on puisse y parvenir. Aussi un homme bon sera-t-il, non seulement le défenseur courageux de la patrie et un chef compétent, mais aussi soucieux de protéger constamment sa propre réputation. Il sera, en cela aussi, un stratège plein de sagacité (anêr oûn agathòs ou mónon patrídos te kaì stratiôtikoû plêthous áristos hêgemôn, allà kaì tês perì autòn eis aieì eudoxías akindúnou ouk anóêtos stratêgós).

  • 27 Les Pensées de Marc Aurèle ont été écrites, au moins en partie, pendant les opérations qu’il mena (...)

17Considérons les caractéristiques mentales du géréral dans le cadre global de la campagne, de sa préparation immédiate à son achèvement. Le sang-froid, la pondération, la prudence, la modération, la modestie, le scrupule religieux sont ses capacités dominantes. Nous avons plutôt affaire à un Fabius Cunctator qu’à un Alexandre. Il a une conscience aiguë de ses responsabilités et ses qualités ne sont pas tant des marques de son caractère qu’une mise en œuvre d’une attitude nécessaire envers les protagonistes de la guerre, son armée d’abord, qui est l’instrument sur lequel il a le plus de prise. Il a une connaissance parfaite des ressorts psychologiques à partir desquels ses soldats agissent. Ce qu’il ressent, nous l’ignorons. Nous sommes simplement en droit de penser que s’il doit paraître toujours gai, de bonne humeur, sûr de lui, c’est qu’il pourrait se montrer préoccupé, irritable, hésitant s’il révélait les sentiments qui l’habitent. Mais nous ne savons rien, en lisant le traité, de l’homme intérieur27.

  • 28 Sôphrona : le mot correspond à la continentia d’un commandant d’armée tel que Scipion qui, vainque (...)
  • 29 Nêptên : l’adjectif ne signifie pas ici « sobre », mais qualifie la vigilance d’un esprit capable (...)
  • 30 Les amis et les maîtres de Philopoemen l’avaient averti que « le soldat » devait « savoir supporte (...)
  • 31 Ce passage montre que l’enfant ou le jeune homme pouvait accompagner son père lors d’une campagne, (...)

18Cette attitude nous renvoie aux qualités qui avaient déterminé le choix et les caractéristiques d’un bon général (chapitres I et II). Il doit être chaste, maître de lui-même, vigilant, frugal, dur au labeur, alerte d’esprit, libre de tout désir d’avidité, ni trop jeune ni trop vieux, père de préférence, orateur naturel, homme de bonne réputation. Les deux premières qualités, la chasteté et la maîtrise de soi, ont un rapport étroit avec l’obligation de savoir résister à des désirs physiques qui empêcheraient le général de mener à bien sa mission. Si la chasteté28 est nécessaire pour ne pas être distrait par des plaisirs qui le conduiraient à négliger les sujets les plus importants, être maître de soi (egkratê) est une condition sine qua non pour accomplir sa tâche. En effet, la combinaison de l’autorité la plus grande, qui donne une grande puissance d’action, et des pulsions licencieuses, provoque une violence des passions effrénée et incontrôlable. Son esprit peut rester vigilant29 pendant les nuits blanches qu’il passe à élaborer les projets les plus importants, car il est de règle que c’est la nuit que le général, l’esprit libre, perfectionne ses plans30. Il est frugal (litòn) pour ne perdre, ni temps, ni ressources ; dur au labeur (diáponon), il doit paraître infatigable ; alerte d’esprit (noeròn), pour faire face à tous les imprévus qui demandent une décision prompte et pertinente ; libre de tout sentiment d’avidité, ce qui lui permet de diriger avec cette incomparable largeur de vue que lui confère l’incorruptibilité ; ni trop jeune ni trop vieux, il allie la capacité de mise en confiance et de ne pas avoir tendance à céder à une faiblesse physique ; père de préférence, car cela le lie encore plus à la patrie, lui permet d’avoir de sûrs confidents, et lui donne encore plus d’énergie pour combattre l’ennemi31 ; orateur naturel, il peut galvaniser efficacement ses troupes avant la bataille ; il doit être un homme de bonne réputation, car la plupart de ceux qui sont placés sous ses ordres admettent mal d’obéir à un inconnu ou à quelqu’un qu’ils jugent inférieurs à eux-mêmes.

19Toutes ces qualités sont en rapport avec sa mission. Elles permettent la concentration sur le but à atteindre. Nous retrouvons dans les deux premiers chapitres les mêmes caractéristiques que nous avions relevées à propos de la campagne, de sa préparation à son achèvement. Il en est de même pour les qualités relationnelles, affabilité envers les subordonnés, juste rétribution des récompenses, capacité d’apprécier ce qu’il convient de faire, entre la dureté qui lui aliénerait le soldat et une indulgence qui rendrait la discipline impossible.

  • 32 Valère Maxime avait souligné l’intérêt d’une bonne formation technique pour donner de l’assurance (...)

20Ces qualités mentales sont alimentées par la connaissance des règles de conduite de la guerre que livre l’ouvrage, lequel puise dans l’histoire romaine dont les forces armées se sont montrées si efficientes qu’elles ont permis la domination de Rome (préface). L’auteur n’établit pas un lien explicite entre la formation technique et les qualités morales, sur l’effet que la première produirait sur les secondes32. En fait, le général, tel que le présente Onosander, est en pleine possession de ses moyens et pleinement capable d’une action efficace. Il n’est pas seul, toutefois, recevant les conseils d’un état-major composé de proches et d’officiers confirmés de son armée (chapitre III), et il confiera pour un laps de temps limité son armée à un subordonné de haut rang et sûr quand il sera amené à prendre quelque repos (chapitre XLV, 5).

  • 33 Pendant les guerres civiles, les « Républicains » étaient stoïciens, aristotéliciens, platoniciens (...)
  • 34 Sous Néron, qui avait élaboré une vision du monde officielle, appartenir ouvertement à une autre c (...)
  • 35 Sur l’intellectualisme stoïcien, qui n’est pas du tout la volonté qu’on suppose faussement être un (...)

21Il n’est pas sans intérêt, compte tenu des conceptions antiques, de se demander à quel type d’homme correspondait le général, à quel système de pensée il pouvait souscrire33 ? Si le livre a été écrit par un platonicien, il ne s’ensuit pas que le commandant d’armée adhère à cette philosophie. On ne trouve pas chez lui les idées dualistes qui rendent compte du « mélange » qui constitue l’homme et le monde. Rien ne le fait dévier de sa voie, il accomplit sa mission. Aucune passion qui serait contrôlée par la raison n’est décelable, ce qui nous empêche de le rattacher au Lycée, alors même que le « juste milieu » qu’on pourrait déceler dans le fait que le général ne doive être ni trop sévère ni trop laxiste envers ses hommes obéit seulement à la prise en compte de la psychologie des soldats et n’est pas à ranger dans les options de cette école. Aucun plaisir n’apparaît non plus, qui permettrait d’en faire un épicurien. On ne trouve nulle part la jubilation d’un Alexandre, d’un Condé ou d’un Patton. Il reste le stoïcisme, et c’est, sinon dans cette secte34, du moins dans ce cadre mental que nous le rangerons. Il accomplit son devoir sans sourciller ; son action est en accord avec le jugement qu’il a porté à partir d’une raison qui n’est troublée par aucun élément parasite ; il pense, juge, agit sans effort. C’est une démarche qui repose sur un pur intellectualisme35.

22Maurice de Saxe pouvait-il tirer profit du livre d’Onosander ? Au XVIIIe siècle comme au ier, il était possible de s’en inspirer pour se forger un caractère de chef et pour puiser des renseignements sur la manière de se comporter face à ses soldats et dans les diverses circonstances de la guerre. Les conditions avaient-elles tellement changé ? Il ne le semble pas quand on constate que les généralissimes disposaient d’armées de dimensions comparables – quelques dizaines de milliers d’hommes – qu’ils livraient des batailles rangées dans des espaces similaires, qu’ils avaient les mêmes soucis de ravitaillement pour les chevaux, qu’ils se déplaçaient en des lieux généralement habités et souvent urbanisés. La description des caractéristiques du généralissime et la mise en système de la guerre étaient à même de faire réfléchir un chef d’armée du XVIIIe siècle. Il pouvait s’en inspirer sans qu’il fût question d’une simple imitation. De toute façon, la science, l’endurance et la force d’âme peuvent être acquises par des années d’exercices et de combats, mais le grand capitaine se signale par le génie, et ce génie, qui lui est propre, peut, en certains cas, transcender certaines règles.

Notes

1 Ainsi s’intitula la 30e livraison d’Enquêtes et documents, dont les textes furent réunis par Jean-Pierre Bois dans le cadre du Centre de recherches sur l’histoire du monde atlantique de l’université de Nantes, Rennes, 2004. Il avait préparé auparavant le numéro 25, Les armées et la guerre de l’Antiquité à la Seconde Guerre mondiale, Rennes, 1998.

2 Nous utilisons l’édition de la Loeb Classical Library : Aeneas Tacticus, Asclepiodotus, Onosander, with an English Translation by Members of The Illinois Greek Club (W.A. Oldfather, A.S. Pease, J.B. Titchener, 1922), Cambridge (Massachussets)-London, MCMLXXXVI, 5th edition, p. 342-532 (désormais, Onosander). Nous transcrirons les mots grecs en caractères latins suivant un usage courant : ê pour êta, ô pour oméga, ch pour khi, h pour l’esprit rude.

3 Bois J.-P., Maurice de Saxe, Paris, 1992, p. 188.

4 Dans Mes Rêveries, il « déclara qu’il devait ses premières conceptions de la conduite d’un commandant en chef à Onosander » (baron de Zur-Lauben, Le général d’armée, par Onosander. Ouvrage traduit du grec, Paris, 1754 et 1757, préface, p. 5, cité par Oldfather, Onosander, p. 351).

5 Ibid., p. 345-347.

6 Comparons par exemple les débuts du Manuel et du premier chapitre du Stratêgikos : « Il y a des choses qui dépendent de nous ; il y en a d’autres qui n’en dépendent pas. Ce qui dépend de nous, ce sont nos jugements, nos tendances, nos désirs, nos aversions… Ce qui ne dépend pas de nous, c’est notre corps, la richesse, la célébrité, le pouvoir » (Manuel d’Épictète, trad. M. Meunier, Paris, 1964, p. 207). « Je crois que nous devons choisir un général, non d’après sa naissance comme dans le cas des prêtres, ni d’après sa richesse comme les superintendants des gymnases, mais sur le fait qu’il est chaste, maître de lui-même, vigilant, frugal, dur au labeur, alerte d’esprit, libre de tout désir d’avidité, ni trop jeune ni trop vieux, père de préférence, orateur naturel, homme de bonne réputation » (Onosander, I, 1).

7 Sur cette démarche intellectuelle, Hadot P. (Exercices spirituels et philosophie antique, préface d’Arnold I. Davidson, Paris, 2002).

8 Onosander, p. 347.

9 Ibid., p. 368.

10 Ibid.

11 katà tên Sebastoû Kaísaros : l’expression traduit Augustus Caesar, titres officiels de l’empereur vivant à partir d’Auguste.

12 Cagnat R., Cours d’épigraphie latine, Paris, 1892, p. 100-101. Ce chapitre, qui est politique, institutionnel et sociologique, se devait d’être précis, ce qui est le cas. En revanche, dans le corps du traité, qui est technique, nous lisons hò stratêgos, qui désigne un chef militaire commandant une armée et sans rapport nécessaire avec le pouvoir politique du stratège d’une cité dans les temps qui suivirent la guerre du Péloponnèse. Rien n’est plus normal. Il n’était pas possible de parler sans arrêt d’une « personne assumant le rôle d’un général », pas plus que nous ne parlons, pour une période récente, d’un colonel nommé général à titre provisoire pour qu’il puisse commander une division, ce qui fut le cas de Charles de Gaulle.

13 Il y a des exceptions : par exemple, Germanicus était consul pour la deuxième fois quand il détrôna Vonon et fit de Zénon le roi des Arméniens (Tacite, Annales, II, 53). Néron priva les consuls de leur magistrature pour la revêtir, persuadé que les Gaules ne pouvaient être vaincues que par un consul lors de la révolte du légat propréteur Julius Vindex (Suétone, Néron, 43).

14 Tacite, Annales, XIV, 23.

15 Ibid., XIV, 29. Suétone (Néron., 43) paraît faire une distinction entre les commandants d’armée et les gouverneurs quand il écrit : successores percussoresque summittere exercitus et prouincias regentibus, ce qui supposerait, puisqu’il savait que les gouverneurs disposaient d’une armée, que certains généralissimes n’aient pas été tenus aux limites de leur province.

16 Ibid., I, 31, 45-46, II, 5, 41, 43.

17 Id., Vie d’Agricola.

18 Suétone, Néron, XV : Candidatos, qui supra numerum essent, in solatium dilationis ac morae, legionibus praeposuit (trad. H. Ailloud, Paris, 1932).

19 Ibid., Triumphalia ornementa etiam quaestoriae dignitatis et nonnullis ex equestri ordine tribuit.

20 Ibid., XIII.

21 « Bellum iustum in Theorie und Praxis », Ars Iuris, Festschrift für Okko Behrends zum 70. Geburtstag, herausgegeben von Martin Avenarius, Rudolf Meyer-Pritzl und Cosima Möller, Wallstein Verlag, Göttingen, 2009, p. 305-318.

22 Institutions divines, 6, 9, 4s. : « Quantum autem a iustitia recedat utilitas, populus ipse Romanus docet, qui per feciales bella indicendo et legitime iniurias faciendo semperque aliena cupiendo atque rapiendo possessionem sibi totius orbis comparauit », cité par D. Liebs (p. 307).

23 Polybe, 13, 3, 7 ; 36, 2 (1b), 1s. ; 36, 9, 9 ; Cicéron, Rép., 3, 21, 24, cf. Liebs, p. 306-307.

24 Cf. Mesplé P., « Pour une relecture des stratégistes antiques : l’exemple du Strategicos d’Onosander », Dialogue cit., p. 21-31.

25 Ainsi César contre les Nerviens pour enrayer le fléchissement de son armée (Valère Maxime, III, 2, 19).

26 Suétone, Vespasien, IV.

27 Les Pensées de Marc Aurèle ont été écrites, au moins en partie, pendant les opérations qu’il mena contre les Quades qui avaient envahi l’Empire en 169, de 170 à 173. P. Hadot (La citadelle intérieure, introduction aux Pensées de Marc Aurèle, Paris, 1997, p. 278-279, 282-283) explique ainsi « cette présence lancinante de la mort » dans les livres II et III, écrits au cours des campagnes. Cette méditation nous est précieuse, mais de cet état d’âme et exercice spirituel, rien ne transparaissait extérieurement.

28 Sôphrona : le mot correspond à la continentia d’un commandant d’armée tel que Scipion qui, vainqueur en Espagne, rendit à son fiancé une prisonnière d’une grande beauté.

29 Nêptên : l’adjectif ne signifie pas ici « sobre », mais qualifie la vigilance d’un esprit capable de rester en éveil (cf. le verbe nêphô).

30 Les amis et les maîtres de Philopoemen l’avaient averti que « le soldat » devait « savoir supporter facilement les privations et le manque de sommeil » (Plutarque, Philopoemen, III, 4, trad. A.-M. Ozanam, Paris, 2001, p. 677).

31 Ce passage montre que l’enfant ou le jeune homme pouvait accompagner son père lors d’une campagne, comme Caligula l’avait fait auprès de Germanicus.

32 Valère Maxime avait souligné l’intérêt d’une bonne formation technique pour donner de l’assurance au soldat (II, 3, 2) : « L’exercice des armes (armorum… meditatio) fut introduit parmi les soldats par le consul P. Rutilius (648 V.C.)…. Il fit venir des maîtres de gladiateurs de l’école de Cn. Aurelius Scaurus, et natularisa dans nos légions l’ingénieuse méthode de parer et de porter les coups par principes. Grâce à cette institution, l’art et le courage se prêtèrent un mutuel secours, le premier se fortifiant de l’énergie du second, et celui-ci empruntant du premier la circonspection et la sagesse » (Faits et paroles mémorables, Paris, MDCCCXXXIV, trad. C. A. F. Frémion, I, p. 169).

33 Pendant les guerres civiles, les « Républicains » étaient stoïciens, aristotéliciens, platoniciens, les Césariens épicuriens.

34 Sous Néron, qui avait élaboré une vision du monde officielle, appartenir ouvertement à une autre conception était faire acte d’opposition (P. Veyne, Sénèque, Entretiens, Lettres à Lucilius, Paris, 1993, p. XXXI).

35 Sur l’intellectualisme stoïcien, qui n’est pas du tout la volonté qu’on suppose faussement être une qualité stoïcienne, cf. Id.,liv-lv.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search