Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les étudiants étrangers à Paris au XIXe siècle

 | 
Pierre Moulinier

Chapitre X. Retourner au pays ou s’installer en France ?

Volltext

1Comment se termine le séjour à Paris, que l’on soit ou non muni d’un diplôme français ? La résidence au Quartier latin se conclut de différentes façons : par l’inscription dans une autre université, française ou étrangère, par le retour au pays ou par l’exercice du métier en France. Tous les projets d’études en France n’aboutissent cependant pas au diplôme convoité. Les cas d’échec scolaire des étrangers et des étrangères sont fréquents, même s’il n’est pas possible de mesurer leur importance. Les raisons en sont multiples : la maladie, la difficulté d’apprendre le français, les difficultés d’adaptation aux méthodes de l’enseignement supérieur français, un niveau scolaire insuffisant ou l’abandon des études pour des raisons économiques du fait du coût élevé des études en France.

Naturalisation et installation en France

2Les pays qui envoient leurs fils ou leurs filles étudier en France ne souffrent pas d’une fuite des cerveaux. Le destin de la plupart des étudiants étrangers venus à Paris pour obtenir un diplôme français, voire s’établir en France, est de retourner dans leur pays. La France, pays ouvert aux études des étrangers, est plutôt réticente à l’immigration des diplômés étrangers, en particulier des médecins, même titulaires d’un doctorat français.

3Le décret fondateur des études médicales et des conditions d’exercice de la médecine du 19 ventôse an XI (10 mars 1803), qui reste en vigueur jusqu’en 1892, est cependant très libéral. Ce texte déclare que l’exercice de la médecine est réservé aux titulaires du doctorat. Aucune condition de nationalité n’est émise à cet effet, ce qui veut dire que les étrangers ne sont pas exclus de l’exercice de leur métier en France, notamment s’ils sont déjà titulaires d’un doctorat de leur pays. L’article 4 énonce d’ailleurs que « le gouvernement pourra, s’il le juge convenable, accorder à un médecin ou à un chirurgien étranger et gradué des universités étrangères, le droit d’exercer la médecine ou la chirurgie sur le territoire de la République ».

  • 1 Arch. nat., AJ/16/6496.
  • 2 RIE, 1885, p. 283.

4Les étrangers doivent donc obtenir une autorisation du gouvernement pour exercer la médecine en France. Mais qu’en est-il des autres professions ? Pendant la première moitié du siècle, le seul problème posé par les étrangers désireux de travailler en France concerne les instituteurs, notamment anglais, qui veulent ouvrir une école dans notre pays. La loi relative à l’enseignement du 15 mars 1850 autorise les étrangers à ouvrir et diriger des établissements d’instruction primaire et secondaire, mais ils doivent obtenir l’autorisation à cet effet du conseil supérieur de l’Instruction publique. Cette même loi réserve par contre la carrière de l’enseignement primaire aux seuls nationaux. Cependant le décret du 5 décembre 1850 sur les conditions auxquelles les étrangers peuvent être admis à enseigner en France précise que ceux-ci, outre l’autorisation du conseil supérieur, doivent obtenir les mêmes titres que les nationaux. La loi du 12 juillet 1875 relative à la liberté de l’enseignement supérieur renforce la loi de 1850 en autorisant les étrangers à ouvrir des cours ou à diriger des établissements libres d’enseignement supérieur. Dans l’enseignement public, la qualité de fonctionnaire des professeurs exclut les étrangers, qui ne peuvent guère revendiquer que des postes dans l’enseignement privé. Toutefois, en 1884-1885, suite à une « émotion » s’exprimant dans la presse au début de l’année scolaire contre l’invasion des étudiants étrangers et la présence d’enseignants étrangers à la faculté de médecine, une lettre du doyen Béclard au vice-recteur Gréard du 19 février 1885 apporte des assurances sur le fait que la législation interdit l’accès à l’agrégation et l’exercice du professorat aux étrangers. Selon lui, les seuls étrangers exerçant des fonctions dans l’enseignement médical sont trois aides d’anatomie « de Céphalonie et de Smyrne » ; le doyen estime cependant souhaitable que les fonctions d’aide d’anatomie, de préparateur, de prosecteur et le clinicat soient ouvertes au concours aux Français et aux étrangers1. Saisi de cette question suite à une pétition des étudiants en médecine, le conseil municipal de Paris émet en 1885 le vœu que la qualité de Français soit exigée des candidats aux concours de recrutement de ces personnels2. À son tour, le conseil de la faculté du 12 avril 1888 exprime le souhait que ces fonctions ne soient ouvertes qu’aux Français ou aux naturalisés.

  • 3 Voir la thèse de doctorat de la faculté de droit de Paris de R. Bernard de Jandin, Des professions (...)
  • 4 A. Randoux, L’accès à la profession et les pouvoirs du conseil de discipline, Paris, Librairie du (...)
  • 5 S. Slama, « Les droits des étudiants étrangers en France », Les Cahiers juridiques du GISTI, 2000  (...)

5Pour les facultés autres que la faculté de médecine, la présence d’étudiants étrangers n’est pas un grand souci du fait qu’elles ne sont pas concernées par la question de l’éventuelle installation en France de leurs diplômés étrangers3. C’est pourquoi le XIXe siècle n’est pas rempli des clameurs d’étudiants ou de professionnels du droit, des lettres, des sciences ou de la pharmacie contre la concurrence étrangère. La patente de pharmacien est, de par l’article 25 de la loi de l’an XI, réservée aux élèves reçus dans une École supérieure ou devant un jury et les étrangers – peu nombreux au demeurant – n’y aspirent pas. En droit, l’accès aux professions est verrouillé par la vénalité des charges ou par le Conseil de l’ordre des avocats, bien qu’aucun texte n’interdise aux étrangers, pas plus qu’aux femmes d’ailleurs, de devenir avocat en France. Dans sa thèse de doctorat en droit de la faculté de Paris soutenue en 1912, Albert Randoux déclare qu’« il n’y a pas de texte frappant l’étranger de cette incapacité […]. La raison de l’exclusion de l’étranger n’est pas, à notre sens, du domaine du droit ni de celui de la logique. Elle tient beaucoup plus au sentiment de défiance que nous avons chez nous contre lui4 ». Serge Slama confirme que la fermeture aux étrangers des professions juridiques (avocats, officiers ministériels, magistrats, etc.) ou des professions du secteur public (fonctionnaires) n’est inscrite dans aucun texte, mais découle plutôt de la réussite des stratégies protectionnistes qu’ont développées ces professionnels5. Ce n’est qu’en 1934 qu’une loi ouvre cette profession aux naturalisés, mais au bout de dix ans de naturalisation.

L’hostilité des médecins français

  • 6 J. Pécout, L’étude et l’exercice de la médecine par les étrangers, Paris, Librairie du Recueil Sir (...)
  • 7 Arch. nat., F/17/4513, dossier no 1.

6La question de l’exercice de la médecine par les étrangers en France commence à se poser, on l’a vu, sous la monarchie de Juillet, quand naissent les campagnes contre l’excès de diplômés docteurs en médecine. Si la loi du 19 ventôse an XI ouvre largement cet exercice aux étrangers et « abandonne au pouvoir discrétionnaire du gouvernement la faveur d’autoriser sans conditions les médecins étrangers à exercer en France6 », plusieurs projets de modification de cette loi sont émis sous Louis-Philippe. Une demande dans ce sens est formulée en 1833 par l’Académie de médecine et une commission est initiée à cet effet par le ministre de l’Instruction publique François Guizot. L’arrêté du 18 octobre 1834 concernant les médecins étrangers qui sollicitent l’autorisation d’exercer la médecine en France indique qu’ils doivent impérativement être détenteurs d’un diplôme d’une des trois facultés du royaume. « Ce titre pourra être accordé par permutation, sur l’avis du Conseil royal de l’Instruction publique, qui statuera suivant les cas. » En 1843, il est rappelé que les facultés de médecine doivent être consultées sur la valeur des diplômes produits lors de leur inscription et que les autorités locales doivent vérifier la moralité des postulants ; le conseil royal de l’Instruction publique examine les pièces produites et donne un avis ; l’autorisation est donnée, s’il y a lieu, par ordonnance du Roi sur le rapport du ministre de l’Instruction publique. En 1845-1846, la Haute Commission des études médicales réunie par Victor Duruy en vue de modifier la loi du 19 ventôse an XI, se penche notamment sur la question des médecins et pharmaciens étrangers7. Lors de sa séance du 2 janvier 1846, le ministre tire la sonnette d’alarme. Il explique qu’il y a deux espèces de médecins étrangers :

« Les uns sont autorisés par ordonnance royale, les autres exercent sans autorisation. Les premiers sont très peu nombreux. Les seconds au contraire sont en nombre considérable : peut-être ce nombre passe-t-il 1 200 […]. Sans doute, on aurait dû réprimer cet abus d’exercice, mais il est question depuis longtemps de la révision des lois de ventôse et de germinal an XI. […] Une loi nouvelle mettra un terme à ce désordre. »

7Selon le ministre, les autorisations d’exercer accordées annuellement sont peu nombreuses, entre deux et cinq par an. En supposant que la durée moyenne d’exercice d’un médecin est de trente ans, cela veut dire qu’il n’y aurait pas plus d’une centaine de médecins étrangers en exercice en France. Lors de cette séance de la Haute Commission, le doyen Orfila précise que si, avant 1834, on accordait très facilement l’autorisation d’exercer, on est plus sévère depuis cette date. Un intervenant, M. Guitrac, ajoute une troisième catégorie aux deux indiquées par le ministre, lesquelles comportent

« des hommes éminents, connus par de bons travaux » et qui « ont fait leurs preuves » : selon lui, « il y a une portion beaucoup plus considérable, qui sont des hommes peu ou prou connus, dont on pourrait faire deux classes : dans l’une, on placerait les jeunes, qu’on soumettrait à toutes les rigueurs du doctorat français ; dans l’autre seraient ceux qui ont exercé au moins quinze ans, qui ont perdu de vue leurs études et qu’on ne soumettrait qu’aux épreuves d’un examen pratique et d’une thèse ».

8Son analyse, jugée trop complexe – car ces trois catégories seraient difficiles à discriminer –, n’est pas retenue par la commission. Le projet de loi issu des travaux de la Haute Commission acceptait que les étrangers reçus docteurs dans une faculté française puissent être présentés pour les chaires de professeur dans les facultés et les écoles préparatoires, mais cette préconisation n’aura pas de suite. Ce texte réaffirme d’ailleurs l’obligation d’être reçu docteur en médecine pour exercer en France.

  • 8 Arch. nat., AJ/16/6496.

9La loi du 30 novembre 1892 sur l’exercice de la médecine confirme que « nul ne peut exercer la médecine s’il n’est muni d’un diplôme de docteur en médecine », ni être dentiste « s’il n’est muni d’un diplôme de docteur en médecine ou de chirurgien-dentiste », mais son article 5 ajoute que seul le titre français permet l’exercice de leur profession en France. L’article 28 précise toutefois que les médecins et sages-femmes venus de l’étranger et autorisés à exercer leur profession avant l’application de la loi « continueront à jouir de cette autorisation dans les conditions où elle leur a été donnée8 ». Le décret du 25 juillet 1893 complète la loi de 1892 en précisant que les médecins pourvus d’un diplôme étranger pourront obtenir une dispense partielle ou totale des examens exigés pour le doctorat ; ces dispenses seront accordées par le ministre après avis de la faculté compétente et du comité consultatif de l’enseignement public. Un avis du conseil d’État du 13 juillet 1898 précise que les pharmaciens pourvus du diplôme français de pharmacien exerçant avant la loi du 19 avril 1898 peuvent continuer à exercer.

Ceux qui sont obligés de rester en France

  • 9 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 54-55.
  • 10 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 250.

10Combien d’étudiants sont partis en France avec le projet de s’y installer durablement ? Beaucoup sans doute n’y pensent guère au moment de leur départ, et le projet de s’y installer se formule progressivement dans leur esprit. Selon Victor Karady, les juifs de l’est, poussés à faire leurs études en occident du fait de leur surscolarisation, ne sont guère incités à retourner dans leur pays d’origine, où ils ne sont pas les bienvenus. « Une fois leurs études achevées, beaucoup d’entre eux n’étaient point portés à rentrer dans leur pays, ne fût-ce qu’en raison des restrictions professionnelles auxquels ils étaient exposés. » Ils cherchent donc à se fixer définitivement en France9. Nicolas Manitakis estime que ce fut le cas de nombre d’étudiants juifs de Salonique dans les années 1910 et pendant l’entre-deux-guerres10.

  • 11 Arch. nat., AJ/16/2575.
  • 12 Arch. nat., AJ/16/2558.
  • 13 H. Fontanges, Les femmes docteurs en médecine dans tous les pays. Étude historique, statistique, d (...)

11La grande majorité des étrangers diplômés à Paris qui demeurent en France après leurs études sont des médecins. On a vu plus haut le doyen de la faculté de médecine se plaindre de ce que les étrangers « accaparent la meilleure clientèle ». En 1900, le doyen Brouardel remarque au Conseil de l’université que la France a longtemps reçu « un grand nombre de Russes et de Serbes expulsés pour la plupart de leur pays et n’y pouvant rentrer, et qui s’établissent en France après leur doctorat, surtout dans les grandes villes », au point de susciter les protestations des médecins français. Mais, ajoute-t-il, depuis la création en 1898 du doctorat d’université, ces étrangers auraient pris une autre direction : ils auraient été remplacés par d’autres, particulièrement d’Amérique du Nord11. Le doyen remarque toutefois : « Un intérêt supérieur fait désirer au gouvernement français d’attirer les étudiants étrangers qui, munis de grades obtenus dans nos écoles, iront ensuite porter dans leur pays des idées françaises et contribuer ainsi au développement de notre influence. » S’il concède que, sur les 729 étudiants étrangers à la faculté de médecine, la plupart retourneront dans leur pays, il ne peut s’empêcher d’ajouter : « Il n’y a de réserve à faire que pour quelques étudiants russes, hommes et femmes, auxquels soit leurs opinions politiques, soit les règlements de l’exercice de la profession médicale en Russie pour les femmes, fermeront les portes de leur pays12. » Les docteures russes y sont en effet quasiment obligées par le fait qu’elles ne peuvent exercer dans leur pays sans repasser des examens : « Une fois reçues docteurs en médecine à l’étranger, [elles] doivent subir à nouveau à Saint-Pétersbourg des examens dits d’État qui se composent de 14 épreuves successives en l’espace de six semaines13. »

Admission à domicile et/ou naturalisation

  • 14 P. Weil, Qu’est-ce qu’un Français ?, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2004, p. 56-57.
  • 15 P. Weil, ibid., p. 59-60.

12Ces praticiens étrangers sont-ils pour autant tenus de devenir français ? Rappelons qu’avant l’entrée en vigueur du Code civil en 1803, l’étranger résidant en France sans y être né devient Français dix ans après l’enregistrement d’une déclaration d’intention effectuée à la mairie de son domicile. En 1809, cet accès automatique de l’étranger à la nationalité française est supprimé : dix ans après sa déclaration d’intention, il doit en demander l’autorisation à l’empereur. Depuis cette date, comme le remarque Patrick Weil, « le pouvoir de l’État en matière de naturalisation n’a plus jamais été remis en cause ». L’étranger non né en France devient désormais Français par la naturalisation. Mais comme cette démarche est « difficile, longue et coûteuse » et que le demandeur doit sacrifier aux obligations militaires, il peut opter pour un autre statut : l’admission à domicile14. Instituée par l’article 13 du Code civil, c’est d’abord une mesure de police permettant de sélectionner les étrangers désireux de s’établir en France ; mais cette autorisation obtenue auprès du chef de l’État, si elle ne leur donne pas la nationalité française, leur assure la jouissance de tous les droits civils réservés aux Français et ne les soumet pas à l’obligation militaire. À l’appui de sa demande, l’étranger doit produire un acte de naissance qui permette de justifier de son origine et de son âge, le passeport en vertu duquel il est venu en France, la preuve d’un état ou d’une profession qui assure qu’il ne sera pas à la charge de la commune où il veut s’établir, enfin des témoignages de bonne conduite passée et à venir15. On obtient l’admission à domicile par une demande adressée au garde des Sceaux accompagnée de l’acte de naissance et de l’acquittement d’un droit (175,25 francs à la fin du siècle). Ceux qui veulent obtenir la qualité de français doivent d’abord être admis à établir leur résidence en France. À partir de 1849, on ne peut être naturalisé français sans avoir obtenu au préalable du gouvernement une admission à domicile, ce qui équivaut à solliciter une double autorisation et à acquitter de doubles frais et qui n’encourage pas les naturalisations. En 1867, le délai entre les deux procédures est réduit à trois ans au lieu de dix, ce qui fait remonter le nombre des naturalisations. Si l’étranger n’a pas été naturalisé après cinq ans, il perd son statut et devient simple résident étranger. L’admission à domicile reste le statut le plus sollicité jusqu’à sa suppression par la loi du 26 juin 1889. Les étudiants étrangers la demandent-ils ? Très fréquemment, ils ne pensent pas à la demander et se trouvent embarrassés quand, sollicitant leur naturalisation, ils doivent justifier des dix ou trois années de séjour en France, qu’ils possèdent dans les faits, mais ne peuvent justifier officiellement. Toutefois, la qualité d’élève ou ancien élève des facultés françaises constitue un certificat de bonne intégration à la société française, ce qu’exige la loi de 1889 qui instaure un droit du sol.

  • 16 C. Barrera, « Exil des cerveaux, déracinement et xénophobie : le cas des étudiants étrangers de l’ (...)

13Selon Caroline Barrera, au début du siècle, la plupart des admis à domicile ou des naturalisés sont issus des pays annexés par Napoléon 1er16. Le relevé des dossiers de demandes de naturalisation ou d’admission à domicile pour la période 1814-1853 établi par le centre historique des archives nationales et consultable en ligne comporte 446 noms de médecins étrangers, pour la plupart établis en France, dont seulement 25 sont des docteurs reçus à Paris. Parmi eux, on relève la présence d’une dizaine d’exilés polonais. Un très petit nombre de ces demandeurs obtiendra la naturalisation. La recherche des docteurs étrangers présents dans notre corpus 1807-1907 qui ont obtenu la nationalité française s’avérant très difficile, nous n’avons relevé que les médecins dont la naturalisation est signalée dans diverses sources, soit 45 docteurs étrangers devenus français entre 1848 et 1905, mais on peut supposer qu’ils sont plus nombreux. On note parmi eux la présence de 17 sujets de l’Empire russe, dont onze Polonais, de cinq Roumains, de cinq Turcs, de deux Mauriciens et d’un seul Uruguayen ; les Européens sont peu nombreux : trois Suisses, deux Italiens, deux Luxembourgeois, un Savoyard (avant 1860), un Belge, un Autrichien, un Bulgare, un Espagnol, un seul Anglais et un seul Grec. Aucun Américain et aucun Allemand !

  • 17 C. Barrera, « Exil des cerveaux… », 2009, op. cit., p. 216.

14La naturalisation d’anciens étudiants diplômés de l’université n’est pas toujours bien vue de leur pays d’origine : en 1911, une note aux préfets du ministère français des Affaires étrangères rappelle que les sujets russes qui se font naturaliser sans avoir obtenu l’autorisation du tsar alors qu’ils ont plus de quinze ans et qu’ils n’ont pas satisfait à leurs obligations militaires, sont passibles de la privation des droits civiques et du bannissement perpétuel17.

Autorisation pour services exceptionnels

  • 18 Voir leur notice dans notre corpus 1807-1907.
  • 19 Arch. nat., F/17/4516.
  • 20 Arch. nat., F/17/4512.

15Un an avant la promulgation du Code civil, un sénatus-consulte du 4 septembre 1802 (26 vendémiaire an XI) permet au gouvernement de naturaliser des étrangers « ayant rendu des services importants à la République, qui apporteront en son sein des talents, des inventions ou une industrie utile » un an après qu’ils ont pris domicile en France. Prévue d’abord pour cinq ans, cette disposition est prorogée en 1808, sans limitation de temps. En ce qui concerne les médecins, l’autorisation d’exercer en France peut être accordée à titre exceptionnel à des docteurs reçus à l’étranger. Celle-ci est accordée par la section permanente du conseil supérieur de l’Instruction publique après audition d’un enquêteur. Il s’agit de « constater les titres scientifiques des postulants et les services qu’ils peuvent avoir rendus par une pratique distinguée et hors ligne de l’art médical ». Dans certains cas, la naturalisation provient de services rendus à la France : Mathieu Félix Schaan, docteur en médecine luxembourgeois de mère française, obtient le doctorat français en 1872 après avoir été médecin dans l’armée française à Sedan, ce qui lui a valu la naturalisation en 1871 ; le docteur suisse Louis Appia, né en 1818 et reçu à Paris à l’âge de 59 ans (en 1877), n’est pas naturalisé mais obtient la Légion d’honneur pour « services rendus à l’armée française » ; le docteur Antoine Giuliani, né en 1859 à Constantinople et reçu docteur à Paris en 1899, est naturalisé en 1889 et classé dans les services auxiliaires de l’armée en 189918. Un certain nombre de médecins étrangers de notre corpus ont bénéficié de cette mesure. C’est à ce titre par exemple qu’en 1866, Lazare Dacorogna, né en 1835 à Phira dans l’île grecque de Santorin, élève depuis 1857 de la faculté de médecine de Paris, interne à l’Hôtel-dieu en 1862, médaille de bronze de l’Assistance publique, demande sa naturalisation à titre exceptionnel pour avoir été envoyé en Grèce afin d’étudier le phénomène volcanique de Santorin19. Cette autorisation n’est toutefois accordée qu’avec précaution. « Le gouvernement, dit un document de 1864, a cru devoir, dans l’intention de sauvegarder les intérêts des médecins nationaux, se montrer très sobre de cette autorisation20. » Sous le Second Empire en effet, on l’a vu, la crainte d’une installation excessive des médecins étrangers en France est fréquemment exprimée et l’on se préoccupe de vérifier que leur nombre n’est pas excessif.

L’autorisation d’exercer la médecine

  • 21 Onze cartons des Archives nationales contiennent les dossiers des médecins étrangers autorisés à e (...)

16Les médecins étrangers exerçant à Paris ne sont pas tous docteurs en médecine de la faculté de Paris. Nombre de médecins s’établissent dans la capitale après avoir exercé dans leur pays et certains y acquièrent une solide réputation. À partir de 1847, l’autorisation d’exercer est accordée par le ministère de l’Instruction publique après avis de la faculté ; c’est aussi le ministère qui peut retirer l’autorisation à un étranger, par exemple coupable d’homicide par imprudence ou d’usurpation de titre médical21. En 1868, la jurisprudence admet que le gouvernement peut révoquer l’exercice de la médecine accordée par le ministère de l’instruction publique à un étranger.

  • 22 Arch. nat., F/17/4514.

17L’autorisation est accordée selon deux critères, la notoriété du demandeur en matière de science médicale et les services rendus au pays. Par exemple, en 1835, le réfugié polonais Ignace Adrien Doroszko, chirurgien-major reçu docteur en médecine de Vilna en 1827, est autorisé à exercer en France pour avoir soigné le choléra à Nancy et dans les environs ; en janvier 1848, l’autorisation d’exercer sur tout le territoire français est donnée par ordonnance royale à Jean Brawaski, docteur de l’université de Varsovie âgé de 65 ans, non seulement en tant que réfugié polonais « très compromis dans la dernière révolution qu’[il avait] crue devoir sauver l’indépendance de [son] pays », mais parce qu’il a rendu « de nombreux services aux armées françaises » : après ses études à Vilna et Varsovie, il a été attaché à l’armée franco-polonaise de 1807 à 1814 et a été inspecteur général des hôpitaux en Pologne ; par ailleurs, « en qualité de chirurgien aide-major, depuis qu’il habite en France, il donne gratuitement ses soins à ses compatriotes réfugiés, et sa conduite d’ailleurs a toujours été honorable22 ».

  • 23 Arch. nat., F/17/4512 et 4513.

18Les autorisations ne sont pas nombreuses. Entre 1809 et 1818, cet exercice avait été autorisé pour un Italien, un Anglais et un Portugais ; de 1847 à 1866, sur 28 demandes, seulement trois autorisations ont été accordées. Des enquêtes sont effectuées par le ministère de l’Instruction publique sur ce sujet. En 1864, on trouve dans les archives de l’Instruction publique une liste nominative des médecins étrangers ou français reçus à l’étranger exerçant dans notre pays qui ont obtenu l’autorisation d’exercer entre 1813 et 186423. Une note du ministère accompagne ce dénombrement :

« Depuis 1813, c’est-à-dire depuis plus de 38 ans, 108 médecins étrangers ont été autorisés à exercer la médecine en France, les uns, et c’est le plus petit nombre, sur la totalité du territoire, les autres dans tel ou tel département seulement. Pour plusieurs, l’autorisation a été limitée à une seule commune, et il s’agit là de résidants [sic] anglais qui habitent quelques communes maritimes de l’ancienne Flandre (notamment à Boulogne sur mer) ou de la Bretagne. »

  • 24 J. Lucas-Championnière, Statistique du personnel médical en France, 1845, 222 p.

19Entre 1813 et 1864, 320 refus ont été notifiés pour 165 acceptations, dont la plupart ont été accordées entre 1833 et 1864. À titre d’information, rappelons qu’en 1845, la France compte 10 715 médecins et 8 088 officiers de santé24. Les réponses négatives signalent généralement des titres insuffisants tandis que les réponses positives concernent « une pratique distinguée et hors ligne de l’art médical », mais aussi des « services rendus aux armées dans les guerres », ou une attitude remarquable lors de l’épidémie du choléra de 1832 ; les bénéficiaires sont aussi des Français, chirurgiens militaires ayant obtenu leur doctorat en Allemagne ou en Italie, et des réfugiés espagnols, polonais ou italiens. Ces docteurs, dont on n’indique pas le lieu de naissance et donc la nationalité, exhibent des diplômes de doctorat de 43 universités, dont 8 Espagnoles (Madrid, Barcelone, Cadix), une portugaise (Coimbra), une Autrichienne (Vienne), une Hongroise (Pest), 39 Italiennes (Naples, Bologne, Turin, Padoue, Pavie, Parme, Pise, Florence, Modène, Palerme, Rome), 16 Britanniques (Londres, Aberdeen, Édimbourg, Glasgow, Dublin), 10 du Benelux (Louvain, Leyde, Liège), 6 Russes et polonaises (Saint-Pétersbourg, Vilna, Varsovie), une suisse (Zurich), et enfin 25 allemandes (Francfort sur Oder, Duisburg, Halle, Landshut, Wurzbourg, Iéna, Erfurt, Giessen, Fribourg, Berlin, Munich, Göttingen, Heidelberg, Leipzig) : on constate le poids des docteurs diplômés d’universités italiennes, allemandes et britanniques. Les titres les plus nombreux sont ceux de Madrid, Palerme, Turin et Londres (sept titulaires), Naples et Édimbourg (6), Pavie (5), Louvain et Pise (4).

  • 25 Arch. nat., F/17/4512.

20Selon l’enquête de 1864, entre 1854 et 1864, 184 médecins et 29 pharmaciens ont été autorisés par décret à exercer en France, de treize nationalités25 :

Tableau 35. – Nationalités des médecins et pharmaciens autorisés à exercer en France 1854-1864 (source : Arch. nat., AJ/16/4512).

21Quatre pays dominent à parts presque égales : l’Angleterre, l’Allemagne, l’Italie et les États-Unis. Les pharmaciens sont en majorité italiens et allemands.

  • 26 Arch. nat., AJ/16/6496.
  • 27 Arch. nat., AJ/16/6496.

22Après la guerre de 1870, une ardente campagne est menée par le docteur Le Fort qui dénonce avec vigueur la médiocrité des médecins de certains pays, ce qui conduit au dépôt de plusieurs propositions de loi, dont celle, en 1878, du député de l’Ille-et-Vilaine Roger-Marvaise relatif à l’exercice de la médecine par les étrangers26. Ce député demande que l’on modifie l’article IV de la loi du 19 ventôse an XI en exigeant que nul ne puisse exercer la médecine en France sans être reçu docteur en France, ce qui concerne les étrangers, mais aussi les Français dotés d’un doctorat étranger. Dans une lettre de février 1878, le doyen Vulpian, qui estime que l’on a accordé trop d’autorisations d’exercer en France depuis quelques années, demande : « Les diplômes délivrés en France ne permettent pas aux docteurs français d’exercer à l’étranger : pourquoi accorder aux étrangers une faveur qui nous est refusée27 ? » Le rapport de la faculté de médecine au conseil académique pour 1879-1880 pose à son tour la question de l’établissement des docteurs étrangers en France.

  • 28 Arch. nat., AJ/16/6566.

« Bon nombre (d’entre eux), souligne ce rapport, sollicitent l’autorisation d’exercer en France, le plus souvent sous le prétexte de secourir leurs compatriotes, mais en réalité pour exercer la médecine librement comme les docteurs français, soit dans les grands centres, soit dans les villes d’eaux, soit dans les stations balnéaires. Il y a un intérêt scientifique, je puis dire, un intérêt social, à s’opposer absolument aux demandes, le diplôme étranger de docteur en médecine ne pouvant être équivalent, d’une manière générale bien entendu, au diplôme français, tant par la durée que par la nature des études : il faut le déclarer, parce que c’est un fait, que si quelques universités se montrent sévères dans la collation de ce grade, d’autres se montrent d’une extrême indulgence ; en plus, c’est un fait que dans certains pays, le diplôme de docteur est malheureusement une affaire de spéculation28. »

  • 29 Arch. nat., AJ/16/6496.
  • 30 Arch. nat., F/17/4553.
  • 31 J. Verger, Histoire des universités…, 1986, op. cit., p. 306.

23Les étrangers ne menacent cependant guère les médecins français car les demandes d’exercice de la médecine en France reçoivent en général un avis défavorable : de 1875 à 1885, on a relevé 62 demandes ; dix ont été accordées en 1877 et 1879, dont trois à des médecins anglais exerçant dans des établissements de bienfaisance, les sept autres pouvant être accordées sous réserve d’avoir passé des examens professionnels29. Dans les listes des docteurs exerçant dans le département de la Seine, on ne relevait en 1875 que 42 médecins étrangers sur 1 33630. Leur poids dans la population médicale de la France reste donc limité en dépit d’une baisse du nombre des praticiens au milieu du siècle. Le préambule de la loi du 8 décembre 1874 relative à la création de nouvelles facultés de médecine signale une diminution du nombre des praticiens entre 1847 et 1872 : de 18 099, dont 10 643 docteurs et 7 456 officiers de santé (un praticien pour 1 895 habitants), on passe à 15 419 (un pour 2 341 habitants) ; s’il y a un peu plus de docteurs (10 766), le nombre des officiers de santé a diminué (4 653). En 1886, il n’y a plus que 2 794 officiers de santé pour 11 995 docteurs31.

  • 32 Ces listes sont rassemblées dans un carton des Archives nationales coté F/17/4553.
  • 33 P.-N. Divaris, L’exil des étudiants étrangers, op. cit.
  • 34 H. Carroy, Dictionnaire biographique international des médecins, chirurgiens, physiciens, chimiste (...)

24Nous commençons à avoir des informations sur l’installation des docteurs reçus à Paris pour les années 1850. En comparant les noms de notre corpus 1807-1907 avec les listes des docteurs installés dans le département de la Seine, listes imposées par la loi du 19 ventôse an XI et qui sont imprimées dès 185232, nous relevons 237 médecins étrangers établis à Paris, quatre en banlieue parisienne et 15 en province, soit à peine 1,5 % du corpus des étudiants reçus après 1850. Le premier docteur installé dans la capitale que nous avons pu recenser a obtenu son doctorat en 1814 : il s’agit de Laurent Justinien Gadowski, né en 1781 dans le Palatinat de Cracovie, ancien chirurgien aide-major au 1er Régiment de chevaux légers lanciers polonais créé par Napoléon, qui a fait sa thèse sur la « plique polonaise » ; il est installé en 1854 rue de la Fidélité, près de l’actuelle gare de l’Est. Sans surprise, la nationalité de ces immigrés reflète la chronologie des inscriptions à la faculté de médecine : les premières installations sont le fait de docteurs reçus dans les années 1820-1840, docteurs qui proviennent des pays voisins de la France et des Balkans, à trois exceptions près (les Américains, les Mauriciens et les Polonais) ; après 1870, la capitale accueille de nouvelles fournées de médecins reçus à Paris, et notamment les Russes non Polonais, les Roumains, les Turcs et les Latino-américains. Durant ce second XIXe siècle, les politiques menées en faveur de certaines nationalités favorisent l’installation à Paris de leurs ressortissants : c’est ainsi qu’on relève la présence de 63 sujets du Tsar, dont 29 Polonais, pour beaucoup réfugiés politiques, mais aussi de 14 Mauriciens, de 19 Turcs et de 15 Roumains. Les 14 docteurs natifs du Royaume Uni, les 13 Allemands, les 9 Autrichiens et les 14 Américains s’installent plutôt avant les années 1880, de même que les voisins de la France (Espagnols, Portugais, Luxembourgeois, Hollandais, Belges, Savoyards, Italiens) et les Balkaniques (Grecs, Serbes, Bulgares), au demeurant peu nombreux, à l’exception des Suisses qui s’installent massivement à Paris (on en compte trente établis à partir de 1823). Dans les premières années de la IIIe République, l’installation médicale étrangère se diversifie par l’arrivée de quelques Latino-Américains, notamment des Cubains (au nombre de neuf), auxquels s’ajoutent un Colombien, un Mexicain, un Vénézuélien, un Brésilien, un Jamaïquain, un Portoricain ; le reste du monde est représenté par un seul Canadien, un Égyptien et un Philippin. Dans une brochure destinée à justifier les études des étrangers en France33, un étudiant grec cite quatre docteurs grecs « illustres » reçus et installés à Paris, qui manifestent le renom de la faculté de médecine : le docteur Spiro de Clado, né à Smyrne d’une dynastie de médecins de l’île de Chio, arrivé à Paris à 18 ans et naturalisé en 1886, qui habite aux Champs-Élysées, Alexandre Damaskinos ( ?), Antoine Panas (1887) et Jérasime Phocas (1886). Parmi les médecins illustres cités dans le dictionnaire biographique de Henry Carroy34, citons, outre le docteur Spiro de Clado, Fernand Suarez de Mendoza, né à San Juan (Porto-Rico, Antilles espagnoles) en 1852, docteur en médecine de Madrid et Paris où il est reçu en 1872, directeur des Archives de médecine et de chirurgie spéciales, installé à la fin du siècle avenue de Friedland.

  • 35 Revue de déontologie et d’intérêts professionnels, mars 1904, no 6, p. 301.
  • 36 J. Léonard, La médecine entre les savoirs et les pouvoirs. Histoire intellectuelle et politique de (...)

25L’implantation de ces praticiens sur le territoire français est très inégale, mais cela ne freine pas l’ardeur des médecins et des étudiants en médecine à fustiger la « pléthore médicale ». La Revue de déontologie de l’Association des étudiants en médecine de Paris se fait l’écho de cette crainte. À la fin de 1903, le Dr Lepage y consacre de longues pages à ce qu’il nomme « la crise intense du corps médical ». Selon lui, l’encombrement de la profession n’est pas chose récente : il existe vers le milieu du siècle, diminue à partir de 1866, puis reprend dès 1896. Il en veut pour preuve l’accroissement des doctorats conférés, de 400 à 500 entre 1839 et 1869 à 1 250 en 1902, et celui du taux de médicalisation, de un médecin pour 2 500 habitants en 1896 à un pour 2 050 en 1899. En 1904, cette revue cite le chiffre de 600 praticiens étrangers sur 3 000 à Paris et de 2 000 étrangers sur 17 000 en France, ce qui semble exagéré et polémique35. En 1911, on ne comptait que 541 médecins étrangers installés en France, soit 2,6 % des praticiens en exercice, dont 355 établis dans la Seine (8,2 % des médecins de ce département). Cette proportion n’est que de 3 % en 1929 (11 % dans le département de la Seine)36.

Les docteures étrangères à Paris : mariage et exercice du métier

  • 37 C. Schultze, La femme médecin au XIXe siècle, thèse pour le doctorat en médecine, Paris, 1888.
  • 38 M. Lipinska, Histoire des femmes médecins depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, Paris, 1900.
  • 39 J. Chauvin, Des professions accessibles aux femmes en droit romain, Paris, 1892, p. 230.
  • 40 H. Fontanges, Les femmes docteurs en médecine dans tous les pays. Étude historique, statistique, d (...)
  • 41 E. Charrier, op. cit., 1931, p. 301.

26Nous avons plus de données sur les femmes qui s’installent à Paris que sur les hommes dans ce cas. L’obtention d’un titre de l’enseignement supérieur ne vaut pas toujours l’accès à l’emploi, notamment pour les femmes. Par exemple, en 1879, année où la faculté de médecine accueille 33 étudiantes, quatre femmes ont quitté la faculté pour les motifs suivants : une est décédée, une seule, Mlle Berdilaski, a été reçue docteur et deux ont abandonné et sont retournées dans leur pays. Combien exercent effectivement la médecine au sortir de la faculté ? L’exercice féminin de la médecine en France suit leur obtention du doctorat, mais démarre lentement. Nous avons la chance de posséder beaucoup d’informations sur l’exercice de la médecine par les étrangères grâce à l’abondante littérature féministe de la Belle Époque et de l’entre-deux-guerres avide de montrer que les femmes réussissent dans tous les domaines qu’elles ont investis. Ce sont souvent les anciennes diplômées qui écrivent ces ouvrages, qui sont parfois leur thèse de doctorat. Ces livres nous permettent de mesurer la conquête de la capitale par les dames de la faculté de médecine. Selon la Polonaise Caroline Schultze reçue docteur à Paris en 188837 et une autre Polonaise, Mélanie Lipinska, reçue en 190038, Paris comptait en 1888 onze femmes docteurs, dont quatre à clientèle mixte, quatre spécialisées dans les maladies de la femme et de l’enfant, une spécialiste des maladies de la bouche et deux obstétriciennes ; 45 étaient mariées (55 dans notre corpus). Dans la thèse de la première avocate française, Jeanne Chauvin39, on lit qu’en 1892, la France comptait une vingtaine de femmes médecins alors que les États-Unis en auraient alors 3 000. Haryett Fontanges40 recense en 1898 en France 77 femmes médecins dont elle donne les adresses, parmi lesquelles beaucoup d’étrangères : 70 exerçaient chez elles, deux étaient chefs d’établissement et il y avait trois chefs de maison de santé en banlieue. Les Anglaises seraient les moins nombreuses à s’établir en France. Edmée Charrier établit la progression suivante : on ne compte en 1882 que sept femmes médecins exerçant en France ; en 1888, elles sont onze à Paris, une à Bordeaux et une à Nice, en 1903, 95, dont 30 à Paris, en 1921, 160 à Paris et presque autant en province et dans les colonies, en 1928, 556 dont 344 dans le département de la Seine41. Dans la liste des médecins exerçant dans le département de la Seine en 1920, on relève la présence de 103 femmes sur 4 434 docteurs (2,3 %).

  • 42 J. Dall’Ava Santucci, Des sorcières…, op. cit., 2004, p. 173.
  • 43 Arch. nat., AJ/16/2562.

27À l’inverse du corps médical masculin, nombreuses sont les étrangères parmi les femmes docteurs exerçant en France, conséquence logique de la domination des étudiantes étrangères dans les facultés de médecine. Par exemple, la Roumaine Marie Pompilian, reçue docteure à Paris en 1897, ne retourne pas dans son pays42. Dans notre corpus des 298 premières femmes docteurs reçues à Paris entre 1870 et 1907, on relève la présence de 57 docteures établies à Paris à la Belle Époque, dont 37 étrangères et 20 Françaises seulement : la très grande majorité (32) est née dans l’Empire russe, dont de nombreuses Polonaises, alors qu’on ne relève que deux Anglaises, une Américaine, une Grecque et une Roumaine. Deux d’entre elles, toutes les deux Russes, se sont établies en province : Adèle de Hérodinoff à Nice et Marie Reless, épouse Rosenbaum, à Angers. On l’a vu que 109 de ces docteures se sont mariées, soit un bon tiers (36,5 %). Les 17 étrangères mariées à un Français demeurent en France, pour exercer ou non, avec ou sans leur mari, ainsi que nombre de Russes célibataires ou mariées à un compatriote. Le poids des docteures russes qui s’installent en France ne tient en effet pas qu’à leur présence massive dans les facultés, mais aussi à l’impossibilité qui leur est faite d’exercer dans leur pays comme le remarquait, on l’a vu, le doyen Brouardel43.

  • 44 M. Lipinska, op. cit., 1900.
  • 45 G. Reval, L’avenir de nos filles, Paris, 1904.
  • 46 F. Vitry, « L’heure de la femme », Revue politique, littéraire, artistique, 27 août 1923, p. 17-19
  • 47 A. Largillière, Une femme médecin au début du XXe siècle : Madeleine Pelletier, thèse pour le doct (...)

28Mélanie Lipinska44 cite 87 femmes médecins exerçant en 1900 à Paris et en province, dont 80 exercent à domicile. Ainsi, en 1900, sur les 200 femmes reçues docteurs à Paris, seulement 44 % exerceraient. Que sont devenues les autres ? Les témoignages ne disent rien de celles qui ont renoncé (après leur mariage ?), sont retournées dans leur pays ou ont choisi une autre voie professionnelle. Selon Gabrielle Reval45, certaines se sont fait masseuses ou manucures. Françoise Vitry note après la Grande Guerre que « les femmes ont plus de peine que les hommes à se créer une clientèle, bien qu’il y ait des doctoresses remarquables » et beaucoup ne poursuivent pas leur carrière au-delà de leurs études46. En 1920, la liste des docteurs établis dans le département de la Seine permet de recenser 103 femmes, en majorité françaises et docteurs de la faculté de Paris, sur 4 434 docteurs, soit à peine 2,3 %. En 1929, alors que l’on compte 315 étudiantes en médecine à Paris et presque autant dans les facultés de province, sur les 900 femmes qui ont été reçues docteurs à Paris, 243 sont établies professionnellement, les autres s’étant mariées et/ou n’exerçant pas. On compte alors 5 350 docteurs exerçant dans le département de la Seine : les 243 docteures ne représentent donc que 4,5 % des praticiens en exercice. Sur ce nombre, on relève la présence de 98 célibataires (40,3 %) ; sur les 145 femmes docteurs mariées qui exercent la médecine, seulement 37 exercent avec leur mari47. Ainsi, entre 1882 et 1929, le nombre de femmes médecins en exercice a été multiplié par 80. Par rapport aux quelque 12 000 médecins exerçant en France au tournant du siècle, dont 2 500 à Paris, et aux 21 000 docteurs de 1911, il est difficile de parler d’une concurrence dangereuse !

  • 48 C. Yver, « Femmes d’aujourd’hui. 1. Avocates et doctoresses », Revue des deux mondes, 1er janvier (...)

29On relève par ailleurs la présence dans le département de la Seine de 240 femmes dentistes sur 1 781 praticiens, dont 182 à Paris. Sur les 451 élèves de l’École dentaire, 130 sont des femmes (29 %). Enfin, Paris compte 178 avocates inscrites au Palais et sur 200 stagiaires inscrits, il y a 50 femmes, soit 25 %48.

  • 49 Dr M. Bertheaume, « Les femmes médecins », La Grande Revue, 2e série, no 213, août 1923, p. 25-38.
  • 50 H. Fontanges, Les femmes docteurs en médecine dans tous les pays. Étude historique, statistique, d (...)
  • 51 A. Largillière, Une femme médecin au début du XXe siècle…, 1982, op. cit.

30Rappelons en outre qu’à l’inverse de la situation américaine ou anglaise, les praticiennes sont pour la plupart cantonnées à quelques fonctions ou spécialités telles que les maladies des femmes et des enfants, les crèches, les dispensaires, les établissements scolaires. Une petite poignée enseigne ou dirige un hôpital. La situation de deux des premières doctoresses reçues à Paris et exerçant à l’étranger est significative du décalage avec les pays anglo-saxons : Miss Putnam enseigne à l’université libre de New York et à l’École de médecine de Chicago et Mme Garrett Anderson fondera l’École et l’hôpital des femmes docteures de Londres. Peu de doctoresses exerçant en France accèdent à la notoriété. L’exemple le plus éclatant est l’Américaine Augusta Klumpke (1859-1927), reçue en 1889, la future épouse du Dr Déjerine, professeur à la Salpêtrière (1849-1917) : elle fut la première femme interne, travaillera dans des hôpitaux parisiens (Tenon, Bicêtre et la Salpêtrière), deviendra une grande neurologiste et sera élue en 1914 présidente de la Société de neurologie49. La première docteure française, Mme Brès (1842-1922), reçue en 1875, établit son cabinet pour les maladies des femmes et des enfants rue Boissy d’Anglas « où elle se crée une riche clientèle bourgeoise50 » avant de fonder une crèche. Quant à Blanche Edwards (1858-1941), mariée au Dr Pilliet, la première interne provisoire, elle sera médecin au lycée Lamartine et professeur à l’École d’infirmières de Bicêtre dès 1891, avant de remplacer son mari à la chaire de physiologie de l’hôpital Lariboisière ; elle sera en outre la vice-présidente de la Ligue pour le droit des femmes et créera la Ligue des mères de famille. Une autre docteure célèbre est la féministe Madeleine Pelletier (1904), reçue interne en psychiatrie en 1903 et qui deviendra médecin généraliste51.

31Les ouvrages cités, notamment celui d’Haryett Fontanges, évoquent d’autres doctoresses moins exemplaires, parmi lesquelles Mme Landais (1892) qui a fondé une maison de santé près de la gare Montparnasse, Berthe Dylion (1890) qui dirige une clinique pour les maladies des femmes, Juliette Desmolières, médecin de la crèche du 13e arrondissement de Paris, Mlle Bonsignorio (1897), médecin oculiste des Écoles normales de Sèvres et Fontenay, Mme Gaches Sarraute (1884), devenue Mme Barthélémy, médecin de l’Opéra et de l’orphelinat des arts et inventeur d’un corset moderne, Mlle Benoît (1883), médecin dans les sessions d’examen des jeunes filles et au lycée Molière, Mme Fourré, médecin du lycée Victor Hugo, Mme Schultze Bertillon (1888), polonaise d’origine, médecin du lycée Racine, Mme Tourangin née Chopin (1889), médecin du lycée Fénelon et de l’École normale d’institutrices de la Seine, Mme Peltier, premier médecin des bureaux de bienfaisance, Mme Perat, directrice de clinique à Paris, Mme Boyer (1892), médecin des Postes et Télégraphes. Plusieurs se sont établies en banlieue (Alice Sollier a établi avec son mari un sanatorium à Boulogne-sur-Seine) ou en province (Mlle Bouët à Vichy, Mme de Puffe de Magondeau à Lille, Mme de Hérodinoff(1887) à Nice, Mme Gorwitz à Lyon).

  • 52 Arch. nat., F/17/4697.

32L’exercice de la médecine en France par les femmes dotées d’un doctorat étranger pose parfois problème. En juin 1877, Mme Henriette Bryant, pourtant épouse de Joseph Ramel, négociant à Craon (Mayenne), et titulaire du doctorat en médecine de Philadelphie qu’elle a obtenu en 1876, se voit refuser l’exercice de la médecine au motif que son diplôme n’est pas jugé équivalent au doctorat français. On apprend grâce à sa demande que d’autres docteurs de Philadelphie ont reçu la même réponse, car ce diplôme serait délivré « moyennant finance à toute personne qui en fait la demande52 ».

Retour au pays

  • 53 D. Berindei, « Paris et Vienne, centres de formation des cadres intellectuels roumains au XIXe siè (...)
  • 54 L. Cabac, « L’influence française… », op. cit., 2002, p. 142 et suivantes ; D. Berindei, « Liens h (...)
  • 55 J. Y. Conrad, Roumanie capitale Paris, Paris, Oxus, 2003.
  • 56 Tableau dans V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 183.

33La plupart des travaux disponibles sur la formation d’étrangers en France citent les carrières d’anciens étudiants devenus des notables (docteurs, professeurs, avocats, officiers, etc.). Le cas de la Roumanie est le plus connu : l’historien Dan Berindei précise que, pendant le XIXe siècle et les trois premières décennies du XXe siècle, plus de mille Roumains ont soutenu des thèses à Paris (539 en droit, 347 en médecine, 96 en sciences, 31 en lettres)53. Selon ces auteurs, une dizaine de Roumains ont été reçus docteur en médecine à Paris entre 1815 et 1858, plus de quarante entre 1858 et 1868, c’est-à-dire entre l’ouverture de l’École de médecine de Bucarest et celle de la faculté de médecine de la même ville. Certains médecins formés à Paris publieront en Roumanie de nombreux travaux et des revues en français54. Parmi les treize professeurs nommés à la direction de chaires à l’ouverture de la faculté en 1869, huit possédaient le diplôme de docteur en médecine de Paris, contre trois de Vienne, un de Berlin et un de Constantinople. En 1895, on comptait plus de cent docteurs en droit et 160 docteurs en médecine roumains formés à Paris, ainsi que douze docteurs ès sciences et un docteur ès lettres55. Parmi les professeurs des universités roumaines exerçant entre 1864 et 1918, 68 % ont obtenu le doctorat en droit et 50 % la licence en droit en France et en Belgique, contre respectivement 25 % et 15 % en Allemagne ; aucun de ces professeurs n’avait un doctorat en droit roumain et seulement 29 % possédaient une licence en droit roumaine. On relève de même que 55 % des professeurs de médecine avaient le doctorat français ou belge contre 10 % ayant un doctorat allemand ; 63 % des professeurs de sciences avaient un doctorat français ou belge contre 20 % ayant un doctorat allemand, En lettres par contre, alors que 12 % des professeurs possédaient une licence française et autant une licence allemande, 43 % d’entre eux avaient un doctorat allemand et 30 % un doctorat français ou belge56.

  • 57 O. Bozgan, « L’Université de Bucarest et la France de 1864 aux années 1940 », Cahiers d’histoire ( (...)
  • 58 O. Bozgan, « L’Université de Budapest et la France de 1864 aux années 1940 », Cahiers d’histoire ( (...)
  • 59 D. Berindei, « Paris et Vienne, centres de formation des cadres intellectuels roumains au XIXe siè (...)
  • 60 J. C. Albisetti, « Portia ante portes… », 2000, op. cit., p. 845.
  • 61 O. Bozgan, 1992, op. cit., p. 162.

34Nombre de jeunes Roumains sortent de la faculté de droit de Paris. Selon Ovidiu Bozgan, « la majorité du corps enseignant de la Faculté de droit de Bucarest a suivi une formation à la Faculté de droit de Paris, toujours couronnée par l’obtention du doctorat57 », et ceci jusqu’à la Grande Guerre et en dépit du fait qu’un doctorat en droit est délivré à Bucarest après 1908 : le doctorat français est censé permettre à ses titulaires de faire une belle carrière dans l’administration de leur pays, mais aussi dans les professions libérales et dans la vie politique58. Entre 1850 et 1884, 167 Roumains ont obtenu le doctorat en droit à Paris. En 1905, parmi les 120 magistrats inamovibles de Roumanie, 50 avaient obtenu leur titre à l’étranger59. Quant à Sarmiza Bilcescu, la première femme docteur en droit de Paris, elle demandera à s’inscrire au barreau de Bucarest60. On trouve aussi des professeurs roumains formés à Paris à la faculté des sciences : « rares sont les universitaires de la Faculté des sciences (de Bucarest) qui n’ont pas suivi un cycle de formation universitaire ou des stages en France », affirme Ovidiu Bozgan61.

  • 62 D. Berindei, « La Révolution roumaine de 1848. Le modèle français et les rapports franco-roumains  (...)
  • 63 J. Dall’Ava Santucci, Des sorcières…, op. cit., p. 173.
  • 64 E. Charrier, op. cit., p. 297.

35Comment ces élites éduquées à Paris mettent-elles en œuvre dans leur pays ce qu’elles ont appris au Quartier latin ? Comment infusent auprès de leurs compatriotes les idées qu’elles ont glanées en France ? Nombre de ces exilés temporaires ont joué un rôle politique important à leur retour : « Les jeunes boyards qui avaient fait leurs études à l’étranger, surtout à Paris, et dont une partie avait même pris part à la révolution de février (1848), se situèrent parmi les dirigeants du processus révolutionnaire » de 1848 en Roumanie62. Beaucoup de jeunes Roumains formés à Paris sont devenus de hauts fonctionnaires et des hommes d’État, des écrivains ou des professeurs dans leur pays. Les plus importants sont cités dans de nombreuses études : parmi les médecins reçus à la faculté de Paris, on cite le Grec Ion Vretos Seraphim, le premier docteur roumain reçu, en 1815, Nicolas Kretzulescu (1812-1900), Nicolas Turnescu (1819-1890), le premier doyen de la nouvelle faculté de médecine de Bucarest, Georges Assaky (1855-1899), ou encore le docteur Georges Stoïcesco, né à Ploesti (Roumanie) en 1850, ancien interne (1872-1876), reçu docteur à Paris en 1876, professeur à la faculté de médecine de Bucarest et sénateur du Royaume. Parmi les femmes docteurs revenues dans leur pays, citons la première Russe diplômée de Zurich, Nadedja Souslova, qui repart exercer à Saint-Pétersbourg, la Grecque Kalopotakes, qui obtient en 1895 le droit de s’installer en Grèce après avoir obtenu le diplôme grec63, la Roumaine Marie Cutzarida-Craturescu, diplômée à Paris en 1884 après des études à Montpellier, qui est dès 1885 médecin à l’hôpital de la maternité de Bucarest64 et la sœur de Marie Curie, Bronia, qui repart en 1898 avec son mari Casimir Dluski à Zakopane en Pologne où ils fonderont un sanatorium.

  • 65 D. Panzac, « Les docteurs orientaux de la Faculté de médecine de Paris au XIXe siècle », Revue du (...)
  • 66 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 26-27 et p. 183.
  • 67 N. Manitakis, L’Essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 417, note 673.
  • 68 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 269-299.
  • 69 Sur l’université d’Athènes, voir P. Kiprianos, « La formation des élites grecques… », 2007, op. ci (...)
  • 70 L. Trgovcevic, « Les boursiers serbes en France de 1878 à 1914 », Revue d’Europe centrale, 1er sem (...)
  • 71 N. Manitakis, L’Essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 192.

36Daniel Panzac, qui a étudié les docteurs « orientaux » reçus à la faculté de médecine de Paris au XIXe siècle, cite les médecins européens qui ont enseigné au Caire ou à Istanbul ainsi que les docteurs reçus à Paris et venant de l’Empire ottoman, du Maghreb, d’Égypte, des Balkans, de Grèce, etc.65. En Serbie et en Grèce, comme en Roumanie, les premiers enseignants de l’enseignement supérieur sont pratiquement tenus de posséder un titre étranger. Jusqu’en 1918, 90 % des universitaires roumains avaient obtenu leur titre de docteur en Occident. Dans les années 1890, 40 % des médecins hongrois étaient titulaires d’un diplôme étranger66. Nicolas Manitakis cite une étude d’un chercheur grec qui estime que la moitié des professeurs nommés entre 1850 et 1880 à la faculté des lettres et à la faculté de théologie d’Athènes avaient effectué des études à l’étranger grâce à des bourses de l’État67. Le même constat s’applique aux hauts fonctionnaires de la jeune administration grecque centrale et territoriale – qui tend à se professionnaliser –, à la diplomatie, aux élites politiques, aux cadres économiques68. La France n’a pas le monopole de la formation des jeunes Grecs : parmi les premiers professeurs de l’université d’Athènes, on trouve un petit nombre de Français (9 sur 30) à côté de cinq Allemands et de Grecs formés en France et surtout en Allemagne69. Pandelis Kiprianos remarque le poids des étudiants formés en Allemagne au sein des élites dirigeantes, que ce soit dans l’administration d’État, dans l’enseignement, dans l’armée, mais aussi dans le secteur privé. Selon lui, « la plupart de ceux qui ont fait des études dans d’autres pays, en France surtout, travaillent plutôt dans le secteur privé », médical ou juridique notamment – sans compter les artistes et les écrivains –, mais, même s’ils y sont moins nombreux que les anciens élèves des universités allemandes, les Français occupent aussi des positions au sein de l’État grec et beaucoup ont des postes d’ingénieurs civils, notamment agronomes70. Nicolas Manitakis71 évoque le cas des premières Grecques qui se sont inscrites dans les facultés parisiennes, en particulier Sevasti Kallisperi, la première à s’inscrire à la faculté des lettres où elle termina, six ans plus tard, ses études littéraires. Un an après, sa compatriote Maria Kalapothaki, s’inscrit à la faculté de médecine pour devenir docteure huit ans plus tard. De retour en Grèce, ayant validé son diplôme français après un examen devant un jury de la faculté de médecine d’Athènes, elle deviendra la première femme docteur exerçant en Grèce.

  • 72 L. Trgovcevic, « Les boursiers serbes en France de 1878 à 1914 », Revue d’Europe centrale, t. VII, (...)

37Ljubinka Trgovcevic donne des informations semblables sur les boursiers serbes envoyés en France avant la Grande Guerre et devenus des professeurs d’université, officiers, médecins, voire artistes. Elle précise par exemple que, sur les 114 Serbes formés en France entre 1878 et 1914, douze auront une carrière politique et 28 deviendront professeurs à l’université de Belgrade72. Les papiers de l’École supérieure de pharmacie de Paris nous apprennent que le Serbe Svetislav Karitch, ayant obtenu son diplôme de pharmacien de 2e classe à Paris en 1890, s’installe la même année à Philippopoli.

38Les grands réformateurs de l’Empire ottoman, dont le « père des Tanzimat », Mustafa Rechid Pacha, ainsi qu’Ali Pacha, ont fait leurs études à Paris. Tassos Argyropoulos, né à Smyrne en Turquie en 1871 et reçu en 1895, fait son stage chez son père pharmacien entre septembre 1887 et septembre 1890 avant de suivre les cours de l’École de Paris de 1891 à 1894 ; il s’installe à Smyrne en 1896.

Transferts culturels et scientifiques

  • 73 F. Divoire, 1909, op. cit.
  • 74 B. Lewis, Comment l’Islam…, op. cit., p. 289.
  • 75 De nombreuses études sont consacrées à l’influence de l’Occident sur les pays d’Orient, notamment (...)

39Selon Fernand Divoire, les Russes, une fois leurs études finies, « vont s’installer en Amérique ou ailleurs, ou bien ils retournent en Russie. Ils y feront encore de la propagande, ils ajouteront leurs noms à cette liste des martyrs du terrorisme que chacun sait par cœur. C’est la guerre à mort qui continue entre les deux Russies73 ». Les migrations étudiantes ont d’autres retombées, surtout en termes de relations interculturelles et de transferts technologiques, artistiques, culturels et politiques. Comme l’écrit Bernard Lewis, les étudiants égyptiens qui ont étudié en Europe au début du siècle n’apportent pas dans leur pays que leur technicité : l’objectif des missions estudiantines « a beau être essentiellement militaire, les effets sont […] beaucoup plus profonds ; les leçons qu’apprennent ces étudiants dans les universités et même les écoles militaires occidentales dépassent vite les désirs et les intentions des maîtres de l’empire74 ». Les étudiants de retour dans leur pays diffusent la langue et la culture françaises, la consommation des produits et des modes de vie français, véhiculent des idées, philosophiques ou politiques, mais aussi scientifiques et pédagogiques, voire diffusent les valeurs des Lumières, de la démocratie et de la laïcité75. Beaucoup enseignent, publient des livres ou créent des journaux dans leur pays. Les réformes de l’enseignement dans leur pays sont souvent inspirées par ce transfert d’idées et d’informations. Dans L’amour au temps du choléra, Gabriel Garcia Marquez décrit le retour de son héros, le docteur Juvénal Urbino, qui a fait des études de médecine et de chirurgie à Paris.

  • 76 G. G. Marquez, L’Amour au temps du choléra, Paris, Livre de Poche, 1985, p. 138, 141-142.

Il revient « plus coquet que lorsqu’il était parti, plus maître de son caractère et, si aucun des camarades de sa génération ne semblait aussi sérieux et aussi savant que lui, aucun non plus ne dansait mieux les danses à la mode ni n’improvisait mieux au piano ». Fils de médecin, « sa première initiative fut de prendre possession du cabinet de son père. Il conserva à leur place les meubles anglais, austères et graves, dont le bois soupirait avec les gelées du matin, mais il envoya au grenier les traités de science vice-royale et de médecine romantique pour poser sur les rayonnages vitrés ceux de la nouvelle école de France. […] À l’hôpital de la Miséricorde, il tenta d’imposer de nouvelles méthodes, mais cela ne fut pas aussi facile que son enthousiasme juvénile le lui avait fait croire76 ».

*

  • 77 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 299-303.

40Comme l’a montré Nicolas Manitakis, l’obtention d’un diplôme à l’étranger donne du prestige à celui qui l’exhibe et est exploitée par celui-ci à des fins publicitaires. C’est évidemment surtout le cas du doctorat en médecine. Par ailleurs, une spécialisation médicale ou juridique fournit des compétences que l’on peut mettre à profit dans la conquête d’une bonne position sur le marché du travail, surtout si, par exemple, les membres du barreau et les médecins sont très nombreux comme dans la Grèce de l’entre-deux-guerres. Mais le même auteur ajoute que la migration d’études n’a pas pour seule fonction de grossir l’élite supérieure des pays émetteurs : elle favorise aussi l’avènement de nouvelles classes moyennes cultivées, urbaines ou rurales, d’une « bourgeoisie diplômée77 ».

Anmerkungen

1 Arch. nat., AJ/16/6496.

2 RIE, 1885, p. 283.

3 Voir la thèse de doctorat de la faculté de droit de Paris de R. Bernard de Jandin, Des professions que les étrangers peuvent exercer en France, Paris, 1899, 288 p.

4 A. Randoux, L’accès à la profession et les pouvoirs du conseil de discipline, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1912, p. 97 et 100.

5 S. Slama, « Les droits des étudiants étrangers en France », Les Cahiers juridiques du GISTI, 2000 ; S. Slama, La fin de l’étudiant étranger, Paris, L’Harmattan, 1999.

6 J. Pécout, L’étude et l’exercice de la médecine par les étrangers, Paris, Librairie du Recueil Sirey, 1939.

7 Arch. nat., F/17/4513, dossier no 1.

8 Arch. nat., AJ/16/6496.

9 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 54-55.

10 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 250.

11 Arch. nat., AJ/16/2575.

12 Arch. nat., AJ/16/2558.

13 H. Fontanges, Les femmes docteurs en médecine dans tous les pays. Étude historique, statistique, documentaire et anecdotique, Paris, 1901, p. 144.

14 P. Weil, Qu’est-ce qu’un Français ?, Paris, Gallimard, coll. « Folio Histoire », 2004, p. 56-57.

15 P. Weil, ibid., p. 59-60.

16 C. Barrera, « Exil des cerveaux, déracinement et xénophobie : le cas des étudiants étrangers de l’Université toulousaine (XIXe siècle-1940) », in P. Ferté, C. Barrera, Étudiants de l’exil. Migrations internationales et universités refuges (XVIe-XXe s.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2009, p. 215.

17 C. Barrera, « Exil des cerveaux… », 2009, op. cit., p. 216.

18 Voir leur notice dans notre corpus 1807-1907.

19 Arch. nat., F/17/4516.

20 Arch. nat., F/17/4512.

21 Onze cartons des Archives nationales contiennent les dossiers des médecins étrangers autorisés à exercer en France F/17/4513-4523.

22 Arch. nat., F/17/4514.

23 Arch. nat., F/17/4512 et 4513.

24 J. Lucas-Championnière, Statistique du personnel médical en France, 1845, 222 p.

25 Arch. nat., F/17/4512.

26 Arch. nat., AJ/16/6496.

27 Arch. nat., AJ/16/6496.

28 Arch. nat., AJ/16/6566.

29 Arch. nat., AJ/16/6496.

30 Arch. nat., F/17/4553.

31 J. Verger, Histoire des universités…, 1986, op. cit., p. 306.

32 Ces listes sont rassemblées dans un carton des Archives nationales coté F/17/4553.

33 P.-N. Divaris, L’exil des étudiants étrangers, op. cit.

34 H. Carroy, Dictionnaire biographique international des médecins, chirurgiens, physiciens, chimistes et naturalistes, Paris, chez l’auteur, 1895.

35 Revue de déontologie et d’intérêts professionnels, mars 1904, no 6, p. 301.

36 J. Léonard, La médecine entre les savoirs et les pouvoirs. Histoire intellectuelle et politique de la médecine française au XIXe siècle, Paris Aubier Montaigne, 1981, p. 297 ; R. Schor, Histoire de l’immigration en France, de la fin du XIXe siècle à nos jours, Paris, A. Colin, 1996, p. 132.

37 C. Schultze, La femme médecin au XIXe siècle, thèse pour le doctorat en médecine, Paris, 1888.

38 M. Lipinska, Histoire des femmes médecins depuis l’Antiquité jusqu’à nos jours, Paris, 1900.

39 J. Chauvin, Des professions accessibles aux femmes en droit romain, Paris, 1892, p. 230.

40 H. Fontanges, Les femmes docteurs en médecine dans tous les pays. Étude historique, statistique, documentaire et anecdotique, Paris, 1901.

41 E. Charrier, op. cit., 1931, p. 301.

42 J. Dall’Ava Santucci, Des sorcières…, op. cit., 2004, p. 173.

43 Arch. nat., AJ/16/2562.

44 M. Lipinska, op. cit., 1900.

45 G. Reval, L’avenir de nos filles, Paris, 1904.

46 F. Vitry, « L’heure de la femme », Revue politique, littéraire, artistique, 27 août 1923, p. 17-19.

47 A. Largillière, Une femme médecin au début du XXe siècle : Madeleine Pelletier, thèse pour le doctorat en médecine, faculté de médecine de Tours, février 1982.

48 C. Yver, « Femmes d’aujourd’hui. 1. Avocates et doctoresses », Revue des deux mondes, 1er janvier 1929, p. 72-89.

49 Dr M. Bertheaume, « Les femmes médecins », La Grande Revue, 2e série, no 213, août 1923, p. 25-38.

50 H. Fontanges, Les femmes docteurs en médecine dans tous les pays. Étude historique, statistique, documentaire et anecdotique, Paris, 1901.

51 A. Largillière, Une femme médecin au début du XXe siècle…, 1982, op. cit.

52 Arch. nat., F/17/4697.

53 D. Berindei, « Paris et Vienne, centres de formation des cadres intellectuels roumains au XIXe siècle », Études danubiennes, Strasbourg, t. V, no 2, 2e semestre 1989, p. 81.

54 L. Cabac, « L’influence française… », op. cit., 2002, p. 142 et suivantes ; D. Berindei, « Liens historiques franco-roumains », Revue d’Europe centrale, janvier-juin 1997, t. V, no 1, p. 1-8.

55 J. Y. Conrad, Roumanie capitale Paris, Paris, Oxus, 2003.

56 Tableau dans V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 183.

57 O. Bozgan, « L’Université de Bucarest et la France de 1864 aux années 1940 », Cahiers d’histoire (Lyon), 1992, t. XXXVII, no 2, p. 151-171, p. 154. Cet article donne la liste des docteurs en médecine roumains reçus à Paris.

58 O. Bozgan, « L’Université de Budapest et la France de 1864 aux années 1940 », Cahiers d’histoire (Lyon), 1992, t. XXXVII, no 2, p. 151-171.

59 D. Berindei, « Paris et Vienne, centres de formation des cadres intellectuels roumains au XIXe siècle », op. cit., 1989, p. 81 ; S. Herscovici, De l’influence médicale française en Roumanie, thèse pour le doctorat en médecine de la faculté de Paris, 1933, Paris, Studio, sans date, 63 p.

60 J. C. Albisetti, « Portia ante portes… », 2000, op. cit., p. 845.

61 O. Bozgan, 1992, op. cit., p. 162.

62 D. Berindei, « La Révolution roumaine de 1848. Le modèle français et les rapports franco-roumains », in R. Bordei-Boca (dir.), La Révolution de 1848. La France et l’identité nationale roumaine, actes du colloque franco-roumain, Dijon, Mâcon, 19-21 novembre 1998, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, 2003, p. 123-135.

63 J. Dall’Ava Santucci, Des sorcières…, op. cit., p. 173.

64 E. Charrier, op. cit., p. 297.

65 D. Panzac, « Les docteurs orientaux de la Faculté de médecine de Paris au XIXe siècle », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, no 75-76, 1995, p. 295-303. Cet auteur envisageait de réaliser une étude prosopographique de ces docteurs.

66 V. Karady, Relations inter-universitaires…, op. cit., p. 26-27 et p. 183.

67 N. Manitakis, L’Essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 417, note 673.

68 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 269-299.

69 Sur l’université d’Athènes, voir P. Kiprianos, « La formation des élites grecques… », 2007, op. cit., p. 8 et suivantes.

70 L. Trgovcevic, « Les boursiers serbes en France de 1878 à 1914 », Revue d’Europe centrale, 1er semestre 1999, t. VII, no 1, p. 55.

71 N. Manitakis, L’Essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 192.

72 L. Trgovcevic, « Les boursiers serbes en France de 1878 à 1914 », Revue d’Europe centrale, t. VII, no 1, 1999, p. 47-57.

73 F. Divoire, 1909, op. cit.

74 B. Lewis, Comment l’Islam…, op. cit., p. 289.

75 De nombreuses études sont consacrées à l’influence de l’Occident sur les pays d’Orient, notamment l’Egypte et la Turquie, notamment : W. L. Cleveland, A History of the Modern Middle East, 3e éd., Boulden (Colorado), Westview Press, 2004 ; A. Houravi, La pensée arabe et l’Occident, Cambridge, Cambridge Université Press, 1983 ; L. Dakhli, Une génération d’intellectuels arabes. Syrie et Liban (1908-1940), Paris, Karthale, 2009.

76 G. G. Marquez, L’Amour au temps du choléra, Paris, Livre de Poche, 1985, p. 138, 141-142.

77 N. Manitakis, L’essor de la mobilité étudiante…, op. cit., p. 299-303.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Tableau 35. – Nationalités des médecins et pharmaciens autorisés à exercer en France 1854-1864 (source : Arch. nat., AJ/16/4512).
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/132696/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 63k

© Presses universitaires de Rennes, 2012

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540