Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les étudiants étrangers à Paris au XIXe siècle

 | 
Pierre Moulinier

Conclusion

Texte intégral

1Le XIXe siècle n’invente pas l’étudiant étranger. Dès la fondation des premières universités européennes aux XIe et XIIe siècles, les bancs des écoles sont remplis d’élèves venus des autres nations d’Europe. Ce qui est la marque du XIXe siècle, c’est qu’il ancre une géographie mondiale des échanges universitaires. La politique d’accueil de la France, remarquable par son ouverture culturelle et sa laïcité, a permis à ses universités, notamment à celle de Paris, de recevoir un nombre de plus en plus important de nationalités, de concurrencer avec succès les universités d’excellence du monde occidental tout en contribuant à la formation des États émergents du siècle et en favorisant l’expansion de la culture française dans le monde. Les étudiants étrangers qui foulèrent les rues du Quartier latin et envahirent les facultés parisiennes contribuèrent à l’évolution de la pédagogie et des diplômes français tout en obligeant les nationaux, professeurs et étudiants, à remettre en question leurs comportements. Enfin, c’est par les étrangères que les facultés s’ouvrirent aux femmes, puisque les premières étudiantes étaient en majorité nées hors de France. L’université française contribua ainsi à sa manière à la diplomatie nationale en permettant à la France, grâce à son ouverture et à ses attraits culturels, de tisser un réseau de pays clients et de contrer les stratégies, notamment économiques, de certains de ses concurrents. Ajoutons que certains de ces étudiants venus se former à Paris demeurèrent en France et que certains, dont la plus illustre est Marie Curie, contribuèrent à l’expansion de la science française.

2Les premières décennies de la IIIe République constituent un moment clé dans l’histoire des migrations étudiantes. Tandis que les profondes réformes du système éducatif français contribuent à diversifier les filières de l’enseignement supérieur et à ouvrir de nombreuses carrières aux étudiants français, la révolution des transports et la cristallisation des États-nations dans leur processus de formation contribuent à une relative mondialisation des recrutements étudiants. Ces phénomènes concernent l’ensemble des universités occidentales et exacerbent la concurrence entre elles : une chasse à l’étudiant étranger se développe en dépit des craintes suscitées par l’afflux de professionnels étrangers dans certaines professions et des rejets ethniques – qu’ignore la France. La nécessité de réguler les flux d’étudiants entraîne la mise en place de diplômes spéciaux tandis que se développe une sorte de diplomatie universitaire destinée à sélectionner des nationalités et des profils d’étudiants en fonction des besoins d’États partenaires. Une géopolitique étudiante se dessine à la fin du siècle.

3La Grande Guerre rebat les cartes, notamment parce qu’elle provoque un remodelage géopolitique de l’Europe avec l’éclatement des Empires et la naissance de nouvelles nations. Elle a pour conséquence de provoquer un recul considérable du nombre des étudiants en France. Pendant les quatre années du conflit, les facultés parisiennes diminuent considérablement leurs effectifs, même si une inversion de la tendance s’opère dès 1916 : elles baissent de - 75 % en 1915 et de - 65 % en 1917. Sans surprise, le nombre d’étudiantes inscrites baisse dans de moindres proportions : de 57,5 % en 1915 et de 22,5 % en 1917. Les étrangers eux-mêmes connaissent une diminution moins forte et même regagnent des positions dès 1916 : - 71,2 % en 1915 et - 47,6 % en 1917. Par contre, ce sont les étrangères, notamment parce que la plupart sont russes, qui connaissent la plus forte hémorragie : près de - 74,8 % en 1915 et - 80 % en 1917.

Tableau 36. – Évolution du nombre des étudiants à Paris pendant la Grande Guerre (1913-1921)* (source : E. Charrier, L’évolution intellectuelle, op. cit).
*Pas de données pour l’année 1917-1918.

4La situation est identique dans l’ensemble des universités françaises. Les effectifs des étudiants français connaissent la même diminution que dans la capitale, même si de nombreux provinciaux tendent à prendre leurs inscriptions dans l’université la plus proche plutôt qu’à Paris et si les facultés des régions en guerre sont fermées : - 73,3 % en 1915, - 66,4 % en 1917. Par contre, le nombre d’étrangers inscrits diminue moins fortement : - 69, 5 % en 1915 et - 61,2 % en 1917. La proportion des étrangers dans la population estudiantine tend en conséquence à s’accroître pendant la Grande Guerre, passant de 14,7 % en 1914 à 16,7 % en 1918, toutefois seulement dans les régions non envahies. Enfin les étudiantes développent leurs positions : elles ne diminuent que de 37,9 % en 1915 et de 9,85 % en 1917. Le nombre des étrangères, par contre, se réduit dans des proportions supérieures à celles des étrangers : - 71,9 % en 1915 et - 72,8 % en 1917. Les Françaises sont ainsi les principales bénéficiaires de ces années de conflit.

Tableau 37. – Évolution du nombre des étudiants en France pendant la Grande Guerre (1913-1921) (source : Annuaire statistique de la France, années citées, passim).

  • 1 D. Fischer, L’histoire des étudiants en France, de 1945 à nos jours, Paris, Flammarion, 2000, p. 4 (...)
  • 2 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 168.

5L’Armistice signé, les universités françaises retrouvent leur animation et leurs effectifs d’avant-guerre. Les années 1920 connaissent une hausse sans précédent du nombre des étudiants, mais celui-ci commence à décliner dès le milieu des années 1930, ce qui s’explique, « d’une part par l’arrivée à l’âge adulte des classes creuses de la première guerre mondiale, et d’autre part par un tarissement de l’immigration étrangère sous l’effet de la crise qui gagne le pays à partir de 19321 ». Les étrangers, dont la proportion est moindre en 1920 qu’en 1914, accroissent leur poids pendant l’entre-deux-guerres, passant entre 1920 et 1927 de 11,3 % à 24,1 % pour décliner jusqu’à 12 % en 19392. Ils ont tendance à s’inscrire à Paris et à fuir la province : alors que la moitié d’entre eux s’inscrivaient dans les facultés parisiennes en 1920, ils sont à 55,4 % dans ce cas en 1934 et à 58,7 % en 1938. Ils sont présents dans les facultés des lettres et de médecine plutôt que dans celles des sciences, de droit et de pharmacie. Enfin, l’entre-deux-guerres conforte l’expansion féminine au sein des facultés : en 1938 à Paris, les étudiantes françaises et étrangères représentent 17,7 % des effectifs de la faculté de droit, 45,2 % de la faculté des lettres, 28,3 % de la faculté des sciences, seulement 20,3 % de la faculté de médecine et 49 % de l’École de pharmacie.

Tableau 38. – Nombre d’étudiants à Paris et en province dans l’entre-deux-guerres (source : Annuaire statistique de la France, années citées, passim).

  • 3 RIE, 1916, p. 187.

6La Grande Guerre bouleverse la géographie étudiante des universités françaises. Louis Liard, recteur de l’académie de Paris, estimait au milieu du conflit que « certaines nations qui nous envoyaient leurs étudiants ne nous les enverront plus » et que d’autres les remplaceront, notamment les États-Unis, jadis si « tributaires des universités allemandes3 ». Nous ne possédons malheureusement plus de données sur la répartition des nationalités entre les facultés parisiennes de l’entre-deux-guerres et ne disposons que de données nationales.

Tableau 39. – Nationalités présentes dans les facultés françaises 1914-1939 (source : V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 158-161).

  • 4 RIE, 1919, p. 107.
  • 5 RIE, 1924, p. 241.
  • 6 RIE, 1923, p. 232.

7La France de l’après-guerre s’efforce de favoriser l’allié américain, dont beaucoup de soldats sont restés en France et en Belgique. Elle aide les jeunes Américains démobilisés dans leurs études supérieures en les dispersant dans les universités de province, notamment celle de Toulouse, qui en reçoit 1 4734. Un service d’information des jeunes Américains, l’American University Union, s’installe en 1924 au 173, boulevard Saint-Germain5. Ces mesures contribuent à un accroissement relatif des colonies américaines et canadiennes, qui représentent en 1928 4,1 % des étudiants étrangers en France, mais à peine 1,2 % en 1939. C’est la fin de la Petite Russie des Gobelins. Après la révolution russe de 1917, la France accueille environ 250 étudiants russes, dont 160 suivent les cours des universités françaises, mais la plupart des émigrés, dont beaucoup d’anciens militaires de l’armée Wrangel, sont accueillis en Tchécoslovaquie, en Bulgarie, en Yougoslavie, en Allemagne, dans les pays baltes, les Balkans, la Turquie et l’Égypte ; la Grande Bretagne n’en reçoit que 41 et l’Italie une trentaine6. Dans les universités françaises, les Russes ne représentent plus que 9 % des étrangers en 1925, 7,3 % en 1928, 4,7 % en 1934 et 0,5 % en 1939. La Turquie, ex-alliée des Allemands, réduit sa présence dans les facultés françaises de même que l’Égypte, désormais sous la tutelle anglaise, et l’Amérique latine. Les nations dominantes sont pour beaucoup des nations issues des traités de 1918, la Pologne en premier lieu, mais aussi la Roumanie, la Bulgarie, la Tchécoslovaquie ou la Yougoslavie.

  • 7 L. Liard, « La guerre et les universités françaises », RIE, 1916, p. 167-189.
  • 8 B. Lemoine, La Cité internationale universitaire de Paris, Paris, Hervas, 1990, 123 p., ill. Voir (...)
  • 9 P. Appell, « La maison des étudiantes à Paris », RIE, 1924, p. 129-130.

8La guerre de 14-18 est l’occasion pour l’université française de réfléchir sur son avenir7. Si l’entre-deux-guerres apporte peu d’innovations en matière de cursus et de contenus de l’enseignement supérieur pour les étrangers, il se caractérise par une forte volonté des autorités universitaires d’améliorer la condition étudiante. Pendant la Grande Guerre, la ville de Paris s’était préoccupée du logement des étudiants étrangers et une commission créée en 1917 avait proposé de bâtir à Plessis-Robinson, aux portes de Paris, une cité-jardin universitaire. Un concours lancé en 1919 sur l’extension de Paris prévoyait de fonder une cité universitaire dans le parc de Sceaux. C’est finalement le déclassement des fortifications discuté au Parlement en 1919 qui permet au sénateur André Honnorat, fondateur en 1896 de l’Alliance contre la dépopulation, ministre de l’instruction publique en 1920-1921, d’aboutir à un résultat concret. Tandis qu’un restaurant universitaire est construit rue Pierre-Curie par le recteur Appell, la Cité internationale universitaire est fondée par la loi du 27 juin 1921 sur un terrain acheté par l’État à la ville de Paris et cédé gratuitement à l’Université, et elle est rendue possible grâce à un don de dix millions de francs d’Émile Deutsch de la Meurthe. La Fondation qui porte son nom est inaugurée le 9 juillet 19258. Outre la création de la Cité universitaire internationale de Paris, un projet né avant la guerre de logement d’étudiantes se concrétise grâce à l’entente de deux groupements dirigés par des femmes d’universitaires, dont l’épouse du recteur Paul Appell. La société universitaire des amis de l’étudiante qui se crée en 1920 complète un terrain acheté avant 1914 sur le boulevard Raspail par l’acquisition d’un terrain mitoyen et la construction est confiée à une société d’habitation à bon marché. La maison des étudiantes est inaugurée le 15 mai 1924 par le recteur Appell9.

9La dynamique de l’après-guerre contribue à un essor des organisations internationales universitaires et étudiantes. Juste après l’Armistice, une nouvelle internationale étudiante voit le jour. À l’initiative de l’Union nationale des étudiants de France (UNEF), lors de son congrès de Strasbourg de novembre 1919, est créée la Confédération internationale des étudiants (CIE) qui déploie des activités dans trois domaines : la coopération intellectuelle, l’organisation de voyages pour les étudiants ainsi que les compétitions sportives avec l’organisation des Jeux universitaires internationaux. En 1926 se crée sous les auspices de la Société des nations un comité de coordination qui regroupe sept organisations, dont la CIE, la Fédération universitaire internationale pour la Société des nations, la Fédération internationale des femmes diplômées ou l’Entraide universitaire internationale.

10Par contraste avec cette ouverture à l’international, les lendemains de la Grande Guerre favorisent les prises de parole xénophobes en milieu étudiant. Le no du 1er mai 1919 de L’Écho des étudiants de Montpellier, qui reparaît, offre un article de Jean Némar (sic) intitulé « À coup de triques : le péril métèque ». L’auteur s’en prend aux étudiants étrangers qui n’ont pas apporté leur appui à la France combattante et qui « lâchement, se mettant à l’abri grâce à leur nationalité au moment où notre France était menacée, n’ont pas eu le courage de la remercier de son hospitalité en la défendant. Je ne puis comprendre que ces gens-là aient été imprudemment choisis pour remplir des fonctions qui ne devaient être confiées qu’à des Français ». L’Action française accroît son influence en milieu étudiant et l’on remarque des relents d’antisémitisme dans quelques journaux étudiants. Ainsi, le journal des étudiants de l’Institut catholique de Paris intitulé La Catho, dans son numéro du 15 février 1934, offre un article de fond sur la « pénétration juive » et évoque la Libre Parole et La France juive de Drumont dans sa bibliographie. Le journal des étudiants d’Action française L’Étudiant français déclare dans son no du 25 novembre 1933 : « Si nous n’y prenons garde, le Quartier latin ne serait bientôt plus qu’un immense ghetto où les Français seraient tout juste tolérés. »

  • 10 L’Étudiant français, 19 décembre 1920, no 2.

11La xénophobie est sans surprise la marque des journaux étudiants d’extrême droite. Le même Étudiant français, en réponse à un article de Clarté, le journal de Barbusse, selon lequel le nationalisme signifie haine et mépris de l’étranger, déclare : « Si nous n’aimons pas les métèques, ce n’est pas parce qu’ils sont étrangers, mais parce qu’ils prétendent se mêler des affaires de la France10. »

  • 11 P. Moulinier, « La “Belle Époque”… », Matériaux pour l’histoire de notre temps, op. cit., 2007.
  • 12 Rouen qui rit, organe de l’AGE de Rouen, mai 1931, no 7.
  • 13 Dr F. Friteau, Pages d’histoire vécue. L’exercice de la médecine et de l’art dentaire en France pa (...)
  • 14 Le Quart d’heure de Rabelais, organe de l’AGE de Montpellier, mars 1934, no 5.
  • 15 Nancy universitaire, mars-avril 1935, no 52.

12Dans les années 1930, sur fond de crise économique, les poussées xénophobes s’exacerbent mais elles se concentrent sur un seul terrain, les études médicales, et une seule question, la concurrence faite aux médecins français par les docteurs étrangers. Le scénario des années 1902-1912 qui voient s’affronter les étudiants et les praticiens à la faculté de médecine11, semble se rejouer trente ans après, sauf qu’il s’étend à toute la France et que l’UNEF et les AGE y sont très impliquées. En 1931, au congrès de l’UNEF de Caen, Paul Rambert présente un rapport sur les étudiants étrangers qui est adopté à l’unanimité. Il y développe l’idée classique que les étrangers sont admis trop facilement aux études médicales, encombrent les locaux, ce qui a des répercussions sur la qualité de l’enseignement, et qu’ils concurrencent les docteurs français en s’installant en France ; en conséquence, selon le rapporteur, il faut réviser la liste des équivalences, relever le niveau des études et supprimer les faveurs accordées aux ressortissants de certains pays tels que la Roumanie ou la Syrie. Le rapport tient d’ailleurs à se démarquer de toute xénophobie : « Il faut savoir, déclare-t-il, que les étudiants français ne sont nullement animés de passions nationalistes, mais ils entendent défendre leurs droits légitimes et veiller au renom de la civilisation et de la science françaises12. » À la suite de ces démarches, le ministre de l’Instruction publique fait approuver un décret-loi qui donne en partie raison aux revendications des étudiants en médecine. En 1933, le sénateur de l’Aube et médecin Raymond Armbruster fait adopter une loi datée du 21 avril : celle-ci précise que, pour exercer, un médecin étranger doit être citoyen français, et donc naturalisé, et être muni du diplôme de docteur d’État en médecine, ce qui suppose qu’il soit bachelier et titulaire du certificat PCN. Les médecins diplômés à l’étranger ont droit à des dispenses de scolarité. Cette loi est jugée insuffisante par les syndicats médicaux. Selon le Dr Friteau, la naturalisation ne s’applique pas aux étudiants en cours d’études13. En 1934, une loi du 19 juillet déclare, dans son article 2, que « pendant dix ans à partir du décret de naturalisation, l’étranger naturalisé ne peut être nommé à des fonctions publiques rétribuées par l’État, inscrit à un barreau ou nommé titulaire d’un office ministériel ». Cette loi est utilisée par les syndicats médicaux et les carabins pour réclamer une refonte de la loi Armbruster. En mars 1934, la section corporative de médecine de Montpellier avait soumis un vœu au congrès de l’UNEF à Marseille pour demander notamment, « considérant l’aggravation continuelle de la pléthore médicale, [que] le nombre de naturalisations soit réduit et que la naturalisation ait lieu avant le début des études médicales après avoir passé le baccalauréat français14 ». Dans L’Écho des étudiants de Toulouse de novembre 1934, Michel Guérin, qui préside la section de médecine de l’AGE, demande le vote d’une loi interdisant aux étrangers reçus docteurs en France d’exercer leur métier avant dix ans comme la loi du 19 juillet 1934 l’impose aux avocats. Selon le même Écho des étudiants du 6 février 1935, les carabins demandent que les études et les droits à acquitter soient identiques pour les Français et les étrangers, que la loi Armbruster soit strictement appliquée et surtout que l’article 2 de la loi du 19 juillet 1934 soit étendu aux médecins naturalisés. Ces revendications débouchent en 1935 sur des manifestations à Paris et en province soutenues par les associations générales d’étudiants et par l’UNEF. À l’instigation des carabins de Montpellier dont le président dirige l’Office de médecine de l’UNEF, une grève est lancée en janvier 1935, suivie par les étudiants en médecine de Toulouse, Nancy, Lille et Paris. Les 1er et 2 février 1935, des manifestations ont lieu à Paris contre les « métèques ». À Nancy, une réunion des étudiants en médecine tourne à la bagarre entre étudiants étrangers et membres des ligues politiques xénophobes15. Au congrès de Tours de l’UNEF qui suit en avril 1935, les étudiants demandent des mesures restrictives dans la délivrance des diplômes aux étrangers. Ils souhaitent notamment que le diplôme d’État ne soit délivré aux étrangers qu’à l’issue d’un délai de cinq ans après la soutenance de thèse et à condition qu’ils aient effectué leur service militaire en France. Une seconde loi Armbruster est publiée en date du 26 juillet 1935 selon laquelle, pour exercer, l’étranger doit non seulement avoir le diplôme d’État et être citoyen et sujet français, mais avoir accompli « le temps légal du service militaire actif ou à défaut subi un délai d’attente » ; les étrangers postulant le doctorat d’État ne bénéficieront d’aucune dispense de scolarité et d’examen.

*

13Les étudiants étrangers présents dans les facultés françaises – et si nombreux au Quartier latin – se trouvent dans une situation contradictoire : outils et enjeux du développement des universités, de l’exportation de la culture française et de la lutte des puissances culturelles, ils ne sont pas toujours les bienvenus dans la communauté étudiante et chez les professionnels dont ils sont les concurrents potentiels ; appréciés comme des camarades dans les organisations internationales estudiantines et comme des victimes dans les combats politiques de leur pays, ils ne font pas l’objet d’un accueil chaleureux de leurs pairs lorsqu’ils fréquentent les facultés, quand ils ne sont pas discriminés pour leur appartenance religieuse ou nationale. Pour nombre d’étudiants français, le bon étranger est ainsi celui qui ne cherche pas à s’installer en France. Cette attitude explique sans doute l’inappétence des jeunes nationaux à étudier à l’étranger, au grand dam des plus célèbres professeurs de la IIIe République. La France universitaire du XIXe siècle donne ainsi l’image contradictoire d’une ambition culturelle forte et d’une frilosité inaltérable de ses fils. Accueillir les autres sans s’ouvrir à l’étranger, un mal français ?

Notes

1 D. Fischer, L’histoire des étudiants en France, de 1945 à nos jours, Paris, Flammarion, 2000, p. 42.

2 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 168.

3 RIE, 1916, p. 187.

4 RIE, 1919, p. 107.

5 RIE, 1924, p. 241.

6 RIE, 1923, p. 232.

7 L. Liard, « La guerre et les universités françaises », RIE, 1916, p. 167-189.

8 B. Lemoine, La Cité internationale universitaire de Paris, Paris, Hervas, 1990, 123 p., ill. Voir aussi : La Renaissance, 9 décembre 1922, op. cit., p. 19 et suivantes ; Pour la jeunesse de nos Écoles. La Cité Universitaire de Paris, Paris, Imprimerie Chaix, 1925, 27 p.

9 P. Appell, « La maison des étudiantes à Paris », RIE, 1924, p. 129-130.

10 L’Étudiant français, 19 décembre 1920, no 2.

11 P. Moulinier, « La “Belle Époque”… », Matériaux pour l’histoire de notre temps, op. cit., 2007.

12 Rouen qui rit, organe de l’AGE de Rouen, mai 1931, no 7.

13 Dr F. Friteau, Pages d’histoire vécue. L’exercice de la médecine et de l’art dentaire en France par les étrangers, Paris, 1935.

14 Le Quart d’heure de Rabelais, organe de l’AGE de Montpellier, mars 1934, no 5.

15 Nancy universitaire, mars-avril 1935, no 52.

Table des illustrations

Légende Tableau 36. – Évolution du nombre des étudiants à Paris pendant la Grande Guerre (1913-1921)* (source : E. Charrier, L’évolution intellectuelle, op. cit).*Pas de données pour l’année 1917-1918.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132699/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Tableau 37. – Évolution du nombre des étudiants en France pendant la Grande Guerre (1913-1921) (source : Annuaire statistique de la France, années citées, passim).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132699/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Tableau 38. – Nombre d’étudiants à Paris et en province dans l’entre-deux-guerres (source : Annuaire statistique de la France, années citées, passim).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132699/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Légende Tableau 39. – Nationalités présentes dans les facultés françaises 1914-1939 (source : V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 158-161).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132699/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 223k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540