Version classiqueVersion mobile

Expériences de la guerre, pratiques de la paix

 | 
Guy Saupin
, 
Éric Schnakenbourg

Jean-Pierre Bois ou Janus historien

Éric Schnakenbourg

Texte intégral

1Né en 1945 à Tours, Jean-Pierre Bois passe brillamment l’agrégation en 1970. Il commence alors sa carrière d’enseignant à l’École Normale Supérieure de l’Enseignement Technique de Cachan, avant de rejoindre le lycée de Rochefort. C’est ensuite Istanbul pendant deux années dans le cadre du service national de coopération. En 1974, il revient en France et prend son poste au lycée Joachim du Bellay d’Angers. Il se lance alors dans une recherche au long cours sous la direction d’André Corvisier, avec un doctorat de troisième cycle Les vieux soldats à l’Hôtel Royal des Invalides au XVIIIe siècle (1981), puis une thèse d’État sur Les Anciens Soldats dans la Société française au XVIIIe siècle. Soutenu en 1986, ce travail volumineux permet à son auteur d’obtenir un poste de professeur à l’université de Nantes qu’il ne quitte qu’en 2007 avec l’éméritat.

2Au cours de ces deux décennies, Jean-Pierre Bois s’est appliqué à être un professeur au sens plein du terme. Entier, exigeant avec lui-même comme avec les autres, il a accepté les servitudes et les contraintes de son grade, à commencer par les charges administratives. Il a rempli de nombreuses fonctions au sien de l’UFR d’Histoire et de l’université de Nantes. La plus marquante d’entre elles est sans doute la direction du Centre de recherches sur l’histoire du monde atlantique (CRHMA) de 1999 à 2004. Il contribue à ouvrir le laboratoire sur des problématiques internationales en développant ses contacts à l’étranger. À ce titre, il a donné une impulsion décisive à la recherche en histoire à l’université de Nantes. Le changement de nom du laboratoire en Centre de recherche en histoire internationale et atlantique (CRHIA) témoigne, à ce titre, de l’héritage vivant que Jean-Pierre Bois laisse aux historiens nantais.

3Le second trait remarquable de sa carrière est la passion pour l’enseignement. Les années durant lesquelles il a enseigné l’histoire et la géographie dans le secondaire lui ont permis de développer son goût pour la communication orale et de se forger une solide expérience qui sont toutes deux mises au service d’une seule ambition : faire comprendre. Une fois à l’université, Jean-Pierre Bois ne perd rien de ses capacités de pédagogue, tout au contraire. Face à un public plus mûr et plus passionné, sa faconde mise au service d’un solide savoir a fasciné des générations d’étudiants qui ont suivi leur professeur sur les chemins de la guerre et de la paix de l’Europe moderne. Il assure également des enseignements à l’étranger en Hongrie, en Côte d’Ivoire et en Allemagne où sa maîtrise de la langue le fait particulièrement apprécier. Très attaché aux concours d’enseignement, Jean-Pierre Bois n’a jamais hésité à s’investir régulièrement dans de lourdes préparations de cours pour les futurs enseignants, considérant qu’il lui revenait de remplir cette tâche. Car l’homme est avant tout un républicain, historien des 14 Juillet, conscient des devoirs qui lui incombent dans le cadre de l’université mais également en dehors.

4Sa carrière est marquée également par une forte participation dans diverses associations au sein desquelles son opinion est sollicitée et appréciée. Il est expert scientifique auprès d’une demi-douzaine de musées et impliqué dans la vie des sociétés historiques locales. Il a une conception ouverte de l’histoire qui ne doit pas être une affaire de spécialistes reclus dans une tour d’ivoire universitaire, mais qu’il faut proposer au public curieux qui veut se l’approprier. L’autre grand engagement de Jean-Pierre Bois est la cause de la Défense, notamment dans le cadre de l’Institut des Hautes Études de la Défense Nationale dont il préside la section des Pays de la Loire. Passeur de savoir entre hier, aujourd’hui et demain il participe aux réflexions contemporaines relatives aux questions de défense en cherchant tout particulièrement à sensibiliser les jeunes. Mais en sens inverse, ses interventions dans les établissements d’enseignement militaire visent à donner de l’épaisseur historique à la réflexion sur la Défense, afin de faire comprendre aux futurs officiers le sens de leur mission.

5Cette volonté de transmettre l’histoire et l’amour de l’histoire se manifeste clairement à travers les masters ou les thèses que Jean-Pierre Bois a dirigés. La variété thématique, spatiale et chronologique des travaux de ses élèves, dont plusieurs lui rendent hommages dans ce volume, montre la vive curiosité qui a animé ce passionné. Il veut la faire partager et entraîner ses cadets sur les voies de la recherche qu’il a sillonnées pendant tant d’années. Il guide d’abord, puis accompagne ceux qui poursuivront certaines pistes qu’il a ouvertes, mais qu’en dépit d’un solide appétit intellectuel il n’a pu explorer. L’enthousiasme proverbial de Jean-Pierre Bois, son énergie communicatrice et sa force de conviction ont poussé nombre de ceux qui ont assisté à ses cours, à le rejoindre pour une recherche d’une ou de plusieurs années, participant ainsi indirectement à élargir son apport à la connaissance historique.

  • 1 Voir la bibliographie à la fin de l’ouvrage.

6En effet, au sein d’un impressionnant curriculum vitae, les diverses tâches ainsi que les fonctions administratives et pédagogiques que Jean-Pierre Bois a assurées, ne forment pourtant qu’une petite partie de ses activités en comparaison de ses travaux de recherche. Il a pratiqué avec un égal bonheur tous les types d’écriture historique : l’ouvrage érudit, le manuel, la biographie, l’édition de sources et de nombreuses contributions dans des revues, des volumes collectifs, des catalogues d’exposition, des dictionnaires et encyclopédies. Il a également eu une importante activité de direction d’ouvrage en coordonnant le travail de plusieurs auteurs invités à réfléchir autour d’un thème. Il ne saurait être question ici de rendre compte avec exhaustivité des publications de Jean-Pierre Bois, mais simplement d’en dégager quelques axes forts1.

7L’étude de la vieillesse est l’un des premiers champs historiques qu’il visite, à partir des soldats qui ne sont plus en état de servir. La fondation de l’hôtel royal des Invalides en 1670, puis une meilleure prise en charge des anciens soldats au cours du XVIIIe siècle, participent non seulement à rendre l’existence de ces hommes moins pénible, mais aussi à les réinsérer dans la société. Dans cette étude d’histoire sociale, c’est l’humain et son traitement qui portent la réflexion. Cette base sert à Jean-Pierre Bois pour approfondir l’étude de la vieillesse, à travers les archives, la littérature et l’iconographie. L’historien s’intéresse au traitement des « Vieux » par leurs contemporains, mais aussi à la représentation de la vieillesse à travers le mythe de Mathusalem. Par ses travaux sur le grand âge, Jean-Pierre Bois se rattache à la tradition historique qui croise l’histoire des sociétés et celle de ses populations.

8Mais ce sont sans aucun doute ses recherches en histoire militaire qui ont le plus contribué à la renommée de Jean-Pierre Bois. Le professeur nantais est un expert reconnu en France comme à l’étranger, et ses travaux font date. La richesse et l’éclectisme de ses productions scientifiques dans cette spécialité qui, il faut le reconnaître, a subi une certaine désaffection, montrent à quel point ce champ historique peut être fécond. Histoire de la guerre, histoire de l’armée et histoire militaire, Jean-Pierre Bois a voulu tout embrasser. Adepte de longues plongées dans les archives, il y a non seulement puisé la matière brute de sa réflexion, mais en a aussi exhumé quelques textes marquants pour montrer à quel point dans ce domaine également le XVIIIe siècle a pu être un siècle de progrès. Car à côté de la réflexion sur la tactique et sur la manière d’optimiser le potentiel d’une troupe, il y a aussi une interrogation sur le traitement des soldats, car l’homme ne disparaît pas derrière la guerre. C’est certainement ce qui a tant plu à Jean-Pierre Bois chez Maurice de Saxe auquel il consacre une magnifique biographie. Fidèle à son habitude, l’historien envisage différents aspects de la vie du vainqueur de Fontenoy : l’homme, le tacticien, le chef de guerre. L’ambition de cette première biographie se retrouve dans les suivantes : Bugeaud, Dumouriez, Don Juan d’Autriche. Autant de personnages hors-normes réunis par la chose militaire, qui ont essuyé des revers et connu des échecs, mais qui se distinguent par une capacité à faire face à des circonstances exceptionnelles.

9Pour Jean-Pierre Bois, la guerre ne se limite pas à l’affrontement d’armées dans une optique qui serait trop étroitement militaire. Dans la large période qu’il embrasse du XVIe au XIXe siècle, il s’interroge sur les défis individuels et collectifs que les affrontements militaires ont posés aux États européens. Ils doivent trouver les moyens de conduire des guerres de plus en plus exigeantes en hommes et en matériel. Dans cette grande épreuve de la violence qu’est le combat, là encore Jean-Pierre Bois montre son appétit de savoir et sa volonté de comprendre. Il envisage la bataille comme une épreuve intellectuelle en réévaluant la réflexion tactique au moyen, selon le beau titre d’un ouvrage collectif qu’il a dirigé, d’un dialogue entre Anciens et Modernes. À cette occasion, il élargit encore les horizons de sa réflexion en convoquant les auteurs de l’Antiquité. À l’antipode de cette approche, il y a les hommes qui se trouvent au milieu du tumulte des armes. Car la bataille est aussi une épreuve humaine, nous y revenons. Les lignes qu’il consacre au sort aux marins de Lépante ou aux soldats de la colonne anglaise à Fontenoy sentent la poudre et la souffrance.

10S’il a consacré bien du temps et des pages à l’étude de la guerre, il semble que Jean-Pierre Bois puisse faire sienne la réplique de Louis XV parcourant le champ de bataille de Fontenoy au soir de ce 11 mai 1745 qui fait de lui l’arbitre de l’Europe. Face au Dauphin excité, le roi lui dit : « Voyez le sang que coûte un triomphe. Le sang de nos ennemis est toujours le sang des hommes. La vraie gloire, c’est de l’épargner. » Jean-Pierre Bois, historien de la guerre, est aussi un historien de la paix. D’ailleurs, elle occupe une place conséquente dans le livre qu’il consacre aux guerres en Europe à l’époque moderne. Les conflits meurent de la victoire car elle permet de rétablir, sur le papier du moins, la concorde entre les nations. L’horizon harmonieux de la coexistence des puissances est l’Europe à laquelle Jean-Pierre Bois a consacré de très belles pages tout comme aux relations qu’ont entretenues les pays européens. Spécialiste du XVIIIe siècle, il déplace son regard, élargit puis resserre ses perspectives et ses points de vue pour montrer la complexité des rapports entre les États au siècle des Lumières, pendant la Révolution puis l’Empire. Il inscrit son travail dans le grand mouvement de désenclavement de l’histoire des relations internationales qui, sans renier l’importance de la diplomatie, prend en compte d’autres facteurs, économiques, techniques ou culturels qui façonnent l’Europe. Il ne l’envisage pas de manière étriquée, mais l’ouvre au contraire sur le monde en rendant toute leur place aux enjeux coloniaux. Le sous-titre du livre de Jean-Pierre Bois consacré à l’Europe porte trois précisions : « origines, utopies et réalités ». Elles pourraient très bien convenir, et ce n’est pas un hasard, à sa récente histoire de la paix. Au fond, nous retrouvons ici sa méthode qui se place au cœur de la tension entre, d’une part, la réflexion des théoriciens et, de l’autre, la réalité. Si la guerre a eu ses tacticiens qui l’imaginaient autant qu’ils la faisaient, la paix a aussi ses penseurs, voire ses rêveurs. Ils la désirent, l’imaginent mais la concrétisation de leur dessein leur échappe. La tâche revient aux militaires et aux diplomates qui doivent la mettre en œuvre autant que la mettre en scène dans une promesse d’éternité.

11Alors finalement, jeune retraité dynamique, Jean-Pierre Bois pourrait-il, à la façon de Louis XIV, regarder sa production et se dire « j’ai trop aimé la guerre » ? Ce n’est pas la guerre qui le fascine mais l’homme dans sa capacité à penser, à imaginer, à agir, à s’adapter et à endurer. C’est le sens de l’histoire qu’il a voulu écrire au travers des milliers de pages que compte sa bibliographie, une histoire ample et ambitieuse, restituée avec clarté, profondeur et conviction. Jean-Pierre Bois a déjà été honoré de prix littéraires et de décorations, dont la Légion d’Honneur, mais ici, ce sont simplement ses amis anciens ou plus récents, ses collègues, ses élèves qui souhaitent lui rendre hommage et témoigner de ce que l’homme et le maître ont pu leur apporter. Nous voulons simplement dire merci au professeur Jean-Pierre Bois, historien aux deux visages, qui a tant écrit sur la guerre et les militaires mais dont le héros est l’abbé de Saint Pierre qui rêva d’une paix perpétuelle.

Notes

1 Voir la bibliographie à la fin de l’ouvrage.

© Presses universitaires de Rennes, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search